Version classiqueVersion mobile

Les représentations de la réalité

 | 
Yannick Duvauchelle

Des propositions faisant office de réalité

Texte intégral

1Celui qui s’interroge sur les propositions a toutes les chances d’emporter dans son jugement un certain nombre d’évidences issues du sens commun, évidences qui sont autant d’obstacles pour considérer pleinement les tenants et aboutissants de ce phénomène social. Finalement, et reprenant en cela des pistes plusieurs fois posées et discutées (Durkheim, Kuhn, Foucault, Popper, etc.), l’essentiel de la réflexion a ici consisté à reconsidérer ces évidences afin d’en poursuivre la déconstruction : de là par exemple la tentative, dans le chapitre un, pour rompre avec la tendance à voir des objets « naturels » toutes les fois que l’on fait face à des phénomènes se donnant sous forme intègre ; ou la tentative, au chapitre deux, pour identifier une raison sociale à la disposition indigène à reconnaître des faits ; ou encore, au chapitre cinq, une description des propositions scientifiques qui tente de s’affranchir des modes de lecture usuels en la matière. Ici et là, l’ambition fut, en résumé, de rompre avec une représentation des propositions comme expression directe et/ou potentiellement définitive de la réalité telle qu’elle est ; position de rupture qui, si elle n’est en rien neuve, est loin de faire l’unanimité et n’est sans doute pas prête d’échapper aux controverses.

2C’est dire, si l’on considère les présentes assertions pour acquises, qu’il y a une opportunité pour poursuivre la considération des propositions vers des voies moins explorées, leur révélant des fonctions et enjeux sociaux moins évidents de prime abord. À titre d’exemple, on pourrait considérer sous cet angle la façon dont, à rebours de la velléité descriptive qu’on leur reconnaît ordinairement, les propositions participent surtout à définir la réalité, en ordonnant pour les individus la teneur et le contour des représentations en usage : s’il peut en effet s’avérer décisif d’accorder une attention aux propositions, c’est en vertu du fait qu’elles constituent l’un des éléments essentiels par le biais desquels la question de la réalité – ou, pourrait-on dire, la question de l’être des choses – parvient à se réaliser socialement.

3En effet, si l’on peut supposer qu’il est des expériences du réel qui s’accomplissent tout en faisant l’économie des mots – ainsi de la seule sensation éprouvée lorsque j’approche ma main du feu – et si, d’une manière générale, le rapport au réel que les acteurs sociaux expérimentent ne saurait être réduit aux mots employés pour décrire ce réel, il faut bien mesurer cependant combien un travail de représentation – travail de représentation dont l’objet est d’établir et reconnaître ce qui est, travail de représentation par lequel les acteurs ne se contentent plus d’apprécier silencieusement les phénomènes mais s’essaient à les dire, à en établir la description, à en affirmer les caractéristiques – passe lui, et doit nécessairement passer, par le recours à un média, matériel à même de rendre tangible une entreprise représentationnelle que les phénomènes réels n’accomplissent jamais eux-mêmes. D’où, par suite, qu’en ces circonstances où une réalité est interrogée et où le recours à un matériel susceptible de jouer le rôle de média est nécessité, il faille accorder une attention aux outils intermédiaires effectivement sollicités à cet effet ; d’où qu’en ces circonstances où l’espace social exige qu’une représentation soit produite – par exemple tel juge d’instruction appelé à établir des faits, ou tel groupe d’amis jugeant des qualités d’un film –, il faille accorder une attention particulière à ces outils intermédiaires et par l’entremise desquels les phénomènes réels trouvent – si l’on peut dire – une réalité au sein de l’espace social : ces propositions essentiellement faites de mots et de nombres, tout se passe comme si – dès l’instant qu’on est convaincus de leur véracité – elles tenaient lieu de réalité à la place de la réalité elle-même.

4C’est dire qu’étudiant les propositions et tentant d’en éprouver le ou les incidences sociales, il faut se défendre d’aboutir à toute conclusion hâtive. Ce n’est pas que les mots sont dotés d’un quelconque pouvoir, comme s’ils pouvaient dicter purement et simplement aux acteurs leur façon d’approcher le réel ; ce n’est pas que ces derniers en sont comme prisonniers pour appréhender la réalité. Le fait est plus simplement que, disposés que les acteurs sont à produire des représentations du réel, et contraints qu’ils sont pour ce faire à recourir à un média quel qu’il soit, le média retenu – potentiellement des propositions – participe bel et bien à forger ces représentations et, plus ou moins directement et impérativement, à en définir la teneur et le principe. Autant dire que si notre rapport à la réalité ne saurait se résumer ni être assujetti aux mots employés pour la représenter – puisqu’on peut toujours réviser une proposition ou bien faire appel à d’autres médias –, il importe de mesurer cependant combien, si elle est admise, la représentation avérée tient pratiquement lieu de réalité au sein de l’espace social, parce que fondée à énoncer ce qui est. De là l’idée de propositions qui font office de réalité : s’il est un fait que la réalité et les phénomènes qui la composent sont purement et simplement, en ce sens qu’il n’est besoin d’aucune intervention sociale pour qu’ils surgissent au sein du monde, il en va tout différemment de l’entreprise sociale qui consiste à élaborer des représentations de la réalité ; il en va tout différemment du matériel social conçu à cet effet et qui sera potentiellement employé en tant que représentation avérée de telle ou telle réalité. Autant dire qu’il faut penser en soi, bien loin de toute référence aux phénomènes, ce procès social dont l’objet est, pour telle ou telle cause plus ou moins pressante, en réponse à telle ou telle motivation indigène – appareil judiciaire comme discussion privée – de faire advenir au sein de l’espace social le matériel représentationnel qui pour les individus officiera en tant que représentation vraie, car représentation admise et jugée légitime.

5Lorsque, dans son ouvrage intitulé Entre science et réalité. La construction sociale de quoi ?, il s’interroge sur cette expression de « construction sociale de la réalité », I. Hacking en vient à mettre en avant ces circonstances où des concepts servent à inspirer leur comportement aux acteurs. Un savant crée par exemple le concept d’« enfant téléspectateur » puis, dans un second temps, un enfant qui prend connaissance de ce concept en vient à modeler sa conduite sur lui, à se conformer aux comportements par là définis. Selon l’auteur, on peut dès lors parler de « construction sociale de la réalité » car c’est un produit social – le concept d’enfant téléspectateur – qui a conduit à modeler la réalité dans un certain sens, à lui donner sa direction. En l’état, telle compréhension des choses n’est pas fausse, mais il faut dire cependant combien elle manque une part substantielle de la façon dont le social interagit avec la question de la réalité. Parallèlement à ces circonstances où des propositions s’avèrent servir de levier à la détermination de tel ou tel comportement d’acteurs, il est en effet décisif d’observer la façon dont, plus en amont, elles prennent part à un travail élémentaire de mise en représentation du réel, de ‘mise en mots’ des phénomènes. S’il faut parler d’une « construction sociale de la réalité », cela ne doit d’après nous pas uniquement servir à renvoyer à ces circonstances où le social pèse directement sur la matière même de la réalité, qu’à celles où, usant de mots, les individus conçoivent leurs représentations du réel, identifiant autant d’êtres, reconnaissant autant d’objets et de caractéristiques, établissant autant de faits et de vérités. S’il importe d’accorder une attention spéciale aux mots et propositions, c’est au titre qu’il y a là l’un des outils qui concourent à forger et fonder nos représentations des phénomènes, à poser socialement ce qui est et quoi existe.

© Presses universitaires de Provence, 2016

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search