Version classiqueVersion mobile

Les représentations de la réalité

 | 
Yannick Duvauchelle

Sur les propositions scientifiques

Texte intégral

L’époque moderne tient la science en haute estime. La croyance que la science et ses méthodes ont quelque chose de particulier semble très largement partagée. Le fait de qualifier un énoncé ou une façon de raisonner du terme « scientifique » lui confère une sorte de mérite ou signale qu’on lui accorde une confiance particulière. Mais, si la science a quelque chose de particulier, qu’est-ce donc ?
A. F. Chalmers, Qu’est-ce que la science ?

Le mètre, par exemple, est défini par la distance entre deux marques gravées sur le mètre étalon international, barre faite d’un alliage de platine et d’iridium, dont la section a une forme en X particulière : on dit, par cette convention de définition, que les marques sont à une distance de un mètre l’une de l’autre quand la barre est à la température de la glace fondante et qu’elle repose sur deux rouleaux symétriques perpendiculaires à son axe, distants l’un de l’autre de 0,571 m et situés sur un plan horizontal. La section en X a pour but d’assurer à la barre le maximum de rigidité ; les dispositions particulières relatives à son support tiennent compte de l’idée qu’un affaissement de la barre modifierait légèrement la distance entre les repères ; et l’analyse théorique montre que la place que l’on impose aux rouleaux est optima, en ce que de petits changements dans leur disposition n’auraient virtuellement aucune action sur la distance entre les marques.
C. Hempel, Éléments d’épistémologie

L’entreprise scientifique comme usage spécifique des mots

1S’il y a une particularité à reconnaître aux propositions communément tenues pour scientifiques, celle-ci n’est pas à rechercher au niveau d’une véracité qui les caractériserait – véracité qu’elles parviendraient à atteindre, véracité faisant qu’elles consisteraient effectivement en un dévoilement des choses telles qu’elles sont – mais doit plutôt être attribuée à une manière inédite de mettre à profit le matériel conceptuel. Point de saut qualitatif décisif, en d’autres termes, à reconnaître au sein des propositions, entre tel type d’écrits et tel autre : on comprend que, étant donné la démarche adoptée ici, on se refuse à accorder aux propositions issues de l’activité scientifique un statut à part, un caractère spécial qui les verrait entretenir avec la réalité un rapport plus étroit ou qui justifierait qu’on les distingue absolument du reste des propositions. Pour autant, le refus de souscrire à un tel type de jugement – il y aurait des propositions « vraies », correspondant véritablement à la réalité des phénomènes – n’empêche pas qu’on puisse reconnaître un certain nombre de traits divergents, traits qui, sans constituer une nature ou ‘essence’ de l’activité scientifique, sans lui être non plus exclusifs, lui sont sans doute plus caractéristiques, et expliquent que, face à ces énoncés que les acteurs tiennent communément pour scientifiques, l’on fasse face à un contingent de pratiques conceptuelles qui mérite une description pour soi.

  • 1 Augustin cité par A. Gonord (2001 : 89).

2Plus tôt, on a déjà eu l’occasion d’observer que l’usage des mots et leur emploi pour produire des propositions ne sont pas nécessairement corrélatifs d’une connaissance nette et précise de leur signification. En d’autres termes, on peut parler et employer un mot sans disposer de la conscience éclairée du sens de ce mot, et même il faudrait envisager la possibilité que l’usage institué d’un mot n’implique jamais que quelque chose comme sa signification précise soit définie et précisée quelque part : parfois, il n’y aurait derrière le mot pas même nécessairement un concept, au sens d’une entité abstraite clairement définie, mais seulement des conditions d’usage d’un mot, prescriptions d’utilisation sociales correspondant à la vérification quasi inconsciente d’un certain faisceau de conditions phénoménales – que les actions des individus puissent procéder d’une institution sociale sans que ces derniers en maîtrisent la raison, n’est-ce pas là l’une des règles d’or du sociologue ? De ce point de vue, le point par lequel l’usage scientifique des mots trouve à se distinguer le plus manifestement du reste des propositions réside selon nous dans une tentative systématique pour prendre explicitement en charge cette question du contenu conceptuel des mots employés. « Qu’est-ce donc que le temps ? Si personne ne me le demande, je le sais. Mais si on me le demande et que je veuille l’expliquer, je ne le sais plus. »1 C’est dire qu’il faut prendre acte d’une espèce d’alternative et d’un décalage entre deux pratiques et deux manières d’aborder le mot, entre d’un côté le fait d’en user, d’en faire prioritairement usage pour désigner, et de l’autre une tentative pour, considérant le mot en lui-même, en interroger le fondement sémantique ou conceptuel. C’est que, indirectement, la volonté scientifique et le projet qui la caractérise pour faire œuvre de représentation, pour dévoiler le monde et dire ce que les choses sont, oblige à faire subir aux mots un tel régime de traitement, oblige à ce que, dès lors placés au centre de l’attention, on s’emploie à en délimiter précisément le signalement conceptuel. Aussi, en lui-même, le chercheur n’est-il sans doute spontanément pas plus concerné par les mots ou inquiet de leur sens que n’importe quel autre acteur social, mais le fait est par ricochet que son ambition à dire ce qu’est une chose et, plus encore, à tenter de dire ce qu’elle est véritablement et le plus absolument, cette ambition le conduit – sinon à initier ou créer de toute pièce un concept – tout au moins à systématiser et prolonger toujours plus cette espèce d’entreprise conceptuelle par laquelle on fonde et on établit le sens des mots. Par là, on s’éloigne fondamentalement d’un usage plus commun de ces matériaux, usage sans heurt et quasi automatique qui, pour s’accomplir, n’a nul besoin de s’expliquer ni de s’expliciter, et dont l’objet est sans doute d’abord de médiatiser le rapport pratique au réel, désignant ceci, référant à cela.

Création conceptuelle

3On peut comprendre ainsi, premièrement, l’entreprise consistant à s’emparer d’une notion et à nourrir le projet, la concernant, d’en établir précisément le concept, d’en arrêter étroitement la signification. « Quelle est donc cette étrange notion de la beauté qui paraît si simple à tous ceux qui en parlent sans y penser, mais que personne n’arrive à définir depuis cent cinquante ans […] ? » (Tolstoï 2007 : 28). Le propos de Tolstoï au sujet de la beauté, similairement à celui de saint Augustin plus tôt à propos du temps, dit bien cette ambition spécifique à prendre pour objet de questionnement ce qui demeure par ailleurs en-deçà de toute attention – puisqu’il est effectivement des acteurs pour parler continument de beauté ou du temps sans rechercher à dire ce qu’ils sont – et partant à tenter d’établir explicitement le sens profond d’une notion. Autant dire qu’il faut se défendre de céder au penchant indigène en la matière, que, face au questionnement, ici à propos de l’art ou là à propos du temps, il faut s’empêcher de voir la promesse d’une découverte potentielle, afin de mieux apprécier, plus en amont, la particularité de la manœuvre conceptuelle qu’une telle proposition implique : pour normale et naturelle qu’une telle disposition au questionnement apparaisse, il convient de mesurer l’originalité, dans l’ordre des pratiques conceptuelles, de ces propositions dont l’objet est de dire ce qu’est une chose. Ainsi des propos de Lionel, professeur en cinéma à l’université, qui s’applique à déterminer ce qui est et ce qui n’est pas documentaire, et partant à donner une consistance conceptuelle à ce terme de « documentaire ». Dans les extraits qui suivent, il évalue la pertinence de trois attributs potentiels : premièrement la particularité des traits formels ; deuxièmement, la finalité du matériau filmique, entre une ambition à référer directement au réel et une ambition à divertir, cette dernière passant dans le cas de la fiction par la création d’un univers diégétique spécialement conçu pour le film ; enfin, le fait de recourir ou non à des discours d’acteurs, discours venant s’ajouter aux images et aux sons.

Intervieweur : En fait cette nécessité comme ça de passer… d’en référer un petit peu à la façon dont les spectateurs potentiels reçoivent la chose, est-ce que c’est… et du coup bah quelque part d’aller chercher les critères du documentaire j’ai envie de dire en dehors du support audiovisuel lui-même, est-ce que c’est parce que finalement la frontière est très mince… puisqu’une fiction pourrait très bien se présenter comme un documentaire, se faire passer pour un
Lionel : Alors… C’est effectivement parce que la frontière est mince. Ça correspond hein j’avais dit pratiques signifiantes pratiques sociales, ça correspond effectivement à la prise en compte des pratiques sociales pour expliciter les pratiques signifiantes. Oui c’est parce que la frontière est mince, c’est parce qu’en dernière analyse, ce qui apparaît sur l’écran, ce sont des images et des sons, et que ces images et ces sons ne portent pas en eux-mêmes de caractéristiques discriminantes qui permettraient de savoir si ce sont les traces de quelque chose qui s’est produit spontanément, qui existe tel quel dans le monde réel, ou si ce sont les traces de l’organisation d’événements, par exemple qui ne se seraient pas produits spontanément. Donc effectivement le texte audiovisuel a lui tout seul ne produit pas… pas par essence de discriminants suffisants. Donc il faut effectivement prendre en compte… oui la dimension sociale, le contexte de l’échange. […] Comme on le devine dans ce que nous disions il y a quelques instants, l’analyse des caractéristiques formelles des textes eux-mêmes ne peut pas suffire. Pour prendre un exemple simple mais bien connu et assez parlant, ce n’est pas parce que la caméra est portée à l’épaule plutôt que fixée sur un trépied, que l’image n’est pas toujours d’une qualité extrême, que le son est peut-être brouillé par des parasites, ce n’est pas pour cela qu’on a forcément affaire à un documentaire et Godard l’a prouvé dans les années 60. Donc les traits formels relativement typiques de l’un ou l’autre domaine peuvent fort bien être empruntés… Les traits du documentaire sont même assez souvent d’ailleurs empruntés par la fiction et certains documentaires s’emparent aussi de traits formels qui sont ceux de la fiction. Alors, il y a une approche… Donc celle-ci est peu productive. […] Une approche relativement productive mais qui laisse subsister des problèmes, c’est l’approche téléologique, pour le dire de façon… la plus précise possible c’est l’approche par la finalité. Pour l’essentiel tout de même, le film de fiction comme l’ensemble des productions fictionnelles, donc xxx d’une manière générale le film de fiction a pour but de divertir, en tout cas de proposer des mondes possibles, des mondes de substitution… le terme divertissement peut prêter un peu à confusion puisqu’il y a des fictions absolument tragiques bien sûr… mais en tout cas le film de fiction qui en dernière analyse renvoie quand même au monde réel, le film de fiction renvoie au monde réel mais avec cette finalité particulière quand même qui est celle d’un écart par rapport à l’expérience du quotidien. La constitution d’un univers diégétique comme on dit en termes précis, xxx d’un monde possible, alors que le documentaire lui a pour finalité de parler plus directement si l’on peut dire du monde réel, en en captant des traces directes, et non pas pour l’essentiel en reconstituant les apparences. […] il ne faut pas oublier que le documentaire est aussi, pour une assez large part, un moyen de recueillir et de transmettre des discours sur le monde xx directs, pas seulement des images bien sûr, mais le documentaire serait… comment dire, c’est une fonction centrale du documentaire mais tout à fait insuffisante que de fournir des représentations visuelles et sonores du monde. Bien sûr il y a ce projet là qui est central mais c’est aussi très largement recourir xx du discours. Et bien souvent, en tout cas dans des documentaires modernes, il s’agit de… au fond de mettre en relation des images du monde, des images traces, la saisie des apparences du monde avec un discours produit par le cinéaste ou produit par les personnages du documentaire, ou… avec un certain nombre de variantes, xx comportant discours du cinéaste et discours des personnes filmées… je dis personnage parce que bien sûr les personnes filmées deviennent souvent des personnages dans le film en tant que texte.

4On voit comme le travail sur un terme, le travail de retour sur lui, la tentative pour en déterminer précisément le concept, oblige à rompre avec l’usage commun du terme ou, tout au moins, à mettre en suspens tout usage a priori, afin de faire le tri entre tous les principes qui paraissent susceptibles d’intervenir dans sa constitution. Tout se passe comme si étaient passées au crible l’ensemble des caractéristiques dont on pressent qu’elles peuvent jouer un rôle dans la détermination de l’objet en question, afin de les tester, d’en certifier ou non la pertinence. Par là le mot est comme ouvert, sa consistance sémantique comme réévaluée pièce par pièce. Ainsi dans un premier temps, Lionel note comme la référence aux caractéristiques formelles des films n’est pas suffisante pour déterminer si l’on fait face à un documentaire ou à autre chose, par exemple une fiction. Quand bien même l’on peut reconnaître des traits typiques à l’un et à l’autre de ces deux genres de production, leur considération n’est pas satisfaisante car ceux-ci peuvent très bien passer d’un genre à l’autre. Seuls, ils ne permettent pas d’affirmer si ce qui apparaît à l’écran est le résultat d’une mise en scène dirigée et voulue ou le fait d’événements s’accomplissant d’eux-mêmes, ni partant de dire la réalité de la forme documentaire. Lionel note par ailleurs l’importance de deux aspects supplémentaires : d’abord le fait d’avoir pour finalité essentielle de renvoyer au monde réel, ensuite le fait de recourir massivement à des discours pour accompagner le ‘texte’ audiovisuel. Mais c’est l’assimilation du documentaire à une production d’« assertions sérieuses consenties » qui, finalement, lui paraît constituer un trait indispensable et nécessaire à la définition de ce type de film :

Alors distinguer le documentaire de ce qui n’est pas le documentaire… Alors c’est une question débattue depuis longtemps, dont on n’a certainement pas fini de débattre et qui est bah selon moi évidemment centrale… Alors peut-être que des gens qui ne seraient pas spécialistes du documentaire pourraient penser autrement mais selon moi c’est tout à fait central. Alors quand je dois m’expliquer rapidement là-dessus, la première chose que je dis c’est qu’il n’y a pas de réponse très simple et très succincte. Bon on peut pas enfermer les choses dans une phrase ou dans deux. Il faut essayer de se donner quelques critères. Si on veut y mettre de l’ordre, on peut peut-être essayer de dire par exemple qu’il faut distinguer d’une part des pratiques signifiantes et d’autre part des pratiques sociales, mais que, bien évidemment, quelque chose va se produire à la rencontre des pratiques signifiantes avec les pratiques sociales. Alors. Essayons de partir plutôt des pratiques signifiantes pour autant qu’elles soient vraiment séparables des pratiques sociales… On peut commencer par faire comme la plupart des auteurs anglophones et parler déjà de cinéma de non fiction… sachant que non fiction et documentaire ne sont pas rigoureusement identiques non plus. Disons que le documentaire est une… un territoire, un continent important du film de non fiction. Il y en a d’autres, par exemple le film expérimental qui n’est en général pas du cinéma de fiction mais qui n’est en général pas documentaire non plus. Donc, le documentaire déjà comme cinéma de non fiction. […] Alors… du coup, exactement, qu’est-ce que la non fiction ? Alors j’ai proposé moi-même en miroir de la formule de Jean-Marie Schaeffer de dire si la fiction est une production, une feintise ludique partagée, la non fiction, en particulier le documentaire, correspondrait à la production d’assertions sérieuses consenties. Assertion, et non plus feintise, dans le documentaire il s’agit d’asserter, d’affirmer que quelque chose existe, que quelque chose s’est produit, que quelque chose est le cas. Assertion sérieuse, par opposition à ludique, donc là il s’agit bien de produire des assertions, des affirmations en tant que valides pour l’interlocuteur. Donc assertions sérieuses, ce n’est pas… on ne fait pas semblant d’affirmer quelque chose, on ne prétend pas que quelque chose existe alors que ça ne serait pas le cas dans le monde réel. Et assertions sérieuses consenties… j’ai introduit une nuance entre partagées et consenties… J’entends par consenti qui peut faire l’objet d’un consensus, qui peut faire l’objet d’un accord. C’est-à-dire que là aussi il s’agit, si l’on ne veut pas qu’il y ait méprise réciproque, il s’agit que le producteur des assertions et le récepteur des assertions se mettent d’accord d’une façon ou d’une autre sur le fait que ces assertions sont sérieuses, précisément. Ou que le… disons l’ensemble du contexte social dans lequel circulent ces assertions les métacommuniquent comme des assertions sérieuses, c’est-à-dire que là on retrouve la notion de pacte ou de contrat… moi j’ai préféré parler d’une mise en phase entre les intentions du producteur de ces assertions et le… comment dire, le crédit que le récepteur veut bien accorder à de telles assertions… parler d’une mise en phase qui me paraît être… Bon c’est évidemment une autre métaphore, mais comme quelque chose qui bien sûr n’est pas un accord écrit, n’est pas un pacte signé par les partenaires, mais qui est plutôt…
Il faut que les récepteurs soient au fait du fait qu’il s’agit… enfin que ça se présente comme un documentaire…
Voilà hein

5Ici, l’important n’est pas d’abord de rentrer dans le détail d’une telle opération, de reconstituer les tenants et aboutissants par le biais desquels le chercheur en vient à évaluer quels éléments doivent être conservés pour fonder son concept. Pourquoi, suite à ses observations, Lionel ne s’engage-t-il pas sur la voie d’une définition du documentaire qui reposerait exclusivement sur la possession de certaines caractéristiques formelles ? Ou sur la présence de discours ? Pour nous, l’essentiel tient dans l’observation à la fois de cette disposition particulière à l’égard des mots, disposition à s’occuper de leur consistance sémantique, et de l’aboutissement potentiel d’une telle opération, dans ceci qu’un mot peut dès lors se trouver rattaché à une représentation explicite, manifestement rapporté à une constitution conceptuelle. On peut prendre pour exemple de la même démarche les propos de Cyril, doctorant en musicologie enquêtant sur le rap.

Juste une question, parce que je comprends tout à fait l’idée de dire on va éviter de faire une définition qui incorpore des principes moraux, mais je me demandais bah qu’est-ce que précisément, parce que moi je connais pas du tout ce domaine culturel, qu’est-ce que précisément ça pouvait justement tenter de mettre de côté relativement à la question du rap.
Cyril : Alors relativement à la question du rap, c’était en premier lieu ne pas se demander si un rappeur est un vrai ou un faux dans les catégories des rappeurs eux-mêmes, ce qui est importé dans la science sociale sous la forme de questionnement sur le fait qu’un rappeur serait ou ne serait pas un produit marketing, serait ou ne serait pas authentique, aurait ou n’aurait pas un message, ferait ou ne ferait pas en fait de la variété et pas du rap, donc on opposerait rap et variété sous l’angle de… alors implicitement c’est authenticité, message, caractère consensuel etc. Donc tout un ensemble de valeurs qui forment des clivages flous et qui répartissent les rappeurs de façon inégale, ceux que moi j’appelle tous rappeurs, selon les cas, selon les acteurs, mais qui à chaque fois crée un partage sur la base d’un principe moral, en dernière instance qui est moral. Donc voilà, est-ce que c’est encore du rap quand ça vend un million d’albums, est-ce que c’est encore du rap quand on estime, et sans en général le savoir, sans avoir fait d’enquêtes, que c’est des jeunes préadolescentes qui forment le principal public, est-ce que c’est encore du rap quand les refrains sont chantés, est-ce que c’est encore du rap quand ça parle de bouger son corps et etc. Est-ce que quand c’est des reprises de chansons folkloriques bretonnes, est-ce que c’est encore du rap etc.

6Présence d’un message ou non ; importance de l’aspect marketing ; importance des ventes ; authenticité reconnue ou non : le même travail d’appréciation des éléments est effectué afin de déterminer ce qu’il revient de mettre sous le terme, de reconnaître comme étant effectivement « la chose », l’objet en soi. « Documentaire » ou « rap » : dans un cas comme dans l’autre, on se trouve ainsi en position, sinon de fournir une définition qu’on tient pour définitive et la seule légitime, tout au moins d’avancer explicitement un certain nombre d’éléments de réponse jugés pertinents, tels que celui d’« assertions sérieuses consenties » pour Lionel. On peut continuer à lire Cyril lorsqu’il s’interroge sur ce qui seraient des caractéristiques musicales spécifiques au rap :

Il y a deux morceaux de réponses qui faudrait que je tienne ensemble, c’est que d’une part, il y a une partie qui est très mal élucidée dans cette définition que j’appelle définition formelle du rap. Une partie qui est très mal élucidée, l’interprétation rapée qui se distingue à la fois d’une interprétation parlée et d’une interprétation chantée, c’est que je ne suis pas sérieusement capable d’expliciter jusqu’au bout comment je distingue une interprétation rapée d’une interprétation chantée ou d’une interprétation parlée. Je n’en ai pas été capable dans la majeure partie de la thèse et aujourd’hui encore je suis pas très sûr de moi. C’est-à-dire que pour dire ça, je fais en premier lieu… non en second lieu, je dirai le premier lieu après un peu par… en second lieu je fais appui à une compétence d’amateur. C’est-à-dire que j’ai un sens commun d’amateur de rap, que j’essaye… auquel j’ai été particulièrement attentif évidemment ces dix dernières années puisque c’était important pour ma recherche, mais ça reste en fin de compte un sens commun d’amateur. Est-ce que ça c’est parlé ? Ou est-ce que ça c’est chanté ? Ou est-ce que ça c’est rapé ? Je suis pas capable de l’expliciter jusqu’au bout. Donc j’écoute, et je dis voilà pourquoi d’après moi Grand corps malade, ce n’est pas du rap. Si je devais l’expliciter, et ça m’est arrivé d’avoir à l’expliciter, je dirais qu’il y a quelque chose dans le rap comme dans l’interprétation rapée un principe d’harmonisation entre la voix et la musique qui est d’abord rythmique. Donc d’abord, ça veut pas dire exclusivement et ça veut pas dire que dans les autres ça n’est pas du tout présent, mais c’est prioritaire dans le rap, c’est-à-dire harmonisation rythmique par opposition à harmonisation mélodique. Il me semble que la question de l’harmonisation mélodique dans le chant est centrale et que l’harmonisation rythmique existe mais qu’elle est périphérique, elle est secondaire, et il me semble que dans le rap l’équilibre est inversé.

7Définir le rap comme – notamment – un type de production musicale où prévaut un principe d’harmonisation rythmique entre la voix et les accompagnements. Ou définir le documentaire comme fournisseur d’assertions sérieuses consenties : on saisit quel écart sépare ces représentations d’un usage plus courant, plus immédiat et « pratique », de ces termes. Cependant, on comprend qu’il ne s’agit pas par là d’affirmer que le praticien de la science parvient par tous ces travaux à faire le jour sur l’être véritable du phénomène, sur ce qui est purement et simplement : on a déjà admis ici que la tentative pour penser la réalité doit passer par la formulation de concepts et que, la réalité n’offrant pas de découpage naturel auquel se référer, c’est le sort des concepts que d’être forgés socialement. Pas davantage veut-on affirmer que, par ses recherches, le chercheur parvient à faire le jour sur le sens véritable du mot, sens qui serait le seul authentique et sens qui devrait dès lors être opposé à des utilisations erronées du terme : on a encore admis que les mots ne sont pas en eux-mêmes dotés d’une consistance propre, d’où qu’en soi toute interprétation en termes de « vrai sens » est dès l’abord hors de propos. Encore ne s’agit-il pas de suggérer qu’un tel travail permet au chercheur de faire la lumière sur le sens que l’usager commun attribuerait inconsciemment au mot toutes les fois qu’il s’en sert. L’important est toujours de considérer dans sa pleine mesure la manœuvre représentationnelle qui se trouve accomplie par là, le travail d’engendrement conceptuel qui se réalise et qui fait d’après nous la particularité essentielle des propositions scientifiques. Aussi, le constat qu’il n’est pas d’objet en soi découvert ne fait pas que l’on ne peut pas reconnaître une particularité aux propositions scientifiques : il y a bien là un engendrement représentationnel qui se réalise et une forme propositionnelle qui se démarque de l’usage commun des mots. Mais ces produits représentationnels, il importe cependant de reconnaître qu’en l’absence d’objet en soi ou de phénomènes prédécoupés, ils n’équivalent à rien d’autre que de nouveaux usages du mot, usages sans doute davantage explicités et opérationnalisés, mais usages tout de même : la procuration d’un concept plus précis et mieux défini ne fait pas que l’on met à jour des contours plus inhérents au réel lui-même.

8Au final, il est remarquable que l’individu qui se lance dans une telle entreprise d’engendrement conceptuel ne part pas de rien, au sens où dans un premier temps il doit bien consentir à reconnaître quelques usages premiers, aussi flous et incohérents soient-ils, pour amorcer le travail de recherche : sans cela en effet, où chercher dans la réalité ? Sans cela, c’est-à-dire sans une manière première de comprendre le terme, sans des conditions d’usage d’ores et déjà réalisées, qu’elles soient siennes ou celles d’autres acteurs, comment amorcer l’examen du phénomène dont l’entreprise scientifique doit révéler la nature ? Dans un premier temps, le travail de recherche de Lionel a nécessairement partie liée avec ce que, ici ou là, on croit être un documentaire, avec la façon dont on se figure la particularité de ce type de production audiovisuelle : c’est à partir de là qu’un travail est possible pour poser la question de l’« être » documentaire. Ces usages qui se réalisent au préalable à défaut de toute cohérence donnée, voilà ce que le travail de Lionel va d’une façon ou d’une autre contribuer à ordonnancer. De même, l’interrogation de Cyril concernant le rap s’appuie-t-elle sur un premier état des usages de cette notion, est-elle corrélative de tout ou partie d’entendements premiers : de là – et seulement de là – est-il possible de s’enquérir de l’ensemble des circonstances où du rap est traditionnellement reconnu, afin, partant, d’examiner si l’on ne peut pas concevoir une définition méthodique, c’est-à-dire consciente des données conceptuelles en jeu. De là sans doute un surcroît de clarté dans l’utilisation du mot et, corrélativement, l’impression qu’une vérité est faite à propos du phénomène. Aussi, l’on doit donc considérer plus généralement combien l’exercice scientifique ne correspond pas au mouvement du faux vers le vrai, du mauvais concept vers le bon concept, mais procède en fait d’une refondation plus ou moins profonde et révolutionnaire d’usages préexistants, l’objet de la réflexion autour d’une notion consistant en un examen des pratiques effectives et, par la formulation finale d’une image abstraite plus explicite, à avancer une nouvelle manière d’user du terme, plus ou moins conforme aux premiers us. Comme plus tôt pour l’activité de vérification, la confrontation au phénomène n’est pas confrontation à l’objet en soi mais confrontation à des usages premiers. Faute d’un processus dont le résultat serait la mise à jour d’un objet en soi, il y a surtout dans l’entreprise scientifique le fait d’un volontarisme à l’endroit des mots, d’une disposition à en éclairer plus précisément l’emploi.

L’activité experimentale

  • 2 Voir supra « Du général et du particulier ».

9L’entreprise scientifique entendue comme une entreprise dont la vocation principale est de fonder la matière conceptuelle des mots : on peut regarder de même sous ce jour l’ensemble de la procédure expérimentale, cet exercice exclusif à l’activité scientifique qui, si on veut l’envisager en faisant abstraction de tous ses aspects les plus extra-ordinaires – et par là sans doute aussi les plus propices à retenir l’attention – peut être apparenté à un vaste travail sur les mots, à une tentative visant, relativement à tel ou tel terme mis au centre de la recherche, à questionner des conditions d’emploi ou, c’est pareil, des propriétés conceptuelles : en bout de course, cet exercice dont l’objet est de mettre à l’épreuve tel ou tel lot d’hypothèses intervient potentiellement – selon les résultats obtenus – comme une invitation à réviser la représentation détenue au préalable, à informer le concept des observations tirées de l’expérience. Les observations avancées plus tôt2 illustraient déjà cet élan caractéristique à l’égard des mots, cette aspiration à en travailler toujours le contenu conceptuel. À ce stade de l’analyse, on peut noter comme l’entreprise conceptuelle dont procède la science varie quelque peu, selon qu’il s’agit de revenir sur ce qui constitue la définition élémentaire de la notion ou qu’il est déjà une base conceptuelle sur laquelle se reposer et qu’il s’agit en quelque sorte de prolonger. Dans les extraits précédents, Lionel et Cyril passaient en revue différents critères potentiels afin de définir ce qui peut constituer l’essence de leur objet, documentaire pour l’un, rap pour l’autre. À cet égard, le travail expérimental, compris en tant que procédure visant à intégrer un objet de recherche au sein de différents contextes phénoménaux afin d’enregistrer ses réactions, est plutôt typique d’une tentative de prolongement conceptuel, d’un essai, si l’on peut dire, pour en savoir plus : l’objet est connu mais l’idée est d’en apprendre davantage, d’en explorer de nouveaux aspects. Cependant, sans qu’il s’agisse, comme dans le cas des recherches de Lionel ou Cyril, d’interroger les fondements mêmes de la notion placée au centre de l’attention, d’identifier les caractéristiques qui la définissent au niveau le plus élémentaire, sans qu’il soit question d’établir quelque chose comme le portrait basique de l’objet, on se situe toujours au niveau d’une prise en charge conceptuelle du terme interrogé. Il y a là comme une modalité d’accomplissement supplémentaire de l’entreprise scientifique et du volontarisme conceptuel qui la caractérise.

Yannick : mes hypothèses, mais je sais pas si elles vont être validées ou pas, c’était que les activations motrices seraient plus fortes quand tu entendais des voix humaines que des voix synthétiques, et plus fortes quand tu entendais des mélodies difficiles à produire, parce que du coup elles activent plus de représentations motrices que les mélodies monotones. Donc en gros, percevoir un son qui correspond à un geste compliqué, un geste vocal compliqué… en fait tu perçois que le chanteur est en train de produire un geste vocal compliqué et du coup ça t’active dans ton propre cerveau des représentations motrices fortes. Voilà donc c’est l’influence de la production sur la perception, en gros. […] Donc en gros quand tu vois quelqu’un produire un geste, toi-même tu as des activations motrices dans ton propre cerveau. Et donc dans cette littérature-là il y a des preuves qu’il existe des phénomènes de résonnances miroirs comme ça pour la perception de mouvements, d’actions des mains, pour la perception de mouvements articulatoires, la perception de la parole et il y avait rien sur juste la perception de la voix, juste un son, une vibration de corde vocale… Est-ce que ça active ou pas des phénomènes miroirs, donc des activations motrices ? Donc voilà je m’appuie sur la littérature sur les systèmes miroirs et tout ce qui a déjà été découvert sur entrée visuelle, c’est-à-dire… Moi je travaille sur l’imitation vocale, et il y a déjà beaucoup de choses sur l’imitation de gestes. Donc je lis tout ce qu’ils ont fait et puis je vois si ça marche aussi pour la voix au niveau sonore. […] Tout cherche à répondre à la même question : est-ce qu’il y a des représentations motrices plus fortes évoquées par la voix humaine et dans quelles conditions elles sont évoquées ? Donc toute ma thèse… toutes les expériences vont être tournées autour de ça.

10Les sons entendus peuvent-ils parfois contribuer à activer les aires motrices du cerveau qui les perçoit ? Si oui, ces activations sont-elles plus fortes selon qu’il s’agit de sons produits par une voix humaine ou de sons synthétiques ? Ou selon que la mélodie entendue est plus ou moins compliquée ? Quels sont les facteurs qui peuvent influer sur ce phénomène, si activation il y a effectivement ? L’idée d’objets en soi étant ici abandonnée, l’idée étant abandonnée que nos mots ne font que recopier ou se conformer à ce qui est, l’idée étant qu’il revient aux acteurs de créer des concepts pour représenter, et donc d’engager arbitrairement un certain nombre de partis pris pour ce faire, on comprend que cet exercice expérimental dont le principe est de considérer un objet sous le prisme d’un certain contingent d’hypothèses puisse in fine être apparenté à un travail de prolongement conceptuel, à une opération dont la réalisation peut conduire à recomposer plus ou moins profondément la représentation de l’objet. À l’issue de l’expérience, la représentation de telle ou telle partie du cerveau change, le terme de « cerveau » se trouve défini différemment, complété de nouvelles assertions. De même, les « aires motrices » ne sont après coup plus tout à fait les aires motrices telles qu’on les connaissait au préalable, avant l’expérimentation. La représentation originale se trouve potentiellement enrichie de nouvelles données.

Diana : Et donc du coup, en comparant à chaque fois systématiquement, tiens là à chaque fois elle a mis en place l’inhibition super tôt, qu’est-ce qui se passe à ce moment-là ? Tiens c’est marrant, en même temps qu’elle… à chaque fois qu’elle met en place super tôt, j’ai quoi comme information sociale, tiens j’ai un regard direct. Alors peut-être que le regard direct fait qu’on met en place l’inhibition plus tôt. Peut-être hein, ou plus tard. […] Et donc là la manip était faite… je voulais voir l’effet du contact visuel soutenu, parce que dans le contact visuel enfin… Là ce qui m’intéressait de voir c’était au cours d’une interaction sociale, les autistes ils ont du mal dans les interactions sociales, décortiquer l’interaction sociale pour voir qu’est-ce qui peut poser problème. Déjà commencer par voir chez les neuro-typiques qu’est-ce qui se passe pour avoir un socle de référence, pour ensuite avoir quelque chose à comparer une fois qu’on fait ça avec les autistes. Donc qu’est-ce qui se passe dans les interactions sociales ? Déjà en premier lieu il y a les regards. Il y a des regards soutenus, je vais te regarder longtemps. Il y a des regards brefs, donc je vais tourner les yeux, régulièrement aussi et est-ce que ça a le même effet ?

11Quel effet du contexte social sur les performances cognitives des individus ? Ou plus précisément : les performances sont-elles plus ou moins importantes selon que les individus impliqués font montre de telle ou telle caractéristique ? Quel traitement de l’information sociale chez les autistes ? On peut comprendre de la même façon le travail de recherche de Diana sur les performances cognitives : en fonction des résultats produits, il faudra revoir la représentation de tel ou tel objet, préciser telle définition qui était admise jusque là. « Contexte social », « performance cognitive » ou « cerveau » : c’est chacun des termes mis en jeu et employé pour l’expérience qui peut se trouver modifié et/ou complété. Et on pourrait relire ainsi les travaux des chercheurs présentés au chapitre précédent : aussi bien ceux d’Ingrid qui s’intéresse à l’illusion McGurk que ceux de Jérôme à propos des troubles cognitifs.

  • 3 Diana : « Donc comparer déjà les regards soutenus, les regards brefs. Ça, soit on le fait directeme (...)

12On pourrait s’étonner de cette façon d’apparenter l’exercice expérimental ainsi que les propositions qui en sont issues à une entreprise d’ordre représentationnel avant tout, surtout lorsqu’on considère l’attention et les précautions qui sont généralement de mise en la matière. Ici, on n’est pas sans connaître tout le soin que se donne ordinairement le scientifique pour mener ses expériences, soin dont l’objet est pour l’essentiel de maîtriser autant que possible les facteurs qui président à leur accomplissement. À quoi bon en effet réaliser une description du phénomène A si l’on n’est pas en mesure d’identifier l’ensemble des composants qui agissent et font le phénomène ? Comment être certain que c’est bien l’élément B qui a engendré telle réaction sur le phénomène si l’on n’est pas certain qu’un élément C n’est pas intervenu au moment de l’observation ? De cet ensemble de préoccupations, on trouve quelques illustrations et principes dans les propos des enquêtés. Pour étudier l’effet des interactions sociales sur les performances, Diana explique ainsi qu’elle a privilégié l’utilisation de photographies de regards, au prétexte que le recours à des personnes physiques risquait selon elle de faire intervenir pléthore d’éléments qu’elle n’était pas certaine de pouvoir contrôler3. On peut comprendre de la même manière la règle canonique consistant, d’une expérience à l’autre, à ne faire varier qu’un unique facteur : on s’assure par là que c’est bien ce facteur – et non un quelconque autre élément – qui est bien à l’origine du changement observé d’un cas sur l’autre, s’il est un changement. Avant l’expérience proprement dite, Jérôme fait ainsi passer un test à tous ses participants afin de s’assurer qu’ils possèdent tous des compétences équivalentes en arithmétique : il peut dès lors imputer avec un surcroît d’assurance les plus ou moins bonnes performances de calcul enregistrées à tel des facteurs étudiés – âge ou handicap mental. Le recours ponctuel à une « condition de contrôle », entendue au sens de mesure prise au cours de l’expérience et censée offrir un point de référence aux données recueillies par ailleurs, procède de la même préoccupation méthodologique : lorsqu’on réalise des mesures par électro encéphalogramme, on peut ainsi placer des électrodes au niveau des mastoïdes du cobaye. Les os n’étant pas conducteurs des phénomènes électriques qui touchent au cerveau, on possède ainsi une appréciation de l’activité électrique propre à l’environnement : on s’assure par là que les données collectées correspondent bien à l’exercice du cerveau, et non à un quelconque autre facteur contextuel. Il n’y a là que quelques exemples pour démontrer la vigilance qui est généralement de mise chez les scientifiques, vigilance faisant que la façon dont ils se confrontent à la réalité et dont ils tentent de cerner les phénomènes environnants n’est pas assimilable à la façon dont l’acteur lambda témoigne lui de ce qui l’entoure. Mais cependant, il importe de considérer combien tout ceci n’entraîne pas que les mots forgés par les scientifiques tombent davantage en adéquation ou en conformité avec les phénomènes réels. L’on peut bien décider de rompre avec l’usage coutumier du mot, l’on peut bien s’engager à retourner maintes fois vers le phénomène pour l’examiner et pour donner au mot une définition mieux calibrée aux observations, ceci ne fait pas que le chercheur est moins enclin à fonder son concept de A à Z, moins enclin à diriger une entreprise représentationnelle à laquelle la nature ne participe en rien : toutes les précautions possibles pour aborder la réalité et produire les meilleures données ne feront pas qu’on parviendra à décrire d’une manière absolue des phénomènes dépourvus de délimitation en soi. C’est dire qu’ici il ne paraît pas décisif d’opérer une distinction nette au sein du travail de recherche, entre celui qui utilise l’expérimentation pour se confronter au phénomène, et celui qui procède plutôt d’une revue de littératures, travail de lecture trouvant son espace dans les limites du cabinet du chercheur, le déploiement d’un appareil d’observation visant à la systématicité ne faisant pas que le chercheur est moins sollicité à dessiner les contours du matériel conceptuel en jeu : s’il y a sans doute dans l’exercice expérimental une configuration extrême du travail sur les mots, la réalité cependant ne se révèle pas dans ces conditions davantage prolixe ni moins muette que par ailleurs.

13Que le chercheur soit à même de procurer une définition détaillée du concept qu’il emploie et, à tout le moins, qu’il s’assigne à s’occuper frontalement de cette tâche, qu’il se pose précisément la question du sens d’une notion, c’est sans doute là pour beaucoup une forme d’évidence qu’il ne devrait pas être utile de préciser. Pour autant, l’observation peut valoir d’être faite, notamment dès lors que, comme ici, se trouve abandonnée l’idée d’objet existant en soi. Le travail sur les mots, cette disposition générale à en déterminer le sens, disposition que l’activité scientifique tend à s’approprier et systématiser privilégiement, n’est ainsi plus cette entreprise par laquelle les choses se trouveraient progressivement découvertes, le monde peu à peu mis à jour, mais prend plutôt les traits d’un véritable engendrement social, engendrement au gré duquel les mots investis se voient attribués un contenu représentationnel précis, affligés d’un sens bien défini.

14Il n’est pas de notre propos de déterminer quels effets les propositions ainsi produites peuvent engendrer par la suite, au sein de l’espace social : tout juste peut-on supposer qu’un usage des mots si distinct de l’usage ordinaire n’est pas étranger à l’autorité ou au prestige qui entourent parfois aussi bien la parole du scientifique que le scientifique lui-même. Ici, il convient avant tout de considérer la prise en charge conceptuelle qui s’opère par là, ce fait social consistant à déterminer la matière sémantique afférente à tel ou tel ensemble de mots. Autant dire que les mots qu’on dit parfois « savants » ne possèdent rien d’un ingrédient magique qui justifierait qu’on les distingue absolument des autres mots, ou qui les rendraient seuls capables de cerner la nature profonde des phénomènes ; on doit plutôt considérer la particularité d’une entreprise sociale qui, ne serait-ce qu’indirectement, fait des mots une matière si centrale.

Pour déterminer si le terme « acide » s’applique ou non à un liquide donné – c’est-à-dire pour savoir si ce liquide est un acide – y tremper un papier bleu de tournesol ; ce liquide est un acide si, et seulement si, le papier vire au rouge. Ce critère indique une opération – tremper un papier de tournesol – permettant de tester si le terme s’applique ou non au liquide donné. (Hempel 1996 : 138)

15De ce point de vue, on ne s’étonnera pas au final que, pour caractériser l’activité scientifique, on parle parfois d’opérationnalisation. Indirectement, le travail constant visant à déterminer le signalement conceptuel des mots, à en consolider la représentation, intervient comme un procès de spécification des conditions qui doivent présider à leur usage. Par là, ce n’est pas nécessairement que les mots qui font l’objet d’un tel investissement seront mieux utilisés, que l’usage que les acteurs en font sera moins sujet à variation : on a déjà évoqué la possibilité que des phénomènes d’institutionnalisation puissent assurer une forme d’uniformité des usages qui ne doit rien à des efforts d’explicitation conceptuelle. Seulement, à tout le moins, le passage par une définition manifeste du concept autorise-t-il, comme le souligne Hempel, le contrôle et la discussion précise à propos des diverses utilisations.

Objets sans fin et accroissement conceptuel

16De cette forme d’administration des mots, de cette attitude générale à leur égard, deux conséquences au moins au niveau des propositions : il y a encore à reconnaître deux traits caractéristiques qui sont comme des résultats seconds de ce rapport particulier aux mots, de cette tentative de la science à donner aux mots le contenu le plus ‘vrai’. D’abord, on peut comprendre ainsi la possibilité qu’en bout de course l’ordre représentationnel qu’on se voue à rattacher à un objet puisse atteindre des proportions élargies, sans commune mesure avec ce que l’on entend communément par une définition. On ne compte pas les ouvrages entièrement consacrés à tel ou tel objet et occupés à en recenser tous les multiples aspects. Tout se passe comme si le retour continu sur le phénomène dont procède l’élan scientifique allait de concert avec un raffinement ou une complexification potentiellement sans fin du matériel représentationnel relatif à tel ou tel terme. C’est dire que, par l’intermédiaire d’un tel usage des mots, on s’éloigne des définitions dispensées par le dictionnaire usuel, définitions brèves et bornées, et sans doute moins faites pour contribuer à l’effort représentationnel que pour corroborer les conceptions déjà en vigueur. À force de recherches, c’est-à-dire à force de cette disposition à faire correspondre toujours plus étroitement les mots et la réalité, il en va de la matière représentationnelle afférente à un mot comme d’un produit étendu et potentiellement infini, car continûment susceptible de précisions et d’ajouts. Faute de chose en soi et par le fait du travail de recherche, on a dès lors affaire dans et par les propositions non pas au signalement clair et définitif des choses, mais à un travail constant autour des concepts, travail de prolongement continu des représentations acquises. Comme le notait Lionel, tel ou tel phénomène qu’on interroge ne peut pas se laisser enfermer dans une phrase ou deux. À partir de l’extrait qui suit, on peut amorcer la reconnaissance de ce travail de raffinement représentationnel.

Intervieweur : est-ce qu’au sein du documentaire il y a possibilité de dessiner une espèce de carte qui permettrait de dire voilà on est dans le documentaire mais il y a différentes modalités de faire du documentaire, grosso modo…
Lionel : Oui alors curieusement c’est un travail qui a été beaucoup moins fait pour le documentaire que pour le film de fiction. Même pour le film de fiction, l’approche par genre n’est pas si ancienne que ça. Et pour le documentaire elle a été vraiment assez peu faite. Alors bien sûr il y a des catégories opératoires. Par exemple le film d’art, ou le film sur l’art, puisqu’il y a, il y a eu, peut-être qu’il existe même encore un débat pour distinguer le film d’art du film sur l’art. Moi j’ai travaillé cette année les documentaires sur l’art, une production abondante de films dont certains sont tout à fait passionnants qui ont pour but en général de faire connaître ou faire mieux connaître ou de faire découvrir des aspects peu connus d’une œuvre ou d’un artiste. Ça ils sont légion bien sûr… et très appréciés je pense, très utilisés, j’emploie le terme à dessein, ça a aussi un côté… ça a aussi une utilité sociale, éducative et culturelle. Donc ça c’est un… là on a des objets relativement faciles à identifier puisque dès l’instant qu’il s’agit d’un artiste, d’une œuvre, ou d’un ensemble d’œuvres ou d’un courant artistique, voilà on a un référent assez bien identifié. Il y a la catégorie du film essai, qu’on range volontiers dans le documentaire, dont les contours sont peut-être un peu plus flous mais dont on parle beaucoup depuis… oui depuis une époque assez récente mais… pour désigner ces films qui… au fond sont des documentaires subjectifs. Un des premiers théoriciens qui a utilisé le terme se référait explicitement aux essais de Montaigne pour parler de films essai, au sens où on a affaire à des textes, filmiques bien entendu, qui tout à la fois visent le monde réel mais depuis un point de vue subjectif affirmé. Plutôt que… il faut surtout pas assimiler documentaire à objectivité, ça n’a pas de sens… simplement la subjectivité de l’auteur peut être plus ou moins affirmée dans le documentaire. Il y a des formes de documentaires qui tendent à l’effacer et d’autres, issues plutôt des formes modernes et contemporaines du documentaire, qui tendent au contraire à affirmer cette subjectivité de l’auteur. On parle dans ce cas généralement de films essai, ce sont souvent des choses très intéressantes, je pense aux films de Johan van der Keuken, parmi quelques autres, qui sont d’excellents exemples de films essai. Bon peut-être pas tous ses films mais la plupart de ses films.
Et d’autres… est-ce que vous voyez d’autres, pour terminer peut-être sur ce point, d’autres manières de jaillir comme ça du documentaire…?
C’est-à-dire de différer le documentaire…
… entre film d’art, film d’essai, qui seraient toujours dans le documentaire finalement qui serait selon vous une catég enfin… une espèce de type particulier quand même, qu’il faudrait mettre à part et identifier ?
Bah il y a un phénomène très contemporain là, qui est en train de se produire depuis un tout petit nombre d’années, qui est l’apparition de ce qu’on appelle… déjà le web documentaire… qui correspond donc à l’utilisation des spécificités non seulement d’internet mais aussi multimédia. Il faudrait peut-être dire du multimédia et d’internet pour produire des objets qui répondent effectivement a priori à toutes les caractéristiques du documentaire, à tous les critères qu’on peut s’efforcer de faire fonctionner comme je l’ai dit pour distinguer ce qui est documentaire, mais qui sont des choses que l’on voit effectivement en ligne en se connectant sur un site internet. Donc ça c’est assez intéressant, et on observe que c’est à la… c’est au croisement de pas mal de genres préexistants. Ça peut tenir à la fois du grand reportage photographique, du reportage d’investigation au sens de la presse écrite, du reportage filmé, du véritable documentaire de création. Bon, plus des fonctionnalités qu’autorisent le multimédia, l’informatique et la toile du réseau web.

17On pourrait se limiter à parler de documentaire et seulement de documentaire, et poser : « le documentaire est une production audiovisuelle génératrice d’assertions sérieuses consenties ». Mais, à une telle représentation définitive de la chose, le travail de recherche oppose une tentative de dépassement, appelle à ce que, à ce matériel représentationnel premier, l’on accole de nouvelles observations susceptibles d’enrichir le concept de documentaire. Ainsi peut-on rendre compte de différents types ou « sortes » de documentaires, soit autant d’objets qui sont des documentaires et qui relèvent toujours du documentaire, mais que le constat de quelques particularités locales permet de différencier cependant : la tentative pour rendre compte du réel ouvre la voie à l’enregistrement de variables d’abord ignorées ou laissées de côté, partant à la complexification du compte rendu de ce qu’est le documentaire. Ainsi du sujet traité par le documentaire qui, ici, permet par exemple de reconnaître les « films d’art ». Ainsi du support de diffusion employé qui, là, appelle à distinguer les « web documentaires ». Ainsi de la démarche dont procède le documentaire considéré qui, elle, peut enjoindre de parler de « film essai ». « Film d’art », « web documentaire » ou « film essai » : on voit comme le travail constant de recherche peut incliner à étendre et prolonger toujours plus la représentation d’origine de tel ou tel objet. De là que, parlant de documentaire, tentant d’exposer « scientifiquement » ce qu’il est, on en vienne à faire mention d’un ensemble de constats qui vont bien au-delà de ce que le questionnement commun exigerait. L’on peut certes toujours, si l’on veut, se contenter de dire du documentaire qu’il est cette forme de productions audiovisuelles qui rend compte du réel plutôt que d’univers de fiction inventés de toute pièce, mais pour qui entend – tel le scientifique – rendre compte au plus près de la réalité des phénomènes, il s’avère impératif de dépasser une telle représentation première et concise du réel.

Diana : L’autisme c’est un spectre. Donc ça va du… le terme autisme en soi ça désigne les difficultés d’interaction sociale de compréhension des intentions, arriver à se faire une théorie de l’esprit, arriver à capter ce que veut l’autre, ce qu’il désigne par son comportement, arriver à extraire les codes sociaux… Je prends un exemple, ils ont du mal à adapter le volume de leur voix par exemple ou ils savent pas si… ils vont te parler très près d’un coup, ou alors ils vont te parler super loin. Ils savent pas ajuster les distances, des trucs comme ça… Il y a différents degrés. Il y a l’autisme qu’on appelle de bas niveau où là ajouté à ça tu as du retard mental. Et donc pas d’accès au langage, ou très très peu. Après t’as l’autisme classique où là t’as un petit peu de langage mais pas vraiment des phrases construites. Il y a une communication possible par le biais d’images et puis d’apprentissage. Et puis après t’as l’autisme de haut niveau et/ou asperger. Alors là c’est pareil les définitions sont compliquées, parce qu’haut niveau et asperger, selon l’institution qui donne le diagnostic, un asperger va être classé haut niveau, un haut niveau va être classé asperger. Ça, il y a vachement de variabilité aussi. Et donc eux ils ont… enfin la grosse différence c’est qu’ils ont des traits autistiques… donc des difficultés sociales. Par contre ils ont pas de retard mental, ils ont une intelligence normale, voire supérieure à la moyenne. Et la différence autiste haut niveau ou asperger, grosso modo c’est que si le langage apparaît avant trois ans, t’es asperger. S’il apparaît après trois ans, t’es haut niveau. Grosso modo. Et donc déjà dans tout ça, la priorité sanitaire, c’est pas tellement ceux qui sont de haut niveau qui peuvent relativement compenser leur trouble avec leur intelligence. Donc déjà les bas niveaux. Sauf que les bas niveaux avec retard mental pour dissocier l’effet… enfin ce qui vient du retard mental et ce qui vient des traitements des effets des informations sociales, c’est déjà vachement plus compliqué.

18De même de l’autisme, dont l’observation appelle à ce que, au-delà du trait conceptuel fondateur – difficultés d’interaction sociale, de compréhension des intentions –, on reconnaisse différents niveaux et on fasse la part entre diverses manifestations du phénomène, selon qu’il y a par exemple présence ou non de retard mental, accès ou non au langage. Du travail constant intervenant à l’interaction du mot et du phénomène, il peut dès lors continûment résulter la génération de développements ou « prolongements » représentationnels multiples, et prenant des formes variées : par exemple, reconnaissance de différents types ou différents niveaux tous relatifs à l’objet considéré, reconstitution d’une histoire de l’objet, qui implique aussi bien la reconnaissance de son apparition que le détail de son évolution, distinction entre ce qui tient à l’essence de l’objet – et partant vaut généralement – et ce qui relève de l’exceptionnel, des cas particuliers. Ce disant, on ne cherche pas à déterminer si un tel surcroît d’observations est ou non fondé, si l’on parvient ou non par elles à rendre mieux compte du réel, mais toujours à observer le jeu représentationnel à l’œuvre, ses multiples voies de développement. On doit envisager dans sa pleine mesure cette disposition représentationnelle spéciale intervenant potentiellement au sein des propositions, disposition faisant qu’un mot ou nom, mettons « le Brésil », n’est plus simplement ce qui permet, au détour d’une conversation, d’indiquer un pays d’origine ou le lieu de quelque retraite, mais devient prétexte à une entreprise de représentation susceptible d’intégrer toujours plus de données jugées pertinentes : superficie du territoire, variété des écosystèmes, histoire du pays, conditions historiques d’industrialisation, tableau démographique, relations de commerce à l’international, spécificité du réseau routier intérieur, etc. À l’observation de Diana voulant que « l’autisme est un spectre », on pourrait ainsi ajouter que tout objet est un spectre en puissance, au sens où il n’est sans doute pas de notion qui ne puisse pas servir de prétexte à une telle appropriation, à une telle forme d’investissement conceptuel.

19Comme second aboutissement de l’activité scientifique dans l’ordre des propositions, il résulte encore la formation de quelque chose comme une profusion conceptuelle, profusion en vertu de laquelle le matériel conceptuel attenant à la considération de tel ou tel phénomène se voit accru. Comme on a admis que la réalité n’offre en elle-même aucune indication quant à la manière d’être comprise et « dite », comme on a admis qu’elle ne procure aucune indication quant aux modalités qui conviennent à sa représentation, il faut encore envisager la possibilité que des variations interviennent quant à la densité du matériel représentationnel conçu ici ou là, sur la base de l’observation de tel ou tel phénomène. C’est là une conséquence supplémentaire de ce travail sur les mots : à l’usage commun qui n’a besoin d’un terme que pour désigner tel ou tel phénomène et qui, sitôt ce dernier distingué, peut s’en séparer, le procès d’investigation continu mené par les scientifiques conduit à la génération progressive d’une forme de quadrillage conceptuel, trame représentationnelle étroite et à même d’enserrer le phénomène envisagé sous le coup d’une multiplicité de concepts plus ou moins dépendants et voisins. Pour s’en convaincre, il n’y a qu’à songer à la multitude de concepts avec laquelle chacun des scientifiques interrogés aborde et comprend le ou les phénomènes qui l’intéressent. Par exemple, pour Ingrid : conflit cognitif. Réflexe d’orientation. Contexte social. Performances cognitives. Personne évaluative. Induction. Croyances sociétales. Stéréotypes. Contrôle cognitif. Ressources attentionnelles. Animaux sociaux. Traitement du congénère. Neuro-typiques. Activation physiologique. Répertoire comportemental. Codes sociaux. Autisme de bas niveau. Autisme classique. Traits autistiques. Inhibition. Capture émotionnelle. Activation neuronale. L’exemple de propos de critiques de cinéma, en faisant montre d’un matériel conceptuel peu voire pas sollicité par des « non spécialistes » de cet art, peut s’avérer plus révélateur encore en s’appliquant à un ordre de phénomènes bien plus ordinaire : personnage central. Extrait. Plan. Champ contre champ. Prologue. Genre. Polar. Slapstics. Cinéma muet. Générique. Cadre. Maîtrise formelle. Personnage qui sort du champ. Tournage. Réalisateur. Making-of. Lumière. Séquence. Travelling descendant. Mouvement de caméra. Voix off. Point de vue sonore. Scène. Biopic. Flashbacks. Cinéma commercial. Art et essai. Film expérimental. Bande-son. Éclairages. Cinéaste naturaliste. Motifs rohmériens. Jeux de lumière. Séquence d’ouverture. Mise en scène. Forme baroque. Parodie. Western spaghetti. On mesure aisément quel écart sépare un discours construit autour et par l’ensemble de ces notions et une appréciation plus commune des films de cinéma. On ne fait dès lors plus tant face à un simple film sur lequel porter une appréciation plus ou moins laconique, mais à une matière qui paraît dès lors découpée, disséquée, analysée par autant de ces outils conceptuels que sont les notions de « plan », de « séquence », de « cadre », de « photographie », etc. Aussi nul doute que, fort de ces outils conceptuels, le chercheur voit les choses différemment, réalise un rapport au phénomène distinct d’un regard plus vierge. Mais là où la conception indigène tend à voir là le fait d’un accroissement du savoir, d’une avancée de la connaissance sur le réel, l’on doit préférer constater ce qui par là se trouve impliqué en termes de pratiques sociales : quelque chose comme une inflation conceptuelle faisant que la représentation change, que le regard posé sur la réalité n’est plus le même, que la compréhension des phénomènes procède autrement. Sans que ceci doive servir de prétexte à l’attribution d’un statut épistémique spécial à ces propositions qu’on dit « scientifiques », il y a là une forme d’accroissement vertical ou « densification » du matériel conceptuel qui appelle à distinguer ces propositions des descriptions plus usuelles et courantes, descriptions dont il faut dès lors signaler non pas tant la fausseté que le fait de reposer sur un contingent de notions comparativement restreint.

La sociologie des sciences

20À propos de la sociologie des sciences, à propos de ce faisceau de recherches qui a fait de l’activité scientifique un objet d’investigation sociologique à part entière, on peut dire deux choses. D’abord, qu’il existe un consensus évident autour de cette démarche, c’est-à-dire autour de la possibilité que la sociologie approche cet espace d’activité, qu’elle tente d’en offrir une description et une compréhension propres. Personne, en somme, dans les écrits qui traitent de ces sujets, ne paraît vouloir remettre en cause la possibilité d’une telle perspective de recherche. Ceci dit, il paraît tout aussi évident, secondement, que quelque chose comme une fracture traverse ce consensus et scinde en deux l’ensemble des chercheurs officiant dans cette démarche, fracture tenant à l’opportunité que les dites recherches étendent leur domaine d’observation jusqu’à englober les énoncés scientifiques eux-mêmes, soit ces produits propositionnels ou représentations de la réalité que l’activité scientifique entend générer. À l’idée majoritairement admise que la sociologie peut voire doit étudier le champ d’activité scientifique suit une forme de désaccord concernant le comment ou – si l’on peut dire – le jusqu’où. Par exemple, revenir sur les conditions d’émergence, au cours de l’histoire longue, d’une activité proprement scientifique, ou examiner l’ordre des interactions officiant entre le champ de la recherche et les milieux industriels : nul doute qu’il est là de multiples pans de l’objet « science » qui paraissent désormais se prêter normalement au jeu de l’observation sociologique, donnant lieu à de multiples recherches qu’on ne saurait mieux répertorier que Vinck (2007) ou Pestre (2006). S’il advient que le bât blesse, ou si en d’autres termes une disjonction se formule parfois, c’est donc dès lors que la sociologie veut aller plus loin, en prétendant expliquer les énoncés scientifiques eux-mêmes, en voulant trouver des facteurs sociaux qui entrent en jeu même dans la génération de ces produits de la recherche. On peut prendre pour preuve de cette division les travaux récents de certains sociologues dont, en quelque sorte, la démarche consiste non pas tant à faire œuvre d’une sociologie des sciences qu’à revenir sur les travaux qui, au sein de cette sociologie, se prêtent à faire état d’une détermination sociale des propositions scientifiques. Sociologies des controverses scientifiques (Raynaud 2003) ou La nouvelle sociologie des sciences (Dubois 2001) : tout se passe comme si, pour une certaine part de la recherche, il devenait plus urgent de discuter les thèses d’un Latour ou d’un Bloor que de contribuer en propre à l’avancement des études sociologiques des sciences. Quand bien même l’exercice critique par lequel on évalue les travaux des pairs fait partie intégrante du travail scientifique, on sent dans ces travaux combien la priorité est donnée à l’examen des thèses qui entendent expliquer les propositions scientifiques, afin d’en soupeser les tenants et aboutissants, d’en évaluer les implications. Par quoi s’exprime clairement, au sein même du milieu des chercheurs, une dissension essentielle dans la manière d’appréhender sociologiquement la science.

Les propositions dites « scientifiques » plutôt que la science

  • 4 L’ouvrage de D. Vinck (2007) réalise le compte rendu de ces directions de recherche.

21Face à cela, et pour nous situer vis-à-vis de cet état de la recherche, on peut faire plusieurs observations. Il faut premièrement remarquer combien notre démarche générale dénote par rapport à tout ou partie des contributions officiant en sociologie des sciences. Pour nous en effet, il ne s’est jamais agi d’étudier la science, il ne s’est jamais agi que la science constitue notre objet. Les multiples questionnements qui animaient la recherche – qu’est-ce qu’un objet ? Y a-t-il une différence entre un objet scientifique et un objet « ordinaire » ? Qu’est-ce qu’une proposition objective ? –, et dont certains concernaient effectivement ces propositions qu’on dit scientifiques, ont abouti non pas à la décision de travailler sur « la science », mais à la création progressive du concept de proposition, concept par lequel on pouvait s’intéresser aux propositions scientifiques, mais pas seulement. Travaillant sur les propositions plutôt que sur la science, il vient de là que, pour autant qu’il était effectivement question de se confronter à un moment ou à un autre aux propositions scientifiques, on n’ait jamais songé à emprunter la voie d’une sociologie « classique » des sciences, sociologie vouée à répertorier tel ou tel des multiples aspects et conditions d’exercice de ce domaine d’activité. On n’a jamais voulu observer, par exemple, la façon dont les chercheurs nouent actuellement des liens à l’international, les réseaux se reformulant au gré de la mondialisation, ou les conditions et implications de l’acquisition de quelque prestige au sein du champ. On n’a jamais voulu déterminer s’il est un ethos spécifiquement scientifique, ni examiner les multiples modèles organisationnels empruntés par l’activité de recherche4. Sans doute y a-t-il là une série de phénomènes sur lesquels la sociologie peut construire un discours pertinent mais qui sortait absolument de nos préoccupations. Par là s’explique déjà notre éloignement vis-à-vis de l’inspiration la plus classique des travaux sociologiques des sciences.

  • 5 Dans La vie de laboratoire, Latour (1989 : 35) remarque qu’il emprunte ce terme à Derrida et qu’il (...)

22On peut de plus remarquer comme la perspective générale adoptée ici – étudier les propositions, tenter d’en décrire les possibilités générales de développement – inclinait peu à accorder de la place à une observation du lieu de travail du chercheur, ou à un examen minutieux de ses pratiques. Si la question de savoir si les propositions scientifiques sont ou non déterminées par des facteurs sociaux constituait bien, au départ de la recherche, l’une des interrogations principales, si l’on rencontra effectivement des chercheurs pour à la fois recueillir leur parole et les observer menant leur expérimentation, à aucun moment cependant on envisagea de procéder à une reconnaissance systématique de l’activité de recherche ou des conditions de travail du chercheur. Quand bien même au cours de nos investigations la volonté se manifesta effectivement de « voir » les chercheurs, de les observer pendant l’expérimentation, en train de se confronter hic et nunc au phénomène qu’ils questionnent, l’attention se reporta toujours privilégiement sur leur propos, c’est-à-dire sur la manière dont, au gré de leur interview, ils « racontaient » leur objet, éclairant les enjeux de la présente expérience, précisant les hypothèses testées. Malgré les observations du milieu du chercheur réalisées de fait, l’attention se reporta toujours prioritairement sur les propositions des scientifiques, avec l’idée que si elles étaient bien corrélatives à cet espace social spécial, leur ‘raison’ ne devait cependant pas être cherchée dans tel ou tel fait extérieur, comportement d’acteur ou dispositif matériel. L’idée était avant tout d’observer en elles-mêmes les propositions scientifiques, de déterminer si, par rapport à un usage plus ordinaire des mots, elles font montre de caractères représentationnels spéciaux : si l’on devait rendre compte de ces produits propositionnels spéciaux, ce serait par le compte rendu direct de leurs caractéristiques internes, par le témoignage immédiat de leurs traits, et non par le renvoi à quelque condition extérieure propice à leur génération. Par là, ce n’est à l’évidence pas qu’on reconnaissait une vie propre aux propositions, quelque chose comme une indépendance vis-à-vis de leur lieu de conception, mais qu’il y avait là, d’ores et déjà en soi, la donnée sociale qui demandait à être examinée, appréhendée en propre. En elles-mêmes les propositions constituaient le terrain, la base des pratiques à observer ou – pour reprendre les termes de la problématique – elles constituaient un intermédiaire pour approcher des pratiques sociales comme figées en elles : les pratiques de représentation de la réalité – et en l’occurrence celles des scientifiques. In fine, il vient de là qu’on ne se trouve pas non plus tant d’atomes crochus avec ce pan de la sociologie des sciences qui, lui, entend rendre compte des propositions scientifiques et expliquer sociologiquement ces produits de la science. Si par exemple l’invitation de Woolgar et Latour à porter l’attention sur l’appareillage matériel producteur d’« inscriptions »5 – matériel sans lequel le phénomène étudié demeurerait tout simplement inaccessible ou imperceptible au chercheur – paraît complètement justifiée pour légitimer l’invocation d’un « social » intervenant dans la constitution des propositions, telle problématisation de l’activité scientifique manquait à satisfaire notre ambition. Si dans cet appareillage il y a effectivement un facteur sans lequel, en l’état, la proposition qui rend compte du phénomène ne pourrait tout simplement pas exister, et si en somme on peut en effet reconnaître par là une détermination sociale aux propositions produites par le chercheur, il ne s’en fait pas moins que les auteurs, empruntant un tel chemin, passaient à côté de nos intentions d’investigation. En se concentrant ainsi sur les conditions de production des propositions scientifiques, ils manquaient toujours notre ambition à déterminer s’il est aux propositions scientifiques telle ou telle caractéristique qui leur appartient en propre.

Rompre avec le sens commun

23Plus généralement, il faudrait considérer la façon dont – de quelque tendance qu’ils soient – les travaux constitutifs de la sociologie des sciences font montre d’une nette tendance à prendre la science pour acquise, c’est-à-dire à la prendre pour un objet en soi, naturel ou normal. Ce n’est à l’évidence pas, ce faisant, qu’ils tendent à adhérer spontanément aux préjugés la concernant – puisque la prenant pour objet c’est sans doute leur ambition que d’en reformuler la compréhension immédiate – mais qu’invariablement leur problématique, et partant leurs données, ne semble jamais admettre rien davantage que ce que le sens commun place spontanément derrière ce terme de « science ». D’où selon nous une difficulté à repenser cet ordre de pratiques, à en procurer une représentation qui s’affranchisse des formes de compréhension premières. Ce n’est pas que, pour faire œuvre de sociologie, il faille faire table rase des concepts communs – on peut plutôt supposer que les termes du langage indigène constituent une voie toujours propice à l’amorce d’une compréhension sociologique des faits sociaux – mais que leur réemploi immédiat ne peut se faire qu’au risque plus ou moins évident de borner la pensée et les observations à la mesure des représentations communes. Il faudrait rappeler ici le propos de Mauss qui enjoignait le sociologue à se munir d’une définition de départ, définition préalable conçue par lui et pour lui et dont la vertu tient moins dans sa justesse ou véracité intrinsèque que dans la distanciation d’avec les modes de lecture communs qu’elle rend possible. On conçoit bien que, préalablement, le chercheur débutant sa recherche dans ce domaine, l’observation qu’il est une science – ou plutôt que les acteurs sociaux reconnaissent une telle chose – ne lui échappe pas, et même que ceci représente pour lui une piste d’interrogation à travailler. Mais une reprise trop automatique ou directe du concept de « science » ne risque-t-elle pas de tuer dans l’œuf toute aspiration à observer différemment le phénomène, à en livrer une lecture inédite ? Ici il y avait bien – comme on l’a déjà rappelé – une volonté de nous confronter à un moment ou à un autre aux énoncés scientifiques, c’est-à-dire à ces propositions dont les acteurs disent privilégiement qu’elles sont vraies, ou qu’elles sont celles qui correspondent le plus étroitement à la réalité des phénomènes, mais c’était cependant tout le bénéfice du concept de proposition que de faire se rencontrer, sur un plan commun, une diversité de discours habituellement séparés, que de rapporter sur un espace unique d’observation aussi bien les énoncés dits « scientifiques » que ceux auxquels on n’attribue jamais cette qualité et qui, cependant, sont continûment mis à profit au sein de l’espace social. Questionnant les propos des individus, interrogeant leurs représentations, s’interrogeant sur le statut épistémique potentiel des divers discours, ne s’expose-t-on pas à quelque défaut d’analyse en limitant d’emblée l’observation à tel ou tel contingent de ces productions ? Aussi, l’on ne peut qu’abonder dans le sens de Woolgar et Latour lorsque ceux-ci prétextent approcher leur terrain – un laboratoire d’endocrinologie – à la manière de l’anthropologue, c’est-à-dire sans présumer aucune familiarité, comme on procèderait pour approcher l’espace social le plus étranger. Pour autant, un tel terrain n’épouse-t-il pas trop directement et d’emblée la représentation de la science qui vaut communément pour permettre de la dépasser effectivement ?

24De la perspective adoptée ici, il s’est suivi quelque chose comme une reformulation générale du problème. D’elle il provient qu’in fine, face à l’objet science, on ne se situe pas dans une tentative pour déterminer l’influence potentielle du social, comme on tenterait de le ‘dénicher’ dans tel agissement des chercheurs ou d’en démontrer l’incidence dans tel énoncé que ces derniers produisent. S’il était bien question de s’intéresser aux propositions tenues pour scientifiques et si, suivant la conception commune qui tend à les placer à part, l’idée était bien d’y accorder à un moment une attention spéciale, à la fois l’alignement des différents discours que le concept de proposition appelait et la détermination d’un principe de lecture systématique qui s’en suivit nous convainquirent que même elles ne devaient pas être placées en dehors du social. La particularité des représentations scientifiques, si particularité il y avait, ne devait pas justifier qu’on les sépare des autres formes de représentations, ni qu’on les fasse quitter l’espace de la société. Considérer et observer tel ou tel phénomène, tenter d’en rendre compte et employer des mots pour ce faire, bâtir des propositions : il s’agissait là en tout cas de faits à rapporter à des facteurs sociaux, et c’était dans tel développement, telle “manière de faire”, par telle modalité circonstanciée, que des variations pourraient s’observer, et seulement cela. Dès lors, face aux propositions scientifiques, le social ne devait pas être tant recherché ou décelé que compris et élucidé. S’il fallait, à leur propos, parler d’une détermination sociale, ce n’était pas en fonction de tel facteur particulier agissant inopinément ou en raison de tel manquement au bon fonctionnement de la science, mais bien parce que, généralement, scientifiques ou non, il en va des mots et de l’exercice représentationnel comme de faits sociaux avant tout.

25Il faut préciser comme, au final, l’intention n’est pas ici de produire une définition de la science, d’aboutir à une proposition du type « la science est ». Avant tout, l’idée était – dans la problématique générale des propositions – de jeter un regard sur les propositions produites au nom de la science, afin de déterminer s’il est possible de leur reconnaître un trait spécifique, trait qui justifierait la disposition commune à les placer à part. Il nous est ainsi apparu qu’un trait essentiel tient dans une disposition à – si l’on peut dire – prendre la donnée propositionnelle au sérieux. Là où, plus ordinairement, le mot paraît avant tout jouer le rôle d’intermédiaire pratique entre l’individu et la réalité, indépendamment de toute préoccupation conceptuelle – ainsi de la demande « passe-moi le sel » qui n’a pas besoin de s’interroger sur le sens du terme « sel » pour s’accomplir –, il fait dans ce cas l’objet d’une attention pour lui-même : quand bien même le regard du scientifique est d’abord tourné vers la réalité, et plus précisément sur le phénomène qui l’intéresse, l’aboutissement nécessaire de son travail de recherche est toujours une intervention, plus ou moins significative, sur la constitution conceptuelle du mot qu’il emploie. Il y a là, sur le plan des propositions, comme une conséquence quasi involontaire de l’entreprise scientifique. Mais il faut dire cependant combien une telle observation n’a pas vocation à servir de critère discriminant pour définir la science : on ne saurait suggérer que c’est là le moyen à employer pour distinguer ce qui relève de la science de ce qui n’en relève pas, comme on prétexterait : « si une proposition ne procède pas de cette façon, alors ce n’est pas de la science ». Le terme de « science » appartient au sens commun et, à ce titre, vaut surtout en tant que moyen indigène pour organiser la vie sociale. De cela, la sociologie – dont ce n’est pas l’objet que d’ordonner le social – doit donc se départir afin avant tout de témoigner des faits sociaux au plus près : dans le cas présent, en distinguant un nouvel usage propositionnel, un mode d’être supplémentaire de cet espace de pratiques. Ce faisant, on comprendra mieux la possibilité de reconnaître une telle disposition propositionnelle dans des lieux où l’on ne se revendique en rien de l’activité scientifique : à leur manière, Paul et Kevin ne font-ils pas preuve d’un même usage des propositions, lorsqu’ils réfléchissent l’un sur la nature du cinéma et l’autre sur l’évolution historique de la condition homosexuelle ?

Notes

1 Augustin cité par A. Gonord (2001 : 89).

2 Voir supra « Du général et du particulier ».

3 Diana : « Donc comparer déjà les regards soutenus, les regards brefs. Ça, soit on le fait directement avec une personne, c’est tentable. Le seul problème c’est qu’avec une personne directement il y a plein d’autres facteurs aussi, comme la sympathie qui peut y avoir, enfin il y a plein d’autres choses qui peuvent influer. Donc dans un premier temps, j’ai voulu écarter moi ces facteurs-là, donc j’ai seulement pris des photos de regards. »

4 L’ouvrage de D. Vinck (2007) réalise le compte rendu de ces directions de recherche.

5 Dans La vie de laboratoire, Latour (1989 : 35) remarque qu’il emprunte ce terme à Derrida et qu’il lui sert à renvoyer à toutes les traces trouvables au sein du laboratoire : taches, points, histogrammes, nombres enregistrés, spectres, pics, etc.

© Presses universitaires de Provence, 2016

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search