Version classiqueVersion mobile

Les représentations de la réalité

 | 
Yannick Duvauchelle

Du général et du particulier

Texte intégral

« Entrez dans ce laboratoire ; approchez-vous de cette table qu’encombrent une foule d’appareils, une pile électrique, des fils de cuivre entourés de soie, des godets pleins de mercure, des bobines, un barreau de fer qui porte un miroir ; un observateur enfonce dans de petits trous la tige métallique d’une fiche dont la tête est en ébonite ; le fer oscille et, par le miroir qui lui est lié, renvoie sur une règle en celluloïde une bande lumineuse dont l’observateur suit les mouvements ; voilà bien sans doute une expérience ; au moyen du va-et-vient de cette tache lumineuse, ce physicien observe minutieusement les oscillations du morceau de fer. Demandez-lui maintenant ce qu’il fait ; va-t-il vous répondre : « J’étudie les oscillations du barreau de fer qui porte ce miroir » ? Non, il vous répondra qu’il mesure la résistance électrique d’une bobine. Si vous vous étonnez, si vous lui demandez quels sens ont ces mots et quel rapport ils ont avec les phénomènes qu’il a constatés, que vous avez constatés en même temps que lui, il vous répondra que votre question nécessiterait de trop longues explications et vous enverra suivre un cours d’électricité. »
P. Duhem, La théorie physique, son objet, sa structure

Les propositions, selon qu’elles se donnent ou non pour propos de rendre compte d’un objet

1Pour comprendre systématiquement la disposition indigène qui consiste à faire la part entre d’un côté des propositions « générales » et, de l’autre, des propositions « contingentes », il est primordial d’entrevoir qu’il y a avant tout là le fait d’options ou « manœuvres » se réalisant à un niveau conceptuel. Point – en d’autres termes – de loi à découvrir dans la réalité, ni d’événement singulier existant en soi, mais l’enclenchement d’usages particuliers des mots, l’engagement de partis pris représentationnels distincts.

2Pour s’en rendre compte, il est dans un premier temps fondamental de noter que la possession d’un objet conceptuel – « chaise », « table », « voiture » – procure déjà en soi toute matière nécessaire à la formulation d’une proposition générale : de là, il suffit en effet d’énoncer une proposition qui se contente d’en recenser l’une ou l’autre des caractéristiques propres. Ainsi peut-on affirmer que « toutes les sociétés holdings et toutes sans exception sont des sociétés détentrices de participations dans le capital d’autres sociétés » et établir par là un énoncé valant généralement, c’est-à-dire quelle que soit la société holding considérée, au dépit de toute donnée temporelle ou géographique. Mais s’il en est ainsi, c’est-à-dire s’il y a là une caractéristique qui se vérifie pour chaque société holding, ce n’est pas parce que les choses sont comme telles naturellement, mais parce que le concept même de « société holding » contient en lui-même la référence à cet aspect. En tant qu’entité dénotant un certain nombre de traits conceptuels, la retenue d’un nom pour rendre compte d’un phénomène n’a pas que pour effet de nommer ce phénomène, mais vaut aussi pour un acte d’assertion quant à ses qualités, d’où qu’au niveau propositionnel puisse s’établir une espèce de vérité valant généralement, car se vérifiant toutes les fois que le terme en question se trouve mobilisé et rapporté à l’un ou l’autre de ses traits constitutifs. Il y a là un procédé propositionnel dont n’importe quel terme tiré du dictionnaire peut constituer le prétexte et que la distinction courante entre jugements ‘analytiques’ et ‘synthétiques’ fait déjà pressentir : en faisant mention d’une qualité que le concept contient par définition – « une société holding est une société dont la particularité est de détenir des participations dans le capital d’autres sociétés » – et cependant qu’un jugement synthétique réfèrerait lui à une qualité absente du concept de base – « la société holding établie en Chine » –, Kant notait bien que les jugements analytiques aboutissent indirectement à la formulation de propositions toujours vraies. Presque de facto, la constitution d’un concept, la constitution de cette sorte d’entité idéelle dénotant telle et telle qualité, autorise la formulation de propositions qui, sauf reconfiguration de sa signification, valent pour tout temps et tout lieu.

3Loin de mener ici à quelque considération épistémologique ou métaphysique, tel constat devrait servir à procurer quelque chose comme un principe de lecture utile pour approcher les propositions : l’observation que par les mots les acteurs manipulent des objets conceptuels plutôt qu’ils réfèrent à des choses en soi peut inciter à identifier différentes formes d’appropriation de ces entités conceptuelles, différentes formes d’appropriation qui ouvrent la voie à autant de formes propositionnelles. Ici, il faudrait ainsi faire état d’une disjonction fondamentale au sein des propositions, selon qu’elles se donnent pour ambition principale de rendre compte d’un concept, établissant son portrait et travaillant à en exposer le détail, ou qu’à l’inverse elles tendent à associer une multitude de concepts les uns aux autres, constituant une représentation d’ensemble et passant en quelque sorte sur l’exposé définitionnel de chacun des termes employés.

4Pour exemple de la première manœuvre, on peut référer ici aux différents chapitres et sous-parties d’un ouvrage de biologie végétale : « la germination », « l’alternance des générations », « le système racinaire », « le système caulinaire », « la fleur ». Il faut saisir ici combien l’adoption d’une telle formulation – un simple nom accolé à un article défini – signale indirectement l’intention de rendre compte de la chose en elle-même, soit l’intention d’expliquer ici ce qu’est une fleur et là en quoi consiste la germination. Pour notre part, l’on doit se remémorer qu’un mot, faute de révéler une réalité en soi, réfère en fait à un produit conceptuel, pour comprendre que derrière l’impression de représenter la chose elle-même, derrière l’impression de donner à voir la chose telle qu’elle est, on expose en fait la définition d’un concept. Comme les termes de « chaise » ou de « guitare », « germination » ou « fleur » constituent autant d’entités abstraites dont l’emploi peut servir à confectionner et publier une représentation. Aussi, pour avancer dans l’analyse, faut-il encore ajouter qu’on fait dès lors face à des propositions qui, œuvrant à procurer l’image d’un concept, intègrent de facto une dimension représentationnelle atemporelle. Comme plus tôt pour le concept de « société holding », la peinture de l’objet conceptuel, sa description, ont indirectement pour effet de produire un discours valant toutes les fois que le concept se verra employé par des acteurs, et partant abstraction faite de toute nécessité spatiale et/ou temporelle : pourvu qu’on a reconnu ici ou là une « société holding », on trouvera toujours toutes les caractéristiques attachées au concept, les mêmes traits se verront vérifiés invariablement, qu’il s’agisse d’une société holding américaine ou française, petite ou grande, créée dans les années 1980 ou en 2000.

5Telle ambition à mentionner le détail d’un concept peut être opposée à un emploi – si l’on peut dire – purement ‘actif’ du terme, car opérant au dépit de toute introspection conceptuelle. Les mots sollicités ont dès lors à jouer à plein leur fonction de représentation au sein d’un ensemble plus étendu, et sans qu’à aucun moment il soit question de réaliser le portrait exclusif de tel ou tel objet. Les écrits qu’on tient habituellement pour contingents, au sein desquels on peut compter les articles journalistiques aussi bien que les écrits historiques, relèvent majoritairement d’une telle orientation. Ainsi d’un extrait d’un journal d’informations radiodiffusé :

  • 1 Extrait du journal de France Info.

Dans le collimateur, l’article 30, il veut renouveler le dialogue social et évoque la retraite à 60 ans au lieu de 55 ans, une décision injuste au regard de la pénibilité du métier estime Christian, infirmier anesthésiste : « On a quand même un cinquième du personnel infirmier qui part à la retraite avant les 55 ans en incapacité de travail, c’est-à-dire qu’ils prennent leur retraite par anticipation parce que le travail les a usé. » Le paradoxe, c’est justement que dans le dossier retraite, qui doit être discuté en avril, la pénibilité doit être prise en compte et au CHU de xx elle s’est accru, explique Monique, infirmière depuis 32 ans : « Les personnels travaillent par roulement, matin, soir et nuit, et de nombreux week-ends travaillés. Les patients, face au progrès médical, restent moins longtemps hospitalisés, mais du coup le travail s’intensifie. » À Toulouse, le CHU emploie 9 000 personnes, hors médecins. La pénibilité au travail provoque 10 % d’absentéisme qu’il faut remplacer au pied levé. Le départ à 55 ans se justifie donc pleinement, affirme Jeannine : « Les aides-soignantes, les infirmières profitent de la rentrée 7 ans en moyenne de moins que les autres je crois. De la moyenne nationale. C’est énorme quand même hein. » Toulouse, Frédéric le Bourgade, France info1.

6L’important est ici de considérer combien un tel type de propositions requière prioritairement des mots qu’ils dénotent leur objet afin, ce faisant, que chacun participe à l’édification de la représentation d’ensemble. « Patients », « infirmier-anesthésiste » ou « pénibilité » : ici, l’ambition propositionnelle n’a pas vocation à sonder le sens d’un mot ou, c’est pareil, à présenter les caractéristiques essentielles de l’objet auquel censément il renvoie, mais à l’associer à d’autres notions pour constituer une représentation plus large. Non pas répondre à la question « qu’est-ce qu’un infirmier ? » ni définir ce qu’est un « patient », mais affirmer « les infirmiers veulent » et/ou « le patient a ». Il y a là un trait caractéristique fondamental des écrits ou « papiers » journalistiques qui, s’ils intègrent parfois des éléments de définition pour éclairer le lecteur sur le sens des mots employés, procèdent majoritairement de ce procès d’empilement de concepts censés participer tous également à la représentation promue. On comprend que la présente distinction n’a pas pour objet d’établir une quelconque hiérarchie entre tel et tel type de propositions, si bien qu’il n’y a pas à choisir entre une qui serait plus à même de saisir le réel que l’autre : on doit plutôt apprécier combien, entre d’un côté penser et travailler un concept en lui-même et, de l’autre, s’en emparer pour, l’associant à d’autres, lui faire jouer son rôle de signifiant, deux manières d’user des mots s’illustrent qui doivent être démarquées.

L’activité de recherche

7On peut relire sous ce jour les pratiques propositionnelles respectives des journalistes et des chercheurs, d’abord en notant combien, pour autant que les deux entreprises procèdent d’une même vocation à faire œuvre de représentation, les procédures employées pour ce faire divergent d’un cas à l’autre. Dans les extraits qui suivent, chacun des chercheurs interviewés présente l’objet de sa recherche.

Diana : moi je travaille sur l’effet du contexte social sur nos performances cognitives. Alors kézaco tout ça ? Contexte social, quand je dis contexte social, c’est des informations sociales de type la présence de quelqu’un. Si par exemple je suis en train d’effectuer quelque chose et que tu es à côté de moi, est-ce que je vais avoir la même manière de travailler que si je suis seul ? Est-ce que si c’est mon chef qui est à côté de moi et pas toi, est-ce que je vais avoir la même manière de travailler que si je suis seul ou si je suis avec toi ? Enfin ce genre de choses-là. […] Donc je bosse sur ça, sur l’effet de ces vastes informations sociales que ça soit la présence, des photographies de regard ou de visage, des croyances… l’effet que ça a sur nos performances. Et alors bon les performances, forcément j’étudie pas tout, j’étudie juste ce qu’on appelle le contrôle cognitif, donc le contrôle cognitif en fait, notre manière qu’on a de gérer nos ressources attentionnelles, notre capacité à se concentrer, et donc cette manière-là qu’on a de la gérer… Comment les informations sociales vont influer sur notre gestion de ces ressources attentionnelles.
Jérôme : Alors ce qui est intéressant sur cette expérience, c’est que ce que tu viens de faire en fait, ça active essentiellement le lobe frontal au niveau de ton cerveau, l’avant du crâne. Et avec tout ce qui a été fait en IRM, en imagerie, on sait maintenant qu’au cours du vieillissement normal, la première structure de ton cerveau qui commence à perdre des neurones c’est le lobe frontal. C’est là où tu commences à perdre des neurones, ce qui expliquerait que les personnes âgées mettent plus de temps à changer. Et dans la pathologie que j’étudie, enfin dans le concept de MCI, ces gens-là en fait, cette dégénérescence s’accélère. Donc ils perdent encore plus de neurones que les âgés sains, ce qui expliquerait qu’ils soient encore plus… qu’ils mettent encore plus de temps. Le but de cette expérience sur du… parce que là… je suis pas le seul en fait à faire des… une expérience sur les multiplications. Il y en a d’autres. Et le but c’est de collecter un maximum de données sur les personnes âgées saines et les MCI, pour fabriquer en fait un matériel. Pour fabriquer pour faire du testing en fait.
Yannick : L’hypothèse que je cherche à tester à travers cette expérience et d’autres, c’est que la voix humaine, dans certaines conditions, évoque des représentations motrices et, plus concrètement, des activations des aires motrices du cerveau. […] Tout cherche à répondre à la même question : est-ce qu’il y a des représentations motrices plus fortes évoquées par la voix humaine et dans quelles conditions elles sont évoquées ? Donc toute ma thèse… toutes les expériences vont être tournées autour de ça

8Tâches cognitives ici, fonctionnement du lobe frontal là ou enfin perception de la voix humaine. Comme on a dit qu’il y a une différence entre accoler ensemble de multiples notions et aborder plutôt un concept d’une manière privilégiée, en et pour lui-même, il faut remarquer combien l’activité de recherche s’engage toujours sur la détermination d’un objet particulier, c’est-à-dire d’un objet choisi parmi d’autres et exclusivement. Il y a là une perspective caractéristique que, avant de s’attarder sur les traits les plus frappants ou exotiques d’un travail de recherche, il est primordial d’observer, orientation représentationnelle originale par laquelle l’activité du chercheur trouve dès l’origine son point d’appui sur l’élection d’un objet spécifique, perçu et considéré en lui-même. La procédure expérimentale, dont l’aménagement se détermine toujours autour et en fonction d’un objet auquel on fait subir une série d’épreuves, ne déroge pas à cette disposition initiale.

Diana : je me demande si quand je passe une expérience, le fait qu’il y ait l’expérimentateur avec moi ou pas ça biaise mes performances. […] Donc je veux voir cet effet-là de l’expérimentateur. Du coup, j’ai une condition où mon participant il va faire une tâche et à côté de lui il y a l’expérimentateur qui le regarde à 60 % du temps. J’ai une autre condition où j’ai tout pareil, donc même box, même environnement, même matos, même tâche, même personne même, sauf qu’elle est pas présentée comme expérimentateur, elle porte pas la blouse blanche, elle est présentée par un autre expérimentateur comme un étudiant qui vient passer la manip
Jérôme : Donc je vais comparer les jeunes, les personnes âgées saines et les personnes MCI sur cette tâche-là. Logiquement les jeunes devraient mettre moins de temps à changer que les personnes âgées, et les personnes âgées saines devraient mettre moins de temps que les MCI. […] dans cette expérience tu as deux conditions. Tu as une condition en fait où tu changes sept fois de stratégie. Donc en fait en gros tu changes tout le temps. Et la condition… là… la deuxième, où tu ne changes que trois fois en fait. […] il y a deux variantes de l’expé. Tu as passé la version h puis b. Il y a la version b h en fait. La seule différence c’est que tu commences les arrondis vers le b, vers le bas, et après c’est arrondis vers le haut. C’est juste voir s’il y a un effet de la présentation. Présentation des arrondis. Si… est-ce que l’effet on l’a en b h et pas en h b.
Yannick : Donc moi je veux le montrer pour la perception de la voix, et plus particulièrement la voix chantée, et donc dans les stimuli que t’entendais il y avait quatre conditions. Il y avait les stimuli qui étaient une voix humaine et qui étaient très variables en hauteur, des mélodies compliquées à répéter, qui te demandaient beaucoup de mouvements du larynx pour pouvoir les répéter. Des mélodies qui étaient une voix humaine et qui étaient simples à répéter. Des mélodies qui étaient synthétiques et difficiles à répéter, et des mélodies synthétiques simples à répéter. Donc c’était les quatre conditions.

9Niveau des performances cognitives accomplies en fonction des déterminants sociaux environnants. Aptitude au calcul, comme indication du comportement du cerveau et de son état, selon l’âge, et selon la présence ou l’absence de troubles cognitifs. Enfin, observation pour Yannick de l’activation des aires motrices du cerveau, selon que le sujet entend une voix humaine ou des sons générés par ordinateur, et selon que la mélodie produite est plus ou moins compliquée. À l’arrêt préalable d’un objet suit pour le chercheur l’établissement de ‘conditions’, modalités factorielles dont la vocation est de signaler l’incidence potentielle de tel ou tel facteur sur le comportement de l’objet. Par quoi on voit encore une fois combien le procès de représentation de la réalité qui s’accomplit prend appui sur un acte premier d’élection d’un objet, ce dernier se trouvant dès lors appréhendé en et pour lui-même.

Alternative au mode de lecture explicatif : un procès de fondation et refondation des concepts

10À ce point, on peut mentionner une manière courante de comprendre cet ordre de faits et voulant que l’entreprise de recherche ambitionne d’expliquer les phénomènes réels : il y aurait à distinguer les représentations selon qu’elles se contentent de décrire les réalités abordées ou qu’elles visent à les expliquer. À la simple exposition de faits bruts répondrait la divulgation des causes travaillant à leur génération. Dans son ouvrage d’épistémologie, C. Hempel remarque ainsi (1996 : 73) :

Expliquer les phénomènes de l’univers physique est l’un des objectifs premiers des sciences de la nature. Presque toutes les enquêtes scientifiques qui ont servi d’illustrations dans les chapitres précédents avaient pour but non d’établir un fait particulier, mais de parvenir à quelque vue explicative ; elles portaient sur des questions de ce genre : comment la fièvre puerpérale s’attrape ? pourquoi les pompes aspirantes ne font monter l’eau qu’à une hauteur limitée et caractéristique ? pourquoi la transmission de la lumière suit les lois de l’optique géométrique ?

  • 2 Jérôme évoque un « effet du vieillissement normal » et Diana parle tour à tour d’« effet du context (...)

11Dans leurs propos, les enquêtés eux-mêmes font montre d’un tel mode d’intelligibilité, aussi bien par leur manière de penser en termes d’« effets2 », c’est-à-dire d’incidence d’une chose sur une autre, que par leur façon de représenter les phénomènes observés en termes de « liaison », supposée ou confirmée. Diana s’interroge ainsi : « Si par exemple je suis en train d’effectuer quelque chose et que tu es à côté de moi, est-ce que je vais avoir la même manière de travailler que si je suis seul ? Est-ce que si c’est mon chef qui est à côté de moi et pas toi, est-ce que je vais avoir la même manière de travailler que si je suis seul ou si je suis avec toi ? » De même, Yannick résume : « Tout cherche à répondre à la même question : est-ce qu’il y a des représentations motrices plus fortes évoquées par la voix humaine et dans quelles conditions elles sont évoquées ? »

  • 3 Ingrid : il y a un phénomène de fusion entre les informations visuelles et auditives, ce qui fait q (...)

12Cependant, à cette vision en termes d’« explication » ou d’identification des effets aux causes, on peut substituer le constat qu’ainsi configuré, un tel protocole d’observation vaut indirectement pour une remise en jeu ou une possible ‘refondation’ du concept préalablement mis au centre de la recherche. Qu’en est-il des compétences cognitives, autrement dit de l’habileté du sujet à réaliser telle tâche, selon qu’il est en présence d’un supérieur ou d’un congénère ? Qu’en est-il de l’activation des aires motrices du cerveau humain, selon que l’individu perçoit une voix humaine ou une suite de sons synthétiques ? Ou, en d’autres termes, que peut-on apprendre de nouveau sur l’objet d’étude, « compétences cognitives » ou « aires motrices du cerveau », compte tenu des dernières expériences menées ? Comment le portrait et la connaissance de la chose se trouvent-ils modifiés et/ou complétés au regard des dernières manipulations ? Autant dire que, ce faisant, l’objet auquel on aboutit au terme de la recherche n’est plus tout à fait le même, au sens où la représentation qu’on en avait au préalable se doit d’être révisée et/ou complétée, sinon simplement abandonnée. À ce titre, il n’est pas innocent que le rapport des chercheurs à leur objet soit toujours partagé en deux, entre d’un côté des éléments premiers tenus pour acquis – certaines caractéristiques étant d’ores et déjà reconnues à l’objet – et, de l’autre, tout à la fois le témoignage de lacunes à combler et une entreprise de questionnement, disposition par la formulation d’hypothèses à étendre l’état des connaissances connues à son sujet. Des propos d’Ingrid déjà cités plus haut3 permettent de s’en convaincre : si elle sait que l’illusion McGurk procède d’un procès de fusion des informations visuelles et auditives, si elle sait quel sera le comportement d’une personne effectivement sujet à cette illusion durant l’expérience – « quelqu’un qui est sujet à l’illusion bah très clairement il passe là tout d’un coup… Il entend « ba ba ba » puis tout d’un coup hop il entend « da » –, elle ignore cependant encore « à quel niveau ça se situe », si par exemple il y a là le fait de connexions directes entre les aires audiovisuelles et auditives, ou si le phénomène implique une médiation des aires motrices relatives à la production du langage. Dans l’extrait qui suit, les propos de Diana font similairement montre de ce mouvement, tour à tour à propos des personnes neuro-typiques et des personnes autistes, entre un état des lieux des connaissances acquises sur un objet et la reconnaissance corrélative de zones d’ombres le concernant, propices au questionnement. S’il est déjà connu que les autistes diffèrent des personnes non autistes dans leur façon de gérer les interactions sociales, on ne sait pas quel impact ces interactions peuvent entraîner sur la réalisation d’autres tâches cognitives, d’où la nécessaire reconnaissance de « lacunes » dans ses propos.

Diana : moi je pars sur un comparatif entre nous, jeunes adultes qu’on appelle neuro-typiques, c’est-à-dire qu’on a un développement cérébral classique, et les jeunes adultes autistes sans retard mental. Donc moi je pars de ce comparatif. J’ai choisi de partir de ce comparatif parce que les autistes… les autistes, qu’ils aient un retard mental ou qu’ils aient pas un retard mental, ont des difficultés dans l’interaction sociale. Ils traitent pas de l’information sociale de la même manière que nous. Et d’ailleurs on sait même pas exactement s’ils ont les mêmes réflexes de traitement du congénère ou pas. On sait a priori qu’ils ont pas les mêmes traitements de l’information sociale. Par contre on sait pas quel impact ça peut avoir sur leurs performances, si… Parce que donc nous, chez nous, le fait qu’on traite une information sociale, maintenant on commence à voir que c’est pas le tout de traiter l’information sociale, mais ce traitement il a un effet a posteriori sur nos autres traitements, sur nos autres informations… […] L’idée en fait c’est que tu rends des recherches qui ont déjà été faites sur un thème qui te plaît. T’en extraies les grands modèles. Il y a pas 36000 modèles hein par domaine. T’essayes de voir les lacunes. De ces lacunes-là t’essaies de trouver des hypothèses pour y répondre. Une fois que t’as tes hypothèses t’essaies de construire un matériel qui permette de répondre à tes hypothèses.

13Il n’y a sans doute rien d’inédit dans le constat que la génération d’un produit propositionnel réponde au constat premier d’un manque à combler, mais l’important est ici de considérer la façon dont ce produit trouve potentiellement à se combiner aux savoirs existants, manière de se rattacher à un lot premier de représentations d’ores et déjà acquises. Incidence de tel facteur sur tel objet, « effet » d’un élément sur l’autre : on peut certes voir là la mise au jour de rapports de causalité entre les différentes entités étudiées. D’un tel mode de lecture explicatif, le souci peut cependant être qu’il incite à songer qu’on ne fait là que découvrir les choses telles qu’elles sont, les acteurs et l’ensemble des pratiques conceptuelles qu’ils mettent en œuvre et développent se trouvant de la sorte potentiellement occultés. Aussi pour nous l’intérêt réside-t-il plutôt dans l’observation du mouvement général des représentations, dans la façon dont, de part l’angle choisi au préalable, les données nouvellement acquises trouvent leur place au sein d’un ensemble représentationnel premier : à la suite de l’expérience, c’est bien la représentation de départ de l’objet qui, plus ou moins profondément, doit se trouver informée de ces nouveaux éléments, ce que l’on en sait désormais n’équivalant pas tout à fait à ce que l’on en savait en premier lieu. « En 1759, Wolff découvre que l’axe feuillé des plantes vasculaires a pour origine une région précise localisée à son extrémité : le « punctum vegetationis » (Bonnemain et Dumas 1998). Découverte, à telle époque, d’une propriété jusqu’à lors inconnue de l’objet ; puis, plus tard, davantage d’éléments nouveaux : on pourrait sans doute relire ainsi l’histoire de nombre d’objets scientifiques ou disciplinaires, le procès reconstitué consistant non pas à la découverte progressive d’une chose en soi, mais à l’histoire d’une accumulation des représentations attenantes à la compréhension de tel phénomène A ou B, et au façonnement de l’entité conceptuelle attenante. Aussi le concept original et déterminé initialement – performances cognitives ou lobe frontal – peut-il se trouver à la suite de l’expérience, sinon refondu ou révisé, tout au moins avisé des contributions plus ou moins opportunes qu’on a tirées des manipulations.

Les journalistes

14Au chercheur dont l’ambition représentationnelle procède toujours d’une concentration de l’attention sur un ordre de phénomènes restreint, on peut opposer la démarche « ouverte » du journaliste pour qui il s’agit de demeurer alerte au flot incessant des événements récents. De là un certain nombre de pratiques caractéristiques à son travail qui, si elles ne sont pas absolument absentes de l’univers de la recherche, n’y trouvent jamais une forme si aboutie.

15Parce que les phénomènes naturels ne signalent jamais de par eux-mêmes leur existence ni leur importance, on peut comprendre ainsi, premièrement, l’usage de sources employées pour rester à l’écoute et au plus près des derniers événements, voire de ceux à venir.

Nathalie : Alors, maintenant, comment on arrive à collecter les informations puisque visiblement c’est ça qui vous intéresse, il y a deux voies. Soit on est averti par la municipalité qu’il va se passer ça voilà. Donc on y va ou on n’y va pas, c’est selon hein notre envie, notre disponibilité voilà. Ou bien on est contacté par des associations, ou bien par des gens, quand c’est plus polémique, par un réseau… Par un réseau que l’on entretient ici avec des gens qui sont plutôt de gauche.

16L’un comme l’autre, Nathalie et Cédric font ainsi mention de deux voies principales d’informations : d’un côté les administrations publiques locales, de l’autre ce que Nathalie assimile à un réseau de « contacts », soit des individus anonymes qui, s’ils ne sont pas eux-mêmes journalistes, sont susceptibles de la tenir informer de tel ou tel événement. Si elle reconnaît qu’« en principe les journalistes le plus souvent prennent les infos d’où c’est le plus facile, c’est-à-dire la mairie. Les institutions. La mairie, la préfecture », Nathalie justifie le recours à cette voie alternative par la nécessité de garder une distance vis-à-vis de cette information première. Par exemple :

la dernière fois c’était un problème qui se passait au Jas de Bouffan. On a fermé la quatrième classe maternelle alors qu’il y a un nombre très important d’élèves et qu’on arrive à des effectifs assez importants dans ces classes. Donc il y en a trois, il devrait y en avoir quatre, mais compte-tenu de la politique du gouvernement UMP, on se retrouve aujourd’hui avec une situation qui au niveau local laisse à désirer. Avec trente élèves par classe en maternel. Dans un quartier comme le Jas de Bouffan, c’est vraiment infernal pour les professeurs et les parents sont très inquiets là, donc il y a une levée de boucliers. On reçoit l’info… des parents d’élèves. C’est-à-dire que, au niveau du Jas de boufan, on avait un réseau qui s’était mis en place depuis des années puisqu’on avait travaillé longtemps avec eux.

17Encore, elle mentionne la possibilité d’appeler tous les soirs le commissariat, les pompiers, les gendarmeries avoisinantes afin d’« avoir la liste des faits divers » et note enfin que, dans son bureau, la radio est toujours allumée : autant de moyens pour demeurer connectés aux phénomènes locaux inhérents à son périmètre. On peut renvoyer de la même manière au lutrin en usage au sein du journal d’Elias, compilation de documentations censée tenir la rédaction informée de tout événement local majeur :

Elias : on dépose un certain nombre d’invitations dans ce qu’on appelle le lutrin. Le lutrin, c’est une forme de classeur si tu veux, où chaque intercalaire correspond à une date et où… qui nous permet d’avoir un panorama chaque jour des événements qui ont lieu à Marseille dans tous les domaines. […] c’est les rédacteurs qui reçoivent beaucoup d’invitations, qui font un premier tri et ensuite, parmi les sujets valables, les impriment, les mettent dans le lutrin et voilà. Et il y a également… nous on travaille pas mal comme ça, c’est pas le cas partout, la secrétaire de rédaction. Donc secrétaire de rédaction, ça signifie pas une secrétaire au service de la rédaction. Secrétaire de rédaction, c’est un métier à part entière de la presse, c’est elle qui par exemple répartit les maquettes, c’est-à-dire qui va dessiner les pages, qui va évaluer le nombre de signes et mettre en forme le journal. Donc elles aussi elles reçoivent beaucoup d’informations au nom de la rédaction. Donc elles sont amenées à classer dans le lutrin. […] très simplement, très concrètement, par exemple aujourd’hui j’ai écrit un article sur l’INSEE qui publie une étude sur une projection sur la population en 2040. Je reçois une semaine à l’avance une invitation de l’INSEE qui me dit voilà on va parler de ça. Bon. Je l’estime digne d’intérêt. Je l’imprime, je le place dans le lutrin.

18Nathan quant à lui admet passer par internet pour recueillir les dernières informations pertinentes, consultant quotidiennement ses « flux d’actus » :

Donc en général je fais la recherche d’infos le soir à 22 heures, donc… bah ça consiste à j’ai mon flux d’actus, j’utilise google reader. J’ai mon flux d’actus comme ça avec 150 actus et puis bah je les passe en revue et je coche celles qui me semblent intéressantes pour le lendemain. Comme ça je sais le soir ce que je vais traiter le lendemain matin quoi. Donc quand je me lève, au lieu de passer trois quarts d’heures à faire de la recherche, faire un ou deux articles et être à la bourre, bah en une heure j’arrive à faire 3-4 articles et… et voilà. […] d’un point de vue technique j’ai fait tout le tour possible des sources que je pouvais avoir, tous les sites qui traitaient d’informatique professionnelle. J’ai récupéré tout leur flux…
Donc anglo-saxon aussi ?
Ouais. En fait, essentiellement anglo-saxon. En fait je les sépare les deux. C’est-à-dire que j’ai tous les flux anglo-saxons… j’utilise quelques flux japonais aussi du coup… Je les ai tous mis dans un logiciel donc j’ai toute l’actu qui tombe tous les jours bah dans Google reader… Et j’en ai mis un paquet un paquet un paquet, y compris avec des fonctions qui permettent de détecter les sites qui sont un peu pareils ou quoi, et je les réduis au fur et à mesure…
Tu les réduis c’est-à-dire que tu peux en exclure complètement…?
Des fois il y a des sources dont je me rends compte qu’elles sont nulles, donc je les enlève… Je les… c’est rare mais voilà, et du coup ma sélection s’opère comme ça. En fait ça fait neuf mois que… C’est un vrai boulot je trouve le flux d’actu. C’est un vrai truc et ça fait neuf mois que je travaille dessus et là il commence à être bien je trouve. Il commence à être bien.

19Faute de se donner un objet spécifique, on voit comme le travail journalistique implique une forme de confrontation constante aux phénomènes, ou tout au moins à un flot donné de sources multiples. Là où le chercheur ne se pose la question de son objet que ponctuellement et plus rarement, le travail de recherche impliquant une temporalité longue, les journalistes sont eux conduits à se tenir continûment informé de « ce qui se passe ».

20Telle ouverture aux vicissitudes du présent va naturellement de pair avec un questionnement périodique pour déterminer quel sujet mérite d’être traité, quelles réalités doivent être représentées : il ne suffit pas de se tenir informé des événements, encore faut-il décider lesquels d’entre eux méritent d’être couverts. Si ce n’est Nathan qui, presque seul en charge de son site, décide la plupart du temps lui-même de ce qui doit faire l’actualité de sa page internet, Cédric comme Elias témoignent ainsi d’une routine organisationnelle tournant autour de rendez-vous périodiques, certains quotidiens, certains hebdomadaires, pour déterminer quels événements doivent retenir l’attention :

Elias : très simplement, très concrètement, par exemple aujourd’hui j’ai écrit un article sur l’INSEE qui publie une étude sur une projection sur la population en 2040. Je reçois une semaine à l’avance une invitation de l’INSEE qui me dit voilà on va parler de ça. Bon. Je l’estime digne d’intérêt. Je l’imprime, je le place dans le lutrin et le jour de la conférence, on ouvre le lutrin et à 10 heures le matin on se dit est-ce que ça c’est vraiment digne d’intérêt tel que le pense Elias ? Rapide discussion. Généralement les sujets techniques comme ça, ça fait moins discussion. […] on a des réunions de prévision hebdomadaires aussi hein. C’est-à-dire qu’en plus des réunions du matin on a une réunion le lundi à midi où là on dit voilà les grands événements de la semaine prochaine ou voilà les dossiers qu’on aimerait creuser la semaine prochaine et qui ne sont pas directement liés à un événement. Bon. Ça, voilà, ça rythme la semaine.

21De même, dans les propos de Cédric :

Peut-être ce qu’il veut c’est l’ordre de la journée. Il y a un truc qui revient, c’est ce qu’on appelle les conférences de rédaction du début c’est ça, c’est… On voit… il y en a une qui est faite directement, en début de semaine, le lundi, pour prévoir comment voilà… en fait le plan de tous les articles qui sont faits dans la semaine. Avec la possibilité donc de modifications en fonction de l’actualité, c’est-à-dire un événement tombe, on est obligé de le traiter donc on reporte certaines choses. Le matin donc on fait cette sorte de topo où on va dire alors voilà aujourd’hui on a ça, ça, ça et ça.

  • 4 Elias : « Et puis ensuite tu as des papiers, des pages avec plusieurs articles. Donc à partir du mo (...)
  • 5 Elias : « Donc secrétaire de rédaction, ça signifie pas une secrétaire au service de la rédaction. (...)
  • 6 « la base de la base de la base du journalisme, c’est qu’il faut que ton attaque, donc c’est-à-dire (...)

22Plutôt qu’à un ordre de phénomènes en soi, on comprend que ce terme d’« actualité » repris par chacun d’entre eux dit surtout en creux un certain projet représentationnel et toute une série de pratiques conceptuelles. Loin d’être évidente ou simplement donnée, cette actualité qui, selon leurs termes, « prime », « donne son rythme » et « s’impose » au journaliste est plutôt le résultat d’un travail de construction des journalistes qui a vocation à hiérarchiser le flux des informations reçues afin d’organiser un contenu. On pourrait rentrer dans le détail du travail de mise en forme qui, au-delà de la conception proprement propositionnelle, donne ses contours au produit fini qui sera reçu par les lecteurs : papier de tête ou papier de pied ; sujet auquel on accorde ou non une page entière, une ou plusieurs colonnes4 ; élaboration des maquettes5. Il y aurait à rendre compte d’une mise en scène de l’information par laquelle se dit un ordre de priorité, une certaine hiérarchisation d’importance des événements traités. Mais ici, il importe surtout d’envisager la particularité de l’ambition représentationnelle qui, dès l’abord, détermine leur forme aux propositions : le fait que, faute de concept privilégié pour à la fois coordonner l’appréhension de la réalité et donner son principe au procès propositionnel – ce que la concentration sur un objet de recherche procure par définition –, le travail représentationnel puisse privilégiement procéder par adjonction progressive de concepts multiples et censés couvrir peu à peu l’ensemble de la scène envisagée. Non pas, comme on l’a vu plus tôt, répondre à la question « qu’est-ce qu’un infirmier ? » mais noter « un infirmier a ». On peut comprendre ainsi qu’à l’opposé d’une entreprise propositionnelle toujours organisée autour d’une matière conceptuelle privilégiée – par exemple tel objet au sein de telle discipline –, un projet propositionnel puisse se définir un substitut d’objet par simple spécification de coordonnées spatiotemporelles : de là l’organisation typique du contenu journalistique en zones géographiques – « France », « Europe », « International », la possibilité de faire la distinction entre une presse « régionale » et une presse « nationale » – ou la disposition plus générale à déterminer l’acte d’écriture selon un principe temporel et rythmique posé à l’avance – journalier, hebdomadaire, mensuel. Plutôt qu’un concept privilégié, quelque chose comme différents cadres sont alors définis dont il faut, à l’aide de tous les concepts opportuns, exécuter le portrait circonstancié et plus ou moins assidûment, étant donné le débit de publication choisi : chaque jour, chaque semaine, chaque mois, telle ou telle zone géographique. Comparé au chercheur dont l’ambition représentationnelle tourne essentiellement autour d’un unique objet, l’exercice journalistique entend témoigner d’événements aussi bien multiples que divers : rappelée par Elias6, on peut comprendre ainsi cette nécessité spécifique qui exige d’énoncer précisément les coordonnées spatio-temporelles des scènes approchées, comme pour remplacer l’absence d’un concept directeur pour penser la réalité.

23La réalité se compose-t-elle uniquement d’événements contingents ou existe-t-il des lois qui régissent l’univers et son évolution ? Il y a là un questionnement presque consubstantiel au sens commun scientifique. Mais là où le jugement indigène prend les représentations pour acquises et tend à aborder ces questions en termes d’objets ou de caractéristiques inhérents au réel, il faut considérer qu’on fait là face à des pratiques conceptuelles, soit à des façons d’envisager la réalité et de diriger concrètement la compréhension des phénomènes considérés. D’un côté, des chercheurs abordant la réalité par le biais d’objets privilégiés. De l’autre, des journalistes engagés à témoigner de tous les événements susceptibles de faire l’actualité. Dans la prédisposition des premiers à prioritairement administrer le rapport à la réalité par l’entremise d’un concept particulier réside selon nous le pourquoi de l’inclination de certains à voir là le lieu de représentations « générales », c’est-à-dire valant indépendamment de toute inférence spatiale ou temporelle. Loin de correspondre à la mise au jour d’un phénomène valant généralement, il y a surtout là le fait d’une orientation se déterminant au niveau conceptuel : indirectement, la concentration de l’attention sur un concept a pour effet d’inscrire le procès représentationnel promu au-delà de toute ingérence contingente, car pouvant par suite se trouver vérifié toutes les fois que le concept se verra invoqué de nouveau. On est ainsi loin de l’ambition du journaliste à témoigner, chaque jour, d’un nouveau présent et qui, dans cette optique, doit plutôt faire feu de tout bois, c’est-à-dire employer tous les concepts jugés opportuns, et ce au dépit de tout interventionnisme quant à leur signalement conceptuel. De là, il faudrait juger qu’il n’est pas de phénomène qui soit a priori plus propice ou approprié à telle ou telle forme de représentation, et qu’il revient en fait à l’acteur, considérant telle ou telle réalité, et suivant les usages conceptuels qui sont les siens, de déterminer laquelle il convient de produire. Plutôt que quelque enseignement de type ontologique, se dit par là une alternative résidant au plan conceptuel, et plus essentiellement le fondement social inhérent à cet ordre de faits.

Notes

1 Extrait du journal de France Info.

2 Jérôme évoque un « effet du vieillissement normal » et Diana parle tour à tour d’« effet du contexte social sur nos performances cognitives », d’« effet du contact visuel soutenu », d’« effet d’un regard bref », d’« effet de la présence de quelqu’un », d’« effet de la présence d’un évaluateur ».

3 Ingrid : il y a un phénomène de fusion entre les informations visuelles et auditives, ce qui fait que là, à chaque fois, non seulement les films étaient décalés dans le temps, donc… Mais tu avais une image qui correspondait en fait à la personne prononce un « ga » et tu as la bande audio d’un « ba ». Et les gens qui sont sujet en fait à cette illusion font une fusion. Alors leur système… leur système perceptif, cognitif, on sait pas d’ailleurs à quel niveau ça se situe, si c’est des connexions directes entre les aires motrices et… euh les aires motrices qu’est-ce que je… les aires audiovisuelles et auditives, s’il y a justement mobilisation peut-être des aires motrices impliquées dans la production du langage qui viennent en fait médier, qui servent d’intermédiaire, à ce phénomène de fusion. Enfin, on l’explique très mal. Ça fait trente ans qu’il est exploré. Il y a eu un nombre incroyable de manip qui ont été faites et c’est toujours en fait un paradigme expérimental qui est utilisé parce qu’il y a plein de questions qu’on peut se poser avec ça. […] quelqu’un qui est sujet à l’illusion bah très clairement il passe là tout d’un coup… Il entend « ba ba ba » puis tout d’un coup hop il entend « da » puis après « da da da », puis tout d’un coup hop il entend « ba »… Parce que si t’as un décalage temporel trop important entre les… le signal acoustique et visuel, tu n’as plus cette fusion en fait entre les modalités xx… Euh ça c’est des questions… c’est des questions très classiques et il y a plein de méthodes différentes qui sont utilisées pour essayer de les résoudre. C’est des questions… des grosses questions. Il y a rien d’original du tout dans la question qu’on se pose là, vraiment on n’est pas du tout… Ni dans le paradigme. Mais… voilà c’est des questions qui sont encore ouvertes et puis qui permettent d’affiner les outils.

4 Elias : « Et puis ensuite tu as des papiers, des pages avec plusieurs articles. Donc à partir du moment où tu donnes à un sujet une page, ça veut dire que tu lui accordes une importance supérieure à d’autres. À partir du moment où tu donnes ce qu’on appelle… mais ça ça serait peut-être intéressant que tu voies aussi le vocabulaire propre à la profession qui t’indique aussi un certain nombre de choses dans le choix de priorité. Par exemple ce qu’on appelle un papier de tête, c’est un papier qui arrive en haut de page et généralement parce que dans notre culture occidentale on commence à lire en haut à gauche, bah c’est ça qui va être le plus important, primordial par rapport aux autres, voilà. Quand tu dis un papier de pied, voilà ça veut dire que t’es vraiment en bas, c’est moins intéressant, voilà. Tu vois ce sont des termes comme ça qui indique l’ordre de priorité, la hiérarchie d’importance, etc. Bon ensuite tu as la répartition en termes de colonne. Ça c’est-à-dire en largeur. Donc effectivement quand tu donnes à un sujet trois col, trois colonnes, c’est pas la même chose que quand tu lui en donnes une. Tout ça fait que… c’est ce qu’on appelle un peu la mise en scène de l’information… et tout ça c’est évidemment réfléchi comme une hiérarchisation pertinente de l’info. »

5 Elias : « Donc secrétaire de rédaction, ça signifie pas une secrétaire au service de la rédaction. Secrétaire de rédaction, c’est un métier à part entière de la presse, c’est elle qui par exemple répartit les maquettes, c’est-à-dire qui va dessiner les pages, qui va évaluer le nombre de signes et mettre en forme le journal. »

6 « la base de la base de la base du journalisme, c’est qu’il faut que ton attaque, donc c’est-à-dire la première partie de ton papier, elle réponde à la question qui, quoi, quand, où, comment, voilà. C’est-à-dire quel que soit le type d’article, et quel que soit… comment dire… quel que soit le propos quoi. C’est-à-dire quel que soit le sujet. Dans une interview, il faut quand même que tu dises qui est cette personne qui parle. Pourquoi elle parle. Comment elle parle. Où elle va peut-être parler par exemple voilà. Tu réponds à toutes ces questions-là dans une petite introduction avant de poser tes questions. Mais de la même manière dans un compte rendu de débat, dans un tout autre type de papier et bah il faut que tu répondes à ces mêmes questions-là, de la même manière que je sais pas dans un reportage, un autre type encore d’article, bah il faut que tu expliques, que tu poses le décor, pour que tu saches où tu vas, où tu emmènes le lecteur avec toi. Voilà, ça c’est vraiment la base de la base. »

© Presses universitaires de Provence, 2016

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search