Version classiqueVersion mobile

Les représentations de la réalité

 | 
Yannick Duvauchelle

Expression du vrai et nature des choses

Texte intégral

Après l’étude des jeux de vérité les uns par rapport aux autres – sur l’exemple d’un certain nombre de sciences empiriques au xviie et au xviiie siècle – puis celle des jeux de vérité par rapport aux relations de pouvoir, sur l’exemple des pratiques punitives, un autre travail semblait s’imposer : étudier les jeux de vérité dans le rapport de soi à soi et la constitution de soi-même comme sujet, en prenant pour domaine de référence et champ d’investigation ce qu’on pourrait appeler l’« histoire de l’homme de désir ». […] ce à quoi je suis tenu – ce à quoi j’ai voulu me tenir depuis bien des années –, c’est une entreprise pour dégager quelques-uns des éléments qui pourraient servir à une histoire de la vérité. Une histoire qui ne serait pas celle de ce qu’il peut y avoir de vrai dans les connaissances ; mais une analyse des « jeux de vérité », des jeux du vrai et du faux à travers lesquels l’être se constitue historiquement comme expérience, c’est-à-dire comme pouvant et devant être pensé. À travers quels jeux de vérité l’homme se donne-t-il à penser son être propre quand il se perçoit comme fou, quand il se regarde comme malade, quand il se réfléchit comme être vivant, parlant et travaillant, quand il se juge et se punit à titre de criminel ? À travers quels jeux de vérité l’être humain s’est-il reconnu comme homme de désir ?
M. Foucault, Histoire de la sexualité II. L’usage des plaisirs

Expression du vrai

Jules (étudiant syndiqué) : Bah le risque c’est que tu vas te retrouver avec des étudiants… enfin ce qui se passe à Strasbourg, c’est le cas… c’est justement c’est le petit cobaye quoi, c’est Strasbourg, donc à Strasbourg tu vois que tous les financements sont passés pour les sciences entre guillemets dures… tous les financements et bah ils vont sur les secteurs sciences quoi… sciences dures… et du coup voilà un étudiant coûte… une fac investit trois fois plus ou quatre fois plus sur les… sur un étudiant en science on va dire finalement, que sur un étudiant en lettres ou en histoire […] l’Unef se positionne pour qu’un étudiant en science est autant de chances qu’un étudiant en lettres ou en… et donc voilà, si les financements sont différents entre chaque secteur, ça fait des inégalités […] personnellement ça me ferait… parce que je suis un peu étranger aussi parce que ça fait que deux ans que j’y suis mais… enfin c’est ma troisième année, mais ça me ferait chier que cette fac devienne une fac élitiste, une fac où… tu ne seras pas à l’aise dans tes études juste parce que tu as choisi justement de faire de la socio ou que tu aies choisi de faire de la psycho ou quoi… ça me ferait vraiment mal que cette fac devienne comme ça […] moi je veux pas que la fac change sa perspective enfin… qu’on devienne une fac élitiste et qu’on se rapproche un peu plus du modèle anglo-saxon qui… qu’on connaît quoi… […] je suis à l’Unef parce que voilà on partage cette vision qui est d’une fac où tu viens étudier, tu viens t’émanciper intellectuellement, mais aussi tu viens te professionnaliser […] Et donc le modèle anglo-saxon c’est ça, c’est c’est… on est vraiment dans le registre du tout finance, donc… tes études, tu les payes, tu… et du coup voilà, tous les boulets qu’on a au pied par notre milieu social d’origine, tout ça ça… ça entre… ça entre totalement en compte au niveau du modèle anglo-saxon…

1Sans doute, une expérience des plus communes en matière propositionnelle est celle où, un objet faisant débat, les discours multiples qui se font entendre s’opposent et où, conséquemment, l’individu qui s’interroge tombe nez-à-nez avec un ensemble de réponses disparates et plus ou moins convergentes. Dans les propos de Jules, on trouvait ainsi deux voies concernant la politique à adopter pour diriger une université, deux voies qui sont autant de manières de se représenter et penser l’objet « fac », et deux manières que, selon ses vues, il convient d’opposer. Fac comme lieu d’émancipation ouvert à tous et à toute connaissance. Ou fac comme espace réservé à une élite, aussi bien sociale que disciplinaire : qu’en est-il véritablement ? Où reconnaître la vérité ? On pourrait aussi bien prendre pour exemple les propos de Kevin et Sandra, étudiants tous deux engagés au sein d’une association œuvrant contre les discriminations d’orientation sexuelle ou de genre, et dont les propos montrent qu’il existe une multitude de discours relatif à l’homosexualité, soit autant de manières d’affirmer ce que l’homosexualité est. Nul doute cependant que, les propositions étant du point de vue indigène ce par quoi la réalité se trouve représentée et les phénomènes dévoilés, il apparaisse cependant absolument opportun et loisible d’ambitionner faire la vérité à travers elles, d’établir le vrai. C’est dire que même dans ces cas où les propositions donnent à voir, concernant un objet, plutôt qu’une reconnaissance unanime, une diversité de points de vue et un ensemble de propositions plus ou moins divergentes, on juge spontanément que, d’une façon ou d’une autre, la vérité doit non seulement exister mais encore pouvoir être faite, établie.

2Ici, on voudrait à ce titre attirer l’attention sur un certain nombre de termes spécifiques, ensemble de notions dont la propriété est, si l’on peut dire, d’emprunter un langage du vrai, au sens où d’une façon ou d’une autre ces formules font montre d’une prétention à livrer la vérité concernant tel ou tel objet. Ainsi, dans le premier extrait, de propos tirés d’une émission télévisée – Le Cercle – où des journalistes sont invités à commenter l’actualité cinématographique. Le second extrait rapporte de nouveau la parole de Jules à un moment où il témoigne de son engagement au sein d’un syndicat d’étudiants.

Éloi : Gregory vous n’avez rien dit…
Gregory : parce que je suis d’accord avec tout ce qui a été dit… Non non c’est épatant mais la limite du truc c’est que moi ce qui m’effraie un peu, c’est qu’aujourd’hui le talent, l’invention va se réfugier dans l’animation et déserte complètement les vrais films en chair et en os…
Pierre : mais pourquoi… alors j’adore le côté l’animation contre vrai film…
Gregory : mais oui c’est… mais parce que c’est…
Pierre – outré : … c’est un vrai film !
Gregory : mais non c’est un film, c’est… il y a pas la…
Adrien : attends, en 1937 Walt Disney avait un talent fou quand il fait Blanche Neige et les sept nains, et c’est pas au même niveau du reste de la production hollywoodienne…
Pierre – toujours outré : Alors c’est vraiment, alors…
Gregory : on regarde les films de la semaine, c’est dans celui-là qu’il y a le plus de trucs. C’est pas normal, et c’est toujours comme ça maintenant…
Pierre : mais je vois pas où est le problème ?
Gregory : bah le problème c’est que moi j’aime mieux les gens en chair et en os que les petits mickeys…
Éloi : c’est pas un animateur xxx
Pierre : et bah voilà, le débat est clos. Merci Gregory.

Jules : si je retrouve ces trois garanties-là que les étudiants sont toujours… qu’on va jamais leur fermer la porte sur la gueule au local, qu’ils sont toujours… voilà qu’ils sont toujours informés de ce qui se passe et tout parce que c’est vraiment… c’est de la vraie information, c’est pas de la propagande, c’est pas juste marqué sur un truc… des dangers ou faire circuler des fausses informations. Non c’est… moi avant je suis très chiant là-dessus, c’est qu’avant, quand on a une… un rappel à faire, voilà je vais le relire trois fois, je vais dire… souvent je dis à Amélie « c’est qui vos sources ? » quand ils citent des chiffres… Enfin voilà j’aime pas les fausses informations, et du coup voilà j’ai été rassuré là-dessus en vérifiant voilà… c’est du concret, c’est la réalité, c’est des chiffres que tu trouves dans la presse, c’est ça quoi… Donc moi j’ai… il était très important que ça soit de la vraie info… […]
Mais à part cette question de la compensation, est-ce qu’il y a… tu aurais un autre exemple de revendication…
Là je… revendication de l’Unef c’est ça… c’est déjà la compensation, le rattrapage, c’est le financement, c’est aussi voilà… que les étudiants soient impliqués là-dedans. Parce que je ne sais pas… on n’a pas de garantie que les étudiants aient des représentants… aient de vrais représentants, c’est-à-dire des syndicats, des vrais syndicats en lutte pour les étudiants, enfin en tous cas qui représentent les étudiants… parce que faut pas confondre les syndicats et les groupes, les BDE qui font les soirées et tout ça

  • 1 Petit Larousse illustré, Paris, 1988.
  • 2 Ces propos sont tirés d’une émission de radio diffusée sur France Inter.

3Ici « vrai film ». Là « vraies informations », « vrais représentants » ou « vrais syndicats ». Une première particularité de cette expression indigène du vrai tient sans doute dans ce qu’elle n’a pas tant vocation à décrire tel ou tel cas circonstancié – film ou syndicat – qu’à revenir sur ce qui, d’une manière générale, constitue les caractéristiques élémentaires de l’objet en question, fonde sa définition basique. C’est dire que, parlant par exemple d’un « vrai film », reconnaissant une telle chose, on ne fait pas que rendre compte d’un film dont l’une des particularités serait d’être « vrai » : l’idée n’est pas seulement de témoigner de tel aspect contingent à tel film particulier, comme on reconnaitrait ici un film « russe » et là un film « hors du commun ». En invitant à revenir sur ce qui fait l’objet dans son essence, à interroger ce qui fait qu’on est film ou non, syndicat ou pas, telle proposition joue en tant que force de proposition, offre de définition, quant à la détermination de l’être « film » lui-même. Parlant de « vrai », une seconde caractéristique est qu’on induit de surcroît que la conception dont on est détenteur est la bonne, celle qui est juste : par définition, « vrai » renvoie à ce qui est « conforme à la vérité, à la réalité »1. Aussi par là, le producteur d’une telle proposition entend signifier non seulement qu’il traite de l’objet dans ce qu’il a de plus essentiel – plutôt que de telle ou telle qualité contingente – mais suggère encore qu’il détient la conception de l’objet qui est exacte, celle qui correspond effectivement à la vérité de l’objet. Se transmet ainsi l’idée par une telle proposition qu’il y a là la manifestation du vrai, l’établissement de la vérité de l’objet, et donc, pour celui qui recherche la vérité, quelque chose comme la direction à suivre, la proposition à adopter. Si l’on trouve dans ce cas, l’acteur invoquant un « vrai » ceci ou cela, le procédé le plus manifeste par lequel on peut suggérer détenir la vérité, on peut considérer de la même façon une autre expression moins explicite mais dont l’effet est semblable : il est remarquable que cette notion de « vrai » n’est qu’une expression parmi d’autres d’un principe propositionnel plus élémentaire. Ainsi des propos d’une personnalité politique qui réagit, peu de temps après, à une chronique humoristique qui l’a pris pour cible2 :

Journaliste : Je précise juste hein que le droit à la caricature chez nous existe, comme existe, et vous venez de le démontrer, le droit à la critique de la caricature B., euh… L’invité politique : Mais convenez que c’est un match très inégal, nous sommes rarement en face à face, parce que moi… moi lorsque… je n’esquive jamais rien, lorsqu’on me propose un débat avec Marine Le Pen je l’assume, je l’ai fait le 14 janvier sur France 2. Mais il n’y a pas de face à face avec Stéphane Guillon puisque ses thèses, parce que ce sont des thèses, il les défend au nom du supposé humour et le match est totalement inégal. […] Venant de tout autre que lui, la chronique qu’il a faite sur les mariages gris, ou sur le supposé mariage gris qui aurait été le mien

4Dans cet extrait, on voit similairement la façon dont il ne s’agit pas tant, par une telle expression de « supposé » – « supposé humour » ou « supposé mariage gris » – de faire état de tel ou tel cas particulier, que de traiter de ce que l’objet est fondamentalement : cette manœuvre propositionnelle par laquelle on parle de « supposé » ceci ou cela conduit incidemment à signifier que l’on discute de ce que l’objet est par essence. Et encore une fois, mais peut-être moins manifestement qu’en parlant de « vrai », on prétend disposer de la définition correcte, de la définition véritable de l’objet discuté. Se trouve de nouveau suggérée l’idée qu’il y a là, parmi les différentes conceptions potentiellement en vigueur, l’usage qui doit être privilégié parce qu’il est celui qui est vrai.

5Faut-il donc admettre, prenant les propositions au mot, que là où le vrai se trouve manifesté – ne serait-ce qu’implicitement –, la vérité est faite, et que les représentations ainsi promues correspondent à la réalité telle qu’elle est ? Ayant précédemment admis que, plutôt que de constituer le pur signalement d’une chose en soi, un mot renvoie à une entité conceptuelle. Ayant admis qu’un mot est dépourvu de toute signification en propre ou naturelle, et que son sens est plutôt le résultat d’une histoire dont les tenants et aboutissants sont d’ordre social avant tout : on comprend de ce point de vue que toute tentative pour établir une vérité et/ou « la » vérité – vérité d’un objet, vérité quant à la définition de l’être de cet objet – ne peut en définitive valoir que pour un travail d’imposition d’une certaine définition, d’une certaine image conceptuelle. C’est dire que si l’ambition est bien de comprendre le fait des propositions, de jeter une lumière sur ces circonstances où les acteurs usent de mots pour représenter le réel, l’on doit s’employer à rompre avec la tendance prévalant potentiellement en pareil cas, tendance à juger que, une chose étant questionnée et la volonté se manifestant de faire la vérité sur elle, la consultation des différentes conceptions en vigueur permettra en bout de course de saisir l’objet, de mettre la main sur sa vérité ou ‘réalité’. Invariablement, on fait face à des produits représentationnels, soit des manières multiples de conceptualiser le phénomène interrogé : il faut redire combien, pour autant qu’ils sont couramment employés pour représenter la réalité et y référer, les mots ne renvoient jamais à autre chose qu’à des concepts, entités abstraites dont le principe de détermination est à chercher dans le social.

  • 3 Ainsi du fait de parler d’un pays « démocratique », pour signifier combien le pays en question n’a (...)

6« Vrai » ou « supposé », formules auxquelles on pourrait en ajouter d’autres : « pseudo », « soi-disant », « faux », ou enfin tel recours aux guillemets censé signaler la distance prise à l’égard d’un usage premier du mot3 : l’ambition ici n’est pas tant de traiter de ces procédures propositionnelles pour elles-mêmes, comme on chercherait à décomposer les implications sémantiques de telle expression, ou à inventorier toutes les différentes formules linguistiques dotées du même sens. L’ambition n’est pas même d’élucider si oui ou non les tenants de tels propos, prétextant le vrai, pensent effectivement détenir la vérité, se trouvent avoir foi en leurs propos. Ici, on veut surtout affirmer et réaffirmer que ce qui, dans les discours, se donne d’une façon ou d’une autre et plus ou moins explicitement pour une expression du vrai n’équivaut qu’à la procuration d’une certaine image conceptuelle, et – si l’on peut dire – qu’à cela. Le recours au ‘vrai’ ou fait d’accoler ce qualificatif à un nom ne fait pas que, comme par magie, on accède finalement au phénomène, à la découverte de l’être en soi. Parce que les mots ne rapportent jamais à autre chose qu’à des concepts, on comprend que sous l’apparence de dire la vérité, sous l’apparence d’établir le vrai, il y a là l’avancement d’une certaine conception, il n’y a là que l’expression d’un certain façonnement conceptuel.

Confrontation et arbitrage représentationnels

7C’est dire que, en lieu et place de l’expression du vrai, en lieu et place d’une porte ouvrant censément sur la réalité du phénomène, il faut voir dans cet ensemble de termes – vrai, supposé, soi-disant, etc. – quelque chose comme un attirail conceptuel, matériel propositionnel dont l’objet est en vérité de spécifier le recours à un terme, de marquer la particularité d’un usage, et par là potentiellement de positionner cet usage vis-à-vis d’utilisations alternatives. Parler de « supposé humour » ou de « supposé mariage gris » : même implicitement, on voit en effet combien de telles formules interviennent toujours en fonction d’un usage premier du terme, usage réalisé ou simplement présupposé, usage en tout cas auquel le locuteur entend rapporter une alternative, opposer une possibilité d’entendement seconde. Si l’on en vient à parler en ces termes, à recourir à une telle expression de « supposé » humour, c’est bien – en même temps qu’on suggère la possibilité d’une alternative d’usage – qu’on tient compte d’un usage premier, qu’on prend acte du fait qu’il a été précédemment question d’humour, tel ou tel tiers acteur en ayant reconnu ici ou là la manifestation. Implicitement, l’expression dénote par là à minima deux conceptions du terme, deux façons distinctes de le comprendre. Encore, puisque l’on parle de « supposé humour », c’est-à-dire d’une chose qui n’est finalement pas de l’humour, telle expression ne fait pas que signaler l’existence d’une pluralité de conceptions mais introduit dans le même temps une hiérarchie entre elles : puisque ce que tel ou tel acteur a premièrement reconnu pour être de l’humour n’en est en fait pas, il faut conclure que sa conception de l’humour est erronée, cependant qu’une définition adéquate de cet objet existe bel et bien par ailleurs. À l’identification de conceptions multiples, on fait suivre un jugement quant au bien-fondé qui revient à chacune. Telle expression de « vrai » ou de « supposé » ne fait pas que signaler l’existence d’une multiplicité de conceptions mais permet encore d’organiser quelque chose comme leur confrontation, l’arbitrage entre elles toutes. Plus tôt, la reconnaissance de « vrais » syndicats par Jules ne relevait pas que d’une volonté de discourir au sujet de l’objet syndicat, mais procédait encore d’une volonté de distinguer nettement ces organisations des BDE, anticipant en quelque sorte sur tout jugement qui aurait placé les deux types de structure sur un plan commun. Ainsi, telle expression de « vrais syndicats » intervenait comme en écho au discours qui aurait reconnu dans les BDE des syndicats à part entière, et à titre d’opposition à l’égard d’une telle conception : de là que la parole de Jules, comme celle de la personnalité politique, doit être replacée dans son contexte, environnement de discours duquel elle tire son principe ou sa « raison d’être ». Sans doute n’est-il pas besoin, lorsque du point de vue des acteurs les choses sont clairement délimitées et distinguées, de parler de « vrai » ou de « supposé », d’emprunter de telles voies propositionnelles. Mais la possibilité qu’il y ait équivoque – tel acteur A mobilisant une notion dans des conditions que B ne trouve pas justifiée – peut impliquer qu’on manifeste une forme de démarcation, de distanciation vis-à-vis d’un usage premier. Telle appellation de « vrai » ne doit par conséquent pas être entendue de manière isolée ni tenue pour autosuffisante, mais comprise en tant que réponse à un discours potentiellement tenu par ailleurs, manière de se situer à son égard – ce discours fut-il le nôtre, comme lorsqu’on entend corriger une erreur qu’on a commise soi-même antérieurement.

8De là, il faudrait plus généralement comprendre qu’en l’absence de notions naturellement reliées aux phénomènes, en l’absence de principes de maniement des mots qui soient inhérents au monde et que les individus n’auraient qu’à reprendre en l’état, la manipulation des mots admette des dissensions d’usage et que, par suite, puisse intervenir un ensemble de concepts dont la vocation est précisément d’administrer l’équivoque potentielle, marquant et signifiant ici telle distance vis-à-vis de telle conception, privilégiant là telle « façon de voir ». À ce titre, on pourrait opportunément ajouter aux expressions déjà recensées plus tôt tout un ensemble de notions qui, semblant convoquer – davantage que l’objet lui-même – quelque chose comme le cœur de l’objet, l’un de ses constituants intrinsèques, paraissent procéder de ce même travail de promotion d’une proposition, d’avancement d’une certaine manière de concevoir l’objet : invocation de telle « nature » ou de telle « essence » de l’objet, « inhérence » de tel caractère. Dans ces cas, tout se passe comme si le locuteur était au fait d’un élément obligé de la chose, matière absolument inhérente à l’objet et qui, par contre coup, l’autoriserait lui à délibérer, à faire la part entre le vrai et le faux, à faire la différence entre toutes les conceptions selon qu’elles font ou non référence à ce critère. Il faut répondre à cela qu’il n’est par exemple pas de « nature » dans la réalité, au sens où toute reconnaissance d’une nature par les acteurs et toute mobilisation indigène de ce concept au sein des propositions doit en fait être entendue comme une tentative pour privilégier une certaine représentation, un certain état du concept.

La disposition à dire le vrai comme disposition sociale

Kevin : On est dans une phase où on revendique l’acceptation par une société plutôt hétéronormée on va dire… C’est-à-dire montrer qu’être homosexuel c’est plus forcément la vision zaza la folie, clichée, sorties, fêtes, même limite un côté pseudo-culturel avec des gros guillemets… voilà de la folle d’il y a vingt ans qui était dans l’exubérance, dans le cliché absolu, voilà… qu’on peut avoir une vie voilà de couple, investi dans la société, pas forcément dans les opinions qu’on nous croit même parfois, notamment politiques, et voilà totalement hétérosexualisées sociétalement… enfin socialement on va dire. Parce que sociétalement ça veut rien dire dans ce sens-là… Socialement.
Mais finalement cet espèce de travail sur enfin… parce que est-ce que selon toi les personnes de l’association tu retrouves une espèce de communauté ou d’homogénéité d’usages et de pratiques qui fait qu’on puisse dire voilà enfin…
Alors je trouve que justement montrer que l’homosexuel n’est pas forcément le cliché auquel on pense, c’est pas adopter tous une certaine homogénéité dans notre façon d’être. Je pense que c’est le contraire justement, la société elle est multiple, les homosexuels le sont aussi, forcément. Hein il y a plusieurs façons de vivre au quotidien, sa vie, son couple, sa sexualité, voilà… et même dans le style qu’ils ont, on voit qu’ils sont assez diversifiés aujourd’hui dans l’association, c’est pas le moule… le moule idéologique qu’on imagine autour des homosexuels, voilà. […] Donc je pense que ça, ça va aussi… cet aspect droit va aussi avec la revendication du vécu commun. C’est-à-dire voilà on n’a pas besoin de se cacher, on n’a pas besoin non plus de singer la femme si on veut être un homosexuel masculin ou de singer l’homme si on veut être une homosexuelle féminine… c’est voilà… on peut maintenant avoir un couple homo qui va avoir par exemple le même intérieur qu’un couple hétéro. Qui va avoir le même mode de vie, les mêmes habits, les… voilà on est voilà… […] Moi personnellement ça me choque pas. J’ai l’habitude et puis bon voilà je suis un peu blindé. Mais il y a des gens qui en ont marre forcément d’être vus comme… même comme des gens qui sont pas forcément stables parce que c’est souvent… le cliché qu’on a aussi sur l’homosexualité, c’est la non-stabilité… Non, on peut être en couple, stable, homosexuel, aller au café le matin, aller faire ses courses le dimanche en couple, à deux, en se tenant la main sans forcément qu’on soit dévisagés […] montrer que oui on peut avoir ce genre d’existence. On ne veut pas changer de partenaire tous les soirs. On ne veut pas d’un couple libre forcément, parce que ça aussi c’est dans les clichés. On veut pas se mettre une plume dans le cul le week-end pour aller xxx et danser contre un miroir… […] les clichés bah chez les hétéros c’est classique hein, c’est les insultes, les choses comme ça ou alors les opinions qui sont pas forcément pro homo, pro droit homo, parce que habitude… poids familial, poids religieux on revient toujours au classique hein, toujours au classique, c’est-à-dire le mariage c’est pour un homme et une femme, des choses comme ça… le sexe c’est pour un homme et une femme xxx la nature a fait les choses d’une certaine façon, c’est pas pour la violer en allant forcément avec des gens du même sexe, c’est… c’est contraire à l’ordre, c’est des choses comme ça c’est… Voilà ça existe encore des choses comme ça. […] ça ça fait aussi partie de la diversité, diversité idéologique je t’en ai parlé tout à l’heure hein, c’est on est gay on n’est pas forcément de gauche. On n’est pas forcément ultra tolérant sur tout. Et comme on est gay on n’est pas forcément paillettes. Pas forcément Lady Gaga, Madonna. […] Moi déjà j’ai une optique très républicaine je pense du rôle d’une association qui se veut militante. Je pense qu’on est là pour régler un problème qui n’est pas seulement gay. Parce que c’est un problème institutionnel grave dans un système républicain qu’il y ait des différences entre citoyens au point de vue des droits fondamentaux, comme le mariage, comme l’adoption, comme pareil je te disais tout ce qui est droit, héritage, l’adoption d’un enfant d’un conjoint si on a le même sexe, c’est des choses qui passent mais comme une lettre à la poste si on est hétéro, et si on est homosexuel, c’est toujours le tabou

9Qu’est-ce que X ? Quelle est la vérité concernant tel objet ? Où l’objet réside-t-il, dans la myriade des propositions qui se disputent sa vérité ? D’après les précédentes remarques, et refusant toujours de voir dans les propositions une voie d’accès potentielle à la vérité, on pourrait avancer une observation essentielle : que la disposition au vrai – disposition d’un acteur à ‘dire’ le vrai aussi bien qu’à en ressentir en lui la nécessité – est une disposition foncièrement sociale, au sens où il n’est pas de vrai qui puisse être exprimé ou se manifester indépendamment d’une familiarisation de l’acteur aux mots mis en question. Seule une socialisation aboutie peut permettre à l’individu d’inférer quelque signification à tel terme A et, corrélativement, de présupposer quelque jugement quant aux modalités qui conviennent à sa mobilisation. Comment en effet éprouver en soi la vérité d’une proposition si l’on ne présume aucun sens particulier aux différents termes qui la composent ? Comment dire d’une proposition qu’elle est vraie ou fausse, conforme ou non à l’ordre de phénomènes qu’elle entend représenter, si l’on n’a pas la moindre idée du sens qui sied aux différentes notions qu’elle met en jeu ?

10De cela, on peut prendre pour preuve l’activité de vérification, activité par laquelle on entend s’enquérir d’une réalité censément décrite afin de déterminer la valeur d’une proposition, si elle est vraie ou non, ou dans quelle mesure elle l’est ; et activité dont il faut dire qu’elle n’est pas cette espèce de deus ex machina qui permettrait effectivement d’accéder à la nature des choses et de statuer en conséquence avec certitude sur la véracité d’une proposition, la confirmant ou l’infirmant. Il faut mesurer combien, quelle que soit la méthode retenue pour ce faire – retrouver le phénomène pour l’observer ou se fonder sur un jugement a priori –, l’acteur qui vérifie une proposition et entend évaluer si elle est vraie ne fait que déterminer si, eu égard au phénomène considéré, la proposition en question fait état de principes de mobilisation des mots appropriés, c’est-à-dire conformes aux us langagiers qu’il tient pour légitimes et les plus pertinents. À l’évidence, ce n’est pas qu’il s’agit là d’une affaire de conventions de vocabulaire que l’acteur tenterait de faire respecter. On ne veut pas dire par là que l’individu qui vérifie la véracité d’une proposition entreprend son action comme le professeur évalue une copie. Ici, il faut seulement apprécier comment l’acteur qui considère un phénomène pour vérifier une représentation n’est pas tant amené à comparer la réalité qui lui fait face et cette représentation, à confronter ces deux « données », qu’à arbitrer entre cette proposition et l’ordre de proposition que le phénomène en question lui paraît exiger, étant donné les usages propositionnels qui sont les siens.

11On conçoit que l’exercice de confrontation au phénomène ne représente pas tant une assurance de toucher du doigt sa nature profonde qu’une occasion pour évaluer l’ordre de concepts qu’il paraît requérir, et pour réévaluer en conséquence, sous cette lumière, la proposition qu’on entend vérifier. C’est l’exercice propositionnel qui se trouve en quelque sorte remis en jeu afin d’apprécier la pertinence de ce qui plus tôt a été affirmé, dit ou écrit. Considérant le phénomène réel, et derrière l’impression de tester une proposition et sa véracité, la question qui se pose en fait est celle d’une évaluation des usages propositionnels qui sont engagés en son sein : non pas tant « cette proposition dit-elle ou non effectivement la vérité ? » que « qu’est-ce qui a été dit et est-ce que ce qui a été dit correspond effectivement à ce qu’il aurait fallu dire ? ». Non pas « cette proposition est-elle vraie ou non ? » mais « comment son auteur a-t-il procédé d’un point de vue représentationnel et, eu égard au phénomène considéré, a-t-il eu raison de procéder ainsi ? ». Mis en présence du phénomène censément décrit, l’individu qui vérifie une proposition ne contribue pas tant à déterminer et fixer le vrai – produisant une représentation des choses qui serait « la » représentation vraie – qu’à apprécier ce qu’il paraît requis de dire, quels mots paraissent pertinents ou semblent incontournables. C’est à ce jugement conçu a posteriori, à cette forme d’appréciation qui tient lieu de représentation alternative, davantage qu’à la nature même des choses, que la proposition que l’on cherche à tester se trouve rapprochée : derrière la disposition indigène à dire ou faire le vrai, opère en fait un travail d’appréciation et d’arbitrage propositionnel.

12À cet égard, il n’est pas ici important de distinguer selon que le procès de vérification recourt ou non à un passage par le ‘terrain’ : que l’on passe par une confrontation directe au phénomène concerné ou que l’on rapporte la proposition à tester à une représentation d’ores et déjà acquise et assimilée – par exemple comme le professeur qui juge instantanément une affirmation de son élève en la rapportant à des savoirs intégrés de longue date –, il n’est pas fait appel à autre chose qu’à des représentations. On pourrait dire la même chose de l’exercice expérimental, cette procédure dont le principe est de formuler un certain nombre d’hypothèses relativement à tel objet et, pour faire le tri entre elles toutes, de mettre en œuvre des expériences. Comme on l’a dit, le travail de confrontation au réel n’est pas gage de faire la vérité sur le phénomène questionné, mais intervient en tant qu’appréciation des modalités propositionnelles que paraît appeler la série phénoménale observée, et du niveau de correspondance existant entre ces propositions et celles formulées préalablement, à titre hypothétique. On comprend en d’autres termes que l’adéquation qui peut paraître survenir entre telle des hypothèses et les observations tirées de l’expérimentation ne doit pas être interprétée en tant qu’indice que cette hypothèse est vraie, ou que la vérité relative à ce phénomène est finalement faite, mais en tant que signal que l’hypothèse en question vaut, aux yeux du chercheur, pour une représentation adéquate du phénomène appréhendé. Par quoi on mesure combien toute action de vérification implique de se comporter et penser en tant qu’acteur social, c’est-à-dire en tant qu’acteur disposé à engager un certain sens aux mots, à avancer une forme d’intellection de ces derniers sans laquelle aucun jugement d’une proposition n’est possible ; par quoi on comprend que le procès de confirmation ou de rejet des hypothèses n’est que reconduite d’un certain rapport social aux mots, qu’une manière supplémentaire de mobiliser le matériel propositionnel et de le mettre à profit.

La posture sociologique

13Penser l’expression du « vrai » non plus comme une voix d’accès potentielle à la vérité des phénomènes mais comme une modalité d’appréciation et d’arbitrage entre différents usages des mots : c’est dire que s’il est question de réaliser une compréhension sociologique des propositions, il faut s’attacher à rompre avec toute volonté de légiférer sur la vérité d’une notion, et partant sur la vérité de la chose, comme on tenterait soi-même d’apporter une réponse à la question – démarche qui n’aurait pour autre effet que de favoriser une certaine conception du terme –, de même qu’il faut se défendre d’engager toute forme d’appréciation des propositions en usage, toute forme d’évaluation quant à leur valeur heuristique. On comprend que la rupture d’avec l’usage référentiel, c’est-à-dire la rupture d’avec cet usage dont le principe est de relier l’ordre des propositions aux phénomènes, doit se poursuivre dans une rupture d’avec la volonté d’établir le vrai et le faux. L’homosexuel comme étant nécessairement situé politiquement à gauche, comme individu rétif à toute relation stable ou comme personnalité cultivant spontanément la tolérance. Ou l’homosexualité en tant que diversité, population autant à même d’accueillir la pluralité des spécificités de la société que n’importe quel autre « groupe », et devant disposer des mêmes droits que tout autre citoyen. Là où Kevin se prête, davantage qu’à faire état des conceptions multiples de l’homosexualité, à engager une certaine hiérarchisation entre elles, celle-ci étant remisée au rang de « clichés » et celle-là réfutée au titre qu’elle relève d’un « moule idéologique », il devrait revenir au chercheur intéressé par les propositions de passer outre toute inclinaison potentielle à l’égard de tel ou tel discours tenu, d’enrayer tout penchant en faveur de tel ou tel point de vue, en bref toute disposition propositionnelle qui serait par définition une disposition sociale.

  • 4 Ainsi des écrits cités en bibliographie de R. Boudon, M. Dubois, D. Raynaud ou J.-M. Berthelot qui, (...)

14Il faut expliquer ainsi la distance prise ici à l’égard d’un certain nombre de travaux4 dont l’une des caractéristiques est, se penchant sur les propositions, et notamment sur celles habituellement tenues pour scientifiques, de défendre la possibilité du vrai, c’est-à-dire la possibilité de propositions qui parviendraient effectivement à représenter la réalité et faire œuvre de vérité. D’après nous, telle position signale indirectement que les auteurs concernés n’ont pas pris assez soin, pour mener leur recherche, de rompre avec le sens commun, c’est-à-dire de mettre au ban ces « manières d’agir, de penser et de sentir » (Durkheim 1992 : 5) qui, en même temps qu’elles constituent leur objet de recherche, les caractérisent aussi eux-mêmes, en tant qu’acteurs sociaux. Pour notre part, le problème ne tient pas prioritairement dans ceci que, ce faisant, ils aboutissent inévitablement à avancer une certaine conception du vrai, accordant à certaines propositions le privilège de la vérité, et le refusant à d’autres. Ici, on veut surtout faire remarquer combien, si ces recherches se revendiquent d’une perspective sociologique, elles manquent cependant l’essentiel du profit spécifique que la discipline peut servir à procurer.

15En assignant à considérer les faits sociaux « comme des choses », se dit bien la nécessité pour le chercheur en sociologie, s’il veut produire une représentation des faits sociaux qui soit affranchie des modes de lecture communs, de rompre avec les catégories qu’il est lui-même spontanément conduit à mobiliser pour penser ses objets de recherche. Aussi, pour ce qui est d’une observation des propositions, d’une tentative pour en déterminer la raison et les conditions de possibilité, n’est-il pas de fait impératif de se départir de tout ou partie des concepts qui sont coutumièrement si inhérents à leur appréhension – science, vérité, objectivité, connaissance ? Sans cela, ne se condamne-t-on pas à reconduire et perpétuer, selon des modalités plus ou moins évidentes, l’une ou l’autre des représentations indigènes valant en la matière ? S’il revient au sociologue, face aux individus qui attribuent des prix et opèrent des échanges, de poser la question des conditions de possibilité de quelque chose comme des valeurs ; si c’est sa charge que, face aux institutions de justice qui reconnaissent des responsabilités et attribuent des peines, d’interroger le concept même de justice et son incorporation par les acteurs, ne devrait-il pas par suite lui revenir, pour ce qui est d’une observation des propositions, de se priver d’ordonner lui-même le vrai, d’en attester telle ou telle possibilité ? Aussi, à Berthelot (2008 : 23) qui, comme pour moquer certaines positions épistémologiques extrêmes, fait mine et affecte de qualifier le concept de vérité de « suranné », il faudrait rétorquer que l’ennui fondamental de ce concept n’est pas d’être dépassé mais profondément social, nourri du sens commun. À ce sujet, on préfèrera la position formulée par Foucault dans l’introduction de son Histoire de la sexualité, deuxième tome, alors que, s’expliquant sur le long délai qui sépare cet opus du premier, il expose la problématique qui a valu pour nombre de ses recherches antérieures :

Ce à quoi je suis tenu – ce à quoi j’ai voulu me tenir depuis bien des années –, c’est une entreprise pour dégager quelques-uns des éléments qui pourraient servir à une histoire de la vérité. Une histoire qui ne serait pas celle de ce qu’il peut y avoir de vrai dans les connaissances ; mais une analyse des « jeux de vérité », des jeux du vrai et du faux à travers lesquels l’être se constitue historiquement comme expérience, c’est-à-dire comme pouvant et devant être pensé. À travers quels jeux de vérité l’homme se donne-t-il à penser son être propre quand il se perçoit comme fou, quand il se regarde comme malade, quand il se réfléchit comme être vivant, parlant et travaillant, quand il se juge et se punit à titre de criminel ? À travers quels jeux de vérité l’être humain s’est-il reconnu comme homme de désir ? (Foucault 1984 : 13-14)

16Ce à quoi doit se livrer la sociologie, c’est non pas rechercher les conditions de découverte de la vérité vraie, mais démonter la mécanique générale du savoir et des connaissances, rendre compte des conditions faisant qu’un matériel représentationnel acquière au sein de l’espace social le statut de vérité : comment, usant de tel mot auquel on donne tel sens, on est convaincu de faire la vérité concernant tel phénomène.

Propositions et efficacité pratique

17On juge communément que l’efficacité de certaines réalisations pratiques est le signe que les concepts et représentations qui sont à la base de ces réalisations sont vrais. C’est parce qu’on arrive à communiquer d’un bout à l’autre de la planète avec des téléphones, ou parce qu’on organise des voyages dans l’espace qui suivent les trajectoires prévues, que les représentations qui ont servis à accomplir tous ces faits d’œuvre – et en leur sein les propositions scientifiques – devraient être tenues pour vraies. On fait ainsi le lien entre ces deux données : efficacité et vérité des concepts.

18Mais voit-on ce disant qu’il est nombre de pratiques, dont on peut reconnaître qu’elles sont efficaces, qui ne dépendent en rien de la mobilisation d’un matériel conceptuel explicite ? Ainsi des innombrables actions du quotidien qui exigent que l’individu interagisse non seulement avec son corps mais avec les différents objets qui composent son environnement. Se déplacer et bouger, utiliser les bras et les jambes, mais encore appréhender matériellement les objets, s’en saisir et les manipuler. Qui peut affirmer que de tels accomplissements dépendent de quelque connaissance ? Le fait de marcher implique-t-il qu’on sache quels muscles sont actionnés lors de tel mouvement, quels nerfs sont sollicités ? Prendre garde à ne pas renverser le contenu d’un verre implique-t-il d’être au fait des théories relatives à la dynamique des fluides ? Il apparaît que non, et pourtant il y a bien là un ensemble de réalisations qui font preuve d’efficacité. On pourrait songer similairement à nombre de tâches moins aisées, comme celle du maçon qui prépare son béton, ou celle de l’artisan qui manipule son matériau de prédilection, maîtrisant ici tel verre ou là tel métal : sans doute la pratique de ces métiers coïncide parfois avec la mobilisation de telle ou telle ressource propositionnelle, mais il est tout aussi évident qu’elle n’en dépend pas nécessairement, puisqu’on peut mélanger ciment et sable sans rien connaître des principes chimiques qui sont à la base de la formation du béton. Ici, l’ambition n’est en rien d’éclairer le fonctionnement de ces différents ordres de faits, ni de déterminer s’il y ait affaire ou non de connaissance – l’absence de matériel propositionnel explicite interdit-il qu’on parle de connaissances ? Faudrait-il parler de savoir inconscient dans le cas d’un individu qui ignorerait les concepts qui sont à la base de sa pratique ? Il faut seulement remarquer que toute preuve d’efficacité ne dépend pas de la mobilisation d’un matériel propositionnel, et que c’est donc une méprise que d’affirmer qu’une proposition est vraie par cela que tel accomplissement qui en dépend aboutit comme prévu, de manière efficace. Les premiers acteurs sociaux à avoir apprivoisé le feu possédaient-ils quelque proposition vraie pour obtenir ce résultat ?

19Il y a sans doute là une bonne occasion de préciser notre compréhension des propositions, notamment en suggérant que l’impossibilité qui les caractérise de décrire le monde d’une manière objective ou absolue ne fait pas qu’elles ne puissent pas représenter un certain intérêt ou une certaine ‘utilité’ pour les acteurs. Cette impossibilité à dire le monde d’une manière absolue n’empêche pas que les propositions puissent se faire le relais de tout un ordre de signification, de sens et représentation, qui peut lui tenir lieu de média pour aborder les phénomènes : c’était même l’un de nos postulats que d’appréhender les propositions comme des traductions de représentations plutôt que comme des représentations plus ou moins opportunes de la réalité. Aussi, l’observation que le terme de « serpent » ne correspond à rien qui soit dans la réalité un objet en soi mais renvoie à un concept, image abstraite produite socialement, ne saurait devoir faire qu’on ne prête aucune considération à l’avertissement selon lequel un serpent est posté sous tel caillou.

20Autant dire que dans les propositions résident d’abord et avant tout, aussi bien que dans un cri ou un croquis qui, pour imprécis que ce dernier puisse être, permet de retrouver son chemin, autant de moyens employés par les acteurs pour renseigner le rapport au réel, coordonner le rapport aux phénomènes, d’une manière conceptuelle aussi bien que pratique – la distinction ne paraît pas indispensable ici. Ce qui se réaliserait par le biais des propositions, c’est non pas – le vœu indigène – une mise à nu absolue des phénomènes, mais – si l’on peut dire – une forme d’interventionnisme indifféremment conceptuel et social, un procès de prise en charge représentationnelle par lequel s’actualise et se réactualise toute une série de manières d’êtres : manière d’appréhender tel phénomène, manière de s’en approcher, manière de le comprendre et de se comporter face à lui. À ce titre, la singularité des réalisations technologiques les plus abouties ne fait pas – bien au contraire – que celles-ci évoluent dans une sphère indépendante du social : entre elles et l’assignation courante à ne pas s’approcher du feu, gageons que la différence n’est pas tant de nature que de degré.

Relativisme

21Sans doute, il faut préciser comme les observations avancées ici – et notamment l’idée que les propositions ne divulguent jamais de vérité au sujet des phénomènes – ne va pas nécessairement de pair avec un assentiment au point de vue relativiste, en tout cas pas tant qu’on signifie par là que toutes les propositions se valent : puisqu’il n’est pas possible de toucher du doigt la réalité, alors il n’y aurait pas de proposition qui possède plus de valeur qu’une autre, alors toutes les propositions reviendraient au même. Le refus de consentir à un tel jugement tient dans une raison : c’est qu’au final, telle position relativiste n’est pas si étrangère à la manière de voir commune, celle-là même qui s’emploie à juger continûment les propositions en vertu de leur rapport supposé au réel. Certes, le mouvement est ici négatif, puisqu’il s’agit de leur dénier une telle potentialité, mais pour autant c’est toujours la même grille de lecture qui paraît agir ou le même cadre opérer. Rompant avec toute espèce d’appréciation quant à leur valeur, on peut ainsi préférer l’observation qu’au sein de l’espace social les propositions ne se valent pas, au sens où les acteurs sociaux s’emploient eux continûment, par des voies multiples, à hiérarchiser les propositions, à imposer des ordres de grandeur entre elles, prêchant ici le vrai, discriminant là telle proposition : si d’après nous il n’est pas de moyen de décrire absolument la réalité, et donc pas non plus de moyen pour affirmer qu’une proposition est plus vraie qu’une autre, il faut bien constater cependant combien les individus, de part la socialisation qui est la leur, possèdent eux toutes les raisons de se prêter à un tel travail d’ordonnancement.

22On peut dès lors s’inspirer pleinement de la démarche généralement de mise en sociologie de la culture, sociologie pour laquelle il n’est pas de culture qui soit supérieure à une autre, mais sociologie qui dans le même temps ne saurait ignorer les phénomènes de domination d’une culture sur l’autre qui surviennent ponctuellement. Aussi, plutôt que d’aboutir au constat que toutes les propositions se valent, l’observation que les propositions ne sauraient être tenues pour de pures descriptions des phénomènes doit inciter le sociologue à accroître sa compréhension du phénomène propositionnel, examinant aussi bien l’ordre des pratiques conceptuelles dont elle est le fait que les procédures employées pour les distinguer et les hiérarchiser. On peut dès lors identifier et se revendiquer d’un relativisme qui, celui-là, n’a en aucune façon vocation à spéculer sur les propriétés épistémiques des propositions approchées, mais est voué à reconnaître l’inhérence sociale relative à tout matériel propositionnel.

23En cela, il faut invariablement rappeler – à la suite de Dukheim et Mauss – qu’il n’est pas naturel que les individus pensent d’une façon plutôt qu’une autre, et qu’il revient donc au chercheur de mettre à jour les conditions de possibilité de leurs manières de voir : pourquoi tel concept – autrement dit pourquoi tel concept plutôt qu’un autre ? Quel rangement des phénomènes impliqué par là ? Quel principe de lecture à la base d’une représentation ? À celui qui affirme que la terre est ronde plutôt que plate, de même qu’à celui pour qui toutes les propositions se valent, il faut opposer un examen des conditions faisant qu’à deux moments de l’histoire les individus envisagent distinctement les mêmes phénomènes, réformant d’autant le matériel représentationnel d’une période sur l’autre, établissant, pour chaque époque, une vérité propre. On peut songer à ce titre au témoignage de Sandra et Kevin, lorsque ceux-ci expliquent que les initiatives en faveur des homosexuels ont progressivement mué pour concerner aussi bien les cas des transsexuels et des bisexuels. Face à cela, l’important est bien d’examiner la façon dont une représentation finit par prévaloir dans le regard des acteurs : non plus « homosexuel » ni « gay », mais « LGBT ». Les mots changent et, avec eux, d’une façon plus ou moins décisive et critique, la façon dont l’individu se représente les phénomènes, les êtres mêmes dont il considère qu’ils font partie de la réalité. Pour le sociologue des propositions, le problème n’est donc pas prioritairement de dire qu’il est impossible d’établir la vérité, impossible de déterminer quel chiffre est vrai entre telle et telle donnée, ce qui reviendrait à reprendre les termes du débat tel qu’il se pose communément. Il est avant tout de déconstruire le système de vérité qui définit les propositions d’un groupe social et est ce par quoi la matière de leurs représentations se voit pour partie caractérisée.

24Initialement, notre attention s’est portée sur cette expression du vrai – cette circonstance où un individu déclare « le vrai X c’est » ou « ce n’est pas un vrai X » – parce que dans ces circonstances le locuteur paraît s’en remettre au cœur même de la chose, à ce qui en constitue un critère ultime. À la limite, c’est la chose elle-même qui semble s’exprimer, générant une proposition a priori irréfutable : ça paraissait en conséquence un fait propositionnel décisif et digne d’attention. Mais s’il y a à rendre opportunément compte d’une administration indigène des propositions, administration se vouant à soupeser la véracité des différentes propositions en circulation et à les départager en vertu de ce critère, celui qui entend faire œuvre de sociologie doit lui se garder de reprendre un tel mode d’approche, afin de privilégier plutôt le compte rendu des pratiques qui par là se réalisent. On a dit auparavant que tout mot renvoie à un concept, à quelque chose comme une entité abstraite dont le mode de génération est social avant tout. À cela, il faut ajouter que les mots constituent parfois le lieu de tentatives volontaristes pour en déterminer le sens, tels acteurs s’attachant à en imposer une certaine définition jusqu’à parler en termes de « vrai » ou de « faux » ou de « nature », en bref jusqu’à mobiliser tout moyen pour organiser l’arbitrage entre des conceptions alternatives. Quel que soit l’objet concerné, il faudrait donc ne plus voir dans de telles « prises de parole » le moyen d’accéder potentiellement à la vérité de la chose, mais le fait d’initiatives dont l’objet est de promouvoir une certaine représentation. Nul doute que, sur ce point, il y aurait à identifier et distinguer différents cas de figure, selon qu’il y a là le fait isolé de l’enseignant qui, en appelant un enfant au « vrai », ramène l’usage tenu pour erroné sur le chemin d’un emploi jugé plus légitime ou le seul légitime, ou qu’on fait face à un contingent d’individus spécialement chargé de confectionner une représentation et d’en assurer la « promotion » au sein de l’espace social : par exemple d’une nation, ou d’une formation politique, ou d’un bien de consommation, ou d’un dogme. Mais, pour nous, l’important est avant tout d’affirmer qu’il n’ait pas de vérité d’un mot – et ni partant d’un objet – qui puisse être reconnue, et que par cette expression du vrai, se dit, plutôt que la vérité des phénomènes, une forme de lutte sociale se jouant au niveau des représentations.

Une représentation « ouverte »

25Pour finir, on peut remarquer combien une telle manière de procéder ne va pas de soi, au sens où la considération et l’appropriation d’un objet ne vont pas toujours de pair avec une disposition à avancer un « vrai », à privilégier une certaine conception.

Paul : c’est marrant que vous me posiez ces questions-là maintenant parce qu’on est justement, depuis quelque temps, en pleine discussion avec le comité de sélection, qui est un comité qui ces dernières années a pas mal bougé… Donc avec des personnes nouvelles, dont on savait pas toujours… bon elles gravitaient autour des personnes du festival, sans que pour autant on sache vraiment profondément quel était le type de cinéma qu’ils aimaient etc. et que nous on a la prétention d’avoir une ligne éditoriale au festival… Qu’on a essayé de mettre en forme sous la forme d’une charte, mais qui est nécessairement toujours interprétable, d’une manière ou d’une autre, et tout dernièrement, à la suite de grosses discussions comme on peut en avoir dans des groupes comme ça, on s’est dit peut-être qu’il faudrait l’améliorer, l’illustrer, pour essayer de faire comprendre aux gens qui vont arriver dans le comité, puisqu’il y a des nouveaux qui arrivent cette année, quel est l’espace cinématographique dans lequel on a nous la prétention de chercher des films, et des films courts… On sait que les gens la plupart du temps ont l’habitude, ceux qui viennent au festival, ceux qui veulent être au comité, ce sont des gens qui vont au cinéma, des cinéphiles, mais qu’au cinéma on voit des films longs. Et au niveau du film court, parfois, c’est peut-être un petit peu difficile de se repérer et donc on a essayé justement de donner une image, ou du moins des indicateurs, à partir de titres de films d’auteurs, aux gens qui arrivent, pour leur dire voilà nous les gens qui nous intéressent… Alors il était question de donner des balises, d’un côté et de l’autre, et puis on s’est dit non, plutôt que de dire plutôt un tel que un tel, on va donner les noms des gens vers lesquels on regarde. Ou les titres de films, des choses comme ça, voilà. Donc c’est quelque chose qui correspond un petit peu à notre interrogation en ce moment c’est quel type de cinéma, qu’est-ce qui pour nous nous semble intéressent de montrer dans le domaine du cinéma, et notamment du court-métrage, puisqu’on considère que le film court, c’est quand même une sorte de laboratoire, même s’il y a des gens qui font du film court tout le temps, c’est-à-dire qui sont de véritables auteurs, et qui ont parfois jamais fait de longs, ou qui passent du long au court, et qui reviennent au long et qui reviennent au court etc. En tout cas, le film court, la seule différence qu’il y a avec les autres c’est qu’il est court. C’est tout. Sinon c’est un… C’est pour ça qu’on en général… en tout cas moi je préfère dire film court que court-métrage, parce que dans film court il y a d’abord film… et la simple différence c’est qu’il a une durée inférieure à ceux qu’on voit habituellement. Donc c’est une question qu’on se pose. Quel… comment on peut, à partir d’un propos, qu’il soit écrit, qu’il soit parlé, faire comprendre à quelqu’un qui arrive au comité ou peut-être même à des spectateurs qui pourraient nous demander mais finalement quel est votre cinéma, ce qu’on recherche, et ce qu’on a envie de montrer

26On peut regarder sous cette lumière les propos de Paul, à l’origine interviewé au titre qu’au sein d’un festival de cinéma il participe à la sélection des films en compétition. Cependant qu’il s’attache à définir une certaine « ligne éditoriale » pour son festival, à choisir des films qui correspondent à la direction esthétique engagée depuis plusieurs éditions de la manifestation ; cependant qu’à ce titre il est capable de distinguer différents pans de la production filmique et doit se situer entre eux ; cependant, en somme, qu’il doit entretenir et véhiculer une certaine conception du cinéma, il ne s’en fait pas pour autant qu’il assimile sa propre définition à un « vrai » cinéma, ni qu’il apparente le reste de la production à des formes amoindries du septième art, formes qui ne relèveraient conséquemment pas véritablement du cinéma. Aussi la nécessité qui est la sienne de tenir un « positionnement », de privilégier une certaine direction, permet certes de reconnaître un « espace cinématographique » donné, nécessite bien qu’on « balise » le champ de la production à l’aide d’« indicateurs », mais ne fait pas que la conception avancée soit la seule justifiée, celle qui est « vraie ». Alors, le rapport à l’objet paraît tel que sa représentation est à même d’admettre quelque chose comme une diversité interne, l’existence de vues alternatives. Telle disposition paraît en quelque sorte se situer à l’opposé de la volonté décrite ici à avancer un vrai ou une nature, voire de la tendance ponctuelle à défendre ici telle « pureté » ou là telle « authenticité ».

Notes

1 Petit Larousse illustré, Paris, 1988.

2 Ces propos sont tirés d’une émission de radio diffusée sur France Inter.

3 Ainsi du fait de parler d’un pays « démocratique », pour signifier combien le pays en question n’a de démocratique que les apparats.

4 Ainsi des écrits cités en bibliographie de R. Boudon, M. Dubois, D. Raynaud ou J.-M. Berthelot qui, sans qu’on puisse les assimiler complètement, procèdent tous également d’une disposition basique à adhérer à l’idée de vrai.

© Presses universitaires de Provence, 2016

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search