Version classiqueVersion mobile

Les représentations de la réalité

 | 
Yannick Duvauchelle

La « jeunesse » n’est qu’un mot

Texte intégral

  • 1 Il faut bien sûr se rappeler que l’appréhension de la réalité requiert parfois le concours d’instru (...)

1Sans doute, l’usage référentiel des propositions n’est jamais si prêt d’opérer que lorsque, référant à ce qui se tient juste là, on emploie des mots pour désigner des objets immédiatement perceptibles et appréhendables par les sens. On peut supposer que c’est au gré de telles circonstances que les acteurs, confrontés à la matérialité que la réalité oppose parfois aux sens1, ont le plus de chance de prendre les mots pour des transcriptions directes de la réalité, le produit de la perception – vision ou sensation de la chose – jouant contre le discernement des principes conceptuels à l’œuvre dans le procès de mise en mots.

Mettons-nous maintenant prudemment à l’ouvrage, restons au plus près des choses individuelles, regardons-les et tenons-nous en à ce que nous voyons. Une pierre – elle est dure, de couleur grise, de surface rugueuse ; elle est de forme irrégulière, elle est lourde, et consiste en telle et telle matière. Une plante – elle a une racine, une tige et des feuilles ; celles-ci sont vertes et dentelées ; le pétiole est court. Un animal – il a des yeux et des oreilles ; il peut se mouvoir d’un lieu à un autre ; en dehors des organes des sens, il a un appareil digestif et des organes reproducteurs, il se sert de ses organes. (Heidegger 1971 : 43)

2Tel écrit à visée philosophique illustre bien le rapport étroit qui peut sembler s’instaurer avec la réalité présente, et en même temps le sentiment que nos mots disent facilement et simplement ce qui la constitue. On jugerait ainsi qu’ils ne font que décrire les choses telles qu’elles sont et telles qu’elles se présentent là sous nos yeux. Pour contrecarrer l’impression d’évidence qui sied parfois à la considération d’une proposition et le sentiment, attenant, que les mots sont immanents à la réalité plutôt qu’au locuteur, il faut non pas tant chercher le faux dans la proposition que tenter d’étudier le principe de développement et l’économie propres de la représentation dépeinte.

3Pour ce faire, on peut commencer par noter combien le mot qui sert à désigner la chose ne permet jamais de rendre compte intégralement de la chose en question. Ainsi de la possibilité de référer à un objet par le biais de divers noms – c’est tout à la fois un individu, un homme, un célibataire, une personne âgée, un ancien capitaine, un être humain, un père de famille, etc. –, faisant ressortir par chacun de ces noms les traits caractéristiques qu’ils servent à dénoter. On voit comme le mot employé pour rendre compte de l’objet, à défaut de dire purement et simplement la réalité ou l’« être » de cet objet, introduit un mode de reconnaissance particulier de ce qui fait face : s’il dénote un certain nombre de traits caractéristiques à l’objet distingué, le terme d’« homme » n’en dit pas tout, ni non plus celui de « célibataire ». Le phénomène en question n’est ni simplement un homme, ni simplement une personne âgée, ni simplement un célibataire, etc. De même employons-nous couramment un unique terme au gré de circonstances multiples, pour autant que les objets désignés se distinguent relativement à tel ou tel critère : ici une chaise peinte en bleu et là une chaise rouge et, dans les deux cas, le même terme de chaise. De là le partage formel nom/prédicat voulant que, au fil des concrétisations rencontrées ponctuellement, on accole au nom les compléments manquants et potentiellement distingués : ici une chaise bleue et là une chaise rouge. On peut relire sous cet angle un extrait des Fleurs bleues de Queneau : le niveau de description extraordinaire qu’il y atteint donne clairement à voir combien il n’est pas de commune mesure entre tel nom apposé sur un objet et la tentative pour en rendre compte exhaustivement. Pour autant qu’on se conforme au fait d’appeler ceci « casquette », tout l’être de « ceci » ne saurait être résumé par le seul emploi de cette appellation.

  • 2 R. Queneau, Les Fleurs bleues, cité par J.-M. Adam (1993 : 20).

Derrière le comptoir, le patron, inactif, écoute les commentaires sur les pronostics ; il porte une casquette carrée semi-ronde ovale en drap orné de pois blancs. Le fond est noir. Les pois sont de forme légèrement elliptique ; le grand axe de chacun d’eux a cinq millimètres de long et le petit axe quatre, soit une superficie légèrement inférieure à soixante-trois millimètres carrés. La visière est faite d’une étoffe analogue, mais les pois sont nettement plus petits et de forme quasi circulaire. Leur superficie ne dépasse pas trente-deux millimètres carrés. Il y a une tache sur le troisième pois à partir de la gauche, en comptant face au porteur de la casquette et au plus près du bord. C’est une tache d’essence de fenouil. Elle est infime, mais, malgré son étendue réduite, elle conserve la couleur propre à la substance originelle, une couleur un peu pisseuse, intermédiaire entre l’infrarouge et l’ultraviolet. En examinant avec soin le pois voisin, toujours en continuant à compter à partir de la gauche face au porteur de la casquette, et en longeant au plus près du bord, on distingue une souillure minuscule ayant également pour origine la projection d’une goutte d’essence de fenouil, mais ses dimensions sont telles qu’on pourrait croire que c’est simplement un fil du drap noir environnant qui se serait égaré là et y aurait pris une teinte jaunâtre sous l’effet de la lumière au néon qui tombe d’un tube tubulaire tant bien que mal2.

  • 3 Le tableau en question s’intitule La Trahison des images.
  • 4 Traitant des énoncés plutôt que des représentations picturales, Foucault ne fait selon nous pas d’a (...)

4C’est dire combien, en dépit du sentiment d’assimilation que la pratique courante prête à expérimenter entre ces deux éléments – mot et chose –, on peut s’attacher à faire valoir tout ce que le mot comporte de conceptuel, déconstruisant d’autant la disposition à l’assimiler au phénomène : avant de renvoyer à une chose, avant de révéler les caractéristiques d’un objet en soi, un mot désigne un concept, élément qui, seulement par la suite, peut servir l’ambition sociale à représenter. Comme Magritte qui, posant que ceci n’est pas une pipe3, tout à la fois contredisait l’association spontanée entre l’objet et sa représentation – ce qui est représenté sur la toile n’est pas une pipe – et invitait par là même à considérer en et pour elle-même la représentation picturale4, il y a donc matière, plus généralement, à distinguer tout à fait la réalité, et quelque portion ou élément qu’on lui reconnaisse, des mots et propositions employés pour en rendre compte. Affirmer que l’objet tenu en main, muni de pages imprimées et reliées, n’est pas un livre, ce n’est aucunement en nier la réalité ni le fait de son existence mais tenter de faire apercevoir combien le terme de « livre », cependant qu’on l’emploie ordinairement pour référer à cet objet, ne s’y rapporte qu’en vertu des caractéristiques relatives à sa définition, partant au dépit de traits connexes constitutifs de l’objet : dans tout l’ensemble des objets appréhendés par cette appellation, on trouve à la fois des romans et des essais ; certains sont anciens, d’autres contemporains ; on en trouve de toutes les dimensions ; on les fabrique de telle et telle manière, etc. C’est dire qu’on ne touche jamais « un livre », ni non plus « tel livre », mais qu’on fait l’expérience tactile d’une réalité potentiellement appréhendable par le terme de livre ; d’où qu’il faille s’efforcer d’appréhender l’écart entre le phénomène – réalité existant au préalable indépendamment de toute dénomination – et le mot qui institutionnellement permet d’y référer, afin d’encourager la reconnaissance pleine et entière du mot en lui-même, et du concept attenant au mot. Les trois sections qui suivent tentent de rendre compte d’autant de cas de figures typiques où joue à plein la propension indigène à assimiler mots et phénomènes.

Concret / abstrait

5Il faut regarder ainsi l’ensemble des circonstances où l’on se prête à différencier ce qui est de l’ordre du concret et ce qui tient à l’abstrait : de même que lorsqu’on réfère aux phénomènes directement accessibles au sens, la confusion peut alors régner entre le rapport sensible au réel et le matériel conceptuel mobilisé pour représenter ce réel, en d’autres termes entre la réalité et les mots employés pour la décrire. On peut en prendre pour exemple quelques assertions toutes tirées d’un ouvrage d’ontologie et qui, si l’on ne saurait traiter des questions qui l’occupent en propre, nous paraissent caractéristiques de cette manière de voir commune.

Les objets se divisent tout d’abord en objets abstraits et concrets, spatio-temporels. Les objets concrets ou matériels. (Nef 1998 : 77)

Abstrait : non instancié dans une matière. La plupart des objets sont abstraits. Un objet abstrait n’a pas de rôle causal sur des objets concrets. (Ibid. : 79)

Le chien de mon voisin, Rex, est particulier, temporel, actuel, existant, déterminé complet, concret, indépendant, non subsistant et non intermittent. Le triangle quelconque est général, non temporel, actuel, non existant, déterminant, incomplet, abstrait, dépendant, subsistant et non intermittent. […] Par exemple, cette pomme, en tant qu’occurrence, est rouge, ronde et lourde, et en tant qu’objet type, elle est complète, concrète et existante. Une occurrence d’objet n’est pas forcément concrète. Si je regrette un individu, il y a une occurrence de cet individu dans ma pensée, même s’il n’existe plus concrètement. (Ibid. : 81)

Un objet concret peut être défini de deux façons. Relativement aux intentions : c’est essentiellement un objet qui peut être senti ou perçu – un arbre, une chaise particuliers perçus par un sujet particulier dans un contexte donné, sur la base de sensations élémentaires relatives aux configurations apparentes et externes des dits objets. Physiquement : c’est un arrangement de particules dans l’espace-temps, quelque chose de stable dans un événement. […] Les objets abstraits peuvent avoir des parties (exemple : la proposition) ou être élémentaires (exemple : une propriété qualitative comme « rouge »), mais ils n’ont ni contour, ni limite, ni intérieur, ni extérieur. […] La différence cruciale entre objets abstraits et concrets est que les premiers ne sont pas perçus ; ils sont appréhendés par la pensée, ou dans le discours, d’où les appellations d’objets de pensée ou d’objets de discours qui sont dangereuses, car elles incitent à préjuger que ces objets n’existent que dans la pensée ou le discours. (Ibid. : 83)

6« Chien », « pomme », « arbre » ou « chaise » : on voit la façon dont certains mots, au prétexte qu’ils renvoient à des phénomènes que l’on peut toucher et percevoir, se trouvent insensiblement associés à l’idée ou « qualité » de concrétude. Il y aurait ainsi à faire la part entre d’un côté des objets concrets et, de l’autre, des objets abstraits. Comme précédemment à propos du concept de « livre », il ne s’agit pas ici de nier l’existence des différents objets qui, entités tridimensionnelles, donnent toute preuve de leur consistance. Le souci est que, y référant, intervienne un emploi des mots qui s’accomplisse sans conscience de la dimension conceptuelle qui préside à leur usage. De là provient qu’on associe spontanément les mots aux choses, comme s’ils trouvaient dans ces dernières leur fondement naturel et obligé, ou comme s’ils en constituaient une continuité pure et parfaite. D’un tel jugement il faut s’écarter, principalement non pas en contredisant que l’on puisse faire l’épreuve sensible de tel ou tel phénomène, touchant ceci ou cela, mais en réfutant l’assimilation spontanée entre une telle expérience du réel et l’acte de mobilisation d’un mot pour en attester : en même temps que l’idée de concept inclut la possibilité d’un acte de référencement, elle incline à considérer l’écart subsistant toujours entre tout référent potentiel et les propriétés définies par le concept, soit l’écart, en d’autres termes, entre ce qui peut être saisi et manipulé, et tel mot dont on peut user pour rendre compte de cet objet ‘pris en main’. Ce n’est pas, dans l’absolu, qu’une tentative de distinction entre abstrait et concret soit entièrement dénuée d’intérêt : il y a bien une différence selon que, détaché de toute ambition référentielle, l’on pense et l’on manipule un concept en lui-même – chien ou pomme – par unique intervention de l’esprit, ou qu’à l’inverse on s’emploie explicitement par son utilisation à témoigner de telle ou telle série de phénomènes – la pomme sur la table de la cuisine. L’erreur provient de ce que, pour le second type de cas, on ignore qu’il y a toujours là le fait de concepts, entités abstraites sans lesquelles aucune représentation de quoi que ce soit ne saurait advenir. L’important n’est donc pas de distinguer entre des objets abstraits et concrets en eux-mêmes – puisqu’il s’agit toujours de concepts – mais d’examiner quel emploi les acteurs font d’un concept. Entre « chien » et « triangle », il ne faut pas rechercher la différence entre d’un côté une chose réelle et existant en soi et, de l’autre, une figure géométrique issue d’un pur travail de formalisation humain, mais interroger plutôt l’alternative d’usage se vérifiant pour tout concept, entre les cas où l’on fait appel à un concept avec l’intention explicite de représenter un phénomène – parlant ainsi du chien du voisin ou de la forme triangulaire concrétisée dans l’architecture de tel bâtiment – ou s’il est plutôt pensé et réfléchi en lui-même, abstraction faite de tout point de référence. Faut-il voir là l’effet de la distinction non lointaine entre écrits de pure fiction et propositions, ces dernières trouvant dans la référence au concret et tangible un moyen pour se distinguer indubitablement des premiers ? Toujours est-il que, même pour les mots ou propositions coutumièrement associés à l’idée de concrétude – « chien » ou « chaise » –, des concepts interviennent nécessairement qui sont seuls ce par quoi une représentation des phénomènes parvient à être générée.

Visible / invisible

La différence entre un objet concret et un objet abstrait, c’est cependant que ce dernier ne peut faire l’objet d’une monstration : Tiens ! Une haeccéité ! paraît étrange. (Nef 1998 : 25)

7Comme on a tenté de déconstruire la façon dont certains mots participent à définir le concret, on peut poursuivre en interrogeant la manière dont les mots sont ponctuellement annexés au procès d’observation et dont, corrélativement, ils contribuent à instituer un partage entre visible et invisible, objets perceptibles ou non. Nef poursuit ainsi :

Une ontologie des objets, les sciences nous l’apprennent, ne peut se limiter aux objets perçus ou perceptibles. Les objets mathématiques, non perceptibles, ou les objets de trop petite ou de trop grande taille pour être perçus sont également des objets : une catégorie (mathématique), une galaxie lointaine, une particule élémentaire sont des objets, abstraits dans le premier cas, concrets dans les deux autres, mais également hors perception directe. (Ibid. : 27-28)

8Selon ce point de vue, on comprend que si certains objets ne sont pas susceptibles d’être montrés, soit qu’ils sont abstraits, soit qu’ils demeurent hors de portée de notre champ de perception, il en est d’autres qui sont eux bien perceptibles et visibles ; on comprend par exemple qu’une chaise peut faire l’objet d’une monstration, contrairement à une catégorie mathématique. La même conception est au principe du propos de J. R. Searle lorsque celui-ci écrit, dans La construction de la réalité sociale :

Même si nous n’avons pas de mots pour « homme », « ligne », « ballon », etc., nous pouvons voir cet homme en train de passer la ligne et de porter ce ballon […] Mais nous ne pouvons pas en plus voir l’homme marquer six points parce qu’il n’y a rien de plus à voir. L’expression « six points » ne fait pas référence à des objets indépendants du langage comme les expressions « l’homme », « le ballon », « la ligne », et « l’Etoile du soir », font référence à des objets indépendants du langage. Les points ne sont pas là « au-dehors » comme sont là, au-dehors, les planètes, les hommes, les ballons et les lignes. (Searle 1998 : 94)

9Quand bien même le philosophe entend neutraliser l’effet propre du langage dans son analyse, celle-ci, en admettant de certains objets qu’ils sont visibles – et d’autres pas –, procède de même d’une tendance à assimiler insensiblement certains mots à la réalité et, partant, à en omettre la présence, à en ignorer le fait. De là le partage entre différentes expressions – d’un côté « six points » et de l’autre « Étoile du soir » – là où il aurait fallu concéder qu’il est toujours affaire de mots et de concepts ; de là l’idée que l’on peut voir l’homme ou le ballon, mais pas les six points, là où il aurait fallu considérer, d’une certaine manière, que l’on ne voit ni l’un ni l’autre, ou pas davantage l’un que l’autre. Objets visibles ou invisibles, propices à la perception ou non, susceptibles ou non d’être montrés : ce n’est pas que la possibilité d’apprécier visuellement un phénomène soit nulle ou qu’il faille l’invalider, mais que l’assertion commune selon laquelle on « voit » tel ou tel objet – ici une table et là un ballon – rend mal justice de la complexité de l’ordre de faits à l’œuvre. La possibilité d’échanger un mot pour un autre aussi bien que de les utiliser successivement pour rendre compte d’un phénomène unique – ceci est à la fois un arbre et un pin – signale combien, à l’appareillage physiologique à même de conduire le procès de perception, s’ajoute le concours de facultés sociales qui coordonnent l’interprétation du produit sensible « brut ». C’est dire qu’on ne voit pas une chaise ou une voiture, comme on subirait unilatéralement la vérité de l’être appréhendé, mais que, eu égard au phénomène envisagé, on engage les principes de lecture conceptuels propices à l’évocation de ces notions – « chaise » et « voiture » – et cependant qu’on pourrait en mobiliser d’autres. De là, par ailleurs, la possibilité d’un écart entre un discours « expert » et une appréhension plus spontanée, entre la vision d’un individu « au fait » des questions abordées et un jugement plus immédiat : il n’y a pas tant, entre la capacité commune à reconnaître un oiseau et le langage propre à l’ornithologue, le fait d’une faculté à mieux voir, comme on pousserait à leur extrémité les capacités de l’organe sensoriel, que la conséquence d’une socialisation spéciale du regard, arrangement cognitif faisant que des conditions phénoménales inchangées déterminent, en fonction des observateurs concernés, des formes d’intelligibilité distinctes. Que l’on songe à T. Kuhn qui, dans La structure des révolutions scientifiques, note combien le passage d’un paradigme à un autre paraît être corrélatif d’un changement dans la manière même de percevoir la réalité : « durant les révolutions, les scientifiques aperçoivent des choses neuves et différentes, alors qu’ils regardent avec des instruments pourtant familiers dans des endroits qu’ils avaient pourtant déjà examinés » (Kuhn 1983 : 157). « Ce que voit un sujet dépend à la fois de ce qu’il regarde et de ce que son expérience antérieure, visuelle et conceptuelle, lui a appris à voir » (ibid. : 160). C’est presque un truisme : les compétences de l’acteur scientifique dépendent non pas de prédispositions physiologiques hors normes qui lui feraient mieux saisir la véritable nature des phénomènes mais de l’incorporation des dispositifs conceptuels spécifiques à sa discipline, ressources cognitives qui, seules, lui permettent de porter un regard spécial sur les phénomènes qui occupent son champ et, par là même, de détacher ses interprétations d’un lot de représentations premier ou plus commun. Aussi est-il erroné, quand bien même par œuvre de socialisation les mots viennent facilement à la bouche dès l’instant qu’on envisage un phénomène, de supposer que les mots trouvent un appui incontournable au sein de nos observations, de juger que l’expérience visuelle du réel peut à elle seule déterminer des contenus propositionnels. Dans l’hypothèse où deux personnes empreintes de cultures différentes porteraient leur regard dans la même direction, on pourrait ainsi conclure qu’ils voient la même chose, au sens où leurs appareils perceptifs se trouvent également stimulés, mais – jouant sur la polysémie du verbe « voir » – qu’ils ne voient pas la même chose, au sens où ces stimuli physiques ne sont finalement pas pris en charge par les mêmes outils conceptuels.

Objets intégrés / objets complexes

Le langage nous abuse qui parle de la Révolution française ou de la guerre de Cent ans comme d’unités naturelles, ce qui nous porte à croire que le premier pas dans l’étude de ces événements doit être d’aller voir à quoi ils ressemblent, comme on fait quand on entend parler d’une pierre ou d’un animal. (Veyne 1971 : 54)

10« Objet » ou « chose », entendus comme renvoyant à des entités intègres, « unités naturelles » : il y a peut-être là l’un des lieux où l’assimilation opère avec le plus de persistance. Cette circonstance où la réalité donne à voir de telles entités est sans doute la mieux faite pour favoriser l’impression que l’on fait face à des objets en soi, et consécutivement l’impression que les mots qui en dépendent sont eux-mêmes inhérents à l’architecture du réel. « Pierre » ou « animal » : semble résider là des mots simplement immanents à l’être des choses, directement hérités des phénomènes. Interrogeant l’histoire et tentant de discerner le ou les objets propres de sa discipline, Veyne écrit encore (1971 : 57) :

Les événements ne sont pas des choses, des objets consistants, des substances ; ils sont un découpage que nous opérons librement dans la réalité, un agrégat de processus où agissent et pâtissent des substances en interaction, hommes et choses. Les événements n’ont pas d’unités naturelles ; on ne peut, comme le bon cuisinier du Phèdre, les découper selon leurs articulations véritables, car ils n’en ont pas.

11De même : « Les événements n’existent donc pas avec la consistance d’une guitare ou d’une soupière » (ibid. : 58). On trouve ainsi l’idée, comme une déclinaison du découpage abstrait/concret, que la formulation de certaines propositions repose sur la matérialité même de la réalité – « unités naturelles » dotées d’« articulations véritables » – cependant que d’autres propositions, témoignant d’événements n’existant pas « avec la consistance d’une guitare ou d’une soupière », relèveraient d’un mode de constitution sujet à caution. Il existerait donc des objets naturels sur lesquels les mots parviendraient à se former directement, mais tous les mots ne trouveraient pas dans la réalité une telle « assise ». Sans discuter en rien des questions qui préoccupe directement l’historien, il faut cependant répondre à cela que, pour naturelle et fondée sur la réalité-même qu’elle paraisse être parfois, la reconnaissance des objets ne s’accomplit jamais indépendamment d’intermédiaires conceptuels. Le risque est toujours de prendre le terme institué pour référer à l’objet pour une transcription pure et parfaite d’un être, quand l’observation doit permettre d’en révéler le caractère conceptuel : fût-il moins évident, les notions de « table » ou de « guitare » n’en relèvent pas moins d’un travail d’élaboration conceptuelle que celles de « Révolution française » ou « guerre de Cent ans ». On comprend ainsi que des interrogations surviennent ponctuellement s’agissant de notions dont l’objet n’est pas un objet au sens étroit du terme, entité intègre physiquement et évoluant d’un seul tenant. Répond, à la propension spontanée à reconnaître par exemple une chaise ou un animal, la mise en question – ici en biologie – de la notion d’écosystème, et par là du statut ontologique à attribuer à une telle entité :

  • 5 L. Von Bertalanffy, La théorie générale des systèmes (1973), cité par P. Blandin (2007 : 27).

Un système écologique […] est assez réel, comme nous pouvons désagréablement le constater par exemple, quand le système écologique est perturbé par la pollution […]. Néanmoins, il ne s’agit pas d’objets soumis à la perception ou l’observation directe ; ce sont des constructions intellectuelles5.

12Aussi H. Bersini (2007 : 28) est-il opportunément conduit à noter :

Si apparemment chacun […] s’accorde sur les conditions minimales qui donnent naissance à un phénomène émergent, un ensemble de parties interagissant de manière indécomposable, l’observation de cet ensemble pendant un certain temps et la description qui en découle reste, elle, source de controverses.

13En d’autres termes, ce n’est pas l’existence ni le statut ontologique des « parties » – entités intègres – qui incite au débat, mais ce qui paraît surgir par suite de leur association ou « agrégation ». En sociologie similairement, l’individualisme méthodologique procède en partie d’un refus de faire intervenir des entités transcendantes aux individus pour comprendre les comportements :

Nagel invite ainsi à clairement distinguer les concepts qui font référence à des êtres concrets et les concepts hypostasiés (le capitalisme, la volonté du peuple, la société), concepts holistiques dont le sociologisme fait des entités supérieures aux agents qui les composent. (Ansart 1990 : 80)

14Au-delà même des questionnements internes aux différents débats, soit sans juger ici du légitime emploi de telle ou telle notion, il faut remarquer combien ces discussions, ainsi que les représentations qu’elles mettent en jeu et confrontent, procèdent de principes conceptuels semblables : en biologie comme en sociologie, à la fois le terme – « poisson » ou « individu » – usité pour rendre compte d’un objet intègre est suffisamment fondu en lui pour n’être plus perçu en lui-même, en tant que concept, cependant que, conjointement, toute notion vouée à représenter des réalités « transcendantes », paraissant par trop dépendre de la compréhension propre à l’acteur observateur, se voit relayée au rang de « constructions intellectuelles ».

Des concepts comme produits sociaux

15On conçoit bien qu’ici le propos, parlant ainsi d’objet et constatant l’écart récurrent entre objets et concepts employés pour y référer, n’a pas vocation à signaler un quelconque défaut inhérent aux mots quant à leur capacité à rendre compte des objets réels. « Chose » ou « objet » au sens étroit : il y a là des concepts dont, tout autant que pour « chaise » ou « table », il faut s’attacher à élucider le principe propre, soit la façon dont leur utilisation induit l’acte de représentation. Aussi est-il surtout question ici de démontrer l’existence d’un matériel conceptuel que, pour autant qu’il constitue ce par quoi les acteurs pensent et se représentent la réalité continûment, l’analyse doit choisir de distinguer absolument des phénomènes. Sans doute l’intuition porte-t-elle spontanément à songer que le monde est rempli d’objets dont chacun trouverait opportunément, au sein du fond culturel envisagé, un terme pour se dire et se représenter, exprimer intégralement les spécificités de son être : de prime abord, à chaque chose ou chaque réalité correspondrait ainsi un mot particulier et lui revenant en propre. L’observation des propositions quant à elle, en lieu et place d’un tel ensemble de notions absolu et prétendument inhérent au monde, doit plutôt offrir à voir la façon dont des espaces sociaux différents se représentent les phénomènes différemment, et partant engendrent des systèmes propositionnels à la fois distincts et disparates : rien de commun, comme le souligne Foucault (1969 : 66) à juste titre, avec « une mince surface de contact, ou d’affrontement, entre une réalité et une langue ». Il faut en cela, pour rendre compte de l’intermédiation socialement coordonnée entre acteurs et phénomènes, parler de concept, et d’une formation ou genèse socialement régie des concepts. Dire « chaise » ou, plus généralement, employer un nom comme moyen pour aborder une réalité et en témoigner, ce n’est pas en fait nommer simplement ce qui est et dévoiler par là l’être d’une chose, mais introduire un mode de reconnaissance particulier du phénomène appréhendé. « Les angiospermes (de aggeion, vase, réceptacle, et de sperma, semence, graine) sont des végétaux qui se caractérisent par l’existence d’une vraie fleur protégeant les organes reproducteurs mâles et femelles » (Bonnemaison et Dumas 1998). La promulgation d’une définition en ce sens ne consiste pas, comme on pourrait croire de prime abord, au signalement linéaire d’une réalité existant en soi, mais est ce par quoi un concept est posé. Plutôt que de chercher à mettre à jour le mode de formation des concepts – comment celui-ci naît-il historiquement ? Quels usages prévalent à son apparition ? Quels facteurs font que, associant telle et telle caractéristique, il acquiert telle constitution ? –, l’important réside pour nous avant tout dans la prise de conscience de cette dimension conceptuelle, inhérente au procès propositionnel. Malgré sans doute l’intuition spontanée, on mesure ainsi combien la mise en jeu et l’emploi de concepts ne sont pas le privilège des entreprises philosophique et scientifique, lieux traditionnellement les plus prompts à en reconnaître l’usage et à parler en ces termes. C’est déjà, quand un acteur produit la proposition la plus triviale, par exemple pour expliquer à un interlocuteur où il a laissé un trousseau de clefs, des concepts qui entrent en jeu et sont mobilisés afin de figurer la représentation d’un phénomène. En lieu et place d’une réalité dont le mode de lecture n’est jamais évident ni naturel, ou seulement en apparence, les concepts ont ainsi pour vocation à créer des objets au sens large, soit des modalités d’entendement diverses et potentiellement complémentaires des phénomènes rencontrés. On comprend que le propos – pour reprendre des termes classiques du débat – vaut pour réfuter l’existence d’objets en soi, telle affirmation n’impliquant pas qu’on réfute l’existence d’une réalité en soi : si l’on peut admettre qu’il est un ordre de phénomènes qui évolue indépendamment de toute observation ou ingérence sociale, il faut tout autant reconnaître que les mots renvoient in fine à des concepts, soit autant d’outils ou dispositifs cognitifs dont l’emploi doit servir à médiatiser le rapport au réel. D’une réalité initialement dénuée de toute appellation et tout concept, on institue ainsi des modalités d’entendement du réel : tel phénomène sert alors de prétexte à l’élaboration d’entités conceptuelles multiples procédant toutes d’un travail d’intellection propre. « Individu », « homme », « célibataire », « personne âgée », « ancien capitaine », « être humain », « père de famille » : comme la succession de noms incitait plus tôt à percevoir que de l’usage d’un mot résulte, plutôt qu’une traduction idéale et pure de ce qui est, la formation d’une compréhension propre de la réalité appréhendée, on doit se ranger au constat que toute production de nom et, par extension, de proposition, procède en soi d’un exercice d’abstraction ou, pour dire les choses autrement, d’« administration » des données sensibles. L’acte de nomination ou ‘dénomination’ ne revient pas simplement à décider – comme on accolerait une pancarte – comment appeler une chose. Pour imperceptible qu’elle soit, une formation conceptuelle est corrélative de l’emploi du nom qui participe à l’administration du rapport au phénomène et au procès de représentation. Ainsi peut-on reprendre le constat que dire c’est faire, non pas même – comme fait Austin (1991) – pour évaluer quelle incidence la divulgation d’une proposition peut produire sur une audience, mais pour mesurer ce que, plus en amont, une proposition représente d’une réalité qui n’est jamais donnée.

Objets. Les éléments qui figurent sur la liste éclectique suivante sont « dans le monde » au sens ordinaire, sans aucune recherche, de cette expression.
Des gens (des enfants) ;
Des états (l’enfance) ;
Des conditions (la santé, l’autisme infantile) ;
Des pratiques (la maltraitance infantile, la randonnée) ;
Des actes (lancer un ballon, viol) ;
Un comportement (généreux, agité) ;
Des classes (classe moyenne) ;
Des expériences (tomber amoureux, subir un handicap) ;
Des relations (genre) ;
Des objets matériels (roches) ;
Des substances (soufre, dolomite) ;
Des inobservables (gènes, ions sulfate) ;
Des particules élémentaires (quarks).
[…] Ces différents éléments relevant de catégories différentes sont tous dans le monde, c’est pourquoi je les appelle des objets, à défaut d’une meilleure étiquette. […] Idées. Je veux dire par là des idées, des conceptions, des concepts, des croyances, des attitudes, des théories. Elles ne sont pas forcément privées : les idées de telle ou telle personne. Les idées sont discutées, acceptées, partagées, établies, travaillées, clarifiées, contestées. Elles peuvent être confuses, suggestives, profondes, stupides, utiles, claires ou distinctes. Pour les besoins du moment, les regroupements, classifications (manières de classer) et les genres (la femme réfugiée) iront dans le dossier des idées. Leurs extensions – classes, ensembles et groupes (le groupe des femmes réfugiées rencontrant maintenant le ministre de l’Immigration) – sont des collections dans le monde, et donc comptent comme « objets ». Je suis bien conscient qu’il y a beaucoup de dérapages dans ce système grossier de triage. (Hacking 2001 : 39-40)

  • 6 Ainsi lorsqu’il remarque, dans le même ouvrage, p. 51 : « Peut-être est-ce l’idée des quarks, plutô (...)

16On conçoit dès lors aisément la difficulté éprouvée par Hacking, alors qu’il interroge l’expression de « construction sociale », pour tracer une délimitation satisfaisante entre objets et idées. C’est que l’ensemble des objets listés par lui correspondent d’abord et avant tout à des concepts, éléments dont, en tant que relatifs à l’exercice de l’esprit, on comprend aisément qu’ils puissent être assimilés à autant d’« idées ». À rebours d’un tel découpage dont l’effet est de masquer le fondement conceptuel des mots, il faudrait poser que « quarks » et « idée de quarks » sont une seule et même chose, sans que ceci implique quelque conséquence quant à la réalité elle-même et ses modalités de génération : ce ne sont pas les phénomènes qui sont échafaudés et construits mais l’ensemble des moyens conçus socialement pour ‘penser’ la réalité. Aussi convient-il, faisant face à un mot et le considérant, de contrarier le mouvement spontané voulant qu’instantanément on se reporte au phénomène correspondant, comme pour trouver la chose en soi. Une analyse des propositions doit plutôt appeler à faire état d’une matière conceptuelle indépendante des phénomènes censément décrits, et qui est seule ce par quoi les mots se voient dotés d’une signification, et par là se trouvent prompts à représenter. S’il n’est pas absolument erroné de tenter de faire la part entre « objets » et « idées », dans ce qui s’apparenterait à un essai pour distinguer ce qui relève des phénomènes environnants et ce qui relève de la pensée, le fait est cependant – ce que selon nous Hacking n’aperçoit pas – que dès l’instant où l’on nomme ces phénomènes environnants, parlant de « quarks » ou de « femmes réfugiées », on en vient de facto à intégrer l’ordre des idées ou, c’est pareil, des concepts. Si l’auteur fait parfois état d’une construction sociale qui concerne le domaine des concepts6, jamais le propos ne le conduit jusqu’à interroger l’idée même d’objet, ni à observer que lorsqu’on dit « quarks », on tombe nécessairement et instantanément au niveau du « construit ».

17Ayant préalablement défini le concept de « proposition » pour référer à l’ensemble des dits et écrits produits par les acteurs et manipulés par eux dans l’intention de rendre compte de la réalité, on peut suggérer la possibilité d’étendre les présentes conclusions à l’ensemble des circonstances ainsi distinguées. Ainsi des divers éléments inventoriés par Foucault. Un tableau classificatoire. Un arbre généalogique. Un livre comptable. Une balance commerciale. Une équation du nième degré. Un graphique. Une courbe de croissance. Une pyramide des âges. Un nuage de répartition. Ce n’est pas, à l’évidence, qu’il y a là une communauté de phénomènes qui soient tout simplement homogènes et dont on pourrait témoigner par le recours à ces seules considérations. L’idée est que, à rebours d’un certain nombre de jugements portant sur ces questions, on convienne de rapporter tous les types de propositions mentionnés sur un plan conceptuel commun et unique, chaque proposition quelle qu’elle soit – balance comptable ou article journalistique, proposition mathématique ou simple énoncé “ordinaire” – devant en conséquence être systématiquement comprise en tant que surgissement de pratiques conceptuelles d’acteurs. On ne peut produire une analyse des propositions qui soit appropriée tant que se trouve entérinée une inégalité de traitement des propositions, tant que, sous quelque forme que ce soit, se trouve conservé le principe d’un partage entre des propositions tenues pour véritablement révélatrices du réel et d’autres considérées comme erronées, tel principe de lecture ayant d’une façon ou d’une autre à reconnaître et attribuer aux phénomènes un pouvoir de détermination dans ce domaine, quand le fait des propositions est avant tout social.

Des usages conceptuels, plutôt que des concepts

  • 7 Confessions, Augustin, cité par A. Gonord (2001 : 89).

18Il faut préciser comme ici l’emploi de la notion de concept et la référence à quelque chose comme des concepts a surtout vocation à contrarier l’interpénétration apparente des mots et des phénomènes, à forcer la disjonction entre ces deux « données ». Aussi, l’évocation par exemple d’un caractère conceptuel attenant aux propositions ne doit pas duper en portant à juger qu’il est un lieu où se tiennent sous des formes figées l’ensemble des concepts, comme attendant patiemment d’être sollicités. C’est dire notamment qu’usage des mots par les acteurs ne signifie pas nécessairement connaissance du sens de ces mots : entre le moment où une réalité est perçue par l’entremise des sens et celui où l’acteur décide, d’une manière quasi instantanée, du mot pour en rendre compte, un ordre de faits foncièrement physiologique intervient qui n’a potentiellement rien de commun avec la mise en jeu éclairée et avertie de concepts tout prêts. Pour étayer une telle observation on n’a pas ici les données adéquates, mais d’emblée il paraît justifié de faire le pari d’un usage des mots qui fasse potentiellement l’économie d’une maîtrise explicite des significations censément convoquées, l’utilisation d’un mot, tel ou tel – et même une utilisation correcte de ce mot, c’est-à-dire conforme à la norme –, pouvant advenir sans que l’individu qui en use soit en mesure d’en procurer la définition claire et nécessaire. De là la phrase fameuse de saint Augustin, dont la raison ne tient selon nous pas tant à la complexité présumée de l’objet dont elle traite – le temps – qu’à cette modalité récurrente attenante aux pratiques propositionnelles : « Qu’est-ce donc que le temps ? Si personne ne me le demande, je le sais. Mais si on me le demande et que je veuille l’expliquer, je ne le sais plus7. »

19Sans doute, celui qui s’interroge sur les propositions et leurs conditions de génération est inexorablement voué à se demander quelle part de responsabilité revient à la réalité dans ce procès. Par exemple, le biographe écrit que « Napoléon Bonaparte est né à Ajaccio le 15 août 1769 » : n’est-ce pas parce que Napoléon est effectivement né le 15 août 1769 à Ajaccio que sa proposition est ainsi ? C’est le principe même de l’usage indigène que d’assigner à envisager l’éventualité d’une interaction potentielle entre les propositions et la réalité : sont-elles fausses ? Vraies ? En partie fondées ? La recherche progressant, il nous a semblé qu’on ne peut pas témoigner complètement du phénomène propositionnel tant qu’on postule que – de quelque façon que ce soit – la réalité contribue à donner leur forme aux propositions. Ni tant qu’on voit dans les propositions, telle ou telle, une expression opportune des phénomènes : car juger qu’une proposition est exacte, c’est déjà admettre qu’il existe une forme de liaison – à minima quelque chose comme une adéquation – entre cette proposition et la réalité censément décrite. De là présentement la tentative pour s’affranchir de cette disposition à assimiler toujours propositions et réalité et, plus précisément, la tentative pour déconstruire les circonstances où les mots paraissent les plus inhérents au réel : à partir de là, on ne devrait plus pouvoir affirmer qu’une voiture est – contrairement à un triangle rectangle – un objet « concret », ni que l’on « voit » une voiture, ni que le terme de « voiture » correspond à un objet en soi. Même s’il n’y aborde pas précisément ces questions, il nous a semblé opportun de reprendre pour nous cet intitulé de P. Bourdieu (1984 : 143) – La « jeunesse » n’est qu’un mot – qui sonne comme une invitation à mettre à distance les mots aussi bien que la familiarité qui les entoure.

Notes

1 Il faut bien sûr se rappeler que l’appréhension de la réalité requiert parfois le concours d’instruments.

2 R. Queneau, Les Fleurs bleues, cité par J.-M. Adam (1993 : 20).

3 Le tableau en question s’intitule La Trahison des images.

4 Traitant des énoncés plutôt que des représentations picturales, Foucault ne fait selon nous pas d’autre constat que celui de Magritte lorsque, dans L’archéologie du savoir (1969 : 66), il écrit : « je voudrais montrer que le discours n’est pas une mince surface de contact, ou d’affrontement, entre une réalité et une langue, l’intrication d’un lexique et d’une expérience ; je voudrais montrer des exemples précis, qu’en analysant les discours eux-mêmes, on voit se desserrer l’étreinte apparemment si forte des mots et des choses, et se dégager un ensemble de règles propres à la pratique discursive. »

5 L. Von Bertalanffy, La théorie générale des systèmes (1973), cité par P. Blandin (2007 : 27).

6 Ainsi lorsqu’il remarque, dans le même ouvrage, p. 51 : « Peut-être est-ce l’idée des quarks, plutôt que le quarks, qui constitue la construction sociale. » Ou lorsqu’il renvoie p. 25 au travail de Moussa – « Ce qui est socialement construit ne correspond pas, en premier lieu, aux individus eux-mêmes, les femmes réfugiées. C’est la classification femmes réfugiées. Moussa s’attaque à l’idée de la “femme réfugiée” comme s’il s’agissait d’un certain genre d’être humain analogue à une espèce dont on parlerait comme de la “baleine”. » – ainsi qu’à celui de Pickering, p. 99 : « Pickering ne prétend pas que les quarks, en tant qu’objets, soient construits. Mais l’idée des quarks, plutôt que les quarks, pourrait bien être construite. »

7 Confessions, Augustin, cité par A. Gonord (2001 : 89).

© Presses universitaires de Provence, 2016

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search