Version classiqueVersion mobile

Les représentations de la réalité

 | 
Yannick Duvauchelle

Les propositions pour objet

Texte intégral

Définition et problématique

1Le concept de proposition est celui qui, présentement, nous permet d’arrêter et délimiter notre terrain. Deux caractéristiques le définissent. La première est que les propositions sont des dits et des écrits. Un livre constitue une proposition, ou si l’on veut un ensemble de propositions, de même qu’un article ou un discours. Pour l’essentiel, les propositions se composent ainsi de mots et de nombres ; on les différencie de la sorte de supports représentationnels alternatifs, par exemple de ceux recourant à des images, animées ou fixes. La deuxième caractéristique des propositions fait que, dans tout l’ensemble des dits et écrits, elles ne recouvrent que ceux qui correspondent au dessein de témoigner d’une réalité : on distingue ainsi les propositions d’écrits animés par exemple d’une ambition fictionnelle. Quand bien même cette dernière distinction n’est vraisemblablement pas, eu égard au présent projet, indispensable – les manières de représenter des objets fictionnels ne divergeant sans doute pas fondamentalement des façons de représenter la réalité – on jugera ici que, contrairement à un article journalistique ou un livre de philosophie, un roman et des nouvelles ne sont pas des propositions et ne relèvent par conséquent pas de notre terrain. On écarte par là de notre analyse tout l’ensemble des circonstances où des mots sont employés sans que cet usage serve l’ambition de représenter une réalité, par exemple lorsqu’ils sont empruntés pour réaliser des jeux de sens ou, comme peut faire la poésie, pour leurs atours formels. Ce faisant, on peut noter la proximité existant entre les propositions ainsi définies et ce que Michel Foucault, dans L’archéologie du savoir, reconnaît comme autant d’« énoncés » :

un tableau classificatoire des espèces botaniques est constitué d’énoncés, il n’est pas fait de phrases […] ; un arbre généalogique, un livre comptable, les estimations d’une balance commerciale sont des énoncés […] une équation du nième degré, ou la formule algébrique de la loi de la réfraction doivent être considérées comme des énoncés […] un graphique, une courbe de croissance, une pyramide des âges, un nuage de répartition forment des énoncés. (Foucault 1969 : 109)

2Pour divers qu’ils soient, chacun des exemples listés dans cet extrait fait montre des critères retenus ici et pourrait aussi bien constituer un terrain d’enquête pour nous.

3Ceci dit, une manière de préciser notre intention peut être de dire que les propositions ne sont pas ce qui nous intéresse directement : nous les empruntons ici comme un intermédiaire privilégié pour observer de quelle manière et selon quels principes les acteurs sociaux se représentent la réalité. Ainsi, le choix de circonscrire le terrain aux dits et écrits, c’est-à-dire à des productions constituées essentiellement de mots et de nombres, tient au postulat qu’ils constituent le média par lequel les acteurs explicitent et traduisent leurs représentations de la façon la plus manifeste, et plus expressément a priori que par tout autre intermédiaire : les propositions sont comme les meilleurs représentants de la façon dont les individus conçoivent le monde. On peut bien reconnaître que des représentations se divulguent par ailleurs, par exemple par le biais d’images, mais suggérer cependant que les mots sont ce par quoi elles se trouvent manifestées le plus précisément, ou le plus explicitement ; on préjuge en conséquence que c’est par cette voie que l’on a le plus de chance de découvrir les ressorts par le biais desquelles la réalité est représentée.

4Qu’entendre par cette intention d’« observer les manières de représenter la réalité » ? On comprend qu’il ne s’agit pas, approchant les propositions, de réaliser quelque chose comme un inventaire des différentes représentations en vigueur au sein d’une société : voici par exemple quelle vision du marché sous-tend l’analyse marxiste, puis ensuite celle de l’école libérale. Ou voici quelles représentations de la famille avaient cours à telle époque. Ni même s’agit-il ici, un tel inventaire fut-il produit, de faire correspondre les différentes représentations recensées à différentes parties de la population, constatant que telle fraction d’individus se figure les choses ainsi et, telle autre, de telle autre manière. L’idée est ici plutôt, considérant au plus près les propositions telles qu’elles se donnent à lire, de tenter d’en établir les ressorts, d’en révéler quelques modalités de constitution et traits typiques. Non pas uniquement se demander « qu’est-ce qui est dit ? » ou « qu’est-ce qui est représenté par là ? », mais « quels principes telle représentation comprend-elle ? » Non pas seulement prendre connaissance d’un contenu, contenu censément délivré par la proposition et corrélatif du phénomène réel décrit, mais questionner sa possibilité même, les conditions de sa génération. Certainement, on se trouve plus disposé et apte à concevoir un tel angle d’approche dès lors qu’il s’agit d’appréhender d’autres supports ou ‘médias’ : d’autant plus s’il s’agit d’une peinture figurative, se comprend mieux la possibilité s’agissant de représentations picturales de distinguer le simple travail d’élucidation du sujet représenté – de quoi s’agit-il ? – d’un questionnement relatif aux manières de représenter ce sujet. A la reconnaissance de la réalité représentée, par exemple intérieur sobre d’une chambre à coucher ou scène de village, on peut faire suivre une analyse des principes qui président à la ‘peinture’ de cette réalité : quelles couleurs ? Quelle(s) source(s) de lumière ? Quelle composition du cadre ? Quels procédés techniques ? Dès lors, il n’est plus tant question de déterminer quel sujet est représenté que de porter l’attention sur les manières d’introduire ce sujet picturalement. Similairement l’intention, concernant les propositions, peut consister non pas à produire un simple ‘portrait’ des représentations communiquées mais à interroger leur possibilité-même : rendre compte, au-delà même des représentations, des principes qui président à la constitution des représentations, principes qui renverraient à autant de pratiques se jouant à un niveau conceptuel ou représentationnel. Aussi n’est-ce pas tant, par le terme de représentation, à un objet figé qu’il faut songer, image déterminée dont il y aurait à révéler l’unité ou la cohérence, qu’à l’idée d’un ouvrage, d’un produit dont on peut tenter d’élucider les modes d’édification. Il s’agirait dès lors, comme on peut faire état de courants picturaux et des techniques afférentes à ces courants, de constituer quelque chose comme une cartographie des pratiques conceptuelles élémentaires.

Contre l’usage référentiel des propositions : la notion de représentation

5Sans doute, tel projet d’analyse des propositions ne peut aboutir sans qu’on s’affranchisse de l’idée qu’elles ne font que refléter les choses telles qu’elles sont, ou qu’en quelque sorte elles doivent toujours peu ou prou leur forme aux réalités qu’elles s’emploient à décrire. Que dire en effet d’un article de biologie, ou d’un exposé de physique, sinon que l’un rend compte du fonctionnement des organismes vivants, et l’autre de l’activité des phénomènes physiques ? Comment se détacher de l’évidence ? Aussi y a-t-il, pour mettre en œuvre une telle investigation, à se défaire d’une disposition indigène dominante, usage courant des propositions que l’on peut qualifier de référentiel : comme lorsqu’on prend connaissance d’un article de journal, l’acte de réception d’une proposition n’a pas seulement pour objet de considérer la proposition en elle-même, d’en inventorier les spécificités comme on jugerait des qualités d’un vers, mais tient lieu d’un moyen pour s’enquérir d’une réalité. Par elle, on s’informe, on prend témoignage de ce qui s’est passé. Opère par là quelque chose comme une déclinaison, un mode de déduction par le biais duquel propositions et phénomènes se trouvent invariablement reliés et rapportés. Enoncée oralement ou communiquée sous forme écrite, la proposition intervient à la façon d’un pont, d’un ressort dont l’emploi doit conduire à l’exploration des faits eux-mêmes.

6À ce stade, la notion de représentation est peut-être la mieux faite pour bouleverser la compréhension immédiate de cet ordre de faits. En même temps que la considération la plus spontanée confirmera le constat que les mots et les propositions sont de toute origine sociaux, produits des acteurs et des sociétés – on n’a pas trouvé les mots dans la nature, prêts à l’emploi pour traduire par leur intermédiaire les phénomènes –, l’usage référentiel courant, acte de compréhension quasi insensible au travers duquel, à partir d’une proposition, une image de la réalité est figurée, tend incidemment à contrarier une reconnaissance pleine et entière du locuteur, acteur producteur de la proposition. C’est dire que, si ce n’est ces fois où l’on prend soin d’imputer une proposition à son auteur parce que sa « parole » est mise en doute, on tient couramment les propositions pour des voies d’accès directes aux réalités décrites, occultant par là toute la nécessité du locuteur dans ce produit. À l’inverse d’un tel usage, il importe de rapprocher absolument toute proposition de l’acteur qui l’a produite, non pas tant – voulant traiter de faits sociaux – pour imputer chaque écrit aux particularités particulières de l’acteur énonciateur, que pour remarquer et faire prendre acte du fait qu’une proposition est toujours due à la pensée d’un acteur social, ou, si l’on veut, au contenu “cognitif” que cet individu tente précisément de communiquer à travers elle. Sauf à juger qu’il est des circonstances où, comme sujet d’une écriture automatique, le locuteur se voit dicter par la réalité elle-même la forme de ses propositions, on doit ainsi remarquer que c’est à tout coup à la traduction d’une pensée que l’on fait face toutes les fois que l’on considère une proposition. Quand bien même un individu se donne pour ambition d’être objectif, formulant autant que faire se peut ses propositions en fonction de ce qu’il constate plutôt qu’en vertu de dispositions relatives à sa propre personnalité, une proposition ne constitue jamais le résultat direct de la réalité mais une expression des représentations attenantes à l’acteur énonciateur. À ce titre, on pourrait convenir de parler, plutôt que de propositions rendant compte de la réalité, de propositions rendant compte ou traduisant des représentations, le terme de représentation ayant vocation à forcer la reconnaissance de l’acteur social à l’origine de la proposition ainsi que, consécutivement, du matériau même de sa pensée : comme l’histoire des sciences fait état des idées et postulats qui, à une époque, dominent l’élaboration des représentations de telle ou telle discipline, on doit se forcer à prendre acte du contenu cognitif qui constitue la matière même des propositions à venir. Dans ce qui suit, les notions de proposition et de représentation ne sont donc idéalement que les deux faces d’un même phénomène, une proposition jouant comme une version matérielle et, par conséquent, propice à la consultation par des tiers, de représentations n’existant préalablement qu’à l’état de pensées.

7Par là, se découvre un champ de recherches dont l’objet serait d’examiner l’ensemble des dispositions et prédispositions faisant qu’un acteur, invité à rendre compte d’un phénomène, dise ce qu’il dit, ou écrive ce qu’il écrit. C’est une étude du procès de mise en mots qui doit être menée, soit une observation des modalités et ressorts en vertu desquels un individu en vient à employer un assemblage de mots pour satisfaire cette ambition sociale particulière : rendre compte d’une réalité.

Étudier les faits sociaux comme des choses

8Refuser – ne serait-ce qu’à titre de principe méthodologique préalable – de juger que les propositions constituent un reflet du réel. Refuser de simplement les lire pour découvrir ce qu’elles ont à nous apprendre. Mettre au ban – pour ce faire – notre habileté ordinaire à les comprendre, à interpréter ce qu’elles nous disent : il n’y a là au fond qu’une application du principe durkheimien qui enjoint de considérer les faits sociaux comme des choses. Principe durkheimien qui ne doit selon nous pas tant être compris comme une espèce d’assertion de type philosophique ou ontologique – les faits sociaux seraient des choses – que comme une assignation faite à qui entend faire œuvre sociologique : pour les analyser, il convient d’observer les phénomènes sociaux comme des choses, c’est-à-dire aussi platement ou indifféremment que si l’on étudie tel phénomène géologique ou tel fait météorologique, indépendamment en d’autres termes des dispositions qui définissent le chercheur en tant qu’être social. Si la confrontation à la réalité n’advient jamais indépendamment de tout jugement préconçu, si sans doute le regard du chercheur n’est jamais totalement vierge, sans doute aussi la quantité des préjugés risquant d’intervenir s’accroît dès lors que son attention et son aspiration à connaître se portent sur des phénomènes sociaux, c’est-à-dire sur ces phénomènes qui mettent privilégiement en jeu individus et comportements. Sans doute là plus qu’ailleurs les chances paraissent élevées que les usages sociaux dont il est imprégné entrent en jeu et déterminent sa lecture des événements et/ou pratiques qui passeront sous son regard. Aussi, relativement aux propositions, quelle peut être la prédisposition contre laquelle lutter, sinon celle si familière qui enjoint à les rapporter à la réalité et à en imputer – ne serait-ce que tacitement – la forme aux phénomènes qu’elles entendent décrire ? Voilà l’un des éléments habituellement in-questionné qu’une observation de type sociologique devrait aider à placer sous la lumière, afin non pas tant d’en contredire la possibilité ou « raison » indigène – tel le sociologue qui assènerait partout que les propositions ne valent rien – que d’en déterminer le ou les fondements sociaux.

La sociologie de la connaissance

  • 1 « De quelques formes primitives de classification. Contribution à l’étude des représentations colle (...)

9On comprend qu’ici on se situe pleinement dans le cadre d’une sociologie de la connaissance, ou en tout cas dans ce qui apparaît comme un programme classique de ce pan de recherche. À ce titre, on peut faire nôtre le principal postulat inhérent à cette orientation de recherche et qui incite à regarder les connaissances sous le prisme de données sociales. Historiquement, la recherche de Mauss et Durkheim qui entend étudier « quelques formes primitives de classification1 » paraît poser les bases de cette ambition de recherche. Partant du double constat que des formes de classification passées ont presque désormais disparues et que les manières de classifier présentes n’ont pas existé de tout temps ni en tout lieu, l’opportunité se découvre d’une sociologie qui prendrait pour objet les représentations : puisque les manières de penser la réalité ne sont pas identiques pour tous les individus ni de tout temps, c’est bien que celles-ci ne tiennent pas à des dispositions d’ordre purement psychologiques ou physiologiques, c’est bien qu’un autre élément intervient qui participe à déterminer ce pan des comportements ; puisque nos manières de classifier les choses ne sont pas inhérentes à une nature humaine, c’est ailleurs qu’il convient de chercher les principes qui les régissent. De là une inclination générale de recherche : la possibilité se fait jour de « croiser » les connaissances et le social, autrement dit de regarder les connaissances sous le prisme de données sociales, afin d’examiner s’il n’est pas possible de trouver dans ces dernières le principe de détermination des premières. Ce raisonnement, Durkheim le reprendra tel quel lors de sa recherche sur Les formes élémentaires de la vie religieuse qui, outre qu’elle a vocation à cerner la nature du phénomène religieux, est pour lui une occasion d’interroger la genèse d’un certain nombre de « notions essentielles » (Durkheim 1998 : 12), « cadres solides qui enserrent la pensée » (ibid. : 13) et déterminent non pas seulement la matière des connaissances, « mais aussi la forme suivant laquelle ces connaissances sont élaborées » (ibid. : 12).

10De cette perspective de recherche, on peut trouver des faits d’œuvre récents. Dans un ouvrage dirigé par F. Farrugia, L. Ellena s’intéresse ainsi à la façon dont les positionnements épistémologiques des sociologues varient en fonction de leur objet de recherche : contre l’intuition première, elle observe qu’ils se montrent d’autant plus prompts à disserter sur leur activité que leur domaine de prédilection – santé, travail, etc. – les confronte plus directement aux préoccupations proprement sociales. Remarquant que « l’émergence et le développement d’une réflexion sociologique sur le sexe suivent de près les transformations sociales de la société (transformation touchant les rapports entre les sexes) » (Farrugia 2002 : 63-64), L. Gaussot travaille lui, dans le même ouvrage, à déterminer quels liens relient les auteurs de cette sociologie aux mouvements critiques issus de l’espace social. On peut songer de même au travail de F. Lebaron qui, s’interrogeant sur la « croyance économique », se propose de dresser le portrait des économistes eux-mêmes. Pour comprendre comment ces produits de la connaissance sont l’objet de croyances qui dépassent le seul cercle des économistes et participent ainsi à faire et/ou maintenir un certain ordre social, l’idée est de faire la lumière sur la réalité sociale qui se trouve derrière les connaissances : non seulement les acteurs et les institutions – quelle diversité sociale derrière le terme générique d’« économiste » ? Quelles populations étudiantes ? Quels lieux d’enseignements et associations professionnelles ? – que l’agencement des différents « contenus » en fonction de ces acteurs et les rapports de domination entre eux – Quels positionnements intellectuels ? Quelles formes de connaissance économique ? Quelles modalités de consécration ? Lebaron écrit ainsi (2000 : 7) : « C’est en analysant leur mode de production, de reproduction, et de diffusion que l’on peut comprendre comment les croyances économiques deviennent des faits sociaux. » On peut référer de même à La politique des grands nombres, recherche de Desrosières (2000) consacrée aux langages statistiques et qui participe d’une même préoccupation à l’endroit des connaissances, notamment lorsque celles-ci participent à la représentation du monde social. Observant aussi bien la gestation des techniques scientifiques qui ont partie liée avec les statistiques – telles les probabilités – que la formation d’administrations chargées de produire une information à l’usage des États, l’ouvrage donne à voir les fondements sociaux d’outils devenus incontournables et dotés d’une autorité étendue.

11Livrer des observations touchant à tel ou tel domaine de connaissance, témoignant par exemple d’une plus ou moins grande prédisposition à l’autoanalyse ou d’une certaine tendance des questionnements, puis rapporter ce constat à tel fait social observé par ailleurs, à l’extérieur des propositions, par exemple l’ordre des interactions entretenues par des chercheurs avec la société civile ou telle évolution des mœurs : il y a là, comme le note L. Gaussot, autant d’applications d’un « programme classique » de la sociologie de la connaissance. On est dès lors incliné à poser que les connaissances ne valent pas pour une sorte de terrain neutre, hors de portée sociologique et trouvant en lui-même sa propre « raison ». S’il y a là une démarche d’investigation dont on entend procéder ici, il importe cependant de signaler la façon dont on s’en écarte quelque peu, ou en tout cas des tendances de recherche qui paraissent dominer sous son égide. À cela deux motivations principales.

12La première tient à une volonté d’expliciter plus précisément le procès même de mise en question des connaissances, ce programme qui consiste à en faire un objet de recherche. On nous dit qu’il faut faire se rencontrer social et connaissances, on nous dit qu’il faut voir en elles autant de produits sociaux, mais qu’est-ce à dire quant aux connaissances elles-mêmes, et notamment quant à leurs qualités heuristiques supposées ? On ne saurait ignorer l’usage social qui sied en la matière et qui consiste à voir en elles un moyen d’en apprendre sur le monde. Aussi, le sociologue qui se propose de les penser sociologiquement ne doit-il pas, d’une façon ou d’une autre, à un moment ou à un autre, donner son point de vue sur cet aspect du problème, s’exprimer sur la façon dont il intègre cette « donnée » ? On peut conjointement s’interroger sur la portée potentielle de cette entreprise de recherche : la proposition de penser sociologiquement les connaissances concerne-t-elle l’ensemble des connaissances sans exception ? Ou faut-il introduire une partition entre elles, les unes se prêtant mieux à une analyse sociologique que les autres ? La réponse à apporter à ces interrogations – et notamment la première – peut ne pas être tant épistémologique que sociologique : l’idée est que la velléité qui anime parfois le sociologue à s’affranchir des postulats inhérents au sens commun peut dans le cas présent s’avérer profitable en joignant, à l’observation des propositions, une mise à distance de la disposition courante à les appréhender en regard des phénomènes réels ; ce n’est pas qu’il possède, plus que l’épistémologue, le moyen de mesurer la valeur descriptive des propositions mais que, le considérant comme partie prenante du fait social étudié, il doit se défaire de cette forme d’appréhension des propositions. De là donc les différentes considérations avancées plus tôt et censées composer une forme de cadre problématique valide. Premièrement, le concept de proposition, dont l’avantage réside dans ce que, au concept peu commode de « connaissance », il substitue une inscription d’emblée sociologique au questionnement : ce à quoi on fait face, ce sont non pas des connaissances dont on peut peiner à dire où elles commencent et où elles s’achèvent – un enfant possède-t-il des connaissances ? Peut-on parler de connaissance chez les animaux ? –, mais des propositions, soit l’ensemble des circonstances où des individus usent de mots et de nombres avec l’intention de décrire la réalité. Sans doute, tel quel, le champ d’investigation délimité est incommensurable, mais l’avantage est qu’ainsi défini le phénomène est reconnaissable au premier regard. Aussi l’intention n’est-elle pas, par ce concept, d’étudier l’ensemble des propositions imaginables, mais de se donner un mode d’approche systématique du phénomène. Deuxièmement, la mention d’un usage des propositions qu’on a qualifié de référentiel : d’après nous, c’est déjà un premier pas pour le sociologue que de faire état de cette disposition indigène qui, ne serait-ce qu’insensiblement, tend à assimiler si étroitement mots et phénomènes. Ce principe d’utilisation si ordinaire qui accompagne les propositions, le sociologue qui se propose d’en livrer l’analyse ne devrait-il pas, sinon s’en affranchir, tout en moins en témoigner, le reconnaître ? C’est peut-être un autre écueil du concept de « connaissance » que de procéder lui-même du principe référentiel, toute connaissance étant – au sens ordinaire du moins – connaissance de quelque chose. Troisièmement, enfin, le recours à la notion de représentation censée forcer la reconnaissance de l’acteur derrière la proposition – puisque celles-ci ne sont jamais l’œuvre des phénomènes naturels – et aussi, par là, contrarier l’usage référentiel qui tendrait plutôt à les rapporter aux phénomènes.

13La seconde raison tient au sentiment que, souvent, les travaux se revendiquant de la sociologie de la connaissance demeurent trop en retrait ou trop à distance des connaissances interrogées, au sens où ils ne témoignent pas suffisamment étroitement du phénomène propositionnel. Avec la sociologie de la connaissance, on peut essayer de faire une revue des objets qui, à un moment donné, caractérisent un champ de savoir, on peut décrire la façon dont un contexte sociétal global influence l’évolution des thèmes de recherche, on peut expliquer les modalités de distribution de tels et tels savoirs au sein d’une population, mais ne pourrait-on pas interroger les conditions de possibilité premières des connaissances, approcher au plus près ce qu’elles impliquent en termes de pratiques pour les acteurs – ces pratiques fussent-elles seulement d’ordre conceptuel ? De là l’ambition de travailler sur un certain nombre de conditions quasi nécessaires au fait propositionnel : non pas faire le portrait – au travers du prisme sociologique – de tel ou tel pan particulier de propositions, relatif ici à tel objet ou là à tel épisode historique d’une discipline, mais cerner les ressorts premiers du phénomène propositionnel. Quid par exemple de la façon dont, le plus ordinairement du monde, on mobilise un mot parce qu’il nous paraît rendre adéquatement compte de la réalité considérée ? Autant que possible, l’idée est de pointer l’attention sur un « faire » des propositions, d’identifier ce que l’on pourrait apparenter à des « pratiques conceptuelles » : on comprend la prise de distance prise ici avec certaines notions et expressions caractéristiques – « déterminants extérieurs » ou « cadres » – d’une sociologie de la connaissance qui, même si c’est son objet que de penser sociologiquement les propositions, relaie le social au rang d’une influence pour nous trop contingente, fortuite et/ou extérieure.

14On comprend mieux, ceci dit, le peu d’usage de ce qui apparaît pourtant comme l’un des passages obligés en matière de sociologie de la connaissance : Les cadres sociaux de la connaissance de G. Gurvitch (2001). La raison en est que selon nous son approche demeure trop éloignée des connaissances en tant que telles, au sens où il y est peu question de rentrer – si l’on peut dire – dans le modus operandi des propositions, d’en révéler, comme disent Durkheim et Mauss, les « opérations logiques ». L’expression de « cadre social » doit être prise dans son sens le plus externe ou distanciée, l’essentiel du propos consistant à identifier quelque chose comme des modalités d’implantation sociales des connaissances : ces dernières se trouvant distinguées en différents « genres » – par exemple la connaissance technique, la connaissance philosophique, la connaissance perceptive du monde extérieur, la connaissance de bon sens ou « connaissance de la vie quotidienne » – il s’agit pour Gurvitch d’étudier la façon dont elles s’inscrivent au sein des différents espaces sociaux, par exemple la famille ou telle société archaïque. On comprend ainsi l’organisation de l’ouvrage dans lequel chaque chapitre correspond à un type d’espace social abordé sous ce prisme des connaissances. À propos des facultés, Gurvitch écrit par exemple : « toutes ces institutions sont des foyers de connaissance scientifique techniques ou philosophiques. Elles visent à les développer, à les enseigner, à les diffuser. Les autres genres y occupent une moindre place. Toutefois, certains d’entre eux jouent un rôle dans le fonctionnement de ces établissements ; en particulier « la connaissance politique » en tant que « savoir administratif », ainsi que la connaissance de bon sens » (Gurvitch 2001 : 67-68). À propos de la famille, il observe plus loin :

Considérons une famille française actuelle, où la femme reste au foyer et élève plusieurs enfants. Si l’entente y règne, nous verrons prédominer sur tous les autres genres de connaissances la connaissance d’Autrui et du Nous : connaissance entre mari et femme, entre parents et enfants, entre les enfants. […] Un autre genre de connaissance tend à jouer un rôle au sein de la famille, c’est la connaissance de bon sens : les parents sont censés la transmettre à leurs enfants, et l’appliquer eux-mêmes. […] Il est indéniable que le fonctionnement de la famille fait intervenir la connaissance politique, si l’on entend par là, en ce qui concerne les parents, une connaissance de la stratégie à laquelle ils doivent recourir dans l’éducation et la formation de leurs enfants. (Gurvitch 2001 : 70-71)

15Si, d’une manière générale, l’ouvrage paraît essentiel dans sa façon de poser systématiquement la question des connaissances d’un point de vue sociologique, et si l’approche en termes de « cadres sociaux » doit s’avérer pertinente sous certains aspects, celle-ci laisse d’après nous trop « impensée » la question des connaissances en tant que telles, c’est-à-dire la question de leur constitution et des manières de faire dont elles sont le fait. Si ce n’est leur rangement en différents « genres » et la reconnaissance d’un certain nombre de « formes » de connaissances, rien n’est dit sur ce qui constitue les connaissances, sur ce qu’elles engagent d’un point de vue représentationnel, sur ce qu’elles impliquent en termes de pratiques. Aussi, ce n’est sans doute pas un hasard si, par ailleurs, Gurvitch déclare qu’il n’est pas du ressort de la sociologie de juger de la validité des « signes, symboles, concepts, idées, jugements » rencontrés au sein de la réalité sociale. Il y aurait là selon lui un espace de faits qui reviendrait à la compétence du philosophe, ou plus spécialement à celle de l’épistémologue, l’idéal étant que les deux orientations de recherche, sociologie et épistémologie, travaillent de concert : tout semble se passer comme si la moindre disposition à interroger les modalités profondes des propositions allait de pair avec une moindre prétention à en questionner la valeur épistémique.

16Ni sociologue de la connaissance, ni sociologue tout court, il faut dire cependant ce que l’on doit ici aux travaux de Foucault : d’après nous, son apport ne doit pas tant être situé au niveau d’une méthode ou d’un savoir-faire qu’il livrerait clé en main que dans une concrétisation massive d’un travail de recherche appliqué à prendre les propositions pour objet. Il est d’après nous le premier dont l’œuvre engage aussi systématiquement à envisager les propositions, si l’on peut dire, « en elles-mêmes » : celles-ci ne sont plus seulement le moyen par lequel la réalité se trouverait peu à peu découverte, mais un terrain où se donne à voir un certain nombre de faits qu’il convient d’étudier pour eux-mêmes. Au-delà des différents objets qui l’occupent, ici les sciences humaines (Foucault 1966), ici le regard médical (id. : 2009), ici la sexualité (id. : 1984), c’est ce que le travail de Foucault donne à voir le plus manifestement : des modalités représentationnelles, ce par quoi l’on se donne à percevoir la réalité, ce par quoi l’on se forge des représentations des phénomènes. Faut-il juger que, pour ce qui est des propositions, prime une espèce de naturalité faisant que leur dessin est comme inné, déterminé par avance ? Ces produits des individus devraient-ils, plus que les autres réalisations humaines – formes d’habitation, d’habillement, d’organisation, d’expression –, échapper aux variations et contingences de l’histoire, comme pour répondre à une nécessité propre ? Les travaux de Foucault conduisent à répondre par la négative, comme Mauss et Durkheim avant lui.

Données et propos sur la démarche

17À l’origine de cette recherche, il y avait le vœu de réaliser quelque chose comme une taxinomie des pratiques conceptuelles, de produire une véritable dissection des propositions. Autant que possible, on voulait rendre compte par le menu des multiples modalités au gré desquelles des représentations de la réalité sont continûment forgées par le biais des mots et des nombres : qu’est-ce qu’une typologie ? De quoi procède quelque chose comme un exemple ? Ou – plus prosaïquement – selon quels principes établit-on une chose telle qu’un palmarès des lycées ? On voulait témoigner du phénomène propositionnel un peu à la façon dont on détaille l’ensemble des règles qui régissent la pratique d’un sport, ou tous les différents coups attenants à une partie d’échecs. Le jeu concret du travail de recherche a immanquablement conduit à resserrer l’attention sur un nombre de faits plus restreint. Il y a là à la fois le fait de nécessités extérieures – contraintes matérielles et temporelles relatives à tout travail de recherche – et de nécessités si l’on peut dire « logiques », même si l’on n’aime pas le mot : à mesure que progresse le travail de recherche, certains questionnements s’avèrent plus urgents et prennent la priorité sur d’autres. Aux intuitions premières se substitue une grille de lecture qui impose une nouvelle hiérarchie aux questionnements.

18Après une première phase exploratoire d’abord guidée par la curiosité et où l’on s’est laissé libre d’approcher quelque proposition que ce soit (concrètement n’importe quel livre ou article), a donc suivi une phase de systématisation des interrogations autour de quelques faits saillants et a priori plus déterminants. De là un corpus de données partagé en quatre pans. Le premier se trouve constitué par ce que l’on pourrait appeler des propositions scientifiques. Il s’agit de propos d’acteurs recueillis au cours d’entretiens réalisés pour les besoins de la thèse. On y compte les propos d’un professeur d’université en cinéma (Lionel), d’une chercheuse en psychologie cognitive (Ingrid), de trois doctorants – deux en psychologie cognitive (Yannick et Diana) et le troisième en musicologie (Cyril) – et enfin d’un étudiant en master 2 (Jérôme). Pour une recherche dont la vocation est d’interroger le travail de représentation de la réalité, on comprend aisément l’opportunité de se pencher, à un moment ou à un autre, sur ces propositions que l’on dit ‘scientifiques’. Quand bien même leur statut épistémique a pu être relativisé par certains auteurs – tel B. Latour –, l’évidence indique qu’elles jouissent toujours d’une autorité spéciale qui les place à part. De là une interrogation, qui est presque celle formulée par A. F. Chalmers en introduction de son ouvrage : quelle particularité possèdent-elles qui expliquent un tel privilège ? Peut-on trouver en leur sein un trait propositionnel qui justifie cette mise à l’écart ? Quoi de spécial aux mots employés par les chercheurs ? Le plus simplement du monde, l’ambition était de placer côte à côte des propositions scientifiques et des propositions ordinaires, afin d’examiner si quelque trait apparaitrait qui serait le propre des premières. Par là, ajoutons qu’il s’agissait aussi de se confronter à un lieu commun fameux en matière de science : on sait le découpage opéré communément entre les différents savoirs, selon qu’ils témoigneraient de lois générales ou qu’ils rendraient plutôt compte de phénomènes particuliers. Mais, concrètement, comment cela se donne-t-il à voir au sein des propositions ? Quelle différence entre ces propositions censées se vérifier de tout temps et en tout lieu, et ces propositions révélatrices de faits particuliers ? Différence d’objets ? Différence peut-être entre phénomènes sociaux et phénomènes naturels ? Ou différence dans les manières d’appréhender la réalité, dans les « manières de voir » ? C’est notamment à ce titre qu’intervient un deuxième pan de propositions, constitué d’entretiens passés auprès de trois journalistes (Nathalie, Elias et Nathan) : on voulait placer côte à côte l’un et l’autre type de propositions – celles des scientifiques et celles des journalistes – afin d’en cerner les différences.

  • 2 « LGBT » pour « lesbienne, gay, bisexuel-le et transsexuel-le ».

19Il faut aussi mentionner une série de propositions dont on savait qu’elles donneraient lieu à l’expression de quelque chose comme une fracture en leur sein : qui n’a pas fait l’expérience de circonstances où les propos énoncés font montre d’un désaccord, manifestent une divergence de points de vue ? Pour peu que l’on n’y connaisse rien, on se demande alors à quelle parole se fier, ou en d’autres termes quelle est la proposition qui témoigne le mieux de la réalité. Dans ces cas, il n’est pas rare que tel ou tel interlocuteur, voire chacun des acteurs en présence, en vienne à parler en termes de « vrai », avançant explicitement son point de vue comme celui qui correspond à la vérité, à la réalité du phénomène considéré. Comment dès lors comprendre ce cas de figure propositionnel ? Et notamment dès lors que chacun avance sa propre vérité ? De là la retranscription de quelques interviews politiques radiodiffusées. De là aussi la rencontre de certains acteurs privilégiés : deux membres d’une association œuvrant autour de la cause LGBT2 (Kevin et Sandra), un membre d’un syndicat étudiant (Jules), le directeur d’un festival de cinéma (Paul), enfin le directeur de programmation d’un cinéma (Marin). C’est sciemment que l’on s’est tourné vers des acteurs dont on savait que le propos avait quelque chance d’être construit ‘contre’, manifestant l’existence d’une dissension. Parce que les personnes et/ou les pratiques homosexuelles ne correspondent pas à la norme dominante au sein de l’espace social concerné, il apparaissait évident que le discours de Kevin aurait d’une façon ou d’une autre à discuter une conception des choses « autre », partant à tenter de faire le tri entre le vrai et le faux. Parce que c’est souvent le fait d’une organisation syndicale que d’opposer une voix à l’encontre de discours alternatifs, on était presque assuré de trouver dans les propos de Jules non pas des représentations apaisées et consensuelles, non pas le compte rendu normal ou attendu des choses, mais des représentations ayant à s’imposer, et ainsi ayant plus que d’autres à revendiquer leur vérité. De même, enfin, des propos de Paul et Marin qui, parce qu’ils sont chargés d’opérer une sélection de films – l’un pour son festival, l’autre pour l’exploitation en salle – devraient sans doute dessiner une certaine conception du cinéma. Enfin, il faut noter la présence d’un dernier pan de propositions constitué celui-là de propos tirés d’un programme télévisé consacré au cinéma, Le Cercle. Des journalistes y passent au crible l’actualité des sorties hebdomadaires, débattant des qualités respectives des films présentés. Certainement, la collecte de ces propositions manifeste indirectement aussi un certain doute qui anime parfois la réception des discours portant sur l’art, discours qui peuvent déconcerter par leur manière de contraster avec des appréhensions plus communes des objets artistiques. On voulait observer s’il est quelques particularités propres à ces propositions qu’on qualifie parfois d’« esthétiques ».

20On comprend qu’on adopte ici une démarche singulière, en invitant à faire se rencontrer, sous le coup d’un questionnement unique, des matériaux issus d’horizons et sources multiples. Pourquoi en effet ne pas se concentrer sur des propositions uniquement scientifiques ? Voire sur des propositions toutes issues d’un champ disciplinaire spécial, par exemple la géographie ? Pourquoi encore ne pas se limiter à des propositions toutes relatives au même objet, par exemple l’œuvre de Ionesco en littérature, ou le phénomène de floraison en biologie ? N’y aurait-il pas là un gage de rigueur, un moyen de donner à la recherche un premier crédit de cohérence ? Pourquoi ne pas se concentrer uniquement sur des écrits journalistiques ? Le choix d’un tel patchwork de données répond à la conviction qu’il y a un profit à s’émanciper des catégories qui servent communément à lire le social – et partant à le ranger. C’est que, dans leur manifestation, les faits sociaux ne s’ajustent pas à ces catégories, ne coïncident pas avec les frontières ainsi délimitées. Il faut redire que ça doit être l’une des ambitions – en même temps que l’un de ses profits – de l’analyse sociologique que de refonder autant que nécessaire des découpages indigènes dont la visée n’est jamais « de connaissance ». Autant dire qu’un respect trop appuyé à l’endroit de tels découpages, s’il peut procurer une apparence de cohérence en incitant à étudier telle discipline ou tel objet au sein de telle discipline, peut tout aussi bien contribuer à occulter la complexité du fait social étudié, et en empêcher d’autant la compréhension. On peut ici se rappeler la démarche privilégiée par Durkheim dans Les formes élémentaires de la vie religieuse – de même, avec Mauss, que dans De quelques formes primitives de classification –, démarche qui, si elle emprunte une voie quelque peu différente, nous paraît animée d’une même intention sociologique. L’auteur explicite en effet clairement combien, pour lui, le choix de se pencher sur la manifestation la plus primitive du fait religieux répond à une volonté d’en cerner le ou les éléments les plus fondamentaux. Non pas en énumérer toutes « les bizarreries et les singularités » (Durkheim 1998 : 2) mais « distinguer le secondaire du principal et l’essentiel de l’accessoire » (ibid. : 7). On pourrait s’intéresser aux différents dogmes tels qu’ils se présentent de la façon la plus immédiate, par exemple ici le christianisme et là le protestantisme, mais telle procédure, nous dit Durkheim, rendrait difficile la tentative pour cerner ce qu’il y a de plus essentiel au phénomène religieux. De là similairement la tentative pour rassembler ici des propositions issues de provenances disparates : on comprend que l’intention n’est pas de dire tout sur tout mais de brasser aussi largement que possible, afin d’examiner le phénomène propositionnel sous un maximum de coutures. On augmente ainsi les chances d’en distinguer les ressorts les plus primordiaux.

21Il faut dire en outre combien telle mise en perspective favorise presque d’elle-même la rupture d’avec le sens commun : tout se passe comme si le rapprochement d’ordres de faits a priori étrangers les uns aux autres court-circuitait les prénotions qui président généralement à leur examen, ainsi que l’impression subséquente que l’on fait face à autant d’objets en soi, c’est-à-dire autant d’objets apparemment naturels, cohérents et existant tels quels. Trop souvent sans doute, la réalité sociale semble déjà acquise, en bonne partie quadrillée, le risque étant dans ces conditions que les observations du chercheur ne dépassent pas le stade de la description savante, paraphrase érudite seulement vouée à combler les trous d’une représentation déjà connue. Accompli sous l’égide du concept de départ – celui de proposition –, c’est un autre bénéfice d’un tel rapprochement que de redonner une apparence d’étrangeté au fait appréhendé et d’inciter par là à la génération de questionnements inédits : tel phénomène dont on croyait connaître les grandes lignes s’avère exiger un surcroît d’attention. Ce n’est en rien, dans l’absolu, qu’un travail de recherche qui prend appui sur une prénotion n’est pas possible : on peut toujours observer un phénomène et rendre compte de ces observations, on peut toujours collecter des éléments susceptibles de former une histoire sociale de tel ou tel pan de pratiques. Mais tel mode opératoire s’avère inapproprié pour qui tente de toucher le fait social au plus près. Ainsi par exemple, tel qui s’interroge au sujet des propositions scientifiques mais qui, pour réaliser son enquête, se limite à ce pan de propositions et à ce pan seulement, ne risque-il pas de manquer ce qui fait l’essentiel des propositions scientifiques ? Ne faudrait-il pas plutôt les rapprocher de propositions émanant d’espaces sociaux différents afin d’observer si elles s’en démarquent effectivement, et si oui, en quoi ?

22Telle manière de constituer notre corpus et penser le fait social va de pair avec une certaine manière de traiter nos données. On comprend que l’intention n’est pas de rendre compte dans le détail de chacun des pans propositionnels collectés. Propos de journalistes et de scientifiques, propos de politiques, discours d’un syndicaliste ou d’un directeur de festival : on pourrait consacrer des pages à inventorier linéairement les caractéristiques qui font ces différents espaces de propositions. Mais, par le concept de proposition qui a permis de les rassembler, l’ambition était précisément de dépasser le stade d’une description aveugle, uniquement guidée par des soucis d’exhaustivité et/ou de représentativité : rendre compte au mieux de tous les aspects observés, ne rien manquer. À l’inverse, les chapitres qui suivent ont surtout vocation à isoler un certain nombre de gestes propositionnels caractéristiques. Non pas des descriptions exhaustives, ici des propositions scientifiques et là des propositions produites par les journalistes, mais des ‘manières de faire’ élémentaires de cette activité : l’emploi de mots pour représenter la réalité. À partir de là, un chapitre (« Les faits, rien que les faits ») est consacré à la question des faits : que sont-ils ? Pourquoi les individus reconnaissent-ils des faits dans la réalité ? Ou plutôt, puisque la reconnaissance de faits n’est jamais indépendante d’un événement propositionnel, à quoi tient que certaines propositions paraissent rendre compte des faits ? Quelle particularité reconnaître à ces propositions ? Font-elles un usage spécial des mots ? Entretiennent-elles un lien particulier avec le réel ? Le troisième chapitre (« Expression du vrai et nature des choses ») s’intéresse aux circonstances propositionnelles où il est explicitement question du vrai : ici ou là, la question se pose de savoir ce qu’est véritablement un objet et quelque chose comme un retour sur le mot est dès lors nécessité. Tel ou tel acteur en vient à avancer une certaine définition qu’il dit vraie : qu’est-ce à dire ? Que cette définition est effectivement vraie ? Qu’elle rend fidèlement compte de la vérité du phénomène ? Comment comprendre, dans l’ensemble des faits propositionnels, ce cas de figure spécial ? Le quatrième chapitre (« Du général et du particulier ») tente de comprendre la raison du partage indigène entre sciences du général et sciences du particulier, entre des sciences vouées à identifier des lois et des sciences traitant censément d’événements contingents. Pour ce faire, il ne s’agit pas d’étudier ni d’évaluer les arguments de cette conception mais de confronter des propositions relevant de l’un et l’autre type : n’a-t-on pas plutôt à faire à des faits d’ordre propositionnel ? N’y a-t-il pas là plutôt la manifestation d’une divergence de pratiques se jouant au niveau conceptuel ? Le cinquième chapitre (« Sur les propositions scientifiques ») est consacré aux propositions scientifiques : au-delà du lieu commun voulant que celles-ci disent mieux la réalité que d’autres ordres de propositions, qu’elles sont plus vraies que les autres écrits, on y avance une hypothèse quant à ce qui fait la particularité de ce lot spécial de propositions. Dans tout cela, il faut dire comme le premier chapitre (« La jeunesse n’est qu’un mot ») occupe une place spéciale. On y reviendra, mais on peut d’ores et déjà faire remarquer qu’une analyse des propositions ne saurait s’accomplir pleinement tant que le regard du chercheur tend à les considérer d’une manière inégale, c’est-à-dire tant qu’il tend à les hiérarchiser d’une façon ou d’une autre : on considère que certaines d’entre elles rendent bien compte de la réalité, que le sens de tels mots correspond mieux aux phénomènes, que certaines propositions sont vraies et d’autres fausses. Pour qui travaille sur les propositions, c’est le défaut essentiel que de faire porter sur le réel la responsabilité de la forme des propositions, ou tout au moins la forme de celles jugées vraies. Ce faisant, le regard du chercheur demeure en quelque sorte à la fois partiale et instable. C’est l’objet de ce premier chapitre que d’organiser la rupture d’avec une telle tendance ; il vaut en quelque sorte pour un premier pas à partir duquel l’analyse a pu s’accomplir pleinement.

Notes

1 « De quelques formes primitives de classification. Contribution à l’étude des représentations collectives », in M. Mauss 1969.

2 « LGBT » pour « lesbienne, gay, bisexuel-le et transsexuel-le ».

© Presses universitaires de Provence, 2016

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search