Version classiqueVersion mobile

Les représentations de la réalité

 | 
Yannick Duvauchelle

Avant-propos

Texte intégral

  • 1 Le Monde des religions, hors-série n° 10.
  • 2 Le Nouvel Observateur, n° 2313, 11/03/2009.
  • 3 Le Point n° 1840, décembre 2007.

1Une certaine encyclopédie chinoise où il est écrit que « les animaux se divisent en : a) appartenant à l’Empereur, b) embaumés, c) apprivoisés, d) cochons de lait, e) sirènes, f) fabuleux, g) chiens en liberté, h) inclus dans la présente classification, i) qui s’agitent comme des fous, j) innombrables, k) dessinés avec un pinceau très fin en poils de chameau, l) et caetera, m) qui viennent de casser la cruche, n) qui de loin semblent des mouches. » Comme Foucault qui, dans Les mots et les choses (1966), cite Borges pour éclairer la genèse de sa recherche, on pourrait exposer ici quelques-unes des circonstances qui, au préalable, ont attirées notre attention et favorisées l’émergence du questionnement. « 20 clés pour comprendre l’ésotérisme1 », « Le système Sarkozy2 » ou « Chine3 » : ainsi des gros titres de magazines qui, ponctuellement, donnent le sentiment de faire accéder à la vérité des objets les plus complexes, comme pour en procurer d’un seul coup toute la vérité ou quintessence. On se dit qu’en les lisant on connaîtra l’essentiel, ce qu’il est indispensable de savoir ; on se dit qu’en les lisant on se trouvera au plus près des choses en question. Cependant, à propos de tels intitulés, quelques questions au moins : sont-ce les particularités de l’objet « ésotérisme » qui prêtent naturellement à une telle forme de compte rendu en vingt points ? Ou y a-t-il là une technique qui peut être appliquée quel que soit l’objet ? Pourrait-on similairement titrer « 20 clés pour comprendre la mécanique quantique » ou « 20 clés pour comprendre le saut à l’élastique » ? Pourquoi ce nombre de 20 ? S’agit-il d’un simple procédé stylistique, ou ce nombre revêt-il une vertu heuristique particulière ? Que cache par ailleurs cette expression de « système Sarkozy » ou le fait de titrer ainsi frontalement « Chine » ? On ne paraît pas seulement sur le point de nous offrir les dernières informations relatives à ces deux objets : de tels titres semblent promettre davantage. Est-ce le signe que l’on s’apprête-t-on à nous en dévoiler des soubassements plus essentiels ? Est-ce là un gage de ce qu’on va dépasser la simple actualité ? Loin du champ des diverses publications de presse, on pourrait encore citer une autre occasion de questionnement : celle d’une altercation survenue entre deux étudiants, en temps de conflit social. Pour justifier son absence d’engagement, le premier déclare ne pas vouloir faire de politique, ce à quoi le second répond que ce qu’il fait « est » politique, qu’un tel refus de prendre part au mouvement social procède en soi de la dimension politique. De là une interrogation concernant les ressorts d’une telle mécompréhension : quelle raison fait qu’un individu parle de « politique » et en reconnaisse la présence là où un autre ne la perçoit pas ? À quoi tient le fait que l’un ne voit pas une chose que l’autre dit reconnaître ? Est-ce là le résultat d’un désaccord concernant ce qu’il est convenu de nommer « politique » ? Et dès lors, le fait d’avancer une définition commune contribuerait-il à dissiper la divergence des points de vue ? Ou faut-il supposer que la politique n’existe pas, que la reconnaissance par l’un d’une réalité politique repose uniquement sur une manière subjective de voir les choses, sur sa manière propre de considérer les événements ? Car si elle existe bel et bien, si elle est bien un objet présent en soi au sein de la réalité, sa reconnaissance ne devrait-elle pas être unanime, évidente pour tous les acteurs quels qu’ils soient ?

2À ces faits épars, il faudrait plus généralement ajouter l’expérience qui fut la mienne en tant qu’étudiant, tout au long de mon cursus. L’expérience d’un individu qui, tout en étant profondément attiré par le monde de la pensée et des connaissances, ne se sentait pas d’emblée à l’aise face aux livres, ne possédait pas toutes les « clés » adéquates pour les utiliser à satiété : se retrouver dans la profusion des ouvrages, en ingurgiter aisément les contenus, en tirer profit tout simplement. On sait la différence, même à l’entrée à l’université, entre l’étudiant familier des livres parce qu’il en lit depuis son plus jeune âge, et celui qui, tout en n’étant pas illettré, ne possède en rien ce rapport « naturel » ou « évident » à l’écrit. C’est cela aussi qui, souterrainement, contribua à forger cet objet de recherche – les représentations de la réalité. Là où la familiarité à l’égard des livres, et plus généralement des mots, assure pour certains une facilité de circulation aussi bien au sein des bibliothèques universitaires que dans les tables de matière ou la prose des ouvrages, une perplexité se fit jour qui m’incita, en même temps qu’à me plonger dans les livres, à en questionner la possibilité même : tout se passe comme si cette difficulté première en appela d’elle-même à l’investigation, comme pour satisfaire une curiosité que l’intimité immédiate avec les mots aurait pour ainsi dire empêchée.

3Par toutes ces circonstances, s’est trouvée progressivement posée la question de ces discours ou énoncés qui, continûment employés au sein de l’espace social, sont censés dire le réel, nous informer sur ce que la réalité est. Plus précisément, puisque ces matériaux sont toujours dits ou écrits, c’est-à-dire toujours le résultat d’acteurs disposés à les engendrer et sans lesquels ils n’existeraient pas, se posait pour nous la question des usages concrets qui président à leur génération ou création. Il y avait là à découvrir un ordre spécial de pratiques sociales, pratiques qui n’étaient pas nécessairement ou pas uniquement celles de l’acteur au moment où il appréhende physiquement la réalité – par exemple les actes d’observation ou le procès de prise de notes – ou lorsqu’il rejoint son bureau pour accomplir son travail d’écriture – quels usages particuliers lors de la rédaction ? –, mais celles qui plus largement se trouvent en lien direct avec le procès conceptuel d’appréhension du réel et organisent la représentation : des pratiques conceptuelles.

Notes

1 Le Monde des religions, hors-série n° 10.

2 Le Nouvel Observateur, n° 2313, 11/03/2009.

3 Le Point n° 1840, décembre 2007.

© Presses universitaires de Provence, 2016

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search