Version classiqueVersion mobile

Dieu est une sphère

 | 
Edit Anna Lukács

Annexe

Texte intégral

  • 1 Voir la description et la bibliographie sur ce manuscrit : https://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ ark (...)

1Le lecteur trouvera dans l’annexe un chapitre tiré d’un abrégé en langue vernaculaire, lui-même puisé dans le Speculum maius de Vincent de Beauvais. L’Abrégé lorrain du Speculum historiale est un texte philologiquement simple : anonyme, il n’en existe qu’un seul témoin manuscrit, Paris, Bibliothèque Nationale de France, Français 95581. Le texte qui suit en constitue la transcription. Les italiques signalent les en-têtes à l’encre différent du texte principal.

2Les encyclopédistes, traducteurs ou abréviateurs sont des auteurs de second ordre. Pourtant, ils ont façonné le savoir grâce à leur travail de compilation et de vulgarisation, et ce, dès le Moyen Âge. Leur organisation du savoir, un classement qui a refleté, voire influencé l’évolution des sciences, représente une avancée cruciale vers les temps modernes. Par le biais de cette brève édition, nous souhaitons montrer un versant de ces changements, en même temps que leur rendre hommage.

Extrait de l’Abrégé lorrain du Speculum historiale de Vincent de Beauvais

Paris, BNF, Fr. 9558, fol. 54v

3Ci commence li primers liures de vincent qui contient xviii. chapite. li primers est de la divine substance.

4Diex est substance non corporelz, simple et non muable, pardurable et tresgrans, incomprehensible, inenarrable. Et touteuoie elle est appellee par plusours noms. Car briement elle est ce quest, quar plusuraiement on pense deu que on ne le dit, et il est plusuraiement que on ne le pense. Et pour ce proprement estre appartient a deu, car totes aultres chozes compareez a la semblance de deu sont niant. Dont il dit en sa persone : Ego sum qui sum. Je suy qui suy. Cilz noms m’est pardurables. Pour quoi demonstreir queilz choze deux est selonc la substance est impossible. Et miex on le porrat agnoistre par la remocion de toutes chozes que par la affirmation. Car les negacions en chozes diuines sont uraies affirmations sens estre comprises. Quar deu nest nulle choze de les creatures, nom pas quil ne soit, mais pour ce quil est sus totes chozes et pardessus toutes chozes. Sains Augustius dit de deu. Sains Augustius dit que deux est cil cui tote choze aime qui puet aimeir, saiges et folz. Il est ce que nulz homs ne pert fors cil qui est deceuz, que nulz homs naquiert fors cil qui est admonetez, que nulz homs ne trueue fors cil qui est purgiez. Il est cil a cui foys nous excite, esperance adresce, chariteiz conioint. Il est cil par cui toutes chozes sont, et se il nestoit toutes chozes renvoient a niant. Il est cil quil mal ne fait. Il est reys dou royaume dou cuer, dou queil descent la loys en cest royaume. Item de la poissance de deu.

  • 2 Avec Origène et ce qui suit, l’Abrégé saute soudain du premier au milieu du quatrième chapitre du S (...)

5Deux est touz poissans, et touteuoie il ne puet morir ne estre deceuz, ne estre vaincus. Car se il pooit estre sougiz au passions dessus d’omnes, il ne seroit mi tous poissans. Touteuoie la poisseance de deu apert en .ij.chozes : car nulz ne le puet greuir, ne faire souffrir. Et nulz ne lou puet empeschiez de ce qui uelt faire. Origenez2 dit de lui que les chozes ne sont mi pour ce que deux les cognoist avenir mais pour ce quelles sont auenir deux le sceit et cognoist ansois quelles soient faites.

6Item de la volentei de deu. […]

Notes

1 Voir la description et la bibliographie sur ce manuscrit : https://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ ark:/12148/cc570936 (consulté le 01.10.2018).

2 Avec Origène et ce qui suit, l’Abrégé saute soudain du premier au milieu du quatrième chapitre du Speculum historiale intitulé « De Potentia Dei et Sapientia ».

© Presses universitaires de Provence, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search