Version classiqueVersion mobile

Dieu est une sphère

 | 
Edit Anna Lukács

Inventaire des genres autour de la sphère

Conclusion

Texte intégral

1Au terme de la comparaison des genres, plusieurs conclusions s’imposent. Avant tout, nous pouvons désormais répondre à la question de savoir s’il y a une diversité générique entre le Sermon sur la sphère intelligible, les Règles de théologie, le Roman de la Rose et l’encyclopédie Speculum maius. La réponse est clairement affirmative : ces écrits sont triplement divergents, dans leur forme, dans les buts premiers qu’ils assignent à l’écriture, dans leurs contenus. Le Roman de la Rose reste celui qui représente par excellence le pôle d’extension parmi les œuvres analysées : entièrement littéraire et fondamentalement courtois d’une partie à l’autre, ce roman allégorique reste la preuve médiévale incontestable de la diversité littéraire encadrant la métaphore sphérique. Le Sermon, les Règles de théologie et le Speculum maius revêtent tous les trois une forme cléricale, et transmettent tous la même vision théologique, ce qui crée un lien profond entre eux. À l’intérieur de ce groupe ternaire, c’est le Sermon sur la sphère intelligible qui se distingue par un décalage notable entre un contenu entièrement philosophique et une forme théologico-pastorale. S’il fallait établir les divergences par couple parmi ces quatre œuvres citant la sphère divine en prenant pour pivot le Roman de la Rose, on aurait le plus d’écart entre les Règles de théologie et le Roman de la Rose, moins d’écart entre le Sermon et le Roman de la Rose, et enfin, encore moins entre le Speculum et le Roman de la Rose.

2En termes de parenté, c’est la proximité problématique entre le Roman de la Rose et le Speculum maius qui doit être soulignée. Commençons par ce qui est plus surprenant pour le lecteur moderne : la préface du Speculum maius témoigne d’une conscience littéraire très forte à travers la présence des tropes traditionnels de l’écriture (désignation du titre, référence à la nouveauté du sujet, réflexion sur le lecteur, etc.). Sur ces tropes, l’encyclopédie peut converger avec les affirmations de Jean de Meun dans le Roman de la Rose, notamment quant au titre et son explicitation en termes de but de l’ouvrage. En revanche, l’apparition de l’écrivain est à juger autrement chez Jean de Meun que chez Vincent de Beauvais, puisque la rhétorique de l’humilité du Speculum se laisse traduire par une auto-proclamation univoque chez l’auteur du roman courtois. En somme, la présence de concepts littéraires nous amène à voir une ouverture créée dans l’écart même entre théorie et pratique, ouverture capable de fonder la défense d’une approche moins classique des sources, d’un savoir plus individuel que d’habitude dans les encyclopédies médiévales. Le Roman de la Rose sort plus encyclopédique de notre analyse que ne le supposerait sa première partie, tandis que le Speculum maius devient plus littéraire que ce à quoi le lecteur s’attend face à une encyclopédie.

  • 1 Y fait peut-être exception le Sermon sur la sphère intelligible, bien qu’il contienne un compte ren (...)

3Nous avons suffisamment exploré ces ouvrages pour pouvoir esquisser en même temps ce qui les relie tous : une certaine exigence vis-à-vis de l’intégralité du savoir, et, par ricochet, une inclusion de la philosophie païenne. En effet, nous retrouvons dans tous ces écrits une tendance commune à reproduire une totalité à s’assigner comme but dans l’effort de représenter une entité arrondie1. Leurs auteurs disent chacun à la manière de Démocrite : « Je vais parler de tout. » Du fait de la qualité de ce but, ces ouvrages médiévaux sont tous philosophiques et cet effort pour y parvenir les valide en tant que tels, même si ce tout peut être uniquement théologique, comme pour Alain de Lille qui en fait la totalité dans les Règles de théologie, à la manière des summae qui apparaîtront peu après lui. Pour le Roman de la Rose, cet ensemble est celui du savoir d’un clerc du xiiie siècle, le fruit d’un parcours intellectuel qu’on peut légitimement considérer comme représentatif d’une totalité picaresque amoureuse et intellectuelle. L’encyclopédie de Vincent de Beauvais embrasse la totalité la plus exhaustive ; totalité qui est celle à la fois des domaines scientifiques (théologie, philosophie, médecine, droit, etc.) et d’un ensemble philologique (revendication d’accès à tous les textes et leur amélioration). Un reflet singulier se dessine à travers ce rapprochement : la sphère, empreinte d’une philosophie païenne, métaphore par excellence de la totalité, de la perfection, trouvera une base solide dans la totalité que s’assigne comme but chaque auteur dans l’ouvrage qui la cite. Et pourquoi ne pas croire à cette mise en abîme ?

Notes

1 Y fait peut-être exception le Sermon sur la sphère intelligible, bien qu’il contienne un compte rendu de la vision universelle d’Alain de Lille – son public est en effet universel : Sermon sur la sphère intelligible, op. cit., p. 286-292 ; voir aussi p. 113 infra.

© Presses universitaires de Provence, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search