Version classiqueVersion mobile

Dieu est une sphère

 | 
Edit Anna Lukács

Allégories, métaphores, mythe

La théologie de Vincent et les métaphores

Texte intégral

Les Miroirs et l’image de Dieu

  • 1 Jacques Le Goff, Pourquoi le xiiie siècle a-t-il été plus particulièrement un siècle d’encyclopédis (...)
  • 2 Serge Lusignan, Préface au Speculum maius de Vincent de Beauvais : Réfraction et diffraction, Montr (...)

1Jacques Le Goff, en tirant sa conclusion sur l’encyclopédisme au xiiie siècle, définit comme une des limites de ce mouvement de pensée le fait de ne pas s’être débarrassé de la visée moralisatrice et allégorique1. Cette prise de position, même si l’on ne peut guère la contester, devient moins radicale si l’on examine la rhétorique et la poésie des chapitres qui nous intéressent dans l’encyclopédie de Vincent de Beauvais, à savoir le quatrième chapitre du Speculum naturale et le premier du Speculum historiale. La vision allégorique est indéniablement présente au niveau de la construction d’ensemble du Speculum maius en tant qu’elle est issue de la multiplication des univers, des mondes, qui sont de plus dédoublés dans un miroir, car vus et lus à la lumière d’un certain ordre établi par Dieu. Rappelons également que le Speculum naturale est souvent surnommé Speculum allegoricum2.

  • 3 Marie-Christine Duchenne, avec Monique Paulmier-Foucart, dir., Vincent de Beauvais et le Grand miro (...)
  • 4 Ibid., p. 44.

2L’allégorisme de Vincent est cependant par nature lié à un dynamisme, qui se manifeste dans la suite des différents livres : Naturale – Historiale – Doctrinale, construite selon l’optique de la pulchritudo temporalis augustinienne, qui reflète la magnificence du Créateur à travers son dynamisme temporel3. Dieu se manifeste progressivement dans la nature, le temps et l’église. Au niveau de la microstructure des différents livres, le Naturale et l’Historiale témoignent d’un dynamisme en profondeur qui les empêche de se figer totalement sur la vision d’ensemble fixée sur l’ordre universel. Ils commencent en effet tous les deux par le traitement de la doctrine divine, signe de la présence initiale de Dieu4, mais s’en détachent par la suite : le point de fuite du miroir encyclopédique apparaît et, sitôt désigné, disparaît aussitôt dans un mouvement immédiat, à peine perceptible. Les deux Miroirs suivent chacun un chemin différent par rapport à ce même point de départ qu’est Dieu : le Naturale énumère la création d’après la Genèse, tandis que l’Historiale reconstruit les événements bibliques et des gesta des Romains, des Francs, des Anglais, mais aussi des saints à travers d’importantes sections hagiographiques.

3Au-delà de la présence initiale de Dieu, les questions d’ordre métaphysique sont récurrentes dans le Speculum maius. Le Speculum naturale connaît notamment un rebondissement sur la métaphysique après les chapitres du début sur l’essence divine, quand il est question de la création de l’homme et de sa partie immortelle, l’âme. Le Speculum historiale non seulement encadre le temps réel de la vie de Jésus par l’histoire biblique de l’Ancien Testament et par l’époque contemporaine de Vincent, mais y place une description des « temps des philosophes », accompagnée de courtes biographies et de quelques dicta. Ce qui est donné à voir est en même temps plus que le signalement simple de l’existence de la philosophie : c’est l’imbrication des cultures chrétienne et païenne, dont le livre VI du Speculum historiale rend compte non seulement par une importance – attendue – accordée à la description de la naissance de Jésus, mais également par des florilèges d’auteurs classiques latins, quasi-contemporains du Messie, tel César, Cicéron, Salluste, Virgile ou encore Horace. Nous allons d’abord énumérer les titres des chapitres qui entourent la métaphore de la sphère divine jusqu’au chapitre VII de chaque livre afin de donner une idée de la construction de Vincent à partir de la succession des sujets traités :

4Speculum naturale. Livre I (contient 86 chapitres) :

  • 5 C’est nous qui soulignons.
  • 6 Le premier livre du Naturale est celui qui a été le plus remanié suite aux changements qui ont boul (...)

Cap. I . De diversis mundi acceptionibus (Des diverses acceptions du monde)
Cap. II . De duobis mundis existentibus (Des deux mondes existants)
Cap. III. Quod mundus archetypus ipse sit Dei Filius (Que le monde archétypal soit le Fils de Dieu lui-même)
Cap. IIII . Quid sit Deus (Qu’est-ce que Dieu ?)5
Cap. V . Quibus distinguatur proprietatibus (On distingue ses propriétés)
Cap. VI . De diuinae essentiae unitate (De l’unité de l’essence divine)
Cap. VII . De personarum trinitate6 (De la trinité des personnes)

5Speculum historiale. Livre I (contient 131 chapitres et couvre 2373 années d’histoire) :

  • 7 C’est nous qui soulignons.

Historiae utilitas, et jucunditas (L’utilité de l’histoire et son agrément)
Cap. I . Epilogus de unitate diviniae substantiae (Épilogue de l’unité de la divine substance)7
Cap. II . De Trinitate Personarum (De la trinité des personnes)
Cap. III . De Communitatibus, et proprietatibus personarum (Des états et propriétés des personnes)
Cap. IIII . De Potentia Dei, et Sapientia (De la puissance de Dieu et de sa sagesse)
Cap. V . De voluntate Dei, et iustitia et misericordia (De la volonté de Dieu, de sa justice et de sa miséricorde)
Cap. VI . Quod Deus malorum non sit autor, sed ordinator omniumque rerum creator et gubernator (Que Dieu n’est pas l’auteur du mal, mais le maître ordonnant, le créateur et gouverneur de toutes choses)
Cap. VII . Qualiter Deus sit in rebus (De quelle manière Dieu est présent dans les choses)

  • 8 La bribe de phrase du Noms divins I de Denys l’Arépoagite, qui réapparaît dans l’Historiale, est : (...)

6La différence départageant les deux miroirs à travers ces chapitres se trouve avant tout dans les préliminaires méthodologiques qui apparaissent au début du Naturale, l’introduction de l’encyclopédie. Les trois premiers chapitres du Naturale esquissent en effet les contours de la réalité et les manières d’y accéder. Mais la sphère apparaît toujours dans les premiers chapitres sur la métaphysique du divin, qui se trouvent à leur tour au début des Miroirs. Cet emplacement souligne l’importance qu’a pour Vincent la métaphysique du divin. La sphère est citée dans deux chapitres différents intitulés « Qu’est-ce que Dieu ? » et « Épilogue de l’unité de la substance divine ». Le Speculum naturale contient un autre chapitre sur « L’unité de l’essence divine », qui ne recouvre le chapitre intitulé de même de l’Historiale que sur un morceau de citation de Denys l’Aréopagite, un des auteurs maîtres de Vincent en matière de doctrine sur la divinité8. Ainsi, deux chapitres ayant le même titre ne contiennent pas les mêmes citations, tandis que deux intitulés différents peuvent inclure la même référence. « Qu’est-ce que Dieu ? » est un chapitre qui vise une réponse quant à la substance divine, et ce qui s’y ajoute dans le Speculum historiale est l’unité, que l’image de la sphère est capable d’exemplifier. Par ailleurs, le seul titre de chapitre qui soit rédigé sous la forme interrogative, porte sur l’essence de Dieu. Ce constat est en étroite liaison avec la doctrine qu’on y lit : l’être divin est impénétrable ; on peut certes le questionner, mais avoir une réponse, une seule ou définitive, n’est guère possible.

Le langage métaphorique et la sphère dans le Speculum

  • 9 Bernard Ribémont, Encyclopédisme médiéval et modernité, Jean R. Scheidegger et al., dir., Le Moyen (...)

7Si la visée allégorique reste présente au niveau de la construction d’ensemble du Speculum maius, si elle guide une certaine interprétation du monde, elle n’induit pas le langage lui-même pour autant. La présence du lyrisme, de la poésie ne serait pas a priori attendue, au contraire, la fonction médiatrice de l’écriture encyclopédique donnant droit à la neutralité totale du langage9. Néanmoins, les citations sur les sujets théologiques, en particulier sur la substance divine, sont chargées d’une expressivité vive et lourde de rhétorique. L’encyclopédiste réussit à créer une ambiance extrêmement compacte à partir de citations ayant le même style tout en élaborant une structure, un développement à son sujet. Voyons dans les détails comment il procède.

  • 10 « Dicere namquam quid est Deus secundum substantiam, est impossibile […] » Vincent de Beauvais, Spe (...)

8Le langage des deux chapitres sur la question de la substance divine est singulier à plus d’un égard. Basés sur une contradiction immédiate, ils ne cessent de parler contre l’affirmation sur laquelle ils débutent : « En vérité, dire ce qu’est Dieu selon la substance, est impossible [… ]10 ». Le chapitre IV du Speculum naturale, dont nous venons de citer la troisième phrase, s’ouvre sur l’affirmation du caractère incommunicable de Dieu et le devoir de silence imposé par conséquent à toute créature. L’Épilogue de l’Historiale avertit également dès son début de l’impossibilité de proférer quoique ce soit de digne à propos de Dieu et se termine sur la même conclusion que le Naturale : l’intellect est impuissant face à l’immensité incompréhensible de la substance divine. Les deux chapitres transgressent ensuite ces restrictions et ces interdits dans chacune de leurs phrases, tentatives d’approche de l’inexprimable. Ces expérimentations s’expriment dans la suprématie absolue de la substance divine et sa transcendance inatteignable. Quelle place occupe la sphère dans l’économie de cet agnosticisme du divin ?

9Le chapitre « Qu’est-ce que Dieu ? » du Speculum naturale est fondé sur le schéma suivant : (I) Devoir de silence sur Dieu – à partir des citations de Denys l’Aréopagite et de Jean Damascène. (II) Définitions de Dieu selon les philosophes, dont Cicéron cité par Augustin, Empédocle cité dans la version d’Hélinand de Froidmont, et Aristote d’après un florilège aristotélicien ; même type de définition chez les autorités ecclésiastiques, dont Denys l’Aréopagite et Bernard de Clairvaux. (III) Définitions de Dieu par rapport à des entités externes dans les écrits de Bernard de Clairvaux, Augustin et Grégoire de Nazianze. Le chapitre est ponctué de la question « Quid est inquam Deus » ; les phrases commencent ensuite souvent à la manière de réponses par « ipse est », même si, proportionnellement et paradoxalement, c’est l’« Épilogue sur l’unité de la substance divine » qui contient le plus de désignations de la substance divine en « ipse est », alors qu’il n’est pas destiné à être réponse sur un questionnement.

  • 11 Vincent de Beauvais et le Grand Miroir du Monde, op. cit., p. 29-30.
  • 12 À comparer avec la règle 18 chez Alain : « Toutes les affirmations sur Dieu sont inadéquates et les (...)
  • 13 Hugo de S. Victore, De sacramentis Christianae fidei, Paris, J.P. Migne, 1854, Patrologia Latina vo (...)

10Dans le chapitre IV du Naturale, les philosophes, encadrés par les autorités ecclésiastiques, occupent la place médiane parmi les références. Cette structure rompt avec la hiérarchie établie par Vincent dans le Libellus apologeticus, qui leur désignait un quota de vérité après les docteurs canonisés et non-canonisés11. Par rapport à cette expression de la liberté d’auteur, les philosophes trouvent une place dans le Speculum historiale, où ils apparaissent à la fin du chapitre. L’« Épilogue » est construit comme suit : (I) Affirmations de théologie négative : (I/1) Dire ce qu’est Dieu selon la substance, est impossible ; (I/2) Les négations sont vraies en matière du divin, alors que les affirmations sont incompatibles12. (II) Une panoplie de définitions de Dieu, qu’on peut regrouper en deux entités d’après la hiérarchie respectée des autorités : Denys l’Aréopagite, Grégoire de Nazianze, Augustin et Bernard de Clairvaux. (III) Deuxième entité, les philosophes : Aristote, Cicéron, Empédocle. Une citation dissimulée de Hugues de Saint-Victor clôt le chapitre13 : Vincent ne voulait certainement pas rompre l’harmonie du chapitre qui, après les philosophes, revient en réalité sur un contemporain.

  • 14 Alain de Lille, Règles de théologie, op. cit., p. 91-92.

11Les deux chapitres concordent sur deux points. Premièrement, et cela surprend, sur l’usage restreint du mot « Dieu » : il n’apparaît qu’à huit reprises dans le passage du Naturale, et seulement à quatre reprises dans l’Historiale. Deuxièmement sur le fait que, malgré le questionnement répété sur l’essence de Dieu, aucune phrase ne répond par la positive à « Deus est… » à l’exception de la métaphore sphérique. Ce qui donne l’impression au lecteur qu’une seule réponse est à trouver dans le texte, une unique définition de la substance de Dieu, et c’est un philosophe, Empédocle, qui la donne. Au-delà de cette double correspondance, deux manières différentes de construire des florilèges sont utilisées dans les deux chapitres : le Naturale cite les auteurs et les titres des ouvrages, souvent même le livre dans lequel l’auteur a puisé sa référence, tandis que l’Historiale, libéré dans sa manière de procéder, se restreint à nommer l’auteur des différentes citations, voire parfois, il les omet. Pour la sphère divine, cela donne un emboîtement de plus pour l’occurence de la métaphore dans le Naturale : la citation d’Empédocle est extraite par Vincent des Chroniques d’Hélinand de Froidmont, un ouvrage qu’il a massivement utilisé pour écrire son encyclopédie14.

12Après cette comparaison générale, abordons maintenant en détail les deux passages. Le langage sur la substance divine abonde à tel point en antinomies théologiques qu’on est tenté d’y voir un langage symbolique, très proche du langage littéraire. Cette impression se produit surtout aux moments où le savoir ne s’enrichit pas proportionnellement à l’avancée de la lecture. À ce niveau, le Naturale apparaît comme plus réflexif, plus argumentatif que le premier chapitre de l’Historiale, qui offre un patchwork de définitions divines plus ou moins bien cousu. Dans les détails, la rhétorique donne des oxymores (« la hauteur inaccessible », etc.) ; des répétitions dont le but n’est que d’augmenter l’effet sur le lecteur, sans ajouter de substance au contenu ; des constructions en figura etymologica (« la connaissance qui unit connu et connaissant ») ; ou des oppositions (« qui délivre du mal, établit davantage dans le bien ») et des exagérations (« Il n’est circonscrit par aucune frontière, ni limite », « celui qui est absolument au-dessus de toute cognition », etc.) qui se suivent d’affilée. Dieu est très souvent décrit à l’aide de métaphores dans ces passages, mais ces métaphores le sont avant tout au niveau de la grammaire de la phrase ouverte sur l’identification métaphorique (« X (Dieu) est… »), alors même que les images ne jouent pas leur rôle de comparatif. Les noms qui définissent Dieu tels « intellect », « unité », « gouverneur », « forme » ou « être », font partie du langage philosophique conceptuel et l’auteur les libère par les adjectifs qualificatifs qu’il leur joint (par exemple : « l’essence suressentielle », « l’enquête inconcevable », « un intellect détaché et libre »). Malgré quelques comparaisons à caractère géométrique en provenance du De consideratione de Bernard de Clairvaux, qui tente de circonscrire Dieu à partir de la longueur, la largeur, la profondeur et la hauteur, la sphère reste la seule métaphore géométrique appliquée à l’être divin, celle qui se détache des définitions conceptuelles habituelles du langage philosophique. Pour preuve, la métaphore de la sphère est encadrée (dans le Naturale) par l’identification faite par Cicéron et Aristote entre Dieu et l’intellect ou bien en est simplement accompagnée (dans le Historiale).

13Si le langage de ces deux chapitres peut être qualifié dans l’ensemble de poétique, c’est pour une bonne partie grâce à l’adhésion de Vincent à la théologie négative. Denys l’Aréopagite, un des auteurs de prédilection de Vincent de Beauvais est celui à qui il emprunte ce point de départ qu’est le Dieu obscur, voilé, que l’on décrit mieux par les négations que par les affirmations. Ce langage sur l’essence divine puise sa poésie dans l’accumulation de figures rhétoriques, pauvres en fantaisie et images, fondées essentiellement sur des jeux de construction de phrases. C’est à force d’accumuler des définitions de Dieu, des négations et des parallèles ; à force de recoller des morceaux de traités théologiques pris dans leur argumentation, qu’un indéniable effet poétique en découle. Celui-ci n’est pas inhérent aux textes cités, mais ce qui résulte de l’assemblage de ces morceaux est paradoxalement plus un assentiment poétique s’exprimant en amont qu’une impression immédiatement recueillie par le lecteur. En tout cas, il permet d’aboutir à cette conclusion : le langage poétique est une condition propice à l’apparition de la métaphore de la sphère. Et inversement : dans ce climat poétique, l’apparition du Dieu sphérique ne crée pas de distorsions, elle s’insère plutôt convenablement dans l’enchaînement de définitions philosophico-théologiques pimentées de lyrisme.

Notes

1 Jacques Le Goff, Pourquoi le xiiie siècle a-t-il été plus particulièrement un siècle d’encyclopédisme ?, Michelangelo Picone, dir., L’enciclopedismo medievale, Ravenna, Longo, 1994, p. 32. Voir également, Heinz Meyer, Zum Verhältnis von Enzyklopädie und Allegorese im Mittelalter, Frühmittelalterliche Studien, no 24, 1990, p. 299 et 313 : « […] die mittelalterliche Enzyklopädie nicht generell als profane Gattung der wissenschaftlichen Disziplinen von der geistlichen Tradition getrennt werden kann. »

2 Serge Lusignan, Préface au Speculum maius de Vincent de Beauvais : Réfraction et diffraction, Montréal, Bellarmin, 1979, p. 83.

3 Marie-Christine Duchenne, avec Monique Paulmier-Foucart, dir., Vincent de Beauvais et le Grand miroir du monde, Turnhout, Brepols, 2004, p. 77-78.

4 Ibid., p. 44.

5 C’est nous qui soulignons.

6 Le premier livre du Naturale est celui qui a été le plus remanié suite aux changements qui ont bouleversé la science des xiie-xiiie siècles. Pour donner un exemple de ce remaniement, l’attention portée à la question des noms de Dieu, à l’origine sous l’influence de Hugues de Saint-Cher, n’est plus de mise à partir des années 1260 ; elle disparaît par conséquent du Speculum.

7 C’est nous qui soulignons.

8 La bribe de phrase du Noms divins I de Denys l’Arépoagite, qui réapparaît dans l’Historiale, est : « […] intellectus inuisibilis et inscrutabilis, tanquam non ente vestigio ullo in occultam eius multitudinem peruenientium, nec tamen ulli eorum que sunt incommutabile bonum. »

9 Bernard Ribémont, Encyclopédisme médiéval et modernité, Jean R. Scheidegger et al., dir., Le Moyen Âge dans la modernité : mélanges offerts à Roger Dragonetti, Paris, Honoré Champion, 1996, p. 386-388.

10 « Dicere namquam quid est Deus secundum substantiam, est impossibile […] » Vincent de Beauvais, Speculum Naturale I, 4 in id., Speculum quadruplex, Douai, Bellerus, 1624. « Itaque dicere, quid est Deus secundum substantiam, est impossibile […] » Speculum Historiale I, 1.

11 Vincent de Beauvais et le Grand Miroir du Monde, op. cit., p. 29-30.

12 À comparer avec la règle 18 chez Alain : « Toutes les affirmations sur Dieu sont inadéquates et les négations vraies. », cf. Alain de Lille, Règles de théologie, op. cit., p. 121.

13 Hugo de S. Victore, De sacramentis Christianae fidei, Paris, J.P. Migne, 1854, Patrologia Latina vol. 174, p. 220. La citation revient au chapitre V du Speculum naturale.

14 Alain de Lille, Règles de théologie, op. cit., p. 91-92.

© Presses universitaires de Provence, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search