Version classiqueVersion mobile

Dieu est une sphère

 | 
Edit Anna Lukács

Allégories, métaphores, mythe

Introduction

Texte intégral

  • 1 Ricœur, La Métaphore vive, op. cit., p. 87 ; et en particulier la Troisième étude « La métaphore et (...)

1Paul Ricœur fournit la méthode préliminaire à notre première enquête : « Mais, dès que la rhétorique s’enquiert des causes génératrices, elle ne considère déjà plus seulement le mot, mais le discours. Une théorie de l’énoncé métaphorique sera donc une théorie de la production du sens métaphorique1 ». Il est nécessaire au préalable de définir ce qu’on entend par rhétorique : nous lui donnons un sens large en tant que technique de l’éloquence comprenant également la poétique ou l’art de composer des poèmes, un domaine qui vaut autant pour Jean de Meun que pour Alain de Lille et même pour Vincent de Beauvais. Outre les métaphores, l’allégorie et le mythe sont les moyens rhétoriques étudiés dans cette partie de notre ouvrage.

  • 2 Zumthor, Essai de poétique médiévale, op. cit., p. 156-157.
  • 3 Pour Armand Strubel, l’allégorie aboutit à la mise en abyme de la métaphore, l’image matrice engend (...)
  • 4 Id., « Grant senefiance a » : Allégorie et littérature au Moyen Âge, Paris, Honoré Champion, 2002, (...)
  • 5 Jauss, Hans Robert, La transformation de la forme allégorique entre 1180 et 1240 : d’Alain de Lille (...)

2L’allégorie est le plus répandu des moyens littéraires du Moyen Âge : elle encadre le Roman de la Rose, en même temps qu’elle divise les deux auteurs, revêtant des formes bien distinctes dans les deux parties de l’ouvrage. L’allégorie, association subtile de la métaphore continue et de la personnification de réalités abstraites2, tisse un lien discret avec les autres outils de la langue poétique. All-egorein ou alieniloquium, comme l’a définie Isidore de Séville, « parler autrement », elle est ce qui constitue également l’essentiel de la métaphore, car elle institue une relation d’analogie (« dire autrement »), dans notre cas spécifique, entre Dieu et une sphère3. Le mythe antique, son retour en force au xiiie siècle, son alliance avec la structure allégorique, jouent un rôle prépondérant pour l’allégorisme médiéval. À travers l’allégorie, les mythes se retrouvent en étroite liaison avec l’évolution des personnifications ; autrement dit, les mythes passent dans l’allégorisme médiéval à un état de personnification. Cela se manifeste en particulier dans la deuxième partie du Roman de la Rose, où certaines figures allégoriques se détachent de l’action et prennent la stature de dieux antiques4. Les personnages de Nature et de Genius apparaissent dans cette fonction : ils rendent l’action universelle, voire cosmique, alors que, paradoxalement, ils revêtent singularité et originalité par rapport à leurs apparitions dans la littérature antique. Le processus de perte ou de renoncement à la conception typologique des figures allégoriques, à la base de ce développement, s’accompagne d’un mélange de styles, où l’on trouve des citations d’exempla indifféremment bibliques ou mythiques5. Ce même processus se trouve déjà à l’œuvre dans les écrits théologiques d’Alain de Lille ; il caractérise le discours de Nature dans le Roman de la Rose également, au centre duquel apparaît la citation de la sphère.

Notes

1 Ricœur, La Métaphore vive, op. cit., p. 87 ; et en particulier la Troisième étude « La métaphore et la sémantique du discours », p. 87-128.

2 Zumthor, Essai de poétique médiévale, op. cit., p. 156-157.

3 Pour Armand Strubel, l’allégorie aboutit à la mise en abyme de la métaphore, l’image matrice engendrant des transferts renouvelés, cf. Armand Strubel, La Rose, Renart et le Graal, Paris, Honoré Champion, 1989, p. 30.

4 Id., « Grant senefiance a » : Allégorie et littérature au Moyen Âge, Paris, Honoré Champion, 2002, p. 151.

5 Jauss, Hans Robert, La transformation de la forme allégorique entre 1180 et 1240 : d’Alain de Lille à Guillaume de Lorris, Alain Fourrier, dir., L’humanisme médiéval dans les littératures romanes du xiie au xive siècle, Paris, Klinsieck, 1964, p. 116.

© Presses universitaires de Provence, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search