Version classiqueVersion mobile

Raoul de Houdenc et les routes noveles de la fiction

 | 
Sébastien Douchet

Faire autorité. Le je, l’auteur et les valeurs du texte

Le faux-semblant d’un discours élogieux : la largesse chez Raoul de Houdenc

Philippe Leblond

Texte intégral

  • 1 Anthime Fourrier, « Raoul de Hodenc : est-ce lui ? », in Mélanges de linguistique romane et de phil (...)
  • 2 Lors de la lecture de cette communication, nous n’avions pas encore pris connaissance de la thèse d (...)

1Anthime Fourrier puis Gilles Roussineau ont déjà noté que le péché d’avarice et la vertu de la largesse sont des thèmes récurrents dans les œuvres de Raoul de Houdenc1. Puisque la société du poète subissait de profondes mutations – elle se réurbanisait et une nouvelle catégorie sociale de travailleurs, la bourgeoisie, émergeait – et que l’utilisation accrue de l’argent comme moyen d’échange pouvait aider à la propagation de l’avarice, il se peut que le poète ait voulu faire l’éloge de la vertu courtoise de la largesse tout en critiquant ceux qui succombaient au vice opposé. Or, au final, le discours du poète est un faux-semblant, car les larges (ceux qui pratiquent la largesse) le sont certes en apparence, mais, en fait, sont tout aussi peu vertueux en largesse que les bourgeois avares2.

Raoul de Houdenc et son époque

  • 3 Patrick Boucheron, Denis Menjot, Marc Boone, Jean-Luc Pinol, Histoire de l’Europe urbaine, t. II : (...)
  • 4 Simone Roux, Les Racines de la bourgeoisie : Europe, Moyen Âge, Cabris, Éditions Sulliver, 2011, p. (...)

2Raoul de Houdenc a vécu de la fin du xiie au début du xiiie siècle. L’Europe de ce temps, à la suite de diverses avancées techniques (rénovation des pratiques agricoles, progrès de l’artisanat et de l’industrie) se réurbanisait. Les villes, en plein essor, étaient alors des centres de consommation et, « aux alentours de 1180, dans les régions occidentales […] commence alors un second Moyen Âge, celui des bourgeois et des seigneurs3 ». Jusqu’alors, la société féodale était essentiellement agraire. Or, avec ces bouleversements, elle devenait citadine et commerciale à un tel point que, en ville, « nul ne p[ouvai]t [plus] se dispenser d’utiliser de l’argent. […] [T]out le monde, d’une façon ou d’une autre, d[eva]it passer par le commerce et donc utiliser la monnaie4 ».

  • 5 Selon Richard Newhauser, Early History of Greed : the Sin of Avarice in Early Medieval Thought and (...)
  • 6 Nous remercions Anne-Françoise Leurquin-Labie de nous avoir offert la transcription du texte du Mir (...)
  • 7 Le bourgeois, citadin, exerçait un métier de service et tirait ses sources de revenus par le commer (...)

3La circulation accrue de l’argent avait, en fait, dès le xiie siècle, entraîné la modification des structures de la vie et de la morale. D’une part, le tissu social, auparavant constitué sur une base personnelle – d’homme à homme –, se monnayait de plus en plus. De fait, dans cette société commerciale où tout pouvait s’acheter, ces liens personnels s’affaiblissaient. D’autre part, la monétarisation accrue de l’économie poussait à augmenter sa fortune personnelle5. Or ce désir devient vice lorsque l’avare fait tout pour « en aquerre ardanment, en retenir estraingnanment, et en despendre escarsement6. » Cette perversion de rapport à l’argent, que l’on retrouve très souvent dans les représentations de la figure du bourgeois7, s’était propagée, vers la fin du xiiie siècle, à toute la société :

  • 8 Selon la transcription du Miroir du Monde d’Édith Brayer, manuscrit de Modène fol. 85 ; chapitre 36 (...)

[D]ame Avarisse […] est dame, roine et maisteresse dou monde […]. Ceste maisteresse a mout grant escole et mout d’escoliers, de haus et de bas, et de toute maniere de gens, neis cil ki ont voé a vivre sans proprieté rekeurent a s’escole, par coi il pert bien ke la fins dou monde aproche, car il art tous d’avarisce8.

  • 9 Selon Jacques de Vitry, Histoire occidentale, éd. bilingue Gaston Duchet-Suchaux, Paris, Éditions d (...)
  • 10 Carla Casagrande, Silvana Vecchio, Histoire des péchés capitaux au Moyen Âge, Paris, Aubier, 2003, (...)

4Plus aucune couche de la société n’était ainsi à l’abri du vice d’avarice. Jacques de Vitry, dans son Historia Occidentalis (1er quart du xiiie siècle), fait le même constat : l’avarice se répand chez les fonctionnaires, les princes et les puissants, les paysans et les religieux9. Théologiens et prédicateurs vilipendaient les avaricieux : l’avarice était « le péché dont on parl[ait] le plus [entre le xiie et le xve siècle], ce qui fait penser qu’il [était] aussi celui qui pass[ait] pour le plus répandu et le plus grave10 ».

  • 11 Selon Anthime Fourrier, « Raoul de Hodenc… », art. cit., p. 178.
  • 12 Ibid., p. 186.

5Si l’on se fie à Anthime Fourrier, Raoul de Houdenc aurait été le neveu de Pierre le Chantre (Petrus Cantor Parisiensis) ; il aurait eu une formation de clerc et aurait pu bénéficier de l’enseignement de son oncle à Notre-Dame de Paris11. Cet enseignement, sans doute imprégné du contexte social et intellectuel de l’époque, a dû être influencé par la philosophie de Pierre, dont le Verbum abbreviatum (vers 1187) est une pièce maîtresse. Sont dépeints dans ce traité les différents vertus et péchés – dont l’avarice –, le but étant de détourner le lecteur de ces derniers12. Raoul de Houdenc devait donc être sensibilisé à ce thème d’une avarice généralisée dans la société, et sans doute a-t-il voulu dénoncer les travers de son temps et redonner leurs lettres de noblesse aux valeurs courtoises, notamment la largesse.

  • 13 Raoul de Houdenc, Le Roman des eles. The anonymous Ordene de chevalerie, ed. Keith Busby, Amsterdam (...)

6Cette volonté se retrouve dans son Roman des eles13 :

Por ce me plest en mon romanz
Que des chevaliers vous commanz
Noviaus moz, ou l’en porroit prendre
Example, et cortoise apprendre.
Roman des eles, v. 5-8.

  • 14 Selon, entre autres, Gianfelice Peron qui souligne que, dans le Roman des eles, le poète semble enc (...)

7Cette œuvre a donc un objectif explicitement didactique d’apprentissage et d’exemplification de la courtoisie14.

Le Roman des eles : clé de voûte des œuvres de Raoul de Houdenc

  • 15 Keith Busby, « Le Roman des eles as guide to the sens of Meraugis de Portlesguez », in Glyn S. Burg (...)

8Keith Busby a relevé que le Roman des eles – œuvre de jeunesse de l’auteur – pouvait être considéré comme une clé de lecture du roman arthurien Meraugis de Portlesguez15. Mais on peut élargir ce constat à toute la production littéraire de Raoul de Houdenc.

9Le poète soutient en fait que la prouesse d’un chevalier, qui veut gagner en honneur, doit être soutenue par deux ailes : Largesse et Courtoisie. Sa bravoure seule est vaine :

N’afiert pas a chevalerie
Que chevaliers por sa proesce
Doie en despit avoir larguesce,
Quar par proece, a droit conter,
Ne puet nus en haut pris monter,
S’en la proece n’a deus eles. […]
Larguesce doit estre la destre
Et la senestre cortoisie.
Roman des eles, v. 136-141 ; 144-145.

10S’il ne pratique pas la largesse, le chevalier ne peut gagner en prouesse, idée que l’on retrouve dans Meraugis de Portlesguez :

  • 16 Raoul de Houdenc, Meraugis de Portlesguez, éd. bilingue Michelle Szkilnik, Paris, Honoré Champion, (...)

Li bien, biauté, senz e pröece,
Ne valent nïent se largece
I faut. Car largece enlumine
Pröece e largece est mecine
Par qoi pröece monte en haut.
Nuls ne puet, se largece i faut,
Conquerre pris par son escu.
Meraugis de Portlesguez, v. 3984-399016, (nous soulignons).

  • 17 La largesse occupait une place supérieure face aux autres qualités morales que le prud’homme et le (...)

11Le poète souligne ici, deux fois plutôt qu’une, d’une même formule (« se largece i faut »), que la présence de l’aile de la largesse est la condition sine qua non au gain en prouesse d’un chevalier. Ce dernier, s’il voulait gagner en bravoure, devait donc être libéral et éviter l’avarice17. Il était donc attendu du chevalier :

  1. d’être audacieux en largesse ;
  2. de ne pas se soucier de la valeur de ce qu’il distribue ;
  3. de donner tant aux pauvres qu’aux riches ;
  4. de ne pas faire de promesses s’il n’a aucune intention de les tenir ;
  5. de ne pas retarder le don d’un cadeau ;
  6. d’oublier et ne pas regretter un cadeau même s’il l’a mal distribué ;
  7. de divertir (ce qui inclut bien nourrir ses invités) généreusement, sans compter18.

12C’est précisément ce concept des sept plumes de l’aile de Largesse qui sera repris par le poète dans ses autres œuvres ; il y glissera des exemples d’actions vertueuses de largesse.

13On en retrouve d’abord dans le roman arthurien la Vengeance Raguidel. Dans la scène où le chevalier bossu vient à la cour du roi Arthur pour réclamer Ydain, le roi offre l’hospitalité (septième plume de Largesse). Après avoir décliné l’offre du monarque, le chevalier bossu déclare :

  • 19 Raoul de Houdenc, La Vengeance…, éd. cit. Voir aussi l’édition de Plouzeau, 2002, consultable sur c (...)

Je suis ci venus por savoir
S’en vos puet tant largece avoir
Que l’on m’en a conté et dit,
Que ne faciés nul escondit
A home qui don vos demant.
Vengeance Raguidel, v. 4221-422519.

  • 20 Selon, entre autres, Guillaume de Lorris, Jean de Meun, Le Roman de la Rose, éd. Armand Strubel, Pa (...)

14En effet, le chevalier bossu vient verifier la libéralité légendaire d’Arthur, qui a la réputation d’être l’archétype de la largesse20. Et il poursuit :

Sans nomer vos le don avant
Vos requier c’un don me dogniés.
Cis dons ne puet estre eslongiés
Que je ne l’aie, o se ce non
Hui perdra vostre cors son non.
Vengeance Raguidel, v. 4225-4230.

  • 21 Ce type de don est un don contraignant puisque l’intimation du solliciteur ne laisse aucun choix au (...)
  • 22 Raoul de Houdenc, La Vengeance…, éd. cit., v. 4244-5.

15Le chevalier exige que le don lui soit accordé sur le champ21, et le roi lui octroie un don en blanc : « Je li otroi. Vallet, or di / Le don que vels de moi avoir22 ».

16Arthur applique ainsi les première, quatrième et cinquième plumes de Largesse. Ce n’est qu’à ce moment que le chevalier bossu révèle ce qu’il désire : Ydain. Toutefois, Gauvain propose et obtient que la décision soit tranchée par les armes, et non par la largesse d’Arthur.

  • 23 Ibid., v. 1960-14961.

17Raoul de Houdenc donne un autre exemple de la première plume de Largesse dans la scène où l’amie de Raguidel décrit à Gauvain son défunt ami qui était « […] si larges que il donast / Plus q’autres n’osast esgarder23 ».

Raoul de Houdenc satiriste

  • 24 Voir, entre autres, Antime Fourrier, « Raoul de Hodenc… », art. cit., p. 165. La satire étant un ge (...)
  • 25 Selon Gianfelice Peron, « Raoul de Houdenc e la laicizzazione… », art. cit., p. 121 ici.
  • 26 Jacques Le Goff, La Civilisation de l’occident médiéval, Paris, Flammarion, 1982, p. 240.

18Mais l’écriture de Raoul de Houdenc possède aussi une dimension satirique24. Gianfelice Peron a souligné que, dans le Songe d’Enfer, le poète traite sur ce mode les vices anticourtois et semble évoquer une situation de crise plus profonde25. En effet, avec l’essor urbain, la civilisation féodale – qui, selon Adalbéron de Laon et Gérard de Cambrai, se divisait en trois ordres : les oratores, les bellatores et les laboratores – cédait sa place à une société des états fondée sur les conditions socioprofessionnelles26.

  • 27 Selon, entre autres, Robert E. Scholes, Robert Kellogg, The Nature of Narrative, New York, Oxford U (...)

19Avec l’essor de la bourgeoisie, la culture courtoise et ses valeurs, qui prévalaient jusqu’alors, furent déstabilisées. Aux yeux de Raoul, la vie du siècle ne pouvait plus paraître que bestournée. Elle ne correspondait plus aux idéaux, sans doute sublimés, du temps d’avant le développement de la bourgeoisie, archétype de l’avarice27 :

  • 28 Raoul de Houdenc, Li Dis Raoul Hosdaing, éd. Charles H. Livingston, The Romanic Review XIII- 4, oct (...)

Tot est torné en cest afaire […]
Fortune a la roe tornée ;
Por cest itels l’a bestornée
Dont cis mondes est bestornés
Quand cis maus mondes est tornés
Devers deable a sa partie. […]
li siecles est defallis.
Dit de Raoul de Hosdaing, v. 49 ; 85-89 ; 9328.

20La vie est désormais bestornée et defallie, et l’avarice et la largesse sont allégorisées pour être ainsi dépeintes :

Largece muert et honte vit ; […]
Par quoi est ce que avarisse
A part tot largece abattue ?
Largece qui s’est conbatue
Contre avarisse ne se puet
Plus conbattre ; per force estuet
Que fuie. […]
Por c’est largece desarmée,
[…] Largece est vius.
Dit de Raoul de Hosdaing, v. 23 ; 28-33 ; 52 ; 80.

  • 29 Cette scène de combat entre vices et vertus ne va pas sans rappeler celle que l’on retrouve, entre (...)

21Avarice a vaincu et mis en déroute Largesse désarmée29. Par la suite, le poète décrit Donner et de Tolir, proches parents de Largesse et d’Avarice :

  • 30 Raoul de Houdenc, The Songe d’Enfer of Raoul de Houdenc : An Edition Based on All the Extant Manusc (...)

[…] Doners ert las et mendis,
Povres et nus et en destrece ; […]
Doners n’ose moustrer ses mains. […]
Lais, chetis, haïs et blasmez.
Tolirs est biaus et renommez ;
N’est pas chetis ne recreüs,
Ainz est et granz et parcreüs.
De cuer, de cors, de braz, de mains,
Est granz assez ; Doners est nains.
Songe d’Enfer, v. 118-119 ; 122 ; 129-13430.

22Alors que Doner devrait tendre généreusement ses mains, il n’ose même plus les montrer. Pauvre mendiant, il est méprisé et détesté. Tolir est au contraire bien renommé, grand et fort.

23Dans le Dit de Raoul de Hosdaing ou le Borjois borjon, le poète pousse plus loin, l’image triomphante d’Avarice. Il la dépeint, à deux reprises, bien en selle sur une bête allégorisée :

Avarisse qui dessus monte, […]
Et avarisse fierement
Est armée et cort plus devant
Sor .I. ceval.
Dit de Raoul de Hosdaing, v. 44 ; 53-55

  • 31 Lester K. Little, « Pride Goes before Avarice… », art. cit., p. 31 et 37. Toutefois, nous trouvons (...)

24Selon Lester K. Little, l’Avarice n’est jamais dépeinte bien en selle sur un cheval : c’est plutôt l’Orgueil qui l’est. La représentation d’Avarice par Raoul de Houdenc serait donc exceptionnelle31.

  • 32 Anthime Fourrier, « Raoul de Hodenc… », art. cit., p. 171.
  • 33 Raoul de Houdenc, Li dit…, éd. cit., v. 106-107.

25Raoul de Houdenc critique par la suite, dans son Songe d’Enfer, les mœurs peccables de certains groupes de la société. Religieux, courtisans, marchands et usuriers, entre autres, sont ainsi placés en enfer et le poète décrit les supplices qui leur sont réservés. La figure du bourgeois semble toutefois être une cible de choix du poète satirique. Le tout est particulièrement vrai dans son Dit de Raoul de Hosdaing. Le poète consacre en fait cette œuvre à satiriser ce personnage : le « Dit ne semble avoir été composé que pour faire la satire du bourgeois, qui s’acharne à ruiner le chevalier32 ». Car en effet « en borjois a un borjon / Qui Prendre a non33 ».

  • 34 Ibid., v. 125-126.

26Le bourgeois dépouillerait ainsi le chevalier puisqu’il aurait en lui une sorte de prédisposition qui le pousserait à être avare. Cette prédisposition est, selon le poète, un bourgeon – le poète joue ici sans doute avec la similarité des vocables borjois et borjon –, lequel a pour nom Prendre. Il poursuit même en soulignant que « Ja tant n’ert sages ne cortois. / Un tel borjon ont li borjois34 ». La rime cortois/borjois n’est pas fortuite ; elle constitue un oxymore satirique. La largesse étant une valeur courtoise propre au prud’homme et au chevalier, le bourgeois avare ne saurait être courtois.

  • 35 Raoul de Houdenc, The Songe d’Enfer…, éd. cit., v. 51-2 et Li dit…, éd. cit., v. 72-73.

27Les personnes fortunées, que Raoul de Houdenc réunit sous la dénomination « les riches », sont également visées. Ces derniers auraient abandonné la largesse au profit de l’avarice : « […] ainz est en si mal point : Que chiés les riches n’en [Largesse] a point » et « [Avarice] fait des plus rices ses casteax / Ses banieres et ses amis35 ». La situation était telle que le poète compare satiriquement l’hospitalité des gens de l’Île-de-France à celle du roi d’enfer :

[…] une coustume en Enfer vi
Que je ne ting mie a poverte,
Qu’il menjüent a porte ouverte.
Quiconques veut en Enfer vait ;
Nus en nul tens leenz ne trait
Que ja porte li soit fermee.
Iceste coustume est faussee
En France ; chascuns clot sa porte ;
Nus n’entre leenz s’il n’aporte,
Ce veons nous tout en apert ;
Mes en Enfer a huis ouvert
Menjüent cil qui leenz sont.
Songe d’Enfer, v. 374-385.

  • 36 Selon Mark Burde, « Sweet dreams : parody, satire and alimenteray allegory in Raoul de Houdenc’s Le (...)

28De façon dramatique, la septième plume de Largece est respectée en enfer – dont les portes hospitalières sont grand ouvertes aux visiteur –, alors qu’elle ne l’est plus du tout en Île-de-France36.

La boiteuse largesse des chevaliers

  • 37 Selon, entre autres, Marc-René Jung, Études sur le poème allégorique en France au Moyen Âge, Berne, (...)

29Raoul de Houdenc s’attaque finalement à la chevalerie. Marc-René Jung avait souligné que, dans le Roman des eles, la description de l’univers social du poète, cache une satire derrière son apparente allure encomiastique et didactique37. En effet, très vite le poète dévoile la véritable nature de son propos :

Quar tel por chevalier se tient
Qui ne set qu’au non appartient,
Fors seul que tant : « Chevaliers sui. »
C’est quanqu’il set dire de lui.
Li chevalier, a droit esgart,
Cil qui n’ont de lor non regart,
Ne connoissent, si est granz deus,
Eus ne lor non, ne lor non eus.
Roman des eles, v. 47-54.

  • 38 Voir, entre autres, Francis Gingras, « La triste figure des chevaliers dans un codex du xiiie siècl (...)

30Bien que certains se disent chevaliers, ils ne le sont pas réellement, car ils ne maîtrisent pas le code de la chevalerie. Fort de ce constat, le poète ne se prive pas de vilipender la chevalerie38. Gorvain, dans Meraugis de Portlesguez, en fait les frais. Certes, il se montre libéral lors de son arrivée à Escavalon :

Gorvains qui en fist trere fors
L’or e l’argent, s’en departi.
Onques povres ne s’en parti
Chevaliers qui en vousist prendre.
Par tot lor fist Gorvainz aprendre
Qu’il n’estoit pas vilains ne chiches
Ainz dient : « Toz nos a fet riches
Cil nouveaus sires. »
Meraugis de Portlesguez, v. 3973-80.

  • 39 « La richesse des bourgeois (soit), pour les chevaliers, une source d’envie, car ils ont besoin d’a (...)
  • 40 Raoul de Houdenc, Le Roman des eles…, éd. cit., v. 376-177.

31Gorvain veut montrer qu’il n’est pas « vilains ne chiches », qu’il est large et courtois. Cependant, cette scène pourrait bien être un faux-semblant. En effet alors que par le passé, les valeurs de chevalerie et de bourgeoisie s’opposaient39, la situation a évolué et s’est dégradée. La vertu de largesse semble concurrencée par les attraits de la richesse comme le rappelle le Roman des eles : « Qui en larguece s’abandone / En richece ne montera40 ».

  • 41 Carine Giovénal, « Du bestournement au renouvellement »…, op. cit., p. 346.

32Or, dans l’extrait de Meraugis que nous venons de citer, le poète rapproche subrepticement les deux mondes et leurs valeurs. En effet, comme l’a noté Carine Giovénal : « le pronom personnel lor (au vers 3977) regroupe les deux classes en un groupe désormais indifférencié41 ». En associant le chevalier au bourgeois le poète accentue sa satire : en enrichissant les bourgeois par sa largesse, Gorvain consolide l’avarice et affaiblit la largesse, ce dont il est ironiquement remercié de la bouche même de ceux qu’il enrichit.

  • 42 Selon Erich Köhler cité dans Dominique Boutet, « Sur l’origine et le sens de la largesse… », art. c (...)

33De surcroît, Erich Köhler précise que la « largesse était utile aux grands vassaux et à la royauté pour s’attacher la fidélité des chevaliers42 ». Or Raoul de Houdenc se moque ici de la fidélité des chevaliers. En effet, les chevaliers « nouveaux riches », associés aux bourgeois, disent à Gorvain : « cil nouveaus sires », comme si la fidélité pouvait être acquise au plus offrant.

34La largesse de Gorvain paraît donc suspecte, et l’on est en droit, comme Carine Giovénal, de remettre en question la vertu du chevalier :

  • 43 Carine Giovénal, « Du bestournement au renouvellement »…, op. cit., p. 346-347.

[D]istribue-t-il cet or par véritable largesse, ou est-ce un geste calculé afin de se garantir la loyauté des chevaliers pour la guerre qu’il veut mener ? Gorvain est-il vraiment de tempérament généreux, ou simplement pratique, conscient de la cupidité des hommes43 ?

  • 44 Raoul de Houdenc accentue le tout lorsque Méraugis et Gorvain débattent afin de savoir qui des deux (...)

35Finalement le faux-semblant mis au service de la satire énonce une vérité nouvelle : l’avarice est universelle et frappe aussi bien bourgeois que chevaliers44.

Conclusion

36Bien que Raoul de Houdenc laisse d’abord entendre une volonté de revaloriser les valeurs courtoises, à commencer par la largesse, il ne s’agit que d’un faux-semblant satirique dans une société bouleversée par une monétarisation qui semble avoir été ressentie comme l’une des causes de la propagation de l’avarice et de la montée en force de la bourgeoisie, symbole de ce vice. Les mœurs d’hier s’effritaient et la largesse des prud’hommes et des chevaliers s’essoufflait. Le poète utilisa ainsi la satire afin de décrier le tout. Les grands perdants de ce renversement des valeurs sont ceux qui bénéficiaient auparavant de la largesse courtoise, les poètes au premier chef :

[…] Di ge que contëeur,
Cil qui soloient par honeur
Vivre des avoirs as gentius,
Ont tot perdu. Largece est vius.
Dit de Raoul de Hosdaing, v. 77-80.

  • 45 Voir, en autres, Huon de Méry, Li Tornoiemenz Antecrit, éd. Georg Wimmer, Orléans, Paradigme, 2e éd (...)

37Huon de Méry, qui a été influencé par Raoul de Houdenc45, fait le même constat dans le Tornoiemenz Antecrit (entre 1234-1240) :

Se largesce muert, nos morron
De povreté et de mesèse. […]
Or remeindront nu et despris
Cil, qui largesce seut vestir.
Tornoiemenz Antecrit, v. 2420-2 ; 2426-7.

38Entre l’écriture des deux œuvres, la situation ne s’était guère améliorée.

Notes

1 Anthime Fourrier, « Raoul de Hodenc : est-ce lui ? », in Mélanges de linguistique romane et de philologie médiévale offerts à M. Maurice Delbouille, vol. II, Philologie médiévale, Gembloux, Duculot, 1964, p. 165-193, p. 171 et 192 ici ; Raoul de Houdenc, La Vengeance Raguidel, éd. Gilles Roussineau, Genève, Droz, 2004, p. 36.

2 Lors de la lecture de cette communication, nous n’avions pas encore pris connaissance de la thèse de doctorat de Carine Giovénal : « Du bestournement au renouvellement » : La construction du personnage chez Raoul de Houdenc (xiiie siècle), Université de Provence, 2011, remaniée et publiée : Carine Giovénal, Le Chevalier et le Pèlerin. Idéal, rire et réalité chez Raoul de Houdenc (xiiie siècle), Aix-en-Provence, Presses unversitaires de Provence, 2015. Nous sommes heureux d’arriver aux mêmes conclusions que cette chercheure.

3 Patrick Boucheron, Denis Menjot, Marc Boone, Jean-Luc Pinol, Histoire de l’Europe urbaine, t. II : La ville médiévale, Paris, Seuil, 2011, p. 125.

4 Simone Roux, Les Racines de la bourgeoisie : Europe, Moyen Âge, Cabris, Éditions Sulliver, 2011, p. 35.

5 Selon Richard Newhauser, Early History of Greed : the Sin of Avarice in Early Medieval Thought and Literature, Cambridge (U.K.)/New York, Cambridge University Press, coll. « Cambridge Studies in Medieval Literature » 41, 2000, p. 126-127 ; Lester K. Little, « Pride Goes before Avarice : Social Change and the vices in Latin Christendom », The American Historical Review 76, 1971, p. 16-59, p. 16, 29-30 ici ; Jacques Le Goff, Le Moyen Âge et l’argent : essai d’anthropologie historique, Paris, Perrin, 2010, p. 102.

6 Nous remercions Anne-Françoise Leurquin-Labie de nous avoir offert la transcription du texte du Miroir du Monde faite par Édith Brayer. Ce texte est un traité didactique considéré comme un hypotexte de quelque peu antérieur à la Somme le Roi de frère Laurent (1279), donc postérieur à l’œuvre de Raoul de Houdenc. Édith Brayer s’est basée, pour cette section du traité, sur le manuscrit Modène, Biblioteca Estense Universitaria, etr. 006 (α.P. 9.1). Le passage cité se trouve au fol. 85 et correspond au § 17 du chapitre 36 de l’édition en préparation d’Anne-Françoise Leurquin-Labie. On retrouve ce même extrait au § 17 du chapitre 36 de Frère Laurent (o.p.), La Somme le Roi, éd. Édith Brayer, Anne-Françoise Leurquin-Labie, Paris, Société des anciens textes français, 2008, p. 134. Nous préparons en fait une thèse en cotutelle sous les supervisions de Francis Gingras (Université de Montréal) et Chantal Connochie-Bourgne (Université d’Aix-Marseille) sur le Miroir du Monde, la Somme le Roi et l’Amalgame Somme-Miroir.

7 Le bourgeois, citadin, exerçait un métier de service et tirait ses sources de revenus par le commerce. Puisqu’il cherchait constamment à s’enrichir, sa figure devint le symbole par excellence du péché d’avarice. Selon, entre autres, Jean V. Alter, Les Origines de la satire anti-bourgeoise en France, t. I : Moyen Âge-xviie siècle, Genève, Droz, 1966-1970, p. 116-117.

8 Selon la transcription du Miroir du Monde d’Édith Brayer, manuscrit de Modène fol. 85 ; chapitre 36, § 9, 12-4 de l’édition en préparation. Un passage similaire se trouve au chapitre 36, § 12-13 de Frère Laurent (o. p.), La Somme le Roi…, op. cit., p. 134.

9 Selon Jacques de Vitry, Histoire occidentale, éd. bilingue Gaston Duchet-Suchaux, Paris, Éditions du Cerf, 1997, chapitres II-IV, p. 66-73.

10 Carla Casagrande, Silvana Vecchio, Histoire des péchés capitaux au Moyen Âge, Paris, Aubier, 2003, p. 156. À ce sujet, Lester K. Little soutient que, dans la société commerciale, le vice par excellence est l’avarice, alors que, auparavant, l’orgueil occupait cette place. Selon Lester K. Little, « Pride Goes before Avarice… », art. cit., p. 38. Le tout n’est toutefois pas aussi simple. En effet, selon la Somme le Roi, entre autres, l’orgueil était encore, à la fin du xiiie siècle, le péché par excellence : « Orgueus est li rois des vices ; c’est li lions qui tout deveure. » Chapitre 31, § 40 de Frère Laurent, La Somme le Roi, op. cit., p. 115.

11 Selon Anthime Fourrier, « Raoul de Hodenc… », art. cit., p. 178.

12 Ibid., p. 186.

13 Raoul de Houdenc, Le Roman des eles. The anonymous Ordene de chevalerie, ed. Keith Busby, Amsterdam/Philadelphia, J. Benjamins, 1983.

14 Selon, entre autres, Gianfelice Peron qui souligne que, dans le Roman des eles, le poète semble encore espérer dans la possibilité d’enseigner les valeurs de la civilisation courtoise. Selon Gianfelice Peron, « Raoul de Houdenc e la laicizzazione dell’allegoria », in Daniela Goldin, Gianfranco Folena, Simbolo, metafora, allegoria : atti del IV convegno italo-tedesco (Bressanone, 1976), Padova, Liviana, 1980, p. 109-121, p. 121 ici.

15 Keith Busby, « Le Roman des eles as guide to the sens of Meraugis de Portlesguez », in Glyn S. Burgess, Taylor A. Robert, dir., The Spirit of the Court. Selected Proceedings of the Fourth Congess of the International Courtly Literature Society (Toronto 1983), Woodbridge, D.S. Brewer, 1985, p. 79-89.

16 Raoul de Houdenc, Meraugis de Portlesguez, éd. bilingue Michelle Szkilnik, Paris, Honoré Champion, 2004.

17 La largesse occupait une place supérieure face aux autres qualités morales que le prud’homme et le chevalier devaient respecter. Selon, entre autres, Dominique Boutet, « Sur l’origine et le sens de la largesse arthurienne », Le Moyen Âge 89, 1983, p. 397-411, p. 397-398 ici. Le chevalier avare était ainsi peu courtois et, selon Raoul de Houdenc, ses prouesses ne pouvaient pas croître.

18 Ces sept actions correspondent aux sept plumes de l’aile de la largesse. Selon Keith Busby, « Le Roman des eles as guide… », art. cit., p. 80.

19 Raoul de Houdenc, La Vengeance…, éd. cit. Voir aussi l’édition de Plouzeau, 2002, consultable sur ce site : http://www.uottawa.ca/academic/arts/lfa/activites/textes/Vengeance.

20 Selon, entre autres, Guillaume de Lorris, Jean de Meun, Le Roman de la Rose, éd. Armand Strubel, Paris, Le Livre de Poche, 1992, p. 99, note de bas de page.

21 Ce type de don est un don contraignant puisque l’intimation du solliciteur ne laisse aucun choix au destinataire ; l’acception est donc contrainte. Voir, entre autres, Jean-Jacques Vincensini, Motifs et thèmes du récit médiéval, Paris, Nathan, 2000, p. 65.

22 Raoul de Houdenc, La Vengeance…, éd. cit., v. 4244-5.

23 Ibid., v. 1960-14961.

24 Voir, entre autres, Antime Fourrier, « Raoul de Hodenc… », art. cit., p. 165. La satire étant un genre d’« échappatoire aux frustrations, voire une sorte de mécanisme de défense de l’individu contre le changement (où l’auteur tourne le tout en dérision) ». Sophia Menache, Jeannine Horowitz, « Quand le rire devient grinçant : la satire politique aux xiiie et xive siècles », Le Moyen Âge 102/3-4, 1996, p. 437-463, p. 439 ici.

25 Selon Gianfelice Peron, « Raoul de Houdenc e la laicizzazione… », art. cit., p. 121 ici.

26 Jacques Le Goff, La Civilisation de l’occident médiéval, Paris, Flammarion, 1982, p. 240.

27 Selon, entre autres, Robert E. Scholes, Robert Kellogg, The Nature of Narrative, New York, Oxford University Press, 1996, p. 112, cité dans Sophia Menache, Jeannine Horowitz, « Quand le rire devient grinçant… », art. cit., p. 462 ; Lester K. Little, « Pride Goes before Avarice… », art. cit., p. 31. L’avarice n’est pas apparue au xiiie siècle, de beaucoup s’en faut ! Dominique Boutet note en fait à ce sujet : « E. Köhler rappelle les invectives des troubadours contre les féodaux avares ». Selon Erich Köhler, L’Aventure chevaleresque : idéal et réalité dans le roman courtois. Études sur la forme des plus anciens poèmes d’Arthur et du Graal, Paris, Gallimard, 1974, cité dans Boutet Dominique, op. cit., p. 398.

28 Raoul de Houdenc, Li Dis Raoul Hosdaing, éd. Charles H. Livingston, The Romanic Review XIII- 4, october-december 1922, p. 292-304. On peut aussi noter l’édition de Lewis Thorpe, « Raoul de Houdenc : A Possible New Poem », The Modern Language Review 47-4, oct. 1952, p. 512-515.

29 Cette scène de combat entre vices et vertus ne va pas sans rappeler celle que l’on retrouve, entre autres, dans la Psychomachia du poète Prudence.

30 Raoul de Houdenc, The Songe d’Enfer of Raoul de Houdenc : An Edition Based on All the Extant Manuscripts, ed. Madelyn Timmel Mihm, Tübingen, Niemeyer, 1984.

31 Lester K. Little, « Pride Goes before Avarice… », art. cit., p. 31 et 37. Toutefois, nous trouvons dans le Miroir du monde une autre image d’Avarice chevauchant une bête : « Couvoitise est une bieste miervelleuse […] et sour li seoit une fole feme et desloiaus ki avoit a non Babyloine, la mere des malissces et des maus ki sunt en tierre […]. Ceste feme est dame Avarisse ki enyvre et assote tot le mont et est la mere de tout malisse », (transcription du manuscrit de Modène par Édith Brayer, f. 85v ; chapitre 36, § 222-223 et 225 de son édition en préparation).

32 Anthime Fourrier, « Raoul de Hodenc… », art. cit., p. 171.

33 Raoul de Houdenc, Li dit…, éd. cit., v. 106-107.

34 Ibid., v. 125-126.

35 Raoul de Houdenc, The Songe d’Enfer…, éd. cit., v. 51-2 et Li dit…, éd. cit., v. 72-73.

36 Selon Mark Burde, « Sweet dreams : parody, satire and alimenteray allegory in Raoul de Houdenc’s Le Songe d’Enfer », in Norris J. Lacy, Keith Busby, Catherine M. Jones, dir., « Por le soie amisté » : Essays in honor of Norris J. Lacy, Amsterdam, Rodopi, coll. « Faux titre » 183, 2000, p. 53-74, p. 57 ici.

37 Selon, entre autres, Marc-René Jung, Études sur le poème allégorique en France au Moyen Âge, Berne, Éditions Francke, 1971, p. 249.

38 Voir, entre autres, Francis Gingras, « La triste figure des chevaliers dans un codex du xiiie siècle (Chantilly, Condé 472) », Revue des langues romanes 110-1, 2006, p. 77-97.

39 « La richesse des bourgeois (soit), pour les chevaliers, une source d’envie, car ils ont besoin d’argent pour leurs armes, leurs vêtements de luxe et leurs tournois, […] (l) es chevaliers ont un code d’honneur impérieux qui ne leur permet pas de se soucier de l’argent, seule préoccupation des bourgeois. […] Deux mondes se côtoient qui n’ont pas les mêmes valeurs », in Simone Roux, Les Racines de la bourgeoisie…, op. cit., p. 43.

40 Raoul de Houdenc, Le Roman des eles…, éd. cit., v. 376-177.

41 Carine Giovénal, « Du bestournement au renouvellement »…, op. cit., p. 346.

42 Selon Erich Köhler cité dans Dominique Boutet, « Sur l’origine et le sens de la largesse… », art. cit., p. 398.

43 Carine Giovénal, « Du bestournement au renouvellement »…, op. cit., p. 346-347.

44 Raoul de Houdenc accentue le tout lorsque Méraugis et Gorvain débattent afin de savoir qui des deux méritait l’amour de Lidoine. Méraugis aimait Lidoine pour ses qualités intérieures, alors que Gorvain l’aimait plutôt : « […] Por sa beauté. / […] Voire sans plus ! » (Meraugis…, éd. cit., v. 532-3).

45 Voir, en autres, Huon de Méry, Li Tornoiemenz Antecrit, éd. Georg Wimmer, Orléans, Paradigme, 2e édition 1995, [1994]. Huon de Méry « ne manque pas […] d’égratigner […] bon nombre de ses contemporains à commencer par la société des chevaliers courtois [qui était] entachée de tous les vices de [son] époque », p. 16 et 21.

Auteur

Université de Montréal, Canada
Aix Marseille Université, CIELAM, Aix-en-Provence, France

© Presses universitaires de Provence, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search