Version classiqueVersion mobile

Raoul de Houdenc et les routes noveles de la fiction

 | 
Sébastien Douchet

Faire autorité. Le je, l’auteur et les valeurs du texte

Des contes de courtoisie, et de biax motz et de plaisanz

Statut et légitimité du divertissement littéraire chez Raoul de Houdenc

Hélène Dupraz-Rochas

Texte intégral

  • 1 Comme l’écrit Georges Duby, la largesse est la « vertu majeure du système de valeur aristocratique  (...)
  • 2 Raoul de Houdenc, The Songe d’Enfer of Raoul de Houdenc : An Edition Based on All the Extant Manusc (...)
  • 3 Fabienne Pomel, Les Voies de l’au-delà et l’essor de l’allégorie au Moyen Âge, Paris, Honoré Champi (...)
  • 4 Raoul de Houdenc, The Songe d’Enfer…, éd. cit., v. 613-614.
  • 5 Ibid., v. 628-629.
  • 6 Ibid., respectivement v. 629-630 et 653-654.
  • 7 Ibid., v. 636. Cela est d’autant plus intéressant que l’insistance sur la forme poétique participe, (...)
  • 8 Raoul de Houdenc, The Songe d’Enfer…, éd. cit., v. 657.

1À la fin du Songe d’Enfer de Raoul de Houdenc se trouve un épisode qui peut apparaître comme l’aboutissement du parcours sur la voie d’Enfer et comme une possible clef interprétative du dispositif allégorique de l’œuvre. Parvenu à destination, le narrateur-pèlerin est reçu somptueusement par le Roi d’Enfer, hôte parfait qui exerce à sa cour les vertus courtoises, notamment la première d’entre elles, la largesse1. Au terme du festin, le Roi fait apporter un livre et demande au narrateur de lui en faire lecture ; ce dernier s’exécute et lit à haute voix « les vies des fols menestrels2 ». Cet épisode a fait l’objet de bien des commentaires ; nous nous appuierons pour nos considérations liminaires sur l’analyse de Fabienne Pomel dans son ouvrage sur les Voies de l’au-delà3. De la thématique du plaisir, paradoxalement omniprésente dans le Songe d’Enfer, ce passage nous offre une déclinaison particulière. C’est en effet le plaisir du Roi d’Enfer qui est le but de la performance, comme le narrateur nous le montre lorsqu’il déclare : « Li rois qui por lui deporter / Me fist un sien livre aporter4 ». Ce but est d’ailleurs atteint, ce que soulignent les paroles mêmes du Roi d’Enfer : « “Ici me dites ; / Quar ci me plest molt a oïr”5 ». Le plaisir de la réception ne cesse d’être proclamé et revendiqué dans des vers qui font rimer « oïr » et « joïr », « plot » et « ot6 ». Ce plaisir est un plaisir esthétique, causé notamment par la beauté de la forme poétique, par les rimes « Si bel, si bien, si leonime7 ». Le narrateur est généreusement rétribué pour le divertissement qu’il a procuré au Roi, qui le paye de « quarante sols de deablies8 » ; en outre, il y gagne une source d’inspiration :

  • 9 Ibid., v. 648-651.

Je reting du livre par cuer
Les nons et les fais et les dis,
Dont je cuit encore biaus dis
Dire, sanz espargnier nului9.

  • 10 Voir : Fabienne Pomel, Les Voies de l’au-delà…, op. cit., p. 212.

2Par un subtil jeu de mise en abyme, Raoul de Houdenc semble ainsi suggérer que ce livre n’est qu’une métaphore de son propre texte10. La richesse du passage est remarquable ; il conduit en effet à s’interroger sur le statut de la fiction, celui du ménestrel, sur la valorisation du plaisir littéraire et, plus largement, sur la place que le divertissement – le divertissement littéraire en particulier – occupe dans la société courtoise, pistes que nous allons explorer dans cet article.

  • 11 Gilles Roussineau, dans l’introduction à son édition de La Vengeance Raguidel, cite ainsi ce passag (...)
  • 12 Fabienne Pomel, Les Voies de l’au-delà…, op. cit., respectivement p. 266 et 614.

3L’ironie, les procédés d’inversion systématiques qui caractérisent l’écriture du Songe d’Enfer, rendent problématique l’interprétation de cet épisode, dans lequel on a pu voir une condamnation des ménestrels11 ou, au contraire, une « défense du statut social de l’écrivain » et l’affirmation d’un « droit au plaisir littéraire »12. Nous tenterons pour notre part d’en éclairer le sens en questionnant les autres œuvres de l’auteur. Nous nous demanderons tout d’abord si Raoul de Houdenc revendique explicitement dans ces dernières le plaisir et l’agrément littéraires – qui fondent le divertissement – comme il le fait pour le « livre d’Enfer ». Mais la lecture des « vies des fols menestrels » au sein d’un parcours allégorique qui déploie de manière paradoxale les valeurs courtoises invite également, comme nous le ferons dans un second temps, à réfléchir aux rapports qui se nouent, autour de 1200, entre courtoisie et divertissement.

La revendication du plaisir littéraire : stratégies génériques

  • 13 Voir notamment Jean-Yves Tilliette, Des mots à la parole. Une lecture de la Poetria nova de Geoffro (...)

4La gratuité du divertissement littéraire est une question problématique à une époque où théologiens et moralistes subordonnent explicitement la littérature à l’éthique13. Les textes en vers en langue vernaculaire sont doublement suspects à leurs yeux. Si l’œuvre s’inscrit dans un genre didactique ou si elle comporte une dimension allégorique, le soupçon se trouve en partie levé, mais s’il s’agit d’une œuvre de pure fiction, elle est condamnée.

5Ce contexte influe naturellement sur les stratégies que les auteurs développent notamment dans les prologues de leurs œuvres. Le plaisir littéraire s’y dit sur un mode tantôt majeur, tantôt mineur, selon la légitimité du texte. Le cas de Raoul de Houdenc présente donc un intérêt particulier : à la diversité des formes qu’il utilise – traité didactique, songe allégorique, roman, dit – répond la diversité des postures auctoriales et des réflexions sur la problématique du divertissement.

6Nous commencerons notre parcours par le Roman des eles, situé à une extrémité de l’éventail générique que propose l’œuvre de Raoul. Ce traité de morale – de morale courtoise, nous y reviendrons –, construit autour d’un dispositif allégorique peu développé mais explicite, est placé a priori relativement haut sur l’échelle de valeur des moralistes. L’intention didactique est d’ailleurs clairement posée, dans son prologue comme dans son épilogue. Pourtant, c’est dans ce texte que le vocabulaire du plaisir est le plus présent au sein des interventions de l’auteur.

7L’accent est particulièrement mis sur le plaisir de l’écriture, affirmé avec une récurrence significative, ce dès le prologue :

  • 14 Raoul de Houdenc, Le Roman des eles, éd. Keith Busby, Amsterdam/Philadelphie, J. Benjamins, 1983, v (...)

Por ce me plest en mon romanz
Que des chevaliers vous commanz
Noviaus moz ou l’en porroit prendre
Example, et cortoisie apprendre.
Mes moi poise que je ne puis
Plus biau trover que je n’i truis14.

  • 15 Voir : Ernst Robert Curtius, La Littérature européenne et le Moyen Âge latin, Paris, PUF, 1956, p.  (...)
  • 16 Raoul évoque explicitement son habileté d’écrivain dans Meraugis, lors de la description du tournoi (...)
  • 17 Raoul de Houdenc, Le Roman des eles, éd. cit., v. 607-609. Nous soulignons.

8S’il est souvent difficile de faire le départ, dans le verbe plaisir, entre les sèmes de volonté, de bon plaisir, et celui de plaisir, il ne faudrait pas pour autant négliger la seconde orientation sémantique, d’ailleurs actualisée dans ces vers par l’opposition avec peser, opposition que renforcent le parallélisme de structure et l’allitération. Il n’est pas non plus anodin que le déplaisir dénoté par le verbe peser soit d’ordre esthétique, même s’il s’agit là d’une variation sur le topos de modestie15 : c’est l’engin de l’auteur, son savoir-faire poétique, qui est mis en cause rhétoriquement pour être mieux affirmé16. Le narrateur, qui prend la parole dans un des nombreux dialogues qui rythment le texte, ne dit pas autre chose : « Est amors, qui de riens n’i peche, / De cent la plus cortoise teche. / – Or di por qoi. – Je volentiers17 ». L’adverbe volentiers exprime le plaisir que le narrateur prend dans la conduite de son texte, et particulièrement dans la justification des comparaisons et des métaphores dont il est friand.

  • 18 Ibid., v. 461-463. Nous soulignons.
  • 19 Ibid., manuscrit Paris, Bibliothèque nationale de France, fr. 19152, f. 39r-41r, ajout après le ver (...)
  • 20 Citons ces deux vers tirés de l’épilogue de l’œuvre : « De cest conte conter avant / N’ai talent qu (...)

9À la pesanteur du déplaisir qu’exprime le verbe peser dans le prologue s’oppose la légèreté d’une écriture qui se déploie librement. Raoul formule ouvertement cette idée dans un autre dialogue : « Est a reson a dire voir / Quel escu devroit il avoir. / – Quel escu ? – C’est legier a dire [… ]18 ». La difficulté du labeur d’écrivain peut également être niée explicitement, comme dans cette variante : « Or vos ai dit trestot sanz painne / Des deus eles la deereine [… ]19 ». C’est bien souvent le désir du narrateur, son bon plaisir que Raoul choisit de mettre en avant avec désinvolture, ce qui apparaît du reste comme une constante dans son œuvre. Les termes talent20 ou volonté reviennent fréquemment sous sa plume, comme dans ces vers de transition entre l’évocation de l’aile de Largesse et celle de l’aile de Courtoisie :

  • 21 Ibid., v. 267-268.

Tant ai de larguesce avisees
Les sept panes que devisees
Les ai en l’ele. Or recovient,
Por ce que volentez me vient,
Que de l’ele de cortoisie
Les sept cortoises panes die,
Comment ont non, qu’els doivent estre21.

10Si, avec l’emploi du verbe recovenir, Raoul commence par esquisser l’idée d’une nécessité extérieure qui s’imposerait à lui, c’est pour la contredire immédiatement par l’affirmation de sa volonté, toute puissante dans la conduite de son œuvre.

11Parce qu’il se place dans un cadre générique dont la légitimité est peu problématique, Raoul de Houdenc peut développer dans le Roman des eles un réseau de notations qui font du plaisir, du bon plaisir et du désir les fondements de son acte d’écriture.

  • 22 Jean Renart, Le Roman de la Rose ou de Guillaume de Dole, éd. Félix Lecoy, Paris, Honoré Champion, (...)
  • 23 Nous empruntons cette expression au prologue de la Vie des Pères, in Französische Literarästhetik d (...)

12Il en va tout autrement dans le cas des fictions narratives, qui apparaissent a priori comme des objets de suspicion. Contrairement à d’autres auteurs du temps qui, à l’instar de Jean Renart dans son Roman de la Rose22, revendiquent explicitement la gratuité du divertissement littéraire, Raoul de Houdenc cherche pour sa part à conjurer les critiques adressées aux « romanz de vanité23 ».

  • 24 La Vengeance Raguidel présente en fait un passage métadiscursif proche de la topique des prologues (...)
  • 25 Nous pouvons cependant noter que, comme dans le Roman des eles, Raoul fait souvent de son bon plais (...)

13L’absence de prologue dans la Vengeance Raguidel nous prive d’un moment habituellement clef dans la problématisation des notions de plaisir et de divertissement24, et nous ne nous arrêterons pas sur cette œuvre dont l’épilogue ne mentionne pas la visée divertissante25. Soulignons cependant que cette absence est en elle-même signifiante : elle nous paraît témoigner de l’intériorisation du discrédit moral qui frappe les œuvres de fiction.

  • 26 Comme Isabelle Arseneau le rappelle dans ce volume, ce copiste donne également une forme plus conve (...)
  • 27 Sur le topos ad adversarium – ou dénigrement des rivaux – et son utilisation par ces deux auteurs, (...)
  • 28 « Cil autre qui sont rimeour / De servanteis, sachiez que font : / Noient dient, car noient vont / (...)

14Plus intéressant pour nous est Meraugis de Portlesguez. La tradition manuscrite de ce roman illustre en effet le rapport problématique du roman au plaisir. Seul l’un des manuscrits contenant Meraugis, celui de Vienne, comprend un prologue. Ce dernier est probablement l’œuvre du copiste, manifestement gêné par la tonalité et la forme du roman de Raoul26. Il choisit ainsi d’alléguer d’entrée de jeu la valeur morale de l’œuvre, en martelant l’adjectif bon qui n’apparaît pas moins de quatre fois dans les neuf premiers vers du texte. Il détourne par ailleurs les critiques attendues vers la figure des rimeour de sirventeis dont il se démarque vigoureusement, reprenant en cela le topos ad adversarium27 que Chrétien de Troyes utilisait dans le prologue d’Érec et Énide. En les associant au terme noient28, il repousse l’une des accusations les plus fréquemment adressées aux œuvres de fiction en langue vernaculaire, celle de vanité.

  • 29 Ibid., v. 6-7.
  • 30 Ibid., v. 28-29. Nous soulignons.

15Pourtant, la thématique du plaisir n’est nullement absente de ce prologue. Mais lorsqu’elle apparaît, c’est sous la forme d’un aphorisme qui soumet le plaisir de l’auteur à la valeur morale de l’œuvre : « Car joie est de bon oevre faire / De matire qui touz jours dure29 ». Le choix du terme joie n’est d’ailleurs pas innocent : ses connotations religieuses le rendent moins suspect que delit ou deduit. Passant de la figure de l’auteur à celle du lecteur-auditeur, le copiste place le plaisir au cœur de la poétique de l’œuvre qu’il qualifie de « conte de courtoisie / Et de biax motz et de plaisanz30 ». L’emploi de l’adjectif verbal plaisanz présente le plaisir du public comme acquis : il apparaît comme une caractéristique essentielle de l’œuvre. Quant au rapport – fondamental pour notre propos – du plaisir à la courtoisie, nous l’envisagerons dans la suite de l’article.

16Le copiste du manuscrit de Vienne invoque ainsi une tradition qui présente l’utile et l’agréable comme indissociablement liés, et souligne l’utilité récréative de cette fable. Le plaisir littéraire, en apparence instrumentalisé, devient alors acceptable.

  • 31 « Por ce que cis contes miex plaise / I deüst il autre non metre » (ibid., v. 5899-5900).

17Un autre manuscrit de Meraugis, celui du Vatican, semble lui aussi subordonner le plaisir de la fiction à la valeur morale de l’œuvre. Le copiste – Raoul ? – ajoute à l’épilogue, présent dans les quatre manuscrits qui donnent la fin du roman, une coda moralisante. Ces vers étonnants, qui se closent sur le verbe orer, se caractérisent par une tonalité religieuse fortement marquée, qui entraîne la condamnation de l’auteur et de son nom flétri par une mauvaise réputation31 ; le plaisir est ainsi subordonné à la moralité de l’auteur, selon une quasi-synonymie de l’écrivain et de l’écriture. Le je qui s’exprime ici, distinct du je de l’auteur, incarne au sein même de l’œuvre les détracteurs d’une littérature de pur divertissement. Cependant le dédoublement même des instances énonciatives semble nous inviter à mettre à distance ces réflexions moralisantes, qui contrastent fortement avec le ton général de l’œuvre.

18Ces jeux de masques, ces stratégies d’esquive dessinent donc dans Meraugis une persona auctoriale complexe et composite, reflet du statut problématique de la fiction divertissante au début du xiiie siècle.

  • 32 Raoul de Houdenc, Li Dis Raoul Hosdaing, éd. Charles H. Livingston, The Romanic Review XIII- 4, oct (...)
  • 33 Ibid., v. 20.
  • 34 Ibid., manuscrit de Nottingham, v. 12-16.

19Quant au Dis Raoul de Hosdaing, ce sont moins ses passages métadiscursifs que son évocation des ménestrels, ces amuseurs professionnels, qui apportent des éléments à notre réflexion. Le manuscrit de Berne s’ouvre sur le topos de la laudatio temporis acti et sur la mention des « risés » que les ménestrels avaient l’habitude de raconter : « Por beles risés conter, / Soloient menestrel monter / En grant enor et en grant pris [… ]32 ». Le lien entre la figure du ménestrel et l’isotopie du rire se poursuit lorsque Raoul déclare que la fonction du ménestrel est de dire des choses qui fassent « la gent rire33 ». Dans le manuscrit de Nottingham, l’auteur énumère les activités des ménestrels qui devraient leur assurer une généreuse rétribution : « beax mos », « bel parler », « solas », « viëler » et « deduit34 ». Parmi ces termes, solas comme deduit renvoient au plaisir du divertissement. Raoul ne nous donne-t-il pas ainsi une définition indirecte de la fonction de ses œuvres, lui qui semble s’être peint sous les traits d’un ménestrel dans le Songe d’Enfer ?

  • 35 Edmond Faral, Les Jongleurs en France au Moyen Âge, Paris, Honoré Champion, 1910, p. 2.
  • 36 Seuls trouvaient grâce aux yeux de l’Église les jongleurs qui chantaient les vies de saints et les (...)
  • 37 Nous pensons notamment au personnage de Jouglet dans Le Roman de la Rose de Jean Renart.
  • 38 Georges Duby, « La “Renaissance” du xiie siècle… », in Mâle Moyen Âge…, op. cit., p. 183.
  • 39 Edmond Faral, Les Jongleurs…, op. cit., p. 85.
  • 40 La distinction qu’Edmond Faral établit entre les jongleurs (« nomades qui exploitaient leur œuvre e (...)

20Le Dis, tout comme le Roman des eles et, de façon plus détournée, le Songe d’Enfer, témoignent d’une valorisation certaine de celui qui « fai[t] profession de divertir les hommes35 », valorisation étonnante lorsqu’on connaît les condamnations répétées dont le jongleur fait l’objet de la part de l’Église36. Il ne s’agit pourtant pas de cas uniques parmi les œuvres de l’époque37. Pour comprendre le prix accordé au divertissement et à celui qui en est l’artisan, il nous semble qu’il faut le considérer à l’aune de deux phénomènes : le « développement d’un système idéologique propre à l’aristocratie laïque38 », coïncidant avec l’apparition dans les cours d’un « type de jongleur d’élite39 ». Ce dernier, qui peut prendre le nom de ménestrel40, apparaît comme un intermédiaire entre l’idéologie courtoise et la poétique des œuvres dont il est le vecteur et parfois l’auteur.

Valorisation du divertissement et développement d’un « contre-monde culturel41 »

  • 41 Karl-Ferdinand Werner, Naissance de la noblesse. L’essor des élites politiques en Europe, Paris, Fa (...)

21C’est à la lumière de ces évolutions que nous allons maintenant tenter d’éclairer la réflexion sur le divertissement littéraire qui parcourt l’œuvre de Raoul. Celle-ci n’est-elle pas un reflet, plus ou moins déformé par le prisme de l’invention littéraire, de l’éthique aristocratique du temps ? Raoul de Houdenc lui-même paraît nous inviter à emprunter cette voie, lui qui ne cesse de souligner le lien entre la courtoisie et l’écriture de ses œuvres.

22Nous avons ainsi relevé la moralisation explicite du plaisir littéraire dans Meraugis, et cité ces vers qui ont donné son titre à notre article : « […] conte de courtoisie / Et de biax motz et de plaisanz », dont nous n’avons jusqu’ici commenté que le dernier mot. En fait, le passage d’où ces vers sont extraits est construit autour de l’opposition, récurrente et structurante dans l’œuvre, entre vilainie et courtoisie, opposition aux implications sociales et morales évidentes. Parallélisme de structure et rythme ternaire lient fortement courtoisie, beauté esthétique et plaisir, qui fondent tous trois la valeur de l’œuvre. Une réflexion morale sous-tend bien ce prologue ; mais il s’agit d’une morale courtoise, qui est loin d’être hostile au divertissement.

  • 42 Voir : Raoul de Houdenc, Meraugis…, éd. cit., v. 30-32.

23C’est du reste aux hommes courtois et nobles que l’auteur s’adresse dans ce prologue, comme seuls dignes de son œuvre42 ; c’est encore la cortesie que recherchent les malheureux ménestrels du Dis Raoul de Hosdaing ; c’est la courtoisie que le narrateur-pèlerin rencontre sur la voie d’Enfer et, hyperboliquement, chez le Roi d’Enfer, à défaut de la trouver sur la terre.

  • 43 Voir : Georges Duby, « La “Renaissance” du xiie siècle… », art. cit., en particulier p. 182 sq.
  • 44 Walter Ullmann, The Individual and Society in the Middle Ages, Londres, Methuen, 1967, p. 109.
  • 45 Georges Duby, Art et société au Moyen Âge, Paris, Seuil, 1997, p. 78.

24C’est donc vers les valeurs courtoises qu’il nous semble falloir nous tourner pour comprendre le statut du divertissement chez Raoul et, plus largement, dans la littérature de la fin du xiie et du début du xiiie siècle. Cette période est marquée par une prospérité nouvelle dont l’aristocratie profite largement43, et qui entraîne une évolution des représentations mentales. Au memento mori, peu propice à la frivolité et à la vanité de la littérature profane, succède ce que l’historien Walter Ullmann appelle le memento vivere44. Le plaisir est alors valorisé par une élite aristocratique qui cherche à s’émanciper de la tutelle morale de l’Église ; Georges Duby va jusqu’à parler de l’hédonisme des seigneurs du temps45, qui revendiquent leur droit au divertissement. Mais plus qu’un droit, le divertissement et les états affectifs qui lui sont attachés – plaisir, gaieté, joie, selon l’intensité du sentiment et les circonstances – apparaissent comme une véritable injonction, ce dont se fait l’écho le Roman des eles et plus particulièrement la quatrième plume de l’aile de Courtoisie :

  • 46 Raoul de Houdenc, Le Roman des eles, éd. cit., v. 317-325.

Que nus cortois ne doit blasmer
Joie, mes toz jors joie amer,
Et entre les esjoïssanz
Fere joie, et estre joianz
De lor solaz et de lor vie ;
Quar chevalier est cortoisie
Qu’il oie volentiers chançons,
Notes et viëles et sons
Et deduit de menestreus46.

  • 47 Il convient toutefois de noter que l’écriture satirique de Raoul de Houdenc n’épargne pas ces valeu (...)

25La saturation isotopique de ce passage révèle l’importance de la joie et du plaisir dans l’univers curial. Raoul en fait une prescription, au fondement même de l’idéal aristocratique47. L’auteur passe du paradigme de la joie à celui du plaisir (solaz et volentiers) et du divertissement (deduit) : à l’attitude générale, véritable joie de la cour, répondent les plaisirs particuliers qui la fondent. Et ce sont les menestreus qui en sont les artisans – et le symbole.

  • 48 Voir : Georges Duby, « La Société chevaleresque. Hommes et structures du Moyen Âge I », in Qu’est-c (...)
  • 49 Raoul de Houdenc, Le Roman des eles, éd. cit., v. 274-290.
  • 50 Raoul se plaît même parfois à souligner ce manque, comme dans Meraugis lors de l’épisode de l’Île s (...)
  • 51 Gilles Roussineau, introduction à l’édition de la Vengeance Raguidel, éd. cit., p. 35.
  • 52 Voir l’article de Gianfelice Peron, « Raoul de Houdenc e la laicizzazione dell’allegoria », Quadern (...)
  • 53 Fabienne Pomel, Les Voies de l’au-delà…, op. cit., p. 247.

26Ce prix accordé à la notion éminemment profane de divertissement, théorisé dans le Roman des eles et illustré par les autres œuvres de Raoul, nous paraît témoigner du mouvement de sécularisation de la culture qui se manifeste à la charnière des xiie et xiiie siècles48. Certes, la première plume de l’aile de Courtoisie est le devoir, pour le chevalier, d’honorer l’Église49. Mais les préoccupations religieuses occupent bien peu de place dans l’œuvre de Raoul. En témoigne, tant dans Meraugis que dans la Vengeance Raguidel, l’absence frappante de thématiques et personnages religieux50. Cette laïcisation de l’écriture est soulignée par le choix de Keith Busby qui édite, à la suite du Roman des eles, l’Ordene de chevalerie anonyme qui lui est contemporain. Il offre ainsi un exemple éclairant de la contemporanéité de plusieurs conceptions de la chevalerie : si l’auteur de l’Ordene de chevalerie considère les institutions chevaleresques en termes religieux, Raoul donne à son public des prescriptions de vie en société, et ce alors même que « le schéma allégorique et didactique des ailes et des plumes est emprunté à la littérature latine religieuse, et plus particulièrement au De sex alis cherubim, attribué à Alain de Lille »51. De même, lorsqu’il utilise, dans le Songe d’Enfer, un modèle religieux, Raoul se l’approprie en le laïcisant52, afin notamment de « l[e] mettre au service d’une réflexion sur le statut de la littérature et de l’écrivain53 ».

  • 54 Nous faisons ici référence à l’expression « radicalisée » de cette opposition – qu’on trouve exprim (...)

27La tradition littéraire médiévale propose à Raoul de Houdenc un jeu-parti quelque peu biaisé : face à l’alternative canonique d’Horace, elle lui enjoint de préférer le prodesse au delectare, de subordonner le plaisir du texte à sa valeur morale. Dans Meraugis, Raoul paraît thématiser ce débat dans le conflit amoureux qui oppose le héros éponyme, qui aime Lidoine pour ses qualités morales, à Gorvain, tenant de la seule beauté extérieure54 : à l’issue du jugement des dames semble établie la prééminence de la valeur morale sur la valeur esthétique. La réponse poétique que Raoul développe par ailleurs est pourtant sensiblement différente de cette doxa. Témoignant de l’émergence d’une morale profane, courtoise, qui, sous l’impulsion d’une élite laïque, fait de l’affirmation du divertissement et du plaisir l’un des symboles de son émancipation, l’œuvre de Raoul semble choisir de réconcilier les postures a priori contraires de Méraugis et de Gorvain. Comme le « mestres », auteur du livre des « fols ménestrels », Raoul de Houdenc écrit pour sa propre délectation et pour le divertissement de son public, qu’il affirme comme valeurs courtoises.

Notes

1 Comme l’écrit Georges Duby, la largesse est la « vertu majeure du système de valeur aristocratique » (« La “Renaissance” du xiie siècle. Audience et patronage », in Mâle Moyen Âge. De l’amour et autres essais, Paris, 1988, p. 195).

2 Raoul de Houdenc, The Songe d’Enfer of Raoul de Houdenc : An Edition Based on All the Extant Manuscripts, éd. Madelyn Timmel Mihm, Tübingen, Niemeyer, 1984, v. 626.

3 Fabienne Pomel, Les Voies de l’au-delà et l’essor de l’allégorie au Moyen Âge, Paris, Honoré Champion, 2001, p. 205-221 et 261-268.

4 Raoul de Houdenc, The Songe d’Enfer…, éd. cit., v. 613-614.

5 Ibid., v. 628-629.

6 Ibid., respectivement v. 629-630 et 653-654.

7 Ibid., v. 636. Cela est d’autant plus intéressant que l’insistance sur la forme poétique participe, bien souvent, d’une critique de la dimension profane et mondaine d’une œuvre qui vaut davantage par la forme que par le fond, voire de la dénonciation d’une préciosité liée à l’esprit aristocratique. Ainsi Gautier de Coinci, dans un passage de ses Miracles de la Vierge, oppose terme à terme l’écriture des « grant signeur » et des « damoysel », « qui a compas et a cisel / Tailliez et compassez les rimes / Equivoques et leonimes, / Les biauz ditiez et les biaus contes / Por conter as roys et as contes […] » à son propre style, dépouillé et sobre (Gautier de Coinci, Les Miracles de Nostre Dame, éd. Victor Frédéric Koenig, Genève/Lille, Droz/Librairie Giard, 1955, livre II, II Pr 1 (D. 53), v. 89-93). Il ne s’agit bien entendu que d’une position de principe, Gautier de Coinci recourant par ailleurs abondamment aux procédés qu’il met ici à distance.

8 Raoul de Houdenc, The Songe d’Enfer…, éd. cit., v. 657.

9 Ibid., v. 648-651.

10 Voir : Fabienne Pomel, Les Voies de l’au-delà…, op. cit., p. 212.

11 Gilles Roussineau, dans l’introduction à son édition de La Vengeance Raguidel, cite ainsi ce passage comme un exemple de l’absence de tendresse de Raoul de Houdenc à l’égard des ménestrels (Raoul de Houdenc, La Vengeance Raguidel, éd. Gilles Roussineau, Genève, Droz, 2004, introduction, p. 37, note 124).

12 Fabienne Pomel, Les Voies de l’au-delà…, op. cit., respectivement p. 266 et 614.

13 Voir notamment Jean-Yves Tilliette, Des mots à la parole. Une lecture de la Poetria nova de Geoffroy de Vinsauf, Genève, Droz, 2000, p. 31 : « La critique littéraire du xiie siècle va […] répétant que la poésie relève de l’éthique (ethicae subponitur) ».

14 Raoul de Houdenc, Le Roman des eles, éd. Keith Busby, Amsterdam/Philadelphie, J. Benjamins, 1983, v. 5-10. Nous soulignons.

15 Voir : Ernst Robert Curtius, La Littérature européenne et le Moyen Âge latin, Paris, PUF, 1956, p. 103-106.

16 Raoul évoque explicitement son habileté d’écrivain dans Meraugis, lors de la description du tournoi qui ouvre le roman : « Ne ferai mie lonc sejor / En lor pröeces deviser, / Ainz vos voeil le conte conter / Si come g’en sai la matire, / E mon engin e mon sens tire / A conter en la verité » (Raoul de Houdenc, Meraugis de Portlesguez. Roman arthurien du xiiie siècle, éd. bilingue Michelle Szkilnik, Paris, Honoré Champion, 2004, v. 278-283).

17 Raoul de Houdenc, Le Roman des eles, éd. cit., v. 607-609. Nous soulignons.

18 Ibid., v. 461-463. Nous soulignons.

19 Ibid., manuscrit Paris, Bibliothèque nationale de France, fr. 19152, f. 39r-41r, ajout après le vers 655 du manuscrit A (BnF, fr. 837, f. 54r-57r). Nous soulignons.

20 Citons ces deux vers tirés de l’épilogue de l’œuvre : « De cest conte conter avant / N’ai talent que plus m’entremete » (ibid., v. 656-657).

21 Ibid., v. 267-268.

22 Jean Renart, Le Roman de la Rose ou de Guillaume de Dole, éd. Félix Lecoy, Paris, Honoré Champion, 1969. La delectatio est revendiquée comme but unique de l’écriture dans le prologue de cette œuvre.

23 Nous empruntons cette expression au prologue de la Vie des Pères, in Französische Literarästhetik des 12. und 13. Jahrhunderts, éd. Ulrich Mölk, Tübingen, Max Niemeyer, 1969, p. 95, v. 33-35.

24 La Vengeance Raguidel présente en fait un passage métadiscursif proche de la topique des prologues par les thèmes qu’il aborde (cf. Raoul de Houdenc, La Vengeance Raguidel, éd. cit., v. 3320-3325) ; en jouant sur l’ordre des parties de son discours, le romancier semble illustrer ici l’ordo artificialis valorisé par les artes poeticae de l’époque. On ne relève toutefois aucune mention du plaisir dans ces vers qui insistent au contraire sur la vérité de la matere.

25 Nous pouvons cependant noter que, comme dans le Roman des eles, Raoul fait souvent de son bon plaisir le principe de conduite de la narration dans la Vengeance Raguidel (voir par exemple La Vengeance Raguidel, éd. cit., v. 4089-4091). La Vengeance témoigne également de l’intérêt que Raoul porte au plaisir de son public, qu’il exprime parfois sous la forme de préceptes qui ne dépareraient pas dans un art poétique (« […] mais ja li conte reconté / N’ierent ascolté volentiers », ibid., v. 2768-2769). Enfin, si l’épilogue passe bien sous silence le placere, le manuscrit de Chantilly souligne néanmoins la visée délectable du roman en une mise en abyme malicieuse : l’épilogue est en effet immédiatement précédé par des vers qui mentionnent avec insistance la joie d’Arthur et de sa cour à l’écoute du récit à deux voix qu’Yder et l’amie de Raguidel font des exploits de Gauvain – à l’écoute de la Vengeance donc (ibid., v. 6090-6100).

26 Comme Isabelle Arseneau le rappelle dans ce volume, ce copiste donne également une forme plus convenue et traditionnelle au roman, en gommant les dialogues entre narrateur et narrataire qui émaillent le texte de Raoul.

27 Sur le topos ad adversarium – ou dénigrement des rivaux – et son utilisation par ces deux auteurs, voir Keith Busby, « Chrétien de Troyes et Raoul de Houdenc : Romancing the Conte », French Forum 16, 1991, p. 136.

28 « Cil autre qui sont rimeour / De servanteis, sachiez que font : / Noient dient, car noient vont / Leur estude et leur motz q’il dient. / Contrediseur noient ne dient / Point de leur sens » (Raoul de Houdenc, Meraugis…, éd. cit., prologue du manuscrit de Vienne, v. 10-15).

29 Ibid., v. 6-7.

30 Ibid., v. 28-29. Nous soulignons.

31 « Por ce que cis contes miex plaise / I deüst il autre non metre » (ibid., v. 5899-5900).

32 Raoul de Houdenc, Li Dis Raoul Hosdaing, éd. Charles H. Livingston, The Romanic Review XIII- 4, october-december 1922, p. 292-304, v. 1-3.

33 Ibid., v. 20.

34 Ibid., manuscrit de Nottingham, v. 12-16.

35 Edmond Faral, Les Jongleurs en France au Moyen Âge, Paris, Honoré Champion, 1910, p. 2.

36 Seuls trouvaient grâce aux yeux de l’Église les jongleurs qui chantaient les vies de saints et les chansons de geste, et procuraient ainsi un divertissement profitable à leur public. Sur cette question, voir les études d’Edmond Faral (Les Jongleurs…, op. cit.) et Silvère Menegaldo (Le Jongleur dans la littérature narrative des xiie et xiiie siècles. Du personnage au masque, Paris, Honoré Champion, 2005).

37 Nous pensons notamment au personnage de Jouglet dans Le Roman de la Rose de Jean Renart.

38 Georges Duby, « La “Renaissance” du xiie siècle… », in Mâle Moyen Âge…, op. cit., p. 183.

39 Edmond Faral, Les Jongleurs…, op. cit., p. 85.

40 La distinction qu’Edmond Faral établit entre les jongleurs (« nomades qui exploitaient leur œuvre en la colportant çà et là », op. cit., p. 178) et les ménestrels (« écrivains qui composaient pour le plaisir d’une cour princière », idem) a été notamment remise en cause par Silvère Menegaldo (op. cit., p. 15-16). L’emploi du terme menestrel par Raoul de Houdenc nous paraît cependant participer de sa stratégie de valorisation de l’amuseur professionnel.

41 Karl-Ferdinand Werner, Naissance de la noblesse. L’essor des élites politiques en Europe, Paris, Fayard, 1998, p. 485.

42 Voir : Raoul de Houdenc, Meraugis…, éd. cit., v. 30-32.

43 Voir : Georges Duby, « La “Renaissance” du xiie siècle… », art. cit., en particulier p. 182 sq.

44 Walter Ullmann, The Individual and Society in the Middle Ages, Londres, Methuen, 1967, p. 109.

45 Georges Duby, Art et société au Moyen Âge, Paris, Seuil, 1997, p. 78.

46 Raoul de Houdenc, Le Roman des eles, éd. cit., v. 317-325.

47 Il convient toutefois de noter que l’écriture satirique de Raoul de Houdenc n’épargne pas ces valeurs courtoises qu’il affirme pourtant avec force dans le Roman des eles. Un passage de Meraugis semble ainsi se faire l’écho de la valorisation de la joie du Roman des eles : « “Mes en joie n’a se bien non. / E por itant miex me plest ore / Q’orains. Si fera il encore / Que je n’aim riens tant come joie” » (Raoul de Houdenc, Meraugis…, éd. cit., v. 2864-2868). Mais ces paroles sont placées dans la bouche de Meraugis le « nice » (cf. Michelle Szkilnik, préface à l’édition de Meraugis, ibid., p. 14) et l’on devine le sourire ironique de l’auteur qui sait que les chevaliers, dames et demoiselles qui forment ce cortège joyeux se réjouissent en réalité de la mauvaise coutume de l’Île sans Nom, dont Meraugis fera les frais.

48 Voir : Georges Duby, « La Société chevaleresque. Hommes et structures du Moyen Âge I », in Qu’est-ce que la société féodale ?, Paris, Flammarion, 2002, p. 1183.

49 Raoul de Houdenc, Le Roman des eles, éd. cit., v. 274-290.

50 Raoul se plaît même parfois à souligner ce manque, comme dans Meraugis lors de l’épisode de l’Île sans Nom : « Couchier se vont e l’endemain / Se leverent li chevalier. / Il n’alerent pas au moustier, / Non, q’en l’isle n’en avoit point » (Raoul de Houdenc, Meraugis…, éd. cit., v. 3293-3296).

51 Gilles Roussineau, introduction à l’édition de la Vengeance Raguidel, éd. cit., p. 35.

52 Voir l’article de Gianfelice Peron, « Raoul de Houdenc e la laicizzazione dell’allegoria », Quaderni del Circolo Filologico-Linguistico Padovano 11, 1980, p. 109-121. Comme l’écrit Marc-René Jung, Raoul « est le premier à faire usage de l’allégorie à des fins non religieuses » (Études sur le poème allégorique en France au Moyen Âge, Berne, Francke, 1971, p. 245).

53 Fabienne Pomel, Les Voies de l’au-delà…, op. cit., p. 247.

54 Nous faisons ici référence à l’expression « radicalisée » de cette opposition – qu’on trouve exprimée notamment aux vers 494 à 510 – sans préjuger des nuances qu’il conviendrait de lui apporter pour d’autres passages du roman. Il s’agit là, nous semble-t-il, d’une déclinaison intéressante de la dialectique intus/foris qui occupe une place essentielle dans les écrits médiévaux sur la littérature de fiction.

Auteur

Université Paris-Sorbonne, France

© Presses universitaires de Provence, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search