Version classiqueVersion mobile

Raoul de Houdenc et les routes noveles de la fiction

 | 
Sébastien Douchet

Faire autorité. Le je, l’auteur et les valeurs du texte

Le nom adéquat ou discuter la tradition

Sandrine Hériché Pradeau

Texte intégral

Le nom de Gauvain apparaît […] non seulement comme sa possession personnelle mais aussi comme celle de la chevalerie tout entière ; il est le premier des noms ; il peut donc tenir lieu de nom de la chevalerie arthurienne, qui est chevalerie entre toutes les chevaleries, chevalerie universelle.
Jacques Roubaud, Graal fiction, Paris, Gallimard, 1978, p. 87

  • 1 Beate Schmolke-Hasselmann, The Evolution of Arthurian Romance, the Verse Tradition from Chrétien to (...)
  • 2 Raoul de Houdenc, La Vengeance Raguidel, éd. Gilles Roussineau, Genève, Droz, 2004, p. 44 et p. 47  (...)
  • 3 Raoul de Houdenc, Meraugis de Portlesguez, éd. bilingue Michelle Szkilnik, Paris, Honoré Champion, (...)
  • 4 Voir, entre autres études, Richard Trachsler, Disjointures-Conjointures. Étude sur l’interférence d (...)

1Il a depuis longtemps été souligné que l’œuvre romanesque de Raoul de Houdenc se déploie dans la continuité de celle de Chrétien de Troyes, mais non dans son ombre, car son ironie et sa force inventive fournissent des décrochements par rapport à celle de l’illustre devancier, et la protègent du statut de simple épigone. Les points d’achoppement s’observent, notamment dans le traitement qui est réservé aux protagonistes1, et expliquent des remarques telles que celles formulées par l’un des éditeurs de la Vengeance Raguidel, Gilles Roussineau : « d’un côté, Gauvain est conforme à son image traditionnelle » et « en même temps […] il se plaît à transgresser la convention arthurienne2 », ou encore par Michelle Szkilnik dans la préface de son édition de Meraugis : « Raoul de Houdenc imagine […] des situations classiques dans lesquelles il va faire réagir son personnage de manière inattendue3 ». On sait, par ailleurs, quelle est la richesse du thème du nom dans les romans arthuriens4. Il suffit pour s’en convaincre de consulter les multiples sous-entrées que Marie-Luce Chênerie lui a réservées dans l’index de son ouvrage Le Chevalier errant dans les romans arthuriens en vers des xiie et xiiie siècles, où sont dites toutes sortes de déclinaison possible, depuis la découverte du nom en passant par sa demande, la question de l’incognito, ou encore la prédestination du nom et les valeurs de celui-ci. Or, il apparaît que la thématique du nom, qui a partie liée avec celle plus générale des protagonistes, apparaît dans l’œuvre de Raoul de Houdenc à plusieurs reprises, et qu’elle y donne lieu à des traitements qui prennent appui sur un matériau, nous l’avons dit, bien exploité, tout en le dépassant par rapport aux œuvres de la même époque pour le rendre sans doute plus problématique et significatif. Faire converger et penser ensemble plusieurs passages de l’œuvre, tant romanesque que didactique, permet en effet le surgissement d’un thème récurrent que Raoul de Houdenc veut sans nul doute interroger, celui de l’adéquation du nom : adéquation du nom avec une réputation établie, et donc question du renom, mais aussi adéquation avec ce que l’on attend et qui est prévisible, depuis la tradition littéraire – ou horizon d’attente pour reprendre la notion de Hans Robert Jauss – qui serait celle assimilée par les familiers de Chrétien de Troyes, jusqu’à la prédestination. Nous voudrions ainsi montrer comment et dans quelle mesure le thème de l’adéquation du nom participe peut-être plus largement chez Raoul de Houdenc d’une interrogation sur l’invention créatrice et le statut de l’écrivain.

  • 5 On trouve la scène topique à deux reprises dans la Vengeance : lorsque Maduc le Noir, informé par G (...)
  • 6 « Onques mes nons ne fu celés / En liu o me fust demandés, / Et se gel çoil, c’iert coardise », (v. (...)

2Dans la Vengeance tout d’abord, Raoul de Houdenc interroge de façon originale, par le biais de l’épisode qui se passe chez la dame de Gaudestroit, la question de la connotation du nom et de l’adéquation de ce dernier à une renommée. S’il ne renonce pas pour autant à une scène topique qui active une thématique bien connue – à l’issue d’une bataille, le vaincu interrogeant le vainqueur sur son nom se montre soulagé d’avoir été défait par un plus fort que lui5 –, il la fait précéder d’un épisode qui place en son centre la question du nom en tant que renommée et, au-delà, effet d’attente qu’une tradition littéraire engendre dans son sillage. Rappelons rapidement les faits : Gauvain arrive chez la dame de Gaudestroit qui a juré sa perte parce qu’il a dédaigné son amour. Il est accueilli par la chambrière Mahot, qui le reconnaît aussitôt, car elle a été élevée à Carlion parmi les compagnons du roi Arthur. La jeune femme lui conseille aussitôt de dissimuler son nom, ce que Gauvain refuse bien évidemment de faire puisqu’il est, selon la tradition que Raoul reprend ici, celui qui révèle toujours son identité quand elle lui est demandée6. Mahot détourne alors la difficulté en ayant l’idée de présenter Gauvain d’emblée à sa maîtresse comme le sénéchal Keu :

« Dirai li que vos avés non
Messire Kex li senescaus
Et molt estes preus et vasaus.
Au perron vos venrai veoir
Et je dirai, saciés de voir :
“Dans Kex, bien soiés vos venus !”
Qant cis nons sera entendus,
Que vos serés Kex apelés,
Ja puis ne vos iert demandés,
Mais gardés que me respondés. » (v. 1938-1947)

  • 7 Après une série d’interrogations insistantes adressées à sa chambrière, la dame de Gaudestroit fini (...)
  • 8 Marie-Luce Chênerie, Le Chevalier errant…, op. cit., p. 94.
  • 9 On peut rapprocher le ressort de cet épisode des ressorts de la parodie : comme dans cette dernière (...)

3Il s’ensuit un long passage où la dame de Gaudestroit se montre fort méfiante et refuse de voir dans ce nouvel arrivant, qui vient de sauver ses propres chasseurs de la colère du Noir Chevalier et de s’illustrer par un courage exemplaire, le piètre sénéchal de la cour arthurienne, car cette identité n’est pas conforme à la réputation qui le précède7. Le dialogue que Raoul de Houdenc instaure avec la tradition issue de Chrétien de Troyes s’appuie, on le voit, sur l’interversion provisoire des deux noms les plus anciens et les plus notoires des chevaliers arthuriens8 et, par conséquent, sur l’ébranlement fictif de données acquises – l’aura de Gauvain, la mauvaise réputation de Keu. La mise en scène du trouble de la dame de Gaudestroit devient ainsi un miroir malicieusement tendu aux familiers de la geste arthurienne que ce bouleversement des figures perturberait peut-être tout autant ; mais il est possible que Raoul de Houdenc veuille surtout, dans cet épisode, maintenir la tradition pour mieux la renforcer. La dame de Gaudestroit finit en effet par s’avouer prête à revoir ses préjugés vis-à-vis de Keu et à vouloir considérer objectivement les actions du chevalier qui arrive à sa cour malgré la mauvaise réputation qui le précède. Si le chevalier était réellement Keu, sa déclaration sonnerait comme une remise en question de l’attendu, puisqu’elle mettrait en doute la genèse d’une réputation en la supposant ébranlable. Or, on sait qu’il n’en est rien, que Keu est, dans la Vengeance, le chevalier orgueilleux et inefficace qu’il incarne chez Chrétien de Troyes, et que ce n’est pas lui, mais Gauvain, qui s’est bien comporté à l’égard des chasseurs de la dame. Tout se passe donc comme si le romancier s’amusait à faire mine d’ébranler la tradition, en décrivant longuement la réaction d’un personnage soudain confronté à ce qu’il n’attendait pas, afin de mieux donner à voir l’impossibilité de l’écart9.

  • 10 Le nabot menace d’emblée Arthur que sa cour ne perde son non (sa réputation) s’il ne lui accorde pa (...)

4On rapprochera de l’épisode ci-dessus commenté un autre passage de la Vengeance Raguidel qui remet au premier plan le thème du nom de façon différente : il s’agit du moment où le nain Druÿdain, surgissant à la cour du roi Arthur, réclame la demoiselle Ydain, l’amie de Gauvain, sous prétexte que l’oracle du Lion d’airain la lui a destinée10. Au roi Arthur qui lui demande son nom, le nain répond en effet :

« Druÿdain, li fils Drilïas.
Et por ce ai non Druÿdain
Que je doi estre drus Ydain,
Ele ma drue et je ses drus.[…]
Li lïons d’arain qui ne ment
A dit que je l’avrai », fait cil.
Et il dist voir, que puis l’ot il
Le plus des jors que il vesqui.
Sorti li fu des qu’il nasqui. (v. 4348-4360)

5Tout cet épisode est marqué au coin d’une ironie manifeste, notamment parce qu’au cours de l’errance future de Gauvain et de la jeune Ydain, cette dernière se révèlera tellement infidèle et volage, au point que le neveu d’Arthur préfèrera l’abandonner au nabot qu’il finit par battre à plate couture. Il reste que Raoul de Houdenc y investit de nouveau la thématique du nom par le biais de la prédestination, comme le montre aussi la conclusion :

Or est bien venu a compas
Li sors o Druÿdain creoit
 – De qoi li rois le mescreoit
Le jor qu’il demanda Ydain –
 Ensi com li lïons d’arain
Le faisoit prover par son non. » (v. 4798-4803)

  • 11 Marie-Luce Chênerie, Le Chevalier errant…, op. cit., p. 630, note aussi la part d’ironie de l’auteu (...)
  • 12 Sur le traitement que Chrétien de Troyes réserve à la figure étymologique du nom, conforme à la con (...)
  • 13 Cette distanciation est peut-être à mettre en relation avec la fragilisation que connaît, à partir (...)
  • 14 Danièle James-Raoul, Chrétien de Troyes…, op. cit., p. 614-618. Analysant les trois passages de l’œ (...)
  • 15 Ydain est la première des maîtresses de Gauvain qui l’abandonne et se joue de lui. Voir Beate Schmo (...)

6Le romancier, en déclarant d’emblée que l’oracle dit vrai, prend soin de ne ménager aucun suspens sur l’issue de l’épisode. L’enjeu est donc ailleurs. On peut dès lors se demander dans quelle mesure Raoul souscrit à la prédestination des noms quand il s’amuse ainsi, ironiquement11, à justifier cette croyance. Après avoir mis en scène la force d’attente d’un nom, sa connotation dans l’absolu de la tradition littéraire, qu’elle soit positive ou négative, il évoque donc dans cet épisode, par le biais d’une étymologie teintée de cratylisme qui lui fait décomposer le nom du nain, la question du nom prédestiné. Et tout en s’en moquant, il l’illustre d’une preuve éclatante. Le recours, pour le moins discordant dans le contexte romanesque, à cet oracle du Lion d’airain est peut-être cependant l’indice de la distanciation opérée par Raoul de Houdenc avec les conceptions traditionnelles d’un nom propre envisagé comme un léxème plein révélateur de l’essence de l’être12. À cet égard, en rattachant sans doute aucun les gloses étymologiques du nom à un monde de croyances archaïques13, il s’affranchit pleinement de la part d’ambiguïté que Chrétien de Troyes pouvait encore conserver à leur égard lorsqu’il s’y essayait dans son œuvre14. Que Raoul opère cette distanciation avec le nom prédestiné dans l’épisode d’Ydain et de Gauvain – celui où le neveu du roi Arthur est somme toute le plus écorné dans le roman et où son image traditionnelle de séducteur est la plus mise à mal15 – n’est sans doute pas un hasard, mais l’indice peut-être que, pour notre auteur, Gauvain lui-même n’a pas un nom prédestiné dans la tradition romanesque initiée par Chrétien.

  • 16 Le thème avait été préparé en amont par des vers tels que : « L’Outredouté qui riens ne doute » (v. (...)

7On retrouve dans Meraugis ce même jeu étymologique sur le nom d’un personnage, qui est contigu à une réflexion sur la valeur de vérité portée par le nom. Il survient pendant le combat qui oppose Méraugis, tout juste libéré de la carole magique, au terrible chevalier l’Outredouté. Alors que le protagoniste pense sa dernière heure venue, il prononce à l’intention de son adversaire un discours qui souligne le pouvoir signifiant de son nom16 :

« Plus n’iert il pas de doel de moi
Qu’il ert de toi, se ge muir non,
Que ge ne sui de nul renon,
Que tu ez le plus renomez.
Sol dou non dont tu ez nomez,
Puet l’en mout grant peor avoir.
Par ton non faiz a toz savoir
Que l’en te doit outredouter.
Ce ne fait pas a redouter,
Que maint chevalier ne te dout
E ge meïsmes te redout
Plus c’onques mes ne doutai home.
C’est li nons qui plus droit se nome
Que li toens […] » (v. 4519-4532)

  • 17 Marc-René Jung, Études sur le poème allégorique en France au Moyen Âge, Tübingen, A. Francke Verlag (...)
  • 18 Durmart le Galois, éd. Joseph Gildea, Villanova, The Villanova Press, 1965-1966, vol. 2, p. 48 ; Re (...)

8Ainsi que l’a remarqué Marc-René Jung, l’Outredouté confine dans le roman à une allégorie : en tant que personnification de la démesure, le terrible chevalier est ce que dit son nom17. Ce dernier fonctionne comme un révélateur immédiatement transparent, le signifiant exhibant sans aucun détour le signifié. Or l’on cherchera en vain ce type de digression étymologique dans Durmart le Galois à propos du personnage de Creoreas, qui a pourtant été rapproché de l’Outredouté lors des différents parallèles que l’on a observés entre les deux romans18. On notera cependant que le raisonnement procède à l’inverse de celui qui s’attache au nom Druÿdain : la prédestination liée au signifiant cède la place à l’éloge d’un nom dont l’auteur suggère qu’il est la conséquence, et non la cause, des prouesses guerrières de l’Outredouté. Méraugis invoque en effet en premier lieu la réputation insigne de l’Outredouté, avant de saluer la parfaite adéquation de son nom avec celle-ci. Il y aurait donc ici plutôt que l’explication ou justification d’une situation en vertu d’un nom, à l’instar de ce que l’on trouve dans les romans de Chrétien de Troyes, l’imposition d’un nom en fonction d’une situation. Le raisonnement de Méraugis s’opère, en effet, en trois temps : l’invincibilité est accompagnée du port d’un nom qui inspire en lui-même la peur, elle-même engendrée par la force hors du commun. La boucle est bouclée sans que l’on puisse véritablement placer à l’origine le nom porté par le personnage. Outredouté apparaît comme un nom acquis dans la plus pure tradition romanesque, tandis que Druÿdain est présenté, non sans ironie, comme un nom providentiellement donné.

  • 19 L’épisode des lieux sans nom occupe un ensemble de 5904 vers (v. 2778-3507) au milieu du roman.
  • 20 Meraugis, éd. cit., v. 1296-1305.
  • 21 Sur la question de l’antériorité ou non du Didot-Perceval par rapport au texte de Raoul de Houdenc, (...)
  • 22 The Didot Perceval, éd. William Roach, Philadelphie, 1941, p. 278-279 : « Et lors vient Merlins a P (...)
  • 23 Sur l’Esplumoir Merlin, voir aussi Helen Adolf, « The Esplumoir Merlin : a study in its cabalistic (...)
  • 24 « En toz enz servent de pledier. / – De qoi ? De ce qui a esté ? / – Nenil, ja n’en sera parlé / Pa (...)

9Force est de constater que cette réflexion sur l’acquisition et le rayonnement d’un nom figure, au cœur de Meraugis, par le biais de l’épisode des lieux sans nom également : la Voie, la Cité et l’Île19, ces trois endroits paradigmatiques du roman arthurien, où Méraugis parvient après qu’il est passé par l’Esplumoir Merlin. Or, bien qu’il n’ait jamais été commenté à notre connaissance, le rapprochement entre ce haut lieu de la tradition arthurienne et les sites anonymes ne semble pas être fortuit ; l’Esplumoir fonctionne en effet comme la porte d’entrée à l’épisode des lieux anonymes. Rappelons qu’à ce moment du récit, Méraugis, accompagné de Lidoine, est parti en quête de Gauvain, disparu de la cour d’Arthur depuis longtemps. À son départ, un nain l’informe que le seul endroit où il pourra obtenir des renseignements sur le neveu du roi est précisément l’Esplumoir de Merlin20. Ce lieu, attesté aussi à la fin du Didot-Perceval21, est la dernière demeure de Merlin22, celle où il choisit de se retirer à l’écart du monde pour prophétiser une fois que les aventures du Graal ont été accomplies et que le royaume arthurien a disparu23. On mesure tout ce que sa mention a de problématique dans Meraugis. Signe fort de la clôture d’un récit, il est aussi un lieu qui marque une ouverture vers l’avenir. Les douze demoiselles que Méraugis aperçoit, en haut de la roche inaccessible qu’est l’Esplumeoir, ne parlent d’ailleurs jamais du passé et toujours de ce qui va advenir24. Elles refusent de répondre directement à la question de Méraugis les interrogeant sur Gauvain, mais l’engagent à emprunter le chemin qui grimpe à droite, en direction d’une chapelle et d’une croix auprès de laquelle il devra trouver conseil. Le chevalier, bouillant de colère, s’exécute. Arrivé à la croix, Lidoine qui l’accompagne toujours lui fait remarquer qu’elle porte une longue inscription donnant à choisir entre la voie sans merci, la voie contre reson et la voie sans nom :

« E l’autre qui tornë a destre
Est sanz non e bien le doit estre.
Comment sans non ? Je n’en sai plus,
Fors tant c’onqes n’en revint nuls
Par ci qui la se vousist trere.
Et por ce que nus n’en repere,
Ne puis ge savoir ou il sont,
Ne qu’il devienent, ne s’il sont
Repairié par aillors ou non.
Por ce est la voie sanz non. » (v. 2738-2747)

  • 25 Michelle Szkilnik, « Méraugis et la Joie de la Cité », Cahiers de recherches médiévales et humanist (...)
  • 26 Roberta L. Krueger, « The Author’s Voice : Narrators, Audiences and the Problem of Interpretation » (...)
  • 27 Sur le travestissement de Meraugis, voir en particulier Keith Busby, « Plus acesmez qu’une popine : (...)

10L’anonymat de la voie fait l’objet d’une sorte d’argumentation : le fait que personne n’en est jamais revenu explique que la voie soit dépourvue d’appellation. Elle est donc présentée comme extérieure à tout récit antérieur, autrement dit vierge de toute tradition littéraire. Les possibles auxquels elle ouvre sont ainsi à la fois inconnus et illimités, comme le comprend aussitôt Méraugis qui décide de s’y engager. Penser cette voie, puis la Cité et l’Île tout aussi dépourvues de noms, en relation avec l’Esplumoir Merlin, comme Raoul de Houdenc l’a fait, autorise à voir en elles la promesse de l’ouverture d’un après-narratif, la garantie de la nouveauté par rapport aux récits de l’illustre prédécesseur qu’est Chrétien. Et cette nouveauté passerait, encore une fois paradoxalement, par la reprise et la réécriture d’un des passages les plus célèbres de l’œuvre antérieure, la Joie de la Cour d’Erec et Enide, comme si Raoul choisissait d’affronter directement la tradition pour mieux s’en affranchir et imposer sa propre voix. Il est inutile de revenir ici sur l’originalité et l’invention de cette réécriture, que Michelle Szkilnik entre autres critiques a déjà analysée25 ; mais qu’au bout de la Voie sans nom Méraugis trouve, sur l’Île sans nom, le chevalier au nom le plus emblématique de la cour arthurienne, Gauvain, laisse encore à penser que Raoul prend ses distances, à travers la thématique du nom, avec la coutume chevaleresque et la tradition littéraire. La Voie sans Nom n’est-elle pas celle qu’il emprunte, à la suite de son protagoniste, pour se livrer à la plus totale liberté de création26 ? Celle à l’issue de laquelle il revendique le plus l’effet de surprise et procède, somme toute, à un travestissement des textes antérieurs, mimétique de cet épisode de l’Île sans Nom où Méraugis endosse un déguisement féminin pour tromper les gardiens de Gauvain27 ? Les reproches qui sont ensuite faits à Gauvain par la jeune Amice à cause de son attitude anti-courtoise sur l’Île ne peuvent que conforter l’idée que Raoul s’amuse à ébranler les valeurs. D’ailleurs, un peu plus tard dans le roman, les chevaliers de la cour blâmeront fort le neveu du roi Arthur d’accepter de devenir le vassal de Méraugis en échange de la délivrance qu’il lui a procurée sur la même Île :

E dient : « Gauvains a perdu
Son non. Onques mes jor dou monde
Ne fu mes la Table Reonde
Deshonoree fors par lui.
La hontouse jornee d’ui
A tot honi quanqu’il fist onqes. » (v. 5451-5456)

  • 28 « De la grant joie quë il orent / Ont lor doel a baudor torné. / Le blasme qu’il orent torné / Sor (...)
  • 29 Voir par exemple Renate Blumenfeld-Kosinski, « Arthurian Heroes… », art. cit., p. 79-92.

11 Comme s’il était fait table rase du passé, Gauvain a perdu son nom, c’est-à-dire la réputation que la tradition antérieure avait établie, et cette perte est le résultat de la liberté qu’il doit à Méraugis sur l’Île sans Nom. La coïncidence, même si elle est fortuite, mérite d’être soulignée. Cependant, à l’issue du combat qui oppose les chevaliers de la Table Ronde, ralliés à Gorvain pour l’aider à récupérer Lidoine, aux hommes de Bergis, aidés par Méraugis et Gauvain, le neveu du roi Arthur est pardonné par ses compagnons et retrouve son nom28. Là encore, Raoul de Houdenc fait mine un instant de décevoir la tradition en prenant appui sur le personnage de Gauvain, pour mieux la réhabiliter peut-être, en une démarche conforme à celle qui a été analysée dans plusieurs études soulignant le curieux assemblage chez cet auteur de l’inventivité narrative et du conservatisme idéologique29.

  • 30 Guillaume de Lorris, Jean de Meung, Le Roman de la Rose, éd. Armand Strubel, Paris, Le Livre de Poc (...)

12Il est temps de nous intéresser à présent au versant allégorique de son œuvre, à un genre donc, qui présente a priori une norme morale immuable reposant sur les exigences de noms mis au service du système des personnifications. Il n’y a qu’à rappeler, dans le Roman de la Rose de Jean de Meun, la réprobation de Honte à l’égard de Danger qui, amadoué par Ami, accorde une entrevue à l’amant. Honte, indigné par la faiblesse de Danger, relève la contradiction qui existe entre son nom et sa fonction essentielle d’obstacle : « Il n’afiert pas a vostre non / Que vous faciez se anui non30 » (v. 3693-3694), ce qui provoque aussitôt le retour de l’hostilité attendue de la part de Danger. Or, au cours du prologue de cette allégorie courtoise qu’est le Roman des eles, l’insistance avec laquelle Raoul insiste sur le rapport qu’il veut voir exister entre le nom et l’essence de chevalerie est frappante :

  • 31 Raoul de Houdenc, Il roman des eles, éd. Matteo Majorano, Adriatica editrice, 1983. Voir aussi le d (...)

Tel hautece et tel dignité
A en lor Non, par verité,
Por ce fust droiz, sans contredit,
Qu’il fussent tel com lor Nons dit (v. 25-2831).

  • 32 Marc-René Jung, Études sur le poème…, op. cit., p. 248.
  • 33 Sur le lien entre nom et essence dans le métadiscours littéraire, voir Dominique Lagorgette, « La v (...)

13Si le retour du substantif « non » dans les vers 31 à 54 peut y être interprété, ainsi que l’a fait Marc-René Jung, comme un exemple du penchant de l’auteur pour le jeu de mots assimilé à une technique littéraire32, il le dépasse selon nous pour devenir l’affirmation militante, presque obsessionnelle, et peut-être trop appuyée pour être honnête, de l’exigence d’une adéquation entre le nom – ici le titre chevaleresque – et la réalité qu’il recouvre et doit assumer. On retrouvera, exprimé à plusieurs reprises dans la suite du texte, ce lien entre nom et être33, avec notamment le parallèle, souligné par la coupe à l’hémistiche, que Raoul établit entre le nom porté par les sept ailes de Courtoisie et leur nature profonde :

[…] Or recovient,
Por ce que volentez me vient,
Que de l’ele de Cortoisie
Les . VII. cortoises panes die,
Comment ont non, quels doivent estre. (v. 269-273)

14Un peu plus loin l’auteur, faisant de nouveau appel à la question du nom, recourt à deux figures opposées, la chevalerie et la lecherie, selon la dynamique, fondée sur l’antithèse, de la littérature allégorique :

Ainz covient qu’il soit toz entiers
Ou lechierres ou chevaliers,
Quar li Nons de Chevalerie
Est contrepois de lecherie,
Ne ja n’avendra par reson
Que l’uns toille a l’autre son non. (v. 451-456)

  • 34 Voir par exemple la traduction qu’en donne Matteo Majorano : « quello che al torneo porta lo scudo (...)
  • 35 Frédéric Godefroy, Dictionnaire de l’ancienne langue française et de tous les dialectes du ixe au x(...)

15Or, le chevalier dont la conduite est repréhensible par trop grande lecherie est doté d’un bouclier qui est à double face, « l’escu a Non divers : / c’est li escus à deus envers » (v. 469-470). Le groupe « a Non » a été interprété comme le complément prépositionnel de l’adjectif « divers » : « contraire à, opposé à, hostile à », soit le « bouclier contraire à l’Ordre34 ». Pourtant, le sens de « différent » est attesté en ancien français35, de sorte qu’il est aussi possible de lire ce vers comme un syntagme plein, soit le « bouclier au nom changeant », où le substantif indéterminé « non » serait le complément du nom « escu ». Le nom du bouclier serait instable parce que l’objet, comme le chevalier qui le porte, possède deux faces antagonistes et contradictoires.

  • 36 Nombre d’œuvres romanesques recourent au motif du nom qui reste caché : Marie-Luce Chênerie, Le Che (...)
  • 37 Chrétien de Troyes, Le Conte du Graal, éd. bilingue Charles Méla, Paris, Le Livre de Poche, 1990, v (...)

16 A priori, dans le système allégorique, le nom et l’identité se confondent inéluctablement : le nom est essence, tandis que, dans la tradition romanesque courtoise, le nom, bien qu’il fonde tout autant au final l’identité, peut par intermittences s’en rendre indépendant, être dissimulé36 ou encore évoluer37, jusqu’à devenir l’enjeu même de la narration. Or n’est-il pas possible d’établir un rapport homologique entre le fait que la conduite du personnage dans le genre allégorique soit apparemment toute tracée en vertu du nom qu’il porte et le fait que Raoul de Houdenc revienne à plusieurs reprises dans ses romans, comme nous l’avons montré, à la question du nom ? On osera à ce sujet une modeste mise en parallèle entre les deux systèmes dans lesquels notre auteur s’est illustré :

Allégorie courtoise Roman courtois
Norme morale Tradition littéraire (« fondée » par
Chrétien de Troyes)
Abstractum agens soumis à des actions déterminées en vertu du nom qu’il porte Protagoniste (Keu, Gauvain) dont la conduite fait l’objet d’une attente d’autant plus grande que son nom est célèbre
  • 38 On pourra consulter, dans le présent volume, l’article de Marylène Possamaï qui observe que le Song (...)

17Or, en jouant dans plusieurs épisodes avec les noms dans ses romans, Raoul ose l’écart, le pas de côté, l’irrespect au moins de façon fantasmagorique. Qu’en est-il dans ses textes allégoriques ? Le prologue du Roman des eles pourrait laisser supposer qu’ils se déroulent de leur côté en pleine conformité avec la tradition, au sens où les abstractions qu’ils mettent en scène se comportent ainsi que leur nom le laisse attendre. Juger de cela en détail mériterait une deuxième étude38. Notons cependant que ce texte s’achève par des vers qui lui attribuent par deux fois le nom de « romanz » :

De cest conte conter avant
N’ai talent que plus m’entremete.
Si est droiz que je non [n’]i mete
A cest romanz ? Par foi, je non !
Li Romanz des eles a non. (v. 656-660)

  • 39 Voir à ce propos l’article d’Isabelle Arseneau dans le présent volume.

18Ce classement générique somme toute surprenant39 pourrait fonctionner comme l’indice du refus de l’auteur de voir ranger son œuvre là où on l’attendrait trop, parmi les textes didactico-allégoriques dont la clef de voûte est l’adéquation du nom et de l’être. On ne peut qu’être frappé par ce pas de côté final, fondé encore sur l’onomastique, tel un ultime coup de rein donné pour désolidariser le texte de l’attendu du genre.

  • 40 Voir notamment Guillaume de Dole, éd. G. Servois, Paris, Firmin Didot, 1893, p. 30-36 ; Meraugis, é (...)

19Peut-être est-ce précisément ce type d’écart, dont Raoul est coutumier, qui explique les derniers vers énigmatiques que seul le manuscrit du Vatican comporte et qui ont déjà fait l’objet d’abondants commentaires40 :

E ge lo bien quë il s’en taise.
Por ce que cis contes miex plaise
I deüst il autre non metre,
Car li sornons, ce dist la letre,
Est si vers le mont entechiez,
Se ce ne fust vilains pechiez
Je blasmasse lui e son livre.
Que hom qui d’aumosnes doit vivre
Doit toz jors ses pechiez plorer
E por ses bienfetors orer. (v. 5898-5907)

  • 41 Sur le manuscrit du Vatican, Bibliothèque Apostolique, Reg. lat. 1725, qui conserve le texte de Mer (...)
  • 42 Cette coda semble pouvoir être rapprochée des derniers vers de l’Escoufle de Jean Renart (début xii (...)

20Dans cette coda moralisatrice ajoutée à l’épilogue où Raoul prend le parti de se nommer, il est donc question, encore, de nom et de sornom, en un jeu qui ne peut guère manquer de faire penser au Conte du Graal. Et précisément, le manuscrit du Vatican, daté de la fin du xiiie ou du début du xive siècle41, conserve le Meraugis à la suite du Chevalier de la Charrette et du Chevalier au Lion. Il est donc tentant, à mon sens, de voir dans le syntagme « autre non » de la coda une allusion à peine voilée à l’illustre prédécesseur champenois, et cela qu’il s’agisse du regret d’un copiste ou qu’il s’agisse d’une facétie de Raoul, car après tout la preuve n’est pas entièrement faite que cette coda est apocryphe. Elle serait même bien dans l’esprit de l’auteur, un ultime dédoublement pour rendre hommage au « père » tout en s’en démarquant par une pirouette de fausse modestie42.

  • 43 Huon de Méry, Le Tournoi de l’Antéchrist (Li Tournoiemenz Antecrit), éd. Georg Wimmer, prés., trad. (...)

21En imaginant des épisodes qui convoquent la thématique du nom et en font la cible récurrente de stratégies narratives, Raoul de Houdenc joue donc sur l’attente lettrée, en faisant mine de l’ignorer, de la décevoir, voire de la tromper. Il expérimente ainsi des écarts possibles par rapport à la tradition littéraire incarnée par Chrétien de Troyes, s’octroie des bulles de liberté en retravaillant une matière connue, respectée et finalement attendue. Mais s’il fait mine de s’en écarter et de prendre des chemins de traverse, ces derniers le ramènent en fait toujours à cette tradition au point qu’il finit par en devenir l’un des auteurs paradigmatiques au côté de Chrétien, comme le montre l’association de leurs deux noms, quelques décennies plus tard, dans le Tournoiemenz Antecrit de Huon de Méry qui leur rend un égal hommage : « Molt mis grant peine a eschiver / Les diz Raol et Crestïen, / C’onques bouche de crestïen / Ne dist si bien com il disoient43 ».

Notes

1 Beate Schmolke-Hasselmann, The Evolution of Arthurian Romance, the Verse Tradition from Chrétien to Froissart, Cambridge, Cambridge University Press, 1998, chap. 1. Voir aussi Renate Blumenfeld-Kosinski, « Arthurian Heroes and Convention : Meraugis de Portlesguez and Durmart le Galois », in Norris J. Lacy, Douglas Kelly, Keith Busby, dir., The Legacy of Chretien de Troyes, vol. II, p. 79-109.

2 Raoul de Houdenc, La Vengeance Raguidel, éd. Gilles Roussineau, Genève, Droz, 2004, p. 44 et p. 47 (désormais VR).

3 Raoul de Houdenc, Meraugis de Portlesguez, éd. bilingue Michelle Szkilnik, Paris, Honoré Champion, 2004, p. 15 (désormais MP).

4 Voir, entre autres études, Richard Trachsler, Disjointures-Conjointures. Étude sur l’interférence des matières narratives dans la littérature française du Moyen Âge, Tübingen / Basel, A. Francke Verlag, 2000, en part. p. 20-25 : « Le Nom propre comme marqueur d’une matière » où le critique réfléchit au fonctionnement du nom propre et à la façon dont « les notions de nom propre et d’intertextualité s’emboîtent » ; Dominique Lagorgette, « La vérité du nom : métadiscours sur le droit nom, métadiscours sur l’origine ? », Bien dire et Bien aprandre 23, 2005, p. 277-293.

5 On trouve la scène topique à deux reprises dans la Vengeance : lorsque Maduc le Noir, informé par Gauvain lui-même du nom de son vainqueur, se montre soulagé d’apprendre que c’est par le meilleur chevalier du monde qu’il a été vaincu (« Je cuidai que par chevalier / pïor de vos fusce conquis. / Por vos ne perge pas mon pris : / vos estes li meldres del monde », v. 2738- 2741). Après qu’il a demandé à Gauvain de décliner son identité, Licoridon qui vient d’être défait par le neveu du roi Arthur affirme de même : « Par foi, c’est mon ! / Li cols garantist bien le non, / qui si grans m’a esté donés », v. 3507-3509.

6 « Onques mes nons ne fu celés / En liu o me fust demandés, / Et se gel çoil, c’iert coardise », (v. 1931-1933). Sur l’origine de cette tradition, voir Marie-Luce Chênerie, Le Chevalier errant dans les romans arthuriens en vers des xiie et xiiie siècles, Genève, Droz, 1986, p. 97-98.

7 Après une série d’interrogations insistantes adressées à sa chambrière, la dame de Gaudestroit finit par conclure qu’elle ne doit pas se laisser gouverner par ses préjugés mais se faire sa propre opinion sur le nouvel arrivant, VR, v. 1962-2017.

8 Marie-Luce Chênerie, Le Chevalier errant…, op. cit., p. 94.

9 On peut rapprocher le ressort de cet épisode des ressorts de la parodie : comme dans cette dernière, il s’agirait de renforcer la tradition en faisant mine de l’ébranler. Voir Linda Hutcheon, « Ironie, satire, parodie », Poétique 46, avril 1981, p. 140-155, en part. p. 152 : la parodie « peut être destinée […] à deux fonctions littéraires tout à fait opposées : à maintenir ou à subvertir une tradition ».

10 Le nabot menace d’emblée Arthur que sa cour ne perde son non (sa réputation) s’il ne lui accorde pas le don contraignant qu’il lui réclame : « Sans nomer vos le don avant / vos requier c’un don me dogniés. / Cis dons ne puet estre eslongiés / que je ne l’aie, o se ce non / hui perdra vostre cors son non », (v. 4226-4230).

11 Marie-Luce Chênerie, Le Chevalier errant…, op. cit., p. 630, note aussi la part d’ironie de l’auteur dans cet épisode idyllique entre Gauvain et Ydain et y voit une attaque contre la « crédulité apportée aux oracles ».

12 Sur le traitement que Chrétien de Troyes réserve à la figure étymologique du nom, conforme à la conception développée par Isidore de Séville dans ses Etymologiarum libri, voir Danièle James-Raoul, Chrétien de Troyes, la griffe d’un style, Paris, Honoré Champion, 2007, p. 611-618.

13 Cette distanciation est peut-être à mettre en relation avec la fragilisation que connaît, à partir du xiiie siècle, la conception du nom propre envisagé comme quintessence de l’être.

14 Danièle James-Raoul, Chrétien de Troyes…, op. cit., p. 614-618. Analysant les trois passages de l’œuvre de Chrétien où l’auteur champenois procède à une glose étymologique (Cligès, sur le nom de Soredamor, v. 954-976 ; sur le nom de Fenice, v. 2681-2691 ; Yvain, sur les noms de Gauvain et de Lunete, v. 2397-2416), Danièle James-Raoul croit néanmoins déceler aussi des effets de distanciation, qui naissent d’un déploiement hyperbolique et d’une « lourdeur marquée » dans le raisonnement.

15 Ydain est la première des maîtresses de Gauvain qui l’abandonne et se joue de lui. Voir Beate Schmolke-Hasselmann, The Evolution…, op. cit., p. 133-141.

16 Le thème avait été préparé en amont par des vers tels que : « L’Outredouté qui riens ne doute » (v. 1829) ; « Encor n’estoit pas / L’Outredouté qui riens ne doute / Venuz […] » (v. 2023-2025) ; « Tant chante avant e tant carole / Que l’Outredouté, qui ne doute / Chevalier n’i entent mes goute » (v. 3687-3689).

17 Marc-René Jung, Études sur le poème allégorique en France au Moyen Âge, Tübingen, A. Francke Verlag, 1971, p. 246. Sur la technique très répandue de l’étymologie dans la littérature allégorique religieuse et profane, voir notamment Ernst Robert Curtius, L’étymologie considérée comme forme de pensée, in La littérature européenne et le Moyen Âge latin, Paris, PUF, 1991, p. 783-792 et Armand Strubel, « Grant senefiance a » : Allégorie et littérature au Moyen Âge, Paris, Honoré Champion, 2002, p. 80-81.

18 Durmart le Galois, éd. Joseph Gildea, Villanova, The Villanova Press, 1965-1966, vol. 2, p. 48 ; Renate Blumenfeld-Kosinski, « Arthurian Heroes… », art . cit.

19 L’épisode des lieux sans nom occupe un ensemble de 5904 vers (v. 2778-3507) au milieu du roman.

20 Meraugis, éd. cit., v. 1296-1305.

21 Sur la question de l’antériorité ou non du Didot-Perceval par rapport au texte de Raoul de Houdenc, voir William A. Nitze, « The Esplumoir Merlin », Speculum 18, 1943, p. 69-79, qui juge le Didot-Perceval, dans la version de Robert de Boron, antérieur au roman de Raoul. Cependant l’hypothèse contraire est émise par Paul Zumthor, Merlin le prophète : un thème de la littérature polémique de l’historiographie et des romans, Genève, Slatkine-Reprints, 1973. Le critique estime que Meraugis « a très probablement été composé avant le Didot-Perceval » (p. 165).

22 The Didot Perceval, éd. William Roach, Philadelphie, 1941, p. 278-279 : « Et lors vient Merlins a Perceval et a Blayse son maistre, et prist congié a els et lor dist que nostre Sire ne voloit que il se demostrast au peule ; ne il ne poroit morir devant le finement del siecle ; “mais adont arai jou la joie parmenable, et je volrai faire defors te maison un abitacle, et la volrai converser, et si profetiserai çou que nostre Sire me commandera. Et tot cil qui men abitacle verront, si le clameront l’esplumoir Merlin”. Atant s’en torna Merlins et fist son esplumoir, et entra dedens, ne onques puis au siecle ne fu veüs ».

23 Sur l’Esplumoir Merlin, voir aussi Helen Adolf, « The Esplumoir Merlin : a study in its cabalistic sources », Speculum 21, 1946, p. 173-193 ; Paul Zumthor, « La délivrance de Merlin », Zeitschrift für romanische Philologie 62, 1942, p. 370-386 ; Roger Sherman Loomis, « The esplumeor Merlin again », Bulletin bibliographique de la Société internationale arthurienne 9, 1957, p. 79-83.

24 « En toz enz servent de pledier. / – De qoi ? De ce qui a esté ? / – Nenil, ja n’en sera parlé / Par eles, ne ja n’avront pes, / Ainz maintienent toz tens lor ples / De ce qui est a avenir », (v. 2613- 2618).

25 Michelle Szkilnik, « Méraugis et la Joie de la Cité », Cahiers de recherches médiévales et humanistes 15, 2008, p. 113-127.

26 Roberta L. Krueger, « The Author’s Voice : Narrators, Audiences and the Problem of Interpretation », in The Legacy…, op. cit., vol. I, p. 115-140, en part. p. 135.

27 Sur le travestissement de Meraugis, voir en particulier Keith Busby, « Plus acesmez qu’une popine : Male Cross-Dressing » in Medieval French Narrative, in K. J. Taylor, Gender Transgression, Crossing the Normative Barrier in Old French Literature, New York-London, Garland, 1998, p. 45-59.

28 « De la grant joie quë il orent / Ont lor doel a baudor torné. / Le blasme qu’il orent torné / Sor monsegnor Gauvain si grant / Devint honor a tant por tant, / .C. tanz que l’en ne porroit dire », (v. 5777-5782).

29 Voir par exemple Renate Blumenfeld-Kosinski, « Arthurian Heroes… », art. cit., p. 79-92.

30 Guillaume de Lorris, Jean de Meung, Le Roman de la Rose, éd. Armand Strubel, Paris, Le Livre de Poche, 1992, p. 222.

31 Raoul de Houdenc, Il roman des eles, éd. Matteo Majorano, Adriatica editrice, 1983. Voir aussi le développement des v. 31-54.

32 Marc-René Jung, Études sur le poème…, op. cit., p. 248.

33 Sur le lien entre nom et essence dans le métadiscours littéraire, voir Dominique Lagorgette, « La vérité du nom… », art. cit., p. 278-281.

34 Voir par exemple la traduction qu’en donne Matteo Majorano : « quello che al torneo porta lo scudo diverso dal proprio Ordine », (éd. cit., p. 100).

35 Frédéric Godefroy, Dictionnaire de l’ancienne langue française et de tous les dialectes du ixe au xve siècle, Paris, 1880-1902, vol. 9, p. 398.

36 Nombre d’œuvres romanesques recourent au motif du nom qui reste caché : Marie-Luce Chênerie, Le Chevalier errant…, op. cit., chap. « La révélation du nom ou du surnom », p. 638-644.

37 Chrétien de Troyes, Le Conte du Graal, éd. bilingue Charles Méla, Paris, Le Livre de Poche, 1990, v. 3519-3520.

38 On pourra consulter, dans le présent volume, l’article de Marylène Possamaï qui observe que le Songe d’Enfer, bien que considéré comme un texte allégorique, est dépourvu de la valeur didactique attachée à ce genre.

39 Voir à ce propos l’article d’Isabelle Arseneau dans le présent volume.

40 Voir notamment Guillaume de Dole, éd. G. Servois, Paris, Firmin Didot, 1893, p. 30-36 ; Meraugis, éd. cit., p. 445.

41 Sur le manuscrit du Vatican, Bibliothèque Apostolique, Reg. lat. 1725, qui conserve le texte de Meraugis (fol. 98v-130v), voir Keith Busby, Terry Nixon, Alison Stones, Lori Walters, dir., Les manuscrits de Chrétien de Troyes, 2 vol., Amsterdam, Rodopi, 1993, vol. II, p. 62-63 ; Christine Ruby, Mise en page et mise en texte dans les manuscrits de Chrétien de Troyes (xiiie-xive siècles), Thèse de l’Université de Paris IV-Sorbonne, juillet 2000, vol. I, p. 234-243.

42 Cette coda semble pouvoir être rapprochée des derniers vers de l’Escoufle de Jean Renart (début xiiie siècle) : « Pour çou si di c’on ne doit mie / Blasmer le rouman pour le non, / C’on fait par bien povre seurnon / A cort connoistre maint preudome, / Çou’n est et la fins et la some », (v. 9098-9102, Jean Renart, L’Escoufle, Genève, Droz, 1974). Si Paul Zumthor, dans Langue, texte, énigme, Paris, Seuil, 1975, p. 45, a pensé déceler dans les mots centraux du troisième vers – fait par bien povre – le « surnom » en question, à savoir Renart, nous y voyons un topos de fin de roman, chargé de faire valeur l’œuvre ou son auteur en remettant au premier plan la question du nom propre qui conservera sa renommée.

43 Huon de Méry, Le Tournoi de l’Antéchrist (Li Tournoiemenz Antecrit), éd. Georg Wimmer, prés., trad. et annoté par Stéphanie Orgeur, Orléans, Paradigme, 1994, (ici v. 3534-3541).

Auteur

Université Paris -Sorbonne, STIH, EA 4509, France

© Presses universitaires de Provence, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search