Version classiqueVersion mobile

Raoul de Houdenc et les routes noveles de la fiction

 | 
Sébastien Douchet

Faire neuf. Évolutions, innovations et brouillages

Héroïne ambiguë, personnage novateur

Lidoine dans Meraugis de Portlesguez de Raoul de Houdenc

Carine Giovénal

Texte intégral

1Roman en vers du début du xiiie siècle s’inscrivant dans la mouvance des continuateurs de Chrétien de Troyes, Meraugis de Portlesguez commence d’une façon assez étonnante : là où on attend l’arrivée du héros éponyme – et inconnu de la légende arthurienne –, l’œuvre s’ouvre sur un personnage féminin haut en couleurs, Lidoine.

  • 1 Raoul de Houdenc, Meraugis de Portlesguez, éd. bilingue Michelle Szkilnik, Paris, Honoré Champion, (...)
  • 2 Ibid., v. 91.
  • 3 « Non, par mon chief, nes s’il cheïst / D’autresi haut com un clochier ; / Ja por ce n’esteüst cloc (...)
  • 4 Il ne s’agit évidemment pas de donner au lecteur l’illusion que ce personnage pourrait exister dans (...)

2Fille du roi d’Escavalon, reine d’un royaume apparenté au monde féerique, Lidoine est dotée des traits typiques d’une damoiselle romanesque : beauté incomparable, blondeur des cheveux et blancheur du teint, ainsi qu’« escolee de bien apprendre1 » au point qu’on vient de loin pour l’« oïr parler2 ». Le narrateur ne se prive pas non plus d’une ironie certaine à son égard : le seul fait de la voir protège pour une journée de toute malchance, et un homme tombé d’un clocher ne boiterait pas pourvu qu’il l’eût rencontrée ce jour-là3 ! Cette raillerie subversive, mêlée aux motifs caractéristiques du roman arthurien, donne le jour à un personnage destiné aussi bien à renouveler la traditionnelle figure féminine qu’à y insérer un début d’humanité, voire, oserions-nous dire, de réalisme4.

3 Dans la première partie de cette étude, je m’efforcerai de montrer que Lidoine, dès l’ouverture du roman, ne semble pas destinée à s’insérer dans la galerie des personnages féminins traditionnels : elle règne seule, exerce des fonctions d’homme et mène une vie singulièrement indépendante. Cependant, à mesure que le roman progresse, on voit cette héroïne reprendre peu à peu le chemin de ses consœurs littéraires. Rapt, emprisonnement, mariage forcé : elle devient cette damoiselle en détresse essentielle à tout chevalier en formation. Dans un même temps, au contact de l’homme qu’elle aime, Lidoine la fée devient femme, et dévoile des facettes inattendues de son caractère, qui semblent la placer à mi-chemin entre le bien et le mal.

Un personnage féminin dominant

La reine

  • 5 Chrétien de Troyes, Le Chevalier au Lion, éd. bilingue Corinne Pierreville, Paris, Honoré Champion, (...)
  • 6 Raoul de Houdenc, Meraugis de Portlesguez, roman de la Table Ronde par Raoul de Houdenc, éd. Henri (...)
  • 7 Raoul de Houdenc, Meraugis von Portlesguez. Altfranzösischer Abenteuerroman, éd. Mathias Friedwagne (...)
  • 8 Selon Kristin L. Burr, concernant cet épisode, le manuscrit utlisé par Friedwagner (qui sert aussi (...)

4La première partie du roman présente Lidoine sous toutes les facettes du « seigneur », et dans des situations qui requièrent une suzeraineté masculine. À la mort de son père, dont elle est la fille unique, elle devient suzeraine d’Escavalon : elle règne seule et avec succès, préservant son royaume de la guerre, et ses capacités sont appréciées de tous. Le portrait fait à l’inverse, par exemple, de celui de Laudine, poussée par ses conseillers à se remarier le jour même de son veuvage, une femme étant considérée comme incapable de régner sur ses terres et de les protéger5. L’indépendance du personnage se confirme avec sa décision de se rendre au tournoi de Lindesores tant que « ses cuers li loa » (v. 128), décision qui est l’occasion pour elle de remplir à nouveau un rôle strictement masculin puisque dans le manuscrit de Meraugis édité par Henri Michelant6 on trouve une variante de l’épisode de la préparation de sa troupe7. On y voit Lidoine en train de s’occuper, non de ses suivantes, mais de ses chevaliers. À l’annonce du tournoi, elle rassemble trente jeunes hommes pour leur remettre chevaux, armes et somptueux vêtements8 :

Et Lidoine fesoit porquerre
Bien jusqu’à .xxx. damesiaus
Des plus gentilz et des plus biaus
Qu’el pot trover en sa contrée.
Pour ce qu’el cuide estre encontrée,
Les fist richement atorner
Et chevals et armes doner,
Et les fist au monter vestir
Des plus riches samitz de Tir
Que l’on pot trover pour argent.
La damoisele fist sa gent
Et totes ses dames monter. (v. 201-205, éd. Michelant)

  • 9 Kristin L. Burr, « Defining the Courtly Lady… », art. cit., p. 381 « En agissant comme un bon dirig (...)

5Simple préoccupation d’ordre social, peut-on penser : Lidoine est la « dame », le pendant féminin du seigneur, et il est de son devoir de veiller à ce que ses gens aient des atours qui reflètent leur rang. Mais Raoul de Houdenc inverse ici le schéma qui veut que ce soit un homme qui rassemble autour de lui, soit d’autres hommes, soit des dames, souvent les plus belles de son royaume (cf. Érec et Énide), assemblant en sa cour les amies de ses chevaliers afin de désigner la plus belle d’entre elles. Dans Meraugis, c’est une femme qui fait « porquerre […] .xxx. damesiaus / Des plus gentilz et des plus biaus ». Le miroir s’inverse, comme si, pour la première fois, c’était un désir féminin qui s’exerçait sur la beauté masculine. Et l’inversion des pouvoirs ne s’en tient pas là : par son autorité et son habileté à les « vestir », Lidoine montre aussi qu’elle assume la charge de présenter et de parer le corps masculin ainsi que l’a souligné Kristin L. Burr : « Acting as a good ruler, she continually demonstrates her worth and suggests that instead of depending on men (as one might assume she would), her knights depend upon her9 ».

  • 10 Ainsi Guenièvre, à la demande d’Érec, fait habiller Énide lorsque celle-ci arrive à la cour d’Arthu (...)
  • 11 Lidoine semble imiter ici la Dame du Lac faisant revêtir à Lancelot, qui entre dans le monde des ch (...)
  • 12 Ce passage met en valeur une des vertus fondamentales du suzerain, la largesse. Il est en effet de (...)

6Fréquemment, en littérature, c’est l’homme qui pare à son gré le corps de la femme, à moins que ce travail ne soit dévolu aux femmes10. Mais la tradition veut qu’une femme ne vête que son époux, non ses soldats, fussent-ils chevaliers ; c’est donc un rôle doublement masculin qu’assume Lidoine, celui de suzerain et celui d’homme11. En faisant montre d’une largesse qui est d’ordinaire l’apanage des hommes12, elle exerce une autorité inhabituelle que remarque à nouveau Kristin L. Burr :

  • 13 Kristin L. Burr, « Defining the Courtly Lady… », art. cit., p. 381 (« Lidoine se place d’elle-même (...)

Lidoine places herself in an unanticipated position of authority. A closer examination of Lidoine’s role following the narrator’s initial portrait, however, hints at qualities beyond those that define a traditional courtly lady. Though they are missing in the list praising her courtly attributes, she possesses qualities more characteristic of noble men13.

7Autorité, on va le voir, qui ne s’exerce pas seulement sur les codes vestimentaires. Lidoine s’empare également d’un domaine qui, au xiiie siècle, est l’apanage de la gent masculine : l’instruction.

La magistra

  • 14 Selon Marc Loison, « la description de Lidoine, à force de développer la même matière sous un jour (...)

8Dans le portrait initial de Lidoine, le narrateur ironise amplement sur ce lieu commun de la littérature courtoise qu’est la description en pied de l’héroïne. Ainsi, il se moque des extraordinaires qualités curatives de son personnage, qui ôte la goutte à qui a le privilège d’être serré dans ses bras (v. 74-78), ou procure le don d’invulnérabilité à qui la côtoie (v. 104-10714). Cependant, entre ces remarques caricaturales, il glisse des détails insolites sur les occupations de cette dame. De fait, Lidoine tient collège :

[…] Q’ele estoit plesanz en non
E escolee de bien aprendre.
Environ li peüst on prendre
Totes les honors a plain poig.
E les puceles de bien loig,
De Cornoaille e d’Engleterre
La venoient par non requerre
Por veoir e oïr parler.
Toz li monz i soloit aler
Por le gentil pelerinage
E la pucele estoit tant sage
Que ja nuls cortois n’i parlast
Qui plus cortois ne s’en alast
S’il vouzist ses diz retenir.
A cel tens la sieult on tenir
Por la plus gentil damoisele. (v. 84-99)

9Héroïne mondaine, certes, mais également personnage public. D’emblée, Lidoine apparaît comme détentrice de l’éloquence, et son verbe possède des vertus bénéfiques. En un temps où l’Église recommande aux femmes de se taire en raison de leur tendance innée à mentir ou à tomber dans l’erreur, l’auteur de Meraugis choisit de mettre en scène une femme dont la voix est synonyme de sagesse, qui raisonne, et instruit ses semblables. De toute évidence, le père de Lidoine a accordé le plus grand soin à son éducation, à l’encontre des principes que rappellera Philippe de Novare :

  • 15 Philippe de Novare, Les quatre âges de l’homme, traité moral, éd. Marcel de Fréville, Paris, Firmin (...)

A fame ne doit on apanre letres ne escrire, se ce n’est especiaument por estre nonnain ; car par lire et escrire de fame sont maint mal avenu. […] et touz jors dit on que au serpent ne puet on doner venin, car trop i en a. […] Et mout afiert a fame qu’ele parole po ; car en trop parler dit on sovant folie15.

  • 16 « Des écoles privées payantes sont signalées ici ou là. Même des petites filles peuvent être instru (...)
  • 17 Ibid., p. 168.

10Or Lidoine a été escolee, et l’accent a été mis sur sa maîtrise du deuxième art libéral qu’est la rhétorique. À une époque où l’instruction des filles, même dans la noblesse, est négligée, l’auteur met en avant l’éducation sans faille de son héroïne, non seulement instruite, mais instructrice à son tour des puceles désireuses d’aprendre. Alors que dans la société médiévale, l’instruction se laïcise en ce début de xiiie siècle avec la mise en place des universités – universités dont les femmes sont exclues, et dont les maîtres sont des clercs –, le roman houdanesque constitue un réseau féminin de transmission du savoir autour de Lidoine, prolepse de la suite du roman où ce sont les dames – Lidoine, Guenièvre, ses suivantes, les disciples de Merlin – qui détiendront la reson – à la fois parole et droit –, et la connaissance. La gent masculine est laissée à l’écart de cet apprentissage du bien parler et bien raisonner. Seules des puceles se rendent auprès de la dame, en gentil pelerinage comme auprès d’un être supérieur16 ; à l’image des étudiants du xiiie siècle, elles accomplissent ainsi la « pérégrination académique » qui veut que celui qui est désireux de s’instruire aille chercher le meilleur maître là où il se trouve17. Non seulement la réflexion et l’intelligence, dès le commencement de Meraugis, se trouvent du côté féminin, mais aussi le pouvoir.

La dame

11Lidoine exerce une autorité incontestée sur ceux et celles qu’elle gouverne et qu’elle instruit. Elle remplit en outre le rôle de la domna, la dame de la relation amoureuse que la littérature courtoise place en position supérieure à son amant. Deux chevaliers prétendent à son amour : Méraugis et Gorvain, qui en viennent rapidement aux mains. Or, à la différence de Guenièvre qui observait avec intérêt Lancelot et Méléagant se battre pour elle, Lidoine se rend sur la lice pour mettre bon ordre à la situation : elle sépare les deux indisciplinés, leur ordonne de faire la pes et prend la peine de leur expliquer longuement la raison de sa démarche. La parole d’autorité de la jeune fille impose respect et obéissance aux fougueux chevaliers. La querelle est tranchée à la cour d’Arthur, où un tribunal composé uniquement de dames attribue Lidoine à Méraugis. La jeune fille accepte ce choix, respectant ainsi le rapport de domination verticale qui fait d’elle une vassale d’Arthur et de la reine. Cependant, c’est toujours elle qui régit son couple nouvellement formé avec Méraugis. En effet, comme on peut le voir dans les termes des vers suivants, c’est Lidoine qui, tel le seigneur donnant le baiser sur la bouche à son vassal lors de son investiture, prend possession de Méraugis et se saisist de lui. C’est la dame qui, avec une assurance toute masculine, mène l’action, tandis que pour elle et pour tous ceux qui les entourent, l’homme tient le rôle de la proie offerte :

  • 18 Je souligne.

[…] Li rois dit
A Lidoine qu’ele saisist
Meraugis de sa druerie […]
« Sire, dient li chevalier,
Il est droiz que par un besier
L’en saizisse la damoisele. » […]
Par le commandement le roi
Fist Lidoine ceste sesine
E par le loz de la roïne […]. (v. 1083-85 ; 1087-89 ; 1094-96)18

12À trois reprises dans cet extrait, Méraugis est placé dans la phrase en complément d’objet ; ce rapport de force est fortement souligné par le rejet du nom Meraugis au vers 1085, ce qui le place ironiquement en tête de vers alors que le personnage subit l’action de la dame, emprisonné entre « ele » et « sa druerie ». De même, avant d’accorder son baiser, donc de faire don d’elle-même, Lidoine pose une longue série de conditions :

« Ge le ferai par vostre esgart,
Mes a tant en prendra sa part
Jusqu’a un an de cest jor d’ui
Que ja n’aprocherai de lui
Par nul solaz que ceste foiz
Devant un an. E bien sachoiz
Que de tant le voeil acointier
Que s’il fet ce q’a chevalier
Afiert a fere por s’amie,
Après cel an ne di ge mie
Qu’il n’ait autre solaz de moi.
E d’itant li promet ma foi
Q’a ceste foiz sera einsi.
E gel nomerai com ami
E tendrai com mon chevalier.
L’amor sanz plus e le besier
A ceste foiz em portera.
E quant au chief de l’an vendra,
Selonc ce que j’avrai oï
De lui bien dire, itant vos di
D’itant avra le guerredon :
Ou lors li ferai un biau don,
Ou lors m’avra dou tot perdue. » (v. 1097-1119)

13Voilà autant d’exigences visant à montrer au chevalier qu’il ne l’a pas encore conquise et que ses efforts ne font que commencer. Enfin, dernière manifestation de domination, la jeune fille, au rebours de toutes les conventions, va s’imposer sans ambages dans l’aventure individuelle qui s’offre à son chevalier : partir en quête de Gauvain disparu. Amoureuse de Méraugis, elle décide, sans consulter quiconque, de le suivre dans son errance :

Ele respont : « Vostre merci,
Amis, g’en sui tote proïe
Que mout me plest e en suis liee
De ce q’einsi l’avez empris.
E quant cest afere avez pris,
Il me plest mout en mon corage
D’aller o vos en cest voiage
Par trieves. Se tant volez faire
Que g’i voise, mout me peut plaire. » (v. 1328-36)

  • 19 Citons pour mémoire les dures paroles d’Érec à sa femme : « “Dame […], / Apareilliez vos or androit (...)

14Raoul de Houdenc présente ici une Énide « à l’envers » : là où l’héroïne de Chrétien était forcée de suivre l’errance de son époux pour constater de ses propres yeux que celui-ci n’était nullement recreant19, Lidoine s’impose à son chevalier pour voir elle-même s’il accomplira les exploits qui le rendront digne d’elle :

« Ja devers moi ne remaindra,
Dit Lidoyne, li biens a fere.
E neporquant miex me puet plere
La proësce s’ele est en lui
Par mon veoir, non par autrui.
C’est voirs, en ce n’a que redire :
Savoir vaut miex que oïr dire.
Por ce me plest sa compegnie. » (v. 1348-55)

15Pour le lecteur familier d’Érec et Énide, les rôles sont renversés, tout comme les caractères et les sentiments : à un Érec furieux et dominateur et une Énide en larmes, succèdent un Méraugis heureux et soumis – « Il ne vos faut que commander, / Je ne vos desdirai de rien » (v. 1340-41) –, et une Lidoine autoritaire et curieuse d’assister à des prouesses. Elle incarne le monde bestourné dans lequel évolue le jeune chevalier Méraugis, monde dans lequel les femmes ont le pouvoir, et où les hommes se soumettent à leur prédominance. Une telle inversion ne peut qu’avoir des conséquences sur le couple qu’elle forme avec Méraugis, couple qui va véritablement s’affirmer à travers les aventures que la diégèse leur fait subir.

La redéfinition du couple courtois

16La dimension autoritaire du personnage de Lidoine s’infléchit dans la deuxième partie du roman, où la jeune fille, capturée et soumise, tient le rôle plus conventionnel de la demoiselle en détresse que le chevalier vient secourir. En effet, si elle est un objet que l’on loue et convoite, elle est aussi un objet que l’on prend et enferme.

La dame à la tour

17Alors qu’elle croit Méraugis mort et qu’elle a pris la décision de regagner son royaume d’Escavalon, Lidoine, accompagnée d’Amice, rencontre un nouveau personnage, Bergis li Loiz (« le louche »). D’emblée, l’expression « par pechié » place cette rencontre sous le sceau du malheur :

Lors l’a par pechié encontree
Uns chevaliers, Bergis li Loiz […]. (v. 3721-22)

18Sans méfiance, Lidoine fait part à Bergis du malheur qui la frappe et accepte son hospitalité. Mais lorsqu’elle veut repartir le lendemain, celui-ci l’en empêche et lui déclare qu’il a décidé de la marier à son fils, Espinogre :

« Lidoine, einsi n’ira il pas
Dou tot a la vostre devise.
C’est por noient, vos estes prise !
Ja mes de ci ne vos mouvrez
Nul jor devant que vos avrez
Receü mon filz a segnor,
Si qu’il sera rois de l’onor
D’Escavalon e vos roïne. » (v. 3813-20)

19Les vers « n’ira il pas / Dou tot a la vostre devise et vos estes prises » illustrent le nouveau statut de Lidoine, proie des hommes et prisonnière de leurs désirs. Bien que suzeraine elle-même, Lidoine reste dans la dépendance d’un pouvoir patriarcal qui peut disposer de son sort. L’héroïne de Meraugis se montre ici plus proche de Laudine que de Morgue ou Viviane, qui dirigent seules leurs domaines en véritables « suzerains ». Elle est désormais prisonnière, à Monhaut, nid d’aigle pourvu de défenses puissantes, qui garde le bien qu’est la dame mise à l’abri dans sa plus haute tour (v. 5627-30), rejoignant le personnage d’Ygerne que se disputent Uter et Gorlois.

20À partir de cet épisode, Lidoine, qui avait occupé seule les mille premiers vers du roman et passé les mille cinq cents vers suivants aux côtés de Méraugis, disparaît quasiment de la trame narrative. L’objet féminin ayant repris la place qui doit être la sienne, Meraugis peut recentrer l’enjeu du roman sur lui-même. Condamnée à observer de loin les actions des hommes, elle incarne l’image d’une féminité idéale mais impuissante, derrière une fenêtre qui, en l’encadrant, fait d’elle une icône. Mais la suite du roman montre que cette redéfinition du personnage de Lidoine s’inscrit dans l’objectif houdanesque de créer un nouveau couple courtois.

Déconstruire la Dame pour construire la femme

  • 20 Ce prologue n’est présent que dans le manuscrit W.

21Dans le prologue de Meraugis20, Raoul annonce son intention de raconter un conte de courtoisie. À cet effet, il place bien ses deux personnages principaux dans la situation des amants courtois : Lidoine met Méraugis au défi d’accomplir les exploits qui le rendront digne d’elle. Elle se pose en domna idéale, que le chevalier ne peut qu’adorer de loin en espérant d’elle un regard. Selon la logique courtoise, la distance vertigineuse qui sépare celui-ci de sa dame doit le conduire à se surpasser pour parvenir à sa hauteur et la mériter. C’est ainsi que Lancelot accomplit ses exploits pour gagner l’amour de Guenièvre, qu’qu’Yvain se met au service des faibles pour reconquérir Laudine. Ces exploits, Méraugis va les accomplir. Il apprend, progresse, conquiert la gloire et pour peu à peu mériter l’amour de Lidoine. Mais Raoul de Houdenc fait évoluer la tradition courtoise. Il ne se contente pas d’amener peu à peu son héros masculin à la hauteur de la dame ; parallèlement, alors que son amant progresse, la dame, elle, vient le rejoindre. Le nivellement est simultané, mais dans une dynamique inverse pour chacun des deux protagonistes : chacun avance vers l’autre pour mieux le retrouver et connaître l’amour idéal qui sacralisera leur couple réuni dans une même perfection. Au lieu de rester de glace, la dame devient femme de chair ; soumise à ses propres épreuves, elle aussi doit évoluer pour mériter l’amour de son chevalier.

22De nombreux faits dans le roman montrent comment Lidoine « s’humanise » peu à peu, tant lorsqu’elle est faite prisonnière par Bergis que lorsqu’elle demande l’aide de Gorvain, reconnaissant ainsi son statut de demoiselle desconseillee. Un épisode est de ce point de vue marquant, lorsqu’elle parvient, au rebours des lois courtoises, à aimer un amant enlaidi (v. 4900-5016). Résidant incognito au château de Bergis, Méraugis est convalescent après le terrible duel qui l’a opposé à l’Outredouté. Selon les dires du narrateur, il en garde de cruelles séquelles :

[…] Mes ge vos di
C’onqes tant lede riens ne vi.
Mout est alez, mes ce li vient
De ce que trop li mesavient
Sa teste qu’il avoit tondue. (v. 4900-04)

23Méraugis est donc frappé d’une tare coupable au Moyen Âge, celle de la laideur. Une laideur qu’il n’hésite pas à exhiber devant son amie. Et lorsque Lidoine se retrouve face à lui, elle éprouve un choc :

Tantost com Meraugis la voit
La connut. Por ce qu’il voloit
Q’ele le conneüst sanz doute
A descovert sa teste toute
Jusq’as espaulles. Lors le vit
Lidoine qui pensa e dit :
« Dex, q’est-ce ? Je voi Meraugis !
C’est il, c’est mon, ce m’est avis.
Dex, dont vient il ? » […] (v. 4928-36)

24Ce « dont vient il ? » peut suggérer la laideur qui afflige Méraugis, véritable apparition d’outre-tombe. Un moment de flottement se produit alors entre les deux amants. Lidoine a bien reconnu Méraugis, mais elle semble n’en éprouver ni joie ni soulagement :

[…] Lors s’aperçut
Meraugis qu’ele le conut.
Por se fere conoitre miex
Le fiert d’un doz resgart es iex. (v. 4936-39)

25En revanche, Méraugis semble avoir senti le malaise de son amie :

Devant les oils la fiert sanz doute
Meraugis qui forment se doute. (v. 4940-41)

26Que redoute Meraugis ? Craint-il que son aspect repoussant n’effraie Lidoine ? Il est laid, le narrateur l’a souligné ; Lidoine pourra-t-elle encore l’aimer ? Heureusement, si Méraugis a considérablement évolué depuis le début du roman, Lidoine elle aussi a progressé, preuve en est sa réaction face au regard de l’ami :

Cele resgarde e esgarda
Que en l’esgart ne se garda
Devant q’as iex li fiert la pointe
D’amors qui enz el cors l’a pointe
De s’amor quë ele tressaut.
Li cuers li faut de cet assaut,
Sospirer veut, mes el ne puet
Dou cuer trere […] (v. 4942-49)

27Lidoine s’est laissée surprendre par l’amour qu’elle éprouve pour Méraugis, comme le montre le polyptote resgarde, esgarda, esgart, garda : c’est par ses yeux que l’amour de Méraugis atteint son cœur. L’aspect physique de l’ami n’a plus d’importance, Lidoine a rejoint Méraugis en l’aimant pour son remenant : leur amour est désormais d’une même essence.

28Tout cela est suggéré avec une grande finesse par Raoul de Houdenc ; il ne développe pas les retrouvailles des deux amants comme il l’avait fait à propos de leurs sentiments respectifs lors du premier baiser. Ici Lidoine, terrassée par l’émotion, s’évanouit. Lorsqu’elle retrouve ses sens, elle ne peut, sans mettre en danger Méraugis, avouer la véritable raison de son malaise. Elle invente donc une explication plausible :

[…] « Qu’avez eü ?
 – Que j’ai, lasse ? Jë ai veü
Le fol. Gardez que je nel voie
Ja mes. Se ja mes le veoie,
Le fol chevalier, de mon senz
Me geteroit. Dex, gardez m’en
Que ge nel voie. – Avoi, amie !
Sachiez que fols n’en est il mie,
Ainz est uns chevaliers navrez,
Mout preuz e qui mout est löez
De tout le mont. – Dame, ne sai,
Mes tant est lais que ja morrai
De paor. Tel paor m’en vient
Qu’il m’est avis qu’il me retient
Orendroites. » Lors se repasme. (v. 4988-5002)

29Mais cette explication est-elle complètement fausse ? Est-ce uniquement le fait de revoir l’être aimé qui a fait s’évanouir Lidoine ? Ses pleurs sont-ils dus à une émotion qu’elle doit dissimuler, ou pleure-t-elle l’aspect horrible de son chevalier ? N’a-t-elle pas été effrayée par la laideur de Méraugis au point d’en perdre conscience ? L’auteur ne donne pas assez d’indices pour être affirmatif. Peut-être était-ce pour l’éprouver que Méraugis, loin de dissimuler son visage affreux, « a descovert sa tete toute » (v. 4931), s’est montré face à elle dans l’éclat sombre de sa laideur. Toujours est-il que le fait d’avoir vu au-delà de cette apparence repoussante a été pour Lidoine une épreuve qui lui a permis de progresser dans la voie de l’amour courtois selon Raoul de Houdenc. Cela lui a donné l’occasion de mieux se connaître elle-même et d’éprouver ses sentiments et sa courtoisie. La force de cette expérience se traduit par une crise physique qui la dépossède d’elle-même et la mène aux portes de la mort, pour lui permettre de renaître dotée d’une conscience améliorée par l’épreuve. Lorsqu’elle revoit Méraugis quelques temps plus tard, l’auteur laisse entendre qu’il a retrouvé un aspect normal, mais cela n’enlève rien au fait que Lidoine l’a aimé malgré son aspect de fol et de lait. La réciprocité des sentiments est désormais possible, augurant le couple parfait.

L’empathie

30Après bien des épreuves, Lidoine parvient à former avec Méraugis un couple uni. La première étape est celle de la mort métaphorique qu’ils endurent tous les deux au moment de leurs retrouvailles. Raoul joue avec les métaphores guerrières ovidiennes pour évoquer l’amour et ses fureurs qui s’emparent des cuers des amants : Lidoine est frappée par une pointe, Méraugis par un dard. Les deux amants tombent alors ensemble dans une sorte de catalepsie suite aux deux chocs successifs. Lidoine, revoyant Méraugis qu’elle croyait mort, et découvrant son aspect hideux, s’évanouit. Et lui, au même instant, la voyant perdre connaissance, subit le même choc aux semblables conséquences. Bien qu’ils n’aient pas échangé un seul mot, Méraugis sait, par ces signes, que Lidoine l’a reconnu et l’aime toujours. Ils ne font à présent plus qu’un ; le texte peut maintenant les regrouper sous le pronom personnel sujet pluriel il.

  • 21 On note trois occurrences aux vers 5015-16, et une ellipse du verbe au vers 5016 pour éviter une ré (...)

31Après être « morts » ensemble, Méraugis et Lidoine vont désormais se taire ensemble. C’est l’épreuve du silence, un silence que s’imposent sans concertation les amants. Leur amour ne se manifeste plus que dans leur pensé21. Ce recueillement dans un silence forcé dure une semaine, durant laquelle les deux personnages sont semblablement torturés, avant de se mettre à chercher parallèlement une reson à alléguer pour se revoir sans éveiller les soupçons. Et lorsque le couple se réunit, c’est sous le signe de la complémentarité et de la fusion :

  • 22 L’abondance des verbes préfixés avec le préfixe de réciprocité entre – entrevindrent, entrevirent, (...)

Voirs fu qu’il s’entrevindrent lors.
Aussi tost com il s’entrevirent,
S’entrevienent, que tuit le virent,
Les braz tenduz, si s’entracolent
. C. foiz e .c. Ainz qu’il parolent,
S’entrebesent. Quant el s’escrie :
« Biaux amis » e cil « bele amie »
C’est tot quanqu’il porent respondre. (v. 5667-7422)

32Dans Meraugis, Raoul de Houdenc fait de la femme le complément indispensable de l’homme et lui accorde la prééminence dans certains domaines. Cependant, elle doit veiller à garder sa place : le système matriarcal mène le monde au chaos. L’homme est également, pour la première fois, le complément de la femme : Lidoine n’a pas besoin d’homme au début de l’histoire. Elle se suffit à elle-même, elle n’est pas en quête d’un défenseur ni d’un guide. Méraugis vient combler un vide qui se révèlera peu à peu : la complémentarité des deux partenaires se révèle réciproque. Pour le héros masculin, amour et exploits sont intrinsèquement liés : sans la femme, le chevalier demeure incomplet.

33Raoul de Houdenc défend dans son roman l’importance du remenant contre le semblant : il engage son héros et ses lecteurs à se défier des apparences séduisantes, et remet en cause l’idée que beauté s’accorde avec bonté. De fait, Lidoine contredit cette idée, et sa période de captivité est justement un moyen d’entrevoir son côté obscur : à sa face extérieure et lumineuse répond une face plus sombre et inquiétante faite de ruse, de dissimulation et de fourberie. Elle est un personnage de l’ambiguïté.

Entre ombre et lumière

Les deux faces de Lidoine

34Une beauté extérieure reflèterait nécessairement une bonté intérieure. Quiconque est affligé d’une tare visible est rejeté et surtout suspect, car telle infortune ne peut venir que d’une âme noire. Or, le personnage de Lidoine va au rebours de ce concept. Lorsque Méraugis et Gorvain débattent de la supériorité entre beauté et courtoisie, à grands renforts d’exagérations, Gorvain lance l’argument suivant :

« Il m’est avis, si com ge croi,
S’ele ert deable par dedens
Grue, fantosmë ou serpens,
Por la biauté qui est defors
Doit l’en amer dedenz son cors. » (v. 506-10)

  • 23 Érec et Énide, éd. cit., v. 4663-76. Voir : Sébastien Douchet, « L’épisode du comte de Limors dans (...)

35Gorvain sous-entend que Lidoine pourrait avoir deux faces, l’une extérieure et lumineuse, et l’autre intérieure et sombre. Or, la suite du roman prouve qu’il a vu juste. En effet, Lidoine manipule parfaitement la ruse, talent que le Moyen Âge considère comme proprement féminin. Bergis le Louche la retient dans son château pour la marier à son fils ; loin de pousser de vaines protestations face à cet abus, Lidoine choisit de mentir avec assurance. Elle commence par faire un portrait élogieux d’Espinogre qu’elle ne connaît nullement, le nommant déjà son segnor (v. 3804), mais mettant comme condition à leur union qu’il soit adoubé et qu’elle puisse d’abord regagner Escavalon. En allant dans le sens de la volonté de Bergis, elle tente de lui échapper. Malheureusement, celui-ci devine la ruse et refuse son départ. Une situation similaire se rencontre dans Érec et Énide : Érec est blessé si gravement qu’il passe pour mort. Le comte de Limors entend les cris de désespoir d’Énide et offre de l’épouser, mais la jeune femme éclate en protestations indignées23. Pas question pour elle d’être une « conqueste », et elle se défend par le langage à défaut de pouvoir le faire par la force physique. La réaction de Lidoine face aux prétentions abusives de Bergis est bien différente de celle d’Énide :

Dit Lidoine : « Ceste saisine
Me plest mout quant il est einsi.
Or de par Deu, je serai ci
Tant com vostre plesir sera. » (v. 3821-24)

  • 24 Notamment avec l’emploi du terme « saisine » (v. 3821), comme le fait remarquer Michelle Szkilnik : (...)

36À nouveau, Lidoine ment effrontément, ce que confirme le narrateur (« Ce respondi, mes el pensa, v. 3825). À l’inverse d’Énide, elle est capable de feindre et d’adapter son langage à la situation24. À cet instant, Lidoine se travestit en femme soumise, en fiancée consentante d’Espinogre. Comme le prouvent ses paroles prononcées en l’absence de Bergis, son semblant et son remenant sont parfaitement dissociés. Prisonnière, Lidoine a mis en scène sa soumission. Et puisque Méraugis n’est plus, elle offre sa main à un autre : Gorvain, son premier prétendant. Elle a même prévu le cas où elle serait mariée de force à Espinogre : si cela arrivait, elle se dépossèderait elle-même de ses terres ; elle réaffirme aussi son ascendant sur ses hommes, que ce soit Gorvain, son sénéchal Anchisés ou Bergis, qu’elle commande et manipule à son gré. L’ironie de ses derniers mots conclut cette soumission de façade :

« […] e par itant
Je cuit, ainçois le mois issant,
Orra Bergis autres noveles. » (v. 3892-94)

37Au-delà du mensonge, Lidoine se parjure : elle feint d’accepter pour époux Espinogre tout en promettant sa main et son royaume à Gorvain s’il vient la délivrer. Elle se retrouve ainsi simultanément fiancée à trois hommes : Méraugis, toujours vivant, Espinogre et Gorvain. Ce dernier remplit ses engagements envers elle, mais pas elle envers lui : retrouvant Méraugis, Lidoine lui rend aussitôt son cœur, trahissant ses serments, sans hésitation ni remords, répudiant dans un même élan Gorvain et Espinogre. Mais en agissant ainsi, elle se trouve en accord avec le monde qui l’entoure.

Un personnage en adéquation avec le monde qui l’entoure

38Le monde dans lequel Lidoine évolue est bestourné : le bien et le mal sont faussés, la vaillance s’achète, les promesses sont rompues. Pour préserver sa vie, elle va donc devoir agir à l’avenant. De fait, dans l’épisode de sa captivité, son semblant et son remenant sont en totale opposition. Gorvain avait prétendu qu’elle pourrait renfermer en elle un deable ou un serpens : elle se déguise, singe des attitudes comme le fit Satan, et fait preuve de ruse, d’engin qui sont ses attributs et ceux d’Ève. Cependant, l’engin, l’art de la dissimulation et du mensonge, sont indispensables au personnage houdanesque pour triompher dans un monde malhonnête. Ce qui est vrai pour Lidoine l’est aussi pour Méraugis, qui s’avère avoir lui aussi deux faces : il dissimule son identité à Bergis, prête de faux serments, combat contre les chevaliers d’Arthur et son ami Gauvain. Les héros de Meraugis sont des êtres contrastés, complexes, humains : nombre de ses personnages ont deux visages. Le nain bossu est noble et estimable ; Espinogre, fils d’un homme vil, est un jeune homme d’une courtoisie parfaite ; et Bergis, malgré ses mauvaises actions, se révéle un hôte avenant. Inversement, les visages affables cachent un naturel imparfait : Méraugis est amoureux mais il oublie sa dame en chemin, Gauvain a perdu l’envie de combattre, et Lidoine fait preuve d’un redoutable sens pratique. Son personnage tout en ambiguïtés correspond pleinement au projet houdanesque : mettre en scène des êtres complexes, contrastés et paradoxaux, capables de s’adapter au monde changeant et dangereux dans lequel ils évoluent.

39Pour conclure, le nom donné à l’héroïne est porteur de sens. Lidoine est celle qui est idoine, c’est-à-dire qui sait s’adapter à une situation. Sa beauté cache en effet un esprit acéré capable de mensonge et de fourberie, ce qui n’en fait pour autant pas un personnage maléfique. L’héroïne de Raoul de Houdenc illustre la dissociation du semblant et du remenant : le beau peut cacher un esprit retors, le laid se révéler noble, et la courtoisie n’a de valeur que si elle est capable d’affronter la perversité du monde extérieur. Personnage neuf et original, Lidoine s’humanise, rend accessibles les valeurs morales et courtoises, et en permet la mise en pratique.

Notes

1 Raoul de Houdenc, Meraugis de Portlesguez, éd. bilingue Michelle Szkilnik, Paris, Honoré Champion, 2004, v. 85.

2 Ibid., v. 91.

3 « Non, par mon chief, nes s’il cheïst / D’autresi haut com un clochier ; / Ja por ce n’esteüst clochier, / Que il l’eüst le jor veüe », (v. 104-107).

4 Il ne s’agit évidemment pas de donner au lecteur l’illusion que ce personnage pourrait exister dans le monde contemporain, comme le fait le roman balzacien, mais de lui insuffler quelques traits qui le rapprochent, voire l’apparentent aux vrais êtres humains.

5 Chrétien de Troyes, Le Chevalier au Lion, éd. bilingue Corinne Pierreville, Paris, Honoré Champion, 2016, v. 2081 et sq. Le sénéchal de Laudine insiste particulièrement sur l’inaptitude d’une femme à porter les armes en cas de guerre, et donc sur l’absolue nécessité de la présence d’un homme à ses côtés. Dans Meraugis, bien que Lidoine ne soit pas appuyée par un homme, nul ne lui déclare la guerre.

6 Raoul de Houdenc, Meraugis de Portlesguez, roman de la Table Ronde par Raoul de Houdenc, éd. Henri Michelant, Paris, Tross, 1869, (édition du manuscrit de Vienne, dit manuscrit W, fin xiiie siècle-début xive siècle).

7 Raoul de Houdenc, Meraugis von Portlesguez. Altfranzösischer Abenteuerroman, éd. Mathias Friedwagner, Halle, Niemeyer, 1867 [Slatkine Reprints, Genève, 1975], (édition du manuscrit du Vatican, dit manuscrit V).

8 Selon Kristin L. Burr, concernant cet épisode, le manuscrit utlisé par Friedwagner (qui sert aussi de base à l’édition de Michelle Szkilnik), à l’inverse de celui utilisé par Michelant, accorde une place plus importante aux femmes en parallèle avec la place centrale qu’elles occupent dans la première partie du roman (Kristin L. Burr, « Defining the Courtly Lady Gender Transgression and Travestism » in Meraugis de Portlesguez, Bulletin Bibliographique de la Société Internationale Arthurienne 53, 2001, p. 378-392).

9 Kristin L. Burr, « Defining the Courtly Lady… », art. cit., p. 381 « En agissant comme un bon dirigeant, elle démontre continuellement sa valeur et suggère qu’au lieu de dépendre des hommes (comme on pourrait le supposer), ce sont ses chevaliers qui dépendent d’elle », je traduis.

10 Ainsi Guenièvre, à la demande d’Érec, fait habiller Énide lorsque celle-ci arrive à la cour d’Arthur (Chrétien de Troyes, Érec et Énide, éd. Mario Roques, Paris, Honoré Champion, 1981, v. 1559 et sq.)

11 Lidoine semble imiter ici la Dame du Lac faisant revêtir à Lancelot, qui entre dans le monde des chevaliers, ses vêtements et ses armes. Cette dame est cependant une fée et la mère adoptive du jeune homme. Le plus célèbre exemple de l’épouse donnant ses armes au guerrier est celui d’Andromaque qui arme Hector dans l’Iliade. On trouve un autre exemple de la femme revêtant l’homme dans le Roman d’Alexandre, où la reine Olympias habille son fils Alexandre lors de son adoubement. Mais Olympias est une mère, une reine et une veuve : la situation l’oblige à accomplir ce que le père et seigneur d’Alexandre ne peut plus faire.

12 Ce passage met en valeur une des vertus fondamentales du suzerain, la largesse. Il est en effet de son devoir, concernant ses chevaliers, de subvenir à leur équipement et à leur entretien et, pour ses demoiselles, de bien les marier. Lidoine remplit ce rôle à la perfection, et l’activité de ses décisions est mise en relief par l’emploi de la tournure factitive « faire + verbe d’action », employée ici à trois reprises : « a fet querre » (v. 164), « les fist richement atorner », (v. 179), « les fist vestir », v. 171, les deux dernières occurrences étant centrées l’habillement et les parure des ses demoiselles, afin de leur fournir les ators nécessaires à la séduction et à leur possible établissement, par la visibilité de leur éminent rang social. Le narrateur insiste sur la largesse de la dame avec un lexique approprié et des tournures superlatives : « richement » (v. 179), « des plus riches pailes » (v. 181), « por argent » (v.173), ainsi qu’avec la mention de la provenance des étoffes, celles-ci venant de Tir. Le topos littéraire de la luxueuse et exotique ville orientale permet de mettre en valeur la largesse et la richesse de la dame, assez fortunée et généreuse pour faire venir à grands frais des étoffes d’un pays si lointain.

13 Kristin L. Burr, « Defining the Courtly Lady… », art. cit., p. 381 (« Lidoine se place d’elle-même dans une position imprévue d’autorité. Un examen plus proche du rôle de Lidoine d’après le portrait initial du narrateur, cependant, fait allusion à des qualités au-delà de celles qui définissent une traditionnelle dame courtoise. Quoiqu’elles manquent dans la liste louant ses attributs courtois, Lidoine possède des qualités plus caractéristiques aux hommes nobles », je traduis.).

14 Selon Marc Loison, « la description de Lidoine, à force de développer la même matière sous un jour différent, devient prétexte à une démonstration rhétorique où l’emportent le goût des lettres, la richesse et la diversité du procédé. L’ambition de l’auteur est de nous convaincre de la beauté de Lidoine mais surtout de la maîtrise de son art » (Marc Loison, Les Jeux littéraires de Raoul de Houdenc. Écritures, allégories et réécritures, Paris, Honoré Champion, 2015, p. 119).

15 Philippe de Novare, Les quatre âges de l’homme, traité moral, éd. Marcel de Fréville, Paris, Firmin-Didot, 1888, p. 16-18.

16 « Des écoles privées payantes sont signalées ici ou là. Même des petites filles peuvent être instruites. […] Des recluses transforment leur cellule en école. […] Des cartulaires d’abbayes féminines mentionnent les pères qui confient leur fille au monastère. […] Au xive siècle, des statuts officiels sont édictés qui entérinent le droit des femmes à enseigner aux filles : Statut 24 de 1357 : Qu’aucune femme n’ait d’autres élèves que des filles », (Pierre Riche, Jacques Verger, Des nains sur des épaules de géants. Maîtres et élèves au Moyen Âge, Paris, Tallandier, 2006, p. 252).

17 Ibid., p. 168.

18 Je souligne.

19 Citons pour mémoire les dures paroles d’Érec à sa femme : « “Dame […], / Apareilliez vos or androit, / Por chevauchier vos aprestez ; / Levez de ci, si vos vestez / De vostre robe la plus bele / Et feites metre vostre sele / Sor vostre meillor palefroi.” / Or est Enyde an grant esfroi ; / Molt se lieve triste et panssive […] » (Érec et Énide, éd. cit, v. 2574-2581).

20 Ce prologue n’est présent que dans le manuscrit W.

21 On note trois occurrences aux vers 5015-16, et une ellipse du verbe au vers 5016 pour éviter une répétition. Un équilibre parfait s’est instauré dans leur esprit, tant dans leurs actions simultanées – comprises dans l’emploi des verbes à la troisième personne du pluriel –, que dans les images montrant leur coordination : « lor amors a droit neu / Nouees », avec la répétition du neu doublement accentué, avec neu placé à la rime et nouées en rejet. On note aussi l’utilisation de l’adverbe de réciprocité « ambedui » associé à la restrictive « n’… quë un pensé » dont la deuxième partie, rejetée au vers suivant, met en valeur la pensée désormais commune des amants. Enfin, le parallélisme syntaxique, syllabique et phonique de « El pense a lui / E il a li » (une structure pronom personnel sujet + verbe / verbe en ellipse + complément d’objet indirect ; quatre syllabes par hémistiches avec quatre termes monosyllabiques ; et l’écho de el / e, el / il, a lui / a li). Toutes les ressources grammaticales sont réunies avec une grande concision pour illustrer l’harmonie du couple reformé.

22 L’abondance des verbes préfixés avec le préfixe de réciprocité entre – entrevindrent, entrevirent, entrevienent, entracolent, entrebesent – souligne cette réunion des deux parts qui forment le couple courtois.

23 Érec et Énide, éd. cit., v. 4663-76. Voir : Sébastien Douchet, « L’épisode du comte de Limors dans Érec et Énide. Étude littéraire des v. 4559 à 4900 », Méthode ! 14, 2009, p. 1-13.

24 Notamment avec l’emploi du terme « saisine » (v. 3821), comme le fait remarquer Michelle Szkilnik : « Saisine est un terme juridique qui a déjà été employé au début du roman, lorsque Lidoine a “investi” Méraugis de son amour par un baiser. Dans ce nouveau contexte, le terme signifie la prise de possession dont Lidoine est victime. Mais en utilisant ce terme de droit, Lidoine donne une légitimité à l’attitude scandaleuse de Bergis et fait croire qu’elle accepte de bonne grâce la contrainte », (Meraugis…, éd. M. Szkilnik, note 117, p. 313).

© Presses universitaires de Provence, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search