Version classiqueVersion mobile

Raoul de Houdenc et les routes noveles de la fiction

 | 
Sébastien Douchet

Faire neuf. Évolutions, innovations et brouillages

« N’est si haus bois qui n’ait broucille » : le champion du nain dans Meraugis de Portlesguez

Romaine Wolf-Bonvin

Texte intégral

  • 1 Parmi les derniers articles en date : Francis Gingras, « Roman contre roman dans l’organisation du (...)

1Parmi les multiples questions qui surgissent à la lecture de Meraugis de Portlesguez, celle de la parodie et du monde à l’envers a été abordée déjà. Suivre la piste de ceux qui furent sensibles à l’humour décapant de ce roman revient à prolonger leurs remarques en les confrontant aux épisodes les plus déroutants – au sens propre – de cette histoire1. Tels ceux qui, dès son départ de Carduel en compagnie de Lidoine, amènent Méraugis à suivre un guide taiseux et malgracieux : un nain camus ; la quête de Gauvain disparu dans laquelle le futur héros vient de se lancer paraît pour le moins différée par le détour aventureux dans lequel l’entraîne le nabot.

2Rappelons-en le résultat. Si ce dernier semble faire diversion en éloignant Méraugis de sa quête, c’est afin qu’il résolve son propre problème : il le conduit sans explication à la cour du roi Amagon, pour faire de lui son champion contre un arrogant qui l’a offensé et lui a refusé celle qu’il aime, une naine camuse. Le combat se solde par la victoire de Méraugis, qui se voit récompensé ; le roi lui attribue la fonction dévolue auparavant au vaincu, celui de marieur des demoiselles présentes à la cour. Mais peut-être ce succès lui amène-t-il quelque autre gain, plus obscur ; après avoir quitté le nabot à qui il a pu rendre son amie, notre héros repart et arrive sans accroc au seul endroit où il est susceptible de recevoir des informations sur Gauvain : l’Esplumoir Merlin. Autrement dit, si ces évènements détournent objectivement Méraugis de sa quête, en matière de progression symbolique sa victoire à la cour d’Amangon paraît lui ouvrir l’accès à l’étape indispensable pour parvenir à son but.

3Autre question : Lidoine. Elle qui régnait sur l’orée du roman s’avère dès le début de la quête une spectatrice à éclipses. Hormis quelques apparitions fugaces – à l’occasion de leur départ de Carduel, lors des démêlés de Méraugis avec les dames de la tente puis avec Laquis – elle brille par son absence. Le récit l’efface d’emblée, lors de la rencontre avec le nain à pied pataugeant dans la neige haute, puis lors de l’altercation avec la vieille qui a volé la monture de ce dernier. Il l’annule encore par la suite, lors de l’épisode où Méraugis le retrouve puis fait demi-tour sur son conseil afin d’éviter l’énigmatique essart de la honte. Absente, elle l’est encore du début à la fin de son séjour chez le roi Amangon, et au-delà de son élection en tant que marieur de demoiselles. Elle ne ressurgira aux côtés de Méraugis qu’au sortir de cette aventure. Bref, une évidence jaillit : la totalité des séquences qui se déroulent sous la férule du nain concerne le seul Méraugis ; le récit abolit Lidoine.

4C’est donc cette bizarre diversion qui nous retiendra, diversion dont le nabot active tous les leviers. En quoi la victoire chez le roi Amangon s’avère-t-elle une clé qui ouvre au héros l’accès à l’Esplumoir ? Pourquoi cette histoire traite-t-elle Méraugis avec une dérision si franche qu’il devient le champion d’un nain ? Enfin, pourquoi l’occultation de Lidoine ?

Noël à Carduel

5Première remarque : en matière de monde à l’envers, un net mouvement de bascule se laisse percevoir si l’on confronte la cour d’arrivée à celle de départ. Celles-ci ne se ressemblent guère, voire s’opposent.

  • 2 Édition de référence : Raoul de Houdenc, Meraugis de Portlesguez, éd. Michelle Szkilnik, Paris, Hon (...)

6Au seuil du roman, surgit la cour arthurienne. Y débarquent Gorvain et Méraugis tombés amoureux de la belle Lidoine, le premier l’aimant pour son cors, le second pour sa cortoisie, et sortis ex æquo d’un combat interrompu qui les a opposés sur cette question. Le différend doit être tranché à Carduel le jour de Noël, et l’évocation liminaire du couple de souverains les cite l’un, puis l’autre, la reïne précédant li rois, chacun pour soi ; puis les membres de la cour se répartissent, les dames avec la reine, les barons avec le roi, chaque parti regroupé sur deux octosyllabes (v. 812-19)2. Cette contiguïté où les sexes se côtoient sans se mélanger augure la suite : la réunion des barons, dissociée de celle des dames. Certes, ce sont eux qui en matière de jugement gardent la préséance, mais la brièveté de leur débat sur les amours de Méraugis et Gorvain donne la mesure de leur échec. Comme ils ne parviennent pas à sortir de l’impasse,

La roïne vient e demande
Sa court e li rois li commande
Q’el se taise, mes non fera !
Mout fierement li demanda
E dit : « Sire rois, l’en set bien
Que tuit li jugement sont mien
D’amors ! Vos n’i avez que fere ! » […]
Atant issirent de laiens
Li baron. Les dames i vienent. (v. 857-77).

7Vif échange de population par lequel la cour du roi change de sexe, devient la cour de la reine. Le débat au féminin permet cette fois de dégager un consensus : amour de courtoisie vaut mieux qu’amour du corps. « Dont aime Méraugis a droit », déclarent-elles (v. 988). Le roi est appelé pour avaliser la sentence, et le jugement rendu devant la cour rassemblée.

8On comprend la colère de Gorvain. Il refuse de se plier au verdict, et tient derechef à défendre son droit par les armes. Méraugis acquiesce. Mais la reine rappelle à ce dernier qu’il n’est pas sûr qu’il en sorte vainqueur :

« Quant la bataille vos plest si
Ainçois que a honte vos tort,
Aillors, non pas en ceste cort,
Poez commencier la meslee. » (v. 1052-55).

  • 3 Danièle James-Raoul, La Parole empêchée dans la littérature arthurienne, Paris, Honoré Champion, 19 (...)
  • 4 Le nom gallois signifierait « blanc fantôme » ou « blanche apparition » comme le notait déjà Jean F (...)

9Curieuse prohibition, et non conforme à la tradition, que celle qui exclut un duel judiciaire à la cour arthurienne. « Est-ce là une cour faee, demande Gorvain, qu’il ne puisse s’y dérouler un combat ? » En fait, ce refus masque à peine sa raison d’être : si le recours aux armes s’avère impossible, c’est que la chose est déjà jugée par elles, dans leur cour à elles. Leur cour, parce que régie par une reine qui a le verbe haut, qui parle malgré l’interdiction du roi puis l’exclut sans ménagement, le temps pour ces dames de venir à bout du cas, ne rappelant Arthur sur le devant de la scène que lorsqu’elles l’ont résolu. À l’évidence, Meraugis de Portlesguez accentue la pente romanesque qui avant lui tendait à faire d’Arthur un souverain affaibli, voire quasi mutique, comme si Ar-tu « mettait en œuvre par la récurrence de son attitude le sème contenu dans son nom : “tu”3 ». Ici à cause de la montée en puissance de sa femme. Non contente de réduire son époux à la portion congrue, la reine neutralise les deux champions dans cet espace réservé où elle règne sans partage. Bien que devant Gorvain elle nie la nature enchantée de sa cour, Guenièvre / Gwenhwyvar emporte dans son sillage l’ombre blanche, autoritaire, de la fée : elle fige la question une fois qu’elle a tranché, et au lieu où elle a tranché4.

10Aussi Gorvain tire-t-il de tout cela une conclusion en des termes bien sombres, avant de tourner les talons. La cour d’Arthur où l’on se plie à la loi des femmes ? Un monde où la reine tient la bride courte au roi. Où « ce derriere va devant ». Une cour bancale, en somme, où « clochent li droit », finit-il par lâcher (v. 1066-80). De fait, le repas de Noël qui s’ensuit obéit à un rituel confirmant ce chambardement : la coutume du jour pratique une entorse à la cohérence des sexes, rôles masculins et féminins s’échangent. Tandis que le roi se fait servir par des demoiselles, la reine se fait servir par des damoiseaux (v. 1228-35).

11Entre alors en scène un nouveau contempteur. Voici que surgit, laid à faire peur, le nain camus, pour reprocher leur joie au roi et à ses gens :

« Rois, esgarde tot entor toi.
Gauvains, tes niés, est il caienz ?
Nenil, voir ! Or est il noienz
De ta cour que mes soit doutee.
Non, que ta courz est escornee
Dou mellor chevalier dou mont.
Rois, tu descenz aval dou mont
Quant tu doiz contremont monter. » (v. 1258-65).

  • 5 Sur le sujet : Marc Loison, Les Jeux littéraires de Raoul de Houdenc, Paris, Honoré Champion, 2014, (...)

12Constat sans concession que celui-là : la roue de Fortune a tourné, de sorte qu’Arthur se retrouve en pleine dégringolade. Tout se passe donc comme si cette révolution où la reine se trouve régir la cour arthurienne présentait comme symptôme de la dévitalisation de ses mâles l’absence du meilleur d’entre eux, disparu dans une quête dont l’enjeu réside précisément en l’arme emblématique de la chevalerie, en l’occurrence une arme connue pour sa fragilité : l’Épée as Estranges Renges5.

  • 6 Cf. entre autres Chrétien de Troyes, Le Chevalier au Lion, éd. Mario Roques, Paris, Honoré Champion (...)
  • 7 Fait confirmé par le discours médical. Lire entre autres : Sylvie Laurent, Naître au Moyen Âge, Par (...)
  • 8 Philippe Walter, La Mémoire du temps, Paris-Genève, Champion-Slatkine, 1989, p. 587.

13Que tout cela se joue à Noël ne laisse pas d’être signifiant, quand vont s’écouler les Douze Jours marquant le solstice d’hiver où le soleil affaibli tutoie l’horizon. Voilà qui creuse l’écart avec la coutume selon laquelle l’entrée dans le récit arthurien est estampillée par telle ou telle fête printanière, irriguant les aventures à venir de toute la sève de la reverdie. Ici, la bascule du solstice coïncide avec la subversion de Carduel, et l’absence de Gauvain le signale, qui rejoue ce qui se passe sur le plan du macrocosme, atteint par ce déficit de clarté. Quand y brille par son absence ce soleil de la chevalerie6, s’épanouit le règne hivernal des femmes, ces créatures au tempérament froid et humide en accord avec la saison7. Philippe Walter rappelle que « Noël est la fête du calendrier chrétien la plus marquée par les valeurs du matriarcat ; il en est de même dans la tradition celtique ou anglo-saxonne, puisque c’est, selon Bède, la “nuit des mères”, une nuit en l’honneur des fées8 ». Que le pouvoir royal soit frappé de débilité, et voilà que les mâles risquent bien de n’apparaître que sous la forme d’un souvenir (Gauvain) ou à l’état de promesse (Méraugis), tandis que règne sans partage Guenièvre la Blanche.

14On connaît la suite : au roi qui lui demande si son neveu est encore en vie ou en prison, le nain répond par une esquive avant de tourner les talons ; il faudrait le meilleur chevalier du monde pour ne serait-ce que tenter de retrouver Gauvain, désigné par une périphrase qui lui sied : le « chevalier as damoiseles » (v. 1318). Aucun des barons présents ne relève l’invite. Sauf Méraugis. Qui s’adresse alors au roi en parlant de lui-même à la 3e personne : « Sire, s’a ma dame plesoit, / li chevaliers ma dame iroit / en ceste queste. Priez li ! » (v. 1325-27). Qu’il soit tout entier réduit à cet anonymat courtois – qu’il soit soumis en fin’amant, au bon plaisir de Lidoine – se lit dans cette requête où absenté à lui-même, il prie Arthur d’intervenir auprès d’elle afin qu’elle lui accorde cette faveur. Lidoine accepte. Le chevalier as damoiseles va donc être l’objet de la quête menée par le chevalier sa dame. L’écart entre les dénominations saute aux yeux : à la multitude féminine collectée dans la périphrase gauvinienne s’oppose avec vigueur la mention de l’Unique à laquelle Méraugis est rivé, au point qu’il en perd son identité, littéralement absorbée par sa dame, tant il est en état de réplétion amoureuse, littéralement inondé d’amour pour elle (v. 464-477).

15De quoi charger la suggestion de la reine – « Aillors, non pas en ceste cort, / poez commencier la meslee » – de toute la valeur d’une parole programmatique : il s’agit pour Méraugis d’acquérir ailleurs ce qui lui manque pour battre Gorvain, en confirmant le théorique, l’abstrait jugement des dames au fil du roman. Partir dans cette quête où s’est aboli le meilleur des chevaliers, disparu en quête de l’onor – perdu ? – de la cour (v. 1271), c’est donc, faute de mieux, s’élancer « par la ou li nains fu alez ». Et nul doute qu’au sortir de Carduel, cette « route novele » ouverte par le nabot ne puisse s’entendre du point de vue littéraire aussi bien (v. 1384-87).

Premier janvier : la cour d’Amangon

  • 9 Sur ce début de voyage : Kristin Burr, « Meraugis de Portlesguez and the Limits of Courtliness », i (...)
  • 10 « Celtica », Romania 24, 1895, p. 326-27.
  • 11 Cf. Michelle Szkilnik, éd. cit., n. 78, p. 313 ainsi que l’Elucidation v. 23-155 (éd. A. W. Thompso (...)

16Appâté précisément par le leitmotiv abstrait de la honte à éviter et de l’onor à conquérir – puisque tels sont les termes de l’alternative que lui fera miroiter le nain au long de leur voyage9 – Méraugis, forcé de se satisfaire de cet enjeu sibyllin, met une semaine à rallier la cour d’Amangon, dans laquelle il débarque le 1er janvier (v. 2202). Là, tout bascule. Le souverain jouit d’antécédents légendaires passablement brutaux. Le roi Amangon / Amargon serait, selon Ferdinand Lot, l’avatar romanesque d’un héros appartenant au plus ancien cycle épique d’Irlande : Amorgen « à la chevelure de fer », père de Conall Cernach, rival de Cuchulainn10, un roi qui, dans l’Elucidation, vole et viole l’une des puceles féeriques vivant dans les puits du royaume de Logres11. Que ce violeur de fée se retrouve ici garant d’une coutume qui élit un marieur de jeunes filles relève sans doute de la parodie, comme le suppose Michelle Szkilnik. En tout cas, c’est bien de ce privilège dont Amangon gratifie un Méraugis avide d’explications après sa victoire sur le champion de la cour, privilège dont il s’agit d’abord de dépouiller le vaincu :

« L’onor est vostre. Il la vos let,
Puis qu’a force l’avez conquis.
Tenez mon gant. Je vos saisiz
De l’onor e des damoiseles.
. C. en i a e plus de beles
Qui sont a vos a marïer. » […]
Meraugis qui a s’onor prise
E receüe par son gant,
Mercie le roi. (v. 2309-73).

17L’onor que le nain fit miroiter à Méraugis depuis le début de son parcours, c’est donc ce pouvoir gagné de haute lutte, octroyé au meilleur des chevaliers sommé de remettre son titre en jeu tous les 1ers de l’an. Remis au vainqueur de la joute, le gant du roi concrétise cet honneur, parce qu’il symbolise la toute-puissance de sa volonté sur elles toutes. D’ailleurs, lors de la distribution des jeunes filles, peut s’ajouter une option pour le champion lui-même : « E s’einsi est qu’en ait envie, / il choisist cele quë il veult », ajoute Amangon (v. 2355-56).

18Loi du mâle. D’une cour à l’autre et sans un mot, le nabot aura conduit Méraugis au lieu qui se dresse face à la cour « dénaturée » d’Arthur comme son exacte antithèse. Surgit un enjeu analogue – à qui attribuer au mieux la femme ? – à ceci près que le scénario de naguère se diffracte, multiplié en autant de demoiselles qu’il s’en trouve à marier. Là-bas, le pouvoir de décision revenait à la foule des dames prohibant par la voix de leur reine tout combat, ici il revient à un seul, le meillor des chevaliers, un chevalier des demoiselles en somme, élu rituellement à coups d’épées. On notera donc la robustesse de cette cour et le pouvoir de son roi, que ne saurait lui contester des femmes devenues ombres anonymes, réduites au rang d’objets à prendre ou à laisser. De leur passivité témoigne le confinement de la reine : l’épouse d’Amangon se tient « jouste le roi, sor un perron » (v. 2218), réduite à cette elliptique mention qui suggère en toutes lettres sa mise de côté.

19Par ailleurs, le tour de roue qui remet les hommes en selle pourrait être préparé – voire permis – par un interdit lancé naguère, lorsque Méraugis était encore en chemin vers la cour. Il s’agit de la défense criée en urgence à l’instant où il s’apprête à suivre en toute innocence une voie convenue, et donc à pénétrer dans un essart. « Vite, fais demi-tour, lui jette le nain, “car se tu vas avant .ii. pas, / tu ez honiz !” » (v. 2165-66). Méraugis s’exécute sans comprendre, et le narrateur d’approuver :

Diex ! com li nains l’a retorné
De grant honte ! – Comment ? – S’il fust
Alez avant, enuis eüst
Sans retorner : dedenz l’essart
Li hardi devienent coart
Com lievre e li coart hardi
Plus que lïons. (v. 2179-85).

  • 12 Chrétien de Troyes, Le Chevalier de la Charrette, éd. Mario Roques, Paris, Honoré Champion, 1981, v (...)
  • 13 Chrétien de Troyes, Cligés, éd. Alexandre Micha, Paris, Honoré Champion, 1978, v. 3796-3812.

20Il s’en est fallu de peu. Ces deux pas que n’a pas faits Méraugis ne sont-ils pas les deux pas de Lancelot, appelé à la honte de grimper dans la charrette au nom de celle qu’il aime12 ? Si oui, cela donne la mesure de la critique portée par le roman nouveau sur les excès de la passion : esquiver le déshonneur saturant l’essart magique reviendrait à esquiver les bouleversements auxquels conduit la fin’amor. Car le mystère qui règne dans l’essart où l’ordre naturel est subverti, emporte avec lui le souvenir du moment où Cligès – le hardiz – tombait amoureux de Fénice au point qu’il n’osait l’aborder, et qu’il en devenait tout poltron, tout acoardiz. C’était là se comporter comme si les chiens fuyaient devant le lievre ou comme si le cerf chassait le lyon. Si vont les choses a envers, commentait alors Chrétien de Troyes, au bout d’une longue liste de comportements animaux contre nature13. Mais ici, l’énigmatique commentaire s’adresse au seul lecteur ; Méraugis, lui, n’en sait rien.

  • 14 Philippe Walter, « Merlin, l’enfant-vieillard », in D. Chauvin, dir., L’Imaginaire des âges de la v (...)

21L’on perçoit alors en quoi la cour d’Amangon pourrait offrir l’image d’un retour exagéré du balancier en faveur des mâles, quand la magie amoureuse ne leur met pas la tête à l’envers. Aussi pourrait-il faire signe de quelque enjeu futur dormant encore dans les limbes de cette histoire. Le 1er de l’an ouvre les calendes de janvier, lesquelles « sont le moment privilégié de l’année où il est possible de lire dans l’avenir […]. C’est le moment où le temps laisse deviner ses virtualités14 ».

22Interrogeons d’abord la nature du conflit qui éclata naguère entre le nain et le chevalier d’Amangon, déclenché par le non-respect d’un principe : encore faut-il que la loi du plus fort soit une loi juste. Le roi précise en effet au sujet de son champion des demoiselles :

« A son voloir les puet doner
E a son voloir departir.
Mais s’il veut par reson partir,
Qu’il ne li tort a vilonie,
A doner ne li covient mie
Que les abaist ne desparage.
S’einsi les depart sanz outrage
L’en li atorne a cortoisie. » (v. 2347-54).

23Pour agir en toute cortoisie, il faut donc répartir les dames sans qu’il y ait mésalliance, sans passer les bornes des convenances, sans outrage. Or – Méraugis l’apprend à l’issue de sa victoire – se comporter de façon outrageante, c’est ce que fit l’orguellous qu’il vient de battre, ce chevalier qui, selon le nain « tant s’outrecuidot par sa force » (v. 2415, 2385). Quelle fut sa faute ? Le champion refusa au nain camus sa naine camuse. Ce dernier dont on apprend dans la foulée qu’il est de lignée royale parce qu’apparenté à Amangon, se rebiffa devant l’injustice. Alors l’outrecuidant l’humilia d’une chiquenaude sur le nez. « Onques nel lessa por le roi, / ainz me feri en plaine cort / d’un de ses doiz sor mon nez cort. » D’où la colère du nabot, qui explique à Méraugis : « Jamais je n’ai été frappé par main de chevalier et ce fut sa honte : il n’avait plus de quoi donner une dame de cette main-là ». Aussi l’offensé s’engagea-t-il auprès d’Amangon à trouver un chevalier qui puisse prouver qu’en sa cour « il ne devoit estre / droiz chevaliers de sa main destre ». Et de conclure, satisfait, avec ces mots adressés à Méraugis : « Or est einsi du chevalier / que vos l’avez fet esclenchier » – « vous l’avez rendu gaucher » (v. 2407-35). Pure métaphore certes ; la pichenette sur le nez dont s’est rendue coupable la vilaine destre du chevalier est payée de retour par une amputation qui demeure toute symbolique – Méraugis le vainc mais ne le mutile pas – il n’empêche : sa défaite le prive ainsi de la main avec laquelle il opérait les mariages.

  • 15 Voir à cet égard la brève et excellente remarque de Ronald Spensley, « The Theme of Meraugis de Por (...)

24Aussi, d’une figure d’orgueil à l’autre, de l’outre-cuidant à celui auquel Méraugis sera confronté par la suite comme à son plus redoutable adversaire, l’Outre-doté15, ce que suggère la reprise du préfixe est on ne peut plus clair. Voici, de l’œil de Laquis arraché il y a peu par l’affreuse main de l’Outredouté, une réplique grotesque, frappée de nanisme : une chiquenaude. Si Méraugis se trouve ici amputer symboliquement son adversaire et pourvu du coup de cette main autorisant les mariages sous la forme concrète du gant que lui remet le roi Amangon, cela ne préfigure-t-il pas ce qui se passera plus de 2000 vers plus loin, lorsqu’il amputera l’Outredouté de sa main droite, cette main coupée qu’il emportera avec lui et couvera avec un entêtement prouvant non seulement qu’il tient à remettre à l’éborgné la preuve de sa vengeance (v. 4581-4692), mais aussi qu’à l’instar du gant d’Amangon, ce membre coupé lui ouvrira sans qu’il le sache l’accès à Monthaut, donc l’accès à celle qu’il a perdue ?

  • 16 Sur les mythes et légendes d’origine : Claude Lecouteux, Les Nains et les Elfes au Moyen Âge, Paris (...)

25Car ce n’est pas tout. Le nabot aime celle qu’il lui faut. Le nain camus décrit ainsi sa naine camuse16 :

« C’est la seule damoisele
Qu’en cest roiaume n’a sa per.
Nuls ne la vousist demander
Fors moi. Si vos dirai por qoi.
Ele est plus camuse de moi,
E plus corte, si est boçue.
Einsi come fols e maçue
Doivent toz jors aler ensamble,
Devons nos .ii., si com moi samble,
Par droit l’uns l’autre chalengier ». (v. 2397-2406).

  • 17 Cf. Maurice Lever, Le Sceptre et la Marotte, Paris, Fayard, 1983, p. 53-56 et les illustrations aff (...)

26La description commence par l’hyperbole d’usage qui esquisse le leurre d’une demoiselle à la beauté sans pareille, avant que la suite ne l’infirme en versant dans le grotesque : les difformités de la naine se calquent mot pour mot sur celles du nain, voire les aggravent. L’effet spéculaire se traduit par une comparaison : la paire de gnomes forme couple autant que le fou et sa massue, allusion sans doute à ces figurations où celui-ci s’accompagne de son bâton, bientôt sculpté en forme de tête à son image et brandi comme un petit miroir, silencieux reflet dans lequel parfois il se mire17. Cette ressemblance justifie une union qu’Amangon conseillera à Méraugis en des termes qui feront surgir une vraie gémellité :

« Sire, car li donez la fille,
La riens el mont qui plus li samble.
Ne sai s’il furent né ensamble,
Chascuns est si camus naïs
Qu’il s’entresamblent de laïs ». (v. 2447-51).

27Ainsi le nabot a-t-il en commun avec Méraugis celle qu’il lui faut – ainsi la naine camuse est-elle l’épouse idoine pour le nain camus. Alors est confirmé l’enjeu futur de cette histoire. Ce qui est appelé ici à se régler concerne bel et bien notre héros en devenir : qu’il l’emporte un jour sur l’Outredouté en l’amputant de sa main coupable, et sa victoire le rendra maître de son choix, celui d’une union avec l’Idonea, soit celle qui lui « convient » autant qu’au fou convient sa massue.

Monhaut : lundi de Pâques

28Arrive le printemps, à l’autre bout du roman. Après son combat fatal contre l’Outredouté le jour des Rameaux (v. 4379-82), Méraugis est donc retrouvé puis soigné incognito au château de Monthaut où se morfond Lidoine prisonnière. Descendu dans une chambre sous la tour, à l’écart et loin du bruit, le mourant sera appelé à revivre : « Tel paine i mist [Odelis] q’a mains d’une semaine / le respassa, si qu’il parla / a li e qu’il li demanda : / “Dame, ou sui ge” ? » (v. 4780-84). À la période pascale correspond par conséquent la « mort » puis la « résurrection » de Méraugis, dont la passion profane se calque sur le calendrier de la semaine sainte. Qu’il ait débarrassé le pays de l’Outredouté, ce diable qui semait la terreur et la dévastation, peut donc se lire avec humour en termes de libération christique, puisque c’est bel et bien « l’endemain de Pasques, le jor / qui est de joie, q’en se doit / esjoïr en ce jor tot droit » que le reclus se lève enfin et remonte des profondeurs jusqu’à une autre chambre là-haut, vers la lumière du feu qui y brûle (v. 4867-69). Alors un bref portrait commente l’être hideux qu’il est devenu :

Devant le feu commande
A fere un lit e on si fet.
Sor un tapiz seoir s’en vet
Li chevaliers. Mes ge vos di
C’onqes tant lede rienz ne vi.
Mout est alez, mes ce li vient
De ce que trop li mesavient
Sa teste, qu’il avoit tondue.
Il ne li faut fors la maçue
A sambler fol le plus a droit
Du mont. (v. 4897-4906).

  • 18 Folie de Berne, v. 127-54, Folie d’Oxford, v. 205-26, éd. D. Lacroix et Ph. Walter, Paris, le Livre (...)
  • 19 Sur le phénix, symbole de la renovatio temporum lié au mystère pascal de la Résurrection : Philippe (...)

29Laideur, tonsure à visée sans doute thérapeutique, semblant d’un fou. Oui, il est fou, poursuit le conteur, fou d’amour. Fou est son désir insensé de la voir. Et son commentaire fait sens, quand il complète le fol de sa compagne de bois, cette massue qui lui manque pour parfaire le tableau. Méraugis coincé au cœur du repaire de Bergis qui retient Lidoine en son pouvoir, devient le frère en folie de Tristan18, tandis que surgit la réminiscence de la cour d’Amangon, et ce qu’il s’y lisait d’obscure prédiction. Désormais, à chacun sa chacune, au fol sa maçue, laquelle ne tardera pas à apparaître sous la forme de Lidoine en compagnie des dames. En ce lundi de Pâques, en plein équinoxe de printemps, ce « phénix » renaissant de ses cendres retrouvera la reine d’Escavalon19.

30Par la suite, la victoire sur Gauvain puis la déconfiture de Bergis couronneront leurs retrouvailles et consacreront le triomphe de celui qui sera devenu le blanc chevalier. Dès lors, Lidoine se réduira à une silhouette escortant le héros à leur retour vers Cantorbile, la cour d’Arthur : il aura « jouste lui s’amie », confinée – comme l’épouse d’Amangon – à cette brève allusion. D’ailleurs la lame de fond se sera déjà propagée jusqu’à la cour elle-même. Une fois épongée la dette envers Laquis (Méraugis lui remettra la main de l’Outredouté pour prix de son œil gauche), c’est au roi tout seul qu’il demandera d’agréer un nouveau combat contre Gorvain, ce qu’Arthur lui octroiera sans hésitation (v. 5829-58). Le roman hivernal et son burlesque monde à l’envers pourra se conclure dans la clarté estivale d’un récit parfaitement bouclé à la Pentecôte. Il aura fallu pour cela le patient déminage d’une quasi mystique de l’amour à mi-chemin entre religion et féerie. Et la maturation d’un blanc-bec.

« N’est si haus bois qui n’ait broucille »

31« Pas de haute futaie sans broussaille », disait Amangon à Méraugis, commentant avec le sourire sa parenté avec le nain (v. 2446). Le proverbe pourrait aussi bien convenir à la mini-quête que gouverne ce dernier : greffée au début de la quête principale, elle en combine en version exiguë l’essentiel des enjeux.

  • 20 Danièle James-Raoul, « La digression dans les arts poétiques des xiie et xiiie siècles : aperçu thé (...)

32D’abord remettre le nabot en selle, puis finir par lui octroyer son amie, ainsi peut se résumer le rôle de Méraugis. Au terme de ce parcours qui égrène sous forme embryonnaire l’essentiel des aventures à venir, s’épanouiront en majeur les potentialités qu’il contient, de sorte qu’après de malgracieux débuts, nain camus et naine camuse s’avèrent les doubles prémonitoires et bouffons des deux héros. Mais si ce cycle d’épreuves résume la quête à venir dans son petit orbe burlesque, par un savant jeu de pliage, la voilà contractée et contrefaite à l’image de l’homoncule qui la pilote, jusqu’à en être méconnaissable. Rappelons à cet égard que la digressio a bel et bien valeur argumentative, en ce qu’elle s’éloigne du sujet avec lequel elle semble de prime abord n’avoir aucune ressemblance, mais en éclaire indirectement la signification par effet de contrepoint (Poetria nova, v. 206-21620).

  • 21 Jacques Heers en précise le calendrier. Nativité : 25 décembre, Saint-Étienne, patron des diacres, (...)

33Pour en revenir à l’ingénu Méraugis, il aura cherché son honneur avec obstination, au long de la route novele dont son guide lui taisait pourtant les clés d’interprétation. En marionnettiste qui manœuvre son pantin, ce dernier aura traité le chevalier, ce poupart soumis au jugement des dames (v. 1076), comme on traite un nourrisson encore privé de raison. D’où, sans doute, l’abolition de Lidoine. Ce qu’elle incarne ne devait-il pas être laissé en suspens, durant cette octave de Noël au 1er de l’an où s’égrènent l’une après l’autre, les fêtes qui exaltent l’Enfance21 ? Si le récit oublie l’amie, n’est-ce pas parce que notre néophyte ne pouvait triompher qu’au bout d’une phase de latence durant laquelle le questionnement à porter sur la fin’amor n’était, pour lui, pas encore de saison ? En toute logique, le sursis ne pouvait prendre fin qu’après ce coup d’essai, sa voie le conduisant dès lors à l’Esplumoir Merlin, une fois Lidoine réapparue à ses côtés.

34En traversant ces zones de turbulences, Méraugis entré en armes dans cette histoire, et donné d’emblée comme un chevalier accompli, apparaît donc nanti d’une sorte de double biographie où se surimpriment des chronologies à élasticité différente. Le traitement « objectif » de la quête qui s’étend sur une durée de quelque six mois, se double d’un traitement « subjectif » qui lui, demeure sous-jacent : Méraugis suit un parcours narratif qui le mène du poupart à la popine puis jusqu’au blanc chevalier, de sorte qu’affleure une seconde ligne de vie qui raconte la rapide maturation d’un bambin d’abord privé d’entendement. Enfance de l’aventure, aventure d’un enfant. Ainsi Meraugis – le roman plus encore que le héros – s’offre-t-il à lire comme un nouveau venu sur la scène arthurienne, lui qui fournit à son béjaune un guide qui lui fait écho par le calibre sinon par le fichu caractère : un nain.

Notes

1 Parmi les derniers articles en date : Francis Gingras, « Roman contre roman dans l’organisation du manuscrit du Vatican, Regina Latina 1725 », Babel 16, 2007, p. 61-80 ; Michelle Szkilnik, « Méraugis et la Joie de la Cité », Cahiers de Recherches Médiévales et Humanistes 15, 2008, p. 113-27 ; Isabelle Arseneau, « Meraugis de Portlesguez ou l’art de railler et de faire dérailler la mécanique du roman », Études françaises 47-2, 2011, p. 21-37. Voir aussi Romaine Wolf-Bonvin, « Quand la courtoisie bat de l’aile : Lidoine et la Vieille estivale dans Meraugis de Portlesguez », in Margarida Madureira, Carlos Clamote Carreto, Ana Paiva Morais, dir., Parodies courtoises, parodies de la courtoisie, Paris, Classiques Garnier, 2016., p. 155-174.

2 Édition de référence : Raoul de Houdenc, Meraugis de Portlesguez, éd. Michelle Szkilnik, Paris, Honoré Champion, 2004.

3 Danièle James-Raoul, La Parole empêchée dans la littérature arthurienne, Paris, Honoré Champion, 1997, p. 46.

4 Le nom gallois signifierait « blanc fantôme » ou « blanche apparition » comme le notait déjà Jean Frappier, (Chrétien de Troyes, Paris, Hatier, 1968 p. 34).

5 Sur le sujet : Marc Loison, Les Jeux littéraires de Raoul de Houdenc, Paris, Honoré Champion, 2014, p. 814-23 et 343-349.

6 Cf. entre autres Chrétien de Troyes, Le Chevalier au Lion, éd. Mario Roques, Paris, Honoré Champion, 1980, v. 2402-10.

7 Fait confirmé par le discours médical. Lire entre autres : Sylvie Laurent, Naître au Moyen Âge, Paris, Le Léopard d’Or, 1989, chap. IV.

8 Philippe Walter, La Mémoire du temps, Paris-Genève, Champion-Slatkine, 1989, p. 587.

9 Sur ce début de voyage : Kristin Burr, « Meraugis de Portlesguez and the Limits of Courtliness », in D. O’Sullivan, L. Shepard, dir., Shaping Courtliness in Medieval France, Essays in honor of Matilda Tomaryn Bruckner, Cambridge, D.S. Brewer, 2013, p. 83-94.

10 « Celtica », Romania 24, 1895, p. 326-27.

11 Cf. Michelle Szkilnik, éd. cit., n. 78, p. 313 ainsi que l’Elucidation v. 23-155 (éd. A. W. Thompson, Genève, Slatkine reprints, 1982).

12 Chrétien de Troyes, Le Chevalier de la Charrette, éd. Mario Roques, Paris, Honoré Champion, 1981, v. 4484-87.

13 Chrétien de Troyes, Cligés, éd. Alexandre Micha, Paris, Honoré Champion, 1978, v. 3796-3812.

14 Philippe Walter, « Merlin, l’enfant-vieillard », in D. Chauvin, dir., L’Imaginaire des âges de la vie, Grenoble, ELLUG, 1996, p. 131.

15 Voir à cet égard la brève et excellente remarque de Ronald Spensley, « The Theme of Meraugis de Portlesguez », French Studies 27-2, 1973, p. 131-32.

16 Sur les mythes et légendes d’origine : Claude Lecouteux, Les Nains et les Elfes au Moyen Âge, Paris, Imago, 1988. Pour l’écart du couple de nains par rapport à la tradition littéraire française : Francis Gingras, Érotisme et Merveilles dans le récit français des xiie et xiiie siècles, Paris, Honoré Champion, 2002, p. 166-75, et Anne Martineau, Le Nain et le Chevalier, Paris, PUPS, 2003.

17 Cf. Maurice Lever, Le Sceptre et la Marotte, Paris, Fayard, 1983, p. 53-56 et les illustrations afférentes, essentiellement du xve siècle et au-delà.

18 Folie de Berne, v. 127-54, Folie d’Oxford, v. 205-26, éd. D. Lacroix et Ph. Walter, Paris, le Livre de Poche, 1989.

19 Sur le phénix, symbole de la renovatio temporum lié au mystère pascal de la Résurrection : Philippe Walter, La Mémoire du temps…, op. cit., p. 588-90.

20 Danièle James-Raoul, « La digression dans les arts poétiques des xiie et xiiie siècles : aperçu théorique, in Chantal Connochie-Bourgne, dir., La Digression dans l’art et la littérature du Moyen Âge, Aix-en-Provence, PUP, 2005 p. 229-243. Plus particulièrement sur la Poetria Nova de Geoffroi de Vinsauf : Jean-Yves Tilliette, Des mots à la parole. Une lecture de la Poetria nova de Geoffroy de Vinsauf, Genève, Droz, 2000, p. 87-97.

21 Jacques Heers en précise le calendrier. Nativité : 25 décembre, Saint-Étienne, patron des diacres, des jeunes et des faibles : 26 décembre, Saint-Jean l’Évangéliste : 27 décembre, Saints-Innocents : 28 décembre, Circoncision : 1er janvier. Cf. Fêtes des fous et carnavals, Paris, Fayard, 1983, chap. III (voir aussi Francis Gingras, Roman contre roman…, art. cit., n. 23, p. 75).

© Presses universitaires de Provence, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search