Version classiqueVersion mobile

Raoul de Houdenc et les routes noveles de la fiction

 | 
Sébastien Douchet

Faire neuf. Évolutions, innovations et brouillages

L’adieu au roman

Isabelle Arseneau

Texte intégral

  • 1 Francis Gingras, Le Bâtard conquérant. Essor et expansion de la forme romanesque au Moyen Âge, Pari (...)
  • 2 Anthime Fourrier, « Raoul de Houdenc : est-ce lui ? », in Mélanges de linguistique romane et de phi (...)

1Dans le chapitre du Bâtard conquérant intitulé « Roman et narration longue », Francis Gingras commente l’originalité du Roman des eles et remarque que son auteur, Raoul de Houdenc, semble « refuser l’opposition fonctionnelle entre roman de chevalerie et texte didactique1 ». Cette mise en tension de la fiction et du didactisme qui aurait orienté la production de l’œuvre n’est pas sans avoir infléchi aussi sa réception, tant médiévale que moderne. Pendant longtemps, c’est en effet en opposant fiction futile et fiction utile que les philologues et éditeurs ont travaillé à l’attribution et à l’établissement de la chronologie des œuvres de Raoul de Houdenc. Anthime Fourrier remarque ainsi dans un article intitulé « Raoul de Houdenc : est-ce lui ? » qu’un « assez long espace de temps sépare Meraugis, œuvre de jeunesse, du Songe, produit de la maturité », chronologie qui ménage un espace mitoyen au Roman des eles, qui devient dès lors une œuvre transitoire entre celles jugées « moins abouties » (œuvres de fiction) et celles, « matures » (œuvres didactiques), qui ne s’embarrassent plus de la vanité de la fable2.

  • 3 Voir, outre les réflexions fondamentales de Renate Blumenfeld-Kosinski et de Keith Busby, les contr (...)

2Si cette association propose une vue par trop téléologique des choses, il reste qu’il se dégage à la lecture des œuvres complètes de l’auteur l’impression que cette dénonciation de la vanité de la fiction et de l’artificialité de ses codes, loin de ne caractériser que ce que les philologues convoqués ont appelé la « maturité » de l’œuvre, en constitue bien plutôt la basse continue. D’évidence, ce procès de la fable emprunte les voies de la parodie3, le grossissement des traits que suppose la réécriture ludique étant peut-être le mieux à même de faire apparaître à quel point la fiction – du moins celle d’Arthur – tourne à vide, à l’image d’ailleurs de cette carole aussi frénétique qu’enchantée dans laquelle est pris Méraugis dans le roman éponyme. Mais ce procès, qui dans les deux récits arthuriens se traduit par une sorte de fol emballement de la machine romanesque, se concrétise aussi par un désir de dompter le roman en assujettissant à l’utilité et à l’efficacité un genre qui se définit justement par le plaisir qu’il prend à l’inanité et à l’étendue de ses fables.

  • 4 Raoul de Houdenc, Li Dis Raoul Hosdaing, éd. Charles H. Livingston, The Romanic Review XIII- 4, oct (...)
  • 5 Francis Gingras, Le Bâtard conquérant…, op. cit., p. 343.
  • 6 Raoul de Houdenc, The Songe d’Enfer of Raoul de Houdenc : An Edition Based on All the Extant Manusc (...)
  • 7 Pour peu que l’on accepte, avec les tenants de la Nouvelle Philologie, de considérer le scribe comm (...)
  • 8 Le roman de Meraugis a été conservé dans trois manuscrits complets : V = Vatican, Bibliothèque Apos (...)

3Le Bourjois Bourjon est sans doute l’œuvre qui témoigne le mieux de ce rapport problématique à la fabula. On se rappelle en effet que le narrateur du prologue, risquant l’oxymore, qualifie le récit qu’il entreprend de « fablel sans fable4 », rejetant ainsi « les fondements fictifs5 » du fabliau pour n’en retenir que la forme (brève) et les fonctions (didactique et exemplaire), comme il le fera plus tard dans le Songe d’Enfer, qui se pose dans l’épilogue comme un fablel « sanz mençonge6 ». Dans les œuvres précédentes (Meraugis, la Vengeance et le Roman des eles), cette dénonciation ne s’articule jamais aussi directement et il s’agit plutôt pour l’auteur de dispenser une leçon en actes sur ce que devrait être ou chercher à devenir ce qui est déjà, au xiiie siècle, une forme à succès. Ces tentatives d’échappées du genre se remarquent d’abord sur le plan métatextuel de la désignation générique. Dans Meraugis et la Vengeance, l’« adieu au roman » se traduit en effet par une série de glissements sémantiques du vocabulaire qu’un siècle de pratique narrative a rendu disponible (livre, matière, conte, istoire) et par la disparition de la dénomination attendue (le substantif roman). Cette absence est relayée par tous les copistes sauf un, et caractérise autant le péritexte éditorial (les formules d’incipit et d’explicit, les marginalia et les tables) que le péritexte auctorial (les prologues et épilogues et les interruptions du narrateur)7. Dans le Roman des eles, cette problématisation des genres aboutit à une réappropriation et un transfert étonnants de l’appellation consacrée : privant deux textes que leur matière arthurienne associait sans doute spontanément à la catégorie du roman, l’auteur y recourt trois fois plutôt qu’une pour rendre compte de ce qui n’en a ni le fond ni la forme ou du moins l’étendue. Enfin, cette disparition n’est pas sans avoir troublé le copiste du manuscrit de Vienne (Österreichische Nationalbibliothek, 2599) – l’un des trois seuls témoins à avoir conservé l’intégralité du roman de Meraugis8 – puisqu’on le surprend à tenter d’aligner son objet sur l’horizon d’attente des lecteurs de romans arthuriens plus « conventionnels », habitués à des romans qui en ont et le nom et la forme.

Dehors, le roman ! Analyse de la désignation générique (et de son absence) dans Meraugis de Portlesguez, la Vengeance Raguidel et le Roman des eles

  • 9 Marie-Louise Ollier, « The Author in the Text : The Prologues of Chrétien de Troyes », Yale French (...)
  • 10 Meraugis de Portlesguez. Roman arthurien du xiiie siècle, éd. bilingue, Michelle Szkilnik, Paris, H (...)

4L’analyse comparée des occurrences des termes livre, matière et conte dans le texte et le péritexte de Meraugis de Portlesguez et de la Vengeance Raguidel met au jour des différences sémantiques quasi imperceptibles mais néanmoins significatives avec le vocabulaire des prologues de Chrétien de Troyes, étudié naguère par Marie-Louise Ollier et Tony Hunt dans des articles souvent cités9. Dans un épilogue qui cultive l’« art de la reprise10 », le narrateur de Meraugis signale la fin de son récit en recourant à des termes connus de l’auditeur-lecteur et dont le sens s’est figé, depuis les prologues des premiers romans et, plus particulièrement, ceux du maître champenois :

Cis contes faut, si s’en delivre
Raoul de Houdenc qui cest livre
Commença de ceste matire.
Meraugis de Portlesguez, v. 5892-5894 (nous soulignons).

  • 11 Nous reprenons l’expression de Roger Dragonetti, Le Mirage des sources. L’art du faux dans le roman (...)
  • 12 Chrétien de Troyes, Cligès (Œuvres complètes, dir. Daniel Poirion, Paris, Gallimard, « Bibliothèque (...)
  • 13 The Romance of Hunbaut. An Arthurian Poem of the Thirteenth Century, éd. Margaret Winters, Leiden, (...)

5L’acception du terme livre contraste ici avec le sens qu’il a dans l’œuvre de Chrétien de Troyes, où il renvoie le plus souvent à la source latine dont le romancier s’amuse à faire miroiter le mirage11, comme par exemple les « livres de l’aumaire / Mon seignor saint Pere a Biauvez12 » ou celui que le comte Philippe de Flandres aurait remis au narrateur du Conte du Graal et dont ce dernier dit se « delivrer » (v. 64-66), verbe polysémique qui réapparaît d’ailleurs dans l’épilogue de Meraugis. Dans le « roman » de Raoul de Houdenc, le terme livre sert cependant à désigner non pas la source mais le résultat obtenu suite à la transformation d’une matière. Il se rapproche ainsi du sens qu’il avait dans la Charrette (« Comance Crestïens son livre », v. 25) et qu’il aura encore dans le roman parodique de Hunbaut (« Por moi le di qui faic un livre13 »).

  • 14 Comme le fait Michelle Szkilnik (éd. cit., p. 443) : « Raoul de Houdenc, qui commença ce livre sur (...)
  • 15 Marie-Louise Ollier, « The Author in the Text… », art. cit., p. 30.
  • 16 La Vengeance Raguidel, éd. Gilles Roussineau, Genève, Droz, 2004, v. 12.

6Quant au terme matire (v. 5894), il conserve le sens de « matériau brut », qu’il recouvre aussi dans le Roman des eles lorsqu’il est question de la matière des plumes et de l’écu (v. 318 et 466). Si, lorsqu’il s’agit de la matière d’un conte, le terme demande à être rendu par le substantif « sujet14 », il lui arrive aussi de désigner plutôt la source dont se sert prétendument l’auteur, conformément à ce que Marie-Louise Ollier remarquait dans les prologues du maître champenois15 : « Ensi com la matiere conte » (v. 4292), phrase reprise à l’identique dans la Vengeance (« Issi com la matere conte16 »). Raoul de Houdenc se signale cependant encore une fois par l’inflexion nouvelle qu’il donne au substantif auquel recouraient déjà ses prédécesseurs, en se posant, dans la Vengeance, comme un « générateur » de matière, là où le terme renvoyait jusque-là à une phase initiale de la production du texte (par exemple, l’étape du choix du sujet) :

  • 17 Le manuscrit A (Chantilly, Condé 472) donne plutôt : « istoire fait bien a conter ».

Ci commence Raols son conte,
Qui ne fait pas a mesconter,
Ançois17 fait molt bien a conter
Et a oïr et a retraire.
La matere qu’il en vielt faire
Est verités, si fait a croire.
La Vengeance Raguidel, v. 3320-3325 (nous soulignons).

  • 18 « De qoi feroie lonc contes ? » ou « ne seroit li contes fallis » (Meraugis, v. 3703 et 5956) ; « P (...)

7Ce même type de glissement – qui suppose que l’on retienne un terme imprécis sur le plan de la désignation générique – se remarque aussi à propos du terme conte. L’examen attentif de l’ensemble des occurrences dans les récits arthuriens de l’auteur permet de constater que le substantif peut renvoyer, sans surprise, soit à une séquence narrative (« Ne vos voel ci lonc conte fere », Meraugis, v. 799), soit plus largement au récit, notamment dans les traditionnelles formules d’abrègement (« Que vos feroie plus lonc conte ? », Vengeance, v. 27318). Cependant, contrairement à ce que remarque Marie-Louise Ollier à propos des prologues de Chrétien de Troyes, le terme conte ne renvoie que très rarement chez Raoul de Houdenc à la prétendue source qui serait à l’origine du récit. En effet, on ne retrouve aucune occurrence de ce procédé rhétorique dans la Vengeance et, hormis une leçon du manuscrit de Vienne (W) sur laquelle nous reviendrons, Meraugis n’en accueille qu’une seule, au moment des affrontements finaux, lorsque le narrateur, pris dans un dialogue avec le narrataire, renvoie au « droit conte » (v. 5254-5256). C’est encore le sens général de « récit » (profondément oral, au même titre d’ailleurs que ces novelles qui circulent de façon obsédante dans la Vengeance) qui réapparaît dans le corps du texte lorsque la pucelle aux dras envers propose à Gauvain de lui exposer les aventures à l’origine de son bestornement (« Or oiés le conte mortel, / par foit, et jel vos conterai », v. 4950-4951) ou lorsque la Pucelle de Gaudestroit se propose de relater, toujours pour le neveu d’Arthur, l’origine du sarcophage commun qu’elle leur a fait construire, dans un passage fortement saturé d’occurrences :

– Sire, se vos estoit contés
Li contes por qoi jel fis faire,
Mout vos poroit li contes plaire
Por conter a le cort le roi.
Il li respont : « Contés le moi
Certes, jel conterai a cort… »
La Vengeance Raguidel, v. 2210-2215 (nous soulignons).

  • 19 Gilles Roussineau, La Vengeance…, éd. cit., p. 24.
  • 20 On compte une occurrence de plus dans le manuscrit V, le seul manuscrit complet à avoir conservé la (...)
  • 21 Le manuscrit M (Nottingham, Wollaton Library, WLC/LM/6) étant incomplet de la fin (il est amputé d’ (...)

8Si les variations de sens observées ne sont pas inusitées, il est cependant remarquable que les termes livre, matière et conte – auxquels une leçon du manuscrit de Chantilly (Condé, 472) adjoint aussi le substantif istoire – se substituent au vocabulaire générique par ailleurs disponible. Cette substitution se remarque dans les lieux précis où le terme roman apparaît depuis plusieurs décennies déjà, c’est-à-dire dans les formules péritextuelles par lesquelles l’auteur évoque, comme l’écrit Gilles Roussineau, son « travail d’écrivain19 ». C’est déjà ce que l’on avait dans l’épilogue (« cest livre » et « cis contes faut20 »), et c’est encore ce qui se répète dans le seul manuscrit à avoir conservé l’épilogue de la Vengeance (Chantilly, Condé, 47221) :

[…] Ici faut et remaint
Li contes, qu’il ne dure mes.
Raols quil fist, ne vit aprés
Dont il fesist grinnor acontes
Qui n’i soit noumé. C’est li contes
De la Vengeance Raguidel.
Nus nel porroit trover plus bel,
N’an voir, car de lui est estraite,
Et por ce doit estre avant traite.
La Vengeance Raguidel, v. 6100-6108 (nous soulignons).

9On remarquera enfin que trois des quatre passages où « l’homme et l’œuvre » se signalent à la mémoire de l’auditeur-lecteur recourent au terme conte, tant dans les épilogues qu’au moment de ces sorties du récit que s’autorisent les narrateurs : « Ci commence Raols son conte (Vengeance, v. 3320) ; « Raouls qui fist [le conte] » (Vengeance, v. 6103) ; « Raouls qui ramaine cest conte » (Meraugis, v. 4294).

10Cette indétermination – pour peu que l’on s’entende pour dire que roman suppose une restriction sémantique des termes conte, livre et matière – caractérise aussi le péritexte éditorial puisqu’elle est maintenue par les différents scribes qui, sauf celui du manuscrit de Vienne, ne retiennent jamais le substantif roman (ou son dérivé verbal), ni dans les formules d’incipit, ni d’ailleurs dans les explicit. Dans le manuscrit du Vatican, la fin de Meraugis est marquée par la triple répétition de la formule Explicit Meraugis de Portlesguez (f. 130) et contraste fortement avec les intitulés finaux des trois récits qui le précèdent dans le recueil et qui recourent systématiquement au substantif roman :

Ci faut li romanz de la charrette », (f. 34),
Ci faut li romans / Dou Chevalier au leon », (f. 68),
Explicit li romans de la rose, (f. 98)
(nous soulignons).

11De la même façon, dans le manuscrit de Turin, les formules d’incipit de Gliglois et de Meraugis ne donnent que le nom du héros éponyme : la formule « Chest de Meraugin de Pollesgues » sépare le récit de Raoul de Houdenc du récit précédent, signalé par la formule d’incipit « C’est de Gliglois, comment il eut grant paine pour s’amie » (f. 63a). En revanche, là où le plus court roman arthurien se clôt par la formule « Explicit le roman de Gliglois » (f. 81c), la fin du récit de Raoul n’est signalée que par la formule « Explicit de Meraugis » (f. 119). De la même façon, dans l’unique manuscrit qui a conservé l’intégralité de la Vengeance (Chantilly, Condé, 472), le récit de Raoul est suivi de la formule « Explicit li Vengance de Raguidel ». Enfin, dans le manuscrit de Nottingham (Wollaton Library, WLC/LM/6) où la Vengeance est amputée de 92 vers (ou d’un folio), l’annotation marginale « Del roi Artut » (f. 304a) fait office de formule d’incipit et associe le récit à venir non pas à une catégorie générique mais tout simplement à une matière, celle d’Arthur.

12L’analyse des occurrences du terme roman dans l’œuvre a priori non romanesque de Raoul de Houdenc se révèle elle aussi éclairante. Privant de la dénomination attendue deux récits que leur forme (le couplet d’octosyllabes à rimes plates), leur matière (Arthur et la Table Ronde) et leur étendue (un peu moins ou un peu plus de 6000 vers) associent spontanément au roman, l’auteur bouleverse l’horizon des attentes et y recourt à trois reprises à propos d’un bref exposé didactique et allégorique qui s’oppose, presque en tous points, aux caractéristiques du genre. Le terme apparaît d’abord dans le prologue :

  • 22 Raoul de Houdenc, Le Roman des eles. The Anonymous Ordene de Chevalerie, éd. et trad. Keith Busby, (...)

Por ce me plaist en mon romans
Ke des chevaliers vos comans
Noviauz moz, u ilh poront prendre
Exemple et cortoisie aprendre.
Le Roman des eles22, v. 5-8 (nous soulignons).

  • 23 Voir dans le présent recueil d’articles la contribution d’Hélène Dupraz-Rochas.

13Associant, comme il est de coutume, le roman à la dimension du plaisir (v. 523), le narrateur signale la nouveauté de son entreprise (v. 6) qui, dans une double tentative de réconciliation de la fiction et du didactisme et de redéfinition du genre, espère faire du roman le lieu de l’exemple et de l’apprentissage (v. 7-8). Contrairement à ce que l’on a pu observer dans Meraugis et la Vengeance, le terme roman recouvre sa fonction de restriction et sert, dans l’épilogue, à préciser le sens du terme conte et à donner son titre au récit :

De ce conte conter avant
N’ai soing que plus m’en entremette ;
Lairai je que non ne li mete
A cest romans ? Par foit, je non :
Li romans des eles ait non.
Le Roman des eles, v. 656-660.

  • 24 Francis Gingras, Le Bâtard conquérant…, op. cit., p. 344-345.
  • 25 Ibid.

14Comme l’a fait remarquer Francis Gingras dans les pages du Bâtard conquérant où il commente les aménagements textuels du manuscrit aujourd’hui conservé à la Fondation Bodmer24, ce passage n’est pas sans avoir troublé les copistes. L’examen du péritexte éditorial tend en effet à suggérer qu’ils ont été sensibles au contraste entre le nom et la chose, c’est-à-dire entre le titre et l’œuvre, et qu’ils se dissocient pour la plupart assez clairement de ce que l’on est tenté d’envisager comme un caprice d’auteur. Ainsi, les manuscrits Bibliothèque nationale de France, français 837 et 19152 annoncent respectivement « C’est les hailes de courtoisie » (f. 54r) et « Des eles de courtoisie par quoi les chevaliers doivent être courtois » (f. 39r) – formule reprise en abrégé dans la table des matières (« Des ailes de courtoisie ») –, alors que les intitulés finaux donnent plutôt : « Expliciunt les eles de cortoisie » (Bibliothèque nationale de France, français 837) et, tout simplement, « Explicit » (Bibliothèque nationale de France, français 19152). C’est sans doute le manuscrit de Turin (L.V 32) qui fait le mieux apparaître la résistance sur le plan de la réception à cette tentative de redéfinition du roman puisque la formule d’incipit précise cette fois : « C’est li lais des .vii. eles » (f. 112v), catégorie générique (le lai) qui a sans doute paru plus appropriée pour rendre compte de ce qui, par son registre et par sa forme ou son étendue, n’est ni un roman ni un fabliau. À l’inverse de Meraugis et de la Vengeance, qui en ont tous les airs sans en porter le titre, le Roman des eles s’approprie le nom de ce genre auquel il doit pourtant très peu et, prêchant par l’exemple, formule le vœu, resté pieux, de voir cette grande forme à succès prendre la voie du didactisme (par l’allégorie, notamment) et de la brièveté25.

Une indétermination qui agace : l’exemple du manuscrit de Vienne

  • 26 Pour une description du manuscrit, voir Keith Busby, « Mise en texte and mise en image : Meraugis d (...)

15Ce sont sans doute cette indétermination générique et ces jeux de glissements qui déjouent sans cesse l’horizon d’attente des auditeurs/lecteurs de romans qu’a voulu pallier le copiste du manuscrit qui est aujourd’hui conservé à la Bibliothèque nationale autrichienne à Vienne (Österreichische Nationalbibliothek, 2599) et qui ne contient que Meraugis. Dans ce manuscrit de luxe daté du deuxième quart du xive siècle, composé d’une œuvre unique et sans doute préparé pour Jeanne de Bourgogne26, le terme livre, qui apparaît toujours dans l’épilogue, acquiert évidemment un sens particulier et renvoie précisément à l’objet matériel dont le copiste semble avoir soigné l’unité et la cohérence. L’examen du manuscrit de Vienne nous permet d’ailleurs de formuler l’hypothèse d’un copiste cherchant à adoucir la part antiromanesque de l’œuvre initiale.

  • 27 Ibid., p. 96.
  • 28 « Pur ce Raoul de son sens dit » (v. 17), vers qui n’est pas sans faire écho au prologue d’Érec et (...)
  • 29 Où le commentaire sur le surnom acquiert un sens particulier puisque Meraugis succède au Guillaume (...)

16Pour ce faire, il a d’abord travaillé les extrémités du texte. L’adjonction du prologue attendu lui permet de retrouver non seulement un péritexte plus conforme à la tradition romanesque en vers mais aussi « a strong authorial presence27 », notamment grâce à une première signature d’auteur qui imite celle de Chrétien de Troyes dans Érec et Énide28. La suppression des dix dernières lignes soigne elle aussi la clôture du texte qui, contrairement à la version conservée dans le manuscrit du Vatican29, se termine par un vers « performatif » qui annonce « Que Raouls s’en taist a itant » (v. 5897), ce que vient réaliser le récit qui, justement, s’achève :

Vatican, Reg. Lat., 1725 Vienne, ÖN, 2599
Cis contes faut, si s’en delivre Raoul de Hodenc qui cest livre
Raoul de Houdenc qui cest livre Comença de ceste matire.
commença de ceste matire. Se nuls i trove plus que dire
Se nus i trueve plus que dire Se nuls i trove plus que dire
Qu’il n’i a dit, si die avant, Qu’il n’i a dit, sel die avant,
Que Raouls s’en taira atant. Que Raoul s’en test a itant.
Et gel o bien quë il s’en taise.
  • 30 Meraugis de Portlesguez, roman de la Table Ronde par Raoul de Houdenc publié pour la première fois (...)
Por ce que cis contes miex plaise Explicit li romanz de Meraugis de
I deüst il autre non metre, Portlesguez par maistre Raoul de
Car li sornons, ce dit la letre, Hodenc30, (nous soulignons).
Est si vers le mont entechiez,
Se ce ne fust vilains pechiez
Je blasmasse lui e son livre.
Que hom qui d’aumosnes doit vivre
Doit toz jors ses pechiez plorer
E por ses bienfetors orer.
Meraugis de Portlesguez, v. 5892-5907.

17Cet alignement sur l’horizon des attentes du lecteur du xive siècle passe aussi par le recours au terme roman, qui apparaît désormais autant dans le texte que dans le péritexte, alors qu’il se signale plutôt par son absence dans les autres versions conservées. On se rappelle en effet qu’au moment où le récit retrouve Méraugis, qu’il avait pour ainsi dire « oublié » à la carole magique, l’auteur fait irruption en se désignant dans les manuscrits V et T comme celui qui « ramaine » le conte, leçon qui diffère du vers tel qu’il se donne à lire dans le manuscrit de Vienne, où apparaît plutôt le verbe « romancer » :

  • 31 Meraugis de Portlesguez, éd. Mathias Friedwagner, Genève, Slatkine 1975 (Halle, Niemeyer, 1897), v. (...)
Vatican, Reg. Lat. 1725
Turin, L. IV. 33
Vienne, ÖN, 2599
E Meraugis, que devint il ? Et Meraugis, que devint il ?
Carole il encorë ? – Oïl, Carole il encore ? – Oïl,
Einsi com la matière conte. Einsi com la matire conte.
Raouls qui ramaine cest conte Raous qui romance le conte
Trueve c’onqes n’en remua Trueve qu’onques n’en remua
De caroler… De caroler…
Meraugis, v. 4290-4295 (nous
soulignons).
Meraugis, éd. Friedwagner31,
v. 4331-4336 (nous soulignons).
  • 32 Voir surtout Francis Gingras, Le Bâtard conquérant…, op. cit.
  • 33 Keith Busby, « Mise en texte… », art. cit., p. 96.
  • 34 Voir surtout Pierre-Yves Badel, Le Roman de la Rose au xive siècle. Étude de la réception de l’œuvr (...)
  • 35 Voir par exemple les manuscrits de la Bodleian Library (Selden Supra 57, f. 28v et Douce 332, f. 41 (...)

18Cette leçon, dont s’est servi Gilles Roussineau pour corriger un vers de la Vengeance (v. 3320), est pourtant propre au manuscrit W : en rétablissant le rapport de force entre le conte et le roman, elle concorde davantage avec les enseignements que dispense le genre depuis les premières grandes translations où l’exercice de « mise en roman » ne se présente plus comme un simple transfert linguistique mais comme la transformation littéraire d’une (supposée) matière première32. Ce souci de conformité avec la tradition se donne aussi à lire dans l’explicit : en effet, dans la formule du dernier folio, le terme roman retrouve sa fonction de restriction sémantique et sert à nouveau à préciser la catégorie générique du récit qui s’achève : « Explicit li romanz de Meraugi de Portlesguez. par maistre Raoul de Hodenc » (f. 38vb, nous soulignons). Bien plus, la référence au savoir prestigieux du maistre – que la miniature d’ouverture représente à son pupitre, le doigt levé « in a didactic gesture33 » – cherche sans doute à hisser le roman au rang de la littérature « qui enseigne » en le rattachant par son péritexte à la grande tradition du Roman de la Rose, que le xive siècle associe surtout à maistre Jehan de Meun34, représenté à son pupitre dans plusieurs manuscrits, d’une façon qui n’est pas sans ressemblance avec le portrait de maistre Raoul35.

  • 36 Isabelle Arseneau, « Meraugis de Portlesguez ou l’art de railler... » art. cit.
  • 37 C’est aussi le cas dans V (Keith Busby, art. cit., p. 98 : « ponctuation is particularly heavy in p (...)

19Ces indications génériques sont propres et particulières au manuscrit de Vienne. L’examen comparé des témoins conservés suggère d’ailleurs que le copiste de W a cherché à équarrir ce roman dont les aspérités caractérisent autant le plan de la thématique par la réécriture ludique et distanciée des principaux motifs de la tradition que celui de la mécanique que viennent faire dérailler les jeux de dialogue entre le narrateur (N1) et un narrataire (N2) qui n’hésite jamais à interrompre la bonne marche du récit par une série de questions dont la pertinence varie36. Ces interruptions ont à ce point gêné le copiste de W qu’il a tenté de faciliter la tâche du lecteur non seulement par une ponctuation particulièrement marquée37 mais aussi par une série d’aménagements textuels visant à alléger le procédé dialogique. En effet, la lecture parallèle des passages tels qu’ils se donnent à lire dans les manuscrits V et T d’une part et W d’autre part tend à faire apparaître que le copiste du manuscrit de Vienne a cherché à pallier les effets de brisure induits par les incessantes questions du narrataire, dont la présence se faisait par exemple sentir par le recours occasionnel au vouvoiement, qui n’apparaît plus dans W :

Vatican, Reg. Lat. 1725
Turin, L. IV. 33
Vienne, ÖN, 2599
[N1] – Et amor se fiert en la roiz. – Et amor se fiert en la roiz.
[N2] – Quel roiz ? Qu’apelez roiz ? – Que est roiz ? Qu’appel je roiz ?
[N1] – Les iex. – Les ieuz.
[N2] – Et dont nes sai ge nomer
miex ?
Et donc nel sai je nomer mieuz
Par quoi en veoit ancois si eil
[N1] – Nenil ! (N2) – Por qoi ? Que par tel roiz cousent li œil.
(N1) – L’en voit au cors que li oil peschent les amors… Nenil, por quoi l’en doilt au cors
Que li œil percent les amors
Meraugis, v. 1194-1198
(nous soulignons).
Meraugis, éd. Friedwagner, v. 1224-1230 (nous soulignons).
  • 38 Beate Schmolke-Hasselmann remarquait déjà « the introduction both of outlandish metaphors and of a (...)

20La substitution de la P1 à la P5 (« qu’apel je » plutôt « qu’apelez ») transforme en simple question rhétorique un échange qui, dans V et T, permettait la formulation d’un commentaire ironique sur l’imagerie amoureuse de la littérature courtoise (« les rets de l’amour38 »). Le copiste de W retrouve ainsi une narration plus conforme à la tradition romanesque qui suppose, depuis les premiers témoins en vers jusqu’à Jacques le Fataliste au moins, que le récit soit pris en charge par une seule voix narrative. On retrouve ce même type d’aménagement dans le passage qui amorce le retour des personnages principaux à la cour d’Arthur et où le narrataire s’inquiète du sort de Méraugis et de Gorvain, interruption que vient gommer l’élimination de l’interrogative « initiale » dans W :

Vatican, Reg. Lat. 1725
Turin, L. IV. 33
Vienne, ÖN, 2599
[N1] – Li rois einsi com ge vos di
Tint cort e si baron i vindrent.
– Li rois, einsi com je vos di,
Tint cort et li baron i vindrent.
[N2] – E li chevalier, que devindrent
Qui la bataille durent fere ?
– Et li chevalier qui revindrent
Qui la bataille durent fere ?
[N1] – Il se furent mis el repere… – Ils se furent mis au repere…
Meraugis de Portlesguez, v. 818-822
(nous soulignons).
Meraugis, éd. Friedwagner, v. 848-852 (nous soulignons).
  • 39 Isabelle Arseneau, « Meraugis de Portlesguez ou l’art de railler… », art. cit., p. 26 à 29.
  • 40 Sur la métalepse en tant qu’intrusion de la métadiégèse dans la diégèse, voir Gérard Genette, Métal (...)
  • 41 Sur ce topos, voir : Ernst Robert Curtius, La Littérature européenne et le Moyen Âge latin, trad. J (...)

21En plus de ces interruptions dont la pertinence varie mais qui permettent pour la plupart l’obtention d’une nouvelle information, le récit est aussi traversé par un deuxième type de remarque, qui témoigne cette fois de l’incapacité du narrataire à dépasser le « stade du pourquoi39 ». En effet, plus d’un tiers de ses interventions consiste à répéter de façon mécanique et automatique une question qui irrite le narrateur principal (qui en vient aux insultes aux vers 3027 à 3030) et qui tend à lasser l’auditeur/lecteur : « Por quoi ? ». Au narrateur qui s’avoue impuissant à rendre compte de l’extrême beauté d’une héroïne, il demande ainsi « Pourquoi ? », décrochage métaleptique40 qui permet l’expression d’une distance ironique à l’égard du topos convenu du « chef-d’œuvre inimitable41 » et qui n’apparaît plus dans W :

Vatican, Reg. Lat. 1725
Turin, L. IV. 33
Vienne, ÖN, 2599
Et je que vos diroie ? Ainz nus Je que vos diroie, ne nus
N’en porroit la disme redire. Ne porroit de l’une redire
Por qoi ? – Que riens n’estoit a dire Chose qui n’aferist a dire
De par beauté qui la ne fust… De par beauté qui la ne fust ;
Qui leur biaute aperceust…
Meraugis, v. 880-883
(nous soulignons).
Meraugis, éd. Friedwagner, v. 910-914 (nous soulignons).
  • 42 Gérard Genette, Métalepse…, op. cit., p. 32.
  • 43 Alexandre Micha, « Raoul de Houdenc est-il l’auteur… », art. cit., p. 331, note 1.
  • 44 Gérard Genette, Métalepse…, op. cit., p. 23.

22Le collationnement des versions met donc au jour un élagage important des interventions du « narrateur rouspéteur42 » dans W et l’atténuation de ce qu’Alexandre Micha interprétait comme un « tic […] fatigant » dont l’auteur se serait « guéri43 » dans l’œuvre plus mature du Songe d’Enfer et que nous choisissons d’interpréter plutôt comme un procédé conscient qui permet de « dénuder44 » les rouages de la poétique romanesque. Cette entreprise ne pouvait évidemment pas plaire au copiste du xive siècle qui semble soucieux de faire rentrer dans les rangs ce laboratoire narratif où sont mis à l’épreuve les procédés et les topoï caractéristiques du genre. La prise en compte de ce refus de dénudement et du désir concomitant d’équarrissage permet d’ailleurs de lire d’un nouvel œil la condamnation des contrediseurs par laquelle s’ouvre le roman, que W dote d’un prologue :

Contrediseur noient ne dient
Point de leur sens, ainz sont de ceus
Qui tout boivent leur sens par eus.
Pur ce Raoul de son sens dit
Que il veult de son sens qu’est petit
Un novel conte comencier
Qui sera bons a anouncier…
Meraugis, v. 14-20.

23On peut certes choisir, comme le font Keith Busby et Michelle Szkilnik, d’attribuer à Raoul de Houdenc le prologue qui n’a été conservé que dans le manuscrit de Vienne. Les vers 14 et 15 sont alors d’une interprétation difficile : en effet, comment réconcilier, sinon par l’ironie, cette dénonciation des contrediseurs et les constants exercices de contrediction (de la tradition en vers, de la voix narrative principale, etc.) auxquels se livre le roman de Raoul ? Mais rien ne nous interdit de supposer au contraire que W « invente » plutôt qu’il ne répète, en imitant cependant au plus près les prologues de Chrétien de Troyes, dont il semble proposer une anthologie des « meilleurs moments ». La condamnation des contrediseurs s’accorderait alors avec l’atténuation marquée de la deuxième voix narrative que fait apparaître la lecture parallèle des différentes versions.

  • 45 Au f. 99a, on lit l’annotation marginale « roman de meraugis de porlesguez » (de la main de Claude (...)
  • 46 Ce sont les mots, amalgamés, de Hue de Rotelande et de Jean Bodel.

24Il n’est sans doute pas exagéré d’avancer que dans le paysage littéraire du premier tiers du xiiie siècle, l’œuvre « complète » de Raoul de Houdenc se distingue par la variété des genres et des formes auxquels l’auteur s’est « essayé ». Œuvre expérimentale et diverse, elle s’apparente à une série d’explorations à la périphérie de la typologie des genres, suffisamment bien établie dans le premier tiers du xiiie siècle pour que Raoul de Houdenc s’amuse à la compliquer. La relecture du paratexte de Meraugis, de la Vengeance et du Roman des eles a forcé un premier constat : le terme roman n’apparaît jamais là où on l’attend – c’est-à-dire dans les lieux consacrés par plusieurs décennies de pratique – et se voit sans cesse préférer d’autres substantifs, qu’il a pourtant depuis longtemps déclassés au moment où écrit Raoul de Houdenc. Cette absence caractérise aussi le plan du péritexte éditorial. S’il disparaît de ces œuvres arthuriennes à propos desquelles Claude Fauchet parlera, lui, de roman45, il réapparaît dans une œuvre qui n’en a que le nom et qui vient forcer une redéfinition bien artificielle du genre, contre laquelle joue le poids du nombre et de la tradition – puisqu’on sait bien qu’en ce premier tiers du xiiie siècle, le roman est déjà par tradition et en termes numériques une « longue favele »« vaine et plaisante46 ».

  • 47 C’est le verbe qu’emploie Keith Busby pour parler des extraits qui paraissent dans la Bibliothèque (...)

25Cet intérêt pour la poétique et la typologie des genres nous a vite menée sur les terres de la réception, dont le manuscrit de Vienne constitue un témoin privilégié et parlant. Sensible au travail de réinvention du genre auquel se livre l’auteur de Meraugis, mais irrité, peut-être par ses efforts de sape et les excursions que s’autorise le « modèle », le copiste du manuscrit W entreprend de « déproblématiser son modèle47 » et semble tout mettre en œuvre pour faire coïncider enfin le nom et sa chose. Auteur d’un prologue postiche, qui pastiche peut-être ceux, déjà célèbres, de Chrétien de Troyes, il procède au réalignement de l’œuvre somme toute expérimentale de celui qui a peut-être été, un siècle plus tôt, le premier « nouveau romancier » de l’histoire du genre.

Notes

1 Francis Gingras, Le Bâtard conquérant. Essor et expansion de la forme romanesque au Moyen Âge, Paris, Honoré Champion, 2011, p. 344.

2 Anthime Fourrier, « Raoul de Houdenc : est-ce lui ? », in Mélanges de linguistique romane et de philologie médiévale offerts à Maurice Delbouille, vol. II, Gembloux, J. Duculot, 1964, p. 179. La chronologie proposée par Alexandre Micha reposait sur le même type d’équivalence (voir : Raoul de Houdenc est-il l’auteur du Songe de Paradis et de la Vengeance Raguidel ?, Romania 68, 1945, p. 316-360).

3 Voir, outre les réflexions fondamentales de Renate Blumenfeld-Kosinski et de Keith Busby, les contributions récentes de Francis Gingras (« Décaper les vieux romans : voisinages corrosifs dans un manuscrit du xiiie siècle (Chantilly, Condé 472) », in Ugo Dionne, Francis Gingras, dir., De l’usage des vieux romans, Études françaises xlii, 1, 2006, p. 13-38 et : « Roman contre roman dans l’organisation du manuscrit du Vatican, Regina Latina 1425 », Babel 16, 2007, p. 61-80), Michelle Szkilnik (« Méraugis et la Joie de la Cité », in Élisabeth Gaucher, dir. La Tentation du parodique dans la littérature médiévale, Cahiers de recherches médiévales et humanistes 15, 2008, p. 113-127) et Isabelle Arseneau (« Meraugis de Portlesguez ou l’art de railler et de faire dérailler la mécanique du roman », in Mathieu Bélisle, dir., Le Rire et le Roman, Études françaises 47-2, 2011, p. 21-37).

4 Raoul de Houdenc, Li Dis Raoul Hosdaing, éd. Charles H. Livingston, The Romanic Review XIII- 4, october-december 1922, p. 292-304, v. 8.

5 Francis Gingras, Le Bâtard conquérant…, op. cit., p. 343.

6 Raoul de Houdenc, The Songe d’Enfer of Raoul de Houdenc : An Edition Based on All the Extant Manuscripts, ed. Madelyn Timmel Mihm, Tübingen, Niemeyer, 1984, v. 677-678.

7 Pour peu que l’on accepte, avec les tenants de la Nouvelle Philologie, de considérer le scribe comme un premier « lecteur critique » de l’œuvre et, plus précisément, comme un éditeur. Voir entre autres l’article fondateur : Elspeth Kenedy, « The Scribe as Editor », in Jean-Charles Payen, Claude Régnier, dir., Mélanges de langue et de littérature du Moyen Âge et de la Renaissance offerts à Jean Frappier, professeur à la Sorbonne, par ses collègues, ses élèves et ses amis, Genève, Droz, « Publications romanes et françaises », 1970, p. 523-531.

8 Le roman de Meraugis a été conservé dans trois manuscrits complets : V = Vatican, Bibliothèque Apostolique, Reg. lat. 1725 (f. 98v-130v) ; W = Vienne, Österreichische Nationalbibliothek, 2599 (f. 1r-38v) ; T = Turin, Bibliothèque Nationale et Universitaire, L.IV 33 (f. 82r-119r). Nous possédons également deux fragments : B = Berlin, Staatsbibliothek, Gall. Q. 48 (f. 144r-154v) et M = Paris, Bibliothèque nationale de France, nouv. acq. fr. 5386 (f. 24-25).

9 Marie-Louise Ollier, « The Author in the Text : The Prologues of Chrétien de Troyes », Yale French Studies 51, 1974, p. 26-41 ; Tony Hunt, « Tradition and originality in the prologues of Chrestien de Troyes », Forum for Modern Language Studies 8-4, 1972, p. 320-344.

10 Meraugis de Portlesguez. Roman arthurien du xiiie siècle, éd. bilingue, Michelle Szkilnik, Paris, Honoré Champion, 2004, p. 21.

11 Nous reprenons l’expression de Roger Dragonetti, Le Mirage des sources. L’art du faux dans le roman médiéval, Paris, Seuil, 1987.

12 Chrétien de Troyes, Cligès (Œuvres complètes, dir. Daniel Poirion, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1994, v. 20-21).

13 The Romance of Hunbaut. An Arthurian Poem of the Thirteenth Century, éd. Margaret Winters, Leiden, E. J. Brill, 1984, v. 31. Voir aussi v. 41 : « Ne doit baer a livre faire ».

14 Comme le fait Michelle Szkilnik (éd. cit., p. 443) : « Raoul de Houdenc, qui commença ce livre sur ce sujet ».

15 Marie-Louise Ollier, « The Author in the Text… », art. cit., p. 30.

16 La Vengeance Raguidel, éd. Gilles Roussineau, Genève, Droz, 2004, v. 12.

17 Le manuscrit A (Chantilly, Condé 472) donne plutôt : « istoire fait bien a conter ».

18 « De qoi feroie lonc contes ? » ou « ne seroit li contes fallis » (Meraugis, v. 3703 et 5956) ; « Por ce que li contes n’anuit… » (La Vengeance…, v. 3637).

19 Gilles Roussineau, La Vengeance…, éd. cit., p. 24.

20 On compte une occurrence de plus dans le manuscrit V, le seul manuscrit complet à avoir conservé la Vengeance.

21 Le manuscrit M (Nottingham, Wollaton Library, WLC/LM/6) étant incomplet de la fin (il est amputé d’un folio).

22 Raoul de Houdenc, Le Roman des eles. The Anonymous Ordene de Chevalerie, éd. et trad. Keith Busby, Amsterdam et Philadelphia, Benjamins, 1983.

23 Voir dans le présent recueil d’articles la contribution d’Hélène Dupraz-Rochas.

24 Francis Gingras, Le Bâtard conquérant…, op. cit., p. 344-345.

25 Ibid.

26 Pour une description du manuscrit, voir Keith Busby, « Mise en texte and mise en image : Meraugis de Portlesguez in Vienna, ÖNB 2599 », in Keith Busby, Catherine M. Jones, dir., Por le soie amisté. Essays in Honor of Norris J. Lacy, Amsterdam, Rodopi, 2000, p. 95-116.

27 Ibid., p. 96.

28 « Pur ce Raoul de son sens dit » (v. 17), vers qui n’est pas sans faire écho au prologue d’Érec et Énide : « Por ce dist Crestïens de Troies » (v. 9).

29 Où le commentaire sur le surnom acquiert un sens particulier puisque Meraugis succède au Guillaume de Dole qui se termine par une anagramme dissimulant le « surnom » de l’auteur.

30 Meraugis de Portlesguez, roman de la Table Ronde par Raoul de Houdenc publié pour la première fois par Henri Michelant, avec fac-similé des miniatures du manuscrit de Vienne, Paris, Tross, 1869, p. 255.

31 Meraugis de Portlesguez, éd. Mathias Friedwagner, Genève, Slatkine 1975 (Halle, Niemeyer, 1897), v. 4331-4336.

32 Voir surtout Francis Gingras, Le Bâtard conquérant…, op. cit.

33 Keith Busby, « Mise en texte… », art. cit., p. 96.

34 Voir surtout Pierre-Yves Badel, Le Roman de la Rose au xive siècle. Étude de la réception de l’œuvre, Genève, Droz, 1980.

35 Voir par exemple les manuscrits de la Bodleian Library (Selden Supra 57, f. 28v et Douce 332, f. 41vd), de la Library of Congress (Rosenwald 0396, s.p.) et de la collection privée Ferrell (Ferrell Rose, f. 23v). Les numérisations sont disponibles sur le site www.romandelarose.org.

36 Isabelle Arseneau, « Meraugis de Portlesguez ou l’art de railler... » art. cit.

37 C’est aussi le cas dans V (Keith Busby, art. cit., p. 98 : « ponctuation is particularly heavy in passages of dialogue and internal debate »). Voir aussi la thèse de Christine Ruby, Mise en page et mise en texte dans les manuscrits de Chrétien de Troyes (xiiie-xive siècles), Université Paris IV-Sorbonne, juillet 2000, vol. 1, p. 240-242.

38 Beate Schmolke-Hasselmann remarquait déjà « the introduction both of outlandish metaphors and of a simultaneous irony directed against this procedure » (The Evolution of Arthurian Romance, Cambridge, Cambridge University Press, 1998, p. 149).

39 Isabelle Arseneau, « Meraugis de Portlesguez ou l’art de railler… », art. cit., p. 26 à 29.

40 Sur la métalepse en tant qu’intrusion de la métadiégèse dans la diégèse, voir Gérard Genette, Métalepse. De la figure à la fiction, Paris, Seuil, « Poétique », 2004.

41 Sur ce topos, voir : Ernst Robert Curtius, La Littérature européenne et le Moyen Âge latin, trad. Jean Bréjoux, Paris, PUF, « Agora », 1986 [1956] et l’article récent : Carmelle Mira, « Un topos médiéval, le chef-d’œuvre inimitable... et sans cesse imité : la beauté de l’héroïne chez Chrétien de Troyes », Arobase 3-2, p. 1-27.

42 Gérard Genette, Métalepse…, op. cit., p. 32.

43 Alexandre Micha, « Raoul de Houdenc est-il l’auteur… », art. cit., p. 331, note 1.

44 Gérard Genette, Métalepse…, op. cit., p. 23.

45 Au f. 99a, on lit l’annotation marginale « roman de meraugis de porlesguez » (de la main de Claude Fauchet).

46 Ce sont les mots, amalgamés, de Hue de Rotelande et de Jean Bodel.

47 C’est le verbe qu’emploie Keith Busby pour parler des extraits qui paraissent dans la Bibliothèque universelle des romans au xviiie siècle (« Roman breton et chanson de geste au xviiie siècle », in David P. Schenck, Mary Jane Schenck, dir., Echoes of the Epic. Studies in Honor of Gerard J. Brault, Birmingham, Summa Publications, 1998, p. 17-45.

© Presses universitaires de Provence, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search