Version classiqueVersion mobile

Raoul de Houdenc et les routes noveles de la fiction

 | 
Sébastien Douchet

Faire œuvre. Tradition, mise en recueil et réception

« L’au-delà du Songe d’Enfer »

Une postérité allégorique de Raoul de Houdenc

Guillaume Funfrock

Texte intégral

  • 1 Je m’appuie sur l’édition de Raoul de Houdenc, The Songe d’Enfer of Raoul de Houdenc : An Edition B (...)
  • 2 Je m’appuie sur l’édition de Auguste Scheler, Trouvères belges (nouvelle série). Chansons d’amour, (...)
  • 3 Je m’appuie sur l’édition de Georg Wimmer : Li Tornoiemenz Antecrit von Huon de Mery nach den Hands (...)
  • 4 Selon Alexandre Micha, dans son article : Raoul de Houdenc est-il l’auteur de la Voie de Paradis et (...)
  • 5 Fabienne Pomel, Les Voies de l’au-delà et l’essor de l’allégorie au Moyen Âge, Paris, Honoré Champi (...)

1Le Songe d’Enfer passe pour la première œuvre littéraire allégorique en langue française. Elle réalise en effet la transposition d’une tradition littéraire vivace de l’exégèse latine vers le français. À la fois récit de voyage dans l’au-delà, songe allégorique et pèlerinage inversé, le Songe d’Enfer1 est une œuvre innovante à la croisée de plusieurs traditions. C’est probablement ce caractère riche et ambigu qui lui assure le succès remarquable qu’on lui prête. Pas moins de onze manuscrits conservent à ce jour en effet le Songe d’Enfer. Mais ce sont surtout les témoignages de deux œuvres quasiment contemporaines, deux continuations du Songe, la Voie de Paradis2 et le Tournoiemenz Antecrit3 de Huon de Méry qui permettent de prendre la mesure de l’engouement qu’a suscité cette œuvre. La Voie de Paradis s’inspire du Songe d’Enfer dans sa facture mais aussi dans certains motifs allégoriques bibliques emblématiques. Son auteur, longtemps assimilé à la figure de Raoul de Houdenc pourrait être un certain Mikiel4. Il est également appelé le Pseudo-Raoul par Fabienne Pomel5. Le Tournoiemenz Antecrit de Huon de Méry, seconde continuation, mêle les mythes arthuriens et les références allégoriques héritées de Raoul de Houdenc. Mais au-delà d’un simple hommage littéraire, d’une fanfiction avant la lettre, la mise en perspective de ces trois textes permet de mieux appréhender l’apport novateur du Songe d’Enfer dans l’horizon d’attente du paysage littéraire du début du xiiie siècle.

  • 6 Voir l’opposition de Chaïm Perelman et Lucie Olbrechts-Tyteca dans Traité de l’argumentation. La no (...)

2Le second point commun de ces trois textes, c’est l’allégorie. Encore ce terme recouvre-t-il des aspects bien différents, surtout chez Houdenc. Dans le Songe d’Enfer, les procédés du double sens sont nombreux. Le terme d’allégorie au sens strict, entendu dans son acception moderne, désigne la représentation d’un univers lexical abstrait (le « thème ») par un élément concret (le « phore »)6. Force est cependant de constater que la matérialisation de concepts et l’illustration concrète d’articulations abstraites, ne recouvre bien souvent qu’une proportion marginale des moyens d’expression du double sens employés par ces trois auteurs. En fait, parler d’allégorie est ambigu. Premièrement, aucun des textes ne se définit de lui-même comme étant allégorique : l’allégorie n’est par conséquent pas nécessairement le facteur essentiel structurant ces œuvres. L’allégorie est une grille de lecture critique pouvant prêter à confusion. D’autre part, le procédé est encore en gestation dans ces textes pionniers. Au début du xiiie siècle, la copie et la réécriture du procédé se font selon les lectures de chacun. Ces trois textes ne définissent donc pas théoriquement l’allégorie mais en construisent plusieurs visions. Stylistiquement, ils ne témoignent pas d’un systématisme linguistique unique présidant à l’expression du double sens. Dans la pratique même, la part de l’étude de la réception du Songe d’Enfer amène à se demander quels éléments de l’écriture allégorique de Raoul de Houdenc seront finalement retenus par ses successeurs et pourquoi. Dans quelle mesure Raoul de Houdenc initie-t-il une stylistique de l’allégorie ?

La postérité de la cosmologie houdencienne de l’Au-delà

  • 7 The Songe d’Enfer…, éd. cit., v. 34.

3L’onomastique constitue le point d’achoppement de l’interprétation allégorique. La saillie sémantique du nom propre est créée par une tension entre le sens référentiel et le sens contextuel. Le Songe d’Enfer crée un véritable univers allégorique de l’au-delà, structuré par une grille de référents propres. Les allégories évoluent dans un païs7 singulier, symétriquement opposé au monde habituel. Ces traits originaux de l’au-delà infernal ne manquent pas de marquer Huon de Méry et le Pseudo-Raoul. La description allégorique de l’épée Coupe-Gorge par exemple, dans le Tournoiemenz Antecrit, donne un bon aperçu de la permanence cosmologique du Songe d’Enfer :

  • 8 Li Tornoiemenz Antecrit…, éd. cit., v. 942-949.

Une espee ot a son costé,
Qui estoit de trop bonne forge.
L’espee avoit non Coupe-gorge,
Mais onques si trenchant ne vi.
Li fevres ot non Sanz-Merci
Qui la fist, et sachiez sanz guile,
Que Larrecins a Murtre-Vile
La fit fourbir chies Mie-Nuit8.

  • 9 The Songe d’Enfer…, éd. cit., v. 320 et v. 338-342.

4Les noms propres sont des témoignages marquants de la permanence houdencienne. Larrecin, Murtre-Vile, Coupe-Gorge et Mie-Nuit sont des références onomastiques directes aux personnages et aux lieux du Songe d’Enfer9. L’allusion constitue, pour Huon de Méry, un des procédés favoris du sens second. À ce titre, l’intertextualité des références de l’univers allégorique houdencien constitue déjà ce que l’on pourrait considérer comme une allégorie.

La topification : un road-trip au païs de l’allégorie

5L’originalité houdencienne demeure d’exploiter largement le nominalisme allégorique jusque dans les noms de lieux. Dans le Songe d’Enfer, chaque étape fait mention de la ville traversée, parfois de la terre dont elle relève et généralement de la dame ou du seigneur de la ville. C’est que Raoul de Houdenc apporte beaucoup de soin à l’élaboration de sa carte de l’au-delà, le maillage toponymique complétant pleinement le réseau des personnifications. Les réseaux nominaux des villes et des personnifications sont particulièrement liés dans le Songe d’Enfer : Envie est présentée comme « dame de la vile » de Covoitise, « en terre de Desleauté ». En raison de la dynamique narrative du pèlerinage, Raoul de Houdenc, en donnant des noms aux cités se trouvant sur la route d’Enfer, crée également un tracé dont la progression est significative. Cette gradation toponymique est, par exemple, rendue flagrante lors de la traversée des dernières cités d’Enfer, qui sont l’occasion d’une rapide allégorèse, suggérée par le narrateur au moyen de calembours et de paronomases, remotivant de manière significative certaines catachrèses idiomatiques – en l’occurrence en illustrant le principe moral selon lequel d’un vice à l’autre, il n’y a qu’un pas :

  • 10 Ibid., v. 360-365.

Quar Desesperance est montjoie
D’Enfer ; por ce est a droit dite
Que d’iluec jusqu’à Mort Soubite
N’a c’une liue de travers.
Jouste Mort Soubite est Enfers ;
N’i a c’un soufle a trespasser.
De cele montjoie passer
Penssai, et tant qu’en Enfer ving10.

6La toponymie est un élément structurant de l’allégorie houdencienne, dans la mesure où le respect d’un découpage en stations renforce la métaphore matricielle du pèlerinage au niveau « phorique », ainsi que la densité des relations conceptuelles au niveau « thématique ». En plus de la symbolique et de la connotation qui se fait jour derrière chaque toponyme du Songe d’Enfer, Raoul de Houdenc semble initier une esthétique vertigineuse de la référence dans l’interconnexion des concepts étudiés.

  • 11 « Voie de Paradis », in Trouvères belges…, éd. cit., v. 35.
  • 12 Ibid., v. 24.
  • 13 Ibid., v. 119.
  • 14 Voir ibid. les vers 262 à 280.
  • 15 Ainsi en particulier aux vers 606, 612, 619 et 630 de la Voie de Paradis (ibid.). Le contexte seul (...)

7Il est à noter que la Voie de Paradis et le Tournoiemenz Antecrit ne montrent pas le même soin dans la dénomination des lieux traversés. Pour les deux textes, les rares noms de lieux allégoriques sont systématiquement des transpositions du Songe d’Enfer. Huon de Méry est à cet égard emblématique : Desesperance, Montjoie d’Enfer, Foie-Mentie sont autant de récupérations du Songe. Le narrateur de la Voie de Paradis quant à lui reste très modeste dans le domaine de la toponymie allégorique. Il définit presque exclusivement les lieux traversés par les personnifications qui s’y trouvent : le pèlerin vient « à Grasce la Meschinne11 », se rend dans le « païs » et dans la « terre » de « Notre-Dame12 » ou encore dans la « maison Contrition13 ». Il n’y a ainsi pas de véritable distinction entre toponyme et patronyme : la rencontre d’une personnification suffit à marquer l’évolution du pèlerin et le lieu est le reflet fidèle de la personnification qui y séjourne. Ainsi la description intérieure du chastel de Confession est-elle l’occasion de faire agir les personnifications et leur permet de s’illustrer : le chastel est toujours immaculé grâce à l’action des vertus de Satisfaction, Perseveranche, Confession et Contrition, qui y font en permanence le ménage14. Le toponyme allégorique n’est ainsi jamais perçu comme un signifiant autonome dans la Voie de Paradis et joue fréquemment sur l’ambiguïté entre nom de lieu et nom de personnification15.

  • 16 À l’origine la trouvaille parodique des vers 357-363 du Songe d’Enfer (The Songe d’Enfer…, éd. cit. (...)

8La seule exception notable de toponyme récupéré et transposé dans la Voie de Paradis et le Tournoiemenz Antecrit demeure le Montjoie d’Enfer16. En arrivant à Desesperance, le narrateur dresse en effet un parallèle entre un lieu à la charge symbolique très forte – le Montjoie des croisades et des pèlerinages – et un lieu fort de la cosmologie traditionnelle de l’au-delà, l’Enfer.

  • 17 Ibid., v. 357-363.

Que je ving a Desesperance,
Ou la greignor joie de France
Oï ; ne cuit mes si grant oie,
Car Desesperance est Montjoie
D’Enfer [...]17.

  • 18 Voir Carine Giovénal, Songe d’Enfer de Raoul de Houdenc : voie de l’au-delà ou chemin d’ici-bas ?, (...)
  • 19 Voie de Paradis, éd. cit., v. 878. La Voie de Paradis se contente d’une simple mention du lieu. Il (...)

9Cette symétrie inversée entre les valeurs du monde d’ici bas et du monde de l’au-delà a déjà été étudiée18. Dans la Voie de Paradis19 et dans le Tournoiement, la Montjoie d’Enfer connaît la même transposition, à savoir la création d’un Montjoie de Paradis :

  • 20 Li Tornoiemenz Antecrit…, éd. cit., v. 1226-1238.

Fu en la vile devant dite,
Qui est Esperance nommee,
Qui tant est bonne et renommée,
Que douce en est la remembrance.
D’iluec jusqu’a Desesperance
A . II. leues de bele voie.
Desesperance est la Montjoie
D’Enfer, issi comme Raoul dit.
Mes s’il dit voir, sanz contredit
Puis dire et par raison prover
Qu’autre surnom n’i puis trover
A Esperance, ce m’est avis
Fors Montjoie de Paradis20.

10L’abondance d’effets rhétoriques met bien en évidence le caractère mécanique de cette construction. Chez Huon de Méry également, la Montjoie de Paradis est le moment d’une allégorèse, ce qui tend quand même à remotiver l’image empruntée à Raoul de Houdenc :

  • 21 Ibid., v. 3127-3128.

Mes itant di a la parsome,
Qu’Ezechïel la cité nomme
Jherusalem et Esperance.
Mes qui set la senefïance
De la montjoie de parvis
Il doit bien savoir, ce m’est vis,
Que monjoie est li nons [espres]
De droite [visïon] de pes :
Qui Jherusalem senefie21.

11Alors que le toponyme allégorique est l’occasion d’un réseau nominal allégorique à part entière dans le Songe d’Enfer, les noms de lieux allégoriques demeurent secondaires dans la Voie et le Tournoiement, auxquels ils servent avant tout de cadre.

On ne change pas une équipe de personnifications qui gagne

À qui personnifiera le plus

  • 22 Marc-René Jung, Études sur le poème allégorique en France au Moyen Âge, Berne, Francke, « Romanica (...)
  • 23 À savoir, par ordre alphabétique : Avarisce, Doner, Engleterre, Envie, Hasart, Honte, Larguece, Lar (...)
  • 24 À savoir, par ordre alphabétique, hors personnages mythologiques, bibliques et romanesques : Amor, (...)
  • 25 Ces chiffres sont obtenus par un calcul de moyenne. Ils tendraient à être nuancés en considérant le (...)
  • 26 À savoir, par ordre alphabétique : Aliance, Amitié, Amours, Anemistié, Astinence, Aumosne, Avarice, (...)

12L’allégorie a recours à un procédé particulièrement marquant : la personnification. Celle-ci est la condition nécessaire – voire suffisante – pour légitimer l’appellation critique de « texte allégorique » et, dans le cas précis qui nous occupe, le dénominateur le plus commun entre ces trois textes, de factures relativement différentes. Raoul de Houdenc est le premier artisan d’une mode littéraire : celle de l’expression par personnification. Comme le souligne Marc René Jung22, le trait caractéristique du Songe est manifestement l’emploi de l’allégorie par personnification dans le cadre du récit de voyage dans l’au-delà. Récit de pèlerinage original, le Songe renouvelle le genre des voyages dans l’au-delà en introduisant environ dix-neuf noms de personnifications allégoriques au cours de la narration23. La Voie de Paradis, elle, met en scène trente-cind noms de personnifications pour 1368 vers24. Ces trente-cinq noms représentent une augmentation absolue mais non nécessairement relative : avec 682 vers, le Songe d’Enfer présente une moyenne de personnification de 2,79 x 10-2 noms de personnifications différents sur l’ensemble de l’œuvre, contre 2,56 x 10-2 pour la Voie de Paradis25. Le paroxysme de la personnification est atteint avec le Tournoiemenz Antecrit, qui énonce, décrit et combine sur 3544 vers près de 114 personnifications de vices et de vertus, sans compter les personnages mythologiques, bibliques et romanesques avec lesquels elles interagissent26. La personnification allégorique y est dense, atteignant en moyenne 3,22 x 10-2 noms nouveaux de personnification par vers.

Les acteurs de l’au-delà

13La personnification ne constitue pas, de loin, le seul type d’anthropomorphisme allégorique. Le personnage, en effet, bien qu’issu d’autres genres littéraires, participe de l’allégorie – la référence étant un des procédés du double sens. D’un point de vue méthodologique, le personnage se distingue assez aisément de la personnification, le nom du premier étant marqué d’un sens culturel, celui du second d’un sens linguistique.

  • 27 The Songe d’Enfer…, éd. cit., v. 411.
  • 28 Trouvères belges…, éd. cit., v. 896 à 1007.
  • 29 La vague description de l’Enfer, proposée dans la Voie de Paradis, des vers 1135 à 1239, au moment (...)

14En ce qui concerne les personnages, trois influences littéraires se distinguent. Le substrat biblique tient évidemment la part belle dans la description de la cosmologie de l’au-delà, puisque ces trois récits relatent les aventures de l’âme humaine. Dans le Songe, ce sont les personnages bibliques qui habitent la cité d’Enfer, à l’exclusion, flagrante et notable, des personnifications, qui ne font que guider le narrateur jusqu’à ses portes. La personnification ne constitue par conséquent pas le procédé ultime de l’expression allégorique. Certes, dans le Songe, les personnages sont encore peu nombreux : le roi d’Enfer, Belzebus et son sénéchal, Pylates27, représentent les seuls protagonistes intertextuels de toute l’œuvre. Mais leur rôle, crucial dans l’économie narrative, suggère qu’ils devaient jouir d’un charisme particulièrement fort. Ce fait se retrouve dans les deux autres œuvres, et en particulier dans la Voie dont le paradis28, bien plus peuplé en personnages, est également marqué par l’absence de personnifications : y habitent des saints, des prophètes et la Sainte Famille29.

15Huon de Méry exploite deux autres traditions fortes : la mythologie et le roman. Les personnages de la mythologie antique, situés à la frontière de la personnification et du personnage, sont aussi présents que les personnifications classiques. Le roman constitue quant à lui le dernier type fort d’influence dans l’allégorie de Huon de Méry qui met en scène des personnages issus du cycle arthurien, comme Yvain et Gauvain.

16Enfin, il ne faut pas oublier la valeur allégorique des acteurs, à la fois abstraits et indifférenciés, que constituent les pluriels de généralisation. En dehors de l’allégorie par personnification, Raoul de Houdenc vise l’abstraction par l’emploi au pluriel de noms communs ou d’adjectifs substantivés. Pour Raoul de Houdenc, comme pour le Pseudo-Raoul et Huon de Méry, ce pluriel de généralisation est une variante au pluriel de la personnification classique. Il est le moyen privilégié de la satire des mœurs et permet la formulation de sentences, comme le fait Confession au narrateur de la Voie :

  • 30 Trouvères belges…, éd. cit., v. 346-349.

Et dist : « Amis, ne r’alez mie
Avoec la male compaignie
Des gloutons no des lecheors,
Ni des entulles pecheors30.

17Pour Raoul de Houdenc, la personnification allégorique a elle-même des visages variés. Elle ne consiste pas uniquement en l’incarnation de concepts moraux, mais aussi d’actions, de lieux et de circonstances. Elle est forte de sa définition large. Sémantiquement, elle connote le nom bien davantage qu’elle le définit.

18Raoul de Houdenc coordonne environ quatre types de personnifications allégoriques construits sur trois bases lexicales différentes. Sur la base du nominalisme commun abstrait – c’est-à-dire des concepts – il construit les vices et vertus personnifiés au sens strict. Un premier groupe est ainsi essentiellement issu de la morale religieuse, de la pratique de la vertu et de la perpétration du péché. Ainsi pour Larguece, Pechié, Papelardie, Tricherie et Yvrece.

19Toujours sur la base des noms communs, certaines personnifications sont formées par intersection avec le champ lexical de la vie de débauche et constituent par métonymie des occurrences concrètes de la vie de taverne. Ainsi, par exemple, pour le champ lexical du jeu de dés : Hasart, Mesconte, Mestret ; pour le champ lexical du crime : Larrecin, Rapine, Roberie et Mienuit.

20Raoul de Houdenc n’hésite pas non plus à former une allégorie dynamique en substantivant un verbe, c’est-à-dire une personnification d’action à partir de la base verbale. Ainsi pour Doner, Tolir et Versez.

  • 31 The Songe d’Enfer…, éd. cit., v. 222 et 278.

21Ponctuellement, une personnification construite sur la base d’un nom propre de lieu peut apparaître – en l’occurrence à partir d’un toponyme, Engleterre31, qui est dit avoir engendré Versez. Le procédé demeure anecdotique dans le Songe, mais Huon de Méry le confirme au moment de présenter Guersai, au vers 1078, avec Normant, Englois et Escot. Huon de Méry a en tout cas une conception large de la personnification, étendue jusqu’au surnom : la personnification s’appuie parfois dans le Tournoiement sur les particularités physiques des protagonistes. Ainsi pour Bras-de-Fer et Large-Mein.

  • 32 Ainsi pour Cremir (v. 42), traduit par P. Lebesgue par « Chrême », qui porte le titre de Sénéchal.

22Le Pseudo-Raoul, lui, perçoit la personnification bien différemment. La personnification dans la Voie de Paradis est essentiellement issue de la catégorie des vices et des vertus personnifiés. Cette observation semble s’accorder avec l’idée d’un auteur familier des questions de théologie et de morale religieuse. Il n’utilise pas la personnification toponymique, mais réalise en revanche la personnification d’objets à partir du corpus des noms communs concrets32.

Les têtes d’affiche du Songe d’Enfer

23Les vices et les vertus ne connaissent aucune liste entérinée par la tradition ou la religion. Les personnifications allégoriques varient beaucoup d’un texte à l’autre. Avarisce et Envie sont par exemple les deux seules allégories par personnification dont le nom apparaît dans les trois textes. Encore ces concordances ne sont-elles pas toujours signifiantes.

  • 33 Amor, Atemprance, Charitez, Chasteez, Confession, Constriction, Cremir, Descipline, Desirrier, Espe (...)

24Dans le cas de la Voie de Paradis, les quelques rares concordances de noms de personnifications allégoriques semblent fortuites. Le Pseudo-Raoul ne récupère guère de personnifications du Songe. Ce fait s’explique assez bien par la nature antithétique de la voie sur laquelle s’engage le narrateur : sur les trente-quatre noms de personnifications de la Voie de Paradis, vingt-cinq désignent des vertus33.

  • 34 The Songe d’Enfer…, éd. cit., v. 122.

25Un lien fort existe entre les personnifications du Songe et celles du Tournoiement. Il s’observe surtout dans certains détails de la caractérisation anthropomorphique des personnifications. Dans le Songe (v. 122-129), Raoul de Houdenc exploite un des attributs anthropomorphiques offerts par la personnification en développant (selon le principe d’une amplificatio allégorique par synecdoque) le portrait des mains de la générosité, qui, selon le témoignage du narrateur, sont toujours cachées, en raison de la conjoncture difficile : « Doners n’ose moustrer ses mains34 ».

26Cette attitude est due à la crainte nourrie envers Tolir qui se « contient » fort bien face à lui. Cette attitude craintive fait notamment passer Doner pour valétudinaire aux yeux de sa cour :

  • 35 Ibid., v. 126-128.

A hautes cors de Doner samble
Que il n’ait mie le cuer sain,
Qu’en son sain tient adés sa main35.

27Ce procédé allégorique par synecdoque, relevant de l’amputation symbolique, est traité au sens propre par Huon de Méry, à qui ce jeu symbolique sur les mains a plu. Il transpose la figure de Doners dans la thématique martiale du Tournoiement en celle de Largesce. L’amputation de la générosité aboutit alors à une sorte de planctus miniaturisé de la part de Courtoisie :

  • 36 Li Tornoiemenz Antecrit…, éd. cit., v. 2396-2400.

Largesce n’a mes que le non,
Largesce n’a mes le cuer sain ;
Sa mein senestre a en son sain,
Et la destre li est coupée36.

Les réifications de l’au-delà

28Contrairement à l’onomastique allégorique, la réification se construit plus souvent sur la base d’un groupe nominal étendu que sur celle d’un nom seul. La réification d’idées abstraites constitue une défaillance sémantique plus flagrante encore que pour l’onomastique, qui ne possède par convention aucune définition spécifique, sinon référentielle.

29Dans la réification, l’écart sémantique est donc particulièrement saillant. Les thèmes abordés par le récit sont d’autant plus pertinents qu’ils soulignent cet écart par l’usage d’un vocabulaire technique et précis. C’est en particulier le cas des termes d’héraldique et du vocable de la cuisine, qui permettent, dans l’allégorie, de concrétiser des relations d’analogie frappantes entre deux univers, en apparence hétérogènes.

« C’est li escuz a deus envers37 »

  • 37 Roman des eles, dans Trouvères belges…, éd. cit., v. 470-471.
  • 38 Li Tornoiemenz Antecrit…, éd. cit., v. 822. Huon de Méry prête d’ailleurs cet écu à Detraction et n (...)

30Le Tournoiement est indéniablement riche d’un type de réification très particulier, dont la dénomination s’apparente toujours à une ekphrasis : celle de l’héraldique allégorique. Ce procédé trouve son origine dans le Roman des eles, qu’Huon de Méry cite explicitement38.

31Le Roman des eles n’exploite le procédé que de manière relativement marginale, car il ne répond qu’à un besoin ponctuel d’illustration, à savoir décrire l’écu de Lecherie :

  • 39 Roman des eles…, éd. cit., v. 469-477.

C’est cil qui au tornoiement
Porte l’escu au non divers ;
C’est li escuz a deus envers,
Qui est partis de lecherie,
A un blasme de vilonie,
A quatre ramposne rampanz,
A une langue a cinq trenchanz
Qui l’escu porprent et sormonte,
L’escu au miroir de honte,
Au lyon portret de manaces39.

  • 40 Li Tornoiemenz Antecrit…, éd. cit., v. 645.
  • 41 Ibid., v. 538.

32L’allégorie étant intrinsèquement liée à la métaphore, elle réclame une structure attributive des caractéristiques du comparant vers le comparé. Chez Raoul de Houdenc et Huon de Méry, la description allégorique s’appuie presque exclusivement sur une structure de groupe prépositionnel complément du nom, commandée principalement par les prépositions « de » et « a » : « Qui portoient l’escu tot plein / De vanterie et de desdaing40 » ; « L’escu noir ot a faus miracles41 ». C’est sans doute ce rapport frontal entre l’abstraction d’un concept et un objet militaire qui a assuré le succès presque paroxystique de la thématique de l’héraldique dans le Tournoiement. Ce type de description fascine en effet Huon de Méry, qui ne crée pas moins de vingt-huit blasons du côté des vices et vingt-trois du côté des vertus.

Dis-moi ce que tu manges...

  • 42 The Songe d’Enfer…, éd. cit., v. 451.
  • 43 Ibid., v. 455.
  • 44 Idem, v. 472.

33Dans le Songe, la cuisine n’est pas d’emblée un lieu flagrant de l’écart allégorique. Plus de la moitié des plats présentés au cours du festin final – à savoir huit ou neuf dans la quinzaine de plats énumérés – procèdent d’un pluriel de généralisation : « Champions vaincuz a l’aillie42 », « Useriers cras a demesure43 », « Larrons murtriers a plentez44 ». Ce pluriel tend à transformer les noms communs désignant des êtres animés en matière consommable, mais désigne encore une réalité sensible.

  • 45 Idem, v. 495-496.
  • 46 Idem, v. 545.
  • 47 Idem, v. 555-556.
  • 48 Idem, v. 564.

34Il faut attendre les « bougres ullez » à la « sausse de feu finablement / Destrempee de dampnement45 », mais surtout les langues de « faus pledeors » (6e plat) pour que l’abstraction s’invite dans la recette de cuisine, puisque ces dernières sont non seulement « Frites el tort qu’il font del droit46 », mais, de plus, elles sont elles-mêmes pleines d’abstractions, jusque dans leurs chairs, puisque : « Ou li keu si les demenoient, / Tout le malice avoec hoçoient47 » et qu’elles sont « hocies entre deus mensonges48 ».

35Les derniers vers du banquet sont l’occasion d’un bouquet final de plats cuisinés à la sauce abstraite, mêlant pluriels de généralisation et abstractions morales :

  • 49 Idem, v. 589-595.

Aprés cel mes nous vint en haste
Bedel beté, bien cuit en paste,
Papelars a l’hypocrisie,
Noirs moines a la tanoisie,
Vielles prestresses au civé,
Noires nonnains au cretonné,
Sodomites bien cuisent en honte49.

36Raoul de Houdenc ménage donc une lente gradation allégorique vers une dématérialisation de la nourriture. Le banquet infernal, en plus d’être le point d’aboutissement du récit, constitue l’apogée de l’allégorie abstraite dans le Songe d’Enfer. La cuisine du Pseudo-Raoul, elle, n’évolue guère et est dès le début plutôt abstraite :

  • 50 Voie de Paradis, éd. cit., v. 369-379. Voir aussi les vers 195 à 198.

S’eümes seglous et soupirs
Aprés ot on piteux gemirs,
Et si but on lermes plorees
Aval la face jus coulees50.

37Huon de Méry sert également, dès le premier repas du Tournoiement, du suprasensible à son lecteur :

  • 51 Li Tornoiemenz Antecrit…, éd. cit., v. 410-419. Voir aussi la recette encore plus abstraite de la « (...)

De divers mets mes, de divers vins
Fumes pleinierement servi,
Mais sachiez bien, c’onques n’i vi
Feves ne pois, oefs ne harenc ;
Touz les mes Raoul de Hodenc
Eümes, sanz fere rïot
Fors tant, c’un entremes i ot
D’une merveilleuse friture
De pechiez feiz contre nature,
Flatiz en la sause chartaine.
D’une thonne de honte pleine
Convint l’entremes abeurer51.

  • 52 Ibid., v. 3229, 3259 et 3267.

38Une gradation est opérée cependant vers une nourriture plus mystique, à savoir les symboles tirés de la Bible. Une fois à Esperance, le narrateur se voit offrir du « pain » et du « vin de vie », ainsi que les fruits du Paradis52.

Synthèse : gradation allégorique et systématisation

39Les premiers aspects de l’allégorie médiévale en font davantage une figure de pensée qu’une figure de style. Dans la mesure où elle désigne un tropisme de l’expression de la pensée, elle ne se résume pas à la personnification et à la réification. Elle constitue plus largement pour Huon, le Pseudo-Raoul et Raoul, un effet d’expression allusive ou connotative. Ces auteurs mêlent en effet dans leurs œuvres le symbole à la connotation, à la référence mythologique ou les toponymes allégoriques à la personnification. L’allégorie médiévale suggère en effet le concept plus qu’elle ne le définit. Elle glose la notion envisagée, par approximation, de proche en proche. Cette glose, infinie par essence, confine parfois à l’épuisement et à la tautologie. Le nominalisme constitue ainsi le support de base de la rhétorique médiévale de l’allégorie. Celle-ci se fonde sur la mise en relation imagée mais explicite de mots-clefs. Ces mots-clefs sont ordonnés selon des rapports quasi-arithmétiques d’accumulation ou d’opposition.

40Les trois textes envisagés témoignent d’une hiérarchie des moyens d’expression allégorique en rapport avec l’avancement du récit. Les trois étapes principales de la gradation qui s’opère dans chacun des textes sont celles de l’allégorie concrète, puis celle de l’allégorie abstraite, pour enfin aboutir à l’allégorie intertextuelle. Ces trois étapes concernent tous les procédés d’expression allégorique (topification, personnification et personnages, réification). Tous les procédés d’expression allégorique ne débutent cependant pas du même point. A fortiori, il y a rarement coïncidence des degrés de gradation allégorique d’une œuvre à l’autre. Les manifestations de l’allégorie ont donc un visage contrasté.

41La postérité allégorique du Songe d’Enfer est donc dessinée par contre-point, de manière partielle. Les émules du Songe s’inspirent de manière sélective, donnant l’impression d’une filiation allégorique par malentendu. Les trois œuvres ne sont pas sans lien, mais elles dessinent chacune une conception de l’allégorie bien différente et témoignent de la croissance endogène des normes de l’allégorie.

Notes

1 Je m’appuie sur l’édition de Raoul de Houdenc, The Songe d’Enfer of Raoul de Houdenc : An Edition Based on All the Extant Manuscripts, ed. Madelyn Timmel Mihm, Tübingen, Niemeyer, 1984.

2 Je m’appuie sur l’édition de Auguste Scheler, Trouvères belges (nouvelle série). Chansons d’amour, jeux-partis, pastourelles, satires, dits et fabliaux par Gonthier de Soignies, Jacques de Cisoing, Carasaus, Jehan Fremaus, Laurent Wagon, Raoul de Houdenc, etc., Louvain, Lefever, 1879, 398 p.

3 Je m’appuie sur l’édition de Georg Wimmer : Li Tornoiemenz Antecrit von Huon de Mery nach den Handschriften zu Paris, London-Oxford, Marburg, Elwert, « Ausgaben und Abhandlungen aus dem Gebiete der romanischen Philologie » 76, 1888, 172 p.

4 Selon Alexandre Micha, dans son article : Raoul de Houdenc est-il l’auteur de la Voie de Paradis et de la Vengeance Raguidel ?, Romania 68, 1944-1945, p. 326-360.

5 Fabienne Pomel, Les Voies de l’au-delà et l’essor de l’allégorie au Moyen Âge, Paris, Honoré Champion « Nouvelle bibliothèque du Moyen Âge » 57, 2001, 650 p.

6 Voir l’opposition de Chaïm Perelman et Lucie Olbrechts-Tyteca dans Traité de l’argumentation. La nouvelle rhétorique, Bruxelles, Éditions de l’université de Bruxelles, 2008, p. 501.

7 The Songe d’Enfer…, éd. cit., v. 34.

8 Li Tornoiemenz Antecrit…, éd. cit., v. 942-949.

9 The Songe d’Enfer…, éd. cit., v. 320 et v. 338-342.

10 Ibid., v. 360-365.

11 « Voie de Paradis », in Trouvères belges…, éd. cit., v. 35.

12 Ibid., v. 24.

13 Ibid., v. 119.

14 Voir ibid. les vers 262 à 280.

15 Ainsi en particulier aux vers 606, 612, 619 et 630 de la Voie de Paradis (ibid.). Le contexte seul permet de distinguer le nom de lieu du patronyme.

16 À l’origine la trouvaille parodique des vers 357-363 du Songe d’Enfer (The Songe d’Enfer…, éd. cit.).

17 Ibid., v. 357-363.

18 Voir Carine Giovénal, Songe d’Enfer de Raoul de Houdenc : voie de l’au-delà ou chemin d’ici-bas ?, Questes 22, 2011, consultable en ligne : http://questes.revues.org/1448 ; Doi : 10.4000/ questes.1448. On pourra aussi se reporter à l’article de Mark Burde dans le présent recueil.

19 Voie de Paradis, éd. cit., v. 878. La Voie de Paradis se contente d’une simple mention du lieu. Il est à noter que la transposition dans la Voie est moins bien maîtrisée que dans le Songe, car le nom de la cité est employé pour désigner une simple maison, celle de Desir.

20 Li Tornoiemenz Antecrit…, éd. cit., v. 1226-1238.

21 Ibid., v. 3127-3128.

22 Marc-René Jung, Études sur le poème allégorique en France au Moyen Âge, Berne, Francke, « Romanica Helvetica » 82, 1971, 334 p.

23 À savoir, par ordre alphabétique : Avarisce, Doner, Engleterre, Envie, Hasart, Honte, Larguece, Larrecins, Mesconte, Mestret, Mienuit, Papelardie, Pechié, Rapine, Roberie, Tolir, Tricherie, Versez et Yvresce. Ce décompte exclut les personnages mythologiques, bibliques et romanesques. Les personnifications se concentrent de fait presque exclusivement dans la première partie de l’œuvre, avant l’arrivée du narrateur dans la cité d’Enfer, c’est-à-dire dans les 350 premiers vers.

24 À savoir, par ordre alphabétique, hors personnages mythologiques, bibliques et romanesques : Amor, Atemprance, Avarisce, Charitez, Chasteez, Coardie, Confession, Constriction, Cremir, Descipline, Desesperance, Desirrier, Envie, Esperance, Foi, Fornication, Gemir, Grace, Haïne, Humilitéz, Ire, Juners, Obedience, Orgueilz, Peneance, Penitance, Perseverance, Religion, Satisfaction, Souspir, Temptation, Vaine Gloire, Veillier, Vigor.

25 Ces chiffres sont obtenus par un calcul de moyenne. Ils tendraient à être nuancés en considérant le fait que, tout comme pour le Songe, les personnifications se concentrent dans la première partie de la Voie de Paradis, des vers 1 à 894. Le Paradis du Pseudo-Raoul, à l’instar de l’Enfer houdencien, n’accueille pas de personnifications. Desirriers est ainsi la dernière personnification de l’œuvre, le sermon final – après le réveil du narrateur – étant lui aussi exempt de personnifications allégoriques.

26 À savoir, par ordre alphabétique : Aliance, Amitié, Amours, Anemistié, Astinence, Aumosne, Avarice, Avoutire, Baraz, Bobenz, Bras-de-Fer, Charité, Chasteé, Coardie, Cointise, Conciance, Concorde, Confession, Conponcion, Contricion, Cortoisie, Courouz, Coveitise, Cruauté, Debonereté, Delectacion, Descorde, Desdain, Desesperance, Desleauté, Desmesure, Despiz, Detraction, Devotion, Droit, Englois, Envie, Ereysie, Escot, Esperance, Fauseté, Felonie, Filosofie, Folie, Force, Fornicacion, Forsenerie, Franchise, Frenesie, Glouternie, Guersois, Haïne, Hardiment, Hasarz, Honte, Hymelité, Ignorance, Inocence, Justice, Largesce, Larrecins, Largemein, Leauté, Lecherie, Loberie, Losenge, Mençonge, Mesconte, Mesdiz, Meprison, Mestret, Mie-Nuit, Misericorde, Murtrice, Nature, Niceté, Normant, Obedience, Omicide, Outrages, Outrecuidié, Orgeus, Pacience, Paour, Penitence, Peresce, Pes, Pitié, Proesce, Promesse, Prison, Rapine, Relegion, Reson, Ribaudie, Roberie, Sainte-Foi, Sainte-Iglise, Sanz-Merci, Sapience, Silence, Simpleice, Tençon, Tentacion, Torz, Traïson, Tricherie, Vanterie, Veine Gloire, Verité, Vilenie, Virginité, Yvrece, Ypocreisie. Cette liste n’est pas exhaustive, étant entendu qu’il est parfois difficile de distinguer dans ce texte la personnification très ponctuelle de l’abstractum agens.

27 The Songe d’Enfer…, éd. cit., v. 411.

28 Trouvères belges…, éd. cit., v. 896 à 1007.

29 La vague description de l’Enfer, proposée dans la Voie de Paradis, des vers 1135 à 1239, au moment du réveil du narrateur, ne fait état d’aucun personnage et d’aucune personnification.

30 Trouvères belges…, éd. cit., v. 346-349.

31 The Songe d’Enfer…, éd. cit., v. 222 et 278.

32 Ainsi pour Cremir (v. 42), traduit par P. Lebesgue par « Chrême », qui porte le titre de Sénéchal.

33 Amor, Atemprance, Charitez, Chasteez, Confession, Constriction, Cremir, Descipline, Desirrier, Esperance, Foi, Gemir, Grace, Haïne, Humilitez, Ire, Juners, Obedience, Orgueilz, Peneance, Penitance, Perseverance, Religion, Satisfaction, Souspirs, Temptation, Vaine Gloire, Veilliers, Vigor…

34 The Songe d’Enfer…, éd. cit., v. 122.

35 Ibid., v. 126-128.

36 Li Tornoiemenz Antecrit…, éd. cit., v. 2396-2400.

37 Roman des eles, dans Trouvères belges…, éd. cit., v. 470-471.

38 Li Tornoiemenz Antecrit…, éd. cit., v. 822. Huon de Méry prête d’ailleurs cet écu à Detraction et non à Lecherie.

39 Roman des eles…, éd. cit., v. 469-477.

40 Li Tornoiemenz Antecrit…, éd. cit., v. 645.

41 Ibid., v. 538.

42 The Songe d’Enfer…, éd. cit., v. 451.

43 Ibid., v. 455.

44 Idem, v. 472.

45 Idem, v. 495-496.

46 Idem, v. 545.

47 Idem, v. 555-556.

48 Idem, v. 564.

49 Idem, v. 589-595.

50 Voie de Paradis, éd. cit., v. 369-379. Voir aussi les vers 195 à 198.

51 Li Tornoiemenz Antecrit…, éd. cit., v. 410-419. Voir aussi la recette encore plus abstraite de la « merveilleuse poison » confite par Delectacion après la victoire du Roi du Firmament, v. 2669 à 2774.

52 Ibid., v. 3229, 3259 et 3267.

Auteur

Université de Strasbourg, France

© Presses universitaires de Provence, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search