Version classiqueVersion mobile

Raoul de Houdenc et les routes noveles de la fiction

 | 
Sébastien Douchet

Faire œuvre. Tradition, mise en recueil et réception

À double détente : Raoul de Houdenc et la mémoire du roman

Nathalie Koble

Texte intégral

  • 1 Raoul de Houdenc a signé deux romans arthuriens : Meraugis de Portlesguez (Meraugis de Portlesguez. (...)
  • 2 Chrétien de Troyes, Le Roman de Perceval ou Le Conte du Graal, éd. Keith Busby, Tübingen, Niemeyer, (...)
  • 3 Chrétien de Troyes, Cligès, éd. Charles Méla et Olivier Collet, in Michel Zink, dir., Romans suivis (...)
  • 4 Sur la signature et l’identification de Raoul de Houdenc, voir le dossier proposé par Gilles Roussi (...)

1Du point de vue du travail de mémoire qu’elle sollicite chez le lecteur, l’œuvre arthurienne de Raoul de Houdenc occupe une place particulière dans l’esthétique et l’histoire du roman au xiiie siècle1. À l’instar de la Première Continuation de Perceval, dont ils s’inspirent étroitement, les deux romans de Gauvain que sont Meraugis et La Vengeance Raguidel s’inscrivent, comme bon nombre d’épigones, dans le sillage revendiqué de l’œuvre de Chrétien de Troyes, selon le vœu propre du maître champenois dans le prologue de son dernier opus, maintes fois commenté2 : dans les trois cents premiers vers de Meraugis, l’entrée en récit du héros nouveau est précédée et comme appuyée par une accumulation de références explicites à l’œuvre complète de Chrétien, d’Érec au Conte du Graal, en passant par Cligès, Yvain, et le Chevalier à la Charrette, rappelant en pointillés pour en prolonger les effets le catalogue proposé au début du Cligès, qui assure la mémoire et la promotion de son auteur3. Mais à leur tour, les deux romans signés « Raoul4 », respectivement dans les manuscrits du Vatican et de Vienne, et dans ceux de Chantilly et de Nottingham, entretiennent un rapport complexe à la constellation arthurienne en vers et en prose du début du xiiie siècle. Loin d’être simplement une riche et brillante héritière, l’œuvre arthurienne de Raoul est au cœur d’un important réseau intertextuel, qui ouvre à des énigmes et provoque, d’un roman à l’autre et du vers à la prose, de curieux effets de retour que ne manquent pas de pointer les éditeurs au fil des textes. Si l’emprunt affiché fait bien du roman arthurien chez Raoul une fiction au second degré, cette écriture réflexive est, comme l’écriture allégorique dans laquelle s’est aussi exercé le romancier, à double détente : pour comprendre l’inscription de cette œuvre arthurienne dans le paysage littéraire de son temps, il faut examiner sa postérité et évaluer son héritage.

2Comme le signale le prologue du manuscrit de Vienne, Raoul de Houdenc partageait avec Chrétien de Troyes la conscience de son talent et le souci de la postérité :

  • 5 Meraugis…, éd. cit., v. 17-23, p. 448-449. Ce prologue est bien sûr un pastiche du prologue de Chré (...)

Por ce Raoul de son sens dit
Que il veult de son sens qu’est petit
Un nouvel conte comencier
Qui sera bons a anouncier
Touz jourz, ne ja mes ne morra.
Mes tant com cist siecles durra
Durra cis contes en grant pris5.

3Si l’authenticité de ce prologue, qui pastiche celui d’Érec et Énide, a été discutée, ses enjeux sont indiscutables : il s’agit de s’imposer dans le paysage romanesque du début du xiiie siècle comme une référence aussi incontournable que l’œuvre du modèle champenois. C’est sur cet avenir prémédité que j’aimerais revenir dans les romans du xiiie siècle, en vers comme en prose, ainsi que sur les procédés qui ont facilité sa programmation dans le diptyque arthurien du romancier.

Mémoire du futur : le modèle de Raoul

Les personnages-titres

4Les héros que Raoul de Houdenc a injectés dans le monde arthurien ont tous su sortir de leur cadre de naissance : Méraugis et son compagnon rival Gorvain Cadrus, et leur ennemi commun, Belchis le Louche, ainsi que le chevalier que Meraugis nomme l’Outredouté ; la terrifiante demoiselle de Gaudestroit, qui prémédite de couper la tête de Gauvain par dépit dans la Vengeance, ainsi que son prétendant, le chevalier Maduc le Noir. Tous ont aussi traversé la frontière du vers pour se retrouver quelque part dans le vaste univers de la prose, leur rôle allant de la simple figuration à celui de protagoniste à part entière, doté pour ainsi dire d’une seconde vie le temps de quelques épisodes.

  • 6 Voir Emmanuèle Baumgartner, « Retour des personnages et mise en prose de la fiction arthurienne », (...)
  • 7 Le Tristan en prose, dir. Philippe Ménard, Genève, Droz, 1987-1997, t. VI, éd. Emmanuèle Baumgartne (...)

5Ce retour des personnages dans les multiples romans arthuriens du xiiie siècle n’a en soi rien de surprenant. Bien identifiée et peu coûteuse, la simple mention d’un personnage déjà connu est un mode de référence très fréquemment utilisé dans les univers de fiction de type sériel ou cyclique : d’une branche à l’autre d’un récit arthurien, nombreux sont les premiers rôles qui survivent ainsi à leur propre histoire en venant grossir les rangs des figurants dans les romans ultérieurs6. Dans les romans en prose, les listes qui font le compte des combattants d’une bataille ou des compagnons de la Table Ronde sont souvent propices à de tels effets de masse. Dans la quête du graal relancée par le Tristan en prose, Méraugis et Gorvain sont par exemple cités côte à côte dans la longue liste des cent cinquante chevaliers de la Table Ronde qui jurent de partir7. Bien avant, le sénéchal Keu avait déjà signalé au roi Arthur les noms de dix chevaliers manquant à la Table, parmi lesquels Méraugis était compté, aux côtés d’autres transfuges de romans en vers parfaitement identifiables :

  • 8 Ibid, t. V, éd. Denis Lalande et Thierry Delcourt, 1993, § 184, p. 267.

« Sire, or saciés que bien il faillent .X. de nos compaingnons de la Table Reonde. Nous n’avom pas monsigneur Tristran ne Gaheriet ne Mordret ne Dynadant ne sen frere ne Erec ne Perceval ne Gynglain ne Meraugis ne Espynogre8. »

  • 9 La notion d’encyclopédie est empruntée au lexique de la théorie littéraire, notamment à Umberto Eco (...)

6Les cinq derniers personnages de la liste sont néanmoins un peu plus que simples figurants ; ils apparaissent comme les personnages-titres d’un recueil bibliothèque virtuel, sur le modèle du célèbre manuscrit de Chantilly, Musée Condé, 472 : ils sont comme les gardiens d’une mémoire romanesque minimale, renvoyant à un catalogue arthurien constitué de cinq romans en vers, deux romans de Chrétien de Troyes et trois romans centrés sur Gauvain : le Bel Inconnu, Meraugis et l’Âtre périlleux. Aux côtés des nouveaux venus, ces personnages anciens restent bien souvent en sommeil dans le récit en cours : leur présence n’est pas destinée à retenir l’attention du lecteur, concentré sur une nouvelle intrigue ; elle ne fait que consolider dans son esprit la vision d’un monde transfictionnel, dont la population augmente harmonieusement au sein d’une encyclopédie qui demeure cohérente au fil des textes9.

  • 10 « Mervelles bien le fist le jor / Malaugis, cil de Portlesgués. / Il caca nos gens dusque as gués, (...)
  • 11 Le motif de « l’amie de loin » de Gauvain, traité par Raoul de Houdenc et le romancier d’Hunbaut, e (...)

7Emprunté à Chrétien de Troyes, ce procédé de retour des personnages était déjà subtilement pratiqué par le premier continuateur du Perceval au fil des six branches de son récit, qui s’enracine au gré des rédactions toujours plus solidement dans le roman-souche. Comme on le sait, d’un roman à l’autre, Raoul a repris le procédé de façon anecdotique, en introduisant Méraugis dans l’histoire de la Vengeance, où l’ancien héros fait une brève apparition dans le tournoi de la dame de Gaudestroit10. Que l’auteur des deux romans soit ou non une seule et même personne importe ici assez peu : bien que séparés dans les manuscrits qui nous les ont transmis, le nouveau roman et l’ancien se construisent dans une reconnaissance réciproque assurée par ce lien sériel ténu, que les romanciers postérieurs ont de fait renforcé. Dans Hunbaut, roman anonyme du xiiie siècle, le lecteur croise coup sur coup la demoiselle de Gaudestroit, qui continue d’aimer éternellement Gauvain sans l’avoir vu, comme dans la Vengeance Raguidel, et Gorvain Cadruz, compagnon rival de Méraugis dans le roman éponyme11.

Le lecteur pensif : carole en vers et en prose

8Au passage, la simple mention d’un personnage peut parfois être grosse de tout un passé narratif et déclencher à la lecture la mémoire d’un roman entier qui vienne perturber le déroulement linéaire du récit. Le souvenir de Meraugis est souvent associé à ces plongées mémorielles. Dans la Suite vulgate du Merlin en prose, le sort du héros de Raoul, immobilisé toute une saison dans une carole magique qui lui fait perdre la mémoire, est rappelé au détour d’un commentaire du narrateur, qui vient de faire le récit détaillé de l’invention d’une autre carole magique, celle à laquelle met fin Lancelot dans le roman en prose :

  • 12 Le Livre du Graal, dir. Philippe Walter, Paris, Gallimard, 2003, t. I, p. 1143-1144.

Einsi come vous avés oï establi Guinebaus la charole et l’escechier et puis i fist maint gieu et aprist la dame tele chose dont ele ouvra puis maintes fois puis qu’il fu mors. Car il fist puis tourner le chastel et les charoles que Meraugis trouva puis à la Cité sans Non12.

  • 13 Je reprends ici la distinction établie par Keith Busby pour différencier les références, au sein du (...)

9Comme l’a remarqué Keith Busby, la logique du cycle, intratextuelle13, est ici doublée par une logique intertextuelle : le continuateur cyclique déborde son cahier des charges en émaillant son texte de références extracycliques. Le procédé, bien sûr, resserre les liens entre les différents livres de la bibliothèque arthurienne – carole en vers et carole en prose sont juxtaposées et rapportées au même inventeur fictif, Guinebaut, magicien du lignage de Ban de Benoïc, qui produit pour ainsi dire des mécanismes magiques à la chaîne, en série : une carole magique, un échiquier, un château tournoyant, encore une carole… On reconnaît ici la technique intégrative du roman en prose, qui s’efforce de créer un monde toujours plus plein en annexant tous les scénarios antérieurs.

  • 14 Voir Lancelot en prose, éd. Alexandre Micha, Genève, Droz, 1979, t. 4, p. 237-254. Sur les deux épi (...)

10Mais il me semble qu’en juxtaposant les deux références, le continuateur n’a pas pour seul objectif le recyclage et la complétude de son univers : en plongeant le lecteur dans un souvenir textuel possible, il lui permet aussi de rompre avec le cours linéaire du récit, à l’image de cette carole qui retient les personnages dans le hors-temps de l’amour et de la contemplation. Devenu pensif, au sens romanesque du terme, ce lecteur prendra peut-être le temps de réfléchir à l’histoire du roman arthurien, à sa propre expérience de lecture. Un dialogue intertextuel s’instaure clairement entre le continuateur et son lecteur et esquisse un hommage au roman de Raoul, jugé digne de mémoire à l’égal du Lancelot en prose, et dont le prosateur souligne peut-être ici le caractère pionnier – car des deux caroles, en vers et en prose, l’une a explicitement servi de modèle à l’autre, et il n’est pas sûr, quoiqu’en dise la chronologie fictive du récit rétrospectif, que le vers vienne en seconde position14.

Jeux de piste et lieux d’avenir

  • 15 Le Livre d’Artus est conservé dans un manuscrit unique, le manuscrit Paris, Bibliothèque nationale (...)
  • 16 Livre d’Artus, éd. cit., p. 202, 240 et 320.

11Dans le Livre d’Artus, continuation particulière de la Suite vulgate avec laquelle elle entretient des liens très étroits de compagnonnage rival15, l’hommage aux deux romans de Raoul est poursuivi et amplifié sur plusieurs épisodes. Méraugis, admis dans la compagnie de la Table Ronde, y est toujours associé à Gorvain Cadruz16. Il réapparaît dans la dernière aventure du récit : il participe, aux côtés de son ancien rival, à la bataille qui oppose les chevaliers d’Arthur à l’Outredouté et à ses hommes. L’hommage au roman en vers est ici évident et précis, le prosateur proposant une réécriture amplifiée d’un épisode entier du roman de Raoul de Houdenc sans effacer les acteurs du scénario d’origine. Mais c’est surtout à un espace et à un paysage particulier que les personnages du roman en vers sont rattachés : un héros peut porter avec lui la mémoire d’un parcours. Dans le cycle en prose, les personnages de Raoul de Houdenc ne sont pas seulement associés à un nom vague, perdu dans la brume d’îlots féeriques oubliés et noyés dans des listes de chevaliers sans histoire. Leur aventure est orientée par des trajectoires singulières, dont le récit réactive la trace avec précision et obstination, comme il le fait pour les romans de Chrétien.

  • 17 Ibid., p. 270, f. 280b (nous modifions la présentation du texte).

12En voici un exemple. Dans le Livre d’Artus, Eliezer, fils du roi Pellés et écuyer de Gauvain, chevauche seul sur le Gringalet à la recherche de son maître. Gauvain vient d’échapper à la prison d’une demoiselle féerique, la demoiselle à la Harpe, et a quitté son amie, la dame de Limos, qu’il a libérée de l’envahisseur saxon, pour repartir à la recherche de son oncle, le roi Arthur17. En cours de chevauchée, Eliezer rejoue plusieurs épisodes de Meraugis, dont il suit la cartographie imaginaire, réflexive et consciemment décalée dans le roman en vers. Il rencontre d’abord une vieille, ennemie des chevaliers de la Table Ronde. Non seulement le lecteur reconnaît sans peine la première aventure de Méraugis et Lidoine, la rencontre de la pittoresque vieille « qui chevauche desfublee » dans le roman de Raoul, mais, du vers à la prose, la citation est parfois littérale :

[…] en une lande une grant vielle canue trestoute desliee ses crins par ses espaulles, qui molt estoient et blont et bel et grant de regain et toute desafublee un baston en sa main gros et cort, et estoit a merveilles de bele contenance, un chapel en sa teste molt riche a or de soie, a pierres et a rubiz, et venoit chantant un sonet novel et en regretant, et en la fin nomoit u refrain Greomar, le suen chier fill, et ploroit a chaudes lermes.

  • 18 Meraugis, éd. cit., p. 164, v. 1435-1448.

Quant toz li monz gele de froit, E el chevauche desfublee ! […] Qu’en diroie ? Bele ot esté
Et mout se tint noblete e cointe. Se villece ne l’eüst pointe,
Ce fust la plus cointe a devise.
Desloiee fu par cointise,
S’ot un cercle d’or en son chief. Mais itant i ot de meschief
Au cercle metre que li crin
Estoient blanc de regaïn,
Mes de ses jors biaus se portot18.

  • 19 Voir Lancelot en prose, éd. cit., t. 4, p. 237-254. Sur les deux épisodes et leur filiation, voir : (...)

13Dans un épisode du Lancelot en prose très proche du scénario de Meraugis, une vieille séductrice s’attaque à Yvain pour l’obliger à l’embrasser19. Le continuateur en prose du Lancelot s’inspire pourtant très manifestement dans le Livre d’Artus du roman de Raoul : en préférant la « belle vieille » du roman en vers, le prosateur semble rappeler la mémoire de Raoul de Houdenc en lui rendant son dû : son ingéniosité d’inventeur, à part égale avec Chrétien de Troyes.

  • 20 Livre d’Artus, éd. cit., p. 272, f. 281a. La Cité est une reprise de l’Île sans Nom, où le héros af (...)
  • 21 Livre d’Artus, éd. cit., p. 272, fol. 281b, et Meraugis, éd. cit., p. 236 sq.

14Dans la suite du passage, Eliezer prend la fuite pour échapper à la folie meurtrière de l’Outredouté, et fait escale pour la nuit chez la dame de Limos, qui lui révèle que Gauvain fait route vers la Cité sans Nom20. Le lieu, dont le nom même, rétif à toute fixation référentielle, affichait une revendication d’arbitraire et de nouveauté dans le texte en vers, renvoie désormais à un toponyme fixé sur la carte du monde arthurien, dont le prosateur retrace et amplifie les contours. Pour s’y rendre, l’écuyer suit les indications de la jeune femme, et doit fuir à nouveau devant l’attaque d’un forcené féerique, gardien de « l’esplumoir Merlin », point de repère central de l’errance héroïque, dans Meraugis21. Le romancier en prose abandonne à son modèle en vers la description de ce lieu merveilleux devenu célèbre, pour n’en garder que la nature paradoxale – celle d’un lieu d’information au cœur de la forêt, occupé par des demoiselles qui refusent obstinément de renseigner les chevaliers de passage. Comme Méraugis dans le roman en vers, Eliezer perd patience et hurle pour se faire entendre ; là encore, l’adaptation est littérale – dans le texte en prose, le personnage « houpe » à l’esplumoir, verbe d’origine onomatopéique renvoyant au cri que l’on fait pour interpeller un homme ou un animal, variante possible du verbe « juper » du texte en vers :

  • 22 Ibid., p. 240-243.

Dont me dites se vos savez
Par ou g’irai plus droit chemin
Querre l’Esplumeoir Merlin.
Cele respont : « Esgarde moi
Ja en orras parler, ce croi.
Vez ci l’Esplumeoir : g’i sui.
Assez porras muser mes hui,
Ne ja mes plus ne t’en diron,
Ne ce, ne qoi, ne o, ne non. […]
Bien fust ele ore si haut fete,
La roche, quant vos n’i poez
Monter a force. Si jupez
Tant qu’il m’anuit22. »

  • 23 Livre d’Artus, éd. cit., p. 272.

Si erra mainte jornee une hore avant et autre arrieres et demandoit noveles d’un chevalier errant tant qu’il vint a l’esplumeor Merlin ou les puceles estoient qui les chevaliers faisoient muser, car tant ne savoient li chevalier erranz a eles parler que eles lor volsissent un seul mot dire. Si hupa assez Eliezert et cria por demander noveles d’un chevalier errant, mais onques ne trova qui molt l’en deïst. Endemetres que Eliezer houpoit a l’esplumor vint une chevalier toz armez et li escrie : « Vassaus, vos estes folx23. »

  • 24 Sur la signification et l’histoire de l’« esplumoir » dans la fiction arthurienne, voir Gaston Pari (...)

15Condamné à fuir, l’écuyer retrouve Gauvain, qui finit par rejoindre ses compagnons sur l’Île tournoyante, explicitement associée à la Cité sans Nom par le continuateur en prose. Le prosateur suit donc à la lettre le chemin tracé par son prédécesseur, dont il souligne en retour l’écriture mémorable. Belle vieille, Esplumoir, Cité sans nom, Île tournoyante : lu au filtre de la prose, le roman en vers se signale par sa capacité à inventer des figures paradoxales, rattachées à des scénarios insolites et à des énigmes savamment ouvertes sur l’avenir. De ce point de vue, Raoul de Houdenc avait bien retenu la leçon de poétique dispensée par Chrétien de Troyes dans l’ensemble de ses romans. Si, de son côté, le continuateur en prose sature son récit de références intertextuelles multiples, dont il superpose et entrecroise inlassablement les données, il compense cet effet de saturation en reprenant aux premiers modèles en vers cet art de la suspension qui ouvre le récit à la rêverie anticipatrice. En ce sens, « l’esplumoir Merlin », promontoire merveilleux où les demoiselles sont à la fois douées de vision prophétique et rétives à toute révélation, est une invention exemplaire, qui n’a cessé, au Moyen Âge comme aujourd’hui, de susciter gloses et réécritures24 :

  • 25 Meraugis, éd. cit., v. 2610-19, p. 236-239.

La vit Meraugis damoiseles
. XII., qui trop estoient beles,
En un praiel, soz un lorier.
En toz tenz servent de pledier.
 – De qoi ? De ce qui a esté ?
 – Nenil, ja n’en sera parlé
Par eles, ne ja n’avront pes,
Ainz maintienent toz tens lor ples De ce qui est a avenir25.

16À l’instar de ces demoiselles prophétiques, obscurément liées à Merlin, le romancier, prolixe et réticent, fabrique ses lieux de mémoire et invite ses lecteurs à prolonger ou à dupliquer ses propres constructions énigmatiques. Traversé par une tension dialogique constamment exprimée par le narrateur dans Meraugis, il fait fructifier l’héritage du passé et utilise son savoir-faire, son « sens », pour assurer la survie de son propre « conte ».

17Un épisode du Tristan en prose exprime clairement cette dynamique inépuisable, qui est au cœur de l’invention romanesque arthurienne pendant tout le xiiie siècle. Gauvain y affronte Bréhus sans Pitié sous les yeux de Méraugis, qui est d’abord spectateur de la bataille, avant de sauver le neveu d’Arthur. Par deux références sommaires, le narrateur redonne une biographie au héros de Raoul en révélant des informations nouvelles sur sa naissance (Méraugis est devenu le fils du roi Marc), et sur sa mort (Gauvain lui-même lui donnera la mort). À nouveau sollicité et annexé au nouveau monde du Tristan en prose, le parcours du héros de Raoul est reconstruit de façon lacunaire, invitant le lecteur à compléter le récit par lui-même, ou en se souvenant des informations données au premier tome du roman en cours :

  • 26 Tristan en prose, éd. cit., t. VII, § 186, p. 319.

Et qui cest conte vaura oiir apertement conment il fu fiex le roi March, si resgart el livre de monsigneur Tristran, illuec le porra oiir apertement26.

  • 27 Voir Le Roman en prose de Tristan, le roman de Palamède et la compilation de Rusticien de Pise. Ana (...)

18Dans la tradition manuscrite, des remanieurs ont de fait prolongé ce fil laissé suspendu et comblé une lacune en racontant la fin de ce héros ancien, tué par Gauvain, ou une dernière fois ressuscité et compté au nombre des derniers survivants du monde arthurien, après la mort d’Arthur et celle de Marc, comme dans le manuscrit Paris, Bibliothèque nationale de France, français 340 (f. 207b27).

  • 28 Voir Wolfgang Iser, L’Acte de lecture. Théorie de l’effet littéraire, Sprimont, Mardaga éditeur, 19 (...)

19En vers comme en prose, qu’ils s’exercent à créer des énigmes ou s’inscrivent dans un programme cyclique dominé par la complétude, les romanciers du xiiie siècle ont su répondre aux exigences contradictoires de leur lectorat pendant plusieurs décennies : pour entrer en interaction avec son lecteur, tout récit doit construire ses lacunes et ménager ses zones d’ombre, comme l’ont montré, à la suite de Wolfgang Iser, les théoriciens de la lecture28. Dans un régime d’écriture manuscrite, pacte de lecture et pacte d’écriture s’entremêlent, les copistes proposant souvent de donner à la rêverie permise par le récit de fiction une existence textuelle, interpolée sans heurt dans les copies singulières qui assurent la mémoire et la mouvance – la mémoire mouvante – du roman médiéval.

Des nouvelles du passé : poétique de la continuation rétrospective

20Il n’y a pas de roman arthurien sans crime. L’œuvre de Raoul de Houdenc a surtout retenu les romanciers de la génération suivante par les figures criminelles, terrifiantes et particulièrement inventives, qu’a su imaginer le romancier. Au cours du temps, si les héros de naguère ont résisté en se maintenant dans de fugitifs rôles secondaires, leurs redoutables opposants ont au contraire connu un succès plus retentissant et prolongé leur vie de criminels, aguerris, en devenir ou repentis. Leur retour, parfois au prix d’une résurrection provisoire, témoigne de la fascination des lecteurs pour ces dispositifs criminels fétichistes auxquels Chrétien de Troyes avait, le premier, ouvert la voie du roman. Tandis que leur goût du crime en font des supports privilégiés pour thématiser la préméditation et pratiquer l’art du suspens, leur nature excessive les transforme en énigmes vivantes, si l’on peut dire, prédisposées à l’ouverture d’une enquête et à l’écriture d’une continuation. Dans chacun des romans de Raoul, deux personnages me paraissent incarner cette figure résistante du criminel fanatique : la dame de Gaudestroit, qui attend indéfiniment sa proie et se fait fabriquer un piège à guillotine pour assassiner Gauvain et mourir avec lui, dans la Vengeance et au-delà ; et l’Outredouté, maléfique tueur en série du Meraugis, dont le nom même programme l’effroi.

Les personnages-programmes : la dame à la guillotine, la dame à la fenêtre et le coupeur de têtes

21L’histoire de la dame de Gaudestroit, l’amoureuse dépitée qui prémédite d’assassiner celui qui l’a dédaignée avec une arme particulièrement sophistiquée dont elle est l’inventrice, est bien connue. Le parcours transfictionnel de cette figure noire rend compte de son attrait : on la retrouve dans le Perlesvaus, le Livre d’Artus, le Lancelot néerlandais, le cycle de Malory, et dans le cycle contemporain de Jacques Roubaud et Florence Delay, qui interprètent le nom de la demoiselle, la « demoiselle au Buisson Etroit », comme l’indice même de sa perversion :

  • 29 Jacques Roubaud, Graal fiction, Paris, Gallimard, 1978, p. 122.

« Ah, ah, dit la demoiselle du Buisson Étroit avec un petit rire, ah, ah, comme j’ai hâte de voir cette chère tête rouler dans le jardin29. »

  • 30 Érec et Énide, éd. cit., p. 244 sq.
  • 31 Le Haut Livre du Graal, éd. Armand Strubel, Paris, Librairie générale française, 2007, p. 256 sq.

22Le crime, auquel Gauvain échappe de justesse, son mobile et sa mise en scène sont minutieusement décrits dans la Vengeance Raguidel, où l’ensemble occupe en fait les premières aventures que rencontre Gauvain sur plus de trois mille vers, soit plus de la moitié du roman. Pour élaborer une figure féminine criminelle inédite, qu’on identifiera sous le nom de « dame à la guillotine », Raoul de Houdenc a, me semble-t-il, croisé deux types de personnages arthuriens, que je qualifierais de personnages-programmes, parce qu’ils sont liés à des motifs narratifs identifiables et récurrents : l’un, la demoiselle à la fenêtre, est d’inspiration courtoise, et figure un personnage féminin dont la séduction, dans l’encadrement d’une fenêtre, est douce et passive ; l’autre, le chevalier coupeur de têtes, est d’inspiration féerique et macabre, et renvoie souvent au versant actif de la séduction féminine, qui peut piéger dans un dispositif criminel un chevalier voué à un amour exclusif, comme le Maboagrain de Chrétien de Troyes30. Dans la Vengeance, l’entrée en récit de la figure féminine est précédée par celle d’un coupeur de tête, Maduc le Noir, qui cherche aussi à tuer le héros pour gagner les faveurs de la dame, avant de faire alliance avec le premier contre la seconde. Dans le Perlesvaus, qui efface le rival masculin, la « dame à la guillotine » acquiert son autonomie de femme active et son statut de criminelle en série, puisqu’elle prémédite de tuer les trois héros dont le roman entrelace les aventures : Gauvain, Lancelot et Perlesvaus31. Plus fidèle à son modèle en vers, le Livre d’Artus, qui s’obstine, dans le manuscrit unique du texte, à appeler la criminelle la « dame du Grant Destroit », propose un sommaire de l’épisode centré sur la préméditation du crime :

  • 32 Livre d’Artus, éd. cit., p. 143, fol. 191d.

Et Lore s’en ala au Gaut Destroit, ou ele atendi molt lonc tans monsegneur Gauvain, mes onques n’i vint. Et ele le comença a amer de si grant amor, des ice jor que ele l’ot coneü, que maintes foiz em plora as elz de la teste par nuit et par jor, quant ele estoit en aucun leu solitaire. Et lors se porpensa, come cele qui n’estoit mie a lui, que ele feroit tel chose que toz les jors de sa vie en seroit mais parlé. Lors prist charpentiers et fist faire unes loges a fenestres coleïces trenchanz, par ou en pot veoir trestot l’aornement de la chapele. Et ce porquoi ele le fist, si fu por occirre li et monsegnor Gauvain, ja si tost veoir ne la vendroit, car ele li feroit metre dedenz sa teste por regarder les beles ovres de la chapele, et puis lairoit aler la fenestre aval et li trencheroit la teste, et puis lui aprés. Et avoit apareillié un sarquel de pierre tres devant l’auter, ou il seroient ambedui enterré. Ice fist la dame por amor, qui si la joutisoit32.

  • 33 Première Continuation de Perceval, éd. William Roach, trad. Colette-Anne Van Coolput-Storms, Paris, (...)

23La version du prosateur est intéressante à plusieurs niveaux : d’une part, il identifie la dame de Gaudestroit à la demoiselle de Branlant, Laure, qui joue un rôle dans la seconde branche de la Première Continuation33. Les rédacteurs du Lancelot cyclique sont, on le sait, passés maîtres dans l’invention de ce type de personnage de synthèse ; mais le croisement a ici une valeur critique manifeste. Dans la Première Continuation, Laure de Branlant est en effet une demoiselle à la fenêtre particulièrement mémorable, qui se singularise par l’usage de ses charmes : elle contrarie la logique guerrière du récit, liée au siège de son château par l’armée d’Arthur, et fait chaque jour la cour à Keu et Yvain dans l’encadrement d’une fenêtre pour les persuader de ravitailler le château assiégé. En fusionnant en un seul personnage les deux types de demoiselle à la fenêtre que peut croiser le lecteur, le continuateur en prose a souligné la généalogie possible de la dangereuse héroïne de Raoul. Souvenir du scénario féerique initial, qu’avait retravaillé Raoul de Houdenc, Maduc le Noir est d’ailleurs ramené à son identité de bras droit criminel dans la version en prose. Il est devenu l’homme lige de la dame, et son complice avéré :

  • 34 Livre d’Artus, éd. cit., p. 143, fol. 191d-192a.

Et li chevaliers qui en la forest estoit remés establit une molt dolereuse costume en son ostel, car nus chevaliers n’i peut venir de nule part que il ne covenist a lui combatre en quelque maniere que il le trovast armé ou desarmé, et quant il venoit au dessus il lor colpoit les testes et les metoit en un pel. Toz jors estoit apareilliez u somet du hordeis, et si tost come une teste estoit mise u pel qui vuiz estoit, si restoit uns autres pelx apareilliez tout de novel et dreciez delez celui, si en vint molt leanz et molt en ocist, et tot jors avoit leanz mengier apareillié por cels engignier qui laiens entroient, car quant il avenoit que chevaliers erranz venoit laiens et il veoit le mengier apareillié et il avoit geüné, si ostoit son heaume et menjoit. Et cil venoit sor li, qui ne faisoit s’agaitier non, que heaume puis metre ne li leust. En tel maniere les ocioit, si fist molt grant domage a maintes genz et tant com il la costume maintint34.

24Là encore, le récit en prose démarque très précisément le texte en vers, dont il prépare à rebours le premier épisode, qui entraîne Gauvain au château de Maduc le Noir.

Des continuations rétrospectives entrelacées

  • 35 Huon de Méry, Li Tornoiemenz Antecrit von Huon de Mery nach den Handschriften zu Paris, London-Oxfo (...)

25Le prosateur ne se limite pas à ces subtiles modifications de détails qui soulignent en retour l’inventivité de modèles lus avec attention. Le Livre d’Artus a prolongé le récit de Raoul en lui donnant une longue suite rétrospective, suivie sur plusieurs chapitres et entrelacée à d’autres aventures, elles-mêmes dans la continuité d’autres romans en vers. Le romancier, qui est engagé dans une continuation cyclique ambitieuse, amplifie là sa propre poétique et déjoue les attentes de son lecteur en procédant par excès : non content d’introduire au Lancelot en prose, il s’engage dans plusieurs continuations à rebours menées en parallèle et entrelacées dans un même récit ; le lecteur aura donc le sentiment que le roman se situe au cœur d’un cycle en prose, en amont du Lancelot, mais aussi d’Yvain, du Conte du Graal et de sa Première Continuation, ainsi qu’en amont des deux romans de Raoul : toute une bibliothèque en vers est ici sollicitée par le retour de scénarios précis – une bibliothèque mémorielle qui met Raoul de Houdenc et Chrétien de Troyes sur le même plan en terme d’autorité, comme le fait au même moment Huon de Méry dans le Tournoiemenz Antecrit35. La réécriture des grands romans en vers est ici systématisée : elle témoigne, chez ce continuateur tardif, d’une stratégie d’enrichissement de l’univers de la prose, comme on l’a dit, mais aussi, comme on va le voir pour finir, de concurrence, qui conjure par des jeux de superpositions décalées, l’effet de saturation immanquablement lié à l’écriture d’une continuation à rebours.

26À la lecture, les procédés d’écriture du Livre d’Artus retiennent par la grande virtuosité technique dont fait preuve le continuateur multirécidiviste : non seulement il jongle avec le personnel de plusieurs romans, en vers et en prose, mais ses propositions généalogiques sont ouvertement et systématiquement en décalage par rapport au modèle reprisé. Ainsi, l’enquête sur le passé qui explique la passion pathologique de Laure de Branlant ouvre-t-elle à des perspectives surprenantes, bien différentes des points de vue rapportés par la version en vers. Chez Raoul, on s’en souvient, la généalogie du crime est révélée par deux récits rétrospectifs, pris en charge par Maduc et la demoiselle elle-même : lors d’un tournoi que la dame avait organisé, Gauvain, victorieux de son prétendant, le chevalier noir, dont l’amour était partagé, avait disparu sans explication pour échapper à la dame, dont il avait pourtant reçu les gages : l’inconstance du neveu d’Arthur est donc responsable de la criminalité de deux personnages humiliés, qui ont juré vengeance ; dans l’instruction de ce procès implicite contre Gauvain, le roman en vers laisse largement entendre la défense des criminels.

  • 36 Sur Daguenet, fou de la cour dans les romans arthuriens en prose, voir Jean-Marie Fritz, Le Discour (...)

27Dans le texte en prose, le caractère fuyant de Gauvain est redessiné et mis au compte de sa formation héroïque : le héros fait l’apprentissage des armes, de l’amour, mais aussi de la toute-puissance de la parole, au sein de la société courtoise. Sa légèreté le rend maître d’un jeu verbal, elle l’apparente, avec des nuances explorées par le prosateur, aux grandes figures de langage que sont Keu, dans la tradition arthurienne, et Daguenet, dans le Lancelot en prose. Dans la prose, Gauvain n’a pas à son actif une victoire inélégante à un tournoi dont la dame est le prix. Répondant en chevalier libérateur à une demande de secours de Laure de Branlant, aux prises avec un ennemi inédit, Gaudin de Val Esfroi, qui faisait une brève apparition dans la Suite vulgate du Merlin, Gauvain terrasse l’attaquant de la dame en se présentant, par fantaisie, sous le nom d’emprunt de… Daguenet le Couard36. Flouée par l’identité peu engageante de son sauveur, Laure réserve un mauvais accueil au héros, et déroge aux simples règles de l’hospitalité. Plus tard consciente du quiproquo qui a fait d’elle la risée de toute la cour d’Arthur, la jeune femme tombe à retardement amoureuse de Gauvain et perd la raison :

  • 37 Livre d’Artus, éd. cit., p. 141-142, fol. 191a-b.

Et la damoisele, quant ele vit les chevaliers rire tout environ, si rogi un poi et ot honte, car ele pensoit que il l’avoit gabee et que li chevalier se godoient de ce que ele avoit dit. […]
Et la damoisele comence a reverchier par laiens et va tant que ele vint a une fenestre et trove monsegnor Gauvain joant a Sagremor le Desreé aus eschesq, qui molt s’estoient ris et gabé de la damoisele qui devant le roi Artus estoit. Et se gisoient tuit si frere environ lui et messire Yvains avec.
Si tost com la damoisele vit monsegneur Gauvain, si le comence a huchier messires Daguenez : « messires Daguenez ! Biaus sire, porquoi reponez vos ? Venez ça un poi vostre merci que madame vos est venue veoir et amendier tout quantque ele mesprit onques envers vos37.

28La scène de reconnaissance est traitée en une longue scène de comédie, partagée par toute la cour. De son modèle en vers, le prosateur a retenu le ressort narratif et comique de l’échange des identités, qui fait de Gauvain un séducteur encore en quête d’un nom et d’une personnalité stables, expérimentant à l’envi les multiples attributs qui caractérisent son stéréotype accompli.

Jeux de superposition : la pluralité des mondes arthuriens

  • 38 Ibid., p. 320-323.

29Du vers à la prose, les jeux de substitution sont aussi sensibles à l’échelle de la réécriture. L’histoire des amours manquées de Gauvain et de la demoiselle de Gaudestroit, suivie sur plusieurs chapitres, menée sur plusieurs fronts et savamment entrelacée à d’autres, donne à la criminelle et à sa victime un nouveau passé, ouvertement incompatible avec la version proposée par le roman en vers. Le même glissement est à l’œuvre dans la reprise de l’histoire de l’Outredouté dans le Livre d’Artus. Dans ce roman inachevé, le grand criminel du roman de Meraugis est le dernier ennemi contre lequel combattent le roi Arthur et les chevaliers de la Table Ronde pour libérer un château qu’il assiège, rebaptisé à sa libération le « Château des dames38 ». Le terrifiant chevalier est à la tête de toute une armée, que la prose engage dans un long combat épique contre Arthur et les siens, et qui pourrait surgir d’un passé compatible avec l’histoire ancienne du chevalier, qui survit ici de justesse. Mais le romancier a trouvé un mobile à sa haine, inconnu de Raoul, qui en faisait un assassin sadique et solitaire, fanatique par amour : dans la prose, l’Outredouté est poussé par sa mère, la « belle vieille », à venger la mort d’un frère, Greomars, un chevalier encore plus maléfique, cousin de Caradoc, et que Sagremor a tué dans un verger où il torturait des prisonniers. En somme, le continuateur a doublé les ennemis du roman en vers d’un autre couple d’ennemis, dont les noms mêmes, anagrammes l’un de l’autre, expriment le jeu de glissement ! La mémoire du roman en vers permet ainsi d’augmenter la population de la fiction en prose, tout en faisant de ces familles élargies le lieu de la reconstruction des identités.

30Ce procédé de concurrence des versions me paraît ici parfaitement concerté : si le prosateur redonne vie à ces héros laissés dans l’ombre du vers, il les soumet à des déformations qui visent à les rendre incompatibles avec leur identité passée, comme s’il s’agissait de doter les personnages anciens d’une mémoire réinitialisée. La concurrence des versions participe d’une stratégie de l’excès qui est symétrique de celle du « trou » isérien : pour le lecteur averti le soupçon de la pluralité des mondes arthuriens est lancé ; le roman en prose rend hommage à ses modèles vers, en s’efforçant d’en brouiller la mémoire pour imposer sa propre version du monde.

Notes

1 Raoul de Houdenc a signé deux romans arthuriens : Meraugis de Portlesguez (Meraugis de Portlesguez. Roman arthurien du xiiie siècle, éd. bilingue Michelle Szkilnik, Paris, Honoré Champion, 2004) et La Vengeance Raguidel (éd. Gilles Roussineau, Genève, Droz, 2004). Ces deux éditions seront nos éditions de référence, désormais abrégées en Meraugis et Vengeance.

2 Chrétien de Troyes, Le Roman de Perceval ou Le Conte du Graal, éd. Keith Busby, Tübingen, Niemeyer, 1993. Sur l’héritage de Chrétien de Troyes dans les deux romans, voir Keith Busby, « Chrestien de Troyes et Raoul de Houdenc : Romancing the Conte », in French Forum, xvi, 1991, p. 133-148 et Beate Schmolke-Hasselman, The Evolution of Arthurian Romance. The Verse tradition from Chretien to Froissart, Cambridge, Cambridge University Press, 1998 pour la traduction anglaise.

3 Chrétien de Troyes, Cligès, éd. Charles Méla et Olivier Collet, in Michel Zink, dir., Romans suivis des Chansons, avec, en appendice, Philomena, Paris, Librairie générale française, 1994, p. 291.

4 Sur la signature et l’identification de Raoul de Houdenc, voir le dossier proposé par Gilles Roussineau dans l’introduction de son édition (La Vengeance…, éd. cit., p. 7-37). Voir également l’épilogue de Meraugis et le commentaire de l’éditrice, dans l’édition bilingue de Michelle Szkilnik (Meraugis…, éd. cit., p. 442-443), ainsi que le prologue du manuscrit de Vienne, Österreichische Nationalbibliothek, 2599, f. 1a (ibid., p. 448-449). Voir également Keith Busby, Codex and Context. Reading old French Verse Narrative in Manuscripts, Amsterdam, Rodopi, 2002, p. 420-429.

5 Meraugis…, éd. cit., v. 17-23, p. 448-449. Ce prologue est bien sûr un pastiche du prologue de Chrétien de Troyes : « Des or comencerai l’estoire / Que toz jorz mais iert en mémoire / Tant com durra crestïentez. / De ce s’est Crestïens vantez » (Érec et Énide, éd. Jean-Marie Fritz, in Chrétien de Troyes, Romans…, éd. cit., v. 23-26, p. 61).

6 Voir Emmanuèle Baumgartner, « Retour des personnages et mise en prose de la fiction arthurienne », Bulletin Bibliographique de la Société Internationale Arthurienne 44, 1992, p. 297- 314, repris dans De l’Histoire de Troie au livre du Graal, Orléans, Paradigme, 2000, p 469-486.

7 Le Tristan en prose, dir. Philippe Ménard, Genève, Droz, 1987-1997, t. VI, éd. Emmanuèle Baumgartner et Michelle Szkilnik, 1993, § 112, p. 273-274.

8 Ibid, t. V, éd. Denis Lalande et Thierry Delcourt, 1993, § 184, p. 267.

9 La notion d’encyclopédie est empruntée au lexique de la théorie littéraire, notamment à Umberto Eco : chez le théoricien de la lecture, le terme renvoie à un répertoire de la fiction, traitée comme un monde qui fait retour au fil des œuvres, cohérent pour le lecteur (Lector in fabula. Le rôle du lecteur ou la coopération interprétative dans les textes narratifs, Paris, Grasset, 1979 pour la traduction française).

10 « Mervelles bien le fist le jor / Malaugis, cil de Portlesgués. / Il caca nos gens dusque as gués, /par force les i embatié » (Vengeance…, éd. cit., v. 1266-1269, p. 180-181, le manuscrit de Chantilly, Musée Condé, 472 donne la variante « Meraugis » pour le nom du personnage).

11 Le motif de « l’amie de loin » de Gauvain, traité par Raoul de Houdenc et le romancier d’Hunbaut, est emprunté à la Première Continuation de Perceval : l’auteur d’Hunbaut identifie la demoiselle idolâtre de son modèle à la criminelle demoiselle du Gaudestroit, qui héberge le roi Arthur tandis que Gauvain défend sa propre sœur contre les attaques de Gorvain Cadruz. Dans le manuscrit de Chantilly, seul témoin de ce roman, le récit s’arrête sur ces réminiscences croisées des deux romans de Raoul.

12 Le Livre du Graal, dir. Philippe Walter, Paris, Gallimard, 2003, t. I, p. 1143-1144.

13 Je reprends ici la distinction établie par Keith Busby pour différencier les références, au sein du cycle, à d’autres branches du cycle, et les références à des textes extérieurs au cycle (« L’intertextualité du Livre d’Artus », Arturus Rex, éd. Willy Van Hoecke, Gilbert Tournoy, Werner Verbeke, Leuven University Press, 1991, p. 306-319).

14 Voir Lancelot en prose, éd. Alexandre Micha, Genève, Droz, 1979, t. 4, p. 237-254. Sur les deux épisodes et leur filiation, voir Michelle Szkilnik, Méraugis et la Joie de la Cité, Cahiers de Recherches médiévales 15, 2008, p. 113-127.

15 Le Livre d’Artus est conservé dans un manuscrit unique, le manuscrit Paris, Bibliothèque nationale de France, français 337. Il a été édité par Oskar Sommer (The Vulgate Version of the Arthurian Romances, Washington, The Carnegie Institution of Washington, 1916, t. 7). Sur ce manuscrit et sa composition, voir Noémie Chardonnens, Nathalie Koble, Patrick Moran, L’Invention du Livre d’Artus, in Élodie Burle-Errecade, Valérie Gontero-Lauze, dir., Le Manuscrit unique : une singularité plurielle, Paris, Presses universitaires de la Sorbonne, 2018.

16 Livre d’Artus, éd. cit., p. 202, 240 et 320.

17 Ibid., p. 270, f. 280b (nous modifions la présentation du texte).

18 Meraugis, éd. cit., p. 164, v. 1435-1448.

19 Voir Lancelot en prose, éd. cit., t. 4, p. 237-254. Sur les deux épisodes et leur filiation, voir : Michelle Szkilnik, « Méraugis et la joie de la Cité », art. cit.

20 Livre d’Artus, éd. cit., p. 272, f. 281a. La Cité est une reprise de l’Île sans Nom, où le héros affronte Gauvain dans Meraugis (éd. cit., v. 5083, p. 392).

21 Livre d’Artus, éd. cit., p. 272, fol. 281b, et Meraugis, éd. cit., p. 236 sq.

22 Ibid., p. 240-243.

23 Livre d’Artus, éd. cit., p. 272.

24 Sur la signification et l’histoire de l’« esplumoir » dans la fiction arthurienne, voir Gaston Paris, « Sur l’Esplumoir Merlin », Romania 27, 1898, p. 398-409 ; William A. Nitze, « The Esplumoir Merlin », Speculum 18, 1943, p. 69-79 ; Roger S. Loomis, « L’esplumoir Merlin again », Bulletin bibliographique de la Société internationale arthurienne 9, 1957, p. 79-83 ; Richard Trachsler, Clôtures du cycle arthurien : étude et textes, Genève, Droz, 1996, p. 64 sq.

25 Meraugis, éd. cit., v. 2610-19, p. 236-239.

26 Tristan en prose, éd. cit., t. VII, § 186, p. 319.

27 Voir Le Roman en prose de Tristan, le roman de Palamède et la compilation de Rusticien de Pise. Analyse critique d’après les manuscrits de Paris, éd. Eilert Löseth, Paris, Honoré Champion, 1890, [reprint, Genève, Slatkine, 1974], p. 331, et § 575a, p. 409.

28 Voir Wolfgang Iser, L’Acte de lecture. Théorie de l’effet littéraire, Sprimont, Mardaga éditeur, 1985 pour la traduction française.

29 Jacques Roubaud, Graal fiction, Paris, Gallimard, 1978, p. 122.

30 Érec et Énide, éd. cit., p. 244 sq.

31 Le Haut Livre du Graal, éd. Armand Strubel, Paris, Librairie générale française, 2007, p. 256 sq.

32 Livre d’Artus, éd. cit., p. 143, fol. 191d.

33 Première Continuation de Perceval, éd. William Roach, trad. Colette-Anne Van Coolput-Storms, Paris, Librairie générale française, 1993, v. 1158-1314, p. 114-124.

34 Livre d’Artus, éd. cit., p. 143, fol. 191d-192a.

35 Huon de Méry, Li Tornoiemenz Antecrit von Huon de Mery nach den Handschriften zu Paris, London-Oxford, Marburg, Elwert, « Ausgaben und Abhandlungen aus dem Gebiete der romanischen Philologie » 76, 1888, 172 p., v. 3534-3537.

36 Sur Daguenet, fou de la cour dans les romans arthuriens en prose, voir Jean-Marie Fritz, Le Discours du fou au Moyen Âge, Paris, Presses universitaires de France, 1992, p. 266 sq.

37 Livre d’Artus, éd. cit., p. 141-142, fol. 191a-b.

38 Ibid., p. 320-323.

© Presses universitaires de Provence, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search