Version classiqueVersion mobile

Raoul de Houdenc et les routes noveles de la fiction

 | 
Sébastien Douchet

Faire œuvre. Tradition, mise en recueil et réception

L’œuvre de Raoul de Houdenc et la définition des cadres littéraires du xiiie siècle

Olivier Collet

Texte intégral

  • 1 Dans l’introduction qui accompagne son édition du Roman des eles, Keith Busby a bien émis l’hypothè (...)

1Pour publier sous forme d’édition critique les « œuvres complètes » de Raoul de Houdenc, il conviendrait aujourd’hui de passer en revue vingt-quatre manuscrits des xiiie, xive et xve siècles répartis entre quinze lieux de conservation, à moins de privilégier une seule copie de Meraugis de Porlesguez, du Roman des eles, du Songe d’Enfer et de la Vengeance Raguidel – plus le Dit de Raoul, ou Borjois borjon, s’il doit bien être compris dans cette liste –, sans se soucier d’évaluer leur qualité de transmission, ce qui requerrait cependant presque autant de témoins que ce corpus ne compte de titres, quatre au minimum, pour être exact. C’est dire d’emblée que l’idée de totalité pour un tel corpus se heurte à d’importantes différences face à nos conceptions actuelles. Peut-être la diffusion de ces quatre ou cinq textes a-t-elle été beaucoup plus vaste au Moyen Âge que nous ne pouvons nous le représenter d’après les traces qui en subsistent de nos jours. Toujours est-il qu’au regard de leur tradition, rien n’indique pour le critique moderne qu’ils aient jamais été perçus comme un ensemble solidaire qu’il eût été souhaitable de réunir pour le mettre à disposition des lecteurs d’antan afin de leur procurer une vision globale de la production de Raoul de Houdenc1. Seules les œuvres présentant des liens immédiatement perceptibles ont pu bénéficier alors, ou avec quelque décalage par rapport à leur rédaction originale, d’un traitement distinct, avant la fin du xiiie siècle où l’on voit apparaître les premiers regroupements par auteur.

  • 2 Si, comme Michelle Szkilnik l’allègue, sans toutefois l’illustrer par de nombreux exemples, le Roma (...)

2La tradition manuscrite de Raoul nous confronte à un second constat : si l’on excepte les reproductions incomplètes ou partielle contenues dans le codex berlinois, aucun exemplaire ne renferme plus d’un écrit du poète, sauf les fameux recueils Paris, Bibliothèque nationale de France, français 837, et Turin, Biblioteca Nazionale Universitaria, L.V. 32, éventuellement Berne, Burgerbibliothek, 354, et les assemblages n’impliquent que les pièces brèves qu’il a composées : Roman des eles, Songe d’Enfer, Dit de Raoul de Houdenc, toujours en admettant l’attribution de ce texte au même auteur. Jamais donc on ne voit apparaître l’une de celles-ci unie de manière claire à l’un de ses romans2.

3Troisième élément à prendre en compte : comme pour beaucoup d’écrivains du xiie ou du xiiie siècle, le renouvellement littéraire qui caractérise la période suivante, de même que les changements que l’on observe dans la production manuscrite, surtout pour les anthologies, ont entraîné une apparente mise à l’écart de Raoul dont peut-être, certains écrits connaissent encore une diffusion au xve siècle mais plutôt en tant que « curiosité », ce dont l’exemplaire issu de l’ancienne collection privée du baron Louis-Marie-François Dauphin de Verna donne l’impression, lorsqu’ils ne participent pas d’ensembles inclassables, desquels n’émerge aucune cohérence évidente (par exemple Meraugis dans le manuscrit Turin, Biblioteca Nazionale Universitaria, L. IV. 33, qui unit longs récits et pièces narratives ou didactiques brèves, fictions romanesques ou épiques et textes de tradition « historique », vers et prose). Pas davantage qu’à l’époque de la constitution parallèle des grands manuscrits-recueils français et des premières représentations d’auteur qui s’en dégagent, on ne perçoit donc durant la seconde partie du Moyen Âge vernaculaire de conscience manifeste de l’unité de son œuvre, ou d’une position auctoriale bien définie.

4Pour les décennies autour desquelles se concentre le plus grand nombre de copies, soit celles comprises entre le dernier tiers du xiiie et le premier quart du xive siècle, les écrits de Raoul de Houdenc s’insèrent dans deux des principales voies de diffusion que la tradition française suit : sommes de textes romanesques versifiés, souvent unis par un certain degré de communauté thématique, pour Meraugis et la Vengeance Raguidel ; corpus d’écrits composites, en vers et en prose, pour le Roman des eles et le Songe d’Enfer, dans des types de voisinages éclectiques et souvent complexes, qui nous mettent aux prises avec les plus grandes difficultés lorsque nous tentons de définir les principes que leurs commanditaires ou leurs exécutants ont adoptés pour les réunir.

5Ces observations nous forcent ainsi à nous interroger sur les lignes de partage qui, au regard de leur transmission, semblent être intervenues dès l’origine entre les quatre ou cinq écrits qui forment le répertoire de notre auteur et qui se sont perpétuées tout au long du Moyen Âge, bon an mal an. Pour tenter d’identifier le genre des œuvres composées par celui que l’on connaît de nos jours sous le nom de Raoul de Houdenc et que celui-ci permet de regrouper, en percevoir les frontières et la nature particulière, de cas en cas, il est possible de recourir à trois voies d’exploration parallèles.

6L’étude matérielle de leur tradition manuscrite afin de définir les conditions exactes de leur circulation en est le préliminaire indispensable mais nécessite le recours à des expertises qu’il est ardu de mener sur une vingtaine de copies, en dehors d’un projet de longue durée.

  • 3 Dans le manuscrit Paris, Bibliothèque nationale de France, français 837, une main postérieure a ins (...)
  • 4 Claude Fauchet est responsable des indications apposées aux f. 98d-99a du manuscrit Turin, Bibliote (...)
  • 5 Voir les p. 447-449 de l’édition Michelle Szkilnik, éd. cit., et les remarques générales de l’éditr (...)

7Celle du paratexte permet ensuite de mieux caractériser celles-ci au regard d’une perception et d’une réception sinon contemporaines, du moins en adéquation relative avec l’élaboration des textes. Dans le cas de Raoul cependant, le bilan n’est guère significatif. Le titre de romanz des eles est dû à la rubrique que comporte le manuscrit 82 de la Biblioteca Bodmeriana, f. 13 r°a. Des quatre représentants qui possèdent un intitulé, le recueil Turin, Biblioteca Nazionale Universitaria, L. V. 32 est le seul à rattacher une étiquette littéraire au texte, peu spécifique néanmoins pour la période de sa rédaction (C’est li lais des .vij. eles, f. 112 v°3). Selon toute évidence, aucun scribe n’est sous l’emprise de l’appellation choisie par l’auteur – mais que celui-ci introduit seulement dans le dernier vers de son poème, à bonne distance de son nom –, sur laquelle ils s’accordent pourtant sans exception, et aucune tradition n’en a fixé le titre. Parmi les onze témoins du Songe d’Enfer, ceux qui présentent une quelconque désignation font alterner la variante qui a été retenue aujourd’hui et celle de Voie d’enfer (Oxford, Bodleian Library, Digby 86, f. 97 v°b : Ci comence le romaunz de enfer le sounge Rauf de Hodenge de la voie d’enfer, et Paris, Bibliothèque nationale de France français, 2168, f. 80 v°a : Ci coumence li favliaus d’infer) contiennent les intitulés les plus développés ou atypiques, et Reims, Bibliothèque municipale, 1275, est le seul à faire référence à l’auteur dans son explicit (Ci faut li voie d’enfeir que Raous de Houdent fist, f. 61 r°a). L’association dans le début du poème avec la fable (v. 1) ou avec le fabliau est susceptible d’expliquer l’une de ces variantes, comme sa conclusion qui introduit en parallèle du nom de Raoul le terme fablel, en apparence respecté par tous les copistes sauf celui du recueil d’Oxford (romanz) et qui désigne clairement la forme littéraire adoptée par l’écrivain, et non le thème qu’il a exploité dans son poème (cf. conte, v. 673, ou songe, v. 678). Parmi les romans, Meraugis de Porlesguez a la caractéristique de débuter ex abrupto et le texte ne comporte aucune désignation particulière. La formule utilisée dans son explicit ne prend de l’ampleur que dans Vienne, Österreichische Nationalbibliothek, 2599, f. 38 v°b (Explicit li romanz de Meraugi de Portlesguez par maistre Raoul de Hodenc4). Le poète s’y nomme trois fois, dans une reprise au v. 4293 (« Raouls qui ramaine cest conte ») et dans le curieux épilogue du récit, v. 5893 (prénom et nom) et 5897 (prénom), où apparaissent aussi les termes conte et livre. Les v. 5898-5907 ne figurent que dans le manuscrit Biblioteca Apostolica Vaticana, Reginensi Latini 1725. Celui de Vienne comporte en revanche un prologue de trente-deux vers qui lui est propre et dans lequel on relève une occurrence supplémentaire du prénom de l’écrivain et un certain degré d’élaboration poétique autour du mot conte5. Enfin, seul le recueil de Nottingham (Wollaton Library, WLC/LM/6, anciennement : University Library, Mi LM 6) introduit la Vengeance Raguidel par une rubrique, au demeurant étrange (Del roi Artut, f. 304 r°a), et aucune donnée intéressante sur la nature de cet écrit ou sur son auteur n’accompagne les premiers vers. L’épilogue désigne ce dernier par son seul prénom et le texte au moyen du terme conte, ce qui correspond aux choix qu’exprime le court préambule en forme de prologue intérieur qui intervient dans le courant des aventures de Gauvain, aux v. 3320-3325. L’explicit ne présente lui non plus aucune particularité notable.

8Vient enfin l’analyse interne dans les recueils qui comprennent des poèmes de Raoul de Houdenc, par le biais des diverses formes de contextualisations et de rapprochements susceptibles de se produire, ou d’être perçus entre les constituants d’une anthologie. Fructueuse à bien des égards, dans une large mesure solidaire voire indissociable des précédentes, cette approche nécessite une excellente connaissance de la dimension littéraire de tous les éléments susceptibles de participer à l’élaboration d’un recueil ; connaissance à laquelle il est ardu de prétendre pour les centaines de pièces concernées ici et qui, en tout état de cause, pour ceux qui la détiendraient, entraîne soit des déductions manifestes, par exemple pour l’interprétation des ensembles dans lesquels on retrouve les deux romans de Raoul (manuscrit V de Meraugis, ou A de la Vengeance Raguidel), soit beaucoup moins aisées, et de caractère résolument difficultueuse pour ses autres écrits.

  • 6 Nous songeons surtout à l’article de Keith Busby, « Le contexte manuscrit du Songe d’Enfer de Raoul (...)

9Nous nous intéresserons cependant plutôt à la tradition que constituent les volumes qui nous ont transmis les deux poèmes allégoriques de Raoul de Houdenc, pour quelques remarques à partir de leur structure ou des interférences éventuelles que peut suggérer la juxtaposition avec les autres contenus de ces exemplaires, en accordant une plus grande attention à deux d’entre eux, beaucoup moins étudiés, le codex 1275 de la Bibliothèque municipale de Reims et un autre manuscrit, inaccessible de nos jours mais dans lequel figure – ou figurait – le Roman des eles. Pour des ensembles aussi monumentaux que les recueils « classiques » dans lesquels nous trouvons soit le Roman des eles soit le Songe d’Enfer, parfois les deux (Paris, Bibliothèque nationale de France, français 837, et Turin, Biblioteca Nazionale Universitaria, L.V. 32), il n’y aurait guère de nouveauté à évoquer les grandes lignes de leur composition. En outre, leur ampleur ainsi que la variété des textes qu’ils renferment rendent hasardeux d’expliquer la présence d’une ou deux pièces parmi des dizaines ou des centaines d’autres, le plus souvent brèves mais de type disparate. Dans le cas particulier de Raoul, c’est d’ailleurs cet éclectisme et cette multiplicité déroutante de genres, de formes aussi bien que de datations et de provenances qui a amené la critique à privilégier une approche thématique, comme dans la plupart des travaux consacrés à l’étude des recueils littéraires hétérogènes des xiiie-xive siècles, afin de comprendre le choix de cet auteur dans quelques-unes de ces vastes collections, avec le risque inévitable d’omettre le contexte matériel dans lequel s’insèrent le Roman des eles ou le Songe d’Enfer et la spécificité littéraire de chaque manuscrit, autant que faire se peut6. Toujours est-il que les orientations morales que révèle une majorité d’œuvres au sein de ces anthologies, surtout si l’on s’attache à celles que l’on peut sommairement qualifier de « brèves », peuvent justifier que Raoul de Houdenc y soit représenté, même si une telle remarque demeure beaucoup trop anecdotique pour fournir une explication satisfaisante et complète.

  • 7 Rappelons que le Tornoiemenz Antecrit contient non moins de huit références à ces derniers, six au (...)

10En comparaison, le manuscrit de Reims fait figure de parent pauvre, sans doute parce qu’il ne conserve aucun des textes vernaculaires sur lesquels la sagacité des philologues et de ceux qui se sont intéressés à la mise en recueil s’est avant tout exercée. Il est néanmoins étonnant que les spécialistes de cette question, ou de l’œuvre de Raoul, n’aient été interpelés ni par la position du Songe d’Enfer dans cette collection ni par la présence une dizaine de feuillets plus loin du Tornoiemenz Antecrit, son auteur, Huon de Méry apportant le témoignage le plus souvent allégué à propos du retentissement de ses écrits auprès de la postérité7.

  • 8 Le recueil trilingue d’Oxford est le seul autre cas comparable. Le bref écrit latin qui figure au f (...)
  • 9 À l’heure où nous mettons la dernière main à cet article, il ne nous a pas encore été possible de c (...)

11Pour le reste, force est d’avouer que le caractère bilingue de ce corpus, son organisation et la nature même de bien des textes qu’il nous procure ne sont guère aptes à leur faciliter la tâche et cette spécificité, au demeurant intéressante ne serait-ce que parce qu’elle n’intervient dans presque aucun autre manuscrit des œuvres de Raoul de Houdenc8, a sans doute constitué un deuxième facteur dissuasif et dresse bien des obstacles à la compréhension de cette anthologie. Recueil lorrain de la fin du xiiie siècle, le manuscrit de Reims forme en effet un assemblage de 4 sections9 constituées pour l’essentiel d’écrits latins, sauf la deuxième (f. 58-128) où intervient un mélange avec le français, dans des proportions très inégales – sur vingt-huit entrées, seules huit sont en langue vulgaire –, et dont la pièce inaugurale est le Songe d’Enfer, suivi de la Voie de Paradis par Rutebeuf, puis d’un Tractatus de matrimonio scientiarum, qui n’est pas le poème composé par Jean le Teinturier d’Arras, bien que l’épilogue de cette pièce cite son nom, mais un texte allégorique anonyme, le Mariage des sept arts et des sept vertus, dont il s’agit de l’unique représentant en apparence.

  • 10 Les recueils Paris, Bibliothèque nationale de France, français 837 et Turin, Biblioteca Nazionale U (...)
  • 11 Le texte est également présent à l’ouverture du recueil Turin, Biblioteca Nazionale Universitaria, (...)

12Si de prime abord ces deux articulations peuvent sembler évidentes et aisément compréhensibles10, les deux écrits qui suivent, rédigés eux aussi en français, manifestent surtout une prégnance du domaine religieux dont certains textes latins témoignent eux aussi dans ce volume. Les trois autres pièces vernaculaires (le Tornoiemenz Antecrit par Huon de Méry, déjà mentionné11, une copie incomplète du Roman de Miserere par le Reclus de Molliens, enfin une traduction du Moralium dogma philosophorum de Guillaume de Conches) sont toutes isolées les unes des autres et n’expriment en apparence que des solidarités occasionnelles avec les œuvres en latin qui les séparent, elles-mêmes composites. Seule la perspective morale qui se dégage du répertoire français de ce corpus – aussi bien que de la majorité des textes latins – semble pouvoir offrir un fil conducteur, bien ténu il est vrai, avec une orientation allégorico-satirique, dans la part de ce choix qui a été dévolue à la langue vulgaire. À cette appréciation très sommaire, on peut toutefois en joindre une autre qui marque à nouveau la singularité de ce corpus au regard de la transmission du Roman des eles et du Songe d’Enfer : le poème de Raoul qui a été choisi pour y être retranscrit s’insère pour le coup dans un cadre résolument clérical, ce qui distingue le codex de Reims de la plupart des autres manuscrits de ses écrits brefs, dont nous ignorons tout de la destination initiale mais qui ne revêtent pas l’apparence savante que l’on perçoit dans ce cas.

  • 12 Pour une mise au point récente sur cette question, particulièrement épineuse dans le cas de ce volu (...)
  • 13 Le texte de Jean Bodel qui clôt le recueil est le seul à recevoir une désignation analogue (cf. f. (...)
  • 14 La reconstitution de la structure primitive du manuscrit va à l’encontre de l’idée que l’agencement (...)

13Nous sommes donc loin ici de la situation beaucoup plus unitaire en apparence, du moins sur le plan linguistique, mais tout aussi malaisée à appréhender, qui prévaut dans les grands recueils français que nous avons choisi de délaisser, la très relative « simplicité » dont des exemplaires plus restreints donnent l’impression, comme le manuscrit Paris, Bibliothèque nationale de France, français 2168, n’étant qu’un leurre à partir du moment où l’on se plonge dans leur contenu, surtout si l’on ne prend pas la précaution, essentielle, d’établir quelle pouvait en être la structure originale12. Ainsi, si la place du Songe d’Enfer avant la Bataille de Carême et Charnage peut recevoir ici une explication commode que conforte le lexique employé dans leurs intitulés (Ci coumence li favliaus d’iinfer ; Chi commence li faveliaus de quaresme et de carnage13), ces deux textes suivent Aucassin et Nicolette, auquel il est moins commode de les relier sauf par le biais de l’ironie, de la parodie et du burlesque ; a fortiori si l’on se penche sur le début de cette collection, d’un tout autre genre littéraire. Si cette triade introduit en quelque sorte la partie réservée à des fabliaux, avec l’une des versions du Sacristain, celle-ci est tout sauf univoque et entremêle par exemple la rédaction dite « B » de l’Image du monde par Gossuin de Metz ou le Voyage de Charlemagne par Pierre de Beauvais et un Lucidaire, plus le texte actuellement – mais artificiellement – relié au commencement du volume, l’Âtre périlleux, en lieu et place d’une œuvre inconnue ou d’un ensemble de textes, dans une série de cahiers maintenant perdus14.

  • 15 Recueil de 24 feuillets de la fin du xiiie ou du début du xive siècle, dans lequel la même main a t (...)
  • 16 Celui-ci n’est pas assez consistant pour savoir si nous avons affaire ici à une traduction d’un jug (...)
  • 17 Il est en effet intéressant de noter dans ce volume le couplage qui se produit entre les n° 8 et 9, (...)

14Pour sa part, le petit recueil issu de l’ancienne collection privée du baron Dauphin de Verna, vendu à Lyon dans les dernières années du xixe siècle et dont les traces se sont estompées depuis, possède à la fois la caractéristique d’être probablement le plus tardif de nos spécimens, si l’on excepte les copies réalisées au delà du Moyen Âge (il remonte en effet au xve siècle, même si les descriptions qu’on en conserve ne permettent pas de datation plus exacte), de ne comporter qu’un faible nombre de pièces (10) dans l’état – original ? – qu’il présentait lors de sa dernière apparition, comme le manuscrit Bodmer15, et d’être rédigé sur papier. Les quatre premières entrées qui le composent définissent un ensemble thématique cohérent centré autour des enfances du Christ, de sa Passion et des lamentations de la Vierge, enfin du Jugement dernier, auquel s’ajoute une vie de saint (Christophe). Avec la suivante, une pronostication d’après le jour de la semaine auquel tombe le commencement de l’année, nous pénétrons sur un terrain plus accidenté, le Roman des elles – no 8 du volume – prenant place entre un unicum de nature assez mystérieuse, attribué à Richard de Fournival et dont nous ne connaissons que l’incipit16, et une copie non répertoriée sauf erreur de l’Ordre de chevalerie, également retranscrit dans le recueil Paris, Bibliothèque nationale de France, français 837, plus un dernier texte d’inspiration médicale, à nouveau. Au premier volet, dévot, de ce diptyque, succède comme cela se produit souvent une partie beaucoup plus hétéroclite dont on ne sait que penser si ce n’est qu’elle combine deux œuvres allégorico-morales dont la complémentarité a déjà été perçue17 et trois de nature empirique ou pratique, si l’on s’en tient à une appréciation rapide.

15Ainsi répartie, l’œuvre de Raoul de Houdenc semble bien montrer qu’elle participe au plus près de l’esprit qui anime fondamentalement la littérature des premières décennies du xiiie siècle, ce qui en explique dans une certaine mesure le caractère éclectique en apparence, malgré son unité essentielle. C’est avant tout en satiriste qu’il intervient, frayant plusieurs des voies que la production de son temps lui suggérait : celle de la réécriture et de la parodie, avec ses deux réélaborations de la matière arthurienne ; celle, allégorique, de la critique sociale, avec le Roman des eles dont le schéma s’inspire de la tradition latine religieuse, donc savante, et le Songe d’Enfer, qui recourt au subterfuge de l’affabulation onirique, promis à un bel essor. Ce qu’il réalise dans le second cas, dans une perspective de morale laïque, on en trouverait aisément l’équivalent sous la plume de certains contemporains ayant embrassé l’état ecclésiastique, ou chez bien d’autres dont le nom ne nous est pas toujours parvenu mais qui représentent la « main d’œuvre » des grands manuscrits-recueils hétérogènes grâce auxquels nous lisons et étudions aujourd’hui la littérature didactique et narrative brève des années 1200. Nombre d’écrits sont par ailleurs là pour nous suggérer l’impulsion qui saisit au même moment la matière romanesque et surtout arthurienne, dans le but d’en dépasser les schémas primitifs afin de renouveler celle-ci, souvent dans une perspective décalée qui traduit aussi l’amusement des auteurs et de leur public face à ses poncifs, et leur besoin de s’en démarquer.

16Si l’œuvre de Raoul forme une tradition si dissociée au point de vue matériel, du moins à notre connaissance, c’est donc peut-être simplement parce que celle-ci est soumise au premier chef à la partition des types littéraires que l’on observe dans une part significative des recueils vernaculaires, entre textes épiques ou romanesques, de conception narrative et pour des compositions de longue haleine, en vers ou en prose, d’une part, et écrits brefs, religieux ou profanes, d’inspiration didactique et morale, d’autre part, avec bien sûr des empiétements entre les deux catégories. Ce seraient alors les formes que l’auteur emprunte au fonds littéraire de son époque qui expliqueraient la polarisation de son répertoire, corroborant du même coup la perception médiévale des différences qui animent chacune de ces réalisations, ou les deux principales veines auxquelles elles appartiennent.

  • 18 Celui que le poète adopte dans le Songe d’Enfer pour évoquer certaines étapes de son voyage oniriqu (...)

17En revanche, leur versification (puisqu’aucune n’est rédigée en prose) n’est sans doute pas l’élément qui assure à la fois cette identification et la répartition des quatre ou cinq pièces au sein des manuscrits qui les conservent. C’est donc plutôt une autre donnée structurelle, plus simple en apparence mais difficile à définir de manière précise et concomitante à la distinction qui s’établit par ailleurs sur le plan littéraire, qui les oppose : leur longueur. Compris dans l’ordre des quelques trois-cents couplets – soixante seulement pour le Dit de Raoul de Houdenc –, soit une moyenne assez commune aussi pour des textes comme les fabliaux, ce qui n’est sans doute pas un hasard vu le ton dans lequel sont rédigés le Roman des eles et le Songe d’Enfer18, ou pour beaucoup d’autres écrits exemplaires et moraux, les poèmes didactico-allégoriques qui semblent avoir reçu le meilleur accueil de la part des continuateurs ou des lecteurs de Raoul, se démarquent ainsi en même temps par leur brièveté et par leur esprit satirique, face à des ouvrages romanesques qui n’en sont pas nécessairement exempts mais empruntent de préférence la voie du divertissement par le récit d’aventures complexes. Traditionnels dans leur inspiration première, même si le recours aux éléments parodiques qui en modifient la tonalité primitive, les motifs et les personnages impliquent autant de décalages suggérant une relecture active du genre auquel ces romans se rattachent, Meraugis de Porlesguez et la Vengeance Raguidel s’articulent par ailleurs en une succession d’épisodes qui entraînent ceux qui en suivent les méandres dans un parcours dix fois plus étendu.

18Certes, confronter brièveté et longueur n’est peut-être pas une solution très ingénieuse ni novatrice pour expliquer la littérature du xiiie siècle et tenter de rendre compte des critères qui la définissent pour ses contemporains, mais dans la mesure où elle inclut des écrits de l’une et l’autre tendance, brefs et plus nourris, l’œuvre de Raoul de Houdenc nous procure un témoignage du seul facteur indiscutable qui en permette la distribution au sein de catégories identifiables. Implicitement du moins, c’est ce que suggère la répartition manifeste qui se produit dans la vingtaine de copies qui subsiste de l’un ou l’autre de ses constituants.

Notes

1 Dans l’introduction qui accompagne son édition du Roman des eles, Keith Busby a bien émis l’hypothèse que le manuscrit B de ce poème, qui n’en renferme qu’une partie, précédée de deux fragments de Meraugis de Portlesguez, « prompts the tempting speculation that they may have come from a MS. of the œuvres complètes of Raoul de Hodenc » (Raoul de Hodenc, Le Roman des eles. The anonymous Ordene de chevalerie, ed. Keith Busby, Amsterdam/Philadelphia, J. Benjamins, 1983, p. 16-17). Il ne s’agit toutefois que d’une conjecture qu’à notre connaissance, rien ne confirme de manière assurée. Néanmoins, l’excellente notice disponible sur http://www.manuscripta-mediaevalia.de permet d’affirmer que la deuxième section de ce recueil factice, soit les f. 144-157 où figurent nos trois extraits, forme un continuum, interrompu par la perte d’un unique cahier. Aucune trace de la présence d’autres écrits de Raoul ne subsiste en revanche à quelque endroit de ce volume. Le recueil de la Staatsbibliothek und Preussischer Kulturbesitz de Berlin (Gall. Qu. 48) est ainsi le seul à offrir un projet unitaire autour de textes de notre auteur mais dans des proportions qu’il est maintenant impossible de définir, puisqu’il n’en subsiste que des vestiges dénués d’indices explicites.

2 Si, comme Michelle Szkilnik l’allègue, sans toutefois l’illustrer par de nombreux exemples, le Roman des eles « entretient des rapports certains avec Meraugis » Raoul de Houdenc, Meraugis de Portlesguez. Roman arthurien du xiiie siècle, éd. bilingue Michelle Szkilnik, Paris, Honoré Champion, 2004, « Introduction », p. 33-34, ces rapprochements ne semblent donc pas avoir retenu l’attention de nos compilateurs, sauf en ce qui concerne le recueil de Berlin (voir note précédente). Paris, Bibliothèque nationale de France, français 837 et Turin, Biblioteca Nazionale Universitaria, L. V. 32 contiennent le Roman des eles et le Songe d’Enfer ; Berne, Burgerbibliothek, 354, le Songe d’Enfer et le Borjois borjon. Les textes ne se suivent dans aucun de ces trois témoins. Les liens qui s’établissent entre la Vengeance Raguidel et le Dit de Raoul de Houdenc dans le recueil Nottingham, Wollaton Library, WLC/LM/6 (anciennement : University Library, Mi LM 6) sont moins aisés à caractériser étant donné la nature de ce volume.

3 Dans le manuscrit Paris, Bibliothèque nationale de France, français 837, une main postérieure a inscrit le titre Les hailes de courtoisie, repris sans divergences notables dans l’explicit. Paris, Bibliothèque nationale de France, français 19152 développe sur le même modèle (Des eles de cortoisie par quoi chevalier doivent estre cortois).

4 Claude Fauchet est responsable des indications apposées aux f. 98d-99a du manuscrit Turin, Biblioteca Nazionale Universitaria, L. IV. 33 et 144 a.

5 Voir les p. 447-449 de l’édition Michelle Szkilnik, éd. cit., et les remarques générales de l’éditrice sur ces « variantes de publication » du roman, notamment dans le cas de la copie du Vatican.

6 Nous songeons surtout à l’article de Keith Busby, « Le contexte manuscrit du Songe d’Enfer de Raoul de Houdenc », in dir. Olivier Collet, Yasmina Foehr-Janssens, , dir., Le Recueil au Moyen Âge. Le Moyen Âge central, Turnhout, Brepols, « Texte, Codex et Contexte » 8, p. 47-61, qui ouvre au demeurant d’intéressantes perspectives à l’étude de ces volumes.

7 Rappelons que le Tornoiemenz Antecrit contient non moins de huit références à ces derniers, six au Songe d’Enfer (v. 412, 822, 1233, 1847, 2239, 2240, 3417 et 3535 : Le Tournoi de l’Antéchrist (Li Tournoiemenz Antecrit), éd. Georg Wimmer, prés., trad. et annoté par Stéphanie Orgeur, Orléans, Paradigme, 1994), une au Roman des eles et une sans mention d’un texte spécifique.

8 Le recueil trilingue d’Oxford est le seul autre cas comparable. Le bref écrit latin qui figure au f. 214 v° du manuscrit Paris, Bibliothèque nationale de France, français 2168 résulte d’un ajout.

9 À l’heure où nous mettons la dernière main à cet article, il ne nous a pas encore été possible de consulter ce volume et donc, de procéder à son analyse codicologique.

10 Les recueils Paris, Bibliothèque nationale de France, français 837 et Turin, Biblioteca Nazionale Universitaria, L. V. 32, associent eux aussi directement le Songe d’Enfer avec la Voie de paradis, dans une version en 1368 octosyllabes à rimes plates que certains attribuent à Raoul et qui prolonge en quelque sorte la première pièce, en vertu d’un rapprochement qu’il est aisé de saisir, surtout dans l’enchaînement que le second de ces volumes nous propose entre le f. 27 r° et le f. 46 r°. À noter que le premier renferme la même séquence mais décousue, avec plus d’une centaine de feuillets entre chaque élément, et que dans chacun de ces volumes, nous retrouvons aussi le Roman des eles, à part.

11 Le texte est également présent à l’ouverture du recueil Turin, Biblioteca Nazionale Universitaria, L. V. 32. Paris, Bibliothèque nationale de France, français 1593 est un autre témoin de cette rencontre entre le poème de Huon de Méry et le Songe d’Enfer.

12 Pour une mise au point récente sur cette question, particulièrement épineuse dans le cas de ce volume ou d’autres recueils composites de textes vernaculaires – comme le manuscrit Paris, Bibliothèque nationale de France, français 25545 – mais décisive pour leur interprétation, nous renvoyons au substantiel article de Serena Lunardi dans le cahier spécial que la revue Études françaises a publié en relation avec le projet international de recherches « Lire en contexte à l’époque prémoderne. Enquête sur les recueils manuscrits de fabliaux », dir. Olivier Collet, Francis Gingras et Richard Trachsler (Serena Lunardi, « Lire les fabliaux au Moyen Âge et au xviiie siècle » : les manuscrits Paris, BnF, fr. 2168 et Paris, Arsenal, 2770, Études françaises 48-3, 2012, p. 59-93 ; http://id.erudit.org/iderudit/1015390ar).

13 Le texte de Jean Bodel qui clôt le recueil est le seul à recevoir une désignation analogue (cf. f. 240 v°, Li fabliaus de Dagombert).

14 La reconstitution de la structure primitive du manuscrit va à l’encontre de l’idée que l’agencement actuel des grands recueils tend parfois à imposer à notre esprit, à savoir celle d’une organisation fondée sur le volume matériel des pièces, avec en ouverture – ou en clôture – d’une anthologie des écrits plus monumentaux auxquelles on aurait ajouté des textes brefs, de manière contingente pourrait-on dire, sans autre motif que pratique. Cette représentation, peut-être valable pour certains objets, ne vaut en tout cas pas pour tous puisqu’au départ, les œuvres les plus longues de ce corpus étaient en quelque sorte « noyées » au milieu de pièces brèves ou de taille moindre, sans non plus toujours se suivre.

15 Recueil de 24 feuillets de la fin du xiiie ou du début du xive siècle, dans lequel la même main a transcrit, en apparence dans un ordre distinct de celui que le codex présente maintenant, trois lais anonymes, le Roman des eles et le Donnei des amants, ce qui tend à placer le texte de Raoul de Houdenc dans une perspective courtoise très éloignée de celle de grandes anthologies contemporaines (Paris, Bibliothèque nationale de France, français 837 et 19152, ou Turin, Biblioteca Nazionale Universitaria, L. V. 32), sauf peut-être le manuscrit Paris, Bibliothèque nationale de France, français 2168, où le Songe d’Enfer intervient à la suite d’une section elle aussi formée de lais, mais au sein d’un corpus beaucoup plus vaste et diversifié, comme nous venons de le constater.

16 Celui-ci n’est pas assez consistant pour savoir si nous avons affaire ici à une traduction d’un jugement des urines en latin, genre familier dont la Biblionomia de Richard évoque quelques exemples et dont il aurait lui-même translaté l’un des spécimens en français, ou s’il s’agit d’une version plus ou moins aménagée de cette tradition latine. Il n’est guère aisé non plus de déterminer qui est le maistre Helye mentionné dans cette phrase liminaire, serorge (beau-frère) qui n’apparaît nulle part ailleurs. Nos remerciements vont à Christopher Lucken pour avoir autant que possible éclairé notre lanterne sur ce texte mystérieux.

17 Il est en effet intéressant de noter dans ce volume le couplage qui se produit entre les n° 8 et 9, à l’image apparente des similitudes que Keith Busby perçoit entre le Roman des eles et l’Ordre de chevalerie (voir son édition combinée des deux textes, déjà signalée).

18 Celui que le poète adopte dans le Songe d’Enfer pour évoquer certaines étapes de son voyage onirique, ou leur description, ne sont pas sans rappeler les péripéties de fabliaux, ce qui rompt avec le genre des visions religieuses dans laquelle Raoul s’inscrit pour en dépasser le cadre traditionnel. Voilà qui contribue sans doute à expliquer le nombre de parallélismes que l’on observe entre ses deux courts poèmes et la tradition du fabliau, puisque neuf de nos recueils en reproduisent aussi, et l’absence de tout contact entre celle-ci et les romans de notre auteur dans les manuscrits dont nous disposons de nos jours.

© Presses universitaires de Provence, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search