Version classiqueVersion mobile

Fables mystiques

 | 
Chantal Connochie-Bourgne
, 
Jean-Raymond Fanlo

…à l’expérience du partage (rencontres, correspondances, communautés)

Traductions mystiques

Madame Guyon et Wolf von Metternich, une direction spirituelle à distance

Xenia von Tippelskirch

Résumé

À partir d’une étude de cas précise cette contribution analyse une direction spirituelle qui a permis la transmission de savoirs mystiques à travers des frontières confessionnelles au début du xviiie siècle et elle s’interroge sur les réflexions ou actions qui ont accompagné cette transmission. L’examen de la correspondance entre la mystique française Madame Guyon et le diplomate allemand réformé Wolf von Metternich permet de mettre en lumière le rôle d’une mère spirituelle, mais aussi de son traducteur protestant. À leurs yeux, la vie intérieure ne connait pas de spécificité confessionnelle, ce n’est que la vie extérieure qui demande un positionnement clair. Metternich n’est pas seulement un disciple fidèle qui traduit des textes de Guyon, il s’approprie ses règles pour la vie intérieur sans jamais oublier ses propres devoirs d’état, il agit comme médiateur auprès d’autres personnes et propose – sur la base de sa compréhension des enseignements guyoniens – des projets d’union d’Église.

Texte intégral

  • 1 Cf. par exemple : Jacques Le Brun, « La fable mystique. xvie-xviie siècle, par Michel de Certeau », (...)
  • 2 Metternich utilise les expressions « parti » ou « quartier » pour désigner les différences confessi (...)

1La difficulté qu’il y a à évoquer une expérience de la transcendance est un thème récurrent dans les récits de tous les mystiques du début de l’époque moderne. Ceux-ci – convaincus de la nécessité de relever le défi de l’ineffable – cherchent à tour de rôle des manières de contourner cette difficulté. Ils s’inscrivent à chaque fois dans une série, en s’appuyant sur les récits des autres. Ils s’approprient leur manière de dire pour exprimer une expérience singulière, nécessairement très personnelle et actualisante. Nombreux sont les travaux qui discutent cette disposition fondamentale – notamment à partir des réflexions de Michel de Certeau sur la topique de la science nouvelle1. Pour la reconstruction de cette science nouvelle l’historien s’appuie largement sur les énoncés des acteurs de l’époque qui commentent eux-mêmes longuement cette difficulté. À l’époque du « crépuscule des mystiques », autour de 1700, quand la mystique est considérée comme la dernière et ultime hérésie, on rencontre beaucoup de réflexions sur les problèmes d’énonciation. Il existe néanmoins un aspect qui semble avoir moins été étudié que d’autres. Je vais essayer ici d’en esquisser les contours : il s’agit des traductions d’une langue à l’autre, mais aussi et surtout d’une confession à l’autre – ou pour rester dans la terminologie de l’époque d’un « parti » à l’autre2.

  • 3 Michel de Certeau, La fable mystique, 1, xvie-xviie siècle, Paris, Gallimard, 1982, p. 29.

2 Cette perspective a été suggérée sans être poursuivie par Michel de Certeau lui-même quand il parle dans l’introduction à la Fable mystique de la possibilité de « suivre, à partir de Madame Guyon, Fénelon, Gichtel ou Arnold, les étapes qui marquent un transit vers d’autres genres (philosophiques, psychologiques ou piétistes) » pour observer « les déplacements, à partir de la fin du xviie siècle, [...] de la mystique3 ». Même si l’expression « transit vers d’autres genres » reste un peu floue et le dénominateur commun peu clair (philosophie, psychologie, piétisme), il a bien vu qu’il s’agit là d’un terrain à creuser. Il y a certainement plusieurs façons d’étudier le phénomène. J’ai choisi pour ma part de partir d’une étude de cas bien précise, qui me permettra de mettre en lumière le contexte dans lequel sont à placer les énoncés étudiés.

  • 4 Guyon, Corresp., p. 606, 609, 613, 620, 651, 662.
  • 5 Il faut préciser que les lettres de Guyon avaient déjà été éditées (et même traduites en allemand) (...)

3Au centre de cette étude se situent deux personnages dont l’un est familier au public français : il s’agit de la mystique Jeanne-Marie Bouvier de la Motte Guyon, appelée couramment Madame Guyon (1648-1717), l’autre peut-être un peu moins, le baron Wolf von Metternich. La tourmente de la querelle du quiétisme est déjà terminée, Madame Guyon est sortie de la Bastille et vit de manière retirée à Blois quand elle commence – probablement vers 1714 – une correspondance avec le baron allemand. C’est un de ses disciples étrangers (allemands, suisses, hollandais et écossais) qui sont en contact avec la mystique jusqu’à la fin de sa vie. Ces disciples, le fidèle de Guyon, Andrew Michael Ramsay, les appelle des « trans4 » en les opposant aux « cis », les amis français de la mère spirituelle Guyon. Ce qui reste de la correspondance entre Metternich et celle-ci a été récemment édité par Dominique Tronc. Il s’agit là d’une correspondance dont nous possédons – de manière plutôt exceptionnelle – des lettres des deux correspondants, qui nous permettent donc de reconstruire la dynamique de cette direction spirituelle5. D’autres sources mettent en lumière le contexte de la relation entre les deux mystiques.

  • 6 Cf. pour les informations biographiques : Martin Jung, « Wolf de Metternich : “Von der Wahren Kirch (...)
  • 7 À partir de 1701 il est mentionné dans la correspondance de August Hermann Francke. Cf. Franckesche (...)
  • 8 Thüringisches Staatsarchiv Rudolstadt, Schlossarchiv Rudolstadt, 181 : « Bestallung des Geheimen Ra (...)
  • 9 Il y plusieurs ouvrages alchimistes qui lui ont été attribués. On sait qu’il a participé même plus (...)
  • 10 Voir aussi le chapitre de Max Wieser sur le « diplomate sentimental » dans : Id., Der sentimentale (...)
  • 11 August Hermann Francke commente la Stete Freude dans une lettre : AFSt/H D 43a Bl. 417-418 lettre d (...)
  • 12 Cf. quant à l’état de la question : Hartmut Lehmann (dir.), Geschichte des Pietismus in vier Bänden (...)
  • 13 On trouve des pistes importantes dans : Dietrich Meyer/ Udo Sträter (dir.), Zur Rezeption mystische (...)

4Le baron est né en 1665. Quand ils entrent en contact, Madame Guyon a soixante-six ans et lui quarante-neuf. Tous les deux ont donc déjà un certain parcours derrière eux. Nous savons de Metternich, qui appartient à une famille réformée, qu’il s’est inscrit d’abord à l’université d’Altdorf, où il soutient en 1689 une disputate sur un texte qui s’intitule Theosophia hoc est cognitionis de deo naturalis specimen. Il y montre déjà son intérêt pour la théosophie, qu’il essaie d’aborder à l’aide de la mathématique6. Entre 1690 et 1692, il étudie le droit – très probablement à Halle où il entre certainement en contact avec les piétistes7. En 1697 il devient conseiller de l’électorat brande-bourgeois. En 1703 il est envoyé à la diète (Reichstag) de Ratisbonne pour deux villes de la Franconie (Ansbach et Bayreuth) et en 1726 il est conseiller des princes de Schwarzburg-Rudolstadt et président de la cour juridique local8. Il meurt en 1730. Diplomate, juriste et alchimiste9, il ne néglige pas la recherche de la perfection intérieure10. Selon ses propres dires, c’est à partir des années 1698-1699 qu’il avance dans la voie intérieure. Cette quête se traduit également, comme pour d’autres mystiques de la même époque, par une abondante publication de textes. Il traduit, compile et commente. Sa production religieuse est publiée anonymement ou sous pseudonyme. Il se cache derrière les noms d’« Alethophilo » (l’ami de la verité) et d’« Hilario Theomilo » (le hilaire apaisé par Dieu). Cet usage de « pseudonymes doubles » lui permet de commenter, dans des paratextes signés d’un premier pseudonyme, ce qu’il a déjà publié sous un autre pseudonyme. Cette production vise un marché éditorial qui essaie de satisfaire le besoin de lectures pieuses des piétistes, ce groupe de protestants (luthériens et réformés) qui prêchent depuis le dernier quart du xviie siècle un renouveau de la réforme protestante en fondant des conventicules, des groupes de prières11. En critiquant notamment le dogmatisme excessif et le formalisme du protestantisme institutionnel, ils espèrent pouvoir obtenir une régénération intérieure individuelle et revalorisent sur cette trame les expériences mystiques. Bien qu’il existe désormais de très riches recherches sur les réseaux – nationaux et internationaux – de ce mouvement12, il manque encore des recherches approfondies sur les transferts entre le monde catholique et le piétisme13. L’analyse d’un cas précis et notamment d’un choix de textes traduits, nous permet ici de mettre en lumière des moments de transferts à travers des frontières confessionnelles qui sont loin d’être imperméables et bien définies ; et aussi d’observer quand les contemporains ressentent un besoin d’explication, quand ils réfléchissent sur la communication par écrit, que ce soit une question de réception de textes ou bien de la direction à distance.

  • 14 Sur cette publication voir : Xenia von Tippelskirch, « Le double circuit. Les enjeux de l’anonymat (...)
  • 15 Lettre de Metternich, 27 octobre 1716, publiée dans Guyon, Corresp., p. 791.
  • 16 Xenia von Tippelskirch, « Die Gesellschaft der Kindheit Jesu-Genossen aus geschlechtergeschichtlich (...)

5Le premier texte édifiant de Metternich publié après sa dissertation, Die wahre Vollkommenheit und Glückseligkeit (La véritable perfection et félicité), paraît en 1705 à Frankfurt sous le pseudonyme d’Alethophilo. Un an plus tard paraît dans la même ville Die stete Freude des Geistes (l’hilarité ininterrompue de l’esprit) de Hilario Theomilo. Dans cette dernière publication, qui se veut complémentaire, on trouve dans le deuxième tome la traduction allemande d’un texte de Madame Guyon. Il s’agit de la Regle des associés à l’enfance de Iesus. Modèle de perfection pour tous les Estats – un manuel de comportement pour les mystiques14. Wolf Metternich accompagne cette traduction d’une préface dans laquelle il fait mention du fait que l’auteure est catholique, tout en expliquant que le sujet du livre est à ses yeux parfaitement adapté à un public protestant – et qu’il laisse au lecteur le soin de faire le tri (donc de reconnaître ce qui doit s’appliquer exclusivement aux catholiques). Il explique encore qu’il n’a pas voulu changer les « principiis » de l’auteur pour que les catholiques ne se plaignent pas du fait qu’il les a estropiés. C’est là une attitude qu’il conserve dans les années qui suivent. En 1716 il affirme par exemple : « tout ce que les catholiques ont de bon est à mon usage, et le reste ne m’est pas un empechement »15. J’ai montré ailleurs que ce traité a poussé des disciples guyoniens à former pendant les années 1730 un cercle élitiste qui suivait ces règles de près16.

  • 17 Fides et ratio collatae ac suo utraque loco redditae, adversus principia Joannis Lockii... cum acce (...)
  • 18 Jäger, Judicium sine affectu de duobus adversariis Joh. Lockio & Petro Poireto eorumque pugna de Ra (...)
  • 19 Sur l’identification de l’anonymat et sur la réception anglo-écossaise cf. Stephen Hobhouse, « Fide (...)

6Le travail de traduction de Metternich n’a pas échappé à Poiret, fidèle éditeur de Mme Guyon qui édite depuis 1699 ses œuvres. En fait, les deux textes de Metternich sont publiés en version latine en 1707 – insérés dans une publication de Pierre Poiret contre John Locke, intitulée Fides et Ratio – chez l’éditeur et ami de Pierre Poiret, Hendrik Wetstein17. Wetstein s’occupe aussi d’une réédition en allemand en 1708, insérant une version allemande de la préface de Poiret. Le lien est donc publié, mais n’est visible que pour les connaisseurs, vu que l’œuvre de Metternich commence par la mention de Poiret. L’antipiétiste Wolfgang Jäger, théologien de Tübingen, répond par exemple de manière violente à ce traité en attribuant l’œuvre à Poiret et à deux adversaires anonymes dont il soutient ne pas connaître l’identité18. Fides et Ratio circule aussi en Angleterre et en Écosse. Il y a à cet égard de solides arguments pour considérer qu’il a non seulement servi à faire connaître le théosophe cordonnier Jakob Böhme (1575-1624)19, mais aussi le projet de vie communautaire de Guyon.

  • 20 Il traduit du français en transportant l’erreur d’épellation du nom de Juan de Bonilla de la versio (...)

7Dans Die stete Freude des Geistes Metternich traduit non seulement du français le texte de Madame Guyon, mais aussi deux autres textes mystiques, le premier de Noël Courbon et le second de Juan de Bonilla20. Il s’appuie sur les trois afin d’esquisser l’idéal d’une vie chrétienne. Il le fait en évoquant la paix de l’âme, les exercices pour se maintenir en présence de dieu et finalement une forme de vie collective (qui intervient dans le texte de Guyon). C’est là un aspect important pour Metternich, comme nous allons voir. Il accompagne en effet cette description idéale d’un texte qui lui est propre et qui soutient que la vie véritablement chrétienne serait une vie de joie et non pas de tristesse.

  • 21 Hilario Theomilo (Wolf von Metternich), Die Stete Freude des Geistes, 3e édition, Frankfurt, Johann (...)
  • 22 « Ueberdem, so hat sie zwar keine unachtsame, verwirrte weibische Schreib-Art ; konte aber dennoch (...)
  • 23 Cf. sa défense des droits des femmes dans l’Église : Metternich, Von der wahren Kirche, p. 291-297  (...)

8Ce qui nous semble particulièrement intéressant ici, c’est le fait qu’il se réfère aussi au modèle d’écriture guyonien, au-delà de la traduction même21. Il y fait explicitement référence pour justifier que la mystique peut être exprimée en termes bien compréhensibles. Dans ce contexte il s’abstient d’attribuer ce raisonnement au simple fait que Guyon est une femme ; ce que d’autres traducteurs du xviiie siècle ont fait de manière plus explicite – en suivant de près une interprétation suggérée aussi par Poiret. Le mystique Gerhard Tersteegen (1697-1769) explique ainsi en préface de sa traduction de L’âme amante (toujours de Madame Guyon) : « Par ailleurs même si elle n’a pas une manière d’écrire inattentive, confuse, typique des femmes, elle ne pouvait pas se servir d’une prudence scolaire vu qu’elle n’a pas fait d’études en tant que femme. Des barrières humaines par lesquels, de toute façon, l’élan libre de l’esprit ne se laisse jamais emprisonner22 ». Metternich semble plutôt ouvert aux enseignements donnés par une femme et en défend (dans une publication de 1709) les droits dans l’Église23.

  • 24 Cf. Hanspeter Marti, « Der Seelenfrieden der Stillen im Lande. Quietistische Mystik und radikaler P (...)

9Metternich s’approprie les expressions guyoniennes – en les traduisant. Il recourt par exemple au titre évocateur « Kurtzer und leichter Weg zu einem Gott und Menschen wohlgefälligen Leben » (Moyen court et facile de vivre en plaisant à Dieu et aux Hommes) qui fait clairement écho au fameux Moyen court et très facile de faire oraison. Ses traductions sont très fidèles à l’original. Le traducteur travaille seul et non pas en groupe, comme c’est apparemment le cas de Gottfried Arnold qui a mis des collaborateurs à l’œuvre pour arriver à une production plus importante24.

  • 25 Cf. Guyon, Corresp. 758. Metternich semble avoir soumis des articles à la lecture de Guyon, il pour (...)
  • 26 Guyon, Corresp., 791. Une explication de la part de Guyon du « sortir de soi » se trouve p. 716.

10Quand Metternich entame sa correspondance avec Madame Guyon, un premier texte est donc déjà traduit, mais il a d’autres projets en tête. Il lui envoie ainsi des textes à relire25 et lui demande des explicitations : « Il faut encore vous demander une grâce, ma très chère mère. Vous exhortez souvent à sortir de soi-même. Ce vous entendez par là m’est assez obscur26. »

  • 27 Lettre du baron, 31 mars 1716 : « On a vu dans ce mois dans une province d’Allemagne un terrible si (...)
  • 28 Francisco de Losa, La Vie de Grégoire Lopez dans la Nouvelle Espagne... et traduite nouvellement en (...)
  • 29 En suivant les indices contenus dans les correspondances, il serait possible de dresser une liste b (...)

11Metternich fait partie de la noblesse et il fréquente les milieux diplomatiques européens. Il connaît donc bien le français. Il écrit d’ailleurs directement en français à Madame Guyon, tandis que les disciples écossais de cette dernière écrivent en anglais et sont traduits par Ramsay. Ainsi ses questions et ses demandes de clarification ne portent jamais sur la signification de mots, mais bien sur des concepts. Sa sensibilité à l’égard de la barrière linguistique ainsi que les difficultés de traductions qu’il rencontre apparaissent pourtant, puisqu’il lui arrive de relever le caractère intraduisible de certains termes allemands27. Ses demandes de clarifications sont parfois très concrètes. Il souhaite par exemple des explications au sujet d’un passage d’une vie mystique qu’il lit en 1716, un texte qui circule déjà depuis un certain moment28 et dont la référence suffit pour que Guyon puisse répondre très précisément (donc nous pouvons en déduire qu’elle en possédait un exemplaire, qu’elle prenait de sa bibliothèque pour chercher le passage correspondant29) : Metternich se réfère, écrit-elle,

  • 30 Il commente Losa, Vie de Grégoire Lopez, édition de 1674, p. 233.

à la vie de Grégoire Lopez, que je lis présentement, et qui a été un excellent homme. Il y est dit dans le chapitre 22 note 7 : « Rien de ce qu’il lui arrivait qu’on lui disait, n’était capable de le divertir de son recueillement, et cette égalité d’esprit qu’il conservait toujours, faisait bien voir qu’il était élevé au-dessus de toutes les choses humaines, et occupé de la pensée de celles du ciel sans le perdre jamais de vue30. »

  • 31 Lettre du baron de Metternich, 15 décembre 1716. Guyon, Corresp., p. 795.

12C’est la dernière phrase qui reste peu claire pour l’allemand qui n’« entend pas cela d’une pensée raisonnée de la tête, mais il me semble que le cœur, qui est appliqué à Dieu d’une manière très simple et générale, peut bien aussi s’apercevoir qu’il est ainsi appliqué à Dieu. » Cet apercevoir, la perception du cœur interrompt-elle l’application du cœur, se demande-t-il31.

  • 32 Guyon, Corresp, p. 783. Tronc place cette lettre avant celle de Metternich. Ici il faudrait inverti (...)

13Guyon répond en mettant en doute la fiabilité de l’auteur : « celui qui l’a fait rapporte comme un état distinct et aperçu ce qui selon les apparences, n’était que l’état d’un homme réuni dans le centre… » et elle ajoute : « Nous ne pouvons guère discerner ce qu’il en est de ces grands saints lorsque d’autres écrivent leur vie : il faudrait qu’ils l’écrivissent eux-mêmes32. »

  • 33 Metternich, Stete Freude, t. I, p. 168 sq.

14La phrase de Lopez sera traduite dans la troisième édition du volumineux Stete Freude33.

  • 34 « je suis ravie du bien que vous a fait le traité spirituel. C’est pour vos semblables que Dieu l’a (...)
  • 35 Cf. aussi le résumé de Tronc, « De la tête au cœur », dans Guyon, Corresp., p. 678.
  • 36 « j’ai appris d’examiner les livres par le cœur et non pas par la tete » Guyon, Corresp., p. 791.
  • 37 Id., il témoigne également de son émotion lors de certaines lectures (ibid., p. 752).

15Ce n’est pas la seule lecture qu’ils partagent. La correspondance leur donne de nombreuses occasions de réfléchir à la communication par écrit ou à la réception34. Metternich est un homme de lettres qui lit énormément de livres et qui doit apprendre à ne pas recourir au raisonnement35. Il faut plutôt être « touch[é] », pratiquer une lecture « par le cœur » et non « par la tête36 » et butiner comme une abeille « qui voltige librement sur toutes sortes de fleurs37 ». Il ne faut pas non plus se décourager quand on ne comprend pas tout de suite – comme le conseille Madame Guyon au baron :

  • 38 Ibid., p. 723.

Ne vous étonnez pas, si vous trouvez quelquefois dans les livres spirituels quelque chose que vous n’entendez pas : dans la suite vous l’entendrez, l’expérience est une grande maitresse !… si vous voulez marquer sur un papier votre difficulté, et lire avec patience, vous trouverez dans un autre endroit la résolution de votre doute38.

  • 39 Ibid., p. 782.
  • 40 Ibid., p. 702.
  • 41 Ibid., p. 710.
  • 42 Ibid., p. 701, 717, 723, 784.
  • 43 Guyon, Corresp., p. 706, 736, 739.

16Souvent ce sont en fait les fruits tirés de ces lectures qui donnent matière à discussion dans leur correspondance. Mme Guyon est prête à donner des explications très précises, développe souvent en renvoyant tantôt à ses propres écrits, tantôt à d’autres ouvrages (en recourant donc à des pratiques très érudites). Elle avertit cependant qu’il ne faut pas se laisser conduire par la « curiosité39 ». Ses conseils concernent avant tout l’oraison (que l’on peut pratiquer pendant la nuit40 et en évitant les lectures avant et pendant41), mais aussi l’abandon, les austérités, le respect pour les devoirs d’état, l’importance des bonnes œuvres (qui ne concernent que l’intérieur) et l’avertissement de ne pas trop se fier aux inspirations ou aux visions. Elle prend très au sérieux la question de savoir si on peut se marier ou si on doit plutôt demeurer célibataire, question qui se pose à Metternich, bien qu’il ne soit plus très jeune. Elle montre son soulagement quand il ne se marie finalement pas, mais essaie de rester proche de lui à cette occasion. Dieu peut – lui écrit-elle – tout à fait décider de l’état à prendre et, dans ce cas, il faut suivre la providence42. Metternich est un homme avec des « charges, des dignités et des honneurs ». Guyon est loin de lui conseiller de s’abstenir complètement d’exercer les devoirs liés à son état, mais elle le met en garde contre l’orgueil, l’amour propre qui, pour l’homme d’esprit, peut dériver d’une trop grande considération pour ses mérites (même spirituels). En fait, elle ne retient pas qu’il pourrait pécher par luxure ou gourmandise, le seul danger consiste à ses yeux dans l’orgueil43.

  • 44 Ibid., p. 712.
  • 45 Ibid., p. 771, 774.

17En donnant ces conseils elle se fait une mère spirituelle qui « porte » Metternich dans son « cœur comme une mère porte son enfant entre ses bras »44. En général, elle ne donne pas de « loi », souligne qu’elle ne pourra procurer aucune certitude45, il faut qu’il se fie à la voie que Dieu choisit pour lui. Certes, il s’agit d’une correspondance individualisée, mais ce n’est pas une correspondance privée. Elle est destinée à être partagée avec différents lecteurs et elle sera d’ailleurs publiée comme le reste des lettres de Guyon.

  • 46 Cf. par exemple : Ibid., p. 789.

18En tant que traducteur, Metternich agit comme médiateur, mais aussi comme directeur. Ainsi – en suivant de près le modèle de sa mère spirituelle – il donne des conseils dans son entourage direct. Il arrive que cette direction soit véritablement une médiation : il partage la lecture des lettres de Madame Guyon avec d’autres46. Il envoie les lettres d’autres personnes à Guyon, raconte des épisodes qui concernent d’autres personnes (son frère, une amie, un ami) et demande des conseils sur l’attitude à tenir. Et Guyon répond au cas par cas. Elle lui écrit par exemple :

  • 47 Ibid., p. 719.

Pour ce qui regarde la demoiselle dont vous me parlez, il n’y a que Dieu seul qui connaisse si elle est sincère. Il y a tant de tours et de détours dans le cœur de l’homme, surtout de la femme, que le serpent en y glissant son poison y a aussi glissé les plis et les replis. Je n’ai garde de juger cette demoiselle, ne la connaissant en nulle manière. Ce que je puis dire, c’est que vous l’avez parfaitement bien conseillée. On ne peut que donner des avis. [...] car Dieu ne donne pas toujours de certitude du fonds des personnes qui nous demandent conseil. […] Dès que cette demoiselle a confiance en vous, vous devez l’aider par vos lettres, selon ce qui vous sera donné dans le moment pour elle47

19Ce qui semble décisif dans la décision prise par Metternich d’accepter la direction de Guyon, c’est le fait qu’elle ne donne pas de garantie ultime, de conseil définitif. Il doit s’abandonner et il ne peut « lâcher prise » simplement en déléguant le contrôle à quelqu’un d’autre.

  • 48 Lettre du 27.10.1716, Ibid., p. 790.

20Enfin, Metternich se fait médiateur entre les différents partis. Dans ses publications, il essaie d’éviter toute polémique, toute prise de position querelleuse et refuse la controverse théologique. Ceci ne veut pas dire pourtant qu’il ne tienne pas compte des positions antagonistes. Les différences confessionnelles sont évoquées à plusieurs reprises dans la correspondance avec Guyon. Il écrit ainsi : « je vous assure, ma très chère mère, que la vie intérieure trouve beaucoup plus d’entrée parmi les protestants que parmi les catholiques. » Les catholiques auraient – d’après lui – une peur exagérée de la censure. Il cite des exemples qui montrent la confusion qui règne dans le S. Empire : on hésite à approuver la version allemande de la bonne Armelle, un confesseur interdit la lecture de l’Imitation du Christ de Kempis (parce que trop « haut » pour l’enfant spirituel), un autre ecclésiastique recommande Quesnel bien après la bulle qui défend les thèses jansénistes48.

  • 49 Cf. par exemple Metternich, Von der wahren Kirche, p. 165.
  • 50 Guyon, Corresp., p. 706.
  • 51 Arnold a publié la relation inédite dans : Gottfried Arnold, Kirchen- und Ketzerhistorie, 3. Teil, (...)
  • 52 Guyon, Corresp., p. 709. La troisième guerre austro-ottomane (aussi appelée septième guerre vénétoo (...)
  • 53 Ibid., p. 711, 715.

21 Dans la correspondance il y a bien des savoirs spécifiques qui sont transmis, des passages semblent traduire des différences de perspective. Ainsi Guyon conseille-t-elle au protestant, qui est contraire à la vénération des saints49, de se vouer à la Vierge50. Metternich raconte des visions de Joachim Greulich (en expliquant le sens littéral du nom de Greulich), des visions du xvie siècle qui circulaient aussi en Allemagne grâce au recueil de Gottfried Arnold51 et qui étaient réactualisées parce que Greulich avait prédit une possible invasion de l’Allemagne par les turcs, une peur qui devient très concrète dans le S. Empire lors de la guerre vénéto-austro-ottomane qui se déroule de 1714 à 171852. Guyon est plutôt sceptique quant aux visions – et ne partage pas le même contexte interprétatif53.

22Pour Metternich, la vie intérieure ne nécessite pas de prendre parti pour une Église ou pour une autre. Il lit d’ailleurs les auteurs spirituels catholiques sans que cela lui pose des problèmes d’identité confessionnelle. C’est pourtant la vie extérieure qui demande des prises de position claires. Ainsi son neveu se convertit au catholicisme pour pouvoir s’occuper d’une seigneurie en Bohème. Même si Metternich souligne qu’il y voit un acte de pleine volonté, on voit bien que ce sont des contraintes sociales qui prennent le dessus.

  • 54 Ibid., p. 789. Cf. aussi Metternich, Von der wahren Kirche, p. 244 sq.
  • 55 Cf. « compléments biographiques », dans Jeanne-Marie Guyon, La Vie par elle-même et autres écrits b (...)

23Metternich explique à cette occasion pourquoi il ne se convertit pas. Il ne croit pas à l’infaillibilité du pape et des conciles. À ses yeux les protestants ont plus d’ouverture d’esprit en ce qui concerne la voie intérieure et plus de liberté de lire les bons livres. Il ne croit pas que les catholiques soient les seuls à bénéficier de la grâce divine et il ne veut pas s’assujettir à la domination du clergé catholique (qu’il considère comme tyrannique). Ses publications (qui sortaient de façon anonyme, même si on en connaissait bien l’auteur) pourraient bien lui valoir des ennuis. Enfin il a horreur de l’esprit persécuteur des catholiques (notamment de l’Inquisition). Dans cette énumération, les pratiques pèsent plus de poids que les questions de foi, semble-t-il. Au fond, pour Metternich, les catholiques et les protestants devraient croire de la même façon, l’important étant la praxis pietatis. Mais il s’agit aussi d’une question sociale : ainsi il souligne qu’en se convertissant il décevrait les meilleurs éléments de son propre parti. En achevant cette liste, il s’exclame : « quel bien me pourrait donc venir de ce changement de quartier54 ? » Il écrit cela à Madame Guyon et semble l’avoir convaincue. Des disciples suisses rapportent à cet égard que, vers la fin de sa vie, elle aurait été persuadée que les protestants avaient des facilités dans la voie intérieure parce qu’ils n’étaient pas soumis à des autorités55.

24À la différence d’autres protestants qui s’éloignent de la vie d’église, qui s’y opposent même de manière plus ou moins active au début du xviiie siècle, Metternich reste donc convaincu de devoir agir à l’intérieur de l’Église réformée. Il n’est pas un séparatiste, tandis que d’autres qui ont lu ses premiers écrits, le sont certainement devenus. Guyon semble le soutenir dans cette démarche :

  • 56 Guyon, Corresp., p. 756.

C’est que Dieu voulant à présent et dans les siècles à venir introduire Son Esprit intérieur dans tous les lieux, parmi toutes les nations, dans tous les états et conditions, je ne crois pas qu’on doive facilement quitter son état à moins d’une vocation particulière56.

  • 57 L’histoire de la maladie de Ernst est reconstruite de manière bien précise dans : Kay Jankrift et a (...)
  • 58 Wahrhaffter Auch mit unverwerfflichen Zeugen-Aussagen und Attestatis bestättigter Verlauff, Von all (...)

25Ceci explique aussi pourquoi il critique la conversion de son frère, Ernst von Metternich, au catholicisme, une conversion longuement repoussée puisque sa charge ne lui permettait pas de franchir une telle étape. Ernst, qui avait partagé avec Wolf ses contacts avec les piétistes de Halle et notamment avec Francke au début du xviiie siècle, figure aussi dans la correspondance de Wolf et Guyon à plusieurs reprises en tant que personne très soucieuse de sa perfection intérieure. Ernst fait transmettre des messages à son frère et défend la cause de quelques disciples écossais de Madame Guyon à la Cour anglaise. Comme Wolf, il est à la recherche de la perfection religieuse et on a l’impression qu’Ernst gère ses contacts avec ses conseillers spirituels avec autant de soin que ses contacts avec les différents médecins qu’il consulte à tour de rôle afin de soigner ses calculs rénaux57. Il était conseiller du roi de Prusse et ne pouvait donc qu’être protestant. Cependant peu avant sa mort il a donné sa démission et s’est converti en provoquant un véritable scandale58. Les pamphlets publiés à ce moment dénoncent notamment le rôle de certains pères jésuites qui auraient profité de la situation fragile d’Ernst pour le convertir.

  • 59 Von der wahren Kirche (1709, 1717) Die wahre, allein seligmachende Religion (1721, 1725, 1728), Kur (...)
  • 60 Die wahre Lehre der Reformierten von dem Heiligen Abendmahl, woraus erhellet, das sowenig die evang (...)

26La voie de Metternich est différente. Dans les premières décennies du xviiie siècle, il publie plusieurs traités spirituels (de la « véritable église », de la « véritable religion » et une brève instruction à la vie intérieure)59, mais aussi des propositions ecclésiologiques importantes, qu’il propose à la diète de Ratisbonne en essayant de renforcer des projets d’union d’église. Selon lui il s’agira d’unir les deux confessions protestantes – les réformés et les luthériens, et ensuite on pourra penser aux catholiques. C’est là un projet qu’il publie en allemand – mais aussi en français et en hollandais – ce qui montre une fois de plus son rôle de « passeur60 ». Si au début des années 20 Ernst et Wolf travaillaient ensemble au projet d’union d’Église à la diète de Ratisbonne, Ernst opte pour la conversion, tandis que Wolf reste fidèle à l’Église réformée.

  • 61 « Wozu ich mich dann vornehmlich der Schrifften der berühmten Madame Guion bedienet : als welche ic (...)

27C’est grâce à ce rôle de passeur, de traducteur et de médiateur endossé par Metternich que l’expérience mystique a été réintroduite dans la culture allemande, et qu’elle pourra être reprise plus tard par les romantiques. Cette réintroduction est opérée grâce au travail de réseaux concrets, grâce aux pratiques érudites de la République des lettres et grâce à des stratégies de publication bien élaborées. Dans cette médiation la direction de Madame Guyon joue un rôle clé. En 1719, dans la préface de la troisième édition de la Stete Freude, Metternich rend hommage à Guyon de manière très explicite. Il a ajouté des passages, précise-t-il, afin de rendre son propos plus compréhensible en s’inspirant de textes de Guyon. Il considère que ses explications des voies divines les plus secrètes viennent tout de suite après celles la Bible tant elles sont – d’après l’avis de son disciple allemand – « claires, détaillées, agréables, fortes et écrite avec onction61. »

  • 62 Jeanne Marie Guyon, Briefe Der wegen ihres tief in Gott gegründeten Glaubens-Lebens, vortreflicher (...)
  • 63 Il s’agissait de Johann Jakob Gollmer et de Ludwig Bertsch von Weil. Cf. sur ces deux personnages : (...)
  • 64 Wieser, Der Sentimentale Mensch, p. 162.
  • 65 Cf. surtout Martin Eckhardt, Der Einfluss der Madame Guyon auf die Norddeutsche Laienwelt im 18. Ja (...)

28Les lettres de Guyon adressées en français au baron et publiées en tant que telles dans la collection procurée par Dutoit (1768) ont été séparées du reste du corpus, traduites et publiées en allemand en 176962. L’exemplaire conservé aujourd’hui à la bibliothèque de Göttingen, sur la première page duquel on trouve le nom de deux piétistes du Württemberg63, nous renseigne sur l’identité de certains de ses lecteurs au xixe siècle. Mais cette façon de réunir les deux mystiques s’arrête ensuite au xxe siècle. Le fameux historien des mystiques allemands du début du xxe siècle, Max Wieser, a inséré dans son étude un chapitre sur le diplomate « sentimental » qu’il croit voir en Metternich, mais il ne parle presque pas de Guyon à qui il ne reconnaît qu’une influence réduite et dont il ne connaît pas la correspondance. Il affirme même que la sentimentalité de Metternich aurait ignoré son origine et son lien avec la « sexualité ». Metternich aurait donc préféré Fénelon aux femmes mystiques érudites. Le culte des amitiés masculines aurait – on reconnaît là une idée des années 1920 – remplacé la « Geschlechtlichkeit64 ». On ne doit pas alors être étonné du fait que les recherches sur la réception de Guyon en Allemagne ont presque entièrement ignoré le rôle de Metternich65. Il nous semblait nécessaire de mettre en lumière une relation qui pour les protagonistes eux-mêmes était d’une grande importance. L’interaction fluide entre un politique mystique et une femme qui a contribué à faire sortir la théologie de l’institution ecclésiale faisait partie des configurations possibles d’une transmission de savoir.

Notes

1 Cf. par exemple : Jacques Le Brun, « La fable mystique. xvie-xviie siècle, par Michel de Certeau », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 38e année, no 6 (nov.-déc., 1983), p. 1297-1301 ; François Trémolières, « Approches de l’indicible dans le courant mystique (Brémond et Certeau lecteurs de mystiques) », xviie siècle, L’indicible et la vacuité au xviie siècle, dir. Christian Biet, 207, avril-juin 2000, p. 273-299 ; id., Approches de l’indicible. Études brémondiennes, Grenoble, Jérôme Millon, 2014. Je remercie Julien Goeury pour sa lecture attentive de ce texte.

2 Metternich utilise les expressions « parti » ou « quartier » pour désigner les différences confessionnelles. Elles n’appartiennent d’après lui qu’à la vie extérieure ; voir par exemple Madame Guyon, Correspondance, édition critique établie par Dominique Tronc, t. I, Paris, Honoré Champion, 2003, p. 789 (dorénavant : Guyon, Corresp.). Cf. le volume très éclairant sur les conséquences des présupposées historiographiques sur les différences confessionnelles : Philippe Büttgen/ Christophe Duhamelle (dir.), Religion ou confession. Un bilan franco-allemand sur l’époque moderne (xvie-xviiie siècles), Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2010.

3 Michel de Certeau, La fable mystique, 1, xvie-xviie siècle, Paris, Gallimard, 1982, p. 29.

4 Guyon, Corresp., p. 606, 609, 613, 620, 651, 662.

5 Il faut préciser que les lettres de Guyon avaient déjà été éditées (et même traduites en allemand) au cours du xviiie siècle, tandis que celles du baron (conservées aux archives du séminaire de S. Sulpice) ont été publiées seulement par Dominique Tronc. Son édition a le mérite de nous rendre les lettres bien accessibles, même si l’ordre mériterait un ultérieur examen critique. Les lettres de Guyon n’étant pas datées pour la plupart, il n’est pas toujours évident de les placer dans le bon ordre. Guyon, Corresp., p. 701-798. Je remercie Dominique Tronc pour la grande disponibilité avec laquelle il m’a permis l’accès à ses reproductions de ces archives. Pour l’édition du xviiie siècle : [Jeanne Guyon], Lettres chrétiennes et spirituelles sur divers sujets qui regardent la vie intérieure […], tome 4 et 5, Londres, [Dutoit], 1768.

6 Cf. pour les informations biographiques : Martin Jung, « Wolf de Metternich : “Von der Wahren Kirche” Ein antikonfessionelles Lehrbild aus der Zeit des Pietismus », Zeitschrift für bayerische Kirchengeschichte, 72 (2003), p. 70-95. Biographisch-Bibliographisches Kirchenlexicon, Verlag Traugott Bautz, Herzberg 1993, t. V, p. 1399. George David Henderson, Mystics of the north-east : including : I. Letters of James Keith, M.D., and others to Lord Deskford. II. Correspondence between Dr. George Garden and James Cunningham, Printed for the Third Spalding Club, 1934, p. 102.

7 À partir de 1701 il est mentionné dans la correspondance de August Hermann Francke. Cf. Franckesche Stiftungen zu Halle (Saale), Archiv : AFSt/H C 295 : 7, 8, 18 ; AFSt/H D 43a Bl. 417-418 ; AFSt/H C 809 : 21 ; AFSt/H C 23 : 58, 59. Son frère aussi est en contacte plutôt régulier, il semble, avec Francke au début du siècle.

8 Thüringisches Staatsarchiv Rudolstadt, Schlossarchiv Rudolstadt, 181 : « Bestallung des Geheimen Rats Wolf Freiherr von Metternich 1726 ».

9 Il y plusieurs ouvrages alchimistes qui lui ont été attribués. On sait qu’il a participé même plus tard à des expériences alchimistes et Guyon y fait également référence. Guyon, Corresp., p. 723, 759. Ces passages contredisent assez clairement les doutes exprimés par Jung à ce propos.

10 Voir aussi le chapitre de Max Wieser sur le « diplomate sentimental » dans : Id., Der sentimentale Mensch : gesehen aus der Welt holländischer und deutscher Mystiker im 18. Jahrhundert, Gotha et al., Perthes, 1924.

11 August Hermann Francke commente la Stete Freude dans une lettre : AFSt/H D 43a Bl. 417-418 lettre de August Hermann Francke à Johann Daniel Herrnschmidt.

12 Cf. quant à l’état de la question : Hartmut Lehmann (dir.), Geschichte des Pietismus in vier Bänden, t. 4 : Glaubenswelt und Lebenswelten, Göttingen, Vandenhoeck und Ruprecht Verlag, 2004.

13 On trouve des pistes importantes dans : Dietrich Meyer/ Udo Sträter (dir.), Zur Rezeption mystischer Traditionen im Protestantismus des 16. bis 19. Jahrhunderts, Köln, Rheinland-Verlag, 2002 ; Hans-Jürgen Schrader, « Madame Guyon, Pietismus und deutschsprachige Literatur », dans Hartmut Lehmann/Heinz Schilling/Hans-Jürgen Schrader (dir.), Jansenismus, Quietismus, Pietismus, Göttingen 2002, p. 189-225 ; Adelisa Malena, « ’Gefährliche Nähe’. Die Rezeption der mittelalterlichen und frühneuzeitlichen weiblichen Mystik im Radikalpietismus und in der antipietistischen Polemik », Hallesche Forschungen à paraitre.

14 Sur cette publication voir : Xenia von Tippelskirch, « Le double circuit. Les enjeux de l’anonymat dans les textes mystiques féminins à la fin du xviie siècle », Littératures classiques nº 80, 1 (2013) (L’anonymat de l’œuvre [xvie-xviiie siècles]), p. 191-206.

15 Lettre de Metternich, 27 octobre 1716, publiée dans Guyon, Corresp., p. 791.

16 Xenia von Tippelskirch, « Die Gesellschaft der Kindheit Jesu-Genossen aus geschlechtergeschichtlicher Perspektive », dans Pia Schmid (dir.), Gender im Pietismus. Netzwerke und Geschlechterkonstruktionen (Hallesche Forschungen 40), Halle, Verlag der Franckeschen Stiftungen, 2015, p. 177-196.

17 Fides et ratio collatae ac suo utraque loco redditae, adversus principia Joannis Lockii... cum accessione triplici : 1. de Fide implicita, sive nuda ; 2. de SS. Scripturarum certitudine ac sensu ; 3. de Perfectione et felicitate in hac vita. Edidit et praefatus est Petrus Poiret, Amstelaedami : ex off. wetsteniana, 1707.

18 Jäger, Judicium sine affectu de duobus adversariis Joh. Lockio & Petro Poireto eorumque pugna de Ratione et fide, pro materia disputationis propositum à Jo. Wolfgangs Jägero… Francofurti & Lipsiae, apud Georgium Wilhelmum Kühnen, 1708. Cf. en ce qui concerne l’activité anti-piétiste de Johann Wolfgang Jäger : Gunther Franz, « Bücherzensur und Irenik. Die theologische Zensur im Herzogtum Württemberg in der Konkurrenz von Universität und Regierung », dans : Martin Brecht (dir.), Theologen und Theologie an der Universität Tübingen, Tübingen, Mohr, 1977, p. 123-194, en particulier p. 164.

19 Sur l’identification de l’anonymat et sur la réception anglo-écossaise cf. Stephen Hobhouse, « Fides et ratio, the book which introduced Jacob Boehme to William Law », Journal of theological studies, 37 (1936), p. 350-368.

20 Il traduit du français en transportant l’erreur d’épellation du nom de Juan de Bonilla de la version française : le Jean de Bovilla d’une récente édition française du texte originalement écrit en espagnol devient simplement Joannis de Bovilla.

21 Hilario Theomilo (Wolf von Metternich), Die Stete Freude des Geistes, 3e édition, Frankfurt, Johann Z. Seidel 1717, Vorrede n.n.

22 « Ueberdem, so hat sie zwar keine unachtsame, verwirrte weibische Schreib-Art ; konte aber dennoch als eine unstudirte Weibs-Person, sich freylich keiner schulmäßigen Behutsamkeit bedienen, in welcherley menschliche Schranken der freye Trieb des Geistes sich ohnedem niemals will einsperren lassen. » Jeanne Marie Bouvières la Mothe Guion, Die Heilige Liebe Gottes, Und die Unheilige Natur-Liebe, Solingen, Berlin, Schmitz/Straube 1751, Vorrede, p. 31.

23 Cf. sa défense des droits des femmes dans l’Église : Metternich, Von der wahren Kirche, p. 291-297 ; Jung, « Wolf de Metternich », p. 80.

24 Cf. Hanspeter Marti, « Der Seelenfrieden der Stillen im Lande. Quietistische Mystik und radikaler Pietismus », dans Antje Missfeldt/Dietrich Blaufuß (dir.), Gottfried Arnold : Radikaler Pietist und Gelehrter, Köln Weimar Böhlau Verlag, 2011, p. 130-143, en particulier p. 137.

25 Cf. Guyon, Corresp. 758. Metternich semble avoir soumis des articles à la lecture de Guyon, il pourrait s’agir de la préparation de la troisième édition de la Stete Freude.

26 Guyon, Corresp., 791. Une explication de la part de Guyon du « sortir de soi » se trouve p. 716.

27 Lettre du baron, 31 mars 1716 : « On a vu dans ce mois dans une province d’Allemagne un terrible signe au ciel, qui serait trop long pour mander et meme je ne saurais comment le traduire en français ». Guyon, Corresp., p. 727. Il s’agissait là d’une aurore boréale en mars 1716 qui a suscité les débats en Allemagne et qui a été récemment interprétée comme moment tournant dans la perception des phénomènes célestes : cf. Wilfried Schröder, Vom Wunderzeichen zum Naturobjekt ; (Fallstudie zum Polarlicht vom 17. März 1716), Potsdam/ Bremen, Science Ed., 2001.

28 Francisco de Losa, La Vie de Grégoire Lopez dans la Nouvelle Espagne... et traduite nouvellement en français par un père de la Compagnie de Jésus (Louis Conart), Paris, M. et J. Henault, Paris, 1644, 1655, traduction de Mr. Arnaud d’Andilly, sur l’exemplaire imprimé à Madrid en 1658, Paris, P. Le Petit, 1674.

29 En suivant les indices contenus dans les correspondances, il serait possible de dresser une liste bien plus complète des lectures de Guyon de ce qu’avait entamé Catherine Beaudry en se basant presque exclusivement sur la vie de Madame Guyon. Ici non plus nous ne visons pas l’exhaustivité mais privilégions les traces de réflexion critique. Cf. Catherine Beaudry, « L’accès au livre. Jeanne Guyon », dans Isabelle Brouard-Arends (dir.), Lectrices d’Ancien Régime, Rennes, Presses Universitaires, 2003, p. 59-68.

30 Il commente Losa, Vie de Grégoire Lopez, édition de 1674, p. 233.

31 Lettre du baron de Metternich, 15 décembre 1716. Guyon, Corresp., p. 795.

32 Guyon, Corresp, p. 783. Tronc place cette lettre avant celle de Metternich. Ici il faudrait invertir l’ordre vu qu’il s’agit d’une réponse directe de la part de Guyon.

33 Metternich, Stete Freude, t. I, p. 168 sq.

34 « je suis ravie du bien que vous a fait le traité spirituel. C’est pour vos semblables que Dieu l’a fait écrire », Guyon, Corresp., p. 723 ; cf. aussi p. 713 (lecture de Henri Suso), p. 716 (lectures défendues).

35 Cf. aussi le résumé de Tronc, « De la tête au cœur », dans Guyon, Corresp., p. 678.

36 « j’ai appris d’examiner les livres par le cœur et non pas par la tete » Guyon, Corresp., p. 791.

37 Id., il témoigne également de son émotion lors de certaines lectures (ibid., p. 752).

38 Ibid., p. 723.

39 Ibid., p. 782.

40 Ibid., p. 702.

41 Ibid., p. 710.

42 Ibid., p. 701, 717, 723, 784.

43 Guyon, Corresp., p. 706, 736, 739.

44 Ibid., p. 712.

45 Ibid., p. 771, 774.

46 Cf. par exemple : Ibid., p. 789.

47 Ibid., p. 719.

48 Lettre du 27.10.1716, Ibid., p. 790.

49 Cf. par exemple Metternich, Von der wahren Kirche, p. 165.

50 Guyon, Corresp., p. 706.

51 Arnold a publié la relation inédite dans : Gottfried Arnold, Kirchen- und Ketzerhistorie, 3. Teil, Frankfurt a.M. 1700, Kap. 26, p. 248 sg.

52 Guyon, Corresp., p. 709. La troisième guerre austro-ottomane (aussi appelée septième guerre vénétoottomane) se déroula de 1714 à 1718 et opposa l’Empire ottoman à la République de Venise alliée aux Habsbourg.

53 Ibid., p. 711, 715.

54 Ibid., p. 789. Cf. aussi Metternich, Von der wahren Kirche, p. 244 sq.

55 Cf. « compléments biographiques », dans Jeanne-Marie Guyon, La Vie par elle-même et autres écrits biographiques (édition de D. Tronc), Paris, Champion, 2003, p. XX.

56 Guyon, Corresp., p. 756.

57 L’histoire de la maladie de Ernst est reconstruite de manière bien précise dans : Kay Jankrift et al., « Ernst von Metternich (1656 – 1727). Ein patientenzentrierter Einblick in den medizinischen Markt um 1720 », Gesnerus 69/1 (2012), p. 12-35 ; les aspects religieux n’entrent pas dans cette analyse.

58 Wahrhaffter Auch mit unverwerfflichen Zeugen-Aussagen und Attestatis bestättigter Verlauff, Von allem dem, Was bey des seeligen Herrn Grafen Ernst von Metternich Tit. Ohnlängst erfolgten Annehmung Der Catholischen Religion geschehen Denen hin und wider ausgestreuten boßhafften und falschen Relationibus Entgegen gesetzt, Und zum Druck befördert, Stadt am Hoff, Hanck, 1728 ; Des an Gott und seinem Herrn Abfällig gewordenen Bekannten Regensburgischen Ministri So genanntes Soliloquium Nebst einigen darüber gemachten Anmerckungen Soliloquium, [S.l.] ; 1728 ; David Fassmann, Gespräche In Dem Reiche derer Todten… Zwischen Dem letzt-verstorbenen regierenden Hertzog zu Sachsen-Zeitz, Mauritio Wilhelmo, Und Ernst Grafen von Metternich…, Leipzig, Deer, 1728.

59 Von der wahren Kirche (1709, 1717) Die wahre, allein seligmachende Religion (1721, 1725, 1728), Kurtze Anleitung zum innern Leben (1727). Cf. surtout pour le premier traité Jung, « Wolf de Metternich ».

60 Die wahre Lehre der Reformierten von dem Heiligen Abendmahl, woraus erhellet, das sowenig die evanglische sich darüber zu trennen, als die Catholische Ursache haben, jene deßhalben zu hassen. Samt noch zweyen Tractätlein I. von der Gnade II. Von Auffhebung der Trennung in der Christlichen Kirche (1721). La traduction française de ce traité est introduite par une dédicace du traducteur (anonyme) à Ernst von Metternich, frère de Wolf von Metternich : Le Véritable Sentiment Des Réformés sur le sujèt de la sainte cène […] mis au jour pour l’acheminement de la réunion des deux partis de l’èglise evangelique ou protestante traduit de l’Allemand, à Francfort sur le Mein, Jean Maximilien de Sande, 1722. Cf. aussi Jung, « Wolf de Metternich ».

61 « Wozu ich mich dann vornehmlich der Schrifften der berühmten Madame Guion bedienet : als welche ich nach der Heil. Bibel unter allen von denen geheimen Wegen Gottes mit seinen Glaubigen, und wie die Seele sich dagegen zuverhalten, am deutlichsten, ausführlichsten, angenehmsten, kräfftigsten und mit der meisten Salbung geschrieben zu seyn finde. » Metternich, Stete Freude, Erste Vorrede, n.n.

62 Jeanne Marie Guyon, Briefe Der wegen ihres tief in Gott gegründeten Glaubens-Lebens, vortreflicher geistlicher Schriften, und in ihrer Person verfolgeten Haupt-Wahrheiten des Christenthums so erhabenen Madame de la Mothe Guion an den Frey-Herrn von Metternich verschiedener Fürstlichen Höfe vieljährigen Gesandten zu Regenspurg : aus den Französischen der in 4. Tomis in Octav gedruckten Guionschen Brief-Sammlung ins Teutsche übersetzt, und allen in denen Wegen des inneren Christenthums begriffenen oder doch darnach begierigen Seelen als ein Muster der vortreflichsten geistlichen Führung dargestellt, [S.l.], 1769.

63 Il s’agissait de Johann Jakob Gollmer et de Ludwig Bertsch von Weil. Cf. sur ces deux personnages : Karl-Heinz Glaser, « Johann Jakob Gollmer : ein « originaler » Lehrer und eifriger Pietist », dans Wurmberg, Heidelberg, Ubstadt-Weiher, 2008, p. 341-344, W. Hauser, Badische Väter, 3. Teil. Ludwig Bertsch von Weil, 1852-1933, 1966.

64 Wieser, Der Sentimentale Mensch, p. 162.

65 Cf. surtout Martin Eckhardt, Der Einfluss der Madame Guyon auf die Norddeutsche Laienwelt im 18. Jahrhundert. Inauguraldissertation zur Erlangung der Doktorwürde einer hohen Philosophischen Fakultät der Universität Köln, Barmen : Staatsdruckerei, 1928 ; Schrader ne fait allusion qu’en note à Metternich. Schrader, Madame Guyon, « Pietismus und deutschsprachige Literatur », p. XX.

© Presses universitaires de Provence, 2016

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search