Version classiqueVersion mobile

Fables mystiques

 | 
Chantal Connochie-Bourgne
, 
Jean-Raymond Fanlo

Fables. (Vies de saintes, fictions de femmes)

Une voix mystique

La correspondance de Catherine de Sienne (1347-1380)

Théa Picquet

Résumé

La personnalité la plus originale de la littérature religieuse du xive siècle est celle de sainte Catherine de Sienne (Caterina Benincasa 1347-1380), auteur d’un traité, le Dialogo della divina Provvidenza et d’un grand nombre de lettres. Son activité politico-religieuse intense ne doit pas cependant occulter son expérience mystique. Après avoir donné quelques éléments du contexte historique, de la biographie de l’auteur, notre objectif est de préciser les conditions d’écriture de sa correspondance, la structure des lettres, la qualité de leurs destinataires, puis d’analyser la pensée mystique qui y est défendue, pour tenter d’établir si l’écriture présente une spécificité féminine.

Texte intégral

1En Italie, la littérature religieuse du xive siècle s’illustre par le traité Specchio di vera penitenza du prédicateur florentin Jacopo Passavanti, par les Vite dei santi padri du dominicain Domenico Cavalca. Mais la personnalité la plus originale est celle de sainte Catherine de Sienne (Caterina Benincasa, 1347-1380), auteur d’un traité, le Dialogo della divina Provvidenza (Dialogue de la divine Providence), et d’un grand nombre de lettres. Son activité politico-religieuse intense ne doit pas cependant occulter son expérience mystique.

2Après avoir donné quelques éléments du contexte historique, de la biographie de l’auteur, notre objectif est de préciser les conditions d’écriture de sa correspondance, la structure des lettres, la qualité de leurs destinataires, puis d’analyser la pensée mystique qui y est défendue, pour tenter d’établir si l’écriture présente une spécificité féminine.

Contexte historique

  • 1 Yves Renouard, La Papauté en Avignon, Paris, PUF, 1954, p. 37.
  • 2 Pierre Antonetti, Histoire de Florence, Paris, PUF, 1996.
  • 3 Thierry Pécout, Histoire religieuse de l’Occident médiéval, xiiie-xve siècles, L’institution pontif (...)

3Durant sa courte vie, Catherine de Sienne assiste aux bouleversements politiques et religieux de l’Europe. En effet, la crise économique s’accompagne de faillites et de famines. Dans les années 1348-1351, les épidémies de peste sévissent et déciment un tiers de la population. À Florence et en Toscane, s’enchaînent les faillites des compagnies bancaires et marchandes1. Les classes populaires sont écrasées par la crise et le « Popolo grasso » fait son entrée sur la scène politique ; il y restera jusqu’à l’arrivée de Côme de Médicis en 14342. Les conflits s’étendent à tous les niveaux : au niveau politique avec les luttes entre villes rivales, au niveau social entre grandes familles, au niveau religieux avec la rivalité entre les Guelfes, partisans de l’autorité du pape, et les Gibelins qui soutiennent l’empereur. En outre, si au Moyen Âge l’Église constituait le système culturel dominant, elle n’est pas épargnée par la crise, qui connaît son apogée avec l’installation du siège pontifical en Avignon. Le pouvoir et le prestige du souverain pontife sont mis en doute ; les critiques de l’institution vont de pair avec une forte demande de réforme de l’Église. Durant l’exil des papes en Avignon, la ville devient la capitale de la chrétienté ; ce qui marque une rupture et cause une perte de crédibilité de l’Église qui aboutira au Grand Schisme d’Occident (1378)3. L’affaiblissement du pouvoir de l’Église favorise les aspirations des états à contrôler les églises nationales. Ainsi, la notion de chrétienté universelle perd de son sens. Deux conciles sont réunis pour traiter du problème : à Pise en 1409 et à Constance dans les années 1414-1418. Suit un troisième concile, à Bâle, en 1431.

4Sur le plan culturel, c’est l’époque de l’humanisme et des « Trois couronnes » : Dante (1265-1321), Pétrarque (1304-1374), Boccace (1313-1375).

5C’est donc dans cette période mouvementée que vit Catherine de Sienne.

Biographie

  • 4 En juin 2003, Joanick Beraisina a soutenu un mémoire de Maîtrise, à l’Université de Provence, sous (...)

6La biographie de l’auteur recouvre les années 1347-1380. Catherine Benincasa, plus connue sous le nom de sainte Catherine de Sienne, voit le jour le 25 ou le 29 mars 1347, à Sienne, dans une période mouvementée de conflits et de mise en cause de l’autorité de l’Église, dans une Europe érodée par la soif de pouvoir et menacée par l’avancée turque4. Elle est la dernière des vingt-quatre enfants du teinturier Jacopo Benincasa et de son épouse Lapa di Pucci Piagenti. Elle manifeste dès son jeune âge des tendances au mysticisme : en 1354, elle a sa première vision du Christ entouré de ses disciples. En 1362, sa sœur Bonaventura meurt et la vocation de Catherine se renforce. En 1363, à 16 ans, elle se sent appelée par Dieu et entre dans le tiers ordre dominicain, contre la volonté de sa famille. Elle se consacre aux œuvres de miséricorde à l’hôpital de la Scala de Sienne et à la léproserie San Lazzaro. Au couvent, elle se soumet aux privations les plus sévères et a de nombreuses apparitions de Jésus et des saints. Sa réputation de sainteté s’étend au-delà de la Toscane et, autour d’elle, se réunissent de nombreux fidèles.

7Mais cette situation provoque la suspicion de l’Église : en 1374, elle est convoquée par le Chapitre général des dominicains de Florence qui lui attribue un directeur spirituel, frère Raymond de Capoue.

8Le 1er avril 1375, elle reçoit les stigmates (stigmates sèches). En juin 1376, nous retrouvons sa trace en Avignon, en qualité d’ambassadrice avec pour mission de favoriser la paix entre la République de Florence et le pape.

9Dès lors, son activité publique devient plus intense. En 1378, à Florence, elle s’applique à faire cesser la guerre contre Grégoire XI et, à Rome, elle intervient pour freiner le schisme. Le 29 avril 1380, à trente-trois ans, elle meurt d’épuisement, à Rome. La dévotion autour d’elle se développe ; elle est canonisée en 1461 par Pie II et déclarée docteur de l’Église en 1970 par Paul VI.

Ses écrits5

  • 5 Pour la bibliographie, voir L. Zanini, Bibliografia analitica di santa Caterina da Siena, 1901-1950(...)

10Son œuvre principale, Le Dialogue (Libro della divina dottrina) se divise en quatre traités : le Traité de la Discrétion, le Traité de la Prière, le Traité de la Providence, et le Traité de l’Obéissance. Elle l’a dicté, dans des instants d’exaltation mystique, à certains de ses disciples, en 1378, qui lui ont donné ensuite une forme plus littéraire.

  • 6 Le Lettere di S. Caterina da Siena a cura di Piero Misciatelli, Firenze, Marzocco, 1939, édition co (...)
  • 7 Le Lettere di S. Caterina da Siena a cura di Piero Misciatelli, Firenze, Marzocco, 1939.

11Mais c’est sa correspondance6 qui nous intéresse aujourd’hui. Le nombre de lettres est très important. L’édition Misciatelli7 en publie 389. Adressées à différents destinataires en l’espace de dix ans, probablement à partir de 1370, elles sont généralement dictées à certains membres de la communauté.

Destinataires

12Les destinataires sont de statuts très variés. Catherine s’adresse aux gens d’Église :

  • des religieuses comme Sœur Costanza, bénédictine du monastère de Sant’Abundio de Sienne8, comme la dominicaine Francesca di Francesco di Tolomei, fille infirme d’un noble Siennois9. Ou une autre dominicaine, Monna Giovanna Pazza, de la famille des Cimugli de’ Pazzi, qui fut plusieurs fois sa compagne de route10 ;
  • des religieux comme Frère Tommaso della Fonte, dominicain, premier confesseur de Catherine, de 1359 à 1374, à Sienne. Il prit des notes sur les premières expériences mystiques de la sainte, qui ont servi ensuite à Raymond de Capoue pour sa Legenda Maior11. Elle écrit aussi au frère dominicain Niccolò da Montalcino, qui vécut dans la solitude d’un couvent de Sienne,12 au frère prêcheur Bartolomeo Dominici13, compagnon de noviciat de Tommaso della Fonte, qui fut aux côtés de Catherine en Avignon et à Rome et mourut évêque en 1415. La lettre CLXXXIX14 s’adresse à toute une communauté monastique : les moines de Cervaia et ceux du Monte Oliveto. Le premier monastère, qui suit l’ordre de Saint Benoît, se trouve sur le golfe de Rapallo, entre Portofino et Santa Margherita ; le second, aux environs de Sienne. Dans l’adresse, elle mentionne tout particulièrement Giovanni di Bindo di Diccii et Niccolò di Ghida, médecin et disciple de Catherine, qui abandonna sa profession pour devenir olivétain ;
  • de hauts dignitaires de l’Église tels que Guglielmo Rainaud, prieur général de l’ordre des Chartreux, qui adhéra au schisme, fut excommunié et démis de ses fonctions par Boniface XI jusqu’à l’intervention, en 1410, du noble Siennois Stefano Maconi15. La lettre LXXX16 s’adresse à Maestro Giovanni Terzo de l’ordre des frères ermites de Saint Augustin, de son nom de ville Giovanni Tantucci, issu d’une noble famille siennoise. Le titre de « maestro » lui est donné en sa qualité de docteur de l’Université de Cambridge. Il fut conquis par la cause de Catherine et la suivit en Avignon et à Rome. Elle écrit aussi à Misser Matteo17, recteur de la maison de la Miséricorde de Sienne. Il s’agit de Matteo di Cenni di Fazio, de noble famille siennoise. La légende voulut qu’il échappe à la peste de 1374 par l’intervention miraculeuse de Catherine. La lettre LXXXVI s’adresse à la mère abbesse du monastère « degli Scalzi » à Florence18. Plusieurs courriers sont adressés à son directeur de conscience, Raymond de Capoue. Appartenant à l’ordre des Prêcheurs, issu de la noble famille « delle Vigne », élu en 1380 maître général de l’Ordre, il refusa plusieurs fois le titre d’évêque et de cardinal. Il est l’auteur de la Legenda Maior (1385-1387), principale source de la biographie de Catherine19 ;
  • aux papes Grégoire XI et Urbain VI : Bartolomeo Prignano, ancien évêque de Bari, élu à la mort de Grégoire XI, survenue le 23 mars 1378. Elle fit sa connaissance en Avignon en 1376. Elle lui adresse neuf lettres qui témoignent de la conscience de la gravité de la situation20 ;
  • aux membres de l’aristocratie : à un haut personnage dont elle tait le nom et à qui elle reproche le péché de sodomie21, à Pietro di Giovanni Venture da Siena, un noble Siennois qui soutient avoir été miraculé grâce à elle22. La lettre CXII est envoyée à la comtesse Benedetta, fille du siennois Giovanni d’Agnolino Salimbeni, deux fois veuve23. La lettre CXXVIII24 a pour destinataire Gabriele di Davino Piccolomini, de la célèbre famille siennoise du pape humaniste Enea Silvio. Stefano di Corrado Maconi25, issu d’une noble famille siennoise et du même âge que Catherine, fut l’un de ses disciples et, après la mort de celle-ci, opta pour la Chartreuse de Pontignano puis pour celle de Pavie. Il mourut en 1424, général de l’ordre. Elle s’adresse aussi aux dames de la noblesse de Pise, en particulier à Monna Caterina, Monna Nella, de la famille Bonconti, à Monna Orsola26 ;
  • aux membres du peuple : artisans, détenus, même une prostituée. Ainsi une quinzaine de lettres sont destinées à Monna Agnesa, épouse du tailleur Pipino. Elles témoignent de ses fréquents contacts avec le monde des artisans et des commerçants27. De son monastère de Belcaro, elle écrit aux prisonniers28 le 9 avril 1377. Elle ne craint pas de correspondre avec une prostituée, difficile à identifier29.

13En bref, le choix de ces destinataires prouve bien que Catherine s’adresse à toutes les classes de la société.

Composition et structure

  • 30 Pour un point sur les différentes éditions, voir Lettere di Catenina da Siena dans Letteratura ital (...)

14Composées oralement pour être envoyées, ces lettres n’avaient pas pour objectif d’être publiées. L’organisation du recueil se fait en deux temps. Le premier, après la disparition de Catherine, affiche un but édifiant ; le second classe le matériel en trois parties, chacune d’elles correspondant à un disciple : Neri di Landoccio Pagliaresi, Stefano di Corrado Maconi, frère Tommaso di Antonio, plus connu sous le nom de Caffarini. Ce dernier recueil, réalisé à Venise, sera l’intermédiaire entre l’œuvre manuscrite et l’œuvre imprimée30. Les originaux ont été perdus mais il reste des mélanges écrits à plusieurs mains après la mort de Catherine de Sienne ; ils ont subi des altérations, des coupures et un remaniement parfois littéraire du texte. Cependant, il subsiste des constantes.

  • 31 Letteratura Italiana Dizionario delle opere, a cura di Alberto Asor Rosa, Torino, Einaudi, 1999, vo (...)

15Ainsi chaque lettre s’articule en trois parties : le protocole initial et le protocole final qui sont pratiquement inchangés d’une lettre à l’autre ; le corps central où sont présents le côté mystique et le côté pratique31.

  • 32 Par exemple Éd. Archinto, lettre1 (XXI), p. 30 : « Iddio… vi farà misericordoa… »

16Le protocole initial, « Io Catarina, serva e schiava de’ servi di Gesù Cristo » (Moi, Catherine, servante et esclave des serviteurs de Jésus-Christ), est suivi de l’invocation et de l’adresse, avec la formule « con desiderio di » (avec le désir de), qui introduit la lettre. Son autorité, mise en évidence par la fréquence de l’impératif, par l’emploi du « je », se fonde sur l’énonciation de l’expérience mystique. Elle se sent chargée d’une mission et parle souvent au nom de Dieu32.

17Ces lettres s’inspirent toutes d’un désir de perfection, dont le but est la réforme de l’humanité entière, et ont comme thème central l’amour, l’union parfaite avec Jésus-Christ.

Le mysticisme de Catherine

Les concepts mystiques

  • 33 Ibid., lettre 17 (CLIII), p. 88-89.
  • 34 Ibid., lettre 9 (LXXXVI), p. 60.
  • 35 Éd. Tommaseo, Lettre CCXX.
  • 36 Id.
  • 37 Éd. Archinto, lettre 10 (LXXXVII), p. 64.
  • 38 Éd. Tommaseo, Lettre CXLIII : « après huit jours, on lui enleva un anneau de chair ; et il commença (...)

18Le mysticisme de Catherine repose sur la croyance en la possibilité d’une union parfaite avec Jésus-Christ33. Il est « l’époux éternel34 ». C’est aussi un époux très jaloux et il ne faut aimer que lui : « Voglio [...] che tu perda ogni amor proprio della propria sensualità, perché non sta bene alla sposa di Cristo amare altro che lui » – (Je veux [...] que tu perdes l’amour de ta propre sensualité, parce qu’à l’épouse du Christ il ne convient pas d’aimer un autre que lui), écrit-elle à Suor Maddalena di Alessa35. Et elle poursuit : « [...] penso che questo dolce sposo è molto geloso » – [...] je pense que ce doux époux est très jaloux36. Il s’est uni à la nature humaine en l’épousant avec l’anneau de la circoncision, déclare-telle37. Il l’a fait par l’Incarnation pour que son propre sacrifice la rende digne de la Trinité38.

  • 39 Éd. Archinto, lettre 22 (CCLX), p. 105 : « il medico nostro Cristo ci ha data la medicina contra og (...)
  • 40 Ibid., lettre 27 (CCXCV), p. 123, lettre 19 (CLXXXIX), p. 94.

19Cela dit, le Christ est également un médecin qui propose les remèdes contre toutes les maladies39. Toutefois, c’est un médecin malade : en tant que Dieu, il est médecin, mais en tant qu’homme, il est malade. C’est « un médecin divin » et la panacée, l’élixir miraculeux, est son sang40.

20Dans certaines lettres, le Christ devient la nourrice qui donne son lait au chrétien qui est le nouveau-né :

  • 41 Ibid., lettre 9 (LXXXVI), p. 58.

21« A noi [...] conviene fare come fa il fanciullo, il quale volendo prendere il latte, prende la mammella della madre, e mettesela in bocca ; onde col mezzo della carne trae a sé il latte : e così dobbiamo fare noi, se vogliamo nutrire l’anima nostra. Perocché ci dobbiamo attaccare al petto di Cristo crocifisso41. » – ll nous [...] convient de faire comme l’enfant, qui voulant boire le lait, saisit le sein de sa mère et le met à sa bouche ; puis de la chair il tire le lait : nous devons faire ainsi si nous voulons nourrir notre âme. C’est pourquoi nous devons nous accrocher à la poitrine de Christ crucifié.

  • 42 Ibid., lettre 22 (CCLX), p. 107.

22Le lait symbolise la Grâce divine : « Tu (Jésus-Christ) ci tieni al petto come balia e hai dato a noi il latte della divina Grazia42 » – Toi tu nous tiens contre ta poitrine comme une nourrice et tu nous a donné le lait de la Grâce divine. Remarquons qu’elle donne à Jésus-Christ des attributs féminins ; Dieu serait donc aussi un Dieu-Mère.

  • 43 Ibid., Préface, p. 10.

23Quoi qu’il en soit, dans cette union avec Jésus-Christ, le sang occupe une place primordiale. Il constitue, selon Manuela Colombo « le fil rouge qui donne un sens à son (de Catherine) apostolat mystique43 ».

  • 44 Ibid., lettre 4 (LV), p. 42, lettre 23 (CCLXXIII), p. 109.
  • 45 Ibid., lettre 4 (LV), p. 42.
  • 46 Ibid., lettre 19 (CLXXXIX), p. 93 : « Sapete che egli gettò sangue, ed acqua, l’acqua per lo battes (...)
  • 47 Par exemple, lettre 3 (XLVII), p. 36.
  • 48 Ibid., lettre 14 (CII), p. 77.
  • 49 Ibid., lettre 20 (CXCV), p. 99. Les termes employés sont très forts : « annegare », « affogare ».
  • 50 Ibid., lettre 17 (CLIII), p. 88.
  • 51 Ibid., lettre 14 (CII), p. 77.
  • 52 Ibid., lettre 24 (CCLXXVI), p. 116.
  • 53 Ibid., lettre 27 (CCXCV), p. 123-124 : « O sangue dolce, che resuscitavi i morti ! Sangue, tu davi (...)
  • 54 Ibid., lettre 23 (CCLXXIII), p. 109.

24C’est le sang du sacrifice de l’Agneau immaculé44, le sang de l’amour45. Mais aussi le sang du baptême. En effet, le Christ, touché par la lance du soldat, laisse couler de sa blessure du sang et de l’eau ; aussi à ceux qui ne peuvent pas recevoir le baptême de l’eau, Jésus-Christ donne le baptême du sang, écrit-elle46. C’est aussi le sang de l’Eucharistie, qui perpétue le sacrifice du fils de Dieu. Catherine insiste sur la transsubtantiation, à savoir le changement de toute la substance du pain et du vin en toute la substance du corps et du sang du Christ47. Remarquons une attirance morbide pour le sang. Pour Catherine, le sang est investi d’un pouvoir miraculeux. Elle conseille de se « baigner48 », de « noyer49 » dans le sang du Christ, de « se mirer50 » en lui, de s’en « enivrer51 », et même de le « lécher52 ». Dans une longue tirade, elle s’adresse au sang53. Elle-même désire répandre son propre sang en l’honneur de son époux Jésus-Christ54.

  • 55 Ibid., lettre 23 (CCLXXIII), p. 110-113.

25Cela dit, le passage le plus significatif est le récit qu’elle fait à son directeur de conscience, où elle raconte comment elle a prêté assistance à un condamné à mort55. Elle reçoit la tête du supplicié dans ses mains, lui ferme les yeux et se complaît dans le flot et dans l’odeur du sang, à tel point qu’elle ne veut pas s’en laver. Catherine se sent chargée d’une mission auprès des hommes. Son mysticisme s’alimente dans une ouverture au monde.

Mission sociopolitique

26Jésus-Christ est tout d’abord le Verbe, comme le dit le Prologue de l’Évangile selon Saint Jean : « Avant toutes choses, existait la Parole ; le Verbe était uni à Dieu et le Verbe était Dieu… ». Et Catherine va transmettre sa parole à travers ses lettres :

  • auprès des hommes tout d’abord. Elle prêche la vertu et, au premier plan, l’obéissance, comme Jésus-Christ a obéi à Dieu le Père, est mort sur la croix pour tous les hommes56. Elle chante l’amour, non pas l’amour de soi, mais l’amour de Dieu et de son prochain57. L’expression « Gesù dolce, Gesù amore » conclut une grande partie de ses lettres. Elle s’interroge sur la tentation, qui assume une valeur édifiante dans la mesure où y résister conduit l’homme à la perfection et lui permet d’explorer ses limites et de les dépasser. S’il n’est pas vertueux, il se laissera entraîner par le péché ; s’il l’est, il parviendra à se contrôler58. L’homme tombe dans le péché lorsqu’il ne sait pas se détacher des biens matériels59. Jésus ne regarde que la grandeur et la richesse de la vertu60. Mais elle intervient aussi bien auprès des simples chrétiens qu’auprès des puissants.
  • auprès des puissants. Elle se donne une mission politique, une mission de paix. Par exemple, dans le conflit qui oppose les Florentins au pape Grégoire XI, elle écrit au souverain pontife pour calmer la situation61. Elle déplore la désunion des Chrétiens et ne comprend pas qu’un chrétien combatte un autre chrétien et que les fils se rebellent contre le père62. Elle prône la paix et déclare que la guerre doit être une croisade contre les infidèles et non un conflit entre chrétiens63.
  • 64 Lettre à Raymond de Capoue, éd. Tommaseo, p. 220.
  • 65 Éd. Archinto, lettre 28 (CCCV) à Urbain VI, p. 131.
  • 66 Id..
  • 67 Ibid., p. 130.
  • 68 Éd. Tommaseo, p. 220.
  • 69 Éd. Archinto, lettre 28 (CCCV) à Urbain VI, p. 129.
  • 70 Éd. Tommaseo, p. 211.
  • 71 Ibid., p. 78.
  • 72 Ibid., p. 85 : « [...] o vi dico che non vi bisogna temere, se non faceste quello che dovreste fare (...)
  • 73 Éd.Archinto, lettre 29 (CCCVI) à Urbain VI, p. 134.
  • 74 Ibid., lettre 28 (CCCV) à Urbain VI, p. 130-131.

27Une autre grande mission qui l’investit est la réforme de l’Église. Catherine considère que l’Église est malade64. Sa critique est très sévère : les mauvais prêtres sont qualifiés de « mauvais bergers65 ». Ils ont fait du temple de Dieu une caverne de brigands66. Ils se conduisent comme « des escrocs, exhalant la puanteur des immondices67 ». Les prélats ne remplissent pas leur tâche parce qu’ils craignent de perdre leur place et de déplaire à leurs sujets, écrit-elle à l’évêque de Florence68. Faisant allusion à l’élection prochaine de l’antipape Clément VII, elle met en garde Urbain VI contre les coups du « bâton de l’hérésie69 ». Une réforme s’avère nécessaire. Catherine enjoint l’archevêque de Pise de prendre ses responsabilités, de ne pas faire semblant de ne pas voir les choses70. Au pape Grégoire XI elle demande d’ordonner de nouveaux prêtres, des prêtres vertueux, qui se conduiront en agneaux et non en loups71. Elle veut le persuader de rentrer en Italie72. Elle conseille au pape Urbain VI de s’entourer de « bergers bons et vertueux73 », de « planter les vertus comme des arbres et de déraciner les ronces74 ».

  • 75 Éd. Tommaseo, p. 1130 : « [...] e però io voglio tenere silenzio, e darmi solo a cercare l’onore di (...)
  • 76 Ibid., p. 1129 : « [...] ed era tanto il diletto che aveva l’anima mia, che la fatiga passata del v (...)

28Son souhait de voir la rénovation de l’Église devient une priorité. Elle l’écrit à son directeur de conscience75. Elle lui raconte d’ailleurs le rêve où Dieu lui a révélé comment il libèrerait l’Église de ses préoccupations ; ce qui lui a procuré un très grand plaisir76.

Langage

  • 77 Éd. Archinto, lettre 21 (CCVIII), p. 102.
  • 78 Éd. Tommaseo, p. 1587, lettre 258 à Misser Ristoro.
  • 79 Éd. Archinto, lettre 29 (CCCVI) à Urbain VI, p. 133.
  • 80 Ibid., lettre 23 (CCLXXIII), p. 110.
  • 81 Ibid., p. 109.
  • 82 Ibid., lettre 10 (LXXXVII), p. 63.
  • 83 Id.
  • 84 Éd. Tommaseo, p. 1137, lettre 226.
  • 85 Éd. Archinto, lettre 16 (CXXVIII), p. 86.
  • 86 Idem.
  • 87 Éd. Archinto, lettre 9 (LXXXVI), p. 59.
  • 88 Ibid., lettre 13 (C), p. 74.
  • 89 Ibid., lettre 26 (CCLXXXIII), p. 122.
  • 90 Ibid., lettre 3 (XLVII), p. 36.
  • 91 Éd. Tommaseo, p. 338.
  • 92 Éd. Archinto, lettre 34 (CCCXXXI), p. 157.
  • 93 Éd. Tommaseo, p. 783.
  • 94 Ibid., p. 82.
  • 95 Éd. Archinto, lettre 15 (CXXIV), p. 81.
  • 96 Ibid., lettre 24 (CCLXXVI), p. 114.
  • 97 Ibid., lettre 3, (XLVII), p. 36.
  • 98 Éd. Tommaseo, p. 741.
  • 99 Ibid., p. 1535.
  • 100 Éd. Archinto, lettre 23 (CCLXXIII), p. 109 et 112.
  • 101 Éd. Tommaseo, p. 1246.

29Pour mener à bien sa mission, Catherine emploie un langage compréhensible et persuasif. Elle fait appel au lexique de la vie quotidienne. Le lexique familier concerne tout d’abord la maison. Le mobilier : la table et les chaises : la table des fêtes pascales77, la chaise de la conscience78. Les pièces de la maison, comme le cellier : le pape garde les clés du cellier de la sainte Église79. Les objets : le tonneau, le fourneau, le vase, l’éponge, la casserole, le couteau. Jésus-Christ est le tonneau qui donne à boire80. L’âme sort purifiée comme le fer sort du fourneau81. Le cœur est un vase82. Comme une éponge, il absorbe le sang83. Allusion aussi à saint Paul qui a absorbé la doctrine comme l’éponge absorbe l’eau84. La casserole qui bout chasse la mouche, ainsi grâce à la charité le diable s’enfuit de l’âme85. Le couteau sert aussi à se défendre86. Le lexique de la nourriture occupe une place importante. L’âme a faim de Dieu, écrit-elle87. Elle conseille de « manger le repas des âmes sur la croix de Jésus-Christ88 ». Dieu nous donne à « manger de grosses bouchées89 ». La chair du Christ est même « rôtie » sur la croix par le feu de la Charité90. S’ajoute à cela le lexique sectoriel des végétaux et des animaux : le jardin, l’arbre, la vigne. L’Église est un jardin entretenu par les chrétiens91. La vigne de l’âme est arrosée avec le sang du Christ92. L’homme qui obéit au Seigneur est comme un arbre fruitier qui produira les fruits de la vie93. Les animaux, comme l’agneau, la brebis, le porc, le loup servent également de support aux images employées par Catherine. La brebis égarée, ce sont les Florentins en conflit avec le pape94. Les brebis sont les chrétiens qui ne reconnaissent pas toujours leur berger95. La prostituée est comparée au porc qui se roule dans la fange96. Et l’amour sensuel réduit Dieu à habiter au milieu des animaux, à l’étable97. Le mauvais chrétien est comparé au chien qui mange son vomi98 et le diable au loup infernal99. S’ajoutent encore d’autres comparaisons : le flanc de Jésus-Christ est une « boutique ouverte100 » ; le Christ est comme un livre que tous peuvent lire, même les aveugles101. Et les exemples se multiplient…

  • 102 Éd. Archinto, lettre 16 (CXXIII), p. 84-87.
  • 103 Ibid., lettre 22 (CCLX), p. 107. Voir aussi lettre 28 (CCCV), p. 131 et lettre 29 (CCCVI), p. 133.

30Catherine se montre beaucoup plus agressive lorsqu’elle emploie un langage militaire. Ainsi, la lettre à Gabriele di Davino Piccolomini102 est une véritable invitation à la guerre : le substantif « arme » est employé cinq fois, « bataille » quatre fois, « coups » deux fois, « cuirasse » deux fois, « cotte de maille » deux fois, « couteau » deux fois, « champ de bataille » une fois, « gonfalon » une fois et « gloire » trois fois, la forme verbale « armé » une fois, « frapper » trois fois, « combattre » deux fois : l’expression « sans peur » apparaît une fois, Ailleurs103, le Christ est un chevalier qui a vaincu les ennemis des chrétiens, enfourchant le cheval de la Croix. Sa couronne d’épines est son heaume, sa chair flagellée sa cotte de maille, ses mains blessées ses gants de bataille, ses pieds meurtris ses éperons.

Conclusion

  • 104 C. Bec, Précis de Littérature italienne, Paris, PUF, 1982, p. 107.

31En conclusion, le mysticisme de Catherine de Sienne ne se résume pas à ses visions, mais se révèle ancré dans le monde, assorti d’une mission divine dont elle se sent investie. Nous nous sommes interrogée sur la spécificité de son écriture. Est-ce une voix féminine ? En partie peut-être, mais son vocabulaire guerrier, l’énergie de l’impératif qu’elle utilise en s’adressant à ses interlocuteurs, en font une personnalité atypique. Et nous pouvons nous demander comment, au xive siècle, femme jeune et pratiquement analphabète, elle a fait pour être écoutée et suivie. Quoi qu’il en soit, nous laissons le mot de la fin à Christian Bec qui déclare que « La personnalité la plus puissante et la plus originale (de l’époque) […] est celle de sainte Catherine de Sienne […] rendue célèbre par ses visions mystique et son apostolat ainsi que par son influence pacificatrice sur les puissants104 ».

Notes

1 Yves Renouard, La Papauté en Avignon, Paris, PUF, 1954, p. 37.

2 Pierre Antonetti, Histoire de Florence, Paris, PUF, 1996.

3 Thierry Pécout, Histoire religieuse de l’Occident médiéval, xiiie-xve siècles, L’institution pontificale de la papauté d’Avignon aux crises du conciliarisme, Cours de Licence d’Histoire, Université de Provence, 2002-2003.

4 En juin 2003, Joanick Beraisina a soutenu un mémoire de Maîtrise, à l’Université de Provence, sous ma direction, intitulé « La predicazione di Santa Caterina da Siena : un intellettualismo a parte », 127 p. (« La prédication de Sainte Catherine : un intellectualisme à part »). Voir aussi : Alain Champdor, Catherine de Sienne et son temps, Lyon, Albert Guillot Éditeur, 1982, p. 11.

5 Pour la bibliographie, voir L. Zanini, Bibliografia analitica di santa Caterina da Siena, 1901-1950, Roma, Edizioni cateriniane, 1971. Pour une mise à jour : Scrittrici mistiche italiane, Genova, Marietti, 1988, p. 715-716.

6 Le Lettere di S. Caterina da Siena a cura di Piero Misciatelli, Firenze, Marzocco, 1939, édition consultée sur internet le 15 août 2013. Caterina da Siena, Vestitevi di sangue, Lettere ai fedeli, a cura di Manuela Colombo, Milano, Rosellina Archino, 1991. Santa Caterina da Siena, Le Lettere, a cura di Don Umberto Meattini, Torino, Edizioni Paoline, 1993, 1734 p.

7 Le Lettere di S. Caterina da Siena a cura di Piero Misciatelli, Firenze, Marzocco, 1939.

8 Éd. Archinto, lettre 5 (LXXIII), p. 44.

9 Ibid., lettre 8 (LXXXI), p. 55.

10 Ibid., lettre 10 (LXXXVII), p. 63.

11 Ibid., lettre 2 (XXV), p. 32.

12 Ibid., lettre 6 (LXXIV), p. 48.

13 Ibid., lettre 21 (CCVIII), p. 102.

14 Ibid., lettre 19 (CLXXXIX), p. 93.

15 Ibid., lettre 4 (LV), p. 38.

16 Ibid., lettre 7 (LXXX), p. 50.

17 Ibid., lettre 15 (CXXIV), p. 79.

18 Ibid., lettre 9 (LXXXVI), p. 58.

19 Par exemple : Ibid., lettre 13 (C), p. 73 ; lettre 14 (CII), p. 75, lettre 23 (CCLXXIII), p. 109, lettre 27 (CCXCV), p. 123 ; lettre 135 (CCCXXXIII), p. 161.

20 Par exemple, Ibid., lettre 28 (CCCV), p. 127 ; lettre 29 (CCCVI), p. 132.

21 Éd. Archinto, lettre 1 (XXI), p. 27.

22 Ibid., lettre 3 (XLVII), p. 34.

23 Ibid., lettre 12 (CXII), p. 73.

24 Ibid., lettre 16 (CXXVIII), p. 84.

25 Ibid., lettre 20 (CXCV), p. 99.

26 Ibid., lettre 17 (CLIII), p. 88 ; lettre 18 (CLXVII), p. 91.

27 Par exemple, Ibid., lettre 11 (XCI), p. 67.

28 Ibid., lettre 22 (CCLX), p. 105.

29 Ibid., lettre 24 (CCLXXVI), p. 114.

30 Pour un point sur les différentes éditions, voir Lettere di Catenina da Siena dans Letteratura italiana Dizionario delle opere, Torino, Einaudi, 1999, t. 1, p. 634.

31 Letteratura Italiana Dizionario delle opere, a cura di Alberto Asor Rosa, Torino, Einaudi, 1999, vol. 1, p. 635-636.

32 Par exemple Éd. Archinto, lettre1 (XXI), p. 30 : « Iddio… vi farà misericordoa… »

33 Ibid., lettre 17 (CLIII), p. 88-89.

34 Ibid., lettre 9 (LXXXVI), p. 60.

35 Éd. Tommaseo, Lettre CCXX.

36 Id.

37 Éd. Archinto, lettre 10 (LXXXVII), p. 64.

38 Éd. Tommaseo, Lettre CXLIII : « après huit jours, on lui enleva un anneau de chair ; et il commença à nous donner un gage, pour nous garantir le paiement, que nous reçûmes sur le bois de la très sainte Croix, quand cet Époux, Agneau immaculé fut saigné, et de toutes parts il versa du sang en abondance, avec lequel il lava les immondices et les péchés de son épouse, c’est-à-dire la génération humaine. Et attendez, car l’anneau qui nous a donné le feu de la Charité divine n’est pas en or, mais fait de sa chair très pure ; et ce très doux Père a célébré ses noces avec nous non avec la chair d’un animal mais avec son corps précieux : et c’est cette nourriture et l’Agneau rôti au feu de la Charité sur le bois de la douce Croix ».

39 Éd. Archinto, lettre 22 (CCLX), p. 105 : « il medico nostro Cristo ci ha data la medicina contra ogni infirmità » – Le Christ, notre médecin, nous a donné le remède à toute maladie. Lettre 10 (LXXXVII), p. 63 : « troppo sarebbe grande ignorantia, che noi infermi addimandassimo la medicina al nostro medico Cristo. » – Ce serait trop grande ignorance si nous, les malades, demandions le remède au Christ, notre médecin.

40 Ibid., lettre 27 (CCXCV), p. 123, lettre 19 (CLXXXIX), p. 94.

41 Ibid., lettre 9 (LXXXVI), p. 58.

42 Ibid., lettre 22 (CCLX), p. 107.

43 Ibid., Préface, p. 10.

44 Ibid., lettre 4 (LV), p. 42, lettre 23 (CCLXXIII), p. 109.

45 Ibid., lettre 4 (LV), p. 42.

46 Ibid., lettre 19 (CLXXXIX), p. 93 : « Sapete che egli gettò sangue, ed acqua, l’acqua per lo battesimo santo che è dato a’ Cristiani, il quale ci dà la vita e la forma della grazia [...]. E per coloro che non potessero aver il battesimo dell’acqua, ha posto il battesmo del sangue. » – Vous savez qu’il rejeta du sang et de l’eau, l’eau pour le saint baptême donné aux Chrétiens, qui nous donne la vie et la forme de la grâce [...]. Et pour ceux qui ne pourraient pas avoir le baptême de l’eau, il a créé le baptême du sang.

47 Par exemple, lettre 3 (XLVII), p. 36.

48 Ibid., lettre 14 (CII), p. 77.

49 Ibid., lettre 20 (CXCV), p. 99. Les termes employés sont très forts : « annegare », « affogare ».

50 Ibid., lettre 17 (CLIII), p. 88.

51 Ibid., lettre 14 (CII), p. 77.

52 Ibid., lettre 24 (CCLXXVI), p. 116.

53 Ibid., lettre 27 (CCXCV), p. 123-124 : « O sangue dolce, che resuscitavi i morti ! Sangue, tu davi vita ; tu dissolvevi le tenebre delle menti accecate delle creature che hanno in loro ragione, e davi lume. Sangue dolce, tu univi i discordanti : tu vestivi li nudi di sangue : tu pascevi li affamati, e daviti il beveraggio a coloro che avevano, e hanno, sete del sangue [...]. O sangue, chi non s’inebria in te ? gli amatori proprii di loro medesimi ; perché non sentono l’odore tuo » – O doux sang, qui ressuscitais les morts ! Sang, tu donnais la vie ; tu dissolvais les ténèbres dans les esprits aveuglés des créatures douées de raison, et tu donnais la lumière. Doux sang, tu accordais les adversaires : tu habillais de sang ceux qui étaient nus : tu nourrissais les affamés, et désaltérais ceux qui avaient et ont soif, soif du sang [...]. O sang, qui ne s’enivre pas en toi ? Ceux qui s’aiment eux-mêmes ; parce ce qu’ils ne sentent pas ton odeur.

54 Ibid., lettre 23 (CCLXXIII), p. 109.

55 Ibid., lettre 23 (CCLXXIII), p. 110-113.

56 Ibid., lettre 9 (LXXXVI) p. 60.

57 Par exemple, Ibid., lettre 17 (CLIII) p. 90.

58 Lettre à Raymond de Capoue, éd. Tommaseo, p. 1152.

59 Éd. Tommaseo, p. 571.

60 Ibid., p. 538, lettre 193 à Lorenzo del Pino da Bologna.

61 Ibid., p. 62 : « Non temete, Padre, per veruna cosa che avvenga da questi venti tempestosi che ora vi sono venuti, cioè di questi putridi membri che hanno ribellato a voi. » – Père, ne craignez aucune chose qui viendrait de ces vents tempétueux qui ont soufflé maintenant, c’est-à-dire de ces membres putrides qui se sont rebellés contre vous.

62 Lettre 191 au condottiere Tommaso d’Alviano, Edition Tommaseo, p. 340.

63 Lettre au cardinal Pietro di Ostia, éd. Tommaseo, p. 168 : « [...] procacciando quanto potete la pace e l’unione di tutto il paese [...]. E dove la guerra ogni fedele cristiano debbe essere apparecchiato a mandarla sopra gl’infedeli e li falsi cristiani, la fanno l’una contro l’altro » – en cherchant autant que vous pouvez la paix et l’union de tout le pays et, alors que chaque fidèle chrétien doit être prêt à faire la guerre contre les infidèles ou contre les faux chrétiens, il la fait contre ses semblables.

64 Lettre à Raymond de Capoue, éd. Tommaseo, p. 220.

65 Éd. Archinto, lettre 28 (CCCV) à Urbain VI, p. 131.

66 Id..

67 Ibid., p. 130.

68 Éd. Tommaseo, p. 220.

69 Éd. Archinto, lettre 28 (CCCV) à Urbain VI, p. 129.

70 Éd. Tommaseo, p. 211.

71 Ibid., p. 78.

72 Ibid., p. 85 : « [...] o vi dico che non vi bisogna temere, se non faceste quello che dovreste fare, avreste bisogno di temere ! » [...] je dis qu’il ne faut pas avoir peur ; vous devriez avoir peur si vous ne faisiez pas ce que vous devriez faire ! et elle conclut : « con voi dovete venire » – vous devez venir avec vous.

73 Éd.Archinto, lettre 29 (CCCVI) à Urbain VI, p. 134.

74 Ibid., lettre 28 (CCCV) à Urbain VI, p. 130-131.

75 Éd. Tommaseo, p. 1130 : « [...] e però io voglio tenere silenzio, e darmi solo a cercare l’onore di Dio e la salute dell’anime, e la rinovazione ed esaltazione della santa Chiesa. » – c’est pourquoi je veux me taire, et me consacrer seulement à chercher l’honneur de Dieu et le salut des âmes, et la rénovation et l’exaltation de la sainte Église. Puis, p. 1134 : « Io muoio e non posso morire, e scoppio e non posso scoppiare, del desiderio che ho della rinovazione della santa Chiesa per onore di Dio e salute d’ogni creatura. » – Je meurs et ne peux pas mourir, j’explose et ne peux exploser, du désir que j’ai de la rénovation de la sainte Église pour l’honneur de Dieu et le salut de toutes les créatures.

76 Ibid., p. 1129 : « [...] ed era tanto il diletto che aveva l’anima mia, che la fatiga passata del vedere l’offesa a Dio, non vedeva. » – [...] et le plaisir qu’avait mon âme était si grand qu’elle ne voyait pas la peine qu’elle avait eue à voir l’offense faite à Dieu.

77 Éd. Archinto, lettre 21 (CCVIII), p. 102.

78 Éd. Tommaseo, p. 1587, lettre 258 à Misser Ristoro.

79 Éd. Archinto, lettre 29 (CCCVI) à Urbain VI, p. 133.

80 Ibid., lettre 23 (CCLXXIII), p. 110.

81 Ibid., p. 109.

82 Ibid., lettre 10 (LXXXVII), p. 63.

83 Id.

84 Éd. Tommaseo, p. 1137, lettre 226.

85 Éd. Archinto, lettre 16 (CXXVIII), p. 86.

86 Idem.

87 Éd. Archinto, lettre 9 (LXXXVI), p. 59.

88 Ibid., lettre 13 (C), p. 74.

89 Ibid., lettre 26 (CCLXXXIII), p. 122.

90 Ibid., lettre 3 (XLVII), p. 36.

91 Éd. Tommaseo, p. 338.

92 Éd. Archinto, lettre 34 (CCCXXXI), p. 157.

93 Éd. Tommaseo, p. 783.

94 Ibid., p. 82.

95 Éd. Archinto, lettre 15 (CXXIV), p. 81.

96 Ibid., lettre 24 (CCLXXVI), p. 114.

97 Ibid., lettre 3, (XLVII), p. 36.

98 Éd. Tommaseo, p. 741.

99 Ibid., p. 1535.

100 Éd. Archinto, lettre 23 (CCLXXIII), p. 109 et 112.

101 Éd. Tommaseo, p. 1246.

102 Éd. Archinto, lettre 16 (CXXIII), p. 84-87.

103 Ibid., lettre 22 (CCLX), p. 107. Voir aussi lettre 28 (CCCV), p. 131 et lettre 29 (CCCVI), p. 133.

104 C. Bec, Précis de Littérature italienne, Paris, PUF, 1982, p. 107.

© Presses universitaires de Provence, 2016

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search