Version classiqueVersion mobile

L’Anonymat dans les arts et les lettres au Moyen Âge

 | 
Sébastien Douchet
, 
Valérie Naudet

Méthodes

Attributions multiples, anonymat des textes normatifs : outils et pistes pour une enquête

Le cas des Synonyma et des Homonyma, textes lexicographiques latins (fin xiie-début xiiie siècle ?)

Elsa Marguin-Hamon

Texte intégral

  • 1 Synonyma, éd. P. L., t. 150, col. 1577-1590 ; Jahrbuch der KK Staatsgymnasium im IX. Bez. in Wien, (...)
  • 2 Tony Hunt, Teaching and Learning Latin in XIIIth Century England, Cambridge, 1991, 3 vol.
  • 3 Edmond Faral, Les Arts poétiques du xiie et du xiiie siècle, Paris, Bibliothèque de l’École des Hau (...)

1L’enquête à mener ici, pas à pas, et comme en temps réel, porte sur deux textes très largement diffusés du xiiie à la fin du xve siècle. Une tradition littéraire déjà ancienne les répertorie sous les titres respectifs de Synonyma et Aequivoca, mais nous délaisserons le second pour lui préférer, ne fiat confusio (un autre texte dont nous serons amenée à parler portant le même), celui d’Homonyma. Il s’agit de deux traités en hexamètres, dont un seul est intégralement édité1, l’autre n’ayant été que partiellement transcrit sur la base d’un manuscrit anglais par Tony Hunt2. Ces deux textes sont liés par la tradition manuscrite, et les ouvrages bibliographiques anciens relayent l’idée qu’ils composent un Encheridion unitaire. Quant à l’auteur présumé de cet ensemble, si ensemble il y a, des attributions successives et contradictoires ont pu être avancées, que leurs auteurs assument plus qu’ils ne les démontrent3. Trois candidats voient leurs noms revenir dans la bibliographie ancienne et la tradition manuscrite, à savoir Matthieu de Vendôme (deuxième moitié du xiie siècle), Geoffroy de Vinsauf (début xiiie siècle) et Jean de Garlande (première moitié du xiiie siècle). Un nom doit être ajouté à la liste, que certains manuscrits présentent de manière plausible : celui d’Henri d’Avranches (première moitié xiiie siècle).

2 La difficulté tient évidemment à ce que ces traités participent d’une nébuleuse normative, et par conséquent répondent à des besoins extrêmement circonscrits qui en contraignent profondément la forme et le contenu. Pour cette raison, ils présentent peu de caractéristiques singulières.

3Cette enquête circonstanciée, bien sûr, n’a vraiment de sens que si l’on peut en dégager des axes méthodologiques applicables mutatis mutandis à d’autres dossiers aux caractéristiques voisines. La méthode en question procède de l’entonnoir. Du très grand angle au microscope, il s’agit de repérer, si c’est possible, le motif dans le tapis, qui permettra peut-être l’identification à un auteur connu. Il convient en effet de partir des corpus manuscrits, qui nous apprennent le contexte de transmission, l’orbe géographique d’influence, la chronologie de cette transmission selon les lieux et les contextes… Après quoi il nous faut revenir aux mentions d’attribution qui figurent dans les manuscrits, mentions à confronter, critiquer et discuter. Enfin, l’analyse textuelle permet, dans une certaine mesure, de valider ou d’invalider les attributions possibles aux auteurs retenus, dans la mesure, bien sûr, où nous disposons de termes de comparaison stylistiques (au sens large) et théoriques. La limite de l’exercice tient en l’occurrence à la masse des textes non identifiés et non publiés qui pourraient être judicieusement rapprochés de ceux-là.

La notion de corpus manuscrit et ses implications

4Le contexte de transmission des œuvres en dit long sur l’usage qui en est fait et sur la notoriété qu’on leur accorde. La notion de corpus est intéressante à cet égard : par corpus, entendons groupement de textes réunis pour leurs caractéristiques communes ou leur complémentarité.

  • 4 Elsa Marguin-Hamon, « Tradition manuscrite de l’œuvre de Jean de Garlande », Revue d’histoire des t (...)

5Des travaux antérieurs nous ont permis de tracer les contours de certains de ces corpus poético-scolaires pour l’époque qui nous intéresse ici (et bien sûr sa postérité)4. Nous disposons donc de points de comparaison pour étudier les différents types de codices auxquels nous avons affaire.

  • 5 Geoffrey Leslie Bursill-Hall, A Census of Medieval Latin Grammatical Manuscripts, Stuttgart-Bad Can (...)

6Le Census de Bursill-Hall5 permet par ailleurs de dénombrer un peu moins d’une centaine de manuscrits, comprenant ces textes, isolément ou réunis. D’emblée, il faut noter qu’aucun de ces témoins n’est antérieur à la mi-xiiie siècle.

7Considérons à présent cette masse, pour en dégager des traits caractéristiques. Deux premiers gros blocs présentant chacun une forme d’homogénéité émergent d’un premier examen :

  • un bloc que nous dirons « insulaire », constitué de manuscrits aujourd’hui conservés en Grande-Bretagne, en Irlande, et, pour un seul d’entre eux, à Chicago, soient dix-neuf codices auxquels il faut ôter un témoin d’origine continentale ;
  • un bloc « germanique » au sens très large du terme, c’est-à-dire constitué de manuscrits produits et conservés dans d’actuels pays ou régions germanophones (Allemagne, Autriche, Suisse alémanique, Bohême), et d’autres relevant de territoires proches, et conséquemment soumis à certaines influences et perméables à la réception d’œuvres circulant dans les domaines susdits (il s’agit par exemples de manuscrits conservés en Pologne).

8Le traitement à part de ces deux ensembles permet de dégager un troisième groupe plus restreint de codices qui se distinguent par leur caractère à la fois précoce et isolé, dont l’examen et la comparaison avec les autres est riche d’enseignements.

9Une part représentative de la tradition, soit un peu plus de la moitié, relève d’un de ces trois ensembles : les conclusions qui pourront se dégager de cette étude s’en trouvent par conséquent confortées.

Manuscrits « insulaires »

10À l’intérieur de ce bloc, dont la cohérence, on le verra, tient à des critères structurels plus qu’à une origine géographique commune, deux sous-ensembles importants, et tardifs – élément essentiel –, tous deux constitués de manuscrits des xive et xve siècles (avec une forte présence de manuscrits du xve) se distinguent. Certains marqueurs permettent de les identifier. Prenons le premier de ces sous-ensembles, soit :

  • 6 L’astérisque en tête d’une cote désigne un manuscrit qui conserve les deux textes, Synonyma et Homo (...)

11A - *Aberystwyth6, National Library of Wales, Cod. Peniarth 356 (fin xve) ;

12B - Cambridge, University Library, Add. 2830 (xve-1435) H ;

13C - *Londres, British Library, Add. 37075 (xve) ;

14D - Londres, British Library, Add. 19046 (xve) S.

15Notons-le d’emblée : Synonyma et Homonyma circulent, comme l’indique ce rapprochement, dans les mêmes structures de codices, et ce même quand ils sont disjoints. Ils se partagent, quoiqu’à géométrie variable, des textes dont voici la liste, soit autant de marqueurs permettant de les rapprocher :

  • le De heteroclitis, traité anonyme sur les noms dont la flexion est hétéroclite – commun aux quatre codices ;
  • le Distigium (anciennement intitulé Cornutus7), poème en distiques à vocation didactico-morale, qui connaît une très importante tradition manuscrite depuis le xiiie siècle – présent dans A et C ;
  • des œuvres de John Leyland, grammairien anglais actif au xve siècle (à ne pas confondre avec le bibliographe du xvie siècle) – dans A et B ;
  • le Liber nominalis, ouvrage lexicographique anonyme – dans A et D ;
  • les Regulae grammaticae – dans C et D ;
  • la Bursa latina, traité lexicographique anonyme – dans A et D ;
  • le Doctrinale d’Alexandre de Villedieu8, grammaire complète (ca 1200), très diffusée – dans C et D. Quelques traits caractéristiques émergent de ces rapprochements : la présence très forte des disciplines du trivium, avec une nette dominante grammaticale (au sens large du terme) en son sein, ainsi que la présence, bien plus ténue, de la littérature morale à vocation didactico-poétique (Distigium).

16Le second ensemble est constitué des manuscrits suivants :

17E - *Cambridge, Gonville & Caius College, 417/447 (xve tardif) ;

18F - *Cambridge, Trinity College, Cod. 1285 (O.5.4.) (xve) ;

19G - Cambridge, Corpus Christi College, Cod. 233 (xve) S ;

20H - *Cambridge, St John’s, Cod. 147 (xve) ;

21J - Cambridge, Corpus Christi College, Cod. 386 (xive-xve - composite) S ;

22J - *Londres, British Library, Cod. Harley 4967 (xive-xve - composite).

23E et F partagent avec le premier sous-ensemble la présence en leur sein du Liber nominalis, tandis que G, H et J ont en commun avec B le Penitentiale, F et G, avec C, le Facetus, et F avec C le Vocabularius. Plus généralement, parmi les marqueurs qui permettent d’isoler ce sous-ensemble, il en est, certes, de spécifiques, mais aussi d’autres qui se retrouvent dans le groupe précédent, quoique ici différemment assemblés au sein des codices. On vient d’évoquer le Facetus et le Penitentiale, citons encore :

  • le Distigium, présent dans J ;
  • les Regulae grammaticae, présentes dans G ;
  • la Bursa, présente dans E ;
  • un commentaire sur le Doctrinale et le texte lui-même, dans F et G.

24Voilà pour les marqueurs communs, les marqueurs spécifiques étant :

  • le Liber cartule, ouvrage anonyme, allégorico-moral – dans F et H ;
  • les Proverbia ou Liber parabolarum d’Alain de Lille9 – dans G, I et J ;
  • les textes catoniens, soit corpus de littérature (poétique) antique et pseudo-antique, dédiée à la fois à l’apprentissage appliqué de la langue et de la métrique latines et à l’édification des écoliers, et constituée autour du noyau dur que constituent l’ensemble Disticha Catonis – Ecloga Theoduli10 – dans E, F, G, H ;
  • le Liber facetiae, recueils de maximes didactico-morales – dans E et F. Notons que J comporte une forme de variante au corpus catonien habituel, avec des textes classiques parfois associés aux Disticha, comme les Fables d’Avien, ou les Satires de Perse.

25Ce second ensemble compte, à la différence du premier plus cantonné aux textes grammaticaux, une forte proportion de textes à vocation morale et didactique (textes catoniens) et allégorique (œuvres d’Alain de Lille, auxquelles s’adjoint tout naturellement, dans J, le De septem artibus de Bernard Silvestre, dans le même registre).

  • 11 Alexandre de Villedieu, Algorismus, éd. Robert Steele, The Earliest Arithmetics in English, Londres (...)

26La rencontre entre deux corpus bien délimités, l’un, lexico-grammatical, l’autre, catonien, est signifiante. Plus marginale, mais à noter, la synthèse, dans F, entre ces deux éléments susdits et des textes quadriviaux, tels l’Algorismus ou la Massa compoti d’Alexandre de Villedieu11, ainsi que quelques autres, consacrés au comput, au cadran, à l’astronomie. Nous insistons là, car ces caractéristiques se retrouvent dans le troisième sous-ensemble de notre groupe « insulaire », et particulièrement dans des témoins précoces de ce sous-ensemble. Notons que ce dernier est au reste majoritairement constitué de codices moins tardifs que les deux autres.

27*Cambridge, Gonville & Caius College Library, 385 (xiiie) ;

28*Londres, British Library, Add. 24146 (xiiie) ;

29*Chicago, University Library, Cod. 486 ;

30*Shrewsbury, School Library, Cod. IV ;

31*Londres, British Library, Cod. Harley 683 ;

32Dublin, Trinity College, 270 (xiiie-xive siècle - composite) S ;

33Oxford, Bodleian Library, Cod. Rawlinson D. 32 (S.C. 15444) H.

34Ces manuscrits ne présentent pas l’homogénéité des sous-ensembles précédents. Ils conservent en revanche plus largement l’Encheridion complet. En outre, ils comportent des traits communs à des témoins issus des autres parties de la tradition, mais qui, vu les éléments de datation dont on peut disposer, leur donnent en quelque sorte un statut de matrice dans le panorama manuscrit de l’Encheridion.

35Prenons l’exemple du manuscrit de Cambridge, Gonville & Caius College Library, 385. Il réunit plusieurs caractéristiques intéressantes :

  • un important corpus scientifique, à forte connotation quadriviale, avec notamment les traités précédemment cités, l’Algorismus et la Massa compoti d’Alexandre de Villedieu ;
  • un corpus garlandien complet12.

36Un autre manuscrit garlandien figure dans cet ensemble, à savoir le codex de Dublin Trinity College 270.

37Ces exemples révèlent la concomitance à date ancienne de l’Encheridion, complet ou partiel, avec d’autres disciplines artiennes et avec les œuvres majeures (et sûrement attribuées) de Jean de Garlande. Dublin témoigne également d’un usage conservatoire de recueil d’hymnes, avec une forte présence en son sein du Liber hymnorum.

  • 13 Adam du Petit-Pont (al. Adam de Balsham), De utensilibus, éd. August Scheler, Jahrbuch für Romanisc (...)
  • 14 Alexandre Nequam, De nominibus utensilium, éd. A. Scheler, Jahrbuch für romanische und englische Li (...)
  • 15 Jean de Garlande, Dictionarius, éd. Thomas Wright, A Volume of vocabularies, Londres, 1857, p. 120- (...)

38Certains des traits que l’on trouve dans ce dernier codex sont appelés à se reproduire dans des témoins plus tardifs : la présence du Doctrinale, bien sûr, mais aussi du Deponentiale de Nicolas de Brakendale, ainsi que des traités dits d’utensilia respectivement composés par Adam du Petit-Pont (xiie – De utensilibus)13, Alexandre Nequam (2e m. xiie – De nominibus utensilium)14, Jean de Garlande (xiiie – Dictionarius)15.

39Pour autant, de l’ensemble des témoins conservés de l’Encheridion se dégage un groupe homogène dont la composition se démarque nettement de ce qui précède. Ces codices ont également pour dénominateur commun, on l’a dit, de relever d’une même aire d’influence géographique, dont l’épicentre est nettement germanique.

Manuscrits « germaniques »

40Première caractéristique notable, et commune aux vingt-cinq témoins de ce groupe : ils comportent tous une seule des deux parties – très largement les Synonyma à l’exclusion des Homonyma – et sont tous, à l’exception d’un seul, datés du xve siècle. En revanche, les traits communs qui président à leur regroupement comportent plus d’homogénéité que dans l’ensemble des manuscrits insulaires, peut-être précisément en raison du resserrement chronologique que l’on vient de noter. Prenons pour exemple l’un d’entre eux, qui regroupe un grand nombre des marqueurs communs à l’ensemble :

41Bâle, Universitätsbibliothek, Cod. F. VII. 6. (mi xve siècle).

  • De compositionibus + commentaire ;
  • De deponentialibus + commentaire ;
  • De nominibus et verbis defectivis + commentaire ;
  • De verbis neutralibus + commentaire ;
  • Distigium ;
  • De synonymis + commentaire ;
  • Nova synonyma ;
  • De synonymis ;
  • Jean de Garlande, De aequivocis ;
  • De compositionibus ;
  • De verbis compositis.
  • 16 Elsa Marguin-Hamon, art. cit., p. 256.

42Le De compositionibus, le De deponentialibus, le De nominibus et verbis defectivis, le De verbis neutralibus et le De verbis compositis sont des dubia garlandiens, c’est-à-dire des traités attribués à Jean de Garlande sans garantie d’authenticité. Et ce d’autant moins que leur essor dans la tradition manuscrite est tardif. Cependant, cette attribution à Jean de Garlande nous semble révélatrice d’un faisceau de présomptions médiévales et tardo-médiévales en faveur de l’attribution de l’Encheridion à Jean de Garlande. En outre, l’identification de leur auteur avec Jean de Garlande intervient, semble-t-il, au contact d’œuvres comme justement le Distigium, assez probablement dû à Jean16, et bien sûr les Synonyma.

  • 17 Theodulus, Ecloga, éd. R. B. C. Huygens, Studi Medievali 8, 1977.

43Au sein de ce groupe de manuscrits, le corpus de dubia garlandiens s’accroît avec le temps, et force est de constater que les plus « complets » des codices sont aussi les plus tardifs. Si l’on compare en effet la structure générale schématisée plus haut, avec le manuscrit de Prague, Universitní Knihovna, Cod. 1611/1612 VIII G 29, daté du xive siècle, on constate que ce dernier ne comporte que deux des dubia précédemment cités, mais qu’en revanche y figurent l’Ecloga Theoduli17 et des textes d’Alain de Lille (soient des traits caractéristiques du « domaine anglais »). Un autre manuscrit praguois, mais du siècle suivant, Universitní Knihovna, Cod. 2604 (XIV. F. 19), contient deux dubia supplémentaires, mais aussi le De aequivocis de Jean de Garlande, traité en prose sûrement attribuable à cet auteur et lui aussi consacré à l’exposé d’homonymes.

44Les ajouts du De aequivocis sont en effet tardifs, et sont certainement liés eux aussi à la mise en cohérence « garlandienne » rétrospective et abusive de ces codices tardo-médiévaux. Peut-être aussi cet ajout tient-il à la confusion, qu’engendre une trop grande distance chronologique, avec les Homonyma en vers, soit la part ici largement effacée de l’Encheridion.

45Pour conclure, est-ce l’attribution à Jean du De synonymis qui le rapproche des autres traités (De compositis, etc.), ou l’inverse ? Compte-tenu du fait que les dubia en question circulent quasi-exclusivement en domaine germanique, non insulaire, et à date tardive, leur épicentre se trouve déplacé par rapport à celui de l’Encheridion, et ce sont des œuvres plus sûrement garlandiennes qui justifient leur attribution – erronée – à Jean, non pas l’inverse.

46En revanche, fil rouge à tous les ensembles examinés jusque-là, notons la présence précoce (dans le manuscrit de Prague du xive précédemment cité) et fréquente du Distigium dans ces témoins.

47Une fois le terrain dégagé de ces deux groupes importants que constituent les manuscrits « insulaires » d’une part, « germaniques » de l’autre, se fait jour un ensemble de manuscrits précoces mais qui pour autant ne relèvent d’aucun des deux précédents grands groupes considérés.

Manuscrits précoces

  • Arras, Bibliothèque municipale, 798 (fin xiiie) ;
  • *Barcelone, Archivo de la Corona de Aragon, Cod. Ripoll 189 (xive) – contient le Doctrinale d’Alexandre de Villedieu ;
  • Florence, Medicaea Laurentiana, Cod. Plut. XXV Sin. 5 (xiiie) S – contient le Deponentiale de Nicolas de Brakendale et le Doctrinale d’Alexandre de Villedieu ;
  • Bern, Bürgerbibliothek, Cod. lat. 709 (xiiie) H ;
  • *Bruges, Stadsbibliotheek, 548 (xiiie-xive) – contient le De orthographia attribué à Jean de Garlande18 ;
  • *Wolfenbüttel, Herzog-August-Bibliothek, Cod. Gud. 267 (xiiie-xive) – contient le De orthographia attribué à Jean de Garlande ;
  • Vienne, Österreichische Nationalbibliothek, Cod. 2340 (xiiie-xive) S – contient des œuvres de Geoffroy de Vinsauf (Poetria nova) et de Matthieu de Vendôme (Tobias) ;
  • Klagenfurt, Bischöfliche Bibliothek, cod. XXIX e. 7 (xive) S – contient le Distigium et le Doctrinale ;
  • Metz, Bibliothèque municipale, 385 (xive) S – contient l’Unus omnium de Jean de Garlande19 ;
  • Leiden, Bibliothek der Rijkuniversiteit, Cod. BPL. 191.A. (xive – composite : certaines parties sont du xiiie) S – contient des ouvrages théologiques (Albert le Grand, Bonaventure), et philosophiques (Avicenne, De anima ; Boèce, Consolation), des commentaires d’œuvres classiques (la Pharsale et la Thébaïde) ;
  • *Vienne, Österreichische Nationalbibliothek, Cod. 303 (xive) – contient plusieurs éléments du corpus catonien : les Disticha, les Fables d’Avien, et autres exemples de littérature classique ou pastichant celle-ci, ainsi que le Facetus et deux comédies attribuées à Matthieu de Vendôme.

48Il s’agit là à la fois de manuscrits relativement précoces au vu de la tradition d’ensemble de l’Encheridion, mais aussi de témoins difficilement classables. L’ensemble compte onze codices, dont quatre contiennent à la fois Synonyma et Homonyma.

  • 20 Marvin L. Colker, « New evidence that John of Garland revised the ‘‘Doctrinale’’ of Alexander de Vi (...)

49L’exemple du manuscrit de Florence est très intéressant, car outre le Doctrinale flanqué de la glose de Jean de Garlande20, il contient le Deponentiale de Nicolas de Brakendale, que l’on trouvera dans le manuscrit de Dublin TC 270 (cf. supra), soit un texte appartenant clairement à l’orbe insulaire.

50D’autre part, le codex de Klagenfurt contient, en plus des Synonyma, le Distigium et le Doctrinale, soit des œuvres que l’on peut trouver à la même époque dans des manuscrits d’autres provenances. Cette composition, certes minimale, pourrait participer d’une koinè contextuelle à l’Encheridion, au sein de laquelle l’œuvre circule, y compris en domaine germanique, avant le xve siècle.

51Enfin, le manuscrit Vienne, Österreichische Nationalbibliothek 303 confirme l’existence d’une tradition relativement précoce de circulation du texte avec la littérature allégorique, la poésie latine et médio-latine (y compris comique), et, surtout, sa cohabitation avec des éléments significatifs du corpus catonien.

52Si les manuscrits de cet ensemble sont pour la plupart plus restreints dans leur composition, et si les textes de l’Encheridion y sont parfois disjoints du contexte que l’on pouvait trouver en domaine anglais (grammaires, autres ouvrages lexicographiques, textes littéraires employés à des fins didactiques), des traits communs aux autres ensembles et sous-ensembles, en particulier insulaires, n’en demeurent pas moins visibles.

53De tout cela, quelles conclusions, quels rapprochements probants et quels enseignements sur la tradition manuscrite peut-on tirer ?

Bilan

  • 21 De mysteriis Ecclesie, éd. & trad. Ewald Könsgen (accompagnées d’un commentaire de Peter Dinter), L (...)

54Une proportion importante des manuscrits considérés précédemment manifeste une proximité troublante avec les œuvres, authentiques et supposées, de Jean de Garlande. Pour ne prendre qu’un exemple passablement significatif, l’Encheridion circule dans trois codices avec le De mysteriis Ecclesie21, texte dont il ne reste que douze témoins conservés. Cette rencontre représente donc un quart de la tradition du texte, et ce dans des manuscrits précoces (deux insulaires et le manuscrit de Metz). Pour résumer notre propos, on doit noter une forte conjonction des manuscrits considérés comme garlandiens avec la tradition manuscrite de l’Encheridion.

55La tradition manuscrite révèle que son épicentre se situe en Europe du nord-ouest, en particulier en Angleterre, qui réunit la plus grosse proportion de manuscrits relativement précoces. Le reste des témoins précoces est plus épars en Europe, mais si cet ensemble partage des points communs avec d’autres, c’est toujours avec l’ensemble des insulaires. La périphérie de cette tradition se trouve en revanche dans le monde germanique. Plus on s’éloigne de l’épicentre, plus l’Encheridion est fragile, le De homonymis se perdant en route, pour être tardivement parfois « remplacé » par le De aequivocis. Ces deux traits spatio-temporels caractérisent aussi la tradition manuscrite garlandienne. Enfin, comme les codices garlandiens, l’Encheridion est plus lié à des textes extra-grammaticaux (littéraires, scientifiques par exemple) en début de tradition qu’à la fin.

56Si le rapprochement avec les manuscrits des œuvres de Jean de Garlande est nettement plus marqué à date ancienne qu’en fin de parcours, la tradition propre à cet auteur l’explique : seule une toute petite partie de sa production passe la barre du xve siècle, alors que la tradition de l’Encheridion va loin, jusqu’à la fin de ce siècle.

57Pourtant, si un auteur est fréquemment convoqué dans ces manuscrits très tardifs, très éloignés de l’épicentre, de la koinè propre à l’Encheridion, c’est bien Jean de Garlande, au point qu’on lui attribue un peu rapidement des textes tardifs, pas forcément de lui, les dubia évoqués plus haut.

  • 22 Geoffroy de Vinsauf, Poetria nova, éd. Edmond Faral, Les Arts poétiques…, op. cit., p. 194-262.
  • 23 Matthieu de Vendôme, Ars versificatoria, éd. Franco Munari, Rome, 1988.

58En revanche, à l’exception de trois cas, aucun codex cité ne contient d’œuvres de Matthieu de Vendôme ou de Geoffroy de Vinsauf. Il s’agit d’une part des manuscrits d’Erfurt, Wissenschaftliche Bibliothek Amplon, O. 15 (mi xiiie-début xive), et de Munich, Staatsbibliothek Clm. 14958 (xve), où est conservée la Poetria nova de Geoffroy22 et de Vienne, Österreichische Nationalbibliothek Cod. 2340 (xiiie-xive), qui contient à la fois la Poetria nova et le Tobias de Matthieu. Matthieu est également présent dans le manuscrit de Vienne, Österreichische Nationalbibliothek 303, avec le De glorioso milite et le Milo, mais jamais avec l’Ars versificatoria23. Notons que ces rencontres ne se produisent que dans un contexte exclusivement germanique.

59L’observation des traditions manuscrites, diverses en fonction des époques et des lieux, oriente fortement l’attribution du texte en faveur de Jean de Garlande. Il convient cependant de porter sur l’Encheridion d’autres critères d’analyse propres à vérifier ou peut-être invalider cette attribution, et, de même, à envisager la paternité d’un autre auteur.

Auctoritas. Nom d’auteur

  • 24 Giorgio Agamben, Signatura rerum. Sur la méthode, Paris, Vrin, 2008.

Qu’ajoute la signature Titianus fecit au signe « annonciation » que nous avons sous les yeux ? Elle ne dit rien sur sa signification théologique ou la manière dont le thème iconographique a été traité, rien qui concerne la propriété de la chose dans sa matérialité objective. La signature se limite à mettre en relation le tableau avec le nom d’un homme que nous savons être un peintre célèbre qui vécut à Venise au xvie siècle […]. Si elle manquait, le tableau resterait absolument inchangé dans sa matérialité et dans sa qualité. Pourtant, la relation introduite par la signature est, dans notre culture, si importante […], que la lecture du cartouche change radicalement notre manière de regarder le tableau en question24.

60Cette réflexion vaut aussi, dans une certaine mesure, pour des périodes plus anciennes. Dans le cas des traités en vers, on a affaire à des textes dont la valeur ajoutée outrepasse le caractère stéréotypé du contenu. Ces vers résultent en effet du travail d’un auteur qui la plupart du temps prend soin de s’identifier, dans le cadre du texte ou au moyen d’un apparat textuel qui s’avère relativement pérenne. Ainsi Jean de Garlande le fait presque systématiquement. Ici, aucun nom d’auteur ne se trouve accroché au texte de façon stable. Comment pallier ce déficit ? Comment l’interpréter ? Il nous faut voir ce que les témoins manuscrits nous révèlent à ce propos, et, pour commencer, y chercher ce qui corrobore l’hypothèse jusqu’ici assumée de deux œuvres qui n’en font qu’une, de deux textes conçus par le même auteur.

Un même auteur ? Ce que nous apprend le texte

61Le panorama des témoins manuscrits que l’on a tenté de résumer précédemment montre que les plus anciens des codices comprennent en majorité les deux textes ensemble, voire dans l’ordre logique (Synonyma juste avant Homonyma). Cette tendance est en tout cas plus forte dans les témoins précoces que dans les témoins les plus tardifs. Le caractère unitaire de l’Encheridion est confirmé par l’incipit du De synonymis, en réalité à considérer comme un prologue à l’ensemble des deux textes :

Ut diversimode rem significabit eandem,
Edocet aequivocis opus hoc, synonyma jungens,
Versibus et ritmis ut vocum copia detur.
(De synonymis, éd. PL. 50, col. 1577, A-B)

Traduction : Quand il signifiera la même chose de diverses manières,
Cet ouvrage porte son enseignement, joignant les synonymes aux équivoques,
Pour qu’une abondance de mots soit donnée aux vers et aux rythmes.

62C’est le singulier, « opus hoc », qu’utilise l’auteur pour désigner un ouvrage qui unit synonymes et équivoques, soient les domaines d’élection respectifs des deux textes qui nous occupent. Le passage suivant est plus explicite encore sur la répartition des traités :

Multivocis prior, aequivocis pars altera cedit,
Ut quaerenda loco statuantur singula certo.
(De synonymis, éd. P. L. 50, col. 1578, A)

Traduction : La première partie échoit aux multivoques, la seconde aux
équivoques,
Pour que chacun de ceux qui sont à rechercher soient un à un localisables en un lieu déterminé.

63Synonyma et Homonyma sont liés par ce prologue commun. Pour autant, celui-ci ne comporte pas de mention d’auteur. En revanche, l’unité précoce des deux textes peut être corroborée par la mention de leur lien, et ce même dans des codices où ne figure qu’un des deux traités. Prenons le manuscrit de Berne, Bürgerbibliotheek Cod. 383, qui comporte au f. 11v la mention suivante, en marge des Homonyma : « In hoc libello quae est secunda pars enchiridionis tanguntur quinque… ».

64De même, ce « prologue » figure toujours en tête des Synonyma, même quand ceux-ci sont privés des Homonyma, indice supplémentaire d’authenticité de cette partie liminaire, et ipso facto, preuve de l’existence d’un auteur unique aux deux textes.

65S’ils ne contiennent pas de mention d’auteur, mentions marginales et gloses ou prologues et incipits des manuscrits fournissent de nombreuses informations, qu’il faut prendre en considération.

Indices marginaux

66On a là affaire à des éléments textuels qui peuvent être très riches, mais que la tradition déforme souvent. Ces mentions « hors teneur » des traités eux-mêmes sont par conséquent sujettes à caution. Il s’agit parfois d’attributions a posteriori, et, en la matière, les interpolateurs et glosateurs ou copistes ne « prêtent qu’aux riches », s’accrochent au renom d’un auteur célèbre.

67Il n’en demeure pas moins que ces mentions sont précieuses, palliant l’absence totale de « réflexivité littéraire » dans des textes sans doute peu considérés par leur auteur lui-même en raison de leur caractère extrêmement standardisé. S’en dégagent, à l’exclusion de tout autre, les noms des quatre auteurs précédemment évoqués, à savoir Matthieu de Vendôme, Geoffroy de Vinsauf, Jean de Garlande et Henri d’Avranches.

68Ainsi, le manuscrit de Bâle, Universitätsbibliothek Cod. F. II. 4 (xve siècle) attribue le texte à « Galfridus de Vino Salvo ». Plus précoce d’environ un siècle, le manuscrit de Metz (BM 385) porte la mention « Incipit Encheridion Galfredi de Virio Salvo ». Il s’agit pourtant, notons-le, d’un manuscrit où figure le De mysteriis Ecclesie clairement attribué à Jean de Garlande, ainsi que l’Unus omnium du même auteur, que le copiste identifie sans erreur : « Magistri Johannis glossae versificatae ex Papia… ». Pour autant, l’autorité garlandienne ne parvient pas à exercer une puissance d’attraction suffisante sur l’Encheridion pour que le glosateur renonce à l’attribuer à Geoffroy.

69Le doute s’installe quand l’identification propose des alternatives. C’est le cas du manuscrit de Bruges, Stadsbibliotheek 548 (accessus f. 1r) :

titulus talis est : Hic incipit Encheridion Galfredi, qui composuit hunc librum et novam poetriam et librum de equivocis, videlicet librum sic incipientem : Augustus – ti – to. Alii dicunt magistrum Mattheum Vindocinensem hunc librum composuisse et libros predictos.

70Toute attribution est d’emblée sujette à caution, puisque deux noms sont avancés, entre lesquels le glosateur n’a pas d’éléments probants pour trancher. Il s’agit là d’un manuscrit relativement précoce, et dont on peut penser que le copiste, soucieux de désanonymer les textes, a opté pour les autorités qui lui venaient le plus évidemment à l’esprit. La notoriété, certes circonstanciée, l’emporte ici manifestement sur la véracité de l’information donnée.

71Il est vrai qu’ailleurs est mentionné le nom de Matthieu, par exemple dans un manuscrit de Londres datable du xiiie siècle, et présentant les deux parties de l’Encheridion (Londres, British Library Add. 24146, f. 3r), qui affirme contenir les « Synonyma majora magistri Mathei Vindocinensis ».

72Quelques indices nous amènent cependant à mettre en doute la fiabilité des glosateurs qui attribuent le texte à Matthieu. Ainsi, le manuscrit de Berlin, Staatsbibliothek Theol. Q. 287 (p. 184 : « Expliciunt equivoca a magistro Matheo Vindocinensi composita. ») veut voir en Mathieu l’auteur des Aequivoca de Jean de Garlande, traité en prose dont la paternité garlandienne est peu contestable. Une semblable attribution apparaît dans un manuscrit de Dublin (TC 424 (D 4.4), Angleterre mi xve, f. 68v) : « Expliciunt equivoca Matheo Windocinensi composite et per fratrem I Hancok scripta ».

73Il nous faut donc considérer avec circonspection ces indications d’auteur. Quelques-unes concernent Jean de Garlande, par exemple dans deux codices d’origine germanique du xive siècle.

74Il s’agit d’abord du manuscrit de Klagenfurt, Bischöfliche Bibliothek, cod. XXIX e. 7, qui au f. 9 comporte la mention « Jo. Gerland, opus synonymorum », avec une curieuse déformation du nom de l’auteur (signe d’une confusion avec le computiste du xiie siècle), qui pourrait indiquer que le scribe a recopié cette indication plutôt qu’il ne l’a ajoutée de son propre chef. C’est peut-être également le cas, dans l’incipit et l’explicit au texte qu’ajoute le manuscrit d’Augsbourg Stadtsbibliothek 4o 219 :

expositio verborum synonymorum Johannis des Garlandia. (f. 112r)
Seneca dicit ad Lucillum : Philosophia facit hominis vitam mundam seu incontaminatam… -… obscurum tectum occultum additur illis. Et in hoc terminatur exposicio synonymorum Johaniis de Garlandria etc. Explicit opus synonymorum completum in vigilia beate Margarete virginis gloriose sub anno domini MCCC. (f. 134v)

75Encore une fois, pour Jean comme pour Matthieu ou Geoffroy, nous avons affaire à des auteurs jouissant d’une certaine notoriété, du moins dont le nom s’attache à des ouvrages de type normatif. À cet égard, l’attribution de l’Encheridion à Henri d’Avranches est plus singulière, ce dernier étant bien moins connu pour sa production grammaticale (il est l’auteur de Commoda grammatice dont Jean de Garlande s’est, certes, beaucoup inspiré, mais qui ont dû très peu circuler – on n’en conserve qu’un manuscrit) que littéraire. Henri d’Avranches est avant tout un poète de cour, au service de grands personnages anglais, mais aussi de l’empereur Frédéric II.

  • 25 Josiah C. Russell, « Master Henry of Avranches as an International Poet », Speculum 3, 1928, p. 34- (...)

76C’est pourtant également un maître ès équivoques, dont témoignent nombre des vers d’homonymes qu’il place dans les Commoda grammatice. Deux témoins font en effet d’un « maître Henri » l’auteur des Homonyma. Le manuscrit d’Arras, BM 798 (fin xiiie) comporte ainsi la mention suivante : « Incipiunt Equivoca magistri Henrici disposita secundum ordinem alphabeti. »25 Et l’on peut lire dans le codex de Londres, British Library Arundel 52 (xive siècle) : « Equivoca hec legique metri lege coegi / et libet illa legi pueris quibus ipsa peregi / atque libet dici lector quicumque fuisti / in capud Henrici veniat benedictio Christi ». Qui est cet Henri – le roi d’Angleterre Henri III ? Le manuscrit n’étant pas anglais, et vu l’usage de ce genre de formules propitiatoires dans les colophons de manuscrits de la période, on peut supposer qu’il s’agit de l’auteur.

77Les éléments rassemblés, conclusions concernant la tradition manuscrite d’une part, mentions annexes des manuscrits de l’autre, permettent de dégager des axes à approfondir dans la troisième partie de notre étude. Si, en effet, il n’est pas pour l’heure possible de dégager un candidat favori, les indications d’auteurs figurant en marge des codices, on l’a vu, laissent en revanche planer un doute sérieux sur l’un des quatre auteurs mentionnés. L’attribution à Matthieu apparaît à cet égard comme la moins solide. Ajoutons que Matthieu n’est l’auteur d’aucun traité grammatical ou lexical. Ses goûts se portent vers la poésie allégorique qui fait florès à l’époque, ainsi que vers la théorie métrique. Tout cela contribue à le disqualifier partiellement, sans pour autant l’éliminer d’office. Geoffroy de Vinsauf, quant à lui, s’illustre dans les domaines conjoints de la rhétorique et la poétique, à quoi s’ajoutent des pièces « politiques », du moins assez circonstanciées. Il n’est pas de pièces grammaticales ou lexicographiques qui lui soient attribuées fermement.

78Henri d’Avranches, on l’a vu, et bien sûr Jean de Garlande, sont tous deux auteurs de traités grammaticaux hexamétriques. Ils jouissent à cet égard d’une forme d’autorité supérieure sur leurs devanciers.

Le motif dans le tapis

  • 26 Henry James, Le Motif dans le tapis, trad. Jean Pavans, Paris, GF, 2004.

Est-elle [cette figure qui caractérise l’auteur] dans le style ou dans les idées ? Cela a-t-il à voir avec la forme ou avec les sentiments26 ?

79La difficulté de départ, à présent que nous abordons l’étude des textes eux-mêmes, tient à la relative standardisation de la littérature lexico-grammaticale en vers, on l’a dit. Nous avons cependant des éléments qui nous permettent de resserrer le champ de l’étude autour de quatre figures d’auteur. Le style donc, en premier lieu, comme réceptacle d’un habitus d’auteur qui échappe dans une certaine mesure à sa volonté créatrice consciente, en second lieu le contenu, les idées, sont successivement à prendre en compte pour tenter de dégager un seul candidat à l’attribution.

80Il demeure à soumettre les concurrents en lice à une épreuve plus ardue, à confronter leurs vers authentiques aux vers de l’Encheridion, de procéder enfin au relevé de ce qui constitue l’empreinte d’un poète, la trace presque involontaire qu’il laisse dans son œuvre.

La forme – ou le détail qui signe

  • 27 Carlo Ginzburg, Mythes, emblèmes, traces. Morphologie et histoire, Paris, Flammarion, 1989 (1986), (...)

La nouveauté de la “méthode morellienne”, qui suscita l’admiration de Burckhardt et de Freud et l’indignation des spécialistes, consistait dans le fait qu’au lieu de concentrer son attention – comme l’avaient fait jusqu’alors les historiens de l’art – sur les caractères stylistiques et iconographiques les plus apparents, il examinait plutôt des détails insignifiants comme les lobes des oreilles, la forme des doigts et des orteils, et même horribile dictu, un objet aussi antipathique que les ongles27.

  • 28 Giorgio Agamben, Signatura…, op. cit. p. 78.

C’est justement dans l’exécution des détails secondaires, là où se relâchait le contrôle du style, que pouvaient émerger brusquement les traits les plus individuels et inconscients de l’artiste28.

81L’usage du vers et ses caractéristiques formelles, à l’instar de l’étude des ongles ou des lobes d’oreille, permettent de resserrer le champ des possibilités d’attribution, dans une certaine mesure : laquelle ?

82En préambule, notons que les œuvres de Matthieu montrent une préférence nette pour le distique au détriment de l’hexamètre, élément qui permet désormais d’écarter Matthieu de la liste des œuvres à confronter.

83En revanche, la forme hexamétrique est plébiscitée par Geoffroy de Vinsauf, par Henri d’Avranches et par Jean de Garlande.

Les vers léonins

84L’une des caractéristiques communes aux deux traités est le choix d’un vers léonin, pour les parties prescriptives, c’est-à-dire l’essentiel des Homonyma et la partie des Synonyma qui commence après le prologue. Les raisons de ce choix sont sans doute mnémotechniques. Si la rime léonine n’est pas présente en revanche dans la partie liminaire du traité, on ne peut en déduire pour autant qu’il s’agisse de l’œuvre d’un auteur distinct, cette possibilité ayant été rejetée précédemment.

85On retrouve l’hexamètre léonin dans un semblable contexte d’exposé d’Equivoca dans les Commoda grammatice d’Henri d’Avranches et chez Jean de Garlande (qui du reste utilise pour une grande partie un fond d’Equivoca des Commoda).

86On trouve également des vers léonins dans la Poetria nova de Geoffroy, mais de manière diffuse, et pas forcément dans les parties prescriptives. De manière plus générale, Geoffroy aime user de la rime ou de l’assonance dans ses vers « allégorico-épiques ».

87Il reste à comparer les caractéristiques des différents textes en présence : l’Encheridion d’une part, les œuvres en hexamètres des trois candidats restants de l’autre. Quelques marqueurs en particulier sont à prendre en compte : le schéma métrique, les ressorts lexicaux et sonores et tout particulièrement l’usage dominant de la paronomase. En revanche, le rapport de la syntaxe au mètre, autrement dit l’usage différé de l’hypotaxe et de la parataxe, après examen, n’est pas apparu comme un critère permettant de distinguer l’ensemble des œuvres, qui en usent de manière assez semblable.

Schémas métriques comparés

  • 29 Notons plus généralement dans la transcription beaucoup de vers faux qui tiennent en partie à l’abs (...)

88L’étude du mètre et des césures montre au sein de chacun des textes qui composent l’Encheridion une extrême variété des schémas métriques. La césure en revanche est relativement stable, au milieu du troisième pied. Bien sûr, ces deux aspects subissent, à la marge, des variations, certains schémas métriques pouvant, dans les Synonyma, se trouver répétés, mais de façon aléatoire, sans que l’on puisse en déduire une prédilection de l’auteur pour tel ou tel. Notons que ce dernier se trouve aussi à l’aise avec les vers à dominante dactylique que spondaïque. Les Homonyma quant à eux répartissent de manière encore plus diverse et moins systématique leurs hexamètres29. Signalons encore, dans les Synonyma, l’usage de l’élision et de la licence prosodique en syllabe anceps. On trouve de même un exemple d’élision dans un vers des Homonyma :

Momentum articulus fertur, pressura et punctus.
(Homonyma, MS Harley 4967 f. 175v, cf. T. Hunt, 1991, p. 139)

89Ici, c’est l’-a de « pressura » qui s’efface devant « et ». Le même texte use de la licence prosodique en syllabe anceps :

Cum non sit nomen, alias geminum tra[h]it omen.
_ _ / _ _ / _ //uu /_ uu /_ uu /_ u
(Homonyma, MS Harley 4967 f. 175v, cf. T. Hunt, 1991, p. 139)

90Le – men de « nomen », normalement bref, s’allonge, dans ce dernier exemple, avant la césure.

91Si l’on admet l’identité d’auteur entre les deux textes (cf. supra), et compte tenu du caractère assez aléatoire du choix des pieds métriques dans le second d’entre eux en particulier, il y a peu à tirer de la disposition des structures hexamétriques que l’on y trouve. Qu’en est-il des auteurs supposés ?

92Chez Geoffroy l’on constate une même variété des schémas hexamétriques, et l’auteur semble peu soucieux de jouer d’une alternance quelconque. La césure des vers y est, notons-le, plus flottante que dans l’Encheridion.

93Le seul auteur considéré qui manifeste par endroit une volonté de rationaliser le choix des pieds est Henri d’Avranches. Encore peut-il se livrer à cet exercice uniquement dans un chapitre purement théorique, non énumératif, de ses Commoda grammatice (Oxford, Bodleian Library Rawlinson G 50, f. 36v), où, dans une section de huit vers, les structures hexamétriques se répètent de deux en deux. Ce qui est ici possible ne l’est pas lorsqu’il s’agit d’énumérer, précisément, des homonymes, termes imposés, et quand l’auteur n’est par conséquent pas libre du choix des termes pour composer l’hexamètre à sa guise, comme c’est le cas dans un grand nombre de chapitres du texte – et ce sont précisément ceux dont le contenu est le plus proche de celui de l’Encheridion. Dans ces passages en revanche, se confirme la stabilité de la césure au milieu du troisième pied. Il en va de même chez Jean de Garlande. Ce dernier au reste n’hésite pas à bousculer la métrique. Il use en outre des libertés qui lui sont laissées par la syllabe anceps, comme le faisaient (cf. supra) les Synonyma.

94Si aucun élément décisif ne permet donc là un rapprochement évident d’un auteur à l’autre, et ce sans doute attendu la proximité culturelle, géographique et chronologique des trois auteurs, de formations semblables, le cas de la synérèse est plus singulier et significatif.

95En effet, Geoffroy de Vinsauf ne l’utilise jamais. Il a soin au contraire, tant dans ses pièces de circonstances que dans sa Poetria, de respecter la diérèse. Henri d’Avranches n’hésite pas, en revanche, à en user, et ce au premier pied du vers, comme dans l’exemple suivant :

fiet epitheton : ‘niger Indus’ est, ‘humida Limpha’.
_ uu /_ uu /_ _ /_ _ / _ uu / _ _
(Henri d’Avranches, Commoda grammatice, ms. cit., f. 36v)

96Les Homonyma, pour la partie transcrite par Hunt, ne présentent aucun cas de synérèse, à l’exception d’un vers, dont la correction est à ce prix, et dans lequel s’ajoute une élision d’un -i final devant -a initial (à moins qu’on ait affaire ici à une première synérèse !) :

Hominis sit verbi, adverbii sensum tenet amen.
_ uu / _ _ / _ _ / _ _ / _ uu / _ u
(Homonyma, MS Harley 4967 f. 175v, cf. T. Hunt, 1991, p. 139)

97Des soupçons légitimes pèsent sur ce vers, qui commence par une erreur de scansion d’« hominis » (en principe, la première syllabe du nom est brève). Pourtant, si l’on poursuit sa lecture, on est forcé d’admettre la synérèse « -bi ad – » au troisième pied, puis « -bii » au quatrième pied, sans quoi le vers ne peut absolument pas être considéré comme un hexamètre.

98De même, c’est par une synérèse en chaîne (qui cohabite avec une diérèse en fin de vers, sur l’avant-dernière syllabe « -cie » !) que peut être lu le vers suivant des Synonyma :

His prudentia, vel astutia, versutia consocietur.
_ _ / _ uu / _ uu / _ uu / _ uu / _ u
(Synonyma, éd. P. L. 50, col. 1581A)

99La synérèse de la finale « -ia » dans « prudentia », « astutia » et « versutia » n’est pas le seul contournement prosodique que se permet l’auteur : il abrège en effet, contre toute règle, la seconde syllabe d’« astutia » et « versutia ». Ailleurs, et ce dans les deux traités de l’Encheridion, la diérèse est de règle. Jean de Garlande quant à lui ne recule pas devant la synérèse :

Di sit prepositaa, sed diibsunt idola vana.
_ _ / _ uu / _ / / _ / _ _ / _ uu / _u
Diis declinabis, sed dis sit prepositivaa.
_ _ / _ _ / _ / / _ / _ _ / _ uu / _ u
(Jean de Garlande, Ars lectoria Ecclesie, v. 943-944)

100Il est vrai que la synérèse finale d’ablatif pluriel est d’un usage courant, et se trouve entérinée par l’orthographe des manuscrits, comme en témoigne au reste le passage des Synonyma que l’on vient de citer, qui utilise le démonstratif « His » pour « Hiis » en début de vers.

101L’occurrence de la synérèse tend donc à distinguer au plan métrique l’Encheridion de la Poetria nova.

La paronymie comme ressort topique

102La paronomase, fondée sur l’usage de paronymes, mais plus largement sur la répétition ou l’occurrence de termes étymologiquement ou phonétiquement proches, est un ressort commun à tous les textes considérés. Cependant, observons une montée en puissance de ce ressort, plus discret chez Geoffroy que chez Henri d’Avranches, Jean de Garlande, et dans l’Encheridion :

Formula materiae, quasi quaedam formula cerae,
Primitus est tactus duri : si sedula cura
Igniat ingenium, subito mollescit ad ignem
Ingenii sequiturque manum quocumque vocarit,
Ductilis ad quicquid. Hominis manus interioris
Ducit ut amplificet vel curtet.
(Geoffroy de Vinsauf, Poetria nova, v. 213-218)

103Ici, c’est de répétitions qu’il est surtout question, ou d’usages de termes de même racine. La paronymie proprement dite, souvent soulignée par son usage à l’hémistiche, voire en rime léonine, est plus nette dans l’Encheridion :

Cum non sit nomen, alias geminum tra[h]it omen
Temporis atque loci datur hec coniunctio voci,
Hominis sit verbi, adverbii sensum tenet amen.
(Homonyma, ms cit. f. 175v, cf. Hunt, p. 139)

104Nomen – omen – hominis – amen : concaténation de mots sans liens sémantiques, mais purement sonores. Ce procédé tient d’une esthétique de la répétition mais aussi du jeu de mots, parfois topique, comme c’est le cas de nomen/omen. Ce procédé loin d’être gratuit, vise à mettre en relief la signification profonde des termes. Il est particulièrement prisé d’Henri d’Avranches, comme en témoignent ces vers qu’il adresse à Geoffroy de Bocland (v. 3-4) :

  • 30 The Shorter latin Poems…, op. cit., p. 54.

A viciis igitur liber, gaudere teneris :
ex hoc Gaufridi nomen et omen habes30.

105Les Commoda grammatice offrent d’autres exemples de ce type de jeu sur la paronymie et les répétitions :

Jungere dicatur large conjunctio queque
continuat vel conti[n]guat, quia continuat si,
quasi dicat, ‘sortes sedet et leget’, ergo tenetur
contiguare velud ‘homo cursitat ergo movetur’.
(Henri d’Avranches, Commoda grammatice, ms cit., f. 31r)

106De même que l’œuvre, ne serait-ce que normative, de Jean de Garlande, abonde en ce genre de jeux :

… Gaudia vivo,
sit nisi mens sana detestans gaudia vana.
Evi longa mora brevis est fuga mortis in hora.
Transvolat ut ventus placidus lasciva juventus.
Deicitur sensus, marcet vigor, ut retro census.
Hec in thesauro vis est pollentior auro.
(Jean de Garlande, Clavis compendii, éd. Marguin-Hamon, v. 2170-2175)

107Notons enfin l’usage répété, et commun à l’Encheridion d’une part, aux écrits d’Henri d’Avranches et de Jean de Garlande de l’autre, du datif « tibi », qui leur sert de cheville prosodique tout en introduisant une forme de connivence avec le lecteur. Cet usage ne se trouve jamais dans l’œuvre de Geoffroy.

108On constate donc que la plupart des ressorts métriques et styliques recensés ici participent d’une esthétique commune qui réunit les candidats restant à l’attribution. Un indice cependant nous est donné là : la proximité, formelle et, peut-on donc supposer aussi, chronologique plus que probable de l’Encheridion aux œuvres des trois auteurs précédemment cités, donc une datation possible autour de la première moitié du xiiie siècle.

109En ce qui concerne les idées exposées dans les Synonyma et les Homonyma, on ne peut trouver de points de comparaison chez Geoffroy de Vinsauf. Ils sont, en revanche, très abondants dans les traités d’Henri et Jean, ce qui, à nouveau, permet de resserrer le faisceau de présomption autour de ces deux seuls auteurs.

Le fond

110Des lieux communs très évidents existent entre l’Encheridion et les listes d’équivoques ou de synonymes qui se trouvent dans les traités grammaticaux d’Henri d’Avranches et Jean de Garlande. Ils tiennent, plus que du réemploi pur et simple, d’une réadaptation partielle. Quelle chronologie relative, s’il y a lieu, peut-on en déduire ? C’est ce qu’il s’agit de voir.

111La complémentarité existant – ce qui plaide en faveur de leur rapprochement – entre les Synonyma et les Homonyma recueille certains échos, nombreux et convergents, chez Henri d’Avranches et Jean de Garlande au chapitre de la distinction lexico-étymologique (bien sûr fausse) entre les noms auctor et autor (qui sont en réalité des doublets orthographiques) :

Artificis nomen opifex assumit, et actor,
Invenit autor ; agit actor ; res ampliat auctor.
Autor ab autentim sine c ; de se dicit actor,
A sine v ab ago veni ; auctor ab augeo cum c.
(Synonyma, éd. P. L. 50, col. 1580 A-B)

  • 31 Notons aussi ce passage des Homonyma qui fait écho, en le résumant, à l’extrait précédemment cité d (...)

Traduction : L’ouvrier assume le nom d’artisan, et l’actor fait de même,
L’autor invente ; l’acteur’ agit ; l’auctor amplifie les faits.
Autor, venant d’autentim, est sans c ; actor dit de lui-même
qu’il provient, sans -u, d’ago ; auctor, d’augeo, prend un c31.

‘Autor’ ab ‘autentim’ dabit et quod comparat ‘hic’, ‘hec’.
(Henri d’Avranches, Commoda grammatice, ms cit., f. 15r)

Traduction : ‘Autor’, d’‘autentim’ donnera aussi les deux genres.

autor ab autorus ( !) sine c fit ab augeo cum c.
(Henri d’Avranches, Commoda grammatice, ms cit., f. 3r)

Traduction : ‘Autor’ sans c vient d’‘autorus’ ( !), et d’‘augeo’ avec c.

Autor ab autentimased c tenet auctorbab auget.
Glos. (v. 733) Autentin grece ‘autoritas’ latine, et inde ‘auctor’.
(Jean de Garlande, Ars lectoria Ecclesie, v. 733)

  • 32 Notons que le scripteur de la glose n’est pas en cohérence avec le contenu des textes.

Traduction : ‘Autor’ vient d’‘autentin’, mais ‘auctor’, d’‘auget’, garde un c.
Autentim’ en grec c’est ‘autoritas’ en latin, et de là vient ‘auctor’ (sic)32.

112Les trois auteurs partagent la conviction qu’auctor et autor sont d’origines différentes (l’un venant d’augeo, l’autre du grec authentim), position commune et qui ne permet donc pas de faire pencher la parenté d’un côté ou de l’autre.

113Dans d’autres cas, c’est dans la glose garlandienne à l’Ars lectoria Ecclesie qu’il faut chercher les éléments de rapprochement les plus significatifs avec l’Encheridion. Cette glose opère en effet un déplacement qui permet à l’auteur d’ajouter des éléments lexicaux. Ainsi en va-t-il de la paronomase dont usent les Synonyma :

Vervex in capite vermem gerit. Aries ita.
(Synonyma, éd. P. L. 50, col. 1579B)

Traduction : Le vervex (« bélier ») porte sur sa tête la vermine. L’aries
(« bélier ») aussi.

114Si elle ne figure pas dans la Clavis, ni dans l’Ars lectoria, qui pourtant s’intéresse à la définition du nom « vervex »...

Hanc contra normama vervex vervecisbhabebit.
(Jean de Garlande, Ars lectoria Ecclesie, v. 325)

Traduction : Mais contre cette règle, ‘vervex’ donnera [au génitif] ‘vervecis’ [avec la pénultième longue].

115En revanche, la glose qui correspond au passage ci-dessus de l’Ars lectoria comporte une mention, encore une fois héritée d’Isidore, qui approche de très près le texte des Synonyma :

(glose) ‘Vervex’ dicitur ‘aries’, quasi ‘vehens vermem in capite’, et tamen exitatur vermis, tunc vult concutere, secundum Isidorum.

  • 33 Isidorus Hispalensis, Etym. XII, 1, 10 (éd. W. M. Lindsay, Oxford, 1911) : « Vervex […] vel quod ve (...)

Traduction : ‘Vervex’ se dit du bélier, pour ainsi dire ‘portant de la vermine sur sa tête’, et pourtant la vermine s’y excite, et c’est pourquoi il menace de frapper de la tête, selon Isidore33.

116Notons que dans ce cas, le vers des Synonyma peut constituer une synthèse venant clore cette réflexion, mais que, pour nuancer le propos, là encore il existe une source commune, Isidore.

117En un autre endroit, si Henri d’Avranches partage avec les Synonyma l’idée de rapprocher le « baro » (baron) de l’éléphant (« barrus »), c’est dans la glose garlandienne que l’on en trouve le développement le plus cohérent :

Baro baronis gravis ac autenticus est vir.
Signat idem barrus, elephas simul, et elephantus,
(Synonyma, éd. P. L. 50, col. 1581D)

Traduction : ‘Baro’, ‘baronis’ est un homme plein de sérieux et d’autorité.
Barrus’ signifie la même chose, ‘elephas’ aussi, et ‘elephantus’,

  • 34 On a affaire en effet ici à un remploi littéral du vers d’Henri par Jean, comme c’est fréquemment l (...)

Venerat hucaBaro sed non venit sine barrob.
(Henri d’Avranches, Commoda grammatice, ms cit., f. 10v / Jean de
Garlande, Ars lectoria Ecclesie, v. 106234)

Traduction : Le baron (‘Baro’) était venu ici, mais il ne vint pas sans son éléphant (‘barro’).

‘Hic barrus, -ri’.
‘Baro’ dicitur de ‘barin’ grece quod est ‘grave’, vel ‘autoritas’ latine. ‘Barro’ dicitur de ‘barrin’ quod est animal, quia grave animal est, et componitur cum ‘habeo’, et dicitur ‘ebur’, quasi ‘e barro habitum’.
(Jean de Garlande, Ars lectoria, glose)

Traduction : ‘Barrus, -ri’, masculin.
Baro’ se dit de ‘barin’, qui signifie ‘grave’ en grec, ou autorité en latin. ‘Barro’ se dit de ‘barrin’ qui est un animal, car c’est un animal lourd, et ce nom entre en composition avec ‘habeo’, et fait alors ‘ebur’ (‘ivoire’), pour ainsi dire ‘obtenu d’un éléphant’.

118Les termes qui figurent dans les Synonyma apparaissent presque à l’identique dans cette glose : l’adjectif, « gravis », pour désigner l’attitude pleine de componction du « baro », et son « autorité », qui sert aussi à caractériser l’éléphant, « lourd ». Une étymologie fantaisiste lui permet en outre de rapprocher l’ivoire (« ebur ») de l’animal qui le porte. Si Jean de Garlande copie manifestement Henri d’Avranches dans ses vers, il donne dans sa glose une interprétation beaucoup plus proche de ce qui se trouve dans l’Encheridion. Les Synonyma présentent ici encore un développement, parallèle à celui de la glose à l’Ars lectoria Ecclesie, qui pourrait plaider pour leur postériorité au texte d’Henri.

119Cette même glose à l’Ars lectoria présente, on le voit dans l’exemple suivant, un autre cas de parenté saisissante avec les Synonyma, qui n’apparaît nulle part ailleurs :

Lingua bovina sonat, gramen buglossa vocatur.
(Synonyma, éd. P. L. 50, col. 1582B)

Traduction : La langue des bœufs la fait bruire, l’herbe s’appelle ‘buglossa’.

  • 35 Papias, Vocabulista, Venise, 1496, repr. fac-simile, Turin, 1971, p. 136 : « Glossa graece lingua »

‘Glossa’ grece ‘ling[u]a’ latine35, et inde ‘buglossa’, quedam herba, i. ‘bovis lingua’,
et ‘anaglossa’ inde quod idem est quod ‘plantago’. Et inde ‘cynoglossa’, quod idem est quod ‘canis lingua’.
(Jean de Garlande, Ars lectoria Ecclesie, glose v. 51)

Traduction : ‘Glossa’ en grec veut dire ‘langue’, et de là vient ‘buglossa’,
qui se dit d’une herbe, c’est-à-dire ‘la langue du bœuf’, et de là vient aussi ‘anaglossa’, qui revient à ‘plantain’. Et de là vient aussi ‘cynoglossa’, qui veut dire ‘langue-de-chien’.

120La glose est toujours l’occasion d’expliciter en développant, et de fournir même d’autres exemples en résonance analogique avec celui qui se trouve dans les vers. À cet égard, elle est de nouveau plus proche du texte des Synonyma lorsqu’il s’agit de traiter de la signification du nom « bombex ». Voici ce qu’en dit l’auteur de l’Encheridion :

Est bombex vermis, egestio digerit ejus
serica, fit testis hujus bombicina vestis.
(Synonyma, éd. P. L. 50, col. 1582C)

Traduction : Le ‘bombex’ est un ver, sa déjection produit
la soie, en témoigne le vêtement qu’on appelle ‘bombicina’.

121Comparons ces vers avec ceux d’Henri :

Excipies ‘bombix’ de quo ‘bombicinus’ exit.
(Henri d’Avranches, Commoda grammatice, ms cit., f. 13 v)

Traduction : Tu excepteras ‘bombix’, d’où vient ‘bombicinus’.

122… et avec la Clavis compendii et l’Ars lectoria Ecclesie :

De ‘varix’ et ‘bombix’
‘Varex’ et ‘lodex’ et ‘bombex’ non bene profers :
 - ex in eis dampnes prudens, ut in -ix referantur.
(Jean de Garlande, Clavis compendii, v. 879-880)

Traduction : ‘Varix’ et ‘bombix’
Tu fais mal de prononcer ‘varex’ [‘varice’] et ‘lodex’ [‘couverture’] et ‘bombex’
[‘bombix’] :
tu dois révoquer avec prudence -ex de ces mots, en leur donnant -ix pour finale.

Dic ut bombicis, calicis, pulicis salicisque :
et silicisa culicisbet pelicis ista notato, e cum transit in ia.
(Jean de Garlande, Ars lectoria Ecclesie, v. 611-613)

Traduction : Tu dois dire comme ‘bombicis’, ‘calicis’, ‘pulicis’ et ‘salicis’ : note ainsi les mots ‘silicis’, ‘culicis’ et ‘pelicis’,
et ce parce que l’i dérive d’un e.

123Les Commoda, tout comme la Clavis et l’Ars lectoria Ecclesie, ne s’intéressent au nom bombex qu’à titre morphologique ou lexical. En revanche, la glose à l’Ars lectoria s’attarde à évoquer le travail du ver à soie, comme le fait l’Encheridion. Remarquons là encore l’emploi de termes qui sont pratiquement les mêmes que dans les Synonyma : « egestio »/ « egerere », « serica »/ « sericum ».

‘Hic bombix frondium’ vermis egerens sericum, ex cujus textura bombicinum conficitur appellatus autem hoc nomine, ab eo quod evacuetur dum fila egerat et ser solus in coro maneat, et inde ‘bombix, -cis’ cocin, et inde ‘bombacinium’ (sic) aketun.
(Ars lectoria Ecclesie, glose)

Traduction : Le bombix du mûrier, ver qui produit de la soie, du tissage de laquelle se fait l’étoffe du même nom, appelé de ce nom même, parce qu’il doit s’en évacuer à mesure qu’il produit ses fils, et que la soie seule doit rester dans son cocon, et de là ‘bombix’, cocin, et de là ‘bombacinium’, l’aketun.

124Là encore, la ressemblance est troublante entre les Synonyma et la glose à l’Ars lectoria, la seconde constituant une version développée – car prosaïque – de la première, à moins que la première ne soit une synthèse de la seconde.

125Enfin, le chapitre que la Clavis compendii consacre aux noms de vin a l’air d’un développement et d’une amplification des trois vers suivants des Synonyma :

  • 36 Restitution proposée, qui tient compte de la métrique et du sens, pour le fautif (et obscur) menter (...)

Vina, merum, bacchus, bromus, vel Liber, yacus,
Istis lenaeus conjungitur, atque Liaeus,
Atque tenens men<s>36 temetum, venit hinc temulentus.
(Synonyma, éd. P. L. 50, col. 1590 B)

Traduction : Les vins, le pur, Bacchus, ‘bromus’, ou Liber, celui d’Eaque,
À quoi on joint ‘laeneus’, et ‘Liaeus’,
Et l’esprit qui s’emplit de ‘temetum’, de là vient ‘temulentus’ (‘ivre’).

De nominibus vini
Assint leneus, liber bromusque, lieus,
rutileus, Bachus viscusque bimatus, hyatus.
Euchius armatur, ‘evan’ pugnare paratur.
Choum luctatur, chium saltando minatur.
Additur his heleus, sequiturque phalerna, chioneus,
corniger, ignigena, quos ordinat inclita cena.
Dulce merum, themetum bene dicis, sive themetum.
Vinum de vite valida dat gaudia vite.
//31va// Massica dormitant et cecos cecuba ditant.
Se miscens illis domat omnia mater Achillis.
(Jean de Garlande, Clavis compendii, v. 837-846)

  • 37 Couplet sur les noms de Bacchus, peut-être inspiré d’Ovide, Met. 4, 11 sq.

Traduction : Noms de vins37
À nous ‘leneus’, ‘liber’ et ‘bromus’, ‘lieus’,
rutileus’ [‘rouge’], ‘Bachus’, ‘viscus’ [‘pur’], ‘bimatus’ [‘de deux ans’], ‘hyatus’.
Euchius’ porte les armes, ‘evan’ se prépare au combat.
Le vin de Cos (‘choum’) combat, le vin de Chio (‘chium’) menace en sautant.
On y ajoute l’‘heleus’, suit la phalerne, le vin de Chios,
le cornu, l’ignigène, qu’un repas brillant exige.
Le doux on l’appelle ‘merum’, le vin pur ‘themetum’, ou ‘themetum’.
Le vin de la vigne donne force et vigueur à la vie.
Les massiques font dormir et les cécubes enrichissent les aveugles.
[Thétis] mère d’Achille, s’unissant à eux, les dompte tous.

126Si l’idée d’un développement peut supposer l’antériorité des Synonyma, que ceux-ci soient de Jean de Garlande ou non d’ailleurs, il peut s’agir, là encore, tout aussi bien, d’une synthèse, que la variante ajoutée de « temulentus » pourrait corroborer.

127Parmi les exemples recensés le plus largement possible, les lieux communs aux œuvres que l’on vient de citer font apparaître plus de ressemblances entre l’Encheridion et les traités de Jean qu’avec les Commoda grammatice. Il existe certes quelques points communs aux trois, particulièrement là où Jean de Garlande a manifestement copié Henri d’Avranches. Mais il en existe encore nettement plus entre ces deux auteurs qu’entre Henri et l’Encheridion. Ces éléments nous amènent à la conclusion suivante : les Commoda sont une source commune aux autres textes, et l’Encheridion, œuvre plus que probable de Jean de Garlande, constitue un travail synthétique, un digeste prosodique et lexical qui se veut moins ambitieux que les autres des traités de l’auteur, mais qui bénéficie déjà du travail effectué par lui lors de la rédaction de la glose à l’Ars lectoria Ecclesie. Un détail, la mention dans le prologue du « versibus et ritmis » ramène encore à Jean de Garlande : qui plus que lui a embrassé dans un traité ces deux formes poétiques ? Pas Henri d’Avranches en tout cas, ni Geoffroy. Reste pendante la question : pourquoi n’avoir pas signé ?

  • 38 Giorgio Agamben, Signatura…, op. cit., p. 45.

128La réponse se trouve dans ce que nous venons de voir : l’existence d’un texte qui n’a pas le caractère d’originalité des traités antérieurs. Et ce, au sein d’une œuvre « signée » déjà abondante et connue. Sa notoriété aura pourtant suffi à imposer l’évidence : la paternité de Jean de Garlande sur un texte un peu bâtard, mais au sein duquel se dégage nettement, à présent, sa figure (le « motif »). À nouveau inséré dans l’œuvre à laquelle il appartient, l’Encheridion peut révéler les liens intratextuels qui l’unissent à ses aînés. Son statut s’en trouve radicalement modifié, validant s’il en était besoin les réflexions de Giorgio Agamben sur la notion de signature, qui affirme que celle-ci « change de manière décisive notre rapport avec l’objet et sa fonction dans la société38. »

Notes

1 Synonyma, éd. P. L., t. 150, col. 1577-1590 ; Jahrbuch der KK Staatsgymnasium im IX. Bez. in Wien, éd. M. Kurz, Vienne, 1884-1885.

2 Tony Hunt, Teaching and Learning Latin in XIIIth Century England, Cambridge, 1991, 3 vol.

3 Edmond Faral, Les Arts poétiques du xiie et du xiiie siècle, Paris, Bibliothèque de l’École des Hautes Études 238, 1924, p. 6 ; Barthélémy Hauréau, « Notices sur les œuvres authentiques ou supposées de Jean de Garlande », Notices extraits des manuscrits de la Bibliothèque nationale, t. 27, 2, Paris, 1879, p. 55 sq., 58 sq. En outre, le Laborintus mentionne (v. 677) un liber aequivocorum dans lequel Faral voit celui, en prose, de Jean de Garlande.

4 Elsa Marguin-Hamon, « Tradition manuscrite de l’œuvre de Jean de Garlande », Revue d’histoire des textes nouvelle série 1, 2006, p. 189-257.

5 Geoffrey Leslie Bursill-Hall, A Census of Medieval Latin Grammatical Manuscripts, Stuttgart-Bad Cannstatt : Frommann-Holzboog (Grammatica Speculativa 4), 1981, p. 300.

6 L’astérisque en tête d’une cote désigne un manuscrit qui conserve les deux textes, Synonyma et Homonyma. Les codices où ces traités sont transmis isolément sont suivis de l’initiale du texte concerné en gras.

7 Cornutus, Der Deutsche Cornutus I. Teil. Der Cornutus des Johannes de Garlandia, éd. Edwin Habel, Augsbourg, 1908, p. 23-28.

8 Alexandre de Villedieu, Doctrinale, éd. D. Reichling, Monumenta Germaniae Paedagogica 12, 1893.

9 Patrologia latina, éd. J. P. Migne, Paris, Migne, 1844-1864, t. 210, col. 579-594.

10 Marcus Boas, « De librorum catonianorum historia atque compositione », Mnemosyne 42, 1914, p. 17-46.

11 Alexandre de Villedieu, Algorismus, éd. Robert Steele, The Earliest Arithmetics in English, Londres, 1922 ; id., Massa compoti, éd. Walter E. Van Wijk, Le Nombre d’or. Étude de chronologie technique suivie du texte de la Massa compoti d’Alexandre de Villedieu, avec traduction et commentaire, La Haye, 1936, p. 52-64.

12 Cf. Elsa Marguin-Hamon, art. cit.

13 Adam du Petit-Pont (al. Adam de Balsham), De utensilibus, éd. August Scheler, Jahrbuch für Romanische und Englische Literatur 8, 1867, p. 75-93.

14 Alexandre Nequam, De nominibus utensilium, éd. A. Scheler, Jahrbuch für romanische und englische Literatur 7 (1866), p. 58-74, 155-173.

15 Jean de Garlande, Dictionarius, éd. Thomas Wright, A Volume of vocabularies, Londres, 1857, p. 120-138 ; Trois traités de lexicographie latine du xiie et du xiiie siècles, éd. August Scheler, Jahrbuch für Romanische und Englische Literatur 6, 1865, p. 120-138.

16 Elsa Marguin-Hamon, art. cit., p. 256.

17 Theodulus, Ecloga, éd. R. B. C. Huygens, Studi Medievali 8, 1977.

18 Geoffrey Leslie Bursill-Hall, « Iohannes de Garlandia. Forgotten Grammarian and the Manuscript Tradition », Historiographia linguistica 3-2, 1976, p. 155-157 ; id., « Johannes de Garlandia. Additional manuscript material », Historiographia linguistica 6-1, 1979, p. 77-86.

19 Unus omnium, éd. (part.) Tony Hunt, Teaching and Learning Latin in XIIIth Century England, Cambridge, 1991, t. 1, p. 395-399.

20 Marvin L. Colker, « New evidence that John of Garland revised the ‘‘Doctrinale’’ of Alexander de Villa Dei », Scriptorium 28, 1974, p. 68-71.

21 De mysteriis Ecclesie, éd. & trad. Ewald Könsgen (accompagnées d’un commentaire de Peter Dinter), Leyde, Brill, Mittellateinische Studien und Texte 22, 2004.

22 Geoffroy de Vinsauf, Poetria nova, éd. Edmond Faral, Les Arts poétiques…, op. cit., p. 194-262.

23 Matthieu de Vendôme, Ars versificatoria, éd. Franco Munari, Rome, 1988.

24 Giorgio Agamben, Signatura rerum. Sur la méthode, Paris, Vrin, 2008.

25 Josiah C. Russell, « Master Henry of Avranches as an International Poet », Speculum 3, 1928, p. 34-63, particulièrement p. 63 ; Josiah Cox Russell, The Shorter Latin Poems of Master Henry of Avranches Relating to England, Cambridge (Mass.), 1935, p. XXIII.

26 Henry James, Le Motif dans le tapis, trad. Jean Pavans, Paris, GF, 2004.

27 Carlo Ginzburg, Mythes, emblèmes, traces. Morphologie et histoire, Paris, Flammarion, 1989 (1986), p. 164.

28 Giorgio Agamben, Signatura…, op. cit. p. 78.

29 Notons plus généralement dans la transcription beaucoup de vers faux qui tiennent en partie à l’absence d’édition critique des Homonyma.

30 The Shorter latin Poems…, op. cit., p. 54.

31 Notons aussi ce passage des Homonyma qui fait écho, en le résumant, à l’extrait précédemment cité des Synonyma : « Autor agit libros, pastor pecudes, puer annos, / Gratus agit grates, agitur tua res, agit actor », (Homonyma, ms cit., f. 175r, Hunt, p. 139) : « L’auteur fait des livres, le pasteur mène ses bêtes, l’enfant passe les ans, / Le remerciant remercie, ton affaire est menée, l’acteur fait son acte ».

32 Notons que le scripteur de la glose n’est pas en cohérence avec le contenu des textes.

33 Isidorus Hispalensis, Etym. XII, 1, 10 (éd. W. M. Lindsay, Oxford, 1911) : « Vervex […] vel quod vermem in capite habeat, quorum excitati pruritu invicem se concutiunt, et pugnantes cum magno impetu feriunt. Aries vel… »

34 On a affaire en effet ici à un remploi littéral du vers d’Henri par Jean, comme c’est fréquemment le cas ailleurs.

35 Papias, Vocabulista, Venise, 1496, repr. fac-simile, Turin, 1971, p. 136 : « Glossa graece lingua ».

36 Restitution proposée, qui tient compte de la métrique et du sens, pour le fautif (et obscur) mentera.

37 Couplet sur les noms de Bacchus, peut-être inspiré d’Ovide, Met. 4, 11 sq.

38 Giorgio Agamben, Signatura…, op. cit., p. 45.

© Presses universitaires de Provence, 2016

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search