Version classiqueVersion mobile

Un asile en Provence

 | 
Evelyne Duret

Annexes

Texte intégral

Annexe 1. Repères chronologiques (1807-1933)

Annexe 2. Les rapports de l’inspecteur Sauze (1843-1845)

1Le 31 décembre 1842, Charles-Aristide de La Coste, préfet des Bouches-du-Rhône, créait l’inspection départementale du service des aliénés et plaçait à sa tête l’un des chefs de division de la préfecture, Antoine-Marius Sauze. Cette institution s’inscrivait dans le sillage de la publication en juin 1838 de la première grande loi française sur les malades mentaux. La mission de Sauze comportait deux volets : il s’agissait d’une part de s’assurer de la bonne exécution de la loi et du traitement correct des personnes séquestrées dans les asiles, et de l’autre de « restreindre dans de justes limites » les dépenses liées à l’augmentation du nombre d’aliénés indigents dont l’entretien incombait aux communes et aux départements.

2Sauze avait un peu plus de quarante ans à cette époque. Il avait été professeur d’histoire et de littérature avant d’intégrer le 1er août 1838 les services de la préfecture de Marseille où il avait développé ses compétences dans le domaine financier et était devenu chef de division. Rien ne l’avait préparé, par contre, à affronter l’univers particulier des malades mentaux.

3Les questions relatives aux aliénés concernaient alors le ministre de l’Intérieur. En février 1845, à sa demande, le préfet lui adressa les rapports établis par Sauze au cours des deux années précédentes. Dans sa lettre d’accompagnement, il se félicite « de l’intelligence, de [la] capacité spéciale et du zèle » de son inspecteur. « Vous vous en convaincrez, Monsieur le ministre, ajoute-t-il, en lisant ces rapports ».

  • 1 Quelques fautes grammaticales ont été rectifiées et, pour faciliter la compréhension, certaines abr (...)

4Au nombre de quinze, conservés pour la plupart aux Archives nationales, ils forment un ensemble de plus de cent cinquante pages, témoignage précieux sur le fonctionnement des asiles et la condition des malades mentaux à la fin de la première moitié du xixe siècle. Sont retranscrits ci-dessous ceux de ces documents qui traitent en tout ou en partie de la maison Saint-Paul1.

19 mai 1843

5Note n° 33 sur les maisons Saint-Paul et Saint-Bernard à Saint-Rémy ; tournée réalisée du 13 au 18 mai 1843.

6Archives nationales, F 15 3899.

7Monsieur le Préfet,

8Du 13 au 18 de ce mois j’ai fait une tournée dans le troisième arrondissement pour en inspecter les maisons d’aliénés et les prisons. Je vous rends compte de la situation de ces derniers établissements par un rapport distinct. Il me reste à vous parler, Monsieur le Préfet, des deux maisons de santé de St Remy.

9Ouverte en 1836, la maison de M. Bernard a pour population moyenne de 15 à 20 aliénés. Il y en avait 19 le 15 de ce mois, savoir 12 hommes et 7 femmes. Les prix de pension sont peu élevés ; M. Bernard ne pourrait se soutenir s’il n’avait d’ailleurs de la fortune.

10L’établissement est en plein champs, dans une propriété rurale exploitée par le directeur dans laquelle il occupe ceux des aliénés qui ont l’habitude des travaux de la campagne. C’était le moment de l’éducation des vers à soie ; j’ai vu les fous cueillir la feuille et seconder Madame Bernard dans tous les soins de la magnanerie.

11À cause du petit nombre de malades, il n’a point été établi de division rigoureuse : hommes et femmes passent leur journée ensemble sous les yeux de la famille du directeur. Les furieux seuls sont isolés dans un quartier où on les tient en cellule et sous clé. Quelle que soit la surveillance exercée par les infirmiers, au nombre de 3 pour les hommes et de deux pour les femmes, une telle combinaison présente des dangers et de graves inconvénients ; je les ai signalés à M. Bernard ; il s’est engagé à ma prochaine inspection à me montrer les femmes entièrement séparées des hommes.

12M. Bernard n’est pas médecin, il a confié le service de santé à M. le docteur Pélissier. Il ne paraît pas que ce service soit bien actif, s’il faut en juger par les observations mensuelles ; les plus fraiches que j’ai trouvées ont un an de date. C’est une infraction formelle aux dispositions du § 2 de l’article 12 de la loi. J’en ai fait l’observation avec quelque sévérité à M. Bernard ; il m’a avoué que depuis quelque temps M. Pélissier négligeait son établissement, ce qui le mettait dans le cas de faire choix d’un autre médecin. Sans vouloir intervenir dans la question de personnes, j’ai invité le directeur à régulariser sans délai le service médical ; à faire visiter ses malades une fois le jour, et à exiger du médecin qu’à la fin de chaque mois l’observation soit inscrite au registre, ainsi que le prescrit la disposition de loi précitée.

13Il n’y a ni chapelle, ni aumônier dans l’établissement. Le directeur conduit à la messe, dans une chapelle rurale, ceux de ses malades qui en montrent le désir.

14M. Bernard s’est occupé de donner quelques distractions à ses malades ; il y a une salle de billard, des livres, un orgue de Barbarie ; cet instrument placé dans la salle des bains fait prendre patience au malade, et peut même contribuer à calmer ses fureurs. C’est un heureux expédient que je voudrais voir employer dans nos maisons de charité. La dépense ne serait point au dessus de nos moyens.

15En résumé, bien que la maison laisse quelque chose à désirer sous le rapport de la régularité du service, le malade y est bien ; la situation est bonne, la maison bien tenue, la table fort convenable ; l’aliéné travaille et trouve à se distraire ; à part quelques furieux, les malades de M. Bernard vivent dans sa famille, soignés, consolés par sa femme, observés par le directeur lui-même. Ce sont là de bonnes conditions ; j’en espère le complément de la bonne volonté dont M. Bernard m’a paru animé pour travailler aux améliorations que je lui ai signalées. Elles sont consignées dans une lettre jointe au présent rapport et que j’ai l’honneur de soumettre à votre signature.

16L’établissement de M. Mercurin date de 1807. Vous connaissez, Monsieur le Préfet, l’heureuse situation de cette belle maison de campagne, vous l’avez souvent visitée dans vos tournées, il serait superflu de la décrire, je passe de suite à l’examen des diverses parties du service.

17Le directeur médecin ne réside point dans la maison, son habitation est en ville. Il ne paraît que rarement à St Paul. Il s’y est rendu à l’occasion de mon inspection, j’ai pu juger qu’on ne l’y avait pas vu depuis plusieurs mois. Il est du reste fort avancé en âge ; il est douteux que sa présence pût être d’une grande utilité. Un sous-directeur était nécessaire à tous égards ; M. Mercurin a placé là son petit-fils, M. Chabran, jeune homme de 20 à 25 ans. M. Chabran a besoin d’étudier son état, il est absolument étranger à toute connaissance médicale, et surtout à la spécialité dont il est chargé. Je ne le crois pas plus fort pour l’administration d’une aussi grande maison ; c’est un enfant occupant un emploi dont un homme capable et expérimenté pourrait seul s’acquitter. Il faut que M. Mercurin s’explique ; entend-il conserver ou non l’autorisation du gouvernement ? Son âge, ses infirmités ne le permettent guère ; dans un établissement public, il aurait été mis depuis longtemps à la retraite. Veut-il se faire suppléer, qu’il fasse agréer un sous-directeur par l’administration, mais qu’il présente à votre nomination un homme qui puisse offrir quelques garanties d’aptitude et de capacité.

18Les écritures sont tenues par un commis d’âge mûr, appelé M. Barrière. Cette partie du service autrefois fort négligée est aujourd’hui améliorée. J’ai visité le registre. Les vérifications isolées que j’ai faites sur des articles pris au hasard n’ont donné lieu à aucune observation.

19M. Mercurin à son arrivée était accompagné du Dr Favier, qu’il m’a présenté comme le chirurgien de l’établissement. Le choix serait fort convenable, mais rien n’indique qu’il soit sérieux. M. Favier se rend à St Paul deux, trois fois la semaine pour les maladies accidentelles des aliénés ; il ne s’occupe point de la maladie mentale, j’en ai acquis la certitude. Ainsi les aliénés de cette maison au nombre de 90 n’ont personne auprès d’eux pour indiquer, pour suivre un traitement. En d’autres termes il n’y a point de service médical ; il est de toute nécessité de l’organiser ; il faut que M. Mercurin ferme sa maison ou qu’il donne à ses malades des moyens de guérison, j’indiquerai plus bas mes vues à cet égard.

20Il y a 60 hommes et 30 femmes à St Paul ; ces malades sont disséminés sur une vaste surface de terrains, dans des bâtiments isolés les uns des autres, ce qui est une excellente condition tant pour la salubrité de l’habitation que pour le classement ; mais dans une telle maison la surveillance doit être active ; si le personnel des infirmiers n’est [pas] nombreux, l’aliéné reste livré à lui-même, et s’il est agité, il peut nuire, il peut se faire du mal avec la plus grande facilité. Eh bien ! Il y a pour tous surveillants à St Paul 4 hommes et 2 femmes qui, outre les soins du malade, sont chargés du service de propreté de leurs quartiers. En moyenne c’est un infirmier pour 15 malades. Celui qui est chargé du quartier des hommes furieux a sous sa surveillance une vaste cour, un immense chauffoir au rez-de-chaussée, et 15 à 16 cellules au 1er étage ; lorsque je me suis présenté, il balayait un corridor ; sept à huit de ses malades étaient dispersés dans la cour ; deux étaient accroupis dans l’embrasure d’une porte, se tenant étroitement embrassés et offrant l’aspect hideux du vice et de la démence ; c’étaient des idiots, on les réunissait aux furieux. Les autres malades du quartier étaient dans leurs chambres respectives ; j’en ai surpris deux en flagrant délit de mauvaises habitudes ; l’un de ces infortunés était entièrement nu, sur la paille, fixé au mur par une ceinture en cuir accrochée à un anneau de fer. Au milieu de ces scènes affligeantes, l’infirmier n’avait d’autre souci que de chasser la poussière devant son balai.

21J’ai parcouru un à un tous les quartiers, j’ai vu tous les malades ; partout j’ai eu lieu de me convaincre du manque absolu de surveillance, des graves inconvénients qui en résultaient. C’est là un vice radical auquel il importe de porter un prompt remède. Il faut 15 infirmiers dans cette maison, 10 pour les hommes, 5 pour les femmes. Ils doivent être exclusivement chargés du service des malades ; la propreté des salles, des chambres, des cours doit être confiée à des servants. Au moyen de cette combinaison il y aura un infirmier pour six malades, la surveillance sera alors réelle. Mais pour qu’elle soit efficace, il est indispensable que les infirmiers eux-mêmes soient surveillés ; à cet effet, un emploi d’infirmier major doit être établi dans chacun des quartiers, et occupé par un homme et une femme qui sortent de la classe ordinaire des servants. Je considère cette réforme comme de la plus haute importance ; j’ai lieu de croire que M. Mercurin s’y prêtera de bonne grâce ; s’il en était autrement, il faudrait désespérer de sa maison et la signaler à l’autorité supérieure comme indigne de la confiance du gouvernement.

22Dans une maison si peu surveillée, la tenue des aliénés ne peut être bonne ; on les rencontre sales, déchirés, leurs vêtements en lambeaux ; on dirait une troupe de mendiants. M. Mercurin rejette la faute sur les parents qui mettent de la négligence à l’entretien du trousseau ; on ne peut admettre cette excuse ; les prix de pension sont assez élevés pour qu’on donne un pantalon au malheureux qui reste nu faute d’en avoir un à se mettre. Il y a d’ailleurs un moyen plus simple, c’est de comprendre l’habillement dans le prix de la pension.

23Le couchage n’est pas meilleur ; un certain nombre d’aliénés ont des lits, presque tous en mauvais état ; la couchette est en bois, les murs sont lézardés, le plancher est sale, décarrelé, toutes conditions qui favorisent singulièrement l’invasion des insectes ; et cependant ce sont là les meilleures chambres. Généralement l’aliéné est couché sur la paille placée dans une sorte de berceau en barreaux de bois, le plus souvent étendue sur le sol, en assez petite quantité. C’est là que ces malheureux végètent, blottis comme des animaux, perdant tout sentiment de dignité, de pudeur, grelottant en hiver, dévorés par les insectes en été ; on ne peut rien s’imaginer de plus affligeant.

24Au premier aspect on croirait la nourriture mieux soignée. On montre à l’étranger les pâtés, les viandes fines, les plats de douceur qui se préparent à la cuisine. Il y a en effet une 1re classe de pensionnaires bien nourris. La 2e table moins bien servie est encore convenable. Mais pour les aliénés de la 3e classe, et ce sont les plus nombreux, les aliments ne sont pas assez substantiels ; il n’y a de la viande que deux fois la semaine ; un potage et un plat de légumes le matin, un plat de légumes le soir. On s’attendait à mieux à voir l’étalage qu’on vous a fait tout d’abord. M. Mercurin doit ajouter quelque chose à sa 3e table ; il convient qu’il traite l’aliéné peu aisé pour le moins aussi bien que nous le faisons pour l’aliéné indigent. C’est dans ce sens que sont conçues les observations que je vous propose de lui adresser en ce qui concerne le régime alimentaire.

25On le voit, la condition matérielle de l’aliéné laisse tout à désirer chez M. Mercurin. Est-il mieux sous le rapport de la condition morale ? Le directeur a grand soin de vous montrer, à la tribune d’une belle salle de bains, un orgue qu’il m’a fait l’honneur de toucher à mon occasion ; à son grand désappointement, il est résulté de cette épreuve que l’instrument n’était pas accordé depuis plusieurs mois, ce qui indique tout au moins qu’on n’en fait pas grand usage. Et puis il faudrait un organiste qui parût un peu plus souvent dans l’établissement. Il y a des jeux ; il y a une salle de billard, mais démantibulée et couverte de poussière, et servant tout aussi rarement que l’orgue. Évidemment, on a voulu distraire l’aliéné et surtout donner une bonne idée de la maison aux visiteurs ; on a pour cela fait de la dépense ; mais faute de soins, de suite et de direction, ces moyens que nous regrettons de ne pouvoir employer dans nos asiles sont ici en pure perte ; ce n’est plus qu’une enseigne en lambeaux pour attirer les chalands. En dépit de tout cet étalage, l’aliéné n’a d’autre distraction que les jolis jardins au milieu desquels sont disséminés les bâtiments. Point de travail, point de lecture, la journée pèse de tout son poids sur ces infortunés. À part quelques riches pensionnaires qui sont servis en commun, l’aliéné mange seul, sur ses genoux, accroupi par terre ; la discipline du réfectoire, qui a produit de si heureux effets à Marseille, est ici totalement inconnue. L’aliéné est à tous égards livré au plus complet abandon ; personne autour de lui à qui il puisse donner sa confiance, qui étudie ses penchants, qui suive les progrès de son mal et apporte quelque adoucissement à ses misères mentales. Dans aucun autre établissement je n’ai vu les fous dans d’aussi mauvaises conditions ; et cependant, par son heureuse situation, ce devrait être là notre maison modèle.

26Si avancé, si invétéré soit le mal, on peut encore tenter une réforme, et si M. Mercurin ne se raidit point contre les conseils, s’il donne quelque latitude, quelque liberté d’action aux personnes chargées de le seconder, la maison de santé de St Paul se relèvera de l’état de dégradation dans lequel je l’ai trouvée. À cet effet on doit demander au directeur :

  1. De faire agréer par l’administration un sous-directeur qui réside dans l’établissement .
  2. De produire l’engagement d’un médecin qui se charge du service médical de la maison et qui déclare se soumettre aux obligations spécialement imposées, sous ce rapport, par les lois et règlements. Ce médecin devra être agréé par le préfet qui pourra toujours le révoquer (article 19 de l’ordonnance du 18 novembre 18392). Le médecin, ainsi agréé, devra tous les jours faire une visite générale et de plus des visites particulières dans le cours de la journée pour les malades qui pourront avoir besoin de ses soins. Il aura sous ses ordres un élève résidant dans l’établissement, suivant sa visite, tenant le cahier des prescriptions et veillant à leur exécution ainsi qu’à la conduite du malade.
  3. Il y aura un infirmier par six malades ; et en outre un infirmier major au quartier des hommes, une infirmière en chef au quartier des femmes. Ces deux derniers employés devront savoir lire, écrire, parler français, et être propres, par leur ton, leur éducation, leurs manières, à inspirer du respect à leurs subordonnés et de la confiance aux malades. Les infirmiers et infirmières resteront étrangers au service de propreté et à tous autres services de l’établissement. À tour de rôle ils rempliront l’office de veilleur, les infirmiers dans le quartier des hommes, les infirmières dans celui des femmes. Le veilleur fera des rondes non interrompues depuis le coucher jusqu’au lever ; une lampe veillera dans chaque galerie.
  4. Le coucher sur la paille étendue par terre est sévèrement proscrit. Les gâteux seront placés sur des lits à cuvette, les malades propres sur des lits garnis d’une paillasse et d’un matelas. On aura soin de tenir proprement les draps de lit et la couverture.
  5. On veillera également à ce que le malade soit proprement vêtu. Pour l’habillement ainsi que pour le couchage, le directeur est responsable aux yeux de l’administration ; c’est à lui à s’entendre avec les familles pour les frais qui peuvent en résulter.
  6. Les planchers, cloisons et murs seront réparés sans délai ; un blanchissage général sera passé dans les divers bâtiments occupés par les malades. Des lucarnes verrouillées seront pratiquées extérieurement aux portes des chambres occupées par des aliénés.
  7. Il sera donné de la viande aux pensionnaires de 3e classe cinq fois de la semaine, savoir 3 fois le matin avec potage gras, et 2 fois le soir en ragoût. Les aliénés mangeront en commun, chaque classe de pensionnaires aura son réfectoire distinct. Les repas seront surveillés par les infirmiers, et présidés par les infirmiers majors, le sous-directeur et le commis. Les aliénés s’y rendront en rang et y observeront le silence, autant que leur état pourra le permettre.
  8. On procurera du travail à tous ceux d’entre les malades que le médecin aura désignés à cet effet. Des moyens de récréation seront également ménagés aux malades. On leur fera faire des promenades sous la surveillance des infirmiers et d’après les indications du médecin.
  9. Ces diverses prescriptions devront être en entier exécutées sous la responsabilité personnelle du directeur, le 30 juin prochain en ce qui concerne la réorganisation du personnel et la surveillance ; le 15 juillet suivant pour tout ce qui tient au matériel.

27Si ces propositions obtiennent votre assentiment, Monsieur le Préfet, j’aurai l’honneur de vous soumettre un projet de lettre pour inviter M. Mercurin à mettre incessamment la main à l’œuvre pour la réforme de son établissement.

28Je suis avec respect, Monsieur le Préfet, votre très humble et très obéissant serviteur.

29Sauze.

1er octobre 1843

30Note n° 42 sur les maisons Saint-Paul et Saint-Bernard à Saint-Rémy et sur l’asile d’Aix ; tournée réalisée du 23 au 28 septembre 1843.

31Archives nationales, F 15 3899.

32Monsieur le Préfet,

33Du 23 au 28 du mois dernier, j’ai fait une tournée d’inspection à St Remy et à Aix dans la vue de m’assurer de l’exécution des mesures que vous avez prescrites pour l’amélioration du service dans les maisons de santé de MM Bernard et Mercurin et dans le quartier des hospices d’Aix.

34Maison Bernard

35À M. Bernard vous aviez demandé de séparer les hommes des femmes, de faire agréer un médecin en remplacement de M. Pélissier qui avait cessé son service, et d’améliorer le couchage des hommes agités. La 1re de ces mesures a reçu son exécution ; un mur d’une hauteur convenable a été construit entre le quartier des hommes et celui des femmes ; au delà de ces deux premières divisions occupées par les malades tranquilles, est un pavillon pour les femmes agitées ; et à quelque distance, toujours sur la même ligne, les loges & la cour des hommes furieux. Cette disposition est régulière, mais elle n’est plus en rapport avec les moyens de surveillance ; les deux dernières cours sont trop éloignées du logement du directeur ; un infirmier et une infirmière devraient être continuellement auprès des malades qui les occupent ; M. Bernard et sa dame demeureraient chargés des soins à donner aux malades tranquilles. Cette combinaison peut seule assurer le bien être du service dans une maison qui n’a que 20 malades et à laquelle il n’est pas possible de demander une augmentation de personnel.

36M. le Dr Pelissier n’a point repris le service de cette maison ; il a été suppléé par son frère pour la signature des certificats et des observations mensuelles. M. Pelissier jeune n’est pas agréé par l’autorité ; il ne paraît pas que son service ait rien de sérieux. C’est une pure affaire de complaisance. Pressé par mes observations, M. Bernard m’a affirmé qu’il était en voie d’arrangement avec M. le Dr Raffin, de Marseille. Ce serait un bon choix mais il est douteux que M. Raffin puisse accepter des propositions fort peu avantageuses. Sans entrer plus avant dans cette affaire, j’ai vivement insisté pour que les malades de la maison ne restassent pas plus longtemps privés du secours d’un médecin. C’est la première, c’est la plus indispensable des ressources qu’une maison de santé doit offrir à ses malades.

37Les hommes agités sont encore sur la paille ; j’ai réitéré l’injonction d’établir des lits proportionnés à l’état des malades et tels que j’en ai vus dans la maison Mercurin. J’ai en outre recommandé de retirer de ce quartier le nommé Combe qui est propre et tranquille ; ce malade joue avec un imperturbable sang froid le rôle du Duc de Reichstadt.

38J’ai constaté deux irrégularités dans l’admission des aliénés André et Combe. Le 1er a été admis le 23 septembre sans certificat du médecin de la famille, sans pièce qui constatât l’identité du malade. Ses parents, éloignés de St Remy, avaient omis de se munir de ces deux pièces ; elles seront incessamment transmises, bien que la loi exige leur présentation au moment même de l’entrée, on ne pourrait guère dans la pratique, exiger que l’aliéné fût laissé à la porte de l’établissement en attendant leur arrivée. Mais en pareil cas le directeur doit informer l’autorité dans le délai prescrit par l’article 8 ; c’est ce que M. Bernard n’a point fait pour le nommé Combe ; sorti le 25 juillet, cet aliéné a été réadmis le 10 septembre ; aucun avis n’est encore parvenu à la préfecture. M. Bernard s’est encore excusé par le défaut de pièces ; douze jours suffisent amplement pour se les procurer. Vous jugerez sans doute convenable, Monsieur le Préfet, d’adresser au directeur une observation sévère sur cette infraction à la loi.

39Maison Mercurin

40Les injonctions que vous avez adressées à M. Mercurin dans votre lettre du 3 juin dernier ne sont pas restées sans effet. Les dégradations ont été réparées ; un blanchissage au lait de chaux a été passé dans toutes les cellules et dans les galeries ; il n’y a plus qu’un malade couché sur la paille, et cette exception est justifiée par l’état constant de fureur dans lequel il se trouve. Chaque aliéné a un lit proprement garni. Les gâteux sont couchés dans des sortes de berceaux en bois dur dont le fond est formé par deux planches inclinées l’une vers l’autre et laissant entre elles un intervalle pour l’écoulement des urines ; le berceau est garni de paille et recouvert d’un drap ; beaucoup plus solide que le lit à cuvette, il sert également au couchage des furieux. Le modèle en est bon et pourrait être employé pour certains cas dans nos maisons de furieux. Il est de reste à peu près aussi cher que le lit à cuvette.

41Le personnel de surveillance a été augmenté ; le nombre des infirmiers a été porté à six pour 55 hommes, et celui des infirmières à 3 pour 36 femmes. Le cadre est suffisant et conforme à vos prescriptions. Mais il n’était pas au complet le jour de mon inspection ; il manquait deux infirmiers dont l’un était en permission depuis le 20 septembre, et l’autre avait quitté l’établissement la veille de mon arrivée. M. Mercurin m’a affirmé qu’il avait pris des mesures pour régulariser cet état de choses. Afin de s’en assurer et maintenir au complet le personnel de la maison, il me paraitrait convenable d’assujettir M. Mercurin à fournir le 1er de chaque mois un état de ses employés et servants certifié par le maire. La même mesure pourrait être employée à l’égard de M. Bernard.

42Le travail est assez bien distribué entre les infirmiers et infirmières ; chacun a son quartier et ses malades déterminés, et peut répondre sans hésitation sur la situation des aliénés qui lui sont confiés. C’est une justice à rendre à M. Mercurin qu’il se procure de bons employés, tels que devraient en avoir nos maisons de charité. Il les paie bien, à la vérité ; les hommes ont 200 f de gages, les femmes 168 ; nous donnons beaucoup moins, mais il nous faut proportionnellement plus de monde. Il y aurait une grande économie à mieux payer, et le service y gagnerait considérablement.

43Vous aviez demandé à M. Mercurin de faire exécuter des rondes de nuit tant au quartier des hommes qu’à celui des femmes ; de tenir dans chaque galerie une lampe qui veillât du soir au matin ; et de pratiquer à la porte de chaque cellule une lucarne qui permît au veilleur de voir ce que fait le malade pendant la nuit. Ces prescriptions ont été exécutées. Chaque infirmier ou infirmière veille à son tour ; au lieu de lampes on a établi d’élégants réverbères. Le plus grand nombre de cellules ont leur lucarne ; on s’occupe d’en placer là où elles manquent encore.

44Pour la surveillance des gens de service vous aviez encore demandé, Monsieur le Préfet, qu’il fut créé une place d’infirmier major dans les deux quartiers. Sans établir de nouvel emploi, M. Mercurin a confié cette charge, pour le quartier des hommes, à M. Barrière, commis de l’établissement ; et pour les femmes, à la Dame Abeille, lingère de la maison. Le 1er choix est bien fait, M. Barrière est un bon employé, il peut à la fois tenir les écritures et surveiller les infirmiers ; c’est certainement l’homme le plus capable de la maison. Quant à la lingère, je ne puis avoir la même confiance ; j’ai exprimé mes doutes à M. Mercurin et me suis réservé d’exprimer mon opinion définitive à cet égard lors de ma prochaine inspection.

45Je n’ai plus trouvé d’aliénés nus ou en chemise ; tous sont vêtus, mais un nombre assez considérable restent encore en guenilles. Ce n’est certainement pas la faute du malade, car j’en ai reconnu qui avaient les mêmes vêtements qu’au mois de mai dernier, ils ont dû les soigner pour les conserver ainsi. C’est à la famille et, à son défaut, à l’établissement que l’on doit s’en prendre. L’aliéné qui paie largement pension ne doit pas être plus mal vêtu que l’aliéné indigent des hospices. J’ai réitéré à M. Mercurin les recommandations que vous lui avez faites à cet égard ; je les ai même consignées dans mon visa sur le registre de l’établissement.

46Le régime alimentaire de la 3e classe avait donné lieu à quelques observations ; sans rien préciser sur cet objet, vous aviez invité le directeur à améliorer la nourriture de la 3e classe. Je me suis assuré que vos observations n’avaient point été inutiles ; les distributions faites sous mes yeux peu de temps après mon arrivée dans la maison étaient convenables soit pour la quantité soit pour la qualité des aliments. Du reste j’ai interrogé à cet égard presque tous les malades, personne ne s’est plaint, ce qui est la meilleure indication avec ce genre de pensionnaires.

47En somme la maison Mercurin serait dans un état satisfaisant si le service médical avait été organisé selon vos indications. Il n’en est point ainsi ; les choses sont dans l’état où je les avais trouvées au mois de mai. Un médecin directeur octogénaire et non résidant, secondé par un praticien de St Remy qu’on appelle en cas de maladie accidentelle, voilà encore à quoi se réduisent les secours de l’art pour une maison qui compte près de cent aliénés. Est-il nécessaire d’ajouter qu’il n’y a ni direction ni traitement, qu’on n’a essayé ni du travail ni de la table commune, que la maison reste en dehors de tous les progrès qu’on a fait faire au traitement des maladies mentales ; qu’en un mot les malades sont là plutôt en pension que dans une maison de santé ?

48Peu de temps après la réception de votre lettre, on fit venir de St Gilles le Dr Meirieux pour prendre le service médical de l’établissement. C’est un homme d’une quarantaine d’années dont M. le Maire de St Remy m’a dit beaucoup de bien. Il a passé environ un mois et demi à St Paul ; une affaire de famille l’a appelé à St Gilles, et depuis son départ, c’est-à-dire depuis plus d’un mois, la maison est encore sans médecin. On compte sur son prochain retour, et dans cette attente on s’est cru dispensé de prendre d’autre mesure.

49Je n’ai pu adhérer à un tel état de choses ; M. Meirieux aurait dû être présenté à votre agrément avant même d’entrer dans la maison ; et lors de son départ, il aurait dû laisser un intérimaire qui, en son absence, résidât comme lui et continuât son service. J’ai invité M. Mercurin de la manière la plus pressante à combler au plus vite une lacune aussi importante et s’arranger de telle sorte que le service médical ne souffrît plus désormais d’interruption. Il sera utile, Monsieur le Préfet, que cette recommandation et quelques autres observations que j’ai pu faire à M. Mercurin lui parviennent de nouveau sanctionnées par vous et revêtues du caractère officiel et de l’autorité qui s’imprime à tous vos actes.

50Asile d’Aix

51Il y a six mois, l’asile d’Aix présentait l’aspect le plus affligeant ; 170 malades étaient à peu près livrés à eux-mêmes dans des loges infectes ; le personnel d’administration et de surveillance se bornait à six infirmiers ou infirmières et à une agente ; un médecin recevant cent écus de traitement paraissait dans la maison à de rares intervalles et pour des maladies accidentelles plutôt que pour la folie dont le traitement n’était même pas soupçonné dans la maison. Le lit était l’exception, les malades étaient presque tous couchés sur la dalle recouverte d’un peu de paille ; nus ou couverts de lambeaux de vêtements pendant le jour, sans linge et sans couverture pour la nuit, les rapports du médecin constataient que plusieurs d’entr’eux avaient péri de froid. Inutile d’ajouter que l’asile était resté complètement étranger à ces améliorations utiles vers lesquelles marchent les maisons d’aliénés depuis quelques années ; il n’y avait de progrès que vers le mal ; et, ce qui était désolant, on semblait avoir pris son parti, on dormait tranquille sur la plus détestable situation qui ait jamais été faite à un établissement de bienfaisance.

52Votre lettre du 21 avril éveilla la commission des hospices ; composée d’hommes honorables et dévoués, elle comprit que des difficultés de forme ne pouvaient servir d’excuse à un mal aussi grave ; elle reconnut l’étendue de la plaie et prit la ferme résolution d’employer des moyens efficaces pour la guérir. Toutes vos indications furent adoptées avec empressement. Il y avait une grande dépense à faire ; les ressources de l’hospice ne pouvaient y suffire, on fit appel à la bienfaisance du conseil municipal ; une subvention de 40 000 f fut votée par la ville ; réunie à une dizaine de mille francs dont pouvaient disposer les hospices, cette somme devait faire face aux dépenses de construction ou réparation des bâtiments et à l’acquisition d’un matériel convenable. On porta au budget supplémentaire de l’année les crédits nécessaires pour l’augmentation du personnel. Après avoir ainsi assuré la réforme, on obtint de vous, Monsieur le Préfet, la reconnaissance légale de la maison et la nomination d’un médecin Directeur ; et l’on se mit immédiatement à l’œuvre pour améliorer la condition des malheureux insensés.

53Ce n’est que du mois de juillet que date ce commencement d’exécution. Il était difficile que dans trois mois la maison eût entièrement changé d’aspect ; mon inspection avait moins pour objet de trouver une réforme que d’en constater la mise à exécution. Sous ce rapport mon attente n’a pas été trompée ; les rectifications des bâtiments sont avancées ; une première adjudication de 16 000 f sera bientôt terminée et aura donné au quartier des hommes un réfectoire et un dortoir. Une nouvelle entreprise sera incessamment adjugée pour les constructions du quartier des femmes et pour les appropriations à faire dans toutes les parties de la maison. On s’occupe à dresser des projets pour acquisition ou confection d’objets de literie et de vestiaire ; avant le 31 décembre cette partie du matériel aura été mise sur un pied convenable. Les administrateurs espèrent que la dépense entière de 50 000 f sera effectuée dans le cours du 1er semestre de 1844. Ainsi dans moins d’un an, la maison aura changé de face ; au lieu d’un cloaque nous aurons enfin un asile.

54Quant au personnel, il a été porté au complet dès le mois de juillet dernier. Le nombre des infirmiers et infirmières fut doublé c’est-à-dire porté de six à douze ; c’est un sur 14 malades, proportion suffisante dans une maison où on n’admet au service que des hommes robustes et des filles de 25 à 30 ans, choisies ailleurs que dans un hospice d’enfants trouvés. L’ancien médecin a été nommé préposé responsable avec un traitement qui lui permet de se vouer au service de l’établissement. Il lui a été donné pour commis et en même temps pour élève un jeune homme d’une trentaine d’années intelligent et capable. La commission a donc fait son devoir, il est à regretter que les sacrifices qu’elle s’est imposée n’aient pas jusqu’à ce jour produit de résultats plus sensibles.

55J’ai visité l’établissement en descendant de voiture et avant qu’on ait pu y faire aucune disposition pour la circonstance. À peu de choses près, j’ai trouvé les malades dans la triste situation où je les avais vus six mois auparavant. Au quartier des hommes, sur six infirmiers, un était en ville, les cinq autres dans la même cour, réunis dans une cellule à faire la partie aux cartes pour amuser les malades. Les deux autres cours du même quartier étaient sans surveillant. Au lieu de six infirmières qui avaient été primitivement nommées, il n’y en avait que deux au quartier des femmes ; les quatre autres avaient été renvoyées ou s’étaient congédiées d’elles-mêmes sans avoir été encore remplacées. Les deux qui restaient étaient tout à fait neuves au service ; je les ai encore trouvées réunies dans une cellule à l’angle d’une cour ; les deux autres cours du quartier et, dans le nombre, celle des furieuses, restant livrées à elles-mêmes. Le médecin était en ville ; l’élève commis à la campagne avec une permission. La Mère seule restait, je n’eus pas la force de la rendre responsable d’un désordre dont la cause remontait plus haut. Le lendemain de bonne heure j’étais de nouveau à l’asile ; je fis la visite générale accompagnée du médecin et d’un membre de la commission des hospices. Les choses avaient un peu changé de face, la nuit avait porté remède. Je fis connaitre à M. Barthélémy dans quelle situation j’avais vu la maison le soir d’auparavant ; je fis sentir à M. Omer qu’avec plus d’assiduité et en se servant de l’aide qui lui avait été donnée, des négligences aussi graves n’auraient pas lieu. Dans une réunion que la commission des hospices tint l’après midi, dans la maison-même, il fut arrêté sur mes observations :

  1. Que le nombre des infirmières serait immédiatement complété ; que le service de surveillance serait distribué de telle sorte que chaque infirmier eût sous ses soins un nombre déterminé de malades et de cellules ;
  2. Que M. Omer, outre sa visite générale de chaque jour, paraitrait plusieurs fois du jour dans l’établissement pour s’assurer si chacun était à son poste et faisait son devoir ; qu’il viendrait prendre domicile dans la maison dès que son logement serait achevé, ce qui ne peut aller au-delà du 1er semestre de 1844 ;
  3. Que le commis élève résiderait dans l’asile, y serait nourri au besoin si ce surcroit de rémunération était reconnu nécessaire ; mais qu’il consacrerait tout son temps à l’établissement et qu’il demeurerait responsable de la vigilance des employés ;
  4. Interpellés sur la question du travail, la majeure partie des malades s’étaient montrés bien disposés. Le médecin promit de s’occuper des moyens de leur en fournir sous le plus bref délai possible.
  5. Trois femmes réunies dans la même loge m’avaient demandé leur mise en liberté ; il y avait de la modération et beaucoup de raison dans leurs paroles. M. Omer convint qu’elles étaient à peu près guéries, et promit de demander leur sortie, démarche qu’il n’avait ajournée que dans des vues d’humanité auxquelles je ne pus me rendre attendu que l’asile n’est pas un dépôt et que, quel que doive être le sort ultérieur du malade, la liberté doit lui être rendue dès que la guérison est certaine.
  6. Vous aviez demandé de régulariser la position du nommé Just, aliéné convalescent qui depuis plusieurs années remplit l’office de cuisinier, à la grande satisfaction de l’administration. Cet homme vaut à lui seul trois domestiques. Il reçoit 8 f par mois ; mais le département du Var auquel il appartient paie pour son entretien une somme annuelle de 200 f. Je demandais à voir cet homme ; il ne reste pas la moindre trace de maladie mentale. M. Omer le retenait dans la crainte que rendu à la liberté, il ne se livrât de nouveau à un penchant immodéré pour la boisson qui a été la cause de sa première séquestration ; c’était un attentat à la liberté individuelle commis de la meilleure foi du monde et dans d’excellentes intentions. La commission comprit ce qu’il y avait d’irrégulier dans cette position, ce qu’il y avait d’odieux, d’indélicat à recevoir pension pour un homme qui rendait d’aussi bons services. Sa sortie sera demandée mais on le retiendra au service de la maison à laquelle il parait d’ailleurs extrêmement attaché.

56Ces résolutions de la commission résument toute mon inspection ; elles font connaitre à la fois le mal et le remède. Ici encore, Monsieur le Préfet, une lettre de votre part assurerait l’exécution des mesures arrêtées et pourrait prévenir le retour des abus qui les ont motivées. Je me propose encore, si vous l’approuvez, pour tenir en haleine le zèle jusqu’aujourd’hui un peu tiède des nouveaux employés, de faire quelque descente inattendue au milieu de l’asile. Une demi journée y suffirait et elle serait bien employée si elle pouvait corriger les habitudes de négligence dont j’ai eu à me plaindre.

57Je suis avec respect, Monsieur le Préfet, votre très humble et très obéissant serviteur.

58Sauze.

12 mai 1844

59Note n° 50 sur les maisons Saint-Paul et Saint-Bernard à Saint-Rémy ; tournée réalisée du 4 au 9 mai 1844.

60Archives nationales, F 15 3899

61Monsieur le Préfet,

62J’ai fait une tournée d’inspection du 4 au 9 de ce mois pour visiter les établissements particuliers de St Remy et les hospices dépositaires d’Arles, de Tarascon et d’Orgon. Je vais vous rendre compte de l’inspection de St Remy ; celle des hospices dépositaires fera l’objet d’un rapport distinct.

63Maison Mercurin

64La maison Mercurin se trouvait, il y a un an, dans un état déplorable. Ce bâtiment était sale et dégradé, l’aliéné en guenilles ; peu de surveillance, point de traitement, pas même un médecin. L’aspect de la maison est aujourd’hui moins affligeant : en toute chose il a été pourvu au plus urgent. La réforme commence, il faut continuer, la conduire ; il faut la soutenir par des inspections fréquentes et préserver l’établissement d’une rechute à laquelle il aurait peine à échapper si le regard de l’administration se détournait de cette maison.

65M. le Docteur Meirieu, agréé par arrêté du 4 décembre dernier, dirige le service médical. C’est un homme de dévouement et de savoir. Étranger au traitement des maladies mentales avant son entrée dans la maison de St Paul, il s’est mis de grand cœur à sa tâche ; on peut juger dès aujourd’hui qu’il la remplira avec succès. J’ai fait avec lui la visite générale ; il m’a paru avoir étudié avec soin l’affection de chacun de ses malades, en saisir les nuances, et savoir approprier à chacun le traitement qui lui convient. Il voit les malades tous les matins, il réitère sa visite pour ceux qui en ont besoin. Son cahier témoigne de son exactitude et de son assiduité. En un mot, le malade serait en bonnes mains, si le médecin avait l’autorité suffisante dans la maison. Mais M. Meirieu se plaint qu’on restreint son action sur le malade ; que ses prescriptions en ce qui concerne le traitement moral ne sont pas toujours suivies ; qu’on recule devant la dépense quand il faut améliorer le bien être matériel du malade ; enfin, et ceci est sérieux, que les infirmiers ne sont pas sous la main et dès lors qu’il manque du moyen le plus indispensable soit pour la surveillance soit pour la conduite des aliénés.

66J’ai pu m’assurer que les plaintes de M. Meirieu étaient fondées et qu’en appelant un médecin dans sa maison, M. Mercurin s’était moins proposé d’en changer la situation que de remplir une formalité et de donner une apparence de satisfaction aux familles et à l’administration qui ne pouvaient plus se contenter des soins d’un directeur octogénaire.

67Vous avez voulu quelque chose de plus réel, Monsieur le Préfet ; en rappelant M. Mercurin à l’exécution de l’article 19 de l’ordonnance royale du 18 décembre 1839, votre but a été de garantir les aliénés contre les calculs intéressés de la spéculation, de les tirer de cet état d’oubli, de négligence dans lequel on les avait si longtemps laissés. Pour que vos intentions soient remplies, il importe de rappeler à M. Mercurin quelles sont les attributions du médecin d’une maison d’aliénés. Laissons parler à cet égard l’ordonnance royale précitée : « À côté du directeur, est-il dit dans le rapport au roi qui la précède, et parallèlement, j’ai cru qu’il convenait de placer le médecin de l’établissement. Dans une maison d’aliénés, le médecin doit exercer une action directe sur toutes les parties du service médical ; il doit être le chef unique de ce service et le diriger exclusivement. Le traitement de l’aliénation mentale comporte des soins tout particuliers, un régime aussi bien moral que physique, qui exige impérieusement que le médecin puisse ordonner, avec une certaine indépendance, toutes les dispositions qu’il juge propres à rendre le malade à la raison ».

68Vient ensuite à l’article 8 la disposition destinée à consacrer ces principes :

69« Article 8. Le service médical, en tout ce qui concerne le régime physique et moral, ainsi que la police médicale et personnelle des aliénés, est placé sous l’autorité du médecin, dans les limites du règlement de service intérieur mentionné à l’article précédent. Les médecins adjoints, dans les maisons où le règlement intérieur en établira, les élèves, les surveillants, les infirmiers et les gardiens, sont pour le service médical sous l’autorité du médecin en chef ».

70Ces prescriptions, écrites dans le titre 1er pour les établissements publics, sont le commentaire le plus sûr qu’on puisse donner à l’article 19 relatif au médecin appelé dans les établissements privés ; soumis par cet article aux mêmes obligations que les lois imposent aux médecins des asiles publics, il doit avoir les mêmes droits. Et comment pourrait-il remplir convenablement sa tâche, s’il restait les mains liées en face de ses malades ?

71En conséquence, dans la lettre qui sera écrite à M. Mercurin pour confirmer les observations qui lui ont déjà été faites de vive voix, il conviendra de l’inviter à donner à son médecin plus de latitude dans l’exercice de ses fonctions, à lui subordonner tous les agents du service médical, et à coordonner à ses prescriptions tout le régime de la maison.

72Je me suis étendu sur ce chef, c’était le point capital de mon rapport. J’indiquerai succinctement les autres remarques auxquelles la visite de l’établissement a donné lieu.

73Depuis le 23 janvier dernier, l’emploi d’infirmière en chef était vacant : on a fait figurer le jour de l’inspection une femme entrée le matin même pour le remplir. Il faut tenir la main à ce que ce ne soit pas là une démonstration de circonstance. Une infirmière ordinaire partie le 29 avril n’était pas encore remplacée le huit mai, on pourrait le perdre de vue si votre lettre ne le rappelait. L’infirmier major, chargé en même temps de l’agence de la maison et investi quant à ce de toute la confiance de M. Mercurin, contrôle plus qu’il ne seconde le service médical. M. Meirieu se plaint surtout des obstacles qu’il rencontre de ce côté ; il y sera pourvu par les moyens indiqués plus haut. Les réfectoires laissent beaucoup à désirer ; les tables et la vaisselle ne sont pas propres, le service est incomplet ; aucune tentative n’a été faite pour occuper l’aliéné. J’ai été médiocrement satisfait du vêtement des aliénés, s’il n’y a plus de haillons, on y trouve encore beaucoup de guenilles, nos pauvres de l’asile sont bien mieux tenus. Les lits sont au complet, mais le linge en est fort sale, le médecin se plaint qu’en hiver on ne donne pas les couvertures en nombre suffisant. Enfin quelques parties des bâtiments ont besoin de nouvelles appropriations dont quelques unes intéressent la sûreté de l’édifice. Ces observations diverses se trouvent reproduites dans le projet de lettre que j’ai l’honneur de soumettre à votre signature.

74Maison Bernard

75C’est encore par le service médical que pêche l’établissement de M. Bernard. Le directeur n’est pas médecin, c’est pour lui une obligation indispensable d’en appeler un dans la maison. C’était d’abord le Docteur Pélissier ; il se présentait comme l’associé du directeur. Cette combinaison n’eut que quelques mois de durée ; à ma première inspection, je pus me convaincre que tout se bornait de la part de M. Pélissier à quelques signatures de complaisance. Invité à se mettre en règle, le directeur a fait diverses tentatives pour assurer à ses vingt malades des soins plus réels ; les ressources de l’établissement sont si bornées que les conditions offertes n’ont pu être acceptées par un médecin de Marseille avec lequel M. Bernard avait traité. Postérieurement, il a proposé à votre agrément un officier de santé d’Eyragues ; vous n’avez pu adhérer à cet arrangement, l’ordonnance du 18 décembre demande un docteur en médecine. Un an s’est ainsi écoulé sans que le vœu de la loi fût rempli. Très certainement, les maladies accidentelles ont été traitées par les hommes de l’art de la localité, mais la folie est restée livrée à elle-même. Cette situation, M. Bernard le comprend, ne peut durer ; il a pris de nouveaux arrangements avec M. Pélissier ; j’ai fait observer à ce médecin qu’il ne pouvait plus être question d’un service nominal ; que chaque jour il devait visiter les malades, tenir un cahier de visite et laisser ses prescriptions soit pour le traitement physique, soit pour le traitement moral. Tout cela a été promis, il convient de veiller de près à l’exécution, et au préalable de faire régulariser la rentrée de M. Pélissier par une demande dans laquelle le directeur sollicitera de nouveau l’agrément de l’administration en faveur de ce médecin.

76Je n’ajoute rien sur la maison de M. Bernard, elle est dans la même situation où je l’avais laissée il y a six mois. La condition du malade y est tolérable, il y reçoit des soins empressés de la part du directeur et de sa famille. On l’occupe, on le distrait ; il ne manque que le traitement pour que la maison puisse justifier de la confiance de l’autorité.

77Je suis avec respect, Monsieur le Préfet, votre très humble et très obéissant serviteur.

78Sauze.

25 octobre 1844

79Note n° 51 sur les maisons Saint-Paul et Saint-Bernard ; « tournée d’automne à St Remy » réalisée du 12 au 16 octobre 1844.

80Archives nationales, F 15 3899

81Monsieur le Préfet,

82J’ai consacré les journées des 12, 13, 14, 15 et 16 de ce mois à ma tournée d’automne aux établissements de St Remy. J’ai profité de mon séjour dans cette contrée pour voir la Maison royale de santé d’Avignon, que j’ai visitée le 14.

83Un fait de quelque gravité s’est passé chez M. Mercurin depuis mon inspection du mois de mai. M. Meirieu, médecin agréé de cet établissement, l’a quitté au mois de juillet dernier, sans faire connaître le motif de sa détermination. D’après les renseignements que j’ai pu recueillir auprès des autorités locales et les explications qui m’ont été fournies par la famille de M. Mercurin (le directeur était retenu dans son lit), il paraît qu’une altercation assez vive a eu lieu entre M. Mercurin et M. Meirieu au sujet du malade Jouve ; le médecin le déclarait à peu près rétabli, le directeur était d’avis contraire. Des motifs blessants furent échangés de part et d’autre ; et M. Meirieu déjà mécontent de la maison, la quitta après avoir donné un mois de temps au directeur. C’est une combinaison d’un succès bien difficile que celle à laquelle M. Mercurin a été obligé de recourir, à cause de son grand âge, pour remplir le vœu de l’ordonnance royale du 18 décembre 1839. Il y a déjà quelque peine à maintenir la bonne harmonie entre le directeur et le médecin en chef des établissements publics ; ce sont dans une même maison deux autorités parallèles et égales ; bien que les attributions soient, en théorie, parfaitement distinctes, les points de rencontre sont si nombreux qu’il est impossible qu’on ne se heurte quelquefois. Mais il y a là, pour concilier les différends, une commission de surveillance, et pour les juger au besoin, une autorité supérieure de laquelle émane et celle du directeur et celle du médecin en chef. Or le cas n’est pas précisément le même pour l’établissement privé dont le directeur ne peut faire le service médical. Le médecin agréé est un homme de son choix, rétribué par lui, en un mot placé sous sa dépendance absolue. Si en tout et pour tout il n’y a pas conformité de vues, identité d’opinions, il n’y a qu’un parti à prendre pour le médecin, c’est de se retirer s’il ne veut pas être réduit au rôle d’infirmier.

84Bien que trois mois se soient écoulés depuis le départ de M. Meirieu, M. Mercurin n’a point encore fait de choix. Il a provisoirement confié ses malades au Dr Blain et à M. Favier, officier de santé exerçant depuis plus de quarante ans dans le pays. Il m’attendait, disait-il, pour prendre un parti définitif. J’ai fait observer à la famille tout ce qu’il y avait d’irrégulier dans cette mesure. Aucun médecin ne doit s’immiscer dans le traitement des malades enfermés dans un établissement autorisé sans avoir reçu au préalable l’agrément de l’administration. La contravention à cette disposition est, pour le directeur de l’établissement un cas de retrait d’autorisation, prévu par l’article 31 de l’ordonnance précitée. On me demandait une indication, je l’ai refusée, pensant qu’il ne convenait point à l’administration d’intervenir dans un pareil choix même à titre officieux. On a voulu tout au moins savoir si vous approuveriez, Monsieur le Préfet, que le service continuât d’être fait par les deux médecins sus nommés, qui seraient alors présentés à votre agrément. Sans prétendre vous engager et en mettant le plus grand soin à réserver formellement votre décision, j’ai fait observer qu’il ne me paraissait guère praticable que le traitement des malades fût conduit à la fois par deux médecins dont la visite alternerait chaque jour. Au surplus, il y a pour l’un d’eux une impossibilité écrite dans l’ordonnance royale ; l’article 19 exige que le médecin agréé soit docteur en médecine, et M. Favier n’est, ainsi que je l’ai dit plus haut, qu’officier de santé. Quant à M. Blain, il présente certainement les meilleures garanties ; c’est un homme sage et ferme, instruit et assidu à son devoir ; il reproduit, dans l’exercice de la médecine, les estimables qualités qui ont fait de son père l’un des meilleurs maires du département. Il se chargerait volontiers de la maison Mercurin ; il pourrait y consacrer tous ses après-midis. J’ai lieu d’espérer qu’entre ses mains le service médical de cet établissement deviendrait ce qu’il doit être, et que M. Mercurin s’entendrait avec lui mieux qu’avec nul autre. Mais il ne pourrait résider dans la maison ainsi que le prescrit l’article 30 de l’ordonnance, et il y aurait lieu, comme cela s’est déjà fait pour M. Pélissier, médecin agréé de l’établissement Bernard, de solliciter une autorisation qui le relevât de cette obligation. J’ai terminé ma conférence en invitant le sous-directeur de l’établissement à se mettre en mesure sans perdre du temps. Si dans la huitaine, il n’est point fait de proposition, il conviendra de rappeler énergiquement M. Mercurin à l’accomplissement de ses obligations.

85Dans mes précédentes inspections, je m’étais occupé de l’établissement en général ; un rapide coup d’œil que j’y ai jeté à mon arrivée m’a convaincu qu’il y avait peu de nouvelles observations à recueillir sous ce point de vue. Sans être parfaitement bien, la maison a fait des progrès qui se soutiennent ; il convient toutefois de rappeler à M. Mercurin les recommandations qui lui ont été faites concernant l’usage de la table commune, la propreté des vêtements du malade et surtout l’emploi du travail comme moyen curatif. On m’a bien montré quelques travaux extérieurs faits par les aliénés : un chemin réparé, un champ mis en culture par les hommes, et, au quartier des femmes, divers ouvrages de mains qu’elles ont exécutés. Mais il reste encore en dehors de ces petits ateliers, un grand nombre de malades propres au travail, et qui accepteraient volontiers une occupation assortie à leurs forces et à leurs anciennes habitudes. Je les ai amenés à en faire l’aveu devant les médecins et les employés de la maison. Bien qu’on ait pris l’engagement verbal de donner suite à mes observations, il sera utile qu’elles leur arrivent de nouveau sanctionnées par votre autorité.

86Ce qui m’a surtout occupé, dans cette inspection, c’est l’examen individuel du malade. Après les avoir vus rapidement dans leurs quartiers respectifs, je les ai tous appelés, un à un, dans le salon de la direction où j’étais en compagnie des deux médecins, du sous-directeur et de l’économe. Ils étaient ce jour là au nombre de 83 ; l’examen a été long, il a occupé deux séances de cinq heures chacune. Quand on va ainsi passer dix heures à interroger de pauvres insensés, il semble que le courage vous manquera pour être témoin de tant d’infirmités morales. Mais la déraison est rarement complète et absolue ; il y a des intervalles lucides ; il y a même au moment de l’accès des séries d’idées saines ; on obtient toujours quelque chose d’un aliéné si on lui témoigne de l’intérêt, si l’on parvient à prendre quelque empire sur lui, ce qui est facile quand on arrive dans une maison de santé avec quelque autorité. Voilà quatre fois que j’inspecte cette maison, mon nom, ma qualité sont connus de ses habitants. Presque tous animés du désir de la liberté, ils font effort sur eux-mêmes pour s’en montrer dignes. Aussi ai-je généralement été satisfait de cette sorte de conférence que j’ai engagée avec eux. À part quelques déments idiots chez lesquels l’intelligence s’éteint ou n’a jamais existé, ils ont répondu aux questions que je leur adressais sur leur pays, leur famille, leurs biens, l’époque de leur entrée dans l’établissement, etc. J’en ai vu plusieurs montrer une grande sensibilité en parlant de leur femme, de leurs enfants, ou en apprenant la mort d’un proche, d’un ami. M. Mercurin a beaucoup de malades intéressants ; si jamais un médecin habile et dévoué arrive dans cette maison, il obtiendra certainement des succès.

87Je ne puis transcrire ici toutes les observations auxquelles a donné lieu cet examen ; elles ont été consignées au fur et à mesure sur l’état général qu’à la fin de chaque semestre les chefs de maison sont tenus d’adresser à la préfecture ; elles pourront être utilement consultées au mois de janvier prochain lorsque M. Mercurin nous rendra compte de la situation de ses malades. Il suffira pour le moment de relever celles qui présentent plus d’intérêt ou qui sont dans le cas de motiver une décision immédiate.

88Le nommé Combe Joseph, admis à deux reprises chez M. Bernard, en fut retiré le 5 septembre dernier, en état de guérison s’il en faut croire le bulletin qui vous fut transmis par le directeur de l’établissement. Trois jours après, Combe faisait son entrée dans la maison Mercurin. Avant même que la notification officielle fut parvenue dans vos bureaux, M. Bernard s’y présentait pour dénoncer le fait, qu’il qualifiait de séquestration arbitraire. Combe était pleinement revenu à la raison ; s’il avait montré quelque agitation à son retour dans sa famille, ce n’était point dérangement d’esprit, mais juste indignation du désordre dans lequel vivait sa femme qui, depuis son premier accès de folie, aurait eu des relations intimes avec un frère de l’aliéné. Une imputation aussi grave de la part d’un chef d’établissement méritait d’être vérifiée ; il fut écrit à cette fin au maire de Mallemort. En sa double qualité de fonctionnaire et de médecin, M. Félix pouvait mieux que personne vous édifier sur la véritable situation de Combe. J’ai son rapport sous les yeux ; il est on ne peut plus concluant. Combe se dit le fils de Napoléon, sa femme est une actrice de Toulouse qui a des relations coupables avec son frère et beaucoup d’autres ; M. Félix lui-même, averti par la clameur publique, a arrêté Combe dans les rues du village, poursuivant son frère une épée nue à la main. Cet infortuné est dominé par une passion effrénée pour les femmes, il a commis un viol à Montbrun, dans un de ses intervalles de liberté en 1843, etc etc etc. Rassuré par une déclaration aussi explicite et aussi motivée, je ne donnai pas d’autre suite à l’affaire, mais c’était un devoir pour moi d’examiner ce malade avec un soin scrupuleux au moment de l’inspection. Son tour n’était point encore arrivé, qu’il nous faisait parvenir dans le salon une pièce de vers, pour la circonstance, à l’adresse du Docteur Blain :

Docteur, que me demandes-tu ?
Est-ce des vers ou de la prose ?
Je vais te faire un impromptu,
mais ce ne sera pas grand chose.
Monsieur,
Vous qui riez chaque jour,
de mes peines, de ma souffrance
veuillez, dans ce triste séjour
rendre utile votre présence.
Où Diable avez vous votre esprit ?
Pourquoi privez vous vos malades
qui ne manquent pas d’appétit
de faire quelques promenades ?
La chasse aux grives, dans les champs,
ainsi que celle aux tourtourelles,
me plairait mieux que le couvent
où l’on ne peut toucher aux Belles.
tirez mieux parti de la science :
vous voyez que je suis très bien ;
pour calmer mon impatience
Délivrez moi donc, Docteur Blain !
En satisfaisant mon désir
Je vous trouverais fort aimable
et de vous le bon souvenir
me serait toujours agréable.

89Dès qu’il entra, je lui fis compliment sur sa facilité de versifier. Ce n’est rien, me dit-il du ton le plus convenable, mon éducation a été manquée, si j’écris quelquefois, c’est pour me distraire et sans y attacher d’autre prix.

D. Comment se fait-il que vous êtes si vite rentré dans une maison de santé ?
R. Vous le savez, Monsieur. Mes ennemis vous sont connus. J’attends avec résignation que le moment de la justice arrive.
D. Vous paraissez avoir des chagrins domestiques ?
R. Vous voulez parler de ma femme ; je vous assure que je ne m’en inquiète nullement. J’en ai pris mon parti. Ce que je lui demande, c’est de me laisser en liberté. Je la laisserai bien agir comme elle l’entendra.
D. Votre père était-il de Mallemort ?
R. Ceci est une autre affaire. Permettez moi de ne pas m’expliquer à cet égard.
D. À quoi vous occupez-vous ?
R. À faire des plans de chemins, de routes, de canaux. Je m’occupai dernièrement du tracé d’un canal qui doit joindre le Tage au Wolga.
D. Comment un simple particulier peut-il avoir la prétention de faire exécuter de tels travaux ?
R. Monsieur, je ne suis pas qui l’on pense, et puisqu’il faut vous le dire, le grand Napoléon est mon père.

90Combe continua sur ce ton et donna des signes non équivoques de la monomanie ambitieuse qui le travaille. Chose singulière, il a la conscience de son infirmité et met le plus grand soin à la dissimuler. Si l’on ne touche point la fibre sensible, il demeure parfaitement calme, raisonne avec sens, parle avec suite et s’exprime avec une grande netteté. Il est à craindre que tous les soins échouent contre un mal de cette nature : Combe, qui est un homme jeune et bien portant, passera probablement le reste de sa vie dans une maison de santé.

91Un malade bien digne d’attention, c’est la demoiselle David, fille du capitaine de recrutement des Bouches du Rhône. L’une des causes qui ont dû contribuer à troubler sa raison, c’est d’avoir reçu une éducation, d’avoir été initiée à des goûts, à des habitudes qui sont en plein désaccord avec sa position de fortune. Avec son esprit, son ton, ses manières distinguées, elle aurait dû naitre fille d’un lieutenant général ; l’air des salons était nécessaire à une telle organisation, et la pauvre fille était réduite à s’occuper des soins les plus vulgaires de son modeste ménage. D’après la déclaration des médecins, une autre circonstance a encore hâté le développement de la maladie : le mariage lui était nécessaire, et elle est fille encore à l’âge de 27 ans. Je l’avais trouvée fort agitée le mois de mai dernier ; cette fois elle était calme autant qu’on peut l’être avec une imagination vive et un esprit mobile. Je l’ai entretenue à deux reprises différentes, sans pouvoir surprendre le moindre dérangement dans les idées. Elle m’a expliqué sa position avec convenance et netteté. « Je sens, a-t-elle dit, en finissant, que je ne puis retourner auprès de mon père et reprendre mes anciennes habitudes. On ne pardonne pas à une jeune personne d’avoir été dans une maison de santé. Il ne me reste que la ressource du couvent. Que mon père soit assez bon pour continuer le même sacrifice qu’il fait ici : j’irai essayer du noviciat chez les Dames de l’Espérance à Bordeaux. » J’ai vivement recommandé cette malade au Docteur Blain ; si le mieux se maintient, elle devra être rendue à son père, qui avisera aux moyens de la préserver d’une rechute.

92J’ai également signalé à l’attention du médecin, comme étant dans un état de convalescence fort avancé les nommées Moline femme Bordarier, Bourly Marguerite, ancienne religieuse, et Mouriès femme Martel. Cette dernière paraît même tout à fait rétablie. L’économe qui possède assez bien les traditions de la maison, me dit qu’on avait sursis jusqu’aujourd’hui à provoquer sa sortie parce que, dans un premier accès, elle avait étranglé un de ses enfants. C’est un fait qu’il importe de vérifier : cette femme est de Lorgues ; j’aurai l’honneur de soumettre incessamment à votre signature une demande de renseignements à M. le Préfet du Var.

93J’ai remarqué un certain nombre d’aliénés signalés comme déments et voisins de l’idiotisme chez lesquels les facultés sont loin d’être éteintes ou assoupies et que des soins assidus et intelligents pourraient rappeler à la vie morale. Je citerai le nommé Negrel-Bruny Charles. Il est de Roquevaire et tient à une famille bourgeoise des plus honorables. Son père, homme extrêmement pieux, l’avait contrarié dans sa vie de jeune homme : il voulait en faire un dévot, ce pour quoi Charles ne se sentait aucune vocation. C’est ainsi que se développa un germe de folie héréditaire dans la famille de la mère de ce jeune homme. Enfermé chez M. Mercurin en 1820, il y est resté jusqu’à ce jour sans intervalle de liberté. Et cependant, avant comme après sa séquestration, Negrel-Bruny a toujours été d’une douceur inaltérable ; il y avait des disparates, des étrangetés dans sa conduite, mais jamais de fureur, jamais un acte qui put le moins du monde compromettre la sureté de personne. En le voyant arriver, je me reportais sur l’état général : il y est noté de démence paisible tendant à l’idiotisme. L’interrogatoire va démontrer quelle foi il faut ajouter à ces sortes de renseignements :

D. Depuis quel temps êtes-vous ici ?
R. Depuis le mois de mai 1820 (exact).
D. Voyez-vous quelquefois vos parents ?
R. Très rarement ; un de mes voisins est venu me voir cette année à l’époque de la foire de Beaucaire (exact).
D. Vous souvient-il de M. Jean, notaire à Roquevaire ?
R. Parfaitement. Il a épousé une demoiselle Coquilhat, de Rians.
D. Elle est morte.
R. Oh ! Si jeune ! Pauvre femme !
D. Que feriez-vous si vous sortiez d’ici ?
R. Ce que je faisais avant ; j’étais commis chez M. Roux, négociant à Marseille. J’entrerais volontiers dans un comptoir.
D. Mais sauriez-vous calculer encore. Par exemple, pourriez-vous me dire à combien montent 2324 balles de coton à 96 f l’une ?
R. Ici le malade prit la plume, posa lui-même la multiplication, et me la remit l’instant d’après parfaitement juste avec son produit de 223 104 f. J’ai retenu cette pièce curieuse.
D. Vous avez reçu une bonne éducation, vous n’avez pu entièrement oublier votre latin. Seriez-vous en état de me réciter quelques vers de Virgile ?
R. Tityre tupatulae recubans etc.

94Je l’arrêtai au milieu de cette citation qui se prolongeait et lui demandai de me traduire ce passage en français. J’écrivis sous la dictée la singulière traduction que voici : Tityre faisait chauffer, sous un foyer, des petits pâtés composés de farine d’avoine, etc. Nonobstant le burlesque de cette phrase, M. Négrel n’est ni dément, ni voisin de l’idiotisme, c’est tout simplement un malade qu’on a tenu pendant vingt cinq ans dans l’oubli. Je l’ai recommandé à M. Blain et au sous-directeur. Je me promets de voir son beau-frère notaire à Roquevaire et de l’engager à lui envoyer un établi de menuisier et un tour, deux choses qu’il m’a lui-même indiquées comme pouvant l’occuper d’une manière agréable.

95Je me suis tellement étendu sur les malades de M. Mercurin qu’il me reste peu de place pour la maison Bernard. Y a-t-il aussi peu de nouveau à dire sur cet établissement. Le fait le plus important que j’ai relevé, c’est l’évasion du nommé Lanez François qui s’est sauvé de l’établissement dans la nuit du 27 au 28 août sans que M. Bernard en ait donné l’avis qu’au moment de mon arrivée à St Remy. C’est une négligence répréhensible qui aurait pu donner lieu à l’emprisonnement et à l’amende. J’ai signalé à l’attention toute spéciale du Docteur Pélissier, médecin agréé de la maison, le nommé Rey Véran, qui m’a paru tout à fait rétabli. M. Bernard le retient dans la crainte d’une rechute qui pourrait avoir de graves inconvénients. Je ne suis pas parfaitement de cet avis. Rey est de Cavaillon, il conviendra d’écrire dans le département de Vaucluse pour prendre des renseignements sur les antécédents de cet homme. Si la question restait douteuse, on pourrait le mettre en observation dans l’asile d’Aix ou de Marseille, ou mieux encore dans la maison royale d’Avignon, puisqu’il est du département du Vaucluse.

96J’ai dit en commençant le présent rapport que j’avais visité cette maison dans la journée du 14. Je n’ai pu voir l’aliéné Bouyon, pour lequel nous payons pension. Il était à la ferme que les malades exploitent eux-mêmes à quelque distance d’Avignon. J’ai appris là que la pension intégrale de Bouyon était de 850 f. Le département fournit 550 f et la famille 300 f. Bouyon est calme et raisonnable : sans sa note d’aliéné homicide, on pourrait le considérer comme convalescent. Depuis quelques années, la maison royale de santé a reçu de notables améliorations. C’était auparavant, comme la plupart des hospices de ce genre, une maison de force plutôt qu’une maison de santé ; l’aliéné y était tenu en cabanon, sale, maltraité, mal nourri. Tout y a changé de face sous la direction intelligente de M. Noroy. Les cabanons ont fait place à de beaux dortoirs d’une remarquable propreté ; des réfectoires ont été ouverts ; le travail a été organisé, non seulement à l’intérieur mais encore à la campagne. En félicitant M. Noroy de ces résultats, je l’ai prié de bien vouloir me donner ultérieurement quelques renseignements que je me propose de lui demander sur l’organisation intérieure et sur les dépenses de la maison. Le prix de journée n’est que d’un franc et cependant la maison fait chaque année des économies dont le produit est employé en améliorations. Nous pouvons trouver là d’utiles renseignements et en faire profiter nos asiles.

97Je suis avec respect, Monsieur le Préfet, votre très humble serviteur.

98Sauze.

16 novembre 1845

99Note n° 60 sur la maison Saint-Paul suite à la demande en autorisation d’Aimé Chabrand. Archives départementales des Bouches-du-Rhône, 5 X 138.

100Monsieur le Préfet,

101À la mort de M. Mercurin survenue au mois d’août dernier, Madame Chabrand sa fille et unique héritière a présenté pour diriger la maison de santé de St Paul, à St Remy, M. Aimé Chabrand, son fils ainé. Appelé à donner votre avis sur cette demande, vous m’avez invité à faire, dans ma tournée d’automne, les vérifications prescrites par l’ordonnance royale du 18 décembre 1839. J’ai l’honneur de vous présenter le résultat de ce travail.

1021re question. L’établissement n’offre-t-il aucune cause d’insalubrité tant au dedans qu’au dehors ?

103Cette maison est justement renommée par la beauté du site et l’heureuse disposition des bâtiments. Il serait difficile de trouver une demeure plus gaie, plus riante. M. Mercurin a pu y dépenser des sommes considérables. Mais il l’a complètement négligée dans la dernière période de sa longue vie. Quelques appropriations et réparations urgentes ont été exécutées à la suite de mon inspection de 1843. Mais il reste beaucoup à faire encore. La famille Chabrand paraît disposée à s’exécuter de bonne grâce, elle a fait mettre la main à l’œuvre, j’ai trouvé les maçons au quartier des hommes. Nonobstant ce commencement d’exécution, il conviendra de subordonner à l’achèvement préalable des réparations l’autorisation aujourd’hui sollicitée.

1042. Est-il situé de manière que les aliénés ne soient point incommodés par un voisinage bruyant ou capable de les agiter ?

105L’établissement est à la campagne et entièrement isolé.

1063. Peut-il être alimenté d’eau de bonne qualité et en quantité suffisante ?

107Il y a de belles eaux à St Paul ; elles contribuent beaucoup à l’agrément de l’habitation et suffisent surabondamment à tous les besoins du service.

1084. La disposition des localités permet-elle de séparer complètement les sexes, l’enfance et l’âge mûr ; d’établir un classement régulier entre les convalescents, les malades paisibles et ceux qui sont agités ; de séparer également les aliénés épileptiques ?

109La première et sans contredit la plus essentielle de ces séparations, celle des sexes, existe, mais elle laisse beaucoup à désirer. On voit d’après le plan annexé à la demande que les hommes occupent les quartiers n° I, II, III et IV, et les femmes les n° I bis, II bis, III bis, IV bis. Or, telle est la disposition des lieux que partout ces deux grandes divisions, qu’il aurait fallu soigneusement isoler l’une de l’autre, se rapprochent au contraire et s’enchevêtrent. Dans chacune de mes inspections, j’ai pu remarquer les inconvénients qui en résultent. Les voix s’entendent d’un quartier à l’autre ; il est même tel point où la conversation pourrait s’établir. J’ai fait griller au 1er étage de la galerie n° I bis des ouvertures donnant sur les jardins n° I occupés par les hommes convalescents ; de malheureuses insensées qui, avec la raison avaient perdu le sentiment de la pudeur, se tenaient collées contre ces fenêtres échangeant avec les convalescents des propos et des gestes d’une indécence extrême. Cette partie du quartier des femmes est en quelque sorte cernée par les hommes. Il faut en dire autant des bâtiments IV bis, si rapprochés du corps de logis IV. L’inspection du plan suffirait pour faire ressortir ce vice capital ; il devient bien plus saillant pour qui a vu fonctionner la maison. Ce n’est pas seulement pour les malades que la disposition est mauvaise, le service lui-même y trouve de grands inconvénients ; au lieu d’être renfermés dans leurs quartiers respectifs, les infirmiers et les infirmières sont dans le cas de se rencontrer à tout instant du jour ; et par conséquent de former des liaisons contraires aux bonnes mœurs et au bon gouvernement de la maison.

110Il y avait une disposition bien simple, on a lieu de s’étonner que le fondateur de cette maison n’y ait pas songé. La grande avenue qui conduit de la loge du portier n° 1 au salon d’attente n° 3 et de cette pièce à la chapelle n° 16, aurait du servir de démarcation entre les deux quartiers. Les femmes, peu nombreuses dans cette maison, auraient été placées à droite, et les hommes à gauche. Le service en eût été simplifié, et on aurait échappé aux inconvénients et aux abus que la confusion actuelle des quartiers peut faire naître.

111Il serait temps encore d’adopter cette disposition. Quelques dépenses seraient nécessaires pour approprier convenablement le quartier des femmes ainsi délimité. Du côté des hommes, au contraire, à part les réparations dont il a besoin d’ailleurs, la nouvelle distribution n’entrainerait point de frais. Elle a, à mes yeux, tant d’importance que je suis d’avis, Monsieur le Préfet, de l’imposer également comme condition d’autorisation.

112Les autres divisions sont indiquées dans le plan ; je dois dire toutefois qu’elles ne sont point rigoureusement suivies. La maison de M. Chabrand, comme tous les établissements privés, a à lutter contre une difficulté presque insurmontable. Aux divisions prescrites par la loi, il faut joindre celles qui résultent du classement des pensions. Il y a là trois ordres de pensionnaires qu’il n’est pas toujours commode de distribuer dans les diverses sections du quartier, d’après leur situation mentale. Ce n’est guère que dans les établissements nombreux que le classement peut satisfaire à toutes les exigences.

1136. Toutes les précautions sont-elles prises soit dans les constructions, soit dans la fixation du nombre des gardiens pour assurer le service et la surveillance de l’établissement ?

114Je me suis expliqué sur les constructions, elles sont généralement en mauvais état et ont besoin de réparation ; leurs dispositions relatives quant à la distribution des quartiers ont besoin d’être modifiées ; mais chaque quartier pris isolément est dans d’assez bonnes conditions pour la surveillance. Les malades ont chacun une chambre, mais ces pièces prennent toutes leur entrée sur de vastes galeries. Le surveillant placé, au centre de la galerie, peut en faisant sa ronde s’assurer de la situation du malade au moyen d’une lucarne que j’ai fait pratiquer à la porte de chaque cellule. Un réverbère est éclairé dans la galerie du soir au matin. Tout est combiné de manière à faciliter la surveillance de nuit. Le jour, les malades sont dans le jardin du quartier, ou dans les galeries, les chauffoirs et salles de jeu du rez-de-chaussée. À moins de vouloir fermer les yeux, le surveillant est parfaitement placé pour voir tout ce qui se passe.

115Les surveillants sont au nombre de sept au quartier des hommes pour 44 malades ; il y a 4 infirmières pour 24 malades au quartier des femmes. En outre chaque quartier a un surveillant en chef. C’est là un personnel plus que suffisant pour assurer le service direct.

1167. Est-il justifié, par le règlement intérieur, que l’établissement offre toutes garanties convenables sous le rapport des bonnes mœurs et de la sureté des personnes ?

117Le règlement intérieur joint à la demande est trop peu développé pour faire connaître le régime de la maison et les garanties qu’elle peut offrir à la confiance du gouvernement. J’y suppléerai par quelques considérations puisées dans mes précédents rapports sur cette maison.

118Rien n’indique qu’il y ait y aurait eu de graves désordres dans la maison de M. Mercurin. Mais elle était tombée dans un état déplorable d’abandon et de négligence. Les sévères avertissements que vous avez adressés au fondateur, Monsieur le Préfet, ont puissamment contribué à la relever. Depuis trois ans, cet établissement s’est notablement amélioré. Le service médical y était nul, il a été organisé sur un bon pied. Du vivant même de M. le Dr Mercurin, vous avez exigé qu’on appelât dans la maison un médecin spécialement chargé de ce soin. Ce fut d’abord M. Meirieux, qui s’en acquitta convenablement pendant quinze mois. Des raisons de famille l’ayant obligé de résilier ses fonctions, il eut pour successeur le Dr Casimir Blain, de St Remy. Trois fois j’ai inspecté la maison depuis cette époque, et je n’ai eu qu’à me louer de l’assiduité, du zèle et de l’intelligence que ce médecin apporte à l’accomplissement de ses devoirs.

119La réorganisation du service médical a amené à sa suite bien d’autres améliorations. La vie commune et le travail commencent à s’établir dans cette maison ; à chacune de mes tournées, je laisse des indications pour perfectionner ces premiers essais ; j’ai lieu d’espérer qu’elles ne seront que mieux suivies depuis que la mort de M. Mercurin a laissé toute liberté d’action à son petit-fils.

120Vue dans son ensemble, la maison est en voie de progrès ; et comme la bonne volonté ni les ressources ne manquent point au propriétaire actuel, on peut raisonnablement espérer que sous sa direction, les améliorations continueront et l’établissement reprendra un rang que la négligence de M. Mercurin lui avait laissé perdre.

121Personnellement, M. Aimé Chabrand est un homme honorable et qui offre de solides garanties de moralité et de bonne gestion. Appartenant à une famille riche, il aurait pu vivre très convenablement de ses rentes ou se livrer à une profession moins gênante. Il a préféré continuer l’œuvre de son grand père et rester dans une maison dont il avait la sous-direction depuis [de] longues années. C’est là une détermination dont on doit lui savoir gré dans la position de fortune où il se trouve.

122M. Chabrand n’est point médecin ; mais ainsi que je l’ai dit plus haut, il a assuré aux malades de S. Paul les soins que leur état réclame en attachant un homme de bien à sa maison. Cette combinaison est autorisée par l’ordonnance royale du 18 décembre 1839.

123En résumé, je ne vois rien qui s’oppose à ce que la demande de M. Chabrand soit accueillie ; il importe au contraire de conserver à sa destination la belle maison dont il est propriétaire. Toutefois, m’en référant aux explications dans lesquelles je suis entré plus haut, je suis d’avis qu’on doit imposer comme condition de l’autorisation sollicitée :

  • De faire aux bâtiments toutes les réparations dont ils ont besoin et de les mettre en bon état d’entretien.
  • D’établir une meilleure séparation entre le quartier des hommes et celui des femmes, et à cet effet d’adopter pour ligne de démarcation la longue avenue qui conduit de la porte d’entrée à celle de la chapelle, en donnant la droite aux femmes et la gauche aux hommes.
  • De se conformer aux diverses prescriptions que vous avez adressées au chef de l’établissement, notamment dans votre dépêche du 10 octobre dernier, pour l’amélioration du régime intérieur.

124Je suis avec respect, Monsieur le Préfet, votre très humble et très obéissant serviteur.

125L’Inspecteur général du service des aliénés.

126Sauze.

Notes

1 Quelques fautes grammaticales ont été rectifiées et, pour faciliter la compréhension, certaines abréviations supprimées.

2 Il s’agit de l’ordonnance du 18 décembre 1839.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/47725/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 101k

© Presses universitaires de Provence, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search