Version classiqueVersion mobile

Le livre de raison d’Antoine Peint

 | 
Patricia Payn-Echalier

Première partie

Présentation du manuscrit

Texte intégral

  • 15 Louis Mège, chef du bureau de l’état civil, fils du notaire Pierre-Claude Mège, a laissé à la bibli (...)

1Le livre de raison, commencé par Antoine Peint, à la fin du xvie siècle, contient 51 folios. Il se trouve dans un registre factice composé d’unités codicologiques différentes : outre celui d’Antoine Peint, Louis Mège, érudit arlésien de la fin du xixe siècle15, a rassemblé deux autres livres écrits par des descendants du premier rédacteur, un arrière petit-fils, Jacques (1639-1703), qui comprend 53 folios, puis par un fils de ce dernier, Jean (1672-1756), auteur des 147 derniers.

2Le registre a été relié par les soins de Mège, en demi parchemin sur le dos duquel il a écrit de sa main « Livre de raison de la famille de Peint » ; au verso du carton de couverture, figure la mention « archives de Louis Mège » et, sur le contre-plat, il a écrit « donné à la bibliothèque d’Arles par Louis Mège. Arles, le 7 juin 1878 ». Au centre de la première page du registre, on trouve, toujours de la main de Mège, « Livre de raison de la famille de Peint » et, en bas, au crayon, se trouve répété le même texte.

  • 16 Voir le site internet : BNF-L’aventure des écritures. Matières et formes : l’encre. classes.bnf.fr/ (...)
  • 17 Anne Béroujon et Isabelle Luciani, « Les écrits du for privé : matière et texte », in Jean-Pierre B (...)

3Le livre d’Antoine Peint est écrit sur des folios de papier chiffon filigrané de 25,3 cm de haut sur 17,5 cm de large ; la graphie est caractéristique du xvie siècle et le scripteur a une écriture petite et régulière ; sa plume est certainement bien taillée et il utilise deux encres : une au carbonne de couleur brun clair dans les premiers feuillets, puis une autre de bonne qualité, plus noire et résistante, probablement une encre métallo-gallique ; se les est-il procurées chez l’imprimeur ou les a-t-il confectionnées lui-même ? Dans ce dernier cas, il dut utiliser les éléments les plus souvent cités dans les recettes : « un pigment noir auquel on ajoute un liant généralement de nature glucidique (gomme d’arbres, gomme arabique, miel) ou protéinique (blanc d’œuf, gélatine, colle de peau) ou encore lipidique (huiles)16 » pour la première et « noix de galle d’Alep, gomme arabique, vin blanc, eau de rivière ou de pluie, vinaigre ou vitriol17 » pour la seconde.

  • 18 Ibid., p. 38.
  • 19 Ibid., p. 36.
  • 20 Les informations ont été fournies par Fabienne Martin, responsable du Fonds ancien de la bibliothèq (...)

4Les cahiers du livre d’Antoine sont obtenus à partir de feuilles de papier, toutes identiques issues de la même rame, achetée probablement « chez le libraire, le papetier ou le mercier à coût modique18 » ; les feuilles, de 35 cm sur 25,3 cm, sont pliées en deux, ce sont des bifeuillets dont les folios ont des dimensions qui se situent dans la moyenne de celles des livres de raison étudiés par les chercheurs du groupement CRNS no 264919. Le filigrane, de 5,2 cm de hauteur et 1,9 cm de largeur, présente une colonne portant une croix sur son fût dont le haut est ceint d’un croissant de lune et surmontée d’une fleur de lys (illustration 2 : photo du filigrane20).

5Les autres unités matérielles de ce registre, plus tardives, seconde moitié du xviie et xviiie siècles, sont écrites sur un papier différent de celui utilisé pour le premier livre ; c’est aussi un papier chiffon, il est filigrané au motif de la cloche signé P. Cartelier, mais les folios ont 27 cm de haut sur 18,5 cm de large. L’encre employée par Jacques de Peint est nettement plus pâle que celle de son ancêtre, son fils Jean, lui, écrit avec une encre plus noire ; si l’écriture de Jacques est aisément déchifrable jusqu’à sa mort, celle de Jean est plus négligée et dégradée à partir de 1750 et le texte présente de grosses ratures.

  • 21 Anne Béroujon et Isabelle Luciani, « Les écrits du for privé : matière et texte »…, op. cit., p. 39
  • 22 Livre de raison d’Antoine Peint, BMA, ms 365, fo 50.
  • 23 Jean Boyer, « Le livre de raison d’Honoré de Nicolay… », op. cit., p. 58.

6On peut se demander quel était l’aspect initial du livre de raison d’Antoine Peint ? Il est raisonnable, vu le niveau social d’origine du scripteur, de supposer qu’il était composé de « simples cahiers dont les feuillets ont été cousus, sans protection autre qu’un éventuel carton léger21 » ; la fragilité d’un tel objet explique qu’il ait pu se dégagréger et que des feuillets du livre aient pu être dispersés. Nous nous plairons à imaginer que le scripteur conserve précieusement son livre dans son « gabinet », comme il le fait pour les « réaux de huit » que lui laisse en gages un cousin de Tarascon22. Peut-être a-t-il aussi un « caisson23 », comme Honoré de Nicolay, pour y placer les actes notariés et les cédules ?

Illus. 2 : Filigrane du papier utilisé par Antoine Peint fin xvie siècle.

(Cliché Fabienne Martin, responsable du fonds ancien de la bibliothèque municipale d’Arles [BMA]).

7Le registre factice construit par Louis Mège soulève plusieurs questions :

  • 24 Michel Cassan cite le cas de Jean Burel, marchand tanneur du Puy, qui voit ses mémoires saisis pour (...)

8La première, pour quel motif le livre de raison d’Antoine se termine-t-il par une notice incomplète : « le vingt deux février 1593 ay prestat » ? Le client d’Antoine ne s’est-il pas présenté ? Cette notice, préparée à l’avance, n’a-t-elle pas trouvé à être employée ? La mort subite du scripteur est à exclure puisqu’il ne disparaît qu’en 1622. Une incapacité, due à un accident ou une maladie, ne paraît pas vraisemblable puisque des documents postérieurs, testament, registres fiscaux du contrôle du « 2 % », sessions du conseil de ville etc. le montrent tout à fait actif. Mais il est possible qu’en 1593, à un moment où les événements politiques semblent prendre une autre tournure avec l’abjuration d’Henri de Navarre en juillet, le scribe ne voulant pas qu’on puisse faire un lien entre lui et les ligueurs, y compris les plus radicaux qui ont été ses clients, alors même qu’il poursuit son but d’ascension vers le conseil de la communauté24, ait arrêté la rédaction du livre.

  • 25 BMA, ms 365, fo 37 vo.
  • 26 BMA, ms 365, fo 50 vo.

9Mais il est tout à fait certain que le livre de raison d’Antoine Peint ne s’est pas clôt de cette manière abrupte car, en septembre 1593, le rédacteur complète la notice concernant le départ de Gaucher aux États généraux, écrite le 8 décembre 1591 et se terminant par « Dieu leur face la grace de retourner en sanite25 », par ces mots : « C’est arrivé le XX septembre 159326 ».

10Mais alors se pose une autre question concernant les feuillets manquants. Le scripteur a donc continué son livre au moins jusqu’à la date du retour de son fils, alors que sont devenus les feuillets manquants ? Nous pouvons même nous demander s’il n’a pas continué à y écrire jusqu’à sa mort en 1622. Les feuillets manquants sont-ils le fait de la fragilité de ce genre de livre et de sa dislocation au cours des siècles ou de la volonté d’en détruire certaines pages par prudence au moment où la situation politique de la ville est en train de basculer comme nous l’avons indiqué plus haut ?

  • 27 Registre se trouvant dans une bibliothèque privée.

11Dans la quête d’une réponse nous avons remarqué que Jean-Pierre Giraud, qui épouse en 1756 Marianne de Peint, dernière descendante de la famille, dans la rubrique qu’il consacre, dans son propre livre de raison27, à Antoine Peint, rapporte qu’il a été marchand de 1569 à 1593, bourgeois et trésorier de la communauté depuis 1597 jusqu’à 1606 et 1607, mais ne mentionne rien pour la période 1593 à 1597. Cela suggère que ou bien les feuillets du livre de raison qu’il a consulté s’arrêtaient déjà en 1593, ou bien que le livre était amputé des notices concernant les années 1593-1597.

  • 28 Sylvie Mouysset, Papiers de famille…, op. cit., p. 114.
  • 29 BMA, ms 365, fo 1 du livre de Jacques de Peint.
  • 30 BMA, ms 365, fo 2 du livre de Jacques de Peint.

12Enfin, il est surprenant de trouver, dans le registre de Louis Mège, après le livre d’Antoine, ceux de ses descendants lointains que sont son arrière petit-fils et le fils de ce dernier. Sylvie Mouysset écrit : « L’écriture mémorielle tisse un lien très fort entre un père et son fils28 », soulignant que ce fils est celui qui hérite de la position sociale du père et qui poursuit la rédaction du livre. Ici, nous nous serions attendus à ce que Gaucher, le fils aîné, reprenne la plume d’Antoine. Ce qui pose une troisième question à propos du registre factice : l’héritier direct d’Antoine, son fils aîné Gaucher et l’héritier de celui-ci, son fils Antoine, ont-ils poursuivi le travail d’écriture initié par le fondateur de la lignée ? Une chose est certaine, c’est que des papiers de famille sont parvenus à l’arrière petit-fils d’Antoine, Jacques, qui note dans son propre livre « Achet de la terre que nous possedons en Camargues ditte des hayes par Anthoine Peint mon bisayeul le 27 janvier 1602 notere Daugieres duquel jay lextrait29 ». Il indique aussi que des extraits d’autres actes notariés sont en sa possession comme celui de l’acte de mariage en secondes noces de Gaucher en 1640 et celui de la constitution de dot de ses propres parents, Antoine de Peint et Louise de Mandon, en 164230.

  • 31 Ce préambule est suivi de la phrase « Les actes les plus anciens font mention de plusieurs bienfond (...)

13Plus intéressantes sur ce point, semblent les informations relatives à Antoine Peint le premier, à son fils Gaucher et au fils de ce dernier, Antoine, portées sous l’expression « Abrégé des matières connues aux différents actes, mémoires et pièces concernant l’acquisition, jouissance et charges des biens31 », dans le livre de raison de Jean-Pierre Giraud. Dans cet écrit, se trouvent des informations qui recoupent celles de la partie du livre d’Antoine contenues dans le registre factice de Mège, mais aussi d’autres, issues des différents actes, mémoires…, mentionnés plus haut, auxquels l’auteur a eu recours. Il est tentant d’envisager que ces documents font référence aux livres et papiers de famille qu’auraient laissés Gaucher et son héritier Antoine.

14La famille Peint, éteinte après la mort des époux Giraud de Peint, dans les dernières décennies du xviiie siècle, le mas a été vendu et on peut envisager qu’un certain nombre des actes, mémoires…, signalés dans le livre de Jean-Pierre Giraud, n’ont pas survécu à la période révolutionnaire ni au changement de mains du domaine familial ; ceci fournirait une explication aux lacunes du recueil factice de Louis Mège.

  • 32 Achille Gautier-Descottes, « Le livre de raison d’Antoine Peint (xvie-xviiie siècles) », in Le Musé (...)
  • 33 Madeleine Ferrieres, Yves Grava, Introduction, « Les ego-textes provençaux. Les écrits du for privé (...)
  • 34 Achille Gautier-Descottes, « Le livre de raison d’Antoine Peint (xvie-xviiie siècles)… », op. cit., (...)
  • 35 Georges Pichard, « Un grand corpus provençal : les livres de raison », in Provence historique, t. L (...)
  • 36 Achille Gautier-Descottes, « Le livre de raison d’Antoine Peint (xvie-xviiie siècles) », …, op. cit (...)

15« Le livre de raison d’Antoine Peint », a fait l’objet du titre d’un article, écrit par le notaire Achille Gautier-Descottes32 et présenté en plusieurs épisodes, dans la revue Le Musée parue en 1880, dans la toute première phase de mise en valeur de ce que l’on appelle volontiers les « ego textes33 », initiée par l’avocat aixois Charles de Ribbe dès 1872. L’auteur annonce d’emblée « Nous possédons le livre de raison d’Antoine Peint » ; mais le contenu de l’article, en dehors d’une généalogie de la famille, placée en note, qui semble tirée du manuscrit de Jean-Pierre Giraud, se centre entièrement sur une présentation du livre trésoraire de la ville tenu en 1598 par Antoine Peint, au motif que « contrairement à ce qui se produit d’usage, l’on ne trouve ni faits ni appréciations individuelles sur les choses du temps dans les notes que contient ce livre » ; l’auteur ajoute que « ce livre n’aurait fait que nous rappeler l’origine du mas de Peinct et une famille aujourd’hui disparue34 ». Nous pensons donc que l’auteur de l’article a pu consulter les manuscrits rassemblés dans le registre confectionné par Louis Mège, et dont la première partie fait l’objet du travail ici présenté, mais aussi le fameux livre écrit par Jean-Pierre Giraud, livre que Georges Pichard cite en plus des quatre autres relatifs à la famille qui se trouvent à la bibliothèque municipale d’Arles35. Et, en effet, nous avons eu la confirmation que l’ultime livre de la famille Peint, qui se trouve aujourd’hui dans une collection privée, écrit au xviiie siècle était détenu, à la fin du siècle suivant, par les notaires Gautier-Descottes et qu’il fut utilisé tant par Achille que par son fils Marc36 dans leurs écrits sur cette famille.

16Ici, c’est la partie écrite de la main d’Antoine Peint qui a été transcrite et interrogée afin de mieux cerner la place occupée par les acteurs du commerce local dans la vie sociale, économique et même politique à Arles pendant la période mouvementée que connut la ville dans les toutes dernières décennies du xvie siècle.

  • 37 Anne Béroujon et Isabelle Luciani soulignent que « l’en tête du livre peut imiter l’aspect formal d (...)

17Le texte s’ouvre sur ces mots, situés au centre du folio en caractères un peu plus gros que le reste du texte et calligraphiés très soigneusement : « Sit nomen Domini benedictum semper », suivis, dans la marge gauche, du titre donné par l’auteur « Livre de memoyres pour moy Anthoine Peint » (illustration 3) sur lequel le « L » de livre est ornementé37.

Illus. 3 : Première page du manuscrit d’Antoine Peint (BMA, ms. 365, fo 1).
(On remarquera le soin que le rédacteur a pris pour introduire son propos : le « L » de livre est ornementé d’une succession de « l » imbriqués les uns dans les autres rejoignant le haut du folio et sur certains « i » figurent un symbole ornemental ressemblant un peu à un point d’interrogation. Modestement, le nom du scribe est écrit en caractères plus petits).

(Cliché Fabienne Martin, responsable du fonds ancien de la bibliothèque municipale d’Arles [BMA]).

  • 38 Sylvie Mouysset, Papiers de famille. Introduction à l’étude des livres de raison (France xve-xixe s (...)
  • 39 Ibid., p. 39.
  • 40 Ibid., p. 41.

18Le rédacteur a-t-il eu connaissance de l’ouvrage de l’Avignonnais Pierre Savonne, Instruction et manière de tenir livres de raison ou de comptes par parties doubles38, paru en 1567 ? Le titre du livre d’Antoine Peint renvoie, en effet, à l’un des trois principaux livres que Savonne préconise : le mémorial, le journal et le grand livre, mais ses comptes ne sont pas tenus en parties doubles. A-t-il lu celui de Claude Mermet, paru en 1583, La pratique de l’orthographe française, sous titré Avec la manière de tenir livre de raison, coucher cédules et lettres missives : livre très utile et nécessaire à un chacun39, qui insiste à son tour sur la tenue méthodique des livres et la nécessité de noter cet « infra-ordinaire40 » qui peut échapper à la mémoire ?

  • 41 Ibid. p. 40. L’auteur cite cette recommandation de Claude Mermet : « Il faut bien se souvenir de me (...)
  • 42 Valérie Pietri, « Le livre de raison en Provence aux xviie et xviiie siècles : entre livre de compt (...)

19Les premiers mots dévoilent un certain formalisme, peut-être suggéré par de telles lectures41, ou simplement par les pratiques en usage dans le milieu d’affaires qui est le sien. Mais il convient peut-être de voir, au delà de la formule, l’expression de la piété du scripteur et le « caractère profondément religieux attribué au lien familial et la responsabilité religieuse du chef de famille42 ». Malgré la discrétion du rédacteur qui, selon l’usage de l’époque, ne se livre guère, sa piété et sa soumission à la volonté divine se dévoilent cependant à de rares occasions : la peste et le danger dans lequel se trouvent femme et enfants, le décès de son épouse, les déplacements lointains de son fils aîné, ou des événements politiques brutaux, comme le meurtre des chefs politiques ligueurs en mars 1592. Quant au titre, il est parfaitement explicite : l’auteur écrit ce livre pour lui-même afin de suppléer, le cas échéant, à sa mémoire.

20Les mentions qu’Antoine a jugées suffisamment importantes pour figurer dans ce livre débutent en 1565, mais elles semblent être portées a posteriori sans que la chronologie n’en soit rigoureusement respectée. À partir de 1588 et jusqu’en février 1593, les opérations économiques et financières de l’auteur sont indiquées et barrées au fur et à mesure qu’elles ont été menées à leur terme (illustration 4) avec parfois des retours en arrière pour des notes en formes de rappel, comme nous pouvons nous y attendre dans un livre mémorial.

  • 43 Sylvie Mouysset, Papiers de famille…, op. cit., p. 200.

21Contrairement à d’autres, le livre de raison étudié, ne s’ouvre pas sur un événement majeur de l’existence du rédacteur comme sa naissance, son mariage, le décès de son père ou les naissances de ses enfants. Il faut voir, nous semble-t-il, dans les 32 premières notices ou entrées, le désir de mettre au propre des notes laissées au brouillon et qui se seraient accumulées au fil du temps ; l’effort chronologique est sensible dans les douze premières puis, peut-être à partir de feuilles retrouvées a posteriori, à la suite du baptême du dernier enfant en 1587, se trouvent des notices relatives à des opérations ayant eu lieu entre 1584 à 1587, mélangées à d’autres datant des années 1560 et 1570. Comme dans la majorité des livres de raison, « les notices plus ou moins chronologiques suivent l’accroissement des biens, ponctuées de bilans réguliers43 », le tout dans une logique ascensionnelle.

Illus. 4 : Exemple de notice barrée : (BMA, ms 365, fo 40) : Le XXI fevrier 1592 ay vendut au compere Honnorat Antheaume la quantité de cent cestiers ble a quinze florins le cestier en dedution duqule prix ay receu huict doublons a quatorze florins piece et le reste me payera dans quinze jours prochains. Marge : receu 200 écus outre ce 8 doublons que valent 22 écus 24 sols. (1 doublon = 14 florins = 28 écus).

Cliché Fabienne Martin, responsable du fonds ancien de la bibliothèque municipale d’Arles [BMA]).

22La tenue du livre reste identique au long des 51 folios qui le composent : de courtes notices, datées ou non, avec, en marge, une indication sur le contenu : objet, nom et/ou somme en jeu. Le texte s’allonge au fur et à mesure que la complexité de l’opération ou de l’événement le requiert. Seules 13 notices (3,3 % des 398) ont une longueur supérieure ou égale à neuf lignes : vingt trois lignes sont consacrées à la description d’un radeau de bois qu’Antoine Peint et quatre associés ont acheté et leur présentation est singulière : les montants des diverses pièces composant le radeau sont portés dans la marge en regard de leur description et un total de ces sommes est fait sur les deux pages sur lesquelles s’étend la liste ; pour cette notice, et uniquement pour elle, le rédacteur adopte une disposition ressemblant à celle des registres administratifs de la fiscalité ou du contrôle auxquels sont soumis les denrées du commerce. La relation de la peste survenue à Arles en décembre 1579 et le meurtre du premier consul en 1592, lors d’une émotion populaire, méritent seize lignes. Les neuf notices les plus longues relatives à une affaire financière (héritage, arrentement, cession de créances, comptes divers) ont une longueur comprises entre neuf et quinze lignes. Les prêts ou les paiements font l’objet d’une formule synthétique, omettant, comme dans le provençal, le pronom « je » telle « ay prestat », « ay donat à… », « ay balhe… »…, suivie d’un nom, une somme et quelques indications comme l’existence d’un acte notarié, d’une reconnaissance de dette, d’objets laissés en gages, de la présence de témoins ou de caution.

  • 44 Marie-Rose Bonnet, « Provençal ou français : choix politique ou choix personnel à Arles aux xvie et (...)

23Antoine Peint écrit résolument en français, mais un français truffé d’occitanismes qui fait de son livre un document parfois difficile à lire et/ ou à comprendre. Le provençal est repérable tout particulièrement dans la syntaxe, l’orthographe et le vocabulaire utilisé : il apparaît, par exemple, dans des verbes comme « crompar » pour acheter, « aclaper » pour détruire, dans le vocabulaire « technique » c’est-à-dire tout ce qui touche aux travaux que le scripteur fait faire dans ses maisons ou aux terres qu’il fait mettre en valeur, ainsi que dans le détail du matériel composant un radeau. Si la féminisation des patronymes féminins ne surprend pas en raison de sa pérennité à l’époque moderne, en revanche le terme « dono » utilisé devant le patronyme féminin est provençal. Le scripteur conserve aussi ici la forme du féminin -o, dans bailo, la nourrice, carriero nove, costo basso, terro, « apparue dès la fin du xve siècle dans les documents arlésiens, en concurrence alors avec -a, -e, et qui perdurera jusqu’à nos jours44 ».

  • 45 Jean Boyer, « Le livre de raison d’Honoré de Nicolay écuyer d’Arles… », op. cit., p. 67.
  • 46 Et, dans cette éventualité, une alliance avec la famille de Bindray, dont l’un des membres est cons (...)

24Tout comme Honoré Nicolay, dans le premier tiers du xviie siècle, son vocabulaire technique, lorsqu’il parle de ses maisons ou de ses terres, « est à peu près exclusivement composé de mots provençaux qu’il francise et orthographie à sa fantaisie45 ». La confusion entre « b » et « v » peut entraîner des incertitudes, ce qui est le cas pour les noms Vendran et Bindray (ou Bindran) : la femme d’Antoine Peint s’appelle Jehanne de Vendrane et, dans son livre, le rédacteur fait allusion à son « honcle » Loys Esperon, époux de Doucette de Bindray ; la confusion entre les consonnes B et V pourrait rendre envisageable une parenté entre Jehanne et Doucette et pourrait élucider le lien de parenté entre Antoine et Esperon46. De même, l’utilisation de prénoms ou de surnoms, tels la gardo Royron, la gardo Laugier, lou Carmo, le Chartrat, ne permet pas non plus d’être toujours sûr de l’identité du partenaire commercial.

  • 47 Marie-Rose Bonnet, « Provençal ou français… . », op. cit., p. 63.

25Comme le souligne Marie-Rose Bonnet, « Peint, à travers sa langue écrite, porte un double témoignage : ancré dans une communauté qui parle encore le provençal, son désir, conscient ou non, de s’élever dans la société arlésienne l’oblige à connaître l’autre langue, celle de la communication désormais officielle47 ».

Notes

15 Louis Mège, chef du bureau de l’état civil, fils du notaire Pierre-Claude Mège, a laissé à la bibliothèque municipale d’Arles un fonds très important. Dans son article « Manuscrits de la bibliothèque d’Arles » dans le Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques de France, Départements, t. XX, Paris 1893, p. 345-350), le chanoine Albanès, à propos de ce fonds offert par Louis Mège « qui d’un coup a doublé le nombre des volumes primitifs », écrit : « en bon Arlésien, M. Louis Mège avait colligé depuis de longues années tout ce qu’il avait pu trouver de papiers se rapportant à son pays, et, par suite d’heureuses rencontres, il était parvenu à posséder plus de deux cents manuscrits sur des sujets fort variés ».

16 Voir le site internet : BNF-L’aventure des écritures. Matières et formes : l’encre. classes.bnf.fr/ dossisup/usages/art5en.htm.

17 Anne Béroujon et Isabelle Luciani, « Les écrits du for privé : matière et texte », in Jean-Pierre Bardet et François-Joseph Ruggiu, dir., Les Écrits du for privé en France de la fin du Moyen Âge à 1914…, op. cit., p. 37. Plus généralement sur la recherche, voir François-Joseph Ruggiu, « Les écrits du for privé : pertinence d’une notion historique », in Jean-Pierre Bardet et François-Joseph Ruggiu, dir., Les Écrits du for privé en France de la fin du Moyen Âge à 1914…, op. cit., p. 9-34.

18 Ibid., p. 38.

19 Ibid., p. 36.

20 Les informations ont été fournies par Fabienne Martin, responsable du Fonds ancien de la bibliothèque municipale d’Arles ; elle a, en outre, photographié le filigrane et l’a identifié sous la référence no 4416 dans l’ouvrage de Charles-Moïse Briquet, Les filigranes. Dictionnaire des marques du papier dès leur apparition vers 1282 jusqu’en 1600, t. II, Paris, Londres, Leipzig, Amsterdam, Rome, Madrid, Genève, 1907, p. 235-426 ; p. 266, on trouve la phrase suivante : « Quoiqu’il en soit, le fligrane de la colonne est resté en usage dans le Comtat et y est devenu banal à partir du xvie siècle » p. 266.

21 Anne Béroujon et Isabelle Luciani, « Les écrits du for privé : matière et texte »…, op. cit., p. 39.

22 Livre de raison d’Antoine Peint, BMA, ms 365, fo 50.

23 Jean Boyer, « Le livre de raison d’Honoré de Nicolay… », op. cit., p. 58.

24 Michel Cassan cite le cas de Jean Burel, marchand tanneur du Puy, qui voit ses mémoires saisis pour être amendés « afin de supprimer toute évocation du passé contraire aux choix politiques du souverain et aux dispositions contenues dans les édits de réduction des villes publiés au cours des années 1594-1595 » (Michel Cassan, « Écriture de l’événement, récit de soi dans les écrits du for privé », in Luciani Isabelle, dir., Récit de soi, présence au monde…, op. cit., p. 58).

25 BMA, ms 365, fo 37 vo.

26 BMA, ms 365, fo 50 vo.

27 Registre se trouvant dans une bibliothèque privée.

28 Sylvie Mouysset, Papiers de famille…, op. cit., p. 114.

29 BMA, ms 365, fo 1 du livre de Jacques de Peint.

30 BMA, ms 365, fo 2 du livre de Jacques de Peint.

31 Ce préambule est suivi de la phrase « Les actes les plus anciens font mention de plusieurs bienfonds possédés par Gauchier Peint en 1550. Il avait un fils nommé Antoine par lequel commence cette suite de matières ». Jean-Pierre Giraud a donc eu quelques informations sur le père d’Antoine Peint le premier.

32 Achille Gautier-Descottes, « Le livre de raison d’Antoine Peint (xvie-xviiie siècles) », in Le Musée, Revue arlésienne historique et littéraire, 5e série, 1880, p. 60-64, 67-69, 84-87, 99-102, publié par Émile Fassin.

33 Madeleine Ferrieres, Yves Grava, Introduction, « Les ego-textes provençaux. Les écrits du for privé en Provence du xive au xviiie siècle », in Provence Historique, t. LIV, fascicule 217, juillet-août 2004, p. 283. « Le néologisme d’égo textes, on l’a dit, a le mérite d’englober la diversité foisonnante de ces documents aux appellations d’origine si diverses sous un générique qui marque bien le dénominateur commun : ces archives sont écrites à la première personne. Pour autant, l’appellation résiste-t-elle à l’analyse de détail ? ». Sur l’invention de la nouvelle expression « écriture du for privé » par Madeleine Foisil, nécessitée par « l’appréhension plurielle du livre de raison », voir Michel Cassan, « Écrits du for privé et événements », in Jean-Pierre Bardet et François-Joseph Ruggiu, dir., Les Écrits du for privé en France de la fin du Moyen Âge à 1914…, op. cit., p. 129.

34 Achille Gautier-Descottes, « Le livre de raison d’Antoine Peint (xvie-xviiie siècles)… », op. cit., p. 60.

35 Georges Pichard, « Un grand corpus provençal : les livres de raison », in Provence historique, t. LIV, fascicule 217, juillet-août-septembre 2004, p. 229-248. En page 334, note 10, l’auteur indique les manuscrits 365, 366, 2312, 2313 qui se trouvent à la bibliothèque municipale d’Arles et un autre, qui est dans une collection privée.

36 Achille Gautier-Descottes, « Le livre de raison d’Antoine Peint (xvie-xviiie siècles) », …, op. cit. Son fils, Marc Gautier-Descottes, notaire comme lui, tint une conférence lors du congrès archéologique de France en sa XLIIIe session tenue à Arles en septembre 1876, sous le titre : « Y-a-t-il dans la contrée des livres de raison ? En produire des originaux et des extraits », dont le texte a été publié dans le Congrès archéologique de France, XLIIIe session, Séances générales tenues à Arles en 1876 par la société française d’archéologie, Paris, 1877, p. 763-772. L’orateur cite quelques exemples de livres de raison dont « le livre de la maison de Peint écrit par Jean-Pierre Giraud bourgeois d’Arles qui en 1756 épousa la demoiselle Marianne de Peint » (p. 770).

37 Anne Béroujon et Isabelle Luciani soulignent que « l’en tête du livre peut imiter l’aspect formal de la page de texte du livre imprimé ». (« Les écrits du for privé : matière et texte », in Jean-Pierre Bardet et François-Joseph Ruggiu, dir., Les Écrits du for privé en France de la fin du Moyen Âge à 1914…, op. cit., p. 42).

38 Sylvie Mouysset, Papiers de famille. Introduction à l’étude des livres de raison (France xve-xixe siècle), Rennes, PUR, 347 p. ouvrage cité par l’auteur en page 33.

39 Ibid., p. 39.

40 Ibid., p. 41.

41 Ibid. p. 40. L’auteur cite cette recommandation de Claude Mermet : « Il faut bien se souvenir de mettre en première page de notre livre AU NOM DE DIEU, livre de raison pour un tel marchand de tel lieu ».

42 Valérie Pietri, « Le livre de raison en Provence aux xviie et xviiie siècles : entre livre de compte et livre de famille », in Provence historique, t. LIV, fascicule 217, juillet-août-septembre 2004, p. 326.

43 Sylvie Mouysset, Papiers de famille…, op. cit., p. 200.

44 Marie-Rose Bonnet, « Provençal ou français : choix politique ou choix personnel à Arles aux xvie et xviie siècles ? », in Revue d’Études d’Oc, no 169, 2019, p. 55-69.

45 Jean Boyer, « Le livre de raison d’Honoré de Nicolay écuyer d’Arles… », op. cit., p. 67.

46 Et, dans cette éventualité, une alliance avec la famille de Bindray, dont l’un des membres est conseiller noble en 1589, témoignerait des ambitions sociales de l’auteur.

47 Marie-Rose Bonnet, « Provençal ou français… . », op. cit., p. 63.

Table des illustrations

Légende Illus. 2 : Filigrane du papier utilisé par Antoine Peint fin xvie siècle.
Crédits (Cliché Fabienne Martin, responsable du fonds ancien de la bibliothèque municipale d’Arles [BMA]).
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/47570/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Légende Illus. 3 : Première page du manuscrit d’Antoine Peint (BMA, ms. 365, fo 1).(On remarquera le soin que le rédacteur a pris pour introduire son propos : le « L » de livre est ornementé d’une succession de « l » imbriqués les uns dans les autres rejoignant le haut du folio et sur certains « i » figurent un symbole ornemental ressemblant un peu à un point d’interrogation. Modestement, le nom du scribe est écrit en caractères plus petits).
Crédits (Cliché Fabienne Martin, responsable du fonds ancien de la bibliothèque municipale d’Arles [BMA]).
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/47570/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Légende Illus. 4 : Exemple de notice barrée : (BMA, ms 365, fo 40) : Le XXI fevrier 1592 ay vendut au compere Honnorat Antheaume la quantité de cent cestiers ble a quinze florins le cestier en dedution duqule prix ay receu huict doublons a quatorze florins piece et le reste me payera dans quinze jours prochains. Marge : receu 200 écus outre ce 8 doublons que valent 22 écus 24 sols. (1 doublon = 14 florins = 28 écus).
Crédits Cliché Fabienne Martin, responsable du fonds ancien de la bibliothèque municipale d’Arles [BMA]).
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/47570/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 91k

© Presses universitaires de Provence, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search