Version classiqueVersion mobile

Le livre de raison d’Antoine Peint

 | 
Patricia Payn-Echalier

Première partie

Introduction et analyse du livre de raison d’Antoine Peint

Texte intégral

  • 1 Élisabeth Arnoul, Raphaëlle Renard-Foultier et François-Joseph Ruggiu, Les écrits du for privé en F (...)
  • 2 Michel Cassan, « Écriture de l’événement, récit de soi dans les écrits du for privé », in Isabelle (...)
  • 3 Voir, à ce sujet, le site internet : ecritsduforprive.huma-num.fr/presentation.htm ainsi que Élisab (...)

1L’ouvrage que nous présentons ici fait partie des ego documents ou écrits du for privé qui rassemblent les livres de raison, livres de famille, mémoires, diaires, autobiographies, journaux de toute nature et « d’une manière plus générale, tous les textes produits hors institution et témoignant d’une prise de parole personnelle d’un individu, sur lui-même, les siens, sa communauté1 ». Ils sont apparus au Moyen Âge dans tous les pays d’Europe, se sont beaucoup diversifiés dans leur contenu au xviiie siècle et ont connu leur âge d’or au xixe siècle. À la fin de celui-ci, ils ont soulevé, en France, une vague d’intérêt chez les nostalgiques de la société d’Ancien Régime et nombre d’érudits locaux ont laissé une moisson de ces livres et documents dans les publications de leurs sociétés savantes, principalement entre 1880 et 1914. Cet engouement, retombé à la fin de la première guerre mondiale, a retrouvé « une actualité scientifique dans les années 1970-19802 » ; actuellement, depuis 2003, un groupe de chercheurs a lancé une enquête collective centrée sur « Les écrits du for privé en France de la fin du Moyen Âge à 1914 », élargi depuis 2007 à d’autres pays européens3.

  • 4 Georges Pichard, « Un grand corpus provençal : les livres de raison », in Provence historique, t. L (...)
  • 5 Marie-Anne Domergue, (« Le livre de raison (1729-1745) de Jean-Baptiste de Grille. Vie quotidienne (...)

2Georges Pichard, dans son étude du grand corpus provençal des livres de raison4, a montré la richesse des fonds d’archives et de bibliothèques de la région. Il dénombre pour Arles 96 de ces documents mais des publications plus ou moins récentes montrent que de tels livres, écrits par des Arlésiens, se trouvent aussi dans d’autres dépôts d’archives5.

  • 6 Charles de Ribbe est l’auteur de : Une famille au xvie siècle d’après des documents originaux, préc (...)
  • 7 BMA, ms 340, 341, 342 et 343.
  • 8 Jean Boyer, « Le livre de raison d’Honoré Nicolay, écuyer d’Arles (1610-1635) », in Provence histor (...)
  • 9 Bruno Bourjac, La République et son ombre : métamorphoses du politique à Arles entre la Ligue et la (...)
  • 10 Ibid., François de Nicolay multiplie les investissements, fonciers, mais il développe aussi une act (...)
  • 11 Michel Cassan, « Une typologie des écrits du for privé… », in Jean-Pierre Bardet et François-Joseph (...)
  • 12 Fort situé au nord de la Camargue (au lieu-dit actuel Albaron) sur le Petit Rhône afin de contrôler (...)
  • 13 La taxe du « 2 % » ne s’applique pas aux produits du territoire dont l’exportation fait, elle, l’ob (...)
  • 14 Le blé est la denrée phare du terroir arlésien et son rôle spéculatif augmente aux cours du dernier (...)

3Parmi les livres disponibles à Arles, plusieurs ont été écrits, comme le livre d’Antoine Peint, pendant la période troublée des « guerres de Religion » tels les mémoires de Louis Romany, Jean Gertoux, Robert et Étienne de Chiavary qui relatent les bouleversements politiques que connut la cité, mémoires qui ont été utilisés par Bruno Bourjac pour son étude de la Ligue à Arles ; plus tôt, celui de Jeanne du Laurens avait attiré l’attention de Charles de Ribbe6 à la fin du xixe siècle ; l’un de ceux de la famille de Nicolay7, à la charnière des xvie et xviie siècles, a été dépouillé et publié par Jean Boyer, celui d’Honoré Nicolay8, et, plus récemment, une étude de celui de François de Nicolay a été faite par Bruno Bourjac9. Ces deux derniers travaux mettent l’accent sur la diversification des opérations commerciales et financières de ces hommes et le nouveau modèle économique qui semble se mettre en place pendant la période de la Ligue et au delà10. C’est aussi ce que nous a permis de percevoir le livre présenté ici ; mais, à la différence des deux premiers, il est écrit par un homme de condition relativement modeste, issu du monde agricole, probablement la frange haute qui s’est hissée vers la boutique, qui entreprend de laisser ce qu’il intitule un « Livre de memoyres pour moy Anthoine Peinct » dont les premières notices remontent à 1569. Ce livre a pour objet de rappeler certains événements et des affaires passées mais c’est essentiellement un livre de comptes dans lequel se mêlent des événements familiaux, naturels ou politiques qui frappent les esprits ; c’est donc un livre de raison, celui que tiennent « le bon ménager et le marchand11 ». Cet homme se rencontre, parmi de nombreux autres contemporains, dans les sources de la fiscalité consultées pour les années 1580, comme les registres de la taxe dite du « 2 % », créée par Henri iii en 1577 et frappant toutes des denrées passant devant Arles et le fort du Baron12 (illustration 1 : le fort du baron) par voie de terre comme par voie d’eau ou les registres d’obligations passées devant le notaire de la communauté pour l’exportation des produits du cru13, dont le fameux blé que le vaste territoire de la ville fournit alors en excédent14. Dans les dernières décennies du xvie siècle, il semble qu’un grand nombre de citoyens de la ville, nobles, bourgeois, marchands mais aussi artisans ou patrons de barque, se lancent dans le commerce maritime, le port d’Arles étant situé, de manière avantageuse, à la rupture de charge entre fleuve et mer. Même si bien d’autres qu’Antoine Peint sont nettement plus présents, au cours de la décennie 80 du siècle, dans les sources mentionnées, en particulier des hommes issus de sphères sociales plus élevées qui passent des contrats chez les notaires pour un commerce de plus grande envergure, son écrit rend compte de l’évolution de ses affaires au moment où les événements politiques se précipitent. Écrit en pleine période de la Ligue, il donne l’occasion à son lecteur de prendre la mesure de la diversification de ses activités et de cerner ses réseaux de sociabilité. En outre, ce document, croisé avec d’autres sources (registres paroissiaux, délibérations communales), a permis de percevoir la stratégie d’ascension sociale que cet homme met en œuvre et d’en découvrir l’efficacité puisqu’il accède au statut de bourgeois et que, peu après sa disparition, son fils aîné accèdera à la noblesse.

Illus. 1 : Le fort du Baron est situé, sur le détail de cette carte, rive gauche du petit Rhône, en face du fort languedocien de La Motte.

(Carta corografica, 1592, Ascanio Vitozzi. Archivio di Stato di Torino, Architettura militare, vol. III fo 10).

4Dans cette première partie, après une présentation du document, que nous avons ensuite placé dans le contexte politique particulier du dernier tiers du xvie siècle, puis de celle du rédacteur du livre et de son environnement familial, nous avons dressé un tableau de ses activités de marchand avant de proposer un aperçu de ses réseaux de sociabilité et de conclure sur la trajectoire qui conduisit sa famille à passer, en une génération, de « la boutique » au second ordre.

Notes

1 Élisabeth Arnoul, Raphaëlle Renard-Foultier et François-Joseph Ruggiu, Les écrits du for privé en France de la fin du Moyen Âge à 1914 : bilan d’une enquête scientifique en cours. Résultats de 2008-2010, in : L’historien face au manuscrit : Du parchemin à la bibliothèque numérique [en ligne]. Louvain-la-Neuve : Presses universitaires de Louvain, 2011 (généré le 30 janvier 2019). Disponible sur Internet : <http://books.openedition.org/pucl/1264>. ISBN : 9782875581945. p. 167. Voir aussi l’article de Michel Cassan, « Une typologie des écrits du for privé », in Jean-Pierre Bardet et François-Joseph Ruggiu, dir., Les Écrits du for privé en France de la fin du Moyen Âge à 1914, Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques (CTHS), 2014, p. 69-98, dans lequel l’auteur mentionne, p. 97, que « chaque écrit a ses caractères qui fondent une typologie et un arc semble se dessiner du livre de raison, pensé comme le degré zéro de l’écriture de soi, au journal intime, quintessence de l’écrit de soi » ; il ajoute cependant « que la porosité des écritures ordinaires est avérée et que, dans maints livres de raison, surgit brutalement une part de soi ».

2 Michel Cassan, « Écriture de l’événement, récit de soi dans les écrits du for privé », in Isabelle Luciani, dir., Récits de soi présence au monde. Jugements et engagement Europe Afrique, xvie-xxie siècle, Aix-en-Provence, PUP, Le Temps de l’histoire, 2014, p. 43.

3 Voir, à ce sujet, le site internet : ecritsduforprive.huma-num.fr/presentation.htm ainsi que Élisabeth Arnoul, Raphaëlle Renard-Foultier et François-Joseph Ruggiu, Les écrits du for privé en France de la fin du Moyen Âge à 1914…, op. cit., p. 167-188.

4 Georges Pichard, « Un grand corpus provençal : les livres de raison », in Provence historique, t. LIV, fascicule 217, juillet-août-septembre 2004, p. 329-348.

5 Marie-Anne Domergue, (« Le livre de raison (1729-1745) de Jean-Baptiste de Grille. Vie quotidienne et portrait intime d’un gentilhomme arlésien dans la première moitié du xviiie siècle », in Positions des thèses de l’École nationale des chartes, 2010, p. 117-122) a pour source le livre de raison de Jean-Baptiste de Grille conservé au Centre historique des Archives nationales, sous la cote AB XIX 3300 À qui, en raison de son état, n’est consultable que sur autorisation. Nathalie Daigne, (« Le livre de raison d’Honoré de Quiqueran de Beaujeu. Une famille noble arlésienne aux xvie et xviie siècles », in Positions des thèses de l’École nationale des chartes, 2008, p. 83-91) a utilisé, outre les archives de la famille et les travaux d’érudits locaux se trouvant à la bibliothèque municipale d’Arles (désormais BMA), le manuscrit du livre de raison d’Honoré de Quiqueran de Beaujeu conservé au centre historique des Archives nationales. Sylvie Noëlle Fabarez, (Miroir d’une vie, Les livres de raison de Trophime de Mandon, gentilhomme arlésien (1598-1674), Mémoire de Maîtrise sous la direction de Monsieur le professeur Pierre Chaunu et de Mademoiselle le professeur Madeleine Foisil, Aix, 1988) utilise pour son travail outre deux manuscrits de la famille de Mandon de la bibliothèque municipale d’Arles, ms 1007 et ms 1008, le livre AB XIX 3298 des Archives nationales. Isabelle Luciani, (« Écrire pour laisser trace : les recueils manuscrits de François Rebatu (1588-1662) » in Annales du Midi : revue archéologique, historique et philologique de la France méridionale, t. 122, No 270, 2010. Plumes singulières, écrits de soi (xvie-xviiie siècle) p. 175-196 doi : https://doi.org/10.3406/anami.2010.7317 https://www. persee.fr/doc/anami_00034398_2010_num_122_270_7317) utilise des manuscrits se trouvant à la bibliothèque Méjannes d’Aix-en-Provence.

6 Charles de Ribbe est l’auteur de : Une famille au xvie siècle d’après des documents originaux, précédée d’une lettre du R. P. Félix, Tours, Mame, 1879, ouvrage écrit à partir du livre de raison de Jeanne du Laurens, fille de Louis du Laurens médecin à Tarascon et à Arles et sœur d’André, médecin d’Henri IV, de Gaspard, archevêque d’Arles de 1603 à 1630, et d’Honoré, archevêque d’Embrun.

7 BMA, ms 340, 341, 342 et 343.

8 Jean Boyer, « Le livre de raison d’Honoré Nicolay, écuyer d’Arles (1610-1635) », in Provence historique, t. 32, Fascicule 127, 1982. Ce livre de raison se trouve à bibliothèque municipale d’Arles sous la cote ms 344.

9 Bruno Bourjac, La République et son ombre : métamorphoses du politique à Arles entre la Ligue et la Fronde, thèse sous la direction de Jacques Guilhaumou, Villeneuve d’Ascq, Atelier National de Reproduction des Thèses (ANRT), 2010, p. 278, note 1049.

10 Ibid., François de Nicolay multiplie les investissements, fonciers, mais il développe aussi une activité de prêteur « que rien ne vient différencier de l’usure » et, ayant accumulé les fonds, il s’engage au tout début du xviie siècle, avec trois associés, dans des activités de commerce maritime, le transport de blé, vers l’Espagne et l’Italie. Jean Boyer trouve dans le livre de raison d’Honoré Nicolay un compte rendu précis des activités économiques de ce personnage qui a pris le soin de noter scrupuleusement le détail de ses investissements, de ses dépenses et de ses recettes pendant un quart de siècle, de sorte qu’il est assez tentant d’utiliser cette comptabilité, même fragmentaire, comme moyen de mieux connaître la place qu’occupait la bourgeoisie locale dans la vie économique du début xviie siècle, au moment où s’ouvrait pour la Provence une période de relative stabilité. (« Le livre de raison d’Honoré Nicolay… », op. cit., p. 57).

11 Michel Cassan, « Une typologie des écrits du for privé… », in Jean-Pierre Bardet et François-Joseph Ruggiu, dir., Les Écrits du for privé en France de la fin du Moyen Âge à 1914…, op. cit., p. 72.

12 Fort situé au nord de la Camargue (au lieu-dit actuel Albaron) sur le Petit Rhône afin de contrôler aussi la circulation sur ce bras du fleuve.

13 La taxe du « 2 % » ne s’applique pas aux produits du territoire dont l’exportation fait, elle, l’objet d’un contrôle exercé par la communauté qui conduit celle-ci à dresser ces obligations. Par ce terme, il faut entendre que le déclarant s’oblige sur sa personne et ses biens « aux rigueurs de toutes cours » afin de respecter la promesse de rapporter, dans un délai fixé par les autorités de la ville, le passeport de la marchandise, endossé par les autorités du lieu de déchargement (consuls de la cité, officiers du port, ou encore consul de la nation française si la cargaison est négociée à l’étranger ou les autorités militaires si la marchandise leur est destinée).

14 Le blé est la denrée phare du terroir arlésien et son rôle spéculatif augmente aux cours du dernier tiers du xvie siècle. Les mentions « où bon lui semblera » et sa variante « où bon lui semblera fore et excepte aux terres des ennemys de sa majesté » portées dans dans les obligations aux lieu et place du port de déchargement se multiplient (Archives communales d’Arles (désormais ACA), CC 838, années 1582-1588)). Les patrons des bâtiments qui transportent la cargaison se font alors marchands avec l’accord des affrèteurs qui les chargent de négocier la marchandise, dans un port ou un autre, au mieux de leurs intérêts. (Voir Georges Pichard, « L’environnement naturel et matériel : les fondements agraires de la vie arlésienne à l’époque moderne », in Arles, Histoire, territoires et cultures, Arles, Actes Sud, 2008, p. 523-566, plus particulièrement sur le sujet, p. 526-531).

Table des illustrations

Légende Illus. 1 : Le fort du Baron est situé, sur le détail de cette carte, rive gauche du petit Rhône, en face du fort languedocien de La Motte.
Crédits (Carta corografica, 1592, Ascanio Vitozzi. Archivio di Stato di Torino, Architettura militare, vol. III fo 10).
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/47565/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 67k

© Presses universitaires de Provence, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search