Version classiqueVersion mobile

Prélats et hommes de guerre dans la France du XVe siècle

 | 
Fabien Roucole

Prélats, guerre et société

Au regard de la société

Images des prélats mêlés aux guerres dans les écrits des chroniqueurs et poètes

Texte intégral

1L’étude des débats conciliaires ou des traités le laisse entrevoir : les opinions au sujet des prélats qui portent les armes sont en fait très variées, même parmi les clercs. Les chroniqueurs, poètes et autres écrivains en sont de bons témoins. Ils abordent de diverses façons le rapport des prélats au métier des armes. En général, la guerre est considérée comme une activité étrangère aux clercs. Ceux-ci sont vus comme inexpérimentés en la matière et, bien souvent, comme des lâches. D’autres ecclésiastiques se révèlent plus doués à ce métier, mais au risque d’être perçus comme des personnages contre-nature, des monstres. D’autres encore, au contraire, sont jugés positivement : ce sont ceux qui s’illustrent comme combattants ou comme chefs de guerre. Parmi ces diverses opinions, les considérations purement morales n’ont généralement qu’une place restreinte. Ce sont surtout les capacités des prélats que les chroniqueurs prennent en compte, à quelques exceptions près. Certaines des conceptions qui vont être évoquées sont largement partagées dans la société du xve siècle : elles constituent de véritables préjugés attachés à l’image du clergé. D’autres images sont particulières à un prélat, à un chroniqueur.

2Ces jugements sont variés, mais ils peuvent être classés en quelques grandes catégories. D’abord, bien sûr, ils peuvent être positifs ou négatifs (quoique, dans bien des cas, le narrateur ne prenne pas nettement position). Ce chapitre est donc organisé selon ce principe, qui semble être le plus clair. Mais ensuite, les portraits négatifs ne sont pas tous construits avec les mêmes arguments, de même que les positifs. Chacune des deux parties aborde donc successivement les diverses situations.

Présomptueux, couards et monstres sanguinaires. Les jugements négatifs

3Trois stéréotypes négatifs apparaissent dans la littérature médiévale. Ce sont d’abord ceux que l’on nomme parfois les « clercs d’armes » : des ecclésiastiques qui ne connaissent rien à la guerre, mais donnent leurs avis à ce sujet ; pour cette raison, ils sont taxés de présomption et moqués par les gens de guerre.

4Le deuxième travers typiquement attribué aux prélats est la couardise. Enfin, dans le troisième cas, c’est au contraire un caractère exagérément belliqueux qui leur est reproché.

« Car ce n’est pas leur mestier ». Les clercs jugés inaptes à la guerre

5Pour la majorité des chroniqueurs et autres écrivains, c’est une généralité : les clercs ne sont pas aptes à la guerre. Ils ne sont pas formés pour ça, et leur état leur interdit d’y prendre part. Comme la première partie de ce travail l’a montré, cette image correspond largement à la réalité. Il est pourtant fréquent que des évêques soient mêlés d’une façon ou d’une autre aux grands conflits ; dans ce cas, de l’avis des auteurs de cour, les princes doivent s’abstenir d’écouter leurs conseils.

Des conseillers dont il faut se garder : les clercs d’armes

  • 1 E. Deschamps, op. cit., t. XI pour la vie du poète, en particulier p. 31-32. Voir aussi Thierry Las (...)

6Dans deux de ses lais, le poète Eustache Deschamps (v. 1346 – v. 1407)1 condamne ainsi les clercs qui se piquent de donner des conseils aux princes en guerre. Dans le Lay du Roy, il conseille au jeune Charles VI de bien s’entourer :

  • 2 E. Deschamps, op. cit., t. II, p. 320-321, v. 190-199.

Amer dois bons chevaliers,
Gens d’armes et escuiers
Qui doivent suir ta guerre ;
Ceuls soient tes conseilliers
En ce cas, qui les premiers
Yront pour honnour acquerre
Et ton ennemi requerre.
Clercs n’y vont pas voulentiers,
Car ce n’est pas leurs mestiers :
Nulz n’y doit leur conseil querre2.

7Le même thème est développé, de façon plus agressive, dans le Lay de plour. Cette fois, Deschamps s’attaque à des hommes d’Église qui n’hésitent pas à donner volontairement leur avis sur la conduite de la guerre :

  • 3 Ibid., t. II, p. 310, v. 131-140.

Comment ose un clerc parler
D’armes, qui n’y doit aller
Et n’en a l’experience ?
Folie est de l’appeller
ne de son conseil ouvrer :
voist plaidier son audience.
Mais ceuls qui ont la science
Des faits d’armes achever
Doit on croire et eslever3.

8Les poèmes de Deschamps, à travers l’exhortation ou l’exemple édifiant, sont censés montrer la voie du bon gouvernement. Dans le Lay de plour, il incarne ainsi un souverain que ses fautes ont conduit à la déchéance. Le problème pour lui n’est pas que ces clercs transgressent l’interdit canonique en parlant de guerre. Ce problème concerne les ecclésiastiques, et le poète ne s’adresse pas à eux, mais au roi et aux princes. Si le conseil des clercs est à éviter en temps de guerre, c’est simplement parce que ceux-ci ne sont pas compétents en ce domaine, et ne peuvent donc donner de bons avis.

9Derrière l’emploi de la formule « oser parler » dans le Lay de plour pointe même un certain mépris, voire une touche d’animosité, des nobles laïcs envers ces clercs qui se piquent de connaître le métier des armes sans le pratiquer. L’idée est que les évêques qui conseillent le roi peuvent facilement jouer les va-t-en-guerre, qu’ils peuvent donner des avis hasardeux et exagérément optimistes pour apparaître plus entreprenants et complaire à leur maître, eux qui ne seront jamais forcés d’aller risquer leur vie sur le champ de bataille. Les chevaliers et autres gens de guerre, quant à eux, vont y mettre « corps et chevence », c’est-à-dire risquer leur vie et leurs biens. Leurs avis doivent être regardés comme plus sages, et, s’ils paraissent parfois plus timorés, c’est pour de bonnes raisons, car ces hommes-là savent de quoi ils parlent.

  • 4 Jean de Montreuil, « Traité à toute la chevalerie », dans id., Opera, éd. N. Grévy, E. Ornato, G. O (...)
  • 5 Ibid., p. 130.

10Ces clercs présomptueux sont parfois nommés les clercs d’armes. Cette expression péjorative apparaît vers 1410 dans le traité À toute la chevalerie de Jean de Montreuil4. Celui-ci, lui-même clerc, écrit alors pour exhorter les nobles français au combat contre les Anglais. Il admet que ceux-ci sont des adversaires redoutables, mais que les Français, s’ils sont dirigés par des chefs experts, sont tout à fait capables de les battre. Il concède qu’il n’est pas le mieux placé pour parler de guerre lorsqu’il écrit « je sens qu’il est ja qui pourra dire : mon ami, tu en parles comme clerc d’armes et à ton aise, mais tu ne sces pas quelles gens d’armes et quelz archiers il a en Angleterre5 ». Ces reproches sont exactement ceux que formulait Eustache Deschamps quelques années plus tôt. Mais Jean de Montreuil défend son droit à aborder le sujet :

  • 6 Ibid.

Et me semble que clers peuent tres bien parler d’armes, car, par les grans faiz des vaillans hommes du temps passé et lacheté des autres, qui tous par iceulx clers s’escrisent, ilz peuent tres bien donner generaulx consaulx en armes, et la maniere comment ceulx de jadiz procederent raconter6.

11Il prétend ainsi avoir une certaine connaissance des affaires militaires, fondée non pas sur l’expérience du terrain, mais sur l’étude des chroniques, et surtout des histoires antiques, où sont consignés les faits d’armes mémorables. Cette connaissance des livres lui permet de donner au moins des conseils d’ordre général et moral. Elle l’autorise à rappeler aux chevaliers de son temps les prouesses de Bertrand du Guesclin et de Louis de Bourbon, mais aussi de héros plus anciens, en remontant jusqu’au temps où les Gaulois faisaient trembler le monde hellénistique. Pour lui, ce sont les ancêtres en droite ligne des nobles français de son époque ; leur exemple doit enflammer le cœur de ceux-ci. Enfin, pour appuyer son propos, le clerc d’armes a en plus établi une longue liste de victoires remportées par les Français depuis les années 1350, et ce d’après le témoignage de chevaliers et d’écuyers dignes de foi. Ce recours à l’exemple des guerriers anciens le rapproche de Jean Juvénal des Ursins, qui lui aussi se pique d’avoir une certaine culture militaire puisée dans les livres.

12Malgré ce soin, la défense de Jean de Montreuil ne semble pas avoir été très convaincante, car les clercs d’armes continuent à être moqués par Martial d’Auvergne dans les Vigilles du roy Charles VII. Selon lui, certains sont mécontents que le roi ait accepté la reddition de Bordeaux par traité en 1453. Ils pensent que la cité, qui avait déjà été soumise en 1451, puis s’était révoltée et avait rappelé les Anglais l’année suivante, méritait d’être plus sévèrement punie. Mais pour le poète, seuls des clercs d’armes peuvent défendre une telle opinion :

  • 7 Martial d’Auvergne, Les vigilles de la mort du feu roy Charles septiesme, Paris, Jehan du Pré, 1493 (...)

Et ainsi en conclusion
Quand le feu roy n’auroit gaigné
Que pays sans occision
Si a il beaucoup espargné
Mais il y a tant de gens bestes
Qui le savourent meschamment
Et leur semble que les conquestes
Se font ainsi legierement
Au fort il les fault excuser
Car ilz n’entendent pas les termes
De guerre dont convient user
Et en parlent comme clers d’armes7.

  • 8 T. Basin, Histoire de Charles VII, t. II, p. 200.

13Ceux qui parlent comme des clercs d’armes pensent « que les conquêtes se font légèrement », ils n’imaginent pas les sacrifices que le siège d’une ville comme Bordeaux, bien fortifiée et bien défendue, aurait coûtés. Malgré la défaite des Anglais à Castillon, elle conservait une garnison importante. Surtout, pendant le siège, une épidémie s’est déclarée dans le camp français. Il était urgent d’abréger les opérations. Certains chroniqueurs affirment que c’est pour cette raison que le roi a été aussi clément avec les Bordelais8. Dans l’esprit de Martial d’Auvergne, ceux qui prétendent que la ville aurait dû être prise par la force ne comprennent pas, dans leur ignorance, que cette situation imposait une solution rapide, que continuer le siège aurait au contraire conduit à un échec. Ces « gens bestes » ne sont pas nécessairement des clercs : ils parlent comme tels. Le clerc d’armes est en fait un étalon de référence, un stéréotype négatif auquel personne ne veut être assimilé.

Un clerc d’armes ridiculisé. Jean Balue et la milice de Paris (1465-1467)

  • 9 Jean de Roye est un serviteur du duc Jean de Bourbon. Thomas Basin estime peu le cardinal Balue, et (...)
  • 10 J. de Roye, Journal, t. I, p. 112.

14Aucun évêque n’est ouvertement qualifié de clerc d’armes dans les chroniques, mais certains sont considérés comme tels, il n’y a aucun doute. Jean Balue en est un exemple typique. Principal conseiller de Louis XI pendant quelques années, il l’accompagne à peu près partout, y compris, on l’a vu, en temps de guerre. Il a donc certainement l’occasion d’exprimer son avis sur les affaires militaires, domaine dans lequel il n’est pas un expert. Comme c’est un parvenu à l’ascension rapide, il excite les jalousies, et les chroniqueurs ne manquent pas de rapporter des anecdotes déplaisantes à son sujet ; ils le font d’autant plus volontiers que Balue est tombé en disgrâce en 1469, ce qui fait de lui une cible facile. Jean de Roye, en particulier, s’attaque à lui à plusieurs reprises9. Celui-ci en effet, non content de révéler la vie déshonnête et la lâcheté du prélat10, tourne en ridicule ses tentatives de se faire passer pour un homme de guerre. Il rapporte ainsi la manière dont Balue faisait le guet à Paris pendant le siège de la ville par la Ligue du Bien public, en 1465 :

  • 11 Maréchal de France, alors chargé de la défense de Paris.
  • 12 J. de Roye, op. cit., t. I, p. 53.

Et, le lundi second jour de juillet, oudit an, maistre Jehan Balue, evesque d’Evreux, fist le guet de nuit parmy ladicte ville, et mena avecques lui la compaignie dudit Joachin Rouault11, avecques clerons, trompetes et autres instrumens sonnans, par les rues et sur les murs, qui n’estoit pas acoustumé de faire à gens faisans guet12.

  • 13 P. de Commynes, Mémoires, t. I, p. 649 et 653, parle d’équipes de guet qui font sonner les tambours (...)

15La raison pour laquelle des trompettes sont utilisées n’est pas expliquée. Il est possible que celles-ci aient une utilité véritable, par exemple pour sonner une alerte, ou au contraire assurer que tout va bien en sonnant régulièrement13. Mais pour le chroniqueur le prélat ressemble à un clerc d’armes présomptueux, qui ne sait pas faire le guet correctement, et qui se fait précéder de musiciens comme un prince lors d’une joyeuse entrée.

16L’évêque d’Évreux (il est alors devenu cardinal) a encore l’occasion de faire parler de lui quand le roi lui confie, en 1467, la charge d’effectuer la montre de la milice de Paris. À cette occasion, Balue est à nouveau critiqué par d’autres chroniqueurs, certains étant proprement scandalisés. Jean Maupoint se fait assez incisif :

  • 14 J. Maupoint, Journal, p. 104.

Et ne convient point icy pretermetre que ledit maistre Jean Balue, evesque de Evreux, sans reverence de l’habit episcopal, fut present esdictes monstres dont plusieurs estoient très mal edifiéz de luy et disoient que il usurpoit et entreprenoit l’execution de l’office et sur l’estat des mareschaux de France14.

17Cette fois, Jean Maupoint ne reproche pas tant au prélat de s’occuper de choses qu’il ne maîtrise pas, mais plutôt d’empiéter sur la juridiction des deux maréchaux de France, qui, traditionnellement, se chargent de faire passer les montres. Ce discours ne s’éloigne finalement pas tant de celui d’Eustache Deschamps : le clerc est critiqué parce qu’il s’approprie le rôle des gens de guerre. La vraie originalité, dans ce texte, est que le chroniqueur, avec plusieurs des seigneurs de l’entourage du roi semble-t-il, juge indécent qu’un évêque examine l’armement des miliciens ; que, ce faisant, il salit l’habit épiscopal.

18Robert Gaguin reprend cette version des faits, mais de façon plus détaillée. Il donne le nom de l’un des indignés, Antoine de Chabannes, comte de Dammartin, et grand maître d’hôtel du roi :

  • 15 Robert Gaguin, Compendium super Francorum gestis, Paris, D. Gerlier et J. Petit, 1500, fol. 146 v.

En ces temps le cardinal Balue, envoyé par Louis à Paris, ordonna que les gens s’assemblent en armes dans le champ dit des clercs, près du monastère de Saint-Germain, afin qu’il recense leur nombre et leurs armes, et qu’il les rapporte à Louis. Il fit la montre lui-même, vêtu d’un habit de lin et monté sur une mule, indigne vraiment de l’office de prêtre et de pontife, raison pour laquelle Chabannes, comte de Dammartin, se moqua du cardinal. Car alors Chabannes était auprès de Louis, et il était indigné qu’un prêtre soit employé aux affaires militaires. « Très sage roi, dit-il, tu envoies le cardinal Balue, évêque d’Évreux, à Paris faire la montre de la milice urbaine. Je te demande de me laisser partir pour Évreux, où je m’occuperai de l’ordination des prêtres. » Les paroles de Chabannes provoquèrent le rire15.

  • 16 On peut d’ailleurs s’étonner qu’aucun chroniqueur n’ait fait le rapprochement entre ce curieux maré (...)
  • 17 BnF, Ms. Fr. 2609, fol. 219 v.
  • 18 Maupoint précise que le duc de Bourbon et un grand nombre de capitaines étaient avec le roi.

19La mention des rires de l’assemblée permet à Gaguin pour exprimer son propre point de vue : cet évêque qui se prend pour un maréchal est ridicule. La description de sa tenue renforce ce trait : vêtu en habit sacerdotal, à dos de mule, il fait un bien piètre chef de guerre16, qui n’a ni le cheval de guerre, ni l’armure, ni le bâton de commandement et l’épée que Frère Guérin arbore sur une enluminure du milieu du xve siècle représentant la bataille de Bouvines dans un manuscrit des Grandes Chroniques de France17. Par cette tenue, l’évêque montre à tous qu’il n’est pas un vrai capitaine, ce qui est d’autant plus choquant que le roi ne manque pas de tels gens18, à commencer par Chabannes lui-même. La réaction de ce dernier s’explique donc aussi par la déception, la jalousie de se voir préférer un clerc pour une tâche qui revient de droit aux gens de son espèce.

Un clerc d’armes ambitieux : Guillaume Briçonnet d’après Philippe de Commynes

  • 19 P. de Commynes, Mémoires, t. I, p. 513-514, 526 et 535. Un résumé des oppositions et des soutiens à (...)

20Philippe de Commynes témoigne de la même aversion pour les clercs d’armes, principalement à l’égard du cardinal Guillaume Briçonnet. À plusieurs occasions, il reproche à ce dernier d’avoir donné de mauvais conseils en affaires militaires au jeune Charles VIII, et surtout de l’avoir poussé à entreprendre l’expédition de Naples en 149419. Selon lui, Briçonnet, qui aurait convaincu le roi de s’engager dans cette aventure pour obtenir un chapeau de cardinal. Ici encore, ce n’est pas tant le fait qu’un homme d’Église conseille la guerre qui est critiqué, mais l’irresponsabilité et le manque de scrupules de ce prélat.

21La critique de Briçonnet vient d’un homme qui a eu des démêlés avec la régence au début du règne de Charles VIII, et qui cherche à reconquérir la position de conseiller éminent qu’il occupait du temps de Louis XI. Il faut aussi prendre en compte le fait que Charles VIII, qui n’a que vingt-quatre ans au moment du départ de l’expédition, est entouré de conseillers jeunes, qui ne sont plus ceux de son père, et qui donnent à son règne une tonalité différente. Commynes s’attaque donc avant tout à un homme qui représente une culture politique très différente de la sienne, et qu’il aimerait évincer de l’entourage du roi pour cette raison. Parmi les arguments qu’il utilise se retrouvent tous les traits du clerc d’armes.

22Ceux-ci apparaissent à plusieurs reprises dans le récit de l’expédition de Naples. Philippe de Commynes mentionne ainsi ce que le cardinal lui aurait dit avant la bataille de Fornoue. Rappelons que celle-ci a lieu lors du retour de Charles VIII du royaume de Naples, que le roi se retrouve confronté à une ligue regroupant Venise, les marquis de Mantoue et de Ferrare ainsi qu’un contingent milanais. Le 5 juillet 1495, les deux armées se font face, séparées l’une de l’autre par le fleuve Taro. L’armée des princes italiens est bien plus nombreuse que celle du roi, qui est de surcroît isolée en pays hostile. Le soir, les conseillers de Charles comprennent qu’ils sont dans une situation difficile et tentent d’éviter la confrontation. Commynes n’est pas au conseil qui se tient dans la tente du roi, mais une fois les décisions prises, Guillaume Briçonnet vient les lui exposer :

  • 20 P. de Commynes, t. I, p. 632.

Envyron Mynuit, me dist le cardinal de Sainct Malo, qui venoit de parler au Roy […], que le Roy partiroit au matin et yroit passer au long d’eulx et faire donner quelque coup de canon en leur ost, pour faire la gorre, et puis passer oultre, sans se y arrester. Et croy bien que ce avoit esté son adviz propre, comme de homme qui savoit pou à parler de tel cas, et qui ne s’i congnoissoit ; et appartenoit bien que le Roy eust assemblé de plus saiges hommes et cappitaines20 […].

23Le plan évoqué par Briçonnet est le suivant : la confrontation doit être évitée ; l’armée doit marcher le long du Taro. Le fleuve a été grossi par un orage, ce qui devrait décourager une traversée de l’ennemi. Pour l’intimider un peu plus, et pour faire bonne figure, une brève canonnade sera tirée.

  • 21 Ibid. : « Je diz au cardinal que si on se approuchoit si pres que de tirer en leur ost, il n’estoit (...)

24Pour le chroniqueur, une telle idée ne peut être due qu’à un homme qui ne sait rien de la science militaire ; selon lui, et il attend que le lecteur soit de son avis, si des canons sont approchés à portée de tir des Italiens, ceux-ci répliqueront, des cavaliers vont sortir des rangs pour escarmoucher, et la bataille ne pourra être évitée21. Dans l’esprit de Commynes, Charles VIII a cédé au travers dénoncé par Eustache Deschamps : souverain jeune et inexpérimenté, il écoute les avis d’un clerc sur la conduite de la guerre, ce qui risque bien de le conduire au désastre.

  • 22 Ibid., p. 669.
  • 23 Ibid., p. 668.
  • 24 Ibid., p. 674.

25Commynes présente par la suite, à plusieurs reprises, le cardinal comme le principal partisan de la reprise de la guerre. Au retour de Naples, en 1495, il plaide pour une intervention armée contre le duc de Milan, qui est alors en train d’assiéger Louis d’Orléans à Novare. Selon le chroniqueur, il est attiré par la rente de 10 000 ducats que le duc d’Orléans lui a promise pour son fils s’il parvient à s’emparer de Milan22. Il dénonce aussi comme allié de Briçonnet l’archevêque de Rouen, Georges d’Amboise, le principal conseiller de Louis d’Orléans, ainsi que quelques laïcs parmi leurs soutiens : le sénéchal de Beaucaire et le comte de Ligny. Mais les deux prélats sont ceux qui apparaissent le plus souvent, les seuls dont il rapporte les propos. Ce sont pour lui les principaux responsables, car ils sont les plus influents auprès de Charles VIII ; il déclare sans ambages : « et doubtoye que ces prelatz ne fussent cause de ramener le Roy a la bataille23 ». Bien sûr, une telle politique est une folie aux yeux du prudent Commynes. Il dépeint, face à lui, un Briçonnet sûr de la victoire, exagérément optimiste, car il ne pense pas aux fortunes de la guerre, encore moins aux nouveaux défis qui vont immanquablement suivre l’éventuelle victoire : difficultés de l’occupation du duché et réactions des autres princes. Surtout, Georges d’Amboise et lui ne prennent pas de risques, puisqu’ils sont clercs : « Ceulx qui vouloient rompre la paix, comme Messire Jehan Jacques et aultres qui parlerent en faveur du duc d’Orleans, se leur sembloit, monstroient vouloir la bataille, mais ilz estoient gens d’Eglise, et ne s’i fussent point trouvez24. »

  • 25 Trivulzio est pourtant l’un d’eux, il commandait l’avant-garde avec le maréchal de Gié à la bataill (...)
  • 26 Né dans une famille marchande de Tours, il a commencé sa carrière politique au temps de Louis XI da (...)

26Cette fois, le seul des partisans de la guerre à être nommé, messire Jean-Jacques, n’est pas clerc : il s’agit de Trivulzio ou Trivulce, un capitaine de gens d’armes, qui se serait certainement trouvé à la bataille si elle avait eu lieu. Les clercs ne sont que les « autres », certainement le cardinal et l’archevêque de Rouen. Les prélats se voient reprocher d’envoyer les autres se faire tuer à leur place pour assouvir leurs ambitions. Pour appuyer son propos, Commynes a bien soin de préciser que les « grands chefs », c’est-à-dire les capitaines expérimentés25, que l’on ne saurait taxer de couardise, sont opposés à cette entreprise. Ainsi, Briçonnet, mû par la cupidité souvent attribuée aux gens de finance26, protégé par son statut de clerc, mettrait la vie des nobles français et la fortune du royaume en jeu pour satisfaire ses ambitions personnelles. Toutefois, la mésaventure de Briçonnet à la bataille de Fornoue montre que sa conduite n’était pas sans risques.

27Avec ces portraits, d’Eustache Deschamps à Philippe de Commynes, se détache la figure du clerc d’armes : un ecclésiastique, souvent un évêque siégeant au conseil du roi ou d’un prince, qui pousse celui-ci à la guerre, donne son avis sur la stratégie à adopter, exerce quelques responsabilités militaires, alors qu’il n’a pas l’expérience d’un véritable homme de guerre. Il est d’autant plus méprisé qu’il ne paie pas de sa personne, qu’il n’expose pas son corps aux hasards de la bataille. Les gens de guerre peuvent facilement lui reprocher, en plus de son incompétence, sa lâcheté.

Un défaut proverbial : la couardise des prêtres

28La couardise des clercs, telle que Philippe de Commynes l’évoque, est un thème récurrent dans la littérature médiévale, dans les chroniques et surtout dans les romans. À l’exception du pape, les prélats ne sont pas épargnés. Dans certains récits, des prélats se voient même reprocher des actes de couardise en situation de guerre, qu’ils soient des personnages réels ou fictifs. Louis de Bourbon est l’un de ceux-là.

Un « couart cléricque » : Louis de Bourbon, évêque de Liège

  • 27 P. de Commynes, t. I, p. 426.

29L’épiscopat de Louis de Bourbon à Liège est marqué par les guerres et les calamités, de la rébellion de ses sujets à son assassinat par Guillaume de la Marck en passant par les interventions bourguignonnes et la destruction de la cité par Charles le Téméraire. La personne même de l’évêque n’a pas laissé un souvenir très glorieux à ses contemporains. Philippe de Commynes le juge « homme de bonne chere et de plaisir, peu congnoissant ce qui lui estoit bon ou contraire27 ». Georges Chastellain ne le considère pas mieux, comme l’atteste la manière dont il raconte sa conduite peu glorieuse lors de la révolte de ses sujets en 1467.

30L’évêque est assiégé dans la ville de Huy, l’une des seules à lui rester fidèles. Le duc de Bourgogne, son allié, dépêche Pierre de Hénin, seigneur de Boussu, à son aide. Ce dernier ne dispose pas de forces suffisantes pour vaincre les Liégeois, et peut seulement aider le prélat à défendre la ville. Or, Louis de Bourbon craint que les habitants ne composent avec les assiégeants, aux mains desquels il ne veut en aucun cas tomber. Il demande au seigneur de Boussu de l’aider à s’enfuir. Celui-ci hésite, car il craint pour son honneur, puis finit par accepter, par respect pour un si grand personnage. En conséquence, l’évêque échappe sain et sauf, mais la ville, privée de chef, est rapidement prise par les Liégeois. Les blâmes pleuvent alors sur Louis de Bourbon, car il n’a même pas cherché à résister. Le chroniqueur prend soin de préciser qu’il est mû par la peur :

  • 28 G. Chastellain, t. V, p. 332.

Et comme la peur de cecy luy estoit entrée en cœur, et que aucuns peureux d’emprès luy en donnèrent assez, pria au seigneur de Boussut, en luy narrant le cas, qu’il le voulsist aider à sauver et à vuidier hors de la ville ; car pour tout l’or du monde, ne voudroit cheoir en la main de ses ennemis, ceux de la cité28.

  • 29 Ibid., t. V, p. 333.

31Chastellain rapporte ensuite les paroles d’autres personnages, très critiques envers l’évêque et le capitaine. Celles de l’un des hommes d’armes de Boussu premièrement, qui, parce qu’il « aime l’honneur » de son capitaine, l’adjure de revenir sur sa décision : « Ah ! Monseigneur que faites-vous ? Aujourd’hui vous périssez beaucoup de vostre honneur et bon los acquis autresfois, quand, pour complaire à un prestre, vous abandonnez une ville à prochain péril, dont le duc s’est fié de son salut en vostre vaillance29 […]. »

  • 30 Dans les Annales du doyen de Saint-Thiébaut, col. XXXVII, des chevaliers se moquent ainsi du cardin (...)
  • 31 G. Chastellain, t. V, p. 334.

32Cela sous-entend que la ville pourrait tenir plus longtemps, voire résister victorieusement. C’est du moins le point de vue de ceux qui considèrent que Boussu ternit son honneur par sa complaisance envers le prélat. C’est encore le problème des clercs d’armes qui reparaît ; sous une forme légèrement différente, cette fois, car le mauvais conseil est dicté par la peur, et non seulement par l’ignorance. Dans ces paroles, l’évêque n’est pas explicitement traité de lâche, mais sa couardise est déjà sous-entendue par le qualificatif de « prêtre » dont il est affublé30. Ce mépris pour les prêtres est bien partagé à la cour de Bourgogne : « Et fut l’évesque laidement raboué, mesme du duc, comme un couart cléricque, et celuy de Boussut mis en la pile au verjus, de croire ainsi et d’obéir à un lasche prestre, en cas encore de son honneur extrême31. »

33Dans ce passage, l’évêque n’est pas seulement un couard, mais un couard cléricque. Tous les adjectifs le qualifiant de couard sont suivis des termes de prêtre ou de clerc. Louis de Bourbon est lâche parce qu’il est clerc, sa couardise est un trait de caractère propre aux gens de son ordre. Ces paroles sont une atteinte extrêmement grave à l’honneur du prélat, d’autant plus que le duc est son cousin germain et son principal allié. Comme le laisse entendre l’expression imagée de la « pile au verjus », le sire de Boussu est tout aussi sévèrement jugé ; mais ce n’est pas un manque de courage qui lui est reproché, c’est le fait d’avoir obéi à l’évêque, et d’avoir ainsi failli à son devoir, celui de garder la ville. Ce récit sert donc aussi d’avertissement aux jeunes capitaines qui se retrouveraient dans une telle situation : en guerre, il ne faut en aucun cas obéir à de lâches prêtres, fussent-ils des princes !

La couardise des prélats dans les Croniques et conquestes de Charlemaine

34Cette couardise des clercs est largement présente dans la littérature épique. Dans les Croniques et conquestes de Charlemaine, le vaillant archevêque Turpin, qui combine les qualités du clerc et du chevalier, est opposé à quelques reprises à des prélats couards. Une première fois, à la cour de Charlemagne, lorsqu’un messager y apporte une lettre de défi du roi sarrasin Agoulant. Charles demande à un abbé de la lire, mais le pauvre prélat est tellement apeuré par ce qu’il découvre qu’il se met à pleurer et la laisse tomber par terre :

  • 32 D. Aubert, Croniques et conquestes de Charlemaine, t. I, p. 228-229.

Mais, comme il y eut un petit estudie, la couleur lui changa, les yeulx lermoierent et le cœur luy fremy tant angoisseusement que la lettre chey hors de ses mains, en la presence du noble empereur et de tous les barons qui la estoient ; de laquele chose Turpin, le bon archevesque, fu moult dolant. Et, en relevant la lettre, dist tout haut : Oultre, dans abbez, mal ait qui si tendrement vous nourry et qui vous fist venir a court de prince pour servir ! Alez dire vos matines ou lire la vie des peres, car ce n’est point vostre office de ce faire devant les barons de France que cy sont presens32.

35Turpin, bien qu’étant aussi clerc, est scandalisé que l’abbé défaille devant l’empereur et sa cour, qui plus est quand l’ambassadeur d’un roi sarrasin vient le défier. Si la cour ne se tient pas, celui-ci pourra rapporter à son maître et à qui voudra l’entendre la terreur que sa lettre a causée, si bien que Charlemagne et les siens seront déshonorés.

  • 33 Ibid.

36L’abbé reconnaît lui-même ses limites, en réutilisant la formule qui semble avoir été un adage : l’empereur ne devrait prendre le conseil que de ceux qui exposent leur corps et leurs biens. L’archevêque Turpin, qui est d’une autre trempe, fait justement partie de ces gens. Il renvoie, de façon méprisante, le pauvre abbé à la lecture des heures et des pères de l’Église. Dans sa bouche, les études religieuses et l’office divin apparaissent comme une tâche de second ordre, presque avilissante à côté du service de cour et du métier des armes. Il s’ensuit une discussion qui laisse penser que David Aubert est de son avis : l’abbé répond que les prélats devraient plutôt s’occuper du service divin que de celui des princes, et que Turpin lui-même n’est pas à sa place, mais l’empereur conclut en tranchant le débat en faveur de l’archevêque33.

  • 34 Denis Collomp, « Le motif du pape combattant dans l’épopée », dans Le clerc au Moyen-Âge, Aix-en-Pr (...)

37Le poncif de la lâcheté des prélats reparaît quand l’empereur et le pape font face à une attaque des Sarrasins sur Rome. Ceux-ci sont tellement nombreux que le souverain pontife décide de faire armer son clergé. Ce motif est présent dans plusieurs œuvres épiques des xive et xve siècles, et il est en général présenté de la même façon : le pape est courageux, mais la plupart de ses clercs et cardinaux sont terrorisés à l’idée de se battre34 :

  • 35 D. Aubert, t. I, p. 319.

En la maniere comme le noble empereur Charlemaine preparoit et ordonnoit ses batailles et ses chevaliers, barons et nobles hommes, ainsi fist le saint pere, pape, des gens d’Eglise qui estoient en sa compaignie, dont il y avoit aucuns et la plus part qui eussent mieulx ame estre en leurs cloistre et en leurs monasteres que vestir haubers, chaindre espees, embracher escus, enfourner heaulmes et combattre leurs ennemis. Et a la verite, il y en auoit grant quantite de tieulx ; et au contraire, d’autres qui, pour l’onneur du roy des cieux et du monde, estoient moult ioieux de vivre illec et de morir35.

38Le pape veut que les reliques de la vraie Croix soient portées au milieu de la bataille, pour donner du courage aux chrétiens. Il décide de les confier à un cardinal qui a toute sa confiance, mais celui-ci refuse :

  • 36 Ibid.

Lequel cardinal la refusa, disant qu’il auroit assez a faire de son corps, tant a combatre comme a soy garder, sans prendre ne avoir autre charge. Et dist l’istoire que il y eut d’autres cardinaulz, legaulz et patriarches pluiseurs qui la refuserent, iusques a quatre ; de quoi le saint pere fu moult esmerveille, sans en faire aultre mention36.

  • 37 Turpin lui-même ne demande la croix qu’après que les cardinaux l’ont refusée, en affirmant que « sa (...)

39Ce prélat fait un bien piètre défenseur de la foi chrétienne : il songe avant tout à garder son corps, pas à s’illustrer au combat ni à porter haut les couleurs de l’Église, encore moins à mourir en martyr. Ses confrères ne sont pas plus enthousiastes et suivent son exemple. Avec ce refus, la scène prend une dimension comique ; car pour le public noble de David Aubert, c’est un insigne honneur que de se voir confier un étendard ou une relique avant une bataille. On peut feindre de le refuser en prétendant ne pas en être digne37, mais le faire pour sauver sa vie est proprement honteux. Le pape n’en croit pas ses oreilles, Turpin en est « bien esbahy ». La solidité de la foi des cardinaux est ainsi mise en question : que peut craindre un vrai croyant quand il porte une telle relique ? Le pouvoir de la croix le protégera certainement des coups de ces ennemis, et c’est d’ailleurs ce qui se passe par la suite, quand elle est aux mains de Turpin. On retrouve ici implicitement le motif du prélat dodu et attaché aux plaisirs terrestres, ce qui est assez courant dans la littérature chevaleresque du xve siècle. Au contraire de ces cardinaux, Turpin, qui partage les valeurs des chevaliers et s’appuie sur une foi à toute épreuve, requiert « moult humblement » le Saint-Père de lui « baillier la charge et commission de porter pour le iour le saint fust de la vraie croix en bataille ». Il est donc présenté comme le prototype du croisé, et le fait qu’un tel combattant soit clerc n’est pas un grand problème aux yeux de l’auteur. Mais il reste un personnage de fiction. Dans la réalité, la prise d’armes d’un clerc est souvent perçue comme une transgression par les chroniqueurs.

L’ecclésiastique « oubliant sa condition » : la prise d’armes vue comme une transgression

40Cette idée d’oubli ou de violation des règles canoniques est présente dans bien des textes, au xve siècle comme auparavant. Dans les Commentaires du pape Pie II, l’archevêque de Gênes est présenté de cette façon. Lorsque Gênes est attaquée par le roi René (1461), il se joint à la milice de la ville pour le repousser :

  • 38 Pie II, Commentarii, t. I, p. 894.

Alors l’archevêque, oubliant totalement la religion, voulant engager le combat avant les autres, sautant de son cheval, muni de l’écu, du casque et de la cuirasse, charge l’ennemi le premier et fait un grand carnage des Gaulois : on dit qu’il aurait terrassé de sa main quinze hommes audacieux qui ne voulaient pas fuir, tant le désir de venger son frère le tenait38.

41Ce prélat est motivé par la vengeance, la haine des Français qui ont tué son frère ; le nombre de victimes que la rumeur lui attribue atteste de sa fureur. Les faits sont donc particulièrement graves. On notera que ce n’est qu’à ce moment, quand la colère le gagne, qu’il passe les bornes : ce n’est pas lorsqu’il a pris les armes. S’il s’était contenté d’encourager les combattants, s’il n’avait utilisé le fer que pour se défendre, il n’aurait pas été jugé de la même façon. Participer à la bataille est une chose, être le fer de lance d’un assaut en est une autre, cela ne s’accorde pas avec la dignité pontificale. Ce point de vue, venant du pape en personne, est somme toute très modéré.

  • 39 Ibid., t. II, p. 2310.

42Le pape Pie II mentionne aussi la présence, dans sa propre armée, d’un prêtre « mieux disposé pour la milice armée que pour la milice sacrée », dont les exploits permettent à la flotte des « ecclésiastiques » de capturer le navire amiral de Sigismondo Malatesta39. Il faut remarquer que les commentaires du pontife humaniste balancent entre la réprobation mesurée et l’indulgence bien comprise. Reconnaître que le fougueux archevêque et le prêtre ingénieux ont transgressé les règles ne l’empêche pas d’éprouver de la sympathie pour eux, d’autant qu’ils ont servi ses intérêts.

  • 40 Journal du siège d’Orléans, p. 21-22.
  • 41 D. Aubert, t. I, p. 320.

43Dans d’autres cas, l’idée de transgression est exprimée de manière plus ou moins implicite. Les chroniqueurs peuvent mettre en doute la qualité de clerc ou de religieux de ceux qui portent les armes. C’est ce que fait l’auteur de l’Histoire de Charles VI au sujet du moine arbalétrier de Melun, et c’est de cette façon qu’est présenté l’abbé de Cercanceaux dans le Journal du siège d’Orléans : « l’abbé de Cercanceaux, que on disoit estre religieux, et estoit moult vaillant pour les François40 ». Ici encore, la sympathie du chroniqueur pour le prélat est évidente, mais, par la formule « que on disoit estre religieux », il concède simplement que ce personnage, de par son mode de vie, s’apparente plus à un homme d’armes qu’à un moine, et que, ayant déserté son cloître, il peut être considéré comme un apostat, un religieux qui a rompu ses vœux. Cette sympathie est encore plus apparente dans les Croniques et conquestes de Charlemaine, où David Aubert décrit un Turpin qui ressemble plus à un chevalier qu’à un prélat : « Si le regarda moult le bon appostole, et si firent les autres hommes d’Eglise, pour ce qu’il sembloit mieulx estre homme mondain, chevalier faisant l’exercite du mestier des armes, que archevesque ou homme d’Eglise, comme abbe ou autre prelat41. »

  • 42 Ibid.

44Turpin se distingue des autres prélats par son enthousiasme pour la bataille, mais aussi par sa manière de parler, qui est celle des hommes de cour. Il rappelle notamment qu’il appartient à l’un des plus hauts lignages de France, et déclare fièrement qu’il place le service de l’empereur par-dessus tout : « en tel estat que vous me povez veoir, je suis extrait de noble lieu, j’ai toujours servy mon souverain et naturel seigneur a mon povoir si loiaulment que je ne criens homme qui vive qui me puist de riens reprendre ne reprochier42 ».

45Turpin oppose l’état dans lequel il est, celui de prélat, à son extraction, qui est noble. C’est celle-ci qui le pousse à servir Charlemagne par les armes. Il ne considère pas cette activité comme incompatible avec l’état ecclésiastique, mais estime au contraire faire si bien son devoir que personne ne peut lui reprocher quoi que ce soit, pas même d’avoir violé les canons de l’Église. Un vieil idéal auquel Philippe de Dreux aurait sûrement acquiescé, et qui n’a pas totalement disparu à l’époque de David Aubert : Turpin est l’un des héros du roman, et il n’est jamais présenté comme un prélat corrompu.

  • 43 AN, XIA 60, fol. 398 b.

46L’opposition entre les actes guerriers d’un prélat et les règles canoniques peut aussi être employée de façon négative, pour accuser un adversaire : en 1415, Nicolas Veau soutient au Parlement que son adversaire, Ranulphe de Pérusse, « n’a point agi selon l’estat d’evesque en usant de voie de fait43 ».

Un prélat vengeur et belliqueux ? Jean de Montaigu pendant la guerre civile (1411-1414)

47De tels reproches sont faits à Jean de Montaigu. Deux chroniqueurs en particulier s’intéressent à lui : Enguerran de Monstrelet et Michel Pintoin, le Religieux de Saint-Denis. Ces deux chroniqueurs sont de tendances opposées : le premier est bourguignon, le second armagnac. Confronter deux points de vue divergents sur le même personnage est une bonne occasion de découvrir ce qui, pour les contemporains, est critiquable ou non, ce qui est admissible ou intolérable. Voici comment Monstrelet décrit la prise d’armes de Montaigu en 1411 :

  • 44 E. de Monstrelet, t. II, p. 192.

Et estoit avecques la partie d’Orléans l’arcevesque de Sens, frère de feu Montagu, non point en estat pontifical, car en lieu de mitre il portoit ung bacinet en sa teste, pour dalmatique portoit le haubert dont il estoit vestu, pour chasuble plates d’acier, et en lieu de croce il portoit une hache44.

  • 45 BnF, Ms. Baluze 46, p. 394-395.

48À chaque pièce de l’équipement militaire que l’archevêque porte, le chroniqueur associe un élément du costume épiscopal que celui-ci devrait porter. Le message est clair : Jean de Montaigu n’est pas à sa place, sa conduite ne sied pas à un homme d’Église, elle est monstrueuse. Elle l’est d’autant plus que le duc d’Orléans et tous ses alliés et partisans ont bravé l’autorité du roi, qui leur avait expressément défendu de s’armer. Monstrelet cite d’ailleurs une lettre royale condamnant leurs agissements, et poursuit par la description des exactions commises par les gens d’armes au service du duc d’Orléans. Dans son récit, le prélat est donc associé aux déprédations commises par les gens d’armes, et il est présenté comme un de leurs chefs. Le propos du chroniqueur est évidemment de discréditer tout le parti orléaniste ; car, bien entendu, Jean de Montaigu n’est pas le seul de ses membres à être attaqué. Seulement, dans la galerie des horreurs, l’archevêque ivre de vengeance figure en bonne place, à côté des routiers gascons et bretons que le peuple redoute. Monstrelet écrit probablement une trentaine d’années après ces événements, mais son récit reflète la propagande qui émanait, en 1411, de la cour royale dominée par les Bourguignons. D’après un extrait des registres capitulaires de la cathédrale de Sens, les chanoines avaient reçu des lettres du roi selon lesquelles Jean de Montaigu s’était allié aux princes rebelles et fait capitaine de gens d’armes avec lesquels il causait des maux innombrables, à son grand déshonneur45.

  • 46 E. de Monstrelet, t. II, p. 464.
  • 47 Ibid., t. III, p. 24.
  • 48 Ibid., t. III, p. 41.

49Après cela, le récit de la campagne de 1414 achève de donner du prélat l’image d’un homme belliqueux. Monstrelet rapporte qu’il était au conseil qui a décidé de lever l’ost royal pour marcher contre le duc de Bourgogne, et que c’est lui qui a déclaré, au nom des princes et des évêques présents, que la reprise de la guerre était légitime46. Le chroniqueur picard est encore le seul à attester la présence de Jean de Montaigu au siège d’Arras47. Mais surtout, il affirme qu’à la conclusion de la paix l’archevêque a d’abord refusé de jurer de respecter le traité, et qu’il n’a obtempéré, finalement, que sur ordre du dauphin. Montaigu a même eu le front de rappeler à l’héritier du trône le serment que tous avaient fait en partant de Paris : continuer la guerre jusqu’à ce que la puissance du duc de Bourgogne soit anéantie48. Ici encore, il n’est pas le seul a être mis en scène de cette façon : les ducs d’Orléans et de Bourbon le sont aussi. Mais pour un évêque, ce comportement est encore moins acceptable : rappelons que pour Honorat Bovet, l’évêque qui conseille la guerre à son prince est fautif et devrait être sanctionné par le pape.

50En résumé, dans les récits des événements de 1411-1412 et de 1414, Monstrelet attaque l’archevêque de Sens pour son soutien au duc d’Orléans, pour ses actes en faveur de la continuation de la guerre. Jean de Montaigu est présenté comme l’un des membres les plus extrémistes du parti orléaniste : il est avide de vengeance, opposé à tout compromis avec le parti bourguignon, prêt à se salir les mains à la guerre. Le fait qu’il soit clerc n’est pas la cause première de cette animosité : cela ne fait que rendre plus criminel encore son engagement. Animé par la vengeance, il sert des princes ambitieux qui troublent l’ordre public, et dont les gens de guerre martyrisent le pauvre peuple. Sa conduite est donc indigne d’un homme d’Église, qui devrait plutôt travailler à empêcher le développement de tels maux. Cela dit, Monstrelet a beau jeu de critiquer ce prélat guerrier, sachant qu’il raconte lui-même, sans émettre la moindre objection, que l’évêque de Liège est venu plusieurs fois à Paris, en armes, pour aider le duc de Bourgogne. Ses attaques contre l’archevêque de Sens ont donc aussi un caractère opportuniste.

  • 49 RSD, t. IV, p. 507.
  • 50 Ibid., t. IV, p. 518.
  • 51 Ibid., t. IV, p. 553.

51Le Religieux de Saint-Denis présente le personnage dans une perspective bien différente. Dans son récit de la rébellion de 1411, il déplore lui aussi les pillages causés par les gens d’armes des princes, mais il prend un soin particulier à démontrer que l’archevêque n’en est aucunement responsable. Il raconte qu’ayant à cœur d’éviter le pillage de Saint-Denis, les princes lui ont confié la garde de la ville et de l’abbaye avec 400 hommes d’armes à pied : un homme d’Église paraissait être le plus sûr pour défendre une église49. Michel Pintoin dit aussi avoir discuté avec le prélat, dont il fait « un homme bon et affable », qui déplore les excès des routiers gascons, bretons et allemands, et assure que ceux-ci discréditent le parti orléaniste et causeront sa perte. Dans ce récit, l’archevêque méprise les soudoyers qui ne se battent que pour la rapine et les rançons, alors que les princes et lui-même le font pour l’honneur50. Puis, alors que la situation s’enlise, Montaigu tente, avec l’accord des princes, de rétablir la paix. Il entre en contact avec des membres du Parlement et de l’Université, et fait « tout ce qu’il peut51 ». Il est ainsi présenté comme un prélat qui certes prend les armes, mais en serviteur du bien public, pour combattre la tyrannie du duc de Bourgogne. Il garde en plus la modération, l’amour de la paix, la compassion pour « le pauvre peuple » victime des routiers, en bref les vertus attendues chez un homme d’Église.

  • 52 Ibid., t. V, p. 405.

52Le Religieux s’étend moins sur le rôle de Montaigu dans les événements de 1414 ; pourtant, il devrait être bien renseigné, car il dit avoir accompagné l’armée royale. Il ne mentionne pas la présence de l’archevêque au siège d’Arras ni son refus de jurer la paix. Par contre, il décrit la conclusion de celle-ci, à Saint-Denis : Jean de Montaigu figure parmi les prélats et seigneurs qui entourent le duc Louis de Guyenne52. Dans cette version des faits, il ne semble donc pas opposé à la réconciliation des princes, mais, bien au contraire, il y est associé. Le récit du Religieux est ainsi l’antithèse de celui de Monstrelet.

53Ces différences ne reposent pas sur des interprétations divergentes des mêmes faits, mais sur la sélection des informations. En résumé, ce dont le Religieux parle n’est pas évoqué par Monstrelet, et réciproquement ; chacun ne dévoile qu’une partie de la réalité, afin de présenter le personnage sous un jour favorable pour l’un, de le discréditer pour l’autre. Car les deux points de vue sont parfaitement compatibles : que l’archevêque regrette les excès des gens d’armes n’empêche pas qu’il les accompagne, et que leurs exactions soient bien réelles ; qu’il assiste à la conclusion de la paix à Saint-Denis aux côtés de l’héritier du trône n’empêche pas non plus qu’il se soit opposé au traité d’Arras auparavant.

  • 53 Qui est né vers 1390 (E. de Monstrelet, t. I, p. vii).

54Cette guerre d’images laisse aussi transparaître une différence de point de vue quant au port d’armes des prélats. Il est remarquable que le Religieux ne cherche même pas à argumenter sur le fait que l’archevêque porte les armes et conduit des troupes. Il a quarante ans de plus que Monstrelet53, et il a connu une époque où il était plus courant que les évêques s’arment. Pour lui, seule la justice de la cause de Montaigu doit être argumentée, ainsi que la question des routiers. Que l’archevêque fasse la guerre de façon chevaleresque, c’est pour lui tout à fait acceptable. Pour Monstrelet, ça ne l’est pas. Paradoxalement, son opinion est celle qui se rapproche le plus de celle de Pierre d’Ailly, qui a pourtant des sympathies orléanistes. Mais cette sensibilité se retrouve avant tout chez d’autres chroniqueurs de tendance bourguignonne, en particulier chez l’un des plus officiels, Georges Chastellain.

Un moine diabolique au siège de Compiègne (1430)

  • 54 D’après Louis Carolus-Barré, cet homme est frère Jehan de Boury, premier des dizainiers de Guillaum (...)

55Dans ses chroniques, Georges Chastellain consacre un long développement à la description d’un moine qui a servi comme artilleur au siège de Compiègne, parmi les défenseurs54. Même s’il n’est pas question d’un prélat, ce long développement révèle ce qu’un laïc pense des clercs qui se mêlent aux gens d’armes. De plus, le moine en question a dû, à Compiègne, côtoyer Philippe de Gamaches. Or, sans le mentionner une seule fois, le récit de Chastellain semble aussi faire allusion à l’abbé de Saint-Faron. Il mérite d’être cité intégralement :

  • 55 G. Chastellain, Œuvres, t. II, p. 53-54.

Mortellement dru venoit le trait de dedens sur eux tant de canons comme de colevrines, dont il en y avoit de bons ouvriers avecques eux, par espécial un cordelier natif et vestu à Valenciennes, nommé Noiroufle, un haut grant homme noir, atout un laid murtrier visage et une felle veue et un grant long nez et portoit rude grosse faconde et semblant espoventable entre tous les autres d’église et de religion (de tous ceux que je vis oncques, le moins apparant homme d’église). Cestuy estoit mis dedens ceste ville en garnison, ne scay si comme apostat ou autrement (à Dieu je m’en rapporte), mais estoit tous les jours aux créneaux atout une coleuvrine dont il estoit maistre, le non pareil des autres, voire le plus murdrier, ce disoit-on, qui oncques avoit esté vu ; car durant le temps du logis devant luy et premier que le siége prist fin, luy-mesmes se vantoit, disoit-on, d’avoir tué de sa seule main trois cens hommes par sa coleuvrine et en faisoit sa risée, et s’en tenoit à tout honnoré et joyeux. Maint an vesqui après toutesvoyes, et se trouva en pluseurs autres villes assiégées et es faits de guerre longuement, là où il continuoit sa vie accoustumée, et vint jusques à estre de la retenue du roy et de son hostel et bien privé de luy. Souvent disoit messe devant luy, là où je l’ay vu et bien congnu et esté en maintes devises par diverses fois bien privées. Dont quant je le vis chanter messe et me recordoye la multitude des murtres horribles qu’il avoit fait en commune renommée et que avecque ce je regardoye la forme et physionomie de luy qui estoit de mesme aux faits qu’on luy attribuoit, souvent me suis espovanté en moy-mesme de la hideur et m’en sont les cheveux dressés contre-mont, disant à part moy comment gens de telle grâce et encore en estat qui contredit entièrement à leurs faits, peuvent avoir réception en court, en maison de prince, qui toutes choses doit peser et considérer et duement distribuer ses offices et services emprès luy […]. Sy m’apensay-je, et tel l’avoye-je expérimenté en pluseurs autres55.

  • 56 E. de Monstrelet, t. IV, p. 300 ; Journal du siège d’Orléans, p. 143-144.
  • 57 G. Chastellain, t. II, p. 362-364.

56Le personnage correspond tout à fait aux religieux décrits dans la chronique attribuée à Jean Juvénal des Ursins, qui ont fui leurs monastères pour aller se battre au moment des divisions. Il ne prend pas les armes seulement pour se défendre ; au contraire, il a rompu avec le mode de vie monacal pour embrasser celui des hommes de guerre. Il s’est trouvé en garnison à plusieurs endroits, et il est devenu expert dans le maniement des traits à poudre. Cet homme est affublé de traits de caractère et d’une physionomie propres à le rendre effrayant. Il est « noir », c’est-à-dire que ses cheveux sont de cette couleur, peut-être aussi que sa peau est mate ; son surnom, Noiroufle, s’accorde avec son apparence. Cette couleur rappelle évidemment la poudre à canon, la substance qui lui permet de remplir son horrible office. Elle est composée de charbon, de soufre et de salpêtre, des matériaux issus tout droit des entrailles de la Terre, du royaume de Satan. La couleuvrine, arme très efficace mais non noble, permet de tuer de façon vile même les plus grands chevaliers : Jean de Salisbury en 142856, Jacques de Lalain en 145357. Qu’elle soit entre les mains d’un religieux la rend encore plus effrayante. Celui-ci semble fait pour un tel office plus que pour la lecture des heures : d’abord, il se vante du nombre de ses victimes, qui est démesuré, cédant ainsi au péché d’orgueil. Il va même jusqu’à en rire, ce qui laisse entendre qu’il tue par plaisir, et que la guerre est un jeu pour lui. Cela le démarque d’un évêque qui se battrait avec honneur et par nécessité. Un tel portrait relègue Jean de Montaigu et sa hache au rang des histoires pour enfants.

57Ce tour de force littéraire a une utilité. Comme la critique de Montaigu servait à discréditer tout le parti de Charles d’Orléans, l’histoire de ce frère dépasse la dimension de l’anecdote et s’inscrit dans un dessein plus large. Elle aboutit à un reproche envers Charles VII, qui a retenu un tel criminel pour le service de sa chapelle. Pour Chastellain, il est inacceptable qu’un tel homme puisse continuer à célébrer la messe, que ses mains encore pleines de poudre et de sang puissent lever le corps du Christ. Il aurait dû être sanctionné, dégradé, mais, au lieu de ça, il est récompensé. L’erreur du roi est d’autant plus grave qu’elle n’est pas due à l’ignorance : c’est en effet « en commune renommée » que ce moine a tué. L’attaque doit avant tout servir à l’édification des princes, qui doivent veiller à ne s’entourer que de serviteurs honnêtes et respectables. Mais il est possible que Chastellain cherche aussi à atteindre d’autres personnes de façon couverte. Quand il écrit que plusieurs autres personnages douteux ont été promus par les princes, ne pense-t-il pas aussi à des gens comme Philippe de Gamaches ? Force est de constater que l’histoire de l’abbé de Saint-Faron rappelle sur plusieurs points celle de ce moine artilleur : comme lui, il a déserté son monastère, comme lui, il a vécu parmi les gens d’armes, et comme lui, il a bénéficié des faveurs du roi.

58Enfin, ce discours ne peut que rappeler les plaidoyers de Jean Chartier et de Jean Juvénal des Ursins en faveur des trois moines de Saint-Denis capturés à Meaux avec Gamaches en 1422. Ces deux chroniqueurs développent l’idée que ces religieux ne sont en rien irréguliers, puisque la défense leur est permise. Ici, Chastellain paraît nier cette interprétation du droit canon. Bien sûr, il force le trait en accusant le moine de bien des maux, mais pas une seule fois il ne mentionne le droit des clercs à se défendre.

Louis de Luxembourg, un « homme cruel et plein de sang » (1429-1443)

  • 58 Jacques du Chatelier (1427-1439).
  • 59 Jean de Boiry (1426-1435).
  • 60 Pierre Cauchon, évêque de Beauvais (1420-1432), puis de Lisieux (1432-1442). Voir Jean Favier, Pier (...)

59Dans la première moitié du xve siècle, les partisans des ducs de Bourgogne sont donc ceux qui montrent le moins de tolérance pour les clercs qui portent les armes. Cette tendance correspond avec l’attitude des évêques de la France anglo-bourguignonne, généralement moins impliqués dans les affaires militaires que ceux du camp opposé. L’un des plus influents d’entre eux, pourtant, se voit reprocher de trop faire la guerre. Le Bourgeois de Paris, qui est lui-même un clerc, et qui est partisan des Bourguignons, accuse à plusieurs reprises Louis de Luxembourg d’être un prélat cruel, aux mains souillées par le sang. Dans une moindre mesure, ses conseillers subissent le même traitement : le prévôt de Paris et son lieutenant criminel, ainsi que les évêques de Paris58, de Meaux59 et de Lisieux60. Selon l’auteur du Journal, dans les dernières années de l’occupation anglaise de Paris, l’évêque était détesté par le peuple :

  • 61 Journal d’un bourgeois de Paris, p. 298.

Item, en cellui temps, il n’estoit nulle nouvelle du regent, ne homme ne gouvernoit que l’evesque de Terouanne, chancelier de France, lequel estoit moult hay du peuple, car on disoit à secret et bien souvent en appert qu’il ne tenoit que à luy que la paix ne fust en France, dont il estoit tant maudit et tous ses complices que [fut] oncques l’empereur Noiron, mais je ne scay s’il avoit desservi ou non, mais Dieu le scet bien61.

  • 62 Ibid., p. 294-295.

60L’allusion à l’opposition du chancelier à la paix est fondée sur des faits réels : pendant l’été 1433, le cardinal de Sainte-Croix a organisé des pourparlers de paix, et les chanceliers des deux rois, Louis de Luxembourg pour Henri VI, Regnault de Chartres pour Charles VII, devaient se rencontrer pour signer une trêve. Mais au dernier moment, Louis a refusé de venir, au grand dam de Regnault, pour qui la réconciliation entre les princes français a toujours été la priorité. Pour couronner le tout, l’évêque est parti mener campagne en Gâtinais62. Un prélat qui refuse la trêve et part en guerre à la place s’expose forcément aux critiques.

61Dire que la paix ne repose que sur lui est certainement exagéré, mais ce n’est pas sans fondement. Comme le dit le « Bourgeois », l’évêque est alors le principal gouverneur de Paris. En tant que chancelier, il dirige le conseil royal en l’absence du roi ou du régent. S’il décidait de faire ouvrir les portes de la ville, il y a fort à parier que les choses se passeraient comme à Lisieux et à Rouen en 1449, car la garnison anglaise ne pourrait pas tenir seule la ville. C’est d’autant plus probable après la paix d’Arras de 1435. Car, en quelques années, les sentiments du peuple parisien semblent avoir bien changé. Ceux du rédacteur du Journal, au moins. En 1429, il est un bourguignon convaincu. En 1434, la situation s’est dégradée pour les habitants de la capitale, qui voient leurs champs, leurs vignes être dévastés par les gens d’armes du roi Charles ; à certaines périodes ils ne peuvent même plus sortir de la ville. Dans de telles conditions, ils sont plus enclins à parler de paix, comme en 1420. Les membres du conseil royal, incapables de repousser leurs ennemis, mais refusant obstinément de négocier avec eux, sont tenus pour responsables des malheurs du peuple. Ce sentiment se renforce après que le duc de Bourgogne s’est réconcilié avec le roi Charles en 1435 ; après ce retournement de situation, le chancelier et son entourage n’apparaissent plus que comme des suppôts de l’occupant anglais, et non comme les chefs d’un parti français.

  • 63 Ibid., p. 313-314.

62En plus de ça, les gens d’armes anglais de la garnison commettent les mêmes méfaits que leurs adversaires. Mécontents parce qu’ils ne sont pas payés, ils se lancent de leur propre chef dans des courses autour de Paris. Au cours de celles-ci, ils pillent les maisons des bonnes gens, mais aussi les ornements liturgiques des églises, y compris à Saint-Denis. Le Bourgeois louait leur vaillance en 1429 ; en 1436, il applaudit lorsque plusieurs centaines d’entre eux sont vaincus par le sire de L’Isle-Adam63. Car entre-temps, le chancelier et ses conseillers se sont discrédités aux yeux du chroniqueur en conduisant la guerre de manière brutale :

  • 64 Ibid., p. 312.

Item, le vendrdy de la IIIe sepmaine de karesme, furent envoiez les Anglois en tous les villaiges d’entour Pontoise pour bouter le feu partout, et en blez et en advoynes, et en poys et en feves qui dedens les maisons estoient, et en après pillèrent tout ce qu’ilz porent trouver, et qui pis est, tretous ceulx a qui les biens estoient admenerent prinsonniers, dont ilz orent moult grant finance. Et pour vray fut dit en la ville de Paris par gens dignes de foy tous ordonnez pour mouldre, de bons blez avoient ars pour vivre VIM personnes demy an, et ceulx de Paris en avoient tres grant nécessité, comme devant est dit. Et toute ceste mallefice et dyabolicque guerre soustenoient et maintenoient trois evesques ; c’est assavoir : le chancellier, homme tres cruel, qui estoit evesque de Terouanne ; l’evesque qui fut de Beauvays, qui pour lors estoit evesque de Lisieux, et l’evesque de Paris. Et pour certain, par leur fureur, sans pitié on faisoit en secret et en apert moult [mourir] de peuple, ou par noyer ou autrement, sans ceulx qui mouroient par bataille64.

  • 65 Ibid., p. 318-319.
  • 66 E. de Monstrelet, t. V, p. 221.
  • 67 J. Chartier, t. I, p. 228.

63Cette guerre est extrêmement dure car elle consiste en une stratégie de la terre brûlée. Les violences commises sur les pauvres laboureurs choquent, surtout quand elles sont décidées par des hommes d’Église. Ces prélats n’ont pas plus de pitié pour le peuple que les routiers qu’ils emploient. La destruction des récoltes est tout aussi mal perçue, car la nourriture manque à Paris. Cette stratégie de défense s’avère en fait contre-productive, car elle rend l’évêque de Thérouanne et ses conseillers très impopulaires, finit par tourner le peuple contre le conseil, et n’est pas pour rien dans la réussite de l’assaut du connétable de Richemont en 1436. Selon le Bourgeois de Paris, le chancelier et ses conseillers sont tellement haïs que le peuple les hue lorsqu’ils évacuent la Bastille65. Cette version des faits est confirmée par Jean Chartier ainsi que par Enguerran de Monstrelet66, qui ne peut pas être soupçonné de calomnier l’évêque, car il est attaché à la maison de Luxembourg67.

  • 68 Journal d’un bourgeois de Paris, p. 345.
  • 69 Les exactions fiscales constituent en effet l’un des chefs d’accusation portés par le concile de Co (...)

64En 1439, l’évêque, qui se trouve alors à Rouen, est accusé des mêmes maux68. Ce n’est pas tant pour sa présence à la tête des gens d’armes que Louis de Luxembourg est si décrié. C’est plutôt parce qu’il est tenu pour responsable de toutes les misères du peuple de Paris et d’Île-de-France. En tant que chef du conseil royal à Paris, en effet, c’est bien lui qui décide de mener une stratégie de terre brûlée ou de lever des impôts pour payer les gens d’armes. La fiscalité lourde, d’ailleurs, est autant en cause que le refus de faire la paix ou les exactions des gens de guerre, car elle leur est organiquement liée ; elle fait partie du cortège des misères de la guerre. Elle est toujours impopulaire, et elle est même considérée comme tyrannique, car l’idée d’un impôt permanent n’est pas encore admise au xve siècle ; il est particulièrement mal vu qu’un évêque, qui devrait prôner la charité à l’image du Christ, en soit l’auteur69.

  • 70 Journal d’un bourgeois de Paris, éd. Colette Beaune, p. 11-13.
  • 71 J. Chartier, t. I, p. 228.
  • 72 JJU, Histoire de Charles VI, p. 561.

65Étonnamment, ces critiques n’apparaissent que dans le Journal du Bourgeois de Paris. Aucun autre chroniqueur ne fait de tels reproches à l’évêque de Thérouanne. La position sociale du Bourgeois explique cette différence : c’est certainement un chanoine de l’une des grandes églises de Paris, un homme d’origine bourgeoise70. Il n’appartient pas au groupe des chroniqueurs attachés aux princes et aux grands seigneurs, presque tous nobles, dont aucun, qu’il soit armagnac ou bourguignon, ne s’émeut des actes du chancelier. Ils évoquent parfois les souffrances du peuple, mais rapidement, en les mettant sur le compte des routiers, sans jamais évoquer la responsabilité de ceux pour qui les gens d’armes combattent. Jean Chartier paraît même défendre le chancelier quand, après avoir rapporté les huées que ce dernier subit à son départ de la Bastille, il ajoute : « Toutesfoiz ledit chancellier dit depuis à plussieurs gens qu’il avoit bien payé son escot avant son partement de ladite bastille Saint-Anthoine71. » Payer son escot signifie « souffrir, se donner de la peine, payer de sa personne ». Le sens du commentaire de Chartier n’est pas très clair, mais il cherche sans doute à montrer que l’évêque, malgré son départ peu glorieux, n’a pas été un lâche, qu’il a fait tout ce qu’il pouvait pour remplir son devoir. Ainsi, Jean Chartier, le chroniqueur de Saint-Denis, serviteur dévoué de Charles VII, défend l’honneur d’un prélat qui a résisté jusqu’à la fin de sa vie à ce même roi. Malgré les clivages politiques, une solidarité unit les seigneurs et leurs serviteurs face aux quolibets du peuple. Pour lui, Louis de Luxembourg a fait ce que la guerre exige, et il n’a rien à se reprocher. Pour lui et beaucoup d’autres chroniqueurs, bouter le feu aux récoltes est une stratégie d’usage courant, tout à fait acceptable. C’est ce que répond le roi Henri V aux Parisiens qui se plaignent des feux que la garnison de Meaux met aux récoltes, en 1421 : « que ce n’estoit que usance de guerre, et que guerre sans feu ne valoit rien, non plus que andoüilles sans moustarde72 ».

Julius exclusus. Critiques du pape Jules II et des prélats belliqueux au début du XVIe siècle

  • 73 Érasme, Jules, privé de Paradis ! Petit traité de machiavélisme, dialogue joyeux, élégant et érudit (...)
  • 74 Ibid., p. 23.
  • 75 Ibid., p. 38-39.

66Peu après la mort du pape terrible (1513), un étonnant dialogue satirique circule en Europe, le Julius exclusus a coelis73. Sa paternité est disputée, mais il est généralement attribué à Érasme, bien que celui-ci ait nié en être l’auteur. Il circule en France, où il aurait même été joué en public74. Dans cette œuvre, Jules II, accompagné de son génie, se présente devant la porte du Paradis. Il tente de l’ouvrir avec sa clé, mais elle ne fonctionne pas. Il frappe alors à la porte, jusqu’à ce que saint Pierre apparaisse. L’apôtre est intrigué par ce pontife, qui porte des insignes pompeux (le manteau cousu de fils d’or, la triple tiare), et une armure tachée de sang sous son habit de prêtre75. Il s’ensuit un long débat entre Pierre, qui représente l’Église des premiers temps, humble et uniquement préoccupée du devoir pastoral, et Jules, qui néglige, et méprise même ces conceptions. Le pape est fier d’avoir rendu l’Église puissante, d’avoir pu mettre à genoux même les plus grands rois. En somme, il n’est animé que par la libido dominandi, mais estime avoir bien fait son devoir. À la fin saint Pierre, scandalisé par ce qu’il entend, refuse de faire entrer Jules. Celui-ci s’en va en disant qu’il va prendre le Paradis d’assaut avec ses troupes. Il a déjà avec lui des milliers d’hommes armés, les victimes de ses guerres, et d’autres continuent à affluer, croyant pouvoir être admis grâce aux bulles d’indulgences que le pape a octroyées à tous ceux qui combattaient pour l’Église ; mais, bien sûr, ces gens de guerre, pillards et blasphémateurs, n’ont pas leur place au paradis.

  • 76 Ibid., p. 34.

67Cette satire est originale par la forme, mais le fait d’opposer l’idéal chrétien des premiers temps à la papauté des xive, xve et xvie siècles est somme toute très classique. Qu’en est-il des reproches faits à Jules II ? En le voyant, saint Pierre s’exclame : « Je vois un spectacle nouveau, du jamais vu, en fait, je vois un monstre76. » Pourtant, Jules II n’est pas un personnage totalement nouveau, ses prédécesseurs ayant mené de nombreuses guerres. Dans l’Éloge de la folie, Érasme lui-même reproche aux papes en général de consacrer toute leur énergie à la guerre :

  • 77 Ibid., p. 81.

Alors que la guerre est chose si sauvage qu’elle convient aux fauves et non aux hommes ; si insensée que même les poètes la représentent envoyée par les furies ; si pestilentielle qu’elle entraîne avec elle la corruption générale des mœurs ; si injuste que ce sont d’ordinaire les pires bandits qui la font le mieux, si impie qu’elle n’a rien à voir avec le Christ, eh bien ils négligent tout le reste pour s’y consacrer entièrement77.

  • 78 D. Chambers, Popes, Cardinals and War, p. 64-68.

68Les papes, qui devraient promouvoir la paix entre les chrétiens, se retrouvent à diriger des entreprises dignes des « fauves » et des « pires bandits », réveillant les plus bas instincts. Bien que largement inspiré par Jules II, ce portrait correspond aussi aux autres papes : une grande partie du pontificat de Pie II, par exemple, est consacrée à la guerre. Le pape humaniste montre d’ailleurs beaucoup d’intérêt pour les armes, et va jusqu’à déclarer qu’il n’y a rien de plus beau qu’une ligne de bataille ou un camp militaire78 !

  • 79 Ibid., p. 111-124 ; I. Cloulas, Jules II, p. 167-181 et 228-242.

69Mais Jules II se démarque par l’ampleur de sa politique et de ses guerres : en 1508, il s’allie au roi de France et à l’empereur Maximilien contre Venise ; la sainte ligue constituée contre Louis XII en 1511 inclut l’empereur, les rois d’Angleterre et d’Aragon, les cantons suisses. En outre, les batailles qui décident de ces guerres se révèlent extrêmement meurtrières, en particulier celle de Ravenne79. Enfin, le pape se montre plusieurs fois en armes à la tête de ses troupes, ce qui est inhabituel et n’a pas été vu depuis Urbain VI (1378- 1389). Or, comme l’atteste par exemple le texte de Monstrelet contre Jean de Montaigu, l’habit exerce alors une forte impression sur les jugements. Les autres papes ne sont presque jamais apparus en habit de chef de guerre.

  • 80 Érasme, Éloge de la folie, p. 78-79.

70Outre le pape, les évêques armés continuent à être attaqués dans ces années. À cette époque comme aux précédentes, l’usage des armes est surtout reproché aux évêques d’Empire. Dans l’Éloge de la folie, les évêques en général ne sont moqués que pour leur amour de la pompe et des richesses. Ils oublient que le mot episcopus signifie « surveillant », et laissent des vicaires surveiller leur troupeau à leur place80. La passion de la guerre est présentée comme un vice particulier au pape et aux évêques d’Empire :

  • 81 Ibid., p. 82.

Quant à moi je ne sais pas encore si certains évêques allemands ont donné l’exemple en la matière ou s’ils l’ont trouvé [chez les papes], eux qui bien plus franchement renoncent à leur habit, aux bénédictions et autres cérémonies de ce genre, pour vivre carrément en satrapes et penser qu’il est lâche et peu digne d’un évêque de rendre à Dieu son âme vaillante ailleurs que sur un champ de bataille. Le commun des prêtres estimerait impie de ne pas égaler la sainteté de leurs prélats, et il fait beau les voir combattre en vrais soldats avec des épées, des javelots, des pierres, toutes sortes d’armes, pour le bon droit de leurs dîmes81.

71L’opinion d’Érasme est tranchée : ces évêques sont corrompus, ils ont totalement perverti leur dignité. Elle exprime, sur un ton différent, la même chose que le discours de Monstrelet sur Jean de Montaigu, elle repose sur les arguments employés par l’auteur de la Reformatio Sigismundi.

  • 82 Jean Bouchet, La déploration de l’Église militante, éd. J. Britnell, Genève, Droz, 1991. Voir aussi (...)

72Le port d’armes et l’usage de la violence sont parfois aussi dénoncés chez les prélats français, par exemple dans La déploration de l’Église militante de Jean Bouchet (1512)82, procureur de Louis de La Trémoille à Poitiers. Une allégorie de l’Église s’adresse aux différents représentants de la chrétienté, leur conte leurs erreurs et les implore d’agir pour la sauver de la désolation. Dans la complainte de l’Église aux prélats, comme Nicolas de Clamanges, il fait allusion aux passionnés de chasse et à ceux qui portent l’habit laïc, mais ajoute aussi des critiques à ceux qui portent les armes :

  • 83 J. Bouchet, op. cit., p. 75.

Mes biens mectez en estatz dissolluz,
En jeuz damnez, comme en groz dez peluz,
En chiens, oizeaux, gros chevaux et banquetz ;
Aucuns semblent en leurs habitz pollutz,
A gensdarmes et non à clers solutz83.

73Il faut noter que les critiques concernant les jeux, la chasse et les banquets sont présentées comme générales : elles paraissent s’adresser à tout le haut clergé. Ceux qui ressemblent à des gens de guerre, en revanche, ne sont qu’aucuns, c’est-à-dire que quelques-uns. Ces propos se rapportent probablement à des figures bien précises, en particulier Évrard de la Marck et Tristan de Salazar, qui se sont distingués quelques années auparavant en portant les armes à Gênes et Agnadel. Plus loin, l’Église se plaint explicitement des prélats qui vont en guerre :

  • 84 Ibid., p. 84.

Ilz n’ont la paix ne de Dieu ne du monde,
Car la pluspart en groz procès se fonde
Si tresavant qu’ilz n’ont aultre pensée.
La guerre font (esse pas chose immunde ?)
Pour biens mondains. Brief, en parolle ronde,
L’evangille s’en sent trop offensée84.

  • 85 Dans une moralité intitulée Le nouveau monde avec l’estrif du pourveu et de l’ellectif, de l’ordina (...)

74Les « biens mondains » dont il est question, cités après les procès, peuvent désigner les églises pour la possession desquelles beaucoup sont en procès ou en guerre. Il s’agit en effet de biens du monde, de biens temporels, que les prélats convoitent non pour la charge, mais pour les revenus qu’ils procurent. Ici encore, la critique fait écho à l’actualité : il s’agit d’une allusion aux nombreux schismes diocésains au cours desquels les prétendants usent de la violence armée pour s’emparer des revenus des évêchés, ou aux prélats qui guerroient pour le roi, c’est-à-dire pour des intérêts séculiers. Bouchet a pu penser au cardinal de Sanseverino ou à Tristan de Salazar, ou même encore à Georges d’Amboise85. Le plus probable est encore que le poète ait pensé aux deux catégories de personnages. Jean Bouchet les condamne à la façon des théologiens, avec des arguments moraux : se battre pour une église est « immonde », tout comme il était « monstrueux » aux yeux de Pierre d’Ailly que des évêques prennent part en armes aux batailles. C’est contraire aux principes des Évangiles, c’est-à-dire à l’humilité et à la pauvreté dans lesquelles le Christ a vécu. Dans l’ensemble, Bouchet se montre aussi critique que Pierre d’Ailly ou qu’Érasme. Ses attaques envers le pape Jules II sont dictées par le contexte politique, mais pas seulement, puisqu’il reproche à certains des prélats français les plus influents les mêmes vices. Il y a donc chez lui un véritable rejet des hommes d’Église en armes.

Hommes de Dieu mais vaillants hommes de guerre. Les jugements positifs

75Même après 1500, cette opinion n’est pas partagée par tous. Des chroniqueurs comme Jean d’Auton, avant lui Michel Pintoin ou Jean Chartier, estiment qu’il est louable pour un évêque de prendre les armes à certaines occasions. En soi, cette pratique n’est pas propre au xve siècle : elle est beaucoup plus ancienne, remontant au moins au ixe siècle, et devient assez courante à partir du xiie. Les termes utilisés varient selon les époques et les auteurs, mais les principes restent généralement les mêmes : on reconnaît que se battre n’est pas une activité habituelle pour un clerc, mais on admire le courage et l’habileté de ceux qui savent échanger la crosse pour une lance ou une épée quand ils le font pour une bonne raison, que ce soit le service du prince, la défense du royaume, des biens de l’Église, ou, motif considéré comme le plus noble, la guerre sainte. Bien entendu, le même homme peut être présenté comme un héros par un chroniqueur, mais comme un monstre par d’autres. C’est le cas de Jules II, c’est aussi celui de Jean de Montaigu.

Évêques mais vaillans preudhommes. Un fonds d’images traditionnel

Le cas particulier des prélats croisés (XIIe-XVe siècle)

76Il est un cas où la valeur guerrière des prélats peut être chantée haut et clair : celui de la croisade. À partir de la fin du xive siècle au moins, les papes autorisent les clercs accompagnant les croisés à combattre. Bien avant que ces dispenses soient attestées, les prélats ont été nombreux à participer aux croisades, que ce soit contre les musulmans ou les cathares. Il n’est donc pas surprenant que les chroniqueurs se permettent de glorifier les actes de violence des prélats qui livrent de tels combats, et ce dans des mesures qui ne sont jamais atteintes ailleurs. C’est une véritable tradition dont la source est à chercher avant même les croisades, au ixe siècle, l’un des temps forts de l’activité militaire des évêques ; un temps qui, par le biais de la matière de Charlemagne, est à l’origine de mythes ayant cours tout au long du Moyen Âge.

  • 86 D. Aubert, t. I, p. 52-53.
  • 87 Ibid., t. I, p. 329.
  • 88 Ibid., t. II-1, p. 27.
  • 89 Ibid., t. II-1, p. 265.

77Ainsi, au milieu du xve siècle, le Turpin de David Aubert conserve les grands traits de l’original. Il est aussi fréquemment qualifié de chevalier ou de baron, et il est tout aussi vaillant. Pendant la guerre contre les Saxons, sa chevalerie « épouvante les païens86 ». Pendant la bataille de Rome, il découvre que le pouvoir de la Croix est tel qu’aucun Sarrasin n’ose l’assaillir. Mais cette sécurité ne satisfait pas le bouillant prélat, car il n’a personne à combattre. Il préférerait mettre sa vaillance à contribution, en ce moment où l’empereur est en péril. Il demande alors au pape de confier la relique à un cardinal, puis, une fois débarrassé de ce poids, il empoigne une lance et charge. Il assume alors le rôle d’un combattant exemplaire, dont l’ardeur et les exploits échauffent les cœurs de tous87. À le regarder, même les cardinaux, qui pourtant étaient tous pris d’angoisse avant la bataille, reprennent courage. Turpin est toujours présenté sous un aspect positif par le narrateur : celui-ci le qualifie de « noble archevesque », « bon archevesque »88, il rappelle à plusieurs reprises sa haute naissance, et en fait l’un des plus vaillants combattants. Rien d’étonnant donc à ce que Turpin soit « le prélat en lequel l’empereur se fie le plus89 ».

  • 90 Ibid., t. I, p. 329.
  • 91 Ibid., t. I, p. 321.

78Il a cependant quelques différences avec l’original du xiie siècle. Tout d’abord, il a dorénavant une histoire. Au début des Croniques, il n’est qualifié que de « chevalier » ; il ne devient archevêque que dans le cours du récit. Peut-être l’auteur cherche-t-il ainsi à expliquer comment un prélat a pu apprendre à si bien manier les armes ? Autre différence, dans aucune scène, Turpin ne tue aussi violemment que dans la Chanson. Du moins, David Aubert ne décrit pas les effets de ses armes avec tous les détails morbides que l’auteur de la Chanson utilise abondamment : pas d’adversaire tranché en deux, transpercé ou décapité par l’homme de Dieu ; Turpin fait seulement « d’armes tant vaillamment comme chevalier pourroit faire90 ». Enfin, David Aubert a soin de régulariser sa situation, en demandant au pape une dispense lui donnant le droit de se battre au service de Charlemagne, même contre les chrétiens. À ce moment pointe le seul doute de l’auteur au sujet des activités de l’archevêque, car David Aubert admet qu’il est moralement discutable qu’un homme d’Église puisse combattre des chrétiens91. Ces nouveautés révèlent que le comportement du personnage doit être justifié, probablement parce qu’il rappelle en fait un modèle daté.

  • 92 M. T. Caron, Les vœux du faisan, p. 174-175.
  • 93 Ibid.
  • 94 D. Chambers, Popes, Cardinals and War, p. 71.
  • 95 Id., « Virtù militare del cardinale Francesco Gonzaga », p. 215. Né en 1444, il n’a que dix-neuf an (...)

79Pourtant, Turpin n’est pas qu’un reliquat pittoresque de l’ancien temps. Il peut encore toucher certains esprits des xve et xvie siècles, car on retrouve certains de ses arguments chez Floranges ou Jean d’Auton, quoique de façon plus timide chez ce dernier. Surtout, il offre un modèle de réponse à des questions qui sont d’actualité dans les années 1450-1460. Replacé dans le contexte des appels à la croisade de ces années-là, le personnage de Turpin prend tout son sens. À ce moment, on l’a vu plus haut, le pape tente de faire participer les clercs, et avant tout les évêques, à la croisade contre les Turcs ottomans. Cela vaut en particulier pour ceux qui doivent accompagner Philippe le Bon, que la bulle de 1455 autorise à verser le sang des infidèles sans tomber dans l’irrégularité. Quand, en 1463, Pie II se fait fort de prendre lui-même la tête de la croisade, le duc de Bourgogne se prépare à nouveau à partir, et les prélats sont de nouveau exhortés à venir. La bulle que le pape a envoyée à la cour de Bourgogne fait état de ses intentions ; elle a été traduite en français par Guillaume Fillastre. Pie II annonce qu’il ne portera pas les armes, car il est trop faible pour ça92, mais qu’il restera près du champ de bataille, et priera Dieu pour la victoire des chrétiens, à l’exemple de Moïse. Il sera aussi accompagné des cardinaux, de prélats, de prêtres et autres clercs, qui, s’ils sont assez solides, combattront par le glaive93. Parmi eux se trouve le cardinal Francesco Gonzaga, que le pape exhorte à être un nouveau Saint-Georges94. Avec un tueur de dragons pour modèle, le jeune95 prélat devrait plus ressembler à Turpin qu’à Moïse. Comme dans le roman, le pape a décidé de faire armer ses clercs pour montrer l’exemple. Il pense qu’en le voyant partir en guerre avec ses cardinaux, les nobles ne pourront rester chez eux sans en mourir de honte :

  • 96 M. T. Caron, op. cit., p. 175-176.

Le souverain prestre, les cardinaulx, les evesques et les prestres courent a la bataille, et toy chevalier, toy baron, toy duc, toy comte, toy marquis, toy roy, toy empereur, demourez en vos hostelz en oyseuse ! Ne souffrez et ne consentez ainsy pervertir l’office des hommes tellement que ce qui appartient et compete aux rois, les prestres le facent et ce que doivent faire les nobles par naturelle vocacion, les clercz soient contrains à ce faire96.

80Dans le manuscrit où est copiée cette bulle se trouve aussi une Épître à la cour de Bourgogne dont l’auteur est inconnu. Tout un argumentaire y est développé pour convaincre les nobles, mais aussi les prélats, de partir :

  • 97 Ibid., p. 198.

Homme ne se puet excuser touchant ceste matière, et pour son honneur sauver, ne faut dire : « Je suis homme d’Eglise, religieux ou séculier, et suis contraint demourer en mon benefice ou en ma religion », car, comme dist l’Evangille, les ecclesiastes bons pasteurs mettent leurs ames pour leurs brebis et ainsy, pour deffendre les enfans crestiens, tous hommes d’Eglise sont tenus eulz emploier jusques a l’effusion de leur sang s’ils sont bons. Et s’ils dyent leurs mains non scavoir manier et brandir espées et glaives, ainçois seulement livres et ornemens divins, pourtant ne sont ilz a excuser, comme ainsy soit que le grant pasteur de l’Eglise sera en sa sainte personne et qu’en sa presence il veult voir les beaux fais de ses brebis a l’example de Moyse et Aaron, le souverain prestre, qui bataillant Josué aux infidelles, oroient sus les montaignes et, a bouches plaines de suffrages, provoquaient la main du donneur des victoires a estre avec leur champion, dont la fortune estoit telle que orans iceulz, Josué vainquoit et, cessans leurs suffrages, il trouvoit fortune ennemye. O gens d’Eglise, emprainte soit en vos consciences ceste histoire, adfin que ne ignorez qu’en l’armée mise en termes vous devez trouver, ou pour ferir le glaive, ou pour prier et interceder, la souveraine provision, adfin qu’elle guide les glaives de vos chevaliers en l’outrance de vos adversaires malvoeillans97.

81Ici se retrouvent les débats auxquels Turpin prend part dans les Croniques et conquestes de Charlemaine : celui avec l’abbé sur le service du prince ou la résidence des prélats sur leurs bénéfices, celui de l’armement du clergé. La présence du pape parmi les croisés aussi, même si, cette fois, la fiction précède la réalité, et même si Pie II ne se prépare pas à combattre l’épée à la main comme le bon appostole du roman. Turpin est une réponse à ces questions : le service d’un prince chrétien, y compris par les armes, est la plus noble activité qui soit pour un prélat. À condition que ce prince soit un champion de la foi, à l’image de Charlemagne, le modèle du souverain chrétien. Qui mieux qu’un évêque peut aider ce prince à combattre pour la foi chrétienne ?

82Turpin représente cet idéal de prélat croisé, en tout cas du point de vue de ceux à qui le livre de David Aubert est destiné, les nobles. Sa vaillance inspire les jeunes bacheliers, et elle doit probablement aussi encourager les évêques à s’armer. L’archevêque légendaire est propre à séduire l’esprit des gens de guerre : il partage leurs valeurs, car il est né parmi les plus nobles d’entre eux, car il sert son prince avec loyauté, et parce qu’il est vaillant aux armes. Pour Charlemagne et sa noblesse, il est un frère d’armes en plus d’être un parent. Au contraire, un clerc d’armes qui exhorterait les jeunes nobles à risquer leur vie loin de chez eux tout en restant à l’abri, qui les assurerait de la victoire alors qu’il ne connaît rien à la guerre, ne pourrait pas les convaincre aussi facilement. Il serait méprisé et moqué comme Guillaume Briçonnet l’est par Philippe de Commynes.

L’exaltation des prélats chevaleresques dans les chroniques du XIVe siècle

  • 98 J. Froissart, Chroniques, t. VI, p. 161 et 166.
  • 99 Ibid., t. III, p. 24.
  • 100 Ibid., t. III, p. 3.
  • 101 Ibid., t. V, p. 137.

83La croisade et la défense des églises ne sont pas les seules raisons à pouvoir justifier qu’un clerc prenne les armes : de nombreux ecclésiastiques sont loués pour avoir pris part aux guerres des princes séculiers, surtout au xive siècle. À partir de 1350 en effet, la violence des prélats est de plus en plus tolérée, au point que les exploits guerriers de certains d’entre eux sont narrés sans complexe par les chroniqueurs. Froissart en particulier mentionne de nombreux évêques, abbés et autres clercs dans les récits de campagnes militaires et de batailles qui constituent la majeure partie de ses chroniques. Bien qu’il se montre très critique envers la croisade de l’évêque de Norwich en Flandre (1383), il ne s’attaque qu’à la personne du prélat, qu’il accuse d’avoir perverti l’esprit de croisade, mais il n’émet aucune critique de principe, même implicite, sur le fait qu’un homme d’Église dirige une armée. Les prélats en armes ne le choquent aucunement ; bien au contraire, il prise hautement les qualités guerrières de plusieurs d’entre eux : il qualifie Henri de Poitiers (évêque de Troyes, 1353-1370) « d’appers et hardi gherrieur » et de « très-bon chevalier »98 ; en 1339, l’abbé de Honnecourt est « de grant sens et de hardie entrepresure, […] moult hardi et vaillans homs as armes99 » ; Henry Burghersh (évêque de Lincoln, 1320-1340) est « moult renommé de gran sens et de prouesse100 » ; Thomas Hatfield (évêque de Durham, 1345-1381) est quant à lui un « moult vaillant homme101 ». Pour Froissart, les talents militaires ne sont donc pas incompatibles avec l’épiscopat. La différence avec les clercs d’armes est que les prélats cités en exemple sont, eux, tenus pour sages et compétents à la guerre. De plus, contrairement à l’évêque de Norwich, ils n’ont pas été mêlés à un scandale comme la croisade de Flandre.

  • 102 Ibid., t. XIII, p. 230-247.
  • 103 Ibid., t. XIII, p. 246-247.
  • 104 Par exemple : « et luy estoit avis qu’il n’acquittoit pas bien son honneur, quant il savoit que ses (...)

84L’exemple le plus éloquent est le récit de la bataille d’Otterburn (1388), qui est assez long, et qui implique des hommes d’Église des deux côtés102. Une partie des troupes anglaises est commandée par l’évêque de Durham, Walter Skirlauwe (1388-1406). Comme son confrère de Norwich cinq ans plus tôt, celui-ci est accusé d’incompétence et tenu pour responsable de la défaite : il serait arrivé trop tard car il aurait eu peur de faire marcher ses hommes de nuit103. Or, Froissart présente un récit qui dédouane le prélat, et fait reposer la faute sur ses hommes peu aguerris. Il insiste plusieurs fois sur sa bonne volonté, sur son sens du devoir et de l’honneur104. Pour lui, l’évêque n’est ni incompétent ni couard ; simplement, les fortunes de guerre ne lui ont pas été favorables.

85Du côté des vainqueurs, un autre ecclésiastique se distingue. Le comte James de Douglas a avec lui

  • 105 J. Froissart, Chroniques, t. XIII, p. 224.

ung sien chappellain qui n’estoit pas comme prestre mais comme vaillant homme d’armes ; car toute la nuit au plus fort de la besoingne il l’avoit poursieuvy, une hache en sa main, et encoires comme vaillant homme à l’entour du conte il escarmuchoit et reboutoit et faisoit reculer Anglois pour les coups d’une hache dont il ruoit et envoioit moult asprement sur eulx, et en tel estat le trouvèrent, dont ils luy sceurent bon gré, et depuis ils luy tournèrent à grant vaillance, et en fut, en l’an meismes, archediacre et chanoine de Abredane. Ce prestre, je le vous nommeray : on l’appelloit messire Guillemme de Nortbervich. Au voir dire, il avoit bien corps taillié et membré en grandeur et hardement aussi pour en autant faire ; mais il fut là navré moult durement105.

86La sympathie de Froissart pour ce personnage est évidente. En digne chantre des valeurs chevaleresques, il ne peut taire le nom d’un si valeureux homme d’armes. Non seulement il se délecte à évoquer ses exploits, mais il raconte sans aucune gêne que ce prêtre, pour avoir trempé ses mains dans le sang, a été récompensé par des bénéfices ecclésiastiques.

  • 106 Christine Barralis, « Eustache Deschamps et les prélats de cour : l’exemple des Dormans », dans Eus (...)

87Le même point de vue se retrouve chez Eustache Deschamps, son contemporain. Dans ses critiques contre les clercs d’armes, évoquées plus haut, il n’invoque pas la morale ni le droit canon, mais seulement l’incompétence de ces gens au métier des armes. Par contre, Miles de Dormans, qui jouit d’une solide réputation d’homme de guerre, et qui est aussi l’un des protecteurs de Deschamps106, lui inspire de tout autres considérations. À la mort du prélat (1387), il écrit une ballade à sa mémoire :

Se mort ne fust a tous si générale,
Et qu’om peust rachater vie humaine
Par faire dueul, par plour par intervale
D’argent querir, par traveil ou l’en paine,
Soufrir du corps, le pais de Champaigne
Plourer devroit et crier tousjours mais,
Pour recouvrer vie, mort et l’enseigne
Du noble Mille, evesque de Beauvais,

Qui a son temps a tenu belle salle,
Chancelier fut de la court souveraine,
Bons clercs et grans, et sanz maniere male
Doulz et courtois, sanz pensée villaine ;
A Rosebech fut armez sur la plaine,
Contre Flamens ou li conflis fut fais ;
Chascuns rassoubz fut de coupe et de paine
Du noble Mille, evesque de Beauvais.

Avec le Roy, qui leur orgueil ravale,
Fu ce prelat, per de France en demaine,
Devant Bourbourc et au Dam, en Itale.
Nobles gens ot toudis en sa compaigne,
Chiens et oiseaulx, larges com Charlemaigne.
En tous estas fut puissans et parfais,
Tant qu’on parloit bien loing en Alemaigne
Du noble Mille, evesque de Beauvais.

L’ENVOY

  • 107 E. Deschamps, Œuvres complètes, t. I, p. 133.

Princes, pour plour ne pour rien qui aviengne,
Ce bon Dormans ne raverons jamais,
Pour ce, a tous de prier leur souviengne
Du noble Mille evesque de Beauvais107.

88Ce portrait correspond en tout point à celui qui figure dans les chroniques de Froissart. Dans ce véritable panégyrique, l’évêque joint les qualités du clerc à celles du chevalier. Miles de Dormans y est dépeint comme un clerc savant, un prêtre qui soulageait volontiers les âmes du poids de leurs péchés, mais qui portait aussi volontiers les armes. Mieux, la gloire militaire est le thème sur lequel le poète insiste le plus. Il énumère fièrement les campagnes auxquelles cet évêque a participé : Roosebeke (1382), puis Bourbourg (1383), l’Italie (1384) et Damme (1385). Par la mention des chiens et oiseaux, il évoque aussi son intérêt pour la chasse ; bref, il le loue pour son mode de vie de grand seigneur, allant jusqu’à le comparer à Charlemagne. Pour lui, un tel prélat peut se permettre de parler de guerre, car, de par sa longue expérience en la matière, il a la science de faits d’armes achever, et parce qu’il expose son corps et ses biens en bataille. Que son mode de vie soit ou non compatible avec son état ne semble pas préoccuper le poète.

  • 108 GEA, t. III, p. 48 : « vir strenuus provectusque in facto armorum, dominus Henricus de Pictavia, ep (...)
  • 109 J. Froissart, t. III, p. 25.
  • 110 Voir la vie de Guy de Mello dans GEA, t. II, p. 322-327, ou le récit des exploits de Philippe de Dr (...)

89Ces valeurs sont partagées en dehors des milieux curiaux, y compris parmi le clergé. Vers 1370, le chanoine qui continue les Gestes des évêques d’Auxerre se montre plein d’admiration pour les qualités guerrières de l’évêque de Troyes108. Les moines d’Honnecourt, quant à eux, sont fiers de montrer à Froissart un trophée que leur abbé a gardé de l’assaut de 1339 : la lance qu’il a arrachée à Henri de Flandres109. Aucun des auteurs de ces récits n’éprouve la nécessité de justifier les actes de ces prélats ni d’en faire l’apologie, comme cela se faisait au xiiie siècle110. La seconde moitié du xive siècle est ainsi l’époque à laquelle la participation des prélats aux guerres paraît la mieux acceptée, du moins parmi les classes sociales qui écrivent, car, des sentiments du petit peuple, de l’immense majorité de la population, rien n’est connu. La situation change au début du xve siècle, au moment où l’esprit de réforme de l’Église est véhiculé par les conciles.

Des motifs louables : la défense du roi, du royaume ou de la patrie

  • 111 JJU, Écrits politiques, t. I, p. 85.
  • 112 BnF, Languedoc-Doat 111, fol. 288 v – 289 r.

90Au xve siècle, en effet, si la participation des prélats aux guerres des rois peut toujours être valorisée, elle doit dorénavant être justifiée. En France, l’argument le plus souvent utilisé dans ce but est celui de la défense de la patrie. Pendant tout le xve siècle, l’idée que les gens d’Église sont tenus à la défense du royaume reste assez répandue, malgré les réserves de nombre d’évêques. En 1433, dans Tres reverends et reverends peres en Dieu, Jean Juvénal des Ursins dit, s’adressant aux gens d’Église : « et combien que vous soiés tenu de vous deffendre et la chose publicque, par fait se mestier est, toutesvoyes voz principalles armes sont oroisons et pleurs111 ». Cela sonne comme une concession à contrecœur : l’évêque n’est pas favorable à la thèse de ceux qui prétendent que les clercs doivent défendre le royaume, mais la coutume est contre lui, et elle est bien établie. Occasionnellement, des officiers royaux zélés rappellent cette obligation aux évêques. En 1478 par exemple, quand le procureur du roi admet que l’église d’Albi est exempte de contribution à l’arrière-ban, il tient à ajouter cette restriction : « si ce n’est pour la défense du royaume, à laquelle même l’Église est tenue, parce que l’invasion des ennemis pourrait nuire à leurs églises, mais aussi parce que la défense leur est plus commode112 ».

  • 113 Gallia christiana, t. X, Instrumenta, col. 345.

91Au temps de Louis d’Amboise, cette formule, qui rappelle aux clercs que défendre le royaume revient aussi à défendre leurs églises, est déjà vieille de près de deux siècles. Elle semble être apparue à l’époque du conflit entre Boniface VIII et Philippe le Bel au sujet des décimes, et figure effectivement dans la lettre de semonce à l’abbé de Corbie en 1297113. Les coutumes plaident en son sens : en théorie, les ecclésiastiques peuvent tous être appelés à l’arrière-ban quand le royaume est en danger, même si cela ne se fait plus au temps de Louis XI. Le procureur, dont la fonction est de défendre les droits du roi, ne peut que tenir un tel discours. En revanche, un évêque, si attaché qu’il soit à son souverain, trouve facilement des raisons de se soustraire à un tel devoir. Ainsi, Jean Juvénal des Ursins, sans aller jusqu’à s’opposer ouvertement à la coutume, se plaît à rappeler que la fonction des clercs est d’abord de prier, puis affirme que les églises sont plus anciennes que la monarchie, ce qui implique que les droits que les rois prétendent exercer ont été usurpés à un moment.

92Les chroniqueurs au service du pouvoir royal participent à leur manière à ces débats, en racontant avec force enthousiasme les actes de bravoure des hommes d’Église : le Religieux de Saint-Denis avec Jean de Montaigu, Jean Chartier avec Philippe de Gamaches, Jean d’Auton avec Tristan de Salazar. Les chroniqueurs moins officiels, comme Jean de Roye par exemple, se prêtent aussi au jeu à l’occasion, preuve s’il en était besoin que les idées propagées par les thuriféraires de la royauté ont une large audience.

93Selon les contextes, les prélats combattants sont honorés pour avoir défendu le royaume, le bien public ou la personne du roi. La manière dont ils sont jugés varie aussi en fonction de ce qu’ils ont fait. Premièrement seront abordés les cas les plus simples, ceux des prélats loués par les chroniqueurs pour avoir pris les armes au nom du roi ; ils sont présentés dans l’ordre chronologique, de Jean de Montaigu à Tristan de Salazar et Évrard de la Marck, en passant par Philippe de Gamaches et Jean Jouffroy.

Un héros guerrier : Jean de Montaigu à Azincourt (1415)

94Michel Pintoin, on l’a vu, a beaucoup de sympathie pour Jean de Montaigu. Il s’efforce de repousser les critiques des Bourguignons en donnant de l’archevêque l’image d’un homme pacifique, un prélat qui n’aime pas la violence, qui ne se bat que par nécessité ; qui ne se comporte pas comme un chef de routiers, mais qui déplore au contraire les excès des gens d’armes. Dans un premier temps, contrairement à Monstrelet, Pintoin ne décrit pas l’archevêque en armes ; il ne cherche pas non plus à glorifier ses talents militaires, du moins dans le récit de la guerre entre Armagnacs et Bourguignons. Lorsqu’il doit composer le récit de la bataille d’Azincourt par contre, la retenue n’est plus de mise : il s’agit cette fois de la guerre contre les Anglais, les anciens ennemis du royaume, pour reprendre une expression courante à l’époque de Charles VI. Cette fois, l’archevêque ne prend plus part à une lutte de factions qui divise et affaiblit le royaume, mais à la défense de celui-ci contre une invasion étrangère. Sa conduite est alors beaucoup plus louable, d’autant qu’il paie son engagement de sa vie, comme beaucoup d’autres. Voici ce que, selon le chroniqueur, des messagers rapportent au roi au sujet de sa mort :

  • 114 RSD, t. V, p. 572. La traduction française établie par Bellaguet en 1894 ne rend pas complètement l (...)

Ils ajoutèrent que, seul parmi les ecclésiastiques, l’archevêque de Sens, dit de Montaigu, n’avait pas rougi de se trouver dans cette bataille si cruelle ; mais qu’enfin, alors qu’il redoublait de coups hectoréens, frappant de droite et de gauche, il paya tant de témérité en périssant avec son neveu le vidame de Laon114.

  • 115 RSD, t. V, p. 570.

95L’expression « ne pas rougir » (non erubere) révèle que pour le Religieux, un prélat pourrait avoir honte de se montrer en armes sur un champ de bataille. Ce serait donc pour des raisons morales que les autres prélats ne sont pas venus, et le chroniqueur semble les comprendre. Mais l’archevêque de Sens s’est conduit de la façon la plus noble en venant défendre le royaume. Il mérite donc une fin épique, comme tous ceux qui ont péri dans la boue d’Azincourt. Il est même le plus valorisé parmi les seigneurs ayant trouvé la mort sur le champ de Bataille. Cinq seigneurs de sang royal ensemble (le duc de Bar et son frère, leur neveu Robert de Marle, le comte de Nevers et le connétable Charles d’Albret) n’ont droit qu’à une seule mention : ils sont morts « en combattant vaillamment115 ». Les ducs de Brabant et d’Alençon bénéficient chacun d’un récit un peu plus long, mais aucun n’atteint la dimension homérique de l’archevêque. Comparé à Hector, le plus grand des héros troyens, Jean de Montaigu paraît bien plus valeureux que les autres. La concession faite à la morale ecclésiastique par l’emploi de l’expression « n’avait pas rougi » et l’allusion à sa témérité ne doivent donc pas tromper : le récit du Religieux, quel que soit son rapport à la réalité, est tout à la gloire du prélat. Pour Michel Pintoin, la situation se résume ainsi : normalement, combattre ne sied pas à un évêque ; mais quand le roi et le royaume sont menacés, il faut passer outre les considérations morales et se rendre à l’ost. Le service du roi et du royaume passe avant tout, et les moines de Saint-Denis plus que d’autres ont le devoir de le rappeler. Le récit de Pintoin serait donc, en plus d’un hommage personnel et partisan, un plaidoyer pour le service armé des prélats. Tout comme Turpin pour les croisés, Montaigu semble être érigé en exemple à suivre pour les prélats français.

  • 116 JJU, Histoire de Charles VI, p. 521.

96Cette mort semble bien conférer un certain prestige à l’archevêque. En effet, Monstrelet, cette fois, ne s’attaque pas à lui. Il ne le mentionne d’ailleurs même pas parmi les participants à la bataille, ni parmi les morts, une omission que commettent les autres chroniqueurs bourguignons : Saint-Rémy, Chastellain, Wavrin. Or, il aurait pu arguer que la mort du prélat était bien méritée, pour avoir transgressé les règles de son état, comme le fait l’auteur de l’Histoire de Charles VI attribuée à Jean Juvénal des Ursins, qui écrit : « Le connestable, le duc de Bar, et le comte de Nevers y moururent, comme encore l’archevesque de Sens, qui fut peu plaint, pource que ce n’estoit pas son office116. » Monstrelet s’est abstenu, peut-être parce que la conduite du prélat lui paraissait honorable sur ce point. Si c’est le cas, cela indique que l’opinion défendue par le Religieux de Saint-Denis est encore assez répandue au moment où Monstrelet écrit, probablement dans les années 1440. D’autres exemples le laissent supposer, en particulier celui de l’abbé de Saint-Faron.

D’autres héros de la lutte contre les Anglais : Philippe de Gamaches et ses compagnons (1422-1430)

  • 117 Ibid., p. 563.

97Sous le règne de Charles VII, Philippe de Gamaches jouit en effet d’une solide réputation d’homme de guerre, après avoir participé à deux des sièges les plus longs et les plus durs de la période : sept mois pour celui de Meaux, six pour celui de Compiègne, et avoir été fait prisonnier deux fois, à Meaux puis en Picardie. Contrairement à Montaigu, pas un seul chroniqueur ne critique sa conduite, à part peut-être Chastellain, mais de manière implicite. Dans la chronique dite de Jean Juvénal des Ursins, il est signalé parmi les défenseurs de nom de la ville de Meaux et qualifié de « noble homme, et qui vaillamment, et de son corps, s’estoit porté à la défense d’icelle ville117 ». Jean Chartier, continuateur des chroniques de Saint-Denis sous le règne de Charles VII, va plus loin, car il fait de lui le principal responsable de résistance de Compiègne :

  • 118 J. Chartier, Chronique de Charles VII, t. I, p. 125.

Et estoit dedens ladite ville Messire Philippe de Gamaches, abbé de Saint-Pharaon, lequel, ainssi c’om disoit, fut cause de tenir icelle ville de Compiengne contre iceulx Angloiz et Bourguaignons si longuement ; lequel s’i porta moult vaillamment et grandement au bien du roy de France. Et en estoit cappitaine Guillaume de Flavy, lequel semblablement s’i porta vaillamment118.

  • 119 P. Champion, Guillaume de Flavy, capitaine de Compiègne. Contribution à l’histoire de Jeanne d’Arc (...)
  • 120 J. Chartier, t. I, p. ix-x.
  • 121 Il faut ajouter que la réputation de Guillaume de Flavy est largement ternie par les méfaits et exa (...)

98Guillaume de Flavy, qui pourtant était capitaine de la ville, et un homme de guerre expérimenté119, n’obtient que la seconde place : il s’est certes conduit « vaillamment », mais l’abbé s’est tenu encore mieux, « moult vaillamment et grandement ». L’hommage de Chartier n’est pas désintéressé, car, quand il écrit sa chronique, l’abbé de Saint-Denis n’est autre que… Philippe de Gamaches. Il est même probable que ce soit ce dernier qui l’ait chargé de la rédaction de la Chronique du règne de Charles VII120. Il n’y a donc rien d’étonnant à ce que le moine donne le premier rôle à son abbé121. D’ailleurs, qu’il exagère ou non son importance, il y a sûrement un fond de vérité dans ce qu’il écrit. En effet, même le chroniqueur de Philippe le Bon, Georges Chastellain, considère Gamaches et ses compagnons d’armes de 1430 comme « bien gens de bien », c’est-à-dire comme des gens qui se conduisent noblement. Cette vaillance ne serait pas tant prisée si la cause de l’abbé n’était pas louable. Il faut bien qu’un tel comportement, de la part d’un religieux, ait une justification. Elle est ici toute trouvée : il se bat « au bien du roy de France ».

99Il existe quelques variations de ce procédé. Pour le siège de Meaux, par exemple, la situation particulière créée par le traité de Troyes impose un changement. Le service du roi ne peut plus être invoqué, puisque Charles VI est alors dans le camp des assiégeants, avec le roi d’Angleterre. Les défenseurs sont donc, cette fois, rebelles au roi. L’auteur de l’Histoire de Charles VI évoque le service du régent :

  • 122 JJU, Histoire de Charles VI, p. 562.

en laquelle estoient de vaillantes gens pour monseigneur le Dauphin regent le royaume, comme messire Louis Gas baillif d’icelle ville, Guichard de Chissay capitaine, Perron de Luppe, le Bastard de Waurru, et messire Philippes de Gamaches abbé de Sainct Pharon de Meaux, et depuis abbé de Sainct Denys en France122.

100Certes, ces « vaillantes gens » résistent au roi en personne, mais celui-ci est mentalement aliéné et utilisé comme une marionnette par le roi d’Angleterre et le duc de Bourgogne. Pour ceux qui ne reconnaissent pas le traité de Troyes, la légitimité appartient au dauphin, à qui la régence revient de droit. Ceux qui ont le « bien du roi » à cœur doivent donc servir son fils et, sur ce plan, aucune différence n’est faite entre l’abbé et les capitaines.

  • 123 Ibid., p. 564.

101Jean Chartier emploie une autre source de légitimité dans sa continuation de la chronique de Charles VI du Religieux de Saint-Denis. En défendant Philippe de Gamaches et les trois religieux pris avec lui face aux accusations de Pierre Cauchon, il développe plus longuement le thème du devoir des clercs à défendre le royaume. Selon son récit, l’évêque de Beauvais dit les religieux coupables de lèse-majesté, mais aussi d’irrégularité123. Ils risquent donc la condamnation à mort de la part de la justice royale, la suspense ou la dégradation de celle des autorités ecclésiastiques :

  • 124 RSD, t. VI, p. 452-454.

Depuis le commencement des hostilités, il y avait en la compagnie dudit abbé trois religieux de Saint-Denys. Maître Pierre Cauchon, alors évêque de Beauvais, sans considérer qu’il est permis en droit à tout homme, de quelque état ou rang qu’il soit, de repousser la force par la force, et que la loi naturelle, qui est immuable, prescrit à tous de combattre pour la patrie, fit détenir longtemps lesdits religieux à Paris dans une affreuse prison avec la dernière rigueur, et cela parce qu’ils avaient voulu repousser les attaques dirigées contre la ville de Meaux par les anciens et mortels ennemis du royaume. À la fin cependant, ledit évêque, ayant tenu conseil à leur sujet pour se tirer d’embarras, rendit les trois religieux à monseigneur l’abbé de Saint-Denys, leur ordinaire124.

102Chartier répond à ces charges en invoquant le droit de chacun à se défendre, ce qui les lave de l’irrégularité. On ne peut, selon lui, reprocher à ces religieux d’avoir voulu repousser les gens d’armes, qui, s’ils parvenaient à rentrer en ville, pourraient attenter à leur vie. Mais il invoque encore un autre motif, qui fait de leur résistance un devoir plus qu’un droit. Selon lui, la loi naturelle pousse tous les hommes à se battre pour défendre la « patrie ». On retrouve ici l’idée que la nature est régie par des principes immuables, auxquels le traité de Troyes ne peut rien changer. L’emploi du mot patria, quant à lui, ne doit pas surprendre : bien que rare dans les chroniques, il est couramment utilisé par les juristes. Il désigne la terre où reposent les ancêtres, que tous auront à cœur de défendre contre les Anglais, qui sont « les plus anciens de tous les ennemis mortels » de la France. Défendre le royaume contre eux est une question de survie, c’est de la légitime défense. Ainsi, dans un même discours, Jean Chartier justifie la lutte des partisans du dauphin contre un roi aliéné sans porter atteinte au prestige de la monarchie de France, et légitime la participation de religieux à cette guerre.

« Et veut bien dire qu’il fit moult bien son devoir ». Les prélats au service du roi, 1465-1515

  • 125 J. de Roye, t. I, p. 293.
  • 126 Ibid., p. 296.

103Ce type d’argument se retrouve jusqu’au début du xvie siècle, parfois de façon assez développée. Passé les années 1450, cependant, le contexte politique et militaire est différent, et la défense du royaume et de la patrie ne peut plus être employée avec la même force pour justifier la participation des clercs aux guerres. Pourtant, Jean de Roye utilise toujours des formules analogues à celles de Chartier au sujet du cardinal Jean Jouffroy, une première fois pour la prise de Lectoure : « et entra dedens ladicte ville le cardinal d’Arras, qui moult vaillamment s’estoit porté devant icelle, en y tenant le siège pour le roy125 ». Puis à nouveau pour sa conduite au siège de Perpignan : « et, avecques les nobles seigneurs, cappitaines et seneschaulx de ladicte armée, y estoit aussi monseigneur le cardinal d’Albi, qui moult bien et sagement se y gouverna126 ».

104Ce n’est pas vraiment la défense du royaume qui est invoquée, mais le service du roi. Le royaume n’est plus dans la situation des années 1430 : il souffre bien moins de la guerre. Toutefois, dans les années 1472-1475, la menace de malheurs comparables à ceux des décennies précédentes est bien réelle, car les grands seigneurs sont nombreux à comploter contre le souverain, le roi d’Aragon s’efforce de récupérer le Roussillon, et le duc de Bourgogne s’affaire pour favoriser un nouveau débarquement anglais. Du point de vue d’un partisan fervent de Louis XI, en réprimant la révolte du comte d’Armagnac, l’un des ennemis les plus acharnés du roi, qui est en relation avec Jean d’Aragon, le cardinal agit pour le bien du royaume et de la chose publique. Quand il se porte sur Perpignan, il contribue à la défense du royaume contre un envahisseur étranger, un point de vue que ne partagent naturellement pas les sujets du roi d’Aragon, mais qui se justifie pour ceux qui considèrent que l’acquisition du Roussillon par le souverain Valois est légitime. Le chroniqueur montre ainsi qu’il apprécie les prélats capables de servir le roi par les armes en cas de nécessité. De son point de vue, le cardinal, qui n’a pas eu peur de prendre des risques, et qui n’était d’ailleurs pas obligé de le faire, mérite d’être gardé en mémoire comme un homme vaillant. Que la fin du siège de Lectoure ait été marquée par le meurtre du comte d’Armagnac et le massacre d’une partie de la population, ce qu’il rappelle lui-même, n’y change rien. Pour lui, le cardinal n’en est probablement pas responsable.

  • 127 R. de Florange, Mémoires, t. I, p. 14.

105Dans le contexte des guerres d’Italie, la défense du royaume contre ses ennemis séculaires ne peut plus être invoquée telle quelle, mais le principe est étendu à la personne du roi, où qu’elle se trouve, y compris lorsque le souverain mène des guerres de conquête. Ainsi, le maréchal de Florange, qui écrit en 1525, paraît gonflé de fierté lorsqu’il évoque la conduite de son oncle, l’évêque de Liège, à la bataille de Gênes (1507), et l’oppose à celle des autres prélats qui n’ont pas voulu s’armer : « Et veulx bien dire que monseigneur le cardinal de la Marche n’estoit poinct pour l’heure que evesque de Liege. Quant se vint à la bataille, ne fist pas comme les aultres, car il fut tousjours armez et fit très bien son debvoir127. »

106Cette formulation présente des similitudes avec celle du Religieux de Saint-Denis. L’expression « et veulx bien dire » du début de la phrase joue le même rôle que le « non erubuisse » du moine : elle révèle qu’un évêque en armure pourrait être jugé scandaleux, et que le narrateur en a conscience. Mais ce dernier a tôt fait d’opposer le devoir accompli à cette légère concession : quoi qu’en disent certains, monseigneur de Liège a bien agi. Le récit est moins épique que celui de Pintoin, mais cela s’explique facilement par le fait que le roi et son entourage (dans lequel se trouvait l’évêque) n’ont même pas eu à combattre.

  • 128 J. d’Auton, Chroniques de Louis XII, t. IV, p. 229.

107Dans son récit de la préparation de l’expédition de Gênes, Jean d’Auton se fait l’écho de l’état d’esprit qui a pu animer cet évêque et d’autres. Rappelons ici qu’il est alors l’historiographe attitré de Louis XII, et qu’il affirme avoir accompagné l’armée parce que le roi l’a chargé de recueillir des informations pour sa chronique128. Il s’agit donc d’un récit très officiel de l’expédition :

  • 129 Ibid., p. 178-179.

Somme, il n’y eut celuy qui ne mist la main aux armes, voire aucuns prelatz et seigneurs d’Eglise, qui la estoient, disant que deffendre par armes la personne du prince, seigneur de leur pays, estoit millité et bataillé pour la deffence mesme du pays, ce qui leur est permys et loisible en temps de necessité129.

  • 130 Ibid., p. 215.

108Le chroniqueur s’intéresse en particulier à Tristan de Salazar. Il met d’abord en scène son arrivée au camp : « Tristan de Salluzart, arcevesque de Sens, suyvit aussi le Roy, et si avoit avecques luy XX hommes a cheval, tous la brigandine sur le doux, et luy son harnoys complet dedans ses coffres et ung bon coursier pour le servir a besoing130. »

109Là encore, une concession est présente : l’archevêque n’est pas encore armé, contrairement aux autres seigneurs, ou à ses gens qui le sont à moitié, et son armure ne doit lui servir que « a besoing ». Ainsi, il ne combat pas dans n’importe quelles circonstances. Mais la suite des événements le pousse à endosser l’armure, comme son confrère de Liège :

  • 131 Ibid., p. 221-222.

Aussi se trouva a ceste bataille Tristan de Salluzart, arcevesque de Sens, armé de toutes pieces, et monté sur ung bon coursier, une grosse javeline ou poing, disant, puysque le Roy y estoit en personne, que tous ceulx des siens qui avoyent pouvoir de le deffendre, ce devoyent la trouver en armes. Et si avoit ledit arcevesque XX hommes des siens, tous le harnoys sur le dos131.

110Voilà de nouveau le même argument. Ces commentaires au sujet des intentions de l’archevêque, une fois dans le récit de la préparation de l’armée, une fois dans celui des prémices de la bataille, puis encore une fois dans celui de la bataille elle-même, semblent bien constituer un schéma narratif consciemment établi pour légitimer la prise d’armes de Salazar, et par ce biais de valoriser le service militaire des évêques.

111Il faut remarquer que, contrairement à certains de ses confrères plus anciens, le chroniqueur prend ses précautions. En effet, presque à chaque fois, il place l’argumentation dans la bouche des prélats concernés, comme s’il éprouvait de la gêne ou laissait prudemment ses lecteurs libres de juger. Dans le premier développement seulement, il admet qu’il est « permys et loisible » aux clercs de participer à la défense du royaume en cas de nécessité. Cette fois seulement, il n’attribue pas ces propos à l’un des prélats, ce sont les siens. De même, il se montre plus circonspect que les personnages qu’il met en scène : alors que, pour lui, il est « permis » aux évêques de s’armer dans certains cas, c’est un « devoir » selon Salazar. Il est difficile de savoir si cette prise de distance reflète l’état d’esprit du moine chroniqueur. Peut-être a-t-il du mal à accepter que des ecclésiastiques se réclament du principe de défense du royaume pour guerroyer au nom des ambitions impériales du roi en Italie. Une chose est certaine, ces concessions attestent que de tels comportements ne sont plus acceptés par tous dans les milieux curiaux vers 1500.

112Les exemples présentés ici démontrent qu’il est de tradition, chez les chroniqueurs officiels de la monarchie française, de valoriser le service militaire des prélats en glorifiant ceux qui se sont le plus distingués dans ce domaine, tout en reconnaissant que leur comportement est discutable. Les récits varient en longueur, en contenu et en tonalité, mais ils correspondent toujours à un schéma particulier : ils intègrent d’abord un élément qui rappelle que, bien sûr, il n’est pas normal pour un clerc de manier les armes, puis celui-ci se voit opposer l’argument de la nécessité et les actes louables accomplis par le prélat en question.

« Toutefois vos armes principales sont larmes et oraisons ». Les portraits mesurés

113Certaines chroniques proposent des jugements plus mesurés. Les prélats qui portent les armes y sont généralement critiqués, mais d’autres sont présentés de manière positive, parce qu’ils parviennent à se donner l’image d’hommes pacifiques ne se battant que par nécessité, dans un cadre bien précis, ou encore parce que, bien que s’occupant d’affaires militaires, ils ne s’y engagent pas trop loin. Ainsi, l’auteur de l’Histoire de Charles VI critique Jean de Montaigu alors qu’il défend Philippe de Gamaches, et le Bourgeois de Paris oppose Regnault de Chartres à Louis de Luxembourg. Ces chroniqueurs ne tiennent pas compte des compétences militaires de ces hommes, de leurs échecs ou de leurs succès, mais les jugent plutôt selon des critères moraux et juridiques.

La défense est permise de droit canon, civil et naturel. Les clercs et le métier des armes dans l’Histoire de Charles VI attribuée à Jean Juvénal des Ursins

114Dans l’Histoire de Charles VI attribuée à Jean Juvénal des Ursins, les clercs qui portent les armes sont parfois loués, mais de façon plus restrictive que chez Michel Pintoin ou Jean Chartier. Certains sont même sévèrement blâmés. Ainsi, en racontant les affrontements entre Armagnacs et Bourguignons, l’auteur déplore le fait que des religieux aient quitté leurs cloîtres pour aller se battre. Ce point de vue est assez logique : en luttant pour l’une ou l’autre des factions qui cherchent à s’emparer du pouvoir, ces moines ne contribuent pas à la défense du royaume, mais à sa destruction. Ils devraient plutôt rester dans leurs cloîtres et prier pour la paix. Surtout, on l’a vu, l’auteur condamne aussi la conduite de Jean de Montaigu à Azincourt. Par cette opinion, il se démarque du Religieux de Saint-Denis, mais encore de Monstrelet lui-même, qui n’ose pas attaquer l’archevêque de Sens sur ce terrain.

115Cependant, il est plus clément avec les religieux qui combattent sur les remparts des villes assiégées. Il fait d’abord mention d’un chanoine qui s’est distingué au siège de Melun en tuant un grand nombre d’ennemis :

  • 132 JJU, Histoire de Charles VI, p. 558.

Les compagnons aussi de dedans d’austre costé tiroient pareillement de grand courage coups de canon, et d’arbalestres, et plusieurs en tuoient. Entre les autres y avoit un compagnon, qu’on disoit estre religieux de l’ordre Sainct Augustin, tres bon arbalestrier, auquel on fit bailler une tres bonne et bien forte arbalestre : et quand les Anglois ou Bourguignons venoient prés des fossez, et il les pouvoit appercevoir, il ne failloit point à les tuer : et dit-on que luy seulement tua bien soixante hommes d’armes, sans les autres132.

116Sur ce personnage, l’auteur n’émet pas de jugement clair. Le moine est présenté, avec ses compagnons, comme un homme « de grand courage » ; cependant, sa qualité de religieux est mise en doute. On « disait » qu’il était de l’ordre de Saint-Augustin, mais rien n’est moins sûr : son comportement n’est pas celui d’un religieux. Peut-être a-t-il lui aussi quitté son cloître pour se faire homme de guerre ? Quoi qu’il en soit, le chroniqueur ne le condamne pas comme Jean de Montaigu. Il semble plutôt le présenter comme un personnage pittoresque, une curiosité qui donne de l’originalité à son récit, laissant au lecteur le soin de juger.

117Au sujet des moines qui ont défendu Meaux, par contre, sa position est bien tranchée et clairement exprimée. Il évoque à deux reprises la vaillance de Philippe de Gamaches, et surtout argumente, dans un long développement, en faveur de ses trois compagnons. C’est que ceux-ci sont jugés pour irrégularité, mais aussi pour des raisons politiques :

  • 133 Ibid., p. 564.

En la compagnée duquel y avoit trois religieux de l’abbaye de Sainct Denys, lesquels avoient aidé de tout leur pouvoir à défendre eux et ladicte ville, ainsi qu’ils devoient et pouvoient faire selon raison : or ils furent pris, et l’evesque de Beauvais, nommé maistre Pierre Cauchon, fils d’un laboureur de vignes auprés de Rheims, faisoit diligence de les faire mourir, et les mettre cependant en bien fortes et dures prisons, et estroitement garder, et tenir, non considérant qu’ils n’avoient en rien failly : car la defense leur estoit permise de droit naturel, civil, et canonique. Mais cest evesque disoit qu’ils estoient criminels de leze majesté, et qu’on les devoit degrader. Ce qu’il faisoit, afin de monstrer qu’il estoit bon et zelé Anglois ; or quand la chose vint à la connoissance de l’abbé de Sainct Denys, il fit diligence de les avoir et les requit, et reclama à ce sujet, enfin aprés plusieurs delais, ils luy furent baillez et delivrez pour en faire ce que bon lui sembleroit : les ayant il les fit mener à Sainct Denys133.

118La parenté avec le texte de Jean Chartier dans la Chronique du Religieux de Saint-Denis est évidente. Ce chroniqueur évoquait lui aussi le droit de chacun, quel que soit son état, à défendre sa personne selon le principe vim vi repellere, un droit reconnu aux hommes et femmes de toute condition, car découlant de la loi naturelle. L’auteur du texte attribué à Jean Juvénal des Ursins se fait plus précis, car il s’appuie sur les trois droits : le naturel, le civil et le canonique. Par contre, son argumentation est aussi moins téméraire : il reconnaît bien que les religieux ont l’obligation d’aider à la défense des villes assiégées, puisqu’il emploie, en plus du verbe « pouvaient », le verbe « devaient ». Mais il n’évoque pas, comme Chartier, le devoir incombant à tous de défendre la patrie. Le faire reviendrait à justifier le service militaire des prélats, l’obligerait à honorer la mort au combat de l’archevêque de Sens comme l’a fait Michel Pintoin.

119La position de l’auteur de l’Histoire de Charles VI est donc tout à fait cohérente. Il n’y a aucune contradiction à condamner Jean de Montaigu tout en célébrant Philippe de Gamaches. D’un point de vue juridique, il y a une différence entre leurs actes respectifs : l’un ne se bat qu’en défense, par nécessité. Ces ennemis sont venus à lui, ils ont attaqué la communauté à laquelle il appartient, il est légitime qu’il leur résiste selon le principe vim vi repellere qu’évoque aussi Jean Chartier ; l’autre le fait sur les champs, sans y être obligé. Il va à l’ennemi, orgueilleux comme un jeune écuyer, sa punition est méritée. On se demande quand même ce que le pseudo Juvénal des Ursins aurait dit sur Philippe de Gamaches quand il est venu à Compiègne pendant le siège, puis quand il a été fait capitaine de la forteresse de Lagny : aurait-il considéré qu’il est venu à l’ennemi, ce qui est le cas, ou aurait-il considéré qu’il n’a fait que défendre, ce qui est aussi vrai d’un certain point de vue, mais très discutable ?

Regnault de Chartres, chef de guerre mais homme de paix (1414-1444)

  • 134 La réputation de politicien sans scrupule, ou médiocre, qui lui est parfois attribuée n’apparaît pa (...)

120Le cas Regnault de Chartres est assez différent. Bien qu’il soit mêlé de très près aux événements militaires des années 1414-1444, aucun chroniqueur ne le critique comme Monstrelet le fait avec Jean de Montaigu, aucun de ses adversaires ne le présente comme un monstre ou comme un prélat corrompu134. Il ne semble donc pas avoir dépassé les bornes admises en servant Charles VII, en conduisant ou en accompagnant des gens de guerre pendant plusieurs années. Il n’est pas célébré non plus pour ses exploits militaires. Il est vrai que, dans sa carrière, il n’y a rien qui puisse en faire un héros. En revanche, son rôle dans les affaires politiques lui vaut quelques éloges. Certains chroniqueurs, en particulier le Bourgeois de Paris, mettent en avant ses efforts pour rétablir la paix entre les princes, notamment pour la réconciliation de Charles VII avec Philippe le Bon en 1435.

  • 135 H. Bovet, L’arbre des batailles, p. 831.
  • 136 P. de Commynes, Mémoires, t. I, p. 635.
  • 137 Héraut Berry, Les chroniques du roi Charles VII, p. 75.
  • 138 E. de Monstrelet, Chronique, t. III, p. 41.
  • 139 Ibid., t. III, p. 63.
  • 140 Journal d’un bourgeois de Paris, p. 94.
  • 141 RSD, t. VI, p. 228.
  • 142 JJU, Histoire de Charles VI, p. 543.
  • 143 HGL, t. X, Preuves, col. 1994 : « Significaverantque ultra, quod prefatus dominus Remensis locumten (...)
  • 144 Ibid., col. 1997.
  • 145 HGL, t. IX, p. 1046-1050.

121La formule revient souvent dans les textes médiévaux : il appartient à l’office des prélats de faire la paix. Honorat Bovet le dit135, Guillaume Briçonnet même, le promoteur de l’expédition italienne de Charles VIII, le rappelle avant la bataille de Fornoue, une occasion de plus pour Philippe de Commynes de le taxer d’hypocrisie136. Regnault de Chartres parvient, au contraire de l’ambitieux cardinal, à se donner l’image, largement reconnue, d’un véritable promoteur de la paix, alors qu’il a exercé plusieurs fois l’office de chef militaire pendant sa carrière. Cette réputation repose sur des actes réels. Effectivement, Regnault est régulièrement employé aux missions diplomatiques, comme à Calais en 1416137 ; en 1414, il convainc le duc d’Orléans de jurer la paix après le siège d’Arras138. Cette réputation prend d’autant plus de relief que d’autres évêques se montrent vindicatifs. Elle sauve même la vie de Regnault, puisque pendant le massacre de 1418, les Parisiens acceptent de le laisser partir parce qu’il a conseillé la paix139, alors qu’ils rêvent de tuer l’évêque de Clermont, Martin Gouge, qui est « tout le pire contre la paix140 » d’après le Bourgeois de Paris. Il a effectivement, deux semaines avant l’entrée des Bourguignons à Paris, trouvé un accord à Montereau avec le cardinal Fillastre et les ambassadeurs de Jean sans Peur141, c’est de notoriété publique. Le traité n’a finalement pas été conclu, car le comte d’Armagnac et d’autres membres du conseil s’y sont opposés ; mais dès cette époque, Regnault de Chartres s’impose comme un esprit modéré, préférant les solutions diplomatiques aux affrontements armés. Sa réputation explique pourquoi, même quand il conduit une armée à l’automne 1418, il n’est jamais décrit comme « un homme plein de sang ». Il pourrait pourtant faire figure de vengeur comme l’archevêque de Sens : tout comme ce dernier a vu son frère condamné à mort à l’instigation de Jean sans Peur, Regnault a perdu son père dans les massacres de Paris142. Mais il conserve une posture mesurée, qu’il soigne et entretient sciemment. Ainsi, les représentants qui négocient pour lui la trêve à Avignon déclarent qu’il est là pour non pour la vengeance et la rapine, mais pour la réconciliation des deux parties, le soulagement du peuple, la préservation du commerce et de l’agriculture143. Il se présente comme un fidèle serviteur du roi et du dauphin, prêt à exécuter leur mandat par la force s’il le faut, mais préférant une solution pacifique : bien qu’il ait le droit et le devoir de chasser le prince d’Orange du Languedoc, car celui-ci a voulu soustraire ce pays au pouvoir du roi et du dauphin, il lui propose une trêve144. C’est aussi une stratégie politique. L’archevêque entend montrer qu’il n’a pas l’intention de « vivre sur le peuple », qui est sensible à deux arguments en particulier : celui de la paix et celui des impôts, ce dernier étant très employé par Jean sans Peur. L’idée est d’obtenir le ralliement des villes, alors majoritairement à tendance bourguignonne145, sans avoir à les combattre, en les convaincant de choisir le parti de la paix, de la prospérité et du roi.

  • 146 P. Champion, Guillaume de Flavy, p. 31-35 ; G. Dufresne de Beaucourt, Histoire de Charles VII, t. I (...)
  • 147 Ibid., t. II, p. 436-466.

122En 1429-1430, Regnault de Chartres adopte la même attitude. S’opposant à Jeanne d’Arc, il prône toujours la négociation et cherche à établir une trêve avec le duc de Bourgogne. Il veut entre autres lui donner la ville de Compiègne en gage146. Cela ne l’empêche pas, cependant, de se joindre à des expéditions armées audacieuses comme la marche nocturne sur Rouen ou la tentative d’attaquer l’armée bourguignonne sur ses arrières après l’échec des négociations. Après ces événements, il continue ses efforts en faveur de la paix, d’autant plus que le pape propose alors son arbitrage et dépêche un légat pontifical en France. Dès 1431, des négociations sont à nouveau engagées. Elles aboutissent à la tenue d’une conférence près de Corbeil avec le cardinal de Sainte-Croix, légat du pape Eugène147. S’il faut en croire le Bourgeois de Paris, la conclusion de la paix semble imminente ; le chancelier Louis de Luxembourg se rend à la conférence, mais il refuse au dernier moment de mettre son sceau au traité. C’est l’occasion pour le Bourgeois d’opposer l’évêque de Thérouanne, cet homme plein de sang qui refuse la paix et qui conduit ensuite ses troupes à la guerre et au pillage, à Regnault de Chartres, qui cherche sincèrement à mettre fin aux guerres :

  • 148 Journal d’un bourgeois de Paris, p. 294-295.

Et l’arcevesque de Rains se departi moult dolent, et monstroit son volt et sa maniere qu’il fut moult courcé que ce que la chose ainsi alloit, mais autre chose n’en pot faire. Cestuy chancelier de par le roy Henry, après le departement, mena ou envoia ces gens qu’il avoit admenés droit à Milly en Gastinoys, et gaignerent moustier et ville, et ardirent tout et firent pis que Sarazins, ne que paiens aux Sarazins148.

  • 149 Héraut Berry, Les chroniques du roi Charles VII, p. 151-152.

123Peu d’autres chroniqueurs mentionnent ces négociations et aucun n’oppose le comportement de l’évêque de Thérouanne à celui de l’archevêque de Reims comme le fait le Bourgeois. Le Héraut Berry ne nomme même pas Louis de Luxembourg, il raconte seulement que les ambassadeurs du roi Henri « n’y firent rien, pour ce qu’ilz vouloient, fust tort, fust droit, avoir le royaume de France149 », ce qui fait toujours reposer la responsabilité de l’avortement des pourparlers de paix sur les épaules du chancelier, mais ne fait pas de lui un personnage cruel, car les motifs de son refus ne sont que d’ordre politique : il n’y a pas d’allusion ici à ses expéditions guerrières.

  • 150 G. Dufresne de Beaucourt, op. cit., t. II, p. 505-559.

124Malgré cet échec, Regnault de Chartres se tient à sa ligne politique, et il est le principal représentant du roi Charles aux négociations de Nevers puis d’Arras en 1435150. Cet engagement constant pour la paix lui vaut de nouveau les suffrages du Bourgeois de Paris. Celui-ci, qui pourtant ne cache pas sa haine des Armagnacs, rend hommage à l’archevêque à sa mort :

  • 151 Journal d’un bourgeois de Paris, p. 372.

Item, en celui temps, le chancellier alla à Tours où le roy estoit pour traicter de la paix de France et d’Angleterre, mais il cuida parler au roy, soubdainement ung mal le print, dont il mouru hastivement, qui fut grant dommaige, car bon proudomme estoit pour le royaume151.

125Le Bourgeois de Paris est toutefois le seul des chroniqueurs contemporains à couvrir l’archevêque de telles louanges : les autres n’évoquent pas même sa mort. Le Bourgeois, simplement, accorde plus d’attention à la question de la paix et au comportement des hommes de pouvoir, parce qu’il voit de près les effets de la guerre, et en souffre probablement lorsqu’elle provoque pénurie et misère dans la capitale. Opposer Louis de Luxembourg, qui mène jusqu’au bout une guerre très dure pour conserver Paris et les autres conquêtes anglaises en France, à Regnault de Chartres, qui au contraire cherche à mettre fin aux hostilités par la négociation, est pour lui naturel. Que le royaume soit gouverné par un prince ou l’autre a probablement son importance pour lui, mais ce n’est pas sa première préoccupation : le prince légitime, pour lui, est celui qui assure la paix, la justice et la prospérité. Les chroniqueurs plus proches des milieux de pouvoir, eux, ne voient que deux prélats de cour au service de deux princes ennemis, et dont les comportements leur paraissent normaux ou acceptables. Ils ne valorisent pas particulièrement Regnault de Chartres, n’attaquent pas non plus trop sévèrement Louis de Luxembourg.

Notes

1 E. Deschamps, op. cit., t. XI pour la vie du poète, en particulier p. 31-32. Voir aussi Thierry Lassabatère, Miren Lacassagne (dir.), Eustache Deschamps, témoin et modèle : littérature et société politique (xive-xvie siècles), Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne, 2008.

2 E. Deschamps, op. cit., t. II, p. 320-321, v. 190-199.

3 Ibid., t. II, p. 310, v. 131-140.

4 Jean de Montreuil, « Traité à toute la chevalerie », dans id., Opera, éd. N. Grévy, E. Ornato, G. Ouy, Turin, G. Giappichelli, puis Paris, CEMI, 1963-1986, t. II, p. 89-149.

5 Ibid., p. 130.

6 Ibid.

7 Martial d’Auvergne, Les vigilles de la mort du feu roy Charles septiesme, Paris, Jehan du Pré, 1493, p. 196.

8 T. Basin, Histoire de Charles VII, t. II, p. 200.

9 Jean de Roye est un serviteur du duc Jean de Bourbon. Thomas Basin estime peu le cardinal Balue, et affirme qu’il était haï dans tout le royaume pour ses mœurs dépravées (Histoire de Louis XI, t. I, p. 336-340).

10 J. de Roye, Journal, t. I, p. 112.

11 Maréchal de France, alors chargé de la défense de Paris.

12 J. de Roye, op. cit., t. I, p. 53.

13 P. de Commynes, Mémoires, t. I, p. 649 et 653, parle d’équipes de guet qui font sonner les tambours ou les trompettes en 1495.

14 J. Maupoint, Journal, p. 104.

15 Robert Gaguin, Compendium super Francorum gestis, Paris, D. Gerlier et J. Petit, 1500, fol. 146 v.

16 On peut d’ailleurs s’étonner qu’aucun chroniqueur n’ait fait le rapprochement entre ce curieux maréchal et les miliciens qu’il passe en revue, car eux aussi sont moqués par les gens de guerre.

17 BnF, Ms. Fr. 2609, fol. 219 v.

18 Maupoint précise que le duc de Bourbon et un grand nombre de capitaines étaient avec le roi.

19 P. de Commynes, Mémoires, t. I, p. 513-514, 526 et 535. Un résumé des oppositions et des soutiens à l’entreprise de Naples est présent dans Didier Le Fur, Charles VIII, p. 266-268. Sur le rôle de Guillaume Briçonnet dans l’expédition de 1494-1495, voir Bernard Chevalier, Guillaume Briçonnet (v. 1445-1514), un cardinal-ministre de la Renaissance, p. 177-258.

20 P. de Commynes, t. I, p. 632.

21 Ibid. : « Je diz au cardinal que si on se approuchoit si pres que de tirer en leur ost, il n’estoit possible qu’il ne saillist des gens a l’escarmouche, qui jamais ne se pourroient retirer ne d’ung cousté ne d’aultre sans venir a la bataille […]. »

22 Ibid., p. 669.

23 Ibid., p. 668.

24 Ibid., p. 674.

25 Trivulzio est pourtant l’un d’eux, il commandait l’avant-garde avec le maréchal de Gié à la bataille de Fornoue.

26 Né dans une famille marchande de Tours, il a commencé sa carrière politique au temps de Louis XI dans les finances royales, ayant notamment été général des finances du Languedoc (B. Chevalier, Guillaume Briçonnet, p. 59-98).

27 P. de Commynes, t. I, p. 426.

28 G. Chastellain, t. V, p. 332.

29 Ibid., t. V, p. 333.

30 Dans les Annales du doyen de Saint-Thiébaut, col. XXXVII, des chevaliers se moquent ainsi du cardinal de Bar.

31 G. Chastellain, t. V, p. 334.

32 D. Aubert, Croniques et conquestes de Charlemaine, t. I, p. 228-229.

33 Ibid.

34 Denis Collomp, « Le motif du pape combattant dans l’épopée », dans Le clerc au Moyen-Âge, Aix-en-Provence, Centre universitaire d’études et de recherches médiévales d’Aix, 1995, en particulier p. 104-105.

35 D. Aubert, t. I, p. 319.

36 Ibid.

37 Turpin lui-même ne demande la croix qu’après que les cardinaux l’ont refusée, en affirmant que « sans comparroison, ilz sont plus dignes d’auoir ceste charge que ie ne soie ».

38 Pie II, Commentarii, t. I, p. 894.

39 Ibid., t. II, p. 2310.

40 Journal du siège d’Orléans, p. 21-22.

41 D. Aubert, t. I, p. 320.

42 Ibid.

43 AN, XIA 60, fol. 398 b.

44 E. de Monstrelet, t. II, p. 192.

45 BnF, Ms. Baluze 46, p. 394-395.

46 E. de Monstrelet, t. II, p. 464.

47 Ibid., t. III, p. 24.

48 Ibid., t. III, p. 41.

49 RSD, t. IV, p. 507.

50 Ibid., t. IV, p. 518.

51 Ibid., t. IV, p. 553.

52 Ibid., t. V, p. 405.

53 Qui est né vers 1390 (E. de Monstrelet, t. I, p. vii).

54 D’après Louis Carolus-Barré, cet homme est frère Jehan de Boury, premier des dizainiers de Guillaume de Flavy, qui dispose de vingt-huit hommes sous ses ordres (L. Carolus-Barré, Le siège de Compiègne, p. 22 et 36-37).

55 G. Chastellain, Œuvres, t. II, p. 53-54.

56 E. de Monstrelet, t. IV, p. 300 ; Journal du siège d’Orléans, p. 143-144.

57 G. Chastellain, t. II, p. 362-364.

58 Jacques du Chatelier (1427-1439).

59 Jean de Boiry (1426-1435).

60 Pierre Cauchon, évêque de Beauvais (1420-1432), puis de Lisieux (1432-1442). Voir Jean Favier, Pierre Cauchon, Comment on devient le juge de Jeanne d’Arc, Paris, Fayard, 2010.

61 Journal d’un bourgeois de Paris, p. 298.

62 Ibid., p. 294-295.

63 Ibid., p. 313-314.

64 Ibid., p. 312.

65 Ibid., p. 318-319.

66 E. de Monstrelet, t. V, p. 221.

67 J. Chartier, t. I, p. 228.

68 Journal d’un bourgeois de Paris, p. 345.

69 Les exactions fiscales constituent en effet l’un des chefs d’accusation portés par le concile de Constance contre le pape Jean XXIII en 1415. L’accusation revient même plusieurs fois (Acta concilii Constanciensis, t. III, p. 159, 187-188 et 193).

70 Journal d’un bourgeois de Paris, éd. Colette Beaune, p. 11-13.

71 J. Chartier, t. I, p. 228.

72 JJU, Histoire de Charles VI, p. 561.

73 Érasme, Jules, privé de Paradis ! Petit traité de machiavélisme, dialogue joyeux, élégant et érudit entre le pape Jules II et Saint Pierre, éd. et trad. S. Bluntz, Paris, Les Belles Lettres, coll. « Le miroir des humanistes », 2009.

74 Ibid., p. 23.

75 Ibid., p. 38-39.

76 Ibid., p. 34.

77 Ibid., p. 81.

78 D. Chambers, Popes, Cardinals and War, p. 64-68.

79 Ibid., p. 111-124 ; I. Cloulas, Jules II, p. 167-181 et 228-242.

80 Érasme, Éloge de la folie, p. 78-79.

81 Ibid., p. 82.

82 Jean Bouchet, La déploration de l’Église militante, éd. J. Britnell, Genève, Droz, 1991. Voir aussi J. Britnell, Le roi très chrétien contre le pape. Écrits antipapaux en français sous le règne de Louis XII, Paris, Classiques Garnier, 2011, en particulier p. 208-217.

83 J. Bouchet, op. cit., p. 75.

84 Ibid., p. 84.

85 Dans une moralité intitulée Le nouveau monde avec l’estrif du pourveu et de l’ellectif, de l’ordinaire et du nommé, représentée pour la première fois en 1508 à Toulouse, Georges d’Amboise se voit reprocher de diriger des gens d’armes (J. Britnell, Le roi très chrétien contre le pape, p. 155).

86 D. Aubert, t. I, p. 52-53.

87 Ibid., t. I, p. 329.

88 Ibid., t. II-1, p. 27.

89 Ibid., t. II-1, p. 265.

90 Ibid., t. I, p. 329.

91 Ibid., t. I, p. 321.

92 M. T. Caron, Les vœux du faisan, p. 174-175.

93 Ibid.

94 D. Chambers, Popes, Cardinals and War, p. 71.

95 Id., « Virtù militare del cardinale Francesco Gonzaga », p. 215. Né en 1444, il n’a que dix-neuf ans en 1463.

96 M. T. Caron, op. cit., p. 175-176.

97 Ibid., p. 198.

98 J. Froissart, Chroniques, t. VI, p. 161 et 166.

99 Ibid., t. III, p. 24.

100 Ibid., t. III, p. 3.

101 Ibid., t. V, p. 137.

102 Ibid., t. XIII, p. 230-247.

103 Ibid., t. XIII, p. 246-247.

104 Par exemple : « et luy estoit avis qu’il n’acquittoit pas bien son honneur, quant il savoit que ses gens chevauchoient et estoient allés à l’encontre des Escots qui au matin estoient partis de là et avoient aux barrières fait escarmouche, et il se tenoit en la ville » (p. 243) ou « Bien avoient volenté l’evesque de Durem et messire Jehan de Say et aucuns chevaliers qui là estoient, d’aller si avant que jusques aux Escots, et de retourner les fuyans » (p. 245).

105 J. Froissart, Chroniques, t. XIII, p. 224.

106 Christine Barralis, « Eustache Deschamps et les prélats de cour : l’exemple des Dormans », dans Eustache Deschamps, témoin et modèle : littérature et société politique (xive-xvie siècles), en particulier p. 155-156.

107 E. Deschamps, Œuvres complètes, t. I, p. 133.

108 GEA, t. III, p. 48 : « vir strenuus provectusque in facto armorum, dominus Henricus de Pictavia, episcopus Trecensis ».

109 J. Froissart, t. III, p. 25.

110 Voir la vie de Guy de Mello dans GEA, t. II, p. 322-327, ou le récit des exploits de Philippe de Dreux à Bouvines dans G. Le Breton, Philippide (Œuvres de Rigord et de Guillaume le Breton, t. II, p. 340).

111 JJU, Écrits politiques, t. I, p. 85.

112 BnF, Languedoc-Doat 111, fol. 288 v – 289 r.

113 Gallia christiana, t. X, Instrumenta, col. 345.

114 RSD, t. V, p. 572. La traduction française établie par Bellaguet en 1894 ne rend pas complètement le ton de la phrase originale : « ils firent remarquer que parmi les ecclésiastiques, un seul, messire de Montaigu, archevêque de Sens, avait osé prendre part à cette sanglante bataille, et que, tandis qu’il frappait vaillamment l’ennemi de droite et de gauche, il avait enfin, comme les autres, payé de sa vie son entreprise téméraire, avec son neveu le vidame de Laon ». La comparaison avec Hector a disparu, ce qui affaiblit quelque peu la dimension épique du récit ; mais surtout, l’emploi du verbe « oser » au lieu de « ne pas rougir » crée par rapport au texte latin une nuance qui a son importance pour nous.

115 RSD, t. V, p. 570.

116 JJU, Histoire de Charles VI, p. 521.

117 Ibid., p. 563.

118 J. Chartier, Chronique de Charles VII, t. I, p. 125.

119 P. Champion, Guillaume de Flavy, capitaine de Compiègne. Contribution à l’histoire de Jeanne d’Arc et à l’étude de la vie militaire et privée au xve siècle, Paris, Champion, 1906.

120 J. Chartier, t. I, p. ix-x.

121 Il faut ajouter que la réputation de Guillaume de Flavy est largement ternie par les méfaits et exactions qu’il commet après 1430, pour lesquels il est emprisonné par le connétable en 1436. À sa libération, en 1437, il va jusqu’à faire capturer le maréchal de Rieux qui meurt dans sa prison (P. Champion, op. cit., p. 62-76).

122 JJU, Histoire de Charles VI, p. 562.

123 Ibid., p. 564.

124 RSD, t. VI, p. 452-454.

125 J. de Roye, t. I, p. 293.

126 Ibid., p. 296.

127 R. de Florange, Mémoires, t. I, p. 14.

128 J. d’Auton, Chroniques de Louis XII, t. IV, p. 229.

129 Ibid., p. 178-179.

130 Ibid., p. 215.

131 Ibid., p. 221-222.

132 JJU, Histoire de Charles VI, p. 558.

133 Ibid., p. 564.

134 La réputation de politicien sans scrupule, ou médiocre, qui lui est parfois attribuée n’apparaît pas dans les sources du xve siècle. Elle a été construite par les historiens qui ont étudié son action politique depuis le xixe siècle (H. Müller, Die Franzosen, Frankreich und das Basler Konzil, t. I, p. 369-370, avec de nombreuses références).

135 H. Bovet, L’arbre des batailles, p. 831.

136 P. de Commynes, Mémoires, t. I, p. 635.

137 Héraut Berry, Les chroniques du roi Charles VII, p. 75.

138 E. de Monstrelet, Chronique, t. III, p. 41.

139 Ibid., t. III, p. 63.

140 Journal d’un bourgeois de Paris, p. 94.

141 RSD, t. VI, p. 228.

142 JJU, Histoire de Charles VI, p. 543.

143 HGL, t. X, Preuves, col. 1994 : « Significaverantque ultra, quod prefatus dominus Remensis locumtenens vindictam non querebat nec rapinam, sed reconciliationem dulcissimam, et finem imponere optabat periculis, scandalis et tribulacionibus patrie predicte, ut populus sub dulci mansuetundine quietatus permaneret et dies suos transiret, nec periret mercantia, aut pateretur fames, aut infertilitas voluntarie procurata. »

144 Ibid., col. 1997.

145 HGL, t. IX, p. 1046-1050.

146 P. Champion, Guillaume de Flavy, p. 31-35 ; G. Dufresne de Beaucourt, Histoire de Charles VII, t. II, p. 400-435.

147 Ibid., t. II, p. 436-466.

148 Journal d’un bourgeois de Paris, p. 294-295.

149 Héraut Berry, Les chroniques du roi Charles VII, p. 151-152.

150 G. Dufresne de Beaucourt, op. cit., t. II, p. 505-559.

151 Journal d’un bourgeois de Paris, p. 372.

© Presses universitaires de Provence, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search