Version classiqueVersion mobile

Prélats et hommes de guerre dans la France du XVe siècle

 | 
Fabien Roucole

Les prélats combattants en France, pratiques et culture militaire

Conclusion à la première partie

Texte intégral

1Au total, quelque 887 prélats sont dénombrés sur les sièges épiscopaux du royaume de France entre 1378 et 1515. Parmi eux, au moins 120 ont participé d’une façon ou d’une autre à des opérations militaires, que se soit en se battant, en commandant, en conseillant les chefs, en organisant les campagnes militaires ou en commanditant les violences de bandes armées. Cela donne une proportion d’environ 14 % de l’épiscopat, un chiffre qui traduit une minorité nette par rapport à l’ensemble de l’épiscopat français, mais une minorité bien visible, et ce d’autant plus que ce chiffre ne représente qu’un minimum. En ce qui concerne les abbés, la proportion est sans aucun doute bien moindre, car les cas répertoriés sont rares : Philippe de Gamaches et l’abbé de Cercanceaux, l’abbé de Saint-Bâle qui paraît avoir été capturé au combat en 1418.

  • 1 C’est-à-dire chaque mention de cardinal, évêque ou abbé participant à un conflit armé.
  • 2 Étant donné qu’un même homme peut, dans sa vie, avoir participé à divers types de guerres, pour des (...)

2Si l’on compte le nombre de cas répertoriés1, le total est de 148. Ce chiffre est plus élevé que le précédent car il inclut les abbés, et parce que ceux qui apparaissent à plusieurs reprises peuvent être comptés deux fois. Cette perspective met en évidence de manière plus nette les raisons pour lesquelles les prélats s’impliquent dans l’effusion de sang humain2. Le service des princes séculiers est de loin la première cause : près de la moitié des cas (46 %) concernent le service du roi, 12 % celui d’autres princes. Ensuite, dans 32 % des cas, des prélats emploient la violence armée pour faire valoir leurs propres intérêts, la plupart du temps dans une affaire d’élection contestée. C’est beaucoup, surtout sachant que de nombreuses affaires de schismes et autres voies de fait sont restées inconnues. Enfin vient le service du pape qui ne concerne que 10 % des cas répertoriés, et presque tous avant les années 1440.

3Quelques prélats agissent sur plusieurs tableaux. Les auteurs de violences dans les compétitions pour les sièges épiscopaux sont souvent des conseillers royaux ou princiers, ce qui justement leur garantit une certaine impunité. Georges d’Amboise en est un bon exemple : avant de prendre part aux guerres d’Italie, il déclenche de véritables petites guerres pour évincer ses concurrents à Montauban et à Narbonne. Ces hommes peuvent sembler être particulièrement habitués à l’emploi des armes.

4 Mais ils ne sont que 25 à 30 environ à exercer des activités qui doivent être considérées comme véritablement guerrières, soit environ 3 % de l’effectif total des évêques français de la période, ou 20 à 25 % des 120 prélats intervenant dans les affaires militaires. Les tâches comme le recrutement de gens d’armes, l’organisation de l’approvisionnement et le conseil des princes concernent probablement la plupart des 75 à 80 % des personnages restants. Probablement seulement, car souvent les informations sont trop vagues pour nous permettre d’affirmer quoi que ce soit : pour plus de la moitié de ceux qui se rendent à l’armée royale (55 %), seule leur présence est connue.

5Les prélats au comportement véritablement guerrier sont donc des exceptions. De plus, même d’un point de vue individuel, leur participation à des conflits armés est souvent motivée par des circonstances exceptionnelles. Comme Claudia Märtl l’a déjà remarqué au sujet de Jean Jouffroy, il faut relativiser le qualificatif de « prélat-guerrier » volontiers attribué à certains évêques par les historiens du xixe siècle. Les émules de Turpin sont en réalité bien rares dans la France du xve siècle.

6Le commentaire de Michel Pintoin sur la bataille d’Azincourt marque-t-il un tournant ? D’une certaine manière, oui. Les prélats restent présents, et parfois en nombre, dans les armées royales jusque dans les premières années du xvie siècle, en particulier quand le souverain prend en personne la tête de ses troupes ; cependant, la différence est que peu d’entre eux portent encore les armes. Le déclin du service militaire des prélats a en fait commencé dans la seconde moitié du xive siècle. Les prélats vêtus de fer sont encore assez courants dans les années 1380, mais, après 1400, bien qu’apparaissant toujours çà et là, ils ne sont plus systématiquement présents.

7Il faut remarquer que ce mouvement n’est pas uniforme, mais connaît des phases. C’est entre 1435 et 1465 environ que les prélats sont les moins impliqués dans les affaires militaires, une période pourtant marquée par des années de guerre intense (1435-1444 et 1449-1453 notamment).

8Après 1465 cependant, les prélats qui portent les armes ou commandent des troupes sont en fait aussi nombreux qu’entre 1400 et 1435. Ce sont donc surtout les motifs pour lesquels l’emploi de la violence est acceptable qui évoluent. L’implication des prélats dans les guerres des princes séculiers semble être tombée la première en désuétude, même dans un royaume comme la France où la monarchie a un caractère sacré. Par contre, l’habitude de défendre ce qu’ils estiment être leurs droits par la force est encore bien vivante jusqu’au début du xvie siècle. C’est d’autant plus remarquable que la justice royale est depuis longtemps en mesure de brider les tempéraments guerriers des seigneurs, et que les schismes se règlent finalement par voie de justice. Il faut en conclure que malgré la pression de toutes les normes juridiques, morales et sociales, un certain nombre de prélats continuent à entretenir un esprit assez belliqueux, avec une conscience fondée sur les valeurs de l’honneur, de la force et de l’autorité. Enfin, la lutte pour la foi, comme les exemples des années 1560 le montrent, est restée jusque tardivement un motif honorable pour prendre les armes dans l’esprit de bien des hommes d’Église.

9Plusieurs facteurs ont contribué à cette évolution. Les efforts des papes et du clergé pour assainir l’Église, les discussions tenues lors des conciles ont pu jouer un rôle, mais ils n’ont pu à eux seuls faire disparaître des pratiques anciennes, qui ont d’ailleurs toujours été critiquées. Le débat de l’exercice des deux pouvoirs par les prélats a en fait occupé les canonistes pendant tout le Moyen Âge, et même au-delà. L’étude de la législation canonique, des interventions des papes ou des propositions de réforme présentées lors des grands conciles ne suffit donc pas. L’évolution des rapports entre églises et pouvoir séculiers ainsi que des institutions militaires est tout aussi déterminante.

Notes

1 C’est-à-dire chaque mention de cardinal, évêque ou abbé participant à un conflit armé.

2 Étant donné qu’un même homme peut, dans sa vie, avoir participé à divers types de guerres, pour des intérêts et des motifs différents.

© Presses universitaires de Provence, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search