Version classiqueVersion mobile

Prélats et hommes de guerre dans la France du XVe siècle

 | 
Fabien Roucole

Les prélats combattants en France, pratiques et culture militaire

Appendice

« Car telle est l’usance des prélatz d’Allemaigne »

Texte intégral

  • 1 Par contre, la différence est ressentie à l’intérieur de l’Empire : les Barrois, Lorrains, Brabanço (...)

1En traitant de ce sujet, il est difficile de ne pas évoquer les évêques « allemands ». Par le terme d’Allemagne, les chroniqueurs entendent en fait tout l’Empire, du moins la partie dans laquelle l’empereur a encore un semblant d’autorité, au nord des Alpes, ce qui inclut la Suisse et l’Autriche, la Lorraine, les actuels Pays-Bas et Belgique, le Luxembourg et la Bohême1.

  • 2 P. de Commynes, t. I, p. 124.

2Au xve siècle, c’est un lieu commun : les évêques allemands font souvent la guerre et portent volontiers les armes. Philippe de Commynes explique à son public français que si les évêques et chanoines de Liège portent les armes, c’est parce que c’est la coutume en Allemagne : « Entre les aultres y en avoit un ung appellé maistre Robert, fort privé dudit evesque, que plusieurs foys j’avoye veu armes de toutes pièces après son maistre, car telle est l’usance des prelatz d’Allemaigne2. »

  • 3 Pie II, Commentarii, t. II, p. 2190.
  • 4 Érasme, Éloge de la folie, éd. Victor Larock, Bruxelles, Office de publicité, 1957, p. 79.
  • 5 Voir par exemple Césaire de Heisterbach, Dialogus miraculorum, t. I, p. 466-468 (v. 1225).

3Vers 1463, le pape Pie II rapporte aussi dans ses mémoires que les évêques allemands font souvent la guerre, « comme des rois », c’est-à-dire de leur propre chef, qu’ils portent les armes et participent aux batailles3. Dans les pays d’Empire, cette image est commune. En 1511, Érasme de Rotterdam se moque ainsi des évêques allemands dans l’Éloge de la folie. La Folie y affirme que ceux-ci abandonnent leur ministère pour vivre en satrapes et qu’ils estiment indigne de rendre leur âme à Dieu ailleurs que sur un champ de bataille4. Cette tradition littéraire remonte au moins au xiiie siècle5, et repose sur la réalité.

  • 6 C. Gaier, « Les effectifs militaires dans la principauté de Liège et le comté de Looz du xiie au xv(...)
  • 7 E. de Monstrelet, t. I, p. 365 ; Jean de Stavelot, Chronique, p. 118.
  • 8 Paul Harsin, La principauté de Liège à la fin du règne de Louis de Bourbon et sous celui de Jean de (...)
  • 9 Ibid., p. 297-302 ; J. Molinet, t. II, p. 123, 175-181 et 568.

4Quelques exemples suffisent à le montrer. Ainsi, au cours du xve siècle, tous les évêques de Liège, qui sont connus pour leur puissance militaire6, prennent au moins une fois la tête de leur armée, sauf Jean de Wallenrode qui n’a siégé qu’un an (1418-1419), et deux d’entre eux sont tués au combat. Le premier, Thierry de Perwez, nommé évêque par les Liégeois révoltés contre Jean de Bavière, partage le sort de beaucoup de ses partisans à Othée, en 14087. Louis de Bourbon, quant à lui, est tué de façon moins héroïque, égorgé par son vassal révolté, Guillaume de la Marck, en 14828. Si cet évêque a la réputation d’un prince faible et peu soucieux de ses affaires, son successeur Jean de Hornes passe pour un homme déterminé et adroit aux armes9.

  • 10 Jean Schneider, « Un conseiller des ducs de Bourgogne. Georges de Bade, évêque de Metz », en partic (...)

5Les évêques de Metz sont aussi fortement impliqués dans les conflits armés. Le cas de Conrad Bayer a été évoqué plus haut. Son successeur, Georges de Bade, de la famille des marquis de Bade, connaît une mésaventure similaire à celle de Bulgnéville, puisqu’il est blessé et fait prisonnier à la bataille de Seckenheim en 146210.

  • 11 T. Fudge, The Crusade against Heretics in Bohemia, p. 105-111, 130-131, 322 et 331 ; J. de Stavelot (...)
  • 12 « Kriegstagebuch der Soester Fehde », éd. K. Lamprecht, F. Jostes, J. Hansen, dans Die Chroniken de (...)
  • 13 Ibid., p. 108-110.
  • 14 Joseph Hansen, Westfalen und Rheinland im 15. Jahrhundert, 2 vol., t. II, Leipzig, Hirzel, 1888- 18 (...)
  • 15 Pie II, Commentarii, t. II, p. 2190.
  • 16 ASV, Arm. XXXIX, t. IV, fol. 19 r, 94 r et 136 r-v.

6Mais le personnage le plus marquant est sans conteste l’archevêque de Cologne, Dietrich de Moers (1414-1463). Au cours de son très long pontificat, il participe à deux des cinq croisades lancées contre les hussites, en 1421 et 143111, et surtout mène une politique ambitieuse et agressive qui le fait entrer en conflit avec de nombreux princes et villes de la basse vallée du Rhin. Selon l’un de ses ennemis, le chroniqueur Bartholomäus von der Lake, il est « meilleur guerrier qu’évêque12 ». Il mène ses troupes en personne au combat, souvent accompagné d’autres évêques, et n’hésite pas à exposer sa personne, notamment lors de l’assaut contre la ville de Soest (1447)13 ou de la bataille de Varlar (1454)14. D’après le pape Pie II, c’est un homme de forte stature, encore capable de combattre comme un jeune à un âge de près de soixante-dix ans15. Sa conduite fait scandale et lui vaut à plusieurs reprises d’être réprimandé par les papes Martin V, Eugène IV et Nicolas V, notamment lorsqu’il fait la guerre à d’autres ecclésiastiques16. En 1446, il est même déposé pour avoir pris le parti du concile de Bâle, mais il est assez puissant pour ignorer cette sanction et conserve son siège. D’ailleurs, il n’est pas réprouvé par l’ensemble du clergé, puisque Pie II en dresse un portrait mesuré, parfois positif. Le pape humaniste reconnaît en effet que les coutumes varient selon les pays, et que ces évêques d’Empire se battent « pour leurs églises », c’est-à-dire pour défendre les droits de leurs sièges épiscopaux. Ce faisant, il reconnaît implicitement que ces comportements résultent de l’état politique des pays d’Empire, et pas seulement d’une déchéance de la moralité dans le clergé impérial. Dans un espace où les évêques et abbés disposent de pouvoirs princiers, et où l’empereur n’est pas en mesure de juguler tous les conflits entre princes, ceux-ci se règlent fréquemment par les armes. Tout cela permet de comprendre pourquoi la question de la participation des prélats aux conflits armés est abordée différemment en France et en Allemagne, et pourquoi les représentants du clergé d’Empire se démarquent lors des conciles de Constance et de Bâle.

Notes

1 Par contre, la différence est ressentie à l’intérieur de l’Empire : les Barrois, Lorrains, Brabançons ou Liégeois ne se considèrent pas comme allemands.

2 P. de Commynes, t. I, p. 124.

3 Pie II, Commentarii, t. II, p. 2190.

4 Érasme, Éloge de la folie, éd. Victor Larock, Bruxelles, Office de publicité, 1957, p. 79.

5 Voir par exemple Césaire de Heisterbach, Dialogus miraculorum, t. I, p. 466-468 (v. 1225).

6 C. Gaier, « Les effectifs militaires dans la principauté de Liège et le comté de Looz du xiie au xve siècle ».

7 E. de Monstrelet, t. I, p. 365 ; Jean de Stavelot, Chronique, p. 118.

8 Paul Harsin, La principauté de Liège à la fin du règne de Louis de Bourbon et sous celui de Jean de Hornes, Liège, Sciences et Lettres, 1957, p. 71-91.

9 Ibid., p. 297-302 ; J. Molinet, t. II, p. 123, 175-181 et 568.

10 Jean Schneider, « Un conseiller des ducs de Bourgogne. Georges de Bade, évêque de Metz », en particulier p. 311 ; Hansjörg Probst, Die Schlacht bei Seckenheim, p. 325-326 ; Pie II, Commentarii, t. I, p. 1039, et t. II, p. 1674-1676.

11 T. Fudge, The Crusade against Heretics in Bohemia, p. 105-111, 130-131, 322 et 331 ; J. de Stavelot, op. cit., p. 188-192.

12 « Kriegstagebuch der Soester Fehde », éd. K. Lamprecht, F. Jostes, J. Hansen, dans Die Chroniken der westfälischen und niederrheinischen Städte, 3 vol., t. II, Leipzig, Hirzel, 1887-1895, p. 167.

13 Ibid., p. 108-110.

14 Joseph Hansen, Westfalen und Rheinland im 15. Jahrhundert, 2 vol., t. II, Leipzig, Hirzel, 1888- 1890, p. 110.

15 Pie II, Commentarii, t. II, p. 2190.

16 ASV, Arm. XXXIX, t. IV, fol. 19 r, 94 r et 136 r-v.

© Presses universitaires de Provence, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search