Version classiqueVersion mobile

Prélats et hommes de guerre dans la France du XVe siècle

 | 
Fabien Roucole

Les prélats combattants en France, pratiques et culture militaire

Culture militaire des prélats français

Texte intégral

1Les prélats évoqués dans le chapitre précédent font preuve d’une grande variété de comportements. Certains se conduisent comme de véritables hommes d’armes, ou mènent la guerre avec les méthodes les plus brutales, alors que d’autres, comme Jean de Fétigny, ne prennent les armes qu’une fois dans leur vie, quand certains encore exercent des responsabilités militaires tout en se tenant à l’écart des combats. Les raisons de telles différences sont à chercher dans le domaine des considérations morales, mais aussi dans celui des compétences militaires des prélats.

2Il est évident que certains sont préparés à la guerre. La préparation est d’abord physique : être capable de porter l’armure, de chevaucher pendant des heures, d’encaisser les coups et de les rendre, le tout à un âge parfois avancé, nécessite de l’entraînement. Elle est aussi intellectuelle : les principes de la stratégie et de la tactique s’apprennent au contact des capitaines expérimentés ou dans les livres, notamment le De re militari de Végèce. Les prélats véritablement expérimentés en fait de guerre sont néanmoins une minorité. Même les évêques et cardinaux chargés de commandements militaires ne le sont pas toujours, comme il a été démontré plus haut.

La hache en guise de crosse : les prélats en appareil guerrier

Le port d’armes au combat : une pratique fréquente mais pas générale

  • 1 Gratien, Décret, IIa pars, Quaestio VIII : « mais en ce qui concerne les évêques, ou tous les autre (...)
  • 2 H. Bovet, L’arbre des batailles, p. 772.
  • 3 Pierre d’Ailly, « De reformatione Ecclesiae », dans J. Miethke, L. Weinrich (éd.), Quellen zur Kirc (...)

3Plusieurs formules employées dans le Décret attestent que Gratien pensait principalement aux évêques en traitant du port d’armes des clercs1. Le même état d’esprit transparaît chez Honorat Bovet dans les années 13802 ou chez Pierre d’Ailly en 14153. Le chapitre précédent a cependant laissé entrevoir que tous les prélats présents à l’armée ne peuvent être considérés comme des combattants. Certains, plus soucieux des interdits que leur impose leur état de clerc, se contentent de donner des ordres ou d’encourager les troupes ; il n’est donc pas nécessaire qu’ils soient équipés comme les hommes d’armes, et il est avéré que certains d’entre eux vont en bataille partiellement ou totalement désarmés. D’autres enfin, et ils sont peut-être les plus nombreux, restent dans le camp, parmi les non-combattants, à l’image de Guillaume Briçonnet. Il faut donc tenter de déterminer à quel point chacune des différentes options est choisie, et si la frontière entre elles est nette. Enfin, par extension, est abordée la question du port d’insignes ecclésiastiques comme les mitres ou autres chapeaux pontificaux à l’armée, des signes établissant une distinction entre les hommes d’Église et les autres combattants.

  • 4 Cela arrive dans la littérature épique : dans la Chanson de Roland (vers 1100), l’archevêque Turpin (...)

4Les sources ne permettent souvent rien de plus que de savoir que tel évêque ou abbé était sur les lieux de telle bataille, éventuellement qu’il a donné des ordres. Moins fréquemment, les textes révèlent qu’il est armé ; dans d’autres cas, cela peut se déduire. Il est encore plus rare qu’un ecclésiastique soit décrit en train de se battre, davantage encore qu’on le représente en train de donner la mort4.

5Malgré cette relative sécheresse, les récits sont d’une importance cruciale. Il s’agit principalement des chroniques, mais aussi de témoignages recueillis pour des procès. La littérature épique donne des images vives, mais dont le réalisme est encore moins assuré que dans les chroniques : il faut donc l’utiliser avec précaution. Il en va de même pour les sources iconographiques, qui peuvent tout aussi bien s’éloigner de la réalité par convention. La pertinence des données fournies par ces types de sources est donc à mesurer à l’aune de documents reflétant plus sûrement la réalité, comme les comptes de recettes et dépenses, les rôles de montres et revues, ou encore les testaments et inventaires de biens.

  • 5 Par exemple les lettres à l’abbé de Corbie en 1297 (Gallia christiana, t. X, Instrumenta, col. 345) (...)
  • 6 BnF, Ms. Fr. 32510, fol. 148 r (six chevaliers et un écuyer) ; Fr. 7877, fol. 55 r et 220 r-v.
  • 7 BnF, Ms. Fr. 21539, fol. 167 r, montre du 25 juin 1356.
  • 8 BnF, Ms. Fr. 32510, fol. 282 r : « Reverend pere en Dieu monseigneur l’evesque conte de Beauvez pai (...)
  • 9 BnF, Ms. Fr. 32510, fol. 280 v : « Monseigneur Jehan de Roucy, evesque de Laon per de France, banne (...)
  • 10 BnF, Ms. Fr. 32510, fol. 252 v : « Monseigneur l’evesque d’Angiers banneret, I autre banneret, VIII (...)
  • 11 BnF, Ms. Clairambault 24, fol. 1774.

6Commençons par les archives de la monarchie, avec les fonds du Trésor des chartes et de la Chambre des comptes. Dans les lettres de semonces, les prélats sont requis de se rendre « en armes et en chevaux » ou « armés et montés suffisamment » avec leurs hommes5, à un lieu et une date donnés. Cela signifie que les rois attendent d’eux qu’ils amènent des hommes armés, et éventuellement qu’ils le soient eux-mêmes. Les archives de la Chambre des comptes du xive siècle font effectivement état de prélats passés aux montres en tant que chevaliers bannerets, par exemple l’évêque de Beauvais entre 1337 et 13426, l’archevêque de Sens7 en 1356 ; dans les années 1380, les évêques de Beauvais8, de Laon9, d’Angers10. Reste à savoir si ces évêques étaient des combattants à part entière, ou s’ils ne recevaient le titre de banneret que parce qu’ils amenaient un certain nombre de gens d’armes à l’ost. Une chose est certaine, ils se rendaient personnellement à l’armée. Lorsqu’ils se contentaient d’envoyer un contingent, le chef en était nommé, comme dans le cas de la compagnie de l’évêque de Beauvais en 138611.

  • 12 Thesaurus novus anecdotorum, t. I, col. 1575.

7Les commentaires des chroniqueurs s’accordent avec ce que révèlent les documents de la Chambre des comptes : les récits de Froissart et Deschamps évoqués plus haut attestent qu’Henri de Poitiers ou Miles de Dormans étaient de véritables hommes d’armes, qui partaient en guerre non pas avec une croix, mais plutôt avec une lance à la main. Les archives des procès témoignent aussi, à l’occasion, de l’esprit batailleur de certains prélats. Un interrogatoire révèle qu’en 1374, Philippe d’Alençon avait déclaré qu’il était prêt à servir le roi de Navarre et que, « combien qu’il fust clerc, si se armeroit-il volontiers en sa personne et se mettroit si avant en ladite guerre comme chevalier qui y fust12 ».

  • 13 André Duchesne, Preuves de la généalogie des comtes de Valentinois, p. 45 ; Nicolas Camusat, Prompt (...)

8Les testaments de la seconde moitié du xive siècle complètent ces sources : ils font parfois mention d’armes, et pas toujours là où elles sont attendues. Il n’est pas surprenant qu’un guerrier renommé comme Henri de Poitiers lègue ses armes et ses chevaux à son frère Charles, comte de Valentinois13. Mais des armes apparaissent aussi dans les testaments et les inventaires après décès de prélats qui ne sont pas connus pour être allés en guerre. En 1389, par exemple, Richard Picque, archevêque de Reims, lègue plusieurs pièces d’armure à ses familiers. Une mention suggère qu’il les portait lui-même :

  • 14 Testament édité dans Gallia christiana, t. X, Instrumenta, col. 68-74 (col. 70-71 pour les armes).

Item, il a donné et légué à maître Jean Vetulae, autrefois son bailli à Reims, sa tunique ou cotte à armer ferrée d’argent, son bassinet, son meilleur camail, et sa meilleure tunique de fer, avec le harnois pour armer les jambes, ainsi que les avant-bras14.

  • 15 À comparer avec l’Inventaire après le décès de Richard Picque, éd. P. Tarbé, p. 35-37.

9Il s’agit d’un équipement complet qui inclut une cotte d’armes, c’est-à-dire une tunique armoriée, ayant la particularité d’être décorée d’argent. Ce détail, ainsi que la présence de l’adjectif possessif sua, suum qui est placé devant chaque objet, confirme qu’il s’agit des armes personnelles de Richard Picque. D’ailleurs, les trois legs suivants concernent aussi des armures, mais il n’est plus question que de « unum harnesium », sans possessif. Ces trois armures-là ont donc appartenu à l’archevêque, mais il ne les portait pas : elles devaient servir à équiper des membres de son hôtel15.

  • 16 Inventaire et vente des biens meubles de Guillaume de Lestrange, archevêque de Rouen, p. 27-28.
  • 17 L. de Lacger, Le château des évêques d’Albi, Albi, Syndicat d’initiative du Tarn, 1929, p. 26-27.
  • 18 Michel Fixot (dir.), Le groupe épiscopal de Fréjus, Turnhout, Brepols, 2012, p. 447.

10L’inventaire des biens de Guillaume de Lestrange, archevêque de Rouen (1389), mentionne lui aussi un certain nombre de pièces d’armure. Ce document a en plus la particularité de révéler à qui et à quel prix les objets ont été vendus : il apparaît que plusieurs pièces d’armement sont achetées par le frère du défunt, l’évêque de Saintes16. Tout comme son confrère de Reims, Guillaume de Lestrange n’est pas connu pour s’être armé. Par contre, ce frère qui vient d’être évoqué n’est autre qu’Élie de Lestrange, le futur évêque du Puy, qui conduit l’assaut du château d’Espaly en 1404. D’autres armes apparaissent encore dans les inventaires de bien des évêques d’Albi17 ou de Fréjus18 à la même époque. Tous ces indices suggèrent qu’au xive siècle, les armes sont assez répandues chez les prélats français.

  • 19 AD 69, 10 G 3631.
  • 20 Gallia christiana, t. XI, Instrumenta, col. 56.
  • 21 E. Martène, Thesaurus novus anecdotorum, t. I, col. 1841-1844.
  • 22 Gallia christiana, t. X, Instrumenta, col. 80-81. Voir aussi le testament de l’archevêque Pierre Tr (...)
  • 23 BnF, PO 2612, n° 140.

11Après 1400, les traces se font par contre beaucoup plus rares. Premièrement, les armes n’apparaissent presque plus dans les testaments du xve siècle, pas plus dans celui de Philippe de Thurey19 que dans celui de Louis de Luxembourg20 ou encore ceux de Jean Jouffroy21, de Jean Juvénal des Ursins22 et de Tristan de Salazar23. Cela ne signifie pas nécessairement qu’ils n’en ont pas eu. Certains, simplement, ne prennent pas de dispositions particulières pour leurs armes, qui vont au principal héritier ou sont vendues pour trouver l’argent nécessaire à l’exécution des dernières volontés du défunt.

  • 24 AD 69, 10 G 3632.
  • 25 En 1418, son frère Girard de Thurey demande l’aide du pape car il est poursuivi par les créanciers (...)
  • 26 Cécile Douxchamps-Lefèvre, « Jean de Griboval, doyen du chapitre de Thérouanne, ou le train de vie (...)

12Les inventaires après décès du xve siècle ne mentionnent pas plus souvent d’armes. Dans celui de Philippe de Thurey seulement, une épée d’une valeur de vingt sous apparaît24. C’est peu, mais il est possible que d’autres pièces d’équipement aient été récupérées par les héritiers, ou encore que l’archevêque les ait vendues après l’expédition d’Avignon, car il en est sorti très endetté25. Il est probable que des inventaires de biens d’évêques encore inconnus contiennent des armes, car ceux d’autres dignitaires ecclésiastiques en mentionnent parfois, comme celui de Jean de Griboval, doyen du chapitre cathédral de Thérouanne, mort en 147426.

  • 27 AD 89, G 542.
  • 28 AM Lyon, EE 27-30. Inventaires de 1412, 1420, 1472 et 1487-1495.
  • 29 P. Contamine, « L’armement des populations urbaines à la fin du Moyen Âge : l’exemple de Troyes (14 (...)

13Les comptes des dépenses des prélats ne fournissent pas non plus beaucoup d’informations. Ceux de l’archevêché de Sens ne révèlent presque rien de l’armement de Tristan de Salazar : seule une arbalète est mentionnée27. Au sujet de Jean de Montaigu, les comptes des années 1409-1414 ne mentionnent absolument rien. Il faut encore signaler les inventaires dressés par les villes des armes possédées par leurs habitants. Les prélats n’y apparaissent pas systématiquement : ainsi, à Lyon, l’archevêque ne figure pas dans les inventaires de 1412 à 149528 ; seuls quelques chanoines sont mentionnés. À Troyes, par contre, les armes de l’évêque sont inspectées en 1474. Il faut dire que cette fois, les autorités municipales agissent sur ordre du roi, et que l’évêque n’est pas le seigneur de la ville, au contraire de l’archevêque de Lyon29.

  • 30 BnF, Ms. Fr. 7858, fol. 37 r – 40 v et 335 r – 339 v.

14Enfin, pour le xve siècle, aucun rôle de montre ou compte mentionnant des prélats armés comme chevaliers n’a été retrouvé. Le comte de 1418 concernant l’armée de Regnault de Chartres en Languedoc ne révèle rien à ce sujet ; les évêques de Sées et d’Orléans apparaissent dans le compte de la chevauchée de 142930, mais pas comme des chefs de compagnie ou des combattants : il est seulement fait mention de dons pour les aider à soutenir leurs dépenses, notamment celles du sacre, où ils remplacent les pairs de France absents. Tout porte donc à croire qu’ils ne sont pas armés.

  • 31 RSD, t. V, p. 572.
  • 32 J. d’Auton, t. IV, p. 221-222.
  • 33 JJU, Histoire de Charles VI, p. 567.
  • 34 Journal d’un bourgeois de Paris, p. 283.
  • 35 Héraut Berry, Les chroniques du roi Charles VII, p. 434. Dans une version du manuscrit, cependant, (...)
  • 36 J. Chartier, Chronique de Charles VII, t. I, p. 142 ; E. de Monstrelet, Chronique, t. V, p. 24-25.

15Seules les sources narratives continuent à mentionner des évêques en armes. Enguerran de Monstrelet décrit Jean de Montaigu armé d’une hache, le Religieux de Saint-Denis le dépeint distribuant les coups d’épée à la bataille d’Azincourt31. Près d’un siècle plus tard, Jean d’Auton rapporte qu’à la bataille de Gênes (1507), Tristan de Salazar est armé de toutes pièces, à cheval, avec une grosse javeline au poing32. Philippe de Gamaches paraît aussi avoir porté les armes et combattu en personne, puisque selon Jean Juvénal des Ursins il était « noble homme, et qui vaillamment, et de son corps, s’estoit porté à la défense d’icelle ville33 ». Le mystérieux abbé de Cercanceaux est un personnage semblable. À Chartres en 1432, l’évêque Jean de Fétigny s’arme et trouve la mort au combat. Le Bourgeois de Paris affirme qu’il était armé : « L’evesque s’arma quant il ouy dire la chose, et vint contre eulx atout un pou de gent, mais ce ne luy valu rien, car il fut tué, et de ses gens et la plus grant partie des bourgoys prins et mis en diverses prinsons34. » Le Héraut Berry, quant à lui, raconte que « y fut thuié l’evesque […] en combattant avec ceulx de la ville35 ». Chartier et Monstrelet donnent moins de détails, mais s’accordent avec les autres pour dire que Jean de Fétigny a mené un groupe de gens armés dans un combat de rue et qu’il y a été abattu36. Sa réaction à la nouvelle de l’assaut laisse penser qu’il est préparé à une telle éventualité, qu’il dispose d’armes chez lui et sait les utiliser. Par contre, il ne s’arme qu’à cette occasion : il ne combat donc qu’en cas de nécessité.

16Louis de Luxembourg se trouve dans une situation similaire à Paris en 1436. Le Bourgeois de Paris est le seul à rapporter de façon détaillée sa tentative de repousser les assaillants et les bourgeois révoltés dans les rues ; son récit est aussi le seul dans lequel l’évêque apparaît en armes : rien ne prouve qu’il l’ait fait en 1429 lors de l’assaut de Jeanne d’Arc sur Paris, ni lors des campagnes qu’il a menées en Gâtinais et dans l’Oise en 1433 et 1434. Voici le récit du « Bourgeois » :

  • 37 Journal d’un bourgeois de Paris, p. 315.

L’evesque de Terouanne, chancellier de France, quant il vit la besongne ainsi tournée, si manda le prevost et le signeur de Huillebit et tous les Anglois, et furent tous armez au mieulx qu’ilz porent […], si firent trois batailles, en l’une le sire de Huillebit, en l’autre le chancellier et le prevost, et en l’autre Jehan l’Archer37.

  • 38 AN, XIA 4826, fol. 17 et 26 ; V. Julerot, « Y a ung grand désordre », p. 348.
  • 39 Ibid., p. 350.
  • 40 Ibid. ; AN, XIA 4838, fol. 284 v.

17Après 1440, de tels comportements paraissent plus rares. Charles de Bourbon a déjà été évoqué : bien qu’ayant gagné la réputation d’un évêque particulièrement guerrier au xviiie siècle, cela n’a pas de base solide. Il est plus que probable qu’il se soit armé pour l’assaut de Liège en 1468, mais rien ne prouve qu’il l’ait fait à une autre occasion. Au sujet des conseillers du roi, ainsi que de ceux qui participent au Bien public ou à d’autres soulèvements, il n’y a aucun indice. Néanmoins, les recherches de Véronique Julerot sur les schismes diocésains invitent à relativiser cette image : à la lecture des plaidoiries, les prélats capables de s’armer paraissent bien plus nombreux que ce que les chroniques et les archives de la Chambre des comptes laissent supposer. Entre 1483 et 1493 seulement, pas moins de trois cas sont attestés : en 1483, Claude de Doyac à Saint-Flour38, Denis de Bar à Tulle39, de même que Pierre de Javailhac lorsqu’il s’empare de Béziers et des autres places fortes de l’évêché40.

  • 41 R. Brun, « Annales avignonaises de 1382 à 1410 extraites des archives Datini », dans Mémoires de l’ (...)
  • 42 BnF, Ms. Fr. 2609, fol. 225 r.
  • 43 BnF, Languedoc Doat 111, fol. 296 v – 297 r.
  • 44 Cité par C. Märtl, Kardinal Jean Jouffroy, p. 225, n. 18.
  • 45 J. Chevalier, Mémoires pour servir à l’histoire des comtés de Valentinois et de Diois, t. I, p. 439 (...)
  • 46 D. Chambers, « Virtù militare del cardinale Francesco Gonzaga », p. 216-217 ; id., Popes, Cardinals (...)
  • 47 Ibid., p. 35 et 122.
  • 48 P. de Commynes, Mémoires, t. I, p. 45 : « Ledict conte de Charroloys et duc de Calabre prenoient gr (...)

18Certains des évêques exerçant des grands commandements portent aussi les armes. Lorsque le cardinal de Neufchâtel est nommé capitaine d’Avignon pendant le premier siège du Palais, en 1398, il chevauche dans les rues l’épée à la ceinture, le bâton de commandement à la main, avec un valet portant son bassinet derrière lui41. C’est dans un habillement semblable qu’est représenté frère Guérin dans une miniature des Grandes Chroniques de France du milieu du xve siècle : à cheval, dans une armure complète dorée, avec une mitre par-dessus le casque, l’épée à la ceinture, et un bâton de commandement à la main42. Dans l’enquête de 1478, le témoignage d’un chanoine suggère que Jean Jouffroy portait aussi l’armure en 1473. Le clerc déclare que les évêques d’Albi n’ont jamais servi à l’arrière-ban, « excepté néanmoins monseigneur le cardinal Jean, prédécesseur du dit monseigneur d’Albi, qui volontairement voulut s’armer et entretenir plusieurs hommes d’armes au secours de notre seigneur le roi43 ». Un ambassadeur milanais le confirme en écrivant dans une dépêche que le cardinal est « en habit militaire » au siège de Perpignan44. Ce comportement semble assez répandu. En 1416, le recteur du Comtat Venaissin, Jean de Poitiers, s’empare du château de son cousin en armure et l’épée à la main45. En 1482, le cardinal Francesco Gonzaga, nommé légat à Ferrare, commande une armure en prévision de la guerre contre Venise46. Certains papes même, exceptionnellement, portent l’armure : Urbain VI en 1388 ou Jules II en 151147. Même s’ils ne sont pas amenés à combattre en personne, arborer le harnois leur offre une prestance de véritables capitaines, et renforce leur autorité auprès des gens d’armes. Au contraire, celui qui ne le porte pas est vu comme un incompétent, incapable de supporter les rigueurs de la guerre48.

  • 49 R. de Florange, t. I, p. 14 ; J. d’Auton, t. IV, p. 221-222.
  • 50 P. de Commynes, t. I, p. 632 et 674.

19Le port d’armes des prélats persiste donc tout au long du xve siècle, mais il semble devenir bien plus rare que dans les années 1360-1380. La plupart des conseillers royaux et princiers qui accompagnent les armées ne combattent pas, et n’ont pas besoin de porter l’équipement militaire. Le changement est flagrant par rapport au siècle précédent : en 1356, à Poitiers, les trois évêques présents sur le champ de bataille étaient des conseillers royaux, l’archevêque de Rouen était même chancelier de Jean II ; et ils étaient tous en armes. À Gênes, en 1507, Louis XII amène une trentaine d’évêques et archevêques, mais deux d’entre eux seulement, l’archevêque de Sens et l’évêque de Liège, font de même49. À Crécy, des évêques sont signalés parmi les morts ; à Fornoue, Philippe de Commynes leur reproche de prôner l’engagement des hostilités alors qu’ils ne combattent pas50. Quant à ceux qui font la guerre pour un siège épiscopal ou abbatial, les quelques exemples spectaculaires cités plus haut ne doivent pas faire oublier que, la plupart du temps, ils ne sont même pas sur les lieux des affrontements. Au sujet des légats et recteurs pontificaux, enfin, les informations manquent. Rien ne prouve qu’ils se soient tous comportés comme Jean de Poitiers ou le cardinal de Neufchâtel.

  • 51 Gallia christiana, t. II, col. 845.
  • 52 D. Chambers, Popes, Cardinals and War, p. 69-71 ; M. T. Caron, Les vœux du faisan, p. 174-175.
  • 53 Le futur pape Léon X (1513-1520).
  • 54 F. Guicciardini, t. I, p. 789 et 793 : « d’un caractère fort doux, il revêtait des habits de paix e (...)

20À quelques rares occasions, en effet, apparaissent des évêques désarmés sur les champs de bataille. À Fornoue, en 1495, le cardinal d’Épinay aurait encouragé les combattants en habit pontifical, une croix à la main, d’après les auteurs de la Gallia christiana51. Une attitude qui semble très imprudente, mais qui n’est pas invraisemblable, car il existe d’autres témoignages de ce genre. En 1463, le pape Pie II affirme que, bien qu’il ne soit pas assez fort pour porter les armes, il compte accompagner l’armée croisée au combat, et que, le moment venu, il priera et implorera l’aide de Dieu à l’exemple de Moïse52. Sans atteindre cette dimension prophétique, le cardinal de Médicis53 dirige l’armée pontificale en habit pourpre à Ravenne (1512) ; bien mal lui en prend, car il échappe de peu à la mort, puis finit entre les mains des Français54. Ces personnages, généralement, ne se tiennent pas dans la ligne de bataille, simplement près des lieux du combat. Mais la mésaventure du cardinal de Médicis prouve que ce comportement reste quand même dangereux.

  • 55 P. Contamine, « L’armement des populations », p. 67.

21D’autres, un peu plus prudents, portent un armement défensif allégé. C’est ce que suggère la situation des ecclésiastiques dans l’inventaire des armes possédées par les habitants de Troyes en 147455. De nombreux clercs possèdent des armes, des simples prêtres à l’évêque Louis Raguier, qui est le mieux fourni : il possède

une brigandine couverte de velours noir pour sa personne, un harnois blanc complet, deux autres brigandines, deux salades, une lance, une demi-lance, cinq grosses couleuvrines de cuivre, deux autres de fer, trois arbalètes d’acier, six vieux bassinets à Bavière, un bec de faucon, un vouge et un jaseran.

  • 56 À Troyes, les couleuvrines sont presque deux fois plus nombreuses que les arbalètes. Le Religieux d (...)

22Il a ainsi de quoi équiper correctement un homme d’armes (harnois blanc et lance) et trois autres combattants, chacun avec une brigandine ou un jaseran de mailles, un casque (salade ou bassinet), et une arme blanche (vouge, bec de faucon ou demi-lance) ou une arbalète. Il dispose encore de sept couleuvrines, un armement qui paraît moderne mais qui est en fait déjà assez courant56. Il s’agit donc d’un arsenal relativement imposant. Cependant, Louis Raguier ne porte pas l’armure complète qu’il possède, seule la brigandine couverte de velours étant « pour sa personne ». Il ne conserve donc qu’un équipement défensif partiel, qu’il n’endosse qu’en cas de nécessité, si les Bourguignons attaquent Troyes par exemple. Ce n’est pas un homme de guerre, et il n’a peut-être pas la force de porter l’armement complet.

  • 57 Alphonse Roserot, « Procès-verbal de la convocation du ban et arrière-ban dans le bailliage de Troy (...)

23Ses actes le confirment. Une ordonnance royale de 1470 laisse entrevoir son état d’esprit : le roi y explique que des affaires criminelles sont parfois jugées à la Chambre des Aides, dont Louis Raguier est président, et que l’évêque se refuse à tenir lui-même des procès qui peuvent entraîner des condamnations à des peines de sang, car il est homme d’Église. Il ne veut pas tomber dans l’irrégularité, se souiller les mains avec du sang humain. Le roi se résout donc à lui adjoindre un second président, choisi parmi les laïcs, afin de le remplacer dans ces situations. En 1473, pour les mêmes raisons sans doute, Louis Raguier ne contribue pas personnellement à l’arrière-ban du roi, mais présente plutôt un homme d’armes et deux brigandiniers (peut-être équipés avec le matériel répertorié en 1474) pour accomplir à sa place le service qu’il doit57.

24Louis Raguier s’abstient donc de s’armer pour des raisons morales, afin de se tenir à l’interdiction canonique de se mêler d’effusions de sang. Cependant, il est prêt à contribuer au service du roi et à la défense de sa cité épiscopale (et encore, s’il s’y trouve, car ses fonctions l’obligent à résider à Paris). Le fait qu’il ne se réserve qu’une brigandine laisse déduire que dans ce cas, il ne porterait qu’un équipement partiel destiné surtout à le garantir contre les projectiles lorsqu’il inspecterait les défenses ou encouragerait les combattants. Nul doute que bien d’autres prélats aient partagé cette façon de penser.

Heaumes mitrés et rochets blancs : le port d’insignes ecclésiastiques au combat

  • 58 BnF, Ms. Fr. 2644, fol. 275 v.
  • 59 P. Contamine, « Les pairs de France au sacre des rois (xve siècle). Nature et portée d’un programme (...)
  • 60 Mayence, Landesmuseum, Inv. Nr. S. 3099-3107.
  • 61 Grand armorial équestre de la Toison d’Or. Fac-similé du manuscrit n° 4790, propriété de la Bibliot (...)

25Autre particularité, les évêques armés sont assez fréquemment représentés avec une mitre par-dessus le casque. Ils apparaissent ainsi dans deux manuscrits de la Bibliothèque nationale du milieu du xve siècle. Dans le Fr. 2609 de la Bibliothèque nationale, un exemplaire des Grandes Chroniques de France, sur une miniature représentant la bataille de Bouvines, frère Guérin porte une mitre blanche par-dessus son casque doré. Dans un manuscrit des Chroniques de Froissart, le Fr. 2644, Henri le Despenser charge à la bataille de Dunkerque (1383), la lance à la main, lui aussi avec une mitre blanche par-dessus son casque58. De telles représentations sont courantes depuis le xiiie siècle. Au xve siècle enfin, il devient fréquent de figurer les pairs ecclésiastiques de France en armure avec une mitre et une chape par-dessus ; il s’agit vraisemblablement d’images conventionnelles, dans lesquelles les insignes ecclésiastiques rappellent la dignité épiscopale, et l’armure le pouvoir temporel de ces prélats59. Cette imagerie n’est pas spécifique à la France. À Mayence, par exemple, est conservée une série de reliefs sculptés, datant de 1320 environ, qui représentent l’empereur et les sept princes électeurs de l’Empire, tous armés60. Les archevêques de Cologne et de Trèves portent là encore des mitres en guise de cimiers, par-dessus leurs heaumes. Par contre, l’archevêque de Mayence n’en a pas. Dans le Grand armorial équestre de la Toison d’Or, vers 1435, les évêques sont représentés à cheval et en armure, une épée de tournoi à la main ; ils n’ont pas de mitre sur leur casque, mais celle-ci est représentée derrière eux, tenue par des angelots61. Dans ce cas aussi, il s’agit clairement d’un motif conventionnel, dont le but n’est pas de correspondre à la réalité (les évêques ne combattant pas dans les tournois), mais plutôt de rappeler la dignité et la condition du personnage représenté, ce à quoi le blason ne suffisait pas aux yeux de l’enlumineur.

  • 62 Der Weg zur Kaiserkrone : der Romzug Heinrichs VII. In der Darstellung Erzbischof Balduins von Trie (...)

26Un autre choix est fait dans la chronique en images commandée par Baudoin de Luxembourg, archevêque de Trèves, un manuscrit de la première moitié du xive siècle, qui contient plusieurs scènes de combat dans lesquelles sont impliqués des évêques. Celle-ci raconte l’expédition de l’empereur Henri VII en Italie (1310-1313) à laquelle Baudoin, frère de l’empereur, s’est joint. Les évêques ne sont reconnaissables qu’au blason dans les scènes de combat, car leur costume ne diffère en rien de celui des autres chevaliers62. Le manuscrit ayant été commandé par un prélat qui a pris part aux événements décrits, on peut supposer que cette représentation reflète la réalité.

  • 63 Robert Wace, Le roman de Rou, éd. A. J. Holden, 3 vol., t. II, Paris, Picard, 1970-1973, p. 186-187
  • 64 M. d’Alpartil, p. 45 ; R. Brun, op. cit., t. XIV, p. 45.
  • 65 Tunique blanche portée par les prélats et les chanoines pendant les offices religieux.

27Cela ne veut pas dire pour autant que le port de mitres ou autres signes distinctifs ne soit qu’une simple convention iconographique. Il est aussi mentionné dans quelques textes relatant des scènes de guerre. Dans le Roman de Rou de Wace, l’évêque Odon de Bayeux porte une chemise blanche par-dessus son haubert à la bataille de Hastings63. Il est difficile d’en tirer des conclusions solides, car ce long poème est écrit environ un siècle après l’événement, et l’image qu’il donne de l’évêque ne correspond pas exactement à celle de la broderie de Bayeux. La description du cardinal de Neufchâtel dans les Annales Datini et dans la chronique de Martin d’Alpartil est plus significative, car les auteurs de ces récits sont des témoins oculaires des scènes qu’ils décrivent64. Le prélat est vêtu « more laico », tout en gardant quelques éléments du costume ecclésiastique, car il porte un rochet65 et fait porter par son valet un bassinet surmonté d’un chapeau de cardinal. Il montre ainsi que, bien que les circonstances le poussent à se comporter en chef de guerre, il reste un prêtre. Ce témoignage atteste que le port d’insignes ecclésiastiques par-dessus l’équipement guerrier n’est pas qu’une convention iconographique.

  • 66 R. Wace, op. cit., t. II, p. 187 : « tote la gent le connoisseit, / un baston teneit en son poig ; (...)
  • 67 Voir Stephen Morillo, Warfare under the Anglo-Norman Kings, 1066-1135, Woodbridge, The Boydell Pres (...)

28Il reste à examiner quelle peut être la fonction de ces insignes. Plusieurs hypothèses peuvent être formulées à partir des contextes dans lesquels ils apparaissent. Dans le cas du cardinal de Neufchâtel, il s’agit d’être reconnu. En effet, dans les récits mentionnés plus haut, il chevauche dans les rues d’Avignon pour avertir la population que les cardinaux de Villeneuve contrôlent la cité et qu’ils l’ont nommé capitaine de leurs troupes. Le bâton de commandement et les armes donnent à voir à chacun la fonction militaire du cardinal ; le rochet et le chapeau pourpre, quant à eux, permettent à tous de savoir que les troupes sont dirigées par un homme d’Église, une figure peut-être plus rassurante que celle de Boucicaut. Dans le Roman de Rou aussi, l’évêque porte une chemise blanche et monte un cheval de robe blanche pour être reconnu de tous : ainsi, partout où il se rend, sa présence est remarquée, elle réconforte ceux qui faiblissaient ; lorsque Odon donne des ordres, ils sont rapidement exécutés, car les chevaliers savent à qui ils ont affaire66. Dans les armées médiévales, largement composées de non-professionnels qui n’ont pas toujours l’habitude de combattre ensemble, il est capital de reconnaître les chefs. Leur présence permet de maintenir l’ordre ; au contraire, leur absence ou leur manque d’autorité favorisent les actions individuelles et les manœuvres désordonnées, les rumeurs de leur fuite ou de leur mort sèment la panique67.

29D’autres hypothèses sont encore envisageables, bien que les sources ne constituent aucune base solide pour les accréditer. Les insignes ecclésiastiques peuvent, éventuellement, servir de protection au combat. Les prélats n’ayant pas le droit de frapper leurs ennemis, ils peuvent chercher à éviter les coups en montrant leur condition à leurs adversaires : à la vue d’une mitre, il est possible que ceux-ci hésitent à frapper.

La préparation des prélats à la guerre

30Les différences de comportement observées entre ceux qui s’arment et ceux qui ne le font pas peuvent s’expliquer de deux façons. D’abord par le choix délibéré de conserver une attitude conforme à la dignité pontificale, ou encore par le manque d’entraînement voire la faiblesse physique. Cela pose la question de la préparation physique et de l’entraînement au maniement des armes des prélats, mais aussi de l’apprentissage du commandement et de la tactique. À ce sujet, il n’y a pas de réponse simple. Les origines sociales et les carrières des prélats étant variées, les réponses le sont aussi.

Apprentissage et pratique du maniement des armes

L’apprentissage des armes chez les prélats de naissance noble

31Un document de 1410 révèle qu’à la fin du règne de Charles VI, on pouvait attendre d’un prélat d’origine noble qu’il fût exercé aux armes. Il s’agit d’une lettre du roi au sénéchal de Toulouse contenant des instructions pour la convocation des possesseurs de fiefs et, parmi elles, la suivante :

  • 68 ORF, t. IX, p. 531.

Et pour ce que en vostre senechaussie sont pluseurs, tant de gens d’Eglise comme aultres, qui ne sont extraits d’ancieneté de noble lignée, et qui n’ont acoustumé d’eux armer, et ont acquis ou tiennent et possedent pluseurs fiefs, terres, rentes et possessions nobles, tenues en nostre royaume en fiefs ou arriere-fiefs, vous mandons en oultre, que se venir devers nous ne veulent en la maniere que dit est, leur faites commandement de par nous expres que ils envoyent personnes pour eulx, ydoines et habiles, montés et armés souffisament, pour nous servir comme il appartiendra68 […].

  • 69 F. Baron, Pierre de Foix le vieux, p. 4-5.
  • 70 Antoine de La Sale, Jehan de Saintré, éd. J. Blanchard et trad. M. Quereuil, Paris, Librairie Génér (...)

32Il est fait allusion à deux types de personnes : les roturiers et les gens d’Église qui tiennent des fiefs, qui sont pour cette raison astreints au service militaire, mais qui ne sont pas entraînés à porter les armes. La raison de cette incapacité est qu’ils ne sont pas nobles, ou ne le sont que depuis peu, et qu’ils n’ont donc pas reçu l’éducation d’un jeune noble, incluant normalement l’apprentissage des armes. On en déduit, par opposition, qu’un homme d’Église né noble est censé avoir aussi été élevé de cette façon. Il faut toutefois relativiser la portée de ce type de document. La formule employée présente un idéal du point de vue du roi, qui cherche à obtenir le service militaire de ses prélats, ou à les pousser à payer pour éviter d’être mobilisés. En réalité, il semble bien que certains prélats nobles n’aient pas reçu d’éducation chevaleresque ; c’est le cas, par exemple, de Pierre de Foix, qui est entré au couvent à dix ans69, ce qui ne semble pas être exceptionnel ni caractéristique du xve siècle. Or, ce personnage est issu de l’une des maisons nobles les plus éminentes de ce temps. Le personnage de damps Abbé, dans Jehan de Saintré (1456-1460), peut être représentatif des prélats du xve siècle quand il répond à la question du héros : « oncques ne fus armé70 ».

  • 71 L’abbé de Jehan de Saintré, qui est grand et « gras », est assez fort pour le porter, mais il fait (...)
  • 72 M. T. Caron, Les vœux du faisan, p. 174-175 : « Mais ce n’est pas nostre propos ne nostre intencion (...)
  • 73 Il meurt d’ailleurs quelques mois plus tard, peu avant la date prévue pour le départ de la croisade
  • 74 D. Chambers, « Virtù militare del cardinale Francesco Gonzaga », en particulier p. 215-216.
  • 75 F. Guicciardini, Histoire d’Italie, t. I, p. 787.
  • 76 Pie II, Commentarii, t. II, p. 2190.

33Il est vrai par contre que tous les prélats portant les armes, en France, sont nobles. Certains, comme Jean de Montaigu et Jean Jouffroy, ne sont peut-être pas nés dans la noblesse, mais ils viennent de familles aisées qui ont pu adopter le style de vie noble d’assez longue date. Ceux-ci ont dû être formés, d’une façon ou d’une autre, au maniement des armes. Il semble évident que les prélats portant l’armure disposent d’un minimum d’entraînement, ou au moins d’une bonne condition physique71. En effet, en 1463, le pape Pie II, alors âgé de cinquante-huit ans et en mauvaise santé, avoue ne pas être suffisamment fort pour supporter le poids du harnois de fer72. C’est un homme d’étude et d’un âge qui est déjà avancé pour l’époque73. D’autres ecclésiastiques, au contraire, sont connus pour leur robustesse. L’un des cardinaux créés par Pie II, Francesco Gonzaga, est un homme de haute taille, solidement bâti. Il se prépare aussi à la croisade, où il doit officier comme un nouveau saint Georges, c’est-à-dire comme un combattant. En effet, il brûle de prouver sa valeur militaire et se commande une armure74. Le cardinal de Sanseverino, lui aussi, est connu pour être de forte stature75. L’archevêque Dietrich de Cologne, à soixante-dix ans passés, est encore capable de porter l’armure ainsi que de monter à cheval sans aide, et il manie l’épée comme un jeune homme76.

  • 77 C. Märtl, Kardinal Jean Jouffroy, p. 11.
  • 78 AD 89, G 971 (Compte de la chambre du chapitre, 1414-1443) : « A Jehan Picart tabellion de Sens pou (...)
  • 79 Sa date de naissance n’est pas connue, mais sa carrière et celle des membres de sa famille permette (...)
  • 80 Rappelons que du xiiie au xve siècle, pas un seul roi de France ne dépasse l’âge de soixante ans.
  • 81 D. Aubert, Croniques et conquestes de Charlemaine, t. I, p. 47.

34Il n’existe pas de telles descriptions pour les prélats français de cette époque. Tout au plus sait-on que Jean Jouffroy était grand et large d’épaules77. Cependant, en étudiant de près la carrière militaire de certains, des qualités martiales se laissent déceler. À la bataille d’Azincourt, Jean de Montaigu est comparé au héros Hector par le Religieux de Saint-Denis. Ce morceau d’héroïsme peut prêter à sourire, sachant que les contemporains ont perçu la bataille comme une défaite honteuse pour les Français. Et de fait, Michel Pintoin est le seul à vanter à ce point la vaillance de l’archevêque. Mais il est aussi le seul à avoir écrit dans les mois qui ont suivi l’événement. Il a pu s’appuyer sur le témoignage d’un combattant : on sait par exemple qu’en janvier 1416, Claude de Chastellux raconta aux chanoines de Sens, devant notaire, les circonstances dans lesquelles leur archevêque avait été tué78. Peut-être a-t-il disposé d’une telle source. Peut-être a-t-il tout simplement inventé cet héroïsme, afin d’honorer un homme qu’il appréciait et qu’il savait très critiqué. C’est invérifiable, mais même en faisant la part de la possible exagération du chroniqueur, il est très probable que Montaigu ait été entraîné à se battre. En effet, il est né vers 1360 au plus tard. Au moment de la première de ses prises d’armes attestées, en 1411, il a donc environ cinquante ans au moins ; à Azincourt, il a entre cinquante-cinq et soixante ans79. Or, on ne s’improvise pas homme de guerre au seuil de la vieillesse80. Dans les Croniques et conquestes de Charlemaine, David Aubert affirme que si un homme n’est pas doué aux armes dès sa jeunesse, il ne l’est jamais81. Cela signifie que l’entraînement doit commencer tôt, ne serait-ce que pour développer une musculature suffisante, celle qui fait défaut à Pie II.

  • 82 Sa date de naissance n’est pas connue avec précision, mais ses deux frères, Pierre (son aîné) et Je (...)
  • 83 D’après C. Märtl, op. cit., p. 14-15, il a au moins quatorze ans quand il s’immatricule à l’univers (...)

35Jean de Montaigu n’est pas le seul à porter les armes à un âge avancé : Louis de Luxembourg a près de cinquante ans lors de la prise de Paris en 143682 ; Jean Jouffroy a atteint la soixantaine, peut-être plus, pendant les sièges de Lectoure et de Perpignan83.

  • 84 FEG, t. XI, p. 188.
  • 85 Eugène Chartraire, « Jean de Salazar, écuyer du roi Louis XI, père de l’archevêque de Sens Tristan (...)
  • 86 Ibid., p. 286-287.
  • 87 FEG, t. XI, p. 189 ; Augustin Renaudet, Préréforme et humanisme à Paris pendant les premières guerr (...)

36Le cas de Tristan de Salazar est particulièrement intéressant : né dans les années 144084, il est donc sexagénaire lors de la bataille de Gênes85. L’éducation qu’il a reçue reste peu documentée, mais quelques indices nous permettent au moins des suppositions. Il n’a peut-être pas été destiné dès sa naissance à la cléricature, car il ne semble avoir commencé sa carrière ecclésiastique que vers l’âge de vingt ans. D’ailleurs, le prénom qu’il porte est extrêmement rare chez les prélats, comme les autres noms de héros de romans chevaleresques. En outre, deux de ses frères reçoivent de tels prénoms : Hector et Lancelot86. Son père, Jean de Salazar, était un homme de guerre chevronné, qui a été de presque tous les combats du siège d’Orléans (1428) à la conquête de la Bourgogne (1477-1479). Tout cela en dit long sur ses goûts et sur la manière dont il a dû faire éduquer ses fils. Autre indice : dans les années 1490, une rumeur court selon laquelle l’archevêque aurait été fiancé ou marié avec une femme dans sa jeunesse, qu’il aurait continué à vivre avec elle après son ordination, et qu’il en aurait même eu des enfants. Cela pourrait n’être qu’une calomnie, mais, comme les chanoines de Paris ont pensé utiliser cet argument dans un procès contre Tristan, il devait avoir un minimum de crédibilité87. Tous ces indices laissent supposer que Tristan a reçu l’éducation d’un jeune noble, y compris pour le maniement des armes, et qu’il a hésité un moment entre la carrière des armes et celle de l’Église.

  • 88 G. Dupont-Ferrier, Gallia regia, t. IV, p. 457.
  • 89 Voir les notices de Paul de Win et de Bertrand Schnerb dans Raphaël De Smedt (dir.), Les chevaliers (...)
  • 90 CRHB, t. I, p. 259.

37La même situation se laisse deviner dans une famille de plus haut rang, celle des Luxembourg. Dans cette maison aussi, la tradition militaire est forte. Waleran, comte de Saint-Pol, occupe pendant longtemps la charge de capitaine général de Picardie88. Ses neveux Pierre et Jean sont encore plus renommés, le second surtout, connu pour avoir capturé Jeanne d’Arc au siège de Compiègne et l’avoir livrée à Pierre Cauchon. Mais à l’époque, il est surtout considéré comme un chef de guerre efficace et impitoyable89. Sans avoir la réputation de ses frères, l’évêque Louis est capable de s’improviser capitaine de gens d’armes et n’hésite pas à exposer sa personne à Paris en 1436. La génération suivante comprend les fils de Pierre, dont le plus connu est le comte de Saint-Pol, connétable de Louis XI en 1465, exécuté pour trahison dix ans plus tard. Il semble avoir donné une éducation militaire à son fils Charles, évêque de Laon, car Adrien de But, chroniqueur de l’abbaye des Dunes, affirme que les quatre premiers fils du connétable, parmi lesquels figure Charles, qui est nommément cité, sont tous « très vaillants aux armes90 ».

Une jeunesse mouvementée ? Quelques prises d’armes antérieures à l’épiscopat

  • 91 H. Müller, Die Franzosen, Frankreich und das Basler Konzil, t. I, p. 282.
  • 92 Bernard Chevalier, « Les Écossais dans les armées de Charles VII jusqu’à la bataille de Verneuil », (...)
  • 93 J. Froissart, t. XIII, p. 224.
  • 94 AN, AB XIX 690 (Dictionnaire de la noblesse de Dom Bévy).
  • 95 Walter Bower, Scotichronicon, 9 vol., t. VIII, éd. D. E. R. Watt, Aberdeen, Aberdeen University Pre (...)

38Dans certains cas, les activités exercées par certains dans leur jeunesse révèlent des indices même si, ici encore, il faut se méfier des légendes créées à l’époque moderne. Jean de Kirkmichael, ou Carmichael, ou encore Saint-Michel, évêque d’Orléans (1426-1435), offre un autre exemple de ces réputations bâties sur peu de choses. Il aurait porté les armes avant son épiscopat, mais alors qu’il était déjà chanoine et prêtre. Né en Écosse, il semble être arrivé en France dans les années 1390. Il étudie aux universités de Paris et d’Orléans, d’où il sort docteur en droit civil et canonique. Il aurait été ensuite chapelain du comte de Douglas, avec lequel il aurait pris part aux batailles de Baugé (1421) et de Verneuil (1424)91. Selon une tradition, à Baugé, il aurait même renversé le duc de Clarence d’un coup de lance. Ces faits sont répétés par quelques historiens, sans que leurs sources soient clairement identifiées92. Cela reste quand même vraisemblable : Froissart mentionne un autre chapelain au service du comte de Douglas qui s’est illustré en jouant de la hache à la bataille d’Otterburn (1388)93. En outre, en 1395, un écuyer du nom de Jehan de Carmichiel, qui pourrait être le futur évêque, est reçu à montre à Dammartin94. D’après la chronique écossaise de Walter Bower, enfin, un homme d’armes appelé Jean de Kirkmichael brise sa lance sur le duc de Clarence et capture le frère du comte de Somerset à Baugé95. Mais de là à prouver que ce personnage est bien le futur évêque d’Orléans, il y a un pas.

  • 96 Françoise Autrand, Naissance d’un grand corps de l’État. Les gens du Parlement de Paris, 1345- 1454(...)
  • 97 Ibid., p. 44-45 et 102 ; F. Autrand, op. cit., p. 190 et 197-201.
  • 98 JJU, Écrits politiques, t. III, p. 29.
  • 99 Ibid., p. 32 et 44.

39Autre cas énigmatique, signalé par Peter Lewis : en 1430, Jean Juvénal des Ursins, alors avocat du roi et clerc, apparaît dans une liste des membres du parlement de Poitiers comme « messire Jehan Jouvenel, chevalier », alors qu’il est déjà archiprêtre de Caraman et doyen du chapitre cathédral d’Avranches96. Doit-on en conclure qu’il mène une vie chevaleresque ? Plusieurs membres du Parlement de Poitiers le font, dont son père et ses frères Louis et Guillaume97. En tout cas, s’il n’y a pas erreur, s’il a réellement porté le titre de chevalier, il a bien dû apprendre le maniement des armes dans sa jeunesse. Il a peut-être hésité entre les états ecclésiastiques et laïcs, comme plusieurs membres de sa famille. Selon ses propres dires, en effet, son père s’est marié alors qu’il voulait être clerc98 ; son frère Guillaume, quant à lui, postule pour une prébende de chanoine en 1414, puis est fait chevalier au voyage de Reims en 142999. Il est possible que d’autres aient eu une carrière semblable.

  • 100 Commune d’Arcis-le-Ponsart, département de la Marne, arrondissement de Reims.
  • 101 Chiry-Ourscamp, département de l’Oise, arrondissement de Compiègne.
  • 102 G. Chastellain, t. II, p. 300.
  • 103 CRHB, t. I, p. 204 (Chronique de Gilles de Roye).
  • 104 À part le goût du pouvoir et des richesses si l’on en croit J. du Clercq, p. 263 : « et cuidoit-on (...)

40Il faut encore citer le cas particulier des évêques qui sont entrés dans les ordres religieux tardivement, après avoir mené une vie chevaleresque. Ils sont peu nombreux : seuls deux cas sont connus. Ils appartiennent à la haute noblesse, et sont tous deux entrés dans les ordres monastiques à la suite d’un événement marquant. Thibaut de Luxembourg, un frère du comte Louis de Saint-Pol, se fait moine de l’ordre de Cîteaux en 1456, dirige l’abbaye d’Igny100 quelque temps après, puis celle d’Ourscamps101, pour devenir ensuite évêque du Mans, en 1465. Pendant sa jeunesse, il a été marié et a eu des enfants, dont Philippe, qui lui succède à l’évêché du Mans. Il a commencé sa carrière ecclésiastique quelques années après la mort de sa femme. Selon Jacques du Clercq, il avait alors trente-six ans. Il a mené pendant sa jeunesse une vie mondaine, fréquenté les tournois et pas d’armes, combattu pour le duc de Bourgogne à de multiples reprises. Thibaut est donc un chevalier aguerri, et Georges Chastellain loue sa vaillance102. Mais après avoir reçu la tonsure, il se tient à l’écart des champs de bataille. Peut-être participe-t-il seulement aux intrigues politiques, puisque Louis XI fait saisir son temporel après 1475 ou 1477, au prétexte que ses fils tiennent le parti du duc de Bourgogne. Devant la vindicte du roi, il se réfugie à Rome, où il meurt en 1477103. Ainsi, il a complètement abandonné son ancien mode de vie104. Cela ne doit pas surprendre de la part d’un homme qui n’est entré dans les ordres que de son plein gré, alors qu’il disposait déjà d’une situation sociale enviable, et qui était tenté par le service divin dès son enfance selon ce que rapporte Jacques du Clercq.

  • 105 FEG, t. XIII, p. 223-229.
  • 106 Au sujet de cette affaire, voir Eugène Cosneau, Le connétable de Richemont (Artur de Bretagne), 139 (...)
  • 107 FEG, t. XIII, p. 224.

41Arthur de Montauban, archevêque de Bordeaux en 1465105, est son exact contemporain. Appartenant à l’une des grandes familles nobles de Bretagne, il est l’un des principaux conseillers ducaux dans les années 1440, et porte le titre de maréchal de Bretagne. Il participe notamment à la campagne de Normandie en 1449-1450. Peu après, il se fait moine au couvent des Célestins de Marcoussis pour expier sa part de responsabilité dans le meurtre de Gilles de Bretagne, ou plus simplement pour échapper à une condamnation à mort, car il est plus que compromis dans cette affaire106. Une dizaine d’années plus tard, Arthur s’assure le soutien de Louis XI, qui lui obtient l’abbaye de Montebourg, au diocèse de Coutances, puis celle de Redon, en Bretagne, ce qui provoque l’ire du duc François II. Il s’ensuit un procès de plusieurs années en cour de Rome. Enfin, en 1465, il obtient l’archevêché de Bordeaux. Contrairement à Thibaut de Luxembourg, il exerce encore une fois au moins des fonctions militaires après son entrée dans les ordres : en 1464, alors qu’il est déjà abbé, Louis XI le charge de mettre en défense la Basse-Normandie contre une éventuelle attaque bretonne ou anglaise107. Mais ces responsabilités militaires n’impliquent pas qu’il porte les armes, et ne dépassent donc pas les bornes admises par la majorité de ses contemporains. Ainsi, dans l’ensemble, après les années 1400-1410, de tous ceux qui ont porté les armes avant d’accéder à la prélature, aucun n’a continué à le faire une fois évêque.

Une passion très répandue : l’exercice physique par la pratique de la chasse

  • 108 Nicolas de Clamanges, Le traité de la ruine de l’Église de Nicolas de Clamanges et la traduction fr (...)
  • 109 JJU, Histoire de Charles VI, p. 539.
  • 110 En 1443, Louis de Luxembourg en a six avec lui en Angleterre (T. Rymer, Foedera, t. V, part. I, p.  (...)

42Si certains prélats ont pu apprendre le maniement des armes dans leur jeunesse, ont-ils aussi continué à s’exercer après la consécration épiscopale ? Il est difficile de passer le stade des conjectures, car les sources font largement défaut. Vers 1400, le théologien Nicolas de Clamanges dénonce les prélats qui passent leur temps aux jeux, à la chasse et autres exercices physiques, sans évoquer clairement un entraînement au combat108. Seul Jean Juvénal des Ursins écrit que vers 1417, au moment des divisions, des religieux s’exerçaient aux armes109, ce qui sous-entend qu’ils ne le faisaient pas d’habitude, et qu’ils y ont été incités par le contexte de violence de ces années. Comme ces moines, il paraît évident que des hommes comme Jean de Montaigu s’entraînent au moins pendant les périodes de guerre. Par quels moyens, et de quelle manière s’exercent-ils ? Peut-être avec les quelques écuyers de leur hôtel, que les évêques entretiennent toujours110 ; mais rien ne prouve un tel usage.

  • 111 Au ive siècle avant J.-C., Xénophon recommande déjà la pratique de la chasse pour préparer les jeun (...)
  • 112 T. Basin, Histoire de Louis XI, t. I, p. 122.
  • 113 D. Chambers, « Virtù militare del cardinale Francesco Gonzaga », p. 215.
  • 114 I. Cloulas, Jules II, le pape terrible, p. 152.
  • 115 C. Reynaud, Charles de Bourbon, p. 7.
  • 116 AD 89, G 385, 397, 421 et 524.
  • 117 AD 89, G 542.
  • 118 Un registre de compte de 1497-1498 mentionne un paiement fait « A messire Jehan Oger pour faire met (...)
  • 119 J. d’Auton, t. IV, p. 56.
  • 120 E. Deschamps, t. I, p. 133.

43Les sources révèlent par contre au moins un moyen d’entretenir une solide constitution physique, la chasse111. Bien qu’interdite par le droit canon, elle est exercée par bon nombre de prélats, et d’ailleurs beaucoup d’entre eux possèdent des forêts et des droits de chasse112. Ils ne la pratiquent pas nécessairement en personne : les écuyers ou autres membres laïcs de leur hôtel, assistés de veneurs, peuvent se charger de traquer le gibier qui alimente leur table. Mais certains passent outre l’interdit et s’adonnent au plaisir de la traque des bêtes sauvages. Les amateurs de ce sport noble par excellence se retrouvent jusque dans le Sacré Collège : Francesco Gonzaga lui doit sa forte carrure113 et le pape Jules II lui-même chasse volontiers114. Il y a bien sûr des pratiquants parmi les prélats français : en 1469, Charles de Bourbon chasse le gros gibier sur les terres de l’archevêché de Lyon115. Tristan de Salazar se déplace avec ses chevaux et ses chiens, comme l’attestent les comptes des doyennés de l’archevêché de Sens116 ; en 1498, il fait venir sa jument blanche, puis un oiseau et un lévrier de Sens à Paris117. Il possède aussi une arbalète qui peut être utilisée pour tirer le gibier ou pour le tir récréatif118. Quand il séjourne à Paris, il se fait amener les cerfs et biches tués sur les terres de l’archevêché par les membres de son hôtel. Georges d’Amboise est probablement aussi intéressé par ce sport, car un ambassadeur de retour d’Autriche lui offre les bois d’un cerf démesurément grand tué par l’empereur Maximilien en 1506119. La chasse peut être une véritable passion pour certains : d’après Eustache Deschamps, Miles de Dormans est « tousjours entouré de chiens et d’oiseaux120 ».

Un intérêt plus rare pour les tournois et pas d’armes

  • 121 G. Chastellain, t. VIII, p. 205. Plus de 600 seigneurs, chevaliers et écuyers y assistent.
  • 122 J. d’Auton, t. III, p. 37.
  • 123 Voir chap. « Culture militaire des prélats français ».

44D’autres divertissements nobles contribuent à l’apprentissage des armes : ce sont les tournois, joutes, pas d’armes et duels en champ clos. L’intérêt des prélats pour ces manifestations n’est que rarement évoqué, peut-être justement parce que leur présence à de tels rassemblements est rare, plus certainement parce que les joutes et tournois sont réprouvés par l’Église. Cela en dit d’autant plus long sur l’état d’esprit des rares évêques qui assistent à ces rencontres, comme Philippe de Vienne, qui se rend à un pas d’armes organisé par Jacques de Lalain en 1450121 ; l’auteur de la vie du bon chevalier le note sans commentaire, si ce n’est que l’évêque est le plus grand des nombreux seigneurs venus y assister. C’est un autre indice de la culture chevaleresque de ce prélat, qui est déjà venu servir le roi à Pontoise en 1441. Jean d’Auton se fait plus critique quand, en 1502, Georges et Louis II d’Amboise ainsi que l’évêque de Sisteron assistent à un combat singulier entre deux membres de la maison de Gonzaga122. Le spectacle est plus violent, car il s’agit d’un combat à outrance (du moins en principe, car en fait le roi le fait arrêter avant que l’un des deux adversaires soit vaincu) organisé pour régler un différend. Par conséquent, comme le note le chroniqueur, les trois évêques pourraient tomber dans l’irrégularité123 en assistant à la mort de l’un des deux combattants.

  • 124 Joseph Hansen, Westfalen und Rheinland im 15. Jahrhundert, 2 vol., t. I, Leipzig, Hirzel, 1888- 189 (...)

45Par contre, aucun prélat ne combat dans de telles rencontres. Même les évêques allemands de la vallée du Rhin s’en abstiennent, quoique avec difficulté pour certains : en 1448, l’archevêque de Cologne se prépare à un duel avec le duc de Clèves, de façon à régler leur différend sans exposer leurs sujets ; mais l’affaire fait scandale et il finit par revenir sur sa décision, en reconnaissant qu’il ne sied pas à un homme d’Église de combattre ainsi à outrance124.

Apprendre la science militaire par les livres

Végèce et autres traités militaires dans les bibliothèques ecclésiastiques

  • 125 Philippe Richardot, Végèce et la culture militaire au Moyen Âge, ve-xve siècles, Paris, Economica, (...)
  • 126 Valère Maxime, Faits et dits mémorables. Il s’agit d’un recueil d’exempla en tous genres. Il ne se (...)
  • 127 F. Baron, op. cit., p. 162.

46La guerre s’apprend aussi dans les livres. Dans les chroniques d’abord : Jehan Froissart, Enguerran de Monstrelet et Jean d’Auton racontent les exploits guerriers de leur temps pour qu’ils servent d’exemple aux jeunes gentilshommes désireux de s’instruire du métier des armes. La tactique et la stratégie, ensuite, s’apprennent dans un ouvrage plus technique, le De re militari de Végèce, un classique indémodable tout au long du Moyen Âge125. Ce traité d’art militaire, écrit vraisemblablement par un fonctionnaire impérial romain à la fin du ive ou au milieu du ve siècle, aborde une grande variété de thèmes, du recrutement des soldats à la tactique en passant par la discipline. Enfin, les historiens antiques qui abordent fréquemment les questions militaires sont aussi mis à contribution. Valère Maxime126 est le plus courant : Jean Juvénal des Ursins le cite fréquemment, Pierre de Foix s’en fait copier un exemplaire à Toulouse en 1406127. César n’est pas inconnu, mais il est plus rare.

  • 128 C. Märtl, op. cit., p. 285 ss. ; Charles Samaran, André Vernet, « Les livres de Thomas Basin », dan (...)

47Les bibliothèques des prélats sont souvent mal connues. Les testaments mentionnent parfois des livres, mais cela ne suffit pas à reconstituer une collection entière. Les inventaires après décès recensent normalement tous les livres du défunt, d’autant que ce sont des objets de valeur, mais dans bien des cas ils font défaut. Les bibliothèques de Jean Jouffroy et de Thomas Basin, par exemple, n’ont pu être partiellement reconstituées que grâce aux marques de possession trouvées sur des manuscrits conservés128. Dans celles qui sont connues, les livres de droit sont les plus nombreux, suivis de quelques ouvrages de théologie, et bien sûr des bibles et des indispensables missels, pontificaux et bréviaires.

  • 129 P. Richardot, op. cit., p. 46-47.
  • 130 GEA, t. II, p. 144.
  • 131 AD 69, 10 G 3632.

48En Italie, en Angleterre, en Allemagne, les bibliothèques d’églises cathédrales et de certains grands monastères contiennent quelques exemplaires de Végèce. Les papes possèdent cet ouvrage : Urbain V (1362-1370), Grégoire XI (1371-1378), Sixte IV (1471-1484), Alexandre VI (1492-1503). En France, un exemplaire est inventorié à la cathédrale de Bayeux, en 1480. À sa mort en 1373, le cardinal Jean de Dormans en possédait deux129. À la fin du xiie siècle, l’évêque d’Auxerre Hugues de Noyers le relisait souvent, car il aimait discuter de l’art de la guerre avec les chevaliers130. Végèce semble donc avoir été assez courant dans les bibliothèques ecclésiastiques, sans se trouver dans toutes. Il n’est pas inséparable des armes, et ceux qui participent personnellement aux conflits armés ne l’ont pas forcément. Ainsi, le traité de Végèce se trouve chez des moines et chanoines, mais il est absent chez Philippe de Thurey131 ; alors que Richard Picque et Guillaume de Lestrange possèdent des armures, mais pas de Végèce.

  • 132 C. Märtl, op. cit., p. 290.
  • 133 Ibid., p. 287.
  • 134 C. Samaran, A. Vernet, op. cit., p. 331, n° 10 ; B. Guenée, Entre l’Église et l’État, p. 310-311. B (...)
  • 135 Nicolas de Baye, Journal de Nicolas de Baye, greffier du Parlement de Paris, 1400-1417, 2 vol., t. (...)
  • 136 Ibid., p. xcii, n° 148.
  • 137 Ibid., p. xcvi.

49Certaines bibliothèques ecclésiastiques possèdent un nombre étonnant d’ouvrages traitant d’histoire et de théorie militaires. Jean Jouffroy offre à Louis XI cinq manuscrits qu’il a commandés à un libraire florentin, dont le De bello gallico de César, une traduction de la Guerre du Péloponnèse de Thucydide, le De re militari de Roberto Valturio, un traité du xve siècle132. S’il les a choisis, c’est qu’il les connaît au moins de réputation, d’autant que ce ne sont pas les titres les plus courants à cette époque. Il possède lui-même l’Iliade et l’Odyssée133. Rien ne prouve que Thomas Basin ait lu Végèce, mais il lit les historiens antiques, dont César. Pendant son exil à Trèves, dans les années 1470, il fait copier le De militia de Leonardo Bruni. Cet ouvrage, écrit en 1421, n’est pas un traité de stratégie ou de tactique, mais un ouvrage politique pour la réforme des coutumes militaires de Florence ; l’auteur plaide entre autres pour un service militaire de tous les citoyens, à l’exemple de la République romaine134. Nicolas de Baye, chanoine de Notre-Dame de Paris, prêtre et greffier au Parlement, possède une imposante bibliothèque composée de 198 volumes, parmi lesquels se trouvent deux exemplaires de Végèce, dont un traduit en français135, et un exemplaire des Stratagemata de Jules Frontin, un recueil de maximes militaires à l’usage des chefs de guerre136. Basin lit aussi les classiques de l’Antiquité, y compris l’Iliade ou une œuvre qui en est dérivée, et l’Énéide137.

  • 138 Ibid., p. 164-165 (5 février 1414) : « et n’avoient pas les seigneurs acoustumé d’aler armez, ne de (...)
  • 139 Ibid., p. 268 (4 septembre 1416) : « Si m’a falu armer, qui m’a cousté plus de XL frans, non obstan (...)

50Il ne faut pas en déduire, cependant, que le chanoine lise ces écrits pour se préparer à combattre. Il ne cherche aucunement à prendre part à la guerre qui sévit alors autour de Paris. Au contraire, quand le conseil royal commande aux membres du Parlement de s’armer pour maintenir l’ordre dans la capitale, il est l’un des premiers à se plaindre : tout comme ses collègues, c’est un homme de loi, qui n’est pas habitué à porter l’armure et à chevaucher138 ; il ne s’équipe que sous la contrainte, en manifestant ouvertement sa mauvaise volonté139. Il ne lit donc pas ces ouvrages pour y apprendre à faire la guerre, mais plutôt par intérêt littéraire ou pour l’aider à composer des sermons.

L’usage réel de Végèce par les « clercs d’armes » : une source d’exempla

  • 140 P. Richardot, op. cit., p. 93-99. L’intérêt du chanoine pour Frontin, par contre, ne peut être expl (...)
  • 141 JJU, Écrits politiques, t. I, p. 295-435.
  • 142 Ibid., t. II, p. 179-431.
  • 143 Il le dit lui-même dans Loquar in tribulacione : « ay deliberé de aucunement vous advertir, en acqu (...)

51En effet, la lecture de Végèce a pu aussi offrir des réflexions d’ordre moral aux clercs, que ce soit pour leur propre discipline, ou pour composer des sermons à l’usage des princes et de leurs hommes de guerre140. L’œuvre politique de Jean Juvénal des Ursins en est un bon exemple. Certains des discours qu’il adresse au roi sont truffés de citations de Végèce, mais aussi de Valère Maxime, parfois de César. C’est le cas de Loquar in tribulatione, écrit pour la réunion des états de langue d’oïl à Bourges en 1440141, et de Verba mea auribus percipe, Domine, rédigé en 1452142. Dans ces deux textes, l’évêque exhorte le roi à corriger les abus commis par ses serviteurs et à réformer le royaume. Ces deux discours sont très marqués par la guerre, en particulier le premier, car à l’époque de sa composition Jean Juvénal des Ursins est évêque de Beauvais. Or, en 1440, cette ville se trouve en frontière, aux portes de la Normandie anglaise. Jean Juvénal considère que faire la guerre n’est pas son rôle, mais il ne se prive pas de conseiller longuement le roi à ce sujet. Ce faisant, il estime remplir son devoir de vassal et l’un des rôles traditionnels des évêques médiévaux : conseiller le souverain pour le bon gouvernement du royaume et le soulagement de son peuple143.

52Jean Juvénal des Ursins est principalement préoccupé par le comportement des gens de guerre du roi de France, capitaines compris, qu’il juge déplorable, et par leur manque d’efficacité. Il compare à l’occasion les troupes du roi Charles à celles d’Henri VI, qu’il juge beaucoup mieux organisées et disciplinées. Pour remédier à ces problèmes, il prône la réforme des institutions militaires. Mais, en bon clerc, il va surtout chercher ses exemples dans les livres anciens, ceux qui racontent les faits et les usages des Romains. L’image d’une armée romaine idéalisée doit servir de modèle à la réforme des armées médiévales, afin de faire disparaître les « mauvais usages de guerre », les pillages et agressions sur les gens désarmés. Rien de très original dans ce discours : Honorat Bovet l’a déjà fait vers 1385, Jean de Salisbury au xiie siècle, et Leonardo Bruni de façon plus développée en 1421. Et Végèce lui-même, finalement, n’a fait qu’aller chercher à l’époque de la République et du Haut-Empire tout ce qui, selon lui, avait assuré la fortune des armes romaines auparavant et était tombé en déclin de son temps.

  • 144 Ibid., t. III, p. 104-105 et 297 ; C. Allmand, The De re militari of Vegetius, p. 128 ss.

53L’évêque de Beauvais n’a d’ailleurs peut-être pas connu le De re militari de première main. Presque toutes ses citations de Végèce (et de Valère Maxime) proviennent d’un florilège alors en vogue, le Manipulus Florum de Thomas de Hibernia ; quelques autres proviennent du Policraticus de Jean de Salisbury144. Jean Juvénal n’a pas besoin d’en savoir plus, son rôle n’étant pas celui d’un conseiller en stratégie. Il développe surtout les thèmes liés à l’obéissance, au recrutement et à la morale, et laisse presque entièrement de côté les aspects techniques, stratégiques et tactiques de l’ouvrage de Végèce. En fait, il est de ceux que l’on nomme les clercs d’armes, des hommes d’Église qui s’intéressent au métier des armes, qui en parlent, mais qui ne le pratiquent pas et le connaissent surtout par les livres ou l’observation (Jean Juvénal des Ursins a eu l’occasion de fréquenter les hommes de guerre à Beauvais entre 1432 et 1444).

  • 145 Ibid., t. II, p. 241 et 246.
  • 146 Ibid., t. II, p. 237-239, 241 et 246.
  • 147 Ibid., t. II, p. 239.
  • 148 P. Contamine, Guerre, État et société, t. I, p. 337-364.

54D’après Végèce encore, dans les deux discours, Jean Juvénal s’attache à démontrer que les laboureurs font de bons combattants, car ils ne sont pas amollis par le confort, et sont habitués à la fatigue et à l’obéissance. C’est l’entraînement qui fait le bon homme d’armes, pas la naissance145. Jean dit l’avoir observé de lui-même à Beauvais146, mais il reproduit en fait presque mot pour mot les propos de Végèce ; or, l’application des préceptes de l’auteur antique est problématique, car il fait référence à une société et à une organisation militaire bien différentes de celle du xve siècle. L’expérience des années suivantes montre que, sur ce point, il manque de pertinence. En 1452, Jean Juvénal félicite le roi pour l’institution des francs-archers, à travers laquelle il voit la réalisation des projets du De re militari147. Pourtant, le principe n’est pas totalement nouveau, car la guerre n’a jamais été le fait exclusif des nobles. Même si les contingents des villes ont perdu de leur importance depuis les années 1340, ils sont toujours présents sous la forme de compagnies de gens de trait. Enfin et surtout, les espoirs qu’il place dans l’institution des francs-archers s’avèrent illusoires : avec le temps, ceux-ci ne se révèlent pas plus disciplinés ni obéissants que les nobles et les mercenaires. Au contraire, ils gagnent bientôt une réputation de piètres soldats, au point que des chansons populaires proclament leur lâcheté148.

55Finalement, Jean Juvénal des Ursins ne tire de Végèce que des généralités, afin de construire des discours dont le but est d’exhorter le roi à appliquer les principes de « bon gouvernement » dans la conduite de la guerre. Ses conseils se bornent à des idées plus ou moins vagues, et sont parfois naïfs ou erronés. Il ne s’agit pas d’un plan de réforme militaire, mais d’exhortations avant tout morales dont le but est la restauration de l’ordre dans le royaume. La présence de Végèce et d’autres auteurs antiques dans la bibliothèque ou les références culturelles d’un prélat ne doit donc pas faire illusion : elle ne révèle pas nécessairement une véritable connaissance, même théorique, du métier des armes, et elle traduit aussi le souci pour le possesseur de disposer de matière à réflexion pour composer harangues et sermons.

Notes

1 Gratien, Décret, IIa pars, Quaestio VIII : « mais en ce qui concerne les évêques, ou tous les autres clercs, il est facile de prouver qu’ils n’ont le droit de prendre les armes ni de leur propre autorité, ni de celle du pontife romain ».

2 H. Bovet, L’arbre des batailles, p. 772.

3 Pierre d’Ailly, « De reformatione Ecclesiae », dans J. Miethke, L. Weinrich (éd.), Quellen zur Kirchenreform im Zeitalter der Grossen Konzilien des 15. Jahrhunderts, 2 vol., t. I, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1995-2002, p. 354-355 ; ou dans Jean Gerson, Opera omnia, 5 vol., t. II, éd. L. Ellies du Pin, Anvers, Sumptibus Societatis, 1706, col. 909.

4 Cela arrive dans la littérature épique : dans la Chanson de Roland (vers 1100), l’archevêque Turpin tue de nombreux adversaires ; dans le De bello Parisiaco d’Abbon de Saint-Germain (fin du ixe siècle), l’évêque de Paris et l’abbé de Saint-Germain des Prés sont des guerriers tout aussi meurtriers (Abbon, Le siège de Paris par les Normands, éd. H. Waquet, Paris, Les Belles Lettres, 1942). Il y a aussi quelques exemples dans les chroniques, mais hors de France. Dans la chronique en images de la descente de l’empereur Henri VII en Italie, le commanditaire, l’archevêque de Trèves Baudoin de Luxembourg, est représenté en train de fendre le crâne d’un adversaire avec son épée (Der Weg zur Kaiserkrone : der Romzug Heinrichs VII. In der Darstellung Erzbischof Balduins von Trier, éd. M. Margue, M. Pauly, W. Schmid, Trèves, Kliomedia, 2009, p. 76-77). Dans la chronique de Thomas Walsingham, l’évêque de Norwich transperce de sa lance plusieurs paysans rebelles pendant la grande révolte des travailleurs de 1381 (Thomas Walsingham, Historia anglicana, 2 vol., t. II, éd. H. T. Riley, Londres, Longman Green, 1863- 1864, p. 6-8).

5 Par exemple les lettres à l’abbé de Corbie en 1297 (Gallia christiana, t. X, Instrumenta, col. 345), à l’évêque d’Albi en 1314 (Gallia christiana, t. I, Instrumenta, col. 11-12) ou à l’évêque de Châlons en 1338 (G. A. de La Roque, Traité du ban et arrière-ban, p. 108). Dans les ordonnances de Charles VI pour lever l’arrière-ban, en 1410 et 1418, il est encore stipulé que les prélats doivent venir « montés et armés » (ORF, t. IX, p. 531 ; Guillaume Besse, Recueil de diverses pièces servant à l’histoire du roi Charles VI, Paris, A. de Sommaville, 1660, p. 154-160).

6 BnF, Ms. Fr. 32510, fol. 148 r (six chevaliers et un écuyer) ; Fr. 7877, fol. 55 r et 220 r-v.

7 BnF, Ms. Fr. 21539, fol. 167 r, montre du 25 juin 1356.

8 BnF, Ms. Fr. 32510, fol. 282 r : « Reverend pere en Dieu monseigneur l’evesque conte de Beauvez pair de France, IX chevaliers bacheliers, LXXVI escuyers dont est chef monseigneur Guillaume de Condoire. »

9 BnF, Ms. Fr. 32510, fol. 280 v : « Monseigneur Jehan de Roucy, evesque de Laon per de France, banneret, I bachelier, XVIII escuyers. »

10 BnF, Ms. Fr. 32510, fol. 252 v : « Monseigneur l’evesque d’Angiers banneret, I autre banneret, VIII bacheliers, XXXV escuyers. »

11 BnF, Ms. Clairambault 24, fol. 1774.

12 Thesaurus novus anecdotorum, t. I, col. 1575.

13 André Duchesne, Preuves de la généalogie des comtes de Valentinois, p. 45 ; Nicolas Camusat, Promptuarium sacrarum antiquitatum Tricassinae dioecesis, fol. 210 v.

14 Testament édité dans Gallia christiana, t. X, Instrumenta, col. 68-74 (col. 70-71 pour les armes).

15 À comparer avec l’Inventaire après le décès de Richard Picque, éd. P. Tarbé, p. 35-37.

16 Inventaire et vente des biens meubles de Guillaume de Lestrange, archevêque de Rouen, p. 27-28.

17 L. de Lacger, Le château des évêques d’Albi, Albi, Syndicat d’initiative du Tarn, 1929, p. 26-27.

18 Michel Fixot (dir.), Le groupe épiscopal de Fréjus, Turnhout, Brepols, 2012, p. 447.

19 AD 69, 10 G 3631.

20 Gallia christiana, t. XI, Instrumenta, col. 56.

21 E. Martène, Thesaurus novus anecdotorum, t. I, col. 1841-1844.

22 Gallia christiana, t. X, Instrumenta, col. 80-81. Voir aussi le testament de l’archevêque Pierre Troussel (1413), col. 77-79.

23 BnF, PO 2612, n° 140.

24 AD 69, 10 G 3632.

25 En 1418, son frère Girard de Thurey demande l’aide du pape car il est poursuivi par les créanciers du cardinal Pierre et ne peut les payer ; il évoque les fortes sommes que ses frères et lui ont dépensées au siège du palais d’Avignon, au point que Pierre a dû être inhumé sans pierre tombale aux Chartreux d’Avignon alors qu’il voulait être enterré dans une chapelle de la cathédrale Saint-Jean de Lyon (ASV, Reg. Suppl. 115, fol. 26 v – 28 r).

26 Cécile Douxchamps-Lefèvre, « Jean de Griboval, doyen du chapitre de Thérouanne, ou le train de vie d’un haut dignitaire ecclésiastique à l’époque bourguignonne », Publication du Centre européen d’études bourguignonnes, n° 37, 1996, p. 231-238.

27 AD 89, G 542.

28 AM Lyon, EE 27-30. Inventaires de 1412, 1420, 1472 et 1487-1495.

29 P. Contamine, « L’armement des populations urbaines à la fin du Moyen Âge : l’exemple de Troyes (1474) », dans P. Contamine et O. Guyotjeannin (dir.), La guerre, la violence et les gens au Moyen Âge, 2 vol., t. II, Paris, Éditions du CTHS, 1996, p. 69.

30 BnF, Ms. Fr. 7858, fol. 37 r – 40 v et 335 r – 339 v.

31 RSD, t. V, p. 572.

32 J. d’Auton, t. IV, p. 221-222.

33 JJU, Histoire de Charles VI, p. 567.

34 Journal d’un bourgeois de Paris, p. 283.

35 Héraut Berry, Les chroniques du roi Charles VII, p. 434. Dans une version du manuscrit, cependant, cette phrase est biffée et remplacée par « et y fut thuié l’evesque, lequel avoit fait fere grans deffenses en icelle ville et, en soy retyrant, fut tué sur les degrez de son eglise cathedral ». La plupart des corrections de ce manuscrit auraient été introduites par Jean Chartier ou d’autres moines de Saint-Denis.

36 J. Chartier, Chronique de Charles VII, t. I, p. 142 ; E. de Monstrelet, Chronique, t. V, p. 24-25.

37 Journal d’un bourgeois de Paris, p. 315.

38 AN, XIA 4826, fol. 17 et 26 ; V. Julerot, « Y a ung grand désordre », p. 348.

39 Ibid., p. 350.

40 Ibid. ; AN, XIA 4838, fol. 284 v.

41 R. Brun, « Annales avignonaises de 1382 à 1410 extraites des archives Datini », dans Mémoires de l’Institut historique de Provence, t. XIV, p. 45 ; M. Alpartil, Chronica actitatorum temporibus Benedicti XIII, p. 45.

42 BnF, Ms. Fr. 2609, fol. 225 r.

43 BnF, Languedoc Doat 111, fol. 296 v – 297 r.

44 Cité par C. Märtl, Kardinal Jean Jouffroy, p. 225, n. 18.

45 J. Chevalier, Mémoires pour servir à l’histoire des comtés de Valentinois et de Diois, t. I, p. 439-446.

46 D. Chambers, « Virtù militare del cardinale Francesco Gonzaga », p. 216-217 ; id., Popes, Cardinals and War, p. 71.

47 Ibid., p. 35 et 122.

48 P. de Commynes, Mémoires, t. I, p. 45 : « Ledict conte de Charroloys et duc de Calabre prenoient grant peyne de commender et de faire tenir ordre a leurs batailles, et chevauchoient bien arméz, et sembloit bien qu’ilz eussent bon vouloir de faire leurs offices. Les ducs de Berry et de Bretaigne chevauchoient sur petites hacquenees, a leur aise, arméz de petites brigandines fort legieres pour le plus. Encore disoient aulcuns qu’il n’y avoit que petitz cloux doréz par dessus le satin, pour moins leur peser ; toutesfoys je ne scay pas de vray. »

49 R. de Florange, t. I, p. 14 ; J. d’Auton, t. IV, p. 221-222.

50 P. de Commynes, t. I, p. 632 et 674.

51 Gallia christiana, t. II, col. 845.

52 D. Chambers, Popes, Cardinals and War, p. 69-71 ; M. T. Caron, Les vœux du faisan, p. 174-175.

53 Le futur pape Léon X (1513-1520).

54 F. Guicciardini, t. I, p. 789 et 793 : « d’un caractère fort doux, il revêtait des habits de paix et était fort différent du cardinal Sanseverino dans son attitude comme dans ses actes ». D. Chambers, op. cit., p. 126-127.

55 P. Contamine, « L’armement des populations », p. 67.

56 À Troyes, les couleuvrines sont presque deux fois plus nombreuses que les arbalètes. Le Religieux de Saint-Denis signale déjà un grand nombre de couleuvrines au siège de Corbeil en 1417 ; celles-ci sont nombreuses et meurtrières au siège de Compiègne en 1430.

57 Alphonse Roserot, « Procès-verbal de la convocation du ban et arrière-ban dans le bailliage de Troyes en 1473 », dans Annuaire administratif et statistique du département de l’Aube, 1878, 2e partie, p. 40, n° 48.

58 BnF, Ms. Fr. 2644, fol. 275 v.

59 P. Contamine, « Les pairs de France au sacre des rois (xve siècle). Nature et portée d’un programme iconographique », dans Bulletin de la Société nationale des Antiquaires de France, 1988, p. 321-348.

60 Mayence, Landesmuseum, Inv. Nr. S. 3099-3107.

61 Grand armorial équestre de la Toison d’Or. Fac-similé du manuscrit n° 4790, propriété de la Bibliothèque nationale de France, conservé par la bibliothèque de l’Arsenal, éd. M. Pastoureau, M. Popoff, Saint-Jorioz, Éditions du Gui, 2001, fol. 1 v – 3 r (les trois électeurs ecclésiastiques de l’Empire, plus un évêque non identifié, dont le blason n’a pas été peint) et 48 r – 50 v (les six pairs ecclésiastiques de France).

62 Der Weg zur Kaiserkrone : der Romzug Heinrichs VII. In der Darstellung Erzbischof Balduins von Trier, éd. M. Margue, M. Pauly, W. Schmid, Trèves, Kliomedia, 2009, p. 60-61, 70-71, 76-77 et 82-97 pour l’archevêque de Trèves. Apparaissent aussi les évêques de Liège (p. 60-61, 70-71 et 76-77), de Constance (p. 82-83 et 88-91) et d’Augsbourg (p. 56-57, 84-85 et 102-103).

63 Robert Wace, Le roman de Rou, éd. A. J. Holden, 3 vol., t. II, Paris, Picard, 1970-1973, p. 186-187.

64 M. d’Alpartil, p. 45 ; R. Brun, op. cit., t. XIV, p. 45.

65 Tunique blanche portée par les prélats et les chanoines pendant les offices religieux.

66 R. Wace, op. cit., t. II, p. 187 : « tote la gent le connoisseit, / un baston teneit en son poig ; / la ou veeit le grant besoig / faiseit les chevaliers torner / e la les faiseit arester, / sovent les faiseit assaillir / et sovent les faiseit ferir ».

67 Voir Stephen Morillo, Warfare under the Anglo-Norman Kings, 1066-1135, Woodbridge, The Boydell Press, 1994, en particulier p. 144-168. Cet historien traite des armées des xie et xiie siècles, mais ses remarques valent encore pour le xve : à la bataille de Mons-en-Vimeu (1421), la rumeur de la mort de Philippe le Bon provoque une fuite massive dans les rangs bourguignons (E. de Monstrelet, t. IV, p. 60-61) ; le même phénomène se produit dans les deux camps à la bataille de Montlhéry (1465).

68 ORF, t. IX, p. 531.

69 F. Baron, Pierre de Foix le vieux, p. 4-5.

70 Antoine de La Sale, Jehan de Saintré, éd. J. Blanchard et trad. M. Quereuil, Paris, Librairie Générale Française, 1995, p. 504.

71 L’abbé de Jehan de Saintré, qui est grand et « gras », est assez fort pour le porter, mais il fait un piètre combattant.

72 M. T. Caron, Les vœux du faisan, p. 174-175 : « Mais ce n’est pas nostre propos ne nostre intencion de combattre d’espée en la bataille, car par quel moien estrainderons nous et tendrons nous l’espée, qui a peines pouvons lever la main pour beneyr le peuple » (traduction de la bulle pontificale par Guillaume Fillastre, évêque de Tournai).

73 Il meurt d’ailleurs quelques mois plus tard, peu avant la date prévue pour le départ de la croisade.

74 D. Chambers, « Virtù militare del cardinale Francesco Gonzaga », en particulier p. 215-216.

75 F. Guicciardini, Histoire d’Italie, t. I, p. 787.

76 Pie II, Commentarii, t. II, p. 2190.

77 C. Märtl, Kardinal Jean Jouffroy, p. 11.

78 AD 89, G 971 (Compte de la chambre du chapitre, 1414-1443) : « A Jehan Picart tabellion de Sens pour l’instrument des parolles que rapporta messire Glaude de Chatelus et son escuier du trespassement de feu monseigneur Jehan de Mont Agu darrein arcevesque de Sens » ; FEG, t. XI, p. 170.

79 Sa date de naissance n’est pas connue, mais sa carrière et celle des membres de sa famille permettent de la placer entre 1350 et 1360 environ. Quand il est pourvu de l’évêché de Chartres, en 1390, il n’a pas besoin d’une dispense pour son âge, comme c’est le cas lorsqu’un candidat a moins de trente ans (C. Eubel, Hierarchia catholica, t. I, p. 167).

80 Rappelons que du xiiie au xve siècle, pas un seul roi de France ne dépasse l’âge de soixante ans.

81 D. Aubert, Croniques et conquestes de Charlemaine, t. I, p. 47.

82 Sa date de naissance n’est pas connue avec précision, mais ses deux frères, Pierre (son aîné) et Jean (son cadet), sont nés vers 1385-1390 (Françoise De Gruben [dir.], Les chevaliers de la Toison d’Or à l’époque bourguignonne [1430-1477], Louvain, Leuven University Press, 1997, p. 38-39 et 45-47). Étant le deuxième de la fratrie, Louis ne peut être né que dans cette période.

83 D’après C. Märtl, op. cit., p. 14-15, il a au moins quatorze ans quand il s’immatricule à l’université de Cologne en 1429, car il est alors majeur. Il est donc né au plus tard en 1415. Mais sa naissance doit plutôt être placée entre 1405 et 1410, car il obtient son doctorat en 1434 ou 1435. La date de 1412 parfois avancée ne repose pas sur des sources sûres.

84 FEG, t. XI, p. 188.

85 Eugène Chartraire, « Jean de Salazar, écuyer du roi Louis XI, père de l’archevêque de Sens Tristan de Salazar », Bulletin de la Société archéologique de Sens, t. XXXII, 1918-1923, p. 237-294.

86 Ibid., p. 286-287.

87 FEG, t. XI, p. 189 ; Augustin Renaudet, Préréforme et humanisme à Paris pendant les premières guerres d’Italie (1494-1517), Paris, Champion, 1916, p. 231.

88 G. Dupont-Ferrier, Gallia regia, t. IV, p. 457.

89 Voir les notices de Paul de Win et de Bertrand Schnerb dans Raphaël De Smedt (dir.), Les chevaliers de la Toison d’or au xve siècle, Francfort, Peter Lang, 2000, p. 22-24 et 29-31. Les deux frères, surtout Jean, sont particulièrement mis en valeur dans la chronique d’Enguerran de Monstrelet.

90 CRHB, t. I, p. 259.

91 H. Müller, Die Franzosen, Frankreich und das Basler Konzil, t. I, p. 282.

92 Bernard Chevalier, « Les Écossais dans les armées de Charles VII jusqu’à la bataille de Verneuil », dans Jeanne d’Arc, une époque, un rayonnement, Paris, Éditions du CNRS, 1982, p. 91 ; Francisque Michel, Les Écossais en France et les Français en Écosse, 2 vol., t. I, Londres, Trübner, 1862, p. 119.

93 J. Froissart, t. XIII, p. 224.

94 AN, AB XIX 690 (Dictionnaire de la noblesse de Dom Bévy).

95 Walter Bower, Scotichronicon, 9 vol., t. VIII, éd. D. E. R. Watt, Aberdeen, Aberdeen University Press, 1987-1998, p. 120, note s. : « Capti erant […] ; dominus Thomas, frater dicti comitis de Somerset, […] per Johannem Kirkmichael, qui hastam fregit in ducem Clarentiae » (« Furent capturés [énumération de noms] ; monseigneur Thomas, frère du dit comte de Somerset, par Jean Kirkmichael, qui brisa sa lance sur le duc de Clarence »). Le nom de Kirkmichael ne figure en fait que dans un manuscrit de 1510 ; dans les autres, un blanc subsiste à la place.

96 Françoise Autrand, Naissance d’un grand corps de l’État. Les gens du Parlement de Paris, 1345- 1454, Paris, Publications de la Sorbonne, 1981, p. 184 ; JJU, Écrits politiques, t. III, p. 46.

97 Ibid., p. 44-45 et 102 ; F. Autrand, op. cit., p. 190 et 197-201.

98 JJU, Écrits politiques, t. III, p. 29.

99 Ibid., p. 32 et 44.

100 Commune d’Arcis-le-Ponsart, département de la Marne, arrondissement de Reims.

101 Chiry-Ourscamp, département de l’Oise, arrondissement de Compiègne.

102 G. Chastellain, t. II, p. 300.

103 CRHB, t. I, p. 204 (Chronique de Gilles de Roye).

104 À part le goût du pouvoir et des richesses si l’on en croit J. du Clercq, p. 263 : « et cuidoit-on que ce feut par grande dévotion ; mais tantost qu’il feut moisne, il ne cessa tant qu’il feust abbé d’Igny, et d’abbé d’Igny, évesque de Mans, et sur toutes choses aimoit deniers, comme on disoit ».

105 FEG, t. XIII, p. 223-229.

106 Au sujet de cette affaire, voir Eugène Cosneau, Le connétable de Richemont (Artur de Bretagne), 1393-1458, Paris, Hachette, 1886, p. 378-390.

107 FEG, t. XIII, p. 224.

108 Nicolas de Clamanges, Le traité de la ruine de l’Église de Nicolas de Clamanges et la traduction française de 1564, éd. A. Coville, Paris, E. Droz, 1936, p. 135 : « Illi prosunt […], qui totos in aucupio et venatu, in ludis et palestra dies agunt. » Une traduction de 1564 donne : « Ces gens […], qui sont tous les jours à la chasse, à la vollerie, aux ieux et autres exercices. » Le mot palestra désigne dans l’Antiquité le terrain sur lequel les jeunes hommes s’entraînent, entre autres, à la lutte.

109 JJU, Histoire de Charles VI, p. 539.

110 En 1443, Louis de Luxembourg en a six avec lui en Angleterre (T. Rymer, Foedera, t. V, part. I, p. 128).

111 Au ive siècle avant J.-C., Xénophon recommande déjà la pratique de la chasse pour préparer les jeunes hommes à la guerre (Xénophon, De l’art équestre, éd. et trad. E. Delebecque, Paris, Les Belles Lettres, 1978, p. 62).

112 T. Basin, Histoire de Louis XI, t. I, p. 122.

113 D. Chambers, « Virtù militare del cardinale Francesco Gonzaga », p. 215.

114 I. Cloulas, Jules II, le pape terrible, p. 152.

115 C. Reynaud, Charles de Bourbon, p. 7.

116 AD 89, G 385, 397, 421 et 524.

117 AD 89, G 542.

118 Un registre de compte de 1497-1498 mentionne un paiement fait « A messire Jehan Oger pour faire mettre un clou au bandaige de larbalestre de Monseigneur. Pour avoir des cables et du fil a faire cordes. V s » (AD 89, G 542).

119 J. d’Auton, t. IV, p. 56.

120 E. Deschamps, t. I, p. 133.

121 G. Chastellain, t. VIII, p. 205. Plus de 600 seigneurs, chevaliers et écuyers y assistent.

122 J. d’Auton, t. III, p. 37.

123 Voir chap. « Culture militaire des prélats français ».

124 Joseph Hansen, Westfalen und Rheinland im 15. Jahrhundert, 2 vol., t. I, Leipzig, Hirzel, 1888- 1890, p. 120-121 et pièces justificatives nos 366 et 369 ; Werner Paravicini, « Rois et princes chevaliers (Allemagne, xiie-xvie siècles) », dans Les princes et le pouvoir au Moyen Âge (XXIIIe congrès de la Société des historiens médiévistes de l’enseignement supérieur, Brest, mai 1992), Paris, Publications de la Sorbonne, 1993, p. 21.

125 Philippe Richardot, Végèce et la culture militaire au Moyen Âge, ve-xve siècles, Paris, Economica, 1998 ; Christopher Allmand, The De re militari of Vegetius. The Reception, Transmission and Legacy of a Roman Text in the Middle Ages, Cambridge, Cambridge University Press, 2011.

126 Valère Maxime, Faits et dits mémorables. Il s’agit d’un recueil d’exempla en tous genres. Il ne se limite pas, loin de là, à la guerre, mais contient quelques passages sur la discipline militaire.

127 F. Baron, op. cit., p. 162.

128 C. Märtl, op. cit., p. 285 ss. ; Charles Samaran, André Vernet, « Les livres de Thomas Basin », dans Guy Cambier (éd.), Hommages à André Boutemy, Bruxelles, Latomus, 1976, p. 324-339.

129 P. Richardot, op. cit., p. 46-47.

130 GEA, t. II, p. 144.

131 AD 69, 10 G 3632.

132 C. Märtl, op. cit., p. 290.

133 Ibid., p. 287.

134 C. Samaran, A. Vernet, op. cit., p. 331, n° 10 ; B. Guenée, Entre l’Église et l’État, p. 310-311. BnF, Ms. Lat. 12264. Manuscrit qui contient aussi d’autres œuvres, donné à la cathédrale de Lisieux en 1489. Étude et édition du texte de Bruni dans Charles Bayley, War and Society in Renaissance Florence. The De militia of Leonardo Bruni, Toronto, University of Toronto Press, 1961.

135 Nicolas de Baye, Journal de Nicolas de Baye, greffier du Parlement de Paris, 1400-1417, 2 vol., t. II, éd. A. Tuetey, Paris, Renouard, 1885-1888, p. lxxxix, n° 120.

136 Ibid., p. xcii, n° 148.

137 Ibid., p. xcvi.

138 Ibid., p. 164-165 (5 février 1414) : « et n’avoient pas les seigneurs acoustumé d’aler armez, ne de chevaucher par ville, sinon sur mules à venir au Palaiz ».

139 Ibid., p. 268 (4 septembre 1416) : « Si m’a falu armer, qui m’a cousté plus de XL frans, non obstant que je soie prestre. De bonne estrainne soit-il frans et quicte par qui il faut que prestres se arment. »

140 P. Richardot, op. cit., p. 93-99. L’intérêt du chanoine pour Frontin, par contre, ne peut être expliqué par cet argument. Son ouvrage ne contient que des exemples de tactiques et ruses de guerre.

141 JJU, Écrits politiques, t. I, p. 295-435.

142 Ibid., t. II, p. 179-431.

143 Il le dit lui-même dans Loquar in tribulacione : « ay deliberé de aucunement vous advertir, en acquitant ma loyaulté et le seremens de per de France que vous ay fait » (JJU, Écrits politiques, t. I, p. 305).

144 Ibid., t. III, p. 104-105 et 297 ; C. Allmand, The De re militari of Vegetius, p. 128 ss.

145 Ibid., t. II, p. 241 et 246.

146 Ibid., t. II, p. 237-239, 241 et 246.

147 Ibid., t. II, p. 239.

148 P. Contamine, Guerre, État et société, t. I, p. 337-364.

© Presses universitaires de Provence, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search