Version classiqueVersion mobile

Prélats et hommes de guerre dans la France du XVe siècle

 | 
Fabien Roucole

Les prélats combattants en France, pratiques et culture militaire

Les pratiques : pourquoi et comment s’impliquer dans les conflits armés

Texte intégral

Les prélats dans les armées royales

Une pratique ancrée dans les traditions

  • 1 Le Religieux de Saint-Denis, Chronique, éd. et trad. M. L. Bellaguet, Paris, Crapelet, 1839-1852 ; (...)
  • 2 Sur Jean de Montaigu, voir FEG, t. XI, p. 165-172 ; Fabien Roucole, « La mort d’un ecclésiastique a (...)

1Dans son récit de la bataille d’Azincourt, Michel Pintoin, le Religieux de Saint-Denis, s’étonne que « de tous les prélats, un seul [n’ait] pas rougi d’y participer1 ». Toutes les sources se rapportant à cet événement ne mentionnent en effet qu’un seul prélat, et non pas des moindres : il s’agit de Jean de Montaigu, archevêque de Sens (1406-1415), un homme ayant avec ses frères exercé une forte influence à la cour de Charles VI2. Il a déjà été vu plusieurs fois en armes, mais cette fois a été la dernière, car il a été tué dans la mêlée. Ce comportement est-il exceptionnel au début du xve siècle ? Dans quelle mesure la remarque du religieux est-elle fondée ?

  • 3 Friedrich Prinz, Klerus und Krieg im früheren Mittelalter : Untersuchungen zur Rolle der Kirche bei (...)

2Qu’un évêque prenne les armes pour servir son prince, même dans les conflits séculiers, n’est pas exceptionnel pour les hommes du Moyen Âge. Des exemples sont connus dès le vie siècle. Depuis l’époque carolingienne, surtout, une partie des évêques et abbés sont tenus par la coutume de fournir au roi des combattants, et de le servir en personne dans ses expéditions et chevauchées. Une foule de chartes, de mentions dans les chroniques, de lettres de semonces puis de registres attestent que des évêques se rendent fréquemment à l’armée du roi de France du ixe au xiiie siècle3.

  • 4 Le Père Anselme, Histoire généalogique et chronologique de la maison royale de France, des grands o (...)
  • 5 BnF, Ms. Fr. 20685, fol. 148 r.
  • 6 Gilles-André de La Roque, Traité du ban et arrière-ban, Paris, Le Petit, 1676, p. 108.
  • 7 P. Anselme, op. cit., t. II, p. 12.
  • 8 Ibid., p. 214 ; BnF, Ms. Lat. 5188, fol. 279 v.
  • 9 G. A. de La Roque, op. cit., p. 17.
  • 10 Jean de Hocsem, Chronique, éd. Godefroid Kurth, Bruxelles, Hayez, 1927, p. 288-289.
  • 11 G. A. de La Roque, op. cit., p. 17 ; BnF, Mss. Clairambault 229, p. 1261 et Fr. 7878, fol. 288 v ; (...)
  • 12 Ibid., t. I, p. 172 ; BnF, Ms. Fr. 7858, fol. 56 r.
  • 13 BnF, Ms. Fr. 7878, fol. 297 r.
  • 14 Jean Froissart, Chroniques, t. III, éd. J. Kervyn de Lettenhove, Bruxelles, V. Devaux, 1867-1877, p (...)
  • 15 J. Froissart, t. III, p. 246 et 249 ; BnF, Ms. Fr. 7878, fol. 56 r-v.
  • 16 G. A. de La Roque, op. cit., p. 17.
  • 17 Chronographia Regum Francorum, t. II, p. 186 (dorénavant CRF).
  • 18 P. Contamine, op. cit., t. I, p. 172 ; Claude Devic, Joseph Vaissète, Histoire générale de Languedo (...)

3C’est encore le cas pendant la guerre de Cent Ans. Michel Pintoin étant né vers 1349, les débuts du conflit appartiennent pour lui à l’époque contemporaine. Il l’a vécu en grande partie (sans en voir la fin d’ailleurs), et a pu être renseigné sur ses premières années par des personnes plus âgées. Or, ce qu’il a pu apprendre des affrontements rend son étonnement très compréhensible. Pour un homme de son temps, les évêques armés sur les champs de bataille ne sont pas encore un reliquat du passé. Ils étaient constamment présents dans les grandes armées levées par les souverains Valois pendant la première partie du conflit, de 1337 à 1360 ; c’est à cette époque qu’ils paraissent les plus nombreux. En 1337, l’archevêque de Reims4, les évêques de Beauvais5 et de Valence sont signalés en Flandre ou en Guyenne. En 1338, des évêques ont été convoqués pour être à Amiens à la Mi-Carême6, mais les chroniques ne révèlent pas lesquels se sont effectivement mis en route. Pour l’année 1339, il apparaît que cinq prélats au moins y étaient : l’archevêque de Reims7, les évêques de Langres8, de Meaux9, de Valence et de Liège10. En 1340, ils sont encore plus nombreux à l’ost de Saint-Omer : les évêques de Meaux11 et de Thérouanne12, ainsi que l’abbé de Corbie13, auxquels s’ajoutent quatre prélats d’Empire, les évêques de Valence, Liège14, Metz et Verdun15, ce qui fait au total six évêques et un abbé. Dans les années suivantes, les armées formées sont moins grandes, et les prélats qui s’y rendent moins nombreux. Néanmoins, l’évêque de Valence continue à servir en Flandre en 1341 et 134216 ; à la fin de l’année 1342, l’évêque de Bayeux suit le duc de Normandie qui mène une armée en Bretagne17 ; enfin, à l’automne 1345, l’évêque de Lavaur18, Robert de Foix, sert sous les ordres du duc de Normandie dans la région d’Angoulême.

  • 19 CRF, t. II, p. 216 ; J. Froissart, t. IV, p. 333 et 341-343.
  • 20 Ibid., p. 490 ; CRF, t. II, p. 224-225 ; Chronique des quatre premiers Valois, éd. S. Luce, Paris, (...)
  • 21 Les Journaux du trésor de Philippe VI de Valois, suivis de l’ordinarium thesauri de 1338-1339, éd. (...)

4En 1346, la guerre atteint un sommet d’intensité, et, à nouveau, un bon nombre d’évêques y contribuent. Au début de l’année, l’évêque de Beauvais, Jean de Marigny, suit le duc Jean en Aquitaine, pour une campagne qui finit par s’enliser devant Aiguillon. Au cours de celle-ci, il participe, avec d’autres grands seigneurs, à un raid de pillage ainsi qu’à un combat victorieux contre les Anglais près d’Angoulême et de Périgueux19. L’évêque de Bayeux, quant à lui, est l’un des capitaines de l’armée du connétable Raoul de Brienne, que le roi a chargé de défendre la Normandie. Il participe à la bataille de Caen, où les Français sont défaits. Beaucoup d’entre eux sont faits prisonniers, mais l’évêque se réfugie au château avec le Bailli de Rouen et le comte de Tancarville20. L’archevêque de Sens, Guillaume de Melun, contribue aussi, avec huit hommes d’armes, à la défense du duché21.

  • 22 Geoffrey Le Baker, Chronicon, éd. E. M. Thompson, Oxford, Clarendon Press, 1889, p. 85 ; Henry Knig (...)
  • 23 J. Froissart, t. XXII, p. 74-75.
  • 24 Après avoir été transféré à Auxerre en 1347 (R. P. Conrad Eubel, Hierarchia catholica medii et rece (...)
  • 25 J. Froissart, t. V, p. 71-73 et 77.
  • 26 Ibid., t. XXIII, p. 41. D’après C. Eubel, op. cit., t. I, p. 426, il serait mort en avril 1347. La (...)
  • 27 J. Froissart, t. XVII, p. 215 ; Geoffrey Le Baker, op. cit., p. 85 ; Eulogium Historiarum, t. III, (...)
  • 28 FEG, t. III, p. 172-174.
  • 29 Gallia christiana, Paris, Imprimerie royale puis Firmin Didot, t. X, 1715-1865, col. 1284.
  • 30 FEG, t. XI, p. 139-150.
  • 31 P. Contamine, op. cit., t. I, p. 51-52.
  • 32 J. Froissart, t. V, p. 27.
  • 33 Ibid., t. V, p. 75.

5Bien entendu, des ecclésiastiques participent à la bataille de Crécy ; mais les sources narratives sont particulièrement confuses, comme l’événement l’a été. Les chroniqueurs anglais Knyghton et Baker affirment que l’évêque de Noyon, Bernard le Brun, y est tué22 ; selon Kervyn de Lettenhove, il n’aurait été que capturé23. En fait, aucune des deux versions n’est à retenir. Cet évêque meurt en 1349, et Kervyn de Lettenhove se fonde sur une lettre d’Édouard III de 1360, qui concerne en fait son successeur24. La même incertitude règne sur le sort de l’archevêque de Rouen, dont Froissart affirme qu’il est tué dans un engagement le lendemain de la bataille25, alors qu’il semble avoir survécu six mois à celle-ci26. Certaines sources mentionnent encore les archevêques de Reims et de Sens ainsi que l’abbé de Corbie parmi les victimes27. Or, il est certain qu’aucun de ces personnages n’est mort en 1346 : Jean de Vienne, archevêque de Reims depuis 1334, est bien vivant en 1350, quand il couronne le roi Jean28. Il ne meurt qu’en 1351, comme Hugues ou Hue de Vers, abbé de Corbie29. Quant à l’archevêque de Sens, il s’agit de Guillaume de Melun, qui ne décède qu’en 137630. Les informations sont donc peu fiables, mais il est tout à fait probable que ces ecclésiastiques aient participé à la bataille. En fait, le plus surprenant serait qu’aucun ne l’ait fait. Il est certain que les ecclésiastiques ont été semons, à l’exemple de l’évêque de Paris, et, semble-t-il, de l’abbé de Corbie31. En outre, d’après Froissart, quelques jours avant la bataille, les archevêques de Reims, Sens et Rouen, ainsi que l’évêque de Laon se trouvaient dans un détachement de l’armée envoyé à Abbeville32. Il s’agit donc de trois des victimes supposées du combat, avec en plus un nouveau venu. C’est tout à fait crédible. Jean de Vienne et Guillaume de Melun sont d’ailleurs connus pour avoir plusieurs fois servi le roi dans ses guerres. Il s’agit d’habitués des camps militaires dont la présence n’a rien d’étonnant. Il y aurait donc eu dans cette armée au moins trois archevêques, un ou deux évêques, ainsi qu’un abbé33.

  • 34 BnF, Ms. Lat. 5188, fol. 110 r – 111 r.
  • 35 P. Contamine, op. cit., t. I, p. 52.
  • 36 FEG, t. XI, p. 144.
  • 37 BnF, Ms. Fr. 32510, fol. 205.
  • 38 J. Froissart, t. V, p. 528 et 543 ; BnF, Ms. Fr. 21539, fol. 167 r. Sur ce personnage, FEG, t. XI, (...)
  • 39 Chronique des quatre premiers Valois, p. 50.
  • 40 J. Froissart, t. V, p. 428, 433, 448 et 529 ; BnF, Ms. Fr. 20881, n° 108-109 et Fr. 21540, fol. 245 (...)
  • 41 Matteo Villani, Cronica con la continuazione di Filippo Villani, t. II, éd. Giuseppe Porta, Parme, (...)
  • 42 Eulogium Historiarum sive temporis, t. III, éd. F.-S. Haydon, Londres, Longman / Brown / Green, 185 (...)
  • 43 Gestes des évêques d’Auxerre (Gesta episcoporum Autissiodorensium), t. III, éd. Guy Lobrichon et al (...)

6La situation ne change pas dans les années qui suivent. En 1347, l’évêque de Langres est convoqué pour l’ost de Calais, et vend des biens temporels de son évêché pour pouvoir s’équiper34 ; l’année suivante, le duc de Normandie ordonne aux gens d’Église de Normandie d’accomplir les services militaires qu’ils lui doivent35. L’archevêque de Sens reprend les armes en 1349, 1355 et 135636 ; les évêques de Liège et de Metz se présentent à l’ost d’Amiens en 135237. À la bataille de Poitiers (1356), trois prélats sont clairement attestés : l’archevêque de Sens, qui est pris38, l’archevêque de Rouen, qui parvient à s’enfuir39, et l’évêque de Châlons, qui est tué40. Comme pour Crécy, d’autres cas soulèvent des doutes : celui de l’évêque d’Auxerre, et celui de l’évêque de Langres, respectivement abattu et capturé selon Villani41 ; l’Eulogium Historiarum nomme l’évêque de Langres, mais dans le groupe de ceux qui ont pu fuir, et non parmi les captifs42. Or, il est certain que l’évêque d’Auxerre, Jean d’Auxois, est mort en 1359, soit près de trois ans après la bataille43. De même, si un personnage tel que l’évêque de Langres, duc et pair de France, avait été fait prisonnier, il n’aurait pas manqué d’être cité dans les chroniques et dans les lettres traitant de la bataille. L’assertion de Villani est donc peu crédible. Il est par contre tout à fait possible que ces deux prélats, bien que ne figurant ni parmi les morts ni parmi les prisonniers, aient participé à la bataille, en particulier l’évêque de Langres, qui est cité par les deux chroniques.

  • 44 J. Froissart, t. VII, p. 19.
  • 45 Département de l’Aube, chef-lieu d’arrondissement.
  • 46 J. Froissart, t. VI, p. 156 et 161-162.
  • 47 GEA, t. III, p. 48.
  • 48 Chronique des quatre premiers Valois, p. 203.
  • 49 J. Froissart, t. XVII, p. 373. Forteresse située sur l’actuelle commune de Chiry-Ourscamp, départem (...)

7Ce personnage sert d’ailleurs dans l’armée royale à deux reprises au moins, en 1357-1358 en Picardie et Île-de-France, ainsi qu’en 1364 en Bourgogne44 ; il se rend certainement aussi à l’ost de Calais, en 1347. Il s’agit de Guillaume de Poitiers, de la famille des comtes de Valentinois. Son frère Henri, évêque de Troyes, est lui aussi un habitué des armes : après avoir pris part au siège de Melun sous les ordres du dauphin, il mène une armée contre les Navarrais près de Nogent-sur-Seine45 et obtient la victoire ; au cours de la bataille, il combat au premier rang46. La même année encore, on le retrouve dans l’armée du connétable à Auxerre47. Dix ans plus tard, il réapparaît dans l’armée levée par le duc de Bourgogne pour s’opposer à la chevauchée du duc de Lancastre48. Il s’agit donc d’un homme de guerre chevronné, à la réputation bien établie. En 1358, l’évêque de Noyon, Gilles de Lorris, participe lui aussi à la lutte du dauphin contre le parti navarrais. Nommé capitaine d’une armée levée en Picardie, il investit la forteresse de Mauconseil49 ; mais, moins expérimenté ou moins chanceux que son confrère de Troyes, il est pris à revers par une armée de secours, est défait et emmené comme prisonnier.

  • 50 FEG, t. III, p. 173.
  • 51 FEG, t. II, p. 102-103.
  • 52 Les pièces d’archives abondent au sujet de son action en Languedoc et Guyenne : BnF, Ms. Fr. 32510, (...)
  • 53 Empereur Charles IV, Vie de Charles IV de Luxembourg, éd. et trad. P. Monnet et J.-C. Schmitt, Pari (...)
  • 54 Guillaume de Nangis, Chronique latine de Guillaume de Nangis de 1113 à 1300 avec les continuations (...)
  • 55 Chronique parisienne anonyme, éd. A. Hellot, Nogent-le-Rotrou, Daupelet-Gouverneur, 1884, p. 181 ; (...)
  • 56 J. Froissart, t. IV, p. 333 et 341-343 ; CRF, t. II, p. 216.

8À partir du règne de Philippe VI (1328-1350), des évêques se voient aussi confier des commandements militaires. Certains sont nommés capitaines de leur cité épiscopale, comme l’archevêque de Reims en 134050 ou l’évêque de Troyes dans les années 1360. D’autres disposent de commandements plus vastes, couvrant des régions entières, en qualité de lieutenants généraux du roi. Le premier évêque à avoir assumé cette fonction semble être Jean de Marigny51. Il reste d’assez nombreuses archives concernant ses activités : lettres de semonce ou de retenue, comptes des trésoriers des guerres et autres actes. D’après celles-ci, il ne s’occupe presque que d’affaires militaires et il dirige en personne certaines opérations52. C’est, semble-t-il, un homme expérimenté et endurci à la guerre : dès 1333, il fait partie des chefs d’un contingent de nobles français servant en Italie sous le roi Jean de Bohême53 ; en 1335, au cours d’un voyage qu’il effectue en Orient pour préparer la croisade, il se distingue dans des combats contre les Turcs54 ; en 1337, il mène sous les ordres du connétable la première opération militaire de la guerre de Cent Ans, la saisie de la Guyenne ; en 1339, il accompagne une armée qui atteint les murs de Bordeaux, mais échoue à prendre la ville55 ; en 1346, enfin, il rejoint l’armée du duc de Normandie et participe au siège d’Aiguillon. Pendant la marche de l’armée, il part avec l’avant-garde et pille les terres soumises au roi d’Angleterre56.

  • 57 HGL, t. IX, p. 524 ; t. X, Preuves, col. 867-868.
  • 58 FEG, t. II, p. 106.
  • 59 BnF, Ms. Lat. 17044, fol. 181 r ; FEG, t. II, p. 107.

9Il n’est pas le seul évêque à se voir attribuer de telles fonctions. Dès 1340, l’archevêque d’Auch est nommé capitaine et réformateur en Languedoc57. Il porte ensuite, lui aussi, le titre de lieutenant général en 1345, 1348 et 135058. Occasionnellement, de telles nominations ont lieu dans d’autres régions : de 1348 à 1350, Jean de Marigny exerce en Normandie les fonctions qu’il assumait en Languedoc auparavant ; en 1359, Philippe d’Alençon, archevêque de Rouen, est nommé lieutenant général en Normandie, où il inspecte les places fortes et les met en état de défense59. Cette pratique semble à peu près disparaître après les années 1360, mais reparaît au xve siècle, surtout à partir du règne de Louis XI.

  • 60 J. Froissart, t. XX, p. 23 : « combien qu’il fust clerc, si se armeroit-il volontiers en sa personn (...)
  • 61 Edmond Martène, Ursin Durand, Thesaurus novus anecdotorum, t. I, Paris, F. Delaulne, 1717, col. 152 (...)
  • 62 Département de la Manche, arrondissement de Cherbourg.
  • 63 Chronique des quatre premiers Valois, p. 253.
  • 64 BnF, Ms. Fr. 20881, n° 9-10.
  • 65 J. Froissart, t. VIII, p. 405 ; BnF, Ms. NAF 20528, p. 50.
  • 66 Dictionnaire de Dom Bévy (AN, AB XIX 690), article Dormans. Il est enregistré comme chevalier banne (...)

10Sous le règne de Charles V (1364-1380), les prélats sont moins nombreux dans les armées. On l’a vu, les deux frères de Poitiers y font quelques apparitions dans les premières années du règne ; mais ils appartiennent à l’ancienne génération. La raison principale semble être le changement des méthodes de guerre : au lieu de recourir à d’immenses armées difficiles à contrôler comme ses prédécesseurs, Charles V préfère employer un nombre restreint de combattants expérimentés, engagés par lettres de retenue et soldés toute l’année. Le haut clergé n’est plus sollicité qu’occasionnellement, lorsque des troupes nombreuses sont nécessaires. Certains continuent néanmoins à porter les armes pendant les temps forts de la guerre. En 1374, l’archevêque de Rouen, Philippe d’Alençon, se dit prêt à servir le roi de Navarre en armes, comme un chevalier60 ; l’évêque d’Avranches, Robert Porte, est quant à lui jugé comme criminel de lèse-majesté en 1378 pour avoir fait des « assemblées de gens d’armes » pour le compte de Charles le Mauvais61. En 1375, les évêques de Bayeux et de Coutances sont tous deux commissaires préposés au siège du château de Saint-Sauveur-le-Vicomte62, l’une des plus importantes forteresses de Normandie63. Quelques mandements et quittances révèlent leurs activités : alors que l’évêque de Coutances, Sylvestre de la Cervelle, s’occupe de faire renforcer les places fortes des environs, l’évêque de Bayeux, Miles de Dormans (qui obtient l’évêché de Beauvais en 1375), fait construire plusieurs bastilles en face de Saint-Sauveur, dans lesquelles il loge avec ses gens d’armes ; il fait en outre plusieurs voyages à Paris pour tenir le roi au courant des avancées du siège64. Cet évêque loge donc au plus près de l’action, sous les remparts de la forteresse assiégée, et il est capable de conduire les travaux d’investissement. Il est de fait l’homme d’Église le plus porté sur les armes de son époque. En 1377, il prend part au siège d’Ardres65 ; il apparaît encore comme chevalier banneret en 1378 dans le dictionnaire de Dom Bévy, qui malheureusement ne mentionne pas le lieu où il a servi66.

  • 67 Eustache Deschamps, Œuvres complètes, 11 vol., t. I, éd. M. de Queux de Saint-Hilaire puis G. Rayna (...)
  • 68 RSD, t. I, p. 211 ; JJU, Histoire de Charles VI, p. 355 ; BnF, Ms. NAF 20528, p. 121 ; Fr. 32510, f (...)
  • 69 J. Froissart, t. X, p. 546, t. XI, p. 442-443 (extrait de la Chronique de Berne) ; CRF, t. III, p.  (...)
  • 70 BnF, Ms. Fr. 32510, fol. 282 r et 286 v ; Fr. 7858, fol. 263 r ; Clairambault 41, p. 3075-3076 ; Cl (...)
  • 71 J. Froissart, t. XII, p. 216.

11Miles de Dormans continue ses activités militaires dans les premières années du règne de Charles VI. Dans une ballade à sa mémoire, Eustache Deschamps énumère les faits d’armes auxquels il a pris part67 : la bataille de Roosebeke (1382), où il commande une aile de l’armée68, le siège de Bourbourg (1383), l’expédition de Charles d’Anjou en Italie (1384)69, le siège de Damme (1385) ; en 1386 encore, Miles de Dormans se prépare à rejoindre l’expédition que le roi projette de mener en Angleterre70. Ce prélat, qui est en outre chancelier de France de 1380 à 1383, s’est donc taillé une solide réputation d’homme de guerre. Froissart, le grand chantre des prouesses guerrières, le qualifie de « sage chevallier et vaillant preud’homme et moult beau langaigier71 » ; remarquons au passage que l’allusion à l’éloquence, qui rappelle que le personnage est quand même clerc, est placée en dernier. Pour le juriste provençal Honorat Bovet, Miles de Dormans est certainement l’archétype de l’évêque guerrier, car lorsqu’il affirme, dans la question « Se homme d’Eglise peut aler en bataille », qu’un évêque peut licitement tuer les ennemis qui l’assaillent, il cite naturellement l’évêque de Beauvais en exemple.

  • 72 Jehan Cabaret d’Orville, La Chronique du bon duc Loys de Bourbon, éd. A. M. Chazaud, Paris, Renouar (...)
  • 73 BnF, Ms. Fr. 32510, fol. 252 v ; NAF 7414, fol. 318 r – 319 r.
  • 74 BnF, Ms. Fr. 32510, fol. 280 v, 282 r, 286 v.

12À côté de ce personnage plutôt exceptionnel, d’autres évêques servent dans les guerres de Charles VI. Entre 1382 et 1392, le jeune roi lève à nouveau de grandes armées dont il prend personnellement la tête. À l’armée de Flandres, en 1382, c’est l’évêque de Langres, Bernard de La Tour, un « moult vaillant homme, qui avoit belle compaignie », selon le chroniqueur Cabaret d’Orville. Il participe à la prise du pont de Commynes qui permet à l’armée française de traverser la Lys72 et certainement aussi à la bataille de Roosebeke. En 1383, le jeune évêque d’Angers, Hardouin de Bueil, se présente aux maréchaux comme chevalier banneret, accompagné d’un autre banneret, huit chevaliers bacheliers et 35 écuyers à l’ost de Bourbourg73. Lorsque le roi projette d’envahir l’Angleterre, en 1386, c’est l’évêque de Laon, Jean de Roucy, qui s’engage pareillement avec un chevalier bachelier et 18 écuyers74. Au total, deux évêques sont attestés dans chacune des armées de Flandre et d’Angleterre en 1382, 1383 et 1386, un en 1385. Aucun par contre n’est signalé au voyage de Gueldres en 1388 ni à celui du Mans en 1392. Les prélats sont donc toujours bien présents dans les armées du roi, mais en moins grand nombre que dans les années 1340 et 1350.

  • 75 Pierre Cochon, Chronique Normande de Pierre Cochon, notaire apostolique à Rouen, éd. C. de Robillar (...)
  • 76 Claude Gaier, « Effectifs militaires du comté de Looz et de la principauté de Liège », dans id., Ar (...)
  • 77 Chroniques relatives à l’histoire de la Belgique sous la domination des ducs de Bourgogne, 3 vol., (...)

13Si les années 1390, période de paix relative, offrent peu d’exemples, les prélats reparaissent dans les armées des princes après 1400, d’abord à l’occasion du conflit entre les ducs d’Orléans et de Bourgogne. Du côté Bourguignon, c’est un évêque d’Empire, beau-frère du duc : il s’agit de Jean de Bavière, évêque de Liège, qui se rend en armes à Paris en 1401, 1405, 1406 et 1410. En 1411, il jure à nouveau de servir Jean sans Peur contre le duc d’Orléans. À chacune de ses venues, il impressionne par le nombre de ses gens d’armes : 150 en 1401 d’après Pierre Cochon, 7 000 d’après le Religieux de Saint-Denis ; 900 chevaux en 1405 d’après Jean de Stavelot75. En France, il est inhabituel de voir un évêque si bien accompagné ; mais Jean de Bavière est à la tête de l’une des plus puissantes principautés ecclésiastiques de l’Empire76. Il se conduit en capitaine : en 1405, lorsque le conflit menace de dégénérer, l’évêque, comme les autres seigneurs de son parti, met ses troupes en ordre de bataille77.

  • 78 E. de Monstrelet, t. II, p. 46-48 ; RSD, t. IV, p. 280.
  • 79 Guillaume Cousinot, Chronique de la Pucelle, p. 135 ; CRHB, p. 154-155 ; E. de Monstrelet, t. II, p (...)
  • 80 RSD, t. IV, p. 506-507 ; CRHB, t. I, p. 155.
  • 81 RSD, t. IV, p. 552.
  • 82 E. de Monstrelet, t. II, p. 200.
  • 83 Ibid., t. II, p. 271 ; G. Cousinot, Chronique de la Pucelle, p. 142.

14Dans l’autre camp se distingue l’archevêque de Sens Jean de Montaigu, un personnage lié dès les années 1400 aux ducs d’Orléans et de Berry. De plus, il voue une haine particulière au duc de Bourgogne, car celui-ci a obtenu, en 1409, l’exécution de son frère aîné, le grand maître d’hôtel du roi ; à cette occasion, l’archevêque lui-même devait être arrêté, mais il est parvenu à s’enfuir à cheval78. Il fait ses premières armes en 1411, parmi les troupes avec lesquelles Charles d’Orléans tente de s’emparer de Paris. Comme Monstrelet se plaît à le rappeler, il n’y est pas pour le service des âmes, mais comme capitaine de gens d’armes79. Pendant les combats qui se déroulent autour de Paris à l’automne, il participe à la prise de Saint-Cloud, puis de Saint-Denis, dont la garde lui est confiée avec 400 hommes d’armes80. Par la suite, il tente de négocier la paix avec les docteurs de l’Université et le légat pontifical, le cardinal Alamano Adimari81. Le reste de ses activités est inconnu. On peut seulement supposer sa participation au combat qui a lieu à La Chapelle, alors entre Paris et Saint-Denis. Au cours de celui-ci, les gens d’armes de Saint-Denis interviennent en tentant de couper la retraite aux Bourguignons82. Il est possible que l’archevêque ait participé à cette manœuvre, et très probable qu’il ait eu part à la décision de l’entreprendre ; mais aucune source ne révèle son rôle exact. De même, pour la suite de la guerre, on sait simplement qu’au printemps 1412, il est réfugié à Bourges avec les autres chefs du parti orléaniste, que le roi et le duc de Bourgogne viennent assiéger pendant plusieurs mois83.

  • 84 E. de Monstrelet, t. III, p. 24.
  • 85 Ibid., p. 41.

15Jean de Montaigu reste jusqu’à la fin de sa vie un ardent partisan de la guerre contre Jean sans Peur. À l’été 1413, le duc de Bourgogne a été forcé de quitter Paris, et les orléanistes ont repris le contrôle du gouvernement royal. L’archevêque est bien sûr appelé au conseil ; naturellement, il accompagne l’armée que le roi, le dauphin, le duc d’Orléans et ses alliés mènent contre les villes tenues par les Bourguignons et participe au long siège d’Arras84. Quand la paix est conclue, il refuse dans un premier temps de la jurer, puis ne s’y résout que sur ordre du dauphin : il montre par là ostensiblement son opinion au sujet de la politique d’apaisement et sa rancœur envers le duc de Bourgogne85.

  • 86 Ibid. Ce prélat n’apparaît qu’au moment où la trêve est conclue entre les assiégeants et les défens (...)
  • 87 E. de Monstrelet, t. III, p. 24.
  • 88 Ordonnances des roys de France de la troisième race, t. X, p. 210 (dorénavant ORF).

16Au siège d’Arras se trouvent aussi, avec Montaigu, l’archevêque de Reims, Regnault de Chartres86, et l’évêque de Laon, Jean de Roucy87. Ce dernier a été évoqué plus haut : il s’est présenté près de trente ans auparavant à l’armée qui devait envahir l’Angleterre. L’archevêque de Bourges aussi a accompagné cette armée au moins un temps, car il souscrit à un acte royal pendant le siège de Soissons88. Cela fait un total de trois archevêques et un évêque, soit le nombre le plus élevé pour le règne de Charles VI.

17L’année suivante, Jean de Montaigu trouve la mort dans la boue d’Azincourt. Ce rapide examen permet de mesurer à quel point la remarque du Religieux de Saint-Denis est pertinente. Étant né vers 1349, il ne pouvait que s’étonner de ne dénombrer qu’un seul prélat dans une bataille majeure comme celle d’Azincourt, car il était courant, et même normal, d’en rencontrer dans les armées levées par le roi aux xive et xve siècles. Cette pratique est alors de tradition très ancienne, puisqu’elle remonte aux Carolingiens, soit à déjà six siècles en 1415. En outre, un évêque tel que Jean de Montaigu, portant régulièrement les armes, n’est pas complètement atypique. Rien qu’au xive siècle, plusieurs personnages semblables se distinguent, tels Jean de Marigny, Guillaume de Melun ou Miles de Dormans. Néanmoins, il ne faut pas perdre de vue le fait que ces personnages restent minoritaires parmi les prélats. Même dans les plus grandes armées, ils ne sont que rarement plus de quatre ou cinq : c’est très peu face à la centaine d’évêchés et au nombre bien plus grand encore d’abbayes que compte alors le royaume.

L’engagement de prélats « Pro deffensione patrie » pendant la guerre de Cent Ans

  • 89 Heinrich Denifle, La désolation des églises, monastères et hôpitaux en France pendant la Guerre de (...)

18Après Azincourt, les dernières années du règne de Charles VI sont particulièrement marquées par la guerre, qui touche tout le royaume ou presque. Le père Heinrich Denifle a étudié, en utilisant les archives du Vatican, les destructions qui touchent alors de nombreuses églises89. Dans un tel contexte, on pourrait s’attendre à ce que d’assez nombreux ecclésiastiques aient pris les armes. D’un autre côté, d’après l’exemple de la bataille d’Azincourt, les prélats de l’espèce de Jean de Montaigu peuvent paraître en voie de disparition. Effectivement, plusieurs suivent son exemple tout au long du xve siècle, mais leur nombre décroît à partir des années 1430, alors que la guerre continue à ravager la France.

Des abbés parmi les « compagnons de guerre » (1415-1430)

  • 90 Jean Juvénal des Ursins, Histoire de Charles VI, éd. J.-F. Michaud et J.-J.-F. Poujoulat dans Nouve (...)

Les religieux laissoient leurs habits de religion, et prenoient harnois et chevaux, et s’exerçoient aux armes, mesmes aucuns se faisoient capitaines, et prenoient gens soubs eux, non seulement pour se garder et defendre leurs personnes, et terres, mais faisoient et exerçoient courses et faicts de guerre, pilloient et deroboient comme les autres90.

  • 91 Georges Chastellain, Œuvres, t. II, éd. J. Kervyn de Lettenhove, J. M. B. Constantin, F. Heussner, (...)
  • 92 Plusieurs exemples dans H. Denifle, op. cit., t. I, p. 545-550.

19Ce commentaire est extrait de la chronique dite de Jean Juvénal des Ursins, à l’année 1417. Plusieurs récits font effectivement état de moines armés pour défendre des villes : à Melun en 1420, ainsi qu’à Meaux l’année suivante ; Georges Chastellain parle d’un moine artilleur qui, en plus d’avoir défendu Compiègne, a participé à bien d’autres faits de guerre. Ayant quitté son monastère pour vivre parmi les gens d’armes, il est un apostat aux yeux du chroniqueur91. Les rôles de montres et les comptes, ou encore les suppliques de la Pénitencerie et de la Chancellerie apostoliques92, révèlent aussi de telles affaires.

  • 93 À Verzy, département de la Marne, arrondissement de Reims.
  • 94 Gallia christiana, t. IX, col. 201.
  • 95 Cercanceaux, dans la commune de Souppes-sur-Loing, département de Seine-et-Marne, arrondissement de (...)
  • 96 Guillaume Cousinot, Chronique de la Pucelle, éd. A. Vallet de Viriville, Paris, Delahays, 1859, p.  (...)
  • 97 Journal du siège d’Orléans, éd. P. Charpentier et Ch. Cuissard, Orléans, Herluison, 1896, p. 21-22.

20Ce phénomène ne concerne pas que de simples moines, mais aussi des abbés. Trois d’entre eux répondent à la description de Jean Juvénal des Ursins. Le premier est Arnaud d’Aunoy, abbé de Saint-Basle93. Engagé dans le parti bourguignon, il est capturé au combat en 1419, puis libéré contre une rançon de 1 200 livres payée par Jean Canart, abbé de Saint-Rémi de Reims, et Guillaume, seigneur de Châtillon94. Le deuxième est le moins connu, car on ignore jusqu’à son nom. C’est un cistercien, abbé de Cercanceaux95. Deux textes seulement le mentionnent : la chronique dite « de la Pucelle », attribuée à Guillaume Cousinot, et le Journal du siège d’Orléans. Il se distingue d’abord à la bataille de Montargis, en 1427. La Chronique de la Pucelle le cite parmi les chefs de l’armée du comte de Dunois. Selon le texte, il commande, avec La Hire et un capitaine écossais nommé Kennedy, un corps de trois ou quatre mille hommes de pied. Les Français cherchent à débloquer la ville de Montargis, assiégée par les Anglais. L’abbé mène une compagnie de piétons à l’assaut du camp anglais, qui est pris96. L’année suivante, il participe à la défense d’Orléans. Le 1er janvier 1429, il est blessé au cours d’une escarmouche près de la ville97. Après cet événement, sa trace se perd complètement. D’après ces témoignages, il apparaît tout simplement comme un chef de routiers. Le rédacteur du journal du siège d’Orléans semble même douter qu’il s’agisse d’un véritable abbé, quand il le nomme « l’abbé de Cerquanceaux, que on disait estre religieux ». En tout cas, il a bien, comme le disait Jean Juvénal des Ursins, « laissé ses habits de religion » pour porter les armes. En 1427, il n’est probablement déjà plus en possession du temporel de son abbaye, qui se situe dans une zone contrôlée par les Anglais.

  • 98 P. Anselme, op. cit., t. VIII, p. 691. Entre 1418 et 1422, Guillaume de Gamaches est capitaine de C (...)
  • 99 AN, XIA 4798, fol. 339 v.
  • 100 JJU, op. cit., p. 562-564 ; RSD, t. VI, p. 453 ; E. de Monstrelet, t. IV, p. 71.
  • 101 Ibid., t. IV, p. 94 ; Thomas Rymer, Foedera, conventiones, literae, et cujuscunque generis acta pub (...)
  • 102 E. de Monstrelet, t. IV, p. 97 et 101-103.
  • 103 AN, XIA 4798, fol. 333 v – 334 v et 338 r – 340 r.

21Le dernier de ces abbés combattants, qui est le mieux connu, est aussi privé de son abbaye par le pouvoir anglo-bourguignon. Il s’agit de l’abbé de Saint-Faron de Meaux, Philippe de Gamaches. C’est à l’origine un moine de Saint-Denis. Il est aussi, comme ses frères Guillaume et Pierre98, du parti armagnac. Lorsque les Bourguignons s’emparent de Paris en 1418, il quitte le monastère avec trois autres moines et se réfugie à Meaux. Là-bas, il parvient à être élu abbé de Saint-Faron99. Il participe ensuite à la défense de la ville pendant le long siège de 1421-1422100. Il figure même parmi les derniers défenseurs, car il apparaît avec l’évêque de Meaux, Robert de Girême, dans le traité de reddition du 10 mai 1422101. Les deux prélats font partie d’une liste d’hommes qui doivent être remis prisonniers « à la volonté » des deux rois jusqu’à ce qu’ils aient rendu les places fortes que leurs hommes tiennent encore. Ils sont donc tout simplement pris en otages. Philippe est libéré assez vite, après que son frère Guillaume a accepté de rendre toutes les places qu’il tenait, dont Compiègne, le 18 juin 1422102 ; après ces événements, sa trace se perd pour plusieurs années. Cependant, il est certain que, pour une raison inconnue, mais qui se laisse deviner, il perd son titre d’abbé et les revenus qui y sont attachés ; car, en 1439, pour reprendre possession de l’abbaye, il doit se faire réélire par les moines103.

  • 104 Sur le siège de Compiègne, voir Alexandre Sorel, La prise de Jeanne d’Arc devant Compiègne et l’his (...)
  • 105 Ibid., p. 17 et 23.
  • 106 J. Chartier, Chronique de Charles VII, roi de France, 3 vol., t. I, éd. A. Vallet de Viriville, Par (...)
  • 107 Aujourd’hui Lagny, département de l’Oise, arrondissement de Compiègne.
  • 108 E. de Monstrelet, t. IV, p. 426-428 ; G. Chastellain, t. II, p. 141-142.

22Ces revers ne lui font pas pour autant perdre le goût de la guerre. En 1430, il est enrôlé avec 37 compaignons de guerre aux gages de la ville de Compiègne104. Il n’est pas là par hasard, car il n’y arrive que plus d’un mois après le début du siège. Il est venu, avec d’autres capitaines, après qu’un des gouverneurs de la ville est allé demander des renforts au roi, qui se trouvait alors à Jargeau, sur la Loire105. Philippe est donc soit volontaire, soit envoyé par le roi, ou probablement les deux à la fois. Il confirme ainsi qu’il est un religieux à l’esprit particulièrement combatif et partisan. Certains chroniqueurs en font même l’un des principaux artisans de la résistance de Compiègne106. Son goût pour les armes le mène à une seconde capture quand, à la fin de l’année 1430, il est capitaine du château de Laigny-Les-Châtaigniers107, entre Noyon et Roye. Il se trouve ainsi à quelques kilomètres des places fortes tenues par les Bourguignons. À ce moment, Philippe le Bon se trouve d’ailleurs à Roye avec son armée. Le maréchal de Boussac lui a offert la bataille, mais s’est finalement retiré ; peu de temps après, le duc de Bourgogne vient mettre le siège devant Lagny, et Philippe de Gamaches, qui ne dispose que de quelques dizaines d’hommes, ne peut résister. Le château est pris d’assaut par Jean de Luxembourg, qui fait exécuter les routiers de la garnison et ne garde que l’abbé et quelques « gens de bien » comme prisonniers. Philippe est apparemment libéré contre rançon, mais dans des conditions et à une date inconnues108.

  • 109 Concilium Basiliense. Studien und Quellen zur Geschichte des Concils von Basel, 8 vol., t. VI, éd. (...)
  • 110 AN, XIA 71, fol. 18 r – 19 r et 20 r.
  • 111 J. Chartier, La chronique latine inédite, éd. C. Samaran, Paris, Champion, 1928, p. 9-22 et 26-32 ; (...)

23À la suite de cet incident, il n’y a plus de trace de l’activité de Philippe de Gamaches. Il réapparaît en 1439, et semble, à partir de ce moment, rentrer dans le rang et se consacrer exclusivement à sa carrière ecclésiastique ; par contre, il se lance dans une véritable chasse aux bénéfices, ce qui laisse penser qu’il est plus motivé par le besoin de ressources que par une soudaine conversion. Dès la prise de Meaux par le connétable de Richemont, il intrigue pour se faire réélire à l’abbaye de Saint-Faron ; il obtient le soutien d’une partie des moines, mais se voit opposer un concurrent, Jean Courtois, par l’autre faction. Dans le même temps, il tente de s’emparer du monastère de Saint-Corneille de Compiègne, là aussi malgré une opposition décidée109. Il n’hésite pas à recourir à tous les moyens pour obtenir gain de cause : en pleine crise conciliaire, il fait appel au pape dans l’affaire de Meaux, alors qu’il demande au concile de confirmer son élection à Compiègne. Il n’abandonne pas non plus ses mœurs d’homme de guerre, car, en 1441, il entre à Saint-Faron précédé par des gens d’armes, évinçant ainsi son adversaire par la force. Enfin, en 1440, alors que les deux autres élections conflictuelles ne sont toujours pas résolues, il tente de se faire élire à Saint-Denis, là encore face à Jean Courtois110. Ces appuis lui permettent finalement de s’imposer, en 1443. Il finit ainsi sa vie, en 1463, à la tête de l’abbaye la plus prestigieuse du royaume, celle qu’il a quittée en 1418 pour aller se battre ; cette consécration a peut-être favorisé sa réputation, car c’est sous son abbatiat que Jean Chartier rédige les chroniques du règne de Charles VII, probablement aussi les derniers chapitres de la chronique de Charles VI du Religieux de Saint-Denis, les deux textes qui exposent ses faits d’armes et vantent le plus sa vaillance111.

Regnault de Chartres, capitaine à l’occasion (1418-1430)

24Comme les abbés, les évêques sont touchés par les années de guerre de la première moitié du xve siècle. Plusieurs voient leurs biens temporels saisis par la justice royale en raison de leur engagement dans le parti adverse. Bien que les mentions soient rares dans les chroniques, des évêques apparaissent à plusieurs reprises autour de Charles VII lorsqu’il part en guerre.

  • 112 Gaston du Fresne de Beaucourt, Histoire de Charles VII, 6 vol., t. I, Paris, A. Picard, 1881-1891, (...)
  • 113 BnF, Ms. Fr. 7858, fol. 335 r.
  • 114 Héraut Berry (Gilles Le Bouvier), Les chroniques du roi Charles VII, éd. H. Courteault, L. Celier e (...)

25Le principal d’entre eux est l’archevêque de Reims, Regnault de Chartres. Il sert Charles dès que celui-ci, alors seulement dauphin de Viennois, prend la tête du parti armagnac. À l’été 1418, alors que le dauphin fait campagne sur la Loire contre le parti bourguignon et s’empare de Tours112, il est nommé lieutenant général du roi et du dauphin en Languedoc, Lyonnais et Mâconnais, avec pour mission de contenir les menées des partisans du duc de Bourgogne113, dirigés en Languedoc par le comte de Genève et prince d’Orange, Louis de Chalon114. Il partage cette responsabilité avec le comte Jean de Foix, lui aussi nommé lieutenant général.

  • 115 Pendant l’année 1414, il est en effet envoyé par le pape auprès de Louis d’Anjou et de Charles VI ((...)
  • 116 BnF, Ms. Clairambault 29, n° 107.
  • 117 Voir à ce sujet Richard A. Newhall, The English Conquest of Normandy. A Study in Fifteenth Century (...)
  • 118 D’après une étonnante supplique, il a eu si peur qu’il a juré devant Dieu de ne plus manger de vian (...)

26Regnault n’a que peu d’expérience militaire. Il a bien été au siège d’Arras en 1414, mais peut-être seulement afin de négocier la paix115. Par contre, sa fidélité ne fait aucun doute. Il est un conseiller de la première heure pour le dauphin, qu’il sert dès 1417, après avoir été membre du conseil royal tenu par les Armagnacs en 1414116. C’est en outre dans des circonstances exceptionnelles qu’on en vient à lui confier le commandement d’une armée. Lorsqu’il est investi de sa lieutenance en août 1418, la situation du dauphin et de ses partisans est plus que critique. Le roi d’Angleterre assiège Rouen après s’être emparé de la plupart des autres villes de Normandie117. Paris vient de tomber aux mains du duc de Bourgogne, et une grande partie des hommes les plus influents du parti armagnac a trouvé la mort dans les massacres qui ont suivi ; l’archevêque lui-même a été emprisonné et a bien cru que sa dernière heure arrivait118. Son propre père ayant été tué, il n’est pas susceptible de collusion avec les Bourguignons, au contraire du comte Jean de Foix.

27Les hommes en mesure d’assumer de grands commandements ne sont pas légion après plusieurs années de guerre : la bataille d’Azincourt et les massacres de Paris en 1418 ont vu périr une grande partie des chefs du parti armagnac, qui constitue à cette époque l’essentiel des soutiens du dauphin Charles. Parmi les survivants, Regnault de Chartres est l’un des plus en vue : sa dignité d’archevêque de Reims, à elle seule, lui confère une autorité non négligeable.

  • 119 E. de Monstrelet, t. III, p. 63.

28En outre, il ne se présente pas en prélat vengeur comme Jean de Montaigu quelques années plus tôt. Il adopte constamment une posture de partisan de la paix, et c’est pour cette raison qu’il a été épargné par les Parisiens119. Cette attitude, couplée avec son expérience diplomatique au service du roi et de la papauté, en fait un homme respecté dans les deux camps, et c’est probablement une des raisons pour lesquelles il est choisi. Le roi et ses conseillers peuvent espérer qu’il parvienne à rallier les nobles et les cités qui louvoient encore entre les deux partis sous la bannière du dauphin ; ou au moins qu’il apaise la situation suffisamment longtemps pour permettre la préparation d’une expédition plus importante.

  • 120 BnF, Ms. Clairambault 29, n° 108.
  • 121 BnF, Ms. Fr. 7858, fol. 335 r – 339 v ; Clairambault 29, n° 111-112 ; HGL, t. X, Preuves, col. 1992 (...)
  • 122 HGL, t. IX, p. 1046-1050 ; BnF, Ms. Clairambault 74, p. 5791, n° 132.

29Le peu de temps que ce prélat passe à la tête de l’armée de Languedoc explique peut-être la rareté des documents. Ses lettres de nomination datent du 16 août 1418 ; le 25 août, il reçoit 360 livres tournois d’avance sur son estat, ce qui correspond à un mois de service120. Ses principaux actes conservés sont de novembre et décembre : au début du mois de novembre, il est à Villeneuve-lès-Avignon où il recrute une petite armée composée de nobles du pays et d’arbalétriers piémontais ; le 14 novembre, ses délégués sont à Avignon, auprès des cardinaux de Foix et de Cambrai, de l’archevêque de Narbonne, par l’intermédiaire desquels ils tentent de négocier une trêve avec le prince d’Orange. Ces pourparlers échouent, car l’archevêque recrute de nouveau des gens d’armes au mois de décembre121. L’archevêque entretient encore des gens d’armes à son service en avril 1419, et quitte la sénéchaussée de Beaucaire au mois de mai122. Sa lieutenance a donc duré moins d’un an.

  • 123 Héraut Berry, p. 423. Le héraut se trompe sur le nom du compagnon de Regnault de Chartres : il ne s (...)
  • 124 BnF, Ms. Fr. 7858, fol. 335 r-v.
  • 125 HGL, t. X, Preuves, col. 1984-1985 et 2057-2058.

30Sa conduite de la guerre étant très mal connue, il est délicat de la juger. Les chroniqueurs du xve siècle eux-mêmes le laissent dans l’ombre. Le Héraut Berry, qui est le seul à mentionner sa mission en Languedoc, écrit par exemple : « messire Regnault de Chartres, archevesque de Reims et messire Jehan de Levis, seigneur de la Roche et de Vauvert, firent leur assemblée pour monseigneur le daulphin, les gentilzhommes d’Auvergne et de Vivarais pour resister à l’encontre du prince d’Orenge123 ». À la façon dont le chroniqueur présente la situation, il semble que Lévis ait la même autorité que l’archevêque, qu’il commande les troupes avec lui. Pourtant, dans le compte du paiement des troupes, il apparaît que seul l’archevêque porte le titre de lieutenant général du roi, et que c’est lui qui a retenu Philippe de Lévis parmi ses gens d’armes124. Regnault dispose donc d’une autorité supérieure, il est bien le chef de l’armée de Languedoc. Mais Philippe de Lévis doit officier comme capitaine de ses gens : en tant que vicomte de Lautrec, il est le premier en dignité parmi les chefs de compagnie, et il est cité le premier dans le registre. Il disposait peut-être déjà d’une autorité particulière avant l’arrivée de Regnault. En juillet 1418 il s’intitule en effet « cappitaine et aihant la charge pour le roy nostre sire de certayn nombre de gens d’armes et de trayt pour la garde, seureté et deffense de son pays de Languedoc à l’encontre de tous ses adversaires et autrement » et donne des ordres, en vertu des pouvoirs que le roi et le dauphin lui ont conférés, au juge du bailliage de Vivarais et de Valence125. Il devait donc diriger les partisans du dauphin dès le début de l’année 1418. Il semble bien placé pour être le second de l’archevêque, le principal conducteur de ses troupes. Regnault pallie ainsi son manque d’expérience en s’appuyant sur un capitaine plus aguerri qui a aussi l’avantage d’être un grand seigneur de la région, d’être bien inséré dans le milieu de la noblesse languedocienne. C’est probablement parce qu’il le perçoit comme le véritable capitaine des troupes que le Héraut Berry met Philippe de Lévis à égalité avec l’archevêque de Reims. Cela signifie qu’il ne considère pas le prélat comme un chef de guerre à part entière, probablement en raison du peu de faits notables qu’il accomplit.

  • 126 Héraut Berry, p. 423.
  • 127 HGL, t. IX, p. 1040-1041 : Pont-Saint-Esprit, Nîmes, Uzès, Toulouse, Carcassonne, Béziers, Montpell (...)
  • 128 Ibid., p. 1043-1044.
  • 129 HGL, t. X, note 32, p. 132-133. Il s’agit de Meyrueis, Marjevols et Bagnols-sur-Cèze. Les éditeurs (...)
  • 130 P. Dognon, « Les Armagnacs et les Bourguignons. Le comte de Foix et le Dauphin en Languedoc (1416-1 (...)

31Les résultats de la lieutenance de l’archevêque semblent en effet bien maigres à première vue. Le Héraut Berry affirme qu’avant que son armée soit prête, le comte de Genève avait déjà soumis tout le Languedoc, à l’exception des forteresses de Villeneuve-lès-Avignon et de Beaucaire, situées toutes deux à la frontière entre le royaume et l’Empire126. En fait, le comte est entré dans la province au printemps 1418, avant même la nomination de l’archevêque de Reims comme lieutenant général, et la plupart des villes lui ont ouvert leurs portes sans combat127. Au moment où Regnault est désigné pour mener la guerre en Languedoc, le parti du dauphin ne contrôle plus que quelques châteaux dans les sénéchaussées de Carcassonne et Toulouse à l’ouest, une partie de la sénéchaussée de Beaucaire et le Vivarais à l’Est128. Regnault de Chartres n’est pas en mesure de reprendre beaucoup de terrain. Quelques places fortes de la sénéchaussée de Beaucaire sont prises pendant l’année 1418129, peut-être par l’archevêque en personne, probablement par ses troupes ; mais les principales villes restent attachées au parti bourguignon jusqu’en 1419 ou 1420130.

  • 131 BnF, Ms. Fr. 7858, fol. 335 r – 339 v ; Fr. 32510, fol. 355 v – 356 v ; Clairambault 29, n° 111-112 (...)
  • 132 Il est commis à la sûreté du Languedoc avec la charge de 500 hommes d’armes (HGL, t. IX, p. 1040).
  • 133 L. Flourac, op. cit., p. 62-67.
  • 134 HGL, t. IX, p. 1049-1050 et 1055-1064. Il doit notamment assiéger Nîmes et le Pont-Saint-Esprit ; A (...)

32Les moyens dont le prélat dispose expliquent ces résultats. En novembre 1418, il retient à ses ordres 477 hommes d’armes et 231 arbalétriers et archers, dont seulement 11 à cheval, auxquels s’ajoutent, le mois suivant, au moins 61 hommes d’armes et 4 arbalétriers à pied131. Le comte de Genève semble disposer de forces comparables132 ; cependant, avec la plupart des grandes villes gagnées à sa cause, il est de loin le plus fort. L’archevêque n’est pas en mesure de conduire le siège en règle d’une grande ville dans un pays entièrement gagné au parti adverse, dont il ne peut tirer ni hommes ni argent en grande quantité. Dans ces conditions, il ne peut pas faire mieux que gagner du temps, en attendant qu’une armée plus puissante puisse être levée. En fait, les quelques localités du Languedoc fidèles au dauphin pourraient avoir été assez bien défendues par l’archevêque et ses compagnons. Ce n’est qu’après la mission de Regnault de Chartres que le parti bourguignon recule en Languedoc, grâce à l’action du comte de Foix, qui dispose de moyens bien supérieurs133, et surtout à la chevauchée entreprise par le dauphin Charles en 1420134.

  • 135 Héraut Berry, p. 114 ; G. Cousinot, p. 221.
  • 136 Journal du siège d’Orléans, p. 51.

33Par la suite, l’archevêque Regnault n’exerce plus seul de telles responsabilités, mais il reste mêlé aux affaires militaires. Ainsi, en 1424, il va recruter des gens d’armes en Écosse135 ; puis, en 1429, il se trouve dans Orléans assiégée. Il quitte toutefois la ville pendant le siège avec d’autres seigneurs, pour aller demander de l’aide au roi à Chinon136.

  • 137 J. Chartier, Chronique de Charles VII, t. I, p. 92-95 ; G. Cousinot, p. 315-318 ; Journal du siège (...)

34Nommé chancelier du roi en 1424, puis à nouveau en 1428, il participe en tant que tel à la plupart des grandes décisions, et notamment aux conseils de guerre. C’est ce qu’il fait lors de la chevauchée de Reims : plusieurs chroniques relatent son intervention lorsqu’il s’agit de décider si la ville de Troyes doit être assaillie. Il prône alors le retour vers la Loire, car l’armée est isolée au milieu des terres ennemies et manque de vivres comme de matériel de siège. Tous les seigneurs présents ne sont pas d’accord ; finalement, la plupart se rangent aux côtés de Jeanne d’Arc, qui assure que la ville tombera aisément face à un assaut137. La suite des événements montre que Regnault a été trop pessimiste : les Troyens, voyant les préparatifs de l’attaque, viennent offrir la reddition de la ville sous la direction de leur évêque.

  • 138 Et duc de Bourbon à la mort de son père, en 1434.
  • 139 FEG, t. III, p. 203.
  • 140 Sur ces événements, voir P. Champion, Guillaume de Flavy, p. 31-43.

35Après le sacre de Reims, le roi le charge du gouvernement des territoires nouvellement conquis, de concert avec le comte de Clermont, Charles de Bourbon138. Les actions de l’archevêque au cours de cette période sont mieux connues. Là encore, la mission lui est confiée dans le cadre d’une politique d’apaisement, à un moment où le roi est en pourparlers de paix avec le duc de Bourgogne. L’archevêque est l’un des principaux artisans de cette politique, avec Georges de La Trémoille ; le comte de Clermont est bien placé pour l’appuyer, car il est le beau-frère du duc de Bourgogne. En tant que chancelier, Regnault est l’un des mieux placés pour représenter le roi dans une région instable et ravagée par la guerre et négocier avec le duc de Bourgogne. Toutefois, la tâche est bien difficile : les capitaines de Charles VII sont loin de tous partager ses opinions. Regnault s’oppose en particulier à Jeanne d’Arc, ce qui lui a valu le mépris de bien des historiens patriotes aux xixe et xxe siècles139. Guillaume de Flavy refuse de rendre Compiègne au duc de Bourgogne, ce qui était l’une des conditions préalables aux négociations de paix ; ce faisant, il provoque la rupture de la trêve140.

  • 141 Jean Juvénal des Ursins, Écrits politiques, 3 vol., t. I, éd. Peter S. Lewis, A.-M. Hayez, Paris, K (...)
  • 142 Héraut Berry, p. 429-430.
  • 143 Ambroise de Loré a combattu dans le Maine et l’Anjou dans les années 1420 ; il était entre autres l (...)
  • 144 Ibid., p. 338-339.

36Le comte de Clermont n’a pas l’exclusivité du commandement militaire. Dans tout ce qui touche à la guerre, il prend les décisions conjointement avec l’archevêque. Au nom du roi, l’archevêque et le comte, accompagnés de « foison de gens de guerre141 », prennent possession de Beauvais. À la fin de l’année 1429, ils conduisent une expédition contre Rouen. Celle-ci est décrite par la chronique dite de Cousinot, par Jean Chartier et très brièvement par le Héraut Berry142. Elle se termine par un fiasco. Il faut remarquer, néanmoins, que l’archevêque n’en porte pas toute la responsabilité, car il la décide et la conduit avec les comtes de Clermont et de Vendôme. Ces récits mettent en scène, selon un schéma traditionnel de l’historiographie médiévale, les errements et les échecs des chefs qui refusent de suivre les bons conseils, ceux des hommes expérimentés. Voici comment Chartier et Cousinot présentent les faits : un bourgeois de Rouen, nommé le Grand Pierre, se rend à Lagny, où il rencontre Ambroise de Loré et Jean Foucault, des capitaines réputés143. Pierre leur propose de leur livrer la ville de Rouen : s’ils peuvent se présenter une nuit devant une des portes, il la leur ouvrira. Les deux seigneurs sont intéressés, mais décident de reporter l’expédition, car, à ce moment, les nuits sont sans lune, ce qui rend une chevauchée nocturne trop difficile : privées de lumière, les troupes risquent de se perdre et de s’éparpiller. Loré et Foucault envoient ensuite le Grand Pierre à Senlis, où il doit informer l’archevêque et les deux comtes de ce projet. Ceux-ci prennent une mauvaise décision : sans tenir compte des avertissements, Regnault et ses compagnons décident de mettre immédiatement le plan du Grand Pierre à exécution, et prennent eux-mêmes la tête de la chevauchée. Or, comme les deux capitaines le craignaient, pendant le voyage, beaucoup se perdent dans l’obscurité ; certains arrivent jusqu’aux portes de Rouen, mais ils sont trop peu nombreux pour accomplir quoi que ce soit, et sont obligés de rebrousser chemin. Comble du malheur, au retour, ils croisent une troupe de quelques dizaines d’Anglais qu’ils ne parviennent pas à battre. Cousinot conclut de façon lapidaire : « Et ainsy, en effet, la dicte entreprinse fut perdue et faillie par faulte de ce que les dicts seigneurs n’avoient creu le conseil des dicts deux chevaliers, qui estoit bon et raisonnable144. »

  • 145 Héraut Berry, p. 143.
  • 146 Département de l’Oise, arrondissement de Compiègne, au confluent de l’Aisne et de l’Oise.
  • 147 Voir par exemple la lettre écrite par l’archevêque aux habitants de Reims pour leur annoncer la pri (...)
  • 148 Département de l’Oise, arrondissement de Senlis.
  • 149 P. Champion, Guillaume de Flavy, p. 39-43 ; L. Carolus-Barré, Le siège de Compiègne, p. 77-81.

37En mai 1430, l’archevêque participe à une autre chevauchée avec Jeanne d’Arc, le comte de Vendôme « et plusieurs autres cappitaines et gens de guerre », à la tête d’une armée assez imposante selon le Héraut Berry, « pour aller combatre le duc de Bourgoingne »145, qui est alors en train d’assiéger Choisy-au-Bac146, une opération préliminaire au siège de Compiègne, place forte d’une grande importance stratégique. Le 18 mai, l’archevêque et ses compagnons tentent de passer l’Aisne pour menacer les arrières de l’imposante armée bourguignonne, mais ils échouent et doivent se retirer car leurs gens d’armes n’ont bientôt plus assez de vivres, d’autant que le capitaine de Soissons refuse de faire entrer toute l’armée en ville. La force supérieure de l’armée bourguignonne, surtout, est un facteur déterminant : en effet, pendant le siège de Compiègne, l’archevêque et Charles de Bourbon n’ont pas la capacité d’intervenir. Il faut peut-être aussi compter les dissensions entre les chefs de l’armée, en particulier entre Regnault et Jeanne d’Arc : l’hostilité entre les deux personnages, fondée avant tout sur des désaccords politiques, est bien connue147. Après cette marche, l’archevêque et la majorité des seigneurs se replient à Senlis, alors que la Pucelle marche sur Crépy-en-Valois148, puis entre à Compiègne au moment où les Bourguignons investissent la ville (23 mai)149.

38D’après ces récits, Regnault de Chartres ne brille pas par ses compétences militaires, et c’est probablement pour cette raison que ses actes sont si peu rapportés par les chroniqueurs. Il faut cependant remarquer que les erreurs qui lui sont attribuées sont souvent partagées, et que personne ne les impute au fait qu’il est clerc. Bien qu’il n’ait pas l’envergure d’un grand capitaine, il ne semble pas inférieur à certains seigneurs laïcs en tant que chef de guerre.

  • 150 BnF, Ms. Fr. 32511, fol. 56 r ; Perceval de Cagny, Chroniques, éd. H. Moranvillé, Paris, Renouard, (...)

39Après ces événements, il semble se tenir plus à l’écart des affaires militaires, peut-être parce que ses échecs ont terni sa réputation, peut-être parce qu’il se consacre davantage à la négociation, où il est le plus habile. Tout au plus relève-t-on qu’en 1438, il est commissaire pour le recouvrement de Montargis avec le connétable de Richemont et Dunois, le bâtard d’Orléans, qui n’est d’ailleurs pas accompli par la force, puisque le départ de son capitaine, François de Surienne, est acheté150. Regnault de Chartres est donc assez fortement impliqué dans les affaires militaires ; il recrute des gens de guerre, partage pour un temps la vie des capitaines, se met même en situation dangereuse au cours des chevauchées de Rouen et de Compiègne.

Des évêques toujours présents, mais au rôle mal connu (1417-1453)

  • 151 E. de Monstrelet, t. III, p. 178-179 ; Cronicques de Normendie (1223-1493), éd. A. Hellot, Rouen, C (...)
  • 152 HGL, t. IX, p. 1061 et 1063.
  • 153 Ibid., p. 1064.
  • 154 Ibid., p. 1067.
  • 155 Sur ce personnage, voir H. Müller, op. cit., t. I, p. 414-422.
  • 156 Ibid., p. 280-290.
  • 157 ORF, t. XIII, p. 144, 145, 150, 154, 159 et 164.
  • 158 Les évêques de Beauvais, de Noyon et de Langres sont du parti anglo-bourguignon. Le premier est le (...)
  • 159 BnF, Ms. Fr. 32510, fol. 63 v. Un témoignage atteste qu’ils ont effectivement officié au sacre : « (...)

40D’autres évêques accompagnent, à l’occasion, le dauphin puis roi Charles dans ses chevauchées ; mais leur rôle est plus difficile à discerner. En 1417, lorsque celui-ci marche sur Rouen pour y réprimer une révolte, il est assisté par l’archevêque de cette cité. Ce dernier joue surtout un rôle diplomatique : il est le mieux placé pour négocier avec les insurgés, parmi lesquels se trouvent des chanoines de la cathédrale151. Quelques évêques interviennent aussi dans la guerre en Languedoc dans les années 1420-1421. Celui de Carcassonne, Géraud du Puy, porte le titre de gouverneur du Languedoc, conjointement avec le sire d’Arpajon, pendant l’été 1420152. On trouve ensuite deux évêques dans l’armée de Charles de Bourbon, comte de Clermont, qui exerce la charge de capitaine général de Languedoc : l’évêque de Lodève à Aigues-Mortes, pendant l’hiver 1420-1421153, celui de Clermont à Béziers en 1421154. Avec Regnault de Chartres, les évêques d’Orléans et de Sées participent à la chevauchée de Reims. Ce sont des conseillers de Charles VII, en particulier le second, Robert de Rouvres, qui apparaît fréquemment aux côtés du roi jusque dans les années 1450155. L’évêque d’Orléans, Jean de Kirkmichael ou Carmichael, est un Écossais. Il est peut-être arrivé en France en 1420 avec le comte de Douglas. Selon certains historiens, avant d’être évêque, il aurait combattu à Baugé (1421) et Verneuil (1424)156 ; cependant, rien ne le prouve, et rien n’indique non plus qu’il ait porté les armes pendant le siège d’Orléans (1428-1429) alors qu’il se trouvait dans la cité à ce moment. Pendant la chevauchée de 1429, il n’a pas de gens d’armes à sa charge et tout porte à croire qu’il se limite à conseiller le roi comme son confrère de Sées. Les deux évêques sont encore avec le roi après son retour sur la Loire, à l’automne 1429, et ce jusqu’au printemps 1430 pour le premier, 1431 pour le second157. Leur présence est aussi nécessaire pour le sacre royal, car il faut remplacer plus de la moitié des pairs ecclésiastiques, ceux qui ont opté pour le parti anglo-bourguignon158. Ainsi, Kirkmichael reçoit du roi un don de cent livres tournois pour se faire tailler une livrée de pair159.

  • 160 Héraut Berry, p. 238.
  • 161 Il souscrit au bas d’un acte royal donné le 8 août 1453 à Libourne (ORF, t. XIV, p. 261). Le procès (...)
  • 162 Son nom apparaît au bas de la lettre d’abolition accordée par le roi aux habitants de Sées. Celle-c (...)
  • 163 ORF, t. XIV, p. 155 et 161. Il s’agit d’Étienne de Roupy (1448-1462). En 1451, il touche 1 000 livr (...)
  • 164 Martial d’Auvergne, Les vigilles de la mort du feu roy Charles septiesme, Paris, Jehan du Pré, 1493 (...)

41Enfin, plusieurs évêques apparaissent aux côtés du roi pendant les dernières campagnes de reconquête. L’évêque de Langres, Philippe de Vienne (1434-1452), participe au long siège de Pontoise en 1441160, et son successeur au siège de Bordeaux, en 1453, où il meurt161. Jacques Juvénal des Ursins, évêque de Laon et patriarche d’Antioche, est aux côtés du roi pendant la conquête de la Normandie en 1449162. Robert de Rouvres, qui a alors été transféré du siège de Sées à celui de Maguelone, apparaît quant à lui pendant la première campagne de Guyenne, en 1451, avec l’évêque d’Agde163. L’évêque d’Alet est aussi mêlé à cette campagne, car il entre dans Bordeaux avec les troupes de Dunois164. La plupart de ces prélats ne doivent pas avoir vu les combats de près, car le roi se tient fréquemment en retrait de ses troupes, à Taillebourg en Poitou pendant la conquête de la Guyenne par exemple.

42Au milieu du xve siècle, il est donc encore assez fréquent que des prélats entourent le roi quand il part en guerre. Dans certains cas, ils accompagnent aussi les capitaines nommés par lui, ou, exceptionnellement, sont eux-mêmes investis d’un commandement. Mais ils sont moins présents qu’auparavant : aucun n’est signalé dans les osts de Tours en 1418, de Chartres en 1421, de Cosne-Cours-sur-Loire en 1422, de Montereau en 1437, de Tartas en 1442, pour ne nommer que ceux que Charles VII mène en personne. Aucun non plus n’apparaît à Verneuil, en 1424. Quant à leur rôle exact, dans la plupart des cas, peu de documents permettent de l’évaluer. Aucun n’est mentionné dans les comptes comme chevalier, aucun ne figure en tête d’un rôle de montre, chose pourtant assez fréquente au xive siècle. La plupart des évêques présents dans les armées du roi semblent donc l’être en tant que conseillers.

  • 165 Nicolas Chorier, Histoire générale de Dauphiné, t. II, Grenoble, P. Charvys / Lyon, J. Thioly, 1661 (...)
  • 166 Héraut Berry, p. 238 ; E. de Monstrelet, t. VI, p. 19-20.

43Certains, cependant, continuent à venir avec une suite d’hommes d’armes. C’est le cas de l’archevêque de Vienne en 1429165, et probablement de l’évêque de Langres en 1441. En effet, le Héraut Berry rapporte qu’il est parti du siège de Pontoise avec les comtes de Saint-Pol, de Vaudémont et de Joigny, et que tous disaient qu’ils avaient « despendu largement du leur » ; en outre, le chroniqueur considère leur départ comme un acte peu glorieux, qui a privé le roi d’une partie de ses forces, ce qui implique que ces seigneurs disposaient chacun de contingents armés166.

Les prélats de la France anglo-bourguignonne : un engagement militaire moins fréquent (1420-1453)

  • 167 Ibid., p. 439.
  • 168 Le nom est aussi orthographié Festigny, ou Frétigny.
  • 169 E. de Monstrelet, t. V, p. 25 ; Journal d’un bourgeois de Paris, p. 283 ; J. Chartier, t. I, p. 142 (...)
  • 170 David Fiasson, « Un chien couché au pied du roi d’Angleterre ? Robert Jolivet, abbé du Mont Saint-M (...)

44Du côté anglo-bourguignon, le tableau est différent : les prélats ne participent que plus rarement aux opérations militaires. Quelques-uns par contre dirigent la défense de leur cité épiscopale ou ville abbatiale, comme l’abbé de Corbie en 1431167. Cela donne lieu à un événement retentissant en 1432, quand l’évêque de Chartres, Jean de Fétigny168, est tué les armes à la main en essayant de repousser les troupes du bâtard d’Orléans dans un combat de rue169. Plus étonnant est le cas de Robert Jolivet, abbé du Mont-Saint-Michel qui se soumet à Henri V en 1420 alors que ses moines choisissent le parti du dauphin Charles. Il en vient alors à participer au siège de sa propre abbaye avec une armée anglaise, à deux reprises au moins, en 1424-1425, puis en 1428. Il ne semble pas diriger les opérations de siège proprement dites, mais plutôt s’occuper de la logistique et du paiement des soldats. Ses efforts restent sans succès, puisque le Mont tient jusqu’à la reconquête de la Normandie en 1449-1450170.

Un prélat capable d’exercer toutes les fonctions de pouvoir : Louis de Luxembourg

  • 171 FEG, t. II, p. 124.
  • 172 George A. Holmes, « Cardinal Beaufort and the crusade against the Hussites », English Historical Re (...)
  • 173 Journal d’un bourgeois de Paris, p. 298.

45Louis de Luxembourg, évêque de Thérouanne, fait figure d’exception, et partage quelques similitudes avec Regnault de Chartres. Comme lui, il exerce les fonctions de chancelier de France, mais pour Henri VI, à partir de 1425 ; et comme lui encore, il est chargé occasionnellement de commandements militaires. Louis de Luxembourg n’a lui aussi que peu d’expérience militaire quand il prend la charge de Paris et de l’Île-de-France en 1429. Il n’a pas participé aux nombreuses campagnes militaires des années précédentes. Conseiller de Jean sans Peur, il a été premier président de la Chambre des comptes (1418), avant d’être chancelier171. Il n’est donc pas prédisposé à endosser la responsabilité d’un commandement militaire. C’est une situation de crise qui l’y amène. Pendant l’été 1429, le gouvernement anglo-bourguignon se trouve effectivement dans une situation d’urgence. Les défaites d’Orléans et de Patay lui ont coûté cher en hommes. Après sa victoire sur la Loire, le roi Charles vient de reprendre la plupart des villes situées entre la Seine et l’Oise, et presque toujours sans combat. Pour contrer ses efforts, le régent Bedford a dû réquisitionner les hommes que le cardinal de Winchester devait conduire à la croisade contre les hussites, au grand scandale des Français172. Les divisions au sein du gouvernement, les négociations de paix entamées entre Philippe le Bon et Charles VII n’arrangent pas la situation. Dans les années suivantes, le Bourgeois de Paris se fait l’écho de cette situation d’incertitude lorsqu’il note « en cellui temps, il n’estoit nulle nouvelle du regent, ne homme ne gouvernoit que l’evesque de Terouanne, chancelier de France173 » ; pour lui, qu’un évêque ait toute la charge du gouvernement, y compris celle de la guerre, ne peut être qu’une solution improvisée.

  • 174 Cartulaires de l’église de Térouane, éd. Th. Duchet et A. Giry, Saint-Ouen, Société des Antiquaires (...)
  • 175 G. Cousinot, p. 332.

46Cependant, bien qu’apparemment inexpérimenté, Louis de Luxembourg apparaît comme un responsable diligent et, dans l’ensemble, plus efficace que l’archevêque de Reims dans la conduite de la guerre. Il l’a déjà montré bien avant d’être chancelier. En octobre 1415, il se rend d’urgence à Thérouanne pour en préparer la défense et, selon ses propres mots, « réconforter le peuple » effrayé par l’approche de l’armée d’Henri V174. Il se révèle ainsi être un pasteur et un seigneur consciencieux, prêt à partager les risques d’un siège ou d’un assaut avec ses ouailles, ce qui est loin d’être le cas de tous les évêques du temps. Mais les Anglais épargnent Thérouanne pour cette fois, et c’est finalement à leur service que, bien des années plus tard, pendant l’été 1429, Louis de Luxembourg exerce ses premières fonctions militaires. Dans la situation décrite par le Bourgeois de Paris, il dirige de la défense de Paris lors de l’assaut tenté par Jeanne d’Arc. D’après la chronique attribuée à Cousinot175, Bedford

laissa à Paris Messire Louys de Luxembourg, évesque de Thérouenne, soy disant chancelier de France pour les Anglois, et un chevalier anglois nommé Messire Jean Rathelet, et un chevalier françois nommé Messire Simon Morhier, qui se disoit lors estre prévost de Paris, lesquels avoient en leur compaignée environ deux mille Anglois pour la garde et défense de ladicte ville, ainsi qu’on disoit.

  • 176 J. Chartier, t. I, p. 107 ; Journal du siège d’Orléans, p. 125.
  • 177 E. de Monstrelet, t. IV, p. 355 : « Et avoient par avant ledit assault, ordonné par capitaineries, (...)
  • 178 J. Chartier, t. I, p. 112.

47Chartier et le Journal du siège d’Orléans disent la même chose, presque mot pour mot176. Monstrelet, quant à lui, dit que les Parisiens sont « accompagnés » par l’évêque et des chevaliers picards, ce qui laisse plus de poids à Louis, qui apparaît bien comme le chef de la garnison anglaise, tout en mettant en avant le rôle des nobles picards auxquels le chroniqueur, qui est leur compatriote, est particulièrement attaché. Il est évident qu’en tant que chancelier, Louis de Luxembourg a autorité sur le prévôt de Paris et le chevalier anglais qui doit être capitaine de la garnison. Sous sa direction, la défense de Paris est bien organisée, et l’assaut mené par la Pucelle est repoussé sans grande difficulté177. Après le retrait de l’armée de Charles VII, il est à la tête des troupes anglaises qui réoccupent Saint-Denis, où il ordonne que l’on enlève l’armure que la Pucelle a laissée en offrande dans l’église abbatiale178. Les activités de l’évêque pendant les combats restent par contre totalement inconnues, au point qu’il est impossible d’en déduire quoi que ce soit au sujet de ses connaissances militaires. Son succès est sans doute dû aussi à un bon entourage, soigneusement choisi par le duc de Bedford.

48Les récits concernant les événements des années suivantes, en particulier ceux de Monstrelet et du Bourgeois de Paris, offrent plus d’informations. Ils confirment l’image de responsable diligent que les actes de 1415 et les récits de 1429 laissaient entrevoir. En 1434, Louis de Luxembourg planifie avec son conseil une campagne sur l’Oise, qui aboutit à la prise de Beaumont-sur-Oise et de Creil. Ces victoires obtenues, il mène des troupes aux confins de la Normandie et de la Picardie pour assister le comte d’Étampes au siège de Saint-Valery-sur-Somme, puis devant le château de Monchaux, près d’Eu, qu’il fait prendre et raser. Monstrelet nomme comme chefs de cette armée

  • 179 E. de Monstrelet, t. V, p. 92-94.

Loys de Luxembourg, évesque de Trowane, chancelier de France pour le roy d’Engleterre, à tout cinq cens Anglois que conduisoient le sire de Willebi, messire Gui le Boutillier, et Brunelay, capitaine d’Eu. Lequel chancelier et les dessusdiz furent joieusement receus dudit conte d’Estampes et des seigneurs estans avec lui179.

49Cette manière de présenter les choses suggère que les vrais conducteurs des troupes, au sens de ceux qui les mènent au combat, sont les trois seigneurs cités après le chancelier. Celui-ci, en tant qu’homme d’Église, ne semble avoir que la direction nominale des opérations : il assemble les troupes, décide où elles doivent être menées, reçoit les ambassades des assiégés, fait détruire les châteaux conquis, mais n’est pas un homme de guerre véritable, une situation assez courante, comme d’autres exemples le montrent.

  • 180 Journal d’un bourgeois de Paris, p. 309.
  • 181 E. de Monstrelet, t. V, p. 184.

50Dans les années 1435-1436, Louis de Luxembourg mène une guerre très dure autour de Paris, faisant brûler les récoltes et les villages qui peuvent tomber aux mains de ses ennemis. Il s’efforce aussi d’empêcher les troupes du roi Charles de prendre le contrôle des villes et forteresses situées autour de Paris. En 1435, Louis visite fréquemment le siège de Saint-Denis, et couche deux fois par semaine au camp, preuve qu’il s’implique activement dans la direction des travaux d’investissement. Il fait notamment bâtir une bastille sur l’île Saint-Denis180. En tant que gouverneur de l’Île-de-France, il supervise les opérations ; mais là encore il ne dirige pas lui-même les troupes. Il s’occupe principalement des aspects logistiques du siège, c’est-à-dire de fournir aux capitaines tout ce dont ils ont besoin : vivres, argent, armes, munitions et matériel181.

  • 182 Département des Yvelines, arrondissement de Mantes-la-Jolie.
  • 183 Journal d’un bourgeois de Paris, p. 308 et 310 ; E. de Monstrelet, t. V, p. 187.
  • 184 BnF, Ms. Fr. 20889, 14 mars 1436.
  • 185 G. du Fresne de Beaucourt, Histoire de Charles VII, t. III, p. 5 ss.

51En mars 1436, il met sa propre fortune à contribution et avance la somme de 1 450 livres tournois pour le siège de Meulan182. C’est une place forte de grande importance stratégique, car elle est située sur la Seine, en aval de Paris, et comprend un pont fortifié. Ceux qui la contrôlent sont en mesure de bloquer les communications entre Paris et Rouen183. Or, à ce moment, la capitale est déjà serrée de près par les troupes de Charles VII. Pour l’évêque et ses conseillers, ainsi que pour le gouvernement anglais, c’est une nécessité de reprendre Meulan184. Un premier siège est abandonné, mais il semble qu’un second ait réussi185.

  • 186 E. de Monstrelet, t. V, p. 199 ; J. Chartier, t. I, p. 223.
  • 187 E. de Monstrelet, t. V, p. 221 ; Journal d’un bourgeois de Paris, p. 318-319 ; C. de Fauquembergue, (...)
  • 188 Sur les événements qui conduisent à la prise de Paris, voir G. du Fresne de Beaucourt, Histoire de (...)

52En 1436, Louis sait que Paris n’est plus sûr et fait approvisionner la Bastille pour pouvoir s’y réfugier et tenir un siège le cas échéant. Il fait aussi loger toute la garnison anglaise dans ou près du château, afin d’avoir rapidement tous les hommes à disposition en cas de surprise186. Quand le connétable Arthur de Richemont entre dans Paris, il organise une contre-attaque dans les rues et prend lui-même la tête de l’un des trois contingents qu’il a constitués. Celle-ci échoue, mais il parvient à se réfugier à la Bastille avec ses hommes. Il se maintient en position de résister quelque temps, et peut de ce fait négocier son départ avec le connétable : ses hommes parviennent à quitter Paris avec armes et bagages, et lui-même peut récupérer une partie de ses biens187. Il se montre donc plus prévoyant que l’évêque de Chartres, ce qui lui évite de finir tué comme lui. Il échoue à conserver Paris, mais la ville étant encerclée depuis plusieurs mois par les garnisons françaises, et la population étant lasse de la guerre, il ne peut que difficilement faire mieux188.

  • 189 T. Rymer, Foedera, t. V, part. I, p. 39.

53De fait, aucune voix ne met ses compétences militaires en doute. Bien au contraire, le roi Henri VI loue sa fidélité et sa diligence, affirmant qu’il n’a pas hésité à risquer plusieurs fois sa vie pour le servir189. Si des reproches lui sont faits, c’est à propos de sa cruauté. L’évêque de Thérouanne se révèle ainsi être un chef de guerre bien plus capable que les autres prélats de son temps. Quand il l’estime nécessaire, il prend lui-même la tête des troupes, et va même jusqu’à mettre effectivement sa vie en danger, une fois au moins, lors du soulèvement de Paris. Cependant, il n’est pas aussi proche de l’homme d’armes que l’étaient certains prélats du xive siècle. La direction de sièges ne l’occupe en fait qu’assez tardivement dans sa vie, à un moment où ses fonctions de chancelier et l’absence du régent le mettent en position de principal gouverneur de l’Île-de-France.

  • 190 BnF, Ms. Fr. 4484, fol. 4 v.
  • 191 Ibid., fol. 73 v – 74 r : une autre mention indique que l’armée est confiée à Jean de Luxembourg, q (...)
  • 192 Journal d’un bourgeois de Paris, p. 312.
  • 193 E. de Monstrelet, t. V, p. 219.

54D’autres évêques sont mêlés à la guerre, mais ils n’interviennent qu’indirectement, comme conseillers et chargés du financement. En 1428, Pierre Cauchon, évêque de Beauvais, est l’un des trois commissaires pour la guerre le long de la Meuse, avec Jean de Luxembourg, et Colard de Mailly, bailli de Vermandois190. Mais il ne se charge que du rassemblement des aides, et n’accompagne pas l’armée que Jean de Luxembourg mène en Argonne191. De même, bien que le Bourgeois de Paris fasse de lui, de l’évêque de Paris et de Louis de Luxembourg les principaux responsables de la poursuite de la guerre après le traité d’Arras, c’est pour leur rôle politique192. D’après Monstrelet, Pierre Cauchon et l’évêque de Meaux, Jean de Boiry, seraient intervenus dans les préparatifs de défense de Paris en 1436193, mais ils ne semblent pas avoir assisté le chancelier dans sa tentative de repousser les hommes de Richemont.

Les évêques de cour autour du souverain (1453 – début du XVIe siècle)

Les évêques dans les armées de Louis XI et Charles VIII : des conseillers aux multiples fonctions (1465-1494)

  • 194 ORF, t. XVI, p. 329 et 331.
  • 195 Jean de Roye, Journal de Jean de Roye connu sous le nom de « chronique scandaleuse », 1460-1483, 2  (...)
  • 196 Ibid., p. 53.
  • 197 ORF, t. XVI, p. 449 et 453.
  • 198 Philippe de Commynes, Mémoires, 2 vol., t. I, éd. Joël Blanchard, Genève, Droz, 2007, p. 115 et 118
  • 199 J. de Roye, Journal, t. I, p. 181-182 ; Jean Maupoint, Journal parisien de Jean Maupoint, prieur de (...)

55Entre les années 1440 et les expéditions italiennes de Charles VIII et Louis XII, les prélats comparables à Jean de Montaigu, à Philippe de Gamaches ou à Louis de Luxembourg semblent quasiment disparaître. Par contre, comme son père, et peut-être plus, Louis XI reste fréquemment entouré d’évêques lorsqu’il part en campagne. À quelques exceptions près, ceux-ci ne sont signalés que par leurs souscriptions au bas d’actes royaux, ou encore par des articles dans les comptes de l’hôtel du roi : ils jouent donc un rôle discret. Ainsi, l’évêque de Bayeux et patriarche de Jérusalem, Louis d’Harcourt, apparaît aux côtés du roi pendant l’expédition menée contre le duc de Bourbon, en mai 1465, au début de la guerre du Bien public194. Quelques mois plus tard, l’évêque d’Évreux, le célèbre Jean Balue, exerce quelques responsabilités militaires pendant le siège de Paris. Il lit en public les ordonnances de mise en défense de la ville195 et, une nuit, il fait le guet dans les rues196. Par la suite, jusqu’à sa disgrâce en 1469, il suit le roi partout. Il apparaît ainsi à l’armée de Normandie pendant l’hiver 1465-1466197, puis à celle de Picardie en 1468. Apparemment, son rôle est surtout diplomatique : il mène les négociations avec le duc de Bretagne en 1465, avec le duc de Bourgogne en 1468198. Mais il n’est pas exclu qu’il ait eu quelques connaissances militaires, car, en 1467, Louis XI le charge d’effectuer les montres de la milice de Paris, qu’il vient de réorganiser199.

  • 200 ORF, t. XVI, p. 456 : ils apparaissent tous deux comme témoins d’un acte en faveur du comte d’Eu do (...)
  • 201 En 1452, au sujet de la révolte de Gand (G. Chastellain, t. III, p. 33-34) ; en 1467, au sujet de L (...)
  • 202 BnF, Ms. Fr. 20685, p. 470, 508, 520, 541 et 593.
  • 203 Ordre de chevalerie créé par Louis XI en 1469.
  • 204 Jean Molinet, Chroniques, éd. G. Doutrepont et O. Jodogne, Bruxelles, Palais des Académies, 1935-19 (...)
  • 205 ORF, t. XVII, p. 422 ; BnF, Ms. Fr. 6759, fol. 73 v, 78 r et 94 r.

56Pendant l’hiver 1465-1466, deux autres prélats apparaissent à la suite du roi lors de la reprise en main de la Normandie : l’évêque de Langres, Guy Bernard, et l’archevêque de Narbonne, Antoine du Bec-Crespin200. Guy Bernard est un conseiller apprécié de Charles VII et de Louis XI, qui l’emploient tous deux dans leurs négociations avec le duc de Bourgogne201. Dans les années 1460-1470, il reçoit chaque année d’assez fortes sommes d’argent du roi. Ses gages, pensions et dons s’élèvent à 1 000 livres tournois en 1469, 2 000 livres en 1470, autant en 1471, 1200 en 1472202. En 1470 et 1471, il est chancelier de l’ordre de Saint-Michel203. En 1477, dès que le roi est certain de la mort de Charles le Téméraire, il est envoyé s’emparer du duché de Bourgogne avec Georges de La Trémoille, Charles d’Amboise et 300 lances. D’après Jean Molinet, il semble, là encore, avoir surtout un rôle diplomatique. En effet, dans son récit, ses deux compagnons s’occupent seuls de convoquer des gens d’armes après l’échec de la tentative de conciliation204. Antoine du Bec-Crespin, quant à lui, est employé aux finances : pendant la campagne de 1471 en Picardie, il reste à Rouen, où il fait assembler les états de Normandie, avec lesquels il besogne sur « le fait des emprunts205 ».

  • 206 Xavier de la Selle, Le service des âmes à la cour. Confesseurs et aumôniers des rois de France du x (...)
  • 207 ORF, t. XVII, p. 398 et 422 ; t. XVIII, p. 138.
  • 208 Sur le rôle et les pouvoirs du confesseur à l’armée royale, voir X. de la Selle, op. cit., p. 52-53
  • 209 BnF, Ms. Fr. 6759, fol. 139 v.

57L’évêque d’Avranches, Jean Bochart206, accompagne le roi au cours des campagnes de 1471 et 1475207. Il assure avant tout un service religieux, en tant que confesseur du roi. Sa présence est d’autant plus nécessaire que, en de pareilles circonstances, le souverain a largement l’occasion de mettre son âme en péril208. Toutefois, Jean Bochart ne se limite pas à ces fonctions ; il est aussi un conseiller, comme l’atteste sa présence aux bas d’actes royaux, et il se charge à l’occasion de transmettre les ordres du roi. En octobre 1471, par exemple, il est chargé avec d’autres de faire lever l’arrière-ban des bailliages de Chartres, Mantes, Rouen et Gisors209.

  • 210 J. de Roye, t. I, p. 334.
  • 211 Ibid., p. 345.
  • 212 Charles Samaran, Jean de Bilhères-Lagraulas, cardinal de Saint-Denis : un diplomate français sous L (...)
  • 213 Id., La maison d’Armagnac au xve siècle et les dernières luttes de la féodalité dans le Midi de la (...)
  • 214 ORF, t. XVIII, p. 281.

58En 1475, lors du débarquement d’Édouard IV, le roi a avec lui l’évêque de Mende, Jean Petitdé, qui est chargé d’amener le duc de Bourbon près du roi210. Il est aussi assisté de Jean Héberge, évêque d’Évreux, qui entame les négociations avec les représentants du roi d’Angleterre, et qui raccompagne l’armée d’Édouard IV jusqu’à Calais après la conclusion de la paix de Picquigny211. Citons enfin Jean de Bilhères-Lagraulas, évêque de Lombez et abbé de Saint-Denis, un diplomate expérimenté que Louis XI emploie en particulier dans les affaires d’Espagne et du sud de la France212. Il apparaît à l’armée à deux reprises, en 1473 au siège de Lectoure, où il négocie avec le comte d’Armagnac213, et en 1477 aux côtés du roi, au siège d’Arras214.

  • 215 Ce personnage de grande envergure a retenu l’attention de nombre d’historiens et de généalogistes d (...)
  • 216 Nicolas-Louis Achaintre, Histoire généalogique et chronologique de la maison royale de Bourbon, 2 v (...)
  • 217 Joseph-Louis Ripault Desormeaux, Histoire de la maison de Bourbon, 5 vol., t. II, Paris, Imprimerie (...)

59Un seul des prélats du temps de Louis XI est passé pour être un homme d’armes aguerri : Charles de Bourbon215. Élu à onze ans seulement à la tête de l’église métropolitaine de Lyon, il a la réputation d’un prélat mondain et belliqueux. Selon Nicolas-Louis Achaintre, il n’a « de goût que pour le tumulte des armes, l’agitation de la cour et l’éclat de la représentation216 ». Mais l’aspect guerrier de la vie de Charles peut être mis en doute, car il n’est pas appuyé par les sources du xve siècle. Cette réputation semble ne se former qu’au xviiie siècle, à la suite de Joseph-Louis Desormeaux, qui s’étonnait de le voir en armes à la prise de Liège en 1468217. Tous les historiens qui ont suivi, ou presque, ont adopté ce point de vue. Il est vrai que l’archevêque apparaît mêlé à bon nombre de campagnes militaires de son époque ; mais mis à part l’épisode liégeois, il ne semble pas être plus un « prélat-guerrier » que ses confrères Balue ou Bochart.

  • 218 P. de Commynes, Mémoires, t. I, p. 17.
  • 219 T. Basin, Histoire des règnes de Charles VII et de Louis XI, 4 vol., t. IV, éd. J. Quicherat, Paris (...)
  • 220 J.-M. de La Mure, op. cit., t. II, p. 287 (n.) et 391.
  • 221 ORF, t. XVIII, p. 143 ; J. de Roye, t. I, p. 341-343 et 345 ; P. de Commynes, t. I, p. 118 et 133-1 (...)
  • 222 Ibid., p. 289 et 291.
  • 223 J. de Roye, t. II, p. 45-46 ; ORF, t. XVIII, p. 249, 252, 254 et 262.

60Charles a effectivement participé à la guerre du Bien public. Pour aider son frère, le duc Jean de Bourbon, il a tenté de faire passer la cité de Lyon au pouvoir des rebelles, puis, ayant échoué, il a rassemblé des gens d’armes en Bourgogne pour les mener combattre le roi en Bourbonnais. Il n’est cependant pas certain qu’il en ait exercé le commandement, car il était accompagné par le maréchal de Bourgogne, qui est le seul à être mentionné par les chroniqueurs après la levée des troupes218. Quoi qu’il en soit, Charles rejoint les conjurés : il est signalé à Riom, où il reçoit les clés de la ville de Saint-Flour219. À la suite de la paix de Conflans, les Bourbons se réconcilient avec le roi, que Charles sert dorénavant. Il est présent à l’armée royale en 1468, 1475 et 1477. Régis de Chantelauze, dans son édition de La Mure, le signale aussi à l’ost de Picardie en 1471220, mais ne cite aucune source. Dans les trois cas sûrs, il est employé aux négociations avec l’adversaire : en 1468, il accompagne le roi à la célèbre entrevue de Péronne221 ; en 1475, il assiste à la non moins fameuse entrevue de Picquigny avec Édouard IV222 ; en 1477, il négocie la reddition de la ville d’Arras223.

  • 224 Procès de Jacques d’Armagnac, édition critique du ms. 2000 de la bibliothèque de Sainte-Geneviève, (...)

61D’après les archives du procès du duc de Nemours, il est venu sur la Somme en 1475 avant tout pour suivre l’évolution de la situation du roi et en informer son frère, le duc de Bourbon, qui était encore dans ses domaines, et qui avait été convoqué par le roi. En effet, à cette époque, les Bourbons auraient été impliqués dans une conspiration organisée autour du comte de Saint-Pol et du duc de Bourgogne, tout en affectant de servir le roi224. Le duc de Bourbon craignait pour sa sécurité ; l’archevêque, protégé par son statut de clerc, pouvait plus sûrement aller tâter le terrain avant lui. Ce ne serait donc pas le bruit des batailles qui l’a fait accourir, mais les intrigues politiques.

  • 225 J. de Roye, t. I, p. 208 ; J.-M. de La Mure, op. cit., t. II, p. 390.
  • 226 J. de Roye, t. I, p. 215-216.
  • 227 Ibid., p. 217 : « le dimenche XXXe et penultime jour d’octobre, oudit an IIIIcLXVIII, entre IX et X (...)

62Néanmoins, Charles participe au moins une fois à un combat, à Liège en 1468. Rappelons que la ville s’est révoltée contre son évêque, Louis de Bourbon, qui est le frère cadet du duc et de l’archevêque ; que Louis est un allié du duc de Bourgogne ; que le roi, au contraire, a encouragé depuis plusieurs années l’agitation des Liégeois ; et enfin, que Louis XI, après être tombé entre les mains de Charles le Téméraire à Péronne, a accepté de l’accompagner à Liège pour réprimer l’insurrection. Charles et Jean de Bourbon, qui étaient à Péronne avec le roi225, et qui ont sûrement à cœur d’aider leur frère, viennent aussi226. Le jour de la prise de la ville, ils sont tous deux à la tête de l’une des batailles qui donnent l’assaut. L’archevêque a bien dû porter les armes à cette occasion, car rester sans protection aurait été particulièrement dangereux. Une chronique décrit d’ailleurs l’évêque de Liège, qui était à ses côtés pendant le combat, chevauchant en armure dans les rues227.

  • 228 Éric Chauvin, La politique militaire du cardinal Gìl Albornoz, légat du pape en Italie (1353-1357), (...)

63Charles de Bourbon ne semble donc pas être beaucoup plus mêlé aux affaires militaires que ses confrères Balue ou Bochart. Son exemple incite donc à se méfier des images de « prélat-guerrier » forgées par les érudits de l’époque moderne, et qui bien souvent ne reposent pas sur des sources solides228.

Des prélats chargés d’importants commandements : Jean Jouffroy et Louis d’Amboise

  • 229 Charles Fierville, Le cardinal Jean Jouffroy et son temps, Coutances, Salettes, 1874 ; et surtout C (...)

64À côté de ces évêques qui conseillent et assistent le roi lors des opérations de guerre, quelques autres exercent des commandements. Les principaux sont les évêques d’Albi, le cardinal Jean Jouffroy (1462-1473)229 puis Louis d’Amboise (1474-1503), qui interviennent dans les guerres en Languedoc, en Roussillon et en Gascogne. Comme Regnault de Chartres et Louis de Luxembourg, ce sont des chefs de guerre improvisés, nommés dans une situation d’urgence. Pour Jean Jouffroy comme pour Louis d’Amboise, les campagnes militaires des années 1472-1475 sont les premières.

  • 230 Joseph Calmette, Louis XI, Jean II et la révolution catalane (1461-1473), Toulouse, Privat, 1902, p (...)

65Entre 1472 et 1475, Louis XI est en effet dans une position particulièrement difficile. La plupart des princes et des grands seigneurs complotent, voire se liguent ouvertement contre le roi, et même les Bourbons ne sont pas des alliés sûrs. De plus, les princes français sont en contact avec des rois étrangers : en 1473, le comte d’Armagnac espère l’aide de Jean d’Aragon, qui vient de reprendre Perpignan à Louis XI, et tous deux sont alliés au duc de Bourgogne qui attend la descente d’Édouard IV d’Angleterre à Calais230. Pour le roi, les grands seigneurs à la fidélité assurée et à l’autorité forte font défaut. Les nobles de moindre envergure ne manquent pas, mais il est certainement difficile d’en trouver un qui puisse imposer son autorité à tous les autres. Les évêques qui lui doivent leur carrière sont les seuls à avoir la stature politique et les ressources suffisantes pour mener des opérations militaires d’envergure.

  • 231 BnF, Ms. Fr. 20879, n° 15-16 ; C. Märtl, op. cit., p. 225.

66Jouffroy est avant tout un diplomate, qui a gagné son chapeau de cardinal en négociant la fin de la Pragmatique Sanction avec le pape. Il a en outre déjà parlementé avec Jean d’Armagnac, ce qui peut laisser espérer une solution pacifique. Autre avantage, il est l’un des hommes les mieux possessionnés et les plus riches du Midi. En puisant dans ses propres coffres, il peut rapidement faire parvenir l’argent nécessaire au paiement des troupes. Il prête ainsi au roi 12 000 livres tournois pour les sièges de Lectoure et de Perpignan. Dès octobre 1473, soit moins de quatre mois après la fin du siège de Perpignan, il signe une quittance pour 2 000 livres que le Trésor lui a rendues231.

  • 232 HGL, t. XI, p. 80 ; C. Samaran, La maison d’Armagnac au xve siècle, p. 180-185.
  • 233 HGL, t. XI, p. 84-88 ; J. de Roye, t. I, p. 293 ; C. Fierville, op. cit., p. 201-205 ; Bernard de M (...)

67Jean Jouffroy mène en effet trois sièges pour le roi. En 1472 il conduit des troupes une première fois contre le comte Jean V d’Armagnac. Il vient renforcer l’armée royale, menée par Pierre de Beaujeu, qui assiège alors le comte rebelle à Lectoure. Après quelques semaines de siège, Jean V n’a plus qu’à se rendre. Mais, peu après, il parvient par la ruse, non seulement à se libérer, mais en plus à capturer ceux qui le surveillaient232. Au début de l’année 1473, une nouvelle expédition doit être lancée contre lui. Cette fois, Jouffroy commande toute l’armée, qui est composée des nobles des sénéchaussées de Toulouse et Carcassonne. Il assiège de nouveau la ville de Lectoure pendant plusieurs semaines ; puis, n’ayant aucun espoir d’être secouru, Jean d’Armagnac décide de se rendre. Le scénario de l’année précédente semble se répéter, mais, la reddition de la ville à peine accomplie, le comte est assassiné devant sa femme par un archer, peut-être au cours d’une rixe qui aurait éclaté entre ses gens et ceux des sénéchaux. Les circonstances restent obscures, mais ce meurtre arrange trop Louis XI pour ne pas éveiller des soupçons ; et, si le roi est mêlé à cette affaire, le cardinal l’est aussi. Par conséquent, la réputation de Jouffroy, que certains accusent d’avoir commandité le meurtre, est aussi entachée233.

  • 234 HGL, t. XI, p. 89 ; J. de Roye, t. I, p. 296 ; « Chronica latina Sabaudiae », dans Monumenta histor (...)

68Suite à ces événements, Jean Jouffroy se dirige vers Narbonne, où il rejoint Philippe de Bresse, venu avec ses mercenaires suisses pour reprendre Perpignan qui s’est révoltée contre la domination française. Ce siège s’éternise, car la ville est bien défendue : le roi Jean II d’Aragon y est en personne avec de nombreux gens d’armes. Finalement, menacés par une armée de secours, ayant subi de lourdes pertes, Jean Jouffroy et Philippe de Bresse sont contraints de négocier une trêve, puis de lever le siège. Jouffroy n’a pas l’occasion de prendre sa revanche, car il meurt en octobre 1473, à soixante ans environ, peut-être épuisé par la longue campagne qu’il vient de mener234.

  • 235 T. Basin, Histoire de Louis XI, 3 vol., t. II, éd. et trad. C. Samaran, M.-C. Garand, Paris, Les Be (...)
  • 236 J. de Roye, t. I, p. 293 : « Et entra dedens ladicte ville le cardinal d’Arras, qui moult vaillamme (...)
  • 237 Ibid., p. 296.

69L’action de Jean Jouffroy aux sièges de Lectoure et Perpignan est peu évoquée par les chroniqueurs. Thomas Basin, qui est assez bien renseigné pour consacrer un chapitre entier à chacun de ces deux événements, ne le nomme pas235. Seul Jean de Roye le fait, et il indique clairement que le cardinal était le chef des troupes au siège de Lectoure236. Il est aussi l’un des seuls à mentionner la présence du cardinal au siège de Perpignan, le seul à décrire un minimum ses activités : « Et, avecques les nobles seigneurs, cappitaines et seneschaulx de ladicte armée, y estoit aussi monseigneur le cardinal d’Albi, qui moult bien et sagement se y gouverna237. » Avec cette formulation, Jean Jouffroy n’apparaît plus comme le chef de toute l’armée. Cette fois, cela correspond à la réalité, car le commandement appartenait à Philippe de Bresse, cousin du roi. L’allusion à la sagesse de son « gouvernement » suggère qu’il a continué à diriger les troupes qu’il avait amenées de Lectoure, et qu’il s’est révélé être un bon capitaine.

70Le témoignage de Jean de Roye est en partie confirmé par les lettres du cardinal. Elles témoignent d’abord d’une certaine compréhension des enjeux stratégiques. Dès son départ d’Albi pour le deuxième siège de Lectoure, le 1er février 1473, il annonce au roi qu’une fois le sort du comte d’Armagnac réglé, il faudra intervenir en Roussillon :

  • 238 Lettre du 3 février 1473, éditée par C. Samaran, La maison d’Armagnac au xve siècle, p. 436-437.

Vostre païs de Roussillon est en grand dangier se n’y pourveés tost, et se achevé Lettore, voz capitaines feroient une bonne envahie, nous y recouvrerions tout à vostre gloire, ne gueres ne perdroient de chemin : voz gens i feroient reculer le roy Jehan à son grant dommage238.

  • 239 Dans la nuit du 31 mars au 1er février. J. Calmette, op. cit., p. 361-362.

71C’est bien l’option qui est retenue par Louis XI, puisqu’il charge Philippe de Bresse et Jean Jouffroy d’assiéger Perpignan au printemps. Certes, Jouffroy sous-estime les ressources du roi d’Aragon, que ses troupes ne pourront chasser du Roussillon, ni même de Perpignan. Toutefois, au moment où il écrit cette lettre, il ne sait peut-être pas encore que le roi Jean d’Aragon est entré dans la capitale du comté à peine deux jours plus tôt ; de plus, Jean II passe alors pour être pauvre et affaibli par la longue guerre qu’il a menée contre la Catalogne révoltée239. D’ailleurs, Jouffroy ne se trompe qu’à moitié car, après sa mort, la campagne de 1474-1475 est un franc succès pour Louis XI. Le cardinal est donc capable de juger correctement une situation de guerre et les moyens à mettre en œuvre pour y faire face.

72Il se montre aussi volontaire et énergique, et c’est sur ce point que le jugement de Jean de Roye est le plus pertinent. Jouffroy semble proposer à demi-mot de prendre lui-même la tête de l’armée du Roussillon, car, s’il évoque d’abord « voz capitaines », ce qui peut sembler l’exclure, il assure ensuite « nous recouvrerions tout », ce qui suggère qu’il est déjà prêt à se charger de l’affaire. La distinction entre les capitaines de gens d’armes et lui-même peut s’expliquer par le fait qu’en tant qu’ecclésiastique, il n’envisage pas de prendre part personnellement aux combats et à la destruction des récoltes.

  • 240 C. Samaran, La maison d’Armagnac au xve siècle, p. 436-437.

73Il semble enfin avoir une certaine connaissance des gens d’armes et s’inquiète des exactions commises sur les populations du royaume : « J’ai trové bien cent lances de monsieur de Chierlieu qui se dient venir à Lectore, mais c’est à pas de lymace, et croi qu’ilx vuellent d’aler là après messe chantée pour souffler les chandelles et quant tout sera fait. Pleut à Dieu que sceussiés leurs pilleries240. »

74De manière générale, il paraît bien informé de la situation et diligent dans l’accomplissement de sa mission. Ses connaissances militaires restent cependant difficiles à évaluer avec précision, en dehors du fait qu’elles ne doivent rien à l’expérience. En fait, si Jean de Roye lui attribue de la vaillance, c’est parce qu’il se charge de conduire des opérations de guerre, alors qu’il est clerc et qu’il ne l’a jamais fait auparavant, pour le service du roi, parce qu’il endure les rigueurs de deux sièges à un âge déjà avancé.

  • 241 Louis de Lacger, Louis d’Amboise, évêque d’Albi, 1474-1503, 2 vol., Albi, Imprimerie coopérative du (...)

75Son successeur à l’évêché d’Albi, Louis d’Amboise, reprend aussi ses responsabilités militaires, quoique de manière différente. Louis XI le nomme son lieutenant général en Languedoc, Guyenne, Roussillon et Cerdagne, ce qui lui confère des pouvoirs étendus, incluant celui de lever des troupes, d’instituer des capitaines et des garnisons dans les places fortes pour la défense du pays241.

  • 242 J. de Roye, t. I, p. 327.

76Son rôle dans la guerre de Roussillon n’est connu que par les archives. Il a complètement échappé aux chroniqueurs, dont absolument aucun ne lui attribue la responsabilité de la prise de Perpignan, alors qu’il en a reçu les clés des mains des vaincus. Il faut dire que la plupart d’entre eux sont mal renseignés sur le siège de 1475 : Jean de Roye, par exemple, ne cite même pas les responsables de l’armée, il se contente de dire que la ville s’est rendue par composition au roi242.

  • 243 L. de Lacger, op. cit., p. 15.
  • 244 Lettres de Louis XI, 11 vol., t. V, éd. J. Vaesen et E. Charavay, Paris, Renouard, 1883-1909, p. 23 (...)
  • 245 AN, K 71, n° 39 ; BnF, Ms. Fr. 20879, n° 18 (paiement de 100 hommes d’armes et 200 archers).
  • 246 Lettres de Louis XI, t. V, p. 230-232.
  • 247 Dans la lettre du 9 avril 1474, par exemple, il charge le gouverneur de Dauphiné de lever 100 lance (...)
  • 248 Le 11 janvier 1475, il écrit au roi : « Sire, M. le chancelier m’a escript qu’il est si tres joyeux (...)
  • 249 Ibid., p. 33.

77Comme beaucoup d’évêques de son temps, Louis est un homme de loi : maître des requêtes de l’Hôtel en 1472, il remplace ensuite Jouffroy comme procureur du roi à la Curie romaine243. Rien n’indique qu’il ait jamais porté les armes ou même marché à la tête d’une armée. Pendant les hostilités, il se tient en arrière, à Narbonne, d’où il organise le ravitaillement des troupes, en employant notamment des galères244. D’après un fragment de compte conservé aux Archives nationales, toute l’organisation de la campagne émane de lui. C’est de son quartier général, à Narbonne, que partent les messagers portant ses instructions aux capitaines de gens d’armes ou de navires, les ordres de levée ou de paiement des troupes245. Tout cela est fait selon les instructions précises que Louis XI lui fait parvenir au printemps 1474246. Pour ce type de mission, il n’est pas nécessaire d’être très expérimenté dans le métier des armes ; l’évêque doit seulement connaître la situation et les besoins des troupes, ce qu’il peut faire en correspondant avec les capitaines, et trouver des vivres, de l’argent et du matériel de guerre, ce qui se fait auprès des villes et de marchands. En outre, il n’agit pas seul. En général, le roi s’adresse à tout un groupe d’hommes pour préparer la guerre247 : le gouverneur de Roussillon, le capitaine de la citadelle de Perpignan et autres capitaines de l’Ordonnance ont aussi leur part dans la conduite des opérations, et disposent d’une certaine autonomie vis-à-vis de l’évêque d’Albi. Dans la campagne de Roussillon, Louis d’Amboise est donc avant tout un exécutant chargé de la logistique et de la coordination des efforts de toutes les personnes impliquées. Cela n’exclut pas des initiatives de sa part : au contraire, vu l’éloignement du roi, c’est une nécessité. Parmi les nombreux messages envoyés par l’évêque pour convoquer ou pour faire hâter les capitaines, sénéchaux et baillis, beaucoup doivent être à son initiative. De même, c’est lui qui a l’idée d’affréter des galères pour conduire le ravitaillement plus rapidement, ce dont les capitaines sont pleinement satisfaits, car cela permet de résoudre les problèmes de ravitaillement que l’armée avait connus en 1473248. Sa lieutenance est un succès : entre le printemps 1474 et le début de l’année 1475, tout le Roussillon est soumis, à l’exception de Perpignan. Puis, après un siège de trois mois, la capitale du comté se rend à son tour. Pour commémorer cet événement, une médaille est frappée, sur laquelle Louis d’Amboise est représenté assis, dans la posture du vainqueur, recevant les clés de la ville des mains d’une femme agenouillée, allégorie de Perpignan249.

  • 250 Ibid., p. 35-36.
  • 251 Lettres de Louis XI, t. VI, p. 327-328 ; t. VII, p. 114 et 259-260 ; t. VIII, p. 43, 46-47 et 53-54
  • 252 Ibid., t. VII, p. 281-282 ; t. VIII, p. 26-29.
  • 253 Ibid., t. VIII, p. 40-41.
  • 254 Ibid., p. 157-159.
  • 255 HGL, t. XI, p. 102-103.

78Fort de cette victoire, Louis d’Amboise se voit conférer d’autres charges de gouvernement en frontière : de 1477 à 1479, il est lieutenant général du roi en Bourgogne, un pays alors en proie à la révolte250. Là encore, il ne semble pas diriger lui-même les troupes, charge qui incombe à son frère Charles, seigneur de Chaumont, ou à de vieux capitaines comme Jean de Salazar, et s’occupe principalement de diplomatie251. Mais il se charge aussi du recrutement et du paiement de mercenaires suisses252, et fait abattre les places fortes qu’il juge inutiles, afin qu’elles ne servent pas à l’ennemi253. En 1480, il est de retour en Languedoc ; sa lieutenance en Bourgogne est terminée. Cette année, le roi d’Aragon entre en Roussillon et assiège Collioure. L’évêque est averti par le roi qui lui enjoint de faire lever l’arrière-ban de la sénéchaussée de Carcassonne et, au besoin, de celle de Toulouse aussi254. L’armée est conduite par Boffile de Juge (Boffilo del Giudice), que le roi a fait comte de Castres255.

  • 256 L. de Lacger, Louis d’Amboise, p. 41-42.
  • 257 BnF, Ms. Fr. 20879, n° 39.
  • 258 Lettres de Louis XI, t. VIII, p. 40-41.

79La mort de Louis XI amène une série de bouleversements dans le gouvernement du royaume, et le changement de règne est défavorable à l’évêque d’Albi. En 1484, il est démis de sa fonction de lieutenant général en Languedoc : la charge est rendue à son ancien titulaire, l’évêque du Puy256. Louis d’Amboise n’exerce donc plus de responsabilités militaires pendant plusieurs années. Sous le règne de Louis XII, cependant, il revient en faveur. En 1502, le roi le fait gouverneur de Montpellier et capitaine de deux forteresses en Languedoc257, fonctions qu’il n’exerce que peu de temps car il meurt l’année suivante. Cet évêque, qui n’a probablement jamais vu un champ de bataille, supervise donc pendant plusieurs années des campagnes militaires. S’il ne commande pas sur le terrain comme Jouffroy, il a plus de succès. De fait, au long de sa carrière, Louis d’Amboise remplit avec succès les missions qui lui sont confiées, si bien que Louis XI lui écrit, en 1479 : « Monseigneur d’Alby, mon amy, le plus vaillans que fut oncques l’evesque Turpin, je ne sçay comment je vous puisse assez mercier du service, de la peine et diligence que prenez pour mes affaires, car vous les avez à cueur autant ou plus que je n’ay258. »

80C’est avant tout un trait d’humour, qui fait référence aux grands services que rend l’évêque. Celui-ci fait certainement preuve de courage en se tenant pendant plusieurs mois près d’une zone de guerre, ou encore en se déplaçant dans une Bourgogne en proie à la révolte ; mais il n’a rien du guerrier fougueux de la Chanson de Roland. Ce n’est pas ce qui est attendu de lui, et il se montre à la hauteur de sa mission, qui est d’ailleurs tout aussi importante que celle d’un capitaine d’armée.

Des rois entourés d’évêques dans les premières guerres d’Italie (1494-1515)

81Le déplacement de la majorité des conflits hors du royaume, à partir des années 1490, n’éloigne pas les prélats des armées du roi de France, surtout quand ce dernier les mène en personne. Plusieurs ecclésiastiques de haut rang sont connus pour avoir accompagné Charles VIII dans son expédition italienne de 1494-1495, et deux pour s’être trouvés sur le champ de bataille de Fornoue.

  • 259 Bernard Chevalier, Guillaume Briçonnet (v. 1445-1514). Un cardinal-ministre au début de la Renaissa (...)
  • 260 Gallia christiana, t. XIV, col. 1012 : « Memoratur inter caetera Carolum regem in Italiam secutus a (...)
  • 261 J. Molinet, t. II, p. 414 : « Et, ainsy que lesdis Venissiens voloyent donner sur les Franchois, pa (...)
  • 262 P. de Commynes, t. I, p. 674.
  • 263 Ibid., p. 632 et 666-669.
  • 264 Gallia christiana, t. II, col. 845.

82Le plus présent est le cardinal Guillaume Briçonnet259, l’un des conseillers les plus écoutés de Charles VIII, et l’un des principaux artisans du voyage de Naples. Ce n’est pourtant pas un combattant, contrairement à ce que rapportent les auteurs de la Gallia christiana260. Il n’a pas porté les armes à la bataille de Fornoue, mais s’est au contraire réfugié parmi les valets et les bagages, comme l’attestent les témoignages des contemporains261. Philippe de Commynes, l’un de ses détracteurs, lui reproche justement de pousser le roi à la guerre alors que, étant clerc, il n’a pas à se battre et à mettre sa vie en jeu262. Briçonnet intervient par contre fréquemment en conseil au sujet des questions militaires : non seulement lorsqu’il faut décider de la guerre ou de la paix, mais aussi sur la stratégie à adopter, comme il le fait avant la journée de Fornoue263. Toujours selon la Gallia christiana, le cardinal André d’Épinay aurait participé au combat, mais en habit pontifical, une croix à la main, en se limitant à encourager les gens d’armes264. Les sources contemporaines attestent qu’il a bien pris part à la campagne de Naples, mais ne permettent pas de vérifier cette assertion. Au moins, elles ne la contredisent pas.

  • 265 André de La Vigne, Le voyage de Naples, éd. A. Slerca, Milan, Vita e Pensiero, 1981, p. 242, v. 416 (...)
  • 266 Ibid., p. 231, v. 3722 ss. Le pape Alexandre VI était opposé à l’entreprise de Charles VIII en Ital (...)
  • 267 Rostan d’Ancezune (1494-1510), auparavant évêque de Fréjus (1487-1494).
  • 268 Ibid., p. 307. Le terme « évêque de Cornouaille » désigne probablement l’évêque de Quimper, à cette (...)
  • 269 Françoise Janin, Georges d’Amboise, archevêque de Rouen et légat a latere (1493-1510), thèse de l’É (...)
  • 270 P. de Commynes, t. I, p. 666-669.

83L’évêque d’Angers, Jean de Rély, est aussi du voyage. Il assure avant tout le service religieux, en tant que confesseur du roi265. Son rôle dans la direction de la campagne n’est pas négligeable, puisqu’en plus de son office religieux, il conseille aussi le roi et lui sert d’orateur, notamment lors de l’ambassade envoyée au pape quand l’armée arrive près de Rome ; d’après André de La Vigne, c’est ce « bon docteur » qui par son éloquence convainc le Saint-Père de trouver un accord avec le roi266. Celui-ci compte encore parmi ses conseillers les archevêques d’Embrun267 et de Rouen, ainsi qu’un « évêque de Cornouaille268 ». L’archevêque de Rouen, Georges d’Amboise (1493-1510)269, joue le même rôle que Briçonnet auprès du duc Louis d’Orléans, dont il est le principal conseiller jusqu’à sa mort. Il l’accompagne dans sa tentative de conquête du duché de Milan, en 1495 ; puis, alors que son maître est assiégé dans Novare, il se rend auprès du roi et cherche à le convaincre d’entrer en guerre ouverte contre le duc de Milan270.

  • 271 Paolo Giovio, Historiarum sui temporis, 2 vol. (Pauli Jovii opera, t. IV et V), t. I, éd. D. Viscon (...)
  • 272 Pape Pie II (Enea Silvio Piccolomini), I Commentarii, 2 vol., t. I, éd. L. Totaro, Milan, Adelphi, (...)
  • 273 Ibid., t. I, p. 896 et t. II, p. 2130-2138.
  • 274 David S. Chambers, Popes, Cardinals and War. The Military Church in Renaissance and Early Modern Eu (...)

84Les seuls prélats à participer véritablement aux combats pour Charles VIII sont les cardinaux italiens gagnés à sa cause : Giuliano Della Rovere, le futur pape Jules II, mène une armée contre Gênes, avec Paolo Fregoso, ancien archevêque de cette ville (cette expédition est d’ailleurs un échec)271. Tous deux sont décrits comme des hommes belliqueux par leurs contemporains. En 1495, Fregoso est déjà âgé, avec une carrière militaire bien remplie derrière lui : en 1461, il a repoussé l’attaque de René d’Anjou contre Gênes les armes à la main272 ; quelques mois plus tard, il s’est emparé par la force du gouvernement de Gênes273. Il a obtenu son chapeau de cardinal en combattant au service de l’Église, en 1480, pendant le siège d’Otrante, en tant que capitaine des galères pontificales274.

  • 275 Jean d’Auton, Chroniques de Louis XII, 4 vol., éd. R. de Maulde La Clavière, Paris, Renouard, 1889- (...)
  • 276 Jonathan Dumont, « La redéfinition du premier ordre au début de la Renaissance : l’exemple du cardi (...)
  • 277 Ibid., p. 85.
  • 278 Francesco Guicciardini, Histoire d’Italie, 2 vol., t. I, éd. et trad. J.-L. Fournel, J.-C. Zancarin (...)
  • 279 J. d’Auton, t. IV, p. 221-222.
  • 280 Ibid., p. 31.
  • 281 Ibid., p. 13-14.
  • 282 FEG, t. XI, p. 188-200.

85Plus encore que son prédécesseur, Louis XII est accompagné, dans toutes ses expéditions en Italie (1499-1500, 1502, 1507, 1509), par un grand nombre de prélats275. Selon le maréchal de Florange, ils ne sont pas moins d’une trentaine en 1507. Jean d’Auton tend à confirmer ce chiffre, car il ne cite pas moins de dix cardinaux, trois archevêques, huit évêques et un abbé, soit vingt-deux prélats, tout en précisant qu’il ne les nomme pas tous… Le premier d’entre eux est Georges d’Amboise, qui exerce à l’occasion des fonctions de commandement, notamment lors de la rébellion du Milanais en 1500-1501276. Lorsque l’armée n’est pas menée par le roi, mais par un lieutenant (1506, 1510-1513), les ecclésiastiques sont moins nombreux, mais ils sont souvent présents : Guillaume Briçonnet au siège de Bologne en 1506277, le cardinal Federico de Sanseverino à la bataille de Ravenne en 1512278. Beaucoup de ces hommes d’Église se mêlent bien de guerre : ils conseillent le roi, négocient avec le pape, les princes, les villes ou leurs représentants ; néanmoins, comme aux époques précédentes, ils ne sont qu’une minorité à porter les armes. Seuls trois cas sont attestés : l’archevêque de Sens Tristan de Salazar, qui se tient armé aux côtés du roi à la bataille de Gênes en 1507279, l’évêque de Liège et de Chartres Évrard de la Marck, lui aussi en 1507 à Gênes, puis en 1509 à Agnadel280, et enfin le cardinal Sanseverino à Ravenne. Ce comportement semble bien exceptionnel, à en croire les commentaires des chroniqueurs et historiens : Robert de la Marck, maréchal de Florange, précise avec fierté que son oncle n’est pas resté comme les autres prélats parmi les non-combattants281 ; Jean d’Auton quant à lui prend le soin d’exposer les arguments de l’archevêque de Sens ; Guicciardini enfin prétend que le cardinal de Sanseverino est plus fait pour le port de l’épée que pour la lecture des heures. Ainsi, sous le règne de Louis XII, les prélats sont toujours en nombre à l’armée, alors que les conflits se sont déplacés à l’extérieur du royaume, et plusieurs se signalent en portant les armes, ce qui ne s’était peut-être pas vu depuis une trentaine d’années. Il faut remarquer toutefois que parmi ceux-ci, deux ne sont pas du royaume : Évrard de la Marck est un prélat d’Empire typique, qui ne se différencie pas de la plupart de ses prédécesseurs ; Federico de Sanseverino peut être relié à un groupe de cardinaux italiens issus de familles nobles, comptant de célèbres chefs de guerre dans leurs ancêtres : Francesco Gonzaga, Ascanio Sforza, Hippolyte d’Este… Tristan de Salazar est le seul à être natif du royaume, mais c’est un évêque assez atypique, fils d’un célèbre capitaine espagnol, qui a peut-être hésité un moment entre la carrière ecclésiastique et une vie de laïc282.

La foi et le patrimoine de saint Pierre : la guerre au service de l’Église romaine

86La défense des intérêts de l’Église et le service du pape, ou encore la guerre sainte, sont des causes qui amènent les prélats à se mêler de l’effusion de sang humain. Au xve siècle, les prélats français ne sont guère concernés par ce type de conflit, mais il n’en a pas toujours été ainsi.

Les évêques et cardinaux chargés de la défense des États pontificaux

  • 283 Étienne Delaruelle, Edmond-René Labande, Paul Ourliac, L’Église au temps du Grand Schisme et de la (...)
  • 284 Ibid., p. 13-15.
  • 285 Ibid., p. 18 ss.
  • 286 Ibid., p. 28-31 ; Éric Chauvin, La politique militaire du cardinal Gil Albornoz, légat du pape en I (...)
  • 287 D. Chambers, op. cit., p. 61-63.
  • 288 Ibid., p. 25-26.
  • 289 Dans les années 1510, Jules II et Léon X recourent aussi à un Suisse, Matthäus Schinner, et un Angl (...)
  • 290 I. Cloulas, op. cit., p. 70.
  • 291 J. d’Auton, t. IV, p. 78-85.
  • 292 D. Chambers, op. cit., p. 35.
  • 293 Ibid., p. 111 et 119-123 ; I. Cloulas, op. cit., p. 145 et 201-206.

87Aux xive et xve siècles, la papauté consacre une grande part de ses ressources à la défense de ses intérêts temporels283. Les armées qui en ont la tâche sont souvent menées par des cardinaux, quelquefois par des évêques. Ceux-ci portent le titre de légat, où, quand leurs responsabilités sont plus limitées, de commissaire. Cette pratique remonte au xiie siècle284, et devient la norme entre le xiiie et le début du xvie siècle285. Certains de ces prélats sont connus pour leurs talents militaires, d’autres acquièrent même une réputation de héros. Le plus fameux d’entre eux est le cardinal Gìl Albornoz, légat en Italie centrale de 1353 à 1365, longtemps célébré comme le restaurateur des états pontificaux286. Au xve siècle, Niccolò Forteguerri, dit le cardinal de Teano, mène une carrière semblable au service de Pie II et Paul II ; il est lui aussi célébré pour ses qualités de stratège287. Au temps de la papauté d’Avignon (1309-1378), beaucoup de ces légats sont des cardinaux français : c’est le cas d’Arnaud de Pellegrue, qui mène une armée contre les Vénitiens en 1309, ou de Bertrand du Pouget, qui combat les gibelins en Lombardie de 1320 à 1334288. Au xve siècle par contre, ce sont presque tous des Italiens, plus au fait des réalités politiques de la péninsule, et surtout plus fidèles au pape289 ; ce changement reflète aussi, bien sûr, les changements dans la composition du collège des cardinaux, dominé par les Français pendant le xive siècle, par les Italiens ensuite. Par conséquent, peu de cardinaux français exercent des responsabilités dans les guerres pontificales de cette époque. L’un des rares à le faire est Jean Balue, dont le cas a été évoqué plus haut290. Un autre cas, celui du siège de Bologne de 1506, a lui aussi déjà été mentionné : si Guillaume Briçonnet tient conseil avec les capitaines français, c’est en tant que représentant du pape. Il leur transmet les instructions de Jules II, en l’occurrence l’ordre de ne pas prendre la ville d’assaut, afin que le pontife la récupère en bon état, sans qu’elle soit pillée ; en fait, il joue plus le rôle d’un émissaire et d’un observateur que celui d’un chef291. Exceptionnellement enfin, des armées sont dirigées par le pape en personne : Urbain VI en 1385 et 1388292, ou Jules II en 1506 et 1510-1511293.

  • 294 Paul Pansier, « Les sièges du palais d’Avignon sous le pontificat de Benoît XIII », dans Annales d’ (...)

88Tout comme ceux d’Italie, les états pontificaux de Provence doivent aussi être défendus. Au cours du xve siècle, Avignon et le Comtat Venaissin sont l’enjeu de plusieurs conflits d’ampleur et d’intensité variables. Les plus importants sont les deux grands sièges du Palais pontifical, en 1398-1403 et 1410-1411, ainsi que la conquête du Comtat et le siège d’Avignon par le cardinal Pierre de Foix en 1433 ; d’autres, moins longs et violents, ont lieu à la suite de la mort de Pierre de Foix (1464) puis au sujet de la légation de Charles de Bourbon (1476). Les trois premiers découlent des divisions affectant l’Église, les autres principalement de luttes d’influence entre le roi de France et le pape294. Les événements étant connus, c’est le rôle que les prélats y jouent qui est étudié ici.

  • 295 Claude Faure, Étude sur l’administration et l’histoire du Comtat Venaissin du xiiie au xve siècle ((...)
  • 296 Ibid., p. 50-59, en particulier p. 58.

89Il faut d’abord rappeler brièvement les institutions de gouvernement des possessions provençales de la papauté. Avignon et le Comtat forment deux entités distinctes. Depuis sa prise en mains par l’Église, le Comtat Venaissin est administré par un recteur. Les recteurs sont à l’origine les gouverneurs du Comtat ; ils siègent à Carpentras, la cité d’Avignon échappant à leur contrôle295. Ils peuvent être choisis parmi les ecclésiastiques ou les laïcs ; au xve siècle, ce sont surtout des clercs. Ils disposent de pouvoirs étendus en matière d’administration, de justice et de défense. Ils peuvent convoquer les nobles, prélats et communautés qui doivent le service de chevauchée, visiter les places fortes, les faire restaurer et approvisionner, ou les faire démanteler s’ils estiment qu’elles ne sont pas tenables. Pour les décisions importantes, ils doivent convoquer les représentants des trois états du Comtat Venaissin, qui se réunissent traditionnellement à Carpentras296. Les états forment un contrepouvoir important, car ils peuvent refuser les propositions du recteur, ce qui arrive assez fréquemment dans les années 1420 et 1430 quand il s’agit de lever des impôts pour solder des gens d’armes.

  • 297 En 1403, Benoît XIII a quitté Avignon pour la Catalogne ; Alexandre V, le pape du concile de Pise, (...)
  • 298 En 1433, Pierre de Foix est nommé légat dans les provinces d’Auch, de Toulouse, de Narbonne, d’Arle (...)
  • 299 L. H. de Labande, Avignon au xve siècle, p. 54-59.

90À partir de 1409, les papes, qui ne résident plus à Avignon297, instituent des vicaires pour le gouvernement temporel d’Avignon et du Comtat Venaissin. Le pouvoir de ces derniers se superpose à celui des recteurs, qu’ils peuvent dorénavant nommer eux-mêmes. En général, la fonction de vicaire, qui est temporelle, se voit doublée du titre de légat. Celui-ci confère à son possesseur de nombreux pouvoirs d’ordre spirituel sur le midi de la France, voire la France entière298 ; souvent, on ne nomme plus les vicaires que par ce titre de légat, le plus prestigieux des deux. Le vicaire-légat dispose de larges pouvoirs en matière de défense, les mêmes que ceux du recteur, mais étendus à la ville d’Avignon299 : il peut nommer des capitaines, lever des troupes pour défendre le Comtat d’une agression extérieure ou pour punir des rebelles, faire fortifier ou démanteler des places.

  • 300 A. Jamme, Les soudoyers pontificaux d’Outremont en Italie, p. 158-159. Guillaume de Penne, dans E. (...)

91La plupart du temps, la direction des armées pontificales est confiée à un évêque ou à un cardinal, même s’il arrive parfois qu’un laïc l’exerce. Les chroniques attestent que ces prélats ont souvent du mal à imposer leur autorité aux gens de guerre, en raison de leur manque d’expérience. À témoin, un long poème de la fin du xive siècle écrit par Guillaume de la Penne, qui a servi vers 1375 dans la compagnie bretonne de Sylvestre Budes dans les guerres en Italie centrale300, ou les Commentaires de Pie II, qui relatent la débandade des gens de l’évêque de Corneto en 1460.

92L’expérience militaire n’est donc pas le premier critère qui préside au choix de ces hommes pour mener les guerres pontificales. Une lettre d’Eugène IV, datée de mai 1432, le confirme. Le pape y annonce à Giovanni Vitelleschi, évêque de Recanati, sa nomination comme commissaire et lieutenant à l’armée de l’Église. Les troupes ont déjà été confiées à un chevalier, Jacques Caldera. En tant que représentant du pape, l’évêque a autorité sur ce dernier : il doit diriger l’armée selon ses conseils et ceux des autres capitaines. Le commissaire ecclésiastique a le droit de punir les désobéissants, mais ce pouvoir est limité par ceux du capitaine général. Ses fonctions et ses pouvoirs proprement militaires sont donc limités, car les capitaines laïcs assurent l’essentiel du commandement sur le terrain. Le pape explique ensuite pourquoi il est nécessaire qu’un prélat contrôle les chefs de guerre :

  • 301 Augustin Theiner, Codex diplomaticus dominii temporalis Sancti Sedis. Recueil de documents pour ser (...)

Nous estimons qu’il est utile et tout à fait décent de commettre à la direction de l’armée ecclésiastique une personne ecclésiastique, en particulier un prélat qui nous est fidèle, qui est prudent et expert dans les affaires, qui comprend nos desseins et notre volonté et les conseils de ceux qui nous assistent, qui les transmet à ceux à qui ils doivent l’être, afin que, comme nous l’espérons, nous parvenions rapidement à notre but301.

93L’action des légats et recteurs pontificaux dans les conflits autour d’Avignon est conforme à ces principes.

Les deux sièges du palais d’Avignon (1398-1399 et 1410-1411)

  • 302 Sur la soustraction d’obédience, voir Noël Valois, La France et le Grand Schisme d’Occident, 4 vol. (...)
  • 303 Martin Alpartil, Chronica actitatorum temporibus Benedicti XIII, éd. Franz Ehrle, Paderborn, F. Sch (...)
  • 304 Ibid., p. 16.
  • 305 AN, L 375, n° 12.
  • 306 Département des Bouches-du-Rhône, arrondissement d’Arles.

94Les deux guerres de 1398 et 1410 sont des conséquences du Grand Schisme. Le siège de 1398 est provoqué par la politique de soustraction d’obédience du royaume de France302, une orientation qui obtient l’approbation de la majorité des cardinaux d’Avignon. Pour manifester leur accord avec la cour de Paris, ceux-ci se retirent à Villeneuve-lès-Avignon, sur la rive droite du Rhône, c’est-à-dire dans le royaume de France. Benoît XIII ne se laissant pas impressionner, la situation débouche sur une épreuve de force : les cardinaux et le conseil royal, avec le soutien de la ville d’Avignon, décident d’assiéger le pape dans son palais. L’armée est constituée de la milice d’Avignon et de gens de guerre soldés ; elle est placée sous la responsabilité du cardinal Jean de Neufchâtel, qui est nommé gouverneur de la cité par le Sacré Collège. Investi de cette fonction, celui-ci s’installe au Petit Palais, à 200 mètres environ des tours des assiégés, ce qui le place à portée de tir de leurs engins. Quelques jours après, le 16 septembre, il parcourt les rues avec des attributs de chef de guerre (bâton de commandement, épée, bacinet), à la tête de 1 000 hommes d’armes selon les correspondants du marchand Datini. Il prend donc l’attitude d’un chef de guerre déterminé. C’est apparemment lui qui ordonne le bombardement du Palais le 29 septembre, au cours duquel le pape est blessé par un éclat de pierre303. Cependant, mis à part sa chevauchée dans les rues, le cardinal ne semble pas être intervenu personnellement dans les travaux de siège. Celui qui assure la direction effective des troupes est, aux yeux de tous les chroniqueurs, Geoffroy le Meingre, frère du maréchal Boucicaut. Il semble que Jean de Neufchâtel donne les ordres généraux, probablement après avoir réuni les capitaines en conseil, et que Boucicaut les fasse ensuite exécuter sur le terrain. Le rôle de ce dernier s’accentue encore par la suite, car, le 4 octobre, le cardinal meurt de la peste304 et ne semble pas être remplacé, les autres cardinaux restant à Villeneuve, sur la rive droite du Rhône. Ces derniers ont apparemment du mal à se faire obéir de Boucicaut : de sa propre initiative, le capitaine s’empare de deux cardinaux du Palais qui étaient venus négocier au nom de Benoît XIII, à la faveur d’une trêve, sous prétexte qu’un arbalétrier a tiré depuis la forteresse pendant les pourparlers. Les cardinaux de Villeneuve désapprouvent publiquement cette atteinte à la trêve et à l’immunité dont bénéficient habituellement les ambassadeurs305, mais cela n’empêche pas le capitaine de faire enfermer les prisonniers dans son château de Boulbon306.

  • 307 P. Pansier, op. cit., p. 21-25.
  • 308 Ibid., p. 23-24.
  • 309 Sur ces événements, voir N. Valois, op. cit., t. IV, p. 3-107.

95Il n’est pas lieu ici d’étudier la suite des péripéties de ce siège. Les sources découvertes jusqu’à présent ne révèlent rien du rôle que les cardinaux de Villeneuve ou d’autres prélats ont pu y jouer ; tout porte à croire que Boucicaut et ceux qui lui ont succédé comme capitaines ont exercé l’essentiel des responsabilités. Tout au plus faut-il évoquer la victoire apparente du roi de France et des cardinaux rebelles. Un premier accord avec Benoît XIII est conclu en mars 1399, faisant cesser les hostilités. Le palais reste encerclé jusqu’en mars 1403, date à laquelle la paix est conclue entre le pape et la ville, après que la France ait rendu son obédience à Benoît XIII307. Ce dernier est affaibli, mais il n’est pas vaincu. Dès 1403, il fuit Avignon pour se réfugier en Aragon, pays dont le roi lui reste fidèle jusqu’au concile de Constance308, tout en laissant une solide garnison au Palais, dont il fait renforcer les défenses. Benoît XIII conserve en outre le soutien des rois de la péninsule Ibérique, du roi d’Écosse et de certains grands seigneurs du midi de la France. La conscience fortement imprégnée des exemples des grands papes, il ne compte pas laisser les princes séculiers décider des affaires de l’Église. Dans un tel contexte, la paix ne dure que quelques années : dès 1406, la cour de France retire de nouveau son obédience au pape catalan. Cette fois, le succès est au rendez-vous, car de nombreux princes et ecclésiastiques adhèrent à la politique française. Par conséquent, en 1408, un grand nombre de cardinaux des deux curies organisent un concile à Pise pour élire un nouveau pape. C’est chose faite le 20 juin 1409 avec l’élection d’Alexandre V309. Dès lors, une nouvelle intervention armée en Avignon se prépare.

  • 310 P. Pansier, op. cit., p. 33 ; C. Faure, op. cit., p. 162 ; AD 84, C 5, fol. 29.
  • 311 J. Le Fèvre, Journal, t. I, p. 22, 26, 30 et 121.
  • 312 N. Valois, op. cit., t. II, p. 168.
  • 313 BnF, Ms. Fr. 20885, n° 18-28.
  • 314 P. Pansier, op. cit., p. 7-8.

96Le 10 juillet 1409, Alexandre V nomme le cardinal Pierre de Thurey (ou Thury) vicaire temporel à Avignon et dans le Comtat Venaissin, avec la charge d’en expulser les partisans du pape catalan310. Pierre de Thurey est avant tout un diplomate et un juriste ; il est docteur droit civil et droit canon. Il a été maître des requêtes de l’Hôtel du roi de France avant d’être nommé évêque de Maillezais en 1382, puis cardinal-prêtre du titre de Sainte-Suzanne en 1385. Conseiller important de Charles VI, il a négocié avec le pape et Louis d’Anjou (1382-1385) pour la succession de la Provence et du royaume de Sicile311. En 1390, Clément VII l’a nommé légat en Italie et l’a chargé d’accompagner le jeune Louis II pour son premier voyage à Naples312. En 1382 et 1383, il a été envoyé en ambassade auprès du roi des Romains, en Allemagne, en Espagne ; il a négocié avec les représentants du roi d’Angleterre. En 1384, il était chancelier du duc de Berry. C’est donc un prélat intimement lié à la cour de France313. En 1398, il a naturellement suivi la politique française de soustraction d’obédience ; il s’est tenu à Villeneuve pendant le siège du palais314. Enfin, en 1409, il s’est rendu au concile de Pise, où il a reçu sa charge de vicaire du nouveau pape Alexandre V. C’est donc un homme sûr, très lié à tous les promoteurs de l’expédition d’Avignon en 1410. De par sa formation et son expérience, il est aussi qualifié pour exercer des fonctions de gouvernement. C’est donc avant tout pour des raisons politiques qu’il a été choisi. Son manque, voire son absence d’expérience militaire n’a pas été considéré comme un handicap.

  • 315 Ibid., p. 33-38.

97Au début de l’année 1410, le cardinal et ses troupes sont prêts à entamer les hostilités. La campagne se déroule en deux phases : la première s’étend de février à fin avril 1410, avec l’entrée dans le Comtat des troupes du cardinal et la soumission de la plupart des villes et places fortes, apparemment sans combat ou presque. Les gens d’armes sont conduits par Randon de Joyeuse, que le cardinal a nommé capitaine général de ses troupes. Pierre de Thurey est aussi assisté par d’autres prélats, qui le représentent auprès des capitaines de gens d’armes, voire officient eux-mêmes comme capitaines en dirigeant certains détachements de l’armée. C’est le cas de Vital Valentin, évêque de Toulon, qui soumet la ville de Carpentras après deux semaines de négociations et la réunion des états du Comtat. C’est aussi le cas, surtout, de l’archevêque de Lyon Philippe, frère du cardinal, qui prend possession de la capitale du Comtat avec 500 cavaliers, avant d’entrer à Avignon à la tête d’un millier d’hommes quelques jours plus tard, le 30 avril 1410315.

  • 316 Bulle de nomination éditée dans C. Faure, op. cit., p. 222-224. Sur le Camérier François de Conzié, (...)

98De ce jour-là au 23 novembre 1411 s’écoule la deuxième phase de l’expédition, celle de l’interminable siège du palais. Pierre de Thurey meurt pendant les opérations (9 décembre 1410) ; il est alors remplacé par le camérier de l’Église, l’archevêque de Narbonne François de Conzié316. C’est lui qui obtient la reddition du palais, le 23 novembre 1411. Entre-temps, la guerre a pris une plus grande ampleur, car une expédition de secours a été envoyée par mer depuis la Catalogne. Il a fallu établir des gardes sur le Rhône et sur les côtes, en lien avec le sénéchal de Provence et celui de Beaucaire. Le rôle exact de l’archevêque dans ces événements n’est pas mieux connu que celui de son prédécesseur.

  • 317 Antoine Péricaud, Notes et documents pour servir à l’histoire de Lyon, 13 vol., t. II, Lyon puis Ro (...)

99Les sources éclairent un peu mieux les activités des prélats pendant ce second siège que pour celui de 1398. On sait qu’ils réunissent les états pour demander des subsides et des hommes, établissent des impôts, expédient des lettres aux villes du Comtat pour obtenir des renforts, demandent des pierres pour les bombardes à Lyon317, correspondent avec le sénéchal de Provence et la cour de France. Mais comment les décisions stratégiques et tactiques sont prises, quels sont les rapports entre les capitaines de gens d’armes et les vicaires, tout cela reste très mal connu. Tout porte à croire que les capitaines laïcs ont une autonomie assez large, et que les légats ne s’immiscent que peu dans les décisions proprement militaires. Les prélats décident de la guerre ou de la paix, dirigent les négociations avec les adversaires, nomment les capitaines et rassemblent les fonds nécessaires au paiement des troupes, les laïcs de leur côté se battent.

  • 318 H. Müller, Die Franzosen, Frankreich und das Basler Konzil, t. II, p. 598-618 ; Jules Chevalier, (...)
  • 319 Depuis 1275, les évêchés de Valence et de Die sont réunis et gouvernés par un seul évêque, qui sièg (...)
  • 320 Du moins parmi les prélats, car l’office de recteur a parfois été confié à des laïcs.
  • 321 H. Müller, op. cit., t. II, p. 599.
  • 322 La bataille a eu lieu près de La Motte-Chalancon (département de la Drôme, arrondissement de Die). (...)
  • 323 RSD, t. II, p. 398.

100Les activités du recteur du Comtat sont les mieux connues. Il s’agit de Jean de Poitiers318, évêque de Valence et de Die319 (1390-1447), puis archevêque de Vienne (1447-1450). Il est recteur une première fois de 1409 à 1425. Jean de Poitiers est l’un des seuls officiers pontificaux du Comtat320 à avoir eu une expérience militaire avant sa nomination comme recteur par Alexandre V en 1409321. Et encore, cette expérience n’est pas brillante. En 1395, il s’est ligué avec d’autres seigneurs de la région contre un groupe de nobles gascons qui traversaient la vallée du Rhône en revenant d’Italie. Mais ces derniers, bien que largement inférieurs en nombre, leur ont infligé une cuisante défaite : l’évêque, le comte de Valentinois, le prince d’Orange et la plupart des seigneurs de la région ont été faits prisonniers. Cet événement a eu un certain retentissement, et a fortement terni la réputation des vaincus322. Selon tous les chroniqueurs qui mentionnent cette bataille, les seigneurs de la vallée du Rhône ont été battus alors qu’ils disposaient d’une armée beaucoup plus puissante que celle des Gascons, parce qu’ils ont été négligents. Ils n’ont pas ordonné de guet à leur camp et ils ont été cueillis désarmés, au petit matin, par leurs adversaires plus entreprenants. Pour ajouter à leur honte, ils ne sont que peu battus ; le combat ne semble pas avoir été très meurtrier, et tous les grands seigneurs ont été pris323. L’évêque n’est ni plus ni moins responsable que les seigneurs laïcs qui l’accompagnaient, mais lui comme les autres passent pour des lâches et des incompétents aux yeux de toute la noblesse des pays voisins.

  • 324 Dont la principale possession est le comté de Valentinois. D’ailleurs, en 1411, le capitaine du siè (...)
  • 325 H. Müller, op. cit., t. II, p. 599.
  • 326 Charles Cottier, Notes historiques concernant les recteurs du ci-devant comté Venaissin, Carpentras (...)
  • 327 C. Faure, op. cit., p. 168-169 ; G. Butaud, Guerre et vie publique, p. 301-303 ; Monique Zerner, Le (...)
  • 328 J. Chevalier, op. cit., t. I, p. 454 et n. 1. Il apparaît ainsi dans sa bulle de nomination : « per (...)

101C’est donc peut-être plus pour son appartenance à la maison de Poitiers, une famille influente dans la vallée du Rhône324, que Jean de Poitiers a été nommé recteur une première fois en 1409. Toujours est-il qu’il se révèle un habile administrateur et négociateur, et qu’il semble très apprécié dans le Comtat325. Pendant le siège du Palais, le cardinal de Thurey le charge de visiter les forteresses du Comtat, de les faire pourvoir et réparer, ou de faire détruire celles qui ne sont pas défendables. Pendant l’automne 1410, il institue des capitaines dans toutes les places326. En 1414, il dirige en personne le siège de Malaucène, qui nécessite l’emploi de mines, de bombardes, qu’il fait venir du palais d’Avignon, de Carpentras et de sa ville de Die. L’opération paraît avoir été menée vigoureusement : elle commence un mois avant que le pape n’écrive au vicaire et au recteur de lever des subsides et gabelles pour le financer. Le siège dure deux mois, au bout desquels les assiégés se rendent par traité327. En 1418, Martin V renouvelle sa charge de recteur en invoquant son expérience dans les affaires spirituelles et temporelles328 ; il est certainement satisfait de sa conduite au siège de Malaucène, entre autres.

Le pape contre le concile : Pierre de Foix, Jean de Poitiers et la guerre de 1433

  • 329 F. de Grailly, « Révolte des Avignonais et des Comtadins contre le pape Eugène IV », dans Mémoires (...)
  • 330 H. Müller, op. cit., t. II, p. 601.

102Jean de Poitiers réapparaît ainsi lors de la guerre de 1433, qui est elle aussi liée aux affaires générales de l’Église. Elle est une expression du conflit de prééminence entre le pape et le concile de Bâle. L’affaire débute à la mort de François de Conzié, à la fin de l’année 1431. Le pape nomme pour le remplacer son neveu, Marco Condulmer ; mais celui-ci n’est du goût ni des Comtadins, ni du concile, ni du roi de France. Le 20 juin 1432, les pères de Bâle nomment de leur côté le cardinal Alphonse Carillo, un prélat très apprécié de Charles VII. Carillo est accepté sur les terres de l’Église, Philippe de Lévis, archevêque d’Auch, comme lieutenant sur le territoire d’Avignon329. Pour la charge de recteur, il a tôt fait de nommer Jean de Poitiers, évincé depuis 1425, et dont les Avignonnais réclamaient le retour330.

  • 331 Miguel Del Verms, « Chronique des comtes de Foix, en langue béarnaise », éd. J. A. C. Buchon, dans (...)
  • 332 H. Müller, op. cit., t. II, p. 475-486.
  • 333 HGL, t. IX, p. 1082-1085 et 1114-1115.
  • 334 H. Müller, op. cit., t. II, p. 486-492.

103Eugène IV, de son côté, ne peut accepter un vicaire nommé sans son accord, mais comprend aussi que son neveu n’a aucune chance de s’imposer. Il choisit alors le cardinal Pierre de Foix, vraisemblablement au mois d’août. Celui-ci se distingue avant tout par sa naissance et son expérience des négociations. De 1425 à 1429, il a été légat en Aragon, où il a travaillé à ramener les derniers partisans de Benoît XIII et de son successeur, Clément VIII, à l’obédience romaine331. Il connaît Avignon, où il a séjourné en 1418 ; et il y est apprécié, car, en 1423, il est le défenseur attitré des intérêts de la ville en cour de Rome. Sa fidélité envers le pape est à toute épreuve : dans les débats entre pape et concile, il prend toujours le parti du souverain pontife. Il est aussi apparenté à Charles VII, qui le nomme son cousin ; mais, dans l’affaire d’Avignon, ce n’est pas le candidat du roi, dont la faveur va au concile et à Carillo en 1432332. Au moins, il est plus acceptable que le premier choix du pape, le Vénitien Marco Condulmer. Et il est soutenu par une constellation de grands personnages. Il est d’abord le frère du comte Jean de Foix, l’un des plus grands seigneurs du midi de la France, qui est aussi lieutenant général du roi en Languedoc333, et qui peut donc lui assurer un puissant bras armé. Il est aussi appuyé par Louis III d’Anjou, toujours soucieux de conserver la bienveillance du pape pour pouvoir remettre la main sur le royaume de Sicile, et enfin par l’évêque de Laon, Guillaume de Champeaux, qui est aussi gouverneur des finances royales en Languedoc, ainsi que Tanguy du Châtel et Jean Louvet, des hommes hautement influents auprès des rois de France et de Sicile. Une telle situation explique que Charles VII n’ait apporté aucune aide au cardinal Carillo et à ses représentants334.

  • 335 Ibid., t. I, p. 462-466.
  • 336 Puis de Tarbes (1440-1461).
  • 337 Auparavant évêque de Montauban.
  • 338 Puis de Saint-Pons de Thomières (1434-1463), où il doit affronter pendant plusieurs années Isarn Az (...)
  • 339 Transféré à Cavaillon (1433-1436).
  • 340 Ils sont cités par une lettre des syndics d’Avignon au concile de Bâle éditée dans E. Martène, U. D (...)

104Au mois de mars 1433, pendant que Pierre négocie avec la ville d’Avignon, le Comtat et Carillo, son frère le comte lève une armée. Cinq évêques et deux abbés l’accompagnent : l’évêque de Laon335 ; Roger de Foix-Castelbon, évêque d’Aire (1423-1440)336 ; Géraud Faydit, évêque de Couserans (1425- 1439)337 ; Géraud de la Briçoigne, évêque de Pamiers (1430-1434)338 ; Jean de la Roche, évêque de Bethléem (1428-1433)339 ; Guillaume Gordin, abbé de Lézat, et un autre abbé dont le nom est inconnu340.

  • 341 La lettre est éditée dans E. Martène, U. Durand, Amplissima collectio, t. VIII, col. 592-593.

105Ces prélats ne sont pas armés et ne se battent pas, mais cela ne les empêche pas de jouer un rôle peut-être important dans le succès de la campagne. Les syndics d’Avignon racontent que devant chaque ville, les seigneurs de Foix procèdent de la même manière : les prélats se rendent devant les remparts pour parlementer ; ils commencent par exhorter les habitants à être fidèles au pape, par dénoncer les atteintes du concile à la plénitude de son pouvoir. Ce groupe d’évêques entoure l’armée d’une aura religieuse, et persuade ceux qui le voient que de nombreux prélats soutiennent la cause du pape et du cardinal de Foix. Il est aussi probable que leur présence rassure les habitants du Comtat, les hommes de Dieu paraissant moins brutaux que les gens de guerre. Si leurs exhortations ne suffisent pas, ils se font plus menaçants : ils vouent ceux qui s’opposent au pape à la damnation éternelle et les avertissent que les gens d’armes vont piller et détruire leurs maisons, leurs champs et leurs vignes341. Les menaces sur les âmes sont-elles aussi efficaces que celles qui pèsent sur les biens, rien ne permet de l’affirmer ; mais il n’est pas téméraire de penser qu’elles aient profondément touché certains esprits. Quant aux dévastations des terres agricoles, elles appartiennent aux méthodes de guerre habituelles.

  • 342 J. Quicherat, « Rodrigue de Villandrando », dans Bibliothèque de l’École des Chartes, t. I, 1844, p (...)

106Pour faire face à la maison de Foix, le concile ne dispose d’aucun soutien. Même le roi de France, qui pourtant s’était félicité de la nomination de Carillo, se refuse à intervenir. En février 1433, les pères de Bâle parviennent néanmoins à s’assurer les services de l’un des plus célèbres chefs de routiers, Rodrigue de Villandrando. Celui-ci se met en marche vers le Languedoc, et compte traverser le Rhône à Pont-Saint-Esprit, à la fin du mois d’avril. Mais le comte l’y a précédé, et il parvient à le repousser après quelques escarmouches. Rodrigue rebrousse chemin et remonte vers le Nord342. Il n’est plus d’aucun secours pour le Comtat, qui doit se défendre seul.

  • 343 AD 84, C 12, fol. 11-12 et 18.
  • 344 Ibid., fol. 16-23. Au sujet de la cavalcade dans le Comtat, voir M. Zerner, op. cit., p. 162-166.
  • 345 AD 84, C 12, fol. 7.
  • 346 Ibid., fol. 23.

107Pendant ces événements, l’évêque de Valence a plusieurs fois réuni les états du Comtat pour en organiser la défense. Philippe de Lévis a dû lui aussi prendre part aux préparatifs, surtout ceux de la ville d’Avignon. Cependant, les deux prélats ne parviennent pas à former une armée ni à établir une défense solide. La principale raison de cette défaite est la disproportion des moyens dont disposent les deux camps : l’armée du cardinal de Foix compte plusieurs milliers d’hommes, alors que le recteur peine à recruter des gens d’armes. Ses troupes ne peuvent qu’attendre leurs adversaires dans les places fortes, et n’ont que peu d’espoir de secours. Les garnisons, quand elles existent, n’ont d’ailleurs pas l’air d’être importantes. Jean de Poitiers n’est pas négligent, au contraire, mais il ne peut que difficilement faire mieux : dans les mois qui précèdent l’invasion, il rassemble trois fois les états du Comtat Venaissin. Il a tenté de trouver un accord avec le comte de Foix, puis, après l’échec des négociations, il organise la défense. Il est conscient que le Comtat sera difficile à défendre, car il ne compte que peu de places véritablement fortes, dont beaucoup ne sont pas pourvues du nécessaire pour tenir un siège343. Les états aussi proposent de mettre le Comtat en état de défense, d’édicter des lettres « rigorosas et formidabiles » pour contraindre tous les habitants à faire bonne garde et à contribuer aux préparatifs de guerre. Mais cette apparente résolution n’est peut-être pas si sincère, car bientôt les députés refusent d’établir l’aide que l’évêque réclamait pour prendre des gens d’armes à sa solde. Leur représentant, Guillaume des Baux, dit que si la défense ne suffit pas, le recteur peut demander aux barons, nobles et communautés les services de chevauchée accoutumés344. Si nécessaire, un délégué peut être envoyé au concile de Bâle pour demander des secours. Un autre sujet provoque un désaccord entre le recteur et l’assemblée : Jean de Poitiers explique que l’imminence de la guerre ne lui permet pas de convoquer les états régulièrement pour continuer à organiser la défense, et demande en conséquence que l’on nomme des délégués aux pouvoirs étendus avec lesquels il pourrait correspondre régulièrement. Là aussi, les états refusent d’accepter ce qui peut ouvrir la voie à une réduction de leurs droits et privilèges au profit du recteur. Ils craignent que les recteurs ne prennent l’habitude de gouverner sans les réunir, que cette pratique présentée comme exceptionnelle ne devienne la norme. Ils ont exprimé publiquement cette crainte quand, à la fin de l’année 1432, ils ont accepté de nommer des délégués pour conseiller le cardinal Carillo345. Finalement, seul un subside de 1 000 florins est voté, les autres demandes de l’évêque étant toutes rejetées346.

  • 347 Dans son testament, le cardinal Pierre de Foix dit avoir payé toutes ses troupes sur ses propres fo (...)
  • 348 Autre exemple : en 1427, 50 hommes d’armes sont levés à 15 florins par mois chacun, ainsi que 50 ar (...)

108Dans ces conditions, le recteur ne peut pas faire face à la situation. D’après une lettre écrite en mai par les syndics d’Avignon au concile, le comte de Foix aurait eu une armée de 2 000 cavaliers et 200 piétons347. En mars, on ne le sait pas encore dans le Comtat, mais on doit bien se douter que le comte est capable de lever une force imposante. Le subside accordé est très insuffisant ; en comparaison avec ce qui a été payé pour la guerre des Catalans de 1410-1411, il fait pâle figure. En 1411, rien que deux cents hommes d’armes engagés pour trois mois en Provence ont coûté 8 000 florins. À ce tarif-là, 1 000 florins ne permettent même pas de lever cent hommes d’armes pour un mois348.

109Par conséquent, quand le cardinal de Foix entre dans le Comtat, au début du mois de mai, il ne rencontre presque aucune résistance. Bollène se rend après quelques heures de négociations, sans combat ; beaucoup d’autres villes suivent son exemple.

  • 349 E. Martène, U. Durand, Amplissima collectio, t. VIII, col. 592-593.
  • 350 AD 84, C 12, fol. 39 ; F. Baron, op. cit., p. 75.

110Face à l’urgence de la situation, la ville de Carpentras finit par prendre à sa solde un groupe de 200 hommes d’armes. Mais il est trop tard : le 12 mai, l’évêque les attend encore anxieusement ; or, le lendemain, l’armée du cardinal arrive devant Carpentras. L’évêque de Couserans harangue les défenseurs, des pourparlers sont entamés avec le recteur, Jean de Poitiers n’ayant pas de forces suffisantes pour résister, et l’exemple de Bollène ayant dû inspirer une partie des habitants. Le lendemain, la ville capitule349. À partir de ce moment, Jean ne semble plus mêlé à la guerre. Le cardinal confie la charge de recteur à son cousin, l’évêque d’Aire350.

  • 351 E. Martène, U. Durand, Amplissima collectio, t. VIII, col. 593.

111Dans la lettre qu’ils écrivent le 12 mai au concile, les syndics d’Avignon reconnaissent que l’évêque de Valence a fait ce qu’il a pu351. Il n’a pas été négligent, mais, sans argent, il n’avait simplement pas les moyens d’organiser une défense efficace. À partir du moment où Villandrando avait été repoussé, Pierre de Foix avait déjà gagné la partie. Plus qu’à la personne du recteur, la défaite du parti conciliaire est due aux faiblesses des institutions militaires du Comtat et au manque de volonté des états. Dans un tel contexte, sa connaissance des affaires militaires ne lui sert en fait à rien : tout se joue dans les négociations. Les vicaires, légats et recteurs n’endossent que rarement le rôle de capitaines parce qu’ils n’en ont pas les compétences, Jean de Poitiers n’en a pas l’occasion.

  • 352 F. Baron, op. cit., p. 72.

112Seule la ville d’Avignon offre une résistance sérieuse. Elle est bien fortifiée, bien préparée, a pris des gens d’armes à sa solde. Il faut deux mois de siège au comte de Foix pour la soumettre, du 15 mai au 8 juillet. Quelques autres localités résistent encore jusqu’au mois de juin, comme Mornas et Vaison. Pendant le siège, le comte de Foix loge à Villeneuve, comme l’avait fait le Sacré Collège en 1398 ou Pierre de Thurey en 1410. Le cardinal de Foix, quant à lui, réside au château de Fargues352, à environ cinq kilomètres à l’est d’Avignon. Il est donc plus éloigné du siège que son frère, qui se trouve à quelques centaines de mètres des remparts ; mais il reste assez proche pour pouvoir le visiter chaque jour ; en outre, chacun des deux frères loge d’un côté de la ville, Jean à l’ouest, Pierre à l’est. Le cardinal surveille donc peut-être l’un des côtés du siège.

  • 353 Ibid., p. 74-75.

113Quant à Philippe de Lévis, son rôle est certainement capital. L’archevêque s’oppose à toute conciliation avec le cardinal, et il est pour beaucoup dans la résistance d’Avignon, car ce n’est qu’après qu’il a été expulsé de la ville par une émeute, le 7 juillet, que les négociations sont entamées entre les assiégés et le cardinal353.

  • 354 Ibid., p. 87-88 ; H. Müller, op. cit., t. II, p. 530-531. Hugues de Theyssiac, évêque de Vaison (14 (...)
  • 355 F. Baron, op. cit., p. 93-95 et 110-111.

114D’autres événements de moindre importance ont lieu dans les décennies suivantes. Les pères du concile de Bâle, après la déposition d’Eugène IV et l’élection de Félix V (1439), tentent une seconde fois de s’emparer d’Avignon. Pendant l’été 1440, Pierre de Foix fait emprisonner l’évêque de Vaison et de Saint-Paul-Trois-Châteaux, qui est un Savoyard proche de Félix V, et accusé de comploter pour livrer Avignon à ce dernier. Cette mesure n’est pas superflue, car des gens d’armes savoyards exercent des courses dans le Comtat en 1440 ou 1441354. En 1443, Hugolin Alleman, chanoine d’Arles, et neveu du cardinal Louis Aleman, l’une des grandes figures du concile, organise un soulèvement armé dans les rues d’Avignon. Ses hommes arborent la bannière de Savoie et scandent le nom du pape Félix V. Mais ils n’obtiennent pas de soutien de la population, et le cardinal de Foix lance ses gens d’armes contre eux : ils sont vaincus, et plusieurs sont suppliciés par la suite. La répression des partisans du concile dure encore plusieurs années, elle est dirigée par l’évêque de Couserans. Par ailleurs, le cardinal doit faire face à plusieurs incursions de routiers, en 1437, 1443, 1444 et 1451. Dans ces cas-là, il préside en personne aux états pour organiser la défense ; une caisse pour la réparation des forteresses est créée. Mais, le plus souvent, le départ des gens de guerre est acheté. En 1444, par exemple, la caisse commune sert à payer Joachim Rouault355.

  • 356 G. Butaud, Guerre et vie publique, p. 351 ss.

115Après ces événements, Avignon et le Comtat Venaissin connaissent une paix relative, malgré quelques passages de routiers356. La longue légation du cardinal de Foix est une période de stabilité. Mais, quand celui-ci disparaît en 1464, les petits états pontificaux de Provence sont à nouveau l’enjeu d’une lutte de pouvoir, cette fois entre le pape et le roi de France, ainsi qu’entre les divers prélats qui en convoitent le gouvernement.

Avignon entre le roi et le pape (1464-1476)

  • 357 Le cardinal avait pris des précautions à ce sujet dans son testament : voir Testament du cardinal P (...)
  • 358 Et cardinal lui-même en 1476. En 1464, il est déjà clerc, mais ne semble pas posséder de bénéfice. (...)
  • 359 F. Baron, op. cit., p. 117-121 ; L. H. de Labande, Avignon au xve siècle. Légation de Charles de Bo (...)

116Les troubles sont déclenchés par la maison de Foix et les prélats de l’entourage du cardinal défunt. Comme ce dernier l’avait craint357, ses neveux réclament le paiement des arriérés dus au comte par la Chambre apostolique pour la guerre de 1433. Ses exécuteurs testamentaires occupent le palais avec des gens d’armes gascons. À leur tête se trouve Pierre le Jeune, le petit-neveu du cardinal358, avec un groupe de prélats : Jean de Foix, évêque de Dax, Geoffroy de Basilhac, évêque de Rieux, Jean Payer, évêque d’Orange ; ils sont soutenus par le recteur Roger de Foix, ainsi que par le comte Gaston : le chef des gens d’armes qui gardent le palais n’est autre que le sénéchal de Foix. Il ne s’agit pas que d’une affaire de famille et de dettes. Les enjeux sont plus importants : les Foix souhaitent que Pierre le Jeune soit à son tour nommé légat, et celui-ci a peut-être eu, à un moment, le soutien de Louis XI, qui espérait pouvoir consolider son influence sur la cité des papes ; en effet, avant la mort de son oncle déjà, Pierre le jeune écrivait au roi qu’il pourrait lui faire annexer la cité. L’occupation du palais dure plus d’un an. Les Foix évacuent le palais au début de l’année 1466, après des négociations, des menaces et des incidents, et surtout l’arrestation de Roger de Foix par le gouverneur nommé par le pape, Constantin Eruli. La situation n’a pas dégénéré en guerre, mais montre ce que les évêques de cette époque sont capables d’entreprendre quand il s’agit de faire valoir leurs intérêts personnels et familiaux, surtout quand ces intérêts sont liés à ceux des princes359.

  • 360 Ibid., p. 114-165 et 202-222.

117Un dernier conflit a lieu en 1476360. Il est plus grave que le précédent, mais pas aussi dur que ceux de la période conciliaire. Il s’agit, encore une fois, d’une rivalité entre deux candidats à la légation. Après la mort de Pierre de Foix, de longues négociations s’engagent entre le roi de France et le pape au sujet du choix d’un successeur. Le roi souhaite une personne sûre à sa frontière, tandis que le pape craint une annexion française. En 1472, Louis XI obtient la nomination d’un personnage déjà évoqué plus haut, Charles de Bourbon, archevêque de Lyon ; en contrepartie, Louis et Charles jurent de rendre Avignon et toutes les places fortes du Comtat au pape si celui-ci le requiert. Malgré ces précautions, le conflit éclate au bout de quelques années. En 1476, pendant une absence de Charles, le pape Sixte IV, considérant que le poste est vacant et qu’il y a urgence à le pourvoir, nomme à sa place son propre neveu, le cardinal Giuliano Della Rovere. Celui-ci parvient à se faire accepter à Avignon, mais les hommes de l’archevêque de Lyon occupent toujours le palais. Della Rovere et les syndics d’Avignon y font mettre le siège, le troisième en moins d’un siècle.

118Charles de Bourbon et Louis XI, malgré leurs promesses, ne peuvent accepter ce qu’ils considèrent comme une trahison. Le roi fait lever une armée sous le commandement de deux frères de l’archevêque : Louis, amiral de France, et Pierre de Beaujeu. Charles les accompagne, de même que l’archevêque de Narbonne, Renaud de Bourbon. La puissance de leur armée terrorise toute la région, si bien qu’aucune résistance ne lui est opposée. Giuliano lui-même quitte Avignon pour entamer des négociations avec le roi. La ville est punie d’avoir abandonné le parti français : elle doit loger les troupes, toute son artillerie est menée au palais.

  • 361 Ibid., p. 204-206.

119Ici encore, il est bien difficile d’évaluer la part des prélats dans les opérations militaires. Du côté des Bourbons, elle paraît minime. Quant au cardinal Della Rovere, c’est bien lui qui donne l’ordre d’encercler le palais, d’arrêter et de faire torturer certains des partisans de Charles de Bourbon. Mais les mesures de mise en défense de la ville sont le fait des consuls361.

120La situation est donc la même que lors des autres conflits autour d’Avignon. Ceux-ci impliquent toujours un certain nombre de prélats, dont beaucoup sont du royaume de France. Ce sont surtout des évêques du Midi ou des proches du roi de France. Certains jouent un rôle important dans l’organisation des opérations, quelques-uns accompagnent les troupes, mais le commandement effectif en est toujours confié à un capitaine laïc. Parmi les ecclésiastiques, seul Jean de Poitiers a l’image d’un homme de guerre, et il n’est pas du royaume, l’évêché de Valence relevant de l’Empire. Autre trait caractéristique, le Comtat n’est jamais en mesure de faire face à une menace sérieuse. En 1398, 1410, 1433 ou 1476, la plupart des localités se rendent sans combat ou presque, choisissant le parti du plus fort. Seule la cité d’Avignon, ou, à défaut, l’inexpugnable palais pontifical, est en mesure de retenir les envahisseurs longtemps. Les terres d’Église paraissent donc bien mal préparées à la guerre.

121Dans l’autre domaine de son activité militaire, celui de la croisade, l’Église romaine n’a pas plus de succès. Malgré de réels efforts pour mettre sur pied une entreprise de grande envergure contre le sultan ottoman, les papes du xve siècle ne parviennent pas à mobiliser les princes ni les prélats, qui sont pourtant sollicités.

Les prélats français et la croisade au XVe siècle

122Une fois le schisme éteint, les efforts des papes se portent vers la guerre sainte, contre les hérétiques hussites de Bohême, puis contre les Turcs ottomans dont l’empire s’étend dans les Balkans. Bien qu’aucun prince ou prélat français ne soit parti en croisade au xve siècle, ce thème mérite d’être évoqué ici, car certains évêques français ont prêché la croisade auprès des princes, et d’autres se sont même préparés à y aller dans les années 1450.

Les modèles : une vocation traditionnelle de l’épiscopat français pour la guerre sainte

  • 362 James A. Brundage, « Adhémar of Le Puy : the bishop and his critics », dans Speculum, t. XXXIV, 195 (...)
  • 363 Abbé de Mangin, Histoire ecclésiastique et civile, politique, littéraire et topographique du diocès (...)
  • 364 P. Anselme, op. cit., t. II, p. 145.
  • 365 Ibid., p. 154.
  • 366 Recueil des historiens des Gaules et de la France, 24 vol., t. XX, éd. M. Bouquet puis L. Delisle ( (...)
  • 367 Voir notamment HGL, t. VI, p. 284, 287 et 530, et Marie-Humbert Vicaire, « Les clercs de la croisad (...)
  • 368 Il se croise en 1188 (Rigord, « Gesta Philippi Augusti », dans Œuvres de Rigord et de Guillaume Le (...)
  • 369 FEG, t. III, p. 157.
  • 370 FEG, t. XIII, p. 104-107.
  • 371 GEA, t. II, p. 322-328.

123La présence des évêques à la croisade peut être considérée comme traditionnelle. Aux xiie et xiiie siècles, la participation de l’épiscopat aux guerres saintes a été très fréquente, et même normale, dans le sens où des évêques ont accompagné toutes ces expéditions. Dans ce domaine, les Français ne sont pas en reste, loin de là. Dès la première croisade, le pape Urbain II (1088-1099) a nommé un légat chargé de le représenter auprès des princes, de veiller à ce que le déroulement des opérations se fasse dans le respect de ses volontés et l’intérêt de l’Église. Ce légat était l’évêque du Puy, Adhémar de Monteil (1077-1098). C’était déjà un personnage martial, qui se distingua en conduisant les troupes, et surtout en portant la Sainte Lance devant les combattants à la bataille d’Antioche (1098)362. En plus des légats, dans toutes les expéditions, d’autres évêques ont participé pour assurer le service religieux, comme conseillers et comme combattants. L’évêque de Langres, par exemple, est parti avec Louis VII en 1147363 ; l’un de ses successeurs a suivi Philippe Auguste en Palestine364, un autre est mort pendant la croisade de Louis IX en Égypte, en 1250365 ; un quatrième enfin a accompagné le même roi au siège de Tunis, avec l’archevêque de Reims, en 1270366. La croisade contre les cathares, moins lointaine, en attire un plus grand nombre encore : plusieurs dizaines d’entre eux s’y rendent entre 1209 et 1229367. Certains sont particulièrement assidus : Philippe de Dreux se croise trois fois368, mais il n’est pas le seul. Humbert de Hauvillers, archevêque de Reims, fait de même : il se rend deux fois en Languedoc, en 1209 et 1212, puis une fois en Orient, en 1218369 ; Guillaume Amanieu, archevêque de Bordeaux, mène deux expéditions contre le comte de Toulouse et les cathares (1209 et 1211), puis descend en Espagne pour y combattre le calife Al-Mansur (1212) et enfin s’embarque pour l’Égypte en 1218370. Certains participent aussi aux croisades lancées par les papes contre leurs ennemis chrétiens en Italie. Ainsi, en 1265-1266, l’évêque d’Auxerre, Guy de Mello, accompagne Charles d’Anjou à la croisade lancée contre Manfred de Hohenstaufen et combat à la bataille de Bénévent. Dans les Gestes des évêques d’Auxerre, il est dépeint comme un ardent prédicateur doublé d’un guerrier furieux371. Les prélats de cette époque montrent donc un fort enthousiasme pour la guerre sainte. Ils auraient pu constituer des modèles, mais les choses ont bien changé deux cents ans plus tard.

Contre l’Islam et l’hérésie hussite : les projets de croisade au XVe siècle

  • 372 Šmahel Frantiŝek, La révolution hussite, une anomalie historique, Paris, Presses universitaires de (...)
  • 373 Les archevêques de Mayence, Cologne et Trêves, les évêques de Spire, Würzbourg, Bamberg et Liège (T (...)
  • 374 Benjamin Weber, Lutter contre les Turcs : les formes nouvelles de la croisade au xve siècle, Rome, (...)
  • 375 B. Weber, op. cit., p. 56-57 ; D. Chambers, op. cit., p. 48-49.
  • 376 Ibid., p. 48.
  • 377 Jacques Paviot, Les ducs de Bourgogne, la croisade et l’Orient, Paris, Presses de l’Université de P (...)

124Au xve siècle, la croisade vise d’abord, entre 1418 et 1437, les hussites de Bohême. Cinq grandes expéditions sont organisées sous l’égide de légats pontificaux372. Les prélats d’Empire sont très sollicités par les papes Martin V et Eugène IV, et, de fait, ils s’impliquent fortement : ils sont au moins trois archevêques et quatre évêques à partir en 1421373. Certains participent à plusieurs expéditions, comme les archevêques de Cologne et de Trêves. En outre, avec la progression des Turcs ottomans dans les Balkans, la croisade contre l’Islam redevient une préoccupation majeure de la papauté à partir des années 1440374. Des flottes sont envoyées en mer Égée, dont certaines sont financées par l’Église et menées par des cardinaux375. Des légats sont aussi envoyés en Europe orientale pour assister les princes directement menacés. Ce faisant, ils prennent des risques considérables : le cardinal Cesarini, légat auprès du roi de Hongrie, est ainsi tué à la bataille de Varna (1444)376. Dans ce cas encore, les cardinaux légats sont surtout des Italiens, avec quelques Espagnols, car les horizons politiques de la papauté ont changé depuis le xive siècle. Les ambitions des rois et autres princes français en Italie se heurtent à la politique du Saint-Siège, en particulier sur la question du royaume de Naples, et, à l’exception de Philippe le Bon377, ceux-ci ne montrent que peu d’intérêt pour la guerre sainte.

Des prélats français en retrait

  • 378 B. Chevalier, Guillaume Briçonnet, p. 397.
  • 379 G. Chastellain, t. III, p. 334 : « Mesmes cestui evesque avoit fait faire son harnois complet à int (...)
  • 380 Malte Prietzel, Guillaume Fillastre der Jüngere (1400/07-1473). Kirchenfürst und herzoglich-burgund (...)

125À l’image des princes, les prélats français ne participent pas directement à ces opérations ; certains seulement sont impliqués dans leur organisation. Ils rassemblent l’argent nécessaire, voire financent eux-mêmes des galères, comme Guillaume Briçonnet en 1501378. Les seuls à prendre la croix sont donc deux conseillers de Philippe le Bon, qui s’engagent à suivre leur prince dans son expédition contre les Turcs en 1454 : Jean Jouffroy, alors évêque d’Arras, et Guillaume Fillastre, évêque de Toul, qui sont tous deux nommés légats pour la croisade bourguignonne. Guillaume Fillastre entame de réels préparatifs, ce qui montre qu’il a « bon vouloir » de partir : il se fait fabriquer un harnois de guerre379, et achète armes et munitions pour équiper un contingent380. C’est donc en tant que capitaine et potentiellement combattant qu’il compte prendre part au voyage. En ce qui concerne Jouffroy, rien de tel n’est attesté, mais, d’après la suite de sa carrière, il est vraisemblable qu’il ait eu le même comportement.

  • 381 Yvon Lacaze, Un représentant de la polémique antimusulmane au xve siècle, Jean Germain, évêque de N (...)
  • 382 Marie-Thérèse Caron, Les vœux du faisan, noblesse en fête, esprit de croisade : le manuscrit 11594 (...)
  • 383 J. Paviot, op. cit., p. 207-231.
  • 384 David Aubert, Croniques et Conquestes de Charlemaine, 3 vol., éd. Robert Guiette, Bruxelles, Palais (...)
  • 385 Joseph Maria Gerardus Schobben, La part du Pseudo Turpin dans les Croniques et Conquestes de Charle (...)

126D’une autre manière, l’évêque de Chalon-sur-Saône, Jean Germain, qui est aussi le chancelier de l’ordre de la Toison d’or, participe ardemment à la promotion de la croisade. Il tient un discours en ce sens au chapitre de l’ordre en 1451, dans lequel il rappelle aux chevaliers que la défense de la foi est leur premier rôle ; il tente aussi, l’année suivante, de convaincre le roi Charles de prendre la croix, ou au moins de favoriser la croisade. Cet évêque est l’auteur d’un Dialogue entre un Chrétien et un Sarrasin, dans lequel il s’efforce de démontrer les « erreurs » de l’Islam381. La cour de Bourgogne baigne alors dans cette ambiance d’appel à la guerre sainte382. Les appels à la croisade et le vœu du faisan y inspirent la production de toute une littérature dont le but est de préparer les esprits à la lutte pour la foi chrétienne383. Cette production consiste en la copie d’ouvrages déjà existants, qui sont parfois mis au goût du jour, ou encore en la création d’œuvres nouvelles. Parmi celles-ci, les Croniques et conquestes de Charlemaine de David Aubert, présentées en 1458, sont d’un intérêt particulier384. Il s’agit d’une version réactualisée de la Matière de Charlemagne. Pour l’écrire, David Aubert a largement puisé dans la Chanson de Roland et dans le Pseudo-Turpin. Il ne s’est pas contenté de compiler la matière de ces textes, même s’il y reste fidèle : il y a aussi ajouté des éléments originaux, en lien avec les projets de croisade ou les débats au sujet de l’Église de son temps385. Surtout, ce texte fait une large part aux exploits de l’archevêque Turpin de Reims, le modèle du prélat croisé et chevaleresque, l’un des héros de la culture de cour médiévale.

  • 386 D. Chambers, op. cit., p. 69-71 ; B. Weber, op. cit., p. 60.

127On ne rencontre rien de tel à la cour du roi ou à celles des autres princes français. Charles VIII déclare bien, en 1494, qu’il compte prendre la croix une fois qu’il aura conquis le royaume de Naples, mais cela ne donne lieu à aucune production littéraire comparable à celles de la cour de Philippe le Bon, et encore moins à de réels préparatifs. Les évêques, quant à eux, ne déploient pas beaucoup d’efforts pour mobiliser les princes. Pourtant, le pape Nicolas V les sollicite alors pour leur participation à l’expédition, et Pie II fait de même en 1463, quand il décide de conduire lui-même la croisade avec ses cardinaux386. La culture de la croisade ne semble donc plus marquer fortement les esprits des prélats français du xve siècle. En 1396, déjà, aucun d’entre eux n’est parti avec Jean sans Peur.

  • 387 En 1562, par exemple, le cardinal-évêque d’Albi conduit ses troupes lors du massacre des protestant (...)

128Ainsi, seuls quelques évêques de la cour de Bourgogne, dans les années 1450, manifestent un intérêt réel pour la guerre sainte, et seuls deux d’entre eux se montrent véritablement prêts à y participer. Le contraste est grand par rapport au volontarisme des xiie et xiiie siècles. Dans ces années-là, les Français se sentent peu concernés par le sort des Balkans, pas suffisamment en tout cas pour le faire passer avant leurs propres problèmes. Dans les années 1560, quand les mouvements calvinistes et luthériens ont gagné du terrain au point de paraître menacer la prépondérance de l’Église catholique, quand les tensions confessionnelles se transforment en conflits armés, plusieurs évêques français participent activement à la lutte militaire contre les protestants387. Mais, au xve siècle, les prélats se battent plus volontiers pour leurs propres intérêts que pour la foi, qu’ils ne sentent pas encore si menacée.

Faire la guerre de sa propre autorité. Les guerres des prélats en tant que seigneurs

Des évêques dans les ligues nobiliaires (1465-1488)

  • 388 T. Basin, Histoire des règnes de Charles VII et de Louis XI (éd. J. Quicherat), t. IV, p. 395-403. (...)

129D’assez nombreux évêques, en effet, s’engagent dans les ligues nobiliaires de la seconde moitié du xve siècle, particulièrement sous le règne de Louis XI. Ils appartiennent presque tous à la noblesse et sont généralement apparentés aux principaux conspirateurs. Jules Quicherat, dans son édition des histoires de Charles VII et de Louis XI par Thomas Basin, a publié un rôle dressé en août 1482 par l’archevêque de Tours, chapelain de Louis XI, résumant les griefs que de nombreux évêques ont envers le roi. Il est suivi d’un autre rôle, dans lequel le roi répond point par point aux articles présentés par le prélat. Ces pièces dévoilent les divers actes de rébellion commis par les évêques de France sous le règne de Louis XI, notamment pendant la guerre du Bien public. Pas moins de huit évêques et archevêques sont mentionnés pour avoir prêté la main, d’une façon ou d’une autre, à diverses révoltes nobiliaires388. Certains d’entre eux n’ont usé que d’intrigues politiques : c’est le cas du cardinal Balue, et de Guillaume de Haraucourt, évêque de Verdun. D’autres ont fourni vivres et finances aux princes révoltés, comme l’archevêque d’Auch, parent et allié du comte d’Armagnac. D’autres encore ont commis des voies de fait contre le roi : en 1476, par exemple, alors que le duc de Bourgogne est descendu en Savoie, l’archevêque d’Embrun a fait arrêter des officiers royaux en Dauphiné. Deux évêques, enfin, sont accusés d’avoir pris les armes contre le roi.

  • 389 T. Basin, op. cit., t. IV, p. 401.
  • 390 Albert Rigaudière, Saint-Flour, ville d’Auvergne au bas Moyen-Âge. Étude d’histoire administrative (...)

130L’évêque de Saint-Flour, Antoine de Léotoing, est l’un d’eux. En 1465, pendant la guerre du Bien public, il aurait mis sa cité en état de rébellion, puis en aurait envoyé les clés à l’archevêque de Lyon, et s’en serait pris aux officiers et autres partisans du roi. Sa révolte aurait duré douze ou quatorze ans, jusqu’à ce que le roi fît prendre Saint-Flour d’assaut. Ce dernier déclare aussi que Léotoing a été « à la guerre pillart sur les champs […] devant qu’il fust bien longtemps389 ». Le texte ne révèle pas quand et dans quelles circonstances ces événements ont eu lieu. Il s’agit bien sûr d’une version orientée, à l’avantage du roi, dans laquelle l’accusé est particulièrement chargé ; il ne faut pas la prendre pour argent comptant. La durée de la rébellion, premièrement, paraît peu crédible. Il est impensable que le roi ait toléré une révolte si longtemps. En fait, une série de conflits l’ont opposé à la cité de 1465 à 1479 ; il a réagi en envoyant des députés sur place, puis en nommant un capitaine pour contrôler la ville, mais il ne semble pas que celle-ci ait été prise d’assaut comme le suggère sa réponse à l’archevêque de Tours ; l’intimidation a dû suffire à convaincre les bourgeois d’ouvrir leurs portes390. La durée totale de ces événements, par contre, est bien de quatorze ans.

  • 391 Ibid., p. 200.
  • 392 AN, JJ 205, fol. 61 v.
  • 393 L. Chaludet, op. cit., t. I, p. 239 et 243-246.
  • 394 Véronique Julerot, « Y a ung grand désordre ». Élections épiscopales et schismes diocésains sous le (...)

131Le rôle que l’évêque a réellement joué dans ceux-ci reste obscur. Son temporel est saisi une première fois à la fin de l’année 1465, alors qu’un commissaire royal enquête sur une conspiration qui avait eu pour but de livrer la cité au comte d’Armagnac391. En janvier 1479, le roi lui accorde une lettre de rémission et le retient comme conseiller392. Il est alors à Paris en résidence surveillée, et son temporel a été confisqué de nouveau. Cette grâce ne règle pas totalement le sort de l’évêque : en effet, son temporel ne lui est rendu qu’en juillet 1482, après qu’il a prêté un nouveau serment de fidélité à Louis XI393 ; dans la réponse du roi aux articles de l’archevêque de Tours, qui est datée, rappelons-le, d’août 1482, il apparaît d’ailleurs que l’évêque et le roi ne sont pas encore réconciliés. On peut se demander si la rémission a été effectivement accordée en 1479, et si le titre de conseiller accordé n’était pas un moyen pour le roi de continuer à garder l’évêque sous surveillance tout en paraissant avoir gracié son prisonnier. Quoi qu’il en soit, Antoine de Léotoing meurt à Paris, au couvent des Augustins, le 4 novembre 1482394.

  • 395 T. Basin (éd. J. Quicherat), t. IV, p. 402.
  • 396 CRHB, t. I, p. 202 ; Jean Masselin, Journal des états généraux de France tenus à Tours en 1484 sous (...)

132Autre évêque accusé de s’être armé contre le roi, Charles de Luxembourg, évêque de Laon (1473-1509), fils du connétable de Saint-Pol. Malgré sa dignité et son origine sociale élevée, il reste très peu connu, car les sources le concernant sont rares. Son influence politique a probablement été assez faible. On sait par la lettre de Louis XI déjà citée qu’en 1475, il dirigeait la garnison laissée par son père à Saint-Quentin, et qu’il y fut pris par les gens du roi lorsqu’ils s’emparèrent de la ville395. Toujours d’après la lettre, le roi lui a interdit l’accès à sa cité épiscopale et l’a confié à la garde de l’un de ses fidèles, Jean de Bilhères-Lagraulas, évêque de Lombez et abbé de Saint-Denis, qui avait pour mission de le pousser à résigner son évêché. Le roi ne peut lui faire confiance, car ses frères, qui possèdent des terres en Picardie, en Flandre et en Hainaut, sont vassaux du duc de Bourgogne : en cas de guerre, l’évêque serait tenté de leur ouvrir les portes de la ville, qui est « l’une des plus fortes du royaume ». Mais Luxembourg refuse de céder son évêché, parvient apparemment à s’enfuir, puis à rejoindre ses frères en terre d’Empire. La paix d’Arras (23 décembre 1482) lui permet de revenir dans son diocèse ; cependant, il ne semble pas encore véritablement rentré en grâce car, en 1484, il se plaint aux états généraux de Tours que certaines de ses terres ne lui ont pas été rendues396.

  • 397 Estienne Médicis, Le livre de Podio ou Chroniques de Estienne Médicis, bourgeois du Puy, 2 vol., t. (...)
  • 398 T. Basin, Histoire de Louis XI, t. I, p. 206-208.
  • 399 J. Maupoint, Journal, p. 98-99.

133Les chroniques en dévoilent encore quelques autres cas non mentionnés par la lettre de 1482. La participation de Charles de Bourbon au Bien public a déjà été évoquée. L’oncle de ce dernier, Jean, évêque du Puy, est lui aussi impliqué. Avec l’aide de ses vassaux, il tente de s’assurer le contrôle de la ville du Puy, et met ses châteaux en état de défense. Mais le sénéchal de Beaucaire fait échouer ses plans : il maintient la cité dans l’obéissance du roi, puis met le siège devant la forteresse épiscopale d’Espaly, qui lui résiste quelques jours ; l’évêque ne la défend pas en personne, cependant, car pendant ces événements, il est à Mercœur, dans l’actuel département de Haute-Loire397. Autre prélat impliqué, Louis d’Harcourt, évêque de Bayeux (1460-1479) et patriarche de Jérusalem, qui livre la ville de Rouen au duc de Bourbon, un événement capital qui affaiblit le roi au point de le pousser à négocier avec les princes, ce qui précipite la fin de la guerre398. Pendant l’hiver 1465-1466, il occupe toujours la capitale normande avec ses alliés. Tous sont finalement chassés de la ville par une émeute à l’approche de l’armée royale399.

  • 400 P. de Commynes, t. I, p. 117.
  • 401 Jean de Haynin, Les mémoires de messire Jean, seigneur de Haynin et de Louvegnies, 1465-1477, 2 vol (...)
  • 402 J.-M. de La Mure, Histoire des ducs de Bourbon et des comtes de Forez, p. 206-212.
  • 403 Édouard Garnier, Louis de Bourbon, évêque prince de Liège (1455-1482), Paris, Dumoulin, 1860, p. 13 (...)

134Après 1465, des évêques continuent à assister le duc Charles de Bourgogne dans ses guerres contre le roi. En 1468, deux évêques d’Empire rejoignent son armée en Picardie. Ce sont tous deux ses cousins : Louis de Bourbon, évêque de Liège (1456-1482)400, et Jean-Louis de Savoie, évêque de Genève (1460-1482)401. Le premier est le frère cadet de l’archevêque de Lyon. C’est un véritable pion bourguignon en terre d’Empire : neveu de Philippe le Bon, il a été éduqué à sa cour et lui doit son siège épiscopal402. Il sert encore le duc de Bourgogne dans d’autres conflits : outre la campagne contre Louis XI, qu’il abandonne à la nouvelle de la révolte de ses sujets, il se rend aussi au siège de Neuss en 1475403.

  • 404 Guillaume de Jaligny, Histoire de plusieurs choses mémorables advenues du règne de Charles VIII roy (...)
  • 405 G. de Jaligny, p. 15 ; L. de Lacger, Louis d’Amboise, p. 42-44.

135Enfin, quelques évêques sont impliqués dans la Guerre folle de 1485-1488 : Georges d’Amboise, qui n’est alors qu’évêque de Montauban, et Geoffroy de Pompadour, évêque de Périgueux, sont ainsi arrêtés en 1487404, car ce sont tous deux des conseillers proches de Louis d’Orléans, l’un des principaux rebelles. Quant à Louis d’Amboise, mécontent parce qu’on lui a retiré sa lieutenance en Languedoc pour la rendre à l’évêque du Puy, il est assez avisé pour aller se mettre en sécurité à Avignon405. Mais tous ces prélats n’ont en fait aucun rôle militaire marqué dans ce conflit, qui est par ailleurs bien moins violent que ceux du règne de Louis XI.

Schismes locaux et « voies de fait »

  • 406 HGL, t. XI, p. 113-115.

136Cela ne signifie pas pour autant qu’ils aient renoncé à la violence pour faire valoir leurs intérêts. Au même moment, ils sont nombreux à solder des troupes de gens d’armes et à fomenter des troubles dans diverses régions. Il est ici surtout question d’affaires de schismes, car celles-ci constituent presque la totalité des conflits dirigés par des prélats. Les guerres entre seigneurs, dont les enjeux sont la possession de terres ou de droits seigneuriaux, sont devenues rares au xve siècle, du fait du renforcement du pouvoir royal ; il est encore moins fréquent qu’elles impliquent des ecclésiastiques. Un seul cas de guerre entre un évêque et un seigneur laïc a été recensé : celui de l’évêque de Castres, Jean d’Armagnac, contre Boffile de Juge en 1485. Le conflit a pour enjeu la moitié du comté de Castres, que l’évêque revendique comme héritage de son frère, le duc de Nemours, décapité sur ordre de Louis XI en 1477. Le comté a été confisqué par le roi, qui l’a ensuite donné à Boffile, l’un de ses hommes de confiance406.

  • 407 N. Valois, La France et le Grand Schisme, t. III, p. 448 n. ; HGL, t. IX, p. 993.

137Un autre cas enfin concerne une expédition de l’évêque du Puy-en-Velay, Élie de Lestrange, contre le château d’Espaly. Cette forteresse appartient au temporel de l’évêché du Puy ; comme toutes les autres possessions de l’évêque, elle a été confisquée par le roi pendant la soustraction d’obédience de 1398-1403, car Élie de Lestrange défendait publiquement la cause de Benoît XIII. Après la restitution d’obédience, Élie a obtenu la mainlevée sur ses biens ; mais il a relancé le conflit en refusant de lever l’excommunication qu’il avait lancée contre les officiers qui avaient procédé à la saisie. Le duc de Berry a alors fait mettre de nouveau ses châteaux « en la main du roy ». Dans ce contexte, l’évêque en est arrivé à la dernière extrémité : il a rassemblé une troupe de gens d’armes et l’a conduite à l’assaut d’Espaly. Qu’il ait planifié ou non de reprendre les autres châteaux de l’évêché, il n’en a pas eu l’occasion407. Le pouvoir royal, de plus en plus présent, réussit à imposer son arbitrage presque partout, si bien que les violences sont limitées et que la plupart des litiges se règlent en cour de justice.

  • 408 Ibid., p. 1000-1001.
  • 409 Ibid., p. 1018-1019.
  • 410 Gallia christiana, t. II, p. 534 ; FEG, t. VIII, p. 128 ; N. Valois, op. cit., t. IV, p. 197 n. ; A (...)
  • 411 BnF, Baluze 70, fol. 228 r – 229 r ; Le Midi et le Grand Schisme, p. 371 ; H. Müller, op. cit., t. (...)
  • 412 N. Valois, Histoire de la Pragmatique Sanction de Bourges sous Charles VII, Paris, A. Picard, 1906, (...)
  • 413 Jean-Louis Gazzaniga, L’église du midi à la fin du règne de Charles VII, 1444-1461, d’après la juri (...)
  • 414 Pierre Imbart de la Tour, Les origines de la Réforme, 4 vol., t. II, Paris, Hachette, 1905-1935, p. (...)
  • 415 V. Julerot, op. cit., p. 19-21.

138Il est bien plus fréquent que les prélats du xve siècle emploient la violence pour faire valoir leurs droits dans le cadre d’élections contestées. Les schismes diocésains et abbatiaux sont très nombreux, à tel point qu’il n’est pas possible de les répertorier tous. Souvent, ils ne sont connus que par les archives des procès qu’ils ont occasionnés ou par celles des localités touchées par les violences. De fait, ce vaste sujet ne peut être approché ici que de manière superficielle. Un certain nombre de ces schismes est attesté pendant la première moitié du xve siècle. Plusieurs d’entre eux sont la cause de violences armées entre les candidats : celui de Toulouse (1406)408, celui de Saint-Papoul (1412)409, celui de Limoges (1412-1426)410, celui de Rodez (1429-1431)411, celui de Langres (1436-1438)412, celui d’Albi (1434-1462), l’un des plus longs et des mieux connus. Les bulles de provision recensées par le père Eubel au début du xxe siècle et quelques mentions dans les chroniques suggèrent qu’ils ont été nombreux pendant le Grand Schisme, surtout aux marges des obédiences romaine et avignonnaise, c’est-à-dire dans le sud-ouest de la France et aux marges occidentales de l’Empire, en Lorraine en particulier. Ceux de la seconde moitié du siècle sont les mieux connus : Jean-Louis Gazzaniga les juge innombrables dans le Midi de la fin du règne de Charles VII413 ; Pierre Imbart de La Tour relève qu’entre 1444 et 1453, sept élections épiscopales sur une vingtaine sont disputées, et qu’entre 1462 et 1483 une soixantaine de procès concernant les bénéfices ecclésiastiques électifs sont portés au Parlement414. Enfin, dans une étude entièrement consacrée à ce sujet, Véronique Julerot n’en dénombre pas moins de 35 sous le règne de Charles VIII, qui est le plus court de la période avec une durée de quinze ans seulement415. Et encore, ce chiffre n’inclut que les évêchés, et pas les abbayes, couvents et prieurés, eux aussi très convoités.

  • 416 Honoré Fisquet, La France pontificale, 22 vol., t. VI, Paris, E. Repos, 1864-1873, p. 150-152.
  • 417 Jehan Nicolay, Kalendrier des guerres de Tournai (1477-1479), éd. F. Hennebert, Tournai, Malo et Le (...)

139Au total, une trentaine de schismes impliquant des forces armées ont été recensés. Près de la moitié d’entre eux se déroulent dans le dernier quart du xve siècle, mais il faut relativiser ce chiffre, qui est dû avant tout à une meilleure connaissance de la période, la seule pour laquelle il existe une étude spécifiquement consacrée à ce sujet. En ce qui concerne la répartition géographique, les schismes sont plus fréquents au sud de la Loire, en particulier en Languedoc, où ils sont aussi les plus longs et les plus violents. Cette particularité s’explique par l’éloignement du pouvoir royal et princier et la relative instabilité politique de ces régions. Des contestations ont bien lieu à Paris ou à Rouen, mais elles ne dégénèrent pas en lutte armée : personne n’oserait faire entrer des gens d’armes à Notre-Dame de Paris, à deux pas du Palais royal où siège le Parlement. De même, il est rare que l’on en vienne à des luttes armées au cœur de principautés fortes comme les pays bourguignons ou la Bretagne. Les schismes violents se déroulent donc avant tout dans les régions éloignées des centres de pouvoir princiers, ou déstabilisées, car, naturellement, la guerre favorise les divisions. Dans les territoires disputés, ce sont cette fois les princes qui tentent d’imposer leurs partisans sur les bénéfices ecclésiastiques qui viennent à vaquer. Ainsi, en 1418, les sièges de Sens et de Chartres sont tous deux convoités par un candidat bourguignon et un armagnac416. De même, en 1477, Louis XI et Maximilien de Habsbourg s’efforcent chacun de faire admettre leur candidat à l’abbaye de Saint-Amand417.

La violence armée pour s’emparer des évêchés ou abbayes

  • 418 AN, XIA 4798, fol. 338 r-v ; N. Valois, Histoire de la Pragmatique Sanction, p. xcvi-xcvii.

140La violence exercée dans ces conflits peut prendre plusieurs formes. Elle commence par des tentatives d’intimidation avant l’élection. Dans certains cas, des gens d’armes sont présents aux moments cruciaux comme la prise de possession solennelle du bénéfice, afin d’intimider les adversaires et de prévenir toute tentative de leur part. Il s’agit alors de mettre la main sur l’église dont la possession est contestée. Le conflit qui oppose Philippe de Gamaches à Jean Courtois pour l’abbaye de Saint-Faron de Meaux, en 1441, en est un exemple. Courtois est d’abord en possession de l’abbaye ; ce n’est pas assez pour impressionner Gamaches qui organise son entrée solennelle à l’abbaye, en procession. Pour préparer son arrivée, il a soin de se faire précéder par six hommes d’armes. Ceux-ci entrent à l’abbaye et se postent dans la salle capitulaire pour empêcher Courtois et les siens de l’occuper. Les gens de guerre menacent les moines, et l’un d’eux va jusqu’à s’asseoir dans la chaire abbatiale en attendant l’arrivée de Gamaches. Aucun coup n’est donné, sinon sur les serrures du cellier et les tonneaux de vin, car Courtois et les siens refusent de livrer les clés. Cette fois, la menace a suffi, car il n’y a pas eu d’opposition. Cependant, Courtois ne s’avoue pas vaincu : il se tient toujours pour l’abbé légitime, et intente un procès au Parlement, grâce auquel l’affaire nous est connue418.

  • 419 Au xve siècle, le roi prétend que tous les évêques du royaume sont sous sa protection et lui doiven (...)
  • 420 Jacques du Clercq, Mémoires, de 1448 à 1467, éd. J. A. C. Buchon, dans Choix de chroniques et mémoi (...)
  • 421 Héraut Berry, p. 400 ; C. Samaran, La maison d’Armagnac au xve siècle, p. 114 ss.

141Autre exemple, celui de l’évêché d’Arras, en 1453. Les deux candidats sont soutenus par un prince : Denis de Montmorency par le roi, Jean Jouffroy par Philippe de Bourgogne. Ici, l’enjeu est de taille. L’évêché d’Arras dépend théoriquement du roi, mais ses possessions sont enclavées dans le comté d’Artois, qui appartient au duc de Bourgogne. Or, Charles VII et Philippe le Bon n’ont jamais été en bons termes, même après la paix d’Arras. Philippe voit l’intrusion de Montmorency comme un danger : il souhaite placer un homme dont la fidélité lui est assurée sur le siège épiscopal. Que le Parlement de Paris ait donné raison au candidat de l’adversaire ne change rien à l’affaire. Le roi, de son côté, est soucieux de maintenir son droit sur Arras et sur les églises cathédrales du royaume419. Un jour, Denis de Montmorency envoie à Arras un procureur qui doit prendre possession de la cathédrale en son nom. Philippe le Bon est averti ; il poste un chevalier de son hôtel dans l’église pour en interdire l’accès au procureur. Devant les menaces, celui-ci a tôt fait de rebrousser chemin. Ce coup de force permet finalement à Jouffroy de s’imposer420, car Charles ne veut pas tenter l’épreuve de force. Pour l’imposer, sans un appui solide du pape, il faudrait mener une expédition armée au cœur de l’un des domaines de Philippe ; mais le roi n’a aucun intérêt à entrer en guerre contre le duc de Bourgogne, et à ruiner ainsi les effets de la paix de 1435, résultats de nombreuses années d’efforts diplomatiques. À une époque où un débarquement anglais n’est pas improbable, c’est trop risqué. C’est une question de rapport de force : deux ans plus tard, quand il s’agit d’imposer à Auch son candidat face à celui du comte d’Armagnac, Charles VII n’hésite pas à envoyer une armée en Gascogne, et même à faire saisir les domaines du comte421. Jean d’Armagnac n’a pas les moyens d’entretenir les mêmes ambitions que Philippe le Bon.

  • 422 HGL, t. IX, p. 1000-1001.
  • 423 HGL, t. XI, p. 27-28 ; Léon Ménard, Histoire civile, ecclésiastique et littéraire de la ville de Ni (...)

142Quand les deux candidats sont prêts à employer la violence, de telles affaires peuvent facilement dégénérer. Voici l’exemple de Toulouse, en 1406. Les biens de l’archevêché ont été saisis par les officiers royaux pour la durée du procès, afin que les deux rivaux ne se battent pas pour s’en emparer. Le procès doit déterminer lequel des deux prétendants a le meilleur droit. L’un des candidats, Pierre Ravat, ne se satisfait pas de ce statu quo et veut passer outre. Comptant sur le soutien de l’université de Toulouse et d’une grande partie du clergé et de la population locale, il fixe la date de son intronisation et se prépare à prendre solennellement possession de la cathédrale. Son adversaire, Vital de Castelmoron, et le procureur du roi, ne l’ignorent pas. Ils interjettent un appel à la décision de Ravat. Le juge mage de Toulouse et des sergents royaux se postent alors dans la cathédrale pour empêcher la cérémonie de se tenir. Prévoyant l’opposition, Pierre Ravat se prépare à passer en force. Il rassemble ses partisans, parmi lesquels se trouvent des chanoines et autres clercs, professeurs et étudiants de l’université locale, dont plusieurs sont armés. Avec eux, il marche sur la cathédrale, où il se heurte aux officiers royaux. Ses partisans tirent leurs dagues et leurs épées, si bien que l’église est bientôt souillée de sang : le juge-mage est blessé à mort, un sergent royal a le nez coupé422. À Nîmes, en 1453, des violences du même genre ont lieu : les chanoines qui ont élu Emmanuel Buade établissent une garnison dans le clocher de la cathédrale et sonnent le tocsin, ce qui provoque une émeute423.

  • 424 Lettres de Charles VIII roi de France, 5 vol., t. IV, éd. P. Pélicier, Paris, Renouard, 1898-1905, (...)

143Les assauts contre le palais épiscopal sont tout aussi fréquents, même plus : ils sont attestés à Limoges en 1415, à Narbonne en 1483, à Béziers en 1493, à Luçon en 1494, à Sarlat en 1495424.

144Autres enjeux des luttes : les villes, bourgs et châteaux du temporel de l’évêché. Leur possession assure de solides points d’appui, de même que le contrôle des seigneuries qui en dépendent et la perception des droits seigneuriaux qui y sont attachés. Dans les procès, les garnisons dispersées dans les forteresses du plat pays sont souvent mentionnées. Les assauts et échelades de châteaux ne sont pas rares.

  • 425 Émile Jolibois, « Bernard de Casilhac et Robert Dauphin se disputent le siège épiscopal d’Albi », d (...)
  • 426 E. Jolibois, op. cit., p. 275-277 ; J. Quicherat, Rodrigue de Villandrando, p. 198-201.

145Il s’agit là de véritables opérations de guerre ; certaines sont de plus grande envergure encore : elles vont jusqu’au siège de la cité épiscopale. Le siège d’Auch par les hommes du roi en 1455 est un cas exceptionnel, le seul de ce genre en France au xve siècle. Néanmoins, les plus puissants ou les plus déterminés des candidats aux dignités épiscopales sont capables, à leur mesure, de conduire de telles entreprises. Le schisme d’Albi qui est l’un des plus violents, en est l’exemple idéal425. Il oppose Robert Dauphin, de la famille des dauphins d’Auvergne, déjà évêque de Chartres, à Bernard de Casilhac. Le premier est soutenu par le roi et le duc de Bourbon, ses cousins. Le second se rend au concile de Bâle, où il est reconnu comme légitime et consacré évêque. Robert Dauphin se rend alors auprès du pape, qui ne peut que le soutenir puisqu’il est alors en conflit avec cette assemblée, et lui octroie son appui. Légitimé par le pape et protégé par le roi, Robert semble d’abord l’emporter, et s’installe à Albi. Mais Casilhac prépare sa revanche. Pendant l’été 1436, profitant d’une absence de Robert, Bernard de Casilhac fait prendre d’assaut le palais et les châteaux épiscopaux par ses frères et des nobles du diocèse acquis à sa cause, ainsi que les routiers de Mathurin de Cardaillac, qui portent la croix rouge des Anglais selon leurs adversaires. Rapidement, la cité est en son pouvoir. Les hommes de Casilhac sont nombreux et bien armés, et disposent de bombardes ; cependant, comme tout a un prix, il faut vendre une partie du trésor de la cathédrale pour les payer. Robert Dauphin, quant à lui, prépare sa riposte en s’assurant les services du terrible Rodrigue de Villandrando et de ses routiers espagnols. Bientôt, les gens d’armes de Rodrigue entrent en Albigeois, s’y établissent et lancent des courses dans la campagne. La cité est en état de siège ; Casilhac a fait raser les faubourgs pour faciliter la défense. Cela ne suffit pas : les habitants supportent mal de voir leurs champs et leurs vignes pillés par les soudoyers de Robert Dauphin, et finissent par ouvrir les portes. Rodrigue prend alors possession de la ville au nom de l’évêque Robert426.

  • 427 Ibid., p. 202 ; E. Jolibois, op. cit., p. 289.
  • 428 AN, XIA 4799, fol. 98 v – 99 r.
  • 429 AN, XIA 71, fol. 117 v – 119 v.

146Cette victoire ne suffit pas à faire plier Casilhac, qui s’est en effet réfugié à Cordes, tient toujours une partie des places fortes de l’évêché. Mais sa défaite paraît bientôt inévitable, car le roi intervient en faveur de Robert ; il charge les sénéchaux de Carcassonne, Toulouse et Rodez de le soutenir et d’enlever aux partisans de Casilhac toutes les localités qu’ils tiennent. En mars 1437, les sénéchaux, assistés des Espagnols de Rodrigue, prennent cette ville d’assaut ; Casilhac n’a que le temps de s’enfuir en chemise. Après le combat, le sénéchal de Toulouse défile dans les rues affublé de la chasuble épiscopale. À la suite ces événements, pendant l’été, les sénéchaux et les routiers s’emparent aussi des châteaux épiscopaux de Montirat et Combefa427. Les hostilités se poursuivent encore quelques années, sous la forme de courses et de pillages : en 1440 encore, les gens de Casilhac prennent du bétail devant Albi428. Pour éviter la poursuite des combats, le temporel de l’évêché est mis « en la main du roi » jusqu’à ce que l’affaire soit tranchée. Un arrêt du Parlement impose un arbitrage aux deux parties, sous peine de perdre le procès, et prévoit pour tout réfractaire une amende de 4 000 écus d’or429. Robert Dauphin, qui est en possession du siège, peut donc s’intituler évêque d’Albi et administrer le spirituel. Dès lors, il peut espérer le meilleur : il dispose des soutiens les plus puissants, et, sur le terrain, Casilhac est vaincu. Il peut effectivement jouir de l’évêché pendant quelque temps. Mais la compétition continue à Paris et à Rome ; après un procès interminable, les deux cours se prononcent définitivement en faveur de Casilhac, qui peut prendre possession de l’évêché à la fin de l’année 1461. La lutte a duré vingt-sept ans et a été ponctuée de plusieurs coups de théâtre. La victoire militaire de Robert n’a pas été décisive : elle lui a permis de se maintenir pendant plusieurs années sur le siège épiscopal, mais les effets en ont finalement été annulés par des décisions de justice. La mort des deux adversaires en 1462, moins d’un an après la fin du procès, met un terme définitif à cette affaire.

  • 430 Département de l’Ariège.
  • 431 À Pamiers, la cathédrale ne se trouve pas dans la cité épiscopale.
  • 432 Jules de Lahondès, Annales de Pamiers, 2 vol., t. I, Toulouse, Privat, 1882-1884, p. 300-301 et 304 (...)

147À Pamiers430, les hostilités sont tout aussi âpres. Elles ont moins de retentissement, car les candidats n’ont pas les moyens de ceux d’Albi, mais elles durent bien plus longtemps. Les premières violences attestées ont lieu en 1468. Elles opposent Mathieu d’Artigueloube à Pascal Dufour. Les habitants de Pamiers soutiennent majoritairement ce dernier, mais Artigueloube, entouré d’hommes armés, est bien décidé à faire valoir ce qu’il estime être son bon droit. Pendant l’été, ses gens agressent plusieurs habitants de Pamiers à la dague, la lance ou l’épée. Au cours d’une rixe, un clerc est tué. Puis, à partir de 1472, le conflit s’amplifie et prend une tournure plus violente. Cette année-là, Mathieu d’Artigueloube a des capitaines à ses gages ; selon les registres de la ville de Pamiers, il disposerait de plusieurs centaines de combattants. Bertrand de Roaix, l’un de ses capitaines, prend d’assaut le Mas-Saint-Antonin, une localité proche de Pamiers, où se trouve la cathédrale431. Une fois qu’il s’y est établi, ses hommes pillent les environs. Ils restent maîtres du Mas pendant près de deux ans, jusqu’à ce qu’ils partent se battre en Catalogne au printemps ou à l’été 1474432.

  • 433 Aujourd’hui La Tour-du-Crieu, département de l’Ariège, arrondissement de Pamiers.
  • 434 Ibid., p. 306 et 308.
  • 435 Ibid., p. 311 et 313.
  • 436 HGL, t. XI, p. 134.
  • 437 J. de Lahondès, op. cit., t. I, p. 320.
  • 438 Lieurac, département de l’Ariège, arrondissement de Foix.
  • 439 J. de Lahondès, op. cit., t. I, p. 332.
  • 440 Ibid., p. 357 et 363.
  • 441 Ibid., p. 366.

148Dès l’automne 1475, Mathieu d’Artigueloube reprend l’offensive. La fin de la guerre en Roussillon a certainement laissé nombre de gens de guerre désœuvrés, peut-être ceux qui occupaient le Mas l’année précédente, si bien qu’il peut à nouveau recruter des troupes. Ses gens s’emparent de la tour des Allemans433 et menacent même le château de Pamiers. Mathieu se prévaut d’un arrêt du Parlement de Paris en sa faveur, mais les syndics de la cité soutiennent toujours Pascal Dufour434. Il semble qu’il ait de nouveau occupé le Mas, puis l’ait abandonné vers 1477 ; mais il menace à tout instant de s’en emparer, car, en 1478, Dufour demande à la ville de lui fournir un canon et deux couleuvrines pour défendre le bourg435. Quoi qu’il en soit, les hostilités continuent. En 1483, le conflit est compliqué par l’éclatement de la guerre de succession de Foix. La princesse Madeleine de Viane soutient Pascal Dufour, Artigueloube de son côté s’entend avec Jean de Foix, vicomte de Narbonne. Les deux alliés se rendent mutuellement service : Mathieu vient en personne, avec des gens de guerre, au siège que les gens du vicomte tiennent devant le château de Foix436. Il s’empare ensuite de Pamiers, qu’il ouvre aux Narbonnais. Il semble aussi réoccuper le Mas Saint-Antonin, car, l’année suivante, les registres de la ville rapportent qu’il a été détruit par ses hommes437. Il est ensuite chassé, mais, en 1486, des gens de guerre au service du vicomte prennent la ville d’assaut ; quelques jours plus tard, ils sont expulsés par les troupes de la princesse… En quelques années, la ville de Pamiers et ses environs ont donc connu de multiples dévastations. L’intervention du parlement de Toulouse met provisoirement un terme aux hostilités, plutôt à l’avantage de Mathieu, car le siège de l’évêché est transféré à Lieurac438, que ses hommes occupent, et les revenus sont partagés en deux. Le conflit n’est toujours pas résolu ; il s’enlise même. En 1487, la mort de Pascal Dufour ne rétablit pas la paix, car le pape nomme à sa place un autre évêque, Pierre de Castelbajac, qui est accueilli à Pamiers en septembre 1488439. Les démarches auprès des tribunaux continuent. Artigueloube semble en effet avoir de solides appuis au Parlement de Toulouse, d’où il revient avec un nouvel arrêt en sa faveur en 1489. Mais les habitants de Pamiers se refusent toujours à le recevoir en leurs murs. Le pape, de son côté, n’admettrait à aucun prix sa légitimité : à la mort de Castelbajac, en 1497, un nouvel évêque est nommé : Guiraud Jehan. Artigueloube, qui a déjà survécu à deux compétiteurs, n’en démord pas. En 1499 et 1503, les registres de la ville signalent que des chanoines favorables à sa cause occupent le Mas-Saint-Antonin entourés de gens d’armes440 ! Parallèlement, le conflit entre les héritiers de la maison de Foix continue par intermittence. C’est finalement ce qui apporte la victoire à Mathieu, en 1506. Cette année-là, Louis XII tranche l’affaire en faveur du vicomte de Narbonne. Ce faisant, il compte aussi satisfaire l’allié de ce dernier, le terrible candidat à l’évêché de Pamiers. Le pape Jules II, qui est alors en bons termes avec le roi de France et cherche à obtenir de lui l’abolition définitive de la Pragmatique Sanction, reconnaît Mathieu d’Artigueloube comme évêque légitime de Pamiers441. Après une lutte de presque quarante ans, celui-ci sort vainqueur. Il a été servi par des événements sur lesquels il n’avait aucune prise ; mais, indubitablement, la lutte armée qu’il a menée avec acharnement lui a permis ce résultat. S’il n’avait pas fait autant de bruit, il aurait fini par être oublié.

149Si ces deux schismes, celui d’Albi et celui de Pamiers, se démarquent par leur ampleur et leur durée, ils sont semblables à beaucoup d’autres par les méthodes employées. Dans la plupart des cas, les archives signalent des garnisons, souvent des deux côtés : à Limoges entre 1415 et 1426, à Rodez en 1429-1431, à Cahors en 1496…

  • 442 L. Ménard, op. cit., t. III, p. 215 et 219.
  • 443 HGL, t. IX, p. 1000-1001.

150Les forces dont disposent les protagonistes sont variables. Les violences sont quelquefois commises par des personnes qui normalement ne combattent pas, y compris des clercs. À Nîmes, en 1453, elles sont déclenchées par des chanoines, et ceux-ci sont rapidement aidés par des habitants de la cité. En 1455, trois chanoines sont jugés pour avoir commis des violences : ils sont consignés au cloître et leurs armes sont confisquées442. À Toulouse, en 1406, des chanoines, des religieux, des écoliers et des professeurs participent au coup de force de Pierre Ravat443. Mais ces groupes ne fournissent pas des forces solides, capables d’agir sur la durée. Ces émeutes sont sans lendemain, ceux qui les ont fomentées ne parviennent généralement pas à rester longtemps en possession de leur siège. Seuls ceux qui peuvent s’offrir les services de véritables gens de guerre sont capables de constituer une opposition solide. Ce sont, sauf exception, des nobles. Ils reçoivent souvent l’aide de seigneurs locaux, leurs parents et alliés. Ces hommes constituent une force plus efficace que les chanoines et artisans nîmois ou les étudiants toulousains, et ils forment des bandes armées et aguerries, plus difficiles à sanctionner pour les agents du roi, et encore, quand ceux-ci ne sont pas eux-mêmes partisans d’un candidat.

  • 444 Terme couramment utilisé dans le dernier quart du xve siècle. Selon A. Pastor, Libellus, p. 255, il (...)
  • 445 J. Quicherat, Rodrigue de Villandrando, p. 143-144 ; E. Jolibois, op. cit., p. 276.

151Des mercenaires, hommes d’armes et lacays444, sont attestés à plusieurs reprises. Le cas le plus spectaculaire est celui d’Albi, d’autant plus que Rodrigue de Villandrando a menacé le Languedoc quelques années plus tôt. Là encore, les relations de parentèle ont joué : en 1432, Rodrigue de Villandrando épousait une fille bâtarde du duc Jean de Bourbon, lui-même un cousin de Robert Dauphin445. La richesse de l’église d’Albi aussi, certainement, car il faut bien payer les routiers.

  • 446 J. de Lahondès, op. cit., t. I, p. 305-306. En août 1474, Mathieu d’Artigueloube se fait même donne (...)
  • 447 Ibid. Un capitaine écossais du nom de Palhan est mentionné en 1472 avec un nommé Bertrand de Roaix, (...)
  • 448 E. Jolibois, p. 275. Les Casilhac auraient tiré 5 000 écus d’or de la vente des objets précieux de (...)
  • 449 J. de Lahondès, op. cit., t. I, p. 305.
  • 450 M. Harsgor, op. cit., t. IV, p. 2452.

152La proximité d’une région en guerre facilite encore le recrutement. En 1474-1475, Mathieu d’Artigueloube emploie des gens de guerre qui combattent aux gages du roi en Roussillon, et reviennent à son service quand les trêves sont conclues446. Il emploie un capitaine écossais, et même des Aragonais, alors que les rois de France et d’Aragon sont en guerre447. Les gens de guerre désœuvrés sont trop heureux de louer leur épée à qui peut les payer. Pour les rémunérer, certains en arrivent à des expédients coûteux. On leur assigne une part des revenus de l’évêché, comme Robert Dauphin le fait pour Villandrando, on fait vendre le contenu des greniers à blé, comme à Narbonne, ou encore des pièces du trésor de la cathédrale, comme à Albi en 1436448 ou à Pamiers en 1474449. À Luçon, les hommes de Mathurin Dercé imposent une taille aux villageois du diocèse450. Le tableau peut paraître surprenant, mais, en employant des routiers, les évêques ne font qu’imiter les papes, qui emploient des mercenaires de diverses nationalités pour leurs guerres.

  • 451 E. Jolibois, op. cit., p. 276, lui prête 7 000 à 8 000 cavaliers ; la source n’est pas citée.
  • 452 En 1439, le connétable Arthur de Richemont fait le siège de Meaux avec environ 6 500 combattants (P (...)

153Les effectifs atteints, si l’on en croit les plaidoiries, peuvent être de l’ordre de quelques dizaines d’hommes : une trentaine à Luçon, une centaine pour Claude de Doyac à Saint-Flour. Certains arriveraient même à lever de véritables petites armées de quelques centaines d’hommes : Artigueloube aurait par moments des forces de 300, 400 ou 500 hommes, Javailhac de 400 ou 500. Quant à Robert Dauphin, il aurait disposé, avec la compagnie de Villandrando, de plusieurs milliers de cavaliers451. Mais ce dernier chiffre paraît exagéré : il est difficile d’imaginer que les routiers aient eu à eux seuls la force d’une grande armée452, et qu’avec de tels effectifs ils n’aient pas employé de méthodes plus agressives envers leurs adversaires. D’une manière générale, il est difficile de savoir quelle confiance attribuer aux chiffres fournis par les plaidoiries des avocats, tout comme ceux des chroniques. Cependant, les faits permettent de tirer quelques conclusions. Il ne fait aucun doute que cette bande était exceptionnellement forte pour un conflit de ce type. Avec Villandrando, Robert Dauphin disposait de troupes assez nombreuses pour maintenir une ville comme Albi en état de siège et la forcer à se soumettre, soit peut-être quelques centaines d’hommes. Quand les sénéchaux ont dû exécuter les mandats royaux à l’encontre des partisans de Casilhac, ils ont naturellement engagé les routiers de Villandrando, car ceux-ci constituaient la force armée la plus solide de la région. Quant à Bernard de Casilhac, ses forces ne suffisent pas à contrôler la ville : tout repose sur la fidélité des habitants. À partir du moment où ceux-ci décident de négocier avec les routiers, la garnison épiscopale ne peut plus tenir que le château de la Berbie. Mais Casilhac dispose quand même de troupes suffisantes pour occuper pendant un temps toutes les forteresses de l’évêché, puis pour offrir une résistance plus que symbolique pendant quelques années. Les mêmes remarques peuvent être faites au sujet des troupes de Mathieu d’Artigueloube, de Pierre de Javailhac ou d’autres personnages comparables. Pour entrer en ville en faisant brûler les portes, même en usant de l’effet de surprise, il faut plus qu’une poignée de sbires. Les chiffres fournis par les sources sont donc, à défaut d’être exacts, des indices à ne pas négliger. Il n’est pas certain que Javailhac ait vraiment disposé de 500 hommes pour envahir le palais épiscopal de Béziers. En revanche, il est certain qu’il en avait assez pour le faire en toute impunité.

154Collusion avec une partie de la noblesse locale, grand nombre de gens d’armes à disposition, tout cela explique à quel point l’usage de la force a pu être tentant, et pourquoi, dans une certaine mesure, il s’est avéré payant. Il est douteux, par contre, que les protagonistes aient eu les moyens d’entretenir longtemps de telles troupes. Rassembler ses partisans pour un coup de main est une chose, les maintenir en état de guerre pendant des mois voire des années est une autre affaire. Les hommes de Mathieu d’Artigueloube, par exemple, vont et viennent au gré de la situation politique et militaire. Le conflit entre les rois de France et d’Aragon en Roussillon lui fournit ou lui enlève des hommes selon les circonstances.

L’implication personnelle des prélats : des degrés variables

  • 453 E. Jolibois, op. cit., p. 274-275.

155Les protagonistes du schisme d’Albi sont les instigateurs des affrontements qui ont déchiré le diocèse pendant plusieurs années. Ils sont les principaux du moins, car ils sont probablement aussi poussés par les princes et les partis nobiliaires qui les soutiennent. Ce sont bien eux qui, en maintenant leurs prétentions, provoquent la guerre. Ils la provoquent, mais ne la font pas cependant. Tout indique que Villandrando décide seul de la stratégie à adopter, car Robert Dauphin ne paraît jamais à la tête de ses troupes. Le routier aguerri est de toute façon bien plus expérimenté que lui au métier des armes. Casilhac, de son côté, n’en fait pas plus. En 1436, c’est son frère qui dirige l’attaque des places fortes de l’évêché, et Mathurin de Cardaillac qui reçoit la reddition du palais de la Berbie453. Les deux évêques se contentent donc de décider si l’on doit se battre ou non, et, au mieux, de définir les principaux objectifs. Au-delà, les capitaines ont pleine autorité.

  • 454 V. Julerot, op. cit., p. 347.
  • 455 C. Samaran, Jean de Bilhères-Lagraulas, p. 89-90.
  • 456 Il n’est pas rare que les serviteurs d’un grand personnage prennent des initiatives. Voir Claude Ga (...)

156Ce cas de figure est fréquent, et il est peut-être même le plus courant. Souvent, les rivaux font intervenir des parents. Ceux qui représentent les intérêts princiers n’ont pas à lutter eux-mêmes : à Arras en 1453, c’est le duc de Bourgogne qui décide de bloquer l’accès à la cathédrale ; Jean Jouffroy, qui est membre de son conseil, n’est qu’un pion sur l’échiquier de son maître. Même chose à Auch, où le roi envoie le comte de Clermont avec une armée pour faire exécuter sa volonté. À Pamiers, dans les années 1470 et 1480, les deux évêques sont absents des nombreux combats ; seul Mathieu d’Artigueloube marche à la tête de ses troupes à quelques occasions. À Lyon, en 1489, des gens d’armes sont mobilisés des deux côtés, mais les deux candidats à l’archevêché ne sont peut-être même pas dans le diocèse454. C’est une certitude à Condom, en 1497-1498 : les partisans de Jean de Bilhères-Lagraulas ouvrent les hostilités alors qu’il est à Rome455, et qu’il n’est peut-être même pas au courant de leurs actes456.

  • 457 V. Julerot, op. cit., p. 348.
  • 458 Ibid., p. 350.
  • 459 Ibid.
  • 460 Ibid., p. 347 ; AN, XIA 4838, fol. 284 v (15 juin 1497).
  • 461 AN, XIA 4825, fol. 57 r – 59 v ; V. Julerot, op. cit., p. 229-230.
  • 462 Il est plus tard évêque de Vabres (1486-1499) et juge dans l’affaire de l’évêché de Béziers (AN, XI (...)

157Il arrive aussi que l’un des protagonistes prenne personnellement la direction de ses partisans. C’est ce que fait Élie de Lestrange à Espaly en 1404 ; c’est peut-être ce que fait Ranulphe de Pérusse en 1415. À Saint-Flour, en 1483, dans le conflit qui suit la mort d’Antoine de Léotoing, les deux candidats, Charles de Joyeuse et Claude de Doyac, exercent des violences. Doyac, « armé et embastonné », tente de pénétrer dans la cité épiscopale avec une centaine d’hommes armés. Mais il se heurte à une forte résistance et est repoussé. Il se replie alors sur le bourg de Villedieu, dont il s’empare après avoir mis le feu aux portes avec une charrette de foin457. À la même époque, à Tulle, Denis de Bar se tient armé avec ses hommes et assiège son concurrent pendant quatorze mois458. Il est peu probable qu’il y ait vraiment eu un siège en règle ; il faut plutôt comprendre que Denis et ses partisans maintenaient la cité en état de siège par de fréquentes courses et agressions dans les environs, comme le font les hommes de Mathieu d’Artigueloube à Pamiers dans les mêmes années459. De même, à Béziers, en 1493, Pierre de Javailhac mène en personne l’assaut du palais épiscopal460. À Narbonne, en 1483, un épisode semblable a lieu, pour mettre le palais en possession de Georges d’Amboise461. Cette fois, l’assaut est mené par un autre prélat, auquel il est apparenté, l’abbé de Fontfroide, Antoine Pierre462.

La violence paie-t-elle ? Les protagonistes, la légitimité, le droit et la force

  • 463 V. Julerot, op. cit., p. 454.
  • 464 Ibid., p. 347-348 n.
  • 465 Ibid., p. 455.

158Ces divers exemples révèlent une certaine variété de profils et de comportements. Sans surprise, les auteurs des violences sont tous des nobles, car ceux-ci sont les seuls à disposer des relations et des moyens financiers pour constituer des bandes armées. De plus, leur condition leur assure peut-être aussi une certaine protection contre la justice royale. Enfin, l’éducation noble, fondée sur les valeurs de l’honneur et de la force, peut les prédisposer à ce type de comportement. On peut déjà remarquer quelques caractères particulièrement ambitieux et combatifs, quelques-uns étant impliqués dans plusieurs conflits de ce type au cours leur vie. Il arrive même qu’un homme lutte parallèlement pour deux bénéfices. Les sièges épiscopaux et abbatiaux sont suffisamment attractifs pour leur faire prendre ces risques, d’autant plus que les agresseurs bénéficient d’une relative impunité. Ainsi, Robert Dauphin est en conflit pour Chartres de 1418 à 1432, puis pour Albi de 1434 à 1461. Georges d’Amboise fomente des violences pour s’emparer de l’archevêché de Narbonne (1482- 1484)463, où il échoue, puis de l’évêché de Montauban (1485-1488), où la mort de son opposant lui permet de remporter la victoire464. En 1493, il est encore en conflit avec Federico de Sanseverino pour l’archevêché de Rouen ; cependant, cette fois, un accord conclu avec son rival évite l’affrontement465.

159Une partie de ces prélats semble avoir une certaine connaissance du métier des armes : il s’agit de ceux qui, comme l’abbé de Fontfroide, Pierre de Javailhac, ou Claude de Doyac, apparaissent à la tête de leurs hommes. C’est d’autant plus remarquable que beaucoup d’entre eux ne sont pas connus pour avoir exercé de telles activités dans d’autres conditions. La plupart des protagonistes, cependant, ne font que commanditer des violences armées. Ainsi, bien qu’ils considèrent la violence comme un moyen légitime de faire valoir leurs droits, ils ne se comportent pas comme des capitaines de gens de guerre, que ce soit par volonté de ne pas se mêler de trop près aux effusions de sang, ou encore par manque de compétences militaires. Certains sont aussi tout simplement accaparés par les négociations et plaidoiries, ou par le service des princes qu’ils conseillent.

  • 466 C. Reynaud, Charles de Bourbon cardinal archevêque de Lyon (1434-1488), p. 37-38.
  • 467 Acta concilii Constanciensis, t. II, p. 672.

160Plusieurs servent dans les guerres du roi ou d’autres princes séculiers au moins une fois dans leur vie : Philippe de Vienne à Langres, Philippe de Gamaches à Saint-Faron de Meaux, Charles de Bourbon à Souvigny466, Georges d’Amboise à Montauban et à Narbonne. Mais ce n’est pas une généralité, car beaucoup de ceux qui font la guerre pour leur intérêt personnel ne la font jamais pour une autre raison. Cela inclut aussi plusieurs de ceux qui mènent les luttes les plus violentes : Robert Dauphin et Bernard de Casilhac, Pierre de Javailhac, Claude de Doyac et Charles de Joyeuse, Mathieu d’Artigueloube… s’ils considèrent que la violence peut-être légitimement employée pour défendre leurs droits, ils ne sont pas pour autant des passionnés de guerre prêts à distribuer des coups d’épée à toute occasion. Certains, enfin, ne résistent pas autrement que par le droit, parmi les roturiers surtout ; chez les nobles, ils sont rares, pour ne pas dire inexistants. Leurs raisons peuvent être morales : peut-être considèrent-ils que deux prêtres ne peuvent régler leurs différends par la violence, une idée exprimée à plusieurs reprises dans les divers traités de réforme composés à l’occasion du concile de Constance467. L’emploi de la force armée est condamné dans les plaidoiries : en 1416, par exemple, Nicolas Veau reproche à Ranulphe de Pérusse de ne pas avoir « agi selon l’estat d’evesque » ; en 1441, l’avocat de Jean Courtois déclare que l’élection et la prise de possession de Philippe de Gamaches sont nulles et sans valeur, parce qu’accomplies par la force des armes. Mais de tels arguments ne sont pas déterminants dans les procès : les conditions de l’élection ou de la provision de chacun des candidats pèsent plus lourdement dans la décision finale.

  • 468 AN, XIA 4825, fol. 56 v – 57 r.

161Souvent, l’absence de recours à la violence est explicable par le manque de moyens et de soutiens à la disposition du candidat. En 1412, Pierre d’Ailly ne semble pas avoir d’appuis à Limoges ou dans les environs. À Narbonne, François Hallé ne paraît pas avoir beaucoup de partisans non plus. En tout cas, il n’a pas l’appui des nobles de la région, si bien qu’il en est réduit à demander au roi de faire occuper les places fortes de l’archevêché468. Georges d’Amboise, au contraire, dispose de soutiens importants, et en premier lieu celui de son frère l’évêque d’Albi, qui est lieutenant général du roi en Languedoc. Quand bien même Hallé voudrait employer la violence, il ne pourrait pas gagner de cette manière.

  • 469 Sur la vie et la personnalité de ce prélat, voir Bernard Guenée, Entre l’Église et l’État. Quatre v (...)

162Au contraire, ceux qui contrôlent des bandes armées se maintiennent plus aisément. L’emploi de la force est si fréquent parce qu’il est efficace, même s’il ne permet pas à lui seul une victoire définitive. À Albi, bien que Robert Dauphin, vainqueur de la confrontation armée, ait finalement perdu la cause, ce n’est qu’au bout de plus de vingt ans de procès ; sa victoire sur le terrain lui a permis de jouir de l’évêché et d’une grande partie de ses revenus pendant des années. Au contraire, ceux qui ne recourent pas à la force armée ne parviennent pas à prendre le dessus face à un adversaire déterminé. À cet égard, le cas de Limoges est significatif. En 1412, Ranulphe de Pérusse, candidat élu par le chapitre, est opposé au cardinal Pierre d’Ailly, pourvu par le pape. Mais l’opposition de Pérusse parvient à décourager cet adversaire prestigieux. Le cardinal n’est pas fait du même bois que l’élu : c’est un théologien idéaliste, que l’idée d’un conflit armé pour s’emparer d’un siège épiscopal rebute469. Il finit donc par renoncer. Le pape pourvoit alors un autre candidat, Nicolas Veau, chanoine de Bourges et de Reims. Celui-ci prête le serment de fidélité au roi et se fait délivrer le temporel. Il semble avoir été en possession de l’évêché pendant quelque temps, à la suite d’une intervention royale. Pérusse a donc dû rendre les possessions de l’évêché. Mais, dès 1415, il reprend l’offensive : avec son frère et le prieur de Neilhac, il s’empare des places fortes de l’évêché et du palais épiscopal. Veau résiste par « voie de justice » : l’affaire est plaidée au Parlement de Paris et au Concile de Constance. Cependant, il ne parvient pas à s’imposer, et finit par renoncer à l’évêché, comme son prédécesseur. En 1418, le pape Martin V en vient à pourvoir un candidat de la même trempe que l’élu : Hugues de Rouffignac, s’appuyant sur sa famille, mène la guerre à son rival pour s’emparer de l’évêché. Le conflit dure plusieurs années, et, si Hugues ne parvient pas à être reconnu évêque de Limoges, il empêche Pérusse de l’être aussi : l’affaire est en effet résolue quand le pape transfère les deux candidats sur d’autres sièges épiscopaux. Hugues de Rouffignac, en empruntant la « voie de fait », est donc bien plus près d’atteindre son objectif que ses deux prédécesseurs.

Notes

1 Le Religieux de Saint-Denis, Chronique, éd. et trad. M. L. Bellaguet, Paris, Crapelet, 1839-1852 ; réimpr. avec introduction de B. Guenée, Paris, Éditions du CTHS, t. V, 1994, p. 572.

2 Sur Jean de Montaigu, voir FEG, t. XI, p. 165-172 ; Fabien Roucole, « La mort d’un ecclésiastique au combat. Jean de Montaigu, archevêque de Sens, et la bataille d’Azincourt », dans Alain Marchandisse, Bertrand Schnerb (éd.), Autour d’Azincourt : une société face à la guerre (v. 1370 – v. 1420), Lille, Revue du Nord, hors-série, coll. « Histoire », 2017, p. 69-88.

3 Friedrich Prinz, Klerus und Krieg im früheren Mittelalter : Untersuchungen zur Rolle der Kirche beim Aufbau der Königsherrschaft, Stuttgart, A. Hiersemann, 1971 ; Leopold Auer, « Der Kriegsdienst des Klerus unter den sächsischen Kaiser », Mitteilungen des Instituts für österreichische Geschichtsforschung, n° 79, 1971, p. 316-407 et n° 80, 1972, p. 16-28 ; Émile Lesne, Histoire de la propriété ecclésiastique en France, 10 vol., t. II, vol. II, Lille, Facultés catholiques, 1910-1943, p. 456-502 ; Janet L. Nelson, « The church’s military service in the ninth century : a contemporary comparative view ? », Studies in Church’s History, n° 20, p. 15-30 ; Thimothy Reuter, « Episcopi cum sua militia : the prelate as warrior in the early Staufer era », dans id. (dir.), Warriors and Churchmen in the High Middle Ages. Essays Presented to Karl Leyser, Londres, The Hambledon Press, 1992, p. 79-94 ; Xavier Hélary, L’armée du roi de France. La guerre de Saint Louis à Philippe le Bel, Paris, Perrin, 2012, p. 120-129 et 200-208.

4 Le Père Anselme, Histoire généalogique et chronologique de la maison royale de France, des grands officiers de la couronne et de la maison du roy, 9 vol., t. II, Paris, Compagnie des libraires, 1725- 1733, p. 12.

5 BnF, Ms. Fr. 20685, fol. 148 r.

6 Gilles-André de La Roque, Traité du ban et arrière-ban, Paris, Le Petit, 1676, p. 108.

7 P. Anselme, op. cit., t. II, p. 12.

8 Ibid., p. 214 ; BnF, Ms. Lat. 5188, fol. 279 v.

9 G. A. de La Roque, op. cit., p. 17.

10 Jean de Hocsem, Chronique, éd. Godefroid Kurth, Bruxelles, Hayez, 1927, p. 288-289.

11 G. A. de La Roque, op. cit., p. 17 ; BnF, Mss. Clairambault 229, p. 1261 et Fr. 7878, fol. 288 v ; Philippe Contamine, Guerre, État et société à la fin du Moyen Âge : études sur les armées des rois de France, 1337-1494, Paris, École pratique des hautes études, 1972 ; réimpr. Éditions de l’EHESS, 2004, t. I, p. 47.

12 Ibid., t. I, p. 172 ; BnF, Ms. Fr. 7858, fol. 56 r.

13 BnF, Ms. Fr. 7878, fol. 297 r.

14 Jean Froissart, Chroniques, t. III, éd. J. Kervyn de Lettenhove, Bruxelles, V. Devaux, 1867-1877, p. 246, 247, 249 et 255-261 ; Chronographia regum Francorum, t. II, éd. H. Moranvillé, Paris, SHF / Renouard, 1891-1897, p. 149 et 154-156 ; BnF, Ms. Fr. 7878, fol. 320 v ; Claude Gaier, « Les effectifs militaires dans la principauté de Liège et le comté de Looz du xiie au xve siècle », dans Armes et combats dans l’univers médiéval, t. II, Bruxelles, De Boeck, 2004, p. 113.

15 J. Froissart, t. III, p. 246 et 249 ; BnF, Ms. Fr. 7878, fol. 56 r-v.

16 G. A. de La Roque, op. cit., p. 17.

17 Chronographia Regum Francorum, t. II, p. 186 (dorénavant CRF).

18 P. Contamine, op. cit., t. I, p. 172 ; Claude Devic, Joseph Vaissète, Histoire générale de Languedoc, Paris, J. Vincent, 1730-1745, rééd. augmentée par Ernest Roschach, t. IX, Toulouse, Privat, 1872-1892, p. 581 (dorénavant HGL).

19 CRF, t. II, p. 216 ; J. Froissart, t. IV, p. 333 et 341-343.

20 Ibid., p. 490 ; CRF, t. II, p. 224-225 ; Chronique des quatre premiers Valois, éd. S. Luce, Paris, SHF / Renouard, 1862, p. 15 ; Richard Lescot, Chronique de Richard Lescot, religieux de Saint-Denis, 1328-1364, éd. J. Lemoine, Paris, SHF / Renouard, 1896, p. 72.

21 Les Journaux du trésor de Philippe VI de Valois, suivis de l’ordinarium thesauri de 1338-1339, éd. J. Viard, collection de documents inédits sur l’histoire de France, Paris, Imprimerie nationale, 1899, p. 67, n° 270.

22 Geoffrey Le Baker, Chronicon, éd. E. M. Thompson, Oxford, Clarendon Press, 1889, p. 85 ; Henry Knighton, Leycestrensis chronicon, t. II, éd. J. Rawson Lumby, Londres, Stationery Office, 1889-1895, p. 38.

23 J. Froissart, t. XXII, p. 74-75.

24 Après avoir été transféré à Auxerre en 1347 (R. P. Conrad Eubel, Hierarchia catholica medii et recentioris aevi, t. I, Münster, Regensberg, 1913-1923, p. 120). Les documents dont Kervyn fait mention concernent en fait l’un des successeurs de cet évêque, Gilles de Lorris.

25 J. Froissart, t. V, p. 71-73 et 77.

26 Ibid., t. XXIII, p. 41. D’après C. Eubel, op. cit., t. I, p. 426, il serait mort en avril 1347. La Chronique des quatre premiers Valois ne mentionne pas l’archevêque parmi les morts. Or, son auteur est certainement un Normand, et il serait étonnant qu’il n’ait pas mentionné un tel événement s’il avait vraiment eu lieu. On peut quand même objecter qu’il écrit au moins une cinquantaine d’années après Crécy, et que la brièveté de son récit suggère qu’il est mal informé. La version de Froissart ne peut donc être définitivement exclue.

27 J. Froissart, t. XVII, p. 215 ; Geoffrey Le Baker, op. cit., p. 85 ; Eulogium Historiarum, t. III, p. 210 ; Robert d’Avesbury, De gestis mirabilibus regis Edwardi tertii, éd. E. M. Thompson, Londres, Eyre and Spottiswoode, 1889, p. 369.

28 FEG, t. III, p. 172-174.

29 Gallia christiana, Paris, Imprimerie royale puis Firmin Didot, t. X, 1715-1865, col. 1284.

30 FEG, t. XI, p. 139-150.

31 P. Contamine, op. cit., t. I, p. 51-52.

32 J. Froissart, t. V, p. 27.

33 Ibid., t. V, p. 75.

34 BnF, Ms. Lat. 5188, fol. 110 r – 111 r.

35 P. Contamine, op. cit., t. I, p. 52.

36 FEG, t. XI, p. 144.

37 BnF, Ms. Fr. 32510, fol. 205.

38 J. Froissart, t. V, p. 528 et 543 ; BnF, Ms. Fr. 21539, fol. 167 r. Sur ce personnage, FEG, t. XI, p. 139-150 ; Raymond Cazelles, Société politique, noblesse et couronne sous Jean le Bon et Charles V, Genève, Paris, Droz, 1982, p. 402-410.

39 Chronique des quatre premiers Valois, p. 50.

40 J. Froissart, t. V, p. 428, 433, 448 et 529 ; BnF, Ms. Fr. 20881, n° 108-109 et Fr. 21540, fol. 245 r.

41 Matteo Villani, Cronica con la continuazione di Filippo Villani, t. II, éd. Giuseppe Porta, Parme, Fondazione Pietro Bembo, 1995, p. 39.

42 Eulogium Historiarum sive temporis, t. III, éd. F.-S. Haydon, Londres, Longman / Brown / Green, 1858-1863, p. 225.

43 Gestes des évêques d’Auxerre (Gesta episcoporum Autissiodorensium), t. III, éd. Guy Lobrichon et al., trad. N. Deflou-Leca, M.-H. Depardon, A. Dubreucq et al., Paris, Les Belles Lettres, 2002- 2009, p. 42 (dorénavant GEA).

44 J. Froissart, t. VII, p. 19.

45 Département de l’Aube, chef-lieu d’arrondissement.

46 J. Froissart, t. VI, p. 156 et 161-162.

47 GEA, t. III, p. 48.

48 Chronique des quatre premiers Valois, p. 203.

49 J. Froissart, t. XVII, p. 373. Forteresse située sur l’actuelle commune de Chiry-Ourscamp, département de l’Oise, arrondissement de Compiègne, et détruite peu après la bataille.

50 FEG, t. III, p. 173.

51 FEG, t. II, p. 102-103.

52 Les pièces d’archives abondent au sujet de son action en Languedoc et Guyenne : BnF, Ms. Fr. 32510, fol. 148 r (1337) ; Ordonnances des roys de France de la troisième race, éd. D.-F. Secousse, puis L. G. de Vilevault, puis E. Pastoret, puis J.-M. Pardessus, Paris, Imprimerie royale puis Imprimerie nationale, 1723-1849, t. VIII, p. 375 ; J. Froissart, t. IV, p. 333 et 341 (1345) ; HGL, t. IX, p. 513-514 et 540-544 ; t. X, Preuves, col. 842-844, 848, 849-853, 896-897, 901-903, 910-919, 921-923, 1017-1018. Rôles de paiement de ses gens d’armes : BnF, Ms. Fr. 7877, fol. 55 r, 77 r, 87 r, 205 r, 217 r – 220 v.

53 Empereur Charles IV, Vie de Charles IV de Luxembourg, éd. et trad. P. Monnet et J.-C. Schmitt, Paris, Les Belles Lettres, 2010, p. 40.

54 Guillaume de Nangis, Chronique latine de Guillaume de Nangis de 1113 à 1300 avec les continuations de cette chronique de 1300 à 1368, t. II, éd. H. Géraud, Paris, Renouard, 1843, p. 145.

55 Chronique parisienne anonyme, éd. A. Hellot, Nogent-le-Rotrou, Daupelet-Gouverneur, 1884, p. 181 ; BnF, Ms. Fr. 7877, fol. 121 r.

56 J. Froissart, t. IV, p. 333 et 341-343 ; CRF, t. II, p. 216.

57 HGL, t. IX, p. 524 ; t. X, Preuves, col. 867-868.

58 FEG, t. II, p. 106.

59 BnF, Ms. Lat. 17044, fol. 181 r ; FEG, t. II, p. 107.

60 J. Froissart, t. XX, p. 23 : « combien qu’il fust clerc, si se armeroit-il volontiers en sa personne et se mettroit si avant en ladite guerre comme chevalier qui y fust ».

61 Edmond Martène, Ursin Durand, Thesaurus novus anecdotorum, t. I, Paris, F. Delaulne, 1717, col. 1529-1531.

62 Département de la Manche, arrondissement de Cherbourg.

63 Chronique des quatre premiers Valois, p. 253.

64 BnF, Ms. Fr. 20881, n° 9-10.

65 J. Froissart, t. VIII, p. 405 ; BnF, Ms. NAF 20528, p. 50.

66 Dictionnaire de Dom Bévy (AN, AB XIX 690), article Dormans. Il est enregistré comme chevalier banneret avec un autre banneret, 8 bacheliers et 19 écuyers. Il sert probablement en Normandie, où une grande campagne contre les partisans du roi de Navarre a lieu cette année-là.

67 Eustache Deschamps, Œuvres complètes, 11 vol., t. I, éd. M. de Queux de Saint-Hilaire puis G. Raynaud, Paris, Firmin Didot, 1878-1903, p. 133.

68 RSD, t. I, p. 211 ; JJU, Histoire de Charles VI, p. 355 ; BnF, Ms. NAF 20528, p. 121 ; Fr. 32510, fol. 246 r.

69 J. Froissart, t. X, p. 546, t. XI, p. 442-443 (extrait de la Chronique de Berne) ; CRF, t. III, p. 59-60 et 71-72 ; Jean Le Fèvre, Journal de Jean Le Fèvre, évêque de Chartres, chancelier des rois de Sicile Louis Ier et Louis II d’Anjou, éd. H. Moranvillé, Paris, A. Picard, 1887, p. 48.

70 BnF, Ms. Fr. 32510, fol. 282 r et 286 v ; Fr. 7858, fol. 263 r ; Clairambault 41, p. 3075-3076 ; Clairambault 24, p. 1774.

71 J. Froissart, t. XII, p. 216.

72 Jehan Cabaret d’Orville, La Chronique du bon duc Loys de Bourbon, éd. A. M. Chazaud, Paris, Renouard, 1876, p. 168-169.

73 BnF, Ms. Fr. 32510, fol. 252 v ; NAF 7414, fol. 318 r – 319 r.

74 BnF, Ms. Fr. 32510, fol. 280 v, 282 r, 286 v.

75 Pierre Cochon, Chronique Normande de Pierre Cochon, notaire apostolique à Rouen, éd. C. de Robillard de Beaurepaire, Société de l’Histoire de la Normandie, Rouen, A. Le Brument, 1870, p. 204 ; RSD, t. III, p. 15 ; Enguerran de Monstrelet, Chronique, éd. L. Douet d’Arcq, Paris, SHF / Renouard, 1857-1862, t. I, p. 120 ; Journal d’un bourgeois de Paris, 1405-1449, éd. A. Tuetey, Paris, Champion, 1881, p. 2 ; Le Héraut Berry, Les chroniques du roi Charles VII, p. 18 ; Jean de Stavelot, Chronique, éd. A. de Borgnet, Bruxelles, M. Hayez, 1861, p. 95.

76 Claude Gaier, « Effectifs militaires du comté de Looz et de la principauté de Liège », dans id., Armes et combats dans l’univers médiéval, t. II, Bruxelles, De Boeck, 2004, en particulier p. 70-77.

77 Chroniques relatives à l’histoire de la Belgique sous la domination des ducs de Bourgogne, 3 vol., t. II, éd. J. Kervyn de Lettenhove, Bruxelles, F. Hayez, 1870-1876, p. 300-301 (dorénavant CRHB).

78 E. de Monstrelet, t. II, p. 46-48 ; RSD, t. IV, p. 280.

79 Guillaume Cousinot, Chronique de la Pucelle, p. 135 ; CRHB, p. 154-155 ; E. de Monstrelet, t. II, p. 192.

80 RSD, t. IV, p. 506-507 ; CRHB, t. I, p. 155.

81 RSD, t. IV, p. 552.

82 E. de Monstrelet, t. II, p. 200.

83 Ibid., t. II, p. 271 ; G. Cousinot, Chronique de la Pucelle, p. 142.

84 E. de Monstrelet, t. III, p. 24.

85 Ibid., p. 41.

86 Ibid. Ce prélat n’apparaît qu’au moment où la trêve est conclue entre les assiégeants et les défenseurs, mais cela implique qu’il était déjà présent au siège.

87 E. de Monstrelet, t. III, p. 24.

88 Ordonnances des roys de France de la troisième race, t. X, p. 210 (dorénavant ORF).

89 Heinrich Denifle, La désolation des églises, monastères et hôpitaux en France pendant la Guerre de Cent Ans, Librairie des Archives Nationales et de la Société de l’École des Chartes, Paris, Alphonse Picard, 1897-1899.

90 Jean Juvénal des Ursins, Histoire de Charles VI, éd. J.-F. Michaud et J.-J.-F. Poujoulat dans Nouvelle collection des mémoires pour servir à l’Histoire de France, t. II, Paris, Éditeur du commentaire analytique du Code civil, 1836, p. 539 (dorénavant JJU).

91 Georges Chastellain, Œuvres, t. II, éd. J. Kervyn de Lettenhove, J. M. B. Constantin, F. Heussner, Bruxelles, Heussner, 1863-1866, p. 53-54.

92 Plusieurs exemples dans H. Denifle, op. cit., t. I, p. 545-550.

93 À Verzy, département de la Marne, arrondissement de Reims.

94 Gallia christiana, t. IX, col. 201.

95 Cercanceaux, dans la commune de Souppes-sur-Loing, département de Seine-et-Marne, arrondissement de Fontainebleau.

96 Guillaume Cousinot, Chronique de la Pucelle, éd. A. Vallet de Viriville, Paris, Delahays, 1859, p. 245-247.

97 Journal du siège d’Orléans, éd. P. Charpentier et Ch. Cuissard, Orléans, Herluison, 1896, p. 21-22.

98 P. Anselme, op. cit., t. VIII, p. 691. Entre 1418 et 1422, Guillaume de Gamaches est capitaine de Compiègne pour le dauphin Charles (Gustave Dupont-Ferrier, Gallia regia, ou état des officiers royaux des bailliages et sénéchaussées de 1328 à 1515, t. V, Paris, Imprimerie nationale, 1942-1966, p. 417, n° 21027 ; Louis Carolus-Barré, « Compiègne et la guerre », dans Études et documents sur l’Île-de-France et la Picardie au Moyen Âge, t. I, Compiègne, Ville de Compiègne, 1994-1998, p. 69 et 75). En 1429, Pierre de Gamaches est écuyer de la garde du corps de Charles VII (BnF, Ms. Fr. 7858, fol. 37 r et 39 v).

99 AN, XIA 4798, fol. 339 v.

100 JJU, op. cit., p. 562-564 ; RSD, t. VI, p. 453 ; E. de Monstrelet, t. IV, p. 71.

101 Ibid., t. IV, p. 94 ; Thomas Rymer, Foedera, conventiones, literae, et cujuscunque generis acta publica inter reges Angliae et alios quosvis imperatores, reges, pontifices, principes vel communitates, 17 vol., t. IV, part. IV, Londres, A. et J. Churchill, 1704-1717, p. 64-65.

102 E. de Monstrelet, t. IV, p. 97 et 101-103.

103 AN, XIA 4798, fol. 333 v – 334 v et 338 r – 340 r.

104 Sur le siège de Compiègne, voir Alexandre Sorel, La prise de Jeanne d’Arc devant Compiègne et l’histoire des sièges de la même ville sous Charles VI et Charles VII, Paris, Alphonse Picard, 1889 ; Pierre Champion, Guillaume de Flavy, capitaine de Compiègne. Contribution à l’histoire de Jeanne d’Arc et à l’étude de la vie militaire et privée au xve siècle, Paris, Champion, 1906, p. 22-61 ; L. Carolus-Barré, « Le siège de Compiègne et la délivrance de la ville (20 mai-25 octobre 1430) », dans Bulletin de la Société Historique de Compiègne, t. XXVIII, 1982.

105 Ibid., p. 17 et 23.

106 J. Chartier, Chronique de Charles VII, roi de France, 3 vol., t. I, éd. A. Vallet de Viriville, Paris, P. Janet, 1858, p. 125.

107 Aujourd’hui Lagny, département de l’Oise, arrondissement de Compiègne.

108 E. de Monstrelet, t. IV, p. 426-428 ; G. Chastellain, t. II, p. 141-142.

109 Concilium Basiliense. Studien und Quellen zur Geschichte des Concils von Basel, 8 vol., t. VI, éd. J. Haller, Bâle, R. Reich puis Helbing und Lichtenbahn, 1896-1936, p. 301, 355 et 419 ; AN, XIA 71, fol. 158 v, 163 r et 166 r ; Gallia christiana, t. IX, col. 440.

110 AN, XIA 71, fol. 18 r – 19 r et 20 r.

111 J. Chartier, La chronique latine inédite, éd. C. Samaran, Paris, Champion, 1928, p. 9-22 et 26-32 ; Bernard Guenée, Un roi et son historien. Vingt études sur le règne de Charles VI et la chronique du Religieux de Saint-Denis, Paris, Diffusion De Boccard, 1999, p. 14-15, 49 et 71-72 (ou RSD, t. I, p. xxx et lxx-lxxi).

112 Gaston du Fresne de Beaucourt, Histoire de Charles VII, 6 vol., t. I, Paris, A. Picard, 1881-1891, p. 41.

113 BnF, Ms. Fr. 7858, fol. 335 r.

114 Héraut Berry (Gilles Le Bouvier), Les chroniques du roi Charles VII, éd. H. Courteault, L. Celier et M.-H. Jullien de Pommerol, Paris, Klincksieck, 1979, p. 423. Sur la guerre en Languedoc entre 1418 et 1420 : Léon Flourac, Jean Ier, comte de Foix, vicomte souverain de Béarn, lieutenant du roi en Languedoc. Étude historique sur le Sud-Ouest de la France pendant le premier tiers du xve siècle, Paris, A. Picard, 1884 ; Paul Dognon, « Les Armagnacs et les Bourguignons. Le comte de Foix et le dauphin en Languedoc (1416-1420) », dans Annales du Midi, 1, 1889, p. 439-509 ; Germain Butaud, Guerre et vie publique en Comtat Venaissin et à Avignon (vers 1350 – vers 1450), thèse inédite de l’Université de Nice, p. 328-336.

115 Pendant l’année 1414, il est en effet envoyé par le pape auprès de Louis d’Anjou et de Charles VI (FEG, t. II, p. 201) ; Heribert Müller, Die Franzosen, Frankreich und das Basler Konzil, 1431-1449, 2 vol., t. I, Paderborn, Schöningh, 1990, p. 372.

116 BnF, Ms. Clairambault 29, n° 107.

117 Voir à ce sujet Richard A. Newhall, The English Conquest of Normandy. A Study in Fifteenth Century Warfare, New Haven, Yale University Press, 1924.

118 D’après une étonnante supplique, il a eu si peur qu’il a juré devant Dieu de ne plus manger de viande le mercredi ainsi que de jeûner au pain et à l’eau le vendredi et le samedi s’il s’en sortait vivant (H. Denifle, op. cit., t. I, p. 594, n° 1060).

119 E. de Monstrelet, t. III, p. 63.

120 BnF, Ms. Clairambault 29, n° 108.

121 BnF, Ms. Fr. 7858, fol. 335 r – 339 v ; Clairambault 29, n° 111-112 ; HGL, t. X, Preuves, col. 1992- 2000.

122 HGL, t. IX, p. 1046-1050 ; BnF, Ms. Clairambault 74, p. 5791, n° 132.

123 Héraut Berry, p. 423. Le héraut se trompe sur le nom du compagnon de Regnault de Chartres : il ne s’agit pas de Jean, mais de Philippe de Lévis, vicomte de Lautrec et seigneur de la Roche. Le prince d’Orange n’est autre que le comte de Genève, qui hérite du titre de son père pendant l’automne 1418.

124 BnF, Ms. Fr. 7858, fol. 335 r-v.

125 HGL, t. X, Preuves, col. 1984-1985 et 2057-2058.

126 Héraut Berry, p. 423.

127 HGL, t. IX, p. 1040-1041 : Pont-Saint-Esprit, Nîmes, Uzès, Toulouse, Carcassonne, Béziers, Montpellier, pour ne nommer que les plus importantes. Albi semble avoir eu des contacts avec les deux partis.

128 Ibid., p. 1043-1044.

129 HGL, t. X, note 32, p. 132-133. Il s’agit de Meyrueis, Marjevols et Bagnols-sur-Cèze. Les éditeurs l’ont déduit en comparant les recettes des comptes de la sénéchaussée de 1418 et 1419.

130 P. Dognon, « Les Armagnacs et les Bourguignons. Le comte de Foix et le Dauphin en Languedoc (1416-1420) », dans Annales du Midi, 1, 1889, p. 465-495.

131 BnF, Ms. Fr. 7858, fol. 335 r – 339 v ; Fr. 32510, fol. 355 v – 356 v ; Clairambault 29, n° 111-112 ; Clairambault 74, n° 132.

132 Il est commis à la sûreté du Languedoc avec la charge de 500 hommes d’armes (HGL, t. IX, p. 1040).

133 L. Flourac, op. cit., p. 62-67.

134 HGL, t. IX, p. 1049-1050 et 1055-1064. Il doit notamment assiéger Nîmes et le Pont-Saint-Esprit ; Aigues-Mortes et Béziers résistent jusqu’au début de l’année 1421.

135 Héraut Berry, p. 114 ; G. Cousinot, p. 221.

136 Journal du siège d’Orléans, p. 51.

137 J. Chartier, Chronique de Charles VII, t. I, p. 92-95 ; G. Cousinot, p. 315-318 ; Journal du siège d’Orléans, p. 110.

138 Et duc de Bourbon à la mort de son père, en 1434.

139 FEG, t. III, p. 203.

140 Sur ces événements, voir P. Champion, Guillaume de Flavy, p. 31-43.

141 Jean Juvénal des Ursins, Écrits politiques, 3 vol., t. I, éd. Peter S. Lewis, A.-M. Hayez, Paris, Klincksieck, 1978-1993, p. 313.

142 Héraut Berry, p. 429-430.

143 Ambroise de Loré a combattu dans le Maine et l’Anjou dans les années 1420 ; il était entre autres l’un des capitaines de l’armée française à la bataille de La Gravelle en 1423 (G. Cousinot, p. 214-217).

144 Ibid., p. 338-339.

145 Héraut Berry, p. 143.

146 Département de l’Oise, arrondissement de Compiègne, au confluent de l’Aisne et de l’Oise.

147 Voir par exemple la lettre écrite par l’archevêque aux habitants de Reims pour leur annoncer la prise de la Pucelle (Jules Quicherat, Procès de condamnation et de réhabilitation de Jeanne d’Arc dite la Pucelle, 5 vol., t. V, Paris, Renouard, 1841-1849, p. 168-169).

148 Département de l’Oise, arrondissement de Senlis.

149 P. Champion, Guillaume de Flavy, p. 39-43 ; L. Carolus-Barré, Le siège de Compiègne, p. 77-81.

150 BnF, Ms. Fr. 32511, fol. 56 r ; Perceval de Cagny, Chroniques, éd. H. Moranvillé, Paris, Renouard, 1902, p. 255.

151 E. de Monstrelet, t. III, p. 178-179 ; Cronicques de Normendie (1223-1493), éd. A. Hellot, Rouen, C. Métérie, 1881, p. 29.

152 HGL, t. IX, p. 1061 et 1063.

153 Ibid., p. 1064.

154 Ibid., p. 1067.

155 Sur ce personnage, voir H. Müller, op. cit., t. I, p. 414-422.

156 Ibid., p. 280-290.

157 ORF, t. XIII, p. 144, 145, 150, 154, 159 et 164.

158 Les évêques de Beauvais, de Noyon et de Langres sont du parti anglo-bourguignon. Le premier est le célèbre Pierre Cauchon, juge de Jeanne d’Arc ; voir Jean Favier, Pierre Cauchon. Comment on devient le juge de Jeanne d’Arc, Paris, Fayard, 2010. Le second est Jean de Mailly (1425-1473), premier président de la Chambre des comptes de Paris en 1425 (Clément de Fauquembergue, Journal de Clément de Fauquembergue, greffier du Parlement de Paris, 1417- 1435, 3 vol., t. II, éd. A. Tuetey et H. Lacaille, Paris, H. Laurens, 1903-1915, p. 174) ; il assiste à l’exécution de la Pucelle en 1431 (J. Quicherat, Procès de condamnation de Jeanne d’Arc, t. I, p. 469). L’évêque de Langres, Charles de Poitiers (1413-1433), est quant à lui un conseiller de Philippe le Bon (G. du Fresne de Beaucourt, Histoire de Charles VII, t. II, p. 445).
L’évêque de Laon, Guillaume de Champeaux, est du parti de Charles VII, mais il assiste alors le comte de Foix dans le gouvernement du Languedoc (ibid., t. II, p. 131-132). Seuls deux pairs ecclésiastiques se trouvent donc au sacre : l’archevêque de Reims et l’évêque de Châlons, qui s’est rallié au roi Charles quelques jours avant.

159 BnF, Ms. Fr. 32510, fol. 63 v. Un témoignage atteste qu’ils ont effectivement officié au sacre : « et pour les pairs de l’eglise y estoient avec leurs croces et mitres, messeigneurs de Rains, de Chalons, qui sont pairs ; et en lieu des autres, les évesques de Séez et d’Orléans, et deux autres prélas » (J. Quicherat, op. cit., t. V, p. 128-129). L’évêque d’Orléans reçoit un autre don de quarante livres pour ses dépenses pendant la chevauchée de Reims ; son confrère de Sées, quant à lui, est gratifié de trois versements de cinquante livres chacun (BnF, Ms. Fr. 7858, fol. 39 v).

160 Héraut Berry, p. 238.

161 Il souscrit au bas d’un acte royal donné le 8 août 1453 à Libourne (ORF, t. XIV, p. 261). Le procès-verbal de l’élection de son successeur, Guy Bernard, révèle qu’il est mort in partibus Aquitanie, que la nouvelle certaine en est parvenue à Langres le 10 novembre 1453, et qu’il a été inhumé le 12 (AD 52, G 14). La seconde campagne de Guyenne commence en juin 1453 ; Bordeaux est investie en août, et la ville ouvre ses portes le 10 octobre (G. du Fresne de Beaucourt, op. cit., t. V, p. 261-286, en particulier p. 278 ss.). L’évêque a donc dû mourir à la fin de la campagne, peut-être même après la capitulation de Bordeaux, probablement de l’épidémie de peste qui sévissait alors dans l’armée royale.

162 Son nom apparaît au bas de la lettre d’abolition accordée par le roi aux habitants de Sées. Celle-ci est donnée à Louviers au mois d’octobre (ORF, t. XIV, p. 72) ; Charles VII part de Louviers au début du mois d’octobre pour aller assiéger Rouen, qui n’est qu’à une trentaine de kilomètres de distance (G. du Fresne de Beaucourt, op. cit., t. V, p. 11-13).

163 ORF, t. XIV, p. 155 et 161. Il s’agit d’Étienne de Roupy (1448-1462). En 1451, il touche 1 000 livres tournois pour avoir vaqué dix mois en compagnie du roi (G. du Fresne de Beaucourt, Supplément aux preuves de la chronique de Mathieu d’Escouchy, Paris, C. Lahure, 1864, p. 31).

164 Martial d’Auvergne, Les vigilles de la mort du feu roy Charles septiesme, Paris, Jehan du Pré, 1493, p. 179. Il s’agit d’Élie de Pompadour, évêque d’Alet (1448-1454) puis de Viviers (1454-1477). Voir Pierre-Roger Gaussin, « Les conseillers de Charles VII. Essai de politologie historique », Francia, n° 10, 1982, p. 123.

165 Nicolas Chorier, Histoire générale de Dauphiné, t. II, Grenoble, P. Charvys / Lyon, J. Thioly, 1661- 1672, p. 425.

166 Héraut Berry, p. 238 ; E. de Monstrelet, t. VI, p. 19-20.

167 Ibid., p. 439.

168 Le nom est aussi orthographié Festigny, ou Frétigny.

169 E. de Monstrelet, t. V, p. 25 ; Journal d’un bourgeois de Paris, p. 283 ; J. Chartier, t. I, p. 142 ; T. Basin, Histoire de Charles VII, t. I, p. 150 ; Héraut Berry, p. 433-434.

170 David Fiasson, « Un chien couché au pied du roi d’Angleterre ? Robert Jolivet, abbé du Mont Saint-Michel (1411-1444) », Annales de Normandie, n° 64, vol. 2, 2014, p. 47-72.

171 FEG, t. II, p. 124.

172 George A. Holmes, « Cardinal Beaufort and the crusade against the Hussites », English Historical Review, n° 88, 1973, p. 721-750.

173 Journal d’un bourgeois de Paris, p. 298.

174 Cartulaires de l’église de Térouane, éd. Th. Duchet et A. Giry, Saint-Ouen, Société des Antiquaires de Morinie, 1881, n° 323.

175 G. Cousinot, p. 332.

176 J. Chartier, t. I, p. 107 ; Journal du siège d’Orléans, p. 125.

177 E. de Monstrelet, t. IV, p. 355 : « Et avoient par avant ledit assault, ordonné par capitaineries, à chascun sa garde, ès lieux propices et convenables. »

178 J. Chartier, t. I, p. 112.

179 E. de Monstrelet, t. V, p. 92-94.

180 Journal d’un bourgeois de Paris, p. 309.

181 E. de Monstrelet, t. V, p. 184.

182 Département des Yvelines, arrondissement de Mantes-la-Jolie.

183 Journal d’un bourgeois de Paris, p. 308 et 310 ; E. de Monstrelet, t. V, p. 187.

184 BnF, Ms. Fr. 20889, 14 mars 1436.

185 G. du Fresne de Beaucourt, Histoire de Charles VII, t. III, p. 5 ss.

186 E. de Monstrelet, t. V, p. 199 ; J. Chartier, t. I, p. 223.

187 E. de Monstrelet, t. V, p. 221 ; Journal d’un bourgeois de Paris, p. 318-319 ; C. de Fauquembergue, Journal, t. III, p. 196 ; J. Chartier, t. I, p. 227-228. Les négociations pour son départ sont aussi favorisées par le fait que plusieurs des capitaines de l’armée française sont des nobles du parti bourguignon qu’il a fréquenté avant 1435, tels le maréchal de L’Isle-Adam ou le seigneur de Ternant.

188 Sur les événements qui conduisent à la prise de Paris, voir G. du Fresne de Beaucourt, Histoire de Charles VII, t. III, p. 3-7.

189 T. Rymer, Foedera, t. V, part. I, p. 39.

190 BnF, Ms. Fr. 4484, fol. 4 v.

191 Ibid., fol. 73 v – 74 r : une autre mention indique que l’armée est confiée à Jean de Luxembourg, qui a été nommé « lieutenant général sur le fait de la guerre », avec une retenue de 600 hommes d’armes et 1 000 hommes de trait. Les dépenses pour l’estat et la retenue de Jean de Luxembourg sont inscrites dans le compte, mais il n’y a rien de tel au sujet de l’évêque. Sur la campagne de l’Argonne en 1428, voir P. Champion, Guillaume de Flavy, p. 14-22.

192 Journal d’un bourgeois de Paris, p. 312.

193 E. de Monstrelet, t. V, p. 219.

194 ORF, t. XVI, p. 329 et 331.

195 Jean de Roye, Journal de Jean de Roye connu sous le nom de « chronique scandaleuse », 1460-1483, 2 vol., t. I, éd. B. de Mandrot, Paris, Renouard, 1894-1896, p. 40-41.

196 Ibid., p. 53.

197 ORF, t. XVI, p. 449 et 453.

198 Philippe de Commynes, Mémoires, 2 vol., t. I, éd. Joël Blanchard, Genève, Droz, 2007, p. 115 et 118.

199 J. de Roye, Journal, t. I, p. 181-182 ; Jean Maupoint, Journal parisien de Jean Maupoint, prieur de Sainte-Catherine-de-la-Couture (1437-1469), éd. G. Fagniez, Paris, Champion, 1878, p. 103-104.

200 ORF, t. XVI, p. 456 : ils apparaissent tous deux comme témoins d’un acte en faveur du comte d’Eu donné au Pont-de-l’Arche le 15 janvier 1466.

201 En 1452, au sujet de la révolte de Gand (G. Chastellain, t. III, p. 33-34) ; en 1467, au sujet de Liège (J. de Roye, t. I, p. 168).

202 BnF, Ms. Fr. 20685, p. 470, 508, 520, 541 et 593.

203 Ordre de chevalerie créé par Louis XI en 1469.

204 Jean Molinet, Chroniques, éd. G. Doutrepont et O. Jodogne, Bruxelles, Palais des Académies, 1935-1937, 3 vol., t. I, p. 173.

205 ORF, t. XVII, p. 422 ; BnF, Ms. Fr. 6759, fol. 73 v, 78 r et 94 r.

206 Xavier de la Selle, Le service des âmes à la cour. Confesseurs et aumôniers des rois de France du xiiie au xve siècle, Paris, École des Chartes, 1995, p. 280-281.

207 ORF, t. XVII, p. 398 et 422 ; t. XVIII, p. 138.

208 Sur le rôle et les pouvoirs du confesseur à l’armée royale, voir X. de la Selle, op. cit., p. 52-53.

209 BnF, Ms. Fr. 6759, fol. 139 v.

210 J. de Roye, t. I, p. 334.

211 Ibid., p. 345.

212 Charles Samaran, Jean de Bilhères-Lagraulas, cardinal de Saint-Denis : un diplomate français sous Louis XI et Charles VIII, Paris, Champion, 1921.

213 Id., La maison d’Armagnac au xve siècle et les dernières luttes de la féodalité dans le Midi de la France, Paris, A. Picard, 1907, p. 191 et 193.

214 ORF, t. XVIII, p. 281.

215 Ce personnage de grande envergure a retenu l’attention de nombre d’historiens et de généalogistes depuis le xviie siècle. Voir principalement : Catherine Reynaud, Charles de Bourbon, cardinal-archevêque de Lyon (1434-1488), thèse de l’École nationale des chartes, 1970 ; Jean-Marie de La Mure, Histoire des ducs de Bourbon et des comtes de Forez, 4 vol., t. II, éd. R. de Chantelauze, Paris, Potier, 1860-1897, p. 376-408 ; et enfin André Recoules, Le cardinal Charles II de Bourbon, un prélat calomnié, Moulins, Société d’Émulation du Bourbonnais, 2008 (un ouvrage qui ne repose pas sur des sources nouvelles mais reprend tous les travaux antérieurs sur le cardinal et en revoit l’interprétation).

216 Nicolas-Louis Achaintre, Histoire généalogique et chronologique de la maison royale de Bourbon, 2 vol., t. I, Paris, Mansut fils, 1825, p. 209.

217 Joseph-Louis Ripault Desormeaux, Histoire de la maison de Bourbon, 5 vol., t. II, Paris, Imprimerie royale, 1772-1788, p. 114-115 : « Était-ce à ces deux pontifes [Charles et son frère Louis, évêque de Liège], ministres de la paix, à verser le sang humain ! » et p. 249 : « on le voit au milieu des armées, à la tête du Conseil et des négociations, jouer le rôle de général et de ministre, mais jamais celui d’évêque ».

218 P. de Commynes, Mémoires, t. I, p. 17.

219 T. Basin, Histoire des règnes de Charles VII et de Louis XI, 4 vol., t. IV, éd. J. Quicherat, Paris, Renouard, 1855-1859, p. 401.

220 J.-M. de La Mure, op. cit., t. II, p. 287 (n.) et 391.

221 ORF, t. XVIII, p. 143 ; J. de Roye, t. I, p. 341-343 et 345 ; P. de Commynes, t. I, p. 118 et 133-134.

222 Ibid., p. 289 et 291.

223 J. de Roye, t. II, p. 45-46 ; ORF, t. XVIII, p. 249, 252, 254 et 262.

224 Procès de Jacques d’Armagnac, édition critique du ms. 2000 de la bibliothèque de Sainte-Geneviève, éd. J. Blanchard, Genève, Droz, 2012, p. 530 ; J. de Roye, t. I, p. 334 ; Henry de Surirey de Saint-Rémy, Jean II de Bourbon, duc de Bourbonnais et d’Auvergne, 1426-1488, Paris, Les Belles Lettres, 1944, p. 164-169.

225 J. de Roye, t. I, p. 208 ; J.-M. de La Mure, op. cit., t. II, p. 390.

226 J. de Roye, t. I, p. 215-216.

227 Ibid., p. 217 : « le dimenche XXXe et penultime jour d’octobre, oudit an IIIIc LXVIII, entre IX et X heures de matin, ledit duc de Bourgongne fist ordonner de bailler et livrer assault en icelle ville ; et y entra aussi le roy et les ducs de Bourgongne, monseigneur de Bourbon, messeigneurs de Lion, du Liège et Beaujeu, freres » ; CRHB, t. III, p. 290. Un chroniqueur énumère les chefs des trois batailles et place Jean et Charles de Bourbon à la tête de la deuxième, avec les frères de Savoie (Pierre François Xavier de Ram, Documents relatifs aux troubles du pays de Liège sous les princes-évêques Louis de Bourbon et Jean de Hornes, 1455-1505, Collection de chroniques belges inédites, M. Hayez, Bruxelles, 1844, p. 221-223).

228 Éric Chauvin, La politique militaire du cardinal Gìl Albornoz, légat du pape en Italie (1353-1357), thèse de l’Université Paris IV, dir. J. Favier, 1992, p. 323-335, observe le même phénomène.

229 Charles Fierville, Le cardinal Jean Jouffroy et son temps, Coutances, Salettes, 1874 ; et surtout Claudia Märtl, Kardinal Jean Jouffroy, Sigmaringen, J. Thorbecke, 1996.

230 Joseph Calmette, Louis XI, Jean II et la révolution catalane (1461-1473), Toulouse, Privat, 1902, p. 356-357.

231 BnF, Ms. Fr. 20879, n° 15-16 ; C. Märtl, op. cit., p. 225.

232 HGL, t. XI, p. 80 ; C. Samaran, La maison d’Armagnac au xve siècle, p. 180-185.

233 HGL, t. XI, p. 84-88 ; J. de Roye, t. I, p. 293 ; C. Fierville, op. cit., p. 201-205 ; Bernard de Mandrot, « Louis XI, Jean V d’Armagnac et le drame de Lectoure », dans Revue historique, 1888, p. 283-301 ; C. Samaran, La maison d’Armagnac au xve siècle, p. 185-198 ; C. Märtl, op. cit., p. 222-224.

234 HGL, t. XI, p. 89 ; J. de Roye, t. I, p. 296 ; « Chronica latina Sabaudiae », dans Monumenta historiae patriae, Scriptorum, t. I, Turin, 1840, col. 650 ; Antoine Pastor, « Libellus », éd. J. Calmette, dans Revue d’histoire et d’archéologie du Roussillon, t. II, 1901, p. 241-264 ; C. Fierville, op. cit., p. 201 ; C. Märtl, op. cit., p. 224-225 ; J. Calmette, op. cit., p. 364-370.

235 T. Basin, Histoire de Louis XI, 3 vol., t. II, éd. et trad. C. Samaran, M.-C. Garand, Paris, Les Belles Lettres, 1963-1972, p. 138-144 et 152-160.

236 J. de Roye, t. I, p. 293 : « Et entra dedens ladicte ville le cardinal d’Arras, qui moult vaillamment s’estoit porté devant icelle, en y tenant le siège pour le roy. »

237 Ibid., p. 296.

238 Lettre du 3 février 1473, éditée par C. Samaran, La maison d’Armagnac au xve siècle, p. 436-437.

239 Dans la nuit du 31 mars au 1er février. J. Calmette, op. cit., p. 361-362.

240 C. Samaran, La maison d’Armagnac au xve siècle, p. 436-437.

241 Louis de Lacger, Louis d’Amboise, évêque d’Albi, 1474-1503, 2 vol., Albi, Imprimerie coopérative du Sud-Ouest, 1950-1954, p. 26-30.

242 J. de Roye, t. I, p. 327.

243 L. de Lacger, op. cit., p. 15.

244 Lettres de Louis XI, 11 vol., t. V, éd. J. Vaesen et E. Charavay, Paris, Renouard, 1883-1909, p. 230-232 et 249-251 ; BnF, Ms. Fr. 20879, nos 17 et 18.

245 AN, K 71, n° 39 ; BnF, Ms. Fr. 20879, n° 18 (paiement de 100 hommes d’armes et 200 archers).

246 Lettres de Louis XI, t. V, p. 230-232.

247 Dans la lettre du 9 avril 1474, par exemple, il charge le gouverneur de Dauphiné de lever 100 lances et de les envoyer en Roussillon ; il dit avoir déjà écrit à d’autres capitaines pour qu’ils se mettent en marche, et avoir chargé Geoffroy de Chabannes, seigneur de Charlus, de faire venir des vivres à Narbonne avec Louis d’Amboise (Lettres de Louis XI, t. V, p. 224-232).

248 Le 11 janvier 1475, il écrit au roi : « Sire, M. le chancelier m’a escript qu’il est si tres joyeux que plus ne pourroit du service que les galères ont fait pour l’advitaillement de vostre armée, en me priant que les veuillez tousiours employer à vostre service. Aussi il escript aux patrons qu’ils me obéissent et n’y espargnent riens. Sire, il a esté bon besoing que je m’en soye aidié, et ne devriez vouloir pour ung million d’or que je ne les y aye employés. Car autrement il estoit impossible de vincre en Roussillon et en Sardagne » (lettre citée par L. de Lacger, Louis d’Amboise, p. 31).

249 Ibid., p. 33.

250 Ibid., p. 35-36.

251 Lettres de Louis XI, t. VI, p. 327-328 ; t. VII, p. 114 et 259-260 ; t. VIII, p. 43, 46-47 et 53-54.

252 Ibid., t. VII, p. 281-282 ; t. VIII, p. 26-29.

253 Ibid., t. VIII, p. 40-41.

254 Ibid., p. 157-159.

255 HGL, t. XI, p. 102-103.

256 L. de Lacger, Louis d’Amboise, p. 41-42.

257 BnF, Ms. Fr. 20879, n° 39.

258 Lettres de Louis XI, t. VIII, p. 40-41.

259 Bernard Chevalier, Guillaume Briçonnet (v. 1445-1514). Un cardinal-ministre au début de la Renaissance, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2005.

260 Gallia christiana, t. XIV, col. 1012 : « Memoratur inter caetera Carolum regem in Italiam secutus anno 1495, et, celebratissimo juxta Fornovium praelio, episcopum oblitus et militis memor, arrepto gladio in hostiles turmas animose ruens. »

261 J. Molinet, t. II, p. 414 : « Et, ainsy que lesdis Venissiens voloyent donner sur les Franchois, passa illec ung Estradiot, leur adversaire, ayant la croix blance et la croix rouge darrière, et choisy entre les coffres de chariage le seigneur de Saint-Malo sy le print par la robe, le cuidant emmener prisonnier ; mais fut rescoux par les lacquetz du seigneur, et l’Estradio tué. » Ce récit correspond à celui d’un témoin oculaire, un certain Gilbert Pointet, qui se trouvait parmi les bagages pendant la bataille, dont la lettre est éditée dans Jules Luette de la Pilorgerie, Campagne et bulletins de la grande armée d’Italie commandée par Charles VIII (1494-1495), Nantes, V. Forest et E. Grimaud, 1866, p. 356. La légende de Briçonnet portant les armes pourrait provenir d’une mauvaise compréhension du passage d’un rapport officiel de la bataille, imprimé et diffusé en France : « Auquel lieu, parlant ausdits Suysses, se trouva le cardinal de Saint Malo qui de deux hommes d’armes et de deux estradiotz avoit esté poursuivy ayans la croix blanche devant et la croix rouge derriere, l’arbalestre bendée et le raillon dessus » (édité dans René de Maulde La Clavière, Procédures politiques du règne de Louis XII, Paris, Imprimerie nationale, 1885, p. 669). L’arbalète dont il est question aurait pu être attribuée au cardinal, le texte n’étant pas très clair sur ce point, plutôt qu’à ses poursuivants.

262 P. de Commynes, t. I, p. 674.

263 Ibid., p. 632 et 666-669.

264 Gallia christiana, t. II, col. 845.

265 André de La Vigne, Le voyage de Naples, éd. A. Slerca, Milan, Vita e Pensiero, 1981, p. 242, v. 4167-4169 et p. 243, v. 4186.

266 Ibid., p. 231, v. 3722 ss. Le pape Alexandre VI était opposé à l’entreprise de Charles VIII en Italie ; à l’arrivée de l’armée française à Rome, il s’est enfermé au château Saint-Ange.

267 Rostan d’Ancezune (1494-1510), auparavant évêque de Fréjus (1487-1494).

268 Ibid., p. 307. Le terme « évêque de Cornouaille » désigne probablement l’évêque de Quimper, à cette époque Raoul le Chauve de Moël (1493-1501).

269 Françoise Janin, Georges d’Amboise, archevêque de Rouen et légat a latere (1493-1510), thèse de l’École nationale des chartes, 1995.

270 P. de Commynes, t. I, p. 666-669.

271 Paolo Giovio, Historiarum sui temporis, 2 vol. (Pauli Jovii opera, t. IV et V), t. I, éd. D. Visconti, T. C. Price Zimmermann, Rome, Libreria dello Stato, 1964-1985, p. 89 ; Yvonne Labande-Mailfert, Charles VIII : le vouloir et la destinée, Paris, Fayard, 1986, p. 338 ; Ivan Cloulas, Jules II, le pape terrible, Paris, Fayard, 1990, notamment p. 101.

272 Pape Pie II (Enea Silvio Piccolomini), I Commentarii, 2 vol., t. I, éd. L. Totaro, Milan, Adelphi, 2004, p. 894.

273 Ibid., t. I, p. 896 et t. II, p. 2130-2138.

274 David S. Chambers, Popes, Cardinals and War. The Military Church in Renaissance and Early Modern Europe, Londres, New York, I.B. Tauris, 2006, p. 78 ; Benjamin Weber, Lutter contre les Turcs : les formes nouvelles de la croisade pontificale au xve siècle, Rome, École française de Rome / Paris, Diffusion De Boccard, 2013, p. 323. La ville d’Otrante était alors occupée par les Turcs ottomans.

275 Jean d’Auton, Chroniques de Louis XII, 4 vol., éd. R. de Maulde La Clavière, Paris, Renouard, 1889-1895, t. I, p. 96 ; t. II, p. 242 ; t. III, p. 27, 37 et 57.

276 Jonathan Dumont, « La redéfinition du premier ordre au début de la Renaissance : l’exemple du cardinal d’Amboise », dans Jonathan Dumont, Laure Fagnart (dir.), Georges Ier d’Amboise (1460-1510). Une figure plurielle de la Renaissance, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013, p. 81-93.

277 Ibid., p. 85.

278 Francesco Guicciardini, Histoire d’Italie, 2 vol., t. I, éd. et trad. J.-L. Fournel, J.-C. Zancarini, Paris, Robert Laffont, 1996, p. 787. Le cardinal Sanseverino, évêque de Maillezais (1481-1508), cardinal en 1489, candidat au siège de Rouen en 1493, archevêque de Vienne (1497-1515), mort en 1516.

279 J. d’Auton, t. IV, p. 221-222.

280 Ibid., p. 31.

281 Ibid., p. 13-14.

282 FEG, t. XI, p. 188-200.

283 Étienne Delaruelle, Edmond-René Labande, Paul Ourliac, L’Église au temps du Grand Schisme et de la crise conciliaire (1378-1449), 2 vol., Tournai, Bloud & Gay, 1962 ; Roger Aubenas, Robert Ricard, L’Église et la Renaissance (1449-1517), Tournai, Bloud & Gay, 1951 ; Peter Partner, The Papal State under Martin V. The Administration and Government of the Temporal Power in the Early 15th Century, Londres, British School at Rome, 1958 ; Armand Jamme, Pouvoir, honneur ou profit. Les milieux laïcs d’Outremont dans l’Italie pontificale (deuxième moitié du xive siècle), thèse de l’Université Paris IV, dir. P. Contamine, 2000 ; id., Papauté, pouvoirs et culture politique, mémoire pour l’obtention de l’habilitation à diriger des recherches, dir. J.-M. Moeglin, 2011 ; D. Chambers, op. cit.

284 Ibid., p. 13-15.

285 Ibid., p. 18 ss.

286 Ibid., p. 28-31 ; Éric Chauvin, La politique militaire du cardinal Gil Albornoz, légat du pape en Italie (1353-1357), thèse de l’Université Paris IV, dir. J. Favier, 1992.

287 D. Chambers, op. cit., p. 61-63.

288 Ibid., p. 25-26.

289 Dans les années 1510, Jules II et Léon X recourent aussi à un Suisse, Matthäus Schinner, et un Anglais, Christopher Bainbridge, dans les guerres contre le roi de France (ibid., p. 118-132).

290 I. Cloulas, op. cit., p. 70.

291 J. d’Auton, t. IV, p. 78-85.

292 D. Chambers, op. cit., p. 35.

293 Ibid., p. 111 et 119-123 ; I. Cloulas, op. cit., p. 145 et 201-206.

294 Paul Pansier, « Les sièges du palais d’Avignon sous le pontificat de Benoît XIII », dans Annales d’Avignon et du Comtat Venaissin, t. IX, 1923, p. 5-187 ; François Baron, Le cardinal Pierre de Foix le vieux (1386-1464) et ses légations, Amiens, Yvert et Tellier, 1920 ; Léon Honoré de Labande, Avignon au xve siècle. Légation de Charles de Bourbon et du cardinal Julien de La Rovère, Monaco, Imprimerie de Monaco / Paris, A. Picard, 1920 ; Germain Butaud, Guerre et vie publique en Comtat Venaissin et à Avignon (vers 1350 – vers 1450), p. 187-258 ; id., « Les deux sièges du palais apostolique d’Avignon (1398-1411) », dans Christiane Raynaud (dir.), Villes en guerre (xive-xve siècles), Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 2008, p. 103-126.

295 Claude Faure, Étude sur l’administration et l’histoire du Comtat Venaissin du xiiie au xve siècle (1229-1417), Paris, Champion, 1909, p. 33-34.

296 Ibid., p. 50-59, en particulier p. 58.

297 En 1403, Benoît XIII a quitté Avignon pour la Catalogne ; Alexandre V, le pape du concile de Pise, est le premier à nommer un vicaire ; la principale charge de celui-ci est de soumettre Avignon et le Comtat, toujours gouvernés par les officiers du pape Benoît.

298 En 1433, Pierre de Foix est nommé légat dans les provinces d’Auch, de Toulouse, de Narbonne, d’Arles et d’Aix, ainsi que dans certains diocèses de la province d’Embrun (F. Baron, op. cit., p. 75).

299 L. H. de Labande, Avignon au xve siècle, p. 54-59.

300 A. Jamme, Les soudoyers pontificaux d’Outremont en Italie, p. 158-159. Guillaume de Penne, dans E. Martène, U. Durand, Thesaurus novus anecdotorum, t. III, col. 1460 : « Tout ce firent les gouverneurs, / Que pour le Pape estoient plusieurs, / Qui ne savoient rien de la guerre ; / Mais tousiours estoint en erre, / De rapiner or et argent, / Et de piller la pouvre gent. »

301 Augustin Theiner, Codex diplomaticus dominii temporalis Sancti Sedis. Recueil de documents pour servir à l’histoire du gouvernement des états du Saint-Siège, extraits des archives du Vatican, 3 vol., t. III, Rome, Imprimerie du Vatican, 1861-1862, p. 801, n° CCXLVII.

302 Sur la soustraction d’obédience, voir Noël Valois, La France et le Grand Schisme d’Occident, 4 vol., t. III, Paris, A. Picard, 1896-1902, p. 69-187 ; Le vote de la soustraction d’obédience en 1398, éd. H. Millet et E. Poulle, Paris, Éditions du CNRS, 1988.

303 Martin Alpartil, Chronica actitatorum temporibus Benedicti XIII, éd. Franz Ehrle, Paderborn, F. Schöningh, 1906, p. 45 ; Robert Brun, « Annales avignonaises de 1382 à 1410 extraites des archives Datini », dans Mémoires de l’Institut Historique de Provence, t. XII-XIV, 1935-1937, t. XIV, p. 45 ; P. Pansier, op. cit., p. 14-15.

304 Ibid., p. 16.

305 AN, L 375, n° 12.

306 Département des Bouches-du-Rhône, arrondissement d’Arles.

307 P. Pansier, op. cit., p. 21-25.

308 Ibid., p. 23-24.

309 Sur ces événements, voir N. Valois, op. cit., t. IV, p. 3-107.

310 P. Pansier, op. cit., p. 33 ; C. Faure, op. cit., p. 162 ; AD 84, C 5, fol. 29.

311 J. Le Fèvre, Journal, t. I, p. 22, 26, 30 et 121.

312 N. Valois, op. cit., t. II, p. 168.

313 BnF, Ms. Fr. 20885, n° 18-28.

314 P. Pansier, op. cit., p. 7-8.

315 Ibid., p. 33-38.

316 Bulle de nomination éditée dans C. Faure, op. cit., p. 222-224. Sur le Camérier François de Conzié, voir Hélène Millet, « Un archevêque de Narbonne grand officier de l’Église : François de Conzié (1347-1431) », dans Michelle Fournié, Daniel Le Blévec, L’archevêché de Narbonne au Moyen Âge, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2008, p. 185-211.

317 Antoine Péricaud, Notes et documents pour servir à l’histoire de Lyon, 13 vol., t. II, Lyon puis Roanne, Pélagaud, Lesné et Crozet puis Mougin-Rusand, puis Ferlay, 1836-1867, p. 35-36 (mai 1410).

318 H. Müller, Die Franzosen, Frankreich und das Basler Konzil, t. II, p. 598-618 ; Jules Chevalier, Mémoires pour servir à l’histoire des comtés de Valentinois et de Diois, 2 vol., t. I, Paris, Picard, 1897-1906, p. 398-466.

319 Depuis 1275, les évêchés de Valence et de Die sont réunis et gouvernés par un seul évêque, qui siège à Valence.

320 Du moins parmi les prélats, car l’office de recteur a parfois été confié à des laïcs.

321 H. Müller, op. cit., t. II, p. 599.

322 La bataille a eu lieu près de La Motte-Chalancon (département de la Drôme, arrondissement de Die). Voir G. Butaud, Guerre et vie publique en Comtat Venaissin et à Avignon, p. 176-186. En ce qui concerne les sources, le récit le plus complet est celui du Religieux de Saint-Denis (RSD, t. II, p. 392-400) ; voir aussi JJU, Histoire de Charles VI, p. 403-404 ; R. Brun, Annales avignonaises, t. XIV, p. 27-29.

323 RSD, t. II, p. 398.

324 Dont la principale possession est le comté de Valentinois. D’ailleurs, en 1411, le capitaine du siège du palais d’Avignon n’est autre que Philippe de Poitiers, frère de l’évêque de Valence (P. Pansier, op. cit., p. 86).

325 H. Müller, op. cit., t. II, p. 599.

326 Charles Cottier, Notes historiques concernant les recteurs du ci-devant comté Venaissin, Carpentras, Proyer, 1806, p. 113.

327 C. Faure, op. cit., p. 168-169 ; G. Butaud, Guerre et vie publique, p. 301-303 ; Monique Zerner, Le cadastre, le pouvoir et la terre. Le Comtat Venaissin pontifical au début du xve siècle, Rome, École française de Rome, 1993, p. 29.

328 J. Chevalier, op. cit., t. I, p. 454 et n. 1. Il apparaît ainsi dans sa bulle de nomination : « personam tuam, spiritualium et temporalium experiencie dotibus illustratam, ac in magnis expertam et in arduis eximia probitate et fidelitate probatam, ac opere potentem pariter et sermone » (« ta personne, illustre par son expérience des affaires spirituelles et temporelles, experte dans les grandes affaires, puissante tant par les actes que par la parole, et qui a prouvé son exceptionnelle probité et sa fidélité dans les moments difficiles »).

329 F. de Grailly, « Révolte des Avignonais et des Comtadins contre le pape Eugène IV », dans Mémoires de l’Académie du Vaucluse, t. XVI, 1897, p. 324-343 ; N. Valois, La crise religieuse du xve siècle. Le pape et le concile (1418-1450), 2 vol., t. I, Paris, A. Picard, 1909, p. 260-270 ; F. Baron, op. cit., p. 53-75 ; H. Müller, op. cit., t. II, p. 475-500 et 648-658 ; G. Butaud, op. cit., p. 248-258.

330 H. Müller, op. cit., t. II, p. 601.

331 Miguel Del Verms, « Chronique des comtes de Foix, en langue béarnaise », éd. J. A. C. Buchon, dans Choix de Chroniques et mémoires sur l’histoire de France, Paris, Desrez, 1836-1838, p. 595.

332 H. Müller, op. cit., t. II, p. 475-486.

333 HGL, t. IX, p. 1082-1085 et 1114-1115.

334 H. Müller, op. cit., t. II, p. 486-492.

335 Ibid., t. I, p. 462-466.

336 Puis de Tarbes (1440-1461).

337 Auparavant évêque de Montauban.

338 Puis de Saint-Pons de Thomières (1434-1463), où il doit affronter pendant plusieurs années Isarn Azémar pour s’imposer (ibid., t. II, p. 701-715). Géraud est un neveu de Guillaume de Champeaux.

339 Transféré à Cavaillon (1433-1436).

340 Ils sont cités par une lettre des syndics d’Avignon au concile de Bâle éditée dans E. Martène, U. Durand, Veterum scriptorum et monumentorum historicorum, dogmaticorum, moralium, amplissima collectio, 9 vol., t. VIII, Paris, Montalant, 1724-1733, col. 592-595.

341 La lettre est éditée dans E. Martène, U. Durand, Amplissima collectio, t. VIII, col. 592-593.

342 J. Quicherat, « Rodrigue de Villandrando », dans Bibliothèque de l’École des Chartes, t. I, 1844, p. 144-146 (Quicherat n’était pas au courant des liens de Villandrando avec le concile et l’affaire d’Avignon) ; F. de Grailly, op. cit., p. 331 ; Testament du cardinal Pierre de Foix (3 août 1464), éd. L. H. Labande, H. Requin, Paris, Imprimerie nationale, 1900, p. 20-21.

343 AD 84, C 12, fol. 11-12 et 18.

344 Ibid., fol. 16-23. Au sujet de la cavalcade dans le Comtat, voir M. Zerner, op. cit., p. 162-166.

345 AD 84, C 12, fol. 7.

346 Ibid., fol. 23.

347 Dans son testament, le cardinal Pierre de Foix dit avoir payé toutes ses troupes sur ses propres fonds du moment où elles sont entrées dans le Comtat jusqu’à la fin du siège d’Avignon, soit pendant deux mois environ. Il a payé aussi les dépenses en matériel, notamment en poudre et en boulets de bombarde. En tout, il déclare avoir dépensé les 50 000 écus d’or et 1 000 marcs d’argent qu’il possédait alors, et avoir été en plus débiteur de 100 000 florins de monnaie d’Avignon. Et encore, ces sommes n’incluent pas l’état du comte de Foix, qui n’a jamais été payé (Testament du cardinal Pierre de Foix, p. 21).

348 Autre exemple : en 1427, 50 hommes d’armes sont levés à 15 florins par mois chacun, ainsi que 50 arbalétriers à 6 florins ; ce qui fait, pour un mois, 750 florins pour les gens d’armes, plus 300 florins pour les gens de trait. 100 hommes d’armes coûteraient donc 1 500 florins par mois (M. Zerner, op. cit., p. 165).

349 E. Martène, U. Durand, Amplissima collectio, t. VIII, col. 592-593.

350 AD 84, C 12, fol. 39 ; F. Baron, op. cit., p. 75.

351 E. Martène, U. Durand, Amplissima collectio, t. VIII, col. 593.

352 F. Baron, op. cit., p. 72.

353 Ibid., p. 74-75.

354 Ibid., p. 87-88 ; H. Müller, op. cit., t. II, p. 530-531. Hugues de Theyssiac, évêque de Vaison (1409-1445), était aussi administrateur de Saint-Paul-Trois-Châteaux (1411-1445).

355 F. Baron, op. cit., p. 93-95 et 110-111.

356 G. Butaud, Guerre et vie publique, p. 351 ss.

357 Le cardinal avait pris des précautions à ce sujet dans son testament : voir Testament du cardinal Pierre de Foix (3 août 1464), op. cit. Le comte Jean est mort en 1436 ; son fils Gaston IV a hérité de ses créances. Le cardinal lègue donc 10 000 écus à son neveu afin que celui-ci n’élève aucune réclamation contre l’Église.

358 Et cardinal lui-même en 1476. En 1464, il est déjà clerc, mais ne semble pas posséder de bénéfice. En 1475, il est protonotaire apostolique, puis obtient l’évêché d’Aire, qu’il cumule bientôt avec celui de Vannes (1476), et enfin celui de Bayonne (1484) ; il meurt en 1490.

359 F. Baron, op. cit., p. 117-121 ; L. H. de Labande, Avignon au xve siècle. Légation de Charles de Bourbon et du cardinal Julien de La Rovère, Monaco, Imprimerie de Monaco / Paris, A. Picard, 1920, p. 81-100.

360 Ibid., p. 114-165 et 202-222.

361 Ibid., p. 204-206.

362 James A. Brundage, « Adhémar of Le Puy : the bishop and his critics », dans Speculum, t. XXXIV, 1959, p. 201-212.

363 Abbé de Mangin, Histoire ecclésiastique et civile, politique, littéraire et topographique du diocèse de Langres, et de celui de Dijon, qui en est un démembrement, 3 vol., t. III, Paris, Bauche, 1765, p. 262, 326 et 366.

364 P. Anselme, op. cit., t. II, p. 145.

365 Ibid., p. 154.

366 Recueil des historiens des Gaules et de la France, 24 vol., t. XX, éd. M. Bouquet puis L. Delisle (dir.), Paris, Imprimerie royale puis V. Palmé, 1738-1904, p. 306 (dorénavant RHGF).

367 Voir notamment HGL, t. VI, p. 284, 287 et 530, et Marie-Humbert Vicaire, « Les clercs de la croisade », Cahiers de Fanjeaux, n° 4, « Paix de Dieu et guerre sainte en Languedoc au xiiie siècle », Toulouse, Privat, 1969, p. 269-280.

368 Il se croise en 1188 (Rigord, « Gesta Philippi Augusti », dans Œuvres de Rigord et de Guillaume Le Breton, t. I, éd. H. François Delaborde, Paris, Renouard, 1882-1885, p. 83), participe au siège d’Acre (1190) et à la bataille d’Arsouf en 1191 (Ambroise, L’estoire de la guerre sainte, éd. G. Paris, Paris, Imprimerie nationale, 1897, col. 79 et 172 ; Richard de la Sainte-Trinité, « Itinerarium peregrinorum et gesta regis Ricardi », dans Chronicles and Memorials of the Reign of Richard I, 2 vol., éd. William Stubbs, Londres, Longman Green, 1864-1865, p. 67, 261 et 269) ; enfin, il est en Languedoc en 1210 et 1215 (HGL, t. VI, p. 341 et 455).

369 FEG, t. III, p. 157.

370 FEG, t. XIII, p. 104-107.

371 GEA, t. II, p. 322-328.

372 Šmahel Frantiŝek, La révolution hussite, une anomalie historique, Paris, Presses universitaires de France, 1985 ; Norman Housley, Religious Warfare in Europe, 1400-1536, Oxford, Oxford University Press, 2002.

373 Les archevêques de Mayence, Cologne et Trêves, les évêques de Spire, Würzbourg, Bamberg et Liège (Thomas A. Fudge, The Crusades against Heretics in Bohemia, 1418-1437. Sources and Documents for the Hussite Crusades, Aldershot, Ashgate, 2002, p. 105-111 et 129-132 ; sur l’évêque de Liège, Jean de Stavelot, Chronique, p. 188-192 ; E. de Monstrelet, t. III, p. 408).

374 Benjamin Weber, Lutter contre les Turcs : les formes nouvelles de la croisade au xve siècle, Rome, École française de Rome / Paris, Diffusion De Boccard, 2013 ; Norman Housley, Crusading and the Ottoman Threat, 1453-1505, Oxford, Oxford University Press, 2012.

375 B. Weber, op. cit., p. 56-57 ; D. Chambers, op. cit., p. 48-49.

376 Ibid., p. 48.

377 Jacques Paviot, Les ducs de Bourgogne, la croisade et l’Orient, Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 2003, p. 59-176.

378 B. Chevalier, Guillaume Briçonnet, p. 397.

379 G. Chastellain, t. III, p. 334 : « Mesmes cestui evesque avoit fait faire son harnois complet à intention d’y aller infailliblement. »

380 Malte Prietzel, Guillaume Fillastre der Jüngere (1400/07-1473). Kirchenfürst und herzoglich-burgundischer Rat, Stuttgart, J. Thorbecke, 2001, p. 158.

381 Yvon Lacaze, Un représentant de la polémique antimusulmane au xve siècle, Jean Germain, évêque de Nevers et de Chalon-sur-Saône (1400-1461), École nationale des chartes, positions des thèses, 1958 ; Joseph Toussaint, Les relations diplomatiques de Philippe le Bon avec le concile de Bâle, 1431- 1449, Louvain, Bibliothèque de l’Université, 1942, p. 22 ; Charles Schefer, « Le discours du voyage d’Outre-Mer au très victorieux roi Charles VII prononcé en 1452 par Jean Germain évêque de Chalon », dans Revue de l’Orient latin, t. III, 1895, p. 303-343.

382 Marie-Thérèse Caron, Les vœux du faisan, noblesse en fête, esprit de croisade : le manuscrit 11594 de la Bibliothèque nationale de France, Turnhout, Brepols, 2003 ; Heribert Müller, Kreuzzugspläne und Kreuzzugspolitik des Herzogs Philipp des Guten von Burgund, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1993.

383 J. Paviot, op. cit., p. 207-231.

384 David Aubert, Croniques et Conquestes de Charlemaine, 3 vol., éd. Robert Guiette, Bruxelles, Palais des Académies, 1940-1951.

385 Joseph Maria Gerardus Schobben, La part du Pseudo Turpin dans les Croniques et Conquestes de Charlemaine de David Aubert, La Haye, Paris, Mouton, 1969 ; id., Contribution à l’étude des sources de David Aubert, La Haye, Paris, Mouton, 1972.

386 D. Chambers, op. cit., p. 69-71 ; B. Weber, op. cit., p. 60.

387 En 1562, par exemple, le cardinal-évêque d’Albi conduit ses troupes lors du massacre des protestants de Gaillac (HGL, t. XI, p. 398-399 et 428-429) ; en 1568, l’évêque Charles d’Escars est capitaine de Poitiers pour le roi (BnF, Ms. Fr. 20887, n° 8).

388 T. Basin, Histoire des règnes de Charles VII et de Louis XI (éd. J. Quicherat), t. IV, p. 395-403. Sur les remontrances de l’archevêque et leurs suites, Jean Favier, Louis XI, Paris, Fayard, 2001, p. 336-337.

389 T. Basin, op. cit., t. IV, p. 401.

390 Albert Rigaudière, Saint-Flour, ville d’Auvergne au bas Moyen-Âge. Étude d’histoire administrative et financière, 2 vol., t. I, Paris, PUF, 1982, p. 296-312 ; Louis-Antoine-Marie Chaludet, Les évêques de Saint-Flour, 2 vol., t. I, Aurillac, Baucharel, 1916-1926, p. 197-212.

391 Ibid., p. 200.

392 AN, JJ 205, fol. 61 v.

393 L. Chaludet, op. cit., t. I, p. 239 et 243-246.

394 Véronique Julerot, « Y a ung grand désordre ». Élections épiscopales et schismes diocésains sous le règne de Charles VIII, Paris, Publications de la Sorbonne, 2006, p. 448.

395 T. Basin (éd. J. Quicherat), t. IV, p. 402.

396 CRHB, t. I, p. 202 ; Jean Masselin, Journal des états généraux de France tenus à Tours en 1484 sous le règne de Charles VIII, éd. A. Bernier, Paris, Imprimerie royale, 1835, p. 326-328 et 340-342.

397 Estienne Médicis, Le livre de Podio ou Chroniques de Estienne Médicis, bourgeois du Puy, 2 vol., t. I, éd. A. Chassaing, Le Puy-en-Velay, Société académique du Puy, Marchessou, 1869-1874, p. 252-254 ; Pierre Caillet, Jean de Bourbon, évêque du Puy, abbé de Cluny, lieutenant général en Languedoc et en Forez, 1413 (?)-1485, Le Puy-en-Velay, Imprimerie La Haute-Loire, 1929, p. 21-25 ; HGL, t. XI, p. 57-58.

398 T. Basin, Histoire de Louis XI, t. I, p. 206-208.

399 J. Maupoint, Journal, p. 98-99.

400 P. de Commynes, t. I, p. 117.

401 Jean de Haynin, Les mémoires de messire Jean, seigneur de Haynin et de Louvegnies, 1465-1477, 2 vol., t. I, éd. R. Chalon, Mons, E. Hoyois, 1842, p. 138.

402 J.-M. de La Mure, Histoire des ducs de Bourbon et des comtes de Forez, p. 206-212.

403 Édouard Garnier, Louis de Bourbon, évêque prince de Liège (1455-1482), Paris, Dumoulin, 1860, p. 132.

404 Guillaume de Jaligny, Histoire de plusieurs choses mémorables advenues du règne de Charles VIII roy de France, és années 1486, 1487, 1488 et 1489, éd. D. Godefroy, dans Denys Godefroy, Histoire de Charles VIII, roy de France, Paris, Imprimerie royale, 1684, p. 14-15 et 68. Quelques pièces relatives à leur captivité et à leur procès p. 571-573.

405 G. de Jaligny, p. 15 ; L. de Lacger, Louis d’Amboise, p. 42-44.

406 HGL, t. XI, p. 113-115.

407 N. Valois, La France et le Grand Schisme, t. III, p. 448 n. ; HGL, t. IX, p. 993.

408 Ibid., p. 1000-1001.

409 Ibid., p. 1018-1019.

410 Gallia christiana, t. II, p. 534 ; FEG, t. VIII, p. 128 ; N. Valois, op. cit., t. IV, p. 197 n. ; Acta concilii Constanciensis, 4 vol., t. II, éd. H. Finke et al., Münster, Regensberg, 1896-1928, p. 62, 64 et 303 ; AN, XIA 1480, fol. 30 v et 45 v ; XIA 60, fol. 398 b.

411 BnF, Baluze 70, fol. 228 r – 229 r ; Le Midi et le Grand Schisme, p. 371 ; H. Müller, op. cit., t. II, p. 622-623. Par un accord daté du 25 novembre 1431, Pierre d’Estaing abandonne ses prétentions (ASV, Reg. Suppl. 264, fol. 29 v – 30 r).

412 N. Valois, Histoire de la Pragmatique Sanction de Bourges sous Charles VII, Paris, A. Picard, 1906, p. lxv-lxvi.

413 Jean-Louis Gazzaniga, L’église du midi à la fin du règne de Charles VII, 1444-1461, d’après la jurisprudence du parlement de Toulouse, Toulouse, M. Espic, 1976, p. 152-154.

414 Pierre Imbart de la Tour, Les origines de la Réforme, 4 vol., t. II, Paris, Hachette, 1905-1935, p. 219.

415 V. Julerot, op. cit., p. 19-21.

416 Honoré Fisquet, La France pontificale, 22 vol., t. VI, Paris, E. Repos, 1864-1873, p. 150-152.

417 Jehan Nicolay, Kalendrier des guerres de Tournai (1477-1479), éd. F. Hennebert, Tournai, Malo et Levasseur, 1853-1856, p. 43-45, 65 et 105 ; J. Molinet, t. I, p. 215-216 et 236-237.

418 AN, XIA 4798, fol. 338 r-v ; N. Valois, Histoire de la Pragmatique Sanction, p. xcvi-xcvii.

419 Au xve siècle, le roi prétend que tous les évêques du royaume sont sous sa protection et lui doivent le serment de fidélité (voir deuxième partie).

420 Jacques du Clercq, Mémoires, de 1448 à 1467, éd. J. A. C. Buchon, dans Choix de chroniques et mémoires sur l’histoire de France, xve siècle, Paris, A. Desrez, 1838, p. 85 ; C. Märtl, Kardinal Jean Jouffroy, p. 259-261.

421 Héraut Berry, p. 400 ; C. Samaran, La maison d’Armagnac au xve siècle, p. 114 ss.

422 HGL, t. IX, p. 1000-1001.

423 HGL, t. XI, p. 27-28 ; Léon Ménard, Histoire civile, ecclésiastique et littéraire de la ville de Nismes, 7 vol., t. III, Paris, Chaubert, 1744-1758, p. 215, 219 et 221.

424 Lettres de Charles VIII roi de France, 5 vol., t. IV, éd. P. Pélicier, Paris, Renouard, 1898-1905, p. 239-241 et 348-349 ; Mikhael Harsgor, Recherches sur le personnel du conseil du roi sous Charles VIII et Louis XII, 4 vol., t. III, thèse de l’Université Paris IV, 1972, p. 2451-2453.

425 Émile Jolibois, « Bernard de Casilhac et Robert Dauphin se disputent le siège épiscopal d’Albi », dans Revue historique, scientifique et littéraire du département du Tarn, t. I, 1877, p. 273-277 et 289-293 ; N. Valois, Histoire de la Pragmatique Sanction, p. lxvi-lxvii ; H. Müller, op. cit., p. 684-701.

426 E. Jolibois, op. cit., p. 275-277 ; J. Quicherat, Rodrigue de Villandrando, p. 198-201.

427 Ibid., p. 202 ; E. Jolibois, op. cit., p. 289.

428 AN, XIA 4799, fol. 98 v – 99 r.

429 AN, XIA 71, fol. 117 v – 119 v.

430 Département de l’Ariège.

431 À Pamiers, la cathédrale ne se trouve pas dans la cité épiscopale.

432 Jules de Lahondès, Annales de Pamiers, 2 vol., t. I, Toulouse, Privat, 1882-1884, p. 300-301 et 304-305.

433 Aujourd’hui La Tour-du-Crieu, département de l’Ariège, arrondissement de Pamiers.

434 Ibid., p. 306 et 308.

435 Ibid., p. 311 et 313.

436 HGL, t. XI, p. 134.

437 J. de Lahondès, op. cit., t. I, p. 320.

438 Lieurac, département de l’Ariège, arrondissement de Foix.

439 J. de Lahondès, op. cit., t. I, p. 332.

440 Ibid., p. 357 et 363.

441 Ibid., p. 366.

442 L. Ménard, op. cit., t. III, p. 215 et 219.

443 HGL, t. IX, p. 1000-1001.

444 Terme couramment utilisé dans le dernier quart du xve siècle. Selon A. Pastor, Libellus, p. 255, il s’agit de piétons armés de lances et de boucliers qui sont capables de lutter contre les gens d’armes montés.

445 J. Quicherat, Rodrigue de Villandrando, p. 143-144 ; E. Jolibois, op. cit., p. 276.

446 J. de Lahondès, op. cit., t. I, p. 305-306. En août 1474, Mathieu d’Artigueloube se fait même donner des troupes prélevées sur l’armée royale qui marche sur Perpignan. Il est donc appuyé par le roi lui-même, ou au moins par quelqu’un de suffisamment influent pour permettre que des gens d’armes aux gages du roi aillent le servir lui, un candidat à l’évêché de Pamiers. Ce n’est probablement pas une coïncidence si, en 1473, Mathieu a été ordonné prêtre à Paris. Il prétend aussi avoir des lettres de la chancellerie royale.

447 Ibid. Un capitaine écossais du nom de Palhan est mentionné en 1472 avec un nommé Bertrand de Roaix, probablement un Français (p. 300) ; les Aragonais le sont en 1474 (p. 306) et en 1477 (p. 311).

448 E. Jolibois, p. 275. Les Casilhac auraient tiré 5 000 écus d’or de la vente des objets précieux de la cathédrale.

449 J. de Lahondès, op. cit., t. I, p. 305.

450 M. Harsgor, op. cit., t. IV, p. 2452.

451 E. Jolibois, op. cit., p. 276, lui prête 7 000 à 8 000 cavaliers ; la source n’est pas citée.

452 En 1439, le connétable Arthur de Richemont fait le siège de Meaux avec environ 6 500 combattants (P. Contamine, Guerre, État et société, t. I, p. 263).

453 E. Jolibois, op. cit., p. 274-275.

454 V. Julerot, op. cit., p. 347.

455 C. Samaran, Jean de Bilhères-Lagraulas, p. 89-90.

456 Il n’est pas rare que les serviteurs d’un grand personnage prennent des initiatives. Voir Claude Gauvard, Violence et ordre public au Moyen Âge, p. 227-244.

457 V. Julerot, op. cit., p. 348.

458 Ibid., p. 350.

459 Ibid.

460 Ibid., p. 347 ; AN, XIA 4838, fol. 284 v (15 juin 1497).

461 AN, XIA 4825, fol. 57 r – 59 v ; V. Julerot, op. cit., p. 229-230.

462 Il est plus tard évêque de Vabres (1486-1499) et juge dans l’affaire de l’évêché de Béziers (AN, XIA 4838, fol. 284 v).

463 V. Julerot, op. cit., p. 454.

464 Ibid., p. 347-348 n.

465 Ibid., p. 455.

466 C. Reynaud, Charles de Bourbon cardinal archevêque de Lyon (1434-1488), p. 37-38.

467 Acta concilii Constanciensis, t. II, p. 672.

468 AN, XIA 4825, fol. 56 v – 57 r.

469 Sur la vie et la personnalité de ce prélat, voir Bernard Guenée, Entre l’Église et l’État. Quatre vies de prélats français à la fin du Moyen Âge (xiiie-xve siècle), Paris, Gallimard, 1987, p. 125-299 (l’affaire de Limoges n’est pas abordée dans cet ouvrage).

© Presses universitaires de Provence, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search