Version classiqueVersion mobile

Prélats et hommes de guerre dans la France du XVe siècle

 | 
Fabien Roucole

Introduction

Texte intégral

1Tout au long du Moyen Âge, périodiquement, des hommes d’Église se distinguent les armes à la main lors de grandes batailles. Ce sont généralement des évêques, et ils ne se battent pas toujours pour des motifs religieux, loin de là. Plusieurs d’entre eux sont célèbres : l’évêque Odon, qui encourage les chevaliers normands sur la broderie de Bayeux (v. 1070), Philippe de Dreux, qui joue de la masse d’armes à la bataille de Bouvines (1214), Jean de Montaigu, tué à la bataille d’Azincourt (1415), ou encore le pape Jules II (1503-1513), auxquels s’ajoutent quelques personnages fictifs tels que l’archevêque Turpin de la Chanson de Roland, le frère Tuck de la légende de Robin des Bois, ou, plus tardivement, le terrible frère Jehan des Entommeures de Rabelais. Bien d’autres encore s’impliquent dans les guerres de manière moins spectaculaire, en aidant financièrement un parti, en lui fournissant des troupes ou des conseils. Bien souvent, ils le font par devoir, les coutumes féodales les obligeant à fournir une aide militaire à leur souverain. Mais certains se montrent bien plus zélés que d’autres, et outrepassent les limites que le droit canon leur impose.

2Ces personnages, toujours présents mais toujours minoritaires, ont toujours été diversement jugés car ils sortent des normes. Ils transgressent en effet les règles du droit canon, qui interdit aux clercs de porter les armes, de se battre et de verser le sang. De leur temps, ils sont perçus comme des monstres, comme des présomptueux, ou au contraire comme des héros. Certains sont tournés en ridicule, d’autres scandalisent ou choquent leurs contemporains tout comme les historiens qui les étudient au xixe siècle. Pour d’autres, les mêmes personnages sont des héros qui se sont battus vaillamment pour une cause juste. La société de leur temps est donc largement divisée à leur sujet. L’objet de cet ouvrage est donc d’étudier le comportement des prélats français qui, au xve siècle, font usage de la force armée dans des circonstances variées, et de mettre en lumière les problèmes juridiques et moraux que ces pratiques soulèvent, afin de comprendre comment ils s’insèrent dans la société de leur temps.

  • 1 Benoist Pierre, La monarchie ecclésiale. Le clergé de cour en France à l’époque moderne, Seyssel, C (...)

3En France, la participation d’évêques ou autres ecclésiastiques aux conflits armés peut être considérée comme habituelle au moins jusqu’au xive siècle, puis de façon plus atténuée jusqu’au début du xvie. Cette pratique disparaît par la suite, mais pas définitivement : quelques évêques prennent encore les armes pendant les affrontements religieux des années 1562-1598, et jusque dans les années 1640 Louis XIII confie des commandements militaires au cardinal de Richelieu ou à d’autres ecclésiastiques1.

4Si nous nous tournons plus particulièrement vers le xve siècle, un certain nombre de prélats français se distinguent alors dans le métier des armes, d’abord dans le cadre de la guerre de Cent Ans. Comme Jean de Montaigu, Philippe de Gamaches, abbé de Saint-Faron de Meaux, puis de Saint-Denis, combat les Bourguignons et les Anglais avec ardeur. Dans le camp de ses adversaires, Louis de Luxembourg, évêque de Thérouanne, mène une guerre sans merci en tant que chancelier de France pour le roi Henri VI. Dans la seconde moitié du xve siècle, la fin du conflit franco-anglais ne fait pas disparaître ces pratiques. Charles de Bourbon, archevêque de Lyon, est resté dans les mémoires comme un prélat plus porté sur les armes que sur le sacerdoce, alors que le cardinal Jean Jouffroy conduit les troupes royales contre le comte d’Armagnac. Même quand le royaume est pacifié, quand les rois tournent leurs ambitions vers l’Italie, il se trouve encore quelques évêques pour prendre les armes. Pourtant, au cours de la période, le pouvoir monarchique se renforce, malgré une crise sévère au début du xve siècle et se dote d’une armée moderne, permanente et soldée, ce qui relègue l’ancien service des possesseurs de fiefs au second rang. Cette évolution a pu rendre caduques les obligations militaires des prélats, issues de l’époque féodale : c’est l’une des hypothèses que ce travail doit discuter.

5La France ne fait pas exception : de la péninsule ibérique à la mer Baltique, toute la chrétienté latine est concernée par ces pratiques, mais avec des spécificités régionales. Les puissants évêques de la vallée du Rhin évoluent dans un milieu différent de celui des prélats italiens, ou des évêques français qui fréquentent la cour du roi. Tout en nous concentrant sur le royaume de France, on ne s’interdira pas de jeter un regard vers les pays d’Empire, l’Angleterre ou l’Italie, lorsque cela permettra d’éclairer la situation en France.

6Cette situation doit être mise en relation avec les événements qui agitent l’Église à partir du Grand Schisme ajoutent encore à l’intérêt de la période. Le xve siècle est le temps des grands conciles œcuméniques de Bâle puis de Constance, dont l’un des objectifs est la réforme de l’Église « dans la tête et dans les membres ». Parmi bien d’autres sujets, le droit des prélats à faire la guerre et à porter les armes y est effectivement discuté : il est donc intéressant de déterminer à quel point ces conciles et le mouvement de réforme du xve siècle ont contribué à faire évoluer le comportement des évêques, cardinaux et abbés, à côté des évolutions de la société et des structures du pouvoir monarchique.

7C’est donc parce qu’à cette époque l’usage de la violence par les ecclésiastiques est critiqué et remis en cause, qu’il est toujours présent mais diminue progressivement, que le xve siècle présente un attrait particulier. Nous avons donc choisi d’étudier le phénomène sur une période qui s’étend du Grand Schisme (1378-1417), au cours de laquelle la réforme de l’Église devient l’un des sujets de réflexion majeurs, et le début du xvie siècle, avant que les thèses de Luther ne viennent bouleverser la situation.

8Nous laisserons de côté les simples clercs, prêtres et moines. Non pas qu’ils se soient tous tenus à l’écart des conflits médiévaux : les archives ecclésiastiques attestent que ce n’est pas le cas. Mais les prélats forment un groupe particulier, car ce sont des hommes de pouvoir, et car ce sont aussi, en plus d’être des clercs, des seigneurs temporels. Par la force des choses, les normes morales et juridiques qui régissent leurs actes ne sont pas les mêmes.

9Qu’est-ce qu’un prélat ? Le terme n’est pas particulièrement précis. En latin, le mot praelatus désigne « celui qui est au-dessus ». Le mot prélat désigne donc celui qui commande dans le clergé. Il est évident que les cardinaux, les archevêques, les évêques et les abbés en font partie. En ce qui concerne les doyens des chapitres cathédraux, les archiprêtres et archidiacres, les prieurs, il est plus délicat de se prononcer. Certains textes médiévaux les comptent parmi les prélats. Dans ce travail, par commodité, ce n’est pas le cas.

10De même sont exclus les dignitaires des ordres religieux de chevalerie, soit, pour la France de cette époque, de l’ordre de l’Hôpital. Les chevaliers de Saint-Jean, en effet, ne sont pas des clercs. Bien qu’encadrés par l’Église, ils restent des laïcs. Leur participation à des guerres entre chrétiens peut faire débat, elle ne pose pas les mêmes problèmes que celle des gens d’Église qui célèbrent l’office religieux et la messe.

11Cet ouvrage est divisé en trois parties. La première est consacrée aux pratiques : il s’agit d’abord d’exposer pour quels motifs et de quelle manière des prélats s’impliquent dans les conflits armés, et d’évaluer à quel point leur participation à ces derniers est fréquente. Une deuxième partie aborde les questions de droit, c’est-à-dire les rapports féodaux entre le roi et les prélats, ainsi que les limites posées par le droit canon. Quant à la troisième partie, elle permet de traiter les aspects moraux du sujet, à travers l’étude des portraits que les chroniqueurs et poètes dressent des prélats qui se mêlent de « l’effusion de sang humain », pour reprendre une expression en vogue chez les juristes de leur temps.

Notes

1 Benoist Pierre, La monarchie ecclésiale. Le clergé de cour en France à l’époque moderne, Seyssel, Champ Vallon, 2013.

© Presses universitaires de Provence, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search