Version classiqueVersion mobile

L’édition sous Charles IV

 | 
Joan Cavaillon Giomi

L’économie du livre à la fin de l’Ancien Régime

Conclusion générale

Texte intégral

1Au terme de cette étude, il apparaît que les annonces de librairie publiées dans la presse madrilène relevaient d’une incontestable stratégie éditoriale. Aussi revêtirent-elles un enjeu indéniable aussi bien pour le public que pour les commerçants de livres ou la Couronne. En effet, pour les lecteurs, elles permettaient de se tenir au fait de l’actualité littéraire tant au niveau de la production livresque nationale qu’étrangère, et, pour les libraires, les marchands de livres ou les imprimeurs, elles furent un atout promotionnel des plus efficaces qui leur permit de faire état des nouveautés imprimées qu’ils possédaient en magasin de même que des invendus. Quant aux autorités, grâce à leur publication, elles poursuivaient divers objectifs : démontrer à l’ensemble de l’Europe que l’Espagne possédait de nombreuses plumes de talent ainsi que des écrits de qualité et impulser une politique de diffusion culturelle de ses idées à un public qui fût le plus large possible. Pour la Couronne, il s’agissait également de relancer l’économie du pays par le développement et la modernisation du monde de l’édition. Néanmoins, quel que fût le but recherché en se faisant l’écho de la production de livres, tous avaient un même objectif : la divulgation des idées novatrices (dans une certaine mesure) et par conséquent des Lumières de même que la vulgarisation des connaissances. En outre, il est certain que l’importance numérique des annonces de librairie et des œuvres présentées dans les journaux madrilènes de la fin du xviiie siècle témoigne non seulement de l’efficacité de la presse comme moyen de diffusion des imprimés mais également de l’indéfectible lien qui existait entre ces deux types d’écrits.

2Ainsi, l’étude des annonces de livres éditées sous le règne de Charles IV nous a-t-elle permis de mettre en évidence :

  • que l’annonce des ouvrages dans chaque périodique relevait d’une politique éditoriale propre à chaque publiciste. Mais aussi que les journalistes qui se firent l’écho des œuvres, parfois avec plus ou moins d’enthousiasme, durent revoir ou adapter leur politique selon la réception des annonces auprès de leurs lecteurs dont la survie du journal dépendait. De la même manière, ce public sur lequel comptaient des rédacteurs ne fut pas toujours au rendez-vous et contribua parfois à l’échec de leur entreprise de divulgation des imprimés et de leur journal. Cependant, tous ces périodiques s’inscrivaient dans la lignée d’une presse éclairée qui n’avait d’autre but que d’instruire le lecteur et de le tenir informé des dernières avancées réalisées dans nombre de domaines ;
  • l’existence d’une politique culturelle dynamique impulsée par la Couronne qui permit de dévoiler son patrimoine littéraire et d’ériger la presse en vitrine de la République des Lettres face à une Europe qui ne cessait de le décrier. Outre cet aspect, la Couronne avait aussi bien compris que les livres lui permettaient de mener à bien une politique de modernisation de la nation. Les œuvres annoncées représentaient par conséquent une source de progrès de par les idées qu’elles véhiculaient, le tout sous le contrôle des autorités. Effectivement, par le biais de la censure, notamment civile, la Couronne orienta le public vers des lectures de type utilitariste et pédagogique. Aussi les ouvrages édités correspondaient-ils aux trois axes de la Ilustración : utilité, didactisme et vecteur des idées nouvelles, soit à la célèbre devise enseñar deleitando ;
  • les progrès sensibles réalisés dans les différents arts liés au monde de l’édition qui n’auraient pu avoir lieu sans le concours des monarques successifs. Grâce à la rénovation typographique, aux reliures plus élaborées et travaillées, à l’amélioration de la qualité du papier et surtout à sa fabrication dans la Péninsule, l’Espagne put alors rivaliser sur le plan formel avec les plus grands centres éditoriaux européens et les Espagnols acquérir des imprimés de qualité ;
  • un développement de la librairie et de l’imprimerie, soit d’un nombre de professionnels du livre qui n’eut de cesse de croître aussi bien à Madrid que dans les grands centres urbains de province. Les différentes mesures législatives prises pour protéger et encadrer, mais et surtout, pour contrôler ces différentes professions tant au niveau des impressions des livres que de leur vente témoignent de l’engouement croissant qu’ils suscitèrent auprès de la population de la fin du xviiie siècle ;
  • l’existence de véritables stratégies commerciales mises en place par les professionnels qui, grâce aux annonces de librairie, bénéficiaient d’une tribune entièrement gratuite pour promouvoir leur commerce. De plus, ces annonces permirent une dynamisation du marché de l’édition puisqu’elles revêtaient dans bien des cas une dimension publicitaire. Ce qui se retrouve notamment, dans le discours employé par les libraires pour la rédaction des notices bibliographiques mais aussi dans les divers procédés qu’ils utilisèrent pour cibler et séduire un public plus large et diversifié. Par ailleurs, les réseaux de distribution des imprimés qui se constituèrent entre les différents membres de ces professions aussi bien entre ceux établis dans la capitale espagnole qu’en province attestent également cette volonté d’atteindre un public plus large ;
  • l’émergence d’hommes de Lettres issus des clases pudientes qui permit, grâce à une politique éducative active, à nombre d’auteurs de ces classes de mettre leur savoir et leurs connaissances au service de leur nation et de contribuer activement à la politique culturelle de diffusion des idées nouvelles impulsées par la Couronne. En prenant la plume, ces écrivains démontraient que la culture n’était plus uniquement l’apanage des deux piliers de l’Ancien Régime qu’étaient la noblesse (d’ailleurs peu représentée parmi les auteurs) et le clergé. Les « classes aisées » entendaient par conséquent s’élever au rang de ces derniers et prouver qu’ils faisaient également partie de cette élite culturelle. Et ce, bien que ces roturiers dussent indubitablement envoyer leurs productions aux presses dans le but de se faire remarquer des autorités ou à leur demande. Néanmoins, tous participèrent au développement culturel de leur nation. L’entrée des femmes au sein de la République des Lettres, et tout particulièrement des nobles, constitua de la même manière, sinon une nouveauté, tout un symbole. Effectivement, ces dernières mettent en évidence que non seulement elles commencèrent à jouer un rôle, même s’il fut parfois mineur, dans la divulgation des idées novatrices mais aussi que la diffusion des Lumières était devenue l’apanage de toute une catégorie de personnes cultivées et érudites qui n’avaient d’autre objectif que celui d’œuvrer pour le bien public. Cependant, ici encore, les autorités, pour encourager ces plumes de talent (qu’elles n’eurent de cesse de solliciter) à dévoiler leurs écrits, n’eurent d’autre choix que de protéger ce que nous appellerions de nos jours la « propriété intellectuelle » ;
  • l’indéniable évolution dont les livres firent l’objet en fonction des enjeux économiques, politiques et pédagogiques que leur publication revêtait. En effet, ceux-ci étaient devenus pour les commerçants un véritable outil mercantile dont il fallait coûte que coûte promouvoir la vente en séduisant les acheteurs. À l’inverse, les lecteurs voyaient dans les imprimés un moyen de s’instruire et de se divertir tout en ayant dans leur bibliothèque un produit de consommation qui devait être des plus attrayants. Quant aux autorités, elles virent en eux le moyen le plus approprié pour impulser leur politique réformiste.
  • 1 Teófanes Egido, Carlos IV, op. cit., p. 284.
  • 2 Ibid., p. 253.

3Assurément, les livres furent le premier vecteur de diffusion des savoirs dont la presse par le biais des annonces de librairie se révéla être un agent des plus efficaces. Néanmoins, l’ensemble des progrès réalisés dans l’ensemble des branches de l’industrie éditoriale ne purent avoir lieu sans le concours de la Couronne qui introduisit timidement ces améliorations sous le règne de Ferdinand VI et que Charles III développa largement lorsqu’il monta sur le trône d’Espagne. Fort de ce succès, Charles IV ne revint pas sur les décisions prises par son illustre prédécesseur. L’étude des annonces de librairie publiées sous le règne de Charles IV témoigne, non pas d’un recul des mentalités et des idées éclairées qui se seraient cristallisées, aux dires de certains, avec le bâillonnement de la presse lors de la publication de l’Ordonnance royale du 24 février 1791, mais plutôt, comme le mentionnait déjà Teófanes Egido dans la biographie qu’il consacra au dernier Bourbon du xviiie siècle1, d’une véritable continuité entre le règne de Charles III et celui de son successeur2. Par ailleurs, malgré un contrôle des écrits de plus en plus draconien et des mesures législatives de plus en plus restrictives pour la librairie, les traductions de livres (même si elles furent adaptées et remodelées pour être en adéquation avec les lois en vigueur dans la Péninsule) démontrent que l’Espagne fut loin de fermer ses frontières et de tourner le dos à l’Europe des Lumières dont elle était grandement tributaire des savoirs. De la même manière, les nombreuses œuvres en langues étrangères en vente dans les différentes librairies du Royaume attestent ce fait.

4Dès lors, l’interdiction de la presse privée en février 1791 ainsi que le renforcement de la censure gouvernementale, la présence d’une Inquisition toujours aux aguets d’une publication subversive dont Charles IV demanda l’appui à de nombreuses reprises ou encore les différentes mesures législatives prises pour contrôler les impressions des écrits ne marquèrent en aucun cas la fin des Lumières en Espagne mais en constituèrent des limites. L’objectif était de protéger le pouvoir établi et de maintenir intactes les institutions en place. Aussi, la Ilustración était-elle indissociable du despotisme éclairé. Même si le but de la Couronne était par le biais des livres, entre autres, de moderniser et de développer le pays et d’œuvrer pour le bien public, il s’agissait d’un mouvement dirigé et contrôlé par celle-ci qui voyait grâce au contrôle des imprimés et à leur publication un moyen efficient de diffuser les idées réformistes dont elle était l’instigatrice. Or, s’appuyer sur les écrits pour atteindre les buts qu’elle s’était fixés pouvait également en soi constituer une autre limite à la diffusion des Lumières. En effet, bien que les ouvrages eussent eu une réception plus que favorable au sein de la société de cette fin de siècle, ceux-ci s’adressaient à un public minoritaire compte tenu, d’une part, du faible taux d’alphabétisation de la population et, d’autre part, de leurs prix relativement élevés. Malgré tout, la quantité numérique des annonces de librairie et des œuvres présentées ainsi que l’engouement des publicistes à faire état de la production livresque témoignent du succès de l’entreprise de divulgation culturelle mise en place.

5Enfin, l’un des enjeux de la publication des annonces de livres dans la presse fut pour l’Espagne de démontrer à ses détracteurs qu’elle possédait des auteurs de renom et des ouvrages de qualité, soit de dévoiler son patrimoine littéraire bien souvent décrié et méconnu à l’étranger. Si Philippe V tenta, sans succès, d’envoyer des notices bibliographiques à des périodiques français au début du siècle pour faire connaître les nouveautés éditoriales, à la fin des années 1780, grâce à la presse les effets escomptés commencèrent quelque peu à se faire sentir. En témoigne l’annonce de librairie des Discursos filosóficos sobre el hombre, de Juan Pablo Forner, publiée dans le numéro du mois de février 1788 du Journal Encyclopédique ou universel dédié à son Alt. Serénissime Mgr. le Duc de Bouillon dans lequel le commentaire suivant apparaissait :

  • 3 Journal Encyclopédique ou universel dédié à son Alt. Sérénissime Mgr. le Duc de Bouillon, n° de fév (...)

Deux différentes espèces de personnes se sont emparées en France du droit de parler de littérature étrangère. Les unes ont étudié les langues de nos voisins ; & pour être en état de lire dans l’original quelques-uns de leurs livres, elles prononcent d’autorité sur leur plus ou moins de mérite, sans avoir songé une seule fois que, pour cela, il faudrait aussi connaître les mœurs, les usages de ces peuples, en un mot, tout ce qui constitue ce que l’on appelle les convenances nationales. Les autres, & c’est le grand nombre, ne lisent rien, & ne connaissent ni langues, ni livres ; mais fidèles à de vieux axiomes, & la mémoire riche de ce qui se disait, il y a quelques siècles, sur la littérature étrangère, elles le répètent avec assurance. C’est ainsi que l’on trouve encore dans le monde des gens qui vous diront qu’excepté des sonnets & quelques poèmes avortés, on ne fait rien en Italie, & que là comme en Espagne, le langage de la raison & des sciences exactes est absolument banni de tout ce qui s’imprime.
Pour ne parler que de ce dernier pays, les simples notices que nous avons soin de présenter dans notre Journal des principales nouveautés qui paraissent à Madrid, suffisent pour mettre nos lecteurs en état de voir combien est injuste & absurde ce qu’on a si souvent répété au sujet de la littérature des Espagnols, et à quel point elle s’est élevée au dessus de ces reproches qu’on lui a faits pendant longtemps, de se vouer exclusivement au soutien des préjugés de toute espèce3.

6Par conséquent, les annonces de librairie remplirent avec plus ou moins de succès l’ensemble des objectifs fixés par leur publication.

  • 4 Jean-Marc Buiguès, « Los anuncios de impresos poéticos en la Gaceta de Madrid », Bulletin Hispaniqu (...)

7Cette étude consacrée au monde de l’édition sous le règne de Charles IV à travers les annonces de librairie publiées dans la presse ne concerne que les seuls journaux madrilènes. Aussi, conviendrait-il de s’intéresser également aux journaux publiés en province et d’en étudier les annonces de librairie afin non seulement de pouvoir compléter les études sur la librairie mais aussi de mettre en évidence, en comparant les données recensées, des points communs ou des différences entre les ouvrages proposés en province et à Madrid, de voir si les stratégies commerciales employées par les publicistes et les libraires furent identiques ou pas. Il est certain, malgré tout, que quels que puissent être ces divergences ou ces points communs, les annonces de livres publiées dans les journaux de province constituèrent, de la même manière que pour Madrid, un enjeu commercial indéniable pour les commerçants de livres. Leur étude permettrait d’identifier de nouveaux réseaux de diffusion des imprimés ainsi que des stratégies commerciales peut-être nouvelles même s’il faut souligner que nombre de publicistes établis en province s’appuyèrent sur les modèles que leur offrait la capitale. Par ailleurs, nombre de thématiques abordées tout au long de cette étude pourraient être plus largement développées pour offrir de plus amples détails permettant d’affiner et de mieux appréhender certaines particularités du monde de l’édition à la fin de l’Ancien Régime. Ainsi, de la même manière que le fit Jean-Marc Buiguès qui s’intéressa à la poésie à travers les annonces de librairie publiées dans la Gaceta de Madrid4, il serait possible, par exemple, d’étudier bien plus précisément les ouvrages annoncés dans la presse qui étaient en relation avec les « Sciences et les arts » et de les répertorier en fonction des différentes branches scientifiques que renfermait cette catégorie, de s’attarder à analyser non plus les lieux de vente que constituaient les librairies mais des lieux atypiques tels que les couvents, les magasins voire le domicile des auteurs eux-mêmes afin de voir si des réseaux de diffusion des imprimés s’étaient également constitués entre les professionnels du livre et ces vendeurs d’un autre genre. De la même manière, l’on pourrait se consacrer, en se centrant uniquement sur les ouvrages en langues étrangères et vendus dans les diverses librairies et imprimeries des nations européennes, aux transferts culturels entre l’Europe des Lumières et l’Espagne de Charles IV. En outre, les annonces de librairie publiées dans les différents périodiques n’offrant pas toujours des informations identiques, n’annonçant pas forcément les collections entières ou annonçant, sans aucune information, des ouvrages édités avant le règne de Charles IV et qui étaient parfois des rééditions (ce qui constitue une limite des annonces de livres), il conviendrait de comparer au plus près les collections existantes et les différents ouvrages annoncés dans la presse pour connaître de façon bien plus précise la production livresque sous le seul règne de Charles IV. Autant d’études passionnantes qui, grâce aux annonces de librairie, permettraient d’ouvrir de nouvelles perspectives de recherche sur le monde de l’édition à la fin du xviiie siècle.

Notes

1 Teófanes Egido, Carlos IV, op. cit., p. 284.

2 Ibid., p. 253.

3 Journal Encyclopédique ou universel dédié à son Alt. Sérénissime Mgr. le Duc de Bouillon, n° de février 1788, A. Bouillon, Imprimerie du journal, 1788, p. 408-409 : « Discursos filosóficos sobre el hombre, & c. C’est-à-dire, Discours philosophiques sur l’homme. Par Don Jean-Paul Forner. In- 8°. À Madrid, de l’imprimerie royale. 1787. »

4 Jean-Marc Buiguès, « Los anuncios de impresos poéticos en la Gaceta de Madrid », Bulletin Hispanique 1, 2011, p. 331-366.

© Presses universitaires de Provence, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search