Version classiqueVersion mobile

L’édition sous Charles IV

 | 
Joan Cavaillon Giomi

L’économie du livre à la fin de l’Ancien Régime

Conclusion sur l’économie du livre sous l’Ancien Régime

Texte intégral

Une politique éditoriale dynamique ou en perte de vitesse ?

1À partir de la seconde moitié du xviiie siècle, le gouvernement espagnol, qui voulut relancer l’économie du pays grâce à l’industrie du livre, dut développer l’ensemble des branches professionnelles qui, de près ou de loin, étaient en rapport avec cette industrie. Si dans ces domaines l’Espagne réalisa des progrès considérables, l’enjeu poursuivi par la publication des livres était aussi éducatif puisque pour obtenir la licence d’impression, les écrits devaient être utiles et pédagogiques. Dès lors, la Couronne, pour atteindre ses objectifs, dut tenter de mettre en place une politique de diffusion dynamique et efficace des imprimés, ce qu’elle fit par la publication des annonces de librairie. Toutefois, si la publicité des livres fut un atout incontestable pour faire connaître les derniers ouvrages parus, la dynamique éditoriale était-elle pour autant à la hauteur des ambitions de la Couronne ? Et ce, tout particulièrement sous le règne de Charles IV qui vit la mise en place de cordons sanitaires aux frontières et fut marqué par le renforcement du contrôle des imprimés.

  • 1 ML, n° CXXIII, 1re partie du mois de décembre 1790, p. 525-527.
  • 2 DM, n° 42 du vendredi 11 février 1791, p. 175 ; GM, n° 95 du vendredi 26 novembre 1790, p. 788.
  • 3 Francisco Aguilar Piñal, Bibliografía de autores españoles del siglo xviii (t. IV), op. cit., p. 59 (...)

2Le dépouillement des annonces de livres dans les différents journaux met en évidence nombre de disparités. En effet, si les différentes rubriques (nouveautés, rééditions et traductions) dans lesquelles le Memorial literario classa les ouvrages jusqu’en 1797 furent d’une aide précieuse, tout comme la mention fréquente de l’année d’édition ou les données livrées dans la Biblioteca periódica anual, ces informations ne s’avérèrent pas toujours exactes. En témoigne l’exemple du Centón Epistolario del Br. Fernán Gómez de Cibdareal, y Generaciones y Semblanzas del noble Caballero Fernán Pérez de Guzmán, ouvrage que les rédacteurs du Memorial annonçaient comme étant une nouveauté1 tandis que la Gaceta de Madrid et le Diario de Madrid spécifiaient qu’il s’agissait d’une réédition2. Pour une même œuvre annoncée dans différents périodiques, les informations pouvaient dans certains cas être très disparates. Si le croisement des informations a bien souvent été fructueux, il fut parfois bien difficile de pouvoir différencier les rééditions d’un même titre publié à plusieurs reprises dans un intervalle de temps court et dans un même format comme cela fut le cas pour les Aventuras de Gil Blas de Santillana dont dix éditions virent le jour sous le seul règne de Charles IV3.

Les nouveautés éditoriales

  • 4 BPA, n° VII, 1790, p. 66 ; DM, n° 106 du vendredi 16 avril 1802, p. 422 ; GM, n° 43 du vendredi 28  (...)

3Parmi les annonces de librairie que nous avons recensées, 16 683 ouvrages (soit 59,39 % de ceux annoncés et imprimés en Espagne) peuvent être considérés comme des nouveautés éditoriales. Cependant, les annonces de livres ne servirent pas uniquement à promouvoir les œuvres qui virent le jour sous le règne de Charles IV. En de nombreuses occasions et tout particulièrement dans la Gaceta de Madrid et le Diario de Madrid, ces annonces permirent aux libraires de rappeler au public que certains livres, parfois édités plusieurs années auparavant, étaient toujours disponibles. Dans une moindre mesure, il en fut de même dans le Memorial literario dont les comptes rendus circonstanciés, en détaillant le contenu de l’œuvre, avaient pour but de faire connaître un ouvrage, certes ancien, mais non dépourvu d’utilité. Tel fut le cas pour le Manual Compendio del Regio Patronato de Indiano, para su más fácil uso en las materias conducentes en la práctica ; dedicado al Rey nuestro Señor D. Fernando VI édité à Madrid en 1755 et annoncé dans les trois périodiques précédemment cités ainsi que dans la Biblioteca periódica anual para utilidad de los libreros y literatos et les Noticias varias y curiosas de Madrid4. Ce type d’annonces portant sur des livres anciens, tout comme la récurrence des annonces portant sur une même œuvre, attestent la difficulté que les professionnels du livre rencontraient pour vendre certains titres et permettent d’apprécier les délais parfois relativement longs qu’il fallait pour écouler la totalité d’un tirage.

4À ces nouveautés éditoriales nous pouvons ajouter 572 titres en langues étrangères publiés hors d’Espagne mais en vente dans diverses librairies madrilènes et provinciales qui participèrent activement à la diffusion des idées des Lumières et dont la répartition est la suivante : 381 étaient rédigés en français, 147 en latin, 23 en italien, 17 en anglais, deux en hollandais et deux pour lesquelles la langue n’est pas spécifiée. Parmi ces titres figuraient également quatre dictionnaires bilingues et deux ouvrages dont la langue n’est pas précisée.

5Les lecteurs espagnols, pour lesquels les libraires jouaient le rôle d’intermédiaires, pouvaient se procurer ces ouvrages en langues étrangères sous certaines conditions préalablement établies par la Couronne. Les rédacteurs du Diario de Madrid ne s’y trompèrent pas et décidèrent de se mettre au service d’un public suffisamment fortuné pour pouvoir se procurer ces œuvres à condition de respecter les règles qu’ils spécifièrent en 1789 après avoir annoncé divers livres en français en vente dans leur bureau :

  • 5 DM, n° 15 du mercredi 3 juin 1789, p. 615 : « Previenese al Público que en la misma Librería y Desp (...)

Nous informons le Public que dans la Librairie et Bureau de ce même Journal, à partir d’aujourd’hui des commissions de souscription pour tout livre français circulant ici librement et avec la permission des autorités seront admises, sous les conditions suivantes. Premièrement : les personnes qui voudront faire venir telle ou telle œuvre de leur choix, paieront par avance la moitié du prix dont on aura connaissance, à condition que l’acquisition des ouvrages demandés soit aisée. Deuxièmement : si l’œuvre ou les œuvres sont très coûteuses, ou très rares, le montant de la souscription à payer par avance sera ajusté en fonction du prix de l’ouvrage ou de la difficulté d’acquisition. Troisièmement : Aucune souscription ne sera admise passé le délai d’un mois, à compter de ce jour, pour les premières, et du premier juillet, pour les suivantes & c. Quatrièmement : enfin les œuvres commandées seront disponibles dans cette Ville au terme de trois mois, en prenant en compte celui de l’admission des souscriptions, ou du paiement de la moitié du prix ; et le Public sera informé de leur arrivée par ce même Journal. Madrid, le 3 Juin 17895.

6L’importance quantitative des annonces ayant trait aux nouveautés éditoriales publiées en Espagne témoigne d’un incontestable dynamisme éditorial. Par ailleurs, la référence à la vente de livres en provenance de l’étranger et récemment parus révèle, en dépit du climat de défiance qui s’était instauré au lendemain de la Révolution française, la volonté de l’Espagne de demeurer ouverte sur l’Europe des Lumières.

Les traductions

7De même, afin de rattraper son retard dans nombre de domaines et de se mettre au diapason de cette Europe des Lumières, l’Espagne se tourna également vers la traduction d’ouvrages étrangers. Il s’agissait par ce biais de contribuer à la diffusion des nouveautés scientifiques, techniques, voire littéraires. Les annonces de librairie font état de 8 866 ouvrages traduits, soit 31, 57 % de la production nationale, ce qui est loin d’être négligeable.

  • 6 Voir au sujet de la polémique de la traduction au xviiie siècle : José Checa Beltrán, « Opiniones d (...)

8Si la pratique de la traduction fut courante, le procédé impliquait pour les traducteurs un double effort : de compréhension de la langue étrangère et de retranscription à l’espagnol. La difficulté était, d’une part, de rester fidèle au texte d’origine, et d’autre part, de le retranscrire dans un espagnol non « corrompu », c’est-à-dire un espagnol qui respectait les préceptes d’écriture établis6. Par exemple, les rédacteurs du Memorial literario fustigeaient les mauvais traducteurs et leurs ouvrages inutiles :

  • 7 « Introducción », ML, 1re partie de janvier 1795, p. 5-6 : « Bien conocemos que en medio de la abun (...)

Nous savons bien que parmi les nombreux Traducteurs, il y en a beaucoup qui cherchent ce qu’il nous manque ou ce qui peut contribuer à la perfection littéraire ; mais il y en a d’autres qui traduisent pour montrer qu’ils comprennent le Français, alors qu’ils ont à peine un peu manié le Dictionnaire, et sans bien connaître les deux langues : d’autres enfin connaissent le niveau d’instruction auquel arrive notre Nation dans certaines matières ; et en mettant le cap sur ce qui doit plaire, ils profitent de l’occasion7.

  • 8 Lucienne Domergue, La Censure des livres en Espagne à la fin de l’Ancien Régime, op. cit., p. 106.
  • 9 DM, n° 130 du vendredi 10 mai 1799, p. 546.
  • 10 ME, n° 6 juin 1798, p. 188-189.
  • 11 GM, n° 115 du mardi 15 décembre 1801, p. non numérotée.

9Ezquerra s’érigeait, en l’occurrence, contre les mauvais traducteurs, et notamment ceux qui se tournaient vers la traduction d’ouvrages dont les thématiques pouvaient plaire. Il n’en reste pas moins que leurs travaux, même s’ils étaient de mauvaise qualité, jouèrent un rôle indéniable dans la diffusion des idées. Et, si « elles [les traductions] sont légion »8 en Espagne à la fin du xviiie siècle, c’est parce que la Couronne souhaitait rendre accessible à un public élargi les savoirs d’une Europe dont elle était grandement tributaire. En témoigne d’ailleurs l’Instrucción para Pastores y Ganaderos, publicada de orden del Rey por Don Francisco González, Maestro de la Real Escuela Veterinaria de Madrid dont l’annonce parue dans le Diario de Madrid en mai 1799 permettait d’apprécier à la seule lecture du titre de l’ouvrage que cette publication avait été réalisée sur ordre du roi9. Les rédacteurs du Mercurio de España10 le mentionnèrent également dans leurs commentaires tout en précisant clairement dans le titre (à la différence du Diario) qu’il s’agissait d’une traduction du français : Instrucción para pastores y ganaderos, escrita en francés por el C. Daubenton ; traducida y aumentada por D. Francisco González, maestro en la Real escuela de veterinaria de Madrid. La Gaceta de Madrid11 fit de même.

Les rééditions

10Bien moins nombreuses que les nouveautés ou les traductions, les rééditions étaient au nombre de 4 591, soit 16,34 % des publications.

  • 12 BPA, n° VI, 1789, p. 44-45 ; DM, n° 215 du lundi 3 août 1789, p. 860 ; GM, n° 61 du 31 juillet 1789 (...)
  • 13 GM, n° 34 du mardi 27 avril 1790, p. 284 : « 2.a edición, enmendada de los defectos de la primera, (...)

11Il pouvait s’agir d’ouvrages revus et corrigés comme cela fut précisé dans le titre même de la Novena de Santa Lutgarda, protectora de la castidad, amparo de los pecadores, y especial abogada de los partos, nuevamente impresa, corregida y enmendada12 ou, à la suite du titre, pour El Donado hablador, vida y aventuras de Alonso, mozo de muchos amos (en deux volumes) : « 2de édition corrigée des défauts de la première, et avec quelques notes13 ».

  • 14 DM, n° 196 du mardi 15 juillet 1800, p. 843 ; GM, n° 51 du vendredi 27 juin 1800, p. 563 ; Ibid., n (...)
  • 15 GM, n° 73 du mardi 11 septembre 1804, p. 822 : « El pronto despacho de los tres mil ejemplares de l (...)

12Un autre cas de figure est celui des ouvrages qui connurent assez rapidement un vif succès et furent réédités sans modification. Le Catón Español político cristiano : obra original sacada de de graves autores nacionales y extranjeros para la enseñanza de los niños, niñas y jóvenes, y acomodada al carácter, costumbres, leyes y religión de la nación española ; por D. Pedro Alonso Rodríguez édité en 180014 fut réédité quatre années plus tard puisque les 3 000 exemplaires tirés lors de la première édition, précisa-t-on aux acheteurs potentiels, s’étaient vendus très rapidement15.

  • 16 DM, n° 278 du vendredi 5 octobre 1798, p. 2022 ; GM, n° 80 du vendredi 5 octobre 1798, p. 848.
  • 17 GM, n° 99 du mardi 11 décembre, p. 1068.
  • 18 Ibid., n° 18 du 1 mars 1808, p. 222. Voir également à propos du succès éditorial d’El Evangelio en (...)
  • 19 DM, n° 291 du vendredi 18 octobre 1793, p. 1191-1192.
  • 20 GM, n° 87 du mardi 30 octobre 1804, p. 966.
  • 21 DM, n° 325 du mercredi 21 novembre 1804, p. 1422 ; GM, n° 79 du mardi 2 octobre 1804, p. 882 ; Ibid (...)

13Ces rééditions peuvent attester un certain succès éditorial. Le Gil Blas de Santillana, dont il a été question plus loin en est un exemple mais il ne fut pas le seul. Un ouvrage comme El Evangelio en triunfo, o historia de un Filósofo desengañado eut un succès considérable. Publié pour la première fois en 1797, il fut réédité dès 179816 et la même année fut annoncée la troisième réédition17. Enfin, le 1er mars 1808 la Gaceta de Madrid18 faisait à nouveau référence à ce qui devait être la huitième édition de l’ouvrage. Peu d’auteurs de livres édités sous le règne de Charles IV peuvent s’enorgueillir d’avoir eu autant de succès sur une période aussi courte. Les ouvrages les plus édités furent sans conteste Las siete partidas del Rey D. Alfonso el Sabio, copiadas de la Edición de Salamanca, del año de 1555 que publicó el Sr. Gregorio López, impresa en Valencia19, le Compendio histórico de la Religión20 réédités 17 fois chacun et surtout les Obras del famoso poeta Juan de Mena, corregidas y declaradas por el Mtro. Francisco Sánchez Brocense dont la vingt-cinquième édition fut annoncée dans le Diario de Madrid et la Gaceta de Madrid21.

  • 22 GM, n° 4 du mardi 12 janvier 1790, p. 32.

14Enfin de nombreux ouvrages littéraires d’auteurs anciens furent réédités, parmi lesquels les Juguetes de la Niñez y Travesuras del Ingenio de Francisco Quevedo y Villegas22. Comme le précise Lucienne Domergue, ces réimpressions :

  • 23 Lucienne Domergue, La Censure des livres en Espagne à la fin de l’Ancien Régime, op. cit., p. 105- (...)

sont nombreuses, car l’Espagne se penche alors sur son passé, qu’elle tient pour glorieux : il lui paraît utile de mieux faire connaître aux contemporains les grands noms de son histoire littéraire, qu’ils soient ou non oubliés d’eux. On songe aussi aux étrangers, toujours prêts à critiquer l’Espagne ; cet hommage aux classiques servira à clouer le bec à certains insolents qui parlent de ce qu’ils ignorent23.

15Et ce fut notamment le cas avec la publication d’ouvrages littéraires sous forme de collections.

Les collections

  • 24 GM, n° 48 du vendredi 14 juin 1793, p. 560.
  • 25 DM, n° 322 du mercredi 18 novembre 1795, p. 2007 ; GM, n° 93 du mardi 20 novembre 1792, p. 820 ; Ib (...)
  • 26 AL, n° 4, 1807, p. 39 ; DM, n° 145 du lundi 25 mai 1807, p. 622.
  • 27 DM, n° 27 du lundi 27 janvier 1806, p. 118.

16Bien que 978 ouvrages portent le titre de « collection », tous n’en furent pas pour autant. Effectivement, la Colección de algunas piezas sacadas del Diario de Valencia24 n’était en réalité qu’un recueil de divers textes regroupés en un seul tome. Aussi, les collections étaient-elles un ensemble d’ouvrages ayant une unité. Dès lors, toute œuvre composée au minimum de deux tomes est incluse dans cette catégorie. En effet, ces volumes formaient une suite logique ou une série à collectionner, chacun d’entre eux correspondant à un chapitre ou à une partie de l’œuvre. Tout livre composé de deux tomes réunis en un seul volume est par conséquent exclu des collections à l’image du Tratado patológico teórico-práctico de los tumores humorales, arreglado para instrucción de los alumnos del Real Colegio de cirugía de Barcelona por el Lic. D. Domingo Vidal, Médico y Bibliotecario de dicho Colegio25. Ainsi, parmi l’ensemble des titres recensés, pas moins de 7 303 étaient composés de différents volumes auxquels peuvent s’ajouter les 376 titres de périodiques édités à l’époque et qui, selon l’usage, étaient vendus à terme sous forme de volumes trimestriels ou semestriels, et parfois sous forme de collections complètes comme ce fut notamment le cas des Nuevas Efemerides de España, politicas, literarias y religiosas dont les quatre volumes furent annoncés en 180726 ou bien encore des 172 volumes qui formaient la collection complète du Mercurio histórico y político depuis sa création en 1738 jusqu’en 179127.

  • 28 BPA, n° VI, 1789, p. 23 ; DM, n° 337 du mercredi 3 décembre 1800, p. 1405 ; GM, n° 101 du mardi 15  (...)
  • 29 BPA, n° VII, 1790, p. 65-66 ; GM, n° 101 du mardi 15 décembre 1789, p. 864 ; Ibid., n° 97 du mardi  (...)
  • 30 AL, n° 1, 1804, p. 64-65 ; GM, n° 100 du mardi 13 décembre 1803, p. 1075.
  • 31 DM, n° 309 du jeudi 5 novembre 1795, p. 1795.
  • 32 Ibid., n° 47 du mardi 16 février 1796, p. 187.

17Ces collections se composaient généralement de deux à quatre tomes. Mais certaines regroupaient un nombre de volumes bien plus important comme l’Atlante Español, o Discurso general, geográfica, cronológica, e histórica de España, por Reinos y Provincias : de sus Ciudades, Villas y Lugares más famosos : de su población, ríos, montes & c., adornado de estampas finas que demuestran las vistas perspectivas de todas las Ciudades, trajes propios de que usa cada Reino, y blasones que le son peculiares de Bernardo Espinalt y García, 14 volumes édités de 1778 à 179528, ou l’España sagrada du frère de l’ordre de Saint-Augustin, Manuel Risco, publiée de 1775 jusqu’en 1801 en 42 volumes29. De telles collections qui s’inscrivaient dans la durée impliquaient, pour qui souhaitait disposer de l’œuvre complète, de débourser une somme importante, même si une souscription réduisant le prix d’achat avait pu être envisagée. De fait, d’autres solutions moins coûteuses furent trouvées pour que le public pût se procurer l’ouvrage désiré. La publication par cahiers fut l’une d’entre elles. Ce type d’achat offrait la possibilité à un lectorat moins fortuné d’avoir accès à l’ouvrage que les libraires proposaient également à la vente par tome. En témoigne, la traduction d’El Viajero universal, o noticia del mundo antiguo y nuevo, obra compuesta en Francés por Mr. Laporte, y traducida al Castellano, corregido el original, e ilustrado con notas par Pedro Estala publié de 1795 à 1801 en 43 volumes30. Trois cahiers formaient un tome complet de l’ouvrage31 pour un prix fixé à quatre réaux par cahier et à 15 ou 13 réaux pour un tome respectivement relié en basane ou broché32.

  • 33 CMerc., n° 8 du 25 juillet 1793, p. 64 ; Ibid., n° 10 du 4 novembre 1793, p. 80 ; DM, n° 43 du mard (...)
  • 34 CMerc., n° 9 du 29 janvier 1795, p. 73 ; DM, n° 350 du mardi 16 décembre 1794, p. 1427- 1428 ; Ibid (...)
  • 35 ME, n° 6 juin 1799, p. 223.

18Cette formule de vente de cahiers était également très souvent utilisée pour compléter une collection existante. Ces suppléments ou tomes additionnels permettaient aux lecteurs qui possédaient partiellement l’ouvrage de pouvoir le compléter à moindre frais notamment dans le cadre d’une œuvre rééditée. Ce fut de cette manière que le Prontuario alfabético y cronológico por orden de materias de las Instrucciones, Ordenanzas, Reglamentos, Pragmáticas, y demás Reales Resoluciones no recopiladas que han de observarse para la administración de justicia y gobierno de los Pueblos del Reino, qui correspondait aux lois promulguées en 1792, édité en un seul tome en 179333 et réédité pour la deuxième fois l’année suivante en deux volumes avec ajouts des lois parues en 1793 et 179434, fut chaque année augmenté de cahiers supplémentaires jusqu’à la troisième édition de l’ouvrage en 179935 afin que les lecteurs pussent compléter leur collection comme le stipula l’annonce parue dans le Diario de Madrid en mars 1798 qui faisait état de la parution du supplément de 1797 :

  • 36 DM, n° 90 du samedi 31 mars 1798, p. 358 : « Cuaderno de Continuación y suplemento a las dos impres (...)

Cuaderno de Continuación y suplemento a las dos impresiones del prontuario alfabético y cronológico por orden de materias de las Instituciones, Ordenanzas, Reglamentos, Pragmáticas y demás Reales Resoluciones no recopiladas expedidas para la administración de Justicia y Gobierno de los Pueblos del Reino ; réalisé par le Dr. D. Severo Aguirre. Il comprend les Résolutions Royales et Patentes de l’année 1797, et quelques autres antérieures, inédites jusqu’à maintenant. Ceux qui ont acheté la première édition, tiendront compte pour la compléter qu’à ce cahier viennent s’ajouter quatre autres correspondants aux années 1793, 1794, 1795, et 1796. Ceux qui auraient la seconde sans aucun des deux derniers cahiers avec lesquels sa suite débute, viendront également les récupérer avec celui de 1797 qui est maintenant publié, à la Librairie de Castillo, face à San Felipe el Real, où ces cahiers sont vendus ensemble ou séparément, de même que la nouvelle édition du Prontuario36.

  • 37 DM, n° 318 du samedi 14 novembre 1795, p. 1290 ; Ibid., n° 12 du vendredi 12 janvier 1798, p. 41 ; (...)
  • 38 DM, n° 333 du mardi 29 novembre 1791, p. 1351 ; GM, n° 92 du vendredi 18 novembre 1791, p. 844.
  • 39 Ibidem.
  • 40 Jean-François Botrel, « La novela por entregas : unidad de creación y de consumo », in Creación y p (...)
  • 41 DM, n° 3 du mardi 3 janvier 1804, p. 10-11 ; EIE, n° 28 du samedi 28 janvier 1804, p. 111 ; GM, n°  (...)
  • 42 GM, n° 14 du vendredi 15 février 1805, p. 148.

19En ce qui concerne les collections de romans et de contes, l’une des parades trouvées par les éditeurs fut l’achat à l’unité. La Colección de novelas escogidas compuestas por los mejores autores Españoles éditée en huit volumes37 ne contenait pas moins de 53 romans que les lecteurs pouvaient se procurer au détail pour deux réaux, comme La torre encantada (numéro 50 de la collection)38 contre dix réaux le tome broché ou 12 pour une reliure en basane39. De cette manière, les commerçants de livres pouvaient toucher un public plus large et notamment aux revenus plus modestes qui n’avait pas la possibilité d’acheter un tome complet mais aussi de laisser la liberté aux lecteurs de choisir l’ouvrage qu’ils désiraient posséder dans leur bibliothèque. Une autre stratégie de vente tout aussi employée pour diversifier le lectorat et se procurer des œuvres à moindre frais fut la publication de romans sous forme de feuilletons ou novelas por entregas40. La lecture fragmentée d’une œuvre, comme cela fut le cas pour les Cartas marruecas de Cadalso que les souscripteurs du Correo de Madrid purent lire dans ses numéros de février à juillet 1789, était réservée en particulier aux romans comme son appellation l’indiquait. Lorimón o el hombre según es dont la première livraison apparut en janvier 180441 en comprenait huit formant un ouvrage de quatre volumes42.

  • 43 DM, n° 134 du mardi 14 mai 1799, p. 570-571 : « Los Suscriptores a la impresión de las Aventuras de (...)

20Les œuvres à collectionner pouvaient également revêtir d’autres formes. Des ouvrages pouvaient être publiés dans un format, une reliure ou une typographie identique à un autre de manière à ce que ces deux livres forment, pour employer une expression couramment utilisée par les annonceurs de livres, « un jeu ». Ainsi, la réédition des Aventuras de Gil Blas de Santillana en 1799 au format in-douze avait-elle été publiée de manière à former une collection avec la nouvelle édition qui était en train d’être imprimée des Novelas ejemplares de Cervantès dans le même format apprenait-on lors de la parution du tome deux du Gil Blas dans le Diario de Madrid en octobre 180243.

  • 44 DM, n° 294 du jeudi 21 octobre 1802, p. 1185-1186.

21Face à l’achat coûteux d’un ouvrage publié dans le cadre des collections, les auteurs, et même les libraires, durent trouver des parades pour toucher un public plus large. Aussi ces ventes au détail furent-elles à la fois un atout commercial pour les professionnels du livre et un moyen pour les lecteurs moins aisés de pouvoir accéder à la culture. Il en était de même pour la vente au numéro des périodiques, formule réservée aux acheteurs occasionnels ou à ceux qui ne pouvaient se permettre le luxe de s’y abonner. Alors que, par exemple, l’achat d’un numéro du Memorial literario coûtait, en 1802, quatre réaux et demi, le prix d’une souscription s’élevait, pour les madrilènes, à 22 réaux pour une durée de trois mois et à 44 réaux pour six mois44.

Notes

1 ML, n° CXXIII, 1re partie du mois de décembre 1790, p. 525-527.

2 DM, n° 42 du vendredi 11 février 1791, p. 175 ; GM, n° 95 du vendredi 26 novembre 1790, p. 788.

3 Francisco Aguilar Piñal, Bibliografía de autores españoles del siglo xviii (t. IV), op. cit., p. 596-597. 48 fiches de notre banque de données correspondent à diverses éditions de cet ouvrage dont les informations fournies par les annonces de livres sont parfois très imprécises.

4 BPA, n° VII, 1790, p. 66 ; DM, n° 106 du vendredi 16 avril 1802, p. 422 ; GM, n° 43 du vendredi 28 mai 1790, p. 368 ; Ibid., n° 44 du mardi 3 juin 1794, p. 656 ; Ibid., n° 21 du vendredi 12 mars 1802, p. 235 ; ML, n° CXI, 1re partie de juin 1789, p. 217-220 ; NVCM, n° 5, 1795, p. 131.

5 DM, n° 15 du mercredi 3 juin 1789, p. 615 : « Previenese al Público que en la misma Librería y Despacho de este Periódico, se admitirán desde hoy comisiones de suscripción para otros cualesquier libros franceses de los que acá corren con libertad y permisión de los superiores, con las condiciones siguientes. Primera : Los sujetos que quieran hacer venir tal, o tal obra que gustasen, pagarán adelantada la mitad del importe que se sepa tener, con tal que los libros pedidos sean de fácil adquisición. Segunda : Pero si la obra o las obras son muy costosas, o muy raras, se arreglará la suscripción de la paga adelantada, a medida de su precio, o de su dificultad. Tercera : No se admitirá suscripción alguna pasado el término de un mes, que para las primeras que acudan empieza a contarse desde hoy : para las segundas desde primero de Julio próximo & c. Cuarta : Y las obras pedidas podrán hallarse ya en esta Corte al cabo de tres meses, incluso en ellos el de la admisión de las suscripciones, o medias pagas ; y de su arribo se dará aviso al Público por este mismo Periódico. Madrid y Junio 3 de 1789. »

6 Voir au sujet de la polémique de la traduction au xviiie siècle : José Checa Beltrán, « Opiniones dieciochistas sobre la traducción como elemento enriquecedor o deformador de la propia lengua », art. cit., p. 593-602.

7 « Introducción », ML, 1re partie de janvier 1795, p. 5-6 : « Bien conocemos que en medio de la abundancia de Traductores, hay muchos que buscan lo que nos falta o lo que puede contribuir a la perfección literaria ; pero hay otros que, si traducen es por mostrar que entienden el Francés, cuando apenas han manejado un poco el Diccionario, y sin haber estudiado bien una y otra lengua : otros en fin conocen el grado de instrucción a que llega nuestra Nación en algunas materias ; y echando por otro rumbo saben que ha de agradar, se aprovechan de la ocasión. »

8 Lucienne Domergue, La Censure des livres en Espagne à la fin de l’Ancien Régime, op. cit., p. 106.

9 DM, n° 130 du vendredi 10 mai 1799, p. 546.

10 ME, n° 6 juin 1798, p. 188-189.

11 GM, n° 115 du mardi 15 décembre 1801, p. non numérotée.

12 BPA, n° VI, 1789, p. 44-45 ; DM, n° 215 du lundi 3 août 1789, p. 860 ; GM, n° 61 du 31 juillet 1789, p. 524.

13 GM, n° 34 du mardi 27 avril 1790, p. 284 : « 2.a edición, enmendada de los defectos de la primera, y con algunas notas. »

14 DM, n° 196 du mardi 15 juillet 1800, p. 843 ; GM, n° 51 du vendredi 27 juin 1800, p. 563 ; Ibid., n° 75 du mardi 14 septembre 1802, p. 928.

15 GM, n° 73 du mardi 11 septembre 1804, p. 822 : « El pronto despacho de los tres mil ejemplares de la primera edición acredita el aprecio que ha merecido al público […]. » Également parue dans le DM, n° 282 du mardi 9 octobre 1804, p. 1250.

16 DM, n° 278 du vendredi 5 octobre 1798, p. 2022 ; GM, n° 80 du vendredi 5 octobre 1798, p. 848.

17 GM, n° 99 du mardi 11 décembre, p. 1068.

18 Ibid., n° 18 du 1 mars 1808, p. 222. Voir également à propos du succès éditorial d’El Evangelio en Triunfo, Gérard Dufour, « El evangelio en triunfo o la historia de… la fabricación de un éxito editorial », art. cit., p. 67-77.

19 DM, n° 291 du vendredi 18 octobre 1793, p. 1191-1192.

20 GM, n° 87 du mardi 30 octobre 1804, p. 966.

21 DM, n° 325 du mercredi 21 novembre 1804, p. 1422 ; GM, n° 79 du mardi 2 octobre 1804, p. 882 ; Ibid., n° 52 du vendredi 19 juin 1807, p. 626.

22 GM, n° 4 du mardi 12 janvier 1790, p. 32.

23 Lucienne Domergue, La Censure des livres en Espagne à la fin de l’Ancien Régime, op. cit., p. 105- 106.

24 GM, n° 48 du vendredi 14 juin 1793, p. 560.

25 DM, n° 322 du mercredi 18 novembre 1795, p. 2007 ; GM, n° 93 du mardi 20 novembre 1792, p. 820 ; Ibid., n° 36 du mardi 3 mai 1796, p. 388 ; Ibid., n° 60 du mardi 29 juillet 1794, p. 908 ; Ibid., n° 86 du vendredi 24 octobre 1800, p. 998 ; Ibid., n° 9 du mardi 29 janvier 1805, p. 104 ; NVCM, n° 3, 1793, p. 182.

26 AL, n° 4, 1807, p. 39 ; DM, n° 145 du lundi 25 mai 1807, p. 622.

27 DM, n° 27 du lundi 27 janvier 1806, p. 118.

28 BPA, n° VI, 1789, p. 23 ; DM, n° 337 du mercredi 3 décembre 1800, p. 1405 ; GM, n° 101 du mardi 15 décembre 1789, p. 864 ; Ibid., n° 74 du mardi 15 septembre 1795, p. 976 ; Ibid., n° 96 du vendredi 30 novembre 1798, p. 1030-1031 ; Ibid., n° 115 du mardi 15 décembre 1801, p. non numérotée ; ML, n° C, 2e partie de décembre 1789, p. 590-594 ; Ibid., n° 66, 1re partie d’avril 1796, p. 47-49 ; ME, n° 7 juillet 1795, p. 367-368 ; NVCM, n° 6, 1796, p. 97-98.

29 BPA, n° VII, 1790, p. 65-66 ; GM, n° 101 du mardi 15 décembre 1789, p. 864 ; Ibid., n° 97 du mardi 3 décembre 1793, p. 1279 ; Ibid., n° 17 du vendredi 27 février 1795, p. 236 ; Ibid., n° 56 du mardi 12 juillet 1796, p. 579 ; Ibid., n° 32 du vendredi 20 avril 1798, p. 256 ; Ibid., n° 33 du vendredi 24 avril 1801, p. 404 ; ML, n° CII, 2e parttie de janvier 1790, p. 126-131 ; Ibid., n° 7 du 1er juillet 1801, p. 240-246 ; NVCM, n° 4, 1794, p. 144 ; Ibid., n° 6, 1796, p. 115.

30 AL, n° 1, 1804, p. 64-65 ; GM, n° 100 du mardi 13 décembre 1803, p. 1075.

31 DM, n° 309 du jeudi 5 novembre 1795, p. 1795.

32 Ibid., n° 47 du mardi 16 février 1796, p. 187.

33 CMerc., n° 8 du 25 juillet 1793, p. 64 ; Ibid., n° 10 du 4 novembre 1793, p. 80 ; DM, n° 43 du mardi 12 février 1793, p. 177-179 ; Ibid., n° 322 du lundi 18 novembre 1793, p. 1316 ; GM, n° 15 du mardi 19 février 1793, p. 127-128 ; ML, n° 7, 1re partie d’octobre 1793, p. 43-46.

34 CMerc., n° 9 du 29 janvier 1795, p. 73 ; DM, n° 350 du mardi 16 décembre 1794, p. 1427- 1428 ; Ibid., n° 90 du samedi 31 mars 1798, p. 358 ; GM, n° 95 du vendredi 28 novembre 1794, p. 1410 ; ML, n° 37, 2e partie de janvier 1795, p. 128-133 ; NVCM, n° 5, 1795, p. 95.

35 ME, n° 6 juin 1799, p. 223.

36 DM, n° 90 du samedi 31 mars 1798, p. 358 : « Cuaderno de Continuación y suplemento a las dos impresiones del prontuario alfabético y cronológico por orden de materias de las Instituciones, Ordenanzas, Reglamentos, Pragmáticas y demás Reales Resoluciones no recopiladas expedidas para la administración de Justicia y Gobierno de los Pueblos del Reino ; dispuesto por el Dr. D. Severo Aguirre. Comprehende las Reales Resoluciones y Cédulas del año de 1797, y algunas otras de los anteriores, inéditas hasta ahora. Los que compraron la primera edición tendrán presente para completarla, que además de este cuaderno hay otros cuatro de continuación a la misma, correspondientes a los años de 1793, 1794, 1795, y 1796. Los que tuvieren la segunda sin alguno de los dos últimos cuadernos en que empieza su continuación, acudirán igualmente a recogerlos con el de 1797 que ahora se publica, a la Librería de Castillo frente a S. Felipe el Real, donde se venden juntos o separados dichos cuadernos, y también la nueva impresión del Prontuario. »

37 DM, n° 318 du samedi 14 novembre 1795, p. 1290 ; Ibid., n° 12 du vendredi 12 janvier 1798, p. 41 ; Ibid, n° 195 du lundi 14 juillet 1806, p. 58 ; Ibid., n° 311 du samedi 7 novembre 1807, p. 556 ; GM, n° 84 du vendredi 19 octobre 1792, p. 740 ; Ibid., n° 85 du vendredi 23 octobre 1795, p. 1096 ; Ibid., n° 100 du vendredi 15 décembre 1797, p. 1188 ; Ibid., n° 111 du mardi 15 décembre 1807, p. 1300 ; ME, n° 12 décembre 1807, p. 356.

38 DM, n° 333 du mardi 29 novembre 1791, p. 1351 ; GM, n° 92 du vendredi 18 novembre 1791, p. 844.

39 Ibidem.

40 Jean-François Botrel, « La novela por entregas : unidad de creación y de consumo », in Creación y público en la literatura española, Madrid, Castalia, 1974, p. 111-155.

41 DM, n° 3 du mardi 3 janvier 1804, p. 10-11 ; EIE, n° 28 du samedi 28 janvier 1804, p. 111 ; GM, n° 3 du mardi 10 janvier 1804, p. 280.

42 GM, n° 14 du vendredi 15 février 1805, p. 148.

43 DM, n° 134 du mardi 14 mai 1799, p. 570-571 : « Los Suscriptores a la impresión de las Aventuras de Gil Blas de Santillana en cuatro tomos en dozavo francés, acudirán por el tomo segundo […] esta edición hace juego con la impresión que se está haciendo en tres tomos de las Novelas ejemplares de Miguel de Cervantes Saavedra. »

44 DM, n° 294 du jeudi 21 octobre 1802, p. 1185-1186.

© Presses universitaires de Provence, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search