Version classiqueVersion mobile

L’édition sous Charles IV

 | 
Joan Cavaillon Giomi

L’économie du livre à la fin de l’Ancien Régime

Les stratégies de vente de livres

Texte intégral

1Les annonces de librairie revêtaient un enjeu économique important pour les commerçants de livres. Elles permettaient d’informer les lecteurs des dernières nouveautés que les libraires possédaient en magasin et d’essayer d’écouler des invendus. Toutefois, une simple publicité qui ne mentionnait que le titre de l’œuvre, son auteur, les prix en fonction des reliures et les lieux de vente n’avait rien de bien attractif. Aussi, les commerçants, pour séduire un public plus nombreux, durent-ils employer des moyens de promotion efficaces pour les vendre.

Le discours des annonces de librairie

  • 1 Cf. Supra, p. 62-63.
  • 2 Francisco Aguilar Piñal, « Las letras españolas a comienzos del siglo xix », in P. Garelli y G. Mar (...)

2Les commentaires inclus dans les notices bibliographiques permettaient aux lecteurs de se faire une idée du contenu de l’ouvrage voire d’être informés de la qualité de l’œuvre proposée. S’il est vrai que dans ce dernier cas certains publicistes furent moins audacieux que d’autres pour séparer le bon grain de l’ivraie (on se souviendra que des lecteurs du Memorial literario reprochèrent à Ezquerra et Trullenc de ne pas être assez incisifs dans leurs commentaires1 à la différence de Pedro María Olive qui, lui, préféra s’ériger en critique littéraire2), il n’en reste pas moins que les propos tenus devaient servir à séduire le public. Par exemple, dans la Gaceta de Madrid qui annonça l’Origen de las Dignidades Seglares de Castilla y León, con relación sumaria de los Reyes de estos Reinos, de sus acciones, casamientos, hijos, muertes, sepulturas : de los que las han creado y tenido, y de muchos Ricos-Hombres, Confirmadores de Privilegios & c., con un resumen de las mercedes que el Sr. D. Felipe III hizo de Marqueses y Condes desde el año de 1621 hasta fin del de 1656 de Pedro Salazar de Mendoza, il fut précisé que :

  • 3 GM, n° 57 du vendredi 18 juillet 1794, p. 859-860 : « Esta obra tan apreciable, como rara en estos (...)

Cette œuvre, aussi appréciable que rare ces derniers temps : [était] l’un des plus précieux monuments de l’histoire d’Espagne. […] Le nom de cet auteur est bien connu de la république des lettres pour son talent et son érudition […]. L’éditeur, continuant à publier les meilleures œuvres en rapport avec l’Histoire de l’Espagne, a pensé rendre un véritable service au public en réimprimant la présente édition, attendu par de nombreux érudits et amateurs de littérature Espagnole3.

  • 4 DM, n° 218 du mercredi 6 août 1794, p. 893.

3Pedro Miguel de Escribano, libraire chez qui cette œuvre était en vente, avait sans nul doute dû élaborer cette annonce puisqu’elle parut également en ces mêmes termes le 6 août de la même année dans le Diario de Madrid4. Les rédacteurs du Memorial literario qui rédigeaient les commentaires, furent, quant à eux, plus réservés sur la qualité de l’ouvrage mais ne tarirent pas d’éloges pour autant à propos de l’auteur :

  • 5 ML, n° 35, 2e partie de décembre 1794, p. 439-440 : « Esta obra de Don Pedro Salazar de Mendoza es (...)

Cette œuvre de Don Pedro Salazar de Mendoza [disaient-ils] est d’un mérite reconnu parmi les Hommes de Lettres […], et les quelques défauts auxquels sont sujets ceux qui entreprennent une telle tâche, ne doivent pas faire oublier l’estime et le crédit dont son auteur est digne en ce qui concerne la partie qu’il s’est tout particulièrement proposé de traiter5.

4Le discours tenu en fonction des rédacteurs des annonces de librairie diverge quelque peu. Pour les publicistes, il s’agissait de ne pas perdre de lecteurs, dont dépendait la survie du journal, en les trompant sur la qualité des ouvrages proposés tandis que pour les libraires, au contraire, il s’agissait de vendre un maximum d’imprimés. Aussi, ce fut bien souvent dans des périodiques comme la Gaceta de Madrid ou le Diario de Madrid, dans lesquels les commerçants rédigeaient eux-mêmes les annonces de livres, que l’on trouve certainement les commentaires les plus élogieux sur les ouvrages.

  • 6 María Jesús García Garrosa, « La imagen de los novelistas europeos en la España de Carlos IV », in (...)

5Nombre d’annonceurs insistèrent également sur la renommée dont jouissaient les auteurs au sein de la République des Lettres, notamment lorsque des traductions de romans étaient annoncées, en employant des termes tels que el célebre Richardson, el famoso Fielding ou encore la celebrada condesa de Genlis comme le souligne María Jesús García Garrosa6.

  • 7 AL, n° 4, 1807, p. 35 ; CMerc., n° 102 du 20 décembre 1798, p. 848 ; DM, n° 279 du mardi 6 octobre  (...)
  • 8 DM, n° 350 du mercredi 16 décembre 1801, p. 1434.
  • 9 GM, n° 102 du mardi 20 décembre 1803, p. 1100.
  • 10 ML, n° XIX du 10 juillet 1805, p. 15.

6Des expressions similaires sont également employées pour évoquer divers éléments ayant trait à la facture ou à l’ornementation des ouvrages. Ainsi pour vanter les mérites des gravures insérées l’on parlera d’estampas finas ou de láminas finas7. De même, la qualité de l’impression (papier, typographie) était relevée en faisant état de : buen papel y letra8, de buena letra y papel9, de buen papel10.

7Par conséquent, afin de rendre leur produit attractif et d’inciter les lecteurs à acheter les ouvrages qu’ils proposaient à la vente, les annonceurs commencèrent à employer un langage que l’on pourrait qualifier de publicitaire.

La vente par souscription et l’envoi par courrier

8Tout comme pour les publicistes, la souscription s’avéra être une stratégie commerciale d’une indéniable efficacité. Avec ce système largement employé par de nombreux de libraires à la fin du xviiie siècle, les imprimés ne furent plus seulement réservés aux lecteurs résidant dans les villes où étaient publiés les ouvrages mais devenaient accessibles à ceux de l’ensemble de la Péninsule. En outre, la vente par souscription permettait aux éditeurs d’avoir une idée approximative de l’importance du tirage à réaliser afin de ne pas dépenser plus d’argent que de besoin et de ne pas garder un trop grand nombre d’invendus.

  • 11 GM, n° 33 du mardi 25 avril 1797, p. 340 : « El Editor de la Novela intitulada el Dean de Killerine (...)
  • 12 GM, n° 2 du mardi 5 janvier 1796, p. 24 : « Los suscriptores adelantarán por el primer tomo a la rú (...)
  • 13 GM, n° 66 du vendredi 17 août 1792, p. 568 : « El sujeto que ofreció por suscripción el Índice alfa (...)

9Lorsqu’un achat par souscription était proposé, les acheteurs avaient environ deux mois pour passer commande, soit jusqu’à la date de livraison du ou des tomes de l’œuvre considérée. Dans un souci d’équité, des délais plus longs étaient accordés à ceux qui résidaient dans les villes de province. Par ailleurs, pour avoir un engagement ferme de la part des souscripteurs (nombre d’annonces furent passées pour leur demander de venir récupérer leurs commandes11), il leur était demandé de payer un ou deux tomes par avance. Ce fut le cas lors de la souscription à El Honor Español, o Historia del heroismo de la nación española12 par exemple. Ce paiement par anticipation avait aussi pour but de financer les coûts d’impression. Quant au supplément demandé aux souscripteurs de province, il servait à couvrir les frais d’envoi. Toutefois, dans le cas où les commandes étaient trop peu nombreuses, les arrhes versées étaient rendues. Avec en tout et pour tout 40 souscripteurs répartis dans l’ensemble de la Péninsule, l’éditeur de l’Índice alfabético de materias de las Reflexiones militares del Excmo. Sr. Marqués de Sta. Cruz de Marcenado joua de malchance. Ne pouvant supporter seul le reste des frais d’impression, il fut contraint à renoncer à son entreprise et invita donc les intéressés à récupérer leur argent13.

  • 14 Ibid., n° 85 du mardi 23 octobre 1792, p. 752.
  • 15 John Lynch, La España del siglo xviii, op. cit., p. 214.
  • 16 CMerc., n° 65 du 13 août 1798, p. 540 : « Los suscriptores a las Recreaciones del hombre sensible, (...)

10En outre, la souscription ne favorisait pas que les commerçants de livres. Les personnes qui achetaient un ouvrage par ce moyen bénéficiaient d’un tarif préférentiel. Pour les deux volumes que comptait la Genealogía (que no se esperaba) de Gil Blas de Santillana : continuación verdadera, natural y sencilla de la vida de este famoso sujeto, por su hijo D. Alfonso Blas de Liria, les souscripteurs déboursaient huit réaux pour chaque tome relié en papier au lieu de 1214. Soit une économie réalisée de huit réaux sur la totalité de l’œuvre. Une somme qui est loin d’être négligeable lorsque l’on sait que le salaire moyen d’un travailleur journalier était de cinq réaux au milieu du siècle et qu’il n’augmenta guère par la suite15. De plus, ces souscripteurs bénéficiaient également d’une prévente. C’est-à-dire que seuls ces derniers pouvaient récupérer les volumes au fur et à mesure de leur parution tandis que les autres acheteurs devaient bien souvent attendre que l’intégralité de l’œuvre fût éditée pour pouvoir se la procurer. Ce fut d’ailleurs ce qui fut spécifié dans l’annonce du tome deux des Recreaciones del Hombre sensible parue dans le Correo mercantil de España y sus Indias en 179816.

  • 17 DM, n° 225 du jeudi 13 août 1801, p. 926-927.

11En ce qui concerne les souscripteurs qui ne résidaient pas dans le lieu de parution de l’ouvrage, il leur était également possible de passer commande chez des libraires de leur ville. Les habitants de Valladolid purent, par exemple, souscrire au Verdadero método para estudiar las lenguas española y francesa à la librairie de la veuve et fils de Santander17. Des réseaux de diffusion des imprimés s’étaient par conséquent bel et bien constitués entre les différents professionnels du livre de la Péninsule.

  • 18 GM, n° 36 du vendredi 6 mai 1803, p. 376.
  • 19 DM, n° 280 du mardi 7 octobre 1806, p. 420 : « Se hallará en Madrid, en la librería de Tieso, calle (...)

12La souscription et les envois par courrier furent un atout commercial indéniable pour les professionnels du livre qui purent ainsi élargir leur clientèle. Aussi, en 1803, Manuel Hurtado précisa-t-il aux abonnés de la Gaceta de Madrid qu’il leur était possible de recevoir le Tratado de la cría de palomos, en que se contienen los métodos de poblar un palomar, de elegir las palomas, de gobernar las nuevas y pichones, de que las palomas no dejen el palomar, de preservarlas de enfermedades, de quitar de un palomar las viejas, aplicación de estas reglas a las palomas mansas o domésticas18. Quant au madrilène Felipe Tieso et aux héritières de Nicolás Moreno à Grenade, ils mentionnèrent très judicieusement pour la Sátira contra los Libelistas y Murmuradores que son format se prêtait à l’envoi par courrier19.

Les listes de souscripteurs

13Bien souvent, un achat par souscription allait de pair avec la publication de la liste des souscripteurs insérée dans différents tomes de l’œuvre. Cette précision fournie dans les annonces de librairie pour 67 ouvrages (bien d’autres durent être publiées sans que l’information fût donnée) devait permettre aux commerçants de démontrer l’intérêt porté à un livre. Le 16 septembre 1791, la Gaceta de Madrid passa l’annonce suivante :

  • 20 GM, n° 74 du vendredi 16 septembre 1791, p. 672 : « Los suscriptores a la Gramática de la lengua La (...)

Les souscripteurs de la Gramática de la lengua Latina y Castellana, composée de trois cahiers, viendront récupérer le 2e sur l’étymologie et la prosodie, à la librairie d’Escribano, rue de las Carretas, en payant par avance les frais du suivant, qui traite de la construction. Et ceux qui n’ont pas encore souscrit pourront également le faire aux trois tomes, avant la publication du 3e, qui contient entre autres choses […] à la fin la liste des nombreux souscripteurs qui viennent de toutes parts, aussi bien des particuliers que des institutions et de personnes, qui par leurs lumières et le bon accueil qu’ils ont réservé à l’œuvre soulignent le mérite de cet ouvrage indispensable, original, méthodique, sûr, complet, et capable, grâce à un espagnol des plus purs, de réformer l’enseignement du latin en combinant et en mettant en évidence les ressemblances et les différences qu’il y a entre l’une et l’autre langue, dans leurs principes et leur construction20.

14Le rédacteur de l’annonce força sans doute quelque peu le trait quant à l’enthousiasme du public concernant cette œuvre dont les commentaires étaient par ailleurs on ne peut plus élogieux. Mais, en soulignant l’indéniable engouement que suscitait l’ouvrage, le but recherché était clair. Il s’agissait d’attirer un plus grand nombre d’acheteurs. D’ailleurs, l’annonceur ne précisait-il pas que la souscription était encore ouverte ?

15La publication de ces listes n’était pas dénuée d’intérêt ni pour les éditeurs et les auteurs, ni pour les souscripteurs. En effet, pour les premiers, elles permettaient de démontrer l’enthousiasme que le livre avait remporté auprès du public. Pour les seconds, c’était sans doute non sans fierté qu’ils voyaient apparaître leurs noms dans les pages d’une œuvre qui avait parfois remporté un vif succès. Par ailleurs, les livres étant encore relativement chers, ce fut pour les souscripteurs un moyen efficace de prouver qu’ils possédaient les ressources économiques suffisantes pour pouvoir se les procurer et leur appartenance à une élite à la fois culturelle et sociale qui montrait son adhésion aux idées des Lumières véhiculées par les livres.

La gravure

  • 21 Voir au sujet de la Real Academia de Bellas Artes, Claude Bédat, La Real Academia de Bellas Artes d (...)
  • 22 Jesusa Vega, « Imágenes para un cambio de siglo », in Joaquín Álvarez Barrientos, ed., Se hicieron (...)
  • 23 Elisabel Larriba, « L’art au service de la divulgation scientifique : le rôle des gravures dans le (...)
  • 24 Juan Carrete Parrondo, Diccionario de grabadores y litógrafos que trabajaron en España. Siglos xv a (...)
  • 25 GM, n° 21 du mardi 3 mars 1807, p. 247-248 ; DM, n° 101 du samedi 11 avril 1807, p. 421.
  • 26 Juan Carrete Parrondo, Diccionario de grabadores y litógrafos que trabajaron en España. Siglos xv a (...)
  • 27 GM, n° 54 du mardi 8 juillet 1800, p. 608.

16La gravure, longtemps considérée comme un art mineur, se développa surtout à partir de la seconde moitié du xviiie siècle avec notamment la création en 1744 de la Real Academia de Bellas Artes de San Fernando qui fut inaugurée en 175221. 1789 marqua également une étape décisive pour la gravure avec la création de la Real Calcografía, imprimerie de gravure sur cuivre, placée sous la direction de l’Imprenta Real22. Des impressions de gravures de qualité purent alors être réalisées. L’image avait des fonctions éducatives et décoratives et fut utilisée pour « servi[r] [les] livre[s] et [le] patrimoine littéraire de l’Espagne23 ». Pas moins de 2 933 titres qui comportaient des gravures, des vignettes, des cartes ou des plans furent annoncés dans les périodiques madrilènes. Les libraires n’hésitèrent pas à citer comme argument de vente les graveurs de renom qui avait réalisé ces travaux. Ainsi fut-il précisé que Tomás López Enguidanos, académicien de la Real Academia de San Fernando nommé le 23 juillet 1804 graveur honoraire de la Chambre du roi24, avait signé les gravures des Obras de Garcilaso de la Vega en 180725 ou encore que l’on devait à Francisco de Paula Martí, membre de la même Académie que le précédent26, les 13 gravures de l’Ensayo sobre el origen de y naturaleza de las pasiones, del gesto y de la acción teatral, con un discurso preliminar en defensa del ejercicio cómico en 180027.

  • 28 AL, n° 1, 1804, p. 135 ; EIE, n° 61 du jeudi 1 mars 1804, p. 256 ; GM, n° 34 du vendredi 29 avril 1 (...)
  • 29 GM, n° 4 du mardi 13 janvier 1795, p. 12 ; Ibid., n° 10 du mardi 2 février 1796, p. 109 ; Ibid., n° (...)
  • 30 GM, n° 38 du mardi 12 mai 1789, p. 340.

17La fonction éducative et pédagogique de la gravure se trouvait bien évidemment dans les livres en rapport avec les techniques et les sciences comme dans les ouvrages de géographie. La Relación del viaje hecho por las goletas Sutil y Mexicana en el año de 1792, para reconocer el estrecho de Fuca ; con una introducción en que se da noticia de las expediciones ejecutadas anteriormente por los españoles en busca del paso del noroeste de la América était ainsi accompagnée d’un atlas qui comprenait 17 cartes mais coûtait au minimum 50 réaux pour une reliure en papier28. Et que dire du prix de l’œuvre de Cavanilles, Icones atque descriptiones plantarum, dont chaque tome (elle en comptait six édités entre 1791 et 1801) comportait 100 gravures de plantes et était vendu 280 réaux pour un exemplaire simplement broché29. Mais, la gravure n’était pas uniquement l’apanage des éditions coûteuses, voire de luxe. Des ouvrages plus modestes en contenaient également. L’imprimé de 18 pages de Tomás Sevilla édité en 1788, Disertación sobre el modo de hilar la seda con mayor ventaja que el que se ha observado hasta ahora, vendu au prix de deux réaux, en comportait une représentant la machine qu’avait inventée et dessinée son auteur30. L’image permettait par conséquent d’illustrer les propos tenus, de visualiser le ou les objets d’étude ou de situer des lieux dans le cas des cartes.

  • 31 GM, n° 99 du mardi 20 octobre 1801, p. 1080 : « El ingenioso hidalgo D. Quijote de la Mancha […]. S (...)

18En revanche, dans les œuvres littéraires, les gravures revêtaient une fonction purement ornementale. Elles devaient servir à illustrer les passages les plus significatifs de l’ouvrage tout particulièrement lorsqu’elles étaient insérées dans des romans. En témoignent les 48 gravures qui représentaient les meilleurs passages du Don Quichotte pour la nouvelle édition réalisée en six volumes par l’Imprimerie Royale en 1798. Toutefois, celles-ci faisaient l’objet d’une vente à part de l’ouvrage. Pour cette œuvre, qui comportait déjà des vignettes et une gravure qui représentait l’auteur, les acheteurs devaient débourser 48 réaux pour une reliure en basane auxquels venaient s’ajouter 72 réaux pour le jeu de gravures31.

19Parfois, les coûts d’impression des images avaient été sous-estimés par les éditeurs, les imprimeurs ou les auteurs eux-mêmes. Ces derniers, qui ne manquèrent pas de le souligner, pour ne pas perdre d’argent répercutèrent le surcoût des impressions des gravures sur le prix des ouvrages. Ainsi, pour le tome VIII de l’Historia natural, general y particular, écrit en français par le comte de Buffon (Intendant du Cabinet Royal et du Jardin botanique) et traduit par José Clavijo y Fajardo (Vice-directeur du Real Gabinete de Historia natural), fut-il mentionné dans la Gaceta de Madrid, en 1790, qu’en raison :

  • 32 GM, n° 12 du mardi 9 février 1790, p. 100 : « [...] y lo mucho que ha subido el precio del papel de (...)

de la hausse considérable qu’[avait] subi le prix du papier depuis l’année 85, mais aussi de la cherté de l’enluminure et de la gravure [29 gravures en couleur étaient présentes dans ce tome], le traducteur se [voyait] dans l’obligation d’augmenter le prix du présent tome et des suivants, en fonction du nombre de gravures qu’ils comporteraient32.

  • 33 Ibidem. Pour cet ouvrage également annoncé dans le ML, n° CIV, 2e partie du mois de février 1790, p (...)

20Le prix fut ainsi fixé à 35 réaux pour un exemplaire relié en papier et à 36 s’il l’était en basane33.

  • 34 BPA, n° VII, 1790, p. 38 ; GM, n° 96 du mardi 30 novembre 1790, p. 795 ; ML, n° CXXIII, 1° partie d (...)
  • 35 DM, n° 54 du mardi 23 février 1790, p. 215.

21Les illustrations ciblaient par conséquent un public restreint qui possédait des ressources économiques élevées. De fait, les libraires, pour ne pas laisser pour compte les lecteurs aux revenus plus modestes et toucher un public plus large, trouvèrent des parades. Nous l’avons vu dans le cas du Don Quichotte, précédemment cité, les gravures pouvaient être vendues séparément de l’ouvrage, ce qui réduisait considérablement le prix d’achat. L’Elogio histórico del valeroso Crillón, petit livre de 56 pages, était vendu huit réaux avec la gravure représentant le duc de Crillon et quatre réaux sans elle34. De la même manière, la deuxième édition des Aventuras de Gil Blas de Santillana avait été augmentée de 17 gravures (représentant les principales scènes de l’œuvre) qu’il était possible de se procurer seules pour un prix fixé à 16 réaux pour les lecteurs qui possédaient déjà l’ouvrage sans illustration35.

  • 36 GM, n° 60 du mardi 22 juillet 1806, p. 627-628 : « Catecismo histórico del Abad Fleury, traducido p (...)

22Que les gravures fussent un outil pédagogique ou décoratif, elles servirent la politique éducative et culturelle mise en place par la Couronne ainsi que les professionnels du livre pour qui elles étaient un argument de vente. Toutefois, leur impression étant encore relativement coûteuse, certains auteurs se refusèrent à les employer pour agrémenter leurs œuvres. La raison invoquée par le prêtre Juan Interian de Ayala, traducteur du Catecismo histórico del Abad Fleury en 1806, était des plus claires : « Elle [l’œuvre Catecismo histórico] ne comporte pas de gravures [disait-il], car, comme le dit l’auteur dans son prologue, les livres remplis de gravures et d’images ont pour habitude de valoir trop cher pour pouvoir servir à l’usage des pauvres36 ».

  • 37 Ibidem.

23Selon lui, la gravure privait et excluait les plus pauvres de l’instruction et des savoirs véhiculés par les livres à cause des coûts prohibitifs de leur impression qui se répercutaient sur le prix des ouvrages. Il n’avait pas tort. Pourtant, la traduction que ce prêtre prétendait vouloir mettre à la portée des plus démunis valait la bagatelle de dix réaux pour une reliure en basane et de huit réaux en parchemin37. Des sommes bien loin d’être à la portée d’un public défavorisé.

Le papier, la typographie et les reliures

24Le monde de l’édition, notamment en ce qui concerne les branches de l’industrie papetière, de la typographie ou de la reliure, connut aussi des avancées considérables à partir du milieu du xviiie siècle.

Le papier

  • 38 François Lopez, « La edición española bajo el reinado de Carlos III », art. cit., p. 283.
  • 39 Ibid., p. 284-285.
  • 40 Francisco Aguilar Piñal, Introducción al siglo xviii, op. cit., p. 115.

25Le papier fabriqué en Espagne était de très mauvaise qualité, si bien qu’il fallait (en payant la taxe correspondante) l’importer quels qu’en fussent les coûts depuis le xviie siècle. De plus, sa production était bien loin d’être suffisante pour subvenir aux besoins des imprimeurs38. En outre, la fabrication d’un livre à cette même époque en Espagne revenait bien plus cher que l’importation des matières premières elles-mêmes39. Aussi, les imprimeries de la Péninsule s’approvisionnaient-elles à l’étranger. Si les choses semblèrent malgré tout s’améliorer quelque peu avec la montée sur le trône de Philippe V, il fallut attendre les années 1780 pour que l’industrie du papier se modernisât, notamment en Catalogne40. L’attitude protectionniste de l’auto de Curiel permit aussi de pouvoir relancer cette industrie largement en déclin au début du xviiie siècle. Toutefois, les différents types de papiers employés en Europe furent sensiblement les mêmes.

Les différents types de papiers employés pour les impressions de livres (Classement décroissant)

Type de papier utilisé Nombre d’ouvrages Pourcentage
Papier moyen (« marquilla ») 824 79,61 %
Papier commun (« regular » ou « común ») 84 8,12 %
Papier fin (« papel fino ») 73 7,05 %
Papier protocole (« protócolo ») 20 1,93 %
Papier blanc très fin (« florete ») 17 1,64 %
Papier vélin (« vitela » ou « avitelado ») 13 1,26 %
Papier hollandais (« papel
holandés »)
4 0,39 %
TOTAL 1035 100 %

Sources : Presse madrilène (1er janvier 1789-19 mars 1808). Élaboration personnelle.

  • 41 ME, n° 9 du 30 septembre 1805, p. 439-440.

26Le papier le plus communément employé pour les impressions fut le papier moyen pour 824 impressions (soit 79, 61 % du total) sur les 1 035 œuvres pour lesquelles le type de papier utilisé fut précisé dans les annonces de librairie. Quant aux autres, ils ne dépassent pas la barre des 10 %. Incontestablement certains papiers étaient bien plus chers que d’autres. À titre d’exemple, l’édition des Obras de Cayo Salustio Crispo en deux volumes coûtait pour une même reliure brochée 30 réaux pour une impression sur papier fin contre 40 sur papier vélin41. Quant au papier hollandais, pour les éditions de luxe, il ne fut que très rarement utilisé (quatre titres seulement). Les imprimeurs préfèrent ne prendre aucun risque en réalisant des éditions sur du papier trop coûteux afin de ne pas garder d’invendus en trop grand nombre.

La typographie

  • 42 François Lopez, « La edición española bajo el reinado de Carlos III », art. cit., p. 288.
  • 43 Id., « Los oficios. Las técnicas de venta », art. cit., p. 350.
  • 44 DM, n° 113 du jeudi 23 avril 1807, p. 481 ; Ibid., n° 224 du mercredi 12 août 1807, p. 178-179.
  • 45 Jerónimo Antonio Gil, Muestras de los nuevos punzones y matrices para la letra de imprenta ejecutad (...)

27Ce fut également à partir du milieu du siècle des Lumières que la typographie se modernisa. Ici encore, l’attitude protectionniste de l’auto de Curiel dut inciter plus d’un imprimeur espagnol à trouver des moyens pour pallier l’importation de livres et réaliser des éditions de qualité. En 1758, le catalan Eudaldo Paradell inventa une nouvelle typographie plus simple et plus facile à lire. Il sollicita pour ce faire une baisse du prix du plomb pour réaliser ses nouveaux caractères inspirés des modèles qu’offrait l’étranger. Ce ne fut qu’en 1764 que Charles III accéda à sa requête pour une durée de dix ans. Il élargit par ailleurs cette mesure à quiconque s’employait à améliorer la typographie42. La volonté de l’Espagne de se mettre au diapason de l’Europe sous l’impulsion de la Couronne était évidente. De plus, pour continuer son entreprise de rénovation de l’industrie typographique, en 1763, Charles III prit la décision d’exempter de service militaire les imprimeurs et les fondeurs de lettres43. Dès lors, des progrès considérables purent être réalisés dans la typographie et les éditions espagnoles rivalisèrent avec celles des plus grands imprimeurs européens de l’époque comme Giambattista Bodoni en Italie ou François Didot à Paris. Pour preuve, le roman Juanita, o la Inclusa generosa, édité à Madrid en 1807, avait été imprimé en caractères Bodoni44. Mais c’est sans conteste le magnifique ouvrage de Jerónimo Antonio Gil, Muestras de los nuevos punzones y matrices para la letra de imprenta ejecutados por orden de S. M. y de su caudal destinado a la dotación de su Real Biblioteca, imprimé en 1787 sur les presses de Joaquín Ibarra qui démontre les progrès considérables réalisés en ce domaine45.

  • 46 DM, n° 77 du jeudi 18 mars 1790, p. 307.
  • 47 GM, n° 17 du mardi 27 février 1798, p. 198.
  • 48 Ibid., n° 19 du vendredi 4 mars 1808, p. 234 : « Impreso en letra gruesa para que se pueda usar en (...)

28Les imprimeurs n’hésitèrent pas, parfois, à changer de typographie pour rendre la lecture de certains ouvrages plus aisée. En effet, il fut précisé pour 81 titres qu’ils avaient été imprimés en gros caractères. Par ce moyen, les imprimeurs pensaient ainsi pouvoir toucher un public maîtrisant mal la lecture ou ayant une acuité visuelle restreinte comme cela fut spécifié pour les Actos de Fe, Esperanza y Caridad, con oraciones para confesar y comulgar y el ofrecimiento de las obras y reflexiones para la comunión espiritual46 ou encore pour le Piadoso cotidiano ejercicio ; método fácil para asistir a misa, y recibir los sacramentos de la penitencia y eucaristía, con oraciones para visitar las estaciones en la semana santa, y el jubileo de cuarenta horas en todo el año47. De manière assez significative, l’ensemble de ces livres imprimés en grosses lettres était des ouvrages religieux. Ceux-ci pouvaient également être utilisés dans les églises qui manquaient de lumière comme en témoigne l’Ejercicio cotidiano para todos los días de la semana, para asistir al santo sacrificio de la misa, para antes y después de la confesión y comunión, modo de visitar las santas cruces, ofrecimiento del rosario, indulgencias y jubileos48. Les livres d’église étant les plus diffusés, les imprimeurs et typographes, qui travaillaient de conserve, n’oublièrent donc pas la manne économique qu’ils pouvaient représenter.

Les reliures

  • 49 Fermín de los Reyes Gómez, Los libros en España y América, Vol. I, op. cit., p. 605.
  • 50 Ibid., p. 606.
  • 51 Ibid., p. 607.

29Signe extérieur de la beauté d’un ouvrage, les reliures se devaient de refléter la qualité de l’édition d’un livre. Les progrès réalisés dans les arts de l’imprimerie entraînèrent également des améliorations dans l’art de la reliure. Mais les importations de livres réduisaient considérablement le travail des relieurs. Dans le but de protéger ce corps de métier, la promulgation de l’Ordonnance royale du 2 juin 1778 interdit l’importation de livres reliés hors d’Espagne, exception faite de ceux brochés ou en papier49. Cette attitude protectionniste fut réaffirmée par Charles IV le 27 mai 1790 qui spécifia toutefois que cette loi ne s’appliquait qu’en cas d’approvisionnement et pour plus d’un exemplaire50. Finalement, en 1802, face aux abus, semble-t-il, commis en grand nombre, le roi fut encore plus restrictif. Le 24 octobre, il ordonna que l’on enlevât les reliures de tous les livres qui entraient dans le royaume, à l’exception de l’Office divin. Les particuliers malgré tout désireux de recevoir quelques livres complets devaient obligatoirement passer commande auprès d’un professionnel du livre en payant le double du prix qu’aurait coûté la reliure si elle avait été réalisée en Espagne51. Un moyen qui permettait de donner du cœur à l’ouvrage aux relieurs et qui permit de grandement améliorer l’art de la reliure.

30Les reliures n’ayant pas toutes le même raffinement et certaines étant plus coûteuses que d’autres, un même livre pouvait par conséquent être vendu relié de différentes manières. Le prix des livres était bien évidemment fixé en fonction de la reliure proposée. De la moins coûteuse à la plus chère nous trouvons : celles en papier, cartonnée, brochée, en parchemin, à la hollandaise, à l’anglaise, en basane, en maroquin ou en peau.

Nombre d’ouvrages par reliures (Classement décroissant)

Type de reliure Nombre d’ouvrage Pourcentage
Basane (pasta) 5781 42,93 %
Brochée (rústica) 4423 32,85 %
Parchemin (pergamino) 2191 16,27 %
Papier (papel) 883 6,56 %
Maroquin (tafilete) 85 0,63 %
À la hollandaise (holandesa) 60 0,45 %
Cartonnée (cartón) 14 0,1 %
À l’anglaise (inglesa) 8 0,06 %
Peau (piel) 1 0,01 %
Ouvrages non reliés (sin encuadernar) 19 0,14 %
TOTAL 13465 100 %

Sources : Presse madrilène (1er janvier 1789-19 mars 1808). Élaboration personnelle.

  • 52 Francisco Aguilar Piñal, Introducción al siglo xviii, op. cit., p. 115.
  • 53 Jean Toulet, Introduction à l’histoire de la reliure française xv°-xviii° siècles, Paris, Bibliothè (...)
  • 54 Ibidem., p. 30.
  • 55 Ibid., p. 31.
  • 56 Ibid., p. 31-32.

31Les reliures les plus couramment employées furent la basane pour 5 781 ouvrages (soit 42,93 % de l’ensemble des titres pour lesquels une information sur la reliure fut donnée) suivies par les éditions brochées (4 423 titres, soit 32,85 %), en parchemin avec 2 191 titres (16,27 %) et en papier (883 ouvrages, soit 6,56 %). La traditionnelle reliure en parchemin, en provenance d’Aragon, de Navarre ou de la région de Ségovie, se substitua à celle en basane à la fin du siècle52. Mais ces quatre types de reliure étaient des plus communes et correspondent à ce que Jean Toulet appelle des « reliures de librairie53 ». Malgré de notables améliorations dans leur réalisation et des ornementations pour les embellir, elles étaient d’assez mauvaise qualité. Effectivement, la basane était un cuir relativement médiocre54 et les reliures en parchemin, dépourvues d’enjolivures, étaient des plus simples et identiques à celles produites au xviie siècle, mis à part l’apparition de la couleur et l’emploi d’un parchemin plus rigide55. Quant aux reliures brochées, il ne s’agissait que de l’assemblage des différents cahiers qui composaient le livre, cousus entre eux, le tout bardé d’une couverture généralement en papier qui ne faisait office que de protection dans l’attente d’une véritable reliure56. Les éditions non reliées (19 titres, soit une représentation de 0,14 %) attendaient certainement de la même manière que les précédentes que leurs acheteurs choisissent eux-mêmes la reliure qui leur convenait.

  • 57 Ibid., p. 15.

32Ces œuvres reliées de différentes manières s’adressaient à toute une gamme de catégories sociales de lecteurs. Et, malgré un cuir de mauvaise qualité, les ouvrages reliés en basane ciblaient principalement les plus fortunés d’entre eux. Il s’agissait pour les libraires de se mettre à la portée de toutes les bourses. Toutefois, les reliures de qualité et coûteuses furent réalisées en petite quantité. En témoignent les reliures en maroquin (cuir importé du Moyen-Orient) principalement utilisées pour les éditions de luxe57 qui ne furent employées que pour 85 titres (0,63 %).

  • 58 ML, n° LXXXII, 2e partie de mars 1789, p. 473-474.
  • 59 Libro de memoria y otras curiosidades, GM, n° 9 du vendredi 31 janvier 1800, p. 88.
  • 60 GM, n° 3 du vendredi 9 janvier 1807, p. 32 : « Este librito es el más chico que se ha grabado en Es (...)

33Preuve incontestable que les relieurs prenaient de plus en plus de soin pour offrir des reliures de qualité et tentaient de séduire un public plus large, des couvertures furent agrémentées de décorations, ce que ne manquèrent pas de préciser les libraires. Ainsi, dix titres possédaient une reliure avec encadrement (con orla) comme les Consideraciones para antes y después de la Sagrada Comunión ; y podrán servir para la comunión espiritual58. Néanmoins, ces éléments d’ornement avaient un coût. Ce dernier ouvrage coûtait trois réaux relié en basane et quatre pour une reliure identique rehaussée de l’encadrement. De la même manière, les couvertures de six titres avaient été brodées (bordados)59. Enfin, l’Espagne continua à se perfectionner dans les arts de la reliure en prenant exemple, une fois de plus, sur l’étranger. En 1807, le livre pour enfants, Nuevo Calendario de la infancia, con varias cancioncitas graciosas, con sus estampitas alusivas a cada una, y luego sigue el calendario, grabado todo en dulce, fut annoncé avec un nouveau type de reliure imitant la basane italienne et ornée de bas reliefs60.

  • 61 François Lopez, « La edición española bajo el reinado de Carlos III », art. cit., p. 292.

34Les progrès réalisés dans les différentes branches professionnelles liées au monde de l’édition sont incontestables à la fin du xviiie siècle. L’ensemble des corps de métiers, sous l’impulsion de la Couronne, travailla de conserve pour que les éditions espagnoles pussent rivaliser avec le reste de l’Europe61.

Le format des livres

35Il est impossible d’apprécier l’évolution du monde de l’édition partout en Europe sans s’arrêter sur le format des livres. En effet, les imprimés, devenus un moyen de diffusion des savoirs en même temps qu’un moyen de distraction, ne furent, dès lors, plus uniquement réservés aux seules bibliothèques des couvents, d’institutions diverses ou de quelques rares privilégiés. Pour qu’ils pussent jouer le rôle pédagogique qui leur était attribué au xviiie siècle, il fallut qu’ils fussent facilement manipulables par le public.

Formats des ouvrages annoncés dans la presse madrilène (Classement décroissant)

Format des ouvrages Nombre Pourcentage
In-octavo 6486 58,53 %
In-quarto 3457 31,2 %
In-douze 633 5,71 %
In-folio 375 3,38 %
In-dix-huit 79 0,71 %
In-seize 49 0,44 %
In-vingt-quatre 2 0,02 %
In-trente-deux 1 0,01 %
TOTAL 11082 100 %

Sources : Presse madrilène (1er janvier 1789-19 mars 1808). Élaboration personnelle.

  • 62 Francisco Aguilar Piñal, Introducción al siglo xviii, op. cit., p. 115.
  • 63 Ibidem.
  • 64 DM, n° 98 du mercredi 8 avril 1789, p. 391.
  • 65 GM, n° 2 du mardi 5 janvier 1808, p. 24.
  • 66 Ibid., n° 75 du vendredi 12 septembre 1806, p. 780 : « tamaño muy cómodo. »
  • 67 DM, n° 76 du mercredi 16 avril 1808, p. 339 : « tamaño muy cómodo para las personas y las señoras.  (...)

36Ce qui caractérise le xviiie siècle est la constante diminution du format des ouvrages. Les gros tomes in-folio hérités de la culture baroque se réduisirent sensiblement au début du siècle de la Raison pour atteindre un format in-quarto. Mais le format qui allait indubitablement prédominer à la fin du siècle est le in-octavo62. Avec 6 486 titres (soit 58,53 %) sur 11 082 pour lesquels le format fut spécifié, les livres in-octavo dominent largement dans le monde de l’édition. Ce format avait un double but : d’une part, introduire la nouveauté du « livre de poche » (el libro de faltriquera) – idéal pour les romans et les livres d’Église – et, d’autre part, faciliter la lecture, c’est-à-dire habituer les Espagnols à la compagnie des livres dans leur vie quotidienne63. Effectivement, « commodes pour être emportés » ou pour « être mis dans la poche » furent des expressions récurrentes des libraires pour caractériser ce format. Ainsi fut-il précisé dans les annonces concernant Las consideraciones para la Sagrada Comunión du frère de l’ordre de Saint-Basile, Jerónimo de Vilches64, ou le Compendio del año de 1808, compuesto de varias tablas, por las que se halla con facilidad todo lo más necesario de saberse en él, y otras varias curiosidades útiles a toda clase de personas, de « tamaño cómodo para la faltriquera65 » que ces ouvrages pouvaient être facilement apportés à l’église. Le libraire Antonio del Castillo, quant à lui, fut bien plus astucieux que certains de ses confrères et fit montre d’un véritable esprit commercial. En 1806, il annonça, dans la Gaceta de Madrid, la vente du Librito espiritual, que contiene el ofrecimiento de las obras, los actos de fe, esperanza y caridad, oraciones para la confesión y comunión : para antes y después de oír misa : para ofrecer la estación en el jubileo de cuarenta horas y otras de « format très commode » disait-il66. Mais, n’ayant pu vendre tous les exemplaires qu’il possédait, il passa deux années plus tard une nouvelle annonce dans le Diario de Madrid en précisant cette fois que le format de l’ouvrage était particulièrement adapté aux « dames67 ». Insinuait-il que les femmes étaient plus pieuses que les hommes ou simplement essayait-il de séduire un nouveau public ? En tout état de cause, il jouait aussi certainement sur la période de Carême pour tenter d’écouler un grand nombre d’invendus.

  • 68 Lucienne Domergue, La Censure des livres en Espagne à la fin de l’Ancien régime, op. cit., p. 105.

37Presque moitié moins nombreux que ceux au format in-octavo, les imprimés in-quarto occupent cependant la deuxième position du tableau avec 3 457 œuvres (soit 31,2 %) suivis par ceux in-douze, 633 titres (5,71 %). Les gros tomes in-folio, avec 375 imprimés (3,38 %), ne se classent qu’au quatrième rang. La tendance à la fin du xviiie siècle allait donc bien dans le sens d’une réduction de la dimension des livres. On le constate d’ailleurs avec la présence d’ouvrages encore plus petits (in-dix-huit, in-seize, in-vingt quatre, in-trente deux) même s’ils représentent moins de 1 % de la production totale. La réduction des formats était en réalité liée à l’utilité des livres. Comme le rappelle Lucienne Domergue, utile voulait parfois simplement dire commode, c’est-à-dire qu’il pouvait aussi s’agir « d’un manuel dont la consultation [était] aisée68 ».

  • 69 GM, n° 5 du mardi 18 janvier 1803, p. 48.
  • 70 « Prospecto de la Gaceta de los niños », GN, n° 1, année I, p. 7-8 : « Cuando se publicó traducido (...)

38Enfin, pour que les acheteurs pussent avoir un choix plus large, un même livre pouvait faire l’objet d’une double impression. La Guía o estado general de la Real Hacienda de España para el presente año de 1803, tout comme pour les autres années d’ailleurs, était éditée dans un format in-quarto et in-octavo69. En réalisant une édition dans différentes tailles, le but recherché par les commerçants de livres était le profit tandis que pour les autorités, la réduction des formats, devait favoriser l’instruction en tous lieux, à l’exemple (véridique ou non) de cette petite fille, présentée dans le prospectus de la Gaceta de los niños, qui, faisant montre d’un surprenant enthousiasme, ne quittait pas son livre un seul instant et le montrait à toutes ses amies70.

Les prix

39Les prix des ouvrages étaient fixés en fonction des caractéristiques de chaque livre. Aussi, étaient-ils établis en tenant compte de la reliure et de son ornementation, de la qualité du papier d’imprimerie et de l’impression, de la présence de gravures et du nombre de pages.

  • 71 DM, n° 104 du vendredi 13 avril 1792, p. 443.
  • 72 GM, n° 52 du vendredi 29 juin 1804, p. 578.
  • 73 Ibid., n° 96 du vendredi 30 novembre 1804, p. 1072.
  • 74 Ibidem.
  • 75 DM, n° 295 du lundi 22 octobre 1804, p. 1302.

40Bien évidemment, vendre au plus vite les ouvrages en stock était une priorité, voire une nécessité. De ce fait, afin de tenter d’écouler des invendus restés depuis trop longtemps sur les étagères, certains libraires revirent les prix à la baisse. Ainsi le prix des Obras sueltas de D. Juan de Iriarte, publiées en deux volumes en 1774, passa-t-il de 58 réaux (avec reliure en basane) à 40 en 179271. Des livres plus récents, qui ne reçurent peut-être pas les faveurs du public, subirent le même sort dans un laps de temps bien plus rapide. El padre inseparable de su hijo, o el verdadero amigo : carta escrita a un amigo que pasa a servir al Rey en el ejército, dirigida y dedicada a la juventud militar édité en 1804 et vendu deux réaux chez les libraires Facundo Ramos de Aguilera et Sebastián Villareal en juin72, ainsi qu’à la librairie de Miguel de Escribano73, fut proposé au prix de 12 cuartos le 30 novembre 1804 par ce dernier74. Escribano tentait-il de faire de la concurrence à ses confrères qui, au mois d’octobre, n’avaient pas changé le prix de l’ouvrage qu’ils annonçaient à nouveau75 ?

  • 76 GM, n° 66 du vendredi 16 août 1793, p. 820 : « La explicación de las piezas de fusil, carabina y pi (...)
  • 77 Ibid., n° 109 du mardi 24 novembre 1801, p. 1196.
  • 78 ML, n° 3, 1re partie de mai 1801, p. 63-64.
  • 79 AL, n° 1, 1804, p. 30.

41Le libraire madrilène Juan Blanqués, pour sa part, n’hésita pas à invoquer la Guerre de la Convention en 1793 pour vendre à moitié prix (deux réaux au lieu de quatre) l’Explicación de las piezas de fusil, carabina y pistola, con los nombres de cada una en particular ; el modo de desarmarlas, armarlas y limpiarlas, y demostración de dichas piezas en dos láminas : obra muy útil para milicianos, reclutas y cazadores et, ce, tout le temps qu’elle durerait76. Cette même œuvre fut de nouveau annoncée en novembre 1801 au même prix de deux réaux77. Utilisait-il cette fois-ci l’excuse de la guerre contre l’Angleterre (1796-1802) ? Il ne mentionna rien si ce n’est l’utilité de l’ouvrage pour les militaires comme spécifié dans le titre. D’autres libraires, sans avoir recours à la souscription, proposèrent également des livres à prix réduits durant un court délai. Il s’agissait pour ces derniers de promouvoir une œuvre qui venait de paraître. Ce fut ce que proposèrent Antonio Baylo à chaque sortie en librairie d’un cahier du Compendio de la historia universal, o pintura histórica de todas las naciones pour lesquels les acheteurs bénéficiaient d’une remise de quatre réaux (dix au lieu de 14) s’ils se les procuraient dans les deux mois78 ainsi que le libraire Gómez Fuentenebro79.

  • 80 DM, n° 103 du samedi 12 avril 1794, p. 414 ; GM, n° 28 du mardi 8 avril 1794, p. 403.
  • 81 Cf. Supra., Les réseaux de diffusion des imprimés.
  • 82 DM, n° 352 du vendredi 18 décembre 1807, p. 720.
  • 83 GM, n° 46 du mardi 3 juin 1806, p. 472 : « Se hallará en la librería de Castillo, frente a las grad (...)

42Enfin, des commandes en grand nombre (généralement pour une douzaine) d’un même titre par des particuliers, des communautés ou des institutions permettaient également de réduire les coûts. L’achat au détail de Las Letanías mayores, Oraciones y Salmos con que la Iglesia nuestra Madre implora el auxilio del Todopoderoso en el tiempo angustioso de la Guerra, traducidas del latín al castellano en prosa y verso, para utilidad y uso de las comunidades Religiosas était fixé à un réal et demi tandis qu’une commande de 12 exemplaires coûtait dix réaux80, ce qui procurait une économie de huit réaux. Par ailleurs, si des réseaux de diffusion des imprimés s’étaient mis en place entre les libraires de la capitale et ceux établis en province81, le commerce entre ces confrères fut également loin d’être absent. Pour permettre une diffusion plus large des livres et faire que les lecteurs qui vivaient en province pussent accéder aux dernières nouveautés imprimées sur les presses madrilènes, des imprimeurs et des revendeurs attitrés de ces ouvrages n’hésitèrent pas à proposer des prix attractifs à leurs confrères. Ainsi, l’imprimeur de la Vida de Napoleón I, Emperador de los franceses y Rey de Italia, Tomás Albán, proposa-t-il aux libraires une remise de quatre réaux pour l’achat des neuf volumes (reliés en papier) que comptait cette œuvre en 1807, avec en prime un jeu gratuit d’exemplaires s’ils en commandaient 1582. Quant au libraire Antonio del Castillo, pour l’Aritmética de niños, escrita para uso de las escuelas del Reino por D. José Mariano Vallejo, Catedrático de Matemáticas del Real Seminario de Nobles esta Corte, il concédait à ses confrères une baisse de 6 % sur le prix total d’achat s’ils vendaient l’ouvrage pour leur propre compte, à condition que la commande fût conséquente. Le but recherché, disait-il, était que les provinciaux pussent également se procurer cette œuvre sans une trop grande différence de prix avec les acheteurs madrilènes83. Somme toute, cela relevait incontestablement d’une stratégie commerciale. Dès lors, nous pouvons penser que certains libraires madrilènes qui rédigeaient eux-mêmes les annonces de librairie mentionnaient leurs confrères établis en province parce que ceux-ci leur avaient acheté les ouvrages qui étaient présentés dans ces publicités.

Un moyen de séduire les acheteurs : des cadeaux

43Pour attirer un public plus large dans leurs boutiques, les commerçants de livres eurent également recours à d’autres procédés.

  • 84 DM, n° 75 du jeudi 15 mars 1792, p. 324 ; GM, n° 9 du mardi 31 janvier 1792, p. 71-72.
  • 85 DM, n° 299 du mardi 26 octobre 1790, p. 1201.

44Ainsi pour ceux qui s’engageaient, par souscription, dans un achat parfois long et coûteux, les libraires récompensaient leurs efforts en leur offrant gratuitement le prospectus de l’œuvre. C’est ce qui fut proposé par exemple aux souscripteurs de La Corte Santa rééditée en sept volumes à partir de 179284 ou encore à de nombreuses reprises aux souscripteurs de périodiques comme La Espigadera85. Une maigre consolation étant donné le prix des livres relativement élevé ou celui de la souscription à un journal. Néanmoins, cela permettait aux acheteurs de pouvoir agrémenter l’ouvrage de la publicité qui avait peut-être contribué à les séduire.

  • 86 Vida de Bonaparte, dedicada a S. A. el Sermo. Sr. Príncipe Generalísimo Almirante (t. IV), DM, n° 1 (...)
  • 87 DM, n° 52 du mercredi 21 février 1798, p. 207 ; GM, n° 18 du vendredi 2 mars 1798, p. 203 ; Ibid., (...)
  • 88 GM, n° 52 du vendredi 1er juillet 1803, p. 567.

45D’autres commerçants furent bien plus entreprenants. En effet, malgré les coûts d’impression des gravures, ils n’hésitèrent pas à en faire cadeau aux lecteurs. Par exemple, le portrait de Napoléon Bonaparte était remis aux acheteurs des tomes IV et VI de sa biographie86 précédemment citée. Mais que faire d’un seul tome correspondant au cœur de l’ouvrage accompagné du portrait alors que le livre se composait de dix volumes ? L’enjeu était clair. Il s’agissait de faire en sorte que les acheteurs se procurent ensuite la totalité de l’œuvre. Quant aux souscripteurs du Diccionario universal de Física de Brisson, les cahiers de gravures leur étaient donnés gratuitement87. L’ouvrage complet qui ne comptait pas moins de neuf tomes brochés in-quarto et un tome de gravure in-folio coûtait 360 réaux88, une somme colossale pour l’époque.

  • 89 GM, n° 54 du mardi 5 juillet 1796, p. 560 ; DM, n° 194 du mardi 12 juillet 1796, p. 781.
  • 90 GM, n° 75 du mardi 18 septembre 1798, p. 780 ; Ibid., n° 44 du mardi 3 juin 1800, p. 463-464.
  • 91 ME, n° 9 du mois de septembre 1798, p. 125-126.
  • 92 DM, n° 201 du jeudi 20 juillet 1797, p. 859 ; GM, n° 59 du mardi 25 juillet 1797, p. 668.

46Quant aux premiers acheteurs de l’ouvrage de Salomon Gesner, El primer Navegante : poema en dos cantos, ils se voyaient offrir l’Idilio, du même auteur, qui n’avait été tiré qu’à 200 exemplaires89. De même le libraire Baylo proposa aux acquéreurs de la Medicina operatoria, o nuevo tratado elemental de las operaciones de cirugía, con láminas de los instrumentos de último uso, traduite par le chirurgien Pedro Pérez et éditée en 1797, un exemplaire gratuit de la Prolongación de la lengua fuera de la boca90 dont la traduction, également due à Pedro Pérez, fut imprimée en 1798. Les bénéfices que le libraire pensait retirer avec cette offre étaient loin d’être négligeables. Effectivement, le second titre était un modeste livret de 14 pages vendu au détail à deux réaux91 tandis que le premier publié en deux volumes et contenant sept gravures coûtait 34 réaux broché et 42 réaux en basane pour les madrilènes92.

  • 93 GM, n° 69 du mardi 14 juillet 1801, p. 747 ; Ibid., n° 4 du 12 janvier 1802, p. 39 : « A los suscri (...)

47Dans un autre esprit, les rédacteurs du Semanario de Agricultura y Artes dirigido a los Párrocos furent bien plus utilitaristes. L’objectif de l’hebdomadaire étant de développer les Sciences et les Arts en rapport avec l’agriculture comme indiqué dans le titre, ils décidèrent de remettre gratuitement aux souscripteurs en 1801 et 1802 « des graines d’arbres, de fleurs et de plantes utiles à l’économie rurale93 ». La Couronne essayait, sans nul doute, par ce moyen de favoriser la diffusion du journal seulement cinq ans après son lancement.

*

48Les avancées réalisées dans l’ensemble des domaines liés au monde de l’édition permirent d’améliorer considérablement la qualité des ouvrages publiés en Espagne. Et comme en attestent les annonces de librairie, les professionnels du livre, soucieux d’accroître leurs ventes, redoublèrent d’efforts pour attirer l’attention du public sur les ouvrages dont ils assuraient la diffusion : mise en valeur de la renommée de l’auteur, de l’utilité de l’ouvrage, de sa qualité matérielle, lancement de souscriptions, publication des listes de souscripteurs, attentions diverses à l’égard des clients les plus fidèles, publication des ouvrages sous divers formats, possibilité de choisir entre plusieurs type de reliures, baisses des prix ou remises pour relancer les ventes. Autant de pratiques et de stratégies commerciales qui attestent de la consolidation d’un marché susceptible de toucher un public certes privilégié mais plus diversifié tant sur le plan social que géographique.

Notes

1 Cf. Supra, p. 62-63.

2 Francisco Aguilar Piñal, « Las letras españolas a comienzos del siglo xix », in P. Garelli y G. Marcehhti, eds., Un hombre de bien : saggi di lingue e litterature iberiche in onore di Rinaldo Froldi, I, Alessandria, Edizioni dell’Orso, 2004, p. 3-12.

3 GM, n° 57 du vendredi 18 juillet 1794, p. 859-860 : « Esta obra tan apreciable, como rara en estos últimos tiempos : es uno de los más preciosos monumentos de la historia de España. […] El nombre de este es bien conocido en la republica literaria por su talento y erudición […]. El editor, continuando en dar a luz las mejores obras relativas a la Historia de España, ha creído hacer un verdadero servicio al público reimprimiendo la presente, que ya deseaban muchos eruditos y amantes de la literatura Española. »

4 DM, n° 218 du mercredi 6 août 1794, p. 893.

5 ML, n° 35, 2e partie de décembre 1794, p. 439-440 : « Esta obra de Don Pedro Salazar de Mendoza es de un mérito reconocido entre los Literatos […], y a pesar de algunos defectos a que están sujetos los que abrazan el plan, debe subsistir la estimación y el crédito de que es digno su autor en la parte de que principalmente se ha propuesto tratar […]. »

6 María Jesús García Garrosa, « La imagen de los novelistas europeos en la España de Carlos IV », in Elena de Lorenzo Álvarez, La época de Carlos IV (1788-1808), op. cit., p. 581.

7 AL, n° 4, 1807, p. 35 ; CMerc., n° 102 du 20 décembre 1798, p. 848 ; DM, n° 279 du mardi 6 octobre 1795, p. 1135 ; EIE, n° 154 du samedi 2 juin 1804, p. 634 ; GM, n° 6 du vendredi 18 janvier 1793, p. 48 ; ML, n° 92, 1re partie de mai 1797, p. 205 ; ME, n° 12 du 31 décembre 1804, p. 431 ; NVCM, n° 5, 1795, p. 109.

8 DM, n° 350 du mercredi 16 décembre 1801, p. 1434.

9 GM, n° 102 du mardi 20 décembre 1803, p. 1100.

10 ML, n° XIX du 10 juillet 1805, p. 15.

11 GM, n° 33 du mardi 25 avril 1797, p. 340 : « El Editor de la Novela intitulada el Dean de Killerine, o Memorias del Conde de ***, escritas en francés por Mr. Prevost, y traducidas al castellano, tiene que ausentarse de esta Corte. Esta circunstancia, y la de no haber acudido algunos suscriptores a recoger sus tomos, le obliga a prevenirles que los recojan en el término de dos meses contados desde hoy, pues además de exponerse a no encontrar ya los tomos que les faltan, perderán el derecho de suscripción. »

12 GM, n° 2 du mardi 5 janvier 1796, p. 24 : « Los suscriptores adelantarán por el primer tomo a la rústica 15 rs., en pasta 18, y los de fuera pagarán un real más por el porte. »

13 GM, n° 66 du vendredi 17 août 1792, p. 568 : « El sujeto que ofreció por suscripción el Índice alfabético de materias de las Reflexiones militares del Excmo. Sr. Marqués de Sta. Cruz de Marcenado, y que debía entregarse en el presente mes [août 1792], suplica a los suscriptores se sirvan acudir a recoger el importe de sus suscripciones donde hubiesen suscrito ; pues no llegando estas en todo el Reino a más que 40, apenas producen la octava parte del coste de la impresión, y el autor del Índice, aunque desea servir al público, no tiene facultades para suplirlo. »

14 Ibid., n° 85 du mardi 23 octobre 1792, p. 752.

15 John Lynch, La España del siglo xviii, op. cit., p. 214.

16 CMerc., n° 65 du 13 août 1798, p. 540 : « Los suscriptores a las Recreaciones del hombre sensible, acudirán a recoger el tomo segundo y pagar el tercero […], advirtiendo que no se vende sino a los suscriptores […]. »

17 DM, n° 225 du jeudi 13 août 1801, p. 926-927.

18 GM, n° 36 du vendredi 6 mai 1803, p. 376.

19 DM, n° 280 du mardi 7 octobre 1806, p. 420 : « Se hallará en Madrid, en la librería de Tieso, calle de las Carretas ; y en Granada en la de las herederas de Moreno, a real vn. Cada ejemplar, de un tamaño cómodo para ir por el correo. »

20 GM, n° 74 du vendredi 16 septembre 1791, p. 672 : « Los suscriptores a la Gramática de la lengua Latina y Castellana, dividida en tres cuadernos, acudirán a recoger el 2.° de la etimología y prosodia, a la Librería de Escribano, calle de las Carretas, anticipando el importe del siguiente, que trata de la construcción ; y los que no hayan suscrito podrán hacerlo igualmente a los tres, antes de publicarse el 3.°, que contiene entre otras cosas […] al fin la crecida lista de los suscriptores que acuden de todas partes, así particulares como cuerpos autorizados y personajes, que con su penetración y buena acogida hacen recomendable el mérito de esta obra necesaria, original, metódica, segura, completa, y capaz de reformar con el castizo idioma de España la enseñanza del latino por la combinación y cálculo de la semejanza y diferencias que hay de uno a otro en sus principios y construcción. »

21 Voir au sujet de la Real Academia de Bellas Artes, Claude Bédat, La Real Academia de Bellas Artes de San Fernando (1744-1808), Madrid, fundación Académica de bellas Artes de San Fernando, 1989, 547 p.

22 Jesusa Vega, « Imágenes para un cambio de siglo », in Joaquín Álvarez Barrientos, ed., Se hicieron literatos para ser políticos. Cultura y política en la España de Carlos IV y Fernando VII, Madrid, Editorial Biblioteca Nueva, 2004, p. 83.

23 Elisabel Larriba, « L’art au service de la divulgation scientifique : le rôle des gravures dans le Semanario de Agricultura y Artes dirigido a los Párrocos (1797-1808) », art. cit.

24 Juan Carrete Parrondo, Diccionario de grabadores y litógrafos que trabajaron en España. Siglos xv a xix, p. 200.

25 GM, n° 21 du mardi 3 mars 1807, p. 247-248 ; DM, n° 101 du samedi 11 avril 1807, p. 421.

26 Juan Carrete Parrondo, Diccionario de grabadores y litógrafos que trabajaron en España. Siglos xv a xix, p. 210-211.

27 GM, n° 54 du mardi 8 juillet 1800, p. 608.

28 AL, n° 1, 1804, p. 135 ; EIE, n° 61 du jeudi 1 mars 1804, p. 256 ; GM, n° 34 du vendredi 29 avril 1803, p. non numérotée ; Ibid., n° 50 du vendredi 24 juin 1803, p. 543-544 ; Ibid., n° 49 du mardi 19 juin, 1804, p. non numérotée ; ME, n° 6 du mois de juin 1803, p. 169-171.

29 GM, n° 4 du mardi 13 janvier 1795, p. 12 ; Ibid., n° 10 du mardi 2 février 1796, p. 109 ; Ibid., n° 73 du 11 septembre 1804, p. 821 ; ME, n° 6 du 15 juin 1806, p. 407.

30 GM, n° 38 du mardi 12 mai 1789, p. 340.

31 GM, n° 99 du mardi 20 octobre 1801, p. 1080 : « El ingenioso hidalgo D. Quijote de la Mancha […]. Seis tomitos en 16 con viñetas y el retrato del autor. Se hallará a 48 rs. en rústica en el despacho de la imprenta Real, y en las librerías de Baylo y Quiroga. En los mismos parajes se venden también 48 estampas finas que representan los principales sucesos de esta novel, a 72 rs. el juego. »

32 GM, n° 12 du mardi 9 février 1790, p. 100 : « [...] y lo mucho que ha subido el precio del papel desde el año de 85, como también por lo costoso de la iluminación y grabado, se ve el traductor en la necesidad de aumentar el precio de los tomos presente y de sucesivos, a proporción del número de estampas que tuvieren. »

33 Ibidem. Pour cet ouvrage également annoncé dans le ML, n° CIV, 2e partie du mois de février 1790, p. 287-288, un seul prix est annoncé (36 réaux) sans qu’il ne soit fait mention de la reliure. De plus, rien n’est précisé quant à l’augmentation du prix de l’ouvrage à cause des gravures.

34 BPA, n° VII, 1790, p. 38 ; GM, n° 96 du mardi 30 novembre 1790, p. 795 ; ML, n° CXXIII, 1° partie de décembre 1790, p. 544-546.

35 DM, n° 54 du mardi 23 février 1790, p. 215.

36 GM, n° 60 du mardi 22 juillet 1806, p. 627-628 : « Catecismo histórico del Abad Fleury, traducido por el P. Juan Interian de Ayala, del Real Orden de la Merced. […] No lleva estampas, porque, como dice el autor en su prólogo, los libros llenos de estampas e imágenes suelen valer muy caros para que puedan servir al uso de los pobres […]. »

37 Ibidem.

38 François Lopez, « La edición española bajo el reinado de Carlos III », art. cit., p. 283.

39 Ibid., p. 284-285.

40 Francisco Aguilar Piñal, Introducción al siglo xviii, op. cit., p. 115.

41 ME, n° 9 du 30 septembre 1805, p. 439-440.

42 François Lopez, « La edición española bajo el reinado de Carlos III », art. cit., p. 288.

43 Id., « Los oficios. Las técnicas de venta », art. cit., p. 350.

44 DM, n° 113 du jeudi 23 avril 1807, p. 481 ; Ibid., n° 224 du mercredi 12 août 1807, p. 178-179.

45 Jerónimo Antonio Gil, Muestras de los nuevos punzones y matrices para la letra de imprenta ejecutados por orden de S. M. y de su caudal destinado a la dotación de su Real Biblioteca, Madrid, Imprenta de la viuda e hijos de Joaquín Ibarra, 1787.

46 DM, n° 77 du jeudi 18 mars 1790, p. 307.

47 GM, n° 17 du mardi 27 février 1798, p. 198.

48 Ibid., n° 19 du vendredi 4 mars 1808, p. 234 : « Impreso en letra gruesa para que se pueda usar en las iglesias aunque sean escasas de luz […]. »

49 Fermín de los Reyes Gómez, Los libros en España y América, Vol. I, op. cit., p. 605.

50 Ibid., p. 606.

51 Ibid., p. 607.

52 Francisco Aguilar Piñal, Introducción al siglo xviii, op. cit., p. 115.

53 Jean Toulet, Introduction à l’histoire de la reliure française xv°-xviii° siècles, Paris, Bibliothèque Nationale, 1793, p. 30.

54 Ibidem., p. 30.

55 Ibid., p. 31.

56 Ibid., p. 31-32.

57 Ibid., p. 15.

58 ML, n° LXXXII, 2e partie de mars 1789, p. 473-474.

59 Libro de memoria y otras curiosidades, GM, n° 9 du vendredi 31 janvier 1800, p. 88.

60 GM, n° 3 du vendredi 9 janvier 1807, p. 32 : « Este librito es el más chico que se ha grabado en España, pues no llega a una pulgada : está encuadernado en tafilete, y de una nueva encuadernación de bajos relieves imitando la pasta italiana. »

61 François Lopez, « La edición española bajo el reinado de Carlos III », art. cit., p. 292.

62 Francisco Aguilar Piñal, Introducción al siglo xviii, op. cit., p. 115.

63 Ibidem.

64 DM, n° 98 du mercredi 8 avril 1789, p. 391.

65 GM, n° 2 du mardi 5 janvier 1808, p. 24.

66 Ibid., n° 75 du vendredi 12 septembre 1806, p. 780 : « tamaño muy cómodo. »

67 DM, n° 76 du mercredi 16 avril 1808, p. 339 : « tamaño muy cómodo para las personas y las señoras. »

68 Lucienne Domergue, La Censure des livres en Espagne à la fin de l’Ancien régime, op. cit., p. 105.

69 GM, n° 5 du mardi 18 janvier 1803, p. 48.

70 « Prospecto de la Gaceta de los niños », GN, n° 1, année I, p. 7-8 : « Cuando se publicó traducido a nuestra lengua el primer cuaderno de la Biblioteca de buena educación del señor Berquin [disaient les rédacteurs du journal], una niña a cuyas manos llegó cobró una afición tan señalada a esta obra, que no la abandonaba en todo el día. Comunicaba el hallazgo a sus pequeñas amigas, que tomaban un interés igual al suyo : huía de todos para saciarse en secreto de este libro precioso, llegando hasta el extremo de llevarle consigo a la cama, no resolviéndose a alejarse de sí aun en los instantes de sosiego. »

71 DM, n° 104 du vendredi 13 avril 1792, p. 443.

72 GM, n° 52 du vendredi 29 juin 1804, p. 578.

73 Ibid., n° 96 du vendredi 30 novembre 1804, p. 1072.

74 Ibidem.

75 DM, n° 295 du lundi 22 octobre 1804, p. 1302.

76 GM, n° 66 du vendredi 16 août 1793, p. 820 : « La explicación de las piezas de fusil, carabina y pistola […], que se vendía 4 rs., se vende ahora y mientras dure la presente guerra a s dos rs. en casa de Blanqués, calle de las Carretas n° 2. »

77 Ibid., n° 109 du mardi 24 novembre 1801, p. 1196.

78 ML, n° 3, 1re partie de mai 1801, p. 63-64.

79 AL, n° 1, 1804, p. 30.

80 DM, n° 103 du samedi 12 avril 1794, p. 414 ; GM, n° 28 du mardi 8 avril 1794, p. 403.

81 Cf. Supra., Les réseaux de diffusion des imprimés.

82 DM, n° 352 du vendredi 18 décembre 1807, p. 720.

83 GM, n° 46 du mardi 3 juin 1806, p. 472 : « Se hallará en la librería de Castillo, frente a las gradas de S. Felipe, a 4 rs. en rústica y 6 en pasta ; y para que en las provincias se pueda dar igualmente con equidad, a los libreros que por su cuenta tomen partidas grandes se les rebajará un 6 por 100. »

84 DM, n° 75 du jeudi 15 mars 1792, p. 324 ; GM, n° 9 du mardi 31 janvier 1792, p. 71-72.

85 DM, n° 299 du mardi 26 octobre 1790, p. 1201.

86 Vida de Bonaparte, dedicada a S. A. el Sermo. Sr. Príncipe Generalísimo Almirante (t. IV), DM, n° 124 du lundi 4 mai 1807, p. 531 ; Ibid., (t. VI), GM, n° 48 du vendredi 5 juin 1807, p. 573.

87 DM, n° 52 du mercredi 21 février 1798, p. 207 ; GM, n° 18 du vendredi 2 mars 1798, p. 203 ; Ibid., n° 4 du mardi 12 janvier 1802, p. 39.

88 GM, n° 52 du vendredi 1er juillet 1803, p. 567.

89 GM, n° 54 du mardi 5 juillet 1796, p. 560 ; DM, n° 194 du mardi 12 juillet 1796, p. 781.

90 GM, n° 75 du mardi 18 septembre 1798, p. 780 ; Ibid., n° 44 du mardi 3 juin 1800, p. 463-464.

91 ME, n° 9 du mois de septembre 1798, p. 125-126.

92 DM, n° 201 du jeudi 20 juillet 1797, p. 859 ; GM, n° 59 du mardi 25 juillet 1797, p. 668.

93 GM, n° 69 du mardi 14 juillet 1801, p. 747 ; Ibid., n° 4 du 12 janvier 1802, p. 39 : « A los suscriptores se reparten gratis varias semillas de árboles, flores y plantas útiles a la economía rural. »

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search