Version classiqueVersion mobile

L’édition sous Charles IV

 | 
Joan Cavaillon Giomi

L’économie du livre à la fin de l’Ancien Régime

Les lieux de vente situés en province

Texte intégral

  • 1 François Lopez, « Gentes y oficios de la librería española a mediados del siglo xviii », art. cit., (...)
  • 2 Censo español ejecutado por orden del Rey comunicada por el excelentísimo Señor Conde de Floridabla (...)

1Au milieu du xviiie siècle, 40 villes possédaient au moins un point de vente fixe de livres, estimait François Lopez1. Il semblerait que, tout comme pour Madrid, le nombre de librairies et d’imprimeries établies dans les villes de province fut en constante augmentation. Effectivement, le recensement de Godoy en 1797 faisait état de 1 051 personnes travaillant dans l’imprimerie dans toute la Péninsule et de 786 relieurs2. Les annonces de librairie offrent également de précieux renseignements sur leur nombre. Mais, tout comme pour leurs confrères établis dans la capitale, les homonymies ou les coquilles ne furent pas rares. En outre, les publicitaires de Madrid ne mentionnèrent que dans très peu de cas les adresses des libraires établis dans les autres villes.

La librairie

  • 3 Descripción de las provincias de España + Nomenclátor de sus pueblos, CMerc., n° 16 du 25 novembre (...)

275 villes possédaient, sinon une librairie, du moins un lieu de vente de livres. Ces localités sont classées en fonction des divisions administratives indiquées dans la Descripción de las provincias de España et le Nomenclátor de sus pueblos3 publiés en 1789 suite au recensement effectué en 1787 à l’initiative de Floridablanca.

  • 4 Annexe IX, Les librairies établies en province sous le règne de Charles IV.

3Ainsi, 414 professionnels du livre répartis dans 75 villes, disposant chacun d’un lieu de vente, proposèrent pas moins de 10 614 ouvrages4. À l’exception des 167 607 madrilènes, lors du recensement de Godoy en 1797, la population en province était de 10 373 614 habitants, ce qui donne environ un point de vente fixe pour 25 000 résidents de province. Toutefois, et bien évidemment, de fortes disparités existaient entre les diverses provinces.

4Tout d’abord, les grands centres de diffusion des imprimés étaient principalement situés dans ce que l’on appelle la périphérie : la Catalogne, les Royaumes de Valence et de Murcie, l’Andalousie et tout particulièrement la province de Séville (avec Cadix) et, au nord, la Galice, royaume alors le plus peuplé d’Espagne.

  • 5 Elisabel Larriba, Le Public de la presse en Espagne à la fin du xviiie siècle (1781-1808), op. cit.(...)
  • 6 Nous pourrons consulter au sujet de la librairie à Valence, Genaro Lamarca Langa, « Las librerías e (...)
  • 7 Elisabel Larriba, Le Public de la presse en Espagne à la fin du xviiie siècle (1781-1808), op. cit.(...)
  • 8 Ibid., p. 109.
  • 9 Ibid., p. 105-106.

5Avec neuf villes et 60 points de vente répartis dans la principauté de Catalogne, celle-ci fut sans conteste la région du livre par excellence et Barcelone, après Madrid, s’érigea en capitale culturelle en province. De par sa situation privilégiée sur la Méditerranée et le cabotage qui se mit en place le long des côtes, la Catalogne put développer une intense activité mercantile et Barcelone devint un port des plus actifs et attractifs. La cité était alors un pôle industriel et commercial où résidait une puissante population commerçante pour qui le négoce était une finalité et non un moyen de s’élever au rang de la noblesse5. De fait, les villes situées à proximité, qui jouissaient également d’une industrie prospère, n’hésitèrent pas à prendre exemple sur elle. Cette région, qui drainait une importante population aussi bien espagnole qu’étrangère, ne put qu’être ouverte à la culture. La situation géographique de Valence ne fut sans aucun doute pas étrangère à l’intense activité culturelle qu’elle développa puisqu’elle totalise à elle seule 33 librairies6 sur les 40 que comptait la région. Du littoral méditerranéen, le Royaume de Murcie fut celui qui offrit le moins de possibilités aux lecteurs en comparaison avec ses plus proches voisins. Mais cela est bien relatif puisque avec quatre villes qui possédaient un ou plusieurs libraires dont dix dans la seule capitale, Murcie, la région comptabilisait 20 lieux de vente de livres. Enfin, le sud et la province de Séville qui comptait neuf villes et 56 professionnels du livre, fut également un haut lieu de diffusion de la culture grâce à Séville et Cadix qui possédaient respectivement 25 et 23 libraires. Province la plus riche d’Espagne, l’Andalousie jouissait également d’une industrie florissante et, qui plus est, d’une ouverture sur la mer, ce qui lui permit de développer un commerce actif et d’accroître son taux d’urbanisation notamment dans les grandes cités qu’étaient Séville et Cadix7. « Zone vitale8 » pour l’économie de l’Espagne, il était par conséquent logique que cette région avec ses grandes agglomérations et son commerce aussi bien maritime qu’industriel, fût réceptive à la culture quel qu’en fût le genre. D’autant plus que Cadix, grand port à la population cosmopolite, était une ville culturelle de renom. Avec trois théâtres en 1773 dans lesquels tout bon comédien se devait d’avoir joué, et de multiples lieux où les personnes instruites pouvaient échanger des idées, converser sur les innovations scientifiques, techniques, artistiques ou littéraires grâce aux tertulias et aux cabinets de lectures mais aussi de nombreux musées particuliers9, il fut tout naturel que Cadix fut l’un des plus grands centres de diffusion de livres du sud de l’Espagne.

6Enfin, la dernière région qui s’illustra en ce domaine, alors que sa principale activité était l’agriculture, est le Royaume de Galice qui ne comptait pas moins de 22 commerçants de livres répartis dans huit villes. Toutefois, il existait un fort contraste entre l’intérieur des terres où la pauvreté était omniprésente et la côte qui bénéficiait d’une industrie et d’un commerce certes modestes mais en pleine expansion. Aussi, fut-il principalement dans les grandes villes situées sur le littoral ou non loin de l’Atlantique que les libraires s’établirent, à l’exception de Lugo et de Monforte de Lemos.

  • 10 Censo español ejecutado por orden del Rey comunicada por el excelentísimo Señor Conde de Floridabla (...)

7Comparativement, les régions de l’intérieur de l’Espagne eurent un accès beaucoup plus restreint aux livres même si de grandes villes comme Saragosse, en Aragon, possédait quelque 28 points de vente de livres pour une population de 46 434 habitants en 178710. De fait, la majorité des libraires se concentraient dans les grands centres urbains. Séville avec 25 librairies ne comptait pas moins de 80 915 habitants à la même époque, Cadix, 23 libraires pour 71 080 résidents de même que Murcie dix commerçants de livres pour une population de 65 515 âmes ou encore Grenade (56 541) et Cordoue (37 143) où 15 professionnels du livre avaient établi leurs boutiques. Mais, ce fut sans conteste Barcelone qui proposa un accès des plus privilégiés à la lecture compte tenu du rapport entre sa population de 30 144 habitants et ses 47 libraires, soit un lieu de vente de livres pour environ 641 Barcelonais en 1787.

8De même que pour Madrid, les libraires (pour ceux dont nous possédons les adresses) étaient également regroupés dans les mêmes rues ou des lieux de passage fréquentés comme en témoignent les cinq libraires situés rue de Génova à Salamanque ou en encore la rue Ancha à Cadix.

Les imprimeries

  • 11 Annexe IX, Les imprimeries établies en province sous le règne de Charles IV.

9En Espagne, à une époque où Madrid était le plus grand centre éditorial, 31 villes possédaient également des ateliers typographiques. Les annonces de librairie permettent aussi d’établir qu’il existait à la fin du xviiie siècle 95 imprimeries et autant d’imprimeurs11. Comme l’on pouvait s’y attendre, ce fut en tout premier lieu dans les grands centres urbains que les ateliers typographiques étaient les plus implantés et notamment dans les villes qui possédaient de nombreuses librairies.

10Le littoral méditerranéen bien évidemment fut l’un des plus actifs. Toutefois, la Catalogne qui figurait parmi les plus hauts lieux de diffusion des imprimés est supplantée par la province de Séville. En effet, bien que la Catalogne possédât neuf villes avec au moins un atelier de reproduction, dont Barcelone qui comptait neuf imprimeries, la région de Séville, avec 18 ateliers répartis dans seulement cinq villes fut bien plus active que sa consœur. Par ailleurs, Cadix fut un centre de reproduction particulièrement actif puisqu’avec huit imprimeries, elle se classe au tout premier plan devançant Séville (six ateliers) pourtant capitale de province.

11Néanmoins, si l’on s’attache à regarder au cas par cas les imprimeries les plus productives, nous sommes bien loin d’avoir la même représentation régionale que précédemment. Avec 37 titres publiés par les frères José et Tomás Orga et 22 par Benito Monfort, tous deux établis à Valence, cette dernière ville fut de loin la plus active en matière de production d’imprimés. Viennent ensuite Francisco de Toxar dont l’établissement était situé à Salamanque avec 18 ouvrages, Antonio Ezpinoza à Ségovie qui imprima 15 titres sur ses presses et enfin la famille Santander, avec 14 œuvres, à Valladolid.

  • 12 Voir au sujet de cet imprimeur, Fermín de los Reyes Gómez, « El impresor Antonio Espinosa de los Mo (...)

12Parmi les imprimeurs établis en province, deux d’entre eux n’hésitèrent pas, sinon à se délocaliser, à ouvrir des commerces parallèles à Madrid : Juan Francisco Piferrer, originaire de Barcelone, qui possédait également une boutique de livres rue de las Carretas et Antonio de Espinosa de Ségovie dont l’imprimerie était située rue de l’Espejo et la librairie rue de la Gorguera12.

Les imprimeurs-libraires

13L’imprimerie et la vente de livres allant de pair, de la même manière que leurs confrères de la capitale, des imprimeurs de province vendaient également des ouvrages produits dans leurs ateliers et certains annexèrent également une librairie. Aussi, les imprimeurs-libraires étaient-ils répartis dans 20 villes différentes.

Liste des imprimeurs-libraires établis en province sous le règne de Charles IV (classement alphabétique par ville)

Liste des imprimeurs-libraires établis en province sous le règne de Charles IV (classement alphabétique par ville)

Sources : Presse madrilène (1er janvier 1789-19 mars 1808). Élaboration personnelle.

14Quarante imprimeurs diversifièrent leur activité en tenant une boutique de livres. Cependant, les adresses n’étant pas renseignées pour nombre d’entre eux, il est difficile de savoir si leurs boutiques étaient annexées à leurs ateliers ou si, comme cela fut le cas pour certains imprimeurs-libraires madrilènes, ils les avaient parfois établies à une adresse différente.

15Fort logiquement, ce fut dans les grandes villes que se trouvaient majoritairement imprimeurs-libraires. La palme en la matière revenant à Pampelune qui n’en compte pas moins de cinq qui étaient d’ailleurs les seuls imprimeurs de la ville. Cela n’a rien de surprenant puisque Pampelune ne totalisait en tout et pour tout que sept commerces de livres tout type confondu. Ce fut donc pour les imprimeurs un bon moyen d’obtenir des bénéfices supplémentaires et pour les lecteurs un accès plus aisé à la culture. En revanche, on remarque que dans les villes où étaient implantées de nombreuses librairies, les imprimeurs furent peu nombreux à posséder une boutique de livres. Barcelone, où étaient établis 47 libraires, ne comptait que quatre imprimeurs-libraires et Cadix, qui n’en avait que trois pour 23 points de vente, en sont la preuve flagrante.

  • 13 GM, n° 45 du mardi 7 juin 1791, p. 391.

16Nombre d’entre eux n’hésitèrent donc pas à faire commerce des ouvrages qu’ils avaient eux-mêmes publiés comme en témoigne l’Historia natural, civil y geográfica de las Naciones situadas en las rivas del Rio Orinoco : su autor el P. José Gumilla, Misionero que fue de aquellas Misiones : nueva impresión, arreglada a los preceptos de la Real Academia, mucho más correcta que las anteriores, y adornada con 8 laminas finas que manifiestan las costumbres y ritos de dichos Americanos imprimée sur les presses de Carlos Gibert y Tutó à Barcelone et vendue dans sa propre librairie13.

Des lieux de vente de livres lointains : les libraires et les imprimeurs de l’Amérique espagnole

17Le système de la souscription aussi bien pour les journaux que pour les œuvres permit aux lecteurs d’Outre-mer de se procurer certains ouvrages. Toutefois, six libraires ou imprimeurs furent annoncés dans cinq villes des Amériques qui étaient soumises aux mêmes règles législatives que celles en vigueur dans la Péninsule en ce qui concerne la presse.

Liste des librairies et imprimeries établies Outre-Atlantique sous le règne de Charles IV

Liste des librairies et imprimeries établies Outre-Atlantique sous le règne de Charles IV
  • 14 L’Imprimerie hors l’Europe par un Bibliophile, Paris, J. Maisonneuve, 1902, 203 p.

Sources : Presse madrilène (1er janvier 1789-19 mars 1808) ; L’Imprimerie hors l’Europe par un Bibliophile14. Élaboration personnelle.

  • 15 Utilidades de que todos los Indios y Latinos se vistan y calcen a la Española. Memoria premiada por (...)
  • 16 Elisabel Larriba, Le Public de la presse en Espagne à la fin du xviiie siècle (1781-1808), op. cit.(...)

18Comme le démontre ce tableau, un seul livre fut annoncé comme étant en vente dans ces librairies et pour cause puisque les premiers destinataires de cette œuvre étaient les habitants des colonies15. Les 13 imprimés restants furent des périodiques. Les commerçants recevaient les souscriptions pour les lecteurs désireux de s’abonner à ces journaux et assuraient leur distribution. La volonté des publicistes de toucher un public lointain ne fait aucun doute. Cependant, le Correo mercantil de España y sus Indias qui possédait un nombre important de points de vente en Amérique et dont la longévité fut hors du commun pour un journal d’entreprise privée ne comptait en tout et pour tout que huit abonnés Outre-Atlantique16. Dès lors, il est peu probable de par la durée de vie du Regañón general et de son opposant, El Anti-Regañón, malgré deux points de distribution à Mexico et à La Havane pour le premier et seulement à La Havane pour le second, que les publicistes eussent le temps non seulement de pouvoir faire connaître leurs publications mais aussi de les distribuer.

Notes

1 François Lopez, « Gentes y oficios de la librería española a mediados del siglo xviii », art. cit., p. 166 ; Id., « La edición española bajo el reinado de Carlos III », art. cit., p. 294. On pourra également consulter le tableau qu’il fournit des lieux de vente de livres en province pour les années 1757-1758 dans « Un aperçu de la librairie espagnole au milieu du xviiie siècle », art. cit., p. 402-405.

2 Censo español ejecutado por orden del Rey comunicada por el excelentísimo Señor Conde de Floridablanca, primer Secretario de Estado y del Despacho, op. cit.

3 Descripción de las provincias de España + Nomenclátor de sus pueblos, CMerc., n° 16 du 25 novembre 1793, p. 128 ; GM, n° 15 du vendredi 19 février 1790, 124 ; Ibid., n° 93 du mardi 20 novembre 1804, p. 1031 ; ML, n° 45, 2e partie de mai 1795, p. 265 ; ME, n° 2 février 1790, p. 167-168.

4 Annexe IX, Les librairies établies en province sous le règne de Charles IV.

5 Elisabel Larriba, Le Public de la presse en Espagne à la fin du xviiie siècle (1781-1808), op. cit., p. 109-110.

6 Nous pourrons consulter au sujet de la librairie à Valence, Genaro Lamarca Langa, « Las librerías en Valencia en la segunda mitad del siglo xviii », Bulletin Hispanique 1, 1997, p. 171-192.

7 Elisabel Larriba, Le Public de la presse en Espagne à la fin du xviiie siècle (1781-1808), op. cit., p. 108-109.

8 Ibid., p. 109.

9 Ibid., p. 105-106.

10 Censo español ejecutado por orden del Rey comunicada por el excelentísimo Señor Conde de Floridablanca, primer Secretario de Estado y del Despacho, op. cit.

11 Annexe IX, Les imprimeries établies en province sous le règne de Charles IV.

12 Voir au sujet de cet imprimeur, Fermín de los Reyes Gómez, « El impresor Antonio Espinosa de los Monteros en Madrid : avance para su estudio », Revista General de Información y Documentación 1, 2004, p. 121-151.

13 GM, n° 45 du mardi 7 juin 1791, p. 391.

14 L’Imprimerie hors l’Europe par un Bibliophile, Paris, J. Maisonneuve, 1902, 203 p.

15 Utilidades de que todos los Indios y Latinos se vistan y calcen a la Española. Memoria premiada por la Real Sociedad Económica de Guatemala. Su Autor Fray Matías de Córdoba, Misc., n° XXIII, 1798, p. 174-178.

16 Elisabel Larriba, Le Public de la presse en Espagne à la fin du xviiie siècle (1781-1808), op. cit., p. 191.

Table des illustrations

Titre Liste des imprimeurs-libraires établis en province sous le règne de Charles IV (classement alphabétique par ville)
Crédits Sources : Presse madrilène (1er janvier 1789-19 mars 1808). Élaboration personnelle.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/47270/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Titre Liste des librairies et imprimeries établies Outre-Atlantique sous le règne de Charles IV
Crédits Sources : Presse madrilène (1er janvier 1789-19 mars 1808) ; L’Imprimerie hors l’Europe par un Bibliophile14. Élaboration personnelle.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/47270/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 78k

© Presses universitaires de Provence, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search