Version classiqueVersion mobile

L’édition sous Charles IV

 | 
Joan Cavaillon Giomi

L’économie du livre à la fin de l’Ancien Régime

La librairie et l’imprimerie madrilènes

Texte intégral

  • 1 Certains États des privilèges de la librairie sont consultables sur le site de la Bibliothèque numé (...)
  • 2 François Lopez, « La Librairie madrilène du xviie au xviiie siècle », in Livres et libraires en Esp (...)
  • 3 Id., « Un aperçu de la librairie espagnole au milieu du xviiie siècle », in De l’Alphabétisation au (...)
  • 4 Id., « La Librairie madrilène du xviie au xviiie siècle », art. cit., p. 51.

1À la différence de la France qui établissait des États des privilèges de la librairie1, aucun registre de la librairie et de l’imprimerie n’est tenu en Espagne au xviiie siècle2. Pour connaître le nombre de libraires dans la Péninsule en 1757-1758, il est toutefois possible de consulter la demande qu’avait faite Juan Curiel, en prenant son poste de surintendant de la librairie, d’inspecter l’ensemble des librairies du royaume pour obtenir une liste des imprimés qu’ils possédaient en magasin3. Quant aux années suivantes, François Lopez précisa que « pour les époques ultérieures [après le début du xviiie siècle tout particulièrement] les indications que l’on peut trouver ailleurs – dans les annonces de livres de la Gaceta de Madrid surtout – sont sinon suffisantes, du moins copieuses et plus précises4 ».

2Effectivement, les annonces de librairie publiées dans la Gaceta de Madrid et les autres périodiques madrilènes offrent bon nombre de renseignements sur les lieux de vente de livres établis dans la Villa y Corte de Madrid. Le nom du libraire y figurait ainsi que, sinon son adresse exacte, du moins la rue ou le lieu-dit dans lequel se trouvait sa boutique.

La librairie

  • 5 Id., « Gentes y oficios de la librería española a mediados del siglo xviii », Nueva Revista de Filo (...)
  • 6 Id., « Los oficios. Las técnicas de venta », in Víctor Infantes, François Lopez, Jean-François Botr (...)
  • 7 Id., « Gentes y oficios de la librería española a mediados del siglo xviii », art. cit., p. 169 ; I (...)
  • 8 Id., « Los oficios. Las técnicas de venta », art. cit., p. 351.

3Au milieu du siècle des Lumières, il n’existe aucune organisation de la librairie espagnole, ce qui se retrouve d’ailleurs dans la terminologie employée pour nommer les commerçants de livres dans les documents d’époque : mercader de libros, tratantes, negociantes, libreros notamment en province5. S’il est admis que le mercader de libros importait des livres étrangers et s’adonnait à un commerce international6 bien plus lucratif que celui du simple libraire7, avec l’évolution du langage l’ensemble des commerçants de livres fut regroupé sous la seule appellation de « libraires8 ».

  • 9 Hernando de Camargo, Tribunal de la conciencia, Madrid, Imprenta de los Herederos de la viuda de Pe (...)
  • 10 Cf. Supra, p. 86.
  • 11 Antonio Mestre Sanchis, « Libreros y la difusión de las ideas ilustradas », in Estudios dieciochist (...)

4La profession de libraire, qui pouvait être considérée comme noble puisqu’elle permettait de se procurer des outils du savoir, fut pourtant plus que méprisée dès le xviie siècle. En effet, on considérait que les libraires trompaient le public sur la qualité des œuvres, vendaient les imprimés plus chers qu’ils ne l’auraient dû et étaient donc enclins au péché. Tel fut le portrait de ces professionnels que le moine augustin Hernando de Camargo brossa en 1628 dans son ouvrage Tribunal de la conciencia9 et, au siècle suivant, certaines de ces pratiques étaient encore dénoncées par les lecteurs ou les autorités10. Pour parachever cette image des plus négatives des libraires, ajoutons qu’aux dires de certains auteurs, leur formation intellectuelle n’était guère satisfaisante11. Or, au xviiie siècle :

  • 12 Antonio Palau y Dulcet, Manual del librero hispano-americano, t. I, Barcelona, Librería Anticuaria, (...)

La profession de libraire exigeait un apprentissage de quatre ans, connaître le latin, lire le grec, avoir de bonnes mœurs et être d’une honnêteté parfaite. Les études pouvaient commencer à n’importe quel âge, mais il n’était pas possible de passer l’examen avant d’avoir eu vingt ans. L’examen avait lieu en présence des membres de la corporation et s’ils avaient de bonnes notes ils obtenaient le carnet d’apprentissage. Puis s’ensuivaient quatre années de plus de mise à l’épreuve, et au terme de ces huit années prescrites par les lois, on acquérait le brevet de libraire pour 4 000 réaux12.

  • 13 Anne Cayuela, « Alonso Pérez et la « libropesía » : aspects du commerce de librairie dans la premiè (...)
  • 14 Antonio Mestre Sanchis, « Libreros y la difusión de las ideas ilustradas », art. cit., p. 147-161.

5Compte tenu du niveau d’étude demandé et du prix d’acquisition du brevet, devenir libraire fut loin d’être à la portée de tous. Qu’ils fussent montrés du doigt par les uns ou encensés par les autres, pour qui voulait se tenir au fait des savoirs, ces agents de diffusion de la culture13 se trouvaient être les maillons essentiels de la distribution du livre ainsi que l’un des vecteurs des « idées éclairées14 ».

  • 15 François Lopez, « La Librairie madrilène du xviie au xviiie siècle », art. cit., p. 41.
  • 16 Ibid., p. 42.
  • 17 Ibidem.
  • 18 Id., « Gentes y oficios de la librería española a mediados del siglo xviii », art. cit., p. 165 ; I (...)
  • 19 Id., « La Librairie madrilène du xviie au xviiie siècle », art. cit., p. 52.
  • 20 Id., « Un aperçu de la librairie espagnole au milieu du xviiie siècle », art. cit., p. 401 ; Id., « (...)
  • 21 Id., « Un aperçu de la librairie espagnole au milieu du xviiie siècle », art. cit., p. 408 ; Id., « (...)
  • 22 Id., « Un aperçu de la librairie espagnole au milieu du xviiie siècle », art. cit., p. 388.
  • 23 Francisco Aguilar Piñal, Introducción al siglo xviii, op. cit., p. 53.
  • 24 François Lopez, « La Librairie madrilène du xviie au xviiie siècle », art. cit., p. 53.
  • 25 Id., « Gentes y oficios de la librería española a mediados del siglo xviii », art. cit., p. 169-170
  • 26 « Librería », Diccionario de Autoridades, t. IV, op. cit., p. 399 : « La tienda o paraje donde se v (...)
  • 27 « Librero », Ibid., p. 400 : « El que tiene por oficio vender libros, encuadernarlos y aderezarlos. (...)

6Indubitablement l’imprimerie et la librairie débutèrent à Madrid quelques années après que Philippe II y installa la Cour en 1561, plus précisément en 156615 et les points de vente de livres dans la capitale ne cessèrent d’augmenter. Le nombre de libraires établis à Madrid passa de 26, entre 1566 et 162616, à 46 en 165017 puis à 60 un siècle plus tard lors du recensement des librairies demandé par Curiel18. Il semblerait pourtant qu’entre la moitié du xviie et du xviiie siècle, il y eut, dans la capitale, une baisse considérable du nombre des membres de cette profession alors que paradoxalement la population ne cessa d’augmenter19. Cependant, en comparaison avec les autres grandes villes d’Espagne, Madrid possédait le plus grand nombre de points de vente. Malgré cela, les commerçants de livres étaient peu nombreux puisqu’il n’y en avait, entre 1757 et 1758, en tout et pour tout que 180 dans l’ensemble de la Péninsule20. De fait, l’Espagne comptait moins de librairies que la seule ville de Paris21 qui en comptabilisait 220 en 176422. Ce ne fut qu’à partir de 1756 que le nombre de librairies augmenta dans la capitale23 pour arriver à une période de relative prospérité dans les années 178024. Aux libraires qui possédaient une boutique (una tienda), il faut ajouter nombre de marchands de livres qui, quant à eux, possédaient un kiosque (un puesto) dont il est parfois difficile de savoir si ces derniers lieux de vente étaient fixes, semi-fixes ou bien mobiles25. Par ailleurs, la différence entre le libraire et le détenteur d’un kiosque reste ténue comme en témoigne la définition de la « librairie » : « Magasin ou lieu où se vendent les livres26 ». Par conséquent, toute personne pratiquant la vente de livres, chargée de les relier ou de les ornementer était considérée comme libraire27. En témoignent d’ailleurs les trois catégories de libraires qu’Eugenio Larruga y Boneta donnait dans le numéro XX des Memorias políticas y económicas sobre los frutos, comercio y fábricas y minas de España :

  • 28 « Libreros de Madrid », Memorias políticas y económicas sobre los frutos, comercio y fábricas y min (...)

L’on peut dire qu’il y a trois catégories de libraires ; c’est du moins ce qu’admet le public : certains se consacrent uniquement à acheter des livres, et à les revendre dans leurs magasin ; ceux-ci sont précisément des marchands, parce qu’ils les achètent pour leur propre compte dans les ateliers qui les impriment, sans passer par beaucoup de mains : parmi eux, certains relèvent également de la catégorie des vrais commerçants, parce qu’ils font imprimer à leurs frais des livres pour en faire commerce : d’autres ne sont que des revendeurs, qui se consacrent uniquement à l’achat de livres à Madrid, et à leur revente, sans aucun type d’industrie.
La deuxième catégorie est celle des relieurs en basane, dont certains possèdent également une librairie, en même temps qu’ils travaillent à leur art, ils complètent leur activité par cette branche du commerce ; et valorisent ainsi leur travail.
La troisième est celle des libraires de parchemin, qui ont aussi un commerce de livres28.

7Distinguer les différents commerces de livres s’avère être parfois une tâche ardue. Toutefois, bien que les kiosques fussent bien moins nombreux que les librairies, il est impossible de sous-estimer leur impact et leur rôle en ce qui concerne la diffusion des imprimés. En outre, ces puestos offraient la possibilité à des lecteurs, souvent peu fortunés, de pouvoir d’acheter nombre de livres à bas prix.

8Si des périodiques comme la Biblioteca periódica anual para utilidad de los libreros y literatos ou l’Almanaque literario offraient systématiquement, à la fin des numéros, des listes de libraires avec leurs adresses en distinguant deux rubriques Noticia de las calles donde viven los libreros que se citan en esta Biblioteca et Noticia de las calles donde están las librerías citadas en esta obra, le dépouillement des annonces de livres publiées dans les autres périodiques permit d’étoffer cette liste. Les informations que fournissent les périodiques sont dans l’ensemble relativement précises, mais à des degrés divers. Effectivement, non seulement les homonymies étaient courantes mais les adresses pouvaient être communes. Dans nombre de cas, les annonceurs, pour différencier ces commerçants, mentionnèrent leurs prénoms ou donnèrent un repère géographique plus précis qu’à l’ordinaire, par exemple près d’une fontaine, en face ou à côté d’un commerce. D’autres, en revanche, ne prirent pas cette peine. De même, certains d’entre eux ne firent pas non plus la différence entre la librairie et le kiosque lorsqu’un même négociant possédait ces deux sortes de boutiques. Il fut parfois difficile de distinguer les différents types de vendeurs, néanmoins il est possible d’avoir une idée relativement précise des lieux de vente de livres établis dans la capitale espagnole ainsi que de leurs propriétaires.

  • 29 Annexe VIII, Les lieux de vente de livres à Madrid annoncés dans la presse madrilène entre le 1er j (...)
  • 30 BPA, n° VI, 1789 ; Ibid., n° VII, 1790 ; Ibid., n° VIII, 1791.

9Il n’y avait pas moins de 284 lieux de vente à Madrid sous le règne de Charles IV dont 73 kiosques dirigés par 60 commerçants et 211 librairies tenues par 184 libraires29. Cependant, deux inconnues demeurent en ce qui concerne les premiers commerces : le nombre de points de vente établis dans les rues Hortaleza et de Jacometrenzo dans lesquelles le Diario de Madrid en possédait tout au moins un. Par ailleurs, en se fondant sur les informations offertes par les annonces de livres et sur les listes réalisées par les rédacteurs de la Biblioteca periódica anual et de l’Almanaque literario, on constate que tous les libraires n’éditèrent pas systématiquement chaque année des publicités de livres. C’est notamment le cas de Pedro Tejero pour lequel ne figure aucune annonce de livre alors que la Biblioteca periódica anual fait état de son en activité en 1789, 1790 et 1791 dans les listes de libraires qu’elle fournit30. Aussi, une étude quantitative des négociants de livres par année n’aurait été d’aucune utilité. Quant au nombre d’œuvres annoncées à la vente chez des libraires dont les noms étaient identiques sans qu’il ne fût précisé ni le prénom ni la rue, il fut bien impossible de pouvoir dire qui les vendait. À titre d’exemple, si nous avons pu établir que 88 ouvrages étaient vendus chez les différents commerçants appelés Millana, il fut bien impossible de déterminer lequel d’entre eux vendait les 57 ouvrages restants.

  • 31 GM, n° 24 du vendredi 22 mars 1805, p. 260 : « Centinela contra Francs-Masones, discurso sobre su o (...)

10Bien évidemment, les librairies furent majoritaires numériquement et bien plus d’œuvres y furent vendues (29 206 ouvrages). Toutefois, le rôle que les kiosques jouèrent dans la diffusion des imprimés n’est pas à minorer. En effet, 4 577 livres étaient vendus dans ces commerces dont 2 110, par exemple, uniquement dans celui dirigé par Manuel del Cerro puis par sa veuve. Par ailleurs, ces puestos furent plutôt fixes que mobiles. Effectivement, à l’exception de cette dernière commerçante qui, après le décès de son mari en 1800, déménagea deux fois (elle établit son commerce rue de las Carretas en 1806 puis calle Mayor en 1807), les adresses des autres kiosques ne varièrent pas. D’ailleurs, lorsqu’elle vendit son emplacement à Camacho, en 1805, les annonceurs de livres précisèrent aux acheteurs que l’ouvrage était en vente à l’ancien kiosque de Cerro31.

11En outre, 13 commerçants possédaient à la fois une librairie et un kiosque. Parmi eux, Manuel Luis dont la librairie était située rue Ita et le kiosque sur les marches de San Felipe el Real tout comme ceux d’Ulpiano Paz, de Juan Yuste et de Pedro Vivanco, qui possédaient également une boutique, respectivement rue de la Paz, de la Concepción Jerónima et de Toledo. Pour ces propriétaires de librairie, posséder un puesto offrait bon nombre d’avantages d’autant plus que ces deux activités devaient être complémentaires. Il devait s’agir pour ces négociants, d’une part, de toucher un public plus large en s’adressant à des lecteurs moins aisés et, d’autre part, de pouvoir certainement écouler des invendus à bas prix.

12Enfin, les associations de libraires, sous le terme de « compagnies », n’eurent de cesse de se multiplier. Pas moins de 15 points de vente sous cette appellation sont présents sur la période étudiée. Tel fut le cas de la veuve et des fils de Joaquín Ibarra, établis rue de la Gorguera, qui s’étaient eux-mêmes constitués en tant que compagnie dès 1789, et qui n’avaient pas hésité à la même époque à se joindre à Jerónimo Ortega et ses fils dont la librairie était située rue Majaderitos. Chacun d’entre eux avait dû voir dans ces partenariats une source de revenus supplémentaires et un moyen efficace de faire prospérer leur entreprise. Nous pourrions en dire autant des libraires qui travaillaient en famille, à l’image des frères José et Valentín Francés qui possédaient une boutique rue de las Carretas et une autre calle Mayor face aux marches de San Felipe el Real.

Les imprimeries

  • 32 François Lopez, « Gentes y oficios de la librería española a mediados del siglo xviii », art. cit., (...)
  • 33 Id., « La edición española bajo el reinado de Carlos III », art. cit., p. 296 ; Id., « Un aperçu de (...)
  • 34 AHN, Consejos, Leg. 50 664 : « Lista de todas las imprentas que hay en la Corte, nombres de los imp (...)
  • 35 « Imprentas, Librerías, y fundiciones de letras de Madrid », Memorias políticas y económicas sobre (...)

13Madrid fut sans conteste le centre éditorial par excellence de l’Espagne. Les imprimeries, pourtant peu nombreuses au milieu du xviiie siècle, ne cessèrent de s’implanter32 et les presses de se multiplier. En 1752, l’inspection que Juan Curiel ordonna permet d’attester la présence de 26 imprimeries à Madrid33. Vingt ans plus tard, en 1770, il y en avait 22 pour un total de 103 presses34. En 1788, Eugenio Larruga y Boneta, après avoir retracé l’implantation et le développement de cette industrie dans la capitale35, faisait le constat suivant :

  • 36 Ibid., p. 210-211 : « Se puede asegurar, que la imprenta en Madrid se ha duplicado bajo la soberana (...)

On peut assurer que l’imprimerie à Madrid a doublé sous la protection souveraine de notre auguste Monarque : nous avons triplé les presses : nous nous trouvons avec des ateliers de poinçons et de moules de lettres, et de leurs caractères correspondants ; dans le Royaume on a construit un assez grand nombre de moulins à papier, pour qu’ils approvisionnent les imprimeries […]. Nous ne pouvons pas nier que le petit nombre d’imprimeries établies dans la Capitale d’une Monarchie aussi vaste que la nôtre, est suffisant pour comprendre le peu d’application qu’il y a aussi bien pour les œuvres solides, que pour le développement d’un art aussi nécessaire à toute nation savante36.

  • 37 Ibid., p. 212 : « Las imprentas que tenemos en la Corte son las que siguen : La imprenta Real tiene (...)
  • 38 Ibid., p. 213.
  • 39 François Lopez, « La edición española bajo el reinado de Carlos III », art. cit., p. 296.

14Le bilan était clair. Sous l’impulsion de Charles III, les ateliers et les machines typographiques s’étaient multipliés. Mais, malgré les avancées considérables dont l’imprimerie avait fait l’objet, Larruga pointait du doigt le retard dont elle souffrait en comparaison avec le reste de l’Europe. Pour appuyer ses dires et démontrer que les imprimeries et les presses n’avaient cessé de croître, il établit à la suite la liste des ateliers typographiques en activité. Cette dernière faisait état de la présence de 25 imprimeurs et de 193 presses37. Si effectivement en 1788, l’augmentation des presses était indéniable, le nombre d’imprimeurs était resté, en revanche, relativement stable par rapport à la décennie précédente. Par ailleurs, le publiciste estimait que seulement 160 presses étaient actives quotidiennement en raison des pannes fréquentes des machines38. En 1792, soit quatre années plus tard, le nombre d’imprimeurs était passé à 28 pour 209 presses39.

15Les annonces de librairie offrent également un grand nombre d’informations sur les imprimeries puisque des livres y étaient vendus ou bien des journaux comme le Memorial literario ou la Biblioteca periódica anual mentionnaient, sinon systématiquement, du moins fréquemment les ateliers typographiques dans lesquels les œuvres avaient été imprimées.

  • 40 ML, n° CXIX, 1re partie d’octobre 1790, p. 204.
  • 41 Annexe VIII, Les imprimeries madrilènes annoncées dans la presse sous le règne de Charles IV entre (...)

16Le nombre d’ateliers typographiques ou oficinas, comme pouvaient y faire référence certaines annonces de librairie40, recensés sous le règne de Charles IV à Madrid est de 51 dirigés par 52 imprimeurs41. Des chiffres qui démontrent un développement croissant de l’industrie de l’imprimerie dans la capitale.

  • 42 ML, n° XCVII, 1re partie de novembre 1789, p. 344-346.

17Les imprimeurs, pour accroître leurs bénéfices, n’hésitèrent pas à cumuler leur art avec la vente de livres puisque 2 832 ouvrages étaient vendus dans leur atelier de reproduction. À l’image des Claros Varones de Castilla y letras de Fernando de Pulgar, Consejero, Secretario y Cronista de los Reyes Católicos D. Fernando y D. (sic) Isabel réédités sur les presses de Jerónimo Ortega et des fils d’Ibarra en 1790 et distribués à la même adresse, rue angosta de Majaderitos42, les imprimeurs vendaient généralement leurs propres productions.

  • 43 Antonio Rodríguez Moniño, « La casa de Sancha », in Historia de los catálogos de librería españoles (...)

18La production (non exhaustive, puisque nous nous sommes principalement centré sur les informations fournies par les annonces de librairie) atteint 1 467 œuvres imprimées sur les seules presses madrilènes. Par ailleurs, si l’on se fie à la liste fournie par Eugenio Larruga dans le numéro XX de son périodique, nous pouvons constater que ce furent les imprimeries qui possédaient un nombre important de presses qui imprimèrent le plus d’ouvrages. L’Imprimerie Royale avec 21 presses édita 426 titres sans compter les numéros de la Gaceta de Madrid et du Mercurio de España suivie par l’atelier de Benito Cano (20 presses pour 190 œuvres éditées) ou encore les imprimeries des prestigieuses familles Ibarra et Sancha43 qui imprimèrent respectivement 151 et 116 livres sur les 15 et 16 presses qu’ils possédaient. Avec sept presses à son actif et pas moins de 63 titres édités, Antonio Espinoza n’eut cependant rien à envier à ses confrères.

19Par ailleurs, tout comme les libraires, les imprimeurs unirent leurs forces pour que leur activité perdure. En tenant compte du constat que dressait Larruga au sujet des ateliers typographiques de la capitale, les associations entre imprimeurs durent permettre à de nombreux petits artisans de maintenir leurs entreprises à flot. Le publiciste décrivait la situation de l’imprimerie madrilène en ces termes :

  • 44 Memorias políticas y económicas sobre los frutos, comercio y fábricas y minas de España, n° XX, 178 (...)

Les imprimeries à Madrid [disait-il] ne sont pas plus de 25, (à l’exception de 7 ou 8) toutes les autres sont de très petite importance, car elles maintiennent à peine 6, ou 7 presses, et quelques-unes 2, 3, ou 4, ce qui entraîne, que soit par négligence de leurs propriétaires, soit parce que ceux-ci manquent d’argent, et d’œuvres pour les soutenir, elles se développent aussi lentement44.

  • 45 François Lopez, « El libro y su mundo », art. cit., p. 123.

20De toute évidence, pour les imprimeurs, ces associations commerciales avaient pour but de mettre en commun leurs efforts afin d’accroître leur productivité. Par ailleurs, certaines ne durent pas être fortuites. La compagnie que créèrent la famille Ibarra et José Ortega par exemple est plus que parlante. En effet, ce dernier, qui ne possédait que quatre presses ajoutées aux 15 des héritiers de Joaquín Ibarra, transformait de fait cette association, composée de 19 presses, en l’une des entreprises les plus compétitives de la capitale. En outre, le nom d’Ortega associé à celui qui fut l’un des imprimeurs les plus renommés de son temps45, dut lui permettre d’accroître sa notoriété.

Les imprimeurs-libraires

21Tout comme leurs confrères libraires qui diversifièrent leurs activités en étant propriétaires de librairies et de kiosques, les imprimeurs firent de même. Effectivement, si certains imprimeurs vendaient leurs propres productions dans leurs ateliers, nombre d’entre eux étaient également propriétaires d’une librairie ou, dans la majorité des cas, annexèrent un magasin de vente de livres à leurs ateliers.

  • 46 Annexe VIII, Les imprimeurs-libraires madrilènes sous le règne de Charles IV.

22Pas moins de 19 imprimeurs étaient également considérés comme libraires46. Parmi eux, seulement six avaient établi leur librairie à une adresse différente de leur atelier. Benito Cano possédait son imprimerie rue Jesús y María tandis que son commerce de livres était situé rue Bordadores qu’il déménagea par la suite rue de las Carretas. De même, Antonio Ulloa dont l’atelier était rue Embajadores avait son commerce rue de la Concepción Jerónima. Pour ces deux imprimeurs-libraires, leurs lieux de vente de livres, qui étaient situés bien loin de leurs ateliers, relevaient d’une incontestable stratégie commerciale. Alors que leurs imprimeries ne se trouvaient pas au cœur même de la ville, leurs librairies, en revanche, étaient dans des rues passantes et commerçantes non loin de la Puerta del Sol, centre névralgique de Madrid.

  • 47 GM, n° 66 du vendredi 18 août 1800, p. 724 ; ME, n° 8 août 1797, p. 392-393.
  • 48 GM, n° 55 du vendredi 11 juillet 1800, p. 623.

23La Couronne ne resta pas en marge de ce phénomène. Le non moins célèbre bureau de la Gaceta de Madrid, qui n’était autre que l’Imprimerie Royale (rue de las Carretas), ne fut plus le seul lieu de vente de livres produits par l’atelier. Pour que les acheteurs eussent un accès plus facile aux livres qu’elle proposait, deux magasins placés sous sa direction firent leur apparition en 1797 et 1800 respectivement rue de la Paz47 et rue de la Cruz48.

Bilan

Des publicitaires particulièrement prolixes

  • 49 François Lopez, « Gentes y oficios de la librería española a mediados del siglo xviii », art. cit., (...)
  • 50 DM, n° 202 du samedi 21 juillet 1798, p. 813.
  • 51 DM, n° 309 du jeudi 5 novembre 1801, p. 1267 ; Ibid., n° 322 du mercredi 18 novembre 1801, p. 1318.

24Comme le rappelle François Lopez, annoncer des livres en grand nombre ne voulait en aucun cas dire que ces libraires avaient pignon sur rue49. D’autant plus que tous les commerçants de livres ne publièrent pas forcément d’annonces de librairie chaque année dans la presse. Le libraire Manuel Bravo, par exemple, qui annonça 227 livres en vente dans son commerce sur l’ensemble de la période étudiée, n’en fit paraître aucune de 1802 à 1803 et seulement une en 1804. Quant à Blas Escribano, il n’apparaît en tout et pour tout qu’à sept reprises : une fois en 179850 et six en 180151.

25Les libraires largement présents dans la presse en tant qu’annonceurs de livres furent ceux qui eurent le plus recours à cette pratique publicitaire dont ils voyaient les bénéfices qu’ils pouvaient retirer. Parmi les propriétaires de kiosque, se trouvaient notamment Manuel Cerro qui n’annonça pas moins de 2 110 titres suivi de ceux des différents kiosques du Diario de Madrid tenus par la famille Thévin (1 623 œuvres annoncées). En ce qui concerne les libraires, Antonio del Castillo ne cessa de multiplier les annonces puisque 4 814 écrits étaient vendus dans son commerce situé face aux marches de San Felipe el Real. Pedro Miguel Escribano, quant à lui, fit état de la vente de 2 947 titres suivi de Cerro qui avec 1 079 ouvrages additionnés à ceux vendus dans son kiosque atteint un nombre de 3 189 imprimés. Antonio Baylo et la famille Sancha avec respectivement 905 et 751 œuvres recensées firent montre malgré tout d’un vif intérêt pour les annonces de librairies.

26En ce qui concerne les imprimeries, les informations qu’offrent le Memorial literario et la Biblioteca periódica anual sur les livres imprimés par ces ateliers typographiques permettent d’appréhender tout autrement les chiffres obtenus. En effet, à la différence des libraires et des marchands de livres, il est envisageable de prendre connaissance de la production des imprimeries et de savoir quelles étaient les plus productives de l’époque. L’Imprimerie Royale, bien évidemment, fut de loin la plus active avec 426 titres sortis de ses presses sur les 1 467 œuvres pour lesquelles les ateliers typographiques furent mentionnés, soit une production équivalente à 29,03 %. Viennent ensuite l’imprimerie de Benito Cano avec 190 ouvrages (12,95 %), la famille Ibarra (151 imprimés, soit 10,29 %) et les Sancha, 116 œuvres (7,9 %).

Localisation géographique

27Avec la mention quasiment systématique des adresses des imprimeries, librairies et kiosques établis dans la capitale espagnole, l’on remarque que nombre de ces points de vente étaient situés en des lieux identiques : rues, places ou à proximité de lieux de culte très fréquentés.

  • 52 José Manuel Prieto Bernabé, « El consumo del libro en torno a la plaza de la Puerta del Sol », in C (...)

28La Puerta del Sol et les rues adjacentes furent le quartier du commerce littéraire. En effet, pas moins de 147 commerces de livres (sur 335 répertoriés au total) étaient situés aux alentours ou sur cette place. Plus que tout autre endroit, la Puerta del Sol était un haut lieu de commerce où étaient par ailleurs érigés trois lieux de culte importants : l’église de l’Hôpital Royal de la Cour, ou du Buen Suceso, et les couvents de San Felipe el Real et de la Victoria. Dans les rues qui convergeaient à la Puerta del Sol, 37 boutiques de livres étaient établies rue de las Carretas, 17 Carrera de San Jerónimo, 13 rue de la Montera auxquelles viennent s’ajouter trois autres situées Red de San Luis (prolongement de la rue de la Montera), 11 rue de los Preciados, huit rue d’Alcalá, cinq rue del Arenal, quatre rue del Carmen et deux dans les rues du Correo et Grande Rue. Sur la place de la Puerta del Sol ou face aux marches de San Felipe el Real (situé au début de la calle Mayor), se trouvaient 23 libraires. Quant aux non moins célèbres marches de ce dernier couvent, elles ne comportaient pas moins de 22 points de vente de livres (20 kiosques et deux librairies) dont il est bien difficile de connaître la position. En outre, si la Plaza Mayor était la scène incontestable des festivités et des cérémonies, la Puerta del Sol était, quant à elle, un centre social et économique névralgique. Mais aussi de fait, par ses nombreux commerces de livres, l’un des lieux les plus actifs de la vie intellectuelle et littéraire que Madrid possédait et, ce, depuis que Philippe II y avait établi sa Cour52.

*

  • 53 Antonio Arroyo Almaraz, « Literatura y libros : editoras en el siglo xviii », in Marina Garone Grav (...)

29Enfin, il est à noter la présence de 21 femmes libraires ou propriétaires d’ateliers typographiques, professions d’ordinaire réservées aux hommes. Mais il apparaît très nettement qu’elles étaient majoritairement des héritières. En effet, depuis 1762, elles pouvaient continuer à exercer les activités de leur défunt mari ou de leur père du moment où face à leur entreprise était établi un maître artisan du même corps de métier pour les diriger. Dans le cas où elles convolaient en premières ou secondes noces avec un membre extérieur à leur corporation, elles devaient immédiatement cesser leur activité et fermer boutique53.

Notes

1 Certains États des privilèges de la librairie sont consultables sur le site de la Bibliothèque numérique de la Bibliothèque Nationale de France. Sont notamment accessibles ceux pour les années 1771-1777 et ceux en vigueur au 15 février 1778.

2 François Lopez, « La Librairie madrilène du xviie au xviiie siècle », in Livres et libraires en Espagne et au Portugal (xvie-xxe siècles), Paris, CNRS, 1989, p. 46.

3 Id., « Un aperçu de la librairie espagnole au milieu du xviiie siècle », in De l’Alphabétisation aux circuits du livre en Espagne (xvie-xixe siècles), Paris, CNRS, 1987, p. 399-406.

4 Id., « La Librairie madrilène du xviie au xviiie siècle », art. cit., p. 51.

5 Id., « Gentes y oficios de la librería española a mediados del siglo xviii », Nueva Revista de Filología Hispánica 1, 1984, p. 169.

6 Id., « Los oficios. Las técnicas de venta », in Víctor Infantes, François Lopez, Jean-François Botrel, dirs., Historia de la edición y de la lectura en España (1475-1914), Madrid, Fundación Germán Sánchez Ruipérez, 2003, p. 348.

7 Id., « Gentes y oficios de la librería española a mediados del siglo xviii », art. cit., p. 169 ; Id., « Los oficios. Las técnicas de venta », art. cit., p. 351.

8 Id., « Los oficios. Las técnicas de venta », art. cit., p. 351.

9 Hernando de Camargo, Tribunal de la conciencia, Madrid, Imprenta de los Herederos de la viuda de Pedro Madrigal, 1628. Cité dans Anne Cayuela, « Alonso Pérez et la « libropesía » : aspects du commerce de librairie dans la première moitié du xviie siècle à Madrid », Bulletin Hispanique 2, 2002, p. 646-650.

10 Cf. Supra, p. 86.

11 Antonio Mestre Sanchis, « Libreros y la difusión de las ideas ilustradas », in Estudios dieciochistas en homenaje al Profesor José Miguel Caso González, vol. II, Oviedo, Instituto Feijóo de Estudios del siglo xviii, 1995, p. 149.

12 Antonio Palau y Dulcet, Manual del librero hispano-americano, t. I, Barcelona, Librería Anticuaria, p. V : « Durante el siglo xviii la profesión de librero exigía un aprendizaje de cuatro años, saber latín, leer griego, guardar buenas costumbres y tener una honradez acrisolada. Los estudios podían empezar a cualquier edad, pero hasta cumplir los veinte años no era posible examinarse. El examen tenía lugar en presencia de los síndicos y si se sacaban buenas notas se obtenían el carnet de aprendizaje. Luego seguían cuatro años más de ensayo, y después de estos ocho años prescritos por las leyes, se adquiría la patente de librero por 4 000 reales. »

13 Anne Cayuela, « Alonso Pérez et la « libropesía » : aspects du commerce de librairie dans la première moitié du xviie siècle à Madrid », art. cit., p. 648.

14 Antonio Mestre Sanchis, « Libreros y la difusión de las ideas ilustradas », art. cit., p. 147-161.

15 François Lopez, « La Librairie madrilène du xviie au xviiie siècle », art. cit., p. 41.

16 Ibid., p. 42.

17 Ibidem.

18 Id., « Gentes y oficios de la librería española a mediados del siglo xviii », art. cit., p. 165 ; Id., « Los oficios. Las técnicas de venta », art. cit., p. 354.

19 Id., « La Librairie madrilène du xviie au xviiie siècle », art. cit., p. 52.

20 Id., « Un aperçu de la librairie espagnole au milieu du xviiie siècle », art. cit., p. 401 ; Id., « La edición española bajo el reinado de Carlos III », in Actas del Congreso Internacional sobre « Carlos III y la Ilustración », t. III, Madrid, Ministerio de Cultura, 1990, p. 294 ; Id., « Los oficios. Las técnicas de venta », art. cit., p. 354.

21 Id., « Un aperçu de la librairie espagnole au milieu du xviiie siècle », art. cit., p. 408 ; Id., « La edición española bajo el reinado de Carlos III », art. cit., p. 294-295.

22 Id., « Un aperçu de la librairie espagnole au milieu du xviiie siècle », art. cit., p. 388.

23 Francisco Aguilar Piñal, Introducción al siglo xviii, op. cit., p. 53.

24 François Lopez, « La Librairie madrilène du xviie au xviiie siècle », art. cit., p. 53.

25 Id., « Gentes y oficios de la librería española a mediados del siglo xviii », art. cit., p. 169-170.

26 « Librería », Diccionario de Autoridades, t. IV, op. cit., p. 399 : « La tienda o paraje donde se venden libros. »

27 « Librero », Ibid., p. 400 : « El que tiene por oficio vender libros, encuadernarlos y aderezarlos. »

28 « Libreros de Madrid », Memorias políticas y económicas sobre los frutos, comercio y fábricas y minas de España, n° XX, 1788, p. 312 -313 : « Se puede decir que hay tres clases de libreros ; a lo menos lo reconoce el público : unos son aquellos que se dedican únicamente a comprar libros, y revenderlos en sus casas ; estos son propiamente mercaderes, porque los hacen venir de su cuenta de las oficinas que los imprimen, sin pasar muchas manos : entre estos se hallan algunos que participan también de la clase de verdaderos comerciantes, porque hacen imprimir de su cuenta libros para hacer comercio de ellos : otros hay que son puramente revendedores, que se dedican solamente a comprar libros en Madrid, y revenderlos, sin poner de su parte ningún género de industria. La segunda clase son los encuadernadores de pasta, de los cuales algunos tienen también sus librerías, y al mismo tiempo que trabajan en su arte, añaden el ramo de comercio ; con lo que aseguran mejor el premio de su trabajo. La tercera son los libreros de pergamino, que también tienen comercio de libros. »

29 Annexe VIII, Les lieux de vente de livres à Madrid annoncés dans la presse madrilène entre le 1er janvier 1789 et le 19 mars 1808.

30 BPA, n° VI, 1789 ; Ibid., n° VII, 1790 ; Ibid., n° VIII, 1791.

31 GM, n° 24 du vendredi 22 mars 1805, p. 260 : « Centinela contra Francs-Masones, discurso sobre su origen, instituto, secreto y juramento, traducida del italiano por Fr. José Torrubias, Cronista general de la Religión de N. P. S. Francisco en el Asia & c. Se hallará en la librería de Camacho (que antes lo fue de la viuda de Cerro) […]. »

32 François Lopez, « Gentes y oficios de la librería española a mediados del siglo xviii », art. cit., p. 169-170.

33 Id., « La edición española bajo el reinado de Carlos III », art. cit., p. 296 ; Id., « Un aperçu de la librairie espagnole au milieu du xviiie siècle », op. cit., p. 401.

34 AHN, Consejos, Leg. 50 664 : « Lista de todas las imprentas que hay en la Corte, nombres de los impresores y calles donde viven ». Document reproduit dans Luis Miguel Enciso Recio, Nipho y el periodismo español del siglo xviii, op. cit., p. 267-268 n. 110. [Ce dernier document offre quelques différences avec l’original.]

35 « Imprentas, Librerías, y fundiciones de letras de Madrid », Memorias políticas y económicas sobre los frutos, comercio y fábricas y minas de España, n° XX, 1788, p. 201-317.

36 Ibid., p. 210-211 : « Se puede asegurar, que la imprenta en Madrid se ha duplicado bajo la soberana protección de nuestro augusto Monarca : tenemos triplicadas prensas : nos hallamos con oficinas de punzones y matrices de letras, y sus correspondientes fundiciones […]. No puede negarse que el número corto de imprentas establecidas en la Corte de una Monarquía tan vasta como la nuestra, es suficiente para conocer, o la poca aplicación que hay a las obras sólidas, o al fomento de un arte tan necesario a toda nación culta. »

37 Ibid., p. 212 : « Las imprentas que tenemos en la Corte son las que siguen : La imprenta Real tiene prensas 21 ; La viuda de Ibarra 15 ; La de Marín 21 ; La de Sancha 16 ; La de Cano 20 ; La de los herederos de Escribano 15 ; La de Barco 10 ; La de Román 7 ; La de los herederos de Manuel Fernández 7 ; La de González 7 ; La de Espinosa 7 ; La de Doblado 6 ; La de Ortega 4 ; La de los herederos de Ulloa 1 ; La de Pacheco 4 ; La de López 4 ; La de Moya 4 ; La de Santos Alonso 4 ; La de Andrés de Sotos 4 ; La de Otero 3 ; La de Aznar 3 ; La de Herrera 3 ; La de Ramírez 3 ; La de Delgado 2 ; La de Valle 2. »

38 Ibid., p. 213.

39 François Lopez, « La edición española bajo el reinado de Carlos III », art. cit., p. 296.

40 ML, n° CXIX, 1re partie d’octobre 1790, p. 204.

41 Annexe VIII, Les imprimeries madrilènes annoncées dans la presse sous le règne de Charles IV entre le 1er janvier 1789 et 19 mars 1808.

42 ML, n° XCVII, 1re partie de novembre 1789, p. 344-346.

43 Antonio Rodríguez Moniño, « La casa de Sancha », in Historia de los catálogos de librería españoles (1661-1840), Madrid, Estudio bibliográfico, 1966, p. 43-52.

44 Memorias políticas y económicas sobre los frutos, comercio y fábricas y minas de España, n° XX, 1788, p. 211 : « No pasan de 25 las imprentas de Madrid, las que (a excepción de 7 o 8), todas las demás son de muy corta consideración, pues apenas mantienen 6 o 7 prensas, y algunas 2, 3, o 4, de donde se infiere, que ya por la negligencia de sus dueños, o ya porque estos carecen de caudales, y obras para sostenerlas, van caminando tan lentamente […]. »

45 François Lopez, « El libro y su mundo », art. cit., p. 123.

46 Annexe VIII, Les imprimeurs-libraires madrilènes sous le règne de Charles IV.

47 GM, n° 66 du vendredi 18 août 1800, p. 724 ; ME, n° 8 août 1797, p. 392-393.

48 GM, n° 55 du vendredi 11 juillet 1800, p. 623.

49 François Lopez, « Gentes y oficios de la librería española a mediados del siglo xviii », art. cit., p. 178.

50 DM, n° 202 du samedi 21 juillet 1798, p. 813.

51 DM, n° 309 du jeudi 5 novembre 1801, p. 1267 ; Ibid., n° 322 du mercredi 18 novembre 1801, p. 1318.

52 José Manuel Prieto Bernabé, « El consumo del libro en torno a la plaza de la Puerta del Sol », in Ciclo de Conferencias : la Plaza de la Puerta del Sol (siglos xvi-xviii), 13, Madrid, Artes Gráficas Municipales, 2000, p. 9.

53 Antonio Arroyo Almaraz, « Literatura y libros : editoras en el siglo xviii », in Marina Garone Gravier, Albert Corbeto i López, coords., Muses de la Impremta : La dona i les arts del llibre. Segles xvi-xix, Barcelona, Museo Diocesano de Barcelona, 2009, p. 7.

© Presses universitaires de Provence, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search