Version classiqueVersion mobile

L’édition sous Charles IV

 | 
Joan Cavaillon Giomi

Les Lettres sous le règne de Charles IV

Les livres en langues étrangères

Texte intégral

  • 1 Lucienne Domergue, Censure et lumières dans l’Espagne de Charles III, op. cit., p. 17. Plus loin, d (...)
  • 2 Nov. Recop., Lib. VIII, TÍt. XV., L. I., p. 120-121 : « No se paguen derechos algunos por la introd (...)
  • 3 Ibid., Lib. VIII., Tít. I., L.I., p. 122 : « Diligencias que deben preceder a la impresíon y venta (...)
  • 4 Ibid., Lib. VIII, Tít. XVI., L. XXXI., p. 141 : « Cumplimiento de la ley I de este título, prohibit (...)
  • 5 Ibid., Lib. VIII, Tít. XVI, L. XXXII, p. 142 : « Observancia de la ley anterior sobre formalidades (...)
  • 6 Un exemple du rôle de l’Inquisition dans le contrôle des livres étrangers, notamment français, et d (...)

1L’auto de Curiel avait pour but de relancer l’industrie du livre par une impression exclusive des ouvrages écrits par les Espagnols dans la Péninsule. Mais en raison de la mauvaise qualité des éditions réalisées à cette époque, cette loi protectionniste autorisa l’importation de livres en latin à la seule condition qu’ils fussent de meilleure qualité que ceux produits en Espagne1. Avec l’amélioration de l’industrie typographique (encouragée par Charles III), de nombreuses éditions en latin réalisées sur les presses péninsulaires allaient voir le jour. Pour autant, il ne fut nullement question d’avoir recours à la libre circulation des œuvres en latin ou dans toute autre langue étrangère d’ailleurs. En effet, hormis la parenthèse qui eut lieu sous les Rois Catholiques, en 1480, pour importer les livres sans qu’ils fussent taxés2, la pragmatique du 8 juillet 1502 y mit un terme en imposant la licence obligatoire comme pour les éditions réalisées dans le royaume3. La licence préalable ou gouvernementale était mise en place. Ce contrôle des écrits étrangers ne fut pourtant pas sans faille. Avec la publication en France de l’Encyclopédie méthodique (dont la traduction avait été demandée par la Couronne) et les préjudices qu’elle occasionna en Espagne, Charles III ordonna, dans une Ordonnance royale du 21 juin et décret du Conseil de Castille du 1er juillet 1784, que la Pragmatique de ces illustres prédécesseurs fût observée avec bien plus de rigueur4. Un ordre apparemment suivi de peu d’effet puisque Charles IV fut obligé, en 1802 (par Résolution royale du 19 mai et décret du Conseil de Castille du 8 juin), de réaffirmer les dispositions prises à ce sujet par son père5. Dans cette loi, Charles IV louait les efforts de l’Inquisition pour traquer les écrits en langues étrangères préjudiciables à l’Espagne et soulignait l’urgence face à ce fléau mais il confessait également le peu de succès de l’entreprise6. Surtout, sous couvert de la cupidité des libraires, il dénonçait, à demi-mot, le prix élevé auquel ces livres se monnayaient sous le manteau et le manque à gagner pour la Couronne ainsi que l’attrait qu’ils suscitaient auprès de la population ou plutôt d’une élite capable de les acquérir et de les lire. « L’étranger » faisait peur et plus que jamais les imprimés grâce auxquels les idées transitaient. Aussi, Charles IV décida-t-il en avril 1805 de renforcer les contrôles existants et, face à la manne économique que représentaient ces ouvrages, de les taxer :

  • 7 Nov. Recop., Lib. VIII, Tít. XVI, L. XLI, p. 147 : « 18 El Juez de Imprentas cuidará igualemente de (...)

Le Surintendant de la librairie s’occupera également de reconnaître et de faire examiner tous les livres provenant des pays étrangers dans mes domaines. Pour cela, la Douane lui communiquera les listes de livres qui lui sont parvenus, et il répartira leur examen entre les Censeurs les plus compétents qui soient dans les matières dont ils traitent. Ceux-ci mettront le plus grand soin à effectuer cette censure, en ne se fiant pas aux titres, et en examinant scrupuleusement même les œuvres autorisées, car dans les nouvelles éditions on a l’habitude d’ajouter des prologues, des notes et des dissertations qui peuvent être préjudiciables. Ils justifieront leur censure des œuvres qui devront faire l’objet d’un embargo ou être interdites ; ensuite le Surintendant les récupèrera et les archivera ; sans que celui qui a introduit de tels livres puisse exiger qu’on les lui rende, ni qu’on l’indemnise d’aucune façon. L’Archiviste tiendra un compte exact des livres confisqués, et l’on remettra à ma Secrétairerie de Grâce et de Justice ces listes de livres, pour leur donner la suite qui me semblera convenable.
Ceux qui introduisent des livres étrangers, soit pour leur usage personnel, soit pour les vendre, paieront dix pour cent de leur valeur d’achat, qu’ils remettront au Surintendant de la librairie. De même, on imposera sur les imprimeries et librairies de mes domaines un pourcentage, correspondant à ce que payent d’autres établissements industriels. Ces bénéfices feront partie du fond servant à payer le Surintendant de la librairie et les autres employés7.

  • 8 AHN, Consejos, Leg. 11 287, exp. 69 : « El Juez de Imprentas en 24 de febrero de 1806. Representa a (...)
  • 9 Ibidem : « He dado cuenta al Rey [disait le Surintendant de la Librairie] de lo que con fecha de 4  (...)
  • 10 François Lopez, « El libro y su mundo », art. cit., p. 118.

2 En essayant d’atteindre la bourse des marchands de livres, la Couronne pensait ainsi pouvoir remédier au problème des importations frauduleuses. Il n’en fut rien et beaucoup d’encre coula encore à ce sujet. De mars à septembre 1806, une longue correspondance fut échangée entre le surintendant de la librairie, Juan Antonio Melón et l’inquisiteur général, Ramón José de Arce y Reinoso, pour de nouveau prévenir l’introduction de livres pernicieux imprimés en France notamment en espagnol8. La solution proposée par l’inquisiteur général le 18 juin fut à nouveau d’établir une liste des œuvres qui arrivaient aux frontières. Quant à la solution retenue, ce fut le renforcement de la loi antérieure de 1805 et l’application du Décret royal du 21 novembre 1792 ordonnée par Charles IV par Ordonnance royale le 26 juin 1806 : soit le contrôle « scrupuleux » des imprimés qui arrivaient dans les ports par un contrôleur royal et un du Saint-Office9 ; soit purement et simplement la mise en place d’un nouveau cordon sanitaire aux frontières. Malgré ces différentes mesures législatives, les publicistes furent malgré tout particulièrement intéressés par la production éditoriale étrangère. Aussi, s’il est certain que les Espagnols pouvaient se tenir informés de ces dernières nouveautés éditoriales par le biais de catalogues qui arrivaient régulièrement10, le rôle que joua la presse périodique dans leur diffusion n’est-il pas à minorer.

Représentation quantitative

3Malgré les lois successives promulguées depuis 1784 et le contrôle rigoureux imposé dans les ports maritimes et terrestres lorsqu’éclata la Révolution française, les libraires continuèrent à faire la publicité de ces ouvrages. Ces différentes mesures législatives prises à l’encontre de ces œuvres eurent-elles pour autant un impact ?

Sources : Presse madrilène (1er janvier 1789-19 mars 1808). Élaboration personnelle.

4Avec 2 211 œuvres en langues étrangères annoncées (soit une moyenne de 115 livres par an exception faite de 1808), ces dernières sont peu nombreuses en comparaison avec les ouvrages en espagnol puisqu’elles ne représentent que 7,3 % de l’ensemble des livres annoncés. De plus, leur nombre se réduit à 2 199 titres si nous tenons compte des 12 livres mentionnés à deux reprises dans les divers suppléments de la Gaceta de Madrid : six en 1790 et 1794, quatre en 1794 et 1795 et un seul en 1795, 1796,1797 et 1801. Plus que les aléas liés à l’histoire de la presse périodique, l’annonce de ces ouvrages suivit la législation en vigueur.

  • 11 Nov. Recop., Lib. VIII, Tít. XVIII, L. XI, p. 158 : « Prohibición de papeles sediciosos y contrario (...)
  • 12 Ibid., Lib. VIII, Tít. XVIII, L. XII, p. 160-161 : « 3 Que todos los libros en lengua Francesa, que (...)
  • 13 Ibid., Lib. VIII, Tít. XVIII, L. XIV, p. 161 : « Reglas que se han de observarse en las Aduanas ; n (...)
  • 14 Ibid., Lib. VIII, Tít. XVIII, L. XVI, p. 162 : « Las Justicias recojan de los libreros los libros p (...)
  • 15 Ibid., Lib. VIII, Tít. XVI, L. XXXII, p. 142.
  • 16 Ibid., Lib. VIII, Tít. XVI, L. XLI, p. 147.

5En effet, au début du règne de Charles IV, les livres en langues étrangères ne cessèrent de se multiplier passant de 129 titres en 1789 à 168 en 1791 alors que l’année suivante une baisse considérable se produisit jusqu’en 1796, date à laquelle leur nombre atteint la plus faible représentation sur la période étudiée, soit 36 titres. Il y a fort à penser que, d’une part, la Loi XI de 1791 interdisant « les papiers sédicieux et contraires à la fidélité et tranquillité publique11 » et, d’autre part, les deux publiées l’année suivante correspondant pour la première, à la rétention de tous les livres français arrivant dans les ports pour examens12, et la seconde, à l’examen de ces imprimés par deux examinateurs (l’un royal et l’autre de l’Inquisition) quel que fût le contenu de ces écrits13, ne furent pas étrangères à ce recul. Ces mesures législatives n’avaient d’autre but que d’éviter la propagation des idées révolutionnaires dans la Péninsule par le biais des imprimés et ne concernaient de surcroît que les écrits français. Or, face à la panique que provoqua la Révolution française dans les esprits, même les plus « éclairés », les autorités durent être aussi, à n’en pas douter, plus que méfiantes envers les écrits rédigés dans d’autres langues. D’ailleurs, même si le nombre de ces œuvres augmenta dès 1797 et, ce, de façon très instable jusqu’en 1807, Charles IV dut, dans une Ordonnance royale en date du 20 janvier 1798, mettre une nouvelle fois en garde les libraires qui vendaient des œuvres interdites notamment en langues étrangères. Il n’était plus uniquement question, comme le précise l’intitulé de cette mesure, d’interdire leur vente mais aussi d’en parler : « Les officiers de Justice récupèreront auprès des libraires les livres interdits ; et ne permettront plus dans leurs commerces les conversations contraires à notre constitution politique14 ». Existe-t-il une quelconque relation avec la baisse que les livres subirent en 1799 et cette dernière loi ? On constate que chaque décision prise par Charles IV à l’encontre de ces œuvres fut immédiatement suivie d’effets. Effectivement, après une nouvelle hausse de leur nombre en 1800 et 1801 pour atteindre 154 titres, à partir de 1802 (date à laquelle par Résolution royale, il ordonna qu’elles fussent contrôlées avec bien plus de rigueur15) jusqu’en 1803, leur nombre chuta à 70, soit une baisse de 54,54 %. Il en fut de même en 1805, année durant laquelle fut promulguée la Décision royale du mois d’avril16 alors que l’année précédente avait été annoncé dans la presse le plus grand nombre d’ouvrages étrangers sur la période étudiée, soit 205. Un maximum qui s’explique aussi par le nombre élevé de journaux édités cette année là. Enfin, en 1806 et 1807, il se produisit une augmentation de ces publicités de livres.

6Les autorités compétentes en matière de librairie suivirent à la lettre les lois dictées par la Couronne concernant l’importation et la publicité des œuvres en langues étrangères. Mais, comme le démontre le graphique publié ci-dessus, sur des périodes relativement courtes à partir de 1797. Il en fut autrement de 1789 à 1796. En effet, bien que la plus forte période de répression révolutionnaire fût de 1790 à 1794, en ce qui concerne les livres, leur étroit contrôle perdura encore deux années. L’impact qu’eut la Révolution française sur la diffusion des imprimés étrangers est indéniable. De fait, 843 œuvres furent annoncées (38,51 %) entre 1789 et 1796 contre 1 355 (61,9 %) entre 1797 et 1807.

  • 17 Cf. Supra, La presse officielle et semi-officielle, la Gaceta de Madrid.

7Ces œuvres furent extrêmement encadrées et surveillées. Les censeurs en charge d’examiner les manuscrits de chaque numéro n’omirent certainement pas de vérifier, comme cela était le cas dans la Gaceta de Madrid17, les publicités de livres et par conséquent durent préalablement s’assurer que les titres mentionnés n’étaient pas interdits. Mais la publicité de ces ouvrages dans la presse relevait incontestablement de la politique éditoriale élaborée par les publicistes. Aussi, en fonction de cette dernière et des sources sur lesquelles ils s’appuyaient pour rédiger leur propre publication, leur représentation fut variable d’un périodique à l’autre.

Représentation quantitative des ouvrages en langues étrangères annoncés dans la presse madrilène (1er janvier 1789-19 mars 1808)

Représentation quantitative des ouvrages en langues étrangères annoncés dans la presse madrilène (1er janvier 1789-19 mars 1808)

Sources : Presse madrilène (1er janvier 1789-19 mars 1808). Élaboration personnelle.

8Avec 7,26 % des ouvrages recensés, la place accordée aux ouvrages en langues étrangères fut relativement faible. Rien d’étrange à cela puisqu’il s’agissait, avant toute chose par le biais des publicités de livres, de dévoiler le patrimoine culturel de l’Espagne. Cependant, toute proportion gardée, en fonction du nombre d’ouvrages qu’ils annoncèrent dans leur publication, certains journalistes ne mentionnèrent aucun ou très peu de livres en espagnol.

9Bien évidemment, c’est dans les journaux qui avaient pour source la presse européenne que les ouvrages en langues étrangères sont majoritaires. La palme en la matière revenant au Diario de los nuevos descubrimientos dont la totalité des œuvres présentées, soit 24, étaient des éditions étrangères, suivi par la Miscelánea instructiva, curiosa y agradable dans laquelle elles ne représentent pas moins de 99,43 %, soit 173 livres sur 174. L’Espíritu de los mejores Diarios n’eut rien à envier à ses confrères avec 131 titres (92,91 %) annoncés en langues étrangères contre dix (7,09 %) seulement en castillan. Avec 38 titres, soit 90,48 % des titres, l’attitude de la Gaceta de los niños fut bien surprenante eu égard au public auquel elle s’adressait ; à moins que ces ouvrages ne fussent directement destinés à ceux qui avaient en charge l’éducation des enfants. Ce ne fut pas le cas puisqu’il fut stipulé pour 26 livres qu’ils s’adressaient aux enfants, alors que seulement deux le furent pour les parents ou les précepteurs. Pour neuf autres, les destinataires ne furent pas mentionnés et l’un d’entre eux était destiné à ceux qui pratiquaient le dessin. Par conséquent, la Gaceta de los niños s’adressait bel et bien à une élite ayant un accès privilégié à la culture et à l’enseignement. Quant à La Espigadera et aux Anales de Ciencias naturales, avec respectivement sept et trois œuvres (77,78 % et 75 %), leurs rédacteurs ne mirent que peu d’enthousiasme pour diffuser les écrits espagnols.

10Les 12 périodiques suivants adoptèrent, quant à eux, une position bien différente de celle de leurs confrères précédemment cités. En effet, la représentation des ouvrages en langues étrangères est comprise entre un maximum de 40,26 % pour le Correo mercantil de España y sus Indias et un minimum de 2,53 % pour l’Almanaque literario. Quantitativement dans chacun d’entre eux, ces œuvres sont minoritaires. Aussi favorisèrent-ils les écrits espagnols et suivirent-ils de façon plus ou moins stricte la politique culturelle de la Couronne. Pour s’en convaincre, il suffit de prendre pour exemple la Gaceta de Madrid dans laquelle, ces œuvres, au nombre de 401, ne représentent que 2,99 % du total ; ce qui positionne le journal officiel seulement à la dix-septième place de ce tableau.

11Enfin, le Correo de Madrid, le Regañón general et les Zumbas del famoso Juan de Espera en Dios présentèrent aux lecteurs uniquement des livres écrits en espagnol. Si pour les Zumbas et le Regañón cela s’explique, pour le premier par l’annonce des seuls écrits du publiciste, et, pour le second, par le projet éditorial des rédacteurs de présenter la situation littéraire de l’Espagne chaque fois qu’ils présentaient une œuvre. Rien n’explique, en revanche, l’attitude du Correo de Madrid. Cependant, son rédacteur, Antonio Manegat, en choisissant lui-même les livres dignes de figurer dans sa publication, mit clairement en avant sa préférence pour diffuser le patrimoine littéraire de sa nation.

Les langues

12Loin de se cantonner aux seules annonces d’œuvres en latin, les rédacteurs des Efemérides de la Ilustración de España, de l’Espíritu de los mejores Diarios, de La Espigadera, du Memorial literario, de la Minerva o el Revisor general ou de la Miscelánea instructiva, curiosa y agradable avaient spécifié à de nombreuses reprises qu’ils se feraient également l’écho de la production livresque européenne. En conséquence, les imprimés présentés étaient issus de diverses langues.

Répartition par langue des livres en langues étrangères annoncés dans la presse madrilène (1er janvier 1789-19 mars 1808)

Langues Nombre de titres
annoncés dans la presse madrilène
Pourcentage
Français 1120 50,94 %
Latin 776 35,29 %
Italien 107 4,87 %
Anglais 100 4,55 %
Allemand 41 1,87 %
Russe 11 0,5 %
Hollandais 8 0,37 %
Latin et grec 4 0,18 %
Français et latin 3 0,14 %
Hongrois 3 0,14 %
Latin et arabe 3 0,14 %
Autrichien 2 0,09 %
Français et grec 2 0,09 %
Grec 2 0,09 %
Turc 2 0,09 %
Polonais 2 0,09 %
Sanscrit 2 0,09 %
Portugais et angolais 1 0,04 %
Marâthî ou Marathe 1 0,04 %
Suédois 1 0,04 %
Anglais et hébreu 1 0,04 %
Français et allemand 1 0,04 %
Langue non spécifiée 6 0,27 %
TOTAL 2 199 100 %

Sources : Presse périodique madrilène (1er janvier 1789-19 mars 1808). Élaboration personnelle.

  • 18 Memoria sobre la vacuna, leida en la última Sesión pública de este Instituto nacional por el Médico (...)
  • 19 DM, n° 224 du mercredi 12 août 1807, p. 179.
  • 20 Patriotic and military instructions. Addressed to the People of England whith a View to able them t (...)

13Pas moins de 19 langues sont représentées parmi les 2 199 ouvrages étrangers comptabilisés. Il nous a cependant été impossible pour cinq d’entre eux de connaître leur origine18. Nous sommes néanmoins certain que le titre exact de l’œuvre Patriotioe and militari instructions19 était Patriotic and military instructions, publié à Londres en 178020. Dans ce dernier tableau, les États européens, avec neuf langues et 1 384 titres (62,93 %) furent sans surprise les plus représentés.

14La réception de la culture française fut plus que présente dans la Péninsule ibérique malgré les différentes mesures législatives prises à l’encontre de ses publications. Avec 1 120 titres (50,94 % du total), la langue de Molière arrive en première position parmi les œuvres écrites dans une autre langue que le castillan. Dès lors, on peut penser que les lois en vigueur eurent l’effet contraire à celui recherché et attisèrent la curiosité du public.

  • 21 Luis Rodríguez Ennes, « La progresiva sustitución del latín universitario por las lenguas vernácula (...)
  • 22 Antonio Moreno González, « Progreso, secularización e instrucción pública », Revista de Occidente 8 (...)

15Les éditions en latin, 776 imprimés (35,29 %), figurent également parmi les plus diffusées en Espagne. Il faut dire que le latin restait avant tout la langue des savoirs grâce à laquelle les transmissions étaient réalisées21 et permettait ainsi un échange des connaissances entre les universités des différentes nations. Il était par conséquent un « des éléments unificateurs de la culture européenne22 ».

  • 23 Elogio de Catalina II, ML, n° 34 du 1er août 1803, p. 255 ; Diario, creado por karamsin, Ibid., p.  (...)
  • 24 J. P. Frank. M. D. geheimraad en lyfarts des bischops vanpiers lid van de Academie, & c. Tratado de (...)
  • 25 Voogi, la nueva y alumbrante antorcha de la mar, con 98 mapas, DM, n° 249 du lundi 5 septembre 1796 (...)
  • 26 Thelemacus, Ibid., n° 224 du mercredi 12 août 1807, p. 179.

16Les ouvrages en français et en latin réunis représentant 86,22 % de ce type de livres, les 17 langues restantes ne furent que très faiblement diffusées. Parmi elles, l’italien et l’anglais avec respectivement 107 (4,87 %) et 100 (4,55 %) ouvrages et même la production allemande, avec 41 imprimés (1,87 %), bénéficièrent malgré tout d’une visibilité non négligeable. Les autres ne dépassent pas 0,5 % chacune. Contre toute attente, ce fut l’édition russe qui fut la plus représentée avec 11 titres (0,5 %). Pour autant, si le Memorial literario présenta l’ensemble de ces œuvres entre 1803 et 1806 dans les rubriques Noticia sobre la literatura rusa et Noticias extranjeras-Rusia23, il ne fut dans aucun des cas précisé où les lecteurs pouvaient se les procurer. Tout comme certains de leurs confrères, les rédacteurs du Memorial avaient dû extraire ces annonces de librairie de différents périodiques étrangers. Il en fut quasiment de même pour les impressions en provenance de Hollande. En effet, parmi les huit titres proposés (0,37 %), aucun lieu de vente ne figure pour six d’entre eux24 et pour les deux restants, ils étaient vendus à Madrid : l’un chez le libraire Manuel Millana (rue du Correo viejo)25 et l’autre rue de Fuencarral (maison n° 5, entresol, en face de la fabrique de gants)26.

17Quant au hongrois (trois titres, 0,14 %) suivi par l’autrichien, le grec, le sanscrit, le polonais et le turc qui comptabilisent chacun deux titres (0,09 %), à peine figurent-ils parmi la liste que nous avons pu établir. Que dire alors du marathe (langue de l’Empire du même nom dérivant du sanscrit) ou du suédois qui ne comptent qu’un seul ouvrage (0,05 %) ? Bien qu’une large place fût faite à la culture européenne, même si certaines langues n’eurent qu’une très faible représentation, les publicistes n’en oublièrent pas pour autant les cultures lointaines. Cependant, si le turc était connu du public, ce fut moins évident pour le sanscrit et surtout le marathe.

  • 27 ¿ Cuál es el método más seguro y mejor de curar las heridas de armas de fuego ? Cuestión académica (...)
  • 28 Comentarios del Eustasio in Homerum, CMerc., n° 28 du 6 avril 1795, p. 224.
  • 29 Obra de M. Chaptal, sobre la agricultura, ML, n° XXI du 30 juillet 1805, p. 134 ; Traducciones en v (...)

18L’un des points communs de la majorité des ouvrages écrits dans les langues étrangères dernièrement mentionnées fut (exception faite de l’autrichien27 et d’un seul pour le grec28) d’avoir été annoncé dans le Memorial literario29 qui, sans conteste, suivit la ligne éditoriale qu’il s’était fixée, à savoir, se faire l’écho des livres quelle que fût leur origine.

  • 30 Diccionario de la lengua de Angola o de Bunda, con la explicación de todos los nombres en portugués(...)
  • 31 GM, n° 39 du vendredi 15 mai 1789, p. 347 ; Ibid., n° 71 du mardi 31 août 1802, p. 875-876 ; Ibid., (...)
  • 32 Thomae a Kempis, Canonici Regularis, de Imitatione Christi, lib. IV., Graece interpretati a P. Geor (...)
  • 33 Observaciones literarias, críticas, políticas, militares y geográficas sobre la historia de Tacito (...)
  • 34 Min., n° XCV du 27 novembre 1807, p. 64.
  • 35 EMD, n° 213 du lundi 28 décembre 1789, p. 415-417.
  • 36 Luis Gil, El griego en la educación de las élites, Bulletin Hispanique 97, 1995, p. 279-298.
  • 37 Min., n° LIII du 4 juillet 1806, p. 13-14.
  • 38 GN, n° 2, année 2, p. 64.
  • 39 GM, n° 9 du mardi 9 janvier 1799, p. 91-92.

19Peu d’éditions bilingues (15 au total) furent annoncées. La majorité des langues présentes dans ce groupe étaient, sinon parlées par une grande partie du public, connues de l’ensemble. Le français, le latin et l’anglais occupent une place prépondérante dans ces publications, bien souvent aux côtés de langues peu utilisées par les Européens. Ainsi, l’Angola étant une colonie africaine du Portugal, fut-il édité à Lisbonne, en 1805, un dictionnaire angolais-portugais30. De même, le latin côtoie l’arabe dans les deux tomes que comptait la Bibliotheca Arabico-Hispana Escurialensis publiée en 1760 par Miguel Casiri, annoncée à trois reprises dans la Gaceta de Madrid31. Le latin donna également lieu à des traductions de textes religieux notamment en grec32. Par ailleurs, outre ses auteurs antiques33, il fut aussi une langue dans laquelle furent transcrits des ouvrages plus récents. En témoigne Bardo de la Selva negra traduit de l’italien au latin, traduction à laquelle une version française fut également ajoutée34. En ce qui concerne l’hébreu, l’ouvrage, qui fit l’objet d’un résumé dans l’Espíritu de los mejores Diarios, était une méthode d’apprentissage de la langue à l’usage des Anglais éditée en trois volumes sous le titre de Lingua Sacra in three parts & c. La Lengua Hebrea en tres partes, de las cuales la primera presenta una Gramática Hebrea completa, con los puntos : la segunda un Diccionario Hebreo-Inglés ; y la tercera todas las voces, ya apelativas, ya propias, los términos de las Artes, y frases que se estilan en la Lengua Inglesa, dispuestas por orden alfabético, y traducidas al Hebreo por David Levi35. À la différence du latin, le grec ne fut plus utilisé en tant que langue parlée mais étudié dans les Universités et les centres d’enseignement, non sans quelques difficultés pour perdurer36. Il fut traduit pour ses auteurs antiques comme cela fut le cas en Espagne et en France avec l’édition bilingue de la Bibliothèque d’Apollodore l’Athénien & c. Biblioteca de Apolodoro ateniense, traducida nuevamente del griego, con el texto al lado, por Clavier dont la Minerva o el Revisor general fit la publicité en 180637. Quels que fussent les lieux d’édition ou les langues en présence, ces livres étaient loin d’être dépourvus d’utilité. En effet, ces éditions, qui contenaient en règle générale le texte original sur la belle page et la retranscription sur la fausse page, de manière à ce que le lecteur pût comparer les contenus, n’avaient d’autres enjeux que de permettre l’apprentissage d’une nouvelle langue. L’instruction était donc de mise, tout comme dans les Diálogos en francés y alemán, para inteligencia de las dos lenguas, con una introducción que contiene las voces y frases más comunes en la conversación : con una colección de proverbios franceses y alemanes annoncés dans la Gaceta de los niños38. Les éditions bilingues présentées avec les textes en regard l’un de l’autre permettaient une identification rapide des éléments de comparaison et, pour les lecteurs, d’avoir un livre maniable puisque les écrits étaient regroupés dans un seul et même volume. Néanmoins, la commodité fut loin de caractériser la Ciropedia de Ramsay, o sea los viajes de Ciro joven por la India, el Egipto, la Grecia, Babilonia & c. éditée en trois tomes de 400 pages, chacun correspondant à une langue : la version originale en anglais et les traductions en français et en espagnol39.

20Ces œuvres participaient activement à démontrer non seulement que l’Espagne était désireuse de ne pas rester en marge de l’Europe mais aussi qu’elle continuait son ouverture sur le monde moderne. En outre, l’annonce de ces ouvrages dans la presse correspondait à la politique éditoriale élaborée par les publicistes et des sources qu’ils utilisaient. L’on a déjà pu constater que la majeure partie des imprimés rédigés en langues étrangères avaient une représentation comprise entre 0,5 % et 0,05 % et furent principalement annoncés dans le Memorial literario. Dès lors, reste à s’intéresser à la part des idiomes les plus prisés dans les différents journaux étudiés.

Représentation quantitative des ouvrages en français, latin, italien, anglais et allemand dans la presse madrilène (1er janvier 1789-19 mars 1808)

Représentation quantitative des ouvrages en français, latin, italien, anglais et allemand dans la presse madrilène (1er janvier 1789-19 mars 1808)

Sources : Presse périodique madrilène (1er janvier 1789-19 mars 1808). Élaboration personnelle.

  • 40 Jacques Soubeyroux, « El real seminario de nobles de Madrid y la formación de les élites en el sigl (...)
  • 41 Francisco Andújar Castillo, « El Seminario de Nobles de Madrid en el siglo xviii. Un estudio social (...)
  • 42 María José Corvo Sánchez, « Breve historia de la lexicografía bilingüe española y alemana hasta el (...)

21Ces cinq langues furent les plus diffusées dans la Péninsule ibérique. Assurément, le public visé par ces ouvrages était une élite ayant des moyens financiers suffisants pour se les procurer mais, et surtout, qui maîtrisait la langue d’édition. Quatre de ces cinq langues figuraient au programme d’enseignement des élites formées au Real Seminario de Nobles de Madrid. En effet, si jusqu’en 1785, seuls le latin et le français faisaient partie des enseignements obligatoires tandis que l’italien était optionnel, à partir de cette date, les élèves eurent un choix plus large avec l’ouverture de classes d’anglais, de grec et d’hébreu40. De fait, outre l’intérêt que les publicistes trouvaient à ces œuvres en les présentant aux lecteurs, il est certain que la connaissance des langues (notamment si les études avaient été suivies au Real Seminario de Nobles41) ne fut pas étrangère à cette large diffusion. Seul l’allemand resta en marge de cet apprentissage linguistique. Or, il figure parmi les langues relativement bien répandues en Espagne ou, du moins, commença-t-il à l’être dès 1800. Pourtant, la montée sur le trône d’Espagne de Charles Ier avait suscité l’affluence de nombreux immigrants de langue germanique ainsi qu’un intérêt pour celle-ci avant de décliner du xviie siècle jusqu’au début des années 180042. La raison de ce rapprochement avec le Saint-Empire germanique ? Assurément l’ouverture culturelle encouragée par la Couronne.

Classification thématique des ouvrages en langues étrangères

  • 43 Annexe V, Classification thématique par langues des ouvrages étrangers.
  • 44 Carolii Poree et Societate Jesu (2 vols.), DM, n° 224 du mercredi 12 août 1807, p. 179 ; Remond. Ca (...)
  • 45 Momenta de Salutoria, Ibidem.
  • 46 Epigoniand, Ibidem.
  • 47 Memoria sobre la vacuna, leida en la última Sesión pública de este Instituto nacional por el Médico (...)

22La classification thématique par langues des ouvrages étrangers43 ne comporte que 2 192 ouvrages au lieu des 2 199 annoncés auparavant. En effet, sept titres ne peuvent être classés dans les différentes rubriques car aucune information n’est fournie dans les annonces de librairie. Ces livres n’ont pas pu être identifiés soit parce qu’ils étaient annoncés par le seul nom de l’auteur, soit parce que nous n’avons pu retrouver sa trace. Tous font partie de la même publicité parue dans le Diario de Madrid en 1807. Parmi eux, cinq sont en latin44, un en italien45 et la langue du dernier n’est pas spécifiée46. Enfin, il a été impossible de connaître la langue d’origine de quatre œuvres47. Cependant, nous avons pu les classer dans les catégories les plus appropriées.

23En comparaison avec les ouvrages en espagnol, cette classification thématique présente quelques disparités. Effectivement, les publicistes firent montre d’un intérêt tout particulier pour les « Sciences et arts » qui figurent en première position de ce tableau avec 653 titres (29,79 %) alors que les œuvres religieuses, livres en castillan les plus diffusés dans la presse, ne se hissent qu’au deuxième rang avec 441 ouvrages (20,12 %), ce qui, malgré tout, est loin d’être quantité négligeable. Les ouvrages littéraires se classent troisième (388 livres, 17,7 %) suivis par les « Sciences humaines » (216 œuvres, 9,85 %) et l’« Histoire » (163 ; 7,44 %). Les catégories « Divers », « Géographie » et « Philologie / Linguistique » furent les moins représentées avec respectivement 110 (5,02 %), 106 (4,84 %) et 82 publications (3,74 %). Quant aux œuvres ayant trait aux « Beaux-Arts », tout comme dans la classification thématique précédente, ils clôturent le tableau avec un taux de 1,5 %, soit 33 imprimés. Ce classement correspond peu ou prou à ce que l’on trouve pour les ouvrages en espagnol dans la majorité des périodiques, exception faite de la Gaceta de Madrid et des trois journaux annuels dans lesquels la « Religion » se classait en tête de liste suivie par la « Littérature » et les « Sciences et arts ».

  • 48 EMD, n° 259 du lundi 15 novembre 1790, p. 255-260.
  • 49 Ibid., n° 184 du lundi 8 juin 1790, p. 141-144.

24Toutefois, les thématiques abordées sont différentes en fonction des langues. Parmi les ouvrages dont les langues furent les moins représentées, du russe à ceux dont l’idiome ne fut pas spécifié, les publicistes annoncèrent principalement des ouvrages littéraires. Effectivement, sur 54 titres, 18 sont classés dans cette catégorie et l’on pouvait penser qu’ils devaient être des succès éditoriaux de ces pays. Il n’en fut rien. En effet, pour 12 d’entre eux, ces livres étaient des traductions littéraires en provenance d’autres pays à l’image de celle en italien qui n’était autre qu’un recueil de poésie espagnole publié en trois volumes sous le titre Scelta di poesie Castigliane, & c. Colección de poesías Castellanas, traducidas en verso Toscano, e ilustradas por el Conde Juan Bautista Conti.48. Les « Sciences et arts » figurent également en bonne place avec 12 œuvres. À la différence des précédents ouvrages, ces derniers étaient le fruit du travail d’auteurs nationaux comme en témoigne le livre du Hollandais M. N. Smeathman, Memoria para servir a la historia de algunos insectos conocidos bajo el nombre de hormigas blancas, annoncé dans l’Espíritu de los mejores Diarios en juin 179049. Quant aux autres catégories, elles n’atteignent pas les dix titres : huit pour l’« Histoire », cinq pour la « Religion », quatre sont classés dans la rubrique « Divers », trois dans celle correspondant à la « Philologie / Linguistique » et deux relèvent de la « Géographie » et des « Sciences humaines ». Enfin, la catégorie « Beaux-Arts » est absente.

  • 50  Extracts elegant instructive and entertaining, & c. Extractos elegantes, instructivos y divertidos (...)
  • 51  The poetic of Aristotle & c. La poética de Aristóteles, traducida del Griego, con notas ; por Enri (...)
  • 52  La Fontaine’s Fables, now first translated from the french, by Robert Tomson, With elegant engrave (...)
  • 53 « Biblioteca », Diccionario de la lengua castellana, Madrid, Por D. Joaquín Ibarra, Impresor de la (...)
  • 54 De prima Typographiae Hispanicae aetate sepecimen. Auctore Raymundo Diosdado Caballero : Romae 1793(...)
  • 55 Atlas enciclopédico de París, GM, n° 43 du vendredi 28 mai 1790, p. 367-368 ; Atlas enciclopédico d (...)

25En ce qui concerne le groupe des langues les plus représentées, le classement que l’on obtient pour les différentes catégories thématiques est peu différent du premier que l’on a établi même si des divergences apparaissent. De par les chiffres obtenus pour les ouvrages en français (1 120 titres), nous pouvions d’ores et déjà conclure que ce fut la production française que les publicistes espagnols divulguèrent en priorité. Il n’est donc pas surprenant que ces livres, en comparaison avec ceux en latin, italien, anglais ou allemand, fussent les plus nombreux, exception faite de la « Religion » qui ne trouve qu’un faible écho. Effectivement, cette dernière section, qui ne compte que 50 titres, ne se classe qu’au huitième rang. C’est vers les œuvres en latin qu’il faut se tourner pour voir apparaître le plus grand nombre d’ouvrages religieux (373, soit un taux de 48,06 % pour l’ensemble des ouvrages écrits dans cette langue et de 84,58 % toutes langues confondues). Il n’y a rien d’étonnant à cela puisque le latin était la langue de l’Église. Ce qui explique notamment qu’aucun ouvrage religieux ne provient d’Angleterre puisque de confession anglicane depuis les règnes d’Édouard VI (1547-1553) et d’Élizabeth Ire (1558-1603) et un seul d’Allemagne, principalement protestante. Les livres en provenance de France étaient majoritairement en relation avec les « Sciences et arts » (392 œuvres). Cette dernière catégorie figure également en première place pour les livres en anglais (25), italien (35) et allemands (12) et à la deuxième place pour ceux en latin ainsi que pour le reste des langues. Malgré ses 177 titres en rapport avec les « Sciences et les arts », le latin, bien que restant la langue des savants, perdit de sa vigueur et l’Europe opta pour une diffusion des savoirs en langues vernaculaires dont la connaissance et l’emploi permettaient de pouvoir toucher un public plus large. Par le biais de la « Littérature », il s’agissait surtout de dévoiler la richesse littéraire de chacun de ces pays ou de la littérature antique en ce qui concerne le latin. Mais parmi ces œuvres, nombre d’entre elles étaient des traductions en provenance d’autres nations européennes. À titre d’exemple, sur les 24 titres annoncés en anglais, 18 furent le fruit d’auteurs britaniques50 tandis que deux furent traduits du grec51 et un du français52. Quant aux « Sciences humaines », hormis les livres provenant de France, il ne fut annoncé que peu d’ouvrages d’autres pays. À elle seule, la production française représente, avec 154 titres, 71,29 % de cette section alors qu’aucun n’apparaît pour l’Allemagne. Il en est de même pour l’« Histoire » dont le taux de titres français atteint 61,96 % bien loin devant ceux en latin (19,63 %), anglais (7,36 %), allemand (4,29 %) et italien (1,84 %). Les journaux étrangers ou les revues annuelles trouvent, quant à eux, un large écho dans la thématique « Divers » avec 72 imprimés (65,45 %) sur 110. Neuf ouvrages recensés dans cette catégorie sont en latin parmi lesquels quatre sont présentés comme des « Bibliothèques53 » que nous appellerions de nos jours des « Bibliographies54 ». En ce qui concerne la « Géographie », les publications signalées ne furent pas différentes de celles parues en castillan. Les récits de voyages dans des contrées inexplorées ou méconnues, les descriptions de villes célèbres comme Paris55, sans oublier les explications de cartes firent florès. Enfin, la « Philologie / Linguistique » et les « Beaux-Arts », avec moins de 100 titres, occupent les derniers rangs de la classification thématique. Pour la première, aucun dictionnaire, grammaire ou autre apprentissage de langue ne figure en italien. Leur annonce fut également quasiment inexistante en anglais et en allemand alors qu’à eux seuls, le français et le latin représentent respectivement 68,29 % et 24,39 % de l’ensemble de ce type d’ouvrages annoncés avec 56 et 20 titres. À l’inverse, pour la dernière section, les « Beaux-Arts », aucune œuvre ne fut annoncée ni en latin ni en allemand et ce furent essentiellement des livres en italien, en anglais et surtout en Français portant sur le dessin, la sculpture, le peinture ou la musique que les journalistes espagnols signalèrent à leurs lecteurs.

*

  • 56 Baptiste Mantuani, DM, n° 224 du mercredi 12 août 1807, p. 179. Le titre exact de cette œuvre est : (...)
  • 57 AL, n° 1, 1804, p. 157 ; GM, n° 77 du mardi 25 septembre 1798, p. 803-804 ; ML, n° 98, 1re partie d (...)
  • 58 DM, n° 183 du lundi 2 juillet 1798, p. 736-737 ; GM, n° 50 du vendredi 22 juin 1798, p. 467-468.
  • 59 AL, n° 1, 1804, p. 28 ; GM, n° 44 du vendredi 3 juin 1803, p. 460 ; Ibid., n° 17 du mardi 28 févrie (...)
  • 60 AL, n° 1, 1804, p. 109 ; GM, n° 47 du mardi 14 juin 1803, p. 499.

26Loin de se contenter des seules annonces de librairie envoyées par les auteurs ou les libraires, les publicistes n’hésitèrent pas à puiser abondamment dans la presse étrangère pour diffuser les œuvres des auteurs de l’Europe toute entière. Malgré une réticence de plus en plus patente envers tout ce qui venait de l’étranger depuis les épisodes révolutionnaires, les autorités ne fermèrent pas totalement les frontières comme le démontre l’ensemble des ouvrages en langues étrangères annoncés dans les différents périodiques madrilènes. Par ailleurs, ces œuvres, par lesquelles les connaissances transitaient, participaient activement aux transferts culturels entre l’Europe des Lumières et l’Espagne de Charles IV. Cependant, ces livres s’adressaient à une minorité de lecteurs, à une élite, qui devait non seulement maîtriser la langue mais aussi posséder des ressources économiques suffisantes pour pouvoir, d’une part, acheter le livre à l’étranger et, d’autre part, payer les frais d’envoi. Néanmoins, tous ces ouvrages ne furent pas forcément vendus dans des lieux de vente situés à l’étranger. En effet, parmi les 2 199 titres annoncés, 607 (27,6 %) étaient vendus hors d’Espagne contre 1192 dans la Péninsule, répartis de la manière suivante : 1 098 (49,93 %) à Madrid, 90 (4,09 %) en province et 86 (3,91 %) à la fois à Madrid et en province. Pour 400 œuvres, aucun lieu de vente ne fut mentionné. Par ailleurs, bien que l’auto de Curiel autorisât l’importation de livres en latin, sur les 776 impressions réalisées dans cette langue, 629 (81,06 %) le furent sur les presses espagnoles dont une en 1503 dans le Virreinato del Perú de l’époque56 et seulement 147 (18,94 %) furent importées. Ce qui démontre que l’imprimerie et plus généralement l’édition s’étaient considérablement améliorées puisque la loi de 1762 ne prévoyait d’importation que si les impressions réalisées à l’étranger étaient de meilleure qualité que celles produites en Espagne. Enfin, si les livres en langues étrangères (exception faite de ceux en latin) en vente chez les libraires espagnols avaient été importés, quatre d’entre eux furent le fruit du travail d’imprimeurs madrilènes. Tout d’abord, le Voyage du Jeune Anarchasis en Grèce, dans le milieu du quatrième siècle avant l’ère vulgaire de l’abbé Jean-Jacques Barthélémy livré en neuf volumes par Benito Cano en 179657, les Fábulas nuevas compuestas en francés por D. Filiberto Luis Orry, Marqués de Fulvy en 1798 par Sancha58 puis le Cathéchisme Historique, contenant en abrégé l’Histoire sainte et la Doctrine de Chrétienne de l’abbé Claude Fleury par l’Administración del Real Arbitrio de Beneficiencia en 180359et enfin, la même année, Le Verbe français considéré sous le rapport de sa conjugaison de Dominique Bourson60.

Notes

1 Lucienne Domergue, Censure et lumières dans l’Espagne de Charles III, op. cit., p. 17. Plus loin, dans ce même ouvrage p. 197, l’auteure précise que cette mention ne figure pas dans la Novísima Recopilación.

2 Nov. Recop., Lib. VIII, TÍt. XV., L. I., p. 120-121 : « No se paguen derechos algunos por la introducción de libros extranjeros en estos Reinos. Considerando los Reyes, de gloriosa memoria cuanto era provechoso y honroso que a estos sus Reinos se trujesen libros de otras partes, para que con ellos se hiciesen los hombres letrados, quisieron y ordenaron, que de los libros no se pagase a alcabala […] : y porque de pocos días a esta parte algunos mercaderes nuestros naturales y extranjeros han traido, y de cada día trean libros buenos y muchos, lo cual parece que redunda en provecho universal de todos, y ennoblecimiento de nuestros reinos ; por ende ordenamos y mandamos, que allende la dicha franqueza, que de aquí adelante de todos los libros que se trajeren a estos nuestros Reinos, así por mar como por tierra, no se pidan ni paguen, ni lleven almojarifazgo, ni otros derechos algunos por los nuestros almojarifes, ni los dezmeros, ni portazgueros ni otras personas algunas, así de las ciudades, villas y lugares de nuestra Corona Real, como de Señoríos, y Ordenes y Behetrías ; más que de todos los dichos derechos y diezmos y almojarifazgos sean libres y francos los dichos libros, y que persona alguna no los pida ni lleve, so pena que, el que lo contrario hiciere, caya incurra en las penas en que caen los que piden y llevan imposiciones vedadas : mandamos a los nuestros Contadores mayores, que pongan y asienten el traslado de esta ley en los nuestros libros, y en los cuadernos y condiciones con que se arriendan diezmos y almojarifazgos y derechos. »

3 Ibid., Lib. VIII., Tít. I., L.I., p. 122 : « Diligencias que deben preceder a la impresíon y venta de libros, y para el curso de los extranjeros. Mandamos y defendemos, que ningún librero ni impresor de moldes, ni mercaderes, ni factor de los suso dichos […] : sean asimismo osados de vender en los dichos nuestros Reinos ningunos lobros de molde que trujeren fuera de ellos, de ninguna Facultad ni materia que sea, ni obra pequeña ni grande, en latín ni en romance, sin que primeramente sean vistos y examinados por las dichas personas, o por aquellos a quien ellos lo cometieren, y hayan licencia de ellos para ellos ; so pena que por el mismo hecho hayan, los que imprimieren sin licencia, o vendieren los que trujeren de fuera del Reino sin licencia, perdido y pierdan todos los dichos libros, y sean quemados todos públicamente en la plaza de la ciudad, villa o lugar donde los hubieren hecho, o donde los vendieren […]. »

4 Ibid., Lib. VIII, Tít. XVI., L. XXXI., p. 141 : « Cumplimiento de la ley I de este título, prohibitiva de la venta de libros extranjeros. Del abuso con que se introducen en el Reino los libros extranjeros sin la precaución correspondiente, por no observarse como conviene la ley I de este título, hecha por mis predecesores Los Reyes Católicos de gloriosa memoria, se han seguido los inconvenientes y perjuicios que acaban de tocarse en la nueva Enciclopedia metódica impresa en Francés : y para atajar por punto general el desórden experimentado en dicha introducción de libros extranjeros ; he resuelto, se observe con el mayor rigor y exactitud la citada ley, en cuanto a que no se vendan libros que vengan fuera del Reino en cualquier idioma, y de cualquier materia que sean, sin que primero se presente un ejemplar en el mi Consejo, el cual sea visto y examinado de su órden, y se dé licencia para su introducción o venta, deteniéndose entretanto los surtidos que vinieren en las Aduanas del Reino ; a cuyo fin se expedirán las correspondientes órdenes por el Ministerio de mis Real Hacienda : bien entendido que habilitada la introducción de una obra con dicha licencia, deberá ésta exibirse a los comisionados del Consejo en los pueblos de entrada, con un ejemplar en las introducciones sucesivas, para que si fuere de la misma edición, la dejen pasar : todo bajo las penas de la citada ley en caso de contravención, y otras mayores en el de que se añadan o suplanten en las obras algunos hechos o especies distintas de las contenidas en el ejemplar exibido al Consejo para la licencia ; cuidando el Juez de Imprentas muy particularmente de su ejecución en todo el Reino. » Voir au sujet de l’Encyclopédie méthodique et ses conséquences au niveau législatif : Marcelin Défourneaux, L’Inquisition espagnole et les livres français au xviiie siècle, op. cit., p. 153-155.

5 Ibid., Lib. VIII, Tít. XVI, L. XXXII, p. 142 : « Observancia de la ley anterior sobre formalidades para la introducción y curso de los libros extranjeros en estos Reinos. Sin embargo de lo dispuesto en la Real cédula anterior, habiendo acreditado la experiencia, que el celo infatigable de los Ministros del Santo Oficio no alcanza a contener los irreparables perjuicios que causa a la Religión y al Estado la lectura de malos libros, porque la multitud de los que se introducen de los Reinos extranjeros, y la codicia insaciable de los libreros hace poco menos que inútiles sus tareas en este tan importante punto ; y urgiendo poner remedio a este desórden, por Real órden comunicada al mi Consejo en 19 de Mayo próximo he resuelto, que para atajarle, se renueve con toda solemnidad la expresada Real cédula, publicándose en Madrid y en las capitales de provincia y demás ciudades del Reino, para que ningún librero ni Comunidad o persona particular, sea cual fuese su estado o dignidad, pueda alegar ignorancia de las penas establecidas, ni de las formalidades y reglas que se expresan en ella, así respecto de las obras ya introducidas sin el correspondiente permiso del mi Consejo, como de las que en adelante se pretendan introducir ; en inteligencia de que, si no bastaren las penas prefijadas en la citada Real cédula, y ley a que se refiere, serán tratados con todo rigor los infractores, hasta el término de que sirva de escarmiento a los que quieran imitarlos. »

6 Un exemple du rôle de l’Inquisition dans le contrôle des livres étrangers, notamment français, et des difficultés rencontrées par le Tribunal du Saint-Office face à leur censure peut être vu dans Marcelin Défourneaux, L’Inquisition espagnole et les livres français au xviiie siècle, op. cit., 214 p.

7 Nov. Recop., Lib. VIII, Tít. XVI, L. XLI, p. 147 : « 18 El Juez de Imprentas cuidará igualemente de reconocer y y hacer examinar todos los libros que se introduzcan en mis dominios de países extranjeros. Para este fin se le remitirán de la Aduana las listas de los libros que a ella llegaren, y repartirá su examen entre los Censores que sean más inteligentes en las materias respectivas que trataren. Estos usarán de la mayor escrupulosidad en la censura, no fiándose de los títulos, y reconociendo prolijamente hasta las obras permitidas, pues en las nuevas ediciones se suelen añadir prólogos, notas y disertaciones que pueden ser perjudiciales. Fundarán su censura acerca de las obras que deban ser detenidas o prohibidas ; y en su vista el Juez procederá a recogerlas y archivarlas ; sin que el introductor de tales libros pueda exigir se le devuelvan, ni se le dé indemnización alguna. El Archivero llevará una razón puntual de estos libros confiscados y se remitirán a mis Secretaría de Gracia y Justicia las listas de ellos, para darles el destino que me parezca conveniente. 19 Los introductores de libros extranjeros, ya sean para su uso ya para vendrelos, pagarán un diez por ciento del valor de su factura, que se entregará al Juez de Imprentas. Asimismo se impondrá sobre las imprentas y librerías de mis dominios un tanto por ciento, correspondiente a lo que pagan otros establecimientos industriales. Estos productos formarán parte del fonde de donde se han de pagar los sueldos del Juez de Imprentas y de los demás empleados. »

8 AHN, Consejos, Leg. 11 287, exp. 69 : « El Juez de Imprentas en 24 de febrero de 1806. Representa a V. M. : que en Francia se han impreso e imprimen en Español varias obras muy a propósito para corromper las costumbres, y trastornar el orden público : que sus editores convidan con ellas a nuestros libreros ofreciéndoselas a precios ínfimos para exitar su codicia y promover un contrabando pernicioso : que esto se hace por las fronteras de Navarra, y Vizcaya ; y que según la informan se inunda la América de tan perjudiciales libros. »

9 Ibidem : « He dado cuenta al Rey [disait le Surintendant de la Librairie] de lo que con fecha de 4 de Julio último representó V. S. sobre el cumplimiento de la Realm orden que le comunique en 26 de Junio próximo pasado previniéndole que para evitar la introducción de libros permiciosos en el Reyno, se registrarán escrupulosamente en las fronteras, todos los que llegan a ellas, sin contarse con remitir los fardos en que vienen presentados y sellados a las Aduanas ; y enterado S. M. de esta representación y de los informes que acerca de ella ha tenido a bien tomar, se ha servido mandar : que V. S. ejecute por su parte, y haga ejecutar la referida orden de 26 de Junio y que en cumplimiento de lo que le previne en otra 27 del mismo mes del año anterior se proceda en las Aduanas al reconocimiento, y formación de la lista triple de libros con asistencia del revisor Real y el de la Inquisición en la forma que se dispuso en la Real Cédula de 21 de noviembre de 1792. »

10 François Lopez, « El libro y su mundo », art. cit., p. 118.

11 Nov. Recop., Lib. VIII, Tít. XVIII, L. XI, p. 158 : « Prohibición de papeles sediciosos y contrarios a la fidelidad y tranquilidad pública. Prohibo la introducción y curso en estos mis Reinos y Señoríos de cualesquiera papeles sediciosos, y contrarios a la fidelidad y a la tranquilida pública, y al bien y felicidad de mis vasallos […]. »

12 Ibid., Lib. VIII, Tít. XVIII, L. XII, p. 160-161 : « 3 Que todos los libros en lengua Francesa, que llegan a las Aduanas de las fronteras y puertos con destino a Madrid, se remitan por los Administradores de ellas, cerrados y sellados, a los Directores generales Rentas ; los cuales avisen su llegada al Gobernador del Consejo, para que haciéndolos reconocer, se dé el paso a los que fueren corrientes, deteniendo los sediciosos, y que traten de las revoluciones de Francia, que se deberán remitir por dichos Directores al Ministro del Estado. 4 Y que de todos los que vengan para las ciudades de lo interior, o para los mismos puertos, envíen a los Administradores de las Aduanas directamente su lista circunstanciada al Ministro de o persona que en cada parage nombrare el Gobernador del Consejo, para que los reconozca, y se entreguen o retengan del mismo modo que en Madrid ; enviando dichos Administradores a la Dirección general de Rentas los que que se hubieren retenido, para que ésta los pase al Ministrerio de Estado. »

13 Ibid., Lib. VIII, Tít. XVIII, L. XIV, p. 161 : « Reglas que se han de observarse en las Aduanas ; nombramiento de revisores de libros en ellas, para evitar la introducción de los prohibidos. Enterado de un papel del Obispo Inquisidor General, en que expone los inconvenientes que pueden resultar de la introducción de papeles sediciosos, y libros que desde Francia llegan a las Aduanas y puertos de estos Reinos ; he resuelto, que en los parages donde hubiere registros de Aduanas, retengan éstas todo envio de libros o papeles sueltos : que en aquellos haya dos revisores, uno Real y otro Comisario de la Inquisición […] que […] separen desde luego las obras corrientes por notoriedad, y aun las desconocidas que sean indiferentes, como Historia, Artes, Máquinas, Matemáticas, Astronomía, Navegación, Comercio, Geografía, materia Militar, Medicina, Cirugía, Física & c., para que corran y pasen a quienes correspondiere, evitando dilaciones, y disgustos a los interesados […]. »

14 Ibid., Lib. VIII, Tít. XVIII, L. XVI, p. 162 : « Las Justicias recojan de los libreros los libros prohibidos ; y no permitan en sus tiendas conversaciones contrarias a nuestra constitución política. La facilidad con que algunos libreros de Madrid y del Reino por un deseo desordenado de lucro venden todo género de libros prohibidos, los que caen frecuentemente en manos de gente incauta, que no teniendo los principios suficientes para conocer y separar la buena y la mala Moral, halagados por la amenidad del estilo, beben la ponzoña que encierran, y leugo la vomitan por el ansia de lucir en conversaciones públicas y privadas, y tal vez hasta en los actos literarios de las Universidades, Colegios y demás Cuerpos, que sólo deben enseñar a descubrir la verdad hacia el Soberano y sus semejantes, en una palabra, a perfeccionar el hombre ; ha excitado mi zelo para ocurrir al remedio de estos daños ; y es mi Real voluntad, se encargue a todas las Justicias de estos Reinos, que recojan de los libreros los libros prohibidos que tengan en su poder ; no permitiendo en sus tiendas disputas ni conversaciones que toquen a subversir nuestra Constitución política […]. »

15 Ibid., Lib. VIII, Tít. XVI, L. XXXII, p. 142.

16 Ibid., Lib. VIII, Tít. XVI, L. XLI, p. 147.

17 Cf. Supra, La presse officielle et semi-officielle, la Gaceta de Madrid.

18 Memoria sobre la vacuna, leida en la última Sesión pública de este Instituto nacional por el Médico Onofre Scassi, CMerc., n° 49 du 18 juin 1801, p. 388 ; Memoria sobre la vacuna, Ibidem ; Cartas interesantes para Príncipes, DM, n° 338 du mercredi 4 décembre 1793, p. 1381 ; Epigoniand, Ibidem ; Obras políticas, literarias y dramáticas de Gustavo III, Rey de Suecia, que contienen también su correspondencia epistolar, (5 vol.), EIE, n° XXX du vendredi 19 juillet 1805, p. 96 ; Manual o guia de Declamaciones adornada con el retrato del celebre poeta Federico Schiller, Min., n° CI du 18 décembre 1806, p. 191-192.

19 DM, n° 224 du mercredi 12 août 1807, p. 179.

20 Patriotic and military instructions. Addressed to the People of England whith a View to able them to defeat the Purposes of an Enemy, in case of an Invasion of any of the Possessions of his Majesty. Preceded by some new Observations relative to the Judgement of Engineers, and of those who cultivate the Military Science. By a Citizen of the World, London, Faulder, 1780, The Critical Review : or Annals of Literature. By a Society of Gentlemen, Vol. 50, London, A. Hamilton, 1780, p. 376-377.

21 Luis Rodríguez Ennes, « La progresiva sustitución del latín universitario por las lenguas vernáculas », Boletín de la Real Academia de la Historia, Cuaderno CCVIII, 2011, p. 32.

22 Antonio Moreno González, « Progreso, secularización e instrucción pública », Revista de Occidente 82, 1988, p. 15 : « El movimiento ilustrado […] no eliminó de los planes de estudios la enseñanza del latín, reconocido como uno de los instrumentos unificadores de la cultura europea ». Également cité dans Luis Rodríguez Ennes, « La progresiva sustitución del latín universitario por las lenguas vernáculas », art. cit., p. 32.

23 Elogio de Catalina II, ML, n° 34 du 1er août 1803, p. 255 ; Diario, creado por karamsin, Ibid., p. 255- 256 ; Diario político, Ibid., p. 256 ; Noticias literarias de Rusia, Ibidem., p. 256 ; Viaje a la Rusia meridional, Ibidem., p. 256 ; Las canciones anacreónticas, Ibid., n° 16 du 10 juin 1806, p. 335-336 ; Colección de las antiguas poesías rusas, Ibidem. ; El estilo de Imoskis, Ibidem. ; La vida de Tristan Shandy de Sterno, Ibidem. ; El arte de pronlongar la vida humana de Hufeland, traducido por Oserow, Ibidem. ; Los viajes de Anarchasis, traducidos por Strachow, Ibidem.

24 J. P. Frank. M. D. geheimraad en lyfarts des bischops vanpiers lid van de Academie, & c. Tratado de los medios que pueden y deben emplearse por todas las naciones, para conseguir una población numerosa y robusta, escrito en Alemán por M. Frank, y traducido al Olandés con anotaciones, por M. H. A. Bake (1a parte), EMD, n° 183 du lundi 1er juin 1789, p. 116-119 ; Memoria para servir a la historia de algunos insectos conocidos bajo el nombre de hormigas blancas, por M. N. Smeathman, Ibid., n° 184 du lundi 8 juin 1789, p. 141-144 ; Memorias de la Sociedad Batava de Roterdam (t. 8), Ibid., n° 206 du lundi 9 novembre 1789, p. 243-245 ; Poesías de Horacio, y algunos fragmentos de una traducción de la Eneida, ML, n° 16 du 10 juin 1806, p. 334 ; La cuadratura del circulo (Sombrerero), ML, n° 29 du 20 octobre 1806, p. 96 ; Verhan delinq over, & c. (= Tratado de fiebres en general, y particular de la calentura putrida, y de la disentería que de doce años a esta parte han hecho tantos estragos en los Países Bajos, por el Sr. Van-Baregem. Termonde 3.), DND, n° VI, 1793, p. 463.

25 Voogi, la nueva y alumbrante antorcha de la mar, con 98 mapas, DM, n° 249 du lundi 5 septembre 1796, p. 1015.

26 Thelemacus, Ibid., n° 224 du mercredi 12 août 1807, p. 179.

27 ¿ Cuál es el método más seguro y mejor de curar las heridas de armas de fuego ? Cuestión académica resuelta por Guillermo Schmitt, cirujano mayor de S. M. Imperial, y asociado correspondiente de la Academia médica quirúrgica imperial, EMD, n° 249 du lundi 6 septembre 1790, p. 17-20 ; Mecanismo de la palabra, con una descripción de la máquina que habla, y 27 láminas ; por Wolfrang de Kempelen, Consejero audico actual de la Chancillería Real de Hungría y de Transilvania, Ibid., n° 257 du lundi 1er novembre 1790, p. 202-204.

28 Comentarios del Eustasio in Homerum, CMerc., n° 28 du 6 avril 1795, p. 224.

29 Obra de M. Chaptal, sobre la agricultura, ML, n° XXI du 30 juillet 1805, p. 134 ; Traducciones en verso de algunos poetas líricos de la Grecia, como Pindaro, Anacreonte, Safo, & c., Ibid., n° 16 du 10 juin 1806, p. 334 ; La Eneida (Ocho primeros cantos), Ibidem. ; Nuevo Testamento en griego, Ibid., n° 46 du 5 février 1804, p. 34-35 ; Los usos y costumbres actuales de los Indios, comparadas a aquellas que prescriben los Vedas, Ibid., n° 30 du 30 octobre 1806, p. 141-142 ; Ramajunu, Poema sanscrito (9 vols.), Ibidem. ; Anales de la Sociedad Literaria Polaca en Varsovia, Ibid., n° 31 du 10 novembre 1806, p. 190 ; Jedrzeia Sniadeckiego : M. D. Teorya Jestertw Organicznych, & c. Teoria de los seres organizados, por el Doctor Sniodecky (t. I), Ibid., n° 32 du 30 novembre 1806, p. 232-233 ; Los poetas Persanos, Ibid., n° 16 du 10 juin 1806, p. 336 ; La excelencia de los monumentos y las verdades de las noticias historicas, por Ahmed Vassif Effendi, Historiografo de la Gran-Puerta Otomana, obra impresa bajo la dirección de Abdorrahman, moderris e inspector de la Imprenta Imperial (2 vol.), Ibidem. ; Historia de los sucesos que hubo durante el gobierno de los predecesores del Peischwa actual, Ibid., n° 30 du 30 octobre 1806, p. 142 ; Defensa de la Religión Cristiana, por Don Juan José Haydeck, Profesor de lenguas Orientales (t. I-II), ML, n° 41, 2e partie de mars 1795, p. 408-410 ; Las obras de Gustavo III (t. III-IV), Ibid., n° XXIV du 30 août 1805, p. 280.

30 Diccionario de la lengua de Angola o de Bunda, con la explicación de todos los nombres en portugués, EIE, n° XXXIV, du vendredi 2 août 1805, p. 155.

31 GM, n° 39 du vendredi 15 mai 1789, p. 347 ; Ibid., n° 71 du mardi 31 août 1802, p. 875-876 ; Ibid., n° 7 du vendredi 22 janvier, 1808, p. 83.

32 Thomae a Kempis, Canonici Regularis, de Imitatione Christi, lib. IV., Graece interpretati a P. Georgio Mayr, e Soc. Jesu, DM, n° 239 du mardi 27 août 1799, p. 1066-1067 ; GM, n° 17 du vendredi 27 février 1795, p. 235 ; Ibid., n° 90 du vendredi 9 novembre 1804, p. 1000 ; Kempis de Imitatione Christi en latin y griego. A. P. Georgio Mayr, GM, n° 58 du vendredi 19 juillet 1799, p. 655

33 Observaciones literarias, críticas, políticas, militares y geográficas sobre la historia de Tacito con el texto latino corregido, ML, n° 14 du 15 janvier 1802, p. 187.

34 Min., n° XCV du 27 novembre 1807, p. 64.

35 EMD, n° 213 du lundi 28 décembre 1789, p. 415-417.

36 Luis Gil, El griego en la educación de las élites, Bulletin Hispanique 97, 1995, p. 279-298.

37 Min., n° LIII du 4 juillet 1806, p. 13-14.

38 GN, n° 2, année 2, p. 64.

39 GM, n° 9 du mardi 9 janvier 1799, p. 91-92.

40 Jacques Soubeyroux, « El real seminario de nobles de Madrid y la formación de les élites en el siglo xviii », art. cit., p. 208.

41 Francisco Andújar Castillo, « El Seminario de Nobles de Madrid en el siglo xviii. Un estudio social », Cuadernos de Historia Moderna. Anejos 3, 2004, p. 201-225.

42 María José Corvo Sánchez, « Breve historia de la lexicografía bilingüe española y alemana hasta el siglo xix », Philologia Hispalensis 22, 2008, p. 115-126.

43 Annexe V, Classification thématique par langues des ouvrages étrangers.

44 Carolii Poree et Societate Jesu (2 vols.), DM, n° 224 du mercredi 12 août 1807, p. 179 ; Remond. Carmin., Ibidem ; Maphei Carmin Reineri Neuhusi, Ibidem. ; Sidroni Hoschii è Societate Jesu, Ibidem. ; Melli de Sousa, Ibidem.

45 Momenta de Salutoria, Ibidem.

46 Epigoniand, Ibidem.

47 Memoria sobre la vacuna, leida en la última Sesión pública de este Instituto nacional por el Médico Onofre Scassi, CMerc., n° 49 du 18 juin 1801, p. 388 ; Memoria sobre la vacuna, Ibidem. ; Cartas interesantes para Príncipes, DM, n° 338 du mercredi 4 décembre 1793, p. 1381 ; Obras políticas, literarias y dramáticas de Gustavo III, Rey de Suecia, que contienen también su correspondencia epistolar (5 vols.), EIE, n° XXX du vendredi 19 juillet 1805, p. 96.

48 EMD, n° 259 du lundi 15 novembre 1790, p. 255-260.

49 Ibid., n° 184 du lundi 8 juin 1790, p. 141-144.

50  Extracts elegant instructive and entertaining, & c. Extractos elegantes, instructivos y divertidos en prosa ; escogidos de los mejores Autores para el uso de la juventud, CMerc., n° 3 du 8 octobre 1792, p. 27 ; Epistles, & c. Cartas elegantes, familiares e instructivas, escogidas de los mejores autores antiguos y modernos, dirigidas a perfeccionar el estilo epistolar de la juventud, y procurar a esta el mejor gusto, Ibid., n° 23 du 17 décembre 1792, p. 188 ; Las Cartas de Milady Montague, Ibid., n° 56 du 14 juillet 1800, p. 448 ; The Vicar of Wakefield, Ibid., n° 39 du 14 mai 1801, p. 312 ; Letters of Milady Montague, Ibidem. ; Fables of Gay and Moore, Ibidem. ; El Vicario de Wakefield, Ibidem. ; El Vicario de Wakefield, DM, n° 195 du lundi 14 juillet 1800, p. 839-840 ; Cartas de Milady Montague, Ibidem ; The Vicar of Wakefield, Ibid., n° 133 du mercredi 13 mai 1801, p. 546-547 ; Fables of Gay, and Moore, Ibidem. ; Poemo (sic) and translations, Ibid., n° 224 du mercredi 12 août 1807, p. 179 ; Letters from Barbary, & c. Cartas escritas de Berberia, de Francia, de España, de Portugal, & c. por un oficial Inglés (2 vols.), EMD, n° 217 du lundi 25 janvier 1790, p. 92-98 ; Algunas particularidades sobre la vida y carácter de Tippo-sultan, sacadas de la obra intitulada A View of the origin and conduct of the war with Tippo-Sultan. Biblioteca Britanica (t. 16), ML, n° 12 du 15 décembre 1801, p. 105- 109 ; Anecdota de una Princesa de Rusia en la Isla de Francia, sacada de la obra inglesa titulada History of Maurittus and the neighbouring Island, por Carlos Grant, Vizconde de Vaux, Ibid., n° 36 du 1er septembre 1803, p. 310-313 ; Philosophical Theatise ou the passions. Tratado filosófico de las pasiones por F. Cogan, Ibid., n° 54 du 5 juin 1803, p. 287-306 ; Tratado sobre la autenticidad de las poesías de Osian, compuesto de orden de la sociedad Escozesa, Ibid., n° XXIX du 20 octobre 1805, p. 96 ; Poesias de Osian, Ibid., n° 32 du 30 novembre 1806, p. 240.

51  The poetic of Aristotle & c. La poética de Aristóteles, traducida del Griego, con notas ; por Enrique Santiago Pye, EMD, n° 258 du lundi 8 novembre 1790, p. 225-232 ; The tragedies of Sofocles, & c. Teatro de Sofoclés, traducido al inglés, Ibid., n° 261 du lundi 29 novembre 1790, p. 311-312.

52  La Fontaine’s Fables, now first translated from the french, by Robert Tomson, With elegant engraved figures. Traducción de las Fábulas de la Fontaine, del francés al inglés, por Mr. Roberto Tomson (4 vols.), Min., n° XLIII du 29 mai 1807, p. 136.

53 « Biblioteca », Diccionario de la lengua castellana, Madrid, Por D. Joaquín Ibarra, Impresor de la Cámara de S. M. y de la Real Academia, 1780, p. 143 : « La obra en que se refieren los escritores de una nación, o profesión y las obras que han escrito, como la BIBLIOTECA de Don Nicolás Antonio. Biblioteca, recensio auctorum. »

54 De prima Typographiae Hispanicae aetate sepecimen. Auctore Raymundo Diosdado Caballero : Romae 1793, GM, n° 61 du vendredi 21 juillet 1796, p. 635-636 ; NVCM, n° 7, 1797, p. 59. ; Regiae Bibliothecae matritensis codices graeci MSS. Excussi, recensiti, notis, indicibus, anecdotis pluribus evulgatis illustrati a Ioanne Iriarte eiusdem custode, GM., n° 71 du mardi 31 août 1802, p. 875-876 ; Regiae Bibliothecae matritensis codices graeci mss., ex recensione Joannis Iriarte, ejusdem custodis, GM., n° 7 du vendredi 22 janvier 1808, p. 83.

55 Atlas enciclopédico de París, GM, n° 43 du vendredi 28 mai 1790, p. 367-368 ; Atlas enciclopédico de París por los editores de la Enciclopedia de Padua, en Francés ; obra de Mrs. Bonne y Desmarest. Precede un discurso analítico-astronómico en 9 hojas, que expresa los principios que han seguido los autores, Ibid., n° 89 du mardi 5 novembre 1793, p. 1175-1176 ; Atlas enciclopédico de París, por los Editores de la Enciclopedia de Padua, NVCM, n° 4, 1794, p. 101.

56 Baptiste Mantuani, DM, n° 224 du mercredi 12 août 1807, p. 179. Le titre exact de cette œuvre est : Bucolica seu adolescetia in dece aeglogas diuisa : ab Iodoco Badio Ascensio familiariter exposita, cum indice dictionum ; Carme Saphicu Hermani Buschij de cotenendo mudo, et alia multa no floccipededa.

57 AL, n° 1, 1804, p. 157 ; GM, n° 77 du mardi 25 septembre 1798, p. 803-804 ; ML, n° 98, 1re partie d’août 1797, p. 220-222.

58 DM, n° 183 du lundi 2 juillet 1798, p. 736-737 ; GM, n° 50 du vendredi 22 juin 1798, p. 467-468.

59 AL, n° 1, 1804, p. 28 ; GM, n° 44 du vendredi 3 juin 1803, p. 460 ; Ibid., n° 17 du mardi 28 février 1804, p. non numérotée ; Ibid., n° 88 du vendredi 2 novembre 1804, p. 979 ; ME, n° 10 du 31 octobre 1804, p. 141-142.

60 AL, n° 1, 1804, p. 109 ; GM, n° 47 du mardi 14 juin 1803, p. 499.

Table des illustrations

Crédits Sources : Presse madrilène (1er janvier 1789-19 mars 1808). Élaboration personnelle.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/47235/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Titre Représentation quantitative des ouvrages en langues étrangères annoncés dans la presse madrilène (1er janvier 1789-19 mars 1808)
Crédits Sources : Presse madrilène (1er janvier 1789-19 mars 1808). Élaboration personnelle.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/47235/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Représentation quantitative des ouvrages en français, latin, italien, anglais et allemand dans la presse madrilène (1er janvier 1789-19 mars 1808)
Crédits Sources : Presse périodique madrilène (1er janvier 1789-19 mars 1808). Élaboration personnelle.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/47235/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 74k

© Presses universitaires de Provence, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search