Version classiqueVersion mobile

L’édition sous Charles IV

 | 
Joan Cavaillon Giomi

Les Lettres sous le règne de Charles IV

Les livres en espagnol

Texte intégral

  • 1 François Lopez, « La edición española bajo el reinado de Carlos III », art. cit., p. 280 ; Id., « E (...)
  • 2 Nov. Recop., Lib. VIII, Tít. XVI, L. 22, p. 132-135.
  • 3 Ibid., p. 135 ; Lucienne Domergue, Censure et lumières dans l’Espagne de Charles III, op. cit., p.  (...)
  • 4 Lucienne Domergue, Censure et lumières dans l’Espagne de Charles III, op. cit., p. 16-20.
  • 5 Nov. Recop., Lib. VIII, Tít. XVI, L. XXII, p. 134 : « 13 Asimismo ningún librero o tratante en libr (...)
  • 6 Lucienne Domergue, La Censure des livres en Espagne à la fin de l’Ancien Régime, op. cit., p. 100.

1Le monde de l’édition longtemps délaissé par les monarques successifs fit que le marché de la Péninsule fut ouvert aux grands centres éditoriaux européens (de Flandres, de France, d’Italie, des pays germaniques et de la République de Genève)1. Et ce, jusqu’à la publication de la Résolution royale du 22 novembre 1752 promulguée par Ferdinand VI2 (dont il fallut attendre le 27 juillet 1754 pour qu’elle entrât en application3), plus connue sous le nom de auto de Curiel en raison de son instigateur. En effet, Juan Curiel, alors surintendant de la librairie4, désireux de protéger l’industrie éditoriale et tout particulièrement l’imprimerie, prit la décision d’interdire l’impression à l’étranger des livres écrits par des Espagnols sauf expresse licence5. La volonté de contrôler l’expression écrite motiva aussi certainement cette mesure. De fait, les ouvrages en castillan édités sous le règne de Charles IV furent imprimés sur les presses péninsulaires. Mais pour qu’un livre fût publié à la fin de l’Ancien Régime, il fallait qu’il ne « caus[ât] pas de mal à qui le lirait6 ». Entendons par là qu’il devait revêtir un caractère pédagogique et utile, ce que les censeurs, nommés par le Conseil de Castille, en charge d’examiner les dossiers des candidats à la licence d’impression vérifiaient préalablement. Lucienne Domergue définit cette utilité de la manière suivante :

  • 7 Ibid., p. 102-103.

Cette utilité qui prend des formes diverses, peut être technique, lorsqu’il s’agit d’ouvrages d’érudition, ou touchant les sciences ou les arts. Il n’est pas rare qu’elle soit sociale, on a alors affaire à une littérature édifiante ou prêchant le conformisme politique. Enfin, nos censeurs n’étant pas forcément des esprits chagrins, des bonnets de nuit, cette utilité procède parfois tout simplement de l’agrément qu’elle cause, du sourire qu’elle fait naître. Mais on est enclin à admettre surtout l’amusement qui fait mieux passer les vérités que l’on veut inculquer au lecteur. Le divertissement pur ne saurait normalement être confondu avec la sainte utilité, et l’on fait scrupuleusement le départ entre ces deux notions héritées d’Horace. Le bon goût est prôné inlassablement. Pourtant, l’art, a fortiori le rire, ne suffisent pas à recommander une œuvre7.

  • 8 Philip Deacon, « La libertad de expresión en España en el período precedente la Revolución Francesa (...)
  • 9 Antonio Mestre Sanchis, « Floridablanca : una Ilustración tutelada », Mélanges de la Casa de Velázq (...)

2Malgré l’apparition de la presse périodique qui permit l’émergence d’une conscience collective et prépara les Espagnols à aiguiser leur esprit critique ainsi qu’à développer leur opinion personnelle, la liberté d’expression fut pourtant loin d’être au rendez-vous8. La lecture était clairement orientée par la Couronne9. Vers quels types d’imprimés les autorités tendaient-elles alors à orienter le public par le biais des périodiques ? Existait-il un rapport entre les imprimés présentés au public et les journaux dans lesquels ils apparaissaient ?

Classification thématique des ouvrages

3Une grande partie des livres édités au xviiie siècle était des miscellanées. Les commentaires insérés dans les annonces de librairie furent d’une aide précieuse pour classer les œuvres répertoriées dans des catégories thématiques distinctes. Pour mener à bien ce travail, il ne nous a pas semblé approprié d’utiliser la Classification Décimale de Dewey (CDD) ou la Classification Décimale Universelle (CDU). En effet, toutes deux sont postérieures à l’époque étudiée. La première fut créée en 1876 par l’américain Melvil Dewey et la seconde, en prenant pour base celle de Dewey, à la fin du xixe siècle par les belges Henri La Fontaine et Paul Otlet. De plus, aucune des deux ne correspond à la réalité littéraire du xviiie siècle. Plus clairement, elles n’offrent pas toujours de rubriques adéquates. Aussi, avons-nous opté pour classer les ouvrages annoncés en nous fondant sur les rubriques thématiques auxquelles avaient recours divers périodiques : le Diario de los nuevos descubrimientos, les Efemérides de la Ilustración de España, l’Espíritu de los mejores Diarios, le Memorial literario (de 1801 à 1808), la Minerva o el Revisor general, la Miscelánea instructiva, curiosa y agradable ou encore les Variedades de ciencias, literatura y artes. Nous avons ainsi réparti l’ensemble des œuvres dans neuf catégories.

Classification thématique générale des œuvres en langue espagnole annoncées dans la presse madrilène (1er janvier 1789-19 mars 1808)

Classification thématique générale des œuvres en langue espagnole annoncées dans la presse madrilène (1er janvier 1789-19 mars 1808)

Sources : Presse madrilène (1er janvier 1789-19 mars 1808). Élaboration personnelle.

  • 10 « Literatura », Diccionario de Autoridades, t. III, Madrid, Imprenta de la Real Academia Española p (...)
  • 11 Joaquín Álvarez Barrientos, « La figura del escritor en el siglo xviii », Cuadernos de Ilustración (...)
  • 12 Inmaculada Urzainqui, « El concepto de Historia literaria en el siglo xviii », in Homenaje a Álvaro (...)
  • 13 Ibid., p. 566-570.
  • 14 « Literatura », Diccionario de la Real Academia Española, t. II, Madrid, Espasa Calpe, 2001 (21e éd (...)
  • 15 « Filosofía moral », Diccionario de autoridades, t. V, Madrid, Imprenta de la Real Academia Español (...)
  • 16 « Ciencias », Diccionario de Autoridades, t. I, Madrid, Imprenta de Francisco del Hierro, Impresor (...)

4Évidemment, quelques titres choisis pour nos catégories peuvent paraître vagues ou anachroniques. Tout d’abord le terme de « Littérature ». En effet, à cette époque, la littérature correspondait, selon le Diccionario de Autoridades, « à la connaissance et à la science des lettres10 » et par extension « englobait toutes les manifestations artistiques, érudites et scientifiques qui pouvaient être offertes par le biais des lettres11 », soit « l’ensemble des œuvres écrites12 ». Suivant cette définition, il est aisé de comprendre pourquoi le Diario de Madrid intitulait sa première section Literatura lorsqu’un ouvrage y était annoncé. Bien que cette signification commençât à évoluer à la fin du xviiie siècle13, nous sommes bien loin de l’actuelle définition14. Cependant, malgré le sens donné au mot « Littérature » qui resta des plus larges à la fin de l’Ancien Régime, pour simplifier le classement des ouvrages, nous avons pris le parti de restreindre l’étendue de son acception. Par conséquent, nous avons rangé dans la catégorie « Littérature » : les romans, les contes et nouvelles, les œuvres théâtrales ou les livres en rapport avec l’évolution du genre littéraire, la philosophie15 en fonction des pays auxquels ils se rapportent. Par ailleurs, les auteurs, respectant les canons esthétiques d’écriture de l’époque, n’hésitèrent pas à rédiger bon nombre d’ouvrages en vers, ce que les rédacteurs des annonces de librairie mentionnèrent bien souvent. De fait, bien que certains d’entre eux fussent des textes poétiques, en fonction des thèmes abordés, il nous a fallu procéder à des choix et les classer dans les catégories les plus appropriées. Quant aux « Sciences humaines », si ce terme peut avoir une connotation moderne, il apparut pourtant dès 1726 dans le même Diccionario, relié avec le pouvoir et la justice16. Aussi, les « Sciences humaines » renferment-elles les écrits en rapport avec l’économie, la société ou encore le droit civil.

5Parmi les 28 086 œuvres écrites en espagnol, les Humanités (la Littérature, l’Histoire, la Géographie, les Sciences humaines, la Philologie et la Linguistique) occupent une place prépondérante. En effet, elles ne représentent pas moins de 12 605 livres, soit 44,88 % de l’ensemble contre 15,67 % pour les « Sciences et arts » (4 402 œuvres). Mais une étude plus fine s’impose.

Les œuvres religieuses

  • 17 John Lynch, La España del siglo xviii, Barcelona, Crítica, 1999, p. 98-100.
  • 18 Voir à ce sujet Rosa María Capel Martínez, José Cepeda Gómez, El siglo de las luces. Política y soc (...)
  • 19 Antonio Mestre Sanchis, « La Iglesia y el Estado. Los concordatos de 1737 y 1753 », in Historia de (...)
  • 20 Voir au sujet des relations entre Manuel Godoy et le clergé espagnol : Gérard Dufour, « Godoy y la (...)
  • 21 Teófanes Egido, « La religiosidad de los españoles (siglo xviii) », in Actas del Coloquio Internaci (...)
  • 22 Antonio Mestre Sanchis, « Sociedad y religión en el siglo xviii », Chronica Nova. Revista de Histor (...)
  • 23 John Lynch, La España del siglo xviii, op. cit., p. 248-249. On pourra avoir un exemple du combat m (...)
  • 24 John Lynch, La España del siglo xviii, op. cit., p. 248 : « […] Campomanes, reclamaba, que se pusie (...)
  • 25 Jean Sarrailh, L’Espagne éclairée de la seconde moitié du xviiie siècle, Paris, Imprimerie national (...)
  • 26 Ibid., p. 676.
  • 27 Ibidem.
  • 28 DM, n° 310 du lundi 4 novembre 1805, p. 512 : « Obra útil a todo Sacerdote, y especialmente a los n (...)

6Les ouvrages classés dans la catégorie « Religion », au nombre de 7 711, soit une représentation de 27,46 % de l’ensemble des œuvres en langue espagnole, figurent au premier rang de ce tableau. Les livres de dévotion et de piété, de prière, les hagiographies ou encore les imprimés concernant l’histoire ecclésiastique et le droit canon furent annoncés en masse, et ce, malgré les différentes actions menées par la Couronne tout au long du Siècle des Lumières pour contrôler et diminuer le pouvoir de l’Église catholique dans l’ensemble de ses territoires. La politique régaliste amorcée par Philippe V17, mettant au cœur du débat avec le Saint-Siège le droit du roi de nommer les prélats, n’aboutit que sous le règne de Ferdinand VI. Ce dernier, en signant le Concordat du 11 janvier 1753 avec le Pape Benoît XIV, obtint le Derecho de patronato universal, qui lui permettait de présenter au Souverain Pontife ceux qu’il voulait élever à la dignité épiscopale et de nommer lui-même les chanoines sous certaines conditions. Cet accord permit à Ferdinand VI, ainsi qu’à ses successeurs, de légitimer la non-intervention de Rome dans ses domaines et sa mainmise sur l’Église espagnole en plaçant la hiérarchie ecclésiastique sous son autorité. Pour ce pilier de l’Ancien Régime, ce processus entraîna la perte de son autonomie face au pouvoir royal et sa bureaucratisation18. Les membres du clergé séculier devinrent, de fait, employés de l’État19, ce que Manuel Godoy s’empressa de rappeler aux prêtres lorsqu’il voulut les mettre à contribution pour diffuser le contenu du Semanario de Agricultura y Artes dirigido a los Párrocos. Pour les régalistes, le contrôle de l’Église fut l’assurance du maintien du pouvoir absolu du monarque. Aussi Charles IV, par l’intermédiaire du Prince de la Paix, continua-t-il dans cette voie20. Malgré une politique des plus engagées menée à l’encontre de l’Église, on ne saurait la confondre avec une attitude visant à entamer un début de déchristianisation de la Péninsule. Le but poursuivi par les hommes d’État était de protéger les droits de la Couronne au détriment du Saint-Siège. Le xviiie siècle, pas plus que les ilustrados d’ailleurs, ne fut antireligieux comme l’atteste le nombre de livres édités ayant trait à la religion. En aucun cas, la foi des Espagnols ne fut ébranlée, la religion rythmant plus que jamais leur vie quotidienne21. Cependant, nombre de dévots vivaient dans de fausses croyances, dans la superstition ou dans une pratique exagérée du culte22. Aussi, à partir des années 1750, une partie de l’Église et même des employés de l’État se mobilisèrent-elles pour tenter de ralentir les manifestations de religiosité populaire23. Campomanes, alors ministre de Charles III, alla même jusqu’à demander que l’on mît fin « aux fêtes, aux processions et aux aumônes pour se centrer sur l’Évangile24 ». Si de nombreux fidèles connaissaient mal les textes sacrés, il en était de même pour nombre de prêtres de l’époque25. Par conséquent « cette nouvelle morale contraire aux Saintes Écritures et aux Pères de l’Église [devait] être combattue par toutes les armes26 ». L’une d’entre elles fut « la publication de bons livres27 » à l’usage des membres du clergé et des fidèles. Les ouvrages édités furent, pour les ecclésiastiques, en relation avec l’exercice de leur ministère comme en témoignent les Ritos sagrados, o breve resumen de la explicación de la misa, sus partes y ceremonias sagradas, con distinción individual de rúbricas generales y particulares discrepantes entre sí ; declaración de las ambiguas y oscuras, y modo más propio de practicarlas ; y una expresión abundante de las significaciones de la iglesia, altar y sus ornamentos ; de las vestiduras sagradas, y las de la misa, con todas sus partes y ritos d’un prêtre resté anonyme. Pour ce dernier ouvrage, la Gaceta de Madrid et le Diario de Madrid spécifièrent que les principaux destinataires étaient les prêtres et tout particulièrement les nouveaux28. Quant aux laïcs, des catéchismes à l’usage des parents, des livres de prières ou en relation avec la confession, sur l’exercice du culte en fonction des fêtes liturgiques leur furent adressés.

  • 29 CMerc., n° 3 du 8 juillet 1793, p. 24 ; GM, n° 11 du mardi 5 février 1793, p. 88 ; Ibid., n° 23 du (...)
  • 30 GM, n° 7 du vendredi 24 janvier 1800, p. 68.
  • 31 Ibid., n° 17 du mardi 28 février 1792, p. 135.
  • 32 AL, n° 1, 1804, p. 94.
  • 33 GM, n° 102 du vendredi 19 décembre 1800, p. 1188.

7Bien que les principaux destinataires de ces œuvres fussent mentionnés, ces lectures ne leur étaient pas exclusivement réservées. En précisant quel était le public visé, il s’agissait de donner une orientation aux lecteurs afin qu’ils ne fussent pas confrontés à des ouvrages (quels qu’ils fussent) qui n’auraient pas été à leur portée, de par les sujets traités, trop techniques ou spécialisés. Aussi, les livres religieux furent-ils destinés à l’ensemble de la population (sans distinction de classes sociales ou de sexe) : des militaires en passant par « les personnes les plus occupées » et aux religieuses. Aux premiers, ou plutôt aux Cadets du Real Colegio Militar de Ségovie par exemple, il fut recommandé l’Instrucción militar Cristiana29 (rééditée sous le titre quelque peu différent de Instrucción militar para el ejército y armada de S.M.30) traduite du français par le capitaine d’Artillerie Vicente de los Ríos. Quant aux personnes qui avaient très peu de temps, afin de tirer profit du temps de Carême malgré leurs occupations, ce fut l’Introducción reverente a las sagradas misiones, a fin de que las gentes más ocupadas no dejen de sacar frutos dignos de penitencia en el Santo tiempo de Cuaresma, y hacer buena confesión y comunión, con el Via-crucis, y Novena a la Virgen Dolorosa : deducida de los mejores autores ascéticos annoncée en 1792 dans la Gaceta de Madrid31 et en 1804 dans l’Almanaque literario32. Enfin, une religieuse adressa à ses coreligionnaires l’ouvrage Salvador sol divino de alta contemplación, que a ella con sus rayos eleva al alma cristiana : tratado ascético-moral, escrito por la Madre Sor María de Santo Tomás de Villanueva, religiosa de S. Francisco en el Recoleto de Ntra. Sra. de los Ángeles de Valencia, útil en particular para las religiosas por los muchos documentos y reglas que da para la contemplación, en 180033.

  • 34 Lucienne Domergue, « Inquisición y Ciencia en el siglo xviii », Arbor 484-485, 1986, p. 104.

8Mais si la diffusion des Saintes Écritures et de la doctrine chrétienne était de rigueur, les fidèles furent confrontés, du moins jusqu’au début des années 1780, à un problème de taille. Comment auraient-ils pu connaître ces textes alors qu’ils étaient en latin et que bon nombre d’entre eux ne connaissaient pas cette langue ou la maîtrisaient mal ? Pour remédier au problème, l’inquisiteur général et évêque de Salamanque, Felipe Beltrán, autorisa, après deux siècles d’interdiction, la lecture de la Bible en langue vulgaire34. Par la suite, son successeur, l’évêque de Jaén, Agustín Rubín de Cevallos, n’eut d’autre alternative que de supprimer la règle V contenue dans l’Índice expurgatorio de España lors de sa publication en 1790 par un Édit :

  • 35 Índice último de los libros prohibidos, Madrid, Imprenta de Don Antonio Sancha, 1790, p. XVII-XVIII (...)

Ayant beaucoup médité et réfléchi sur le contenu de la Règle V. de l’ancien Index Expurgatoire, dont la rédaction eut lieu, en ce temps, pour de très justes raisons, on interdit l’impression et la lecture des Versions en Langue Vulgaire des Livres Saints, avec une plus grande étendue que celle que comprend la Règle IV. de l’Index du Concile (dont les raisons ont disparu depuis longtemps), et, d’autre part, considérant l’utilité qui peut en découler pour les Fidèles en ce qui concerne l’instruction qu’offrent de nombreuses Œuvres et Versions du Texte Sacré, qui jusqu’alors étaient considérées comme comprises dans la Règle V : l’on déclare devoir comprendre que celle-ci est réduite aux termes précis de la règle IV de l’Index du Concile, avec la déclaration que fit la Sainte Congrégation le 13 Juin 1757, approuvée par sa Sainteté Benoît XIV d’heureuse mémoire, et pratiquement autorisée par N.S.P. Pie VI. dans l’éloge et la recommandation qu’il fait dans le Bref du 17 Mars 1778 de la Traduction faite en Langue Toscane par le Sage Auteur Antonio Martini. Et conformément à celle-ci, les Versions de la Bible en Langues vulgaires sont autorisées, à condition qu’elles soient approuvées par le Siège Apostolique, ou écrites par des Auteurs Catholiques avec des Annotations des Saints Pères de l’Église, ou des Docteurs Catholiques, qui écartent tout danger de mauvaise compréhension mais sans que cela signifie que cette interdiction soit levée à l’égard de ces Traductions qui ne remplissent pas ces conditions.
Quant aux Différentes Heures canoniques en Langues Vulgaires, il doit être compris la même chose que ce qu’il est convenu dans cette Règle V, qui vient d’être mentionnée35.

  • 36 Annexe VI, Annonces de librairie de la Biblia vulgata latina de Felipe Scio de San Miguel.

9De fait, la Biblia vulgata latina, traducida en Español, y anotada conforme al sentido de los Santos Padres, y Expositores Catolicos, por el P. Felipe Scio de S. Miguel fut publiée en divers volumes en fonction des éditions réalisées (il n’y en eut pas moins de trois durant le règne de Charles IV) et annoncée à 33 reprises36.

  • 37 DM, n° 136 du lundi 16 mai 1791, p. 552-553 ; GM, n° 11 du vendredi 6 février 1789, p. 100 ; Ibid., (...)

10Ce fut avec ce même esprit que des auteurs mirent à profit leurs connaissances de la Vulgate pour donner de plus amples explications sur le texte sacré sous forme de dictionnaires comme le fit Vicente Lasarte avec le Diccionario Sagrado, o Catálogo histórico alfabético de las personas de que se hace mención en los libros del Viejo y Nuevo Testamento, con las citas de los lugares de los mismos libros annoncé à trois reprises37. Les histoires ecclésiastiques participèrent également activement à la diffusion des savoirs de la religion catholique. En effet, ces œuvres, en s’appuyant sur les textes sacrés, apprenaient aux fidèles les fondements de l’Église. Elles leur expliquaient, par exemple, de quelle manière s’était déroulée l’évangélisation de la Péninsule et de ses différentes régions ou de l’Europe.

  • 38 BPA, n° VI, 1789, p. 53 ; DM, n° 300 du vendredi 26 octobre 1792, p. 1252-1253 ; GM, n° 12 du mardi (...)

11Il s’agissait aussi, par le biais des livres, de dépurer la religion de toute superficialité pour se recentrer sur une pratique spirituelle plus intimiste en s’appuyant sur des exemples tirés du passé. Las costumbres de la Iglesia Católica écrites en latin par Saint Augustin et traduites par Luis Rebolledo de Palafox y Melci, qui firent l’objet de six annonces entre 1789 et 179238, en sont un exemple comme le démontrent les commentaires rédigés par les rédacteurs du Memorial literario :

  • 39 ML, n° LXXXIX, 1re partie de février 1789, p. 265 : « Siendo cierto, como lo es, que con la memoria (...)

Il est certain, et cela est le cas, qu’avec le souvenir de ces temps heureux et de ces bienheureux siècles de l’Église primitive, que la vraie connaissance de notre Religion s’est chaque jour un peu plus perdue chez ceux qui ont le bonheur d’être ses enfants ; et que les vices ont beaucoup augmenté avec la corruption du Genre Humain. Il est superflu de parler de l’utilité de la présente traduction, qui a pour objectif de remémorer ce souvenir, et de propager la lecture d’une œuvre si excellente dans la forme et dans le fond, pour que les fidèles puissent profiter de son enseignement et savoir quelles sont leurs coutumes en les comparant avec celles de leurs aînés39.

  • 40 DM, n° 96 du mercredi 6 avril 1791, p. 389-390 ; Ibid., n° 110 du lundi 20 avril 1795, p. 455 ; Ibi (...)
  • 41 AL, n° 1, 1804, p. 30-31 ; DM, n° 125 du vendredi 5 mai 1797, p. 515 ; Ibid., n° 102 du jeudi 12 av (...)

12Pour parfaire cette éducation religieuse, les écrivains multiplièrent aussi les hagiographies qui, en dévoilant la vie des Saints, Bienheureux ou autres religieux, eurent pour but, outre le fait d’ancrer la dévotion en incluant bien souvent des prières dans ces livres, de montrer aux fidèles l’exemple à suivre pour mener une vie vertueuse et chrétienne. Le prêtre José Antonio de Llamas et Antonio Balbina Lozano Rodríguez consacrèrent tous deux une biographie à la Bienheureuse Sœur María Ana (ou Mariana) de Jesús respectivement en 1784 et 1797 sous le titre de Breve resumen de la portentosa vida de la bienaventurada Sor Mariana de Jesús, natural de Madrid, Religiosa profesa de la tercera Orden de los Descalzos del Real y Militar Orden de nuestra Sra. de la Merced pour le premier40 et de Resumen de la vida y virtudes de la extática Beata María Ana de Jesús, Religiosa del Sacro Real y Militar Orden de Ntra. Sra. de la Merced : dispuesta por D. Antonio Balbina Lozano Rodríguez, y a su continuación la Novena y Gozos a la misma Beata pour le second41.

  • 42 Elisabel Larriba, « Le Clergé et la presse dans l’Espagne de l’Ancien Régime », art. cit., p. 2.
  • 43 Ibid., p. 2-5.
  • 44 Teofanes Egido, « La religiosidad de los españoles (siglo xviii) », art. cit., p. 770 : « Los ilust (...)
  • 45 Gérard Dufour, « Église et « Ilustración » : le cas du clergé de Ségovie », in Mélanges offerts à P (...)

13Ces ouvrages, qu’ils fussent écrits par des auteurs ou des traducteurs ecclésiastiques ou laïcs, servirent à dépurer la religion catholique de tous ses excès, à combattre les vices « d’une Église devenue théâtre42 » et qui avait pour ennemis des fidèles qui pratiquaient un culte perverti auquel nombre de religieux hypocrites contribuèrent activement43. La diffusion de ces œuvres suivit par conséquent les idées « des hommes éclairés qui ne [pouvaient] pas comprendre les formes religieuses “populaires”, qui, pour eux, n’étaient autre que le fruit de l’ignorance, du fanatisme, de la superstition44 » et servirent à réformer, dans une certaine mesure, l’Église. Et, comme le démontre le cas du clergé de Ségovie45, des ecclésiastiques n’hésitèrent pas eux non plus à se conformer (par réelle conviction ou dans le seul but de voir leur carrière évoluer ?) à la politique royale et par conséquent à la diffusion de l’Ilustración au sein même du clergé. Pour autant, nous le répétons ici, même si l’Église fit l’objet de nombreuses attaques de la part des ilustrados, il ne fut nullement question de remettre en cause ni le dogme ni la foi.

  • 46 BPA, n° VIII, 1791, p. 14 ; CMerc., n° 37 du 9 mai 1796, p. 296 ; DM, n° 197 du vendredi 16 juillet (...)
  • 47 GM, n° 56 du mardi 13 juillet 1790, 4 p. non numérotées.

14Suivre les préceptes de la religion impliquait, bien évidemment, de connaître les Saintes Écritures, mais aussi, pour les hommes d’Église et surtout les juristes, d’avoir une connaissance du droit canon. Si les ecclésiastiques espagnols durent recevoir les brefs, bulles, encycliques et autres documents rédigés par le Saint-Père, pour s’assurer que l’ensemble de la communauté chrétienne fût informée de ces documents et pour une meilleure compréhension de ces écrits, nombre d’entre eux furent traduits et annoncés dans la presse. Benoît XIV, prolixe en la matière, vit, par exemple, l’ensemble de ses textes regroupés dans une collection bilingue (latin / espagnol) publiée en quatre volumes sous le titre de Colección en latín y castellano de las Bulas, Constituciones, Encíclicas y Decretos de Benedicto XIV, según la edición Romana del Bulario del mismo Pontífice de 1760, con ilustraciones y resoluciones Teológico-Morales, y Canónigo-Legales, sacada des de los Autores más selectos y conformes a la mente de su Santidad, con las determinaciones de los Sumos Pontífices posteriores, y de la Sagrada Congregación del Concilio Tridentino : las Pragmáticas-Sanciones y Reales Cédulas del Rey nuestro Señor, tocantes a su debida ejecución y cumplimiento, así en los Reinos de España, como de las Indias, y las proposiciones que hay condenadas acerca de la doctrina de cada Bula, Constitución o Decretos : obra utilísima a los párrocos, opositores, examinadores, jueces eclesiásticos, abogados, & c. y de instrucción para los fieles en general dont 26 publicités furent publiées46 et dont la souscription et la présentation firent l’objet d’un supplément de quatre pages dans la Gaceta de Madrid en juillet 179047.

  • 48 On pourra consulter au sujet de la prédication en Espagne au xviiie siècle : Joël Saugnieux, Les Ja (...)
  • 49 BPA, n° VI, 1789, p. 32 ; DM, n° 52 du 21 février 1789, p. 207-208 ; GM, n° 16 du mardi 24 février  (...)
  • 50 BPA, n° VII, 1790, p. 51 ; GM, n° 60 du mardi 28 juillet 1789, p. 516 ; ML, n° CII, 2e partie de ja (...)
  • 51 AL, n° 1, 1804, p. 139 ; BPA, n° VII, 1790, p. 24 ; GM, n° 9 du 29 janvier 1790, p. 72 ; Ibid., n°  (...)

15Enfin, parmi les œuvres religieuses figurent les oraisons funèbres en l’honneur de défunts célèbres et les sermons d’ecclésiastiques ou prédicateurs du siècle passé ou présent, espagnols ou étrangers, qui furent régulièrement imprimés et annoncés48. Le début du règne de Charles IV fut l’occasion pour les institutions du royaume de rendre hommage à Charles III récemment décédé, comme le démontre l’Oración funebre, que en las exequias solemnes del Señor Rey D. Carlos III., celebradas en la Iglesia de Religiosos Trinitarios Calzados de esta Corte por la Real Sociedad Económica prononcée par l’un des sociétaires de la Société Économique des Amis du Pays de Madrid et également prêtre, Lorenzo de Irisarri49. La même Société célébra également la montée sur le trône du successeur du roi défunt avec l’Oración de la Real Sociedad Económica de Madrid al Rey nuestro Señor D. Carlos IV, con motivo de su exaltación al trono50. Quant à certains sermons, après avoir été prononcés, ils firent l’objet d’éditions sous la forme de recueils. On trouve par exemple ceux du Père Charles de la Rue, traduits par Pedro Díaz Guereñu, publiés en sept volumes sous le titre de Sermones del P. Carlos de la Rue, traducidos del francés al castellano por el P. D. Pedro Díaz de Gereñu, presbítero de la congregación de Clérigos reglares de S. Cayetano dont la publicité fut faite de 1790 à 180451.

La « Littérature »

  • 52 Varias comedias divertidas y curiosas, DM, n° 288 du mercredi 15 octobre 1794, p. 1178 ; Odas y epi (...)

16Au deuxième rang, avec 6 626 œuvres soit 23,59 % de l’ensemble des œuvres annoncées en castillan, la « Littérature » occupe une place de choix. Bien évidemment, la majorité des textes littéraires fut le fruit d’écrivains espagnols (4 197 titres, soit 63,34 %). Comparativement, les Lettres étrangères, avec 2 429 titres, ne représentent que 36,65 % des livres classés dans cette catégorie. Ces derniers ouvrages, qui étaient des traductions, étaient issus de pas moins de 12 nations en majorité européennes (France, Grande-Bretagne, Italie, Portugal, Allemagne, Suisse, Pays-Bas et Autriche) ou de la culture antique, berceau de l’Europe. Quant aux autres langues, elles provenaient de régions lointaines telles que la Perse, la Syrie, la Chine ou l’Inde. Pour compléter ce panorama, nous avons délibérément inclu des sections qui ne renvoient en aucun cas à des nations à part entière. L’une d’entre elles que nous avons appelée « Littérature latine » correspond à des ouvrages écrits en latin par des auteurs de nationalité étrangère et traduits en espagnol. Ces auteurs, qui parlaient une langue maternelle propre à leur pays, optèrent pourtant pour écrire leurs ouvrages en latin. La partie « Littérature européenne », quant à elle, correspond à des œuvres rédigées en plusieurs langues ainsi qu’à des livres qui avaient pour sujet l’histoire de la littérature en Europe. Enfin, notons que pour cinq écrits, il nous a été impossible de pouvoir déterminer leur origine ou leur titre52.

La littérature espagnole

17La littérature espagnole fut de loin la plus diffusée. Il s’agissait, en dévoilant le patrimoine littéraire national, de démontrer à l’ensemble de l’Europe que l’Espagne possédait, elle aussi, de nombreux écrivains talentueux et qu’elle avait toute sa place dans la République des Lettres.

  • 53 René Andioc, Sur la querelle du théâtre au temps de Leandro Fernández de Moratín, Tarbes, Imprimeri (...)
  • 54 Emilio Palacios Fernández, « Teatro », in Francisco Aguilar Piñal, ed., Historia literaria de Españ (...)
  • 55 Emilio Palacios Fernández, « Teatro », art. cit., p. 136 ; Tiziana Pucciarelli, « Teatro y poder po (...)

18Le Siècle de la Raison fut incontestablement, au niveau littéraire, celui de la presse périodique. Pour autant, les autres genres littéraires ne furent pas oubliés. Aussi, le théâtre, qui connut son apogée au xviie siècle, fut largement représenté malgré la controverse dont il souffrait et dont les journaux de l’époque se firent l’écho53. Effectivement, il faisait l’objet d’un débat passionné entre les partisans d’un théâtre populaire, qui n’était assujetti à aucune règle en la matière, et ceux, d’un théâtre érudit ou néoclassique, désireux de récupérer les topiques de la tradition baroque54. Malgré cela, il restait l’une des distractions préférées de la population, ce qui explique que ses textes aient été extrêmement contrôlés par les censeurs et que la Couronne n’hésita pas (de façon plus ou moins discrète) à s’en servir comme support de diffusion de ses idées55.

  • 56 Annexe VI, Les œuvres de Félix Lope de Vega Carpio.
  • 57 Annexe VI, Les œuvres de Léandro Fernández de Moratín.
  • 58 BPA, n° VII, 1790, p. 20-21 ; DM, n° 256 du mardi 13 septembre 1791, p. 1032 ; Ibid., n° 41 du vend (...)
  • 59 Federico II, Rey de Prusia, BPA, n° VI, 1789, p. 15 ; DM, n° 217 du mercredi 5 août 1789, p. 868 ; (...)
  • 60 Emilio Palacios Fernández, « Teatro », art. cit., p. 149.
  • 61 Ibid., p. 179.
  • 62 Ibid., p. 193.
  • 63 BPA, n° VI, 1789, p. 31-32 ; Ibid., n° VI, 1789, p. 34 ; GM, n° 32 du mardi 21 avril 1789, p. 284 ; (...)
  • 64 Emilio Palacios Fernández, « Teatro », art. cit., p. 204 : « La comedia neoclásica es en esencia un (...)

19Les œuvres des célèbres dramaturges des siècles passés tel que Félix Lope de Vega Carpio56 côtoyèrent par conséquent celles de Leandro Fernández de Moratín57. Quant aux comédies héroïques, en s’appuyant sur des thèmes nationaux, elles mirent en scène des personnages illustres comme Christophe Colomb dans Cristóbal Colón, descubridor de las Indias de Luciano Francisco Comella58. Il en fut de même pour les comédies militaires qui avaient pour protagonistes de grandes figures européennes comme Frédéric II, Roi de Prusse, dans des pièces aux titres éponymes du même Comella59. Ces œuvres théâtrales n’étaient autres que le reflet d’une politique moderne et typique de l’Ilustración60. Il pouvait également s’agir de drames sentimentaux qui furent particulièrement appréciés du public dans les années 1780. Dans ces pièces les auteurs utilisaient les changements sociaux qui avaient lieu dans la société (la montée et le positionnement des classes émergeantes affrontant les autres classes sociales pour trouver leur place au sein de société de l’époque) pour construire leur intrigue61. Ces œuvres théâtrales d’un style nouveau, souvent tirées d’exemples qu’offrait l’étranger, possédaient nombre de caractéristiques propres à la société des Lumières et avaient, malgré tout, des points communs avec le théâtre néoclassique. En effet, ce dernier ne reconnaissait que la comédie qui imitait la vie courante et la tragédie fondée sur des événements historiques. Mais à la différence du théâtre populaire, il s’adressait à un public instruit et cultivé62. Leurs auteurs s’attachèrent aussi à donner à leurs personnages une « entité humaine » qu’ils construisaient en s’inspirant des exemples que leur offrait la société de leur temps comme ce fut le cas dans les œuvres de Tomás de Iriarte notamment dans La señorita mal criada63. Malgré cela, « la comédie néoclassique est par essence un théâtre urbain et bourgeois, fidèle miroir de l’idéologie éclairée64 ». Bien qu’opposées dans la manière de concevoir l’écriture théâtrale, ces deux écoles poursuivaient des objectifs communs. En proposant des personnages issus de leur temps, elles entendaient, tout en divertissant, donner à réfléchir au public. Désireuses d’avoir une portée didactique, elles suivaient le courant d’une politique éclairée et critique à l’égard de la société.

  • 65 Joaquín Álvarez Barrientos, « Novela », in Francisco Aguilar Piñal, ed., Historia literaria de Espa (...)
  • 66 Ibid., p. 237.
  • 67 María Jesús García Garrosa, « La imagen de los novelistas europeos en la España de Carlos IV », in (...)
  • 68 Joaquín Álvarez Barrientos, « Novela », art. cit., p. 235 : « […] no era de carácter estético, sino (...)

20Le roman, après une période de relative disparition au xviie siècle, fit sa réapparition avec les Lumières65. Ce genre littéraire, pourtant éloigné de la conception que certains hommes éclairés se faisaient de la littérature66, « méprisé parmi les théoriciens et condamné par les moralistes67 », trouva un large écho auprès du public et eut un succès indéniable. Par conséquent, comme le précise Joaquín Álvarez Barrientos, le roman « n’était pas de caractère esthétique, mais didactique. Ils voyaient [les ilustrados] dans le roman un véhicule sans pareil pour faire parvenir, aux jeunes lecteurs, des messages moralisants, des informations historiques et une éducation, qui d’une autre manière, par les moyens habituels, était difficile68 ».

  • 69 AL, n° 4, 1807, p. 33-34 ; DM, n° 106 du mercredi 16 avril 1800, p. 465-466 ; Ibid., n° 56 du jeudi (...)
  • 70 Joaquín Álvarez Barrientos, « Novela », art. cit., p. 253.
  • 71 Lucienne Domergue, « Ilustración y novela en la España de Carlos IV », in Homenaje a José Antonio M (...)
  • 72 Voir à ce sujet : Marieta Cantos Casenave, « La apuesta por el relato breve, o sobre algunas prefer (...)
  • 73 José Cadalso y Vázquez, Cartas marruecas – Noches lúgubres, Joaquín Arce, ed., Madrid, Cátedra, 199 (...)
  • 74 Voir au sujet de la réception de l’œuvre de Cervantès dans la littérature du xviiie siècle et du su (...)
  • 75 AL, n° 1, 1804, p. 107 ; DM, n° 265 du mercredi 22 septembre 1802, p. 1070-1071 ; Ibid., n° 345 du (...)

21Ici encore, même s’il s’agissait d’un récit de fiction, les auteurs n’hésitèrent pas à dépeindre les mœurs de la société sous couvert d’une histoire amoureuse à l’image de la La Serafina de José Mor de Fuentes69. Cette dernière œuvre, que l’on pourrait également classer dans une sous-rubrique appelée « épistolaire », est représentative de l’engouement que suscita ce genre de littérature (qui avait pour modèle les Lettres persanes de Montesquieu) auprès des lecteurs de la fin du xviiie siècle. Mais, malgré un caractère moral qui tendait à orienter le lecteur vers une conduite exemplaire et vertueuse, le Conseil de Castille, conscient du danger que le roman pouvait représenter de par les idées modernes qu’il véhiculait70, n’hésita pas, exception faite de quelques ouvrages, à l’interdire le 27 mai 179971. Si le succès du roman est indéniable, les nouvelles, récits brefs et contes72 se virent accorder les faveurs du public tout particulièrement à la fin des années 1780 notamment grâce à la presse périodique. En effet, nombre de textes furent d’abord imprimés dans les pages des journaux avant d’être édités dans leur intégralité. Rappelons le cas des Cartas marruecas de José Cadalso y Vázquez, dont le manuscrit fut remis à la censure en octobre 1774 et refusé, avant qu’elles ne fussent publiées à titre posthume sous forme de feuilleton dans le Correo de Madrid (de février à juillet 1789) puis devinssent un succès éditorial en faisant l’objet de deux éditions réalisées par Gabriel Sancha en 179273. Bien souvent d’inspiration cervantine74, le roman avait, sous couvert du rire, du merveilleux, de l’amour, pour objectif de dénoncer les mœurs de la société et d’être moralisateur. Le succès de ces récits, si brefs furent-ils, ne fait aucun doute comme le démontrent les collections qui furent éditées telle que Las Noches divertidas, o colección de historias y sucesos particulares entretenidos, tanto en prosa como verso75.

  • 76 Nigel Glendinning, Historia de la literatura española. El siglo xviii, op. cit., p. 118.
  • 77 Ibid., p. 134 : « En la producción de Nicolás Fernández de Moratín predominan poemas de índole mora (...)
  • 78 Rogelio Reyes, Poesía española del siglo xviii, Cátedra, Madrid, 2000 [3a ed.], p. 37-40.

22Quant à la poésie, si au début du siècle le baroque inspiré de Luis de Góngora y Argote76 et de Francisco de Quevedo y Villegas domine, avec la pénétration des Lumières, les inspirations changèrent et ses idées allaient imprégner les poèmes. Déjà un changement se faisait sentir avec l’entrée de Nicolás Fernández de Moratín dans la République des Lettres, au milieu du xviiie siècle, et l’on percevait dans ses écrits poétiques « le désir […] d’être utile à la société77 ». Une nouvelle vision de la poésie s’imposa et mena à la rénovation du genre78 à partir des années 1770. Aussi, comme le définit Nigel Glendinning :

  • 79 Nigel Glendinning, Historia de la literatura española. El siglo xviii, op. cit., p. 158 : « Una sue (...)

Une forme de veine nationaliste affecta, sans doute, le développement de la poésie espagnole à la fin du siècle. Les néoclassiques avaient considéré comme leur devoir patriotique d’élever le niveau de la littérature espagnole à la hauteur de celles qui se trouvaient en Europe, en acceptant les critères classiques et les valeurs héroïques qui étaient en vigueur sur le continent. Fatigués du continuel mépris envers la littérature espagnole que les auteurs étrangers exprimaient à la fin du siècle, ils tentèrent de faire revivre les anciennes formes spécifiquement hispaniques79.

  • 80 GM, n° 48 du vendredi 17 juin 1791, p. 416 ; Ibid., n° 51 du mardi 26 juin 1792, p. 424 ; Ibid., n° (...)
  • 81 BPA, n° VII, 1790, p. 38-39 ; DM, n° 343 du jeudi 9 décembre 1790, p. 1378 ; Ibid., n° 257 du jeudi (...)

23De fait, des poètes comme Fernando de Herrera, Juan de la Cueva ou encore Góngora (pourtant parfois décrié) furent réédités notamment dans la Colección de Poetas antiguos Españoles publiée en 20 volumes80. À côté de ces « classiques » ou des poètes gréco-latins montrés en exemple apparurent des poèmes didactiques, scientifiques ou moralisants visant à combattre l’ignorance. Le didactisme et la diffusion des avancées réalisées dans nombre de domaines (qu’ils fussent littéraires, scientifiques ou techniques) par le biais des écrits étaient les maîtres mots de la fin du siècle des Lumières. La poésie n’échappa pas non plus à cette règle de divulgation des connaissances. Aussi, ces imprimés furent-ils dans la mouvance des idées éclairées et permirent-ils à ce genre littéraire de rentrer dans une certaine modernité sans pour autant tourner le dos au passé. Enfin, si la poésie anacréontique fut largement répandue, la fable fut également particulièrement appréciée des écrivains tel que José Agustín Ibañez de la Rentería dont les Fábulas en verso castellano furent publiées en deux tomes en 1790 pour le premier et en 1797 pour le second81.

  • 82 BPA, n° VII, 1790, p. 9 ; DM, n° 281 du vendredi 8 octobre 1790, p. 1130 ; Ibid., n° 125 du jeudi 5 (...)

24Des ouvrages plus généraux, en relation avec l’historiographie littéraire ou diverses polémiques concernant l’écriture vinrent également compléter ce panorama consacré à la littérature espagnole. Certains auteurs s’insurgèrent contre les dramaturges médiocres comme dans l’Arte de hacer comedias en dos cartas, que escribe el tío Lucas el Pelón, poeta Alcornoqueño, desde su lugar a un sobrino suyo residente en otra parte82 édité en 1788, contre la multitude de petits écrivains qui apparaissaient chaque jour ou encore sur des problèmes de langage dus à des ouvrages mal traduits.

  • 83 BPA, n° VI, 1789, p. 6-7 ; GM, n° 83 du mardi 13 octobre 1789, p. 704 ; EMD, n° 246 du lundi 16 aoû (...)

25Enfin, parmi les livres classés dans la catégorie « Littérature » se trouvent ceux en rapport avec la philosophie qui avaient pour objectif de faire réfléchir le lecteur sur des thèmes en relation avec la vertu, la morale ou la beauté comme cela était le cas dans l’œuvre d’Esteban de Arteaga, Investigaciones filosóficas sobre la Belleza ideal, considerada como objeto de todas las artes de imitación, publiée en 178983.

  • 84 José Checa Beltrán, « La reforma literaria », in Agustín Guimerá, Ed., El reformismo borbónico, Mad (...)

26La littérature espagnole subit par conséquent à la fin du xviiie siècle de profonds changements dus, d’une part, aux attaques provenant de l’étranger qui permirent aux auteurs de prendre conscience de l’importance d’une rénovation esthétique et, d’autre part, à la diffusion des idées des Lumières. Cet ensemble permit de répondre à un impératif de modernité et de rénovation de la littérature qui avait pris pour modèle l’Europe84.

La littérature européenne

27Loin de se cantonner à sa propre production littéraire, l’Espagne traduisit en grand nombre les œuvres littéraires de ses plus proches voisins, soit directement à partir de leur langue d’origine soit par le biais d’une langue intermédiaire. De fait, des pays comme la France, la Grande-Bretagne, l’Italie, le Portugal, l’Allemagne, la Hollande, la Suisse (les cantons helvétiques ainsi que la République de Genève) et l’Autriche sont représentés avec plus ou moins d’importance. Avec 1 933 œuvres, auxquelles nous pouvons ajouter les 62 que nous avons classées dans la sous-rubrique « Européenne » puisque traduites de différentes langues et par conséquent issues de différentes cultures, la littérature en provenance de l’Europe compte au total 1 995 livres annoncés (30,1 %).

  • 85 Marcelin Défourneaux, L’Inquisition espagnole et les livres français au xviiie siècle, op. cit., p. (...)
  • 86 Voir à ce sujet Inmaculada Urzainqui, « Hacia una tipología de la traducción en el siglo xviii : lo (...)
  • 87 José Checa Beltrán, « Francia y su literatura en la Minerva madrileña (1805-1808) », in M. Giné, Y. (...)
  • 88 Manuel-Reyes García Hurtado, « La traducción en España, 1750-1808. Cuantificación y lenguas en cont (...)
  • 89 DM, n° 140 du jeudi 19 mai 1796, p. 561 ; Ibid., n° 327 du vendredi 23 novembre 1798, p. 2120 ; GM, (...)

28Dans ce groupe, la littérature française, avec 1 249 œuvres, soit une représentation de 18,85 % des ouvrages classés dans la rubrique « Littérature », arrive en tête de liste et ce, malgré la surveillance accrue dont les ouvrages français firent l’objet. En effet, pour que ces traductions vissent le jour sous la plume des traducteurs espagnols, il fallait en premier lieu qu’ils se procurent l’édition originale. Or, l’importation des livres français, à cette époque, était extrêmement contrôlée par les autorités civiles et le Saint-Office. D’ailleurs, outre les mesures mises en place par la Couronne à la frontière pyrénéenne et dans les ports, Marcelin Défourneaux rappelle « que l’édit inquisitorial du 13 décembre 1789 comporte un long préambule qui est une déclaration de guerre formelle aux livres et aux idées venus de France85 ». Cependant, et bien que lors des traductions en espagnol (quel que fût le type d’œuvre), les écrits d’origines fussent remaniés, adaptés ou encore corrigés86 pour le public péninsulaire, il ne fait aucun doute que la culture française, et tout particulièrement la littérature, occupa une place prépondérante non seulement parmi les ouvrages publiés mais aussi dans les journaux87. Les genres littéraires des ouvrages français annoncés furent les mêmes que pour les œuvres originales espagnoles avec, cependant, une forte diffusion des pièces de théâtre88 comme par exemple El misántropo o enemigo de los hombres de Molière traduit par José Sedano89.

  • 90 DM, n° 316 du jeudi 12 novembre 1795, p. 1283 ; Ibid., n° 337 du mercredi 2 décembre 1795, p. 2060  (...)
  • 91 DM, n° 244 du vendredi 31 août 1792, p. 1021 ; Ibid., n° 321 du vendredi 16 novembre 1792, p. 1337- (...)

29Bien loin derrière la France, la Grande-Bretagne, avec 278 œuvres (soit une représentation de 4,2 %), se classe en deuxième position des ouvrages littéraires européens les plus diffusés. Pourtant, l’on connaît les rivalités qui eurent lieu de tout temps entre la Couronne d’Angleterre et la Couronne d’Espagne. Mais, loin de fermer ses frontières à la culture anglaise, l’Espagne traduisit nombre de romans venus d’Outre-Manche comme celui d’Henry Fielding transposé au castillan par Romualdo Antonio de Quijano, Historia de Amelia Booth, publié en cinq tomes de 1795 à 179690 ou encore les Memorias para la historia de la virtud de Francés Sheridan éditées en quatre tomes en 179291.

  • 92 Assumpta Camps, « La literatura italiana en España (1800-1830) : a propósito de Torquato Tasso y Vi (...)
  • 93 DM, n° 139 du vendredi 18 mai 1792, p. 589 ; GM, n° 43 du mardi 29 mai 1792, p. 352 ; NVCM, n° 3, 1 (...)
  • 94 DM, n° 238 du samedi 25 août 1792, p. 998 ; Ibid., n° 216 du du mercredi 3 août 1796, p. 884 ; GM, (...)
  • 95 DM, n° 31 du jeudi 31 janvier 1792, p. 126-127 ; GM, n° 11 du mardi 5 février 1793, p. 88 ; NVCM, n (...)
  • 96 Antonieta Calderone, Víctor Pagán, « Carlo Goldoni : la comedia y el drama jocoso », in Francisco L (...)

30La littérature italienne (174 œuvres, 2,63 %) fut diffusée en moindre quantité. À la même époque, l’Italie s’interrogea, tout comme l’Espagne, sur sa propre littérature, en redécouvrant ses auteurs classiques, ou encore sur la corruption de sa langue92. L’Italie, qui possédait pourtant nombre d’auteurs dont la renommée n’était plus à faire (Dante, Pétrarque, Boccace entre autres), fut à la fin du xviiie siècle peu représentée. Il y eut cependant, au niveau littéraire, une préférence pour la diffusion des ouvrages en rapport avec le théâtre. De fait, des auteurs comme Carlo Goldoni, dont trois comédies furent annoncées à la vente dans les années 1790 (El hablador traduit par José Valles93, El feliz encuentro par Luis Antonio José Moncín94 et La buena criada par Fermín del Rey95), connurent un franc succès à la fois au niveau de la diffusion de leurs écrits et sur scène96.

  • 97 GM, n° 60 du mardi 28 juillet 1789, p. 516.
  • 98 DM, n° 207 du vendredi 26 juillet 1799, p. 931 ; Ibid., n° 274 du mardi 1er octobre 1799, p. 1210 ; (...)
  • 99 DM, n° 134 du mardi 14 mai 1799, p. 571 ; Ibid., n° 362 du lundi 28 décembre 1801, p. 1482- 1483 ; (...)
  • 100 AL, n° 1, 1804, p. 61-62 ; GM, n° 98 du vendredi 7 décembre 1804, p. 1092.
  • 101 AL, n° 4, 1807, p. 18 ; DM, n° 185 du vendredi 4 juillet 1806, p. 14 ; GM, n° 43 du vendredi 23 mai (...)

31La littérature portugaise, quant à elle, ne compte que 87 œuvres (1,31 %). Alors que le Portugal était un proche voisin et qu’il fut sous la domination espagnole de 1580 à 1640 (sous les règnes de Philippe II à Philippe IV), il semble que sa production littéraire n’enthousiasma que peu les lecteurs espagnols. Plus encore, seule une poignée d’auteurs lusitaniens reçut un accueil favorable. Effectivement, même si la presse se fit l’écho de 87 livres, ces derniers n’avaient été écrits que par six auteurs dont un anonyme. Parmi eux, celui qui connut le plus grand succès éditorial fut sans conteste le Père de l’Oratoire et de la Congrégation de Saint Philippe Néri, Teodoro de Almeyda. Effectivement, six de ses ouvrages figurent dans la catégorie étudiée (58 fiches de notre banque de données, soit une représentation de 66,66 %). Almeyda, écrivain prolixe né avec les Lumières (il naquit en 1722 et mourut en 1804) qui pénétrèrent dans le pays grâce, ou à cause, des intellectuels qui s’expatrièrent pour fuir une Inquisition particulièrement agressive (d’où le terme d’estrangeirados (« étrangers ») pour qualifier les hommes éclairés portugais), vit la majorité de ses œuvres rééditée à de nombreuses reprises notamment sous le règne de Charles IV. La palme en la matière revient à El hombre feliz independiente del mundo y de la fortuna réédité pour la sixième fois en 1788 et annoncé en 178997, pour la huitième fois en 179698, neuvième en 180099, dixième en 1804100 et onzième en 1806101.

  • 102 DM, n° 55 du jeudi 24 février 1791, p. 228 ; Ibid., n° 109 du mardi 19 avril 1791, p. 443-444 ; Ibi (...)
  • 103 DM, n° 55 du 24 février 1804, p. 218-219 ; Ibid., n° 97 du vendredi 6 avril 1804, p. 379-380 ; Ibid (...)
  • 104 Irene Vallejo González, « El teatro alemán en los escenarios españoles (1800-1818) », Estudios diec (...)
  • 105 Francisco Lafarga signale la forte présence des œuvres de Kotzebue en Espagne : Francisco Lafarga, (...)
  • 106 Annexe VI, Les ouvrages d’August Kotzebue.
  • 107 DM, n° 79 du jeudi 20 mars 1800, p. 314 ; GM, n° 19 du vendredi 7 mars 1800, p. 184 ; Ibid., n° 31  (...)
  • 108 DM, n° 79 du jeudi 20 mars 1800, p. 314 ; GM, n° 22 du mardi 18 mars 1800, p. 224.
  • 109 GM, n° 98 du mardi 9 décembre 1794, p. 1450 ; ML, n° 39, 2e partie de février 1795, p. 262-264 ; NV (...)
  • 110 DM, n° 196 du mercredi 15 juillet 1796, p. 799-800 ; Ibid., n° 231 du mercredi 19 août 1795, p. 942 (...)

32Enfin, les productions de chacune des autres nations européennes ne représentent tout au plus que 1 % du total des œuvres annoncées. La Suisse ne représente que 1,07 % avec 71 livres parmi lesquels le poème de Salomon Gesner, La muerte de Abel, traduit par Pedro Lejeusne en 1785102 et réédité en 1803103 bénéficia de la plus large diffusion. En provenance d’Allemagne (69 œuvres, soit 1,04 %), les ouvrages majoritairement traduits (surtout à partir de 1800104) furent les pièces dramatiques et tout particulièrement celles d’August Kotzebue105 annoncées à 33 reprises106, soit 48,52 % de l’ensemble. Parmi elles, La misantropía y arrepentimiento fut traduite à deux reprises en 1800, tout d’abord par Dioniso Solís107 puis par D.A.G.A.108. L’Autriche et la Hollande arrivent en dernière position avec respectivement trois (0,05 %) et deux (0,03 %) livres. En ce qui concerne la littérature autrichienne, il s’agissait d’un ouvrage d’ordre général rédigé qui plus est par un jésuite espagnol exilé en Italie, l’abbé Juan Andrés, publié sous le titre de Carta del Abate Juan Andrés a su hermano D. Carlos Andrés, dándole noticia de la literatura de Viena109. Cette œuvre, qui traitait de l’état de la littérature, dans ce cas précis à Vienne, faisait partie d’une collection de lettres écrites sur le même sujet et relatives à une nation précise. Aussi, lorsque les lettres étaient annoncées séparément, nous avons délibérément choisi de les classer dans la catégorie littéraire correspondant au pays auquel elles se rapportaient. Mais lorsque la collection fut annoncée dans son ensemble, nous avons opté pour un classement dans la rubrique « Littérature européenne ». Nous avons également inclu dans cette dernière section, qui compte 62 œuvres (0,94 %), les romans et contes en provenance de toute l’Europe regroupés sous forme de collections ou de recueils comme dans la Colección de Novelas extranjeras de las más exquísitas y raras que hasta ahora se ha publicado éditée en quatre tomes110.

  • 111 Voir au sujet de la réception du théâtre européen en Espagne au xviiie siècle : Francisco Lafarga, (...)

33Les traductions d’œuvres littéraires européennes éditées en Espagne étaient en grande majorité des romans, des contes et des pièces de théâtre111 et correspondaient à des genres littéraires prisés par les lecteurs de l’époque. Par ailleurs, force est de constater que l’Espagne traduisait des auteurs dont la renommée n’était plus à faire en Europe et dont les ouvrages s’inscrivaient dans le processus de réforme littéraire propre à l’Europe des Lumières.

La littérature antique

  • 112 José Checa Beltrán, « La reforma literaria », in Agustín Guimerá, ed., El reformismo borbónico, op. (...)
  • 113 Colección de 200 títulos de comedias antiguas, del surtido que fue de D. Antonio Sanz, GM, n° 94 du (...)
  • 114 BPA, n° VI, 1789, p. 25 ; GM, n° 10 du mardi 3 février 1789, p. 91 ; Ibid., n° 8 du mardi 26 janvie (...)
  • 115 DM, n° 145 du mercredi 25 mai 1791, p. 588 ; Ibid., n° 315 du vendredi 11 novembre 1791, p. 1270 ; (...)
  • 116 Francisco Aguilar Piñal, « Poesía », in Francisco Aguilar Piñal, ed., Historia literaria de España (...)

34Pour réformer sa littérature, l’Espagne s’était tournée vers ses auteurs passés mais aussi vers ceux de l’Antiquité112. De fait, la littérature latine et la littérature grecque représentent 408 ouvrages (6,16 %) et se classent au troisième rang des ouvrages littéraires les plus diffusés. Cependant, la répartition entre les deux est loin d’être égale. Les écrits en latin sont au nombre de 229 (56,12 %) contre 153 (37,5 %) pour ceux en grec. À ceux-ci, s’ajoutent 26 livres pour lesquels aucune distinction ne fut faite entre les deux langues dont un catalogue de 200 comédies antiques dans lequel aucun titre ne figure113. Si les fables, poèmes et récits mythologiques, dont l’Iliade d’Homère donnée pour la première fois en espagnol par Ignacio García Malo en trois volumes en 1788114, agrémentèrent cette section consacrée à la littérature classique, ce furent sans conteste les œuvres des philosophes qui furent les plus traduites. Les journaux se firent, par exemple, l’écho de la quatrième édition de De los remedios de cualquier fortuna de Sénèque que transposa en espagnol en son temps Francisco de Quevedo115. Ces livres philosophiques avaient bien évidemment pour but de donner à réfléchir aux lecteurs et d’être porteurs d’enseignements. Mais en se tournant vers les modèles classiques gréco-latins, les hommes de Lettres entendaient également poser les bases d’un nouveau classicisme espagnol116.

D’autres œuvres littéraires

  • 117 DM, n° 352 du vendredi 18 décembre 1789, p. 1408 ; Ibid., n° 8 du vendredi 8 janvier 1790, p. 32.
  • 118 Ibid., n° 336 du mercredi 2 décembre 1789, p. 1342.
  • 119 DM, n° 141 du vendredi 21 mai 1790, p. 565 ; GM, n° 38 du mardi 11 mai 1790, p. 328 ; ML, n° CXI, 1(...)
  • 120 Min., n° XLVIII du 16 juin 1807, p. 170-176.

35À un bien moindre degré, l’Espagne diffusa quelques œuvres en provenance de contrées lointaines : deux de Perse (0,03 %) et une de Syrie et du Royaume de Siam (0,01 %). Pour la Perse et la Syrie, les ouvrages, Alejandro el Grande (partie une et deux)117 pour la première et Historia de Barlaam Josaphat Rey de las Indias118 pour la seconde, tous deux inclus dans la Colección de Novelas y cuentos de todas clases que se hayan escrito en diferentes lenguas sin exceptuar la latina y la griega119, avaient fait l’objet d’un tirage à part. La Posmodia, poema en cuatro cantos por uno que lo escribió traduite par Gaspar de Molina y Saldivar120 provenait, quant à elle, du Royaume de Siam.

  • 121 DM, n° 122 du samedi 2 mai 1795, p. 504 ; GM, n° 37 du vendredi 8 mai 1795, p. 500 ; NVCM, n° 6, 17 (...)

36Enfin, trois traductions latines (0,05 %) d’auteurs qui avaient délibérément choisi cette langue comme moyen d’expression, ont été classées dans la section « Littérature latine ». Cela fut le cas pour l’ouvrage du jésuite Andrés Friz, Alexis : drama pastoral121.

37Ces livres publiés en Europe ou hors de ses frontières n’avaient par conséquent rien de différent de ceux publiés en Europe ou en Espagne. Insérés dans des collections ou annoncés en tant qu’œuvres à part entière, les genres littéraires auxquels ils se rapportaient étaient similaires à ceux que l’on trouvait dans la Péninsule.

  • 122 Joaquín Álvarez Barrientos, Los hombres de letras en la España del siglo xviii. Apóstoles y arribis (...)

38Les écrivains qui se consacrèrent à la littérature, en voulant la réformer notamment au niveau poétique, et en remettant au goût du jour les auteurs classiques, contribuèrent activement à dévoiler le patrimoine culturel de l’Espagne, à affirmer leur nation en tant que République des Lettres aux yeux de l’Europe et par conséquent jetèrent les bases, comme l’affirme Joaquín Álvarez Barrientos, du « Parnasse espagnol122 ». À plus grande échelle, la rénovation de la littérature et le didactisme qu’elle acquit servirent la politique culturelle de la Couronne.

Les « Sciences et arts »

  • 123 « Farmacia », Diccionario de Autoridades, t. V, p. 249 : « El Arte que enseña la composición, prepa (...)
  • 124 « Historia », Ibid., t. IV, p. 162 : « Se llama también la descripción que se hace de las cosas nat (...)
  • 125 « Física », Ibid., t. V, p. 251 : « Ciencia que trata de la naturaleza y calidad de las cosas, inqu (...)
  • 126 « Química », Ibid., t. II, p. 319 : « Arte de preparar, purificar, fundir, fijar, y coagular, y a v (...)
  • 127 « Matemática », Ibid., t. IV, p. 513 : « Ciencia, que trata de la cantidad en cuanto mensurable : c (...)
  • 128 « Agricultura », Ibid., t. I, p. 123 : « La labranza de la tierra, el cultivo, y beneficio que se h (...)
  • 129 « Filosofía », Ibid., t. V, p. 251 : « Ciencia que trata de la esencia, propiedades, causas y efect (...)
  • 130 « Arte », Ibid., t. I, p. 422 : « Se llaman así también los oficios de manos : como arte de seda, d (...)
  • 131 « Máquina », Ibid., t. IV, p. 445 : « Se llama también un todo compuesto artificiosamente de muchas (...)

39Avec 4 402 ouvrages (15,67 % de l’ensemble des livres annoncés), les « Sciences et arts » se classent au troisième rang de la classification thématique. Cette catégorie divisée en deux, les Sciences d’un côté et les Arts de l’autre, renferme des œuvres bien différentes. Dans les Sciences sont compris les livres en rapport avec l’« art de soigner » (pour reprendre une partie du titre du Diario de los nuevos descubrimientos), c’est-à-dire relatifs à la médecine, à la chirurgie et à la pharmacie123 ; l’histoire naturelle124 ; la physique125 ; la chimie126 ; les mathématiques et les sciences mathématiques127 et enfin l’agriculture128. Dans cette section apparaissent également des œuvres dites « philosophiques » dans la première acception du terme, c’est-à-dire, selon la définition du Diccionario de Autoridades, qui avaient pour sujet la « science qui traite de l’essence, des propriétés, des causes et des effets des choses naturelles129 ». Quant aux ouvrages qui se rapportent aux « Arts », ils correspondent « aux métiers manuels130 » et de manière plus large aux inventions de machines131, aux techniques (navigation, art de la guerre etc.) et à l’architecture.

  • 132 John Lynch, La España del siglo ilustrado, op. cit., p. 143 : « 1746-159 : un periodo de transición (...)
  • 133 José Luis Gómez Urdañez, El proyecto reformista de Ensenada, Lérida, Milenio, 1996.
  • 134 Emilio Balaguer Perigüell, « Ciencia e Ilustración : la incorporación de España a la Revolución cie (...)
  • 135 Ibid., p. 13-33.
  • 136 Luis S. Granjel, « Panorama de la ciencia de la Ilustración », in Ciencia, medicina y sociedad en l (...)
  • 137 Pedro Rodríguez Campomanes, Discurso sobre el fomento de la industría popular, Madrid, Imprenta de (...)
  • 138 Voir à propos de la création des Sociétés Économiques des Amis du Pays : Luis Miguel Enciso Recio, (...)
  • 139 Ibid., p. 154-161.
  • 140 Manuel Godoy, Memorias, t. III, Chap. XVI, op. cit., p. 368-370 [Réédition et introduction d’Elisab (...)
  • 141 Ibid., p. 370 [Ibid., p. 931.] ; DM, n° 170 du dimanche 19 juin 1803, p. 683 ; Ibid., n° 324 du sam (...)
  • 142 EIE, n° 277 du mercredi 3 octobre 1804, p. 1142 ; GM, n° 48 du vendredi 17 juin 1803, p. 511 ; Ibid (...)
  • 143 AHN, Consejos, Leg. 11284, exp. 25. : « […] el exponente [Pedro María Olive] ha acreditado su sufic (...)

40En montant sur le trône d’Espagne, Philippe V fut confronté à un pays non seulement totalement affaibli par la Guerre de Succession (1700-1713) mais aussi à un déclin culturel qui avait débuté au xviie siècle. S’il est certain que le conflit qui opposait le petit-fils de Louis XIV à l’Archiduc Charles d’Autriche interdit tout début d’un processus de récupération culturelle, quelques hommes érudits comme Benito Jerónimo Feijóo y Montenegro avec la publication du Teatro crítico universal, avaient néanmoins ouvert la voie à une renaissance culturelle. De fait, il fallut attendre que Ferdinand VI ceignît à son tour la couronne pour que l’Espagne entrât, sinon dans une nouvelle ère, du moins dans une période de transition132. En effet, avec une politique extérieure fondée sur la neutralité, Ferdinand VI disposa d’une quantité d’argent considérable pour réformer (dans une certaine mesure) la politique intérieure et par conséquent essayer de relancer l’économie du pays. Pour cela, la modernisation de la Marine impulsée par le marquis de la Ensenada133 permit de faire des avancées notables dans les domaines scientifiques et techniques. Il fallut également relancer l’industrie et, pour ce faire, Ferdinand VI n’hésita pas à recourir à une main d’œuvre étrangère et à subventionner ses propres scientifiques pour se perfectionner à l’étranger134. Ce fut également sous son règne que furent créées nombre d’institutions dédiées aux Sciences : le Real Colegio de Cirugía et le Real Observatorio de Cadix respectivement en 1748 et 1753 ; à Madrid, le Real Gabinete de Historia natural en 1752 ou le Real Jardín botánico en 1755 ; à Barcelone, le Real Colegio de Artillería en 1750. L’Espagne, alors consciente de son retard en la matière, entendait bien se mettre au diapason de l’Europe et sortir de son isolement scientifique. Mais ce fut avec la pénétration des Lumières et principalement sous le règne de Charles III, roi éclairé par excellence, que l’Espagne commença sa révolution scientifique135 qui connut son apogée dans le dernier tiers du siècle136. Parallèlement à ces institutions créées par la seule volonté de la Couronne, se développèrent, à l’initiative de quelques particuliers (du moins pour la première d’entre elles, la Bascongada, en 1764), les Sociétés Économiques des Amis du Pays dont Campomanes, dans son Discurso sobre el fomento de la industría popular137 imprimé à 30 000 exemplaires en 1774, exhorta l’ensemble des Chancillerías et des Audiencias à suivre l’exemple138. Les Sociétés Économiques contribuèrent activement à l’amélioration de l’agriculture et au développement de l’industrie139. L’heure était à la diffusion scientifique et à la vulgarisation des connaissances, dans une Espagne où la population manquait quelque peu d’intérêt pour les sciences ; le tout sous l’impulsion de la Couronne qui n’hésita pas à mettre en œuvre tous les moyens nécessaires pour parvenir à ses fins. Les livres furent l’un d’entre eux et le nombre d’ouvrages compris dans les « Sciences et arts » démontre que Charles IV continua le plan de divulgation entrepris par son illustre prédécesseur. L’attitude des scientifiques face aux livres fut bien différente de celle qu’ils eurent à l’encontre du Diario de los nuevos descubrimientos créé pour diffuser les nouveautés réalisées dans les différents domaines des sciences et, en apparence, ils leur accordèrent bien plus de crédit. Cependant, la Couronne ne fut pas étrangère à cette multiplication des ouvrages. D’ailleurs, Manuel Godoy, dans ses Mémoires, n’hésita pas pour l’année 1803, par exemple, à citer nombre d’œuvres qui avaient vu le jour sous l’égide du gouvernement140 comme l’Epidemiología española o historia cronológica de las pestes, contagios, epidemias y epizoótias que han acaecido en España desde la venida de los Cartagineses hasta el año de 1801 de Joaquín Villalba éditée en deux volumes141. Or, si l’Espagne démontrait qu’elle possédait également de bons scientifiques, elle était grandement tributaire des savoirs de l’Europe. Aussi, n’est-il pas étonnant que nombre de traductions réalisées, parfois sur ordre des autorités, virent le jour. L’œuvre d’Antoine François de Fourcroy publiée en dix volumes de 1803 à 1809 sous le titre de Sistema de los conocimientos Químicos y sus aplicaciones a los fenómenos de la naturaleza y del arte142 en est un exemple. Cet ouvrage fut traduit tout d’abord par Pedro María Olive puis par Gregorio González Azaola, tous deux secondés par le français Louis Proust (appelé en Espagne par la Couronne et nommé professeur de chimie du Real Laboratorio de Química de Madrid) qui, en sa qualité de scientifique de renom, l’annota. L’œuvre avait été commandée par les autorités puisqu’elle fut imprimée pour le compte du Roi sur ses propres presses143.

  • 144 Jean-Pierre Clément, « L’Esprit scientifique dans l’Espagne du xviiie siècle, de Jovellanos au Sema (...)

41Les progrès réalisés dans l’ensemble des domaines scientifiques en Espagne furent considérables. Néanmoins, ils n’auraient pu être réalisables sans la pénétration des Lumières et sans le concours de la Couronne144.

Les imprimés classés dans la catégorie « Divers »

42À la quatrième place, la catégorie « Divers », 3028 titres (10,78 % de l’ensemble), regroupe les ouvrages qui n’entrent dans aucune des sections thématiques établies. Comme son nom l’indique, les œuvres qui y sont classées abordent des thèmes éclectiques.

  • 145 Francisco Aguilar Piñal, La prensa española en el siglo xviii, op. cit., p. XII : « Totalmente dife (...)

43En conséquence, sont inclus dans cette section les imprimés publiés périodiquement tels que les journaux et les « revues » hebdomadaires, mensuelles et annuelles. La presse, avec 1 843 titres annoncés, soit 60,76 % des publications recensées, est le groupe le plus nombreux de cette section. La presse madrilène est largement représentée puisque l’ensemble des titres publiés dans la capitale espagnole sous le règne de Charles IV furent mentionnés. Pour autant, la presse de province ne resta pas en marge. Pas moins de 23 périodiques dont quatre édités à Murcie et à Cadix, trois à Valence, deux à Barcelone, Gérone et à Alcalá de Henares ainsi qu’un pour les villes de Carthagène, Salamanque, Málaga, Saragosse, Saint-Jacques de Compostelle et Séville furent annoncés. L’on constate qu’après une pénétration tardive et des débuts chaotiques dans la Péninsule, la presse sut tirer son épingle du jeu et devenir un moyen de diffusion des idées et des connaissances incontournables à la fin du xviiie siècle. Quant aux « revues », elles furent annuelles (guides ecclésiastiques, militaires, pour les étrangers, les almanachs pour les commerçants et les pronostics), mensuelles ou hebdomadaires (guides des prix des denrées alimentaires de première nécessité comme le grain) et éditées aussi bien à Madrid que dans les capitales de province. Bien que minoritaire à cette époque, ce type d’imprimés représente toutefois 359 titres annoncés et était « consommé avec avidité par toutes les classes sociales145 ».

  • 146 DM, n° 198 du vendredi 17 juillet 1807, p. 70 ; GM, n° 65 du vendredi 24 juillet 1807, p. 762 ; Min (...)
  • 147 « Advertencia », Arte de nadar compendiado del que Escribió en Italiano Bronzio Bernardi, Madrid, I (...)
  • 148 Ibidem.

44Quant aux livres, si certains étaient des miscellanées, d’autres, en revanche, malgré des thématiques abordées bien définies, ne rentraient pourtant dans aucune des catégories établies. Au nombre de 824, ces ouvrages avaient pour thèmes des sujets plus légers mais non dépourvus d’utilité puisqu’ils avaient obtenu la licence d’impression. Aussi, étaient-ils en rapport avec le divertissement au sens large du terme : les jeux de cartes, la loterie, la corrida de toros, la danse sans oublier la chasse. D’autres œuvres, d’un genre bien différent, furent sans nul doute nouvelles pour l’époque. L’Arte de nadar aussi annoncé sous le titre de Nuevo arte de nadar146, que l’on classerait de nos jours dans la catégorie réservée au « sport », ne pouvait trouver sa place que dans la catégorie « Divers ». En effet, cette œuvre de l’italien Bronzio Bernardi traduite dans le but de faire disparaître toute phobie de l’eau et de sauver des vies147 était un véritable manifeste et manuel pratique de l’apprentissage de la nage et de son utilité que l’auteur n’hésita pas à agrémenter de gravures pour une meilleure compréhension148.

Les « Sciences humaines »

45Cette catégorie occupe, avec 2 474 ouvrages (8,81 %), le cinquième rang et renferme des œuvres relatives aux phénomènes de société, à l’économie ou encore au droit civil.

  • 149 Voir à ce sujet : Mireille Coulon, « "Majismo" y "petrimetría" dans les Cartas marruecas de Cadalso (...)
  • 150 AL, n° 1, 1804, p. 48 ; BPA, n° VII, 1790, p. 5-6 ; GM, n° 73 du vendredi 10 septembre 1790, p. 603 (...)
  • 151 Antonio Viñao Frago, « Las reformas de la Ilustración : proyectos y realidades, obstáculos y resist (...)
  • 152 Exposición del método elemental de Henrique Pestalozzi, con una noticia de las obras de este celebr (...)
  • 153 Noticia de las providencias tomadas por el Gobierno para observar el nuevo método de enseñanza prim (...)
  • 154 Manuel Godoy, Memorias, t. IV, chap. XXIII, op. cit., p. 196 [Réédition et introduction d’Elisabel (...)

46Si la société de l’époque fit les choux gras de la presse à de nombreuses reprises (notamment dans les spectateurs), elle ne fut pas non plus épargnée dans les livres qui étaient édités. Aussi publia-t-on des œuvres critiques à l’égard des petimetres (plus que méprisés par les ilustrados149) ; sur la place des femmes au sein de la société, de l’éducation à leur donner voire sur leurs capacités intellectuelles, comme le discours prononcé par Josefa Amar y Borbón édité en 1790 sous le titre de Discurso sobre la educación física y moral de las mujeres150 ou bien contre le luxe. Parmi les préoccupations des hommes éclairés en rapport avec la société, l’enseignement et l’éducation (qui depuis l’expulsion des jésuites en 1767 et la réforme de l’Université de Séville proposée par Pablo de Olavide en 1769) étaient au cœur des débats151. De fait, les nouveaux plans d’études des centres d’enseignement furent-ils régulièrement imprimés. De même, la fin du règne de Charles IV vit l’apparition et la diffusion de nouvelles méthodes d’apprentissage comme celle du Suisse Johann Heinrich Pestalozzi152 par l’exercice physique et leur mise en pratique153 sous l’impulsion du Prince de la Paix154. En suivant ces nouveaux moyens d’enseignement puisés parmi les modèles qu’offrait l’Europe, l’Espagne de Charles IV entendait, là encore, poursuivre son effort d’ouverture sur le monde moderne.

  • 155 Lucienne Domergue, « Despotisme éclairé et dirigisme culturel : l’éducation populaire », in Gérard (...)
  • 156 BPA, n° VI, 1789, p. 34 ; Ibid., n° VII, 1790, p. 40 ; GM, n° 41 du vendredi 22 mai 1789, p. 364 ; (...)

47Quant aux ouvrages consacrés à l’économie ou au commerce, ils figurent également dans ce panel ayant trait aux « Sciences humaines ». Ces imprimés pouvaient être des manuels en relation avec la tenue des livres de comptes, les méthodes employées pour faciliter la comptabilité, les taux de change en vigueur dans les hauts lieux du négoce européen ou sur la manière de les réaliser ainsi qu’en rapport avec les prix de certaines denrées alimentaires ou autres enjeux commerciaux. De plus, à une époque où l’oisiveté était vivement combattue et le travail plus qu’encouragé155, des livres plus généraux vantant les mérites du commerce virent le jour comme la Disertación sobre la naturaleza y utilidades del comercio156 éditée à Saint-Jacques de Compostelle en 1788.

  • 157 María Dolores Saíz, Historia del periodismo en España. Los orígenes. El siglo xviii, op. cit., p. 5 (...)
  • 158 Lucienne Domergue, « Inquisición y ciencia en el siglo xviii », art. cit., p. 118.
  • 159 Ibid., p. 119.

48Enfin, un grand nombre d’imprimés étaient en relation avec le droit civil. Les pragmatiques, ordonnances, décrets royaux déjà largement reproduits dans la presse (tout particulièrement dans la Gaceta de Madrid depuis son rachat par la Couronne157) firent l’objet de tirages à part et étaient en vente à l’Imprimerie Royale. Aussi, nul n’était censé ignorer les lois en vigueur dans les territoires de Charles IV. Puis, dans le but d’avoir des ouvrages pratiques regroupant l’ensemble des lois, furent édités des recopilaciones ou colecciones publiées en plusieurs tomes et principalement adressées aux avocats ou à toute personne qui, par son métier, était en lien direct avec la Jurisprudence. Bien souvent, ces œuvres étaient accompagnées de suppléments regroupant les lois adoptées après leur impression afin qu’elles fussent les plus complètes possible. Les « Sciences humaines », et notamment le droit civil, n’échappèrent pas à cette entreprise de modernisation commencée depuis de nombreuses années déjà dans l’ensemble des différentes branches qui composaient les Sciences. En effet, depuis le motín de Esquilache en 1766 et l’expulsion de la Compagnie de Jésus l’année suivante, le droit civil avait pris une nouvelle direction. L’Inquisition, garante exclusive de la foi et de la morale catholique, sentit que la publication de certains livres qui traitaient de la législation et tout particulièrement de droit criminel représentait une menace directe non seulement pour elle mais aussi pour l’Église espagnole158. Aussi firent-ils l’objet d’un contrôle particulièrement attentif de la part du Saint-Office159.

L’« Histoire »

  • 160 Carlos Órtiz de Urbina y Montoya, « Un gabinete numismático de la Ilustración española : la Real So (...)

49Les livres consacrés à l’Histoire, au nombre de 2 219 représentent 7,9 % des ouvrages écrits en castillan. Compte tenu de la diversité des thèmes traités dans ces œuvres, la frontière entre « histoire » et « géographie » fut parfois très étroite. Cette catégorie renferme néanmoins des récits de voyages (à ne pas confondre avec les expéditions scientifiques), des ouvrages relatifs à l’histoire politique d’une nation ou d’une région, des biographies d’hommes célèbres ou des monarques (d’Espagne ou d’Europe), des récits de guerre ainsi que des ouvrages ayant trait à la numismatique (branche qui se développa à la fin du xviiie siècle160).

  • 161 Luis S. Granjel, « Panorama de la ciencia de la Ilustración », art. cit., p. 109.
  • 162 Ibid., p. 110.
  • 163 Antonio Mestre Sanchis, « Historia crítica y reformismo en la Ilustración española », in A.
    Alberol (...)
  • 164 Juan Pablo Forner, Discurso sobre el modo de escribir y mejorar la historia de España, Imprenta de (...)
  • 165 Ibid., p. 6 [de la réédition] : « En la historia, más que en otro género de escritura, es de absolu (...)
  • 166 Ibid., p. 65 : « La Academia de la Historia puede sin duda poseer gran tesoro de papeles, libros, c (...)
  • 167 Ibid., p. 63-66 : « Las plazas de cronistas eran útiles en España. »
  • 168 Ibid., p. 64.
  • 169 Ibid., p. 6 : « El historiador que no funde sus narraciones en los documentos auténticos pertenecie (...)

50La pénétration des Lumières, qui engendra le développement des Sciences et techniques en se fondant sur la raison et l’observation des faits, permit également de former une nouvelle réalité culturelle. De la même manière, les études historiques évoluèrent et entrèrent dans une nouvelle réalité lorsque le passé cessa d’influer sur le présent161. Ce fut cette attitude qui amena les « historiens » à enquêter sur le passé de la nation162. Il s’agissait d’en finir avec les idées reçues et de s’appuyer sur des documents d’époque pour prouver la véracité des faits historiques163. Cela était d’ailleurs le propos que tint Juan Pablo Forner dans le Discurso sobre el modo de escribir y mejorar la historia de España164 puisque disait-il : « En histoire, plus que dans un autre genre d’écriture, il est d’une absolue nécessité d’avoir recours aux sources des choses165 ». Mais pour y parvenir, encore eût-il fallu que les documents fussent accessibles. Ainsi, Forner critiquait-il la Real Academia de la Historia (placée sous protection royale le 17 juin 1738) qui n’ouvrait ses archives qu’à ses seuls membres166. Il préconisait donc le retour des chroniqueurs supprimés au début du xviiie siècle167. En effet, selon Forner, être membre d’Académie n’était qu’un simple titre honorifique et une occupation secondaire car chacun d’entre eux avait un emploi ou un poste qui constituait leur principale activité168. Malgré cela, le rôle que joua cette Académie ou ceux qui se consacrèrent à l’étude de l’Histoire permirent de mieux connaître le passé de leur nation en se fondant sur des documents originaux et anciens, ce que tout bon historien se devait de faire s’il ne voulait pas être dénigré169.

Des ouvrages moins prisés

51Avec moins de 5 % de l’ensemble des ouvrages recensés, la « Philologie et la linguistique », la « Géographie » et les « Beaux-Arts », avec respectivement 797 œuvres (2,84 %), 489 (1,74 %) et 340 (1,21 %), furent les moins présents dans la République des Lettres.

  • 170 BPA, n° VI, 1789, p. 11 ; ML, n° LXXVII, 1re partie de janvier 1789, p. 86-89.

52La première catégorie regroupe les manuels de grammaire espagnole et de langues étrangères, les dictionnaires (unilingues, bilingues et parfois trilingues), des méthodes d’enseignement de lecture et d’écriture ainsi que des ouvrages en relation avec l’apprentissage des langues étrangères. De manière générale, ces livres s’adressaient à une vaste partie de la population comme cela fut stipulé, par exemple, pour le Diccionario Español-Latino-Arábigo en que siguiendo el Diccionario abreviado de la Real Academia se ponen las correspondencias latinas y árabes para facilitar el estudio de la lengua Arábiga a los Misioneros y a los que viajaren o contratan en África y Levante170 du Père Francisco Cañes, utile aussi bien aux missionnaires religieux qu’aux voyageurs ou aux commerçants.

  • 171 Luis S. Granjel, « Panorama de la ciencia de la Ilustración », art. cit., p. 110.
  • 172 Noticias Americanas : entretenimientos físico-históricos sobre la América Meridional, y la Septentr (...)
  • 173 BPA, n° VI, 1789, p. 49 ; DM, n° 137 du mercredi 16 mai 1792, p. non numérotée ; GM, n° 20 du mardi (...)

53Quant aux œuvres géographiques, les récits de voyages et expéditions scientifiques sur terre et en mer, contenant des descriptions de régions, l’état de l’agriculture, des industries aussi bien en Espagne que dans ses contrées lointaines, furent récurrents. Il s’agissait d’inventorier les richesses et les possibilités que possédait l’Espagne pour améliorer sa situation économique171. Ces entreprises étaient en totale adéquation avec les enjeux de la politique éclairée de la Couronne. Si pour les territoires d’Outre-mer, les expéditions d’Antonio de Ulloa furent bien souvent montrées en exemple172, pour la Péninsule, ce fut Antonio Ponz qui publia son Viaje a España en 18 volumes173. Dans ce même esprit, les descriptions de villes, les atlas et cartes maritimes accompagnées d’explications se multiplièrent notamment avec la création en 1797 de la Dirección de Trabajos Hidrográficos.

  • 174 AL, n° 1, 1804, p. 13 ; DM, n° 337 du jeudi 3 décembre 1807, p. 660 ; GM, n° 10 du vendredi 4 févri (...)
  • 175 DM, n° 245 du vendredi 4 septembre 1795, p. 1006 ; Ibid., n° 235 du lundi 22 août 1796, p. 959 ; Ib (...)
  • 176 DM, n° 233 du mardi 21 août 1804, p. 954. Seule l’année dédition reste inconnue pour cette première (...)
  • 177 AL, n° 1, 1804, p. 42 ; DM, n° 228 du vendredi 16 août 1805, p. 192 ; Ibid., n° 237 du lundi 25 aoû (...)

54Enfin, les « Beaux-Arts » clôturent la classification thématique. Eux aussi furent touchés par la rénovation culturelle qui frappa le pays et la Real Academia de Bellas Artes de San Fernando (créée en 1752) allait défendre le Néoclassicisme comme reflet de la rationalité, de la sobriété et de la vérité et en fit l’expression plastique de l’absolutisme éclairé. Parmi les œuvres présentées pour perfectionner les techniques en vigueur, on trouvait des descriptions de statues ornant les jardins des palais royaux ou les décorations réalisées sur les façades de certains bâtiments en l’honneur du couronnement de Charles IV dans les villes que la famille royale visita à cette occasion. Des œuvres plus générales furent également éditées : des livres à l’usage des peintres qui pouvaient également servir aux naturalistes, graveurs et professeurs de dessin sur les proportions, les coloris ou encore pour les amateurs, qui voulaient apprendre à dessiner, des livres d’apprentissage. La musique fut également représentée avec des méthodes pour jouer de la guitarre, du violon ou de l’orgue ainsi que des ouvrages relatifs aux techniques de chant et notamment du plainchant utilisé lors des cérémonies religieuses comme la Breve instrucción de canto llano especulativo y práctico para el uso de los monjes cistercienses de San Bernardo, que con las reglas que contiene puede servir generalmente rédigée par un moine de la congrégation de Saint-Bernard174. Quant à la Descripción y breve explicación de las estatuas, fuentes y jarrones de los Reales jardines del Sitio de S. Ildefonso, y de los sucesos y personajes de la historia fabulosa que representan de D. A. C. D. R. qui fit l’objet d’une première édition175 à Ségovie par Antonio de Espinosa176 et d’une seconde en 1803 à Madrid par Mateo Repullés177, outre sa vocation descriptive des statues présentes dans le jardin royal, elle avait également pour but de dépeindre les récits héroïques des personnages représentés.

*

55Les livres participèrent activement à la régénération culturelle de l’Espagne ainsi qu’à son ouverture sur le monde moderne. Par conséquent, ils œuvraient pour le « bien public », un thème récurrent chez les hommes éclairés de cette fin de siècle. Pour autant, cela ne put avoir lieu sans le concours de la Couronne qui, par le biais de la censure, contrôlait leur impression. Et, comme le précise Jean Sarrailh dans un article concernant l’aspect culturel de l’Espagne sous le règne de Charles III :

  • 178 Jean Sarrailh, « La notion de l’utile dans la culture espagnole à la fin du xviiie siècle », Bullet (...)

Dans l’ardeur de leur croisade [pour les sciences « utilitaires » (les sciences exactes, physiques et naturelles, dessin, langues vivantes, géographie et « économie civile »), précisa-t-il antérieurement], les Espagnols « éclairés » vont plus loin encore et mettent à l’index toute étude qui n’a pas pour but direct et immédiat la prospérité nationale. Jovellanos lui-même, qui mérite pourtant si bien le beau nom d’humaniste, reproche à ses amis leurs travaux purement spéculatifs et, en revanche, les félicite chaleureusement d’entreprendre un ouvrage « de la plus grande utilité pour la patrie178.

  • 179 VCLA, n° 1, 1803, p. 44 : « Tienen bastante adelantada la traducción, y sólo esperan a que se concl (...)
  • 180 Paul-Jacques Guinard, La Presse espagnole de 1737 à 1791, op. cit., p. 37-44.
  • 181 Lucienne Domergue, La Censure des livres en Espagne à la fin de l’Ancien Régime, op. cit., p. 19.

56En montant sur le trône, Charles IV ne mit pas un terme à ce procédé, bien au contraire. Les impressions réalisées et annoncées dans la presse madrilène témoignent d’une continuité de la politique culturelle et de divulgation menée par Charles III. D’ailleurs, Charles IV lui-même n’hésita pas encourager la diffusion des idées nouvelles. Il demanda, par exemple, que le Nuevo Diccionario de Historia natural aplicado a las artes, y principalmente a la agricultura y a la economía rural y doméstica, por una sociedad de Naturalistas y Agrónomos, con láminas pertenecientes a los tres reinos de la naturaleza, alors même que l’original et la traduction étaient toujours soumis à la censure, fût imprimé sur ses propres presses179. Inéluctablement, de la même manière que les journaux étaient orientés vers les idéaux de la Couronne et édités à des fins utilitaristes180, il en fut de même pour les livres. Utilité, didactisme et moyen de véhiculer les idées de l’Ilustración (les trois axes des Lumières) furent les maîtres mots de l’édition espagnole, le tout dans le plus grand respect du dogme catholique, ce à quoi veillait, pour reprendre les termes de Lucienne Domergue pour nommer l’Inquisition, la « police des livres181 ».

Classification thématique des livres par périodique

  • 182 Cf. Supra, Présentation des périodiques publiant des annonces de librairie.

57Le panorama littéraire qui vient d’être brossé tient compte des ouvrages en espagnol annoncés dans l’ensemble des journaux. Cependant, chacun d’entre eux appartenait à des genres différents182 et par conséquent, les œuvres qu’ils annoncèrent durent être, a priori, en rapport avec les thèmes que les rédacteurs avaient choisi de traiter.

  • 183 Annexe IV, Classification thématique des ouvrages en espagnol par périodique (1er janvier 1789-19 m (...)

58La classification thématique des ouvrages en espagnol par périodique183 démontre qu’un seul périodique manque à l’appel : le Diario de los nuevos descubrimientos dont les 24 œuvres annoncées étaient toutes en langues étrangères. Deux explications à cela : parce que d’une part, ce périodique était une traduction du français et, d’autre part, les scientifiques espagnols n’ayant eu aucun intérêt pour lui, les rédacteurs durent s’appuyer sur les œuvres annoncées dans le journal français. Pourtant, Gabriel Sancha, imprimeur-libraire de renom et de surcroît certainement annonceur d’ouvrages qu’il possédait dans son commerce, devait avoir connaissance des œuvres scientifiques éditées dans la Péninsule.

59Par ailleurs, seule la Gaceta de Madrid présente un classement thématique identique à celui que nous avons établi pour l’ensemble de la presse madrilène. De fait, les ouvrages religieux furent les plus diffusés tandis que ceux en rapport avec les « Beaux-Arts » figurent en fin de liste. Plus encore, malgré une quantité numérique de livres moindre, la part des catégories thématiques qu’offrent les œuvres présentées dans la Gaceta est peu ou prou, identique, voire supérieure, à celles du tableau précédent. À n’en pas douter, le journal officiel fut un miroir fidèle du monde de l’édition.

60Bien que les œuvres religieuses fussent les plus nombreuses, elles ne figurent pourtant à la première place que dans cinq périodiques : la Gaceta de Madrid, l’Espíritu de los mejores Diarios, les Noticias varias y curiosas de Madrid, l’Almanaque literario et la Biblioteca periódica anual. Rien d’étonnant à cela dans les trois périodiques annuels puisque leur principale source pour constituer leurs listes de livres était la Gaceta de Madrid à laquelle nous pouvons ajouter pour la Biblioteca periódica anual le Memorial literario. Or, dans ce dernier, la section religieuse, avec 340 œuvres (22,01 %) ne figure qu’en deuxième position supplantée par la « Littérature » (383 titres, soit 24,72 %). La Gaceta de Madrid mentionna donc tout type d’imprimés quel que fût le sujet traité. En faisant cela, ses rédacteurs entendaient certainement plaire au gouvernement qui était désireux de dévoiler son patrimoine littéraire. À l’inverse, les rédacteurs de presse privée suivirent les objectifs qu’ils s’étaient fixés en créant leur publication pour annoncer majoritairement des ouvrages en relation avec les thèmes qui y étaient abordés. Une constante dans la majorité des périodiques madrilènes (exception faite de l’Almanaque literario et de la Minerva o el Revisor general), les ouvrages relatifs aux « Beaux-Arts », figurant toujours en fin de liste, furent définitivement les moins prisés.

61La Gaceta de Madrid, le Mercurio de España et le Diario de Madrid (journaux officiels et semi-officiel) eurent des attitudes distinctes face aux œuvres annoncées. Les rédacteurs de la Gaceta et du Mercurio, nous le savons, adoptèrent des positions bien différentes en matière de diffusion des imprimés. La première fut transformée en annonceur de choix pour les professionnels du livre et se fit le reflet de l’édition espagnole. En revanche, le Mercurio, qui délaissa bien souvent l’actualité littéraire au profit de l’actualité événementielle, préféra annoncer des œuvres scientifiques (132 soit une représentation de 24,26 %). Enfin, dans le Diario de Madrid, la « Littérature » fut la plus prisée avec 2 585 œuvres (29,36 %), conséquence, sans nul doute, de la répétition de nombre d’œuvres théâtrales dans une même annonce lorsqu’une nouvelle était présentée.

62Dans trois des quatre périodiques à dominante littéraire, le Memorial literario, La Espigadera et les Variedades de ciencias, literatura y artes, la « Littérature » se classe en tête de liste démontrant que leurs rédacteurs avaient atteint leurs objectifs. Toutefois, La Espigadera, qui tirait ses annonces de livres de la presse étrangère, n’annonça que deux titres écrits en espagnol. Quant à l’Espíritu de los mejores Diarios, qui avait pour principale source les journaux étrangers, il n’en mentionna que cinq : trois religieux et deux littéraires.

63La presse d’information et de divulgation, qui abordait des thèmes divers et variés, n’eut rien à envier à ses homologues à dominante littéraire, puisque trois périodiques sur cinq contenus dans ce groupe annoncèrent en majorité des œuvres littéraires : le Correo de Madrid, les Efemérides de la Ilustración de España et la Minerva o el Revisor general. Seule la Miscelánea instructiva, curiosa y agradable préféra les « Sciences et arts » à la « Littérature ».

64Le plus surprenant vint du Correo mercantil de España y sus Indias. En effet, nous pensions que celui-ci aurait annoncé nombre d’ouvrages en rapport avec les « Sciences humaines », catégorie qui renfermait notamment les œuvres qui traitaient d’économie. Or, avec 67 imprimés dans cette section (16,07 %), celle-ci n’arrive qu’en troisième position bien après les groupes « Divers » (153 livres, 36,69 %) et « Religion » (73, soit 17,5 %). De fait, le Correo mercantil fit la part belle aux journaux et aux revues avec 150 titres. L’attitude du Semanario de Agricultura y Artes dirigido a los Párrocos fut, au contraire, celle à laquelle nous nous attendions. Effectivement, il annonça en majorité des ouvrages en rapport avec les « Sciences et arts » (27, soit 93,1 %) et tout particulièrement en relation avec l’Histoire naturelle, l’Agriculture, la Botanique ou encore les nouvelles techniques agricoles ; des sujets logiquement récurrents dans ce journal.

  • 184 Tabla de la nomenclatura moderna de Química para el uso del Laboratorio de la Universidad de Pavía (...)

65Les seules représentantes de la presse scientifique sont les Anales de Ciencias naturales qui faillirent, comme leur homologue le Diario de los nuevos descubrimientos, ne pas figurer dans ce tableau. En effet, sur quatre imprimés ayant pour sujet les Sciences dont elles firent la publicité, un seul est en castillan184. Assurément, la diffusion des livres ne fut pas la priorité de ce journal.

  • 185 Elementos geométricos de Euclides, dispuestos en método breve y fácil para mayor comodidad de los a (...)
  • 186 Lecciones prácticas de Agricultura y Economía del campo, que da un padre a su hijo para que sea un (...)
  • 187 Paula de Demerson, Esbozo de biblioteca de la juventud ilustrada (1740-1808), op. cit.
  • 188 Jacques Soubeyroux, « El real seminario de nobles de Madrid y la formación de les élites en el sigl (...)

66La Gaceta de los niños, quant à elle, sur 42 livres annoncés, ne fit état que de quatre en langue espagnole. Parmi eux, les « Sciences et arts » furent majoritaires avec deux ouvrages (50 %) relatifs aux mathématiques185 et à l’agriculture186. Pourtant ces deux œuvres ne figurent pas dans l’Esbozo de una biblioteca de la juventud ilustrada (1740-1808) de Paula de Demerson187 qui recense les éditions réalisées pour la jeunesse. Or, il était précisé dans le titre des Elementos geométricos de Euclides qu’il s’agissait d’un ouvrage destiné en premier lieu aux amateurs et aux élèves du Real Seminario de Nobles de Madrid dont l’âge d’entrée (sans dérogration) était généralement aux alentours de sept, huit ans, soit à partir de l’enseignement primaire188. Les imprimés ainsi proposés, du moins l’exemple fourni par le livre de mathématiques, étaient en relation avec la formation des élites. La volonté des frères Canga Argüelles de promouvoir les savoirs aussi bien auprès de leur jeune public qu’auprès de toute autre personne désireuse de s’instruire ne fait aucun doute.

  • 189 Ayo a la juventud Cristiana de ambos sexos, a quien instruye para hacer dignamente la primera Comun (...)
  • 190 Romance historial de la Sagrada Pasión, Ibidem. ; Sumario de la Historia Eclesiastica, y de España (...)

67Enfin, Santos Capuano, qui se servit des Zumbas de Juan de Espera en Dios pour annoncer ses propres écrits, avait choisi comme thème de prédilection la religion. En effet, sur sept ouvrages édités, quatre figurent dans cette catégorie, parmi lesquels deux sont en rapport avec l’exercice du culte189 et deux autres avec l’histoire ecclésiastique190.

*

  • 191 Joaquín Álvarez Barrientos, Se hicieron literatos para ser políticos. Cultura y política en la Espa (...)

68Les ouvrages annoncés dans la presse madrilène suivirent la politique culturelle mise en place par Charles III depuis nombre d’années déjà et dont la Gaceta de Madrid fut le porte-parole. Plus largement, les réformes culturelles dont la production éditoriale se fit l’écho et le contrôle de cette dernière par le Conseil de Castille, servirent un programme plus vaste qui n’était autre que la politique gouvernementale de Charles IV191. S’il en fut ainsi pour la diffusion de la production nationale, nombre de publicistes avaient prévenu leurs lecteurs qu’ils annonceraient indistinctement les livres nationaux ou étrangers qui méritaient d’être connus du public. Aussi, firent-ils la publicité d’un certain nombre d’ouvrages édités hors de la Péninsule.

Notes

1 François Lopez, « La edición española bajo el reinado de Carlos III », art. cit., p. 280 ; Id., « El libro y su mundo », art. cit., p. 85.

2 Nov. Recop., Lib. VIII, Tít. XVI, L. 22, p. 132-135.

3 Ibid., p. 135 ; Lucienne Domergue, Censure et lumières dans l’Espagne de Charles III, op. cit., p. 199.

4 Lucienne Domergue, Censure et lumières dans l’Espagne de Charles III, op. cit., p. 16-20.

5 Nov. Recop., Lib. VIII, Tít. XVI, L. XXII, p. 134 : « 13 Asimismo ningún librero o tratante en libros, ni otra alguna persona pueda vender o meter en estos Reinos libros ni obras de romance compuestas por los naturales de estos Reinos, impresos fuera de ellos, sin especial Real licencia, so pena de muerte y de perdimiento de bienes. Y esta pena de muerte, que impone la ley, se conmute en cuatro años de presidio, y se aumente conforme a la contumacia » ; Lucienne Domergue, Censure et lumières dans l’Espagne de Charles III, op. cit., p. 17 ; François Lopez, « La edición española bajo el reinado de Carlos III », art. cit., p. 281. Précisons que Philippe III en 1610 avait promulgué une loi similaire interdisant aux auteurs espagnols de faire imprimer leurs ouvrages à l’étranger sauf expresse licence du Conseil : Nov. Reccop., Lib. VIII, Tít. XVI, L. VII, p. 126 : « Prohibición de imprimir fuera de estos Reinos los libros compuestos por naturales de ellos ; y penas de los contraventores. »

6 Lucienne Domergue, La Censure des livres en Espagne à la fin de l’Ancien Régime, op. cit., p. 100.

7 Ibid., p. 102-103.

8 Philip Deacon, « La libertad de expresión en España en el período precedente la Revolución Francesa », Estudios de Historia Social : La Revolución francesa y la Península Ibérica 36/37, 1986, p. 18.

9 Antonio Mestre Sanchis, « Floridablanca : una Ilustración tutelada », Mélanges de la Casa de Velázquez. Le Comte de Floridablanca et son époque 39, 2009, p. 37-59.

10 « Literatura », Diccionario de Autoridades, t. III, Madrid, Imprenta de la Real Academia Española por la Viuda de Francisco del Hierro, p. 417.

11 Joaquín Álvarez Barrientos, « La figura del escritor en el siglo xviii », Cuadernos de Ilustración y Romanticismo 2, 1992, p. 13.

12 Inmaculada Urzainqui, « El concepto de Historia literaria en el siglo xviii », in Homenaje a Álvaro Galmés de Fuentes, vol. 3, Madrid-Oviedo, Editorial Gredos – Universidad de Oviedo, 1987, p. 567.

13 Ibid., p. 566-570.

14 « Literatura », Diccionario de la Real Academia Española, t. II, Madrid, Espasa Calpe, 2001 (21e édition), p. 1387 : « Conjunto de las producciones literarias de una nación, de una época o de un género. »

15 « Filosofía moral », Diccionario de autoridades, t. V, Madrid, Imprenta de la Real Academia Española : por los Herederos de Francisco del Hierro, 1737, p. 251 : « La ciencia que trata de la bondad o malicia de las acciones humanas, enseñando las que se deben abrazar, y las que se deben huir, y explicando la naturaleza de las virtudes y vicios. »

16 « Ciencias », Diccionario de Autoridades, t. I, Madrid, Imprenta de Francisco del Hierro, Impresor de la Real Academia, 1726, p. 345 : « Las ciencias humanas, el poder y de la justicia, todas son siervas del poder y de la Justicia Divina, y no pueden las ciencias humanas subir al Alcázar en que se reside la Sabiduría Divina, si ella misma no la llama y las convida, y dándolas la mano las ayuda. SAAVEDRA. »

17 John Lynch, La España del siglo xviii, Barcelona, Crítica, 1999, p. 98-100.

18 Voir à ce sujet Rosa María Capel Martínez, José Cepeda Gómez, El siglo de las luces. Política y sociedad, N° 15, Madrid, Editorial Síntesis, 2006, p. 250-252 ; Emilio La Parra, « Le régalisme bourbonien », in Gérard Dufour, Gérard Chastagnaret, dirs., Le Règne de Charles III. Le despotisme éclairé en Espagne, Paris, CNRS, 1994, p. 184-199 ; John Lynch, La España del siglo xviii, op. cit., p. 168-170.

19 Antonio Mestre Sanchis, « La Iglesia y el Estado. Los concordatos de 1737 y 1753 », in Historia de España de Menéndez Pidal, t. XXIX, Madrid, 1985, p. 332.

20 Voir au sujet des relations entre Manuel Godoy et le clergé espagnol : Gérard Dufour, « Godoy y la iglesia », Pasado y Memoria. Revista de Historia Contemporánea 3, 2004, p. 14-20 ; Emilio La Parra, Manuel Godoy, op. cit., p. 186-200.

21 Teófanes Egido, « La religiosidad de los españoles (siglo xviii) », in Actas del Coloquio Internacional « Carlos III y su siglo » celebrado en Madrid, 14, 15, 16 y 17 de noviembre de 1788, Vol. 1, Madrid, Universidad Complutense, 1990, p. 767-792.

22 Antonio Mestre Sanchis, « Sociedad y religión en el siglo xviii », Chronica Nova. Revista de Historia Moderna de la Universidad de Granada 19, 1991, p. 268-270.

23 John Lynch, La España del siglo xviii, op. cit., p. 248-249. On pourra avoir un exemple du combat mené par les ilustrados et la Couronne au xviiie siècle contre la religiosité populaire dans Inmaculada Arias de Saavedra Alías, Miguel Luis López-Guadalupe Muñoz, La represión de la religiosidad popular. Crítica y acción contra las cofradías en la España del siglo xviii, Granada, Universidad de Granada, 2002.

24 John Lynch, La España del siglo xviii, op. cit., p. 248 : « […] Campomanes, reclamaba, que se pusiera fin a las fiestas, procesiones y limosnas para centrarse simplemente en el Evangelio […]. »

25 Jean Sarrailh, L’Espagne éclairée de la seconde moitié du xviiie siècle, Paris, Imprimerie nationale, p. 675-683.

26 Ibid., p. 676.

27 Ibidem.

28 DM, n° 310 du lundi 4 novembre 1805, p. 512 : « Obra útil a todo Sacerdote, y especialmente a los nuevos en este sagrado misterio » ; Ibid., n° 228 du samedi 16 août 1806, p. 198 : « […] dispuesto por un Presbítero para uso de los Señores Sacerdotes nuevos. » ; GM, n° 42 du vendredi 25 mai 1804, p. 474 : « […] es obra útil a todo sacerdote, y principalmente a los nuevos en este sagrado ministerio. » ; Ibid., n° 51 du vendredi 20 juin 1806, p. 532 : « […] dispuesto por un Presbítero, para uso de los Sacerdotes nuevos. »

29 CMerc., n° 3 du 8 juillet 1793, p. 24 ; GM, n° 11 du mardi 5 février 1793, p. 88 ; Ibid., n° 23 du mardi 21 mars 1797, p. 248 ; NVCM, n° 4, 1794, p. 143-144.

30 GM, n° 7 du vendredi 24 janvier 1800, p. 68.

31 Ibid., n° 17 du mardi 28 février 1792, p. 135.

32 AL, n° 1, 1804, p. 94.

33 GM, n° 102 du vendredi 19 décembre 1800, p. 1188.

34 Lucienne Domergue, « Inquisición y Ciencia en el siglo xviii », Arbor 484-485, 1986, p. 104.

35 Índice último de los libros prohibidos, Madrid, Imprenta de Don Antonio Sancha, 1790, p. XVII-XVIII : « Habiéndose meditado y reflexionado mucho el contenido de la Regla V. del Índice Expurgatorio antiguo, por la que con justísimas causas que ocurrían al tiempo de su formación, se prohibió la impresión y lectura de las Versiones a Lengua vulgar de los Libros Sagrados, con más extensión que la que comprende la Regla IV. del Índice del Concilio (cuyas causas han cesado ya por la variedad de los tiempos), y considerando por otra parte la utilidad que puede seguirse a los Fieles de la instrucción que ofrecen muchas Obras y Versiones del Texto Sagrado, que hasta ahora se han mirado como comprendidas en dicha Regla V : se declara deberse entender ésta reducida a los términos precisos de la IV. del Índice del Concilio, con la declaración que dio a ella la Sagrada Congregación en 13 de Junio de 1757, aprobada por la Santidad de Benedicto XIV. de feliz recordación, y prácticamente autorizada por N. S. P. Pio VI. en el elogio y recomendación que hace en Breve de 17 de Marzo de 1778 de la Traducción hecha en Lengua Toscana por el Sabio Autor Antonio Martini. Y en esta conformidad, se permiten las Versiones de la Biblia en Lengua vulgar, con tal que sean aprobadas por la Silla Apostólica, o dadas a luz por Autores Católicos con Anotaciones de los Santos Padres de la Iglesia, o Doctores Católicos, que remuevan todo peligro de mala inteligencia : pero sin que se entienda levantada dicha prohibición respecto de aquellas Traducciones en que falten las sobredichas circunstancias.
En cuanto a las Horas y diferencia de ellas en Lengua vulgar, entiéndase lo mismo que se previene en esta Regla V, que acaba de mencionarse. »

36 Annexe VI, Annonces de librairie de la Biblia vulgata latina de Felipe Scio de San Miguel.

37 DM, n° 136 du lundi 16 mai 1791, p. 552-553 ; GM, n° 11 du vendredi 6 février 1789, p. 100 ; Ibid., n° 23 du mardi 19 mars 1799, p. 212.

38 BPA, n° VI, 1789, p. 53 ; DM, n° 300 du vendredi 26 octobre 1792, p. 1252-1253 ; GM, n° 12 du mardi 10 février 1789, p. 108 ; Ibid., n° 91 du mardi 13 novembre 1792, p. 803 ; ML, n° LXXXIX, 1re partie de février 1789, p. 265 ; NVCM, n° 3, 1793, p. 139.

39 ML, n° LXXXIX, 1re partie de février 1789, p. 265 : « Siendo cierto, como lo es, que con la memoria de aquellos félices tiempos y bienaventurados siglos de la primitiva Iglesia, se ha ido perdiendo cada día más el verdadero conocimiento de nuestra Religión en los que tienen la dicha de ser sus hijos ; que se han aumentado mucho los vicios con la corrupción del Género Humano ; es excusado hablar de la utilidad de la presente traducción, que tiene por objeto renovar aquella memoria, y hacer común la lectura de una obra tan excelente en el modo y en la substancia, para que puedan aprovecharse los fieles de su doctrina, y conocer que tales son sus costumbres comparadas con las de sus mayores. »

40 DM, n° 96 du mercredi 6 avril 1791, p. 389-390 ; Ibid., n° 110 du lundi 20 avril 1795, p. 455 ; Ibid., n° 111 du mercredi 20 avril 1796, p. 455.

41 AL, n° 1, 1804, p. 30-31 ; DM, n° 125 du vendredi 5 mai 1797, p. 515 ; Ibid., n° 102 du jeudi 12 avril 1798, p. 407 ; Ibid., n° 102 du vendredi 12 avril 1799, p. 419 ; Ibid., n° 107 du mercredi 17 avril 1807, p. 460 ; GM, n° 28 du vendredi 7 avril 1797, p. 295 ; Ibid., n° 30 du vendredi 13 avril 1798, p. 232 ; Ibid., n° 31 du mardi 16 avril 1799, p. 292 ; Ibid., n° 31 du vendredi 18 avril 1800, p. 316 ; Ibid., n° 30 du vendredi 15 avril 1803, p. 320.

42 Elisabel Larriba, « Le Clergé et la presse dans l’Espagne de l’Ancien Régime », art. cit., p. 2.

43 Ibid., p. 2-5.

44 Teofanes Egido, « La religiosidad de los españoles (siglo xviii) », art. cit., p. 770 : « Los ilustrados no pudieron comprender las formas religiosas « populares » que, para ellos, no eran sino productos de la ignorancia, del fanatismo, de la superstición. »

45 Gérard Dufour, « Église et « Ilustración » : le cas du clergé de Ségovie », in Mélanges offerts à Paul Guinard, Paris, Éditions Hispaniques, 1991, p. 89-96.

46 BPA, n° VIII, 1791, p. 14 ; CMerc., n° 37 du 9 mai 1796, p. 296 ; DM, n° 197 du vendredi 16 juillet 1790, p. 789-790 ; Ibid., n° 273 du jeudi 30 septembre 1790, p. 1096-1097 ; Ibid., n° 54 du mercredi 23 février 1791, p. 223 ; Ibid., n° 32 du mardi 1 février 1792, p. 127-128 ; Ibid., n° 142 du lundi 22 mai 1792, p. 582 ; Ibid., n° 149 du lundi 29 mai 1797, p. 611 ; Ibid., n° 279 du mercredi 6 octobre 1802, p. 1125 ; EMD, n° 242 du lundi 19 juillet 1790, p. 267-271 ; Ibid., n° 252 du lundi 27 septembre 1790, p. 92-96 ; GM, n° 44 du vendredi 3 juin 1791, p. 383-384 ; Ibid., n° 94 du vendredi 25 novembre 1791, p. 860 ; Ibid., n° 9 du mardi 31 janvier 1792, p. 72 ; Ibid., n° 95 du vendredi 26 novembre 1792, p. 787-788 ; Ibid., n° 8 du vendredi 28 janvier 1791, p. 63- 64 ; Ibid., n° 78 du vendredi 28 septembre 1792, p. 679 ; Ibid., n° 19 du vendredi 4 mars 1796, p. 208 ; Ibid., n° 36 du vendredi 5 mai 1797, p. 372 ; Ibid., n° 95 du mardi 28 novembre 1797, p. 1028 ; Ibid., n° 33 du mardi 23 avril 1799, p. 316 ; Ibid., n° 30 du mardi 13 avril 1802, p. 352 ; ML, n° CXIX, 1re partie d’octobre 1790, p. 204-214 ; ME, n° 4 avril 1797, p. 387-388 ; Ibid., n° 4 avril 1802, p. 397-398 ; NVCM, n° 3, 1793, p. 133.

47 GM, n° 56 du mardi 13 juillet 1790, 4 p. non numérotées.

48 On pourra consulter au sujet de la prédication en Espagne au xviiie siècle : Joël Saugnieux, Les Jansénistes et le renouveau de la prédication dans l’Espagne de la seconde moitié du xviiie siècle, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 1976.

49 BPA, n° VI, 1789, p. 32 ; DM, n° 52 du 21 février 1789, p. 207-208 ; GM, n° 16 du mardi 24 février 1789, p. 132 ; ML, n° LXXXII, 2° partie de mars 1789, p. 467-468.

50 BPA, n° VII, 1790, p. 51 ; GM, n° 60 du mardi 28 juillet 1789, p. 516 ; ML, n° CII, 2e partie de janvier 1790, 139-140.

51 AL, n° 1, 1804, p. 139 ; BPA, n° VII, 1790, p. 24 ; GM, n° 9 du 29 janvier 1790, p. 72 ; Ibid., n° 23 du vendredi 19 mars 1790, p. 196 ; Ibid., n° 38 du mardi 11 mai 1790, p. 328 ; Ibid., n° 100 du mardi 13 décembre 1803, p. 1075-1076 ; ML, n° CII, 2e partie de janvier 1790, p. 144 ; Ibid., n° CVII, 1re partie d’avril 1790, p. 523-524 ; Ibid., n° CXI, 1re partie de juin 1790, p. 224-225.

52 Varias comedias divertidas y curiosas, DM, n° 288 du mercredi 15 octobre 1794, p. 1178 ; Odas y epigramas, Ibid., n° 29 du lundi 29 janvier 1798, p. 114-115 ; La ópera cómica, drama en un acto, traducida por Don Vicente Rodríguez de Arellano, Ibid., n° 215 du lundi 3 août 1801, p. 887 ; Gaceta de Madrid, n° 76 du vendredi 7 août 1801, p. 840 ; La Ópera cómica, en un acto, música del Señor Domenico della Maria. Traducida por Don Vicente Rodríguez de Arellano, ML, n° 10 du 1er novembre 1801, p. 13-14.

53 René Andioc, Sur la querelle du théâtre au temps de Leandro Fernández de Moratín, Tarbes, Imprimerie Saint-Joseph, 1970 ; Paul-Jacques Guinard, La Presse espagnole de 1737 à 1791, op. cit., p. 473-575.

54 Emilio Palacios Fernández, « Teatro », in Francisco Aguilar Piñal, ed., Historia literaria de España en el siglo XVIII, Valladolid, CSIC, 1996, p. 138-139 ; Inmaculada Urzainqui, « Crítica teatral y secularización : el Memorial literario (1784-1797) », art. cit., 203-243 ; Jerónimo Hernández Navarro, « El dramaturgo en los planes de reforma del teatro en la época de Carlos IV », in Elena de Lorenzo Álvarez, coord., La época de Carlos IV (1788-1808), op. cit., p. 637-652.

55 Emilio Palacios Fernández, « Teatro », art. cit., p. 136 ; Tiziana Pucciarelli, « Teatro y poder político en el siglo xviii : consideraciones en torno a El jugador, de Pablo de Olavide », Impossibilia. Revista de Estudios literarios 3, 2012, p. 67-83.

56 Annexe VI, Les œuvres de Félix Lope de Vega Carpio.

57 Annexe VI, Les œuvres de Léandro Fernández de Moratín.

58 BPA, n° VII, 1790, p. 20-21 ; DM, n° 256 du mardi 13 septembre 1791, p. 1032 ; Ibid., n° 41 du vendredi 10 février 1797, p. 168 ; GM, n° 13 du vendredi 12 février 1790, p. 108 ; Ibid., n° 47 du vendredi 11 juin 1790, p. 400 ; Ibid., n° 42 du mardi 24 mai 1796, p. 444 ; NVCM, n° 7, 1797, p. 55.

59 Federico II, Rey de Prusia, BPA, n° VI, 1789, p. 15 ; DM, n° 217 du mercredi 5 août 1789, p. 868 ; Ibid., n° 299 du lundi 26 octobre 1789, p. 1195 ; Ibid., n° 313 du lundi 13 novembre 1789, p. 1251 ; Ibid., n° 337 du jeudi 3 décembre 1789, p. 1347-1348 ; Ibid., n° 343 du mercredi 9 décembre 1789, p. 1351 ; Ibid., n° 362 du lundi 28 décembre 1789, p. 1449 ; Ibid., n° 28 du jeudi 28 janvier 1790, p. 111 ; Ibid., n° 44 du samedi 13 février 1790, p. 175 ; Ibid., n° 106 du vendredi 16 avril 1790, p. 423 ; Ibid., n° 121 du samedi 1er mai 1790, p. 485-486 ; Ibid., n° 152 du jeudi 31 mai 1792, p. 641 ; Ibid., n° 351 du lundi 17 décembre 1798, p. 2216 ; Ibid., n° 15 du mardi 15 janvier 1799, p. 60 ; GM, n° 47 du vendredi 12 juin 1789, p. 412 ; Ibid., n° 64 du mardi 11 août 1789, p. 548 ; Ibid., n° 105 du mardi 29 décembre 1789, p. 899 ; Ibid., n° 48 du vendredi 15 juin 1789, p. 396 ; Ibid., NVCM, n° 3, 1793, p. 136-137.

60 Emilio Palacios Fernández, « Teatro », art. cit., p. 149.

61 Ibid., p. 179.

62 Ibid., p. 193.

63 BPA, n° VI, 1789, p. 31-32 ; Ibid., n° VI, 1789, p. 34 ; GM, n° 32 du mardi 21 avril 1789, p. 284 ; Ibid., n° 3 du mardi 11 janvier 1791, p. 24.

64 Emilio Palacios Fernández, « Teatro », art. cit., p. 204 : « La comedia neoclásica es en esencia un teatro urbano y burgués, fiel espejo del ideario ilustrado. »

65 Joaquín Álvarez Barrientos, « Novela », in Francisco Aguilar Piñal, ed., Historia literaria de España en el siglo xviii, Valladolid, CSIC, 1996, p. 235.

66 Ibid., p. 237.

67 María Jesús García Garrosa, « La imagen de los novelistas europeos en la España de Carlos IV », in Elena de Lorenzo Álvarez, coord., La época de Carlos IV (1788-1808), op. cit., p. 581 : « Por un lado, el hecho de ser un género [le roman] desprestigiado entre los preceptistas y condenado por los moralistas […]. »

68 Joaquín Álvarez Barrientos, « Novela », art. cit., p. 235 : « […] no era de carácter estético, sino didáctico. Veían en la novela un vehículo sin igual para hacer llegar fácilmente a los jóvenes lectores mensajes moralizantes, noticias históricas y una educación, que de otro modo, por los medios habituales, resultaban difícil. »

69 AL, n° 4, 1807, p. 33-34 ; DM, n° 106 du mercredi 16 avril 1800, p. 465-466 ; Ibid., n° 56 du jeudi 25 février 1802, p. 224 ; Ibid., n° 139 du lundi 19 mai 1806, p. 606 ; Ibid., n° 332 du samedi 28 novembre 1807, p. 641 ; GM, n° 16 du mardi 23 février 1802, p. 172 ; Ibid., n° 11 du mardi 7 février 1804, p. 124 ; Ibid., n° 12 du mardi 4 février 1806, p. 108 ; Ibid., n° 98 du mardi 3 novembre 1807, 1114 ; ML, n° 23 du 15 juillet 1802, p. 175-179 ; ME, n° 2 février 1802, p. 206 ; VCLA, n° IX, 1804, p. 192.

70 Joaquín Álvarez Barrientos, « Novela », art. cit., p. 253.

71 Lucienne Domergue, « Ilustración y novela en la España de Carlos IV », in Homenaje a José Antonio Maravall, Madrid, Centro de Investigaciones Sociológicas, 1985, p. 490-493 ; Id., La Censure des livres en Espagne à la fin de l’Ancien Régime, op. cit., p. 234-237.

72 Voir à ce sujet : Marieta Cantos Casenave, « La apuesta por el relato breve, o sobre algunas preferencias de los lectores dieciochescos », Cuadernos de Ilustración y Romanticismo 6, 1998, p. 41-49 ; Id., « El cuento en el siglo xviii : una propuesta para el rescate y estudio de un género olvidado », Cuadernos dieciochistas 3, 2002, p. 113-132 ; Id., Antología del cuento español, Madrid, Cátedra, 2005.

73 José Cadalso y Vázquez, Cartas marruecas – Noches lúgubres, Joaquín Arce, ed., Madrid, Cátedra, 1997, p. 21-24. Dans la presse, cette œuvre est également annoncée, seule ou sous forme de collection réunissant l’ensemble des ouvrages de l’auteur : Cartas Marruecas, DM, n° 163 du mercredi 12 juin 1793, p. 679-680 ; Ibid., n° 349 du mercredi 14 décembre 1803, p. 1397 ; GM, n° 43 du mardi 28 mai 1793, p. 492 ; NVCM, n° 4, 1794, p. 111 ; Colección de las obras de D. José Cadalso (4 vol.), GM, n° 42 du vendredi 24 mai 1805, p. 454-455 ; Nueva edición de las obras de D. José Cadalso (4 vol.), AL, n° 1, 1804, p. 119-120 ; DM, n° 123 du samedi 3 mai 1806, p. 535 ; EIE, n° 71 du dimanche 11 mars 1804, p. 295-296 ; GM, n° 87 du vendredi 28 octobre 1803, p. 940 ; VCLA, n° IV, 1803, p. 244-256 ; Ibid, n° V, 1803, p. 306-320.

74 Voir au sujet de la réception de l’œuvre de Cervantès dans la littérature du xviiie siècle et du succès éditorial de cet auteur au xviiie siècle : Marieta Cantos Casenave, « La estela cervantina en el cuento del siglo xviii », Insula. Revista de letras y ciencias humanas 727-728, 2007, p. 6-8 ; Francisco Cuevas Cervera, « Cervantes en el núcleo de los debates estéticos durante el reinado de Carlos IV », in Elena de Lorenzo Álvarez, coord., La época de Carlos IV (1788-1808), op. cit., p. 351-361 ; Elisabel Larriba, De la lancette à la plume : Pedro Pablo Gatell y Carnicer, op. cit., plus précisément, « Le succès éditorial de Cervantès au xviiie siècle », p. 151-161 ; Emilio Martínez Mata, « El debate sobre el Quijote », in Elena de Lorenzo Álvarez, coord., La época de Carlos IV (1788-1808), op. cit., p. 763-722.

75 AL, n° 1, 1804, p. 107 ; DM, n° 265 du mercredi 22 septembre 1802, p. 1070-1071 ; Ibid., n° 345 du samedi 11 décembre 1802, p. 1390-1391 ; Ibid., n° 122 du mardi 3 mai 1803, p. 494 ; Ibid., n° 215 du mardi 3 août 1803, p. 862 ; Ibid., n° 215 du mardi 22 août 1803, p. 940 ; Ibid., n° 13 du vendredi 13 janvier 1804, p. 50 ; EIE, n° 286 du vendredi 21 septembre 1804, p. 1093 ; GM, n° 77 du mardi 21 septembre 1802, p. 951 ; Ibid., n° 98 du vendredi 3 décembre 1802, p. 1215 ; Ibid., n° 35 du mardi 3 mai 1802, p. 367-368 ; Ibid., n° 63 du mardi 9 août 1803, p. 688 ; Ibid., n° 6 du vendredi 20 janvier 1804, p. 60 ; Ibid., n° 91 du mardi 11 novembre 1804, p. 1012 ; Ibid., n° 33 du vendredi 18 avril 1803, p. 328 ; ML, n° 28 du 1er février 1803, page non numérotée ; Ibid., n° 42 du 1er décembre 1803, p. 185-188.

76 Nigel Glendinning, Historia de la literatura española. El siglo xviii, op. cit., p. 118.

77 Ibid., p. 134 : « En la producción de Nicolás Fernández de Moratín predominan poemas de índole moral, pastoriles, a la vez que satíricos, cuya misma forma de publicación revela el deseo del autor de ser útil a la sociedad. »

78 Rogelio Reyes, Poesía española del siglo xviii, Cátedra, Madrid, 2000 [3a ed.], p. 37-40.

79 Nigel Glendinning, Historia de la literatura española. El siglo xviii, op. cit., p. 158 : « Una suerte de vena de nacionalismo afectó, sin duda, al desarrollo de la poesía española a finales de la centuria. Los neoclásicos habían considerado como su deber patriótico el levantar el nivel de la literatura española hasta la altura en que se encontraban las restantes de Europa, aceptando los criterios clásicos y los valores heroicos que regían en el continente. Cansados ya del continuo desprecio hacia la literatura española que los autores extranjeros experimentaban a finales del siglo, realizaron un intento de revivir las antiguas formas específicamente hispánicas. »

80 GM, n° 48 du vendredi 17 juin 1791, p. 416 ; Ibid., n° 51 du mardi 26 juin 1792, p. 424 ; Ibid., n° 10 du mardi 2 février 1796, p. 126-127 ; Ibid., n° 12 du mardi 9 février 1796, p. 116 ; Ibid., n° 19, du mardi 7 mars 1797, p. 16 ; Ibid., n° 5 du mardi 16 janvier 1798, p. 55 ; Ibid., n° 115 du mardi 15 décembre 1798, p. 8-9 ; Ibid., n° 15 du mardi 19 février 1805, p. 157 ; ME, n° 6 juin 1792, p. 147-148 ; NVCM, n° 3, 1793, p. 137 ; Ibid., n° 7, 1797, p. 76.

81 BPA, n° VII, 1790, p. 38-39 ; DM, n° 343 du jeudi 9 décembre 1790, p. 1378 ; Ibid., n° 257 du jeudi 14 septembre 1797, p. 1095 ; Ibid., n° 320 du samedi 16 novembre 1799, p. 1399 ; GM, n° 87 du mardi 27 octobre 1789, p. 736 ; Ibid., n° 82 du mardi 12 octobre 1790, p. 679 ; Ibid., n° 42 du vendredi 25 mai 1792, p. 344 ; Ibid., n° 93 du vendredi 18 novembre 1796, p. 980 ; Ibid., n° 69 du mardi 29 août 1797, p. 755 ; Ibid., n° 45 du mardi 5 juin 1798, p. 400 ; Ibid., n° 100 du vendredi 12 décembre 1800, p. 1164 ; ML, n° CII, 2e partie de janvier 1790, p. 141-142 ; Ibid., n° 99, 2e partie d’août 1799, p. 286-287 ; NVCM, n° 3, 1793, p. 154.

82 BPA, n° VII, 1790, p. 9 ; DM, n° 281 du vendredi 8 octobre 1790, p. 1130 ; Ibid., n° 125 du jeudi 5 mai 1791, p. 509 ; Ibid., n° 298 du mardi 25 octobre 1791, p. 1202-1203 ; Ibid., n° 352 du jeudi 18 décembre 1794, p. 1436-1437 ; Ibid., n° 336 du lundi 2 décembre 1799, p. 1463 ; Ibid., n° 37 du samedi 6 fevrier 1802, p. 147 ; Ibid., n° 39 du mercredi 8 février 1804, p. 154 ; Ibid., n° 103 du lundi 13 avril 1807, p. 430-431 ; GM, n° 79 du vendredi 1 octobre 1790, p. 656 ; ML, n° CXXII, 2e partie de novembre 1790, p. 439-444.

83 BPA, n° VI, 1789, p. 6-7 ; GM, n° 83 du mardi 13 octobre 1789, p. 704 ; EMD, n° 246 du lundi 16 août 1790, p. 371-377 ; ML, n° XCVII, 1re partie de novembre 1789, p. 333-340.

84 José Checa Beltrán, « La reforma literaria », in Agustín Guimerá, Ed., El reformismo borbónico, Madrid, Alianza Universidad, 1996, p. 203-226.

85 Marcelin Défourneaux, L’Inquisition espagnole et les livres français au xviiie siècle, op. cit., p. 99.

86 Voir à ce sujet Inmaculada Urzainqui, « Hacia una tipología de la traducción en el siglo xviii : los horizontes del traductor », in Francisco Lafarga Maduell, María Luisa Donaire Fernández, coords., Traducción y adaptación cultural : España-Francia, Oviedo, Universidad de Oviedo, 1991, p. 623-638.

87 José Checa Beltrán, « Francia y su literatura en la Minerva madrileña (1805-1808) », in M. Giné, Y. Domínguez, eds., Prensa hispánica y literatura francesa en el siglo xix. Pequeñas y grandes ciudades, Lleida, Universitat de Lleida, 2004, p. 35-45 ; Id., « La literatura francesa en la prensa madrileña de principios del siglo xix (1801-1808) », in Encarnación Medina Arjona, ed., La prensa = La presse. I Coloquio Hispano-francés « Provincia de Jaén » de Estudios del siglo xix, Jaén, Diputación de Jaén, Cultura y Deportes, Universidad de Jaén, 2009, p. 11-29 ; Id., Modelos franceses y neoclasicismo en la prensa de principios del siglo xix (1801-1805), Bulletin Hispanique 111, 2009, p. 141-164.

88 Manuel-Reyes García Hurtado, « La traducción en España, 1750-1808. Cuantificación y lenguas en contacto », in Francisco Lafarga, ed., La traducción en España (1750-1830). Lengua, literatura, cultura, Lleida, Universitat de Lleida, 1999, p. 39.

89 DM, n° 140 du jeudi 19 mai 1796, p. 561 ; Ibid., n° 327 du vendredi 23 novembre 1798, p. 2120 ; GM, n° 38 du mardi 10 mai 179, p. 404 ; NVCM, n° 7, 1797, p. 61.

90 DM, n° 316 du jeudi 12 novembre 1795, p. 1283 ; Ibid., n° 337 du mercredi 2 décembre 1795, p. 2060 ; Ibid., n° 11 du lundi 11 janvier 1796, p. 34-35 ; Ibid., n° 53 du lundi 22 février 1796, p. 210 ; Ibid., n° 77 du jeudi 17 mars 1796, p. 318 ; GM, n° 88 du mardi 3 novembre 1795, p. 1139 ; Ibid., n° 95 du vendredi 27 novembre 1795, p. 1226 ; Ibid., n° 3 du vendredi 8 janvier 1796, p. 35 ; Ibid., n° 14 du mardi 16 février 1796, p. 135 ; Ibid., n° 22 du mardi 15 mars 1796, p. 256 ; Ibid., n° 25 du mardi 26 mars 1796, p. 228 ; Ibid., n° 42 du mardi 24 mai 1796, p. 443 ; ML, n° 65, 2° partie de mars 1796, p. 399-402 ; NVCM, n° 6, 1796, p. 102. Cette œuvre a fait l’objet d’une étude par Philip Deacon, « La historia de la traducción española de Amelia de Henry Fielding », in Francisco Lafarga, ed., La traducción en España (1750-1830), op. cit., p. 335-344.

91 DM, n° 244 du vendredi 31 août 1792, p. 1021 ; Ibid., n° 321 du vendredi 16 novembre 1792, p. 1337-1338 ; GM, n° 56 du vendredi 13 juillet 1792, p. 476 ; Ibid., n° 67 du mardi 21 août 1792, p. 576 ; Ibid., n° 76 du vendredi 21 septembre 1792, p. 664 ; Ibid., n° 92 du vendredi 16 novembre 1792, p. 812 ; Ibid., n° 3 du mardi 9 janvier 1792, p. 32 ; NVCM, n° 3, 1793, p. 161. Cette œuvre a fait l’objet d’une étude par Begoña Lasa Álvarez, « La novela inglesa del siglo xviii en España : el caso de Memorias para la historia de la virtud de 1792 », in Elena de Lorenzo Álvarez, coord., La época de Carlos IV (1788-1808), op. cit., p. 677-686.

92 Assumpta Camps, « La literatura italiana en España (1800-1830) : a propósito de Torquato Tasso y Vittorio Alfieri », in Francisco Lafarga, La traducción en España (1750-1830), op. cit., p. 91.

93 DM, n° 139 du vendredi 18 mai 1792, p. 589 ; GM, n° 43 du mardi 29 mai 1792, p. 352 ; NVCM, n° 3, 1793, p. 146.

94 DM, n° 238 du samedi 25 août 1792, p. 998 ; Ibid., n° 216 du du mercredi 3 août 1796, p. 884 ; GM, n° 71 du mardi 4 septembre 1792, p. 616 ; NVCM, n° 3, 1793, p. 146-147. Voir également, Rosalía Fernández Cabezón, « Luis Moncín traductor de Goldoni », in Francisco Lafarga, La traducción en España (1750-1830), op. cit., p. 477-486.

95 DM, n° 31 du jeudi 31 janvier 1792, p. 126-127 ; GM, n° 11 du mardi 5 février 1793, p. 88 ; NVCM, n° 4, 1794, p. 130.

96 Antonieta Calderone, Víctor Pagán, « Carlo Goldoni : la comedia y el drama jocoso », in Francisco Lafarga, ed., El teatro europeo en la España del siglo xviii, Lleida, Universitat de Lleida, 1997, p. 139.

97 GM, n° 60 du mardi 28 juillet 1789, p. 516.

98 DM, n° 207 du vendredi 26 juillet 1799, p. 931 ; Ibid., n° 274 du mardi 1er octobre 1799, p. 1210 ; GM, n° 42 du mardi 24 mai 1796, p. 443 ; Ibid., n° 44 du vendredi 31 mai 1799, p. 496 ; Ibid., n° 53 du mardi 2 juillet 1799, p. 596 ; Ibid., n° 63 du mardi 6 août 1799, p. 702 ; Ibid., n° 82 du vendredi 11 octobre 1799, p. 889 ; Ibid., n° 12 du mardi 11 février 1800, p. 116 ; ME, n° 5 mai 1796, p. 86-87 ; NVCM, n° 7, 1797, p. 62.

99 DM, n° 134 du mardi 14 mai 1799, p. 571 ; Ibid., n° 362 du lundi 28 décembre 1801, p. 1482- 1483 ; Ibid., n° 81 du mardi 22 mars 1803, p. 321-322 ; GM, n° 26 du mardi 1er avril 1800, p. 272 ; Ibid., n° 110 du vendredi 27 novembre 1801, p. 1203-1204 ; Ibid., n° 13 du mardi 15 février 1803, p. 136 ; ML, n° 13 du 1er janvier 1802, 1 p. non numérotée.

100 AL, n° 1, 1804, p. 61-62 ; GM, n° 98 du vendredi 7 décembre 1804, p. 1092.

101 AL, n° 4, 1807, p. 18 ; DM, n° 185 du vendredi 4 juillet 1806, p. 14 ; GM, n° 43 du vendredi 23 mai 1806, p. 435 ; Ibid., n° 68 du mardi 19 août 1806, p. 712.

102 DM, n° 55 du jeudi 24 février 1791, p. 228 ; Ibid., n° 109 du mardi 19 avril 1791, p. 443-444 ; Ibid., n° 108 du lundi 18 avril 1791, p. 439-440 ; Ibid., n° 220 du lundi 8 août 1791, p. 885-886 ; Ibid., n° 244 du jeudi 1er septembre 1791, p. 982 ; Ibid., n° 104 du vendredi 13 avril 1792, p. 442 ; Ibid., n° 156 du mercredi 5 juin 1793, p. 649-650 ; Ibid., n° 171 du jeudi 20 juin 1793, p. 713 ; Ibid., n° 338 du mercredi 4 décembre 1793, p. 1381 ; Ibid., n° 124 du mardi 3 mai 1796, p. 507 ; Ibid., n° 362 du jeudi 28 décembre 1797, p. 1511 ; Ibid., n° 96 du samedi 6 avril 1799, p. 391 ; CMerc., n° 25 du 26 décembre 1793, p. 200 ; GM, n° 9 du mardi 1er février 1791, p. 72 ; Ibid., n°

103 DM, n° 55 du 24 février 1804, p. 218-219 ; Ibid., n° 97 du vendredi 6 avril 1804, p. 379-380 ; Ibid., n° 200 du mercredi 18 juillet 1804, p. 818 ; Ibid., n° 302 du lundi 29 octobre 1804, p. 1330 ; Ibid., n° 405 du jeudi 14 février 1805, p. 182 ; Ibid., n° 46 du vendredi 15 février 1805, p. 188 ; Ibid., n° 217 du samedi 3 août 1805, p. 144 ; EIE, n° 242 du mercredi 29 août 1804., p. 996 ; GM, n° 15 du mardi 21 février 1804, p. 164 ; Ibid., n° 33 du mardi 24 avril 1804, p. 370 ; Ibid., n° 72 du vendredi 7 septembre 1804, p. 810 ; Ibid., n° 35 du mardi 30 avril 1805, p. 380 ; Ibid., n° 53 du vendredi 27 juin 1806, p. 556.

104 Irene Vallejo González, « El teatro alemán en los escenarios españoles (1800-1818) », Estudios dieciochistas en homenaje al profesor José Miguel Caso González, vol. II, Oviedo, Instituto Feijóo de Estudios del siglo xviii, 1995, p. 408.

105 Francisco Lafarga signale la forte présence des œuvres de Kotzebue en Espagne : Francisco Lafarga, « Teatro inglés y alemán en traducción », in Francisco Lafarga, ed., El teatro europeo en la España del siglo xviii, op. cit., p. 195.

106 Annexe VI, Les ouvrages d’August Kotzebue.

107 DM, n° 79 du jeudi 20 mars 1800, p. 314 ; GM, n° 19 du vendredi 7 mars 1800, p. 184 ; Ibid., n° 31 du vendredi 18 avril 1800, p. 316 ; ML, n° 2, 2e partie d’avril 1801, p. 29-38.

108 DM, n° 79 du jeudi 20 mars 1800, p. 314 ; GM, n° 22 du mardi 18 mars 1800, p. 224.

109 GM, n° 98 du mardi 9 décembre 1794, p. 1450 ; ML, n° 39, 2e partie de février 1795, p. 262-264 ; NVCM, n° 5, 1795, p. 102-103.

110 DM, n° 196 du mercredi 15 juillet 1796, p. 799-800 ; Ibid., n° 231 du mercredi 19 août 1795, p. 942 ; Ibid., n° 266 du mercredi 23 septembre 1795, p. 1078-1079 ; Ibid., n° 271 du mardi 29 septembre 1795, p. 1107 ; Ibid., n° 299 du lundi 26 octobre 1795, p. 1215 ; GM, n° 55 du vendredi 10 juillet 1795, p. 735-736 ; Ibid., n° 74 du mardi 15 septembre 1795, p. 976 ; Ibid., n° 87 du vendredi 30 octobre 1795, p. 1123-1124 ; Ibid., n° 90 du mardi 10 novembre 1795, p. 1170 ; ML, n° 60, 1re partie de janvier 1796, p. 64-66.

111 Voir au sujet de la réception du théâtre européen en Espagne au xviiie siècle : Francisco Lafarga, El teatro europeo en la España del siglo xviii, Lleida, Universitat de Lleida, 1997.

112 José Checa Beltrán, « La reforma literaria », in Agustín Guimerá, ed., El reformismo borbónico, op. cit., p. 207.

113 Colección de 200 títulos de comedias antiguas, del surtido que fue de D. Antonio Sanz, GM, n° 94 du vendredi 23 novembre 1804, p. 1040.

114 BPA, n° VI, 1789, p. 25 ; GM, n° 10 du mardi 3 février 1789, p. 91 ; Ibid., n° 8 du mardi 26 janvier 1790, p. 64 ; Ibid., n° 20 du mardi 9 mars 1790, p. 168 ; Ibid., n° 72 du vendredi 3 septembre 1802, p. 892 ; ML, n° LXXXIV, 2e partie d’avril 1789, 661-664.

115 DM, n° 145 du mercredi 25 mai 1791, p. 588 ; Ibid., n° 315 du vendredi 11 novembre 1791, p. 1270 ; Ibid., n° 110 du jeudi 19 avril 1792, p. 469 ; Ibid., n° 231 du lundi 19 août 1793, p. non numérotée ; Ibid., n° 261 du jeudi 18 septembre 1806, p. 343 ; GM, n° 8 du mardi 26 janvier 1796, p. 80 ; NVCM, n° 7, 1797, p. 58.

116 Francisco Aguilar Piñal, « Poesía », in Francisco Aguilar Piñal, ed., Historia literaria de España en el siglo xviii, op. cit., p. 119.

117 DM, n° 352 du vendredi 18 décembre 1789, p. 1408 ; Ibid., n° 8 du vendredi 8 janvier 1790, p. 32.

118 Ibid., n° 336 du mercredi 2 décembre 1789, p. 1342.

119 DM, n° 141 du vendredi 21 mai 1790, p. 565 ; GM, n° 38 du mardi 11 mai 1790, p. 328 ; ML, n° CXI, 1re partie de juin 1790, p. 234-235.

120 Min., n° XLVIII du 16 juin 1807, p. 170-176.

121 DM, n° 122 du samedi 2 mai 1795, p. 504 ; GM, n° 37 du vendredi 8 mai 1795, p. 500 ; NVCM, n° 6, 1796, p. 84.

122 Joaquín Álvarez Barrientos, Los hombres de letras en la España del siglo xviii. Apóstoles y arribistas, Madrid, Editorial Castalia, 2006, p. 28.

123 « Farmacia », Diccionario de Autoridades, t. V, p. 249 : « El Arte que enseña la composición, preparación y mixtión de los medicamentos, y el modo de resolver los mixtos y separar las partes de que se componen, apartando las inútiles, y apurando la substancia de las que pueden servir, para conservar o restituir la salud. »

124 « Historia », Ibid., t. IV, p. 162 : « Se llama también la descripción que se hace de las cosas naturales, animales, vegetales & c. »

125 « Física », Ibid., t. V, p. 251 : « Ciencia que trata de la naturaleza y calidad de las cosas, inquiriendo sus propiedades y temperamento. »

126 « Química », Ibid., t. II, p. 319 : « Arte de preparar, purificar, fundir, fijar, y coagular, y a veces de transmutar los metales, minerales y plantas, para los usos al hombre necesarios. »

127 « Matemática », Ibid., t. IV, p. 513 : « Ciencia, que trata de la cantidad en cuanto mensurable : cuyos principales fundamentos son la Geometría y Aritmética. […]. Llámanse Ciencias Matemáticas aquellas materias que se fundan en demonstraciones firmes : como la Estática, la Óptica, Astronomía. »

128 « Agricultura », Ibid., t. I, p. 123 : « La labranza de la tierra, el cultivo, y beneficio que se hace, para que produzca con abundancia lo que se siembra en ella. […] Marco Catón Censoríno, cuyos libros de la agricultura aun hoy duran. Grac. Mor. Fol. 107. »

129 « Filosofía », Ibid., t. V, p. 251 : « Ciencia que trata de la esencia, propiedades, causas y efectos de las cosas naturales. »

130 « Arte », Ibid., t. I, p. 422 : « Se llaman así también los oficios de manos : como arte de seda, de lana & c. »

131 « Máquina », Ibid., t. IV, p. 445 : « Se llama también un todo compuesto artificiosamente de muchas partes heterogéneas, con cierta disposición que las mueve u ordena. »

132 John Lynch, La España del siglo ilustrado, op. cit., p. 143 : « 1746-159 : un periodo de transición. »

133 José Luis Gómez Urdañez, El proyecto reformista de Ensenada, Lérida, Milenio, 1996.

134 Emilio Balaguer Perigüell, « Ciencia e Ilustración : la incorporación de España a la Revolución científica », in A. Alberola, E. La Parra, eds., La Ilustración española. Actas del Coloquio Internacional celebrado en Alicante, 1-4 octubre 1985, Alicante, Instituto de Cultura Juan Gil-Albert, 1986, p. 22.

135 Ibid., p. 13-33.

136 Luis S. Granjel, « Panorama de la ciencia de la Ilustración », in Ciencia, medicina y sociedad en la España ilsutrada, Valladolid, Instituto de Ciencias de Valladolid, 1990, p. 106. Voir également au sujet de l’esprit scientifique à la fin du xviiie siècle : Jean-Pierre Clément, « L’Esprit scientifique dans l’Espagne du xviiie siècle, de Jovellanos au Semanario de Agricultura », in Jacques Soubeyroux, dir., L’Espagne du xviiie siècle. Économie, société, idéologie, culture. Actes des journées d’études sur « Ville et campagne » et Cartas Marruecas des 5 et 6 décembre 1997, Publications de l’Université de Saint-Étienne, 1997, p. 109-122.

137 Pedro Rodríguez Campomanes, Discurso sobre el fomento de la industría popular, Madrid, Imprenta de Don Antonio de Sancha, 1774.

138 Voir à propos de la création des Sociétés Économiques des Amis du Pays : Luis Miguel Enciso Recio, Las Sociedades Económicas en el siglo de las Luces, Madrid, Real Academia de la Historia, 2010, p. 15-28.

139 Ibid., p. 154-161.

140 Manuel Godoy, Memorias, t. III, Chap. XVI, op. cit., p. 368-370 [Réédition et introduction d’Elisabel Larriba, Emilio La Parra, op. cit., p. 930-931.]

141 Ibid., p. 370 [Ibid., p. 931.] ; DM, n° 170 du dimanche 19 juin 1803, p. 683 ; Ibid., n° 324 du samedi 19 novembre 1803, p. 1293-1294 ; Ibid., n° 59 du jeudi 28 février 1805, p. 237-239 ; EIE, n° 303 du mardi 13 novembre 1804, p. 1304-1305 ; GM, n° 40 du vendredi 20 mai 1803, p. 424 ; Ibid., n° 87 du mardi 30 octobre 1805, p. 967-968 ; ML, n° 39 du 15 octobre 1803, p. 92-95.

142 EIE, n° 277 du mercredi 3 octobre 1804, p. 1142 ; GM, n° 48 du vendredi 17 juin 1803, p. 511 ; Ibid., n° 77 du mardi 25 septembre 1804, p. 860 ; Ibid., n° 32 du 19 avril 1805, p. 343-344 ; Ibid., n° 11 du vendredi 31 janvier 1806, p. 98 ; Ibid., n° 67 du mardi 20 août 1805, p. 719 ; Ibid., n° 78 du mardi 1er septembre 1807, p. 906 ; Ibid., n° 17 du vendredi 26 février 1808, p. 209-210 ; ME, n° 4 du 15 avril 1805, p. 72.

143 AHN, Consejos, Leg. 11284, exp. 25. : « […] el exponente [Pedro María Olive] ha acreditado su suficiencia en terminar de habérsele encargado por la Secretaría de V. E. la traducción de la Obra Química de Fourcoy. » ; Manuel Godoy, Memorias, t. III, Chap. XVI, op. cit., p. 368. [Réédition et introduction d’Elisabel Larriba, Emilio La Parra, op. cit., p. 930.] : « El Sistema de los conocimientos químicos y de las aplicaciones de los fenómenos de naturaleza y arte, del señor Fourcroy, puesto en castellano por Don Pedro María Oliver (sic). Esta larga obra se mandó traducir de real orden, encargándose por la misma a don Luis Proust de enriquecerla con sus notas y observaciones. La edición fue encargada a la imprenta real, a expensas del gobierno, con la prevención especial de venderla a solo costo y costas. Esta publicación fue comenzada por el mes de junio. »

144 Jean-Pierre Clément, « L’Esprit scientifique dans l’Espagne du xviiie siècle, de Jovellanos au Semanario de Agricultura », art. cit., p. 109-122 ; Juan Riera Palmero, « Ciencia e Ilustración », in J. Astigarraga, M. V. López Cordón, J. M., eds., Ilustración, Ilustraciones (I), San Sebastián, Instituto Internacional Xavier María de Munibe de Estudios del Siglo xviii, 2009, p. 63-99.

145 Francisco Aguilar Piñal, La prensa española en el siglo xviii, op. cit., p. XII : « Totalmente diferente es el caso de la literatura popular, consumida con avidez por todas las capas sociales […]. »

146 DM, n° 198 du vendredi 17 juillet 1807, p. 70 ; GM, n° 65 du vendredi 24 juillet 1807, p. 762 ; Min., n° LXV du 14 août 1807, p. 104.

147 « Advertencia », Arte de nadar compendiado del que Escribió en Italiano Bronzio Bernardi, Madrid, Imprenta de Albán, 1807, p. I.

148 Ibidem.

149 Voir à ce sujet : Mireille Coulon, « "Majismo" y "petrimetría" dans les Cartas marruecas de Cadalso », in Jacques Soubeyroux, L’Espagne du xviiie siècle, op. cit., p. 57-70 ; Manuel Lucena Giraldo, « El petimetre como estereotipo español del siglo xviii », in Víctor Bergaza, coord., ¿ Verdades cansadas ? : imágenes y estereotipos acerca del mundo hispánico en Europa, Madrid, CSIC, 2009, p. 39-52.

150 AL, n° 1, 1804, p. 48 ; BPA, n° VII, 1790, p. 5-6 ; GM, n° 73 du vendredi 10 septembre 1790, p. 603 ; Ibid., n° 103 du mardi 24 décembre 1793, p. 1368 ; Ibid., n° 38 du vendredi 13 mai 1803, p. 404 ; NVCM, n° 4, 1794, p. 117.

151 Antonio Viñao Frago, « Las reformas de la Ilustración : proyectos y realidades, obstáculos y resistencias », in Simposium internacional sobre Educación e Ilustración. Dos siglos de Reformas en la Enseñanza, Madrid, Centro de Publicaciones del Ministerio de Educación y Ciencias, 1988, p. 371-403, Id., « Modèles et originalité d’une politique éducative », in Gérard Dufour, Gérard Chastagnaret, dirs., Le Règne de Charles III, op. cit., p. 142-155.

152 Exposición del método elemental de Henrique Pestalozzi, con una noticia de las obras de este celebre hombre, de su establecimiento de educación, y de sus principales cooperadores, por Dan. Alex. Chavannes y Compendio del mismo método, por M. de H. y Carta de Mr. Amaury Duval acerca del juicio que ha formado de este método, DM, n° 187 du lundi 6 juillet 1807, p. 22-23 ; Ibid., n° 282 du vendredi 9 octobre 1807, p. 436 ; GM, n° 55 du mardi 30 juin 1807, p. 662 ; Min., n° LXXXV du 23 octobre 1807, p. 257-263 ; Compendio del mismo método [método elemental de Henrique Pestalozzi], por M. de H. ; y una carta de M. Amaury Duval acerca del juicio que ha formado de este mismo metodo, traducidas por D. Eugenio de Luque, DM, n° 282 du vendredi 9 octobre 1807, p. 436 ; La escuela de la juventud, o la gimnástica, que se puede adaptar a los establecimientos Pestalozzianos, dedicada al real seminario de Nobles de Madrid, DM, n° 344 du jeudi 10 décembre 1807, p. 688-689 ; Libros elementales de Enrique Pestalozzi, DM, n° 94 du mardi 20 octobre 1807, p. 1095.

153 Noticia de las providencias tomadas por el Gobierno para observar el nuevo método de enseñanza primaria de Henrique Pestalozzi, y de los progresos que ha hecho el establecimient formado en Madrid con este objeto desde su origen hasta principio del año de 1807, DM, n° 104 du mardi 14 avril 1807, p. 437 ; GM, n° 26 du vendredi 20 mars 1807, p. 315 ; Min., n° XXXV du 1er mai 1807, p. 65-67.

154 Manuel Godoy, Memorias, t. IV, chap. XXIII, op. cit., p. 196 [Réédition et introduction d’Elisabel Larriba, Emilio La Parra, op. cit., p. 1098.] : « No es tiempo todavía de hablar de Pestalozzi y del planteo de su instituto en las escuelas españolas, obra mía especialísima. » Voir également à ce sujet : Ibid., t. V, chap. XXVIII, op. cit., p. 7-18 [Ibid., p. 1254-1261.] ; Teofanes Egido, Carlos IV, op. cit, p. 234-237 ; Emilio La Parra, Manuel Godoy, op. cit., p. 251-253.

155 Lucienne Domergue, « Despotisme éclairé et dirigisme culturel : l’éducation populaire », in Gérard Dufour, Gérard Chastagnaret, Le Règne de Charles III, op. cit., p. 159-172.

156 BPA, n° VI, 1789, p. 34 ; Ibid., n° VII, 1790, p. 40 ; GM, n° 41 du vendredi 22 mai 1789, p. 364 ; Ibid., n° 62 du mardi 3 août 1790, p. 524 ; ML, n° LXXXIX, 1re partie de juillet 1789, p. 388 ; Ibid., n° CXVIII, 2e partie de septembre 1790, p. 102-103.

157 María Dolores Saíz, Historia del periodismo en España. Los orígenes. El siglo xviii, op. cit., p. 59.

158 Lucienne Domergue, « Inquisición y ciencia en el siglo xviii », art. cit., p. 118.

159 Ibid., p. 119.

160 Carlos Órtiz de Urbina y Montoya, « Un gabinete numismático de la Ilustración española : la Real Sociedad Bascongada de Amigos del País y Diego Lorenzo del Prestamero », in Cuadernos Dieciochescos 5, 2004, p. 221-236.

161 Luis S. Granjel, « Panorama de la ciencia de la Ilustración », art. cit., p. 109.

162 Ibid., p. 110.

163 Antonio Mestre Sanchis, « Historia crítica y reformismo en la Ilustración española », in A.
Alberola, E. La Parra, eds., La Ilustración española, Actas del Coloquio Internacional celebrado en Alicante, 1-4 de Octubre de 1985, Alicante, Instituto de Cultura Juan Gil-Albert, 1986, p. 126.

164 Juan Pablo Forner, Discurso sobre el modo de escribir y mejorar la historia de España, Imprenta de Burgos, 1816, 101 p. [Réédition précédée d’une étude introductive de François Lopez, Pamplona, Urgoiti Editores, 2010.]

165 Ibid., p. 6 [de la réédition] : « En la historia, más que en otro género de escritura, es de absoluta necesidad acudir a las fuentes de las cosas. »

166 Ibid., p. 65 : « La Academia de la Historia puede sin duda poseer gran tesoro de papeles, libros, códices, inscripciones, medallas y antigüedades de todos géneros ; pero si las tiene estancadas en sí la Academia vendrá a ser propiamente un archivo más en el reino, tan cerrado como los demás a la curiosidad de los eruditos. »

167 Ibid., p. 63-66 : « Las plazas de cronistas eran útiles en España. »

168 Ibid., p. 64.

169 Ibid., p. 6 : « El historiador que no funde sus narraciones en los documentos auténticos pertenecientes a cada clase, se expondrá a ser desmentido con ferocidad por los que tenga, interés en desacreditarle y hacerle callar. »

170 BPA, n° VI, 1789, p. 11 ; ML, n° LXXVII, 1re partie de janvier 1789, p. 86-89.

171 Luis S. Granjel, « Panorama de la ciencia de la Ilustración », art. cit., p. 110.

172 Noticias Americanas : entretenimientos físico-históricos sobre la América Meridional, y la Septentrional oriental ; comparación general de los territorios, climas, y producciones en las tres especies vegetal, animal y mineral, con una relación particular de los Indios de aquellos países, sus costumbres y usos, de las petrificaciones de cuerpos marinos y de las antigüedades, un discurso sobre el idioma, y conjecturas sobre el modo con que pasaron los primeros pobladores, DM, n° 104 du vendredi 13 avril, 1792, p. 443 ; Ibid., n° 51 du jeudi 19 février 1794, p. 211-212 ; Ibid., n° 178 du mardi 26 juin 1792, p. 748 ; Ibid., n° 321 du mercredi 16 novembre 1796, p. 1305 ; GM, n° 50 du vendredi 22 juin 1792, p. 416 ; Ibid., n° 11 du vendredi 7 février 1794, p. 160 ; Ibid., n° 89 du vendredi 4 novembre 1796, p. 940 ; ML, n° 17, 2e partie de mars 1794, p. 451-461 ; NVCM, n° 3, 1793, p. 179.

173 BPA, n° VI, 1789, p. 49 ; DM, n° 137 du mercredi 16 mai 1792, p. non numérotée ; GM, n° 20 du mardi 9 mars 1792, p. 160 ; Ibid., n° 12 du mardi 11 février 1794, p. 175 ; ML, n° LXXVIII, 2e partie de janvier 1789, p. 162-163 ; ME, n° 3 mars 1792, p. 262 ; NVCM, n° 3, 1793, p. 166 ; Ibid., n° 5, 1795, p. 128.

174 AL, n° 1, 1804, p. 13 ; DM, n° 337 du jeudi 3 décembre 1807, p. 660 ; GM, n° 10 du vendredi 4 février 1803, p. 104 ; Ibid., n° 109 du mardi 8 décembre 1807, p. 1276.

175 DM, n° 245 du vendredi 4 septembre 1795, p. 1006 ; Ibid., n° 235 du lundi 22 août 1796, p. 959 ; Ibid., n° 214 du mercredi 2 août 1797, p. 911 ; Ibid., n° 235 du jeudi 23 août 1798, p. 945 ; Ibid., n° 216 du lundi 4 août 1800, p. 918 ; GM, n° 64 du mardi 12 août 1794, p. 960 ; Ibid., n° 61 du vendredi 29 juillet 1796, p. 636 ; Ibid., n° 64 du vendredi 11 août 1798, p. 708 ; Ibid., n° 72 du vendredi 7 septembre 1798, p. 736 ; Ibid., n° 66 du vendredi 16 août 1799, p. 726 ; Ibid., n° 66 du mardi 19 août 1800, p. 748 ; Ibid., n° 81 du mardi 25 août 1801, p. 896 ; Ibid., n° 65 du mardi 16 août 1803, p. 712 ; NVCM, n° 5, 1795, p. 106.

176 DM, n° 233 du mardi 21 août 1804, p. 954. Seule l’année dédition reste inconnue pour cette première édition.

177 AL, n° 1, 1804, p. 42 ; DM, n° 228 du vendredi 16 août 1805, p. 192 ; Ibid., n° 237 du lundi 25 août 1806, p. 234-235 ; Ibid., n° 238 du mercredi 16 août 1807, p. 238 ; GM, n° 78 du mardi 27 septembre 1803, p. 848 ; Ibid., n° 61 du mardi 31 juillet 1804, p. 678 ; Ibid., n° 68 du vendredi 23 août 1805, p. 732.

178 Jean Sarrailh, « La notion de l’utile dans la culture espagnole à la fin du xviiie siècle », Bulletin Hispanique 3-4, 1948, p. 500.

179 VCLA, n° 1, 1803, p. 44 : « Tienen bastante adelantada la traducción, y sólo esperan a que se concluya el original para comenzar a publicarla. S. M. persuadido de la utilidad de la empresa, ha mandando censurar el original y la traducción, de manera que el público no sienta por esto retraso alguno, y les ha ofrecido generosamente, que la impriman en su Real imprenta. »

180 Paul-Jacques Guinard, La Presse espagnole de 1737 à 1791, op. cit., p. 37-44.

181 Lucienne Domergue, La Censure des livres en Espagne à la fin de l’Ancien Régime, op. cit., p. 19.

182 Cf. Supra, Présentation des périodiques publiant des annonces de librairie.

183 Annexe IV, Classification thématique des ouvrages en espagnol par périodique (1er janvier 1789-19 mars 1808).

184 Tabla de la nomenclatura moderna de Química para el uso del Laboratorio de la Universidad de Pavía en el año IX, por el Sr. L. Brugnatelli, traducida por D. Alexandro Vicente Ezpeleta, y D. Juan Modesto Peringuer, ACN, n° 13 juin 1802, p. 38-56.

185 Elementos geométricos de Euclides, dispuestos en método breve y fácil para mayor comodidad de los aficionados, y uso del Seminario de Nobles de Madrid, GN, n° 8, année 2, p. 256.

186 Lecciones prácticas de Agricultura y Economía del campo, que da un padre a su hijo para que sea un buen labrador en cualquier país, Ibid., n° 9, année 2, p. 288.

187 Paula de Demerson, Esbozo de biblioteca de la juventud ilustrada (1740-1808), op. cit.

188 Jacques Soubeyroux, « El real seminario de nobles de Madrid y la formación de les élites en el siglo xviii », Bulletin Hispanique 1, 1995, p. 206.

189 Ayo a la juventud Cristiana de ambos sexos, a quien instruye para hacer dignamente la primera Comunión, y las de toda su vida, & c., Zumbas, t. IV, 1794, p. 336 ; Introducción reverente a las Sagradas Misiones, a fin de que aun los más ocupados se dispongan a una fructusosa Confesión, y digna Comunión, con las preparaciones, acciones de gracias, Meditaciones de la Sagrada Pasion, Himnos, Salmos, Miserere, Te Deum, Ibidem.

190 Romance historial de la Sagrada Pasión, Ibidem. ; Sumario de la Historia Eclesiastica, y de España en verso, Ibidem.

191 Joaquín Álvarez Barrientos, Se hicieron literatos para ser políticos. Cultura y política en la España de Carlos IV y Fernando VII, Madrid, Editorial Biblioteca Nueva, 2004.

Table des illustrations

Titre Classification thématique générale des œuvres en langue espagnole annoncées dans la presse madrilène (1er janvier 1789-19 mars 1808)
Crédits Sources : Presse madrilène (1er janvier 1789-19 mars 1808). Élaboration personnelle.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/47230/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 69k

© Presses universitaires de Provence, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search