Version classiqueVersion mobile

L’édition sous Charles IV

 | 
Joan Cavaillon Giomi

À travers la presse madrilène

Conclusion sur les annonces de librairie

Texte intégral

La Gaceta de Madrid, un incontournable instrument en matière de promotion littéraire

  • 1 L’auteur de la lettre ne précise pas quand cette œuvre a été annoncée dans la Gaceta de Madrid. Cep (...)

1Parmi l’ensemble des périodiques qui se firent l’écho des ouvrages publiés, la Gaceta de Madrid fit, plus que tout autre journal, montre d’un intérêt tout particulier pour la librairie. La formule choisie par le journal officiel connut un véritable succès puisque les comptes rendus d’ouvrages qu’il publia durent inciter plus d’un lecteur à se procurer les écrits présentés, comme le laisse penser un témoignage anonyme. Effectivement, en 1795, il fut envoyé au Semanario de Salamanca un long commentaire sur l’œuvre Sara Th… Novela inglesa traduite par María Antonia de Río y Arnedo dans lequel l’auteur de la lettre précisait que la notice parue dans le journal officiel1 l’avait conduit à acheter l’œuvre :

  • 2 « Todo Prólogo entona cantilenas. Jorge Pitillas Sátira », Semanario de Salamanca, n° 273 du jeudi  (...)

Après l’annonce de cette œuvre modeste dans la Gazette imprimée, selon elle, avec soin, ce que moi je ne vois pas, et appréciable pour sa simplicité, car elle présente un modèle de l’accomplissement des obligations d’une mère de famille, un exemple du bonheur que donne leur devoir, une peinture agréable des délices de la vie à la campagne, croyant pour une fois la Gazette, malgré les Satires d’Iglesias, je l’ai lue, et j’ai pensé que cette annonce nous décevrait moins que les autres2.

2Si ce lecteur fustigeait au passage les annonces de livres qui pouvaient parfois être trompeuses, il n’en reste pas moins que celle-ci avait atteint les objectifs fixés par sa publication : informer le public de l’impression d’une nouvelle œuvre et susciter l’envie de la lire. En ce sens, la Gaceta de Madrid fut, à bien des égards, l’un des fers de lance pour annoncer les nouveautés bibliographiques et son système de diffusion montré en exemple. Des éditorialistes établis en province, comme Francisco Prieto de Torres, n’hésitèrent pas à imposer aux libraires de leur ville les règles que la Gaceta s’était fixée. Aussi, en mars 1795, publia-t-il dans le Semanario de Salamanca une note dans laquelle il précisa :

  • 3 « Aviso », Ibid., n° 156 du samedi 14 mars 1795, p. 270 : « Se previene a todos los que gusten y qu (...)

Nous prévenons tous ceux qui désireraient ou qui voudraient que soit annoncé dans le Semanario la vente de livres, et n’importe quel imprimé, et même les Prospectus, que nous ne pouvons pas les publier, si les Intéressés ne fournissent pas au préalable aux Éditeurs un exemplaire broché, conformément à ce que pratique le Bureau de l’Imprimerie Royale de la Gazette, et les autres Périodiques du Royaume, comme prévu par les Autorités supérieures, pour éviter au Public toute tromperie, comme ce fut le cas avec les deux tomes de l’Economía Doméstica, dont la vente fut annoncée il y a quelques jours dans notre Semanario, et qui après notre enquête s’est révélée absolument fausse. Nous paierons la valeur de la reliure à ceux qui nous remettraient des exemplaires reliés en basane ou en parchemin3.

  • 4 Nov. Recop., Lib. VIII, Tít. XVI, L. 38 (confirmée par les lois du 31 mars 1793 et du 27 novembre 1 (...)
  • 5 Ibid., Lib. VIII, Tít. XVI, L. 39 : « Entrega de todas las obras que se impriman a la Biblioteca de (...)
  • 6 Ibid., Lib. VIII, Tít. XVI, L. 40 : « Exacción de un ejemplar de cuanto se imprima para la colecció (...)
  • 7 François Lopez, « Las obras extranjeras anunciadas en la Gaceta de Madrid », art. cit., p. 308.
  • 8 AL, n° 1, 1804, p. 85-86.
  • 9 GM, n° 100 du vendredi 10 décembre 1803, 4 p. non numérotées.
  • 10 AL, n° 3, 1806, p. 39-40.
  • 11 GM, n° 84 du vendredi 18 octobre 1805, 2 p. non numérotées.
  • 12 DM, n° 119 du vendredi 29 avril 1791, p. 485.

3Le rédacteur, à cause de la supercherie dont il avait été victime et par voie de conséquence ses abonnés, ne voulut pas mettre en péril sa publication et prit toutes les précautions nécessaires pour que cela ne se renouvelât pas. S’il se cacha derrière la Gaceta de Madrid pour motiver sa décision de demander un exemplaire de l’œuvre, il entendait logiquement faire du Semanario de Salamanca un périodique dans lequel les lecteurs pouvaient trouver des informations sûres et bien fondées. En outre, cette note nous éclaire un peu plus sur le procédé choisi par les autorités pour publier les annonces de librairie dans le journal officiel. En effet, nous savions, qu’avant son rachat par la Couronne, les écrivains et les commerçants de livres devaient adresser au journal un exemplaire de leurs œuvres. Or, cette pratique avait été supprimée. Manifestement, depuis 1762, les modalités de publication des annonces avaient changé et une contribution avec un spécimen broché était à nouveau demandée. Si a fortiori le publiciste salmantino remboursait à prix coûtant les reliures de qualité supérieure à celle demandée, rien ne permet de penser que l’Imprimerie Royale en fit autant. Avec les Ordonnances royales successivement promulguées les 19 décembre 1761, 1er janvier 1786 et 12 décembre 1795, les auteurs devaient déjà remettre un exemplaire aux Bibliothèques suivantes : Royale avant toute vente4, des Reales Estudios de San Isidro5 et de la Cátedra de Clínica de Madrid6. Cette participation pour le compte de l’Imprimerie Royale n’affecta apparemment en rien l’engouement suscité par la Gaceta de Madrid auprès des professionnels du livre. Cependant, ne fallait-il pas voir dans cette contribution non seulement un moyen pour le Bureau de la Gaceta de vérifier que l’annonce de librairie rendait bien compte de la nature de l’œuvre présentée mais aussi, pour les autorités, un nouveau procédé de contrôle des imprimés ? Quoi qu’il en fût, l’extrême vigilance dont fit l’objet la Gaceta de Madrid en matière de divulgation littéraire lui valut, non sans raison, d’être qualifiée de « meilleur organe d’information bibliographique7 » pour les lecteurs de l’époque et d’être utilisée à foison par les libraires. Aussi, n’est-il pas surprenant que des publicistes l’aient utilisée pour créer leur propre rubrique consacrée aux nouveautés éditoriales. Le Memorial literario à ses débuts ne s’en cacha nullement, de même que le Correo de Madrid en 1787 ou encore les Noticias varias y curiosas de Madrid. En revanche, l’Almanaque literario, qui ne cita à aucun moment ses sources, renvoya à deux reprises à sa consultation pour de plus amples informations sur les œuvres qu’il venait d’annoncer. Tout d’abord pour l’Historia eclesiástica, o tratado de la Iglesia de Jesucristo, por el Ilmo. Señor D. Felix de Amat, Arzobispo de Palmira, y Abad de la Iglesia de San Ildefonso, antes Canónigo Magistral de la de Tarragona8, dont un résumé fut donné dans un supplément de quatre pages dans la Gazette du 10 décembre 18029. Puis, pour les Libros de Coro por el R. M. P. Fr. Pedro Carrera y Lanchares10 pour lesquels il citait en référence le numéro 84 de l’année 180511. Et il ne fut pas le seul à procéder de la sorte. Effectivement, il fut demandé pour des raisons diverses pour 42 titres aux lecteurs du Correo mercantil de España y sus Indias (deux fois), du Diario de Madrid (32), des Efemérides de la Ilustración de España (une fois) et du Mercurio de España (dans sept cas) de se référer à la Gaceta de Madrid. Il s’agit dans 23 cas de préciser que l’œuvre proposée avait été annoncée au préalable dans le journal officiel afin que (pour dix d’entre elles) on pût consulter les modalités de souscription (dans huit cas) ou le prospectus du livre (deux cas), pour spécifier que les souscriptions étaient ouvertes depuis la parution de l’annonce dans ses pages ou jusqu’à sa parution (dans quatre cas) ou pour ceux qui n’avaient pas souscrit et étaient désireux de se procurer l’ouvrage d’attendre que la Gazette annonçât l’ouverture de la vente au public (dans quatre autres cas). Enfin, le Diario de Madrid se fit l’écho non pas dans la rubrique Libros mais Noticias particulares de Madrid du numéro du 21 janvier 1791 de la Gaceta en demandant aux souscripteurs de l’Año Cristiano del Padre Croiset, traducida por el Padre José Francisco de Isla, del francés al castellano de récupérer les six premiers volumes déjà édités12. La Gaceta de Madrid bénéficiait par conséquent du statut de référence bibliographique et faisait également autorité puisque nombre de périodiques la relayaient dans ses annonces et informations auprès du public. Plus qu’un modèle, elle fut un catalogue de nouveautés littéraires dans lequel tout écrit digne de ce nom se devait de figurer. En témoigne la lettre d’un lecteur du Correo literario de Murcia qui faisait l’éloge de ce journal :

  • 13 « Se ha recibido el papel siguiente », Correo literario de Murcia, n° 87 du samedi 29 juin 1793, p. (...)

Messieurs les Éditeurs
Je ne peux pas faire moins que vous signaler le grand [intérêt] que j’ai pour vous, et envers tous ceux, qui aiment les productions comme les vôtres ; car il est certain qu’avec toute la paperasse qui salit actuellement les presses, pour des raisons différentes, et qui ont pour unique objectif d’ancrer au plus profond de chacun la dévotion à Saint Jean de la Croix, aucun ne mérite les éloges de votre célèbre Périodique. Que les petits Critiqueurs disent ce qu’ils veulent de cette si étrange louange, puisque nous ne savons pas ce qui leur plait, car il est vrai que ceux qui aiment les choses de qualité doivent aimer vos Courriers. Que de critiques ! que d’invectives contre les modes, et autres petites ou grandes choses ! que d’instructions pour une bonne éducation ! que de sermons sous forme de Blague ! que d’érudition dans ses propos ! allez, bien que je ne comprenne pas tout, mon Curé dit qu’il mérite, comme cela fut le cas, d’être annoncé dans la Gazette »13.

  • 14 GM, n° 72 du vendredi 7 septembre 1792, p. 624.
  • 15 Le Correo literario de Murcia commença à être édité le 1er septembre 1792.
  • 16 DM, n° 119 du lundi 29 avril 1793, p. 496-497.
  • 17 Voir pour les publications périodiques éditées à Murcie, Francisco Aguilar Piñal, La prensa español (...)
  • 18 Elisabel Larriba, Le Public de la presse en Espagne à la fin du xviiie siècle (1781-1808), op. cit.(...)

4En effet, la parution du Correo literario de Murcia avait été annoncée dans la Gaceta de Madrid le 7 septembre 179214, soit une semaine après sa sortie en librairie15. Le Diario de Madrid ne le fit, quant à lui, qu’en avril 179316. Pour les éditeurs, s’assurer qu’un imprimé, quel qu’il fût, figurât dans les colonnes de la Gaceta dès sa publication fut à n’en pas douter un atout promotionnel majeur. D’ailleurs, les rédacteurs du bi-hebdomadaire de Murcie, Luis Santiago Bado, Francisco Meseguer et Miguel González Zamorano, eurent tôt fait de le comprendre lorsqu’ils voulurent annoncer la publication de leur périodique étant donné qu’aucun autre n’existait dans cette ville17. Ils durent voir en la Gaceta de Madrid (même si elle ne comptait que 45 souscripteurs dans cette région18) le moyen le plus efficace de promouvoir leur publication auprès des habitants de ce Royaume, voire de dépasser ses frontières.

5Montrée en exemple par l’ensemble de ses confrères, la Gaceta de Madrid fut par conséquent un outil incontournable du commerce des livres en Espagne à la fin du xviiie siècle et son hégémonie en tant qu’annonceur des nouveautés bibliographiques est incontestable.

Des œuvres annoncées bien plus nombreuses que les annonces de librairie publiées

6Ce formidable outil au service de l’édition que furent les annonces de librairie attira l’attention des lecteurs sur bien plus de titres qu’il n’y paraît. En effet, si l’une des spécificités de ces publicités fut l’annonce de nouveautés littéraires, nombre de commerçants de livres qui envoyèrent leurs papiers aux publicistes ou ces derniers eux-mêmes n’hésitèrent pas à y faire figurer d’autres œuvres. Par ce moyen, les commerçants de livres rappelaient au public que des ouvrages étaient toujours en vente dans leur magasin. Aussi, la différence entre le nombre d’annonces de librairie publiées et le nombre de titres annoncés dans chacune d’entre elles est loin d’être identique.

Différence entre les annonces de librairie publiées et les titres annoncés dans les journaux madrilènes (01/01/1789-19/03/1808). Classement par ordre décroissant en fonction de la différence.

Périodique Nombre
d’annonces de librairie
Nombre de titres
annoncés
Différence Écart en
pourcentage
Gaceta de Madrid 10990 13427 2437 0,22 %
Diario de Madrid 6974 9260 2286 0,32 %
Noticias varias y curiosas de Madrid 1612 1809 197 0,12 %
Mercurio de
España
551 607 56 0,1 %
Correo mercantil de España y sus
Indias
649 698 49 0,07 %
Biblioteca periódica anual… 627 671 44 0,07 %
Memorial literario 1784 1827 43 0,02 %
Almanaque literario 691 712 21 0,03 %
Efemérides de la
Ilustración de
España
443 464 21 0,04 %
Correo de Madrid 52 63 11 0,21 %
Variedades de ciencias, literatura y artes 113 121 8 0,07 %
Miscelánea instructiva, curiosa y agradable… 169 174 5 0,02 %
Minerva o el
Revisor general
173 175 2 0,01 %
Zumbas del famoso
Juan de Espera en
Dios
6 7 1 0,16 %
Espíritu de los mejores Diarios… 141 141 0 0 %
Semanario de
Agricultura y
Artes…
46 46 0 0 %
Gaceta de los niños 42 42 0 0 %
Diario de
los nuevos descubrimientos…
24 24 0 0 %
Espigadera (La) 9 9 0 0 %
Anales de Ciencias naturales 4 4 0 0 %
Regañón general… (El) 4 4 0 0 %
TOTAL 25 104 30 285 5 181

Sources : Presse madrilène (1er janvier 1789-19 mars 1808). Élaboration personnelle.

  • 19 Cf. Supra, Répartition des annonces de librairie dans la presse madrilène entre le 1er janvier 1789 (...)

7Les titres annoncés dans les 25 104 publicités de livres furent au nombre de 30 285, soit une différence de 5 181. Cette augmentation du nombre d’ouvrages dans la majorité des journaux n’altère en rien le classement que nous avions établi pour celui en rapport avec le nombre d’annonces de librairie19. En effet, tous les périodiques figurent au même rang. La Gaceta de Madrid suivie par le Diario de Madrid et le Memorial literario restent en tête de liste tandis que les Anales de Ciencias naturales et El Regañón general o Tribunal catoniano la clôturent.

8Dans ce tableau, l’Espíritu de los mejores Diarios, le Semanario de Agricultura y Artes, la Gaceta de los niños, le Diario de los nuevos descubrimientos, La Espigadera, les Anales de Ciencias naturales et El Regañón general ne présentent aucune différence entre le nombre d’annonces de librairie publiées et le nombre d’ouvrages annoncés : chacun de ces périodiques ne mentionna qu’une seule œuvre par réclame.

9Pour les autres journaux, cette pratique, qui consistait à annoncer plusieurs ouvrages dans une seule notice bibliographique, fut loin d’être uniforme. Ce procédé fut largement employé dans la Gaceta de Madrid et le Diario de Madrid car la différence entre le nombre de publicités et de titres est respectivement de 2 437 et 2 286, soit un total de 13 427 et 9 260 œuvres présentées dans 10 990 et 6 974 publicités. Les Noticias varias y curiosas de Madrid se classent en troisième position avec 197 ouvrages supplémentaires, soit un total de 1 809 livres répartis dans les 1 612 annonces qu’elles publièrent. Pourtant, contrairement à la Gaceta de Madrid et au Diario de Madrid, dans ce journal annuel, auteurs et libraires n’étaient pas à l’initiative de cette pratique puisque Ángel Valero y Chicarro, son rédacteur, répertoriait lui-même les nouveautés bibliographiques en puisant dans les listes du journal officiel.

10En ce qui concerne les 11 périodiques restants, ce moyen de signaler des œuvres encore en vente fut peu usité si nous comparons les différences obtenues entre le nombre de réclames publiées et de titres présentés. Le maximum étant de 56 pour le Mercurio de España qui se fit l’annonceur de 607 ouvrages répartis dans 551 annonces de librairie et le minimum d’un seul pour les Zumbas del famoso Juan de Espera en Dios, soit un total de six réclames pour sept livres. Cependant, les écarts entre le nombre d’annonces et d’œuvres sont très faibles dans l’ensemble des journaux qui utilisèrent cette méthode. En effet, ils sont compris entre un maximum de 0,32 % pour le Diario de Madrid et un minimum de 0,01 % pour la Minerva o el Revisor general. Mais plus qu’une différence entre annonces de librairie et imprimés annoncés, ce tableau met en évidence le nombre d’œuvres référencées dans chacun des périodiques étudiés.

Sources : Presse madrilène (1er janvier 1789-19 mars 1808). Élaboration personnelle.

11Avec une représentation de 74,92 % de titres annoncés à eux deux, la Gaceta de Madrid et le Diario de Madrid furent, sans surprise, les journaux les plus prisés en matière de diffusion d’imprimés. Malgré ses 9 260 ouvrages (30,58 %), le Diario de Madrid fut bien loin de se hisser au rang de la Gazette. En effet, avec 13 427 titres (44,34 %), celle-ci confirme son importance auprès des professionnels du livre et son rôle prédominant dans le domaine de l’édition. Par ailleurs, ces deux périodiques furent les seuls à atteindre de tels pourcentages. Les sept périodiques suivants peinent à atteindre la barre des 6 % et 12 autres sont en dessous de 1 %. Mais on notera que le Memorial literario et les Noticias varias y curiosas de Madrid, avec respectivement 1 827 et 1 809 livres annoncés, ont une représentation de 5,97 % et de 6,03 %. Somme toute, le Memorial n’eut rien à envier aux Noticias qui se contentaient de reproduire de simples listes issues des Gazettes.

12Pour l’Almanaque literario, le Correo mercantil, la Biblioteca periódica anual, du Mercurio de España et les Efemérides de la Ilustración de España, ce pourcentage est compris entre un maximum de 2,35 pour l’Almanaque literario et un minimum de 1,53 pour les Efemérides de la Ilustración de España. Cependant, ici encore, les publications annuelles ne sont pas à mettre sur le même pied d’égalité que les autres journaux et il faut prendre en compte que leurs rédacteurs reproduisaient des listes issues de différents périodiques.

13La Minerva, la Miscelánea, l’Espíritu de los mejores Diarios et les Variedades de ciencias, literatura y artes, malgré une centaine d’œuvres présentées, n’obtiennent qu’un faible pourcentage compris entre 0,58 % et 0,4 %. Pourtant, tous ces journaux avaient vanté les bénéfices que les lecteurs pouvaient retirer de la diffusion des livres.

14Quant au Correo de Madrid, au Semanario de Agricultura y Artes dirigido a los Párrocos et à la Gaceta de los niños, avec 63 titres (0,21 %) pour le premier, 46 (0,15 %) pour le deuxième et 42 (0,14 %) pour le dernier, ils ne représentèrent que peu le monde de l’édition. À l’exception du Correo de Madrid pour qui le principal objectif était de propager le goût de la lecture, ce ne fut ni celui du Semanario de Agricultura y Artes ni de la Gaceta de los niños. Si le Correo de Manegat fut stoppé dans son élan à cause du mécontentement de ses lecteurs face au peu d’intérêt qu’il manifestait pour les livres, les deux autres périodiques (même s’ils l’avaient annoncé), ne voulurent à aucun moment en faire leur préoccupation première en raison de leurs caractéristiques spécifiques (contenus et abonnés).

  • 20 RG, n° I du mercredi 1er juin 1803, p. 8.
  • 21 « Juicio de la Comedia : LA LUGAREÑA ORGULLOSA », Ibid., n° 8 du samedi 25 juin 1803, p. 57-61.
  • 22 « Juicio de la Comedia : LA MOZA DE CÁNTARO », Ibid., n° 9 du mercredi 29 juin 1803, p. 65-69.

15Enfin, les cinq derniers périodiques dont les chiffres mettent en évidence un intérêt quasiment nul pour la bibliographie eurent un rapport bien différent au monde de l’édition. Avec un total de 24 ouvrages annoncés (0,08 %), Sancha, qui ne ménagea pas ses efforts pour assurer la pérennité du Diario de los nuevos descubrimientos, dut faire face non seulement aux lenteurs administratives liées à la licence d’impression mais aussi à l’indifférence de la communauté scientifique. En renonçant à son projet, il dut également abandonner son objectif de dévoiler les ouvrages, comme le stipulait le titre du journal, en rapport avec « l’art de soigner ». Bien différent fut le cas des Anales de Ciencias naturales (quatre livres, soit une représentation de 0,01 %), dont les rédacteurs se chargeaient eux-mêmes de rédiger les notices des œuvres dignes d’y figurer et d’être connues du public. Soit peu d’œuvres en rapport avec ce domaine scientifique furent publiées à cette époque (ce qui semble très peu probable de par les avancées considérables réalisées au xviiie siècle dans ce champ d’investigation) ; soit les éditions ne trouvèrent pas grâce à leurs yeux. Somme toute, il figure en fin de liste tout comme El Regañón general qui fit de la critique littéraire son cheval de bataille sans pour autant dévoiler aux lecteurs les imprimés méritants. Du moins, il réserva son jugement tant que son second Assesseur en charge d’examiner La Lugareña orgullosa et La Moza de cántaro de Lope de Vega revue par Cándido María Trigueros, annoncées dans le numéro I du mercredi 1er juin 180320, ne les eût pas étudiées. Aussi, bien que ces deux comédies fussent éditées, il ne mentionna aucun lieu de vente même dans les comptes rendus parus dans les numéros 821 et 922. Même La Espigadera, bien qu’arrêtée dans sa course, et les Zumbas de Santos Capuano, qui, contre toute attente, se firent l’écho d’un ouvrage supplémentaire, firent mieux que El Regañón general.

16La différence entre le nombre d’annonces et d’œuvres dévoilées au public démontre dans certains périodiques une utilisation courante de cette pratique qui consistait à utiliser une seule et même publicité pour annoncer différents ouvrages. Cette technique de vente, largement employée par les libraires dans la Gaceta de Madrid et le Diario de Madrid, avait pour but, outre d’informer de la récente parution d’une œuvre, de rappeler aux lecteurs que d’autres étaient toujours disponibles. Cependant, elle ne fut pas uniquement l’apanage de ces deux journaux puisque les écarts non nuls constatés dans le premier tableau attestent cet usage dans 12 autres.

Les annonces de librairie, un enjeu commercial

17Que les publicistes choisirent eux-mêmes les ouvrages à annoncer ou qu’ils ouvrirent simplement les pages de leur journal aux professionnels du livre, la presse périodique fut de toute évidence un moyen efficace pour promouvoir la culture littéraire et son commerce. Aussi, comprirent-ils l’importance qui découlait de la publicité d’une œuvre à sa sortie des presses et l’enjeu d’annoncer à différentes reprises une œuvre après son édition. Ici encore, ce procédé permettait de rappeler aux lecteurs que l’ouvrage était toujours en vente dans leur commerce dans le but de ne pas garder d’invendus. En conséquence, parmi les 30 285 œuvres annoncées, 6 360 le furent à différentes reprises dans 13 des 21 périodiques étudiés.

Répartition des ouvrages annoncés à différentes reprises dans la presse madrilène

Répartition des ouvrages annoncés à différentes reprises dans la presse madrilène

Sources : Presse madrilène (1er janvier 1789-19 mars 1808). Élaboration personnelle.

  • 23 ACN, n° 8 du mois de février 1801, p. 201-206.
  • 24 Ibid., n° 14 du mois d’août 1802, p. 223-228.

18Quelque 6 360 ouvrages (soit 21,31 %) furent annoncés à diverses reprises parmi les 29 836 que présentèrent les 13 journaux qui, à l’initiative de leurs rédacteurs ou à celle des commerçants, utilisèrent cette stratégie de vente. Il ne fut pas étonnant que dans les périodiques les plus prisés en matière d’information littéraire, la Gaceta de Madrid, en tant qu’outil bibliographique, et le Diario de Madrid, réputé pour ses petites annonces commerciales, on ait eu régulièrement recours à cette pratique. Le nombre d’écrits réitérés est relativement important puisqu’ils représentent respectivement pour chacun d’entre eux pas moins de 25,48 % et 29,31 % de l’ensemble des œuvres annoncées. En revanche, les 25 % obtenus pour les Anales de Ciencias naturales ne sont guère représentatifs dans la mesure où cette revue ne publia que quatre annonces, dont deux renvoyaient à un seul et même ouvrage. Il ne s’agissait pas là, comme ce fut le cas pour les autres journaux, de rappeler que ledit titre était toujours à la vente mais plutôt d’en achever la présentation commencée dans un numéro antérieur. Aussi, les Plantarum rariorum Hungariœ decades du comte Francisco de Waldstein dont le compte rendu, paru dans le numéro 8 du mois de février 180123, fut achevé en août 1802 dans le numéro 1424. En soi, cette forme d’annonce n’avait rien d’étonnant puisqu’elle fut utilisée par l’Espíritu de los mejores Diarios à 16 reprises, 12 fois par Correo mercantil, 11 fois par les Efemérides de la Ilustración de España et pour une seule œuvre en ce qui concerne le Diario de Madrid, le Memorial literario, le Mercurio de España, la Minerva et le Semanario de Agricultura y Artes. Cependant, ce qui est plus surprenant, c’est de voir apparaître la suite d’un compte rendu plus d’une année après la publication de la première annonce et par conséquent du début du résumé. En effet, dans un souci de cohérence et de compréhension pour le public, l’ensemble des rédacteurs qui utilisèrent, même ponctuellement, ce système s’efforcèrent de publier la suite du compte rendu dans les numéros immédiatement postérieurs.

  • 25 EIE, n° 55 du vendredi 24 février 1804, p. 219.

19À l’inverse, ce fut dans les publications périodiques où les rédacteurs décidaient eux-mêmes des livres à annoncer, que ce procédé de réitération fut le moins employé, exception faite du Mercurio de España qui, dirigé par l’Imprimerie Royale, utilisa la même technique que la Gaceta mais à un degré moindre. Aussi, n’y en eut-il que 79 (13,01 %) dans celui-ci. Une proportion somme toute représentative de la place qu’il accorda à la librairie. Le cas des Efemérides de la Ilustración de España, qui réitéra 46 titres (9,91 %), est cependant plus surprenant puisque ses rédacteurs, Velasco puis Olive, décidaient eux-mêmes des œuvres qui devaient y figurer. Si dans 21 cas il s’agissait bien de rappeler que l’ouvrage était toujours disponible et une fois de mentionner un lieu de vente oublié dans la première publicité, il en fut tout autrement pour les 24 cas restants. En effet, pour annoncer les ouvrages de la Dirección de Hidrografía, Velasco utilisa un procédé bien différent de celui employé par ses confrères. Au lieu de mentionner dans une même publicité, comme cela était de coutume, les prix des livres en fonction des différentes reliures, il prit le parti de rédiger une annonce, aussi succinte fut-elle, à chaque fois. De fait, l’ouvrage Derroteros de la costa de España y su correspondiente de África en el Mediterráneo, para inteligencia y uso de las cartas construidas por el jefe de Escuadra don Vicente Tofiño fit l’objet de quatre réclames dans le numéro 55 du 24 février 180425. Dans le Memorial literario, cette pratique ne concerne que 30 ouvrages sur 1 827 (1,64 %). En fait, chaque annonce de librairie correspondait généralement à un seul livre ou tome d’une œuvre. Ce fut aussi le cas pour les trois périodiques annuels dans lesquels la représentation du nombre de titres réitérés est relativement faible, soit de 1,93 % pour la Biblioteca periódica anual et moins de 0,5 % pour l’Almanaque literario et les Noticias varias y curiosas de Madrid. Il en fut de même pour les autres journaux qui prirent pour habitude de ne pas annoncer un même ouvrage à différentes reprises.

  • 26 DM, n° 79 du samedi 20 mars 1790, p. 314-315 ; Ibid., n° 104 du jeudi 14 avril 1791, p. 423 ; Ibid.(...)
  • 27 Vicente del Seixo, Apéndice a las Lecciones prácticas de agricultura y economía que da un padre a s (...)
  • 28 DM, n° 331 du vendredi 27 novembre 1795, 2043 ; Ibid., n° 244 du vendredi 1er novembre 1797, p. 104 (...)

20Cette pratique qui consistait à réitérer plusieurs fois l’annonce d’un même livre permettait aussi aux libraires de se rappeler au bon souvenir des lecteurs à certaines époques du calendrier propices à la vente d’une œuvre en fonction de son thème. Un atout de taille dont ils n’hésitèrent pas à user dans les journaux officiels et le Diario de Madrid. Par exemple, les mois de mars ou avril, qui accueillaient les festivités religieuses de la Passion du Christ, furent un bon moment pour eux pour annoncer la Semana Santa : asistencia de los fieles a los Divinos Oficios y Misas en que se celebran los Misterios de la Pasión y Muerte de nuestro Redentor Jesucristo : origen, institución y significados de las ceremonias y ritos según el sentido de la Sagrada Escritura y Santos Padres de feu l’Evêque d’Orihuela, Juan Elías Gómez de Terán. Elle parut à ces dates pas moins de six fois entre 1790 et 1793 dans la Gaceta et le Diario de Madrid26. De même, l’Apéndice a las Lecciones prácticas de agricultura y economía que da un padre a su hijo para que sea un buen labrador en cualquier país del mundo. Agricultura de las viñas27 plus communément désigné dans les journaux sous le titre (entre autres) de La vendimia, modo y tiempos de hacerla, su utilidad y economía, con respecto al vino blanco, pajarete y tinto fut annoncé à 18 reprises de 1795 à 180228, au mois de septembre qui correspondait à la saison des vendanges.

21Une autre stratégie, particulièrement prisée par les libraires et mise en pratique notamment dans le Diario de Madrid, fut de mettre à profit la parution d’une nouvelle œuvre théâtrale pour rappeler que des plus anciennes étaient toujours en vente. Une annonce de librairie publiée dans ce quotidien en janvier 1790 illustre parfaitement ce propos :

  • 29 DM, n° 28 du jeudi 28 janvier 1790, p. 111 : « Comedia nueva en tres actos : la Industriosa Madrile (...)

Comédie nouvelle en trois actes : la Industriosa Maderileña y el Fabricante de Olot, o los Efectos de la aplicación, représentée par la compagnie d’Eusebio Ribera le 25 Janvier 1790. On la trouvera à la librairie de Castillo, face aux marches de San Felipe el Real ; dans les kiosques de Cerro, rue d’Alcalá et du Diario [de Madrid] face à Saint-Thomas : son prix deux réaux. Là où elle est vendue l’on trouvera également [L]as Víctimas del Amor, Federico II, première et seconde parties, les trois parties de Carlos XII, [L]a gran piedad de Leopoldo el Grande, [L]a Jacoba, [E]l Pueblo feliz, [L]a Cecilia, première et seconde parties, [E]l Triunfo de Tomiris (sic), Luis XIV el Grande, Gustavo Adolfo, Rey de Suecia, et [L]a Virtud aun entre Persas lauros y honores granjea, avec saynètes et prologues29.

22En une seule publicité, le public fut informé de la vente dans trois commerces différents d’une comédie inédite ainsi que de 11 autres éditées antérieurement.

  • 30 ME, n° 3 mars 1792, p. 262-263.
  • 31 Ibid., n° 1 janvier 1793, p. 95-96.
  • 32 GM, n° 71 du mardi 5 septembre 1797, p. 776.
  • 33 Ibid., n° 44 du vendredi 3 juin 1803, p. 460.
  • 34 DM, n° 250 du jeudi 7 septembre 1797, p. 1067.
  • 35 ME, n° 9 septembre 1797, p. 99.
  • 36 GM, n° 46 du vendredi 10 juin 1803, p. 488.

23Enfin, certains libraires, par solution de facilité, firent paraître dans un même ou plusieurs périodiques, des annonces identiques ou quasiment similaires pour une œuvre. Ce fut principalement le cas dans les journaux dont les rédacteurs ne rédigeaient pas les comptes rendus. Dans le Mercurio de España, l’ouvrage du botaniste Hipólito Ruiz, Quinología o tratado del árbol de la quina o cascarilla con su descripción, y la de otras especies de quinos nuevamente descubiertas en el Perú ; del modo de beneficiarla, de su elección, comercio, virtudes y extracto elaborado con cortezas corrientes, y de la eficacia de éste comprobada con observaciones ; a que se añaden algunos experimentos químicos, y noticias acerca del análisis de todas ellas, fut annoncé en mars 179230 puis au mois de janvier de l’année suivante31 dans les mêmes termes. Des exemples peuvent être aussi tirés de la Gaceta de Madrid. Le libraire Gabriel Gómez qui vendait la Memoria matemática sobre el cálculo de la opinión en las elecciones de José Isidoro de Morales fit paraître deux annonces quasiment similaires dans les numéros 71 du 5 septembre 179732 et 44 du 3 juin 180333. Il ne s’arrêta pas en si bon chemin puisqu’une publicité identique à celle de la Gaceta du 5 septembre 1797 fut publiée deux jours plus tard dans le Diario de Madrid34 et dans le numéro de septembre de la même année du Mercurio de España35. Pour autant, Gómez n’était pas l’unique revendeur de ce livre à Madrid. L’Imprimerie Royale, qui annonça également sa vente dans ses bureaux dans le numéro 46 du 10 juin 1803 de la Gazette, publia exactement la même annonce que celle que Gómez avait envoyée sept jours plus tôt36. Cela fut, certes, une solution de facilité pour les rédacteurs du journal officiel mais ne fallait-il pas voir également dans cette pratique un échange de bons procédés entre le bureau de la Gaceta et les professionnels du livre ? Ces derniers bénéficiaient gratuitement d’une tribune pour informer le public que des nouveautés bibliographiques se trouvaient dans leur commerce et, en contre-partie, les employés en charge de la rédaction de la Gaceta de Madrid pouvaient utiliser leurs annonces pour informer que la vente de cette même œuvre se faisait aussi dans leurs locaux ou simplement ajouter ce lieu de vente dans la publicité qui leur avait été remise.

Les réseaux de diffusion des imprimés

  • 37 GM, n° 64 du mardi 5 août 1806, p. 672.
  • 38 BPA, n° VII, 1790, p. 71.
  • 39 Ibid., p. 79.
  • 40 Il s’agissait de De prima Typographiae Hispanicae aetate specimen. Auctore Raymundo Diosdado Caball (...)
  • 41 Le Correo de Madrid n’annonça les lieux de vente en province que pour deux œuvres : Mazas puestas c (...)
  • 42 Elisabel Larriba, Le Public de la presse en Espagne à la fin du xviiie siècle (1781-1808), op. cit.(...)
  • 43 Ibidem.
  • 44 « Idea de la ampliación del Correo de Madrid », GM, n° 75 du mardi 18 septembre 1787, 2 p. non numé (...)
  • 45 « Advertencia a los suscriptores de las Provincias, y extracto del Prospecto de esta Obra », ML, t. (...)

24Le monde de l’édition sut tirer profit des opportunités que lui offrit la presse périodique. Mais pour être plus efficaces, les commerçants durent se constituer en réseaux au sein même de leur corporation. Ce fut précisément ce que permit la publication des annonces de librairie dans les journaux. L’annonce de librairie du Diario de Madrid du 28 janvier 1790 (mentionnée plus haut) le démontre bien, puisque trois commerçants s’étaient regroupés pour annoncer une pièce de théâtre nouvellement imprimée et par la même occasion établir une liste commune d’écrits de même catégorie encore en leur possession. Une pratique courante chez les libraires madrilènes de l’époque mais également employée par ceux établis en province. En effet, ces réseaux de diffusion qui s’étaient créés dans la capitale espagnole n’excluaient en aucun cas leurs confrères lointains. Aussi, nombre d’annonces de librairie mentionnaient différents lieux de vente dans les capitales régionales. Pour l’œuvre Nueva y completa gramática Francesa para uso de la nación Española, o extracto de las gramáticas de Chantreau y otras, en las que, con reglas más sucintas y método más claro y abreviado, se explican todos principios necesarios para aprender este idioma con toda perfección, evitando la confusión y fastidio que causan a los jóvenes los artes voluminosos parue en 1806 dans la Gaceta de Madrid, il n’était indiqué qu’un seul commerce à Madrid (celui d’Antonio Calleja) contre cinq en province : ceux de Manuel Monge à Saragosse, de Marín à Bilbao, de Tomás Cermeño à Valladolid, de la veuve Hidalgo à Séville et d’Aguilar à Grenade37. Or, si les commerçants, qu’ils fussent madrilènes ou de province, s’allièrent pour accroître leur visibilité dans divers périodiques de la capitale, la province fut écartée ou peu représentée. Pour ne citer que les principaux, la Biblioteca periódica anual para utilidad de los libreros y literatos qui s’adressait, comme le stipule son titre, en premier lieu aux libraires ne référença que deux ouvrages vendus hors de la capitale espagnole. Il s’agissait de la Respuesta al papel intitulado : Naturaleza y utilidad de las Antimoniales, compuesto por el Dr. D. Ambrosio Jiménez y Lorite, Médico de los Reales Ejércitos, Catedrático de Filosofía de la Universidad de Sevilla du Docteur Francisco Salvà y Campillo38 et des Reflexiones sobre la Memoria de las Aguas Minerales de la Fuente de la Villa de Espluga de Francolí, que dio al público el Dr. D. Jaime Menós de l’apothicaire Pablo Vidal y Feyxas39 vendues à Barcelone respectivement dans les librairies de la veuve de Piferrer et de Francisco Generas. Si l’on pouvait en dire autant de sa consœur, les Noticias varias y curiosas de Madrid, qui ne diffusa qu’un seul livre pour les mêmes raisons40, pour sa défense, elle divulguait essentiellement des informations en rapport avec la capitale. Ce qui n’était pas le cas du Correo de Madrid qui pourtant ne fit guère mieux que la Biblioteca periódica anual41 alors qu’il bénéficiait d’un large écho auprès des lecteurs provinciaux42. Tout comme le Memorial literario d’ailleurs43 mais qui ne mentionna la vente d’une œuvre chez des libraires établis en province que dans 31 cas, soit 1,69 % seulement de l’ensemble des titres annoncés dans le journal. Manegat et les rédacteurs du Memorial, bien que désireux de distribuer leur périodique auprès d’un public qui fut le plus large possible (le Correo de Madrid ne possédait pas moins de 23 points de diffusion dans la Péninsule en 178744 et le Memorial literario 12 en 178545), s’adressaient en tout premier lieu à un lectorat madrilène.

  • 46 DM, n° 185 du mardi 4 juillet 1791, p. 743.
  • 47 Ibid., n° 242 du mardi 30 août 1791, p. 973-974.
  • 48 GM, n° 76 du mardi 21 septembre 1790, p. 632.
  • 49 Ibid., n° 87 du vendredi 29 octobre 1790, p. 719.
  • 50 ME, n° 10 octobre 1792, p. 271-172 (sic).
  • 51 Ibid., n° 9 septembre 1797, p. 100-101.
  • 52 EIE, n° 185 du mardi 3 juillet 1804, p. 757-758.
  • 53 Ibid., n° 186 du mercredi 4 juillet 1804, p. 762.

25Malgré la constitution de ces réseaux entre professionnels du livre, il ne fut pas rare de rencontrer des annonces de librairie réitérées avec des lieux de vente différents dans un intervalle de temps peu éloigné. Pour la traduction italienne de Centinela contra Francs-Masones du frère José Torrubia annoncée par deux fois en 1791 dans le Diario de Madrid, le kiosque de Manuel del Cerro situé à Madrid fut mentionné dans les deux réclames. Néanmoins dans la première publicité parue le 4 juillet, l’ouvrage était également vendu chez les libraires madrilènes Pedro Miguel Escribano et Luis Alonso46 alors que dans la seconde, en date du 30 août, ces deux derniers disparurent au profit d’Antonio del Castillo, du kiosque du Diario de Madrid (face à Saint-Thomas) et fut même ajoutée la librairie de Cerro47. Il en fut de même dans la Gaceta de Madrid avec les sept volumes qui composaient les Obras en prosa y verso del Cura de Fruime D. Diego Cernada y Castro, natural de Santiago de Galicia vendus chez Manuel de Munita et chez Agustín Velasco (à l’exception du tome IV) comme cela fut précisé en septembre48 puis en octobre 179049. Cette entente pour diffuser les ouvrages récemment imprimés n’aurait-elle pas fonctionné entre tous les commerçants de livres madrilènes ? Dans le Mercurio de España, la pratique fut la même mais dans un intervalle de temps bien plus long. En 1792, les libraires Miguel Jerónimo Copin, Antonio del Castillo et Gabriel Gómez s’étaient réunis pour annoncer la Práctica moderna de la inoculación du médecin Timoteo O-Scanlan50 tandis que Manuel Hurtado le fit seul en 179751. Mais toutes ces annonces répétées ne furent pas uniquement le fait des libraires. En effet, des publicistes confessèrent leur erreur. Ainsi, le mardi 3 juillet 1804 fut-il annoncé dans les Efemérides de la Ilustración de España, l’Origen y descubrimiento de la vacina o vacuna, traducido del francés con arreglo a las observaciones hechas hasta el mes de mayo 1801 (sic), y enriquecido con varias notas ; por el Dr. D. Pedro Hernández, médico del Real Colegio de esta corte, & c. vendu calle Mayor à la boutique de la veuve de Toxo52. Cependant, Velasco ayant oublié de préciser que cette œuvre était également en vente chez le libraire Antonio del Castillo, il l’annonça de nouveau le lendemain dans un Nota Bene53.

  • 54 « Literatura Española.=Poesía », ML, n° IX ou 45, du 30 mars 1806, p. 395-402.
  • 55 Ibid., p. 395 : « (Extracto de esta composición poética, escrito y remitido a los Editores por D. M (...)

26L’information relative aux nouveautés bibliographiques permit également l’émergence d’un réseau entre les lecteurs de presse périodique et les publicistes. En effet, à de multiples reprises, comme nous avons pu le constater, ces derniers avaient appelé leur lectorat à contribuer au succès de leur entreprise. Si dans le cas du Diario de los nuevos descubrimientos les scientifiques ne se sentirent nullement concernés par cet appel à collaboration, la formule atteste pourtant un engouement certain de la part du public. En témoignent les différents courriers faisant état de la récente parution d’une œuvre envoyés au Correo de Madrid et aux Efemérides de la Ilustracíon de España par exemple ou encore au Memorial literario qui annonça l’Oda en elogio de los bravos y esforzados Oficiales de la Real Armada, el Jefe de Escuadra Don Francisco Wintuysen, y el Brigadier Don Tomás Geraldino, muertos en el combate del 14 de Febrero de 1797. Por Don J. R. O. imprimée à Cadix en 180654 pour laquelle le résumé avait été envoyé par Manuel Alonso de Viado55. En demandant la participation active des lecteurs, les journalistes entendaient faire de leur périodique une revue ouverte dont la finalité était la fidélisation d’une clientèle convertie en collaborateur ou en rédacteur occasionnel. Ces envois furent, sans doute, souvent le fait de lecteurs soucieux de voir figurer leur nom dans la presse. Mais ils démontrent malgré tout l’intérêt et l’importance que les Lettres suscitèrent au sein de la société espagnole de la fin de l’Ancien Régime.

Conclusion

27Quelles que fussent les raisons qui poussèrent les libraires à multiplier les annonces pour une ou plusieurs œuvres dans un ou divers périodiques ou simplement à donner une information concernant leur publication, elles furent un atout économique incontestable pour les professionnels du livre. Elles permirent l’émergence de réseaux de diffusion des imprimés. Grâce aux annonces de librairie, les auteurs, les libraires et les imprimeurs purent développer des stratégies commerciales et accroître leur visibilité. Dès lors, les livres bénéficièrent par le biais de la presse, qui assurait l’information de leur publication auprès du public, d’une diffusion plus large dépassant les frontières du seul lieu d’édition.

Notes

1 L’auteur de la lettre ne précise pas quand cette œuvre a été annoncée dans la Gaceta de Madrid. Cependant, grâce à la date du numéro du Semanario de Salamanca dans lequel fut publié le témoignage, il s’agit sans aucun doute du numéro 62 daté du mardi 4 août 1795 qui présentait l’annonce de librairie suivante : « Sara Th… : novela inglesa, traducida del francés por Doña Maria Antonia de Río y Arnedo. Esta obrita, apreciable por su sencillez, presenta un modelo del desempeño en las obligaciones de una madre de familia, un ejemplo de la felicidad que produce el cumplimiento de ellas, y una pintura agradable de las delicias de la vida del campo. Se ha impreso con esmero, y se vende en la Librería de García, calle de la Gorguera, en pasta a 5 rs., y a la rústica a 3. », GM, n° 62 du mardi 4 août 1795, p. 828. Cette œuvre sera également annoncée de façon quasiment similaire dans le : DM, n° 268 du samedi 26 septembre 1795, p. 1091. Nous remercions la professeure Elisabel Larriba de nous avoir fourni ce document.

2 « Todo Prólogo entona cantilenas. Jorge Pitillas Sátira », Semanario de Salamanca, n° 273 du jeudi 17 décembre 1795, p. 273-274 : « Luego que se anunció en la Gaceta esta obrita impresa, decía, con esmero, que yo no veo, y apreciable por su sencillez, y porque presenta un modelo del desempeño en las obligaciones de una madre de familia un ejemplo de la felicidad que produce el cumplimiento de ellas, y una pintura agradable de las delicias de la vida del campo, creyendo por esta vez a (sic) la Gaceta, a pesar del Satírico Iglesias, la pedí, la leí, y creí que no nos ha dado en este anuncio tanto chasco como en otros. »

3 « Aviso », Ibid., n° 156 du samedi 14 mars 1795, p. 270 : « Se previene a todos los que gusten y quieran que se publique en el Semanario la venta de libros, y otros cualesquiera papeles impresos, y también los Prospectos, que no podemos publicarlos, no entregando antes los Interesados a los Editores un ejemplar encuadernado a la rústica, con arreglo a lo que se practica en el Despacho de la Imprenta Real de la Gaceta, y demás Periódicos del Reino, para los fines que la Superioridad tiene dispuestos, y evitar todo engaño al Público, como sucedió con los dos tomos de la Economía Doméstica, cuya venta se anunció días pasados en nuestro Semanario, que averiguamos ser absolutamente falsa. A los que entregasen ejemplares encuadernados en pasta o pergamino, se pagará el valor de su encuadernación. »

4 Nov. Recop., Lib. VIII, Tít. XVI, L. 38 (confirmée par les lois du 31 mars 1793 et du 27 novembre 1802) : « No tenga curso impreso alguno, ni se publique su venta, sin preceder la entrega de un ejemplar a la Real Biblioteca. » Également cité dans Lucienne Domergue, Censure et lumières dans l’Espagne de Charles III, Appendice I, op. cit., p. 197. Voir également à ce sujet Lucienne Domergue, La Censure des livres en Espagne à la fin de l’Ancien Régime, op. cit., p. 30-31.

5 Ibid., Lib. VIII, Tít. XVI, L. 39 : « Entrega de todas las obras que se impriman a la Biblioteca de la Reales Estudios de Madrid. » Également cité dans Lucienne Domergue, Censure et lumières dans l’Espagne de Charles III, Appendice I, op. cit., p. 200.

6 Ibid., Lib. VIII, Tít. XVI, L. 40 : « Exacción de un ejemplar de cuanto se imprima para la colección de obras de la Biblioteca de la cátedra de Clínica establecida en Madrid. »

7 François Lopez, « Las obras extranjeras anunciadas en la Gaceta de Madrid », art. cit., p. 308.

8 AL, n° 1, 1804, p. 85-86.

9 GM, n° 100 du vendredi 10 décembre 1803, 4 p. non numérotées.

10 AL, n° 3, 1806, p. 39-40.

11 GM, n° 84 du vendredi 18 octobre 1805, 2 p. non numérotées.

12 DM, n° 119 du vendredi 29 avril 1791, p. 485.

13 « Se ha recibido el papel siguiente », Correo literario de Murcia, n° 87 du samedi 29 juin 1793, p. 134-135 : « Señores Editores. No puedo menos que significarles el aquel tan grande (sic), que tienen Vms. para conmigo, y para con todos aquellos, que gustan de unas producciones como las suyas ; porque es cierto que entre tantos papelotes como se empuercan en las prensas en el día, por tan diversos objetos, y todos por el único fin de arraigar en sus bolsillos la devoción a San Juan de la Cruz, ninguno merece los elogios de su famoso Periódico. Digan lo que quieran los Criticonazos de tan extraño celebro (sic), que no sabemos lo que les gusta, porque es verdad que al que le guste lo bueno, les han de gustar sus Correos. ¡ Qué sátiras ! ¡ qué invectivas contra las modas, y otras cosas, ya cortas, ya largas ! ¡ qué instrucciones para una buena educación ! ¡qué sermones en tono de Chiste ! ¡ qué erudición en sus rasgos ! vaya, que aunque yo no lo entiendo todo, dice mi Cura, que merece, como sucedió, que lo anuncie la Gaceta. »

14 GM, n° 72 du vendredi 7 septembre 1792, p. 624.

15 Le Correo literario de Murcia commença à être édité le 1er septembre 1792.

16 DM, n° 119 du lundi 29 avril 1793, p. 496-497.

17 Voir pour les publications périodiques éditées à Murcie, Francisco Aguilar Piñal, La prensa española en el siglo xviii, op. cit., p. 44-45.

18 Elisabel Larriba, Le Public de la presse en Espagne à la fin du xviiie siècle (1781-1808), op. cit., p. 64.

19 Cf. Supra, Répartition des annonces de librairie dans la presse madrilène entre le 1er janvier 1789 et le 19 mars 1808. Classement décroissant en fonction du nombre d’annonces de librairie publiées, p. 87-88.

20 RG, n° I du mercredi 1er juin 1803, p. 8.

21 « Juicio de la Comedia : LA LUGAREÑA ORGULLOSA », Ibid., n° 8 du samedi 25 juin 1803, p. 57-61.

22 « Juicio de la Comedia : LA MOZA DE CÁNTARO », Ibid., n° 9 du mercredi 29 juin 1803, p. 65-69.

23 ACN, n° 8 du mois de février 1801, p. 201-206.

24 Ibid., n° 14 du mois d’août 1802, p. 223-228.

25 EIE, n° 55 du vendredi 24 février 1804, p. 219.

26 DM, n° 79 du samedi 20 mars 1790, p. 314-315 ; Ibid., n° 104 du jeudi 14 avril 1791, p. 423 ; Ibid., n° 91 du samedi 31 mars 1792p. 388-389 ; GM, n° 27 du mardi 5 avril 1791, p. 239 ; Ibid., n° 25 du mardi 27 mars 1792, p. 200 ; Ibid., n° 24 du vendredi 22 mars 1793, p. 231.

27 Vicente del Seixo, Apéndice a las Lecciones prácticas de agricultura y economía que da un padre a su hijo para que sea un buen labrador en cualquier país del mundo. Agricultura de las viñas (t. V), Madrid, Imprenta de Aznar, 1795. Cette œuvre apparaîtra uniquement sous ce titre dans la Gaceta de Madrid, n° 98 du mardi 8 décembre 1795, p. 1262.

28 DM, n° 331 du vendredi 27 novembre 1795, 2043 ; Ibid., n° 244 du vendredi 1er novembre 1797, p. 1042-1043 ; Ibid., n° 268 du mardi 25 septembre 1798, p. 1083-1084 ; Ibid., n° 250 du samedi 7 septembre 1799, p. 1111 ; Ibid., n° 252 du mardi 9 septembre 1800, p. 1062 ; Ibid., n° 257 du lundi 14 septembre 1801, p. 1057-1058 ; Ibid., n° 270 du lundi 26 septembre 1802, p. 1090 ; GM, n° 73 du mardi 12 septembre 1797, p. 796 ; Ibid., n° 76 du vendredi 21 septembre 1798, p. 792 ; Ibid., n° 73 du mardi 10 septembre 1799, p. 798 ; Ibid., n° 77 du mardi 24 septembre 1799, p. 841-842 ; Ibid., n° 75 du mardi 15 septembre 1800, p. 857 ; Ibid., n° 89 du mardi 15 septembre 1801, p. 971 ; Ibid., n° 76 du vendredi 17 septembre 1802, p. 940 ; ME, n° 10 octobre 1795, p. 215-216 ; Ibid., n° 9 septembre 1797, p. 101 ; Ibid., n° 9 septembre 1798, p. 127-128 ; Ibid., n° 9 septembre 1799, p. 124.

29 DM, n° 28 du jeudi 28 janvier 1790, p. 111 : « Comedia nueva en tres actos : la Industriosa Madrileña y el Fabricante de Olot, o los Efectos de la aplicación, representada por la compañía de Eusebio Ribera el día 25 de Enero de 1790. Se hallará en la librería de Castillo, frente a las gradas de San Felipe el Real ; en el puesto de Cerro, calle de Alcalá ; y en el del Diario, frente de Sto. Tomás : su precio dos rs. Donde está se hallan las Víctimas del Amor, Federico II, primera y segunda parte, las tres partes de Carlos XII, la gran Piedad de Leopoldo el Grande, la Jacoba, el Pueblo feliz, la Cecilia, primera y segunda parte, el Triunfo de Tomiris (sic), Luis XIV el Grande, Gustavo Adolfo, Rey de Suecia, y la Virtud aun entre Persas lauros y honores granjea, con sainetes y loas. »

30 ME, n° 3 mars 1792, p. 262-263.

31 Ibid., n° 1 janvier 1793, p. 95-96.

32 GM, n° 71 du mardi 5 septembre 1797, p. 776.

33 Ibid., n° 44 du vendredi 3 juin 1803, p. 460.

34 DM, n° 250 du jeudi 7 septembre 1797, p. 1067.

35 ME, n° 9 septembre 1797, p. 99.

36 GM, n° 46 du vendredi 10 juin 1803, p. 488.

37 GM, n° 64 du mardi 5 août 1806, p. 672.

38 BPA, n° VII, 1790, p. 71.

39 Ibid., p. 79.

40 Il s’agissait de De prima Typographiae Hispanicae aetate specimen. Auctore Raymundo Diosdado Caballero vendue à Valence chez le libraire Joaquín Minguet, NVCM, n° 7, 1797, p. 59.

41 Le Correo de Madrid n’annonça les lieux de vente en province que pour deux œuvres : Mazas puestas con el nombre de glosas, a la obra intitulada el Filósofo Arrepentido, y Sabio penitente, del Doctor Don Nicolás Pérez Martínez ; para que sirvan de ilustración a algunas de sus proposiciones vendues à Cadix chez le libraire Navarro, à Saragosse chez Cristóbal Avella, à Carthagène chez Jacinto Cargér et à Valence chez Juan Carsi y Vidal, CM, n° 409 du mercredi 24 novembre 1790, p. 55-56 ; Tratado de las enfermedades endémicas, epidémicas y contagiosas de toda especie de ganados ; sus causas, síntomas y medios de precaverlas por rebaños piatras enteras, con razón del clima, de la calidad y situación de los terrenos, naturaleza y alteraciones del aire vendu chez l’auteur, Juan Antonio Montes, à Aranjuez, Ibid., n° 410 du mercredi 1er décembre 1790, p. 64.

42 Elisabel Larriba, Le Public de la presse en Espagne à la fin du xviiie siècle (1781-1808), op. cit., p. 99.

43 Ibidem.

44 « Idea de la ampliación del Correo de Madrid », GM, n° 75 du mardi 18 septembre 1787, 2 p. non numérotées. Également cité dans Elisabel Larriba, Le Public de la presse en Espagne à la fin du xviiie siècle (1781-1808), op. cit., p. 86.

45 « Advertencia a los suscriptores de las Provincias, y extracto del Prospecto de esta Obra », ML, t. IV, 1785, p. 3-4. Également cité dans Elisabel Larriba, Le Public de la presse en Espagne à la fin du xviiie siècle (1781-1808), op. cit., p. 81.

46 DM, n° 185 du mardi 4 juillet 1791, p. 743.

47 Ibid., n° 242 du mardi 30 août 1791, p. 973-974.

48 GM, n° 76 du mardi 21 septembre 1790, p. 632.

49 Ibid., n° 87 du vendredi 29 octobre 1790, p. 719.

50 ME, n° 10 octobre 1792, p. 271-172 (sic).

51 Ibid., n° 9 septembre 1797, p. 100-101.

52 EIE, n° 185 du mardi 3 juillet 1804, p. 757-758.

53 Ibid., n° 186 du mercredi 4 juillet 1804, p. 762.

54 « Literatura Española.=Poesía », ML, n° IX ou 45, du 30 mars 1806, p. 395-402.

55 Ibid., p. 395 : « (Extracto de esta composición poética, escrito y remitido a los Editores por D. Manuel Alonso de Viado). »

Table des illustrations

Crédits Sources : Presse madrilène (1er janvier 1789-19 mars 1808). Élaboration personnelle.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/47215/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Répartition des ouvrages annoncés à différentes reprises dans la presse madrilène
Crédits Sources : Presse madrilène (1er janvier 1789-19 mars 1808). Élaboration personnelle.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/47215/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 63k

© Presses universitaires de Provence, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search