Version classiqueVersion mobile

L’édition sous Charles IV

 | 
Joan Cavaillon Giomi

À travers la presse madrilène

Étude quantitative des annonces de librairie publiées dans la presse madrilène

Texte intégral

  • 1 Nigel Glendinning, Historia de la literatura española. El siglo xviii, t. IV, Apéndice D, op. cit., (...)
  • 2 « Literatura », Correo literario de Murcia, n° 85 du samedi 22 juin 1793, Murcia, Imprenta de la Vi (...)

1Les publicistes avaient décidé d’ouvrir les pages de leur journal au monde de l’édition dès le début du xviiie siècle. Dès lors les annonces de librairie ne cessèrent d’augmenter. À titre d’exemple, la Gaceta de Madrid en publia 105 en 1730, 158 en 1760 pour atteindre un total de 550 en 17901. Nombre de périodiques lui emboitèrent le pas au point que, dans l’introduction à un article paru en 1793, les rédacteurs du Correo literario de Murcia purent écrire : « De jour en jour, de toutes parts les productions littéraires augmentent, les Gazettes, les Journaux ne font plus qu’annoncer des Livres, et des Œuvres différentes, de telle sorte, qu’une longue et vaste vie n’est pas suffisante pour avoir une vague idée de leur contenu2 ».

Représentation des annonces de livres dans les différents périodiques

2Les journalistes avaient vanté à maintes reprises les mérites des annonces de librairie et les bénéfices que les lecteurs pouvaient retirer de leur publication. Or, ils durent parfois revoir leur stratégie et s’adapter aux désirs de leurs abonnés ou, comme ce fut le cas des Noticias varias y curiosas de Madrid, ajouter cette rubrique pour que leur revue fût plus utile et attractive, ce qui démontre l’intérêt que les nouveautés bibliographiques suscitaient auprès du public. Ainsi, en fonction des choix des rédacteurs mais aussi en raison de différences notables quant à la longévité et périodicité des journaux, la représentation quantitative des annonces de librairie dans la presse madrilène fut loin d’être uniforme.

Répartition des annonces de librairie dans la presse madrilène entre le 1er janvier 1789 et le 19 mars 1808. Classement décroissant en fonction du nombre d’annonces de librairie publiées

Répartition des annonces de librairie dans la presse madrilène entre le 1er janvier 1789 et le 19 mars 1808. Classement décroissant en fonction du nombre d’annonces de librairie publiées

Sources : Presse madrilène (1er janvier 1789-19 mars 1808). Élaboration personnelle.
Pour les dates de publication des journaux, nous avons mis entre parenthèses la première année lorsqu’elle ne correspondait pas au règne de Charles IV. Nous centrant exclusivement sur ce règne, nous n’avons considéré les périodiques qu’à partir de l’année 1789 et ce, jusqu’au 19 mars 1808. (*) Les périodiques suivis par ce signe indiquent que les collections sont incomplètes à ce jour.

3Au total, 25 060 annonces de librairie furent publiées dans les 21 périodiques et leur répartition est loin d’être homogène. Hormis la Gaceta de Madrid et le Diario de Madrid qui se détachent très largement avec respectivement 10 946 et 6 974 publicités de livres (soit une représentation de 43,68 % et 27,83 %), les autres périodiques peinent à atteindre les 7 % et plus de la moitié d’entre eux (12 plus précisément) sont en dessous de 1 %. Mais il faut tenir compte de leur durée de parution ainsi que de leur périodicité. Comparativement, avec 443 annonces publiées en deux ans (soit une moyenne de 221,5 par an), un journal tel que les Efemérides de la Ilustración de España fit montre de plus d’intérêt pour les nouveautés éditoriales que le Mercurio de España en 19 ans puisqu’il n’en totalise que 551, soit une moyenne de seulement 29 annonces par an. D’autres, comme El Regañón general, qui avait crié haut et fort son désir de susciter le goût des Belles Lettres, avec quatre réclames, ne se donna guère les moyens d’atteindre les objectifs qu’il s’était fixés et se trouve par conséquent en fin de liste.

  • 3 La représentation des tirages envoyés dans les colonies américaines était, selon les livres de comp (...)
  • 4 Ibid., p. 179-199.
  • 5 Ibid., p. 63.

4La Gaceta de Madrid fut sans conteste le périodique le plus prisé par la communauté éditoriale pour diffuser les nouveautés bibliographiques. Son statut de journal officiel ainsi que l’importance du nombre de ses abonnés dans toute la Péninsule, Outre-mer3 et même à l’étranger4 durent activement contribuer à cette préférence. Pour se la procurer, les Madrilènes optèrent pour un achat au numéro5 généralement vendu par les gazetières qui sillonnaient les rues de la ville ou dans divers kiosques et librairies. Les lecteurs de province, quant à eux, n’eurent d’autre choix que de s’y abonner.

  • 6 Javier Fernández Sebastián, « Los suscriptores vasco-navarros de prensa periódica madrileña de la s (...)
  • 7 Elisabel Larriba, Le Public de la presse en Espagne à la fin du xviiie siècle (1781-1808), op. cit.(...)
  • 8 François Lopez, « Las obras extranjeras anunciadas en la Gaceta de Madrid », art. cit., p. 308 : «  (...)
  • 9 Elisabel Larriba, Le Public de la presse en Espagne à la fin du xviiie siècle (1781-1808), op. cit. (...)

5Contre toute attente, ce fut dans le Nord de l’Espagne, plus précisément dans les provinces basques et en Navarre6, que le journal reçut un accueil des plus favorables alors que paradoxalement la Catalogne qui était, de par son dynamisme économique, la région la plus peuplée de la Péninsule, n’eut qu’un faible taux de souscripteurs et fut même devancée par ses plus proches voisines7. Si la Gaceta de Madrid était vendue dans « toutes les villes d’Espagne, dans les coins les plus reculés où il y avait des souscripteurs ou des vendeurs »8, ce fut dans les agglomérations les plus peuplées que la grande majorité de son lectorat se concentrait9.

  • 10 Ibid., p. 85.

6Quant au Diario de Madrid (même s’il publia moins d’annonces de livres que la Gaceta), sa volonté de se mettre au service des lecteurs (notamment madrilènes) en publiant tout type d’annonces en rapport avec le négoce lui valut l’appui incontestable du public qui n’hésita pas à utiliser cette tribune, qu’ils fussent commerçants ou particuliers. Bien que son tirage soit inconnu, le nombre de ses abonnés (966 et 705 pour les deux listes qu’il publia en 178610) et sa longévité (il ne disparaîtra qu’en 1846) témoignent d’un vif succès auprès du public dû à ses petites annonces qui constituaient une part importante du journal. Les professionnels du livre, alors conscients des bénéfices qu’ils pouvaient retirer de leur publication, ne cessèrent de les multiplier.

7Loin de se cantonner aux seules réclames éditoriales, la Gaceta et le Diario firent également une place importante aux petites annonces en tout genre. La répartition entre ces deux types d’annonces dans les deux périodiques est la suivante :

Sources : Gaceta de Madrid et Diario de Madrid (1er janvier 1789-19 mars 1808). Élaboration personnelle.

  • 11 « Lista de las obras que se hallan venales en la Librería de la Viuda de D. Joaquín Ibarra calle de (...)

8La répartition des annonces dans la Gaceta de Madrid et le Diario de Madrid est loin d’être similaire. De plus, chacun d’entre eux affiche clairement la politique éditoriale adoptée en ce qui concerne la librairie. En effet, si le Diario de Madrid publia en totalité 109 090 annonces toutes catégories confondues, les publicités de livres ne représentent que 6 % d’entre elles, soit un total de 6 974 (en incluant les 2 227 « articles-annonces » issus de la première section du journal), ce qui n’est certes pas quantité négligeable. Mais compte tenu de la périodicité du Diario, les annonces de librairie, qui n’étaient pas publiées quotidiennement, ne sont que peu représentées. Pour les rédacteurs du journal, les livres étaient un objet de commerce parmi tant d’autres auquel ils accordèrent une place qui, sans être la première, était cependant importante. Ce qui tend par conséquent à expliquer leur faible représentation par rapport aux petites annonces. Le supplément de huit pages dans lequel furent présentés les ouvrages disponibles à la librairie de la veuve de Joaquín Ibarra à Madrid publié dans le numéro 137 du 16 mai 179211 témoigne également du caractère strictement commercial des annonces de librairie dans le Diario de Madrid. Même si 86 livres furent présentés succintement (titre, auteur et/ou traducteur, format, prix et reliures), ils furent réunis dans ce seul supplément sous forme d’une liste que nous avons comptabilisée comme étant une seule et unique annonce de librairie. Chose que nous n’aurions pas faite si les livres en vente chez la veuve d’Ibarra avaient été annoncés séparément dans la rubrique Libros du journal. En publiant ce récapitulatif, les publicistes démontraient une nouvelle fois que les seuls rédacteurs de ces publicités étaient les professionnels du livre et qu’ils mettaient le Diario à leur service.

9À l’inverse, dans le journal officiel, sur un total de 17 967, la proportion relative aux imprimés est très supérieure à celle des petites annonces : 61 % contre 31 %. La Gaceta de Madrid s’intéressa donc tout particulièrement au monde de l’édition. En tant que porte-parole du pouvoir, elle se plaçait résolument au service de la politique culturelle impulsée par les autorités qui avaient à cœur de promouvoir le monde de l’édition et de s’ériger en vitrine de la République des Lettres. La Gaceta publia également des suppléments qui vantaient les mérites d’un ouvrage à paraître ou récemment édité. Ces papiers additionnels (généralement composés de deux à quatre pages) contenaient, en plus des indications habituelles pour se procurer l’œuvre, des commentaires très détaillés. On en dénombre 44 publiés sous différentes appellations : « Supplément » (Suplemento), « Information » (Noticia), « Souscription » (Suscripción), « Prospectus » (Prospecto), « Avertissement » (Advertencia) et « Annonce » (Anuncio). Compte tenu de ces suppléments, le nombre total d’annonces de librairie publiées dans la Gaceta de Madrid passe de 10 946 à 10 990.

  • 12 Elisabel Larriba, Le Public de la presse en Espagne à la fin du xviiie siècle (1781-1808), op. cit. (...)
  • 13 Ibid., p. 69-70.

10Bien différent fut l’accueil que le Mercurio de España réserva aux annonces de livres. En effet, sur une période de publication identique à celle de sa consœur mais de périodicité distincte, il en publia 19 fois moins qu’elle, soit 551. Le Mercurio « couvrait, lui aussi, un large périmètre géographique »12 malgré un tirage moindre. Par ailleurs, s’il touchait lui aussi un public principalement urbain et madrilène, à la différence de la Gaceta, il bénéficia dans des localités à faible densité de population d’un écho appréciable13. Mais les rédacteurs de ce périodique, également placé sous la direction de la Secrétairerie d’État, n’accordèrent pas une place prépondérante aux informations ayant trait au monde du livre. Malgré un public et des contenus distincts, les autorités ne virent certainement pas la nécessité de transformer le Mercurio de España en un journal dont la rubrique consacrée à la librairie pouvait faire concurrence à celle de la Gaceta de Madrid.

  • 14 NVCM, n° IV, 1794, p. 101 : « Como varios libros y papeles se publican todos los años, se omiten en (...)

11Loin derrière la Gaceta de Madrid et le Diario de Madrid, le Memorial literario et les Noticias varias y curiosas de Madrid occupent le troisième et quatrième rangs de ce tableau avec respectivement 1 784 (7,12 %) et 1 612 (6,43 %) annonces de librairie. Les rédacteurs du Memorial, qui mettaient un point d’honneur à rédiger eux-mêmes les commentaires des ouvrages, peuvent se vanter, pour un journal qui se voulait au fait de l’actualité littéraire, d’avoir atteint leurs objectifs. Les Noticias varias y curiosas ne proposèrent à aucun moment de donner un aperçu du contenu des œuvres. Tout comme ses confrères de périodicité annuelle (non loin dans ce classement), cette publication se contentait de faire état des livres parus l’année précédente, de même que l’Almanaque literario, en puisant dans les annonces de livres de la Gaceta de Madrid. La Biblioteca periódica anual, quant à elle, s’appuya sur les listes de livres du Memorial literario ou sur les listes remises par les libraires. Qu’il s’agît des Noticias varias y curiosas de Madrid ou de l’Almanaque literario, les rédacteurs prirent soin de ne pas réitérer les œuvres citées dans un numéro antérieur. Cela fut précisé, pour les Noticias, en complément du titre de la rubrique consacrée aux annonces14. Dans le cas de l’Almanaque était indiqué, pour les œuvres éditées en plusieurs volumes, la référence du numéro auquel se reporter pour avoir de plus amples renseignements sur l’ouvrage. La Biblioteca periódica anual ne donna aucune information. Ces trois périodiques avec 627, 691 et 1 612 annonces de librairie respectivement pour les Noticias, l’Almanaque et la Biblioteca offrent déjà, pour les périodes où ils furent édités, une certaine orientation sur ce que fut la production éditoriale sous le règne de Charles IV.

12Le Correo mercantil de España y sus Indias, avec 649 publicités (2,59 %), se classe au sixième rang et réserva, par conséquent, une place non négligeable aux imprimés. Sa longévité de près de 16 années (très supérieure à celle des périodiques privés, exceptions faites du Memorial literario et du Semanario de Agricultura y Artes dirigido a los Párrocos) et sa parution hebdomadaire y contribuèrent activement. Le Correo mercantil, dont la principale activité était de promouvoir le commerce dans la métropole ou les colonies, prit soin de présenter des nouveautés éditoriales à ses abonnés, les livres étant considérés comme un objet de consommation.

13Les Efemérides de la Ilustración de España ferment la marche dans ce tableau pour ce qui est des journaux dont la représentation est supérieure à 1 %. Les 443 références bibliographiques (1,77 %) publiées sur deux années montrent l’intérêt porté par les rédacteurs à la librairie. Mais si l’on venait à considérer que la Minerva o el Revisor general, classée juste derrière les Efemérides avec 173 réclames (0,69 %), était un avatar du journal créé par Velasco, les deux périodiques réunis atteignent un taux de 2,46 %, soit 621 publicités. Cette unique publication se hisserait par conséquent juste derrière la Biblioteca periódica anual, soit à la huitième place.

14Bien qu’ayant publié plus d’une centaine de publicités, la Minerva, tout comme les périodiques suivants, ont une représentation inférieure à 1 %. La Miscelánea instructiva, curiosa y agradable (0,68 %), l’Espíritu de los mejores Diarios (0,56 %) et les Variedades de ciencias literatura y artes (0,45 %) figurent respectivement en onzième, douzième et treizième positions. Toutefois, si l’on prend en compte le nombre de numéros qu’ils publièrent, il apparaît que la place qu’ils accordèrent aux livres est loin d’être restreinte. Parmi ces trois périodiques, seul l’Espíritu de los mejores Diarios se différencie par sa périodicité. Hebdomadaire depuis 1788, il publia en totalité 272 numéros dont 111 sous le règne de Charles IV dans lesquels se trouvent 141 publicités. Cependant, ces dernières étaient extraites des différents périodiques que recevait Cladera. Quant à la Miscelánea et aux Variedades, avec seulement 26 et 22 numéros livrés et pas moins de 169 et 113 annonces de librairie, leurs rédacteurs n’eurent rien à envier à leurs confrères.

  • 15 Cf. Supra, La presse d’information et de divulgation, Le Correo de Madrid.

15En revanche, le Correo de Madrid, le Semanario de Agricultura y Artes dirigido a los Párrocos, la Gaceta de los niños et le Diario de los nuevos descubrimientos ne se mirent que très peu au service de la librairie. Pourtant le Correo de Madrid avait clairement indiqué sa volonté de propager le goût de la lecture auprès d’un public qui fût le plus large possible. Mais, face aux protestations de certains lecteurs, Manegat n’eut d’autre choix que de se plier à leurs exigences15. Aussi, ne fit-il que 52 communiqués relatifs à la librairie (0,21 %). Contre toute attente, ce n’est qu’à la quinzième place que se trouve le Semanario de Agricultura y Artes avec 46 annonces de librairie soit une représentation de 0,18 %. Cet hebdomadaire, sous la protection du Prince de la Paix et la direction du Real Jardín botánico (à partir de 1805) aurait dû suivre, du moins nous le pensions, la politique culturelle menée par la Couronne. Cependant, il s’adressait en tout premier lieu à un public majoritairement illettré qui recevait son contenu par l’intermédiaire du clergé paroissial. Les autorités et les publicistes ne virent donc certainement pas l’intérêt de faire état de nombreux ouvrages que les premiers destinataires du journal auraient été bien incapables d’acheter et de lire. Les livres annoncés dans le Semanario de Agricultura y Artes devaient s’adresser à une élite qui s’abonna volontairement au journal et qui par conséquent possédait l’instruction et les ressources économiques suffisantes pour se les procurer. Il en était de même pour le lectorat de la Gaceta de los niños qui annonça 42 œuvres (0,17 %) disséminées parmi ses 24 numéros. D’une longévité et périodicité identiques au précédant périodique (deux années), le Diario de los nuevos descubrimientos ne publia que peu d’annonces de librairie malgré sa volonté de divulguer les dernières avancées réalisées dans le domaine médical. Il pensait pouvoir compter en la matière sur l’aide des lecteurs et des scientifiques mais ils ne furent pas au rendez-vous. De fait, le Diario de los nuevos descubrimientos avec 24 publicités, soit une représentation de 0,1 %, n’arrive qu’en dix-septième position.

16Enfin, les quatre derniers périodiques n’accordèrent qu’une place infime aux nouveautés éditoriales. Avec un nombre de publicités compris entre neuf pour La Espigadera et quatre pour les Anales de Ciencias naturales ou El Regañón general, ils n’ont une représentation que de 0,04 %, pour le premier, et de 0,01 %, pour les deux autres. À sa décharge, Alfonso Valentín Bravo n’eut le temps de faire imprimer que 17 numéros de La Espigadera avant que Floridablanca ne bâillonnât la presse privée. Contre toute attente, les Zumbas del famoso Juan de Espera en Dios, qui, a priori, n’était pas un journal ayant pour vocation la divulgation littéraire, fit paraître six réclames (0,02 %) devançant les Anales de Ciencias naturales et El Regañón qui eux avaient délibérément choisi cette voie.

17Si nombre de rédacteurs voulurent ériger leur publication en vitrine de la République des Lettres, certains durent revoir leur politique éditoriale. D’autres virent leurs ambitions freinées par un public assurément peu convaincu par leur journal comme ce fut le cas pour le Diario de los nuevos descubrimientos de José Garriga et de Gabriel Sancha. Quant à Cristóbal Cladera Company avec l’Espíritu de los mejores Diarios et Alfonso Valentín Bravo avec La Espigadera, ils furent victimes de la politique menée par Floridablanca désireux de mettre la Péninsule à l’abri de toute contagion révolutionnaire. En revanche, Ventura Ferrer, qui avait vanté les mérites des annonces de librairie dans El Regañón general o Tribunal Catoniano, n’y accorda qu’un intérêt mineur. À l’inverse de ceux-là qui virent leurs espoirs déçus ou qui se détournèrent quelque peu de leurs objectifs, les rédacteurs du Diario de Madrid ou du Memorial literario purent se féliciter d’avoir amplement rempli le rôle qu’ils s’étaient donné en publiant des annonces de librairie. Mais ce fut incontestablement la Gaceta de Madrid qui fut la plus prisée par la communauté éditoriale pour diffuser les nouveautés bibliographiques.

Étude comparative et quantitative des annonces de librairie publiées dans l’ensemble des journaux madrilènes

18Les annonces de librairie publiées dans la presse madrilène furent nombreuses. Mais, comme nous venons de le voir, certains rédacteurs de périodiques firent montre, plus que d’autres, d’un intérêt tout particulier envers les livres. Si les notices bibliographiques ne cessèrent de se multiplier dans les journaux de l’époque, leur parution dut suivre non seulement la politique éditoriale établie par chaque publiciste mais aussi, inévitablement, l’histoire de la presse périodique. Pour cela, encore nous fallait-il connaître la répartition de ces annonces au fil du temps et par conséquent procéder à une étude diachronique et synchronique afin de percevoir d’éventuelles évolutions.

Répartition annuelle des annonces de livres dans l’ensemble de la presse madrilène

  • 16 Lucienne Domergue, Le Livre en Espagne au temps de la Révolution française, op. cit.

19La montée sur le trône de Charles IV s’ouvrit avec les troubles liés à la Révolution française qui entrainèrent un durcissement de la censure16. Malgré cela, l’Espagne continua à démontrer à l’ensemble de ses détracteurs que la République des Lettres n’était pas uniquement l’apanage d’une Europe éclairée dont elle était exclue. Les annonces de librairie publiées au fil des années dans les journaux madrilènes qui participèrent à cet effort se présentèrent de la façon suivante :

Sources : Presse madrilène (1er janvier 1789-19 mars 1808). Élaboration personnelle.

20Au total 25 104 annonces de librairie furent publiées dans les 21 périodiques de notre corpus. Rappelons qu’ayant choisi comme limite à cette étude le règne de Charles IV, nous avons uniquement pris en considération pour chaque journal les numéros qui furent édités jusqu’au 19 mars 1808, ce qui explique la faible présence des publicités de livres en 1808 (seulement 260) en comparaison avec les autres années. Dans cette représentation graphique, deux années se détachent : 1792 avec un minimum de 1 028 annonces et 1804 avec un maximum de 2 046. De même, si nous excluons 1808 et ne tenons compte que des années complètes, en 19 ans, 24 844 notices bibliographiques furent publiées ce qui représente une moyenne de 1 307,6 annonces par an. La Gaceta de Madrid publia sur la même période 10 835 publicités, soit une moyenne de 571,3 par an. Par conséquent, elle publia à elle seule chaque année quasiment la moitié des annonces de librairie présentes dans l’ensemble des journaux étudiés, confirmant de fait sa suprématie en matière de diffusion des imprimés. La présence des publicités de livres dans les journaux madrilènes suit les aléas subis par la presse en cette fin de siècle. En effet, en comparaison avec les années 1789 et 1790 (1 345 et 1 439 informations bibliographiques mentionnées), 1791 et 1792 avec respectivement 1 110 puis 1 028 réclames accusèrent une baisse qui est à mettre en relation avec ce qu’il est convenu d’appeler la « panique » de Floridablanca. Ce dernier, par peur d’une contagion révolutionnaire venue d’Outre-Pyrénées, musela la presse par l’Ordonnance royale du 24 février 1791. Aussi, fallut-il attendre sa substitution par Manuel Godoy au mois de novembre de la même année pour que la presse retrouvât un nouveau souffle. De fait, le nombre de journaux édités qui présentaient des annonces de librairie passa de cinq en 1792 (le nombre le plus bas sur l’ensemble de la période) à sept en 1793. De la même manière, le nombre d’annonces de librairie augmenta lui aussi pour atteindre celui de 1 519.

21Si, par la suite, la quantité de réclames se maintint sans trop de fluctuations, les années 1798 et 1799 subirent la première baisse sensible depuis le nouvel essor de la presse. La disparition du Memorial literario en 1798 peut expliquer ce phénomène. De fait, à son retour au sein de la République des journaux, en avril 1801, et avec la parution dans ses pages de quelque 209 publicités, ces dernières atteignirent la barre des 1 343.

  • 17 Nov. Recop., Lib. VIII, Tít. XVI, L. XLI, p. 147.

22Nous sommes cependant bien loin des 2 046 réclames publiées en 1804, une année faste pour la librairie et pour la presse madrilène qui s’y consacra. En effet, le nombre d’annonces de livres est à mettre en relation avec celui des journaux édités, soit dix au total. Un paradoxe lorsque l’on songe que le 28 avril de cette même année fut promulguée une Ordonnance royale interdisant la publication de nouveaux périodiques sauf si le roi lui-même en autorisait la publication comme le stipulait la décision du 11 avril 1805 insérée dans la loi du 3 mai de la même année17. Cependant, parmi les journaux recensés en 1804, le Semanario de Agricultura y Artes dirigido a los Párrocos ne publia aucune réclame. En revanche, des périodiques tels que les Efemérides de la Ilustración de España ou l’Almanaque literario, particulièrement orientés sur la divulgation littéraire, firent leur apparition avec respectivement 358 et 389 annonces. Quant à la Gaceta de Madrid qui en publia 738, elle obtient ici sa plus forte représentation sur l’ensemble de la période étudiée. L’année 1804 aurait-elle été, plus que les autres, particulièrement dynamique en matière d’édition ?

23L’année 1805 fait donc pâle figure avec 1 262 annonces de livres réparties dans les neuf journaux alors édités. Il est toutefois à noter que l’Almanaque literario est comptabilisé parmi ces derniers même si cette année est manquante dans les collections. En outre, les Efemérides de la Ilustración de España qui avaient fait preuve d’une indéniable envie d’annoncer les nouveautés éditoriales l’année précédente n’en publia que 80 en 1805. Cette baisse des annonces de librairie se confirma l’année suivante puisqu’en 1806, malgré un nombre identique de journaux édités (soit neuf), 1 056 furent seulement publiées. Le Diario de Madrid obtient même avec 186 réclames sa plus faible représentation. Si 1804 laissait à penser qu’elle avait été une année riche pour la production livresque, ce ne fut pas le cas pour 1806. C’est ce que semble confirmer l’Almanaque literario qui, n’annonçant que des nouveautés littéraires, n’édita cette année-là que 152 annonces de librairie. Il ne fit guère mieux en 1807 (150 annonces), pourtant on compte 1 304 publicités de livres réparties dans six périodiques sur sept édités (le Semanario de Agricultura y Artes n’en publia aucune). Il faut dire que la Gaceta de Madrid en fit paraître 576 et obtient de fait une représentation de 44,17 % sur l’ensemble de l’année.

Répartition annuelle par périodiques des annonces de livres

  • 18 Annexe II, Représentation annuelle et par périodique des annonces de librairie (01/01/1789- 19/03/1 (...)

24Chaque publiciste avait choisi sa propre ligne de conduite en matière de divulgation littéraire. Mais confrontés aux désirs du public, à un projet trop ambitieux ou simplement par choix, certains d’entre eux durent revoir et/ ou adapter leur politique. D’autres, au contraire, grâce au succès de leur entreprise purent continuer dans la voie dans laquelle ils s’étaient engagés au départ. Aussi, la quantité d’annonces de librairie présentée aux lecteurs put-elle, en fonction du journal, être très différente au fil des ans18.

25Bien évidemment dans ce tableau, les Zumbas del famoso Juan de Espera en Dios représentent un cas à part. Comme nous l’avons mentionné, les annonces de librairie ne faisaient en aucun cas partie des préoccupations de son rédacteur qui les édita à la fin du dernier volume en une seule impression. D’ailleurs, il n’en fut édité aucune dans les 21 numéros publiés périodiquement qui composent le premier tome.

  • 19 Il s’agissait des œuvres suivantes : Defensa de la Religión Cristiana (t. II), ME, mars 1794, p. 35 (...)

26Les journaux imprimés pendant tout le règne de Charles IV ou sur une période relativement longue eurent, pour la majorité d’entre eux, un comportement relativement similaire année après année. La Gaceta de Madrid ne cessa de multiplier les références bibliographiques. À l’inverse, dans le Mercurio de España, bien que présentes tous les ans, elles ne furent pas systématiques et leur représentation fut parfois, comme en 1793, quasiment nulle mais atteignit le nombre de 55 en 1797. Peu présentes au sein du Mercurio, les annonces de livres furent bien souvent écartées au profit de l’actualité événementielle ou sociale. À titre d’exemple, entre février 1793 et novembre 1794 seulement quatre œuvres furent annoncées19. En effet, l’ensemble de ses pages furent consacrées à la Guerre de la Convention ou des Pyrénées (mars 1793-22 juillet 1795) entre l’Espagne et la France. Son rédacteur préféra de loin l’information politique à l’information littéraire. De fait, l’écho de la production livresque fut plus que fluctuant dans le Mercurio de España. De même, le Diario de Madrid, quotidien pourtant très prisé par les commerçants de livres, ne fit que peu d’ombre à la Gaceta. Effectivement, bien qu’il publiât au minimum 186 publicités de livres en 1806 et au maximum 454 en 1801, il fut loin des chiffres obtenus par le journal officiel. Ce dernier en accueillit au minimum 509 en 1794 et au maximum 646 en 1802. Il n’y eut qu’en 1791 (date à laquelle il n’eut le droit de publier que la seule rubrique consacrée aux petites annonces), que le Diario de Madrid, avec 440 annonces de librairie, put très faiblement surpasser quantitativement la Gaceta de Madrid, qui pourtant en publia 430. Les informations sur les livres furent néanmoins présentées de façon constante et en grand nombre dans ces deux périodiques. Cependant, les commentaires des ouvrages proposés à la lecture étaient rédigés par les commerçants de livres et parfois de façon succincte. Cela tendrait à expliquer qu’en comparaison avec d’autres périodiques comme le Memorial literario par exemple, la Gaceta de Madrid et le Diario de Madrid purent aisément se permettre de publier autant d’annonces. Effectivement, si le Memorial jouissait d’une incontestable notoriété en matière d’information littéraire, ce fut grâce à ses rédacteurs qui ne ménagèrent pas leurs efforts pour offrir au public des comptes rendus particulièrement détaillés des ouvrages présentés. Mais la présence des nouveautés éditoriales dans ses pages fut très variable. Les années succédant à une période d’interruption (imposée ou non par les autorités) accusèrent une forte augmentation du nombre d’annonces de librairie en raison de la présentation d’œuvres éditées durant ses années de silence. Parmi les 217 titres qu’il annonça à travers 216 réclames en 1794, 96 furent édités cette même année (44,2 %) contre 82 entre 1789 et 1793 (37,7 %). Onze furent édités avant le règne de Charles IV et pour 28 ouvrages, la date de parution ne fut pas mentionnée. En revanche, pour 1801 et 1802, de même que pour les années suivantes, les années d’édition ne furent plus indiquées ou que très sporadiquement.

27Pour le Correo mercantil de España y sus Indias, le négoce littéraire ne fut assurément pas son but premier. Hormis en 1793 (soit peu de temps après son lancement) où il édita 150 annonces, le nombre de ces dernières oscille (exception faite de 1808) entre un minimum de 14 en 1803 et 54 en 1807. Quant au Semanario de Agricultura y Artes, il ne publia au mieux qu’une dizaine d’annonces de librairie par an voire aucune. Aussi, malgré une longévité d’une douzaine d’années, obtient-il la représentation la plus faible de l’ensemble des périodiques qui furent édités sur une période relativement longue, soit une moyenne de 4,1 annonces par an (sans tenir compte de 1808).

28Bien qu’arrêtés dans leur course en 1791, les rédacteurs du Correo de Madrid, de l’Espíritu de los mejores Diarios ou encore de La Espigadera affichèrent clairement leur politique en matière de diffusion des imprimés, tout au moins en ce qui concerne les deux premiers. Si dans le Correo de Madrid les annonces de librairie ne cessèrent de baisser à cause des plaintes des abonnés, à l’inverse, dans l’Espíritu elles augmentèrent sensiblement. La Espigadera avec seulement 17 numéros n’eut le temps d’éditer que neuf réclames. Cependant, on notera qu’aucune annonce ne figure dans les numéros édités en 1791.

  • 20 Lucienne Domergue, Le Livre en Espagne au temps de la Révolution Française, op. cit.
  • 21 GM, n° 68 du mardi 24 août 1791, p. 566.
  • 22 Suplemento al Índice expurgatorio del año de 1790, Madrid, Imprenta Real, 1805.
  • 23 GM, n° 98 du vendredi 8 décembre 1797, p. 1124.
  • 24 Manuel Godoy, Memorias del Príncipe de la Paz, Madrid, Imprenta de Sancha (t. I à V), Imprenta de A (...)
  • 25 Emilio La Parra, Manuel Godoy, op. cit.
  • 26 Voir à ce propos Elisabel Larriba, « Manuel Godoy, protecteur des lettres et des arts. Réalité et m (...)
  • 27 Manuel Godoy, Memorias, op. cit. [Édition et introduction d’Elisabel Larriba, Emilio La Parra, op. (...)

29Les journaux annuels, vitrines du monde éditorial, suivaient les fluctuations inhérentes à l’imprimerie. Si nous étudions ces publications par ordre chronologique, les annonces parues, tout d’abord, dans la Biblioteca periódica anual mettent en évidence une baisse des impressions dès 1791, date à laquelle le Trône et l’Autel unirent leurs forces pour contrôler les écrits et tenter d’endiguer la propagation des idées révolutionnaires20. La parution d’un nouvel Index des livres interdits en 1790 (le dernier datait de 1747), considéré par les autorités de tanta utilidad21 et de son supplément en 180522 (tous deux largement reproduits sous forme de rubriques dans le Diario de Madrid) ou encore des Edictos de libros, tratados y papeles prohibidos por el Santo Oficio de la Inquisición, desde el que se publicó el Domingo 3 de este mes [mois de Décembre 1797]23 ne fait aucun doute sur le rôle particulièrement actif et répressif que joua cette institution sous le règne de Charles IV. Nous pouvons penser que ce fut avec la nomination de Godoy au poste de Premier Secrétaire d’État que l’édition reprit un nouveau souffle. Ce dernier n’avait-il pas, à en croire ses mémoires24, encouragé tout au long de sa fulgurante carrière politique25 le développement culturel et scientifique26 de l’Espagne ? Ce qu’il démontrait d’ailleurs à ses détracteurs en citant nombre de livres qui avaient vu le jour sous son égide27. Et effectivement les annonces de librairie publiées dans les Noticias varias y curiosas de Madrid attestent un véritable essor du monde éditorial tout particulièrement en 1793 et 1794. Or, Ángel Valero y Chicarro puisait abondamment dans les gazettes de l’année précédente. Aussi, le numéro de 1793, qui présenta 398 annonces de librairie, faisait-il état des nouveautés éditoriales parues en 1792, soit en grande partie lorsque le comte d’Aranda était Premier Secrétaire d’État. De fait, la production de livres durant les années où les répercussions liées à la Révolution française étaient à leur paroxysme ne fut nullement en recul par rapport aux données de la Biblioteca periódica anual. Bien au contraire, elles démontrent même une augmentation des annonces de librairie de 116 % entre 1791 et 1792. Même si une baisse s’amorça dès 1794, il fallut attendre le numéro de 1796, dans lequel furent annoncés les écrits édités en 1795, pour que le nombre de réclames dans les deux périodiques annuels fût à peu près équivalent. Malgré un contrôle draconien des écrits avant et après leur impression, la période révolutionnaire n’affecta apparemment que peu le monde de l’édition. Et contre toute attente, ce fut vers la fin du règne de Charles IV que les impressions semblèrent souffrir d’une récession. Les annonces publiées dans l’Almanaque literario accusèrent une baisse de 60 % entre le premier numéro faisant étalage des œuvres imprimées l’année précédente et les deuxième et troisième numéros. Elles passèrent de 390 en 1804 à 150 en 1806 et 1807, chiffres de fait très inférieurs au nombre d’ouvrages annoncés dans la Biblioteca periódica anual en 1791.

  • 28 « Prospecto de la Gaceta de los niños », GN, n° 1, 1798, p. 9 : « dejándoles al mismo paso bastante (...)
  • 29 DM, n° 158, du vendredi 7 juin 1799, p. 723 ; GM, n° 50, du vendredi 21 juin 1799, p. 560.
  • 30 DM, n° 234 du jeudi 22 août 1799, p. 1047 ; Ibid., n° 326 du vendredi 22 novembre 1799, p. 1423 ; I (...)

30Les Anales de Ciencias naturales, le Diario de los nuevos descubrimientos et El Regañón general, publiés lorsque la presse privée revit le jour après 1791 et pendant deux années consécutives, eurent des rapports bien différents à la librairie. Les Anales de Ciencias naturales et El Regañón general avec quatre annonces de livres sont les périodiques de ce groupe qui en publièrent le moins. Ce qui fut loin d’être le cas du Diario de los nuevos descubrimientos qui, malgré son caractère scientifique, s’intéressa particulièrement à la librairie notamment lors de sa seconde année d’édition. Il passa de trois réclames seulement en 1792 à 21 avant de cesser son activité. Nous sommes cependant bien loin de la Gaceta de los niños qui, s’adressant à des lecteurs à qui il fallait « laisser assez de temps pour qu’ils gardent méthodiquement en mémoire les informations qu’ils recevaient de sa lecture28 », n’hésita pas à publier 42 notices bibliographiques. Si la Gaceta de los niños fut éditée (semble-t-il) de 1798 à 1800, ses 24 numéros publiés à raison d’un par mois furent répartis, comme le précisèrent les frères Canga Argüelles, en année une29 et année deux30. Aussi, publia-t-elle 23 annonces de librairie lors de sa première année de parution et 19 la suivante.

31Les derniers journaux édités sur environ trois années consécutives eurent comparativement des comportements bien différents. Les Efemérides de la Ilustración de España se détachent largement de la Minerva, de la Miscelánea instructiva, curiosa y agradable ou encore des Variedades de ciencias, literatura y artes. Effectivement, ce premier périodique avec 358 annonces publiées en 1804 fit montre d’un intérêt certain pour la diffusion des imprimés. Or, elles accusèrent une baisse considérable au fil des ans passant de près de 77,6 %, notamment entre 1804 et 1805, à être presque inexistantes durant sa dernière année de publication en 1806. Il faut dire que parallèlement aux Efemérides de la Ilustración España, son rédacteur, Pedro María Olive, rédigeait la Minerva o el Revisor general et qu’il inséra dans les pages de cette dernière la même année 57 annonces. Un chiffre qui doubla en 1807. Même si aux yeux des autorités les Efemérides et la Minerva ne faisaient qu’un, les orientations choisies par le publiciste en matière de divulgation des imprimés dans ces deux périodiques furent bien différentes. La Miscelánea à l’instar de la Minerva augmenta le nombre de références bibliographiques lors de son édition dans la capitale, passant de 58 en 1797 à 89 l’année suivante. Contre toute attente, après avoir été interrompue en 1799, elle en publia de nouveau 22 lors de son retour en librairie avant de disparaître définitivement du panorama journalistique. Enfin, la représentation des livres dans les Variedades de ciencias, literatura y artes fut relativement stable. Après une première année d’édition où 22 annonces furent présentées aux lecteurs, son rédacteur, Manuel José Quintana, les doubla par la suite et ce, jusqu’à la disparition du périodique.

*

32Diachroniquement et synchroniquement la représentation des annonces de librairie dans les journaux madrilènes fut plus que variable. Leur apparition dans leurs pages suivait à la fois les aléas de la vie de la presse espagnole et du journal lui-même. Malgré tout, leur nombre et leur présence constante tout au long du règne de Charles IV attestent un véritable engouement. Cependant, les publicistes, en fonction du contenu de leur journal, du public visé et de leur réceptivité, n’eurent pas le même enthousiasme à faire étalage des nouveautés éditoriales. Mais quels que fussent les objectifs poursuivis par chacun d’entre eux (servir le monde de l’édition ou les lecteurs), tous suivirent les consignes des autorités et se firent incontestablement la vitrine de la République des Lettres.

  • 31 François Lopez, « Las obras extranjeras anunciadas en la Gaceta de Madrid », art. cit., p. 308.

33Par ailleurs, si les annonces de librairie publiées dans la presse furent en constante augmentation tout au long du xviiie siècle, sous le règne de Charles IV, cette tendance fut loin de s’inverser ou de s’affaiblir comme le démontrent les chiffres obtenus pour la Gaceta de Madrid, pour ne citer qu’elle. En outre, les publicités de livres se faisant le reflet du monde de l’édition (même si tous les livres édités ne furent certainement pas annoncés), il y a fort à penser, comme le mentionne François Lopez31, que la production livresque suivit leur évolution et fut par conséquent elle aussi en augmentation.

Notes

1 Nigel Glendinning, Historia de la literatura española. El siglo xviii, t. IV, Apéndice D, op. cit., p. 202. Nous pouvons également consulter la banque de données réalisée par l’Université Bordeaux Montaigne.

2 « Literatura », Correo literario de Murcia, n° 85 du samedi 22 juin 1793, Murcia, Imprenta de la Viuda de Felipe Teruel, p. 115 : « De día en día se aumentan las producciones por todas partes, las Gacetas, y Periódicos, no hacen más que anunciar Libros, y Obras diferentes, en tales términos, que una larga y dilatada vida, no es suficiente para tomar de ellos una corta idea. » Nous remercions la professeure Elisabel Larriba de nous avoir fourni ce document.

3 La représentation des tirages envoyés dans les colonies américaines était, selon les livres de compte de l’Imprimerie Royale, de 6 % et le principal centre de diffusion, La Havane. En ce qui concerne les lecteurs situés outre-Atlantique, voir Elisabel Larriba, Le Public de la presse en Espagne à la fin du xviiie siècle (1781-1808), op. cit., p. 195-196.

4 Ibid., p. 179-199.

5 Ibid., p. 63.

6 Javier Fernández Sebastián, « Los suscriptores vasco-navarros de prensa periódica madrileña de la segunda mitad del siglo xviii », art. cit.

7 Elisabel Larriba, Le Public de la presse en Espagne à la fin du xviiie siècle (1781-1808), op. cit., p.  63-66.

8 François Lopez, « Las obras extranjeras anunciadas en la Gaceta de Madrid », art. cit., p. 308 : « [...], llegaba [la Gaceta de Madrid] a todas las ciudades de España, a los rincones más apartados donde había suscriptores o vendedores […] »

9 Elisabel Larriba, Le Public de la presse en Espagne à la fin du xviiie siècle (1781-1808), op. cit., p. 63- 64.

10 Ibid., p. 85.

11 « Lista de las obras que se hallan venales en la Librería de la Viuda de D. Joaquín Ibarra calle de la Gorguera », DM, n° 137 du mercredi 16 mai 1792, 8 p. non numérotées.

12 Elisabel Larriba, Le Public de la presse en Espagne à la fin du xviiie siècle (1781-1808), op. cit., p. 67.

13 Ibid., p. 69-70.

14 NVCM, n° IV, 1794, p. 101 : « Como varios libros y papeles se publican todos los años, se omiten en éste los que se incluyeron el año pasado. ». Cette précision sera également mentionnée dans les numéros suivants.

15 Cf. Supra, La presse d’information et de divulgation, Le Correo de Madrid.

16 Lucienne Domergue, Le Livre en Espagne au temps de la Révolution française, op. cit.

17 Nov. Recop., Lib. VIII, Tít. XVI, L. XLI, p. 147.

18 Annexe II, Représentation annuelle et par périodique des annonces de librairie (01/01/1789- 19/03/1808).

19 Il s’agissait des œuvres suivantes : Defensa de la Religión Cristiana (t. II), ME, mars 1794, p. 353- 355 ; Guía general de postas y travesías de España, para este año [1794], con un mapa arreglado a las novedades ocurridas en las carreras, sus rutas, leguas que hay de unas ciudades a otras y postas nuevamente establecidas, con lo que se ha de observar por los particulares que las corran, y noticia separada de los precios de las sillas o solitarios para viajar a los Sitios Reales y carrera de Andalucía con ruedas, Ibid., p. 355 ; Filosofía de las costumbres, poema, Ibid., p. 355-356 ; Salmodia Orgánica de todos tonos, que consta de 16 versos cada uno : dispuestos los 10 primeros en una duración regular para todos los días, los 6 restantes de doble tiempo para los clásicos, cuyas ideas brevemente explanadas pueden servir también para Ofertorios, y Postcomunios (2 vols.), Ibid., août 1794, p. 575-576.

20 Lucienne Domergue, Le Livre en Espagne au temps de la Révolution Française, op. cit.

21 GM, n° 68 du mardi 24 août 1791, p. 566.

22 Suplemento al Índice expurgatorio del año de 1790, Madrid, Imprenta Real, 1805.

23 GM, n° 98 du vendredi 8 décembre 1797, p. 1124.

24 Manuel Godoy, Memorias del Príncipe de la Paz, Madrid, Imprenta de Sancha (t. I à V), Imprenta de Alegría y Charlain (t. VI), 1839-1842, 6 vols. [Édition et introduction d’Elisabel Larriba, Emilio La Parra, Alicante, Publicaciones de la Universidad de Alicante, 2008.]

25 Emilio La Parra, Manuel Godoy, op. cit.

26 Voir à ce propos Elisabel Larriba, « Manuel Godoy, protecteur des lettres et des arts. Réalité et mythification dans les mémoires du Prince de la Paix », Bulletin d’Histoire Contemporaine de l’Espagne : Des Lumières au libéralisme. Hommage à Gérard Dufour 37-42, 2006, p. 97-120.

27 Manuel Godoy, Memorias, op. cit. [Édition et introduction d’Elisabel Larriba, Emilio La Parra, op. cit.] Dans les mémoires du Prince de la Paix, les références aux livres sont fréquentes :
t. II, chap. XLII : Continuación del mismo asunto. – De los bienes posibles en aquella época, y de mis esfuerzos para realizarlos. – Mejoramiento en los estudios públicos. – Libros, enseñanzas nuevas ; artes y oficios, op. cit., p. 162-214. [Ibid., p. 503-536.] ; chap. XLIV : Artes liberales y bellas letras. – Descripción que fue dada a los altos pensamientos filosóficos, religiosos, morales y políticos. – Poetas y oradores ilustres del reinado de Carlos IV. – Concurrencia de literatos y escritores en todo género. – Libertad juiciosa de que gozaron. – Providencia y abundancia de maestros y buenos libros, op. cit., p. 225-275. [Ibid., p. 545-575.] ; chap. XLV : Respuesta mía anticipada a las tergiversaciones que sobre el contenido del capítulo anterior podrían oponer mis enemigos, op. cit., p. 276-827. [Ibid., p. 577-585.]
t III, Chap ; VIII : Encargo especial que me fue confiado por el Rey para una nueva organización de los ejércitos de mar y tierra. – Persecuciones suscitadas y dirigidas bajo mano por el ministro Caballero so pretexto de opiniones religiosas y políticas. – Graves turbaciones ocurridas en Valencia. – Pronta y feliz pacificación de aquel reino a que logré dar cima sin emplear la fuerza ni apelar a los rigores. – Nuevos esfuerzos para alentar los progresos de las ciencias y las artes. – Operaciones de hacienda con respecto al crédito público en el año de 1801, op. cit., p. 164-191. [Ibid., p. 795-812.] ; chap. XIII : Operaciones de la comisión gubernativa del consejo en los negocios del crédito público correspondientes al año de 1802. – Hacienda : creación de las oficinas de fomento. – Progresos de las artes y las ciencias. – Malas obras del ministro Caballero, op. cit., p. 244-270. [Ibid., p. 852-867.] ; chap. XVI : De la hacienda en 1803. – Nuevos favores y estímulos añadidos a la navegación, la industria y el comercio. – Expediciones científicas y políticas acometidas en el mismo año. – Empresas de utilidad pública y de salud general. – Adelantos progresivos en ciencias, letras y arte, op. cit., p. 333-378. [Ibid., p. 909- 937.]
t. IV, chap. XIX : De la hacienda en 1804. – Pérdidas y gastos extraordinarios que las calamidades generales ocasionaron al erario. – Obras públicas y empresas filantrópicas con que se acudió al socorro de las clases indigentes. – Construcción y establecimiento general en todo el reino de campos santos : abolición definitiva de sepultar en las iglesias. – Aumentos y progresos de los grandes estudios positivos. – Inspección general de caminos, puentes y calzadas : escuela de este ramo. – Libros y producciones nuevas en ciencias, letras y artes, op. cit., p. 42-74. [Ibid., p. 1001-1020.]
t. V, chap. XXVIII : Continuación del capítulo XXVII. – Mi proyecto de un nuevo sistema de educación primaria fundamental y uniforme para todas las clases del estado. – Establecimiento del instituto real pestalozziano. – Extensión que debía recibir esta enseñanza ; medios y modo de dirigirla al grande objeto de formar la razón pública ; - Bula impetrada del Papa para la reforma de los institutos monásticos. – Mis ideas acerca de esta reforma, y mis fundadas esperanzas sobre la cooperación del clero para la necesaria y deseada correspondencia de la educación moral, civil, política y religiosa. – Dirección que debía darse con el mismo objeto a los espectáculos, fiestas y regocijos populares. – Un pensamiento de leyes censorias en armonía con nuestros tiempos. – Progreso no interrumpido de las letras, artes y ciencias en los años de 1806 y 1807. – Obras públicas continuadas o emprendidas nuevamente en los mismos años, op. cit., p. 2-69. [Ibid., p. 1251-1291.]

28 « Prospecto de la Gaceta de los niños », GN, n° 1, 1798, p. 9 : « dejándoles al mismo paso bastante tiempo para que se les graben en la memoria metódicamente las instrucciones que reciban en su lectura. »

29 DM, n° 158, du vendredi 7 juin 1799, p. 723 ; GM, n° 50, du vendredi 21 juin 1799, p. 560.

30 DM, n° 234 du jeudi 22 août 1799, p. 1047 ; Ibid., n° 326 du vendredi 22 novembre 1799, p. 1423 ; Ibid., n° 238 du mardi 26 août 1800, p. 1002 ; GM, n° 52 du vendredi 28 juin 1799, p. 584 ; Ibid., n° 69 du mardi 27 août 1799, p. 754 ; Ibid., n° 68 du mardi 26 août 1800, p. 768.

31 François Lopez, « Las obras extranjeras anunciadas en la Gaceta de Madrid », art. cit., p. 308.

Table des illustrations

Titre Répartition des annonces de librairie dans la presse madrilène entre le 1er janvier 1789 et le 19 mars 1808. Classement décroissant en fonction du nombre d’annonces de librairie publiées
Légende Sources : Presse madrilène (1er janvier 1789-19 mars 1808). Élaboration personnelle.Pour les dates de publication des journaux, nous avons mis entre parenthèses la première année lorsqu’elle ne correspondait pas au règne de Charles IV. Nous centrant exclusivement sur ce règne, nous n’avons considéré les périodiques qu’à partir de l’année 1789 et ce, jusqu’au 19 mars 1808. (*) Les périodiques suivis par ce signe indiquent que les collections sont incomplètes à ce jour.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/47210/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Crédits Sources : Gaceta de Madrid et Diario de Madrid (1er janvier 1789-19 mars 1808). Élaboration personnelle.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/47210/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Crédits Sources : Presse madrilène (1er janvier 1789-19 mars 1808). Élaboration personnelle.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/47210/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 31k

© Presses universitaires de Provence, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search