Version classiqueVersion mobile

L’édition sous Charles IV

 | 
Joan Cavaillon Giomi

À travers la presse madrilène

La publication des annonces de librairie dans la presse madrilène

Texte intégral

Les annonces de librairie : un instrument au service du monde de l’édition et des lecteurs

  • 1 Montesquieu, Lettres Persanes, Lettre LXXVIII, Préface, commentaires et notes de Georges Gusdorf, e (...)
  • 2 Paul-Jacques Guinard, La Presse espagnole de 1737 à 1791, op. cit., p. 115 ; Inmaculada Urzainqui, (...)
  • 3 Sur l’affaire Masson de Morvilliers et ses conséquences voir : François Lopez, Juan Pablo Forner et (...)
  • 4 « Espagne », Encyclopédie méthodique, t. 1, Paris, Panckoucke, 1782, p. 565.
  • 5 Juan Pablo Forner, Oración apologética por la España y su mérito Literario : para que sirva de exor (...)
  • 6 Voir au sujet de la rédaction de l’Oración apologética por la España y su merito Literario, Françoi (...)

1Depuis longtemps, la Couronne était soucieuse de promouvoir le patrimoine littéraire de l’Espagne. Déjà en 1721, Montesquieu, dans ses Lettres persanes, ne trouvait du bon sens et de l’esprit dans les livres espagnols que dans le seul Don Quichotte1. Aussi, Philippe V, conscient que les journaux pouvaient être un miroir représentatif de la culture d’une nation, chargea les employés de la Bibliothèque Royale de rédiger des résumés des dernières nouveautés littéraires pour les envoyer en France aux rédacteurs des Mémoires de Trévoux et du Journal des savants. Si cette entreprise était louable, elle fut néanmoins un échec2. Mais, ce fut surtout lors de ce qu’il est convenu d’appeler l’affaire Masson de Morvilliers que tous, autorités et hommes de Lettres, se mobilisèrent pour démontrer que l’Espagne possédait nombre d’œuvres littéraires de qualité3. Effectivement en 1782, le Français, dans son article intitulé « Espagne » publié dans l’Encyclopédie méthodique du libraire parisien Panckoucke, dénigra les Lettres espagnoles avec cette phrase assassine : « Que doit-on à l’Espagne ? Et depuis deux siècles, depuis quatre, depuis dix, qu’a-t-elle fait pour l’Europe4 ? ». Aussi, il était urgent que l’Espagne fît connaître son patrimoine culturel. Pour opposer un vif démenti à ses détracteurs (notamment français) et à l’image de Juan Pablo Forner qui rédigea son Oración apologética por la España y su mérito Literario en 17865, dont Floridablanca n’ordonna nullement la rédaction mais œuvra à la publication6, nombre de publicistes s’engagèrent eux aussi dans la bataille pour défendre leur patrie. Désireux de servir leur nation et d’utiliser leur journal à des fins utiles, ils ouvrirent leur publication aux annonces bibliographiques et dès lors la presse périodique s’érigea en vitrine de la République des Lettres.

  • 7 Francisco Aguilar Piñal, Introducción al siglo xviii, op. cit., p. 130 : « El commercio del libro e (...)
  • 8 Nigel Glendinning, Historia de la literatura española. El siglo xviii, t. IV, p. 34.
  • 9 François Lopez, « Las obras extranjeras anunciadas en la Gaceta de Madrid », art. cit., p. 303.
  • 10 « Advertencia », BPA, 1785, p. 4.
  • 11 Elisabel Larriba, « Une presse faite pour et par le public dans l’Espagne des Lumières », art. cit. (...)
  • 12 ME, février 1738, Madrid, Imprenta de Manuel Fernández, p. 5 : « En el supuesto de que los presente (...)

2Ce fut une aubaine pour les hommes de Lettres de cette fin de siècle qui virent dans les annonces de librairie un moyen rapide et efficace de voir l’information de leurs écrits diffusée auprès d’un public le plus large possible. En effet, au début du xviiie siècle, le « commerce du livre était un terrain abandonné7 » à cause des impressions réalisées à l’étranger et de la concurrence déloyale des libraires qui fixaient eux-mêmes le prix de vente des ouvrages. La circulation et la vente des œuvres dépendaient donc principalement de leurs auteurs8 qui durent trouver des systèmes de promotion efficaces. Les annonces de livres relevaient d’une indéniable stratégie commerciale qui se révéla bien plus efficace que les catalogues édités par les imprimeurs9 ou que les affiches publiques collées au coin des rues dont les titres et les noms des auteurs qui y figuraient s’oubliaient facilement10. Les écrivains ne furent pas les seuls à bénéficier de cette tribune. Effectivement, si les annonces de librairie contenaient des informations de base comme le titre de l’œuvre, l’auteur et/ou le traducteur, les lieux de vente pour se procurer l’ouvrage étaient également mentionnés. Ainsi, par leur biais, les commerçants de livres purent largement faire étalage de ce qu’ils possédaient en magasin dans les pages des journaux. Ils n’hésitèrent donc pas à présenter les nouveautés littéraires qu’ils avaient reçues ou, selon les cas, qu’ils avaient imprimées. Que les annonces de librairie fussent pour les uns un outil de propagande pour démontrer la grandeur littéraire de l’Espagne ou pour d’autres « un instrument au service du commerce littéraire11 », il s’agissait également en les publiant de satisfaire le public, ce que Salvador José Mañer eut tôt fait de comprendre : « En supposant que les présents Mercures soient diffusés dans toute l’Espagne [disait-il], on m’a demandé, pour promouvoir la curiosité littéraire, que j’y mentionne les livres qui sont publiés, et qui, dorénavant, correspondront au mois de leur publication12 ».

3En publiant ces annonces de livres, le rédacteur du Mercurio histórico y político répondait aux attentes des lecteurs désireux de se tenir au fait de l’actualité éditoriale. Mais ce ne fut pas leur seul objectif. Il fallait aussi, en donnant une idée du contenu des ouvrages, accroître leur visibilité, ce qui n’avait pas échappé aux rédacteurs du Memorial literario qui justifièrent la publication des annonces de librairie en ces termes :

  • 13 « Prospecto de la obra periódica intitulada : Memorial Literario, instructivo y curioso de la Corte (...)

Les livres et papiers imprimés, devraient intéresser tout particulièrement une partie importante du public en raison de leur utilité : ils ont été faits pour instruire le genre humain […]. […] nous pouvons contribuer à informer et éclairer le public en donnant une idée de leur sujet, leurs diverses parties, leur plan et leur prix, pour que le lecteur puisse voir si le thème l’intéresse, si le prix lui convient et qu’il ne l’achète pas en croyant acheter autre chose13.

4Et ils ajoutèrent que :

  • 14 « Introducción al año », ML, n° XXXVII janvier 1787, p. 4-5 : « Ninguna cosa da a conocer más de ce (...)

Rien ne permet de faire connaître plus précisément le goût de la littérature dans une Nation que les livres que l’on y publie ; tous les Écrivains, il est vrai, ne parviennent pas à se distinguer dans la République des Lettres, car tous ne sont pas portés par les mêmes idées, ou ne se consacrent pas à de vastes entreprises, lorsque les circonstances ne s’y prêtent pas ; il n’en reste pas moins que la connaissance et l’annonce de ce qui s’écrit, par l’entremise des périodiques qui en rendent compte, augmente le commerce littéraire et pousse à l’application : tel est l’objectif que nous nous sommes fixé en choisissant de faire état du sujet des livres publiés, en laissant de côté les autres avantages d’utilité et d’intérêt pour les acheteurs14.

5Quant au rédacteur du Semanario de Salamanca, Francisco Prieto de Torres, il motiva son choix d’ouvrir les pages de son journal aux annonces de librairie de la manière suivante :

  • 15 « Crítica », Semanario de Salamanca, n° 271 du samedi 12 décembre 1795, p. 257 : « Para formar el g (...)

Pour former le goût des Lecteurs il n’y a pas de chose plus utile, et peut-être plus nécessaire, qu’une juste critique. Nous l’avons déjà fait pour quelques livres dans notre Journal, et nous le referons pour d’autres à l’avenir. Nous avons dit et nous le répétons maintenant, que nous ne voulons pas que notre jugement vaille plus que ce que pèse notre raison, et nous voudrions que les Lecteurs de notre journal entreprennent la lecture des œuvres que nous censurons et même qu’ils nous montrent nos erreurs15.

6Les livres, qui étaient l’un des principaux vecteurs de diffusion des savoirs, devaient donc être connus du public. Les annonces de librairie, participèrent par conséquent activement à leur promotion. Outre cet aspect promotionnel, elles devaient également susciter le goût de la lecture grâce à une critique impartiale réalisée par les publicistes. Mais ces derniers, n’étant pas à l’abri d’une erreur de jugement, sollicitèrent l’aide des lecteurs pour les remettre dans le droit chemin si nécessaire. Les annonces de livres furent non seulement un atout pour l’ensemble de la communauté éditoriale (marchands de livres, imprimeurs et auteurs) sans oublier la Couronne mais aussi pour le public.

  • 16 François Lopez, « El libro y su mundo », art. cit., p. 118 : « Esta práctica publicitaria, que tími (...)

7Le recours à cette forme de publicité, qui ne cessa d’augmenter tout au long du siècle des Lumières pour se généraliser à partir des années 1750, débuta à la fin du xviie siècle comme le précise François Lopez : « Cette pratique publicitaire, qui apparut timidement à la fin du xviie siècle, en 1697, se fit plus fréquente durant les premières décennies du suivant ; déjà à partir de 1719, avec les Lumières, ces annonces furent très abondantes et détaillées16 ».

  • 17 Joan Cavaillon Giomi, « Les libraires et la diffusion de la presse à Madrid à la fin du xviiie sièc (...)
  • 18 Liliane Pérez, Marie Thébaud-Sorgier, « Les techniques dans la presse d’annonces au xviiie siècle e (...)
  • 19 Ibid., p. 31.

8Ces réclames relevaient néanmoins d’un échange de bons procédés entre les publicistes et les marchands de livres, principaux diffuseurs des journaux17. Cependant, la formule ne put fonctionner sans un engouement consumériste de la part du public. Malgré cela, ils restaient réservés à une élite capable de lire et possédant les ressources économiques suffisantes pour les acquérir. En outre, grâce aux annonces et à une partie de la presse qui se transforma en support publicitaire, se créèrent « des réseaux de correspondants, de lecteurs, de souscripteurs, de libraires, d’annonceurs qui [s’approprièrent] le support, [construisirent] des sociabilités et [firent] du périodique un projet collectif18 ». De même, en rapport avec le public « se [construisirent] des communautés d’intérêts (correspondants, libraires-imprimeurs, […] lecteurs […])19 ». Les annonces de librairie permirent donc l’émergence de nombreux réseaux de diffusion des imprimés dont le principal enjeu était le négoce et les premiers destinataires les lecteurs.

Présentation et modalités de publication des annonces de librairie

9La publication des annonces de livres dans les périodiques relevait d’une incontestable stratégie commerciale pour les commerçants de livres et les auteurs. Or, les publicistes qui agissaient en tant que prestataires de service percevaient-ils une quelconque rémunération ? Et pour quelles raisons avaient-ils choisi de présenter les nouveautés bibliographiques ?

La presse officielle et semi-officielle

La Gaceta de Madrid

  • 20 François Lopez, « Las obras extranjeras anunciadas en la Gaceta de Madrid », art. cit., p. 305.
  • 21 GM, n° 2 du mardi 12 janvier 1762, Madrid, Imprenta de la Gaceta, p. 16 : « [...], así como los Aut (...)

10Ce fut à partir de 1711 que les rédacteurs de la Gaceta de Madrid commencèrent à incorporer régulièrement des annonces de librairie dans ses pages20. Cependant la banque de données créée par l’Université Michel de Montaigne de Bordeaux démontre que des annonces de livres furent insérées dans la Gaceta dès 1697. À cette époque, pour qu’elles fussent éditées, il fallait remettre un exemplaire de l’ouvrage aux rédacteurs, ce qui fut modifié lorsque Charles III racheta le privilège d’impression du journal. En effet, si les rédacteurs de la Gaceta avaient précisé à leurs lecteurs en janvier 1762 qu’ils profiteraient d’avantages non négligeables grâce à sa rédaction par la Secrétairerie d’État (un papier de meilleure qualité et des nouvelles plus fraîches, entre autres), ils n’omirent pas non plus d’informer que les auteurs, les libraires et les imprimeurs bénéficieraient de « […] celui de ne pas contribuer avec un exemplaire comme jusqu’alors, pour qu’ils soient publiés, puisque cela sera fait gratuitement21 ».

  • 22 AHN, Consejos, Leg. 11 280, exp. 52 : La première annonce de librairie concernait la publication de (...)
  • 23 AHN, Consejos, Leg 5 560 (II), exp. 105 : « […] cada Autor o editor forma el anuncio que en ella [l (...)

11Les rédacteurs des annonces de librairie étaient donc les commerçants de livres. En témoigne d’ailleurs le billet envoyé en 1793 au Bureau de la Gaceta (qui n’était autre que l’Imprimerie Royale) par le libraire et imprimeur madrilène Isidoro Pacheco Hernández pour que deux annonces de livres fussent publiées dans le journal22. Ce que rappela aussi Pedro Estala, censeur qui apposa le no ha lugar au dossier de Nicolas Albelo y Ulloa lorsqu’il voulut éditer la nouvelle Biblioteca periódica anual en 179523. La publicité rédigée par Pacheco pour le Via Crucis et le Laberinto de casado diario pasado y presente de gastos para mantener una casa en Madrid démontre par la même occasion qu’il existait un réseau de communication, voire d’entente, pour la rédaction des annonces de livres entre les commerçants puisqu’il mentionna que leur vente était également possible chez son confrère Correa. Or, si le journal officiel ouvrit gracieusement ses pages aux publicités écrites par les commerçants, il ne fut nullement question de les publier sans les avoir préalablement examinées. À titre d’exemple, voici l’annonce du Trisagio seráfico para venerar a la Santísima Trinidad envoyée en mai 1793 (certainement par le libraire Manuel Hurtado) dans laquelle les passages à supprimer sont barrés :

  • 24 AHN, Consejos, Leg. 11 280, exp. 52. Nous avons reproduit cette annonce telle qu’elle apparaît dans (...)

Trisagio seráfico para venerar a la SSma. y Augustísima Trinidad, y alcanzar de su piedad [-] copiosos beneficios : para promover más la devoción que ha excitado el M. P. Fr. José Diego de Cádiz Misionero Apostólico Capuchino en las Stas. Misiones de Zaragoza y se le ha añadido un ejercicio muy útil e importante para el Trance de la Agonía. Se hallará en la librería de Hurtado calle de las Carretas24.

12Cependant cette annonce, qui parut plus d’une année plus tard, en juin 1794, ne fut pas non plus tout à fait celle proposée après la relecture :

  • 25 GM, n° 44 du mardi 3 juin 1794, p. 656.

Trisagio seráfico para venerar a la Santísima y augustísima Trinidad, y alcanzar de su inmensa piedad copiosos beneficios ; se ha añadido un ejercicio muy útil e importante para el trance de la agonía, por el Rmo. P. Fr. Diego José de Cádiz, Misionero Apostólico Capuchino. Véndese en la Librería de Hurtado, calle de las Carretas25.

13Le délai de parution fut en revanche bien plus court pour le Devoto septenario al Beato Lorenzo Brindis puisque l’annonce envoyée au mois de juin 1793 sous cette forme :

  • 26 Ici le relecteur proposa de remplacer ces termes par « muy útiles ».
  • 27 AHN, Consejos, Leg. 11 280, exp. 52.

Devoto septenario al Beato Lorenzo de Brindis, Decimonono General del Orden de Capuchinos, Embajador del Rey Felipe III de España (donde murió) y especial protector para las arduas empresas : añadense algunas breves y sabias reflexiones de mera utilidad26 : lo da a luz el R.P.Fr. Francisco de Solchaga, del mismo Orden, Guardián en el convento de Toledo ; y aficionado al Beato : se hallará en la librería de Llera, Plazuela del Ángel27,

14fut publiée seulement un mois plus tard avec les corrections qui s’imposaient :

  • 28 GM, n° 53 du mardi 2 juillet 1793, p. 628.

Devoto septenario al Beato Lorenzo de Brindis, decimonono General del Orden de Capuchinos, Embajador que al Rey Felipe III de España, donde murió. Añadense algunas breves reflexiones de mucha utilidad : lo da a luz el R.P.Fr. Francisco de Solchaga, Guardián del mismo Orden en el Convento de Toledo. Se hallará en casa de Llera, plazuela del Ángel28.

15La publication des annonces de librairie dans la Gaceta de Madrid était contrôlée car elles provenaient de sources extérieures au journal. Une pratique courante puisque pour les autres périodiques qui incluaient des publicités de livres, elles étaient examinées avec l’ensemble du numéro manuscrit par le censeur qui en autorisait l’impression. Cependant, aucune information n’est donnée sur la ou les personnes en charge de corriger les annonces pour le journal officiel. Néanmoins, nous pouvons penser, de par le style clair et concis utilisé pour leur rédaction, que le rédacteur du journal ou du moins un employé de l’Imprimerie Royale ne fut pas étranger à leur correction. Si les annonces de livres présentées ici sont des plus succintes, nombre de celles qui furent publiées dans la Gaceta de Madrid furent bien plus développées et offrirent au public de nombreux autres renseignements sur l’œuvre, tout en gardant l’ordre que nous avons déjà signalé. Si un résumé de l’ouvrage ou une présentation de son contenu étaient donnés, ils étaient insérés entre les informations sur les hommes de Lettres et les lieux de vente. Quant à ces derniers, toujours situés en fin d’annonce, ils étaient souvent précédés des informations relatives au format et aux prix donnés en fonction de la reliure. Les annonces de librairie de la Gaceta de Madrid renfermaient des informations basiques mais essentielles pour que le lecteur pût prendre connaissance de l’œuvre proposée, et ce, depuis de nombreuses années déjà comme en témoigne l’annonce parue dans le numéro 9 du 27 février 1770 :

  • 29 GM, n° 9 du mardi 27 février 1770, p. 76 : « Explicación breve y útil de las piezas que componen el (...)

Explicación breve y útil de las piezas que componen el Fusil, carabina y Pistola, utile pour les Recrues et les Soldats, avec l’explication séparée des noms espagnols pour chacune d’elle ; des façons de démonter, monter et nettoyer ces armes. À la fin, une gravure montre les pièces de la Platine, représentées séparément pour une compréhension plus facile, et une autre le monteur de ressort et le marteau. Son Auteur, Francisco Nadal y Mota, Armurier du Real Cuerpo de Guardias de Corps. Son prix 4 réaux et elle peut être envoyée par courrier. On la trouvera à la Librairie de Castillo, face à Saint-Philippe29.

  • 30 Nigel Glendinning, Historia de la literatura española. El siglo xviii, t. IV, Apéndice D, op. cit., (...)

16Ces publicités étaient ainsi conçues et rédigées comme de véritables « notices bibliographiques ». Et, la formule choisie atteste un réel succès puisque leur nombre dans le journal officiel ne cessa d’augmenter tout au long du siècle30. Pourtant cette augmentation n’alla pas sans poser problème. En 1790, lorsqu’il fut proposé de remanier la Gaceta pour l’améliorer, les annonces de librairie ne furent pas oubliées et avaient même été étudiées de près :

  • 31 AHN, Consejos, Leg. 11 280, exp. 6 : « Gran reforma necesitan los anuncios de libros. Los elogios c (...)

Les annonces de livres ont besoin d’une grande réforme. Les éloges qui accompagnent leurs titres, semblent être des formules : plus personne ne les croit, et lorsque l’on en fait pour une œuvre qui les mérite vraiment, il se trouve que les lecteurs se méfient : de cette manière cet abus produit peut-être l’effet inverse de celui que veulent leurs auteurs. On devrait aussi se limiter à la franchise plutôt qu’à l’habitude de répéter l’annonce d’une même œuvre à diverses reprises. Concernant ce point, il est convenu d’un intervalle d’un an entre deux annonces, et on fait ainsi. Mais en réalité, on ne devrait annoncer que des livres nouveaux, ou de nouvelles éditions. Et dans un tel cas, le moyen le plus simple pour ne pas s’exposer aux tromperies et désagréments des auteurs et des libraires serait d’ordonner que la Secrétairerie de la Chambre donne hebdomadairement au Rédacteur une liste des nouvelles œuvres ou des rééditions qu’on leur remet avant de les mettre en vente. Il n’y aurait alors plus de répétition ni d’éloges ; et lorsque l’on voudrait favoriser un livre digne d’une telle distinction, on pourrait le signaler dans la section Madrid, de la même manière que l’on a l’habitude de le faire avec les livres étrangers dans le corps de texte de la Gazette. Malgré les abus que je viens d’exposer sur ce point en particulier, il doit être pris en considération que comme les bons papiers littéraires nationaux qui signalent les écrits font défaut, les auteurs manquent de moyens pour les faire connaître, et s’appuient sur elle ; il y a aussi des personnes qui les préfèrent plutôt que de lire des livres. En outre, il ne conviendrait pas d’appliquer la réforme indiquée sans avoir la certitude que les matières pour compléter les huit pages de la Gazette ne viendraient pas à manquer, ce à quoi servent maintenant beaucoup de ces annonces. Par contre, ce que l’on peut évidemment faire, c’est supprimer les annonces de plans, de cartes et autres gravures, comme celles que l’on publie le plus ces derniers temps d’Oran, de Ceuta, de la grand place et sont réalisées sans art, sans principes ni connaissance ; c’est un discrédit pour la Gazette, dont la vente est réalisée par les aveugles et une tromperie pour les acheteurs. La Gazette considérée comme une œuvre du Ministère et non d’un auteur particulier se doit, même si sa rédaction change de main, de toujours conserver un même style, une même méthode et, dans toute la mesure du possible son uniformité31.

17Inévitablement, la Gaceta de Madrid en tant que représentante du pouvoir devait présenter des œuvres d’une qualité irréprochable. Les améliorations à apporter au journal et tout particulièrement dans les modalités de publication des annonces de librairie démontrent le vif intérêt que les professionnels du livre lui témoignèrent de voir apparaître dans ses pages l’annonce des éditions qu’ils possédaient en magasin et qu’il fallut encadrer en interdisant toute répétition d’un même imprimé à moins d’une année d’intervalle. Cependant, en prétendant que le journal était le seul moyen pour que les nouveautés éditoriales fussent connues du public, le rédacteur de ce rapport avait, semble-t-il, oublié que d’autres périodiques comme le Mercurio de España, le Memorial literario ou encore le Diario de Madrid publiaient eux aussi des publicités de livres. La Gaceta devait certes être le support le plus efficace mais non pas le seul. Néanmoins, ce projet de réforme intervint à un moment des plus critiques puisque à moins de trois mois avant la publication de l’Ordonnance royale du 24 février 1791.

18Les nouveautés littéraires annoncées dans la Gaceta de Madrid étaient non pas contenues dans une rubrique consacrée uniquement aux livres mais dans la section des petites annonces. Cette partie était située à la fin du journal et séparée des informations politiques internationales et nationales par un trait. Chaque annonce, pour plus de clarté, commençait par un alinéa. Les annonces de librairie se trouvaient entre celles concernant la perte d’objets divers, les personnes portées disparues, la création de nouveaux commerces, les innovations techniques, les changements survenus dans les institutions gouvernementales ou encore les places vacantes en leur sein et celles relatives à la vente de cahiers de musique, de gravures ou de cartes géographiques également vendues en librairie.

  • 32 AHN, Consejos, Leg. 11 287, exp. 37.
  • 33 Juan Pérez de Guzmán y Gallo, Bosquejo histórico-documental de la Gaceta de Madrid, op. cit., p. 11 (...)

19Cette présentation changea sous la direction de Juan López de Peñalver. En effet, ce dernier et Juan de Andújar, nommés respectivement premier et second rédacteurs (en 1803 pour López de Peñalver et de 1804 à janvier 1807 pour Andújar32), entreprirent de moderniser la Gaceta de Madrid. L’Ordonnance royale du 27 novembre 1806 entérina d’ailleurs cette rénovation33. De fait, avec la parution du numéro 25 daté du 17 mars 1807, les articles publiés dans le journal officiel furent ordonnés de manière plus claire et rigoureuse. La section consacrée aux annonces, bien que clôturant toujours les numéros et étant toujours séparée des autres parties par un trait, n’échappa pas à la règle. Aussi, les annonces furent-elles classées par catégories : « Ventes judiciaires » (Ventas judiciales), « Avis » (Avisos), « Livres » (Libros), « Musique » (Música) ou encore « Gravures » (Grabados) et séparées les unes des autres toujours par un alinéa.

20Malgré ce nouvel agencement, qui permettait ainsi aux lecteurs de pouvoir repérer d’un simple coup d’œil leur rubrique préférée, des ouvrages purent être également annoncés hors de la sous-partie Libros. Insérés en ouverture de la rubrique consacrée aux petites annonces, ils étaient directement repérables puisqu’encadrés par deux traits. Par ce moyen, il s’agissait de promouvoir un ouvrage plus qu’un autre et, de manière détournée, de vivement conseiller sa lecture.

Le Mercurio de España

21Se faisant le reflet de la République des Lettres dès ses débuts en 1738, ses annonces de librairie se trouvaient après les rubriques consacrées aux informations internationales et nationales, soit à la fin du journal. Tout comme pour la Gaceta de Madrid, elles étaient, parfois, séparées par un trait et situées parmi les petites annonces qui informaient de la parution de gravures, de cahiers de musique, la recherche de personnes disparues ou l’ouverture de nouveaux commerces. Elles commençaient également par un alinéa.

22Avec la modernisation du mensuel en 1800, les nouveautés bibliographiques furent regroupées dans la partie littéraire sous la mention Anuncios ou Libros. Outre les ouvrages espagnols, des œuvres éditées à l’étranger furent annoncées et des comptes rendus détaillés, selon les livres proposés, firent leur apparition. Un changement mentionné dans la Gaceta de Madrid du 18 avril de la même année :

  • 34 ME, n° 31 du vendredi 18 avril 1800, p. 315 : « Para hacer más instructivo y más agradable este per (...)

Pour que ce périodique soit plus instructif et agréable, nous le publierons dorénavant sous une autre forme, et ce à partir du numéro de janvier [1800]. Chaque mois, en plus de l’état politique des nations, il comprendra les informations littéraires, les nouvelles découvertes dans le domaine des sciences, des arts et des lettres. Seront également comprises les œuvres qui seront publiées hors d’Espagne, avec leurs analyses et leurs comptes rendus, mais aussi l’information et l’examen critique des œuvres qui seront publiées dans notre Péninsule et qui mériteront quelque attention34.

23Aussi certaines d’entre elles furent-elles publiées au cœur de la section littéraire sous la forme d’un « article-annonce ». Les autres continuèrent simplement à être regroupées sous la mention Anuncios de libros et étoffées de commentaires succincts. Dans les dernières années de sa parution, à partir de 1806, elles furent rassemblées à la fin du journal sous le titre : « Livres vendus au Bureau de l’Imprimerie Royale » (Libros que se venden en el Despacho de la Imprenta Real). En faisant cela, les employés de l’Imprimerie Royale utilisèrent le Mercurio de España pour faire étalage des imprimés qu’ils possédaient dans le but d’écouler les invendus.

Le Diario de Madrid

24Ce quotidien, qui avait souhaité consacrer sa cinquième et dernière rubrique, en relation avec le commerce, aux annonces en tout genre, en publia lui aussi un bon nombre consacrées à la librairie. Elles étaient regroupées dans la partie Noticias particulares de Madrid qui était séparée des autres sections (météorologie, critique littéraire, sciences ou des poésies envoyées par les lecteurs) par un trait. Des informations en relation avec la vie de la Cour, les décrets royaux, les sommes versées pour le Mont-de-Piété Royal, les représentations théâtrales du jour, une Note ou encore la présentation d’un livre précédaient régulièrement les petites annonces publiées le plus souvent sur deux voire trois pages du journal qui n’en comptait que quatre (sauf lorsque l’Ordonnance du 24 février 1791 fut promulguée puisque le Diario de Madrid ne put publier que la seule section consacrée aux petites annonces). La présentation de cette rubrique resta identique au fil du temps. Les annonces étaient classées par thèmes et invariablement dans le même ordre : « Postes vacants » (Vacantes), « Informations diverses » (Noticias sueltas), « Livres » (Libros), « Musique » (Música), « Gravures » (Grabados), « Ventes » (Ventas), « Objets trouvés » (Hallazgos), « Objets perdus » (Pérdidas), « Locations » (Alquileres), « Domestiques » (Sirvientes), « Taux de change » (Cambios), « Nourrices » (Nodrizas), « Fêtes » (Fiestas), « Concerts » (Conciertos), « Équilibristes » (Volatines) et « Théâtres » (Teatros) et/ou celles en rapport avec los Toros. Dans chacune de ces catégories dont l’intitulé était en italique, les annonces étaient séparées entre elles par un alinéa. Ce fut évidemment dans la partie réservée aux « Livres » que les rédacteurs du Diario publièrent généralement les annonces de librairie, mais il ne fut pas rare d’en rencontrer dans la section Ventas, peut-être parfois par erreur ou parce que des particuliers voulaient vendre des ouvrages qu’ils possédaient, et surtout dans la rubrique théâtrale dans laquelle les rédacteurs, après avoir donné des informations sur la pièce représentée précisaient que l’œuvre était en vente.

  • 35 María Dolores Saíz, « La publicidad gratuita en el Diario Notocioso de Nipho », art. cit.

25Dès le début de la parution du Diario de Madrid, Francisco Mariano Nipho mit un point d’honneur à ce que les annonces commerciales fussent gratuites comme le souligne María Dolores Saíz35. Déjà dans le premier numéro, Nipho expliquait la procédure. Certainement voulait-il éviter de recevoir des lettres de plainte de lecteurs mécontents de ne pas voir apparaître leurs annonces dans le périodique :

  • 36 « Plan del Diario », Diario noticioso curioso, erudito, económico y comercial público y económico, (...)

Il suffira aux personnes qui ont quelque chose à faire savoir au public, d’envoyer ou d’apporter les billets ou les lettres dans l’une des quatre librairies qui sont signalées à la fin, il est entendu qu’ils devront être fermés avec de la cire à cacheter et dans une enveloppe adressée au Publiciste, car autrement les nouvelles ne seront pas publiées dans le Diario, même s’il s’agit de personnes de la plus haute importance36.

26Leur parution était donc soumise à des règles strictes auxquelles tout le monde devait se conformer.

27Lorsque le journal réapparut en juillet 1786, après cinq ans d’absence, sous le titre de Diario curioso erudito, económico y comercial, dirigé par Escartín, il fut précisé dans une note qu’il ne serait pas fait mention dans son Index des nombreux livres et imprimés annoncés puisque les lecteurs les trouvaient de façon plus détaillée et développée dans d’autres journaux :

  • 37 « Nota », Diario curioso erudito, económico y comercial, Madrid, Imprenta de Manuel González, 1786, (...)

Dans cet index il ne sera pas non plus répété la liste des nombreux livres et papiers imprimés qui sont annoncés quotidiennement dans cet ouvrage, car cela le rendrait trop long, et parce qu’ils sont reproduits dans la Gaceta, le Memorial Literario, et dans la Biblioteca Española qui a commencé à être imprimée tous les ans depuis l’année dernière en 8537.

28Le Diario de Madrid se contentait d’informer le public des nouvelles publications, en expliquant à ses lecteurs que pour de plus amples informations, ils pouvaient consulter d’autres périodiques bien plus spécialisées. Ce fut à cette même époque que le journal fut divisé en cinq rubriques et qu’apparut la rubrique Noticias Particulares de Madrid. Ainsi, dans le plan du journal inclus dans le prospectus que rédigea Francisco Antonio de Escartín en 1786, fut-il spécifié que dans les parties trois et quatre en rapport avec le commerce et l’économie, il serait fait mention des ventes de bibliothèques :

  • 38 « Prospecto », Diario curioso erudito, económico y comercial, p. 5 : « Por último, nos interesa en (...)

En dernier lieu, dans ces Articles nous sommes intéressés par l’information des Bibliothèques nouvellement installées ou transportées à la Cour ou hors de celle-ci, qu’elles soient vendues par leurs propriétaires, ou qu’elles aient été achetées par les Libraires : dans ce cas, nous tâcherons de donner une information circonstanciée sur ce qu’elles contiennent. De même nous annoncerons aussi les envois des Librairies étrangères, spécialement des livres de facultés et des exemplaires épuisés et qui sont réexpédiés38.

29Le rédacteur sembla s’être particulièrement intéressé au commerce de la librairie puisqu’il se proposait en cas de vente d’un fond d’en faire état et d’en donner connaissance au public. Par ailleurs, dans ce même texte liminaire, il signalait la marche à suivre pour que les annonces pussent être publiées :

  • 39 Ibid., p. 6-7 : « Para estos fines se advierte que cualquiera Cuerpo, Comunidad, o persona particul (...)

Nous avertissons pour cela que n’importe quel Corps, Communauté, ou particulier qui serait intéressé par la publication d’une information, quelle qu’elle soit, pourra l’envoyer par courrier, en adressant la lettre à Don Santiago Thévin, libraire à la Cour, ou bien la remettre à son correspondant, pour qu’il la lui remette en main propre ou la dépose dans l’une des boîtes prévues à cet effet qui seront établies dans la Ville de Madrid.
Pour le moment ces boîtes seront au nombre de six ; elles seront ouvertes à dix-neuf heures du premier Mai au dernier jour d’Août, et à dix-sept heures les autres mois de l’année : nous avertissons le Public que quelle que soit l’information qu’il veuille donner le jour même, il sera nécessaire qu’elle soit dans les boîtes avant ces heures, car dans le cas contraire elle ne pourra être publiée que le jour suivant. Avec cette précaution toutes les informations mises dans ces boîtes seront généralement ramassées, pour les inclure dans le Diario du jour, s’il y a la place pour toutes. Si ce n’est pas le cas, on ne gardera pour le lendemain que celles qui par leur nature peuvent subir le préjudice d’un report aussi bref.
Les six boîtes seront placées à la Puerta del Sol et Places Antón Martín, de la Cevada, de la Villa, de Santo Domingo, et de San Ildefonso. […]
Il sera entendu que ces informations doivent être remises dans ces boîtes signées par les intéressés, et que les circonstances nécessaires pour comprendre les fins auxquelles elles sont destinées seront exprimées en les affranchissant de toute ambiguïté ou obscurité pouvant les rendre douteuses, fausses ou vagues39.

  • 40 « Prospecto del Diario de Cartagena, que se ha publicado le (sic) día primero de Abril de 1804 », D (...)
  • 41 Le Semanario de Salamanca édité du 1er octobre 1793 au 30 octobre 1798 semble avoir eu une vie plus (...)
  • 42 « Prospecto de un Diario que se publica en la ciudad de Salamanca desde el día 14 de Octubre », DM, (...)
  • 43 « Prospecto », Diario curioso erudito, económico y comercial, p. 7 : « Los que publicaren alguna ob (...)

30Après que le Diario de Madrid eut été absent des librairies durant cinq années, son nouveau rédacteur, Escartín, dut spécifier une nouvelle fois, lors de sa reprise en 1786, les modalités de publication des annonces. Si celles-ci restèrent sensiblement les mêmes, quelques changements suivirent. Effectivement, alors que Nipho opta au départ pour que les annonceurs remissent les billets à des libraires, le nouveau rédacteur préféra un dépôt dans des boîtes disséminées dans la ville avec des horaires de levée précis (17 heures en hiver et 19 heures en été). Ce qui atteste, d’une part, un envoi régulier et en nombre des annonces par la population et, d’autre part, leur succès et leur utilité. Bien que le publiciste se mît au service de ses concitoyens, il n’était pas question pour lui de remplir les pages de son quotidien uniquement d’annonces. De plus, pour qu’elles fussent publiées, et ce, dans un souci de transparence ainsi que de manière à pouvoir vérifier leur bien-fondé, il était demandé à leurs auteurs de les signer et d’être les plus clairs possible, ce qui par la même occasion facilitait le classement des textes à publier. Face à l’engouement que les annonces suscitèrent, le publiciste n’eut d’autre choix que d’établir des règles strictes. Non seulement pour que son périodique restât cohérent et fidèle aux objectifs qu’il s’était fixés mais aussi pour prévenir toute plainte de lecteurs mécontents de ne pas être publiés au moment désiré. Ce système fut d’ailleurs loin de déplaire puisque Trinitario Hortelano, rédacteur de l’épigone du Diario de Madrid à Carthagène, se servit également d’une boîte pour recevoir les annonces de ses lecteurs dans la Grande Rue (calle Mayor) de la ville40. Un autre journal, édité à Salamanque, mais dont le titre ne fut pas précisé (probablement le Semanario de Salamanca41) en possédait trois non pas dans sa ville d’édition mais à Madrid où il s’était également constitué un réseau de correspondants pour les gérer42. Son but était de récolter toutes les informations ou nouvelles en rapport avec les sciences, les techniques, la littérature puisqu’il demandait aux médecins, corps littéraires, commerçants, libraires et autres de les lui communiquer par ce biais. Les rédacteurs du Semanario de Salamanca pensaient que ces renseignements leur parviendraient plus vite par ce moyen. Pour en revenir au Diario de Madrid, Escartín formula également dans le prospectus une mention spéciale pour les annonces de librairie. En effet, même si ces dernières étaient soumises aux règles précédemment établies, elles pouvaient être accompagnées d’un commentaire sur l’ouvrage de manière à ce que le public prît connaissance du sujet : « Ceux qui publient une œuvre pourront aussi communiquer leur titre par ce moyen, s’ils ne le font pas par le biais des affiches habituelles, en l’accompagnant s’ils le désirent d’une analyse, pour que le Public connaisse mieux sa nature et son utilité43 ».

  • 44 « Prospecto del nuevo plan del Diario de Madrid », DM, 1808, 1 p. non numérotée : « Haremos también (...)

31Une mention, assortie de quelques changements, qui fut réitérée en 1808 sous la direction de Santiago Thévin. En effet, si jusqu’alors le journal avait présenté des œuvres en vente dans les librairies espagnoles, il commença à faire mention des livres édités hors d’Espagne : « Nous ferons [souligna-t-il] aussi la critique des œuvres qui seront publiées dans et hors d’Espagne, et que nous estimerons dignes d’intérêt44 ».

32Les rédacteurs, désireux que leur journal fût plus complet, n’hésitèrent donc pas à vanter les mérites d’ouvrages qu’ils avaient eux-mêmes choisis. Malgré tout, les annonces de livres du Diario de Madrid étaient principalement rédigées par la communauté éditoriale et publiées gratuitement.

La presse à dominante littéraire

Le Memorial literario

  • 45 Les œuvres annoncées dans le ML se trouvaient sous le titre de « Idea o argumento de los Libros y P (...)
  • 46 « Prospecto de la obra periódica intitulada : Memorial Literario, instructivo y curioso de la Corte (...)

33Pablo Trullenc et Joaquín Ezquerra publièrent des annonces de livres dès le premier numéro du Memorial literario. Mais, face à une censure de plus en plus rigoureuse envers la presse, ces derniers ne prirent aucun risque. Pour ne pas mettre en péril leur publication, ils se contentèrent de répertorier les œuvres annoncées dans la Gaceta de Madrid45, ce qu’ils avaient préalablement mentionné dans le prospectus du journal46. Cette information ne connut aucun changement jusqu’au numéro 44 du mois d’août 1787. Mais, Trullenc et Ezquerra, désireux de se démarquer de leurs confrères et de ne pas reproduire de simples listes issues des gazettes, se proposèrent, dans le numéro 2 du mois de février 1784, de donner au public une idée du contenu des ouvrages annoncés :

  • 47 « Advertencia », ML, n° II février 1784, p. 4 : « A los Autores que imprimen y publican sus libros (...)

Nous prions les Auteurs qui publient et annoncent leurs livres dans la Gazette, de bien vouloir envoyer ou remettre à la Librairie de D. Antonio del Castillo, en face des Marches de San Felipe el Real, un exemplaire de leurs œuvres pour en faire le compte rendu, en les assurant, qu’il leur sera rendu dans les plus brefs délais, en bon état et sans détérioration. S’ils agissent ainsi, il y aura moins de retard dans la publication de ce Memorial47.

  • 48 « Introducción al año », ML, 1785, p. 7-8 : il s’agit d’une lettre écrite par José Silva y Osorio d (...)
  • 49 « Introducción », Ibid., n° LIII, 1re partie du mois de janvier 1788, p. 12-13 : « Nosotros en tant (...)

34C’était une aubaine pour les hommes de Lettres qui bénéficiaient gratuitement non seulement d’une tribune mais aussi de la plume des publicistes. Avec cette rubrique, il s’agissait de donner au public une orientation sur les thèmes abordés dans les ouvrages et de rendre service aux écrivains, aux libraires et aux imprimeurs. Les memorialistas contribuaient ainsi activement au développement de la librairie. Cependant, il n’était pas question pour eux de s’élever au rang de critiques littéraires et d’analyser de quelque manière que ce fût l’ouvrage présenté. Ce fut d’ailleurs ce qu’ils se virent reprocher à différentes reprises. Les lecteurs insatisfaits considéraient en effet que Trullenc et Ezquerra ne présentaient en aucun cas les défauts des œuvres et surtout qu’ils ne tentaient pas de décourager les mauvais auteurs48. Mais, même s’ils ne se distinguèrent jamais par leur audace, l’entreprise atteste un véritable succès et d’un envoi massif d’ouvrages puisqu’en 1788, ils sollicitèrent l’aide des lecteurs pour rédiger les comptes rendus49. De plus, face au trop grand nombre de livres annoncés dans la Gaceta de Madrid, ils décidèrent, en septembre 1787, de changer la présentation de leurs annonces. Désormais les œuvres allaient être classées dans trois catégories distinctes. La première d’entre elles, correspondait aux nouveautés éditoriales, la deuxième était consacrée aux rééditions et la dernière, aux traductions. Par ailleurs, afin de différencier clairement les annonces, le titre des ouvrages figurait en italique.

35Ces rubriques permettaient non seulement de regrouper les ouvrages présentés dans des séries de même type mais aussi de pouvoir apprécier l’ensemble de la production de livres. Cette répartition des œuvres perdura jusqu’en 1797. En fait, les rédacteurs avaient pris exemple sur les périodiques étrangers :

  • 50 « Introducción al año », ML, n° XXXVII janvier 1787, p. 10 : « Otros repararon en el orden que en a (...)

D’autres [lecteurs, soulignèrent-ils] ont été surpris par l’ordre de présentation des livres lors de ces derniers mois. À vrai dire, si nous nous sommes proposés au début de suivre celui dans lequel ils étaient annoncés dans la Gazette, comme ils furent si nombreux dans certains numéros et que dans d’autres les catégories étaient si uniformes, il fallut soit retarder leur annonce, soit les présenter dans un ordre différent. Généralement les classa-t-on en séries de même nature ou approchantes. Et étant donné qu’il s’agit là du fait du hasard, et que cela ne modifie pas la substance de l’ouvrage, l’uniformité semble donc plus naturelle. En outre, comme cette information vise essentiellement à communiquer au monde des Lettres les progrès de la littérature en Espagne en différents domaines, il est forcément plus agréable d’embrasser d’un seul coup d’œil toutes les publications relatives à tel ou tel sujet que d’avoir à les trouver dans diverses rubriques. On en trouve des exemples dans bien des périodiques étrangers50.

36À partir de 1801, sous la direction de Pedro María Olive, la formule changea. Ces trois parties disparurent et les annonces de livres furent disséminées en différents endroits du Memorial. Certaines d’entre elles apparurent en ouverture de numéros sous la mention Libros nuevos ou Anuncios de libros. Il ne s’agissait pour celles-ci que d’une simple dépêche sur la nouveauté éditoriale qui comportait les informations essentielles à l’achat en librairie. D’autres étaient insérées au cœur du journal et contenaient, en plus des éléments relatifs à la vente des ouvrages, de véritables comptes rendus critiques plus ou moins circonstanciés. Elles étaient généralement renseignées sous le titre Literatura Española – Análisis literarios et sous-cataloguées en fonction du sujet traité (Voyages, Histoire, Histoire ecclésiastique etc.). Dans la chronique théâtrale, elles étaient parfois étoffées de résumés. Enfin, les lecteurs en trouvaient également dans la rubrique intitulée Noticias críticas de obras nuevas à la toute fin du Memorial. Lorsque Sebastián de Carnerero reprit la direction du journal en 1805, la présentation des annonces de librairie ne changea guère. Elles comportaient toujours des résumés circonstanciés de l’œuvre et étaient regroupées dans des sections réparties en différents endroits du périodique. Dans un premier temps, en plein cœur du journal sous la mention Literatura española suivie du thème abordé ou encore sous la seule partie Literatura accompagnée, s’il s’agissait d’un ouvrage étranger, du pays d’origine. La rubrique Anuncios était située à la toute fin du journal et ne contenait pas systématiquement de publicité de livres. Des faits divers en rapport avec le monde littéraire pouvaient être présentés sous des intitulés les plus variés comme celui de nécrologie. Enfin, lorsque le Memorial Literario retrouva le chemin des presses en janvier 1808, il continua à accorder une place importante aux Belles Lettres. Les publicités, encore présentes au sein du journal, furent regroupées sous la section Literatura española – crítica. Toutefois, cette partie, peu présente dans le journal, n’offrit pas toujours de nouveautés éditoriales. Son contenu pouvait être une critique littéraire ou bien un hommage rendu à un auteur. Enfin, tout comme cela était le cas de 1805 à 1806, des écrits étaient annoncés à la fin du tri-mensuel sous le titre Variedades dans la rubrique Anuncio.

  • 51 « Plan de este periódico o Discurso sobre los conocimientos humanos », ML, n° I, 1re partie d’avril (...)

37Les rédacteurs successifs du Memorial literario mirent un point d’honneur à se faire l’écho de la production littéraire espagnole par le biais des annonces de librairie. Cependant, ils n’hésitèrent pas non plus à mentionner depuis les débuts du journal des ouvrages en langues étrangères et édités hors de la Péninsule. Ces derniers regroupés dans les sections Memorias literarias extranjeras jusqu’en 1791 puis Anuncios de libros extanjeros jusqu’en 1804 n’étaient pas vendus en Espagne mais à l’étranger. Aussi, les rédacteurs indiquaient-ils le titre original et le traduisaient. Le reste des informations ainsi que les comptes rendus, s’il y en avait, étaient en espagnol. Pour réaliser cette partie, les memorialistas s’appuyèrent sur des annonces de livres publiées dans les journaux européens. Ils avaient d’ailleurs précisé dans le plan du journal qui ouvrait le numéro I paru en 1801 que les bons livres, qu’ils fussent nationaux ou étrangers, seraient annoncés et accompagnés, pour nombre d’entre eux, de comptes rendus51.

L’Espíritu de los mejores Diarios literarios que se publican en Europa

38Cet hebdomadaire ne comportait aucune rubrique fixe consacrée aux annonces de librairie. Mais Cladera proposa à ses lecteurs des comptes rendus d’ouvrages très détaillés qui s’étalaient sur plusieurs pages du journal (qui en comptait entre 20 et 30) et parfois sur plusieurs numéros. L’Espíritu de los mejores Diarios, composé à partir des journaux littéraires étrangers, annonça des ouvrages tirés de ces derniers même si l’œuvre présentée avait été écrite par un compatriote et imprimée dans la Péninsule. Aussi, les ouvrages de Juan Sempere y Guarinos furent-ils annoncés de la manière suivante :

SCIENCES ET ARTS. ROME.
Critique de l’Historia del lujo y de las leyes suntuarias de España, de Don Juan Sempere,
Avocat des Conseils Royaux : à Madrid, 1788, 2 tomes in-8º, par les rédacteurs des Ephémérides.

39Il était fait mention de la ou des matières traitées, de la ville d’édition du journal étranger, des renseignements relatifs à l’œuvre puis suivaient des commentaires circonstanciés. Enfin, à la fin de l’article, entre parenthèses, le journal dans lequel le journaliste espagnol avait puisé l’information était spécifié. Dans l’exemple donné, il s’agissait des Efemérides literarias de Roma. Les publicités de livres contenues dans l’Espíritu de los mejores Diarios étaient des « articles-annonces ». Les œuvres présentées étaient choisies par Cristóbal Cladera en puisant dans la presse étrangère. Il fit par conséquent de son journal une publication ouverte à la littérature européenne.

La Espigadera

  • 52 « Prospecto de esta obra », LE, t. I, 1790, p. 14-15 : « En él no ofrecemos cosas singulares ni ina (...)

40Avec ce périodique, Alfonso Valentín Bravo voulait faire connaître les « ouvrages curieux, et [les] informations instructives52 » car :

  • 53 Ibid., p. 18 : « [...] porque su objeto será siempre la utilidad pública de cualquier modo, y no te (...)

Son objectif sera toujours l’utilité publique de quelque mode que ce soit, et ils [les ouvrages] ne s’évertueront pas à discréditer les uns, pour faire valoir les autres, mais seulement à faire jaillir la vérité, et le mérite intrinsèque des œuvres ; ce qui sera d’un bienfait impondérable pour la République des lettres53.

41Désireux de se faire l’écho de la littérature de toutes les nations sans distinction avec des critiques justes et bien fondées, Bravo justifia l’ouverture de son périodique aux œuvres étrangères de la manière suivante :

  • 54 LE, n° II, 1790, p. 73-74 : « Como los Literatos curiosos no se limitan a leer y estudiar sólo las (...)

Comme les Hommes de Lettres curieux ne se limitent pas seulement à lire et à étudier les œuvres qui sont publiées dans leur pays mais désirent aussi avoir des informations sur celles que produisent les autres nations savantes, et leur vrai mérite, nous avons pensé, que loin d’être désagréable au public, il lui sera agréable, et pas moins utile de trouver dans notre Périodique quelques nouvelles littéraires contenues dans les Efemérides de Roma, comme nous l’indiquions dans le Prospectus de cette œuvre. L’expérience confirme que les Éditeurs érudits de ces Efemérides savent distinguer le bien du mal, et que leurs censures sont généralement justes et rationnelles, même si quelques fois ils ont dissimulé les défauts de quelques œuvres par pure condescendance. De même qu’ils ne se limitent pas seulement à rendre compte des œuvres qui sont publiées en Italie, et vont jusqu’à en donner pour celles qu’écrivent les Français, les Allemands, les Anglais, les Espagnols, & c. considérant que la République des Lettres est une en tous lieux, et que les grands hommes ne peuvent pas se former en étudiant seulement les productions de leurs compatriotes, de même nous jugeons nous aussi que nous devons les imiter en renseignant nos Hommes de Lettres sur les œuvres que nous croyons être utiles54.

  • 55 « Prospecto de esta obra », LE, t. I, 1790, p. 16.

42Bien que le rédacteur donnât des informations sur les récentes publications de livres aussi bien étrangères que nationales, il s’appuyait principalement sur un journal italien, les Efemérides de Roma, comme il l’avait préalablement mentionné dans le prospectus55.

  • 56 « Juicio de los Editores de este Periódico », LE, n° X, 1790, p. 226.
  • 57 « Drama en tres actos, intitulado El buen hijo, o Maria Teresa. Madrid, año de 1790. En la Imprenta (...)

43En conséquence, seul le publiciste décidait des ouvrages qui allaient être annoncés et en rédigeait les comptes rendus. En témoigne la mention « Jugement des Éditeurs de ce journal »56 qui ouvrait le long commentaire de l’œuvre théâtrale El buen hijo, o María Teresa57. Tout comme pour l’Espíritu de los mejores Diarios, Bravo ne demandait ni aux commerçants de livres ni aux lecteurs de participer à son entreprise.

Les Variedades de ciencias, literatura y artes

44Dans ce journal, les annonces de librairie étaient publiées de deux manières. En premier lieu, sous forme de rubriques situées au cœur du journal, séparées entre elles par un trait et pour lesquelles la thématique de l’œuvre (Médecine, Histoire naturelle, Littérature etc.) faisait office de titre de section. Venait ensuite le titre de l’ouvrage en italique suivi par les lieux d’impression et de vente. Des comptes rendus détaillés qui, bien souvent, occupaient plusieurs numéros du périodique, étaient également présentés. Outre les critiques émises par les rédacteurs, ces derniers reproduisaient des passages de l’ouvrage pour illustrer leurs propos.

45De la même manière, des imprimés étaient présentés dans la partie consacrée aux « Critiques » littéraires (Crítica). Dans cette section, le nom de l’auteur et/ou du traducteur, de même que les lieux de vente étaient souvent mentionnés en note de bas de page. Puis, dans un second temps, des annonces de livres étaient insérées dans la dernière partie du journal intitulée « Annonces ». Ces publicités occupaient une place importante puisque des comptes rendus développés étaient proposés. Le type d’ouvrage était mentionné (nouveauté, traduction ou réédition). Des annonces de ventes de gravures y figuraient également. Toutefois, cette dernière rubrique n’aura de cesse de changer tant dans sa présentation typographique que dans son contenu. Uniquement consacrée au début à la publicité des livres, à partir du numéro III, elle fut également composée de différents articles consacrés à l’« Économie Domestique » (Economía Doméstica) et aux « Nobles Arts » (Artes Nobles) sous le titre d’« Annonces et informations » (Anuncios y noticias). Ce fut dans cette sous-rubrique consacrée aux Arts, qui n’était pas systématique, que les annonces de librairie étaient intégrées.

  • 58 « Prospecto », VCLA, t. I, 1803, p. 3 : « [...] debe ser una empresa agradable a las personas instr (...)

46Dès les premiers temps du journal, Manuel José Quintana voulut promouvoir aussi bien la production littéraire espagnole qu’étrangère, ce qui devait « être une entreprise agréable pour les personnes instruites, et profitable à celles qui aspirent à l’être58 ». Et, poursuivit-il :

  • 59 Ibid., p. 9-10 : « Se anunciarán al principio sencillamente aquellos libros extranjeros que tengan (...)

Au début seuls les livres étrangers en rapport avec les matières traitées dans ces Variedades seront annoncés, réservant les comptes rendus, pour le moment où nous les aurons lus et que nous pourrons avoir une idée complète de leur objet, de leurs principes, de leur plan et de leur style. Nous résumerons et traduirons littéralement tous les passages qui contribueront le plus à atteindre ces objectifs.
Et lorsque l’œuvre sera une poésie, ces passages seront donnés en vers.
Celles qui sont publiées en Espagne feront l’objet du même travail, avec encore plus d’application, l’amour de la gloire et des progrès de notre pays nous guidant dans cette entreprise59.

47Le but recherché était l’utilité et le progrès de la nation. Mais, sachant pertinemment que les jugements des œuvres nationales ne seraient que subjectives, il demandait aux lecteurs qui, après lecture du livre, ne partageaient pas son avis, de lui envoyer des lettres d’explication qu’il publierait :

  • 60 Ibid., p. 10-11 : « Resta hablar únicamente del espíritu con que los Autores de estas Variedades pi (...)

Il reste uniquement à mentionner l’esprit avec lequel les Auteurs de ces Variedades pensent procéder dans leur composition. Il est facile de supposer que les critiques des productions étrangères serviront, soit en bien soit en mal, à ce que ces lumières les inspirent. Il n’en sera pas de même pour les œuvres nationales ; car on croit généralement, et malheureusement non sans fondement, que dans la balance de la critique pèse plus l’intention que le jugement, en fonction des intérêts et des relations qui s’entremêlent entre les auteurs et leurs juges.
Nous n’avons pas la prétention de demander à partir de maintenant d’être exempts d’une loi qui inclut tant de personnes. Mais maintenant nous pouvons assurer, qu’en formant le projet de cette entreprise nous nous sommes proposés de rapporter tous nos travaux aux progrès des lumières dans notre patrie. Nous sommes convaincus que nous devons comparer les choses avec les principes, et non pas avec notre goût ou notre sentiment particulier, ou avec les circonstances passagères du temps : que les bagatelles de l’art ne sont pas le fond de l’art : que l’occupation de rédiger des comptes rendus de livres ne donne jamais le droit d’en faire des satires ; que notre travail n’est pas de faire rire aux dépens des auteurs, mais d’analyser et d’instruire ; afin que nos éloges soient rendus sans bassesse et nos censures se manifestent sans injurier personne.
Après de telles protestations, les querelleurs littéraires auraient tort de croire, que dans ce périodique s’ouvre un nouveau champ à leurs éternelles disputes. Cependant, comme nous nous trouvons très éloignés de penser que nous sommes infaillibles, nous recevrons avec gratitude et reconnaissance les objections que vous nous ferez pour rectifier nos erreurs ; et si elles nous parviennent écrites avec la retenue et le respect dus à la dignité des lettres, et au respect que mérite le public, nous les inclurons dans nos numéros, sans la moindre objection de notre part60.

48En demandant la participation du public, Quintana entendait faire des Variedades de ciencias, literatura y artes une publication vivante. Cet échange entre les rédacteurs et les lecteurs avait pour but d’impliquer ces derniers dans la composition du journal et de les fidéliser. Aussi, de nombreuses lettres (apocryphes ou non) en rapport avec des ouvrages dont il avait publié le compte rendu, vinrent agrémenter les pages du bimensuel. Quintana et ses collaborateurs rédigeaient donc eux-mêmes les critiques des livres qu’ils annonçaient et qu’ils soumettaient à l’appréciation du public. Ils n’hésitèrent pas à reformuler leur désir d’annoncer les ouvrages en rapport avec leurs objectifs dans le numéro V :

  • 61 VCLA, n° V, 1805 : « En este periódico, se anuncian y extractan los libros nuevos nacionales y extr (...)

Dans ce périodique, les nouveaux livres nationaux et étrangers sont annoncés et résumés ; on y donne l’information sur les importantes découvertes dans les Arts et les Sciences ; on y inclut des articles instructifs sur les matières mentionnées dans son titre, et on fait en sorte que l’œuvre forme un ensemble de lectures intéressantes et agréables61.

49Ils en profitèrent également pour expliquer aux auteurs la marche à suivre pour que leurs ouvrages fussent annoncés ou résumés dans leur journal :

  • 62 « Advertencia », VCLA, n° VII, 1805, p. 64 : « Los autores, que quieran ver anunciadas o extractada (...)

Les auteurs, qui veulent voir leurs œuvres annoncées ou résumées dans ce périodique, déposeront un exemplaire à la librairie d’Alonso ; car nombre d’entre elles étant inutiles pour les associés de cette entreprise, elles peuvent seulement être acquises soit par hasard, soit au prix d’une dépense superflue ; et à cause de cela nous avons déjà cessé d’en annoncer certaines62.

50Il n’était pas question que des ouvrages qui n’avaient aucun lien avec le plan des Variedades… fussent mentionnés. Avec cette mise au point, Quintana entendait certainement se démarquer de ses confrères de la Gaceta de Madrid, du Diario de Madrid ou encore du Memorial literario qui avaient ouvert les pages de leurs journaux à l’ensemble des commerçants de livres. De plus, en restant seul juge des ouvrages qu’il annonçait, il entendait éviter aux lecteurs une perte de temps et une dépense d’argent inutile. Le seul tribut dont durent s’affranchir les écrivains fut de lui remettre un exemplaire de l’imprimé pour qu’il pût approuver son annonce dans le journal. Cependant, à l’inverse des rédacteurs du Memorial literario, Quintana ne précisa pas si l’œuvre remise allait être rendue à son propriétaire ou enrichir sa bibliothèque.

La presse d’information et de divulgation

Le Correo de Madrid

51Les lecteurs du Correo de Madrid trouvaient les publicités de livres sur la dernière page du journal, séparées des articles par un saut de ligne et débutant par un alinéa. Le même procédé était utilisé pour les différencier. Le titre de l’œuvre était tout d’abord mentionné de même que le nom de l’auteur et/ou du traducteur. Les commentaires étaient placés à la suite et les lieux de vente clôturaient l’annonce. Tous ces renseignements étaient séparés entre eux par un alinéa.

  • 63 « Prólogo », CM, 1786, p. 1 : « Dijimos en la advertencia del núm. primero que el deseo de introduc (...)

52Le but premier du Correo de Madrid était de propager le goût de la lecture par tous les moyens possibles : « Nous disions dans l’avertissement du premier numéro que le désir d’introduire ou de propager le goût de la lecture, nous donna l’idée de créer un périodique comprenant une littérature variée, des nouvelles, et des lettres ou écrits que l’on nous remettrait63. »

53L’un de ces moyens fut la publication d’annonces de librairie remises par les lecteurs. Manegat entendait ainsi donner l’envie de lire à la population et demandait à son public de participer à son projet. Pour ce faire, il leur expliqua la marche à suivre dans l’Avertissement du premier numéro daté du 10 octobre 1786 et vanta par la même occasion les bienfaits d’une telle entreprise :

  • 64 « Advertencia », Ibid., n° 1 du mardi 10 octobre 1786, p. 1 : « Esto les sería fácil por medio de l (...)

Cela leur [aux lecteurs] sera facile par le biais des Aveugles qui vendent ce Périodique, ou en adressant leurs avis À l’Éditeur du Correo de los Ciegos, & c. à la Librairie de Arribas, Madrid. De même, ils pourront nous communiquer toutes les nouvelles, pensées, idées personnelles, projets, découvertes, plans, critiques, satires, poésies, discours, mémoires, dissertations, & c. qui leur semblent utiles et dignes d’être connus du Public, en mentionnant ou en supprimant le nom de l’Auteur, au bon vouloir de chacun, certains qu’ils seront publiés dans les plus brefs délais dans cet Ouvrage : il est bien entendu, que tous devront garder la retenue, le respect et la décence dus à la Religion, au Roi et aux lois. Qui ne voit pas que de nombreuses productions appréciables, et dignes d’être mises sur la place publique, soit pour leur originalité et leur rareté, soit pour leur utilité et leurs atouts, circulent quelques jours seulement parmi un très petit nombre de personnes qui entourent le savant qui les produit, et tombent ensuite dans l’oubli, ou meurent peut-être sans arriver à sortir de leur tête ? Par conséquent, faciliter leur publication peut être très utile au Public64.

  • 65 « Prólogo », Ibid., p. 1 : « Esta última parte envolvía en sí la idea de excitar algunas plumas a c (...)

54Ce qu’il exprima bien plus clairement dans le Prologue ouvrant le premier tome du Correo de Madrid afin de lever toute ambiguïté : « Cette dernière partie comportait l’idée d’inciter quelques plumes à communiquer au public leurs productions, ou d’autres qui étaient inédites. Telle fut la cause, l’origine et l’objectif de notre périodique »65.

55Pour atteindre ses objectifs, le publiciste sensibilisait non seulement les lecteurs mais aussi encourageait les auteurs à se manifester. Ce qu’ils firent au grand désarroi d’une partie du lectorat qui, par courrier, exprima son mécontentement de voir apparaître une trop grande quantité d’annonces ou leur répétition. Sans doute ces lecteurs étaient des personnes qui, se tenant informées de l’actualité littéraire, n’avaient pas souscrit à ce journal pour ses publicités de livres, qu’ils pouvaient aisément trouver dans d’autres journaux, mais pour ses articles critiques sur la société de leur temps. Aussi, suite à ces nombreuses plaintes, le rédacteur du Correo de Madrid fit une mise au point pour, d’une part, justifier leur présence ainsi que leur utilité aussi bien pour le public que pour les écrivains et, d’autre part, rappeler à ses lecteurs le but premier du journal. En conséquence, il leur signala qu’elles étaient bénéfiques non seulement pour les auteurs afin de faire connaître leurs écrits mais aussi pour une partie du public qui, ne vivant pas dans de grands centres urbains, avait un accès limité à l’information littéraire. Il déclara ainsi :

  • 66 Ibid., p. 4 : « No faltan los sujetos que se enfadan de ver en nuestro Correo el anuncio de libros (...)

Nombreux sont ceux qu’irrite l’annonce dans notre Correo de livres ou leur répétition. Souvenez-vous de ce que nous avons dit sur notre principal objectif, et considérez les avantages qu’offre ce point. Les auteurs ont intérêt à ce que l’on en fasse état par tous les moyens possibles ; et le public a également intérêt à ce qu’il en soit ainsi, car il sera par là même plus aisé de les faire connaître et que naisse le désir de les lire. Cependant en voyant se multiplier les requêtes pour que nous omettions ces annonces, nous avons décidé de les suspendre, d’autant plus que nous regorgeons de matériel66.

  • 67 CM, n° 51 du mercredi 18 avril 1787, p. 208 : « Se nos ha remitido el siguiente anuncio, que public (...)

56Désireux de satisfaire l’ensemble de son public (la survie du périodique en dépendait), Manegat prit donc le parti de ne plus publier d’annonces de librairie en trop grande quantité. Ces réclames de livres étaient rédigées par les auteurs ou par les libraires et les imprimeurs. Le rédacteur se contentait simplement d’être l’annonceur. Ce qu’il spécifia d’ailleurs en tête de la publicité de l’œuvre Jesucristo Señor nuestro clavado en el Árbol de la Cruz, convence al hombre por su ingratitud et Sermones del P. Eliseo, Carmelita Descalzo, cuatro tomos en cuarto, traducidos del Francés al Castellano publiée dans le numéro 51 du mercredi 18 avril 1787, avec la mention suivante : « On nous a remis l’annonce suivante que nous publions littéralement67 ».

  • 68 Ibid., n° 73 du samedi 30 juin 1787, p. 308 : « Para hacer más general la noticia de los libros que (...)

57Peu de temps après, le journaliste changea son fusil d’épaule. Souhaitant contenter l’ensemble de ses lecteurs mais aussi s’étant certainement aperçu que d’autres périodiques diffusaient ces informations de façon bien plus complète, il décida, à partir du numéro 73 du 30 juin 1787, de publier chaque semaine une liste des ouvrages annoncés la semaine précédente dans la Gaceta de Madrid : « Pour que l’information des livres publiés à Madrid soit plus générale, ce qui nous paraît plus souhaitable, nous annoncerons chaque Semaine dans notre périodique, tous ceux que la Gaceta a publiés la semaine précédente68 ».

  • 69 Ibidem.

58Les annonces de librairie furent alors regroupées dans la section Libros de la semana pasada69. Cette nouvelle formule n’eut guère plus de succès puisque le rédacteur dut une nouvelle fois faire face au mécontentement des lecteurs et changea à nouveau d’orientation pour annoncer les nouveautés bibliographiques. Il continua à publier une liste de livres issue du journal officiel mais cette fois-ci une fois par mois :

  • 70 Ibid., n° 75 du samedi 7 juillet 1787, p. 320 : « N. Es imposible acertar a complacer la diversidad (...)

N. Il est impossible de réussir à contenter la diversité de goûts et de désirs en même temps. Suite à divers courriers et à la demande de divers amis, nous avons proposé au public de reprendre chaque semaine dans notre Correo les livres que la Gaceta avait annoncés la semaine précédente ; mais en ayant procédé ainsi dans le numéro 73, on nous a envoyé différentes lettres nous demandant de ne pas continuer cette section. Désireux donc de satisfaire tout le monde dans la mesure du possible, nous avons décidé de publier séparément chaque mois un catalogue de tous les livres du mois, sans pour cela augmenter le prix pour nos souscripteurs70.

  • 71 Ibid., n° 76 du mercredi 11 juillet 1787, p. 324.
  • 72 Ibidem : « La regla general, que pusimos al fin del número antecedente, no debe entenderse con nues (...)

59Cette attitude démontre combien les publicistes devaient être attentifs aux remarques du public dont dépendait la survie du journal. Or, si Manegat laissa entendre à ses souscripteurs qu’il suivait et respectait leurs désirs, il leur démontra qu’il restait malgré tout seul juge de ce qui devait être publié dans son périodique. Effectivement, bien qu’ayant pris la décision de reproduire des listes d’ouvrages tirées de la Gazette, dans le numéro suivant, daté du 11 juillet 1787, il fit un communiqué sous la forme d’un « Avis » (Aviso) dans lequel il annonçait la souscription aux Novelas Morales de Jean-François Marmontel en cours d’impression à Carthagène71. Le publiciste, certainement dans le but de ménager la susceptibilité de ses lecteurs, l’introduisit de la manière suivante : « La règle générale, que nous avions édictée à la fin du numéro précédent [le numéro 75, daté du 7 juillet 1787], ne doit pas être appliquée à notre très estimé Compagnon quand il s’embarque dans le char de la Science, aussi publions-nous l’avis suivant72 ».

  • 73 Ibid., n° 86 du mercredi 15 août 1787, p. 377-380.
  • 74 Ibid., p. 377 : « A consecuencia del ofrecimiento que hicimos en nuestro n. 75 de publicar cada mes (...)

60Cependant, il ne dérogea pas à la proposition qu’il avait faite dans le numéro 75 de donner un catalogue des œuvres annoncées dans la Gaceta de Madrid. Le numéro 86 du mercredi 15 août 1787 se vit ainsi augmenté d’un supplément de quatre pages73 présenté de la manière suivante : « Suite à la proposition que nous avons faite dans le n. 75 de publier chaque mois un catalogue de tous les livres que la Gazette avait annoncés le mois précédent, nous insérons celui qui correspond au mois de Juillet dernier74 ». Néanmoins, ce catalogue, dans lequel figurent 38 ouvrages, fut le seul à voir le jour et les annonces de livres furent regroupées par la suite dans la section Libros.

61Bien que les annonces de livres fussent rédigées par les professionnels du livre, leur publication dans le journal était, quant à elle, soumise au bon vouloir du publiciste comme le démontrent les commentaires à l’annonce de parution d’El teniente del Apologista universal. L’expérience avec son prédécesseur, El Apologista Universal, lui ayant servi de leçon, il se vit obligé d’expliquer la nature de ce nouveau journal :

  • 75 Ibid., n° 172 du samedi 14 juin 1788, p. 1002 : « Nota. El haber publicado en este Correo varios nú (...)

Note. Le fait d’avoir annoncé dans ce Correo divers numéros d’El Apologista universal fut la cause que nombre de souscripteurs m’aient écrit pour s’informer sur la nature de cette œuvre périodique ; si je continue à annoncer la sortie de son remplaçant, ils me poseront les mêmes questions ; pour éviter ces désagréments, et pour ne pas le payer de ma personne, je vais indiquer que le 5 Juin de cette année 1788 vit le jour dans cette Ville el teniente del Apologista universal, vestido de caballero andante, representando la primera salida de Don Quijote el segundo, aliás el Escolástico75.

62Il fit de même avec l’imprimé suivant :

  • 76 Ibid., n° 362 du mercredi 19 mai 1790, p. 80 : « Carta de Bartolo Sobrino de Don Fernando Pérez, te (...)

Carta de Bartolo Nieto de Don Fernándo Pérez, tercianario de Paracuellos. Vendue à 3 réaux dans la librairie d’Arribas, Carrera de San Gerónimo.
Dans cette Lettre où brillent un goût fin et une critique judicieuse et drôle, sont abordés différents points de philosophie scolastique et moderne, même si pour l’Éditeur, elle comporte quelques défauts évidents. Nous la publions, certains qu’elle a obtenu l’approbation et l’estime des personnes instruites et de bon goût76.

63La parution de cette dernière notice bibliographique démontre que le publiciste n’annonça pas uniquement des ouvrages que les professionnels du livre lui avaient remis. Poursuivant son but de propager le goût de la lecture, il n’hésita pas à prendre lui-même la plume pour rédiger des commentaires.

64Même si Manegat dut s’adapter à son public, il ne renonça pas à l’objectif qu’il s’était fixé en créant le Correo de Madrid. Il continua, malgré cela, à faire paraître des annonces de librairie que les commerçants de livres lui remettaient ou bien à faire lui-même état de la parution des ouvrages qu’il jugeait utiles.

La Miscelánea instructiva, curiosa y agradable, o Anales de ciencias, literatura y artes

65Les frères Pinilla et Gallard optèrent quant à eux pour deux types d’annonces de librairie. Les premières étaient des « articles-annonces » qui comportaient de longs comptes rendus de plusieurs pages dont les thèmes abordés dans les ouvrages correspondaient au titre de la rubrique (« Médecine », « Voyages » etc.). Les secondes, qui fournissaient des commentaires plus succincts mais malgré tout assez étoffés, étaient placées à la toute fin du journal dans la section Libros séparée des autres par un trait. Les titres proposés étaient en italique de manière à être identifiables.

  • 77 « Advertencia », Misc., t. IV, 1797, p. IV : « Para ello tendremos presente lo mejor que se publica (...)

66Les rédacteurs furent peu prolixes en ce qui concerne la librairie. Cependant, ils mentionnèrent dans l’Avertissement du tome quatre, dans lequel ils expliquaient l’élargissement du plan initial en présentant la Miscelánea instructiva, curiosa y agradable également sous le titre d’Annales de littérature, des sciences et des arts, que pour atteindre cet objectif, ils annonceraient ce qui se publie de mieux en France, en Italie, en Allemagne et en Angleterre77. Par conséquent, une partie des ouvrages était tirée des périodiques étrangers. Toutefois, les publications en rapport avec les thèmes du journal étant nombreuses, ils prirent le parti de cibler les œuvres qui feraient l’objet d’un examen attentif de leur part :

  • 78 Ibid., p. VI : « Asimismo, como no todas las Obras que se publiquen acerca de las Ciencias y artícu (...)

Par ailleurs, comme l’ensemble des Œuvres qui sont publiées en rapport avec les Sciences et les articles indiqués, ne pourra être publié en entier, pour éviter ce genre d’inconvénient, nous donnerons uniquement une information sur ce qu’elles contiennent, en présentant des comptes rendus de celles qui le méritent78.

67Ainsi, seuls les ouvrages dignes d’intérêt pour les rédacteurs étaient présentés aux lecteurs et, en aucun cas, Gallard et les frères Pinilla ne demandèrent la participation des commerçants de livres ou des lecteurs.

Les Efemérides de la Ilustración de España

  • 79 « Libros extranjeros que se hallan de venta en los dos despachos de este periódico, carrera de San (...)

68Le journal de Velasco était composé de différentes rubriques dont les apparitions étaient variables (« Économie », « Histoire » etc.) exception faite de celle consacrée aux spectacles (Espectáculos) qui le clôturait. Ce fut dans la section intitulée Libros qu’il fut fait mention des nouveautés bibliographiques. Si cette dernière fut sans conteste la plus employée pour informer les lecteurs des nouvelles impressions, elle ne fut pourtant pas l’unique. En effet, nombre d’œuvres furent également annoncées dans la partie Variedades et précédées de la note suivante pour celles en langues étrangères : « Livres étrangers qui sont vendus dans les bureaux de ce journal, carrera de San Jerónimo, et rue de las Carretas79 ».

  • 80 « Prospecto de un nuevo periódico intitulado Efemérides de la Ilustración de España », GM, n° 102 d (...)

69Un échange de bons procédés entre Velasco et le libraire Facundo Ramos de Aguilera80, était donc indéniable. Ce dernier, en tant qu’unique diffuseur du journal, bénéficiait de fait d’une large tribune pour faire étalage de ce qu’il possédait en magasin. Plus qu’un système d’échange, il s’agissait d’une véritable stratégie commerciale pour le commerçant. D’autres annonces de livres furent également publiées dans les premières rubriques du journal où l’on pouvait trouver de longs comptes rendus.

70Désireux de mettre en valeur la littérature espagnole avant tout, Velasco précisa dans le prospectus du journal les modalités de publication des annonces :

  • 81 Ibid., p. 4 : « Anunciaremos también con la brevedad conveniente análisis exactos de todas las obra (...)

Nous annoncerons aussi avec la brièveté convenable des analyses exactes de toutes les œuvres qui ont été publiées ou qui seront publiées en Espagne, à la condition que leurs auteurs ou leurs rédacteurs en remettent un exemplaire au bureau de ce périodique, qui leur sera rendu le jour même où elles seront annoncées81.

71Le publiciste rédigeait seul les résumés. Mais, malgré l’envie de faire des Efemérides de la Ilustración de España un périodique exclusivement national, le rédacteur annonça rapidement nombre de livres publiés à l’étranger. Dans le numéro 6 daté du 6 janvier 1804 (date à laquelle ces premières publicités apparurent) Julián de Velasco s’en expliqua de la manière suivante :

  • 82 EIE, n° 6 du vendredi 6 janvier 1804, p. 24 : « Las obras extranjeras, que previas las correspondie (...)

Les œuvres étrangères, qui remplissant les conditions préalablement dictées par le Gouvernement, sont déjà couramment en vente à Madrid, seront annoncées dans nos Ephémérides. Nous ne pensons pas manquer à notre objectif. Nous sommes plutôt persuadés que nos lecteurs, passionnés par la littérature de tous les peuples, prendront plaisir à être informés au fur et à mesure des traités étrangers, en rapport avec leur profession, leur intérêt ou leur caractère. Nous commencerons donc en annonçant quelques livres qui sont vendus dans les deux bureaux de ce périodique, carrera de San Jerónimo, et rue de las Carretas82.

  • 83 EIE, du vendredi 28 décembre 1804, p. 1475-1477. cf. Annexe I-3 : Lettre d’un buen Español au rédac (...)

72Dans un but éducatif et sous couvert des autorisations, le publiciste n’hésita pas à faire la part belle aux Lettres européennes. Or, ces œuvres s’adressaient à un public averti puisqu’écrites en langues étrangères. Aussi, ne s’agissait-il que de brèves annonces qui comportaient le titre de l’ouvrage, le nombre de volumes, le prix en fonction de la reliure et le lieu de vente à Madrid. En revanche, pour les œuvres espagnoles, Velasco, voulant ériger les Efemérides en vitrine de la production nationale, se fit fort de livrer à ses lecteurs des comptes rendus détaillés rédigés par ses soins. Certains lecteurs n’hésitèrent d’ailleurs pas à lui prêter main forte. Ainsi, un buen Español, comme il se désignait lui-même, envoya une lettre au journal, qui fut reproduite dans le numéro 316 du vendredi 28 décembre 1804, pour annoncer la parution à Paris d’un ouvrage en langue espagnole ayant pour sujet la chimie. L’auteur de la lettre, qui en guise d’introduction vanta la générosité de Charles IV pour avoir permis à José María de San Cristóbal et à José Garriga y Buach d’étudier en France et de publier le Curso de química general aplicada a las artes, donna une longue analyse du premier tome83. Alors qu’Olive insista sur le peu d’enthousiasme du public pour ce journal lorsqu’il voulut en changer le titre, l’entreprise de Velasco atteste pourtant d’un certain intérêt de la part du public. D’ailleurs, la présentation des annonces de librairie ne changea pas sous la direction d’Olive.

La Minerva o el Revisor general

  • 84 Min., n° LIII du 4 juillet 1806, p. 243-244.
  • 85 Ibid., n° LXXIX du 3 octobre 1806, p. 7.

73Avec la parution de la Minerva o el Revisor general, Olive modifia quelque peu la présentation des annonces de librairie. Elles furent regroupées dans la rubrique Anuncios de libros. Le titre du livre présenté était en italique. Suivaient l’ensemble des renseignements relatifs à sa vente ainsi qu’un compte rendu. Malgré l’existence d’une rubrique entièrement consacrée aux nouveautés bibliographiques, Olive n’hésita pas à annoncer nombre d’œuvres dans les différentes sections qui composaient la Minerva (« Théâtre », « Histoire moderne »…). Loin de se cantonner aux seules œuvres nationales, il s’intéressa aussi aux ouvrages étrangers (dont il mentionna systématiquement le pays d’édition) auxquels il accorda une place importante. Par ailleurs, un traitement particulier fut réservé à ceux imprimés en France à partir du numéro LIII du 4 juillet 1806 puisqu’ils furent regroupés à la fin du journal sous la rubrique « Annonce d’œuvres françaises » (Anuncio de obras francesas84). Puis à partir du 3 octobre de la même année, les annonces de livres étrangers firent l’objet d’une sous-partie intitulée « Bulletin d’informations quotidiennes » (Boletín de noticias Diarias) dans la section « Annonce d’œuvres nouvelles » (Anuncio de obras nuevas85). Ces dernières étaient disséminées au milieu d’articles relatifs au théâtre, à l’information sur l’Europe ou à l’économie. La Minerva contenait de fait :

  • 86 Ibid., n° XVI du 22 novembre 1805, p. 152 : « Esta obra se publica los Martes y Viernes de la Seman (...)

Des comptes rendus et des analyses des meilleures œuvres étrangères. – [des] Critique[s] d’œuvres nouvelles, et des compositions dramatiques qui sont jouées dans les Théâtres de cette Ville [Madrid]. – Des discours divers sur des sujets littéraires ; et sous une agréable allégorie, nous ferons aussi la critique des mœurs, de la littérature en général, et de chaque matière en particulier86.

  • 87 Ibid., n° LXXXV du 24 octobre 1806, p. 54 : « Artículo remitido. »

74Olive décidait par conséquent des ouvrages qui devaient être présentés dans son journal et rédigeait les comptes rendus. Néanmoins, ce choix ne fut pas des plus stricts. En témoigne l’annonce relative au Correo literario y económico de Salamanca, parue le 24 octobre 1806, dans laquelle il était mentionné à la fin de la présentation que l’article lui avait été envoyé87. En fait, toute personne désireuse de faire connaître un imprimé pouvait lui faire parvenir un texte à cet effet.

El Regañón general, o tribunal catoniano de Literatura, Educación y costumbres

75El Regañón general présentait les nouveautés éditoriales en dernière page sous l’intitulé : « Événements littéraires » (Acaecimientos literarios). Les ouvrages étaient séparés par un alinéa et leur titre écrit en italique.

  • 88 « Prospecto », RG, t. 1, p. 1 : « Cuando es tan conocida la utilidad de los papeles periódicos [... (...)
  • 89 Ibidem : « [...] examinando muchos libros que tal vez sin este motivo jamás se hubieran abierto […] (...)

76L’objectif du journal, clairement défini dans le prospectus, était « d’étendre le goût des lettres88 ». De quelle manière ? Tout simplement, « en examinant de nombreux livres qui, sans ce motif, n’auraient peut-être jamais été ouverts89 ». Les rédacteurs désiraient ainsi donner aux lecteurs une juste critique des ouvrages. Pour cela, ils publièrent des annonces de librairie qui livraient des comptes rendus des livres que les auteurs leur remettaient, sous certaines conditions, précisées dans ce même prospectus :

  • 90 Ibid., p. 3-4 : « Como este Tribunal no tiene hasta el presente fondos algunos, ni probablemente lo (...)

Comme ce Tribunal ne dispose à ce jour d’aucun fond, et vraisemblablement ne parviendra jamais à en avoir, car les individus qui le composent n’ont pas de revenus, ni d’honoraires, il ne recevra aucune lettre lui étant adressée par courrier, à moins qu’elle ne vienne franco de port, et dans ce cas l’on écrira sur l’enveloppe : Librairie d’Alonso. Au Regañón general. Madrid. Ceux qui vivent dans cette Ville, et désirent faire connaître au Public leurs productions, les enverront à la Librairie du bureau de ce journal90.

77Les auteurs étaient mis à contribution pour susciter le goût des Lettres et y participaient en envoyant un exemplaire de leurs ouvrages. Mais dans le but d’établir une critique impartiale, seuls le rédacteur et ses collaborateurs se chargeaient de rédiger les comptes rendus. Ils se réservaient aussi le droit de ne pas publier certains textes tout en s’engageant à motiver leur refus :

  • 91 Ibid., p. 2 : « […] un Secretario que recogerá y comunicará al Tribunal todos los memoriales, carta (...)

Un Secrétaire qui recueillera et transmettra au Tribunal tous les mémoires, lettres et papiers que l’on nous remettra, lesquels seront publiés dès lors qu’ils réuniront toutes les conditions requises par le Gouvernement supérieur pour leur impression. Et dans le cas contraire, ce même Secrétaire rendra compte mensuellement de tous les papiers qu’il aura reçus, et des causes de leur non publication91.

  • 92 Il s’agissait de La Lugareña orgullosa et de La Moza de cántaro.
  • 93 RG, n° 1 du mercredi 1er juin 1803, p. 8 : « En estos días se han publicado impresas las obras sigu (...)

78Par ce biais, les rédacteurs indiquaient clairement leur volonté de rester seuls décisionnaires de ce qui devait être diffusé. De plus, en donnant une explication sur la non publication de certains textes, ils entendaient prévenir toute plainte des lecteurs. Ils mirent en application ce procédé dès le premier numéro du mercredi 1er juin 1803 en annonçant deux œuvres théâtrales92 qui ne firent l’objet d’aucun résumé le jour même. Ils se contentèrent seulement de préciser que « ces derniers jours les œuvres suivantes [avaient] été imprimées »93. N’ayant pas eu le temps de lire l’original, ils préférèrent ne pas se prononcer de façon hâtive sur la qualité des pièces et ils s’en expliquèrent :

Pour ce motif le Président du Tribunal Catonnien a demandé que ces deux drames soient examinés et analysés par son second Assesseur, pour évaluer leur mérite. Il est entendu que la censure qui en sera faite devra être précédée d’un jugement circonstancié de l’état actuel dans lequel se trouve notre scène, en spécifiant les causes de ses progrès ou de sa décadence, et les moyens qui lui paraissent les plus adéquats pour son amélioration : tout cela sera publié par le biais de ce journal après que le Procureur aura rendu le verdict qu’il est en train de rédiger sur l’état général de la littérature espagnole.

  • 94 Ibidem : « Con este motivo ha mandado el Presidente del Tribunal Catoniano que sean reconocidos y e (...)

Les nouveaux drames qui seront joués seront censurés après avoir été publiés, car un jugement sensé ne peut pas être formulé à partir de leur seule représentation, à moins que leurs auteurs ne remettent pour examen les originaux à ce Tribunal94.

79Cette mise au point avait, non seulement, pour but de justifier leur pouvoir de décision sur ce qui pouvait être ou non publié dans le journal, mais aussi, de prouver aux lecteurs que leurs critiques, faisant suite à une scrupuleuse analyse, étaient justes et bien fondées. Malgré leur envie de servir les auteurs, en s’érigeant en véritable critiques littéraires, les publicistes se plaçaient avant tout au service du public.

La presse économique et agricole

Le Correo mercantil de España y sus Indias

80Gallard et Larruga étaient désireux de créer un journal entièrement voué à l’économie et au négoce. Ce fut donc naturellement qu’ils insérèrent, dans la troisième rubrique du Correo mercantil de España y sus Indias dédiée au commerce, une sous-partie consacrée à ce nouvel objet de consommation qu’étaient les livres. Par conséquent, les publicistes livrèrent les annonces de librairie sous la simple mention Libros dans les dernières pages du périodique comme ils l’avaient préalablement exposé dans le prospectus du journal :

  • 95 Prospecto para la suscripción a un papel titulado : Correo mercantil de España y sus Indias, AGS, S (...)

Nous annoncerons aussi les nouvelles maisons de Commerce qui s’établiront, les nouvelles Compagnies qui se formeront, sous quel nom et signatures, celles qui seront dissoutes, les faillites et les naufrages, les pirateries, et les vols ; les divers livres qui seront imprimés, le cours du change et des assurances, et enfin les Patentes, mandats et décrets délivrés en rapport avec le Commerce, aussi bien dans le Royaume qu’à l’extérieur de celui-ci95.

81Par ailleurs, en s’appuyant en grande partie sur des périodiques étrangers pour composer les numéros du journal, les rédacteurs présentèrent également nombre d’ouvrages publiés en Europe. Le pays de provenance ou la ville étaient mentionnés de même que la librairie étrangère dans laquelle ces œuvres étaient vendues. Pour les livres édités en Espagne, ils firent, dans certains cas, figurer en en-tête le lieu d’édition. Si plusieurs ouvrages étaient annoncés, ils étaient séparés par un alinéa.

82En ce qui concerne les livres publiés en Espagne, les rédacteurs s’adressaient aux auteurs pour qu’ils fissent connaître leurs travaux ou aux libraires et imprimeurs pour faire état des œuvres en leur possession. Pour cela, ils devaient envoyer leurs annonces (en rapport avec les visées du journal) sous lettre affranchie et signée :

  • 96 Ibidem : « Las personas que quieran dar noticias que les interese se pongan en este papel, las comu (...)

Les personnes souhaitant nous communiquer des informations en vue de leur publication dans ce journal, à condition qu’elles soient utiles et conformes à ses objectifs, le feront avec toute la précision requise, en adressant leurs lettres, affranchies et signées aux Éditeurs du Correo Mercantil ; à Madrid. En ce qui concerne Madrid, elles pourront le faire en remettant leurs billets ou plis également signés, et avec mention de leur adresse, dans la boîte fermée qui se trouvera dans la librairie du même Escribano. Il est bien entendu qu’aucune information sans rapport avec l’entreprise à laquelle nous nous consacrons ne sera publiée, de même, pour les ventes, ne seront annoncées que celles considérées comme intéressantes pour le commerce et le public96.

83Cette mise au point de la part des publicistes avait pour but de prévenir les critiques de lecteurs insatisfaits de ne pas voir apparaître leurs billets. Par la même occasion, ils invitaient le public à participer à la rédaction du journal, ce qui était un bon moyen pour fidéliser les acheteurs. Afin de lever tout doute sur leurs attentes, Larruga et Gallard publièrent à la suite du prospectus du Correo mercantil une liste de 24 points correspondant aux informations qu’ils désiraient recevoir sous le titre suivant :

  • 97 « Apunte de las noticias que suplicamos a nuestros Corresponsales y a todo sujeto instruido y amant (...)

Note sur les informations que nous prions nos Correspondants et toute personne instruite et aimant sa patrie de nous envoyer hebdomadairement, à partir du premier septembre, pour la confection d’un périodique intitulé CORREO MERCANTIL DE ESPAÑA Y SUS INDIAS, qui doit être publié avec approbation royale deux fois par semaine, à partir du premier octobre de cette même année 179297.

  • 98 Ibid., p. 91 : « XX. Qué obras salen al público para venderse, sus autores, asuntos, ediciones y pu (...)

84Parmi ces 24 points relatifs aux avancées réalisées dans divers domaines notamment dans l’agriculture, les sciences et les arts et bien évidemment tout ce qui avait un rapport direct avec le commerce, le vingtième fut consacré à la vente de livres : « XX. Quelles œuvres sont publiées pour être vendues, leurs auteurs, les sujets, les éditions et les points de vente98 ».

85En demandant la participation active du public pour connaître les nouveautés bibliographiques, les rédacteurs du Correo mercantil de España y sus Indias laissaient une porte ouverte aux commerçants de livres et donnaient à entendre qu’ils n’étaient en aucun cas les rédacteurs des résumés publiés. Les publicistes ne s’érigeaient d’aucune manière en critiques littéraires mais proposaient simplement, par l’intermédiaire de leur périodique, de se faire l’écho de tout ce qui avait un rapport direct avec le commerce, quel qu’en fût l’objet.

Le Semanario de Agricultura y Artes dirigido a los Párrocos

  • 99 « Prospecto del Semanario de Agricultura y artes », SAA, t. I, 1797, p. XIV : « Noticia de los libr (...)

86D’emblée, les rédacteurs de l’hebdomadaire émirent le souhait de consacrer une rubrique du journal à l’« Information des livres publiés en Europe sur l’agriculture et les techniques99 ». Et ce fut sous le titre Libros que le Semanario de Agricultura y Artes consacra toute une section aux annonces de librairie. Malgré cela, nombre de livres furent aussi présentés sous forme d’« articles-annonces » qui comprenaient des commentaires détaillés pouvant (en de nombreuses occasions) faire l’objet d’une parution dans plusieurs numéros. Dans ce cas, les renseignements relatifs à l’œuvre (auteurs et/ou traducteurs, lieux de vente, prix et format) étaient insérés dans une note en bas de page. Les rédacteurs entendaient donc informer leurs souscripteurs des ouvrages récemment publiés, aussi bien en Espagne qu’à l’étranger, en rapport avec l’agriculture, les sciences et les techniques. Bien que peu prolixes en ce qui concerne les modalités de publication, ils laissèrent néanmoins entendre qu’ils décidaient eux-mêmes des livres à annoncer et de fait, qu’ils en rédigeaient les comptes rendus.

La presse scientifique

Le Diario de los nuevos descubrimientos de todas las ciencias físicas que tienen alguna relación con las diferentes partes del arte de curar

87Dans le Diario de los nuevos descubrimientos, les annonces de librairie étaient principalement contenues dans la rubrique « Nouvelles œuvres » (Obras nuevas) située en fin de numéro. Les livres étaient numérotés et comportaient des comptes rendus. Cependant, cette dernière section n’apparut que dans le premier tome du journal. Avec la parution du troisième volume, édité en 1793, les nouveautés éditoriales furent regroupées dans la dernière partie du périodique intitulée Bibliografía. Quelques ouvrages furent également présentés hors de ce cadre : en note de bas de page comme référence ou, lorqu’il s’agissait d’un ajout des traducteurs du journal, en plein cœur de l’article pour démontrer la véracité des propos exposés.

88José Garriga justifia son choix de consacrer entièrement un journal aux sciences de la manière suivante :

  • 100 « Introducción de los Traductores », DND, 1792, p. III-IV : « Nunca ha faltado en España sujetos qu (...)

L’Espagne n’a jamais manqué de personnes qui les ont regardées [les Sciences naturelles] avec grande estime et amour ; mais pour notre malheur, les moyens de nous instruire en la matière nous ont manqué jusqu’à ce qu’un Souverain et un Gouvernement plus éclairés aient développé et protégé l’enseignement des Sciences physiques, qu’une ridicule philosophie extravagante avait banni de presque toutes nos écoles.
À peine a-t-on proposé aux Espagnols l’étude de ces Sciences très utiles, qu’ils ont demontré qu’ils avaient autant de goût et autant de talent pour elles que les nations étrangères ; et bien que nous ne puissions pas nier que nous sommes encore loin d’égaler la perfection d’autres Nations, où l’étude de la Nature a commencé à fleurir bien avant, nous pourrons rapidement les rattraper si bien sûr nous nous impliquons dans ses progrès et ses découvertes100.

89Avec ces propos, Garriga dénonçait de façon évidente le retard de l’Espagne dans les domaines scientifiques et le manque de moyens pour diffuser leur progès à travers la Péninsule. Il entendait, avec son journal, remédier à ce problème notamment dans le domaine de la médecine. Néanmoins, ne voulant pas mener à bien cette entreprise seul, il tenta de mobiliser la population et tout particulièrement les auteurs et les médecins :

  • 101 Ibid., p. XVIII : « Esta preocupación popular que fomentan por su interés algunos Médicos ignorante (...)

Ce préjugé populaire que quelques Médecins ignorants encouragent dans leur intérêt, et met de nombreuses fois dans le plus grand embarras ceux qui ne le sont pas pour asseoir leur réputation, nous nous sommes crus obligés de le combattre pour le bien de la Nation, pour l’honneur de la Médecine, et pour devancer les sinistres informations que les prétendus Médecins patriotes ne manqueront pas de répandre contre ce Journal consacré à éclairer la Médecine avec les découvertes physiques réalisées dans toutes les Nations. Bien que, par ailleurs, nous soyons sûrs qu’il trouvera le meilleur accueil auprès de ceux qui étudient les Sciences Naturelles, et particulièrement parmi les Médecins savants d’Espagne qui sont nombreux et nous espérons que, les uns et les autres auront la bonté de nous communiquer les découvertes et les importantes observations qu’ils feront dans leurs domaines respectifs ; et que nous les insérerons avec très grand plaisir dans ce journal, pour, d’une part, augmenter son utilité, et, d’autre part, pour démontrer aux étrangers que les Sciences physiques ne sont pas, en Espagne, aussi en retard qu’ils croient, car une grande partie de nos travaux littéraires reste plongée dans l’oubli ne bénéficiant pas de la même opportunité que les autres nations pour être publiés101.

  • 102 « Advertencia », DND, n° I, 1792, p. CLX : « Las Adiciones, Artículos & c. puestos por los Traducto (...)

90Garriga voulait surtout démontrer à l’Europe que l’Espagne possédait, elle aussi, des scientifiques de renom en les mettant à contribution. Aussi, dans le numéro I, publia-t-il un Avertissement dans lequel il mentionna la manière dont il allait annoncer les ouvrages des auteurs qui participaient à son entreprise : « Les Additions, Articles & c. faits par les Traducteurs, porteront au début deux astérisques ou étoiles, et deux autres à la fin, et de plus le nom de l’Auteur qui les aurait remis, s’il veut être connu102 ».

91Dans ce cas précis, les annonces de livres correspondaient à des « articles-annonces » rédigés soit par les traducteurs, soit par l’expéditeur. Mais, malgré tous ses efforts pour mettre en valeur les travaux de ses concitoyens, le rédacteur se heurta à leur manque d’enthousiasme et dut réitérer à la fin des cinq premiers numéros contenus dans le premier tome son appel à collaboration :

  • 103 DND, n° I ; II ; III ; IV ; V, 1792, 1 p. non numérotée : « Aunque anteriormente hemos manifestado (...)

Bien qu’antérieurement nous ayons manifesté le désir d’insérer dans cette œuvre les observations, découvertes, mémoires & c. que les Professeurs du Royaume nous avaient remis, et qui méritaient d’être publiés, nous les supplions malgré tout une nouvelle fois de contribuer eux aussi à la formation de ce Périodique, et de nous remettre leurs nouvelles observations, découvertes & c. en nous les adressant, franco de port : Aux Auteurs du Diario de los nuevos descubrimientos & c., librairie de Sancha : Madrid103.

92Cette demande avait par ailleurs été clairement exprimée dans le Mercurio de España qui annonça la souscription au journal en décembre 1792 :

  • 104 « Diario de los nuevos descubrimientos de todas las ciencias físicas, que tienen alguna relación co (...)

Ceux qui voudraient envoyer leurs observations et découvertes pour que l’information soit donnée dans ce Journal, les exposeront avec la plus grande concision possible, et les enverront franco de port : Aux Auteurs du Diario de los nuevos descubrimientos & c. à la librairie de Sancha104.

93Mais, face au peu d’enthousiasme de la part des premiers intéressés, Garriga puis Sancha durent se résoudre à rédiger eux-mêmes les annonces de librairie proposées dans leur mensuel.

Les Anales de Ciencias naturales

  • 105 ACN, n° 8 février 1801, p. 206.

94Aucune section fixe ne fut réservée aux annonces de livres dans ce périodique. Elles étaient simplement disséminées dans les diverses rubriques qui le composaient. Seul le titre de l’œuvre, en italique et précédé de la mention Anuncio de la obra titulada (« Annonce de l’œuvre intitulée »), permettait de les repérer. De fait, dans les Anales de Ciencias naturales, les rédacteurs annoncèrent des ouvrages qui, selon eux, méritaient d’être connus du public et étaient dignes de figurer dans les bibliothèques105 comme en témoignent les commentaires insérés à la fin de l’annonce consacrée à l’ouvrage Plantarum rariorum Hungariae decades :

  • 106 « Anuncio de la obra titulada : Plantarum rariorum Hungariae decades », Ibid., n° 8 février 1801, p (...)

Ce compte rendu met en avant l’utilité de l’œuvre que nous annonçons, qui est digne d’occuper un lieu distingué dans les bibliothèques publiques, et est nécessaire à ceux qui travaillent sur cette branche de l’Histoire naturelle. Les observations livrées par son auteur, et le fait d’avoir réalisé les dessins des plantes vivantes, faits par les meilleurs artistes de Vienne attestent son mérite106.

  • 107 « Tabla de la nomenclatura moderna de Química para el uso del Laboratorio de la Universidad de Paví (...)

95Les rédacteurs choisissaient les ouvrages qu’ils proposaient aux lecteurs et rédigeaient les comptes rendus. Or, dans le numéro 13 daté du mois de juin 1802 l’œuvre, Tabla de la nomenclatura moderna de la Química para el uso del Laboratorio de la Universidad de Pavía en en el año IX, por el Sr. L. Brugnatelli, traducida por D. Alexandro Vicente Ezpeleta, y D. Juan Modesto Peringuer107, fut mentionnée avec son seul titre et commentée par l’auteur italien d’où la mention Advertencia del autor insérée au début du résumé. Cependant, une note de bas de page indiquait :

  • 108 Ibidem, p. 38 : « Habiéndonos dado el Sr. D. Antonio Cavanilles un ejemplar de la obra italiana del (...)

Monsieur D. Antonio Cavanilles nous ayant remis un exemplaire de l’œuvre italienne de Monsieur Brugnatelli, nous avons pensé que sa traduction serait utile aux amoureux de la Chimie pour comprendre les œuvres et les découvertes des chimistes italiens qui ont déjà adopté la nomenclature de l’auteur cité, et celles d’autres qui, par la suite, pourront l’adopter108.

96Les publicistes, afin de ne pas donner à lire des œuvres inutiles, avaient donc lu l’ouvrage et en avaient proposé la traduction. En conséquence, les livres annoncés émanaient de la seule volonté des scientifiques à partir, parfois, d’envois des lecteurs du journal.

La presse pour enfants

  • 109 DM, n° 173 du vendredi 22 de juin 1798, p. 696 : « Además de esto al fin de cada número se dará not (...)

97La Gaceta de los niños consacrait sa dernière rubrique, les Noticias, aux nouveautés bibliographiques. Le titre des ouvrages figurait en italique et chacun d’entre eux était séparé par un alinéa. Comme le spécifia la publicité du Diario de Madrid pour la souscription à la première année du journal, il s’agissait de faire « état des œuvres ayant trait à l’éducation, publiées aussi bien à l’étranger, que dans le Royaume, avec la mention de leur prix et du lieu où elles sont vendues, pour que chacun puisse se les procurer avec plus de facilité109 ».

98Les frères Canga Argüelles, qui voulaient parfaire l’éducation des enfants par l’entremise de leur journal, sollicitèrent, comme bon nombre de leurs confrères, la participation du public :

  • 110 « Prospecto de la Gaceta de los Niños », GN, n° 1, Année 1, p. 16-17 : « Después de haber dado esta (...)

Après avoir donné une idée du fonctionnement de notre Périodique, il nous reste seulement à prier les artistes instruits, et les savants qui se sont consacrés à l’étude des Arts, qu’ils veuillent bien, s’ils ont quelque intérêt pour le bien de l’humanité, nous communiquer leurs lumières et les progrès réalisés dans ces domaines, qui sont les seuls à exiger les travaux les plus constants d’un ensemble d’hommes savants qui se consacrent à cet objectif : il est certain que leur nom vivra éternellement dans tous les cœurs sensibles et amoureux de l’enfance110.

99Les érudits étaient donc appelés à participer à l’éducation du jeune public et les auteurs furent loin d’être mis à l’écart puisque les rédacteurs expliquèrent dans une note en bas de page la marche à suivre pour que leurs ouvrages fussent annoncés dans le périodique :

  • 111 Ibid., p. 17 : « Se advierte a los que gusten remitirnos sus obras : que si son de Madrid, se sirva (...)

Nous signalons à ceux qui désirent nous envoyer leurs œuvres que, s’ils sont de Madrid, ils veuillent bien les remettre à la Librairie de Sancha, rue del Lobo : et s’ils n’y résident pas, qu’ils le fassent par courrier, frais de port payés : les uns comme les autres en indiquant sur l’enveloppe : Aux Rédacteurs de la Gaceta de los Niños. Madrid111.

100Bien que s’adressant à un jeune public, les rédacteurs de la Gaceta de los niños n’omirent pas de faire état des dernières nouveautés bibliographiques. Cependant, ces œuvres en rapport avec l’éducation ne s’adressaient pas forcément aux premiers destinataires du journal mais à leurs parents ou aux enseignants.

La presse annuelle

101Les trois périodiques annuels possédaient, comme nous l’avons déjà signalé, nombre de caractéristiques communes. Aussi, les annonces de livres publiées dans la Biblioteca periódica anual para utilidad de los libreros y literatos, les Noticias varias y curiosas de Madrid et dans l’Almanaque literario furent-elles présentées de manière identique, sous forme de listes alphabétiques. Les œuvres citées pouvaient également être classées par catégories et par conséquent contenues dans différentes sections. La Biblioteca periódica anual annonça séparément les œuvres littéraires et les comédies en 1791 alors qu’Antonio Marqués y Espejo le fit dès le premier numéro de l’Almanaque literario. Les Noticias varias y curiosas de Madrid, quant à elles, ne firent aucune différence entre les divers types d’ouvrages annoncés. Malgré des points communs, les motivations qui poussèrent leurs rédacteurs à se faire l’écho de la République des Lettres furent bien différentes. La Biblioteca periódica anual devait servir les auteurs pour que leurs œuvres ne tombent pas dans l’oubli. Aussi, Ezquerra et Trullenc justifièrent-ils sa création de la manière suivante :

  • 112 « Advertencia », BPA, p. 4 : « Los libros que se imprimen entre año por lo regular se publican en l (...)

Les livres imprimés dans le courant de l’année sont généralement annoncés dans les Gazettes, les Mercures, et par le biais des affiches publiques, qui sont collées au coin des rues ; mais leurs titres, les noms des Auteurs ou des Traducteurs s’oublient facilement, de même que d’autres circonstances qui les rendent appréciables112.

102Désireux de rendre service en premier lieu aux auteurs, les publicistes n’oublièrent pas pour autant les libraires. En effet, la Biblioteca periódica anual avait pour vocation de renseigner ces derniers sur les ouvrages anciens tout en leur offrant la possibilité de faire état de ceux qu’ils possédaient en magasin. De plus, Ezquerra et Trullenc ayant constaté que l’Espagne ne possédait pas de catalogues d’œuvres imprimées, ils entendaient y remédier et ainsi venir en aide aux commerçants de livres :

  • 113 Ibidem : « La experiencia nos ha hecho conocer la falta que hacen en España los Índices de las obra (...)

L’expérience nous a fait voir combien les Index des œuvres qui sont publiées font défaut en Espagne. Pour cette raison tous les Libraires (à l’exception de quelques-uns) manquent non seulement d’informations sur les Auteurs et les Éditions du Siècle passé et ont du mal à savoir ce qu’ils ont en vente dans leur magasin113.

103Pour mener à bien cette entreprise, Ezquerra et Trullenc, dans un échange de bons procédés, comptaient sur l’aide des libraires. Ces derniers devaient non seulement les aider à étoffer la Biblioteca periódica anual mais aussi, en leur remettant un exemplaire des ouvrages, leur permettre d’en rédiger un compte rendu qu’ils publieraient dans le Memorial literario. Or les publicistes, malgré leurs efforts, se heurtèrent au manque d’enthousiasme des premiers destinataires de la Biblitoteca :

  • 114 BPA, 1784, p. 97 : « No extrañará el público que los libros que al fin de cada una de las materias (...)

Le public ne sera pas étonné de trouver des livres avec ce signe * à la fin de chacune des sections de cette Bibliothèque car nous ne les avons pas résumés dans les numéros du Memorial, nous rendant compte qu’ils n’existent pas dans la Bibliothèque Royale de S. M. ; deux d’entre eux ne sont pas vendus dans cette Ville [Madrid], et pour les autres, les Libraires qui en ont la commission ne nous les ont pas remis pour que nous puissions les analyser. En conséquence, nous ne pouvons pas faire moins que de manifester notre gratitude à tous les autres Libraires de cette Ville qui, avec générosité et souhaitant contribuer au bien du public, nous ont remis les Livres avec la plus grande satisfaction114.

104Ángel Valero y Chicarro, avec les Noticias varias y curiosas de Madrid, n’avait pas opté au départ pour une rubrique consacrée aux livres. Ce ne fut qu’avec la parution du numéro 3 correspondant à l’année 1793 qu’elle trouva sa place. La création de cette section s’était d’ailleurs faite au détriment d’autres jugées inutiles pour les lecteurs, ce qu’il n’omit pas de préciser dans la Gaceta de Madrid en février 1793 :

  • 115 GM, n° 16 du vendredi 22 février 1793, p. 136 : « […] se omiten este año algunos artículos que por (...)

Cette année ont été omises quelques rubriques qui pour l’instant ont été jugées moins utiles que d’autres qui ont été ajoutées. L’une d’elles est celle des livres publiés dans les Gazettes de l’an passé, en 1792, rubrique qui sera poursuivie à l’avenir et constituera un Index fort utile pour les hommes de Lettres et les libraires115.

  • 116 DM, n° 86 du vendredi 27 mars 1795, p. 359 : « […] contiene […] un catálogo de los libros y papeles (...)

105Le publiciste, qui ne voulut prendre aucun risque, se contenta de lister les nouveautés bibliographiques publiées l’année précédente dans la Gaceta de Madrid, ce qu’il précisait également dans le titre de la section consacrée à ces publicités : Catálogo de los libros y papeles publicados en las Gacetas del año de 1793 con expresión de las librerías donde se venden en esta Corte. Como varios libros y papeles se publican todos los años, se omiten en este los que se han incluido en los catálogos de los años antecedentes. Le Diario de Madrid en fit autant quelques années plus tard en décrivant le contenu du journal116. L’Almanaque literario, qui avait les mêmes modalités de publication, ne fit, quant à lui, aucune référence à ses sources.

Les Zumbas del famoso Juan de Espera en Dios

106Santos Capuano n’accorda qu’une place restreinte à la librairie. Une seule page à la fin du tome IV correspondant aux Zumbas, Rezumbas, Tartara-zumbas o por mejor decir Archizumbas. Ces publicités furent également des plus succinctes puisque seuls les titres des œuvres et les formats, sans autre commentaire, étaient mentionnés. Les lieux de vente, communs à l’ensemble des ouvrages, furent, quant à eux, indiqués dans la première annonce de librairie.

*

107Chaque publiciste qui voulut se faire l’écho des nouveautés imprimées dut s’adapter, avec plus ou moins de succès, aux désirs de ses lecteurs et aux spécificités de son périodique. Cependant, la publication des annonces de librairie dans les journaux relevaient d’une incontestable politique éditoriale propre à chacun d’entre eux. Aussi, la Gaceta de Madrid, le Diario de Madrid, le Correo mercantil se mirent au service de la communauté éditoriale et tout particulièrement des commerçants de livres. Les objectifs du Correo de Madrid et d’El Regañón general furent de susciter le goût des Lettres et de la lecture alors que les Efemérides de España, la Minerva et La Espigadera préférèrent se faire l’écho de la production littéraire de l’Europe. D’autres, conscients du retard de leur nation dans les domaines scientifiques et techniques, s’attachèrent à favoriser leur essor en présentant des ouvrages spécifiques (le Semanario de Agricultura y Artes, le Diario de los nuevos descubrimientos et les Anales de ciencias, literatura y artes). Pour la Gaceta de los niños ou la Miscelánea instructiva, curiosa y agradable, l’aspect éducatif l’emportait sur toute autre considération. Quant au Memorial literario et à l’Espíritu de los mejores Diarios, ils donnèrent une idée du contenu des œuvres littéraires en présentant des comptes rendus critiques. Les périodiques annuels se mirent aussi bien au service des professionnels du livre que des lecteurs en faisant état des nouveautés bibliographiques survenues durant l’année ou lors de la précédente. Dans le cas du Mercurio de España, les annonces de librairie, publiées au départ pour satisfaire la curiosité littéraire du public, servirent par la suite à écouler les livres invendus de l’Imprimerie Royale. Dans le cadre des Zumbas del famoso Juan de Espera en Dios, elles n’eurent d’autre spécificité que de faire valoir les écrits du rédacteur du journal. Enfin, la Miscelánea instructiva, curiosa y agradable ne présenta que des imprimés jugés dignes d’intérêt par les publicistes. Mais, quelles que fussent les motivations qui poussèrent les journalistes à rendre compte des ouvrages publiés (que l’information leur fût envoyée par les lecteurs qu’ils sollicitèrent ou non, par les commerçants de livres ou à leur initiative), tous poursuivaient des objectifs communs : ériger leur journal en vitrine de la République des Lettres pour dévoiler la production culturelle de l’Espagne, démontrer à l’ensemble de l’Europe que leur nation possédait de nombreux auteurs de qualité et contribuer à l’instruction du public. Somme toute, si jusqu’en 1805 la publication des annonces de librairie n’était soumise à aucune règlementation, à partir de cette date leur parution fut législativement encadrée. En effet, avec la création du Juzgado privativo de Imprentas y Librerías indépendant du Conseil de Castille pour la censure des livres le 11 avril 1805 suivi du Reglamento le 3 mai, Charles IV fit pour la première fois mention des annonces de livres dans les lois ayant trait à la librairie et à l’imprimerie. Il interdit toute publicité de livres sans que ces derniers eussent obtenu la licence du nouveau surintendant de la librairie comme en témoigne le point 24 du Règlement :

  • 117 Nov. Recop., Lib. VIII., Tít. XVI., L. XLI., p. 148 : « No podrá ponerse en venta ninguna obra, ni (...)

Aucune œuvre ne pourra être mise en vente, ni être annoncée dans les papiers publics ni par affiches, jusqu’à l’obtention de la licence par ce Tribunal, et sans avoir remis à ma Bibliothèque Royale l’exemplaire relié en basane qui est demandé, et, en plus, six autres exemplaires pour la Bibliothèque de l’Escorial, des Reales Estudios, de la Clínica, pour la Vicairie, le Surintendant de la librairie, et son Censeur (lois 36 à 39), sous peine d’une amende de cinquante ducats117.

108Les auteurs durent se conformer à cette règle, condition sine qua non, pour que leurs œuvres fissent l’objet d’une publicité dans la presse, ce qui permit par ailleurs aux autorités de renforcer la censure déjà existante. Si cette loi fut commune à l’ensemble des périodiques qui publiaient des annonces de librairie, il n’en resta pas moins que par la suite leur apparition dans les différents journaux restait à l’appréciation des publicistes. Malgré les sept exemplaires de l’œuvre à remettre aux différents organismes de la Couronne, les annonces étaient une aubaine pour les commerçants qui bénéficiaient, grâce à la presse, d’une tribune entièrement gratuite pour attirer d’éventuels acheteurs de livres dans leur magasin. Mais alors que les annonces de librairie étaient un service offert à l’ensemble de la communauté éditoriale, certains de ses membres furent mécontents de voir que les journalistes, en publiant leurs publicités, en changeaient le contenu pour n’en faire que de simples dépêches qui n’apportaient au public aucune information sur le contenu de l’ouvrage. Ce fut en ces termes qu’un auteur, D. I. de O., décrivit la publicité qui fut faite de son ouvrage par le rédacteur du Diario de Madrid dans une lettre intitulée Difficultés d’annoncer en annonçant un livre qu’il envoya au quotidien :

  • 118 « Dificultades de anunciar anunciando un libro », DM, n° 184 du mardi 3 juillet 1798, p. 739- 740 : (...)

L’annonce au public d’un livre vous semble-t-elle être une bagatelle, surtout s’il s’agit d’un livre traduit, repris ou imité ; surtout par ces temps où s’est tellement développé l’art d’annoncer […] ? […]. Ce qui est sûr Monsieur le Journaliste, c’est que vous avez dû en voir de toutes les couleurs et si vous n’aviez pas choisi de mentir à tout bout de champ pour faire passer des vessies pour des lanternes, vous ne pourriez pas remplir douze lignes de papier imprimé avec votre annonce. Qu’est-ce que douze lignes ?… .. Écoutez en quels termes vous pourriez les concevoir.
Littérature. Je commence ainsi, parce que littérature se dit à propos des compositions de Francisco Esteban, et des poésies du Prêtre Jean et de Galaynos et de mille autres choses de cette espèce… . mais venons-en à l’annonce : vous diriez donc :
La famille bienfaisante ou aventures de Blanzé racontées par lui-même : imitation de celles qu’écrivit en français M. Gosjy ; imprimées sur papier fin et agrémentées de trois délicates gravures, de diverses pièces de musique et d’une vignette à la fin. Elles sont divisées en deux parties pour ceux qui voudront en faire deux tomes, comme elles seront vendues, et réunies en un seul volume en papier moyen au format in-16, assez volumineux, relié et broché, chez Sancha, calle del Lobo.
Qu’en pensez-vous Monsieur le Journaliste ? Ne serait-ce pas la chose la plus insipide du monde que de sortir une telle bêtise, sans même mettre une douzaine de citations (même fausses) d’auteurs qui ont fait l’éloge de l’œuvre, sans en faire une analyse pompeuse, en faisant ressortir l’importance du sujet, la nouveauté du thème, l’originalité de la fable, la variété des péripéties, le brio et le naturel avec lesquels est présenté le caractère de chaque interlocuteur, l’unité de l’action & c. & c. […].
[…] Faites-moi la faveur de mettre dans votre journal l’annonce de mon modeste ouvrage telle que je l’ai exposée, sans dépasser d’un iota les limites que j’ai fixées, et je vous en serai très reconnaissant118.

  • 119 Corresponsal del Censor (El), Madrid, Imprenta Real, 1786-1788, 51 n°.

109Sous couvert de l’ironie, l’écrivain s’érigeait contre les journalistes qui, dans les annonces de livres, ne vantaient pas les mérites des œuvres ou, du moins, les présentaient de manière simpliste sans donner une idée de leur contenu. Effectivement, les lecteurs étant les premiers destinataires de ces réclames, il fallait qu’elles fussent attractives pour séduire un public qui fût le plus large possible. Aussi, D. I. de O. s’insurgeait-il contre cette pratique qui visait à ne donner au public que les informations nécessaires à l’achat de l’ouvrage en librairie. Avait-il oublié que le but premier du Diario de Madrid était de présenter des annonces commerciales et en aucun cas (à la différence du Memorial literario) des comptes rendus approfondis des livres ? Plus encore, dans sa lettre il dénonçait un travers de nombre de publicistes qui consistait à valoriser des ouvrages encensés à tort par la critique. Or, tout bon rédacteur se devait de faire une critique impartiale des livres présentés afin de ne pas tromper le public sur leurs qualités et leurs défauts car, pour reprendre la citation qui ouvrait le numéro L d’El Corresponsal del Censor119 :

  • 120 Ibid., Carta L, 1788, p. 835 : « Un Diarista es despreciable cuando engaña a sus lectores, ocultand (...)

Un journaliste est méprisable lorsqu’il trompe ses lecteurs en leur cachant les défauts d’un livre qu’ils achètent d’après son témoignage120.

Notes

1 Montesquieu, Lettres Persanes, Lettre LXXVIII, Préface, commentaires et notes de Georges Gusdorf, ed., Livre de poche, Paris, 1984, p. 155 : « Vous pourrez trouver de l’esprit et du bon sens chez les Espagnols ; mais n’en cherchez point dans leurs livres. Voyez une de leurs bibliothèques : les romans, d’un côté, et les scolastiques de l’autre. Vous diriez que les parties en ont été faites, et le tout rassemblé, par quelque ennemi secret de la raison humaine. Le seul de leurs livres qui soit bon est celui qui a fait voir le ridicule des autres. »

2 Paul-Jacques Guinard, La Presse espagnole de 1737 à 1791, op. cit., p. 115 ; Inmaculada Urzainqui, « Un nuevo instrumento cultural : la prensa periódica », in Joaquín Álvarez Barrientos, François Lopez, Inmaculada Urzainqui, La República de las letras en la España del siglo xviii, Madrid, CSIC, 1995, p. 135. Également cité dans Elisabel Larriba, « Une presse faite pour et par le public dans l’Espagne des Lumières », El Argonauta español 3, 2006, p. 7.

3 Sur l’affaire Masson de Morvilliers et ses conséquences voir : François Lopez, Juan Pablo Forner et la crise de conscience espagnole au XVIIIe siècle, Bordeaux, Institut d’Etudes Ibériques et Ibéro-américaines de l’Université de Bordeaux, 1976, p. 347-436.

4 « Espagne », Encyclopédie méthodique, t. 1, Paris, Panckoucke, 1782, p. 565.

5 Juan Pablo Forner, Oración apologética por la España y su mérito Literario : para que sirva de exornación al discurso leído por el Abate Denina en la Academia de Ciencias de Berlín, respondiendo a la cuestión ¿ Qué se debe a España ?, Madrid, Imprenta Real, 1786.

6 Voir au sujet de la rédaction de l’Oración apologética por la España y su merito Literario, François Lopez, « Juan Pablo Forner y la construcción de la Historia de España », in Juan Pablo Forner, Discurso sobre el modo de escribir y mejorar la historia de España, Pamplona, Urgoiti Editores, 2010, p. XXIV-XXVII.

7 Francisco Aguilar Piñal, Introducción al siglo xviii, op. cit., p. 130 : « El commercio del libro era terreno abandonado […]. »

8 Nigel Glendinning, Historia de la literatura española. El siglo xviii, t. IV, p. 34.

9 François Lopez, « Las obras extranjeras anunciadas en la Gaceta de Madrid », art. cit., p. 303.

10 « Advertencia », BPA, 1785, p. 4.

11 Elisabel Larriba, « Une presse faite pour et par le public dans l’Espagne des Lumières », art. cit., p. 3.

12 ME, février 1738, Madrid, Imprenta de Manuel Fernández, p. 5 : « En el supuesto de que los presentes Mercurios se esparcirán por toda España, para promover la curiosidad literata, se me ha pedido haga en ellos mención de los libros que han salido, y en adelante salieren en el mes que corresponden. »

13 « Prospecto de la obra periódica intitulada : Memorial Literario, instructivo y curioso de la Corte de Madrid. Aprobado por el Real y Supremo Consejo de Castilla », ME, mars 1784, p. 286 : « Los libros y papeles que se imprimen, debieran interesar un ramo muy principal de la utilidad del público : éstos se han hecho para la instrucción del género humano […]. […] podemos contribuir para el provecho o desengaño del público, con dar una idea o índice de su argumento, su división, y el coste de ellos, para que por él vea si le acomoda el asunto de que trata, y el precio a que se vende ; y no compre una cosa creyendo comprar otra […]. »

14 « Introducción al año », ML, n° XXXVII janvier 1787, p. 4-5 : « Ninguna cosa da a conocer más de cerca el gusto de la literatura en una Nación que los libros que se publican ; y aunque no todos los Escritores llegan a distinguirse en la República literaria, porque no animan a todos unas mismas ideas, o no se dedican a empresas grandes, cuando no hay proporción para ello, no obstante el conocimiento y noticia de lo que se escribe, por medio de los papeles periódicos que dan razón de ellos, aumenta el comercio literario y estimula a la aplicación : y ésta fue la idea que nos propusimos en dar argumento de los libros que saliesen a la luz, dejando aparte otras ventajas de utilidad e interés que respectan a los compradores. » Également cité dans Elisabel Larriba, « Une presse faite pour et par le public dans l’Espagne des Lumières », art. cit., p. 7. Mérite également signalé par Paul-Jacques Guinard, La Presse espagnole de 1737 à 1791, op. cit., p. 9.

15 « Crítica », Semanario de Salamanca, n° 271 du samedi 12 décembre 1795, p. 257 : « Para formar el gusto de los Lectores ninguna cosa hay más útil, y acaso más necesaria, que una juiciosa crítica. La hemos hecho ya de algunos libros en nuestro Periódico, y la haremos de otros en adelante. Hemos dicho y repetimos ahora, que no queremos que valga nuestro juicio más de lo que pesan nuestras razones, y quisiéramos que los Lectores de nuestro papel se acercarán a leer las obras, que censuramos, y aun que los hicieran ver nuestras equivocaciones. »

16 François Lopez, « El libro y su mundo », art. cit., p. 118 : « Esta práctica publicitaria, que tímidamente apareció a fines del siglo xvii, en 1697, fue haciéndose más frecuente en los primeros decenios del siguiente, a partir ya de 1719, llegando a ser muy abundantes y detallados dichos anuncios con la Ilustración. ». Également cité dans María José Alonso Seoane, Narrativa de ficción y público en España, op. cit., p. 7.

17 Joan Cavaillon Giomi, « Les libraires et la diffusion de la presse à Madrid à la fin du xviiie siècle », art. cit.

18 Liliane Pérez, Marie Thébaud-Sorgier, « Les techniques dans la presse d’annonces au xviiie siècle en France et en Angleterre. Réseaux d’information et logiques participatives », in Patrice Bret, Konstantinos Chatzis, Liliane Pérez, dirs., La Presse et les périodiques techniques en Europe 1750-1950, Paris, L’Harmattan, 2008, p. 12.

19 Ibid., p. 31.

20 François Lopez, « Las obras extranjeras anunciadas en la Gaceta de Madrid », art. cit., p. 305.

21 GM, n° 2 du mardi 12 janvier 1762, Madrid, Imprenta de la Gaceta, p. 16 : « [...], así como los Autores de Obras Literarias, e Impresores la de no contribuir con un ejemplar, como hasta (sic), para que le publiquen, pues se ejecutará gratis. »

22 AHN, Consejos, Leg. 11 280, exp. 52 : La première annonce de librairie concernait la publication des Sermones del SS. Sacramentado del Altar que en la solemne Octava le consagra todos los años la devoción de la Rl. Casa de Señoras [-] del Hábito de S. Juan de Jerusalén y le añaden otro cinco Sermones sobre el mismo asunto. Predicado por el R. P. F. Manual de la [-] de la Regular Observancia. Se hallará en las Librerías de esta Corte. Et la seconde : Nueva impresión : Via Crucis añadido las indulgencias que con certeza están concedidas y otros favores singulares que ofrece Cristo nuestro señor a las almas que le meditan=Laberinto de casado diario pasado y presente de gastos para mantener una casa en Madrid, vengan o no los años laborables o adversos, porque lo mismo de ahora se oye en todo tiempo. Se hallarán en las librerías de Pacheco, calle de los Tudescos : y de Correa frente a las Gradas de Sn. Felipe el Real=sus precios 2 rs cada uno.
Pacheco. Les mots que nous n’avons pas pu déchiffrer apparaissent sous la forme suivante [-].

23 AHN, Consejos, Leg 5 560 (II), exp. 105 : « […] cada Autor o editor forma el anuncio que en ella [la Gaceta de Madrid] se anuncia […]. »

24 AHN, Consejos, Leg. 11 280, exp. 52. Nous avons reproduit cette annonce telle qu’elle apparaît dans le dossier de l’Archivo Histórico Nacional.

25 GM, n° 44 du mardi 3 juin 1794, p. 656.

26 Ici le relecteur proposa de remplacer ces termes par « muy útiles ».

27 AHN, Consejos, Leg. 11 280, exp. 52.

28 GM, n° 53 du mardi 2 juillet 1793, p. 628.

29 GM, n° 9 du mardi 27 février 1770, p. 76 : « Explicación breve y útil de las piezas que componen el Fusil, carabina y Pistola, con la de los nombres castellanos de cada una en particular ; de los modos de desarmar, armar y limpiar estas armas, para ultilidad de las Reclutas y Milicianos. Demúestranse al fin en una estampa las piezas de la Llave, figuradas separadamente para su más fácil inteligencia, y en otra el subidor de muelles y martillo : su Autor Francisco Nadal y Mota, Armero del Real Cuerpo de Guardias de Corps : su precio 4 rs., y puede ir en carta ; se hallará en la Librería de Castillo, frente a S. Felipe »

30 Nigel Glendinning, Historia de la literatura española. El siglo xviii, t. IV, Apéndice D, op. cit., p. 202.

31 AHN, Consejos, Leg. 11 280, exp. 6 : « Gran reforma necesitan los anuncios de libros. Los elogios con que se acompañan sus títulos, parecen cosa de fórmula : nadie los cree ya, y resulta que cuando se dan a alguna obra que verdaderamente los merece, desconfían los lectores : de forma que este abuso produce tal vez un efecto contrario al que se proponen sus autores. También debía limitarse a franqueza que se usa de repetir varias veces el anuncio de una misma obra. En orden a este punto está prevenido que de uno a otro anuncio pase un año, y así se hace ; pero en realidad no habían de anunciarse sino libros nuevos, o nuevas ediciones ; y en tal caso el medio más fácil para no exponerse a los engaños y molestias de autores y libreros, sería mandar que de la Secretaría de Cámara se pasase semanalmente al Redactor una lista de las obras nuevas o reimpresas que se entregan allí antes de ponerse de venta. Entonces no habría repetición ni elogios ; y cuando se quisiese particularizar al libro que fuese acreedor a semejante distinción, podría darse una razón de él en capitulo de Madrid, a modo de lo que suele ejecutarse con las obras extranjeras en el cuerpo de la Gaceta. Sin embargo de los abusos que acabo de exponerse sobre este particular, debe entrar en consideración que como faltan buenos papeles literarios nacionales que den razón de los escritos, carecen los autores de proporción de darlos a conocer, y se valen de ésta ; y también que hay personas que gustan con preferencia de leer los libros. Además la reforma indicada no convendría hacérsela hasta haber seguridad de que nunca faltarían materiales para completar las 8 páginas de la Gaceta, para lo cual sirven ahora muchos estos avisos. Lo que sí puede hacerse desde luego es suprimir los anuncios de planos, vistas y otras láminas, como las más de las recientemente publicadas de Oran, Ceuta, plaza mayor & c., hechas sin arte, sin principios ni conocimiento ; lo cual es un descredito para la Gaceta, un engaño para los compradores, y cuya venta corresponde a los ciegos. La Gaceta, considerada como obra del Ministerio y no de un autor particular, debe aunque su formación mude de mano conservar siempre un mismo estilo, un mismo método y la posible uniformidad en todo. »

32 AHN, Consejos, Leg. 11 287, exp. 37.

33 Juan Pérez de Guzmán y Gallo, Bosquejo histórico-documental de la Gaceta de Madrid, op. cit., p. 117-119. Également cité dans Inmaculada Urzainqui, « La prensa en la época de Carlos IV : continuidades y cambios », art. cit., p. 98.

34 ME, n° 31 du vendredi 18 avril 1800, p. 315 : « Para hacer más instructivo y más agradable este periódico se le dará otra forma en lo sucesivo, empezando desde el de Enero [de 1800] que va a publicarse. A más del estado político de las naciones en cada mes, comprehenderá las noticias literarias, los descubrimientos que de nuevo se hicieren en las ciencias, en las artes y en las letras ; las obras que se publicaren fuera de España, con las (sic) análisis y extractos de ellas, como también la noticia y el examen crítico de aquellas obras que se publicaren en nuestra Península que merecieren alguna atención. »

35 María Dolores Saíz, « La publicidad gratuita en el Diario Notocioso de Nipho », art. cit.

36 « Plan del Diario », Diario noticioso curioso, erudito, económico y comercial público y económico, n° I-II, Madrid, Imprenta del Diario, 1758 : « Los sujetos que tuviesen algo que hacer saber al público, les bastará enviar o llevar por sí las esquelas o cédulas a cualquiera de las cuatro librerías que van señaladas al fin, advirtiendo que se han de llevar cerradas con oblea y con sobre escrito al Diarista, porque no siendo así no se pondrán las noticias en el Diario, aunque sean sujeto de la más alta categoría. »

37 « Nota », Diario curioso erudito, económico y comercial, Madrid, Imprenta de Manuel González, 1786, p. 27 : « Ni menos se repite en este índice la nota de los muchos libros y papeles impresos que se expresan en esta obra diariamente, porque lo haría muy extenso, y se reproducen en la Gaceta, en el Memorial Literario, y en la Biblioteca Española que ha empezado a imprimirse todos los años desde el pasado de 85. »

38 « Prospecto », Diario curioso erudito, económico y comercial, p. 5 : « Por último, nos interesa en estos Artículos la noticia de las Librerías nuevamente abiertas o conducidas a la Corte o fuera de ella, ya se vendan por sus dueños, o ya por los Libreros que las hubieren comprado : en cuyo caso se procurará dar razón circunstanciada de lo que contengan ; y del mismo modo se dará también de las remesas de Librerías extranjeras, singularmente de aquellos libros de facultades y surtido que se hayan acabado y nuevamente vayan viniendo. »

39 Ibid., p. 6-7 : « Para estos fines se advierte que cualquiera Cuerpo, Comunidad, o persona particular a quien interese la publicación de una noticia, sea de la especie que fuere, podrá dirigirla por el correo, franqueando la carta a Don Santiago Thévin, librero en esta Corte, o bien remitirla a su corresponsal, para que la entregue en sus manos o la eche en alguna de las cajas que con los mismos objetos se fijarán en esta Villa de Madrid.
Estas cajas serán seis por ahora, las cuales se empezarán a abrir a las siete de la tarde desde primero de Mayo hasta último de Agosto, y a las cinco en los meses restantes del año : lo que se advierte para que el Público sepa que cualquiera noticia que se quiera dar en el día será preciso se ponga en las cajas antes de estas horas, pues de lo contrario no podrá publicarse hasta el día siguiente. Con esta prevención se recogerán generalmente todas las noticias que se echaren en dichas cajas, para incluirlas en el Diario de día inmediato, si su capacidad diere lugar a todas ; pero sino sólo se reservarán para el siguiente aquellas que por su naturaleza puedan omitirse con el perjuicio de una dilación tan corta. Las seis cajas se fijarán en la Puerta del Sol y Plazuelas de Antón Martín, de la Cevada, de la Villa, de Santo Domingo, y de San Ildefonso. [...]Se tendrá entendido que estas noticias han de ponerse en dichas cajas firmadas de los mismos interesados ; y que expresarán las circunstancias necesarias para comprenderse los fines a que se dirigen libertándolas de toda ambigüedad u obscuridad que las pueda caracterizar de dudosas, falsas o vagas. »

40 « Prospecto del Diario de Cartagena, que se ha publicado le (sic) día primero de Abril de 1804 », DM, n° 99 du jeudi 5 avril 1804, p. 376.

41 Le Semanario de Salamanca édité du 1er octobre 1793 au 30 octobre 1798 semble avoir eu une vie plus longue qu’il n’y paraît. En effet, la description du journal réalisée par la Biblioteca Nacional de España (sous la côte ZR/110 dont la reproduction numérique est accessible) précise qu’il existe des références concernant sa publication jusqu’en 1800. Ce que confirment différentes annonces de librairie parues dans la presse périodique madrilène : « Semanario de Salamanca. Este Periódico se principió en 1 de Octubre : en fin de igual mes de 98 cesó su publicación a causa de la ausencia y ocupaciones de los que velaban en ella. […] ofrecen reproducir su Semanario, dando principio el Sábado 4 de enero de 1800, siempre que a mediados del corriente [mois de décembre 1799] haya el competente número de suscripciones. Se publicarán dos pliegos cada semana, Martes y Sábado, de papel fino y buena letra. », DM, n° 341 du samedi 7 décembre 1799, p. 1842 ; « La Obra Semanario de Salamanca que son 13 tomos en-4° […] se hallarán en la Librería de Barco […] ; y en la misma Librería se suscribe a la continuación a 10 rs. cada mes no admitiendo por menos de tres meses […] », Ibid., n° 13 du lundi 13 janvier 1800, p. 50 ; « Semanario de Salamanca. Este periódico empezó a publicarse en 1 de Octubre de 1793 : a fin de igual mes de 98 se suspendió ; pero los sujetos que velaban en su publicación ofrecieron continuarla cuando lo permitiesen las circunstancias. […] ofrecen reproducir su Semanario dando principio el Sábado 4 de Enero de 1800, siempre que a mediados de este mes [de décembre 1799] haya el competente número de Suscriptores. Se publicarán dos pliegos cada semana martes y sábado, de papel fino y buena letra. », GM, n° 97 du mardi 3 décembre 1799, p. 1042. Par ailleurs, la reprise du journal en 1800 avec la publication de deux tomes allant du 4 janvier 1800 au 21 juin 1800 est confirmée par Pedro Álvarez de Miranda, « René Andioc tenía razón : la Continuación del Semanario de Salamanca », Cuadernos dieciochistas 12, 2011, p. 197-203. Voir également à propos du Semanario de Salamanca, Fernando R. de la Flor, El Semanario erudito y curioso de Salamanca (1793- 1798), Salamanca, Ediciones de la diputación, 1988.

42 « Prospecto de un Diario que se publica en la ciudad de Salamanca desde el día 14 de Octubre », DM, n° 361 du lundi 27 décembre 1802, p. 1453.

43 « Prospecto », Diario curioso erudito, económico y comercial, p. 7 : « Los que publicaren alguna obra podrán también comunicar su título por este medio, si no lo hiciesen por el de los carteles acostumbrados ; acompañándolo si gustaren con una análisis de ella, para que el Público conozca mejor su naturaleza y utilidad. »

44 « Prospecto del nuevo plan del Diario de Madrid », DM, 1808, 1 p. non numérotée : « Haremos también juicio de las obras que se publicaren dentro y fuera de España, y que creyésemos dignas de atención […]. »

45 Les œuvres annoncées dans le ML se trouvaient sous le titre de « Idea o argumento de los Libros y Papeles publicados en las Gacetas de este mes. »

46 « Prospecto de la obra periódica intitulada : Memorial Literario, instructivo y curioso de la Corte de Madrid. Aprobado por el Real y Supremo Consejo de Castilla », ME, mars 1784, p. 286 : « Con la advertencia de que no daremos razón alguna de los que no vengan anunciados en la Gaceta. » Également cité dans Paul-Jacques Guinard, La Presse espagnole de 1737 à 1791, op. cit., p. 17 n. 52.

47 « Advertencia », ML, n° II février 1784, p. 4 : « A los Autores que imprimen y publican sus libros en la Gaceta, suplicamos se sirvan mandar pasar a la Librería de D. Antonio del Castillo, frente las Gradas de San Felipe el Real, un ejemplar de sus obras para hacer el extracto de ellas, asegurándoles, se les devolverán con la mayor brevedad, bien tratadas, y sin detrimento. Si así los hicieren, habrá menos detención en la publicación de este Memorial. »

48 « Introducción al año », ML, 1785, p. 7-8 : il s’agit d’une lettre écrite par José Silva y Osorio d’El Ferrol en date du 30 juillet 1785, cf. Annexe I-1 : Lettre de José Silva y Osorio aux rédacteurs du Memorial literario et « Carta escrita a los Compositores de este Memorial Literario, sobre los defectos que se notan en algunas Obras Poéticas », Ibid., n° XXVII mars 1786, p. 361-362, lettre écrite par P. C. G., cf. Annexe I-2.

49 « Introducción », Ibid., n° LIII, 1re partie du mois de janvier 1788, p. 12-13 : « Nosotros en tanto que llega tan deseada perfección no cesaremos de dar a conocer el verdadero mérito donde quiera que lo hallemos, prosiguiendo en dar razón y ensalzar los esfuerzos y conatos de aquellos buenos Patricios que arrimen el hombro a la apetecida restauración de la solida Filosofía, haciendo frente a la tercera barbarie, que con obstinado empeño estorba el paso a que tome posesión entera y pacífica del Español Imperio. Quisiéramos asimismo complacer a los vivos deseos que por todas partes nos comunican de que hagamos la justa crítica de las Obras. Quisiéramos tener fuerzas para tan ardua empresa ; haremos lo que podamos ; y a lo que no alcancemos suplirán las que nuestros sabios Suscriptores, y demás Eruditos amantes de la Patria nos remitan, con tal que sean breves, imparciales, juiciosas, bien fundadas, y libres de los vicios de la mordacidad, y el dicterio. Se ha empezado a difundir en estos tiempos una peste de críticos, que con el pretexto de impugnar las obras, confunden los defectos personales de sus Autores (si los tienen, y si no se los fingen) con los errores de las obras, o con la oposición de sus opiniones ; y es mucho que estando muchos de ellos instruidos en las precisiones objetivas, y formales, no puedan prescindir entre las personas y las obras. »

50 « Introducción al año », ML, n° XXXVII janvier 1787, p. 10 : « Otros repararon en el orden que en algunos meses han llevado los libros, y aunque es verdad que al principio nos propusimos seguir aquel con que se anunciaban en la Gaceta, no obstante como en algunas han sido tan abundantes, y en otras tan uniformes en las materias, fue preciso o retardarlos, o ponerlos en otro orden ; el cual por la mayor parte fue colocarlos, o en series semejantes o próximas ; y siendo cierto que ésta es una circunstancia accidental, que no altera la substancia de la obra, es al mismo tiempo más natural la uniformidad ; porque como el dar esta noticia se dirige principalmente a manifestar el orbe literario los progresos de la literatura en España en diferentes facultades, no puede menos de agradar más tener a un punto de vista todos los escritos que se publican sobre ésta o la otra materia, que tener que observarlos dispersos, y este orden no carece de ejemplo en muchos periódicos extranjeros. »

51 « Plan de este periódico o Discurso sobre los conocimientos humanos », ML, n° I, 1re partie d’avril 1801, p. 13 : « […] y se anunciarán los buenos libros que se publiquen sobre literatura fuera y dentro del reino, muchos de los cuales se extractarán y criticarán, advirtiendo que los más de los extractos se harán de modo que los lectores no echen de menos los originales para instruirse de su materia, disposición y mérito. »

52 « Prospecto de esta obra », LE, t. I, 1790, p. 14-15 : « En él no ofrecemos cosas singulares ni inauditas, pero sí papeles curiosos, y noticias instructivas [...]. »

53 Ibid., p. 18 : « [...] porque su objeto será siempre la utilidad pública de cualquier modo, y no tendrán empeño en descreditar a unos, para acreditar a otros, sino sólo en que se aclare la verdad, y el mérito intrínseco de las obras ; de lo cual resulta un beneficio imponderable a la República de las letras. »

54 LE, n° II, 1790, p. 73-74 : « Como los Literatos curiosos no se limitan a leer y estudiar sólo las obras que se publican en su país sino que desean también tener noticias de las que producen las demás naciones cultas, y de su verdadero mérito, hemos creído, que lejos de ser desagradable al público, le será grato, y no menos útil traducir en nuestro Periódico algunas noticias literarias de las que contengan las Efemérides de Roma, como indicamos en el Prospecto de esta obra. La experiencia acredita que los eruditos Editores de dichas Efemérides saben distinguir lo bueno de lo malo, y que sus censuras por lo común son justas y racionales, aunque alguna vez hayan disimulado defectos de algunas obras por pura condescendencia. Así como ellos no se limitan a dar noticia solamente de las obras que se publican en Italia, sino que se extienden a darlas de las que escriben los Franceses, Alemanes, Ingleses, Españoles, & c. por considerar que la República de las Letras es una en todas partes, y que no se pueden formar los grandes hombres estudiando sólo las producciones de sus compatriotas ; así también nosotros juzgamos que debemos imitarlos dando razón a nuestros Literatos de las obras que creamos pueden ser útiles. »

55 « Prospecto de esta obra », LE, t. I, 1790, p. 16.

56 « Juicio de los Editores de este Periódico », LE, n° X, 1790, p. 226.

57 « Drama en tres actos, intitulado El buen hijo, o Maria Teresa. Madrid, año de 1790. En la Imprenta de Blas Román », LE, n° X, 1790, p. 226-252.

58 « Prospecto », VCLA, t. I, 1803, p. 3 : « [...] debe ser una empresa agradable a las personas instruidas, y provechosa a las que aspiren a serlo. »

59 Ibid., p. 9-10 : « Se anunciarán al principio sencillamente aquellos libros extranjeros que tengan conexión con las materias que abrazan estas Variedades, guardando el extraerlos, para cuando leídos por nosotros podamos dar idea completa de su objeto, sus principios, su plan y su estilo. Se extractarán y traducirán literalmente los trozos que más contribuirán a desempeñar estos fines ; y si la obra fuere de poesía se darán estos trozos en verso. El mismo estudio, y aun mayor diligencia se pondrá respecto de las que se publiquen en España, llevando por guía en esta parte el amor a la gloria y adelantamientos de nuestro país. »

60 Ibid., p. 10-11 : « Resta hablar únicamente del espíritu con que los Autores de estas Variedades piensan proceder a su composición. Es fácil suponer, que en los juicios de las producciones extranjeras se atendrán, ya bien, ya mal, a lo que sus luces les inspiren. Pero no se hará la misma suposición respecto a las obras nacionales ; porque se cree generalmente, y por desgracia no sin fundamento, que en la balanza de la crítica pesa más la intención que el juicio, a proporción de los intereses y relaciones que se cruzan entre los autores y sus jueces. No tenemos la presunción de pedir que desde ahora se nos crea exentos de una ley que comprehende a tantos. Pero desde ahora podemos asegurar, que al formar el proyecto de esta empresa nos hemos propuesto referir todas nuestras tareas a los progresos de las luces en nuestra patria. Estamos convencidos de que debemos comparar las cosas con los principios, y no con nuestro gusto o resentimiento particular, o con las circunstancias pasajeras del tiempo : que las quisquillas del arte no son el fondo del arte : que la ocupación de hacer el extracto de los libros no da nunca el derecho de hacer la sátira de ellos : que nuestro ministerio no es el de hacer reir a costa de los autores, sino de analizar y de instruir ; en fin, que nuestros elogios deben darse sin bajeza, y nuestras censuras manifestarse sin injuria.
Después de tal protestación, los quimeristas literarios harían mal en creer, que en este periódico se abre un nuevo campo a sus eternas disputas. Sin embargo, como nos hallamos muy distantes de creer que somos infalibles, recibiremos con gratitud y aprecio las contestaciones que se nos hagan para rectificar nuestros descuidos : y si viniesen escritas con la moderación y decoro que son debidos a la dignidad de las letras, y al respeto que merece el público, las incluiremos en nuestros números, sin una palabra de contestación por nuestra parte. »

61 VCLA, n° V, 1805 : « En este periódico, se anuncian y extractan los libros nuevos nacionales y extranjeros ; se da noticia de los descubrimientos importantes en las Artes y en las Ciencias, se incluyen en artículos instructivos sobre los ramos que comprehende su título, y se procura que la obra sea un cuerpo de lecturas interesantes y agradables. »

62 « Advertencia », VCLA, n° VII, 1805, p. 64 : « Los autores, que quieran ver anunciadas o extractadas sus obras en este periódico, depositarán un ejemplar en la librería de Alonso ; pues siendo muchas de ellas inútiles para los asociados de esta empresa, sólo pueden adquirirse o por una casualidad, o a costa de un gasto superfluo ; y por esta causa han dejado ya de anunciarse algunas. »

63 « Prólogo », CM, 1786, p. 1 : « Dijimos en la advertencia del núm. primero que el deseo de introducir o propagar la afición a la lectura, nos sugirió el pensamiento de formar un periódico comprensivo de rasgos de varia literatura, de noticias, y de las cartas o papeles que se nos remitiesen. »

64 « Advertencia », Ibid., n° 1 du mardi 10 octobre 1786, p. 1 : « Esto les sería fácil por medio de los Ciegos que venden este Periódico, o dirigiendo sus avisos Al Editor del Correo de los Ciegos, & c. en la Librería de Arribas, Madrid. Por los mismos conductos podrán comunicarnos cuantas noticias, pensamientos, ideas propias, proyectos, descubrimientos, planes, críticas, sátiras, poesías, discursos, memorias, disertaciones, & c. que les parezcan útiles y dignas de darse al Público, expresando o suprimiendo el nombre del Autor, a voluntad de cada uno, seguros de que se publicarán con la posible brevedad en este Escrito : bien entendido, que todos ellos deberán siempre guardar la moderación, respeto y decencia debidos a la Religión, al Rey y a las leyes. ¿ Quién no ve, que muchas producciones apreciables y dignas de darse a la luz pública, ya por su originalidad y rareza, ya por su utilidad y ventajas, circulan por unos días solamente entre un cortísimo número de personas que rodean al genio que las produce, y luego se sepultan en el olvido, o que tal vez espiran sin llegar a salir de su célebro (sic) ? Por consiguiente facilitar que se publiquen, puede ser muy útil al Público. »

65 « Prólogo », Ibid., p. 1 : « Esta última parte envolvía en sí la idea de excitar algunas plumas a comunicar al público sus producciones, u otras que se hallasen inéditas. Tal fue la causa, principio y objeto de nuestro periódico [...]. »

66 Ibid., p. 4 : « No faltan los sujetos que se enfadan de ver en nuestro Correo el anuncio de libros o su repetición. Recuerden lo que hemos dicho de nuestro principal objeto, y examinen las utilidades que ofrece este punto. Los autores de las obras interesan en que se propague la noticia de ellas por todos los conductos posibles ; y el público interesa también en lo mismo, como que así es más fácil que se conozcan, y resulte el deseo de leerlas. No obstante viendo que se nos repiten demasiado las instancias, para que omitamos estos anuncios, hemos resuelto suspenderlos, mayormente cuando nos vemos sobradísimos de materiales. »

67 CM, n° 51 du mercredi 18 avril 1787, p. 208 : « Se nos ha remitido el siguiente anuncio, que publicamos a la letra. »

68 Ibid., n° 73 du samedi 30 juin 1787, p. 308 : « Para hacer más general la noticia de los libros que se publican en la Corte, lo cual nos parece muy conveniente, repetiremos cada Semana en nuestro periódico, todos los que haya publicado la Gaceta en la anterior. »

69 Ibidem.

70 Ibid., n° 75 du samedi 7 juillet 1787, p. 320 : « N. Es imposible acertar a complacer la diversidad de gustos y deseos a un mismo tiempo. Por petición de algunas cartas y a instancia de varios amigos, ofrecimos al público repetir cada semana en nuestro Correo los libros que la Gaceta hubiese anunciado en la anterior ; pero habiéndolo ejecutado así en el número 73 se nos han escrito varias cartas con la pretensión de que no continuemos esta noticia. Deseando pues complacer a todos en el modo posible, hemos determinado poner cada mes, en papel separado un catálogo de todos los libros del mes, sin aumentar por esto el precio a nuestros suscriptores. »

71 Ibid., n° 76 du mercredi 11 juillet 1787, p. 324.

72 Ibidem : « La regla general, que pusimos al fin del número antecedente, no debe entenderse con nuestro apreciabilismo Compañero en la entrada del coche de las ciencias por esto damos el aviso siguiente. »

73 Ibid., n° 86 du mercredi 15 août 1787, p. 377-380.

74 Ibid., p. 377 : « A consecuencia del ofrecimiento que hicimos en nuestro n. 75 de publicar cada mes un catálogo de todos los libros que en el anterior hubiese anunciado la Gaceta, ponemos el correspondiente al de Julio próximo pasado. »

75 Ibid., n° 172 du samedi 14 juin 1788, p. 1002 : « Nota. El haber publicado en este Correo varios números del Apologista universal, ha sido causa de que muchos suscriptores me hayan escrito para informarse de la naturaleza de aquella obra periódica ; si sigo indicando la salida de su teniente, me repetirán las mismas preguntas ; para evitar estas molestias, y en desagravio de mi bolsillo voy a indicar que el día 5 de Junio de este año de 1788 amaneció en esta Corte el teniente del Apologista universal, vestido de caballero andante, representando la primera salida de Don Quijote el segundo, alias el Escolástico. »

76 Ibid., n° 362 du mercredi 19 mai 1790, p. 80 : « Carta de Bartolo Sobrino de Don Fernando Pérez, tercianario de Paracuellos. Se vende a 3. reales en la librería de Arribas, Carrera de San Jerónimo. En esta Carta en que brilla un gusto fino y una crítica juiciosa y salada ; se tratan varios puntos de filosofía escolástica y moderna, como asimismo se hace, patentes al Editor de aquella algunos defectos en que incurrió. La publicamos, seguros de que ha obtenido la aprobación y aprecio de las personas instruidas y de gusto. »

77 « Advertencia », Misc., t. IV, 1797, p. IV : « Para ello tendremos presente lo mejor que se publica en Francia, Italia, Alemania e Inglaterra. »

78 Ibid., p. VI : « Asimismo, como no todas las Obras que se publiquen acerca de las Ciencias y artículos indicados, podrán insertarse a la letra, para evitar este inconveniente daremos únicamente noticia de las que los contengan, presentando extractos de aquellas de los que lo merezcan. »

79 « Libros extranjeros que se hallan de venta en los dos despachos de este periódico, carrera de San Gerónimo, y calle de las Carretas », EIE.

80 « Prospecto de un nuevo periódico intitulado Efemérides de la Ilustración de España », GM, n° 102 du mardi 20 décembre 1803, 4 p. non numérotées.

81 Ibid., p. 4 : « Anunciaremos también con la brevedad conveniente análisis exactos de todas las obras que se han publicado y publiquen en España, siempre que sus autores o redactores exhiban en la oficina de este periódico un ejemplar de ellas, que se les devolverá en el día en que se publiquen. »

82 EIE, n° 6 du vendredi 6 janvier 1804, p. 24 : « Las obras extranjeras, que previas las correspondientes formalidades prevenidas por el Gobierno, se hallan ya corrientes, y de venta en la corte, se irán anunciado en nuestras Efemérides. No creemos que faltamos a nuestro instituto ; antes bien nos persuadimos, que nuestros lectores, amantes de la literatura de todos los pueblos, tendrán gusto en ir adquiriendo sucesivamente noticia de los tratados extranjeros, que digan relación con su profesión, con su aplicación o con su genio. Comenzaremos, pues anunciando algunos libros que se hallan de venta en los dos despachos de este periódico, carrera de San Jerónimo, y calle de las Carretas. »

83 EIE, du vendredi 28 décembre 1804, p. 1475-1477. cf. Annexe I-3 : Lettre d’un buen Español au rédacteur des Efemérides de la Ilustración de España.

84 Min., n° LIII du 4 juillet 1806, p. 243-244.

85 Ibid., n° LXXIX du 3 octobre 1806, p. 7.

86 Ibid., n° XVI du 22 novembre 1805, p. 152 : « Esta obra se publica los Martes y Viernes de la Semana, y contiene extractos y análisis de las mejores obras extranjeras. – Crítica de las obras nuevas, y de las composiciones dramáticas que se representan en los Teatros de esta Corte. – Discursos sueltos sobre materias literarias ; y bajo de una agradable alegoría se hace también la crítica de las costumbres públicas, de la literatura en general, y de cada ramo en particular. »

87 Ibid., n° LXXXV du 24 octobre 1806, p. 54 : « Artículo remitido. »

88 « Prospecto », RG, t. 1, p. 1 : « Cuando es tan conocida la utilidad de los papeles periódicos [...] pues todos convienen que es el medio más proporcionado para extender el gusto a las letras. »

89 Ibidem : « [...] examinando muchos libros que tal vez sin este motivo jamás se hubieran abierto […]. »

90 Ibid., p. 3-4 : « Como este Tribunal no tiene hasta el presente fondos algunos, ni probablemente los llegará a tener jamás, pues los individuos que le componen no tienen sueldo, ni honorario, no se recibirá carta alguna por el correo dirigida a él, a menos de que no venga franca de porte, y en este caso se pondrá el (sic) sobre : Librería de Alonso. Al Regañón general. Madrid. Los que se hallaren en esta Corte, y gustasen comunicar al Público sus producciones, las remitirán a la Librería del despacho de este papel. »

91 Ibid., p. 2 : « […] un Secretario que recogerá y comunicará al Tribunal todos los memoriales, cartas y papeles que se entregaren, los cuales se darán a luz siempre que tengan todos los requisitos establecidos por el superior Gobierno para su impresión ; y en caso de no tenerlos, el mismo Secretario presentará mensualmente una noticia de todos los papeles que haya recibido, y de las causas de no haberse publicado. »

92 Il s’agissait de La Lugareña orgullosa et de La Moza de cántaro.

93 RG, n° 1 du mercredi 1er juin 1803, p. 8 : « En estos días se han publicado impresas las obras siguientes. »

94 Ibidem : « Con este motivo ha mandado el Presidente del Tribunal Catoniano que sean reconocidos y examinados estos dos dramas por su Asesor segundo, para decidir de su mérito ; con advertencia de que a la censura que se deberá hacer de ellas haya de preceder un juicio circunstanciado del estado actual en que se halla nuestra escena, especificando las causas de sus progresos o decadencia, y los medios que le parezcan más adecuados para su mejora : todo lo cual se dará a luz por medio de este papel luego que concluya el Fiscal el juicio que está formando sobre la literatura española en general. Los dramas nuevos que se fueren representando serán censurados luego que se publiquen impresos, pues por la sola representación no se puede formar un juicio sensato de ellos, a menos de que sus autores no remitan a este Tribunal los originales para ser conocidas. »

95 Prospecto para la suscripción a un papel titulado : Correo mercantil de España y sus Indias, AGS, Secretaría de Hacienda, 1967, 4 p. non numérotées : « Anunciaremos también las nuevas casas de Comercio que se establezcan, las nuevas Compañías que se formen, bajo qué título y firmas, las que se disuelvan, las quiebras y naufragios, las piraterías, y los robos ; los varios libros que se impriman, el curso del cambio y seguros, últimamente las cédulas, órdenes y decretos que se expidan tocantes al Comercio, tanto en el Reino como fuera. »

96 Ibidem : « Las personas que quieran dar noticias que les interese se pongan en este papel, las comunicarán con toda puntualidad, siendo útiles y análogas a los objetos de él, dirigiendo las cartas franqueadas y firmadas a los Editores del Correo Mercantil ; en Madrid. Por lo que respecta a Madrid podrán hacerlo remitiendo sus esquelas o pliegos también firmados, y con señas de las casas donde vivan, echándolos en la caja cerrada que existirá en la librería del mismo Escribano ; bien entendido, que no se pasará a poner noticia alguna que no sea peculiar al instituto que nos hemos propuesto, aun en cuanto a ventas, no se dirán más que las de alguna consideración en que pueda interesarse el comercio y el público. »

97 « Apunte de las noticias que suplicamos a nuestros Corresponsales y a todo sujeto instruido y amante de la patria nos envíen semanalmente, desde primero de septiembre próximo, para la formación de un nuevo periódico intitulado CORREO MERCANTIL DE ESPAÑA Y SUS INDIAS, que se ha de publicar con real aprobación dos veces por semana, empezando desde la primera de octubre de este presente años de 1792 », in Luis Miguel Enciso Recio, Prensa económica del XVIII, op. cit., p. 89-91.

98 Ibid., p. 91 : « XX. Qué obras salen al público para venderse, sus autores, asuntos, ediciones y puestos de venta. »

99 « Prospecto del Semanario de Agricultura y artes », SAA, t. I, 1797, p. XIV : « Noticia de los libros que se publiquen en Europa sobre agricultura y artes ». [Anthologie avec introduction de E. Larriba et G. Dufour, op. cit., p. 78.]

100 « Introducción de los Traductores », DND, 1792, p. III-IV : « Nunca ha faltado en España sujetos que las han mirado con mucho aprecio y amor ; pero por desgracia nuestra nos han faltado los medios de podernos instruir en ellas con facilidad hasta que un Soberano y un Gobierno más ilustrados han fomentado y protegido la enseñanza de las Ciencias físicas, que una ridícula filosofía peripatética había desterrado de casi todas nuestras escuelas. Apenas se ha proporcionado a los Españoles el estudio de estas utilísimas Ciencias, cuando han hecho ver que no tienen ni menos gusto, ni menos talento para ellas que las naciones extranjeras ; y aunque no podemos negar que todavía nos falta mucho para llegar al grado de perfección de otras Naciones, en quienes ha comenzado mucho antes a florecer el estudio de la Naturaleza, presto podremos alcanzarlas si nos imponemos desde luego en sus progresos y descubrimientos. »

101 Ibid., p. XVIII : « Esta preocupación popular que fomentan por su interés algunos Médicos ignorantes, y pone muchas veces a los que no lo son en el mayor apuro por sostener su crédito, nos hemos creído obligados a combatirla por el bien de la Nación, por el honor de la Medicina, y para prevenir las siniestras especies que los supuestos Médicos patriotas no dejarán de sembrar contra este Diario dirigido a ilustrar la Medicina con los descubrimientos físicos que se hacen en todas las Naciones ; aunque por otra parte estamos seguros de que hallará la mejor acogida en cuantos cultivan las Ciencias Naturales, y particularmente en los Médicos sabios de España que son muchos, y esperamos de unos y otros que tendrán la bondad de comunicarnos los descubrimientos y observaciones importantes que hicieren en sus respectivas profesiones, las que insertaremos muy gustosos en este periódico, así para acrecentar su utilidad, como para hacer ver a los extranjeros que las Ciencias físicas no están en España tan atrasadas como creen ; porque gran parte de nuestros trabajos literarios queda sepultada en el olvido por no tener la proporción que otras naciones para publicarlos. »

102 « Advertencia », DND, n° I, 1792, p. CLX : « Las Adiciones, Artículos & c. puestos por los Traductores, llevarán al principio dos asteriscos o estrellas, y otras dos al fin, y además el nombre del Autor que los hubiere remitido, si quiere darse a conocer. »

103 DND, n° I ; II ; III ; IV ; V, 1792, 1 p. non numérotée : « Aunque anteriormente hemos manifestado el deseo de insertar en esta obra las observaciones, descubrimientos, memorias & c. que los Profesores del Reino se sirvan remitirnos, y merezcan la luz pública ; con todo les suplicamos de nuevo que contribuyan por su parte a la formación de este Periódico, y que remitan sus nuevas observaciones, descubrimientos & c. dirigiéndolos, francos de porte : A los Autores del Diario de los nuevos descubrimientos & c. en casa de Sancha : Madrid. » Cette note fut insérée à l’identique à la fin des cinq numéros sur une page à part.

104 « Diario de los nuevos descubrimientos de todas las ciencias físicas, que tienen alguna relación con el arte de curar », ME, décembre 1792, p. 374 : « Los que quieran enviar sus observaciones y descubrimientos para que se dé noticia de ellos en este Diario los expondrán con la concisión posible, y los dirigirán a los AA. del Diario de los nuevos descubrimientos & c. en casa de Sancha. Madrid. »

105 ACN, n° 8 février 1801, p. 206.

106 « Anuncio de la obra titulada : Plantarum rariorum Hungariae decades », Ibid., n° 8 février 1801, p. 206 : « Por este extracto se echa de ver la utilidad de la obra que anunciamos, digna de ocupar un lugar distinguido en las bibliotecas públicas, y necesaria a los que trabajan en este ramo de la Historia natural. Las observaciones con que la adornó su autor, y el haberse sacado los dibujos de plantas vivas, hechos por los mejores artistas de Viena recomiendan su mérito. »

107 « Tabla de la nomenclatura moderna de Química para el uso del Laboratorio de la Universidad de Pavía en el año IX, por el Sr. L. Brugnatelli, traducida por D. Alexandro Vicente Ezpeleta, y D. Juan Modesto Peringuer », Ibid., n° 13 juin 1802, p. 38-58.

108 Ibidem, p. 38 : « Habiéndonos dado el Sr. D. Antonio Cavanilles un ejemplar de la obra italiana del Sr. Brugnatelli, hemos creído que sería útil a los aficionados a la Química la traducción de ella para entender las obras y los descubrimientos de los químicos italianos que han adoptado ya la nomenclatura del citado autor, y las de otros que en adelante puedan adoptarla. »

109 DM, n° 173 du vendredi 22 de juin 1798, p. 696 : « Además de esto al fin de cada número se dará noticia de las obras pertenecientes a la educación que se publiquen, tanto fuera, como dentro del Reino ; con expresión del precio y lugar donde se venden, para que cada uno pueda procurárselas con más comodidad. »

110 « Prospecto de la Gaceta de los Niños », GN, n° 1, Année 1, p. 16-17 : « Después de haber dado esta idea del sistema de nuestro Periódico, sólo nos resta suplicar a los artistas instruidos, y a los sabios que se hayan dedicado al estudio de las Artes, que si el bien de la humanidad les merece alguna atención, se sirvan comunicarnos sus luces y adelantamientos sobre estas materias, que ellas solas exigen los trabajos más constantes de una compañía de hombres doctos dedicados a este objeto : seguros de que su nombre vivirá eternamente en todos los corazones sensibles y amantes de la niñez. »

111 Ibid., p. 17 : « Se advierte a los que gusten remitirnos sus obras : que si son de Madrid, se sirvan ponerlas en la Librería de Sancha, calle del Lobo : y si de fuera, lo hagan por el correo, porte pago : unos y otros con este sobre-escrito=A los Redactores de la Gaceta de los Niños=Madrid. »

112 « Advertencia », BPA, p. 4 : « Los libros que se imprimen entre año por lo regular se publican en las Gacetas, Mercurios, y por carteles públicos, que se fijan en las esquinas ; pero con facilidad se olvidan sus títulos, los nombres de los Autores o Traductores, y otras circunstancias que los hacen apreciables. »

113 Ibidem : « La experiencia nos ha hecho conocer la falta que hacen en España los Índices de las obras que se publican ; por este defecto todos los Libreros (a excepción de muy pocos) no tan solamente carecen de la noticia de los Autores y Ediciones del Siglo pasado, sino que apenas saben dar razón de las obras que ellos llaman de surtido, y actualmente se están vendiendo. »

114 BPA, 1784, p. 97 : « No extrañará el público que los libros que al fin de cada una de las materias de esta Biblioteca se hallan con esta señal * no los hayamos extractado en nuestros Memoriales, haciéndose cargo, que no existen en la Real Biblioteca de S. M. ; dos de ellos no se venden en esta Corte, y los demás no los han franqueado los Libreros que tienen la comisión, para poder formar su argumento ; con este motivo no podemos menos de manifestar nuestra gratitud a todos los demás Libreros de esta Corte que con generosidad y con ánimo de contribuir al bien del público, nos han entregado los Libros con la mayor satisfacción. »

115 GM, n° 16 du vendredi 22 février 1793, p. 136 : « […] se omiten este año algunos artículos que por ahora no se han juzgado de tanta necesidad como otros que se han añadido : uno de ellos es el de los libros que se han publicado en las Gacetas del año pasado de 1792, que debiéndose continuar en los sucesivos, formará un índice de mucha utilidad para los literatos y comerciantes de libros. »

116 DM, n° 86 du vendredi 27 mars 1795, p. 359 : « […] contiene […] un catálogo de los libros y papeles anunciados en las Gacetas, con expresión de las librerías donde se venden. »

117 Nov. Recop., Lib. VIII., Tít. XVI., L. XLI., p. 148 : « No podrá ponerse en venta ninguna obra, ni anunciarse en los papeles públicos ni por carteles, hasta haberse sacado licencia para ello de este Tribunal, y haber entregado en Real Biblioteca el ejemplar encuadernado en pasta que está mandado, y además otros seis ejemplares para la Biblioteca del Escorial, de los Reales estudios, de la Clínica, para la Vicaría, el Juez de Imprentas, y su Censor (leyes 36 hasta 39), bajo la pena de cincuenta ducados. »

118 « Dificultades de anunciar anunciando un libro », DM, n° 184 du mardi 3 juillet 1798, p. 739- 740 : « […] ¿ Le parece a Vmd. una bagatela el anuncio al público de un libro, y de un libro traducido, retratado o imitado ; y en estos tiempos en que tanto se ha adelantado el arte de anunciar […] ? […]. Lo cierto Señor Diarista, que se había de ver más negro que la chupa de un Dómine y que si no acudía al recurso de mentir a diestro y siniestro para hacer creer que lo que es gato era un liebre, no podría llenar son su anuncio doce líneas de papel impreso. ¿ Qué es doce líneas ?..... Oiga Vmd. los términos en que podría concebirle : Literatura. Empiezo así, porque literatura se pone sobre los romances de Francisco Esteban, y coplas del Preste Juan y Galaynos y otras miles cosas de este jaez… . pero al anuncio : diría pues así : La familia benéfica o aventuras de Blanzé referidas por el mismo ; imitación de las que escribió en francés Mr. Gosjy ; impresos en papel fino y decoradas con tres delicadas estampas, varias piezas de música y una viñeta al fin : van divididas en dos partes para el que quiera hacer dos tomos, como estarán de venta ; y reunidas en uno en 16 de marquilla, algo grueso, pasta y rústica, en casa de Sancha, calle del Lobo. ¿ Qué tal, Señor Diarista ? ¿ No sería la cosa más insípida del mundo salir con esta pata de gallo, sin poner siquiera una docena citas (aunque fueran falsas) de autores que han elogiado la obra, sin hacer de ella un pomposo análisis, presentando en el punto de vista más alto la importancia del asunto (sic), lo primoroso de la invención, la originalidad de la fábula, la variedad de incidentes, la valentía y naturalidad con que está sostenido el carácter de cada interlocutor, la unidad de la acción & c. & c. […].
[…] hágame el favor de poner en su periódico el anuncio de mi obrita tal cual le dejo expuesto sin pasar un ápice los límites que he fijado, y le quedará muy agradecido. »

119 Corresponsal del Censor (El), Madrid, Imprenta Real, 1786-1788, 51 n°.

120 Ibid., Carta L, 1788, p. 835 : « Un Diarista es despreciable cuando engaña a sus lectores, ocultando los defectos de un libro que compran en vista de su aprobación » [El Corresponsal del Censor, introduction de Ertler Klaus-Dieter, Renate Hodab, Inmaculada Uurzainqui, Madrid, Iberoamericana-Vervuert, 2009, p. 328.]

© Presses universitaires de Provence, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search