Version classiqueVersion mobile

L’édition sous Charles IV

 | 
Joan Cavaillon Giomi

À travers la presse madrilène

Inventaire des périodiques madrilènes publiant des annonces de librairie

Texte intégral

Le corpus

  • 1 Eugenio Hartzenbusch, Apuntes para un Catálogo de Periódicos madrileños desde el año de 1661 hasta  (...)
  • 2 Paul-Jacques Guinard, La Presse espagnole de 1737 à 1791, op. cit.
  • 3 Francisco Aguilar Piñal, La prensa española en el siglo xviii, op. cit.
  • 4 Lucienne Domergue, Tres calas en la censura dieciochesca, op. cit..
  • 5 AL, Madrid, Imprenta de Repullés, 1804-1807.
  • 6 Biblioteca española económico-política, Madrid, Imprenta de Sancha, 1801-1821.
  • 7 Discursos morales y consideraciones familiares para todos los días del año. Madrid, Imprenta de Don (...)
  • 8 Postillón del Correo de Madrid (El), Madrid, [s.i.], 1788, 2 no. Le n° 3, ou la Carta 3, fut annonc (...)
  • 9 Teniente del Apologista universal (El), Madrid, Imprenta de Don Antonio Espinoza, 1788, un numéro. (...)
  • 10 GM, n° 1 du vendredi 2 janvier 1879, p. 8 ; DM, n° 9 du vendredi 9 janvier 1789, p. 35.
  • 11 « Desde principio de Enero se publicará un nuevo periódico intitulado Jardín de Ciencias y Artes, e (...)
  • 12 La Nada entre dos platos : 1ª y 2ª carta a la bergamota, que escribía Clori a su amiga Lisi, para p (...)
  • 13 GM, n° 69 du vendredi 28 août 1789, p. 588 : « [...] obra periódica si el público favorece a estas (...)

1Étudier les annonces de librairie publiées dans les journaux madrilènes durant le règne de Charles IV impliquait au préalable d’établir la liste des différentes publications périodiques qui virent le jour à cette époque. Les travaux réalisés par Eugenio Hartzenbusch1, Paul-Jacques Guinard2, Francisco Aguilar Piñal3 ou encore par Lucienne Domergue4 sur la presse espagnole nous furent d’une aide précieuse puisqu’ils nous permirent de dénombrer 30 journaux édités entre le 1er janvier 1789 et le 19 mars 1808. Cependant, en recensant les imprimés annoncés dans ces publications périodiques, nous avons pu ajouter à cette liste l’Almanaque literario, manual utilísimo para los comerciantes de libros, y apasionados a la literatura, o Catálogo general de todas las obras de ciencias, nobles artes, y bellas letras, publicadas en esta Corte5, la Biblioteca española económico-política6 et les Discursos morales y consideraciones familiares para todos los días del año7 que ces éminents spécialistes ne mentionnent pas. En revanche, nous n’avons pas pu localiser certains exemplaires de périodiques annoncés dans la Gaceta de Madrid. Cela a été le cas avec les épigones du Correo de Madrid et de l’Apologista universal soit la carta 3 du Postillón del Correo de Madrid8 et le numéro II d’El Teniente del Apologista universal9. Il en fut de même pour l’Himnodia periódica o fastos poéticos del Cristianismo10 et le Jardín de Ciencias y Artes11 pourtant cités dans la Gaceta de Madrid et le Diario de Madrid en tant que publications périodiques respectivement en 1789 et 1803. Enfin, nous n’avons pas inclus dans la liste des journaux édités sous le règne de Charles IV La Nada entre dos platos ; 1a y 2a carta a la Bergamota, que escribía Clori a su amiga Lisi para postre, buen gusto y fino olor de su mesa12. En effet, bien que l’auteur caressât l’espoir de l’éditer périodiquement si le public lui réservait un accueil favorable13, seules ces deux lettres publiées en même temps virent le jour. Ce qui laisse à penser qu’après une tentative couronnée de peu de succès, celui-ci ne continua pas son entreprise. De fait, le nombre de journaux édités et localisés entre 1789 et 1808 est porté à 33.

  • 14 Les périodiques, au nombre de 12, ne comportant aucune annonce de librairie sont les suivants : Alm (...)

2Sur ces 33 titres, 21 (soit 63,63 %) choisirent de publier des annonces de librairie14. Cette pratique n’est certes pas généralisée mais elle est monnaie courante.

Présentation des périodiques publiant des annonces de librairie

  • 15 Paul-Jacques Guinard, La Presse espagnole de 1731 à 1791, op. cit., p. 217.
  • 16 Elisabel Larriba, Le Public de la presse en Espagne à la fin du xviiie siècle (1781-1808), op. cit.(...)
  • 17 SAA, Madrid, Imprenta de Villalpando, 1797-1808, 599 n°.
  • 18 Voir Elisabel Larriba, « Los periodistas y el derecho a la educación para todos », Cuadernos de His (...)

3Parmi ces 21 périodiques qui publièrent des annonces de livres, la majorité d’entre eux était des miscellanées15. Néanmoins tous « offr[aient] bon nombre de similitudes […], chacun présent[ait] une tonalité propre, adopt[a] un langage plus ou moins audacieux [et] posséd[ait] un répertoire différent16 ». Ce ne fut qu’à partir de 1792 avec l’apparition du Correo mercantil de España y sus Indias suivi en 1797 par le Semanario de Agricultura y Artes dirigido a los Párrocos17 que les lecteurs trouvèrent des publications plus spécialisées. Mais, même si tous appartenaient à des genres différents, ils s’inscrivaient dans la lignée d’une presse éclairée qui n’avait d’autre but que celui d’instruire le public18. Cependant, désireux de séduire un public de plus en plus nombreux et exigeant envers ce type d’écrits (il en allait de la survie de leur entreprise), les publicistes durent mettre en place des stratégies éditoriales innovantes pour se démarquer de leurs confrères.

La presse officielle et semi-officielle

4La Gaceta de Madrid et le Mercurio de España, porte-paroles par excellence du pouvoir, se firent naturellement l’écho des dernières nouveautés imprimées.

  • 19 Le premier numéro de la Gaceta de Madrid fut édité sous le titre de Relación o Gaceta de algunos ca (...)
  • 20 María Dolores Saíz, Historia del periodismo en España, op. cit., p. 50 : « Juan José de Austría […] (...)
  • 21 En ce qui concerne la publication de la Gaceta de Madrid, voir l’introduction à l’ouvrage de Lucien (...)
  • 22 À partir du troisième numéro, elle paraît sous le titre de Gaceta Nueva et, ce, jusqu’en 1663.
    Puis (...)
  • 23 María Dolores Saíz, Historia del periodismo en España, op. cit., p. 58.

5Ce fut grâce à la rencontre entre un membre de la famille royale, don Juan José d’Autriche (fils bâtard de Philippe IV), et l’érudit Francisco Fabro Bremundan que le premier numéro de la Gaceta de Madrid sortit des presses en 166119. Créée pour décrire les prouesses de guerre du fils du roi, elle contribua également à servir son désir de pouvoir. D’ailleurs, il fut « le premier gouvernant qui comprit l’importance de l’information comme moyen de promotion politique20 ». Aussi, la publication de la Gaceta fut-elle intimement liée à la vie diplomatique. Son contenu était exclusivement politique et consacré à l’information internationale21. Par la suite, elle changea de titre à plusieurs reprises22 pour prendre définitivement celui de Gaceta de Madrid le 12 juillet 1697. Publiée initialement sans périodicité fixe, elle devint en juillet 1677 – année où don Juan José fut nommé Premier Secrétaire de Charles II – hebdomadaire (parution le samedi puis le mardi à partir du numéro 7) et bénéficia d’un « privilège d’impression », renouvelé pendant la Guerre de Succession en 1701 par Philippe V à son nouveau propriétaire, Juan de Goyeneche. On peut ainsi apprécier l’intérêt du roi pour conserver le monopole de l’information sur les questions politiques23. Une volonté qui fut d’ailleurs bien plus explicite quand Charles III racheta la Gaceta de Madrid le 19 janvier 1762 :

  • 24 GM, n° 2 du mardi 12 janvier 1762, p. 16 : « Desde el Martes próximo 19. de este mes en adelante se (...)

À partir de Mardi prochain, 19 de ce mois [de janvier], la Gaceta sera vendue dans la rue de las Carretas, imprimerie de D. Francisco Manuel de Mena, où est vendu le Mercurio. Et nous signalons qu’elle sera rédigée, imprimée et vendue pour le compte de S. M. qui a voulu incorporer à sa Couronne le Privilège de la vendre, car elle déclinait. Afin que le public bénéficie, entre autres avantages, de celui de l’avoir sur du papier de bien meilleure qualité et, avec des nouvelles plus fraîches et bien fondées24.

  • 25 Lucienne Domergue, Reyes Escalera Pérez, José Miguel Morales Folguera, Marion Reder Gadow, Crónica (...)
  • 26 Ana María Freire, Paul-Jacques Guinard, « Coordenadas y causas de la vida literaria. La prensa espa (...)
  • 27 Voir à ce sujet Alberto Gil Novales, « La revolución francesa a través de la Gaceta de Madrid », Es (...)
  • 28 Lucienne Domergue, Le Livre en Espagne au temps de la Révolution française, Lyon, Presses Universit (...)
  • 29 Luis Miguel Enciso Recio, La Gaceta de Madrid y el Mercurio histórico y político 1756-1781, Vallado (...)
  • 30 François Lopez, « Las obras extranjeras anunciadas en la Gaceta de Madrid », art. cit., p. 308 : «  (...)

6À cette date, la Gaceta de Madrid cessa d’exister en tant que périodique d’information politique générale privé « pour devenir une publication entièrement officialisée, porte-parole de l’État et vitrine des critères et des opinions du gouvernement25 ». Par la suite, des changements survinrent. Le 11 septembre 1778 (année où « elle connut un grand succès26 ») elle devint bi-hebdomadaire (mardi et vendredi), plus copieuse et mieux rédigée. Puis elle fut vendue à l’Imprimerie Royale (ancienne imprimerie de Mena que l’État avait rachetée à sa mort en 1780). Avec son incorporation à la Couronne, la Gaceta de Madrid devint un formidable instrument d’expression du pouvoir. Un journal politique grâce auquel la population espagnole pouvait se tenir informée aussi bien de l’actualité politique nationale qu’étrangère. En conséquence, de nombreux documents officiels (décrets royaux, ordonnances, pragmatiques etc.) y furent publiés de même que des informations sur la vie de la Cour. Elle joua donc un rôle de propagande au service de la Couronne auprès du public tant à Madrid qu’en province. Son statut de journal officiel lui permit, à la différence des publications périodiques privées, de ne pas être inquiétée par l’Ordonnance royale du 24 février 1791. Mais elle ne pouvait en aucun cas faire mention des événements révolutionnaires français27, ce qui ne facilita guère la tâche du principal rédacteur de l’époque, David Otero. La Gazette étant élaborée à partir d’articles tirés de la presse européenne (qui à cette date ne cessait de multiplier les références aux épisodes liés à la Révolution), ce dernier fut confronté à une pénurie de matière première. Aussi, pour pallier ce manque d’information et surtout pour noircir les pages, José de Guevara Vasconcelos, son directeur, prit l’initiative, qu’approuva largement Floridablanca28, de changer la typographie et d’utiliser des caractères plus gros en 1791. Avec un tirage avoisinant les 10 000 exemplaires en 178129, la Gaceta de Madrid était distribuée « dans toutes les villes d’Espagne, dans les lieux les plus reculés où il y avait des souscripteurs ou des vendeurs, et […] en Amérique30 ».

  • 31 AHN, Consejos, Leg. 5 528 (I), exp. 3.
  • 32 Mercure historique et politique, 1686-1782, 192 vols.
  • 33 « Prólogo al lector », Mercurio histórico y político, janvier 1738, Madrid, Imprenta de Manuel Fern (...)
  • 34 AHN, Consejos, Leg. 51 644 (I), exp. 1. Voir également Elisabel Larriba, Le Public de la presse en (...)
  • 35 Paul-Jacques Guinard, La Presse espagnole de 1737 à 1791, op. cit., p. 46.
  • 36 Ibid., p. 223.
  • 37 Ibid.
  • 38 Ibid.
  • 39 « Aviso », ME, mois d’octobre 1803, 2 p. non numérotées : « Con el fin de que el Mercurio de España (...)

7Quant à son homologue le Mercurio de España (appellation qu’il prend en 1784) plus connu sous le titre de Mercurio histórico y político, il fit son entrée dans la République journalistique en 1738 sous la plume de Salvador José Mañer31. Traduction mensuelle du célèbre Mercure historique et politique de La Haye32, il voulait contribuer à la connaissance de l’histoire moderne en traitant de l’histoire politique des nations européennes33. Incorporé à la Couronne en 1756, il eut cependant moins de succès que sa consœur auprès des lecteurs. Son tirage avoisinait néanmoins les 5 000 exemplaires en 178134, ce qui était considérable pour l’époque. À titre de comparaison, la même année, El Censor n’était tiré qu’à 500 exemplaires par mois35. Le Mercurio histórico y político n’offrit à ses lecteurs que peu de changements jusqu’en 1772, année où Tomás de Iriarte en devint le directeur. Ce dernier cessa d’en faire une simple traduction du Mercure français « assortie de textes puisés à d’autres sources36 » pour le convertir en un mensuel « composé d’extraits de publications étrangères diverses […] et […] de nouvelles d’Espagne de plus en plus variées37 ». Transformé en une véritable source d’informations historiques et culturelles38, le Mercurio vint à être imprimé sur les presses de Mena puis de l’Imprimerie Royale. Et, tout comme la Gaceta, il ne fut nullement inquiété par l’Ordonnance royale de février 1791. Au mois de janvier 1800, il se modernisa. Il fut divisé en deux sections (l’une politique et l’autre littéraire) et il y eut un changement de typographie. Il devint même bimensuel de 1804 à 180639. Mais il sembla perdre de sa vigueur au fil des années. En témoigne un avis peu enthousiaste émis par les rédacteurs des deux périodiques officiels, Juan López de Peñalver et Juan de Andujar, en 1806 :

  • 40 AHN, Consejos, Leg. 11 286, exp. 48-49 : « […] por lo que hace suprimir el Mercurio conviene mucho (...)

En ce qui concerne la suppression du Mercurio [disaient-ils], il convient expressément de la faire ; car, outre le fait qu’il n’apporte aucun bénéfice à l’imprimerie Royale, il est si insipide et inutile que ni il instruit ni il informe : et le public la regarde [la publication] avec un mépris qui ne sert pas le gouvernement. On pourrait donc demander à l’imprimerie Royale qu’à partir de l’année prochaine elle n’admette plus de souscription pour le Mercurio ; et le tienne pour supprimé40.

  • 41 AHN, Consejos, Leg. 11 288, exp. 57.

8Le Conseil de Castille, qui ne voulut prendre aucune décision hâtive, opta, par Ordonnance royale en mars 1807, pour un retour à une périodicité mensuelle sans se prononcer sur un éventuel arrêt de sa publication41. Malgré cela, le Mercurio de España disparaîtra des librairies en octobre de la même année.

  • 42 Diario noticioso curioso, erudito, económico y comercial público y económico, Madrid, 1781-1808. Le (...)
  • 43 María Dolores Saíz, « La publicidad gratuita en el Diario Noticioso de Nipho », Estudios de Histori (...)
  • 44 Lucienne Domergue, Le Livre en Espagne au temps de la Révolution française, op. cit., 1984, p. 50.
  • 45 Voir Paul-Jacques Guinard, La Presse espagnole de 1737 à 1791, op. cit., p. 223-230.
  • 46 Ibid., p. 224.
  • 47 Cf. l’annonce de librairie parue dans la GM, n° 102 du vendredi 23 décembre 1791, p. 934- 935 ; « A (...)
  • 48 « Prospecto del nuevo plan del Diario de Madrid », DM, t. 1, 1808, 1 p. non numérotée.

9Enfin, bien qu’étant le fruit d’une entreprise privée lors de sa création en 1758 sous la houlette de Manuel Ruiz de Uribe (pseudonyme de Francisco Mariano Nipho y Cagigal), nous avons classé le Diario de Madrid42 dans la même catégorie que la Gaceta de Madrid et le Mercurio de España. Quotidien d’information et de divulgation, il peut en effet être considéré comme semi-officiel et, à ce titre, il ne fut pas concerné par l’Ordonnance royale du 24 février 1791. Effectivement, il fut déclaré d’utilité publique aussi bien lors de l’obtention de la licence d’impression43 que lors de la prohibition des journaux grâce à sa rubrique consacrée aux petites annonces44. Une utilité qui avait d’ailleurs permis à Nipho de l’éditer dès ses débuts avec un privilège d’impression. Mais il ne le dirigea qu’une seule année au terme de laquelle il céda ses droits à Juan Antonio de Lozano qui le géra jusqu’à sa mort en 1780. Par la suite, se succédèrent des périodes de silence et des éditeurs qui rencontrèrent des difficultés financières pour le faire vivre. Pablo Lozano, entre autres, fils du deuxième rédacteur du journal, reprit le flambeau de son père en 1781. Puis s’ensuivit une période de léthargie jusqu’au 1er juillet 1786, date à laquelle le gendre de Nipho, Francisco Antonio de Escartín, le racheta puis le revendit au Français Jacques Thévin en 1787. Sa veuve lui succéda en juillet de la même année, secondée par José López Oliver45. Entré dans ce que l’on pourrait considérer comme sa troisième étape sous la direction de Thévin, le Diario de Madrid resta dans cette même famille puisque Santiago prit la succession de sa mère. Malgré de nombreuses vicissitudes, le quotidien ne subit que peu de changements, son objectif étant le même depuis sa création : « susciter l’application et le goût pour l’étude de toutes les catégories de citoyens46 ». Cependant, à l’inverse de nombre de ses confrères, il s’adressait aux couches sociales les plus modestes. Il était composé de cinq rubriques : Curiosités, Érudition, Commerce, Économie et Nouvelles particulières de Madrid. Cette dernière section fut la seule à être autorisée suite à l’Ordonnance royale de 1791. Il fallut attendre le premier numéro de 1792 pour que Charles IV concédât à nouveau à Thévin l’autorisation de faire également état des nouvelles en rapport avec les Sciences naturelles, les Beaux-Arts, les techniques et les métiers47. Puis en 1808, contre toute attente, le rédacteur du Diario de Madrid changea radicalement sa ligne éditoriale. Désireux de faire de son journal une œuvre politique, philosophique et littéraire48, il le présenta aux lecteurs en ces termes :

  • 49 Ibid. : « No solamente abrazará el nuevo Diario de Madrid todo lo concerniente a la nueva administr (...)

Non seulement le nouveau Diario de Madrid contiendra tout ce qui concerne la nouvelle administration du Royaume, mais aussi les informations politiques et littéraires, aussi bien nationales qu’étrangères ; les découvertes qui seront faites dans les domaines des techniques et des sciences ; les avancées dans l’économie et l’agriculture dans toute l’Europe, et tout ce qui peut susciter la curiosité de par son importance ou par sa nouveauté49.

  • 50 Ibid. : « Contamos para la redacción de nuestro Periódico no solamente con las notas y papeles de o (...)

10Même si le Diario de Madrid continua à faire la part belle à l’information et à la divulgation, Santiago Thévin voulut convertir le journal en une revue plus moderne. Pour atteindre ses objectifs, il comptait non seulement s’appuyer sur les notes et papiers officiels mais aussi sur les journaux politiques et littéraires publiés dans toute l’Europe. Les nombreux « correspondants instruits » qu’il possédait dans la Péninsule et même au-delà des frontières devaient également l’aider dans sa tâche50. Ce fut donc un journal entièrement rénové que Thévin proposa au public à partir du 1er janvier 1808. Mais loin d’oublier que son journal devait sa fortune à ses petites annonces commerciales, il continua à les publier dans la dernière partie consacrée aux Noticias particulares de Madrid.

La presse à dominante littéraire

  • 51 EMD, Madrid, Imprenta de Antonio Espinosa, 1787-1791, 272 no. Réédité à Madrid en 1795.
  • 52 LE, Madrid, Imprenta de Blas Román, 1790-1791, 17 no.
  • 53 VCLA, Madrid, Imprenta de Benito Garcia y Compañía, 1804-1805, 24 no.

11Nous avons classé quatre périodiques dans cette catégorie : le Memorial literario (1784-1808), l’Espíritu de los mejores Diarios literarios que se publican en Europa (1787-1791)51, La Espigadera (1790-1791)52 et les Variedades de ciencias, literatura y artes (1804-1805)53.

  • 54 Elisabel Larriba, « La última salida al ruedo del Memorial Literario (10 de octubre – 20 de noviemb (...)
  • 55 Paul-Jacques Guinard, La Presse espagnole de 1737 à 1791, op. cit., p. 252.
  • 56 Ibid.
  • 57 AHN, Consejos, Leg. 11 279, exp. 66.
  • 58 Voir à propos du ML : José Checa Beltrán, « "Idea del siglo xviii" : sobre la Ilustración en el Mem (...)
  • 59 AHN, Consejos, Leg. 11 279, exp. 22.
  • 60 Inmaculada Urzainqui, « Los redactores del Memorial literario (1784-1808) », art. cit., p. 502.

12D’une longévité peu commune pour l’époque (25 années54), même si sa publication fut parfois ponctuée de périodes de silence, le Memorial literario eut tôt fait d’accorder une attention toute particulière aux livres. Les premiers rédacteurs, Pedro Pablo Trullenc (portero de la Cámara de Castilla) et Joaquín Ezquerra (professeur de latin des Reales Estudios de San Isidro), étaient désireux de présenter à leurs lecteurs des informations « qui n’étaient ni du ressort de la Gaceta de Madrid ni du Mercurio ni du Diario de Madrid55 ». Par conséquent, il n’était pas question de donner des nouvelles en relation avec la vie politique ou quotidienne. Ils optèrent pour informer de tout ce qui « dans l’actualité [pouvait] orner son esprit56 ». De fait, ils multiplièrent les articles en relation avec l’actualité littéraire (comptes rendus de manifestations artistiques, travaux d’Académies57, chroniques théâtrales, publications de poésies) sans pour autant négliger l’activité scientifique, technique et juridique. Mais ce fut, entre autres, grâce à ses résumés et critiques de livres plus ou moins étoffés que ce mensuel, bimensuel (à partir septembre 1787) puis tri-mensuel en 1805, put se faire une place de choix au sein de la République journalistique de cette fin de siècle58. Néanmoins, le Memorial literario disparut des librairies en février 1791 malgré une demande d’Ezquerra auprès du Conseil de Castille pour continuer sa publication le 22 juin de la même année. Bien qu’insistant sur le fait qu’il n’avait jamais offensé ni le public ni la religion ou l’État59, il se vit opposer une fin de non recevoir du moins dans un premier temps. Le journal finit par retrouver le chemin des presses en juillet 1793 (sans Trullenc décédé en 1789 ou début 179060) sous le titre de Continuación del Memorial literario jusqu’en 1797, date à laquelle, pour des raisons inconnues, il disparut à nouveau. Il retrouva néanmoins sa voix en avril 1801 sous un titre quelque peu différent : Memorial literario o Biblioteca periódica de Ciencias y Artes. Ce sous-titre, que lui avait pompeusement attribué un tout jeune publiciste qui venait d’intégrer la rédaction, Pedro María Olive, marqua également un changement de cap pour le journal que le nouveau memorialista définit en ces termes :

Voilà plus de trois ans qu’avait cessé de paraître le plus ancien de tous [le périodique, le Memorial literario], et le seul qui avait été autorisé à poursuivre sa course lorsque tous les autres furent interdits ; et par conséquent il me sembla judicieux de le rétablir, en développant et, si possible, en améliorant son plan, car étant alors le seul périodique, il était nécessaire qu’il contînt tout ce qui était en rapport avec la littérature en général, non seulement nationale, mais également étrangère ; et de ce fait à son titre de Mémorial, qui évoque de simples notes ou souvenirs, j’ajoutai Bibliothèque des sciences et des arts.

  • 61 « Advertencia del Redactor », Nuevas Efemérides de España, históricas y literarias, n° 1 du 2 Avril (...)

Grâce à cela le goût pour les journaux revint, et apparurent successivement le Regañón, les Variedades literarias et celui-là même, les Efemérides de España. J’ai poursuivi cette entreprise jusqu’à l’année dernière, en Juin 1804, et dans les six tomes qui forment cette collection je me suis efforcé de faire état des nouvelles œuvres, aussi bien nationales qu’étrangères, en donnant une critique impartiale des plus importantes et sans omettre de parler des nouvelles découvertes ayant trait aux sciences et aux arts ; de manière à constituer en quelque sorte des mémoires de l’histoire littéraire du siècle présent61.

  • 62 AHN, Consejos, Leg. 5 568, exp. 6.
  • 63 Inmaculada Urzainqui, « Los redactores del Memorial literario (1784-1808) », art. cit., p. 514.
  • 64 Elisabel Larriba, « La última salida al ruedo del Memorial Literario (10 de octubre – 20 de noviemb (...)

13Olive semblait avoir oublié que le Memorial ne fut nullement épargné par l’Ordonnance royale du 24 février 1791 et força quelque peu le trait quant à son rôle. Il n’hésita pas non seulement à s’ériger en rénovateur exclusif du journal mais aussi à prétendre que, grâce à lui, le public s’intéressa de nouveau à la presse ce qui permit l’apparition de nouveaux périodiques. Son objectif était, disait-il, d’offrir à la postérité « des mémoires de l’histoire littéraire du siècle présent ». Le Memorial perdura comme tel jusqu’en décembre 1806. Entre temps, Olive quitta son poste de rédacteur en juin 1804 et Ezquerra, qui se retrouva seul, vendit en janvier 1805 son privilège d’impression à Sebastián Bernardo de Carnerero qui en confia la rédaction à ses deux fils, José María et Mariano62. Sous la direction de Carnerero le Memorial devint tri-mensuel, mais le désir de son éditeur de le transformer en quotidien provoqua une nouvelle interruption d’une année, de janvier à décembre 180763. Aussi, le Memorial literario o Biblioteca periódica de Ciencias, Literatura y Artes ne reparut-il, tri-mensuellement, qu’en janvier 1808 sous la houlette de Mariano de Carnerero, d’Andrés de Moya Luzuriaga et de Cristóbal de Beña y Velasco. Néanmoins, la réapparition du Memorial dans les librairies fut de courte durée. En effet, suite aux abdications de Bayonne qui firent monter sur le trône d’Espagne le frère de Napoléon Bonaparte, sous le titre de Joseph Ier, et aux conséquences qu’elles engendrèrent dans la Péninsule, les memorialistas n’eurent d’autre choix que de suspendre une nouvelle fois leur publication après la parution du numéro 15 daté du 30 mai 1808 en attendant de meilleures auspices. Si ce fut chose faite avec la parution du premier numéro du Memorial literario o Biblioteca periódica de Ciencias, Literatura y Artes le 10 octobre 1808 après la fuite du « Roi intrus », les trois publicistes n’offrirent cependant aux lecteurs que cinq numéros supplémentaires, soit jusqu’au 20 novembre 1808. Cette date marqua la disparition définitive du Memorial literario après 25 années d’existence64.

  • 65 María Dolores Bosch Carrera, « Aproximación a los hombres del periodismo español en el siglo xviii  (...)
  • 66 « Idea de la obra », EMD, n° 1 du 2 juillet 1787, 2 p. non numérotées : « Esta obra dará a conocer (...)
  • 67 Les titres auxquels Cristóbal Cladera Company a souscrit furent annoncés dans la « Suscripción a la (...)
  • 68 Elisabel Larriba, « La gravure : un élément de l’ambitieuse politique éditoriale de l’Espíritu de l (...)
  • 69 « Suscripción a la Obra periódica intitulada : Espíritu de los mejores Diarios literarios, que se p (...)
  • 70 Elisabel Larriba, « La gravure : un élément de l’ambitieuse politique éditoriale de l’Espíritu de l (...)
  • 71 « Prospecto para la reimpresión de la obra periódica Espíritu de los mejores Diarios literarios, qu (...)
  • 72 « Espíritu de los mejores diarios literarios, que se publican en Europa (11 vols.) », NVCM, n° 6, 1 (...)
  • 73 AHN, Estado, Leg. 3 014, exp. 28. Document reproduit dans E. Varela Hervías, Espíritu de los mejore (...)
  • 74 « Suscriptores a esta Obra periódica », EMD, n° 134 du 23 juin 1788, p. 87-96 ; « Suscriptores a es (...)
  • 75 AHN, Estado, Leg. 3 014, exp. 28. Document reproduit dans E. Varela Hervías, Espíritu de los mejore (...)
  • 76 AHN, Consejos, Leg. 11 279, exp. 48.
  • 77 AHN, Consejos, Leg. 5 558, exp. 102.

14L’Espíritu de los mejores Diarios literarios que se publican en Europa, dedicado a los literatos y curiosos de España, quantà lui, fut fondé en 1787 par Cristóbal Cladera Company, docteur en Théologie et avocat en Droit Civil65. Tri-hebdomadaire à ses débuts puis hebdomadaire (à partir du numéro 127 du 5 mai 1788), il avait pour but de faire la part belle à la littérature européenne sans omettre les Sciences et les Arts66. Comme mentionné dans son titre, c’est en puisant dans la presse internationale67 que Cladera entendait mener à bien son entreprise. Or, s’appuyer sur l’étranger afin de donner des nouvelles intéressantes nécessitait une certaine rapidité dans l’annonce de l’information. Pour ce faire, le publiciste n’hésita pas à s’assurer les services de deux correspondants établis à Paris et à Londres68, ce qu’il stipula dans la présentation du journal insérée dans un supplément de la Gaceta de Madrid daté du 27 septembre 178769. Bien qu’il eût une existence relativement courte, ce journal sut se faire une place de choix au sein de la République journalistique70. L’atteste la réédition des neuf premiers tomes en janvier 178971 et celle réalisée dans son intégralité (soit 272 numéros regroupés en 11 volumes) en 179572. Malgré son indéniable succès (son tirage avoisinait les 1 500 exemplaires73 et il ne comptait pas moins de 759 et 669 abonnés en 1788 et 178974 pour un bénéfice annuel de 100 260 réaux75), il fut interdit en février 1791. Complètement ruiné et poursuivi par les souscripteurs qui demandaient le remboursement des sommes engagées76, Cladera n’eut d’autre choix que de solliciter à nouveau et sans succès sa reprise en 179277.

  • 78 AHN, Consejos, Leg. 11 279, exp. 122.
  • 79 Ibid. : « En este estado se la comprendió una Rl. Orden que mandó la suspensión de todos los periód (...)
  • 80 AHN, Consejos, Leg. 5 555, exp. 79.
  • 81 Ibid. : « […] determinó publicar dichas obritas bajo el título general de la Espigadera ; pero no p (...)
  • 82 Ibid. : « […] contribuir a desvanecer la calumnia extranjera de que los Españoles no escriben cosas (...)

15Quant à La Espigadera, elle eut encore bien moins de chance. L’hebdomadaire, publié chaque mardi par Alfonso Valentín Bravo (professeur de l’université de Valladolid) à partir de 1790, n’offrit à son public que 17 numéros avant de disparaître définitivement au début de l’année suivante. Et, tout comme pour Cladera, les demandes répétées de Bravo auprès des autorités pour continuer la publication de son journal malgré l’interdiction de 1791 restèrent lettre morte78, du moins dans un premier temps. Usant de tous les stratagèmes pour que sa requête fût acceptée, il alla jusqu’à remettre implicitement en cause le Conseil de Castille et l’autorisation que ce dernier avait accordée au rédacteur du Diario de Madrid, Jacques Thévin. Pour appuyer sa requête, il souligna que Thévin était Français et que l’Ordonnance royale avait précisément été promulguée pour éviter que les idées de ce pays ne se propagent dans la Péninsule79. Après une longue bataille, Bravo reçut son précieux sésame pour éditer à nouveau son périodique le 2 octobre 179280. Mais, pour des raisons inconnues, La Espigadera ne reprit jamais le chemin des presses. Au départ, Bravo ne voulut en aucun cas créer une publication périodique. Il était désireux de publier « une collection d’opuscules d’auteurs connus » pour que leurs écrits ne tombent pas dans l’oubli sous forme de cahiers hebdomadaires ou bi-hebdomadaires car il n’était pas à même de financer l’impression d’un gros volume81. Par ce biais, il entendait « contribuer à dissiper la calomnie étrangère disant que les Espagnols n’écrivent pas de choses claires et de bon goût82 ». Il décida également d’en faire une œuvre collective en proposant aux lecteurs d’insérer toutes sortes d’écrits dans la limite du raisonnable car il ne voulait être sous aucun prétexte condamné par la censure :

  • 83 Ibid. : « Y finalmente se permite a cualquier Suscriptor o apasionado pueda insertar todo lo que gu (...)

Et finalement [disait-il] il est permis à n’importe quel Souscripteur ou fidèle lecteur de pouvoir y insérer tout ce qui lui plaira, qu’il s’agisse d’informations propres au Royaume, ou bien de discours ou de critiques de toutes sortes, pourvu que ni l’ensemble ni aucune chose ne contienne d’extravagances, de critiques à l’encontre des personnes, des médisances, ou des choses de mauvais goût, et soit en accord avec les dispositions et les règles dictées par le Gouvernement, sans que l’on note chez les Éditeurs la moindre partialité, même lorsque deux Compétiteurs ou plus leur enverront des critiques ou des plaidoyers, car tout sera publié dans l’ordre d’arrivée83.

  • 84 Voir à propos des Variedades de Ciencias, Literatura y Artes : José Checa Beltrán, « Una nueva sens (...)
  • 85 « Prospecto », VCLA, t. 1, p. 12.
  • 86 Francisco Aguilar Piñal, La prensa española en el siglo xviii, op. cit., p. 42.
  • 87 « Prospecto », VCLA, t. 1, p. 3 : « Un papel periódico destinado a anunciar las novedades literaria (...)

16Ce fut en 1803 que les Variedades de Ciencias, Literatura y Artes84 apparurent en librairie. Elles furent créées par le poète Manuel José Quintana aidé dans sa tâche par de nombreux collaborateurs : José Robollo (mathématicien et physicien), Eugenio de la Peña (médecin), Juan Álvarez Guerra (naturaliste), Juan Blasco Negrillo (géologue et chimiste), José Miguel Alea, José Folch (critique d’art)85, Tomás García Suelto et Isidoro de Antillón (géographe)86. L’objectif poursuivi était on ne peut plus clair. Il s’agissait d’offrir aux lecteurs « un journal destiné à annoncer les nouveautés littéraires les plus intéressantes, aussi bien nationales qu’étrangères, et à traiter de sujets divers et curieux mais aussi utiles en rapport avec les Sciences, la Littérature et les Arts87 ».

  • 88 Ibid., p. 4 : « Su fin es propagar los diversos descubrimientos que se verifican en los conocimient (...)
  • 89 Francisco Sánchez-Blanco, La Ilustración goyesca. La cultura en España durante el reinado de Carlos (...)
  • 90 GM, n° 2 du mardi 7 janvier 1806, p. 20 : « Variedades de ciencias, literatura y artes, núm. 24, y (...)

17Il voulait par conséquent « diffuser les différentes découvertes réalisées dans les humanités avec plus de rapidité, que ce qu’il n’en faut par le biais des livres88 ». Mais ce bimensuel dont les maîtres mots étaient « l’instruction publique et le progrès des lumières89 » disparut au terme de deux années d’existence. Les lecteurs en furent informés par la Gaceta de Madrid qui, après avoir annoncé la parution du vingt-quatrième numéro daté du 15 décembre 1805 ainsi que la vente des huit tomes qui le composaient, stipula « qu’en raison d’occupations impérieuses des éditeurs », ils cessaient de le faire paraître90.

La presse d’information et de divulgation

  • 91 Les membres du clergé qui furent rédacteurs de presse périodique représentent 30 % de l’ensemble de (...)
  • 92 Voir à propos du Correo de Madrid, María Dolores Bosch Carrera, « Aproximación a los hombres de del (...)
  • 93 AHN, Consejos, Leg. 5 550, exp. 73.
  • 94 Elisabel Larriba, Le Public de la presse en Espagne à la fin du xviiie siècle (1781-1808), op. cit.(...)
  • 95 CM, n° 1 du mardi 10 octobre 1786, p. 1 : « Con decir que el objeto de este Correo es fomentar el g (...)
  • 96 AHN, Consejos, Leg. 5 550, exp. 73 : « el Deseo de propagar la afición a la lectura, y comunicar al (...)
  • 97 Elisabel Larriba, « Le Clergé et la presse dans l’Espagne de l’Ancien Régime », art. cit., p. 13.
  • 98 Índice último de los libros prohibidos…, op. cit., p. 293 ; AHN, Consejos, Leg. 5 554, exp. 56.
  • 99 AHN, Consejos, Leg. 5 550, exp. 73.

18Parmi les membres du clergé qui se lancèrent dans l’aventure journalistique91, figurait José Antonio Manegat y de Foix qui prit la plume le 10 octobre 1786 pour offrir aux lecteurs le premier numéro du Correo de Madrid o de los Ciegos. Bi-hebdomadaire dont le titre fait référence aux aveugles qui le vendaient dans les rues madrilènes, il souffrit d’une interruption de deux semaines entre le 4 et le 18 avril 1787. À cette date il réapparut sous l’appellation de Correo de Madrid qu’il garda jusqu’à sa disparition en 179192. Aux dires de son rédacteur, il fut bien reçu par le public93. Mais le nombre de ses souscripteurs ne cessa de baisser au fil des années94 et il devint hebdomadaire le 6 octobre 1790. Son « but premier [était] de propager à toutes les classes du Royaume le goût de la lecture par un moyen curieux et agréable95 » et par conséquent de « communiquer au public une information peu commune, et des articles de littérature variée et d’instruction96 ». Manegat était désireux de mettre son journal au service de la nation en publiant tout ce qui pourrait être utile à la population en puisant ses informations dans les journaux nationaux et étrangers. Mais, ce périodique qui se transforma en « porte-parole des secteurs les plus éclairés97 » pour devenir l’illustre représentant d’une presse qui se voulait critique, ne fut pas du goût de tous les lecteurs. Son caractère incisif et sa critique acerbe de la société n’y furent certainement pas étrangers, ce qui lui valut d’ailleurs de voir les numéros 161 et 162 du mercredi 7 et samedi 10 mai 1788 mis à l’index par l’Inquisition98. Malgré cela, Manegat continua à rédiger le Correo de Madrid jusqu’en 1790, date à laquelle pour cause de maladie, il fut remplacé par l’unique distributeur du journal à Madrid, le libraire Antonio de Arribas99, avant de disparaître suite à l’Ordonnance royale de février 1791.

  • 100 Misc., Madrid, Antonio Ulloa (puis Antonio Cruzado), 1796-1800.
  • 101 « Advertencia del Editor », Misc., t. I, Alcalá de Henares, Imprenta de la Universidad, 1796, p. no (...)
  • 102 Ibid. : « Sin embargo no se puede negar, que se hallan pasajes bien pensados y escritos […] los cua (...)
  • 103 Jean-Pierre Clément, « José Hipólito Unanue (1755-1833), journaliste, scientifique et politique pér (...)
  • 104 AHN, Consejos, Leg. 11 282, exp. 83. Les périodiques importés étaient les suivants : Les Soirées li (...)
  • 105 Francisco Sánchez-Blanco, La Ilustración goyesca. La cultura en España durante el reinado de Carlos (...)

19En ce qui concerne la Miscelánea instructiva, curiosa y agradable, o Anales de ciencias, literatura y artes, sacados de los mejores escritos que se publican en Europa en diversos idiomas100, comme son titre l’indique, elle devait traiter de tous les savoirs et être composée « de nombreux articles très différents101 ». Ses trois fondateurs, Diego María Gallard et les frères Pinilla, Francisco et Matias, éditèrent en premier lieu leur mensuel à Alcalá de Henares sur les presses de l’Université dès 1796 et ce ne fut qu’en 1797, avec la parution du tome IV, qu’il fut imprimé à Madrid. Malgré un apparent désordre, ce journal, selon les trois publicistes, était composé de « passages bien pensés et bien écrits […] [qui] pouv[aient] affiner le goût et diffuser beaucoup de lumière sur les connaissances humaines102 ». Il contenait également des rubriques récurrentes comme celle consacrée aux articles extraits du journal publié à Lima par la Sociedad Académica de Amantes del País, le Mercurio Peruano103. Pour atteindre l’objectif qu’ils s’étaient fixé, Gallard et les frères Pinilla entendaient eux aussi puiser abondamment dans la presse internationale. Pour ce faire, ils demandèrent au Conseil de Castille en janvier 1798 l’autorisation de recevoir 22 périodiques européens, ce qui leur fut accordé en avril de la même année104. Avec cette publication, ils étaient désireux de mettre en relation les différents courants contemporains de la culture européenne105. La Miscelánea instructiva, curiosa y agradable fut éditée de façon ininterrompue jusqu’à la fin de l’année 1798, et, contre toute attente, après une année de silence, un ultime volume contenant les numéros XXV et XXVI fut publié en 1800.

  • 106 Ibid. La demande de licence pour publier le journal est datée du 16 mars 1803 et fut accordée le 16 (...)
  • 107 EIE, Madrid, Imprenta de Caballero, 1804. À partir d’avril 1804 paraît sous le titre d’Efemérides d (...)
  • 108 « Prospecto de un nuevo periódico intitulado Efemérides de la Ilustración de España », GM, suppléme (...)
  • 109 AHN, Consejos, Leg. 5 566, exp. 45.

20Après avoir attendu pendant près d’un an l’indispensable licence d’impression106, les Efemérides de la Ilustración de España107, créées par un publiciste aguerri puisque ancien rédacteur du Diario de Madrid, Julian de Velasco, virent le jour. Elles furent annoncées en dans un supplément de quatre pages dans la Gaceta de Madrid le 20 décembre 1803108 pour une parution quotidienne à partir du 1er janvier 1804. Ce qui leur valut, dès le prospectus publié, l’inimitié du Diario de Madrid109. Les Efemérides avaient pour vocation d’être un journal exclusivement national. Velasco qui pensait, à juste titre, que les Sciences et les Arts de la Péninsule étaient oubliés des Espagnols et méconnus des étrangers, entendait faire de sa publication :

  • 110 « Prospecto de un nuevo periódico intitulado Efemérides de la Ilustración de España », GM, suppléme (...)

Un périodique destiné à présenter quotidiennement, et sans interruption, l’état des avancées nationales dans les sciences et les arts utiles. Un périodique que l’on puisse véritablement appeler espagnol, car il traitera essentiellement de nos affaires, sans parler de celles de l’étranger, à moins qu’elles n’aient une relation directe avec nos propres progrès110.

  • 111 « Advertencia sobre las Efemérides de España », GM, supplément au n° 103 du mardi 25 décembre 1804, (...)
  • 112 « Advertencia sobre estas Efemérides », EIE, n° XXVI du vendredi 29 mars 1805, p. 350. Les rubrique (...)
  • 113 EIE, n° VII du mardi 30 avril 1805, Madrid, Imprenta de Vega y Compañía, p. 72 : « Según lo que pro (...)
  • 114 Ibid., n° XLIX du mardi 24 septembre 1805, p. 364 : « Deseando el autor dar a esta obra la mayor pe (...)
  • 115 AHN, Consejos, Leg. 5 560, exp. 45.
  • 116 « Índice alfabético general de las materias Contenidas en los cuatro volúmenes de las Efemérides hi (...)

21Pour ce faire, il demanda aux institutions scientifiques et aux personnes instruites de lui communiquer toutes les informations nécessaires. Si l’instruction était de rigueur, Velasco n’en oublia pas pour autant le divertissement. Ainsi, dans une rubrique intitulée Diversiones y variedades, proposa-t-il aux lecteurs de faire état des jeux populaires, des représentations théâtrales et des dernières nouveautés littéraires. Mais, face à l’ampleur que ce travail représentait, il changea son fusil d’épaule. Avec la parution du numéro 297 daté du 23 octobre 1804, les désormais Efemérides de España (depuis avril 1804) étaient devenues bi-hebdomadaires. Il changea leur composition et ouvrit leurs pages à l’actualité européenne dans le but, disait-il, de servir au mieux la nation111. Quelques mois plus tard, le 2 avril 1805, le journal fut à nouveau remanié, comme il avait été annoncé dans le numéro XXVI du 29 mars de la même année112. Ce remaniement entraîna également un changement de propriétaire à compter du même jour. Elles furent rebaptisées Nuevas Efemérides de España, históricas y literarias par leur nouveau rédacteur, Pedro María Olive, qui avait fait ses armes en tant que publiciste dans le Memorial literario. Ce dernier, qui voulut certainement apposer son empreinte, décida, conformément au titre choisi, dès le mois de mai de ne publier que deux rubriques113 : l’une en rapport avec l’Histoire et l’autre avec la Littérature. De fait, cette dernière donna lieu, notamment, à des analyses et comptes rendus critiques des dernières nouveautés imprimées. Éditées comme telles jusqu’en septembre 1805, elles furent publiées dès le mois suivant sous la forme de volumes trimestriels114 et sous le titre de Nuevas Efemérides de España, políticas, literarias y religiosas jusqu’à leur disparition en 1806. Ces nouvelles Ephémérides étaient entièrement consacrées à l’histoire. Chaque numéro correspondait à un jour et était composé de la vie du saint que l’on célébrait, d’une rubrique nécrologique relative aux personnalités décédées à cette même date ainsi que d’une évocation des événements européens les plus marquants. Ces rubriques n’allaient pas sans rappeler certaines de celles qui figuraient dans le Memorial literario ou avaient été envisagées pour le Diario histórico dont la licence d’impression avait été refusée en 1794115. En fait, Olive, avec ces nouvelles Éphémerides, périodiques mais trimestrielles, s’éloignait sensiblement du concept de presse ou du moins allait-il vers un genre hybride. L’objectif était d’offrir à ses lecteurs une publication conçue comme un ouvrage de référence à la manière d’un dictionnaire, terme d’ailleurs employé dans le titre de l’index alphabétique livré dans le quatrième et dernier tome de cette collection en mars 1806116.

  • 117 AHN, Consejos, Leg. 11 286, exp. 16 : « […] habiéndolo dejado [les Efemérides] su antiguo redactor (...)
  • 118 Ibidem.
  • 119 « Minerva, o el Revisor general. Obra periódica », DM supplément au n° 263 du vendredi 20 septembre (...)
  • 120 « Minerva, o el Revisor general. Obra periódica », GM supplément au n° 77 du mardi 24 septembre 180 (...)
  • 121 Joan Cavaillon Giomi, « Pedro María Olive (1768-1843), employé de l’État, homme de Lettres et journ (...)
  • 122 « Minerva, o el Revisor general. Obra periódica », GM supplément au n° 77 du mardi 24 septembre 180 (...)
  • 123 AHN, Consejos, Leg. 5 569, exp. 33 : « En el año de 1804, en por que por nuevo reglam.to de Imprent (...)
  • 124 Continuación de la Minerva o el Revisor general, Madrid, Imprenta de Nuñez, 1817-1818.
  • 125 Francisco Aguilar Piñal, La prensa española en el siglo xviii, op. cit., p. 43.

22Or, si les Efemérides de España telles qu’elles furent créées disparurent effectivement des librairies en mars 1806, le journal continua pourtant à exister. En effet, le 5 août 1805, Olive avait sollicité auprès des autorités un changement de titre pour les Efemérides. Cette demande était motivée par la mauvaise réputation dont souffrait le journal auprès du public117. Cette requête acceptée en septembre118, les Efemérides de España furent donc éditées à l’automne, plus précisément le 1er octobre, sous le titre de Minerva o el Revisor general. La parution du périodique fit d’ailleurs l’objet d’un supplément de deux pages tout d’abord dans le Diario de Madrid119 puis dans la Gaceta de Madrid120. En réalité ce changement de titre ne fut pour Olive qu’un subterfuge qui lui permit de fonder un nouveau périodique121. Quant à l’édition trimestrielle des Efemérides jusqu’en mars 1806, d’un point de vue commercial, elle fut un bon moyen d’obtenir des revenus complémentaires. Aussi, à nouveau titre, nouveau plan. Avec ce journal placé sous les hospices de la déesse Minerve (protectrice des Lettres et des Arts), Olive entendait combattre le mal qui s’était introduit dans les mœurs et la littérature122, d’où le rôle de « Contrôleur général » (Revisor general) qu’il s’était pompeusement attribué. Le bi-hebdomadaire suivait un plan très strict agencé de la manière suivante : le mardi était consacré aux textes brefs et aux informations diverses tandis que le vendredi était réservé à des articles plus longs, aux comptes rendus et aux analyses de livres nationaux et étrangers sans oublier le théâtre. De fait, la Minerva o el Revisor general présentait tout ce qui pouvait contribuer aux progrès des Sciences, des Arts et des Lettres. Cependant à cause des événements de mai 1808, Olive dut renoncer à son entreprise car il ne pouvait, disait-il, « accorder ses idées avec les maximes préjudiciables que l’on voulait introduire par le biais des œuvres publiques123 », soit les idées françaises. Pour autant, la Minerva ne disparut pas définitivement de la scène journalistique. En effet, elle retrouva le chemin des librairies neuf années plus tard, soit le 3 juillet 1817, sous le titre de Continuación de la Minerva o el Revisor general124, à raison d’un numéro hebdomadaire jusqu’en juin 1818, date à laquelle elle fut éditée mensuellement. Ce ne fut qu’à la fin de l’année 1818, avec la parution du douzième tome de la collection, que la Minerva o el Revisor general disparut définitivement125.

  • 126 RG, Madrid, Imprenta de la Administración del Real Arbitrio de Beneficencia, 1803-1804, 114 n°.
  • 127 « Prospecto », RG, 2 p. non numérotées.
  • 128 Ibid. : « La crítica, que es su principal asunto [du Regañón general…], purifica las obras literari (...)
  • 129 Ibid. : « La sana crítica es útil y agradable aun a los mismos que la sufren [...]. »
  • 130 « Señor Público », RG, n° I du mercredi 4 janvier 1804, p. 1-3.
  • 131 AHN, Consejos, Leg. 11 287, exp. 42. Lucienne Domergue, Tres calas en la censura dieciochesca, op. (...)

23Enfin, parmi les périodiques consacrés à l’information et à la divulgation, se trouve El Regañón general o tribunal catoniano de Literatura, Educación y costumbres126 de Ventura Ferrer, ancien rédacteur à La Havane d’El Regañón de La Habana. Publié entre le 1er juin 1803 et le 22 août 1804, ce bi-hebdomadaire (mercredi et samedi) de huit pages se présentait aux lecteurs, comme son titre l’indique, comme un tribunal composé d’un Juge (le Regañón general), de deux Assesseurs ou Consultants ayant respectivement la charge de divulguer des informations en relation avec l’éducation et les mœurs pour le premier et les sciences et les techniques pour le second, d’un Procureur qui devait établir chaque mois un billet critique sur l’état de la littérature espagnole et enfin d’un Secrétaire chargé du courrier127. L’objectif d’El Regañón general était la critique puisqu’il pensait qu’elle « purif[iait] les œuvres littéraires128 ». Il spécifia même que « la saine critique [était] utile et agréable même à ceux qui la subissent129 » du moment qu’elle était impartiale. En entrant dans l’année 1804, la formule changea quelque peu. Le Tribunal augmenta ses rangs car l’année se présentait, disait-il, de façon favorable pour les Lettres et l’ensemble des branches littéraires devaient être traitées de manière à provoquer le goût de la lecture des bons livres. Tel était le but des journaux selon lui130. Mais être critiqué ne fut pas du goût de tous les auteurs. En effet, un collaborateur de Ferrer, en s’attaquant aux scientifiques Louis Proust et Domingo Fernández, provoqua l’arrêt d’El Regañón general o tribunal catoniano le 22 août 1804131.

La presse économique et agricole

24Deux périodiques sont classés dans cette catégorie : le Correo mercantil de España y sus Indias représentant de la presse économique et le Semanario de Agricultura y Artes dirigido a los Párrocos pour la presse agricole.

  • 132 Voir à propos de ce périodique : Luis Miguel Enciso Recio, Prensa económica del XVIII : el Correo m (...)
  • 133 Inmaculada Urzainqui, « La prensa en la época de Carlos IV : continuidad y cambios », art. cit., p. (...)
  • 134 AHN, Consejos, Leg. 11 279, exp. 69. La liste des journaux est la suivante : d’Angleterre : les Gaz (...)
  • 135 AHN, Consejos, Leg. 11 284, exp. 36 : « […] todas las noticias, documentos de comercio […] y cuales (...)
  • 136 Nous n’avons retrouvé aucun supplément annonçant la publication du Correo mercantil dans la Gaceta (...)
  • 137 AHN, Consejos, Leg. 5 558, exp. 94.
  • 138 Ibid. : « […] el Correo mercantil si se desempeña como ofrece es obra utilísima, y no sólo necesari (...)

25Le Correo mercantil de España y sus Indias fut publié du 1er octobre 1792 au 30 juin 1808132 chaque lundi et jeudi. L’unique objectif de Diego María Gallard et Eugenio Larruga était qu’il fût le reflet de la situation commerciale et économique de l’ensemble des territoires de la Couronne espagnole. Ses rédacteurs l’avaient créé pour « instruire les fabricants, les agriculteurs et les commerçants », mais ils entendaient aussi « coopérer au développement national133 ». Composé de trois sections fixes (Agriculture, Techniques et Commerce), les publicistes n’hésitèrent pas, pour être les plus complets possible, à s’appuyer sur la presse étrangère. Aussi, sollicitèrent-ils l’abonnement à des journaux venus d’Angleterre, de France et d’Italie134. Puis, en 1802, Gallard, désormais seul (Larruga quitta la rédaction en décembre 1793), demanda à recevoir de la Balanza de Comercio « toutes les informations, documents de commerces et toutes les œuvres dont la publication par le biais du journal pourrait être utile au Public135 ». Cette institution gouvernementale placée sous la tutelle de la Secrétairerie des Finances gérait le journal depuis juillet 1795, date à laquelle Gallard délaissa la rédaction du journal pour la retrouver en décembre 1796. La parution du Correo mercantil de España y sus Indias, qui accordait une place importante au commerce, ne fut pas sans déplaire aux rédacteurs du Diario de Madrid. Ainsi, au lendemain de la présentation du Correo dans un supplément de la Gaceta de Madrid136, soit le 22 août 1792, Julián de Velasco, en charge de la rédaction du Diario, émit une plainte à son encontre auprès du Conseil de Castille137. Selon lui, certaines parties qui composaient le Correo mercantil ressemblaient trop à la troisième rubrique de son journal en rapport avec les petites annonces. L’affaire, qui dura jusqu’à fin septembre, se clôtura par l’appui incontestable des autorités au Correo mercantil de España y sus Indias qu’elles qualifièrent « d’œuvre très utile » et « nécessaire en Espagne » sans oublier de mentionner que « le Conseil et le Ministère [devaient] l’encourager pour le bien général qu’il [offrait] à la Nation138 ».

  • 139 Elisabel Larriba, Gérard Dufour, El Semanario de Agricultura y Artes dirigido a los Párrocos (1797- (...)
  • 140 Elisabel Larriba, « Un instrument de la politique agraire de Godoy : le Semanario de Agricultura y (...)
  • 141 Elisabel Larriba, « Contribution du clergé à la rédaction du Semanario de Agricultura y Artes dirig (...)
  • 142 « Prospecto », SAA, Madrid, Imprenta de Fermín Tadeo Villalpando, t. 1, p. X [Elisabel Larriba, Gér (...)
  • 143 En ce qui concerne les rédacteurs du Semanario de Agricultutra y Artes dirigido a los Párrocos, voi (...)
  • 144 Elisabel Larriba, « Un instrument de la politique agraire de Godoy : le Semanario de Agricultura y (...)
  • 145 Pedro Rodríguez Campomanes, Discurso sobre el fomento de la industria popular, Madrid, Imprenta de (...)
  • 146 Gaspar Melchor de Jovellanos, Informe de la Sociedad Económica de esta Corte al Real y Supremo Cons (...)
  • 147 Voir également au sujet du rôle des curés en tant que médiateurs culturels : Gérard Dufour, « Le rô (...)
  • 148 Elisabel Larriba, « Contribution du clergé à la rédaction du Semanario de Agricultura y Artes dirig (...)
  • 149 Elisabel Larriba, « L’art au service de la divulgation scientifique : le rôle de la gravure dans le (...)
  • 150 Elisabel Larriba, Gérard Dufour, El Semanario de Agricultura y Artes dirigido a los Párrocos (1797- (...)
  • 151 AHN, Estado, Leg. 3 242 (II), exp. 39.
  • 152 AHN, Consejos, Leg. 3 242 (II), exp. 40.
  • 153 GM, n° 103 du mardi 25 décembre 1798, p. 1112 : « Los Párrocos pueden suscribir de cuenta de sus Ig (...)
  • 154 Elisabel Larriba, Le Public de la presse en Espagne à la fin du xviiie siècle (1781-1808), op. cit.(...)
  • 155 Elisabel Larriba, « Contribution du clergé à la rédaction du Semanario de Agricultura y Artes dirig (...)
  • 156 « Prospecto », SAA, t. 1, p. XI-XII [Elisabel Larriba, Gérard Dufour, El Semanario de Agricultura y (...)
  • 157 Elisabel Larriba, Gérard Dufour, El Semanario de Agricultura y Artes dirigido a los Párrocos (1797- (...)

26De son côté le Semanario de Agricultura y Artes dirigido a los Párrocos s’adressait à un public bien différent, puisque majoritairement illettré, qui n’était autre que le monde rural et les artisans. Publication créée à l’initiative du Premier Secrétaire d’État, Manuel Godoy139, le Semanario de Agricultura y Artes sortit en librairie le 5 janvier 1797 et ne disparut que le 23 juin 1808. Instrument incontestable de la politique agricole de Godoy140, son objectif « était de favoriser le développement de l’Agriculture, des techniques et par voie de conséquence de contribuer à l’amélioration des conditions de vie des plus démunis tant à la ville qu’à la campagne141 ». Pour atteindre ce but puisque « ceux qui travaillent la terre ne lisent pas et ceux qui lisent ne la travaillent pas142 », les rédacteurs, Domingo García Fernández, Juan Bautista Virio et Juan Antonio Melón143, n’eurent d’autre choix que de se tourner vers le clergé paroissial. Les curés furent par conséquent les intermédiaires entre les savoirs véhiculés par le journal et le public. En mêlant prêche et diffusion des connaissances, il s’agissait également pour la Couronne de démontrer que si les curés étaient des serviteurs de Dieu, ils étaient aussi des sujets de Sa Majesté. À ce titre, ils se devaient « de s’associer à l’effort général et d’œuvrer, à leur tour, pour le bien de la nation, au développement de l’agriculture144 ». De quelle manière ? Tout simplement en s’abonnant au périodique, en l’étudiant et en diffusant son contenu. L’idée d’utiliser le clergé n’était pas nouvelle puisque des intellectuels comme Campomanes dans son Fomento de la Industria popular145 ou encore Jovellanos dans son Informe sobre la ley agraria146 avaient déjà mentionné son importance en tant que médiateur culturel147. Afin d’obtenir l’utilité pédagogique escomptée, les rédacteurs optèrent pour l’utilisation de textes brefs et rédigés dans un langage simple. Mais la tâche fut ardue et le Semanario de Agricultura y Artes se transforma rapidement en une véritable revue encyclopédique148 à laquelle les rédacteurs ajoutèrent pour illustrer leurs propos de nombreuses gravures149. Cependant, l’hebdomadaire, qui passa aux mains du Real Jardín botánico de Madrid en janvier 1805, avec comme rédacteurs Francisco Antonio Zea, Simón de Rojas Clemente et Claudio Boutelou (avec exceptionnellement une participation du frère de ce dernier, Esteban)150 après que Melón en eut cédé ses droits151, ne dut sa survie qu’à la seule volonté de son protecteur, Manuel Godoy. En effet, malgré l’ordre fait aux ecclésiastiques de l’ensemble des territoires de la Couronne de s’abonner au journal152 en puisant dans les deniers de leur paroisse153, ils furent nombreux à se détourner de la publication. Sur les 347 abonnés que comptait l’hebdomadaire, 231 étaient des religieux parmi lesquels 69 seulement y souscrivirent par conviction154. Mais « comment auraient-ils pu enseigner efficacement ce que la plupart d’entre eux ignoraient155 ? ». Force est de constater que l’utilisation du clergé en tant que médiateur culturel, qui avait fait ses preuves à l’étranger156, contribua à l’échec du Semanario de Agricultura y Artes dirigido a los Párrocos157 qui disparut avec son illustre protecteur.

La presse scientifique

  • 158 DND, Madrid, Imprenta de Sancha, 1792-1793, 18 n°.
  • 159 Anales de Historia natural, Madrid, Imprenta Real, 1799-1804, 21 n°. À partir du n° 7 en date du mo (...)

27Suivant les pas d’une presse périodique spécialisée, deux journaux consacrés aux Sciences furent édités : le Diario de los nuevos descubrimientos de todas las ciencias físicas que tienen alguna relación con las diferentes partes del arte de curar (1792-1793)158 et les Anales de Ciencias naturales (1799-1804)159.

  • 160 La Médecine éclairée par les sciences physiques ou Journal des découvertes relatives aux différente (...)
  • 161 AHN, Consejos, Leg. 5 557, exp. 1.
  • 162 Ibidem : « La Academia [de Médecine de Madrid] cree que la utilidad de la obra es manifiesta, pues (...)

28Comme indiqué dans son titre, le Diario de los nuevos descubrimientos était destiné à annoncer les progrès réalisés dans l’ensemble des domaines scientifiques et techniques en rapport direct avec « l’art de guérir ». Or, ce mensuel n’était autre que la traduction d’un périodique français édité à Paris depuis 1791 par le célèbre scientifique Antoine de Fourcroy. En effet, José Garriga se proposait d’offrir au public la version espagnole de La Médecine éclairée par les sciences physiques ou Journal des découvertes relatives aux différentes parties de l’art de guérir160. Quant à Gabriel Sancha, il n’hésita pas à solliciter auprès des autorités compétentes l’accord pour imprimer le journal161. Ainsi, le 30 mai 1791, l’Académie Royale de Médecine de Madrid en charge d’examiner le dossier conclut-elle à : « l’utilité manifeste de l’œuvre, car elle [offrait] de publier toutes les découvertes au fur et à mesure qu’elles [étaient] effectuées non seulement en médecine mais aussi dans ses différentes branches et dans les sciences naturelles qui [avaient] un rapport avec elle162 ».

  • 163 Ibidem : « En España, una obra de esta naturaleza en lengua vulgar es […] absolutamente indispensab (...)
  • 164 Ibidem : « En la introducción de los Traductores hay algunas expresiones poco castellanas […]. En l (...)
  • 165 Ibidem.
  • 166 GM, n° 64 du vendredi 10 août 1792, p. 548.
  • 167 AHN, Consejos, Leg. 5 557, exp. 1.
  • 168 Ibidem : « Determinó, pues, entonces el Editor hacer una obra con el mismo título, plan y objeto qu (...)
  • 169 Ibidem : « […] componiéndola de extractos del Diario de Fourcroy, del Diario de Medicina de Londres (...)
  • 170 Inmaculada Urzainqui, « La prensa en la época de Carlos IV : continuidad y cambios », art. cit., p. (...)
  • 171 « Diario de los nuevos descubrimientos de todas las ciencias físicas, que tienen alguna relación co (...)
  • 172 AHN, Consejos, Leg. 5 557, exp. 1.
  • 173 « Nota », DND, t. III, 1793, 1 p. non numérotée : « Los Editores de este Diario previenen a los Sre (...)

29« En Espagne, une œuvre de cette nature en langue vernaculaire est […] absolument indispensable163 » ajouta-t-elle. Malgré tout, l’Académie émit quelques réserves. Les censeurs s’érigèrent contre le manque de connaissances scientifiques et langagières dont faisaient preuve les traducteurs164. En conséquence, ils résolurent de ne pas autoriser l’impression des deux premiers numéros tant que des corrections n’eussent pas été apportées. Bien que cette décision ne fût pas du goût de l’imprimeur, il dut se résoudre à modifier les passages incriminés pour que le journal pût être édité. Les numéros de nouveau examinés en réunion hebdomadaire (comme cela était l’usage) reçurent finalement le visto bueno en novembre 1791165 et furent annoncés à la vente le 10 août 1792 dans la Gaceta de Madrid166. Le temps requis pour l’examen des textes par l’Académie de Médecine auquel il fallait ajouter les lenteurs administratives et le délai d’impression firent que le Diario de los nuevos descubrimientos était imprimé et présenté aux lecteurs, pour certains numéros, avec quatre mois de retard. Ce que Sancha n’hésita pas à préciser dans une lettre adressée aux censeurs du journal le 28 novembre 1792167. Désireux de satisfaire au mieux son public, il demanda dans ce même courrier que les académiciens fussent plus rapides dans l’élaboration de leur jugement. N’arrivant pas à être entendu, il décida de changer radicalement de trajectoire rédactionnelle. En décembre 1792, Sancha (désormais seul rédacteur et éditeur du mensuel) annonça sa volonté « d’en faire une œuvre nouvelle tout en gardant le même titre, le même plan et le même objectif168 ». Des comptes rendus tirés du journal de Fourcroy et d’autres périodiques européens seraient présentés169. De fait, en 1793 le Diario de los nuevos descubrimientos entra dans une nouvelle étape et la collaboration des lecteurs fut demandée170. Ce changement de cap, qui avait été annoncé dans le Mercurio de España du mois de décembre 1792171, avait pour but non dissimulé la désignation d’un censeur fixe et perpétuel pour la revue172. Ce fut chose faite le 14 janvier 1793 avec la nomination du Docteur en médecine Jaime Bonells. Malgré cela, l’imprimeur et libraire Gabriel Sancha clôtura l’édition du Diario de los nuevos descubrimientos de todas las ciencias físicas que tienen alguna relación con las diferentes partes del arte de curar cette même année avec la parution du numéro VI de l’année II. La raison invoquée était on ne peut plus claire : le manque de souscripteurs173.

  • 174 « Prólogo », ACN, n° 1 du mois d’octobre 1799, 1 p. non numérotée : « Publicaremos los Anales por n (...)

30Le minéralogiste allemand Christian Herrgen, le chimiste français Louis Proust, Domingo García Fernández en charge de la Chimie à la Junte de Commerce, des Monnaies et des Mines ainsi qu’Antonio José Cavanilles, botaniste et naturaliste de renom, furent plus chanceux avec les Anales de Ciencias naturales. Une chance, somme toute relative, puisque, de ce journal publié sans périodicité fixe (uniquement lorsque la matière nécessaire à la composition d’un numéro serait suffisante174), ne furent imprimés que 21 numéros entre octobre 1799 et mai 1804. L’objectif des publicistes était clair et soutenu par Charles IV en personne :

  • 175 Ibidem : « Deseando el Rey, a ejemplo de otras naciones cultas, se publique en sus estados un Perió (...)

Le Roi désireux, en prenant exemple sur les autres nations savantes, que soit publié dans ses états un Journal, qui non seulement présente aux Espagnols les découvertes faites et celles que feront les étrangers, mais aussi celles qui se font successivement en Espagne dans les domaines de la Minéralogie, de la Chimie, de la Botanique et dans les autres branches de l’Histoire naturelle, a décidé de confier à D. Christian Herrgen, D. Louis Proust, D. Domingo Fernández et à D. Antonio José Cavanilles la rédaction de cette œuvre importante, qui sera imprimée dans son imprimerie Royale sous le titre d’Anales de Historia natural175.

  • 176 Ibid. : « Para hacerlo con mayor brevedad podrá contribuir el que los sabios nacionales y extranjer (...)
  • 177 « Advertencia », ACN, n° 7 du mois de janvier 1801, 1 p. non numérotée.

31Le plan du journal annoncé, les rédacteurs demandèrent, pour réduire les délais de livraison entre chaque numéro, aux savants, compatriotes ou non, de leur communiquer les fruits de leurs recherches176. Avec cet appel à la collaboration, les quatre rédacteurs entendaient faire de leur périodique un ouvrage collectif rédigé pour et par la communauté scientifique. De fait, ils caressaient l’espoir que les Anales de Ciencias naturales fussent diffusées au-delà des frontières espagnoles. La formule choisie atteste un certain succès puisque avec le numéro 7 paru en janvier 1801, les rédacteurs annoncèrent quelques changements. En effet, face aux nombreux articles qu’ils reçurent, sortant parfois du cadre strict qu’ils s’étaient fixés, ils décidèrent d’ouvrir leur journal à d’autres champs d’investigation. Ceux-ci devaient cependant être en relation directe avec l’histoire naturelle. Aussi, décidèrent-ils de changer de titre pour qu’il fût plus représentatif de son contenu. Les quatre scientifiques le transformèrent en Anales de Ciencias naturales et réitérèrent par la même occasion dans l’Avertissement qui ouvrait ce même numéro leur demande d’une participation active de leurs confrères177. Les Anales furent par conséquent plus qu’un journal, une véritable revue encyclopédique à laquelle les publicistes n’hésitèrent pas à ajouter des gravures pour illustrer leurs propos. Or, le journal disparut en 1804 sans aucune explication.

La presse pour enfants

  • 178 GN, Madrid, Imprenta de Sancha, 1798-1800, 24 n°.
  • 179 « Límites », GN, n° I, p. 1-2 : Note de bas de page insérée dans le « Prospecto de la Gaceta de los (...)
  • 180 DM, n° 173 du vendredi 22 juin 1798, p. 695-696 ; GM, n° 51 du mardi 26 juin 1798, p. 478.
  • 181 « Prospecto de la Gaceta de los niños », GN, n° I, p. 2.
  • 182 Ibid.
  • 183 Ibid. : « Si se atiende desde los primeros momentos de la vida a quebrar las alas de los pequeños v (...)
  • 184 Jesús María Vázquez, La prensa infantil en España, Madrid, Doncel, 1963, p. 26.
  • 185 « Límites », GN, n° I, p. 2.
  • 186 « Prospecto de la Gaceta de los niños », GN, n° I, p. 2 : « […] es menester hacerles [aux enfants] (...)
  • 187 Mercedes Chivelet, « La prensa infantil nació en la imprenta de Antonio Sancha. Con la Gaceta de lo (...)
  • 188 « Prospecto de la Gaceta de los niños », GN, n° I, p. 3.
  • 189 Ibid.
  • 190 « Advertencia », GN, t. II, 1800, 1 p. non numérotée : « Este periódico se suspende por ahora, con (...)

32En cette fin de siècle, la Gaceta de los niños178 apparaît comme un périodique novateur. En effet, comme son titre l’indique, elle s’adressait à un public atypique : les enfants179. Premier périodique de ce type publié en Espagne par les frères José et Barnabé Canga Argüelles, la Gaceta fut éditée mensuellement durant deux années consécutives, de juin 1798 (comme s’en fit l’écho la presse180) à juin 1800. Si l’idée était nouvelle, les rédacteurs confessèrent qu’ils s’étaient appuyés sur un journal parisien au titre similaire, Le Courrier des enfants de Louis-François Jauffret édité entre 1796 et 1799181. Mais, se refusant à donner une simple traduction du français, ils mentionnèrent que, pour composer la Gaceta, ils utiliseraient d’autres sources et ainsi l’enrichiraient182, le tout en accord avec la religion, les coutumes et les lois en vigueur. Pur produit des Lumières, ce mensuel était une œuvre morale, scientifique et artistique comme cela était précisé dans le sous-titre. Les objectifs des frères Canga Argüelles étaient d’éliminer tout vice du cœur de leur jeune public183 et de l’éduquer184 pour en faire de bons citoyens185. Il s’agissait aussi de leur donner le goût de l’instruction, de l’étude et l’envie de lire. Pour réussir leur entreprise, les publicistes durent s’adapter à l’âge de leurs lecteurs. Aussi, mirent-ils les Sciences à leur portée, d’une part, en utilisant le même langage que leur jeune public dans un style clair et agréable et, d’autre part, en se conformant à leur intelligence186. La Gaceta de los niños s’adressait néanmoins à un nombre réduit de lecteurs qui avait un accès privilégié à l’éducation. En somme, à des secteurs tels que la noblesse, les classes aisées ou à des adultes en relation directe avec le monde de l’enseignement comme les membres du clergé et les pères de famille187. En abordant l’ensemble des connaissances utiles (littérature, sciences et arts), les rédacteurs caressaient l’espoir de transformer la Gaceta de los niños en une Enciclopedia de los niños188. Plus encore, ils voulaient éditer un second périodique en complément pour les adolescents cette fois. La Gaceta de los Jóvenes devait être publiée en alternance avec la première et, toujours dans un but éducatif : dénoncer les préjudices causés par le vice189. Mais ce dernier projet ne vit pas le jour. Par ailleurs, alors que la Gaceta de los niños avait réussi à trouver un public, elle fut stoppée dans son élan à cause de la mauvaise santé de l’un de ses deux rédacteurs190.

La presse annuelle

33Les trois périodiques qui entrent dans cette catégorie présentent bon nombre de similitudes. Outre leur périodicité, ils avaient la particularité, d’une part, de ne proposer que des listes d’ouvrages, de gravures, de cahiers de musique et de librairies et, d’autre part, de s’adresser principalement aux commerçants de livres et aux hommes de Lettres.

  • 191 BPA, Madrid, Imprenta Real, 1784-1791.
  • 192 « Biblioteca española, o índice general, dividido por materias, de los Libros y Papeles publicados (...)
  • 193 « Advertencia », BPA, 1785, p. 3.
  • 194 Ibid. : « En el Memorial literario de Madrid del mes de Marzo de 1785. ofrecimos dar separada la Bi (...)
  • 195 AHN, Consejos, Leg. 5 560 (II), exp. 105.
  • 196 Ibid. : « […] hallo que no es más que un índice de libros extractado de lo que se han publicado en (...)
  • 197 Ibidem.

34Le premier d’entre eux fut la Biblioteca periódica anual para utilidad de los libreros y literatos, éditée de 1784 à 1791191. Fondée par les rédacteurs du Memorial literario, Ezquerra et Trullenc, ce fut d’ailleurs dans le numéro du Memorial du mois de décembre 1784 que le premier numéro de la Biblioteca periódica anual fut signalé sous le titre de Biblioteca española, o índice general, dividido por materias, de los Libros y Papeles publicados en este presente año, con las citas de los meses, y páginas donde se hallan extractos192. L’année suivante, les memorialistas annoncèrent leur volonté d’éditer la Biblioteca española sous un nouveau titre, celui de Biblioteca periódica anual, et d’en faire un tirage à part193. La publication de cette bibliothèque ou plutôt de ce catalogue des textes imprimés en Espagne revêtait un double objectif. D’abord, d’en faire un ouvrage plus maniable puis « d’étendre avec plus de facilité, non seulement à travers toute la Péninsule, mais aussi aux Royaumes Étrangers qui les ignor[aient] régulièrement, les Écrits annuels de [leur] Nation194 ». Avec cette publication, les journalistes participaient non seulement activement au développement de l’économie du livre mais entendaient aussi démontrer à l’ensemble de ses détracteurs que l’Espagne appartenait, au même titre que les autres nations européennes, à la République des Lettres. La Biblioteca periódica anual correspondait donc en tout point à la politique élaborée, à l’époque, par Charles III pour encourager l’industrie liée au monde de l’édition. Une aubaine pour les deux rédacteurs qui voyaient également en elle un bon moyen d’obtenir des revenus complémentaires sans grand effort. Par conséquent, la Biblioteca periódica parut chaque année jusqu’en 1791 mais il semblerait qu’elle n’eut que peu de succès. En effet, lorsqu’en août 1795 Nicolás de Albelo y Ulloa présenta une demande de licence pour l’impression d’un journal en tout point identique et de même titre, Bartolomé Múñoz de Torres (escribano de Cámara) en charge du dossier rappela que la Biblioteca avait été suspendue en 1791 par ses rédacteurs en raison de ses faibles ventes195. Réalité ou supercherie ? Il n’en reste pas moins que Múñoz semblait avoir oublié l’Ordonnance royale du 24 février 1791. De plus, Pedro Estala, censeur nommé pour évaluer l’utilité du projet, avait émis un avis défavorable pour cette nouvelle édition. Il pensait que les lecteurs allaient gaspiller leur argent dans un ouvrage qui n’était « qu’un simple index de livres extrait de ceux qui [étaient] annoncés dans la Gaceta [de Madrid] sans ordre ni méthode196 » et Múñoz pour démontrer l’inutilité d’une telle entreprise rappela au surintendant de la librairie qu’un journal de ce type existait déjà197.

  • 198 NVCM, Madrid, Imprenta de Benito Cano, 1791-1797. Rééditées en 1798.
  • 199 DM, n° 129 du lundi 9 mai 1791, p. 523-524 ; GM, n° 35 du mardi 3 mai 1791, p. 304.
  • 200 AHN, Consejos, Leg. 5 557 (1), exp. 35.
  • 201 Guías de Forasteros de Madrid, Madrid, Imprenta Real, 1744-1837.

35En effet, Albelo avait été devancé par Ángel Valero y Chicarro, rédacteur des Noticias varias y curiosas de Madrid198 qui avait été annoncées dès le mois de mai 1791199 et dont les bénéfices de la vente étaient reversés à la Junte de Charité en faveur des petites filles du quartier de Leganés200. Par ailleurs, les Noticias varias y curiosas de Madrid se voulaient être un complément des Guías de Forasteros de Madrid201.

  • 202 AL, Madrid, Imprenta de Repullés, 1804, 1807, Madrid, Imprenta de Gómez Fuentenebro, 1806, 4 n°.

36Après la disparition de ces dernières en 1797, ce fut l’Almanaque literario202 qui les remplaça en 1804. Rédigé par le prêtre Antonio Marqués y Espejo, ce journal, comme ses prédécesseurs, présentait diverses listes de livres. Mais seulement quatre numéros furent édités, le dernier en 1807.

Un journal à part, les Zumbas del famoso Juan de Espera en Dios de José de Santos Capuano

  • 203 Zumbas con que el famoso Juan de Espera de Dios, hijo de Millán y sobrino de Juan de Buen Alma…, Ma (...)
  • 204 Antonio Fernández Insuela, « Acercamiento a una novela por entregas dieciochesca : Zumbas, de José (...)
  • 205 Paul-Jacques Guinard, La Presse espagnole de 1737 à 1791, op. cit., p. 342.
  • 206 Ibid.
  • 207 Ibid.
  • 208 AHN, Consejos, Leg. 5 561, exp. 38 : « […] la considero [l’œuvre] frívola e inútil, y llena al mism (...)
  • 209 Ibid.

37Les Zumbas de Juan de Espera en Dios203 constituent un cas à part. En effet, ce journal publié à partir de 1788 par José de Santos Capuano, secondé par son frère Santiago, est à mi-chemin entre publication périodique et roman feuilleton204. En réalité, seuls les 21 premiers numéros regroupés dans le tome I furent publiés périodiquement205, chaque jeudi comme stipulé dans le titre. Les numéros suivants, correspondant au tome II, édité en 1789, puis III et IV en 1794, furent directement imprimés sous la forme de volumes. Bien loin des topiques journalistiques de l’époque, chaque parution des Zumbas présentait un épisode « de la vie du paysan Juan de Espera en Dios206 ». Avec ce récit, le rédacteur espérait « distraire honnêtement les simples paysans, les honnêtes commerçants, les artisans et autres loyaux sujets du roi207 ». Cependant, les Zumbas de Juan de Espera en Dios ne durent leur publication qu’à la cécité de leur auteur. Effectivement, l’étude du dossier d’impression des Rezumbas de Juan de Espera en Dios (le tome II) soumise à la censure de Tomás de Iriarte fut sans équivoque. Il affirmait que cette œuvre était « frivole et inutile, et remplie de petits contes vulgaires » et surtout, que sa publication n’apporterait rien à la nation208. Suite à ce rapport, sa fille, Paula de Santos, en mars 1789, demanda un nouvel examen du manuscrit en invoquant le handicap de son père et le peu de ressources économiques dont il bénéficiait (six réaux journaliers)209. De fait, deux mois plus tard Iriarte l’examina de nouveau et même s’il ne revint nullement sur son premier jugement, il adoucit son propos :

  • 210 Ibid. : « […] las correcciones nuevamente hechas por el Autor en esta obra no bastan a sacarla de l (...)

Les corrections nouvellement faites par l’Auteur dans cette œuvre ne suffisent pas à la sortir de la catégorie de celles qui sont écrites comme un frivole et vulgaire passe-temps, ni à la ranger dans le nombre de celles qui sont utiles et de bon goût, pour le moins, les petits contes, que dans ma première censure j’avais jugés comme indécents et indignes de voir le jour ont été supprimés ou corrigés. Ainsi, et compte tenu maintenant du préjudice qui serait occasionné à ce pauvre Aveugle, si on le privait du bénéfice qui est attendu de la publication du second Tome d’une œuvre qui a déjà commencé à être vendue [le tome I, les Zumbas], je suis d’avis que le Conseil soit condescendant avec lui et lui permette l’impression de son écrit210.

  • 211 Ibid.
  • 212 Antonio Fernández Insuela, « Acercamiento a una novela por entregas dieciochesca : Zumbas, de José (...)

38Le tome II fut ainsi édité pour permettre à son auteur d’augmenter ses revenus quotidiens. Iriarte avait bien compris qu’il ne s’agissait là que d’une faveur accordée par le Conseil de Castille. Quant à l’ecclésiastique Pedro Centeno, censeur des tomes III et IV en juin 1794, il fut bien plus clément. Hormis un style qu’il jugea des plus simples, il ne vit aucun inconvénient à ce que les deux derniers tomes fussent imprimés et précisa même que leur lecture pouvait être intéressante et instructive pour la population211. Profitant certainement de la magnanimité des autorités, « l’aveugle le plus célèbre de Madrid212 » n’aura de cesse de faire rééditer les quatre tomes des Zumbas entre 1799 et 1807.

39Malgré des spécificités et des contenus bien différents, l’ensemble des périodiques que nous venons de présenter firent la part belle aux Lettres en publiant des annonces de librairie. Chacun d’entre eux offrit par conséquent aux lecteurs de l’époque des informations plus ou moins détaillées sur les dernières nouveautés imprimées : le titre de l’œuvre annoncée, l’auteur et/ou le traducteur ainsi que des renseignements sur eux, le prix établi en fonction de la reliure, le format, les lieux de vente aussi bien à Madrid qu’en province et parfois même à l’étranger et, enfin, en fonction de la politique éditoriale choisie par les rédacteurs des journaux, des commentaires ou résumés de l’ouvrage ainsi que les dates et lieux d’édition. Ce sont ces mêmes informations que nous avons collectées et utilisées afin d’établir notre corpus.

Méthodologie

  • 213 « ML, n° LV », GM, n° 55 du mardi 10 juillet 1804, p. 614 ; « ML, n° LVI », Ibid., n° 58 du vendred (...)
  • 214 « ML n° LVIII », EIE, n° 248 du mardi 4 septembre 1804, p. 1020.
  • 215 « Almanaque literario, Manual utilísimo para los comerciantes de libros y apasionados a la literatu (...)
  • 216 Nous remercions Inmaculada Urzainqui de nous avoir fourni cette information.
  • 217 Hemeroteca Digital, Biblioteca Nacional de España, Gobierno de España – Ministerio de Cultura.
  • 218 Biblioteca Virtual de Prensa Histórica, Gobierno de España – Ministerio de Cultura.

40Après avoir répertorié l’ensemble des journaux édités sous le règne de Charles IV dont certains sont apparus lors du recensement des imprimés, il nous a fallu procéder à leur localisation. Si de nombreuses collections de périodiques sont conservées à la Biblioteca Nacional de España sous forme de volumes reliés, trimestriels ou semestriels comme il était de coutume de faire à l’époque, certaines d’entre elles restent cependant incomplètes. Les numéros du Memorial literario de juillet à décembre 1804, bien qu’annoncés dans la Gaceta de Madrid213 et dans les Efemérides de España214 n’ont pas été localisés à ce jour. Il en va de même pour le numéro II qui correspond à l’année 1805 de l’Almanaque literario pourtant annoncé dans la Gaceta de Madrid215 ; le tome 25 (janvier à juin 1805), les numéros 52 à 67 (juillet et une partie du mois d’août 1806) ainsi que le 104 du 29 décembre 1806 du Correo mercantil de España y sus Indias et pour le volume V de la Miscelánea instructiva, curiosa y agradable. Nous avons dû aussi souvent parfaire notre corpus en consultant plusieurs collections d’un même journal soit pour les compléter, soit parce qu’elles n’étaient pas toujours identiques. Cela a été le cas du Memorial literario. Pour celui-ci, les numéros correspondants à l’année 1806 conservés à l’Hemeroteca Municipal de Madrid offrent quelques différences avec ceux de la Biblioteca Nacional. En effet, dans la collection de cette dernière ne figurent pas les pages de garde avant les unes qui contiennent notamment des annonces de librairie. Nous avons également consulté la collection de la Gaceta de los niños qui se trouve à la Real Biblioteca de Palacio Real216 puisque la Biblioteca Nacional n’en conserve qu’un seul tome. Puis, pour compléter les collections des Noticias varias y curiosas de Madrid et de l’Almanaque literario avec respectivement le dernier numéro daté de 1797 et le numéro III de 1806, nous nous sommes rendu pour le premier à la Biblioteca Histórica de Madrid et pour le second à la Biblioteca de Castilla la Mancha située à Tolède. Enfin, nous avons également pu étoffer notre corpus grâce, à la numérisation de nombreux journaux réalisée, entre autres, par l’Hemeroteca digital de la Biblioteca Nacional de España (créée en 2007)217, et par la Biblioteca Virtual de Prensa Histórica (fondée en 2009)218.

  • 219 Nous remercions Éric Carroll (Informaticien – CNRS, UMR TELEMME, Aix-Marseille Université) de nous (...)
  • 220 Francisco Aguilar Piñal, Bibliografía de autores españoles del siglo xviii, Madrid, CSIC, 1981-2001 (...)
  • 221 Paula de Demerson, Esbozo de una biblioteca de la juventud ilustrada (1740-1808), op. cit.
  • 222 Inmaculada URZAINQUI, « Anuncios y reseñas de traducciones de obras inglesas en la prensa española (...)
  • 223 María Aurora Aragón Fernández, Traducciones de obras francesas en la Gaceta de Madrid en la década (...)

41L’étude des annonces de librairie publiées dans la presse madrilène nous a permis d’établir autant de listes d’ouvrages annoncés qu’il y eut de périodiques qui se firent l’écho des nouveautés bibliographiques, soit 21. Mais les informations que fournissent ces listes, exploitées séparément, n’auraient guère été de grande utilité. Tout d’abord, parce qu’elles ne sont pas toutes identiques. Ensuite, parce que les périodiques étudiés n’ayant pas été édités aux mêmes dates et leurs rédacteurs n’ayant pas tous eu le même intérêt pour la publication des annonces de librairie, un travail sur seulement quelques-uns d’entre eux ou une étude séparée des annonces qu’ils renfermaient auraient faussé nos recherches. Pour exploiter au mieux les renseignements que nous offraient les 25 060 annonces de librairie publiées dans les 21 périodiques madrilènes, l’outil informatique était indispensable. Nous avons donc rassemblé l’ensemble des informations recueillies dans une banque de données219 dont l’utilité réside dans sa maniabilité. Cette dernière ne contient pas moins de 30 285 entrées ou fiches qui correspondent également au nombre total d’ouvrages annoncés dans les 25 060 annonces de librairie étudiées. Chacune d’entre elles correspond non pas à une annonce de librairie mais à une œuvre annoncée. Par conséquent ces fiches possèdent toutes des champs identiques. Dans un premier temps, les références de l’annonceur : le périodique dans lequel l’ouvrage fut signalé, le numéro correspondant, la date de publication, les pages dans laquelle ou lesquelles l’œuvre apparaît. Suivent les données relatives à l’imprimé : le type (livre mentionné « L » ou revue « D »), le titre, son ou ses auteurs, leur profession ou classe sociale ; s’il s’agit d’une traduction, le nom du ou des traducteurs ainsi que leur état, le format de l’œuvre, le prix de vente établi en fonction de la reliure et les lieux de vente à Madrid, en province ou à l’étranger. Puis, le public visé ainsi qu’une rubrique « commentaires » permettant de rassembler toutes les informations utiles. À savoir, s’il s’agissait d’une nouveauté, d’une traduction (pour laquelle nous avons mentionné la langue) ou d’une réédition ; la date et le lieu d’édition ; si l’ouvrage annoncé était en langue étrangère ; s’il s’agissait du prospectus de l’œuvre, d’une annonce précisant aux lecteurs de venir récupérer l’ouvrage attendu ou bien encore si le livre contenait des gravures. Enfin, le dernier champ contient la catégorie dans laquelle nous avons choisi de classer l’œuvre (religion, littérature, sciences et arts etc.). De fait, grâce à cette banque de données, il nous est possible de chercher une information, quelle qu’elle soit, dans l’ensemble des publications périodiques étudiées ou dans celle de notre choix, dans un ou plusieurs champs mais aussi de faire des regroupements de toute sorte. Cependant, si ce fichier fut notre principal outil de travail et constitua la base même de notre corpus, il ne s’avéra pas toujours efficace lorsque nous dûmes faire des études de cas et établir, en particulier, des listes d’auteurs, de traducteurs ou même de livres en langues étrangères. En ce qui concerne les hommes de Lettres, les rédacteurs des annonces de librairie ne mentionnèrent pas systématiquement leurs noms complets ou ils étaient parfois mal orthographiés voire seulement identifiés par leurs initiales. Afin d’éviter les doublons et d’obtenir des données plus précises, il nous a fallu, à partir de ce premier fichier informatisé, créer des annexes. Pour réduire encore au minimum la marge d’erreur, nous avons comparé la liste d’ouvrages contenue dans notre banque de données à la Bibliografía de autores españoles del siglo xviii de Francisco Aguilar Piñal220. Ce monumental ouvrage, nous permit de dissiper quelques doutes en ce qui concerne non seulement l’auteur d’un écrit mais aussi pour ce dernier s’il s’agissait d’une nouveauté ou d’une réédition. Quant aux traductions qui ne sont pas toujours spécifiées dans les annonces, l’étude de Paula de Demerson, Esbozo de una biblioteca de la juventud ilustrada221, l’article d’Inmaculada Urzainqui, Anuncios y reseñas de traducciones de obras inglesas en la prensa española del siglo xviii222 ou plus récemment l’ouvrage de María Aurora Aragón Fernández intitulé Traducciones de obras francesas en la Gaceta de Madrid en la década revolucionaria (1790-1799)223 nous furent d’une aide précieuse.

42Aussi, bien que des collections de journaux soient incomplètes car non localisées à ce jour et que toutes les nouveautés bibliographiques ne fussent certainement pas annoncées dans la presse madrilène, les ouvrages que nous avons pu répertorier en étudiant les annonces de librairie offrent malgré tout, nous semble-t-il, un panorama fidèle de ce que pouvait être le monde de l’édition sous le règne de Charles IV.

Notes

1 Eugenio Hartzenbusch, Apuntes para un Catálogo de Periódicos madrileños desde el año de 1661 hasta 1870, Madrid, Impresores de la Real Casa, 1894.

2 Paul-Jacques Guinard, La Presse espagnole de 1737 à 1791, op. cit.

3 Francisco Aguilar Piñal, La prensa española en el siglo xviii, op. cit.

4 Lucienne Domergue, Tres calas en la censura dieciochesca, op. cit..

5 AL, Madrid, Imprenta de Repullés, 1804-1807.

6 Biblioteca española económico-política, Madrid, Imprenta de Sancha, 1801-1821.

7 Discursos morales y consideraciones familiares para todos los días del año. Madrid, Imprenta de Don José Doblado, 1786-1792.

8 Postillón del Correo de Madrid (El), Madrid, [s.i.], 1788, 2 no. Le n° 3, ou la Carta 3, fut annoncé dans le CM, n° 234 du mercredi 18 février 1789, p. 1496.

9 Teniente del Apologista universal (El), Madrid, Imprenta de Don Antonio Espinoza, 1788, un numéro. N° II annoncé dans la GM, n° 17 du vendredi 27 février 1789, p. 148.

10 GM, n° 1 du vendredi 2 janvier 1879, p. 8 ; DM, n° 9 du vendredi 9 janvier 1789, p. 35.

11 « Desde principio de Enero se publicará un nuevo periódico intitulado Jardín de Ciencias y Artes, en que se extractarán y criticarán las principales obras que se publiquen en España : este papel será un compendio de los adelantamientos modernos, útil a toda clase de personas : constará cada cuaderno de 5 pliegos de impresión. Los suscriptores pagarán 20 rs. por 3 meses o 6 números ; y a los que no suscriban se venderá a 4 rs. : se suscribe en la Librería de Argueta, calle de la Montera. Los autores nacionales que quieran que se haga el análisis de sus obras entregarán une ejemplar en dicha librería », GM, n° 1 du mardi 04 janvier 1803, p. 8 ; « Desde el día primero del corriente se publica un nuevo Periódico, intitulado Jardín de Ciencias y Artes, en que se extractarán y criticarán las principales obras que se publiquen en Europa, este papel será un Compendio de los adelantamientos modernos, útil a toda clase de personas estudiosas ; y a fin de hacer los análisis más claros. Constará cada cuaderno de cinco pliegos de impresión. Los Suscriptores pagarán 20 rs. por tres meses, o seis números, y a los que no suscriban se venderá cada cuaderno a 4 rs. : se suscribe en la Librería de Argueta, calle de la Montera. Los Autores nacionales que quieran se haga el análisis de sus obras, entregarán un ejemplar en dicha Librería. », DM, n° 14 du vendredi 14 janvier 1803, p. 54-55.

12 La Nada entre dos platos : 1ª y 2ª carta a la bergamota, que escribía Clori a su amiga Lisi, para postre, buen gusto y fino olor de su mesa, Madrid, Imprenta de Antonio de Espinosa, 1789.

13 GM, n° 69 du vendredi 28 août 1789, p. 588 : « [...] obra periódica si el público favorece a estas damas, e imperiódica si no las favorece. » Également annoncée comme périodique dans le DM, n° 243 du lundi 31 août 1789, p. 243 : « Obra periódica. ». En revanche, rien n’est spécifié quant à sa périodicité dans le ML, n° XCVIII, 2e partie de novembre 1789, p. 431.

14 Les périodiques, au nombre de 12, ne comportant aucune annonce de librairie sont les suivants : Almacén de frutos literarios inéditos de nuestros mejores autores antiguos y modernos, Madrid, 1804 ; Anti-Regañón general (El), Madrid, Imprenta de Don Mateo Repullés, 1803, 6 no ; Biblioteca española económico-política, Madrid, Imprenta de Sancha, 1801-1821 ; Diálogos de Don Benito, Madrid, 1788-1789, 6 no ; Diario de las musas, Madrid, Imprenta de Hilario Santos, 1790-1791, 86 no ; Discursos literarios, políticos y morales, op. cit. ; Discursos morales y consideraciones familiares para todos los días del año, op. cit. ; Filósofo a la moda (El) o el Maestro universal, Madrid, [s.i.], 1788-1791, 36 no ; Gabinete de lectura española, o colección de muchos papeles curiosos de escritores antiguos y modernos de la Nación, Madrid, Imprenta de la Viuda de Ibarra, Hijos y Compañía, 1787-1793, 6 no ; Memorias instructivas y curiosas sobre Agricultura, Comercio, Industria, Economía, Química, Botánica, Historia Natural, etc., Madrid, Pedro Marín, 1778-1791 ; Memorias políticas y económicas, sobre los frutos, comercio y fábricas y minas de España con inclusión de los Reales decretos, órdenes, cédulas, aranceles y ordenanzas que se han expedido para su gobierno y fomento, Madrid, Imprenta de Benito Cano puis d’Espinosa, 1787-1800, 45 t. ; Semanario erudito, Madrid, Imprenta de Alfonso López, 1787-1791, 35 t.

15 Paul-Jacques Guinard, La Presse espagnole de 1731 à 1791, op. cit., p. 217.

16 Elisabel Larriba, Le Public de la presse en Espagne à la fin du xviiie siècle (1781-1808), op. cit., p. 39.

17 SAA, Madrid, Imprenta de Villalpando, 1797-1808, 599 n°.

18 Voir Elisabel Larriba, « Los periodistas y el derecho a la educación para todos », Cuadernos de Historia Moderna. Anejos : Cambio social y Ficción literaria en la España de Moratín VI, 2007, p. 119-145.

19 Le premier numéro de la Gaceta de Madrid fut édité sous le titre de Relación o Gaceta de algunos casos particulares, así Políticos como Militares, sucedidos en la mayor parte del Mundo, hasta fin de Diciembre de 1660.

20 María Dolores Saíz, Historia del periodismo en España, op. cit., p. 50 : « Juan José de Austría […], en realidad fue el primer gobernante que comprendió la importancia de la información como medio de lanzamiento político. »

21 En ce qui concerne la publication de la Gaceta de Madrid, voir l’introduction à l’ouvrage de Lucienne Domergue, Reyes Escalera Pérez, José Miguel Morales Folguera, Marion Reder Gadow, Crónica festiva de dos reinados en la Gaceta de Madrid (1700-1759), Margarita, Torrione (Ed.), Toulouse-Paris, Cric & Ophris, 1998, p. 11-23 ; Juan Pérez de Guzmán y Gallo, Bosquejo histórico-documental de la Gaceta de Madrid, Madrid, Imprenta de la sucesora de M. Minuesa de los Ríos, 1902.

22 À partir du troisième numéro, elle paraît sous le titre de Gaceta Nueva et, ce, jusqu’en 1663.
Puis, lorsqu’elle réapparaît en 1677, elle est publiée sous celui de Gaceta ordinaria de Madrid.

23 María Dolores Saíz, Historia del periodismo en España, op. cit., p. 58.

24 GM, n° 2 du mardi 12 janvier 1762, p. 16 : « Desde el Martes próximo 19. de este mes en adelante se encontrará la Gaceta en la calle de las Carretas, casa de D. Francisco Manuel de Mena, en donde se vende el Mercurio ; y se advierte, que se formará, imprimirá, y venderá de cuenta de S. M. habiéndose dignado incorporar a su Corona el Privilegio de venderla, que estaba engenado para que experimente el público, entre otras ventajas, la de tenerla en mucho mejor papel, y con más frescas fundadas noticias. »

25 Lucienne Domergue, Reyes Escalera Pérez, José Miguel Morales Folguera, Marion Reder Gadow, Crónica festiva de dos reinados en la Gaceta de Madrid (1700-1759), op. cit., p. 23 : « De 1762 en adelante la GACETA DE MADRID deja de ser un periódico de información general, dirigido y administrado durante un siglo por manos privadas, para convertirse en una publicación enteramente oficializada, portavoz y palestra de los criterios y opiniones del Gobierno. »

26 Ana María Freire, Paul-Jacques Guinard, « Coordenadas y causas de la vida literaria. La prensa española del siglo xviii », in Historia de la literatura española. El siglo xviii, t. VI., vol. 1, Madrid, Espasa Calpe, 1995, p. 28.

27 Voir à ce sujet Alberto Gil Novales, « La revolución francesa a través de la Gaceta de Madrid », Estudios dieciochistas en homenaje al profesor José Miguel Caso González, vol. I, 1995, p. 347-363.

28 Lucienne Domergue, Le Livre en Espagne au temps de la Révolution française, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 1984, p. 47.

29 Luis Miguel Enciso Recio, La Gaceta de Madrid y el Mercurio histórico y político 1756-1781, Valladolid, CSIC, 1957, p. 99.

30 François Lopez, « Las obras extranjeras anunciadas en la Gaceta de Madrid », art. cit., p. 308 : « […] llegaba [la Gaceta de Madrid] a todas las ciudades de España, a los rincones más apartados donde había suscriptores o vendedores, y […] a América. » Voir également à propos de la diffusion de la Gaceta de Madrid, Javier Fernández Sebastián, « Los suscriptores vasco-navarros de prensa madrileña de la segunda mitad del siglo xviii », Estudios de Historia Social : Periodismo e Ilustración 52/53, 1990, p. 195-219. En ce qui concerne les souscripteurs de la Gaceta de Madrid, voir Elisabel Larriba, Le Public de la presse en Espagne à la fin du xviiie siècle (1781-1808), op. cit.

31 AHN, Consejos, Leg. 5 528 (I), exp. 3.

32 Mercure historique et politique, 1686-1782, 192 vols.

33 « Prólogo al lector », Mercurio histórico y político, janvier 1738, Madrid, Imprenta de Manuel Fernández, 4 p. non numérotées.

34 AHN, Consejos, Leg. 51 644 (I), exp. 1. Voir également Elisabel Larriba, Le Public de la presse en Espagne à la fin du xviiie siècle (1781-1808), op. cit., p. 67 ; Luis Miguel Enciso Recio, La Gaceta de Madrid y el Mercurio histórico y político 1756-1781, op. cit., p. 97.

35 Paul-Jacques Guinard, La Presse espagnole de 1737 à 1791, op. cit., p. 46.

36 Ibid., p. 223.

37 Ibid.

38 Ibid.

39 « Aviso », ME, mois d’octobre 1803, 2 p. non numérotées : « Con el fin de que el Mercurio de España tenga alguna más extensión, y pueda también formarse, imprimirse y publicarse con más prontitud, se darán al público dos números cada mes de 4 pliego de impresión cada uno ; lo que se verificará desde principios del año próximo venidero de 1804 […]. » Avis également reproduit à l’identique dans les annonces de librairie de la GM, n° 96 du mardi 29 novembre 1803, p. 1035 ; Ibid., n° 97 du vendredi 2 décembre 1803, p. 1043 ; Ibid., n° 99 du vendredi 9 décembre 1803, p. 1062 ; Ibid., n° 105 du vendredi 30 décembre 1803, p. 1123-1124.

40 AHN, Consejos, Leg. 11 286, exp. 48-49 : « […] por lo que hace suprimir el Mercurio conviene mucho hacerlo ; porque, sobre no producir nada a la imprenta Rl. es tan insípido e inútil que ni instruye ni advierte : y el público la mira con un desprecio que hace poco favor al Gobierno. Podría pues mandar a la imprenta Rl. que desde año nuevo no recibiese más suscripciones al Mercurio ; y darle por suprimido. »

41 AHN, Consejos, Leg. 11 288, exp. 57.

42 Diario noticioso curioso, erudito, económico y comercial público y económico, Madrid, 1781-1808. Le journal changera à plusieurs reprises de titre : Diario noticioso dès le n° 4 en 1758, Diario noticioso universal en janvier 1759 puis Diario curioso, erudito, económico y comercial en 1786 et enfin Diario de Madrid en 1788.

43 María Dolores Saíz, « La publicidad gratuita en el Diario Noticioso de Nipho », Estudios de Historia Social : Periodismo e Ilustración 52/53, 1990, p. 459.

44 Lucienne Domergue, Le Livre en Espagne au temps de la Révolution française, op. cit., 1984, p. 50.

45 Voir Paul-Jacques Guinard, La Presse espagnole de 1737 à 1791, op. cit., p. 223-230.

46 Ibid., p. 224.

47 Cf. l’annonce de librairie parue dans la GM, n° 102 du vendredi 23 décembre 1791, p. 934- 935 ; « Aviso sobre la redacción del Diario para el próximo año de 1792 », DM, n° 365 du samedi 31 décembre 1791, p. 1481-1583.

48 « Prospecto del nuevo plan del Diario de Madrid », DM, t. 1, 1808, 1 p. non numérotée.

49 Ibid. : « No solamente abrazará el nuevo Diario de Madrid todo lo concerniente a la nueva administración del Reino, sino las noticias políticas y literarias, tanto nacionales como extranjeras, los descubrimientos que se hicieren en las artes y en las ciencias ; los adelantamientos de la economía y de la agricultura en toda Europa, y cuanto puede insertar la curiosidad por su importancia o por su novedad. »

50 Ibid. : « Contamos para la redacción de nuestro Periódico no solamente con las notas y papeles de oficio que ocurrieren, y con las Gacetas y Diarios más estimados de Europa, así políticos como literarios, sino también con las noticias particulares que nos comunicarán muchos corresponsales instruidos que tenemos dentro y fuera del Reino. »

51 EMD, Madrid, Imprenta de Antonio Espinosa, 1787-1791, 272 no. Réédité à Madrid en 1795.

52 LE, Madrid, Imprenta de Blas Román, 1790-1791, 17 no.

53 VCLA, Madrid, Imprenta de Benito Garcia y Compañía, 1804-1805, 24 no.

54 Elisabel Larriba, « La última salida al ruedo del Memorial Literario (10 de octubre – 20 de noviembre de 1808) », Cuadernos de Ilustración y Romanticismo 16, 2010, p. 1-88.

55 Paul-Jacques Guinard, La Presse espagnole de 1737 à 1791, op. cit., p. 252.

56 Ibid.

57 AHN, Consejos, Leg. 11 279, exp. 66.

58 Voir à propos du ML : José Checa Beltrán, « "Idea del siglo xviii" : sobre la Ilustración en el Memorial Literario (1801) », Revista de Literatura 142, 2009, p. 497-524 ; Paul-Jacques Guinard, La Presse espagnole de 1737 à 1791, op. cit., p. 252-265 ; Elisabel Larriba, « De l’usage de la gravure dans le Memorial Literario (1784-1808) », El Argonauta español 5, 2008 ; Id., « La representación gráfica de la Ilustración en la prensa madrileña de finales del Siglo xviii : El Memorial Literario », in J. Astigarra, M. V. López-Cordón, J. M. Uurkia, eds., Ilustración, Ilustraciones, San Sebastián, Instituto internacional Xavier María de Muribe de Estudios del Siglo xviii, 2009, p. 389-414 ; Id., « La última salida al ruedo del Memorial Literario (10 de octubre – 20 de noviembre de 1808) », art. cit., p. 1-88 ; Jesús Sánchez Miñana, « La colaboración del Dr. Salvà y Campillo con el Memorial Literario de Madrid (1786-1790) : una ventana sobre el paisaje científico y sus figuras en la Cataluña de finales del xviii », Quaderns d’Història de l’Enginyera IV, 2000, p. 184- 230 ; Inmaculada Urzainqui, « Los redactores del Memorial literario », Estudios de Historia Social : Periodismo e Ilustración 52-53, 1990, p. 501-516 ; Id., « Crítica teatral y secularización : el Memorial literario (1784-1797) », Bulletin Hispanique 94, 1992, p. 203-243.

59 AHN, Consejos, Leg. 11 279, exp. 22.

60 Inmaculada Urzainqui, « Los redactores del Memorial literario (1784-1808) », art. cit., p. 502.

61 « Advertencia del Redactor », Nuevas Efemérides de España, históricas y literarias, n° 1 du 2 Avril, Madrid, Imprenta de Vega y Compañía, 1805, une page non numérotée : « Hacía más de tres años que había cesado el más antiguo de todos, y el único que se había permitido correr cuando se prohibieron los demás ; y por lo tanto me pareció adecuado el restablecerle, extendiendo, y aun si cabe, mejorando su plan, pues siendo él sólo por entonces, era preciso abrazarse en sí en cuanto cupiese la literatura en general, y no sólo la de la nación, sino también la extranjera ; y por lo mismo a su título de Memorial, que indica meras apuntaciones o recuerdos, añadí el de Biblioteca de ciencias y artes. Con esto se renovó algún tanto la afición a los periódicos, y fueron apareciendo sucesivamente el Regañón, las Variedades literarias, y este mismo de las Efemérides de España. Continué esta empresa hasta Junio del año pasado de 1804, y en los seis tomos que forman la colección procuré dar noticia de las obras nuevas, tanto nacionales como extranjeras, formando crítica imparcial de las principales, y no omitiendo hablar de los nuevos descubrimientos pertenecientes a las ciencias y a las artes ; de modo que formase unas como memorias para la historia literaria del siglo presente. » Également cité dans Inmaculada Urzainqui, « Los redactores del Memorial literario (1784-1808) », art. cit., p. 509 ; Elisabel Larriba, « La última salida al ruedo del Memorial literario (10 de octubre – 20 de noviembre de 1808) », art. cit., p. 2 ; Joan Cavaillon Giomi, « Pedro María Olive (1768-1843), employé de l’État, homme de Lettres et journaliste », El Argonauta español 6, 2009, p. 8.

62 AHN, Consejos, Leg. 5 568, exp. 6.

63 Inmaculada Urzainqui, « Los redactores del Memorial literario (1784-1808) », art. cit., p. 514.

64 Elisabel Larriba, « La última salida al ruedo del Memorial Literario (10 de octubre – 20 de noviembre de 1808) », art. cit., p. 1-88.

65 María Dolores Bosch Carrera, « Aproximación a los hombres del periodismo español en el siglo xviii », art. cit., p. 70.

66 « Idea de la obra », EMD, n° 1 du 2 juillet 1787, 2 p. non numérotées : « Esta obra dará a conocer con la mayor exactitud e imparcialidad todas las novedades curiosas, o importantes de Metafísica, Jurisprudencia, Medicina, Cirugía, Química, Botánica, Historia Eclesiástica, Civil y Natural, Elocuencia Sagrada, y Profana ; finalmente en todos los ramos de las ciencias, y de las Artes. »

67 Les titres auxquels Cristóbal Cladera Company a souscrit furent annoncés dans la « Suscripción a la obra periódica intitulada : Espíritu de los mejores Diarios literarios que se publican en Europa », 2 p. non numérotées en complément de la GM n° 77 du mardi 25 septembre 1787 et sont les suivants : Diario de los Sabios ; Diario Político de ciencias, y de artes ; Mercurio de Francia ; Diario general de Francia ; Año Literario ; Diario de París ; Diario Enciclopédico de Bouillon ; Censor Universal Inglés ; Efemérides Literarias de Roma ; Papel Periódico de Flandes ; Gaceta de Salud ; Diario de Historia Natural ; Varios Diarios de Alemania (sic) ; los mejores que se publican en Inglaterra (sic) ; Correspondencia Secreta, Política, Civil, y Literaria.

68 Elisabel Larriba, « La gravure : un élément de l’ambitieuse politique éditoriale de l’Espíritu de los mejores diarios literarios, que se publican en Europa (1787-1791) », El Argonauta Español 7, 2010, p. 2.

69 « Suscripción a la Obra periódica intitulada : Espíritu de los mejores Diarios literarios, que se publican en Europa », EMD, 2 p. non numérotées.

70 Elisabel Larriba, « La gravure : un élément de l’ambitieuse politique éditoriale de l’Espíritu de los mejores diarios literarios, que se publican en Europa (1787-1791) », art. cit., p. 1-2.

71 « Prospecto para la reimpresión de la obra periódica Espíritu de los mejores Diarios literarios, que se publican en Europa », EMD, n° 162 du 5 janvier 1789, p. 743-745.

72 « Espíritu de los mejores diarios literarios, que se publican en Europa (11 vols.) », NVCM, n° 6, 1796, p. 97.

73 AHN, Estado, Leg. 3 014, exp. 28. Document reproduit dans E. Varela Hervías, Espíritu de los mejores Diarios literarios que se publican en Europa, Madrid, 1787-1791, Madrid, Hemeroteca Municipal de Madrid, 1966, p. 69 ; Paul-Jacques Guinard, E. Varela Hervías, « Espíritu de los mejores Diarios literarios, que se publican en Europa, 1787-1791 », Bulletin Hispanique 1, 1968, p. 167.

74 « Suscriptores a esta Obra periódica », EMD, n° 134 du 23 juin 1788, p. 87-96 ; « Suscriptores a esta Obra periódica, desde el número 134 hasta el 213 », Ibid., t. VII (à la suite du n° 213 du 28 décembre 1789 et de l’« Índice de las cosas más notables que se contienen en este tomo, desde el número 197 hasta el 213 »), p. 428-434. Également cité dans Elisabel Larriba, « La gravure : un élément de l’ambitieuse politique éditoriale de l’Espíritu de los mejores diarios literarios, que se publican en Europa (1787-1791) », art. cit., p. 2.

75 AHN, Estado, Leg. 3 014, exp. 28. Document reproduit dans E. Varela Hervías, Espíritu de los mejores Diarios literarios que se publican en Europa, Madrid, 1787-1791, op. cit., p. 69 ; Elisabel Larriba, « La gravure : un élément de l’ambitieuse politique éditoriale de l’Espíritu de los mejores diarios literarios, que se publican en Europa (1787-1791) », art. cit., p. 2.

76 AHN, Consejos, Leg. 11 279, exp. 48.

77 AHN, Consejos, Leg. 5 558, exp. 102.

78 AHN, Consejos, Leg. 11 279, exp. 122.

79 Ibid. : « En este estado se la comprendió una Rl. Orden que mandó la suspensión de todos los periódicos a causa de que algunos de ellos pudo dar motivo de interpretaciones reprensibles, sufriendo la obra del exponente [La Espigadera, de Bravo] un castigo estando inocente de todo delito. Pero habiendo hecho presente esto mismo el editor o dueño del Diario de Madrid a V. M. no obstante ser Francés de nación, se le concedió su solicitud. »

80 AHN, Consejos, Leg. 5 555, exp. 79.

81 Ibid. : « […] determinó publicar dichas obritas bajo el título general de la Espigadera ; pero no pudiendo costear de una vez una impresión grande se resolvió a publicarla en cuadernos ; que deberían salir uno o dos cada semana, sin determinado día ni preciso volumen ; sino unas veces más abultados, otros menos según lo que dicen de si los opúsculos incluidos. Recurrió para efectuarlo al Juez de Imprentas quien regulando esta obra como un papel periódico aunque en realidad no lo es […]. »

82 Ibid. : « […] contribuir a desvanecer la calumnia extranjera de que los Españoles no escriben cosas arregladas y de buen gusto […]. »

83 Ibid. : « Y finalmente se permite a cualquier Suscriptor o apasionado pueda insertar todo lo que guste, bien sean noticias particulares del Reino, o bien discursos o críticas de todas clases, con tal que ni el todo, ni cada cosa contenga extravagancias, personalidades, maledicencia, o mal gusto, y esté arreglado a las disposiciones y reglas dadas por el Gobierno, sin que en los Editores se note la menor parcialidad, aun cuando ocurra que dos o más Competidores les envíen críticas y defensas, pues todo se insertará por su orden. »

84 Voir à propos des Variedades de Ciencias, Literatura y Artes : José Checa Beltrán, « Una nueva sensibilidad lectora : censura y política en Variedades (1803-1805) », in José Antonio Hernández Guerrero, Ma del Carmen García Tejera, Isabel Morales Sánchez, Fátima Coca Ramírez, eds., La recepción de los discursos : el oyente, el lector y el espectador, Cádiz, Universidad de Cádiz, 2003, p. 339-349 ; Id., « Pensamiento político y literario en un periódico innovador : Variedades de ciencias, literatura y artes (1803-1805) », in Fernando Durán López, Alberto Romero Ferrer, Marieta Cantos Casenave, eds., La patria poética. Estudios sobre la literatura y política en la obra de Manuel José Quintana, Madrid, Iberoamericana-Vervuert, 2009, p. 193-217.

85 « Prospecto », VCLA, t. 1, p. 12.

86 Francisco Aguilar Piñal, La prensa española en el siglo xviii, op. cit., p. 42.

87 « Prospecto », VCLA, t. 1, p. 3 : « Un papel periódico destinado a anunciar las novedades literarias más interesantes, así nacionales como extranjeras, y a tratar de diversos objetos curiosos y útiles de Ciencias, Literatura y Artes […]. »

88 Ibid., p. 4 : « Su fin es propagar los diversos descubrimientos que se verifican en los conocimientos humanos con más prontitud, que la que logran por medio de los libros […]. »

89 Francisco Sánchez-Blanco, La Ilustración goyesca. La cultura en España durante el reinado de Carlos IV (1788-1808), Madrid, CSIC, p. 160 : « Tiene [el periódico VCLA] como objetivo la “instrucción pública” y el progreso de las luces. »

90 GM, n° 2 du mardi 7 janvier 1806, p. 20 : « Variedades de ciencias, literatura y artes, núm. 24, y último del cuarto trimestre del año 2° […]. Con este número se completan los 8 tomos correspondientes a dos años periódicos, cesando por ahora la publicación de esta obra, por ocupaciones indispensables de los editores. »

91 Les membres du clergé qui furent rédacteurs de presse périodique représentent 30 % de l’ensemble des publicistes et constituent le groupe le plus nombreux toutes catégories sociales confondues. Voir à ce propos Elisabel Larriba, « Le Clergé et la presse dans l’Espagne de l’Ancien Régime », art. cit. ; Id., « La prensa, verdadera vocación de tres eclesiásticos a finales del Antiguo Régimen », art. cit.

92 Voir à propos du Correo de Madrid, María Dolores Bosch Carrera, « Aproximación a los hombres de del periodismo español en el siglo xviii », art. cit., p. 65-72 ; Francisco Lafarga, « Luces y sombras en el Correo de Madrid », Estudios de Historia Social : Periodismo e Ilustración 52/53, 1990, p. 275-282 ; Nieves Iglesias Martínez, Ana María Maña, Correo de Madrid o de los Ciegos. Madrid 1786-1791, Madrid, Hemeroteca Municipal de Madrid, 1968.

93 AHN, Consejos, Leg. 5 550, exp. 73.

94 Elisabel Larriba, Le Public de la presse en Espagne à la fin du xviiie siècle (1781-1808), op. cit., p. 86. Le journal ne comptait en moyenne que 253 abonnés par listes publiées (Madrid et province confondus).

95 CM, n° 1 du mardi 10 octobre 1786, p. 1 : « Con decir que el objeto de este Correo es fomentar el gusto de la lectura generalmente en todas las clases del Reino por un medio curioso y deleitable […]. »

96 AHN, Consejos, Leg. 5 550, exp. 73 : « el Deseo de propagar la afición a la lectura, y comunicar al público una noticia poco común de rasgos, y papeles de varia literatura e instrucción. »

97 Elisabel Larriba, « Le Clergé et la presse dans l’Espagne de l’Ancien Régime », art. cit., p. 13.

98 Índice último de los libros prohibidos…, op. cit., p. 293 ; AHN, Consejos, Leg. 5 554, exp. 56.

99 AHN, Consejos, Leg. 5 550, exp. 73.

100 Misc., Madrid, Antonio Ulloa (puis Antonio Cruzado), 1796-1800.

101 « Advertencia del Editor », Misc., t. I, Alcalá de Henares, Imprenta de la Universidad, 1796, p. non numérotées : « Y como semejantes pasajes pertenecen a varios y distintos conocimientos, y además muchos de ellos son breves, la obra que los comprenda no puede menos de ser una Miscelánea compuesta de muchos artículos diferentísimos entre sí. »

102 Ibid. : « Sin embargo no se puede negar, que se hallan pasajes bien pensados y escritos […] los cuales […] pueden afinar el gusto y esparcir mucha luz sobre los conocimientos humanos. »

103 Jean-Pierre Clément, « José Hipólito Unanue (1755-1833), journaliste, scientifique et politique péruvien », El Argonauta Español 6, 2009 ; Id., El Mercurio Peruano 1790-1795, Madrid-Frankfurt, Vervuet-Iberoamericana, 1997, 2 vols.

104 AHN, Consejos, Leg. 11 282, exp. 83. Les périodiques importés étaient les suivants : Les Soirées littéraires ; Bibliothèque britannique ; Décade philosophique ; Journal d’Arts et manufactures ; Journal de l’école polytechnique ; Magasin encyclopédique ; Journal des savants ; Journal d’économie publique de morale et de politique ; Esprit des journaux ; Journal de commerce ; Le Spectateur du Nord, Journal politique et littéraire ; Mercure français historique, politique et littéraire ; Le Spectateur français et les Annales politiques civiles et littéraire faisant suite à celles de Linguet ; Journal d’industrie ; Feuille du cultivateur ; Journal des voyages ; Le courrier des enfants ; La anthologia romana ; Giornale de literatura italiana ; Il Genio litterario d’Europa ; L’imparcial difensore, il vero amico de tutti il novelista lista solicito.

105 Francisco Sánchez-Blanco, La Ilustración goyesca. La cultura en España durante el reinado de Carlos IV (1788-1808), op. cit., p. 160.

106 Ibid. La demande de licence pour publier le journal est datée du 16 mars 1803 et fut accordée le 16 août de la même année. Cependant, le 29 novembre, Velasco dut payer 70 réaux répartis entre la Real Caja de Descuentos de Madrid, la Tesorería de la Comisión gubernativa de consolidación de Vales et les Cajas de extinción y descuento.

107 EIE, Madrid, Imprenta de Caballero, 1804. À partir d’avril 1804 paraît sous le titre d’Efemérides de España puis, en avril 1805, sous celui de Nuevas efemérides de España, históricas y literarias et à partir d’octobre 1805 sous celui de Nuevas efemérides de España, políticas, literarias y religiosas.

108 « Prospecto de un nuevo periódico intitulado Efemérides de la Ilustración de España », GM, supplément au n° 102 du mardi 20 décembre 1803, 4 p. non numérotées.

109 AHN, Consejos, Leg. 5 566, exp. 45.

110 « Prospecto de un nuevo periódico intitulado Efemérides de la Ilustración de España », GM, supplément au n° 102 du mardi 20 décembre 1803, 4 p. non numérotées : « […] un periódico destinado a presentar diariamente, y sin intermisión, el estado de los adelantamientos nacionales en las ciencias y en las artes útiles : de un periódico que con verdad pueda llamarse español, porque trate esencialmente de nuestras cosas, sin hablar de las extranjeras, más que por la relación inmediata que puedan tener con nuestros propios adelantamientos. »

111 « Advertencia sobre las Efemérides de España », GM, supplément au n° 103 du mardi 25 décembre 1804, 2 p. non numérotées.

112 « Advertencia sobre estas Efemérides », EIE, n° XXVI du vendredi 29 mars 1805, p. 350. Les rubriques qui allaient composer le journal étaient les suivantes : 1° le résumé des plus mémorables événements de l’histoire ancienne et moderne jusqu’à nos jours, 2° les informations les plus utiles et curieuses qui peuvent intéresser les sciences et les arts, 3° les inventions et nouvelles découvertes, 4° la nécrologie des hommes célèbres, 5° les meilleures informations biographiques et bibliographiques, 6° l’analyse critique des nouvelles œuvres nationales et étrangères, et la critique des compositions dramatiques, 7° des comptes rendus et des informations sur des œuvres de mérite inédites ou imprimées qui se sont faites très rares, 8° des anecdotes, histoires drôles et passages choisis, dont la lecture peut être d’agréable entendement.

113 EIE, n° VII du mardi 30 avril 1805, Madrid, Imprenta de Vega y Compañía, p. 72 : « Según lo que prometimos al público en el Prospecto, y en la introducción al artículo de la Historia ; comenzaremos el Número siguiente 3 de Mayo con el nuevo método, dando constantemente la historia de los sucesos memorables, y formando, según la división adoptada, los artículos que deba comprehender este Periódico, para que realmente corresponda a su título. »

114 Ibid., n° XLIX du mardi 24 septembre 1805, p. 364 : « Deseando el autor dar a esta obra la mayor perfección que le es posible, y condescendiendo al mismo tiempo con los deseos del público y estimación que ha hecho de la parte histórica, que es la de más interés ; ha dispuesto darla con la mayor brevedad, afín de que puedan hacerse con la colección los que la desean completa ; para esto cesará de publicarse periódicamente, y se dará para los suscriptores por trozos, que cada uno compondrá un mes de los siete que faltan para completar el año : de venta sólo se hallará por tomos, que comprendiendo cada uno un trimestre. »

115 AHN, Consejos, Leg. 5 560, exp. 45.

116 « Índice alfabético general de las materias Contenidas en los cuatro volúmenes de las Efemérides históricas, para poderse usar como Diccionario », EIE, t. IV, 1806, p. non numérotées.

117 AHN, Consejos, Leg. 11 286, exp. 16 : « […] habiéndolo dejado [les Efemérides] su antiguo redactor en tal descrédito, que por muy interés que el Nuevo procura darle, no logra restablecerle en la opinión pública a causa de su título que no indica la diversa redacción y desempeño. »

118 Ibidem.

119 « Minerva, o el Revisor general. Obra periódica », DM supplément au n° 263 du vendredi 20 septembre 1805, 2 p. non numérotées.

120 « Minerva, o el Revisor general. Obra periódica », GM supplément au n° 77 du mardi 24 septembre 1805, 2 p. non numérotées.

121 Joan Cavaillon Giomi, « Pedro María Olive (1768-1843), employé de l’État, homme de Lettres et journaliste », art. cit., p. 8-9.

122 « Minerva, o el Revisor general. Obra periódica », GM supplément au n° 77 du mardi 24 septembre 1805, 2 p. non numérotées.

123 AHN, Consejos, Leg. 5 569, exp. 33 : « En el año de 1804, en por que por nuevo reglam.to de Imprentas se reservó S. M. todo lo perteneciente a periódicos obtuvo Real licencia para la publicación del titulado : La Minerva o el Revisor General, el cual ha continuado sin interrupción alguna y bajo el mismo plan que los anteriores hasta que habiendo vido (sic) ocupada esta Corte por el ejército Francés cerró en él por no poderse acomodar sus ideas con las perjudiciales máximas que por medio de las obras públicas se querían introducir. »

124 Continuación de la Minerva o el Revisor general, Madrid, Imprenta de Nuñez, 1817-1818.

125 Francisco Aguilar Piñal, La prensa española en el siglo xviii, op. cit., p. 43.

126 RG, Madrid, Imprenta de la Administración del Real Arbitrio de Beneficencia, 1803-1804, 114 n°.

127 « Prospecto », RG, 2 p. non numérotées.

128 Ibid. : « La crítica, que es su principal asunto [du Regañón general…], purifica las obras literarias [...]. »

129 Ibid. : « La sana crítica es útil y agradable aun a los mismos que la sufren [...]. »

130 « Señor Público », RG, n° I du mercredi 4 janvier 1804, p. 1-3.

131 AHN, Consejos, Leg. 11 287, exp. 42. Lucienne Domergue, Tres calas en la censura dieciochesca, op. cit., p. 78. Également cité dans Inmaculada Urzainqui, « La prensa en la época de Carlos IV : continuidad y cambios », in Elena de Lorenzo Álvarez, coord., La época de Carlos IV (1788-1808). Actas del IV Congreso Internacional de la Sociedad Española de Estudios del Siglo xviii, Oviedo, Instituto Feijóo de Estudios del Siglo xviii – Sociedad Española de Estudios del Siglo xviii – Sociedad Estatal de Conmemoraciones Culturales, 2009, p. 105.

132 Voir à propos de ce périodique : Luis Miguel Enciso Recio, Prensa económica del XVIII : el Correo mercantil de España y sus Indias, Valladolid, CSIC, 1958.

133 Inmaculada Urzainqui, « La prensa en la época de Carlos IV : continuidad y cambios », art. cit., p. 99 : « El Correo mercantil de España y sus Indias […] nace […] para ilustrar a los fabricantes, agricultores y hombres de negocios, y cooperar al desarrollo nacional. »

134 AHN, Consejos, Leg. 11 279, exp. 69. La liste des journaux est la suivante : d’Angleterre : les Gazettes ; d’Italie : les Éphémérides littéraires, la Gazette de Florence et les Avis de Genova ; de France : le Journal de Commerce de l’Europe et de ses colonies, le Journal d’Histoire naturelle, le Journal des Savants, le Journal de Médecine, le Journal encyclopédique, le Journal des modes et les Annales de Chimie.

135 AHN, Consejos, Leg. 11 284, exp. 36 : « […] todas las noticias, documentos de comercio […] y cualesquiera obras cuya publicación por medio de dicho periódico se creyese ser útil al Público conforme a las grandes miras del establecimiento. »

136 Nous n’avons retrouvé aucun supplément annonçant la publication du Correo mercantil dans la Gaceta de Madrid. Pourtant le Diario de Madrid y fait également référence : « El papel periódico intitulado : Correo Mercantil de España y sus Indias, anunciado en la Gaceta n° 67 de este año […] », DM, n° 305 du jeudi 1 novembre 1792, p. 1281.

137 AHN, Consejos, Leg. 5 558, exp. 94.

138 Ibid. : « […] el Correo mercantil si se desempeña como ofrece es obra utilísima, y no sólo necesaria en España, sino que el Concejo, y el Ministerio deben fomentarla por el bien general, que resulta a la Nación […]. »

139 Elisabel Larriba, Gérard Dufour, El Semanario de Agricultura y Artes dirigido a los Párrocos (1797-1808), Valladolid, Ámbito, 1997, p. 11-17.

140 Elisabel Larriba, « Un instrument de la politique agraire de Godoy : le Semanario de Agricultura y Artes dirigido a los Párrocos (1797-1808) », Bulletin Hispanique 1, 2002, p. 243-261.

141 Elisabel Larriba, « Contribution du clergé à la rédaction du Semanario de Agricultura y Artes dirigido a los Párrocos », in Jacques Soubeyroux, dir., L’Espagne du xviiie siècle. Économie, société, idéologie, culture. Actes des journées d’études sur « Ville et campagne » et Cartas Marruecas des 5 et 6 décembre 1997, Saint-Etienne, Publications de l’université de Saint-Etienne, 1997, p. 217.

142 « Prospecto », SAA, Madrid, Imprenta de Fermín Tadeo Villalpando, t. 1, p. X [Elisabel Larriba, Gérard Dufour, El Semanario de Agricultura y Artes dirigido a los Párrocos (1797- 1808), op. cit., p. 75.] : « ¿ Pero cuál será el medio de llevar a la noticia de nuestros labradores tan apreciable enseñanza, cuando sabemos que en España los que labran no leen y los que leen no labran ? » Également cité dans Elisabel Larriba, « El fracaso agrícola de Godoy. La pírrica vida de El Semanario de Agricultura y Artes dirigido a los párrocos », Historia 262, 1998, p. 16 et « Un intento de reforma agraria por y para las clases productoras : el Semanario de Agricultura y Artes dirigido a los Párrocos (1797-1808) », Brocar. Cuadernos de investigación histórica 23, 1999, p. 87.

143 En ce qui concerne les rédacteurs du Semanario de Agricultutra y Artes dirigido a los Párrocos, voir Elisabel Larriba, Gérard Dufour, El Semanario de Agricultura y Artes dirigido a los Párrocos (1797-1808), op. cit., p. 18-25.

144 Elisabel Larriba, « Un instrument de la politique agraire de Godoy : le Semanario de Agricultura y Artes dirigido a los Párrocos (1797-1808) », art. cit. p. 259.

145 Pedro Rodríguez Campomanes, Discurso sobre el fomento de la industria popular, Madrid, Imprenta de Antonio de Sancha, 1774, p. 2 et p. 32.

146 Gaspar Melchor de Jovellanos, Informe de la Sociedad Económica de esta Corte al Real y Supremo Consejo de Castilla en el expediente de ley agraria, extendido por su individuo de número el Sr.D. Gaspar Melchor de Jovellanos, a nombre de la Junta encargada de su formación, y con arreglo a sus opiniones, Madrid, Imprenta de Sancha, 1795, p. 121-124.

147 Voir également au sujet du rôle des curés en tant que médiateurs culturels : Gérard Dufour, « Le rôle du curé dans l’utopie des lettres de Mariano à Antonio », in Jacques Soubeyroux, dir., L’Espagne du xviiie siècle. Économie, société, idéologie, culture. Actes des journées d’études sur « Ville et campagne » et Cartas Marruecas des 5 et 6 décembre 1997, Saint-Étienne, Publications de l’Université de Saint-Étienne, 1997, p. 204-215.

148 Elisabel Larriba, « Contribution du clergé à la rédaction du Semanario de Agricultura y Artes dirigido a los Párrocos », art.cit., p. 233.

149 Elisabel Larriba, « L’art au service de la divulgation scientifique : le rôle de la gravure dans le Semanario de Agricultura y Artes dirigido a los Párrocos (1797-1808) », El Argonauta español 2, 2005.

150 Elisabel Larriba, Gérard Dufour, El Semanario de Agricultura y Artes dirigido a los Párrocos (1797-1808), op.cit., p. 25-33.

151 AHN, Estado, Leg. 3 242 (II), exp. 39.

152 AHN, Consejos, Leg. 3 242 (II), exp. 40.

153 GM, n° 103 du mardi 25 décembre 1798, p. 1112 : « Los Párrocos pueden suscribir de cuenta de sus Iglesias […] según lo tiene resuelto S. M. »

154 Elisabel Larriba, Le Public de la presse en Espagne à la fin du xviiie siècle (1781-1808), op. cit., p. 258.

155 Elisabel Larriba, « Contribution du clergé à la rédaction du Semanario de Agricultura y Artes dirigido a los Párrocos », art. cit., p. 233.

156 « Prospecto », SAA, t. 1, p. XI-XII [Elisabel Larriba, Gérard Dufour, El Semanario de Agricultura y Artes dirigido a los Párrocos (1797-1808), op. cit., p. 76-77] : « En este [il s’agit de l’état de Brunswick] y otros estados protestantes del Imperio se ha llevado la agricultura e industria al más alto grado de perfección por medio de los ministros o párrocos que leen a sus feligreses los diarios y almanaques rurales en que se combaten los errores vulgares, se explican las labores desconocidas, se introducen semillas nuevas y se enseñan industrias fáciles. »

157 Elisabel Larriba, Gérard Dufour, El Semanario de Agricultura y Artes dirigido a los Párrocos (1797-1808), op.cit., p. 51-58.

158 DND, Madrid, Imprenta de Sancha, 1792-1793, 18 n°.

159 Anales de Historia natural, Madrid, Imprenta Real, 1799-1804, 21 n°. À partir du n° 7 en date du mois de janvier 1801, il sera édité sous le titre de Anales de Ciencias naturales.

160 La Médecine éclairée par les sciences physiques ou Journal des découvertes relatives aux différentes parties de l’art de guérir, Paris, Buisson, 1791-1792.

161 AHN, Consejos, Leg. 5 557, exp. 1.

162 Ibidem : « La Academia [de Médecine de Madrid] cree que la utilidad de la obra es manifiesta, pues ofrece publicar todos los descubrimientos al paso que se vayan haciendo no sólo en la medicina sino en también en sus diferentes ramos y en las ciencias naturales que tienen relación con ella. »

163 Ibidem : « En España, una obra de esta naturaleza en lengua vulgar es […] absolutamente indispensable. »

164 Ibidem : « En la introducción de los Traductores hay algunas expresiones poco castellanas […]. En la traducción de esta obra periódica nos dan muchos galicismos, y otros defectos. […] Por todos estos defectos, y otros muchos se conoce que esta obra está escrita en gran parte por mano de extranjero, a poco versado en nuestra en nuestra lengua, igualmente ha notado la Academia que los Traductores, por menos algunos de ellos carecen de la debida inteligencia de uno, y otro idioma, y de los principios médicos, quirúrgicos, y farmacéuticos de que son indispensables para el acierto de la empresa. »

165 Ibidem.

166 GM, n° 64 du vendredi 10 août 1792, p. 548.

167 AHN, Consejos, Leg. 5 557, exp. 1.

168 Ibidem : « Determinó, pues, entonces el Editor hacer una obra con el mismo título, plan y objeto que la publicada […]. »

169 Ibidem : « […] componiéndola de extractos del Diario de Fourcroy, del Diario de Medicina de Londres, de las Transacciones de filosóficas, de los anales de química y de varias otras obras físicas y médicas. »

170 Inmaculada Urzainqui, « La prensa en la época de Carlos IV : continuidad y cambios », art. cit., p. 99.

171 « Diario de los nuevos descubrimientos de todas las ciencias físicas, que tienen alguna relación con las diferentes partes del arte de curar », ME, décembre 1792, p. 371-374.

172 AHN, Consejos, Leg. 5 557, exp. 1.

173 « Nota », DND, t. III, 1793, 1 p. non numérotée : « Los Editores de este Diario previenen a los Sres. Suscriptores que no continuarán más su publicación ahora, a causa del corto número de suscripciones. »

174 « Prólogo », ACN, n° 1 du mois d’octobre 1799, 1 p. non numérotée : « Publicaremos los Anales por números sin prefijar las épocas en que salgan los sucesivos, pues sólo se verificará cuando tengamos suficiente materia para cada uno. »

175 Ibidem : « Deseando el Rey, a ejemplo de otras naciones cultas, se publique en sus estados un Periódico, que no sólo presente a los nacionales los descubrimientos hechos y que vayan haciendo los extranjeros, sino también los que sucesivamente se hacen en España en la Mineralogía, Química, Botánica y otros ramos de Historia natural, ha resuelto S. M. confiar a D. Cristiano Herrgen, D. Luis Proust, D. Domingo Fernández y D. Antonio José Cavanilles la redacción de esta importante obra, que se imprimirá en su Real imprenta bajo el nombre de Anales de Historia natural. »

176 Ibid. : « Para hacerlo con mayor brevedad podrá contribuir el que los sabios nacionales y extranjeros nos comuniquen sus descubrimientos […]. »

177 « Advertencia », ACN, n° 7 du mois de janvier 1801, 1 p. non numérotée.

178 GN, Madrid, Imprenta de Sancha, 1798-1800, 24 n°.

179 « Límites », GN, n° I, p. 1-2 : Note de bas de page insérée dans le « Prospecto de la Gaceta de los niños » : « En esta obra no se trata de formar al hombre desde los primeros momentos de su vida ; nosotros le tomamos (si podemos hablar así) en la edad de nueve años, en la cual suponemos que tiene todos los principios de religión y piedad que le han de gobernar el resto de sus días. »

180 DM, n° 173 du vendredi 22 juin 1798, p. 695-696 ; GM, n° 51 du mardi 26 juin 1798, p. 478.

181 « Prospecto de la Gaceta de los niños », GN, n° I, p. 2.

182 Ibid.

183 Ibid. : « Si se atiende desde los primeros momentos de la vida a quebrar las alas de los pequeños vicios que empiezan a formarse en el tierno corazón de los niños. »

184 Jesús María Vázquez, La prensa infantil en España, Madrid, Doncel, 1963, p. 26.

185 « Límites », GN, n° I, p. 2.

186 « Prospecto de la Gaceta de los niños », GN, n° I, p. 2 : « […] es menester hacerles [aux enfants] amar la instrucción y el estudio : ponerles las ciencias en su mismo lenguaje : acomodarse a su débil inteligencia y a su poca constancia : aficionarlos a la lectura, presentándoles las ciencias en un estilo claro y agradable […]. »

187 Mercedes Chivelet, « La prensa infantil nació en la imprenta de Antonio Sancha. Con la Gaceta de los Niños se inicia la crónica costumbrista », Cuadernos de Ilustración y Romanticismo 16, 2010, p. 5.

188 « Prospecto de la Gaceta de los niños », GN, n° I, p. 3.

189 Ibid.

190 « Advertencia », GN, t. II, 1800, 1 p. non numérotée : « Este periódico se suspende por ahora, con motivo de la quebrantada salud del Redactor, y a su continuación se avisará al público para que los Suscriptores puedan renovar sus suscripciones. »

191 BPA, Madrid, Imprenta Real, 1784-1791.

192 « Biblioteca española, o índice general, dividido por materias, de los Libros y Papeles publicados en este presente año, con las citas de los meses, y páginas donde se hallan extractos », ML, décembre 1784, p. 70-97.

193 « Advertencia », BPA, 1785, p. 3.

194 Ibid. : « En el Memorial literario de Madrid del mes de Marzo de 1785. ofrecimos dar separada la Biblioteca Española, a fin de que ocupando menor volumen que el todo de aquella obra, pueda ser más manual y extenderse con más facilidad, no sólo por toda la Península Española, sino también por los Reinos Extranjeros que regularmente ignoran los Escritores anuales de nuestra Nación. »

195 AHN, Consejos, Leg. 5 560 (II), exp. 105.

196 Ibid. : « […] hallo que no es más que un índice de libros extractado de lo que se han publicado en las Gacetas sin orden ni método. »

197 Ibidem.

198 NVCM, Madrid, Imprenta de Benito Cano, 1791-1797. Rééditées en 1798.

199 DM, n° 129 du lundi 9 mai 1791, p. 523-524 ; GM, n° 35 du mardi 3 mai 1791, p. 304.

200 AHN, Consejos, Leg. 5 557 (1), exp. 35.

201 Guías de Forasteros de Madrid, Madrid, Imprenta Real, 1744-1837.

202 AL, Madrid, Imprenta de Repullés, 1804, 1807, Madrid, Imprenta de Gómez Fuentenebro, 1806, 4 n°.

203 Zumbas con que el famoso Juan de Espera de Dios, hijo de Millán y sobrino de Juan de Buen Alma…, Madrid, Imprenta de González 1788-1794, 21 no (t. I). On retrouve ce journal sous divers titres tout au long de la période concernée : Zumbas o por mejor decir Rezumbas con que el famoso Juan de Espera en Dios, … (1789, t. II) ; Zumbas, Rezumbas o por mejor decir Tartara-zumbas con que el famoso Juan de Espera en Dios, … (1794, t. III) et Zumbas, Rezumbas, Tartara-zumbas o por mejor decir Archizumbas con que el famoso Juan de Espera en Dios, ... (1794, t. IV). Réédité à 4 reprises entre 1799 et 1807.

204 Antonio Fernández Insuela, « Acercamiento a una novela por entregas dieciochesca : Zumbas, de José Santos Capuano », Anales de Literatura Española 11,1995, p. 117-127.

205 Paul-Jacques Guinard, La Presse espagnole de 1737 à 1791, op. cit., p. 342.

206 Ibid.

207 Ibid.

208 AHN, Consejos, Leg. 5 561, exp. 38 : « […] la considero [l’œuvre] frívola e inútil, y llena al mismo tiempo de cuentecillos vulgares. […] Por todo lo cual entiendo que nada ganará el crédito de la Nación en que salgar a luz la Rezumbas de Juan de Espera en Dios […]. »

209 Ibid.

210 Ibid. : « […] las correcciones nuevamente hechas por el Autor en esta obra no bastan a sacarla de la clase de aquellas que se escriben para un frívolo y vulgar pasatiempo, ni a colocarla en el número de las útiles y de buen gusto, vienen a lo menos ya suprimidos o enmendados los cuentecillos, que en mi primera censura noté, como indecentes e indignos de ver la luz pública. Por lo cual, y atendiendo ahora al perjuicio que se ocasionaría a este pobre Ciego, si se le privase de la ganancia que se promete de la publicación del segundo Tomo de una obra ya empezada a vender, soy de dictamen que el Consejo podrá usar con él la condescendencia de permitirle la impresión de su escrito. »

211 Ibid.

212 Antonio Fernández Insuela, « Acercamiento a una novela por entregas dieciochesca : Zumbas, de José Santos Capuano », art. cit., p. 118.

213 « ML, n° LV », GM, n° 55 du mardi 10 juillet 1804, p. 614 ; « ML, n° LVI », Ibid., n° 58 du vendredi 20 juillet 1804, p. 646 ; « ML, n° LVII », Ibidd., n° 63 du mardi 7 août 1804, p. 702 ; « ML, n° LVIII », Ibid., n° 69 du mardi 28 août 1804, p. 777 ; « ML, n° LIX », Ibid., n° 73 du mardi 11 septembre 1804, p. 822 ; « ML, n° LX », Ibid., n° 76 du vendredi 21 septembre 1804, p. 849- 850 ; « ML, n° LXI », Ibid., n° 82 du vendredi 12 octobre 1804, p. 909 ; « ML, n° LXII », Ibid., n° 85 du mardi 23 octobre 1804, p. 941 ; « ML, n° LXIII », Ibid., n° 89 du mardi 6 novembre 1804, p. 992 ; « ML, n° LXIV », Ibid., n° 95 du mardi 27 novembre 1804, p. 1059 ; « ML, n° LXV », Ibid., n° 101 du mardi 18 décembre 1804, p. 1131 ; « ML, n° LXVI », Ibid., n° 3 du mardi 8 janvier 1805, p. 32 ; « ML, Tomo VII », Ibid., n° 10 du vendredi 1er février 1805, p. 111.

214 « ML n° LVIII », EIE, n° 248 du mardi 4 septembre 1804, p. 1020.

215 « Almanaque literario, Manual utilísimo para los comerciantes de libros y apasionados a la literatura, o Catálogo general de todas las obras de ciencias, nobles artes y bellas letras, publicada por primera vez, en el año de 1804, número 2 », GM, n° 3 du mardi 8 janvier 1805, p. 32 ; « Almanaque Literario, los tres números de 1804, 1805 y 1806 », AL, n° 3, 1806, p. 37.

216 Nous remercions Inmaculada Urzainqui de nous avoir fourni cette information.

217 Hemeroteca Digital, Biblioteca Nacional de España, Gobierno de España – Ministerio de Cultura.

218 Biblioteca Virtual de Prensa Histórica, Gobierno de España – Ministerio de Cultura.

219 Nous remercions Éric Carroll (Informaticien – CNRS, UMR TELEMME, Aix-Marseille Université) de nous avoir aidé à concevoir cette banque de données.

220 Francisco Aguilar Piñal, Bibliografía de autores españoles del siglo xviii, Madrid, CSIC, 1981-2001, 10 vols.

221 Paula de Demerson, Esbozo de una biblioteca de la juventud ilustrada (1740-1808), op. cit.

222 Inmaculada URZAINQUI, « Anuncios y reseñas de traducciones de obras inglesas en la prensa española del siglo xviii », art. cit., p. 313-332.

223 María Aurora Aragón Fernández, Traducciones de obras francesas en la Gaceta de Madrid en la década revolucionaria (1790-1799), op. cit.

© Presses universitaires de Provence, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search