Version classiqueVersion mobile

La construction de la personne dans le fait historique

 | 
Nadine Kuperty-Tsur
, 
Jean-Raymond Fanlo
, 
Jérémie Foa

Pamphlets et satire au XVIIe siècle

Poésie et politique

L’obscénité frondeuse du baron de Blot

Dimitri Albanese

Texte intégral

  • 1 Frédéric Lachèvre, Les Chansons Libertines De Claude De Chouvigny, Baron de Blot L’Église (1605-165 (...)
  • 2 Édouard Fournier, « Blot », Les poëtes français : recueil des chefs-d’œuvre de la poésie française (...)

1Claude de Chouvigny, connu sous le nom de baron de Blot ou sous le pseudonyme de Blot l’Esprit, est considéré par Frédéric Lachèvre comme l’un des disciples et successeurs de Théophile de Viau au xviiᵉ siècle1. D’origine noble et au service d’un grand – Gaston d’Orléans, frère de Louis XIII – Claude de Chouvigny n’a pas été inquiété par la justice pour le contenu de ses chansons. Celles-ci regorgent d’un langage cru et enjoué, se mêlent de religion et de souveraineté, et semblent ériger en principe une hérésie politique. Né entre 1605 et 1610, Claude de Chouvigny est encore un très jeune homme lorsque l’affaire Théophile éclate en 1623, il appartient ainsi à la génération suivante des « libertins ». L’un des traits caractéristiques de la démarche de Blot est qu’il n’a jamais cherché à publier ses œuvres de son vivant2. Cependant, la vigueur de ce chansonnier lui permit de diffuser ses écrits sous le manteau au sein de son cercle d’amis.

2Si le baron de Blot n’est pas un homme politique, rien ne l’empêche potentiellement d’être impliqué au moment de la Fronde comme lors de la répression de l’écriture libertine. Sans charges au sein de l’État, le poète est un familier de l’oncle du Roi, écarté du pouvoir, et l’ami de frondeurs et d’auteurs de mazarinades. Proche de la figure d’un poète courtisan distant des aspirations populaires, il semble cependant se positionner politiquement depuis le milieu dans lequel il évolue. Dès lors, on peut se demander si l’actualité de la Fronde sollicite le baron de Blot ou si elle lui permet plutôt l’actualisation d’une contestation constitutive de son identité socio-politique. Son rapport à la scène politique pose alors question.

  • 3 Frédéric Lachèvre, op. cit., p. 62.

3En évoluant dans le cercle de Gaston d’Orléans, le poète se situe en marge de la société, dans un espace privé où la circulation de son œuvre est confinée. Son intervention apparaît alors toute relative, d’autant plus que les cibles politiques peuvent sensiblement varier entre un pamphlet diffusé et une chanson à boire du baron de Blot. Ces chansons peuvent être envisagées comme une expansion des pamphlets. Si l’auteur s’érige parfois en victime, c’est sous les traits d’un noble qui ne goûte plus des plaisirs tirés de ses privilèges, distant en cela de la manifestation populaire. De cette manière, l’écho que le chansonnier fait entrevoir entre sa tristesse et les souffrances des « pauvres françois3 » n’est peut-être qu’un prétexte, un appui pour exprimer sa propre colère.

4Son ressentiment, qu’il ne dissimule nullement, est dirigé contre le cardinal Mazarin. De la sorte, on assiste à un double phénomène de construction et de déconstruction. Le baron de Blot se définit lui-même comme un opposant à l’Italien – sans pour autant s’installer fermement dans la posture d’un « Frondeur » – et élabore sa personnalité par rapport à la dévalorisation du ministre. A posteriori, ses textes sont perçus comme une réaction face au fait politique – défini par la manière d’agir de Mazarin et de ses alliés, en particulier la reine régente, Anne d’Autriche. La violence du poète le conduit à peindre son ennemi en « faquin » (p. 26), en « foutu Sicilien » (p. 16), en voleur, en « bougre illustre » (p. 29). Tous les vices réunis dans la figure du ministre – et discutables comme vices, en rapport aux pratiques même du chansonnier – visent à discréditer les personnes au pouvoir.

5Néanmoins, cet acharnement en des termes crus peut apparaître comme un combat sous-jacent. En raison de l’affiliation du baron avec le libertinage de mœurs, nous pouvons penser qu’il cherche à légitimer une écriture alternative à l’ordre moral. Les écrits littéraires et politiques du xviᵉ siècle, ancrés dans la pensée humaniste, constituent un puissant creuset pour les auteurs libertins, au même titre que les auteurs satiriques romains. Ainsi, il faut peut-être alors envisager l’ethos fuyant du chansonnier à la confluence de ces héritages, entre préoccupation politique et désinvolture obscène. La contestation émanant de cette écriture ferait se rejoindre une opposition politique et poétique.

6Dans la perspective d’une étude sur la posture littéraire de cet auteur, nous nous garderons de conclure expressément à l’adéquation entre l’élaboration d’un ethos contestataire et l’engagement politique. Tout en nous interrogeant sur ce que peut une écriture obscène dans l’acte double de dénoncer l’autre et de se présenter en poète satirique, nous garderons donc à l’esprit la distinction que l’on peut faire entre une réalisation par le fait politique et une figuration politique de soi. Je propose alors de considérer la place marginale depuis laquelle le baron de Blot s’exprime, pour envisager ensuite le caractère duel de sa lutte, tournée contre le cardinal Mazarin et orientée vers une promotion de l’esthétique obscène et violente, nous mettant en difficulté sur la caractérisation politique de son œuvre.

Une production littéraire entre le privé et le public : où est la scène politique ?

  • 4 Francis Assaf, « Obscénité ? Libertinage ? Liberté ? Les chansons de Claude de Chouvigny, baron de (...)

7Sur plusieurs aspects, la pratique littéraire du baron de Blot peut se concevoir dans un entre-deux. Mais ce sont les ambiguïtés de sa sociabilité qui permettent d’interroger la scène politique depuis laquelle il s’exprime. Alors même que la théorie semble faire défaut dans son œuvre4, il met en avant une pratique du texte chanté qui rejoint la théorie d’un mode de vie tourné vers les plaisirs. Le statut et la diffusion de ses « mazarinades » met en question leur portée au regard de son attitude en société.

Les « mazarinades » d’un poète à la marge

8Le baron de Blot diverge d’autres auteurs de mazarinades dans la mesure où il est généralement présenté comme un poète courtisan. Cependant, il convient de nuancer cette qualification au regard de la relation qu’il entretient avec Gaston d’Orléans. D’une part, il cesse rapidement d’être à son service, et d’autre part ils demeurent dans un rapport de force. Il est conscient de la protection que lui octroie son affiliation à l’oncle du Roi, sans que cela altère son franc-parler. Hubert Carrier nous livre un portrait de lui qui témoigne assez bien des libertés qu’il prend :

  • 5 H. Carrier, Les Muses guerrières, op. cit., p. 185.

Hardiesse, insolence, grossièreté, mais aussi légèreté, aisance, sens inné de la composition et du rythme, telles sont en définitive les caractéristiques essentielles des chansons de Blot. Ce qui frappe surtout le lecteur moderne, c’est leur audace, leur cynisme, leur obscénité, c’est-à-dire précisément tout ce qui fait qu’elles expriment l’esprit même de la Fronde, sa fantaisie, son franc-parler, son indépendance5.

  • 6 F. Lachèvre, Les Chansons Libertines De Claude De Chouvigny, op. cit., p. xiii.
  • 7 Ibid., p. xx.
  • 8 Alain Viala, Naissance de l’écrivain, Paris, Les éditions de Minuit, 1985, Chapitre 5, p. 178-179.

9Séduit sans doute par cette image du chansonnier, Gaston d’Orléans entretient une certaine familiarité avec son serviteur6. Or, dès avant 1644, le poète cesse « de faire partie de la Maison du Prince7 » tout en restant attaché à sa personne. Si l’on peut convenir d’une forme de clientélisme8, le baron de Blot semble déplacer le rapport de dépendance du côté de son ancien maître qui utilise ses talents littéraires pour dissiper sa mauvaise humeur et se venger de ses ennemis. Ce statut marginal de poète courtisan affleure dans la violence des altercations entre les deux hommes.

  • 9 F. Lachèvre, Les Chansons Libertines De Claude De Chouvigny, op. cit., p. xv.

10En effet, l’arme que constitue le poète est à double tranchant puisque, sur un pied d’égalité avec les invités de la Cour de Blois9, il n’hésite pas à chansonner son supérieur :

De tous les Princes de la terre
Gaston est le plus malheureux :
Ses armes ne sont que de verre,
Ses coups ne sont pas dangereux ;
Il est vaillant comme fidèle,
N’est-ce pas un fort beau modèle ?

  • 10 Les Menagiana, ouvrage de Gilles Ménage, publié en 1693, raconte l’épisode de la Ribaudon dans le s (...)

11Non content de faire le portrait de Gaston d’Orléans en prince lâche, déloyal et buveur, le chansonnier exagère aussi toutes les rumeurs de dépravation qui touchent sa Maison en en faisant une véritable « bougrinière ». De pareilles railleries ont occasionné des conflits : ce fut le cas d’une chanson sur la Ribaudon10 dans laquelle Gaston est qualifié de « beau Lanturlu » pour vouloir faire cocu le mari de la belle Madame de Ribaudon. Refusant de s’excuser, le baron de Blot est congédié et poursuit la querelle en rebondissant sur un mot de Gaston qui l’aurait traité de « fichu serviteur » :

  • 11 F. Lachèvre, Les Chansons Libertines De Claude De Chouvigny, op. cit., p. xix.

Son Altesse me congédie,
C’est le prix de l’avoir servie ;
Depuis dix ans j’ay cet honneur.
Nous devons tous deux nous connaistre.
S’il perd un foutu serviteur,
Ma foy ! je perds un foutu maistre11.

  • 12 Ibidem.

12Mais, face à ces vers de riposte, la réaction de Gaston d’Orléans est surprenante puisqu’« il en plaisanta et convia Blot à une orgie au château de Blois où on les chanta plus de cent fois12. »

13Il reste peu de chansons conditionnées par l’exigence du maître et bien souvent, comme dans un couplet de 1652 à Madame de Saugeon, le poète se moque de l’ordre qui lui a été donné ou feint de s’excuser pour son emportement, comme dans des couplets sur le Cardinal ou Anne d’Autriche. Si Claude de Chouvigny a vécu au service de Gaston d’Orléans, il n’a pas vraiment été à ses ordres, tirant surtout profit d’un cadre social qui lui offrait protection et divertissement.

La société frondeuse de Gaston d’Orléans, une scène politique privée

  • 13 H. Carrier, La Presse de la Fronde (1648-1653) : Les Mazarinades Les Hommes du Livre, Paris, Droz, (...)

14De fait, le baron de Blot prend plaisir à participer au chant de contestation qui monte du cercle de Gaston. Frédéric Lachèvre a ainsi réuni les œuvres du baron avec certaines chansons de ses amis qui comptaient parmi la société de l’oncle du Roi, tels le Chevalier de Rivière et Pierre Patris. Ces convives, acteurs de la Fronde, apparaissent à première vue comme des camarades de choix pour le chansonnier. Comme l’a montré H. Carrier, des regroupements d’auteurs autour d’un Grand pour servir ses prises de position dans le conflit constituent des sortes de « bureau de presse » à la dévotion d’un maître13. Cette proximité sert de garantie pour les auteurs bien qu’elle mette des limites à la diffusion de leurs textes. Le baron de Blot écrit bien des « couplets chantés à un repas de fronderie » qui font état de la faveur qu’il accorde encore à Condé à cette époque. Il s’y adresse aux frondeurs qu’il côtoie et qu’il encense en tant que « Brave troupe frondeuse » (p. 38). Dans l’une des strophes qui s’attarde sur le cas de son ami Jean Coulon, en 1648, le chansonnier annonce le succès de la Fronde qui se répand telle une chanson : « et tout le monde / Dira, sur le chant de la Fronde » (p. 41). En prosélyte provocateur, le poète fait du Pape un frondeur : « Hélas ! bon Dieu, quel bonheur ! / Nostre saint Père est frondeur. » (p. 28). Mais lors du second retour de Mazarin en France, il fait aussi part à son maître de sa lassitude :

  • 14 le : désigne ici Mazarin.
  • 15 Ibid., p. xxiii.

Gaston, à la fin je me lasse
De tant recommencer la chasse
Après m’avoir dit : « Je le14 tiens ! »
Puis que sans cesse il tourne et ruze,
Au lieu de fatiguer nos chiens
Je suis d’avis qu’on l’arquebuze15.

15Faut-il lire dans ces vers un appel à une action plus directe que le cercle fermé de Gaston d’Orléans ne pouvait se permettre ? De cette façon, les chansons du poète témoignent d’un petit monde frondeur qui peine peut-être à passer la frontière d’un milieu privé.

Interactions de la production : porter la parole du peuple ?

  • 16 G. Ferretti, « Chansons et lutte politique au temps de Richelieu », dans Durosoir Georgie, éd., Poé (...)

16Si une scène politique se dégage bien dans les échanges de la communauté frondeuse du Prince, la question de ses limites se pose à travers sa diffusion et son impact dans les strates populaires. À la pratique de l’entre-soi, on peut opposer la pensée de Giuliano Ferretti qui explique : « Hubert Carrier a souligné la proximité, voire la contamination entre genres savants et genres dits populaire au temps de la Fronde16 ».

  • 17 F. Lachèvre, Les Chansons Libertines De Claude De Chouvigny, op. cit., p. xviii.
  • 18 Pascal Debailly, « L’éthos du poète satirique », Bulletin de l’Association d’étude sur l’humanisme, (...)
  • 19 F. Lachèvre, Les Chansons Libertines De Claude De Chouvigny, op. cit., p. 17.
  • 20 F. Assaf, art. cit., p. 839.

17Un premier dialogue semble perceptible au travers de la réappropriation des rumeurs – ce qui est loin d’être le seul fait du baron de Blot. Celui-ci va jusqu’à dire, au sujet des couplets sur Madame de Ribaudon : « je crois qu’ils se font tout seuls17 ». Cette mise en valeur des bruits qui courent pour parvenir au poème indique un héritage des pratiques de satiriques latins, comme l’a montré Pascal Debailly18. Toutefois, certaines de ces calomnies n’émanent pas toujours des classes populaires, comme c’est vraisemblablement le cas des amours du prince de Condé avec sa sœur, la duchesse de Longueville. Mais la rumeur qui plaît le plus à Claude de Chouvigny est celle qui concerne les relations de la Reine Anne d’Autriche avec Mazarin. Elle lui permet de laisser libre cours à une satire sexuelle qui s’installe dans les appartements royaux. Le chansonnier traite ce sujet comme un fait avéré et su de tous comme le montre un couplet de 1646 : « Le Cardinal f… la Régente » (p. 17). Dans cette peinture d’orgies royales, le « on dit » relaye la rumeur : « Mesme on dit qu’il a protesté / De f… vostre Majesté, / Et le Prince vostre Frère19 ». Mais il convoque également un esprit nationaliste qui flatte le sentiment général des français, comme l’a souligné Francis Assaf20. Par certaines scènes publiques, le poète s’extrait également de son milieu, comme lorsqu’il relate les huées contre le duc de Beaufort au moment où il se retourna contre les frondeurs, en 1651 :

  • 21 F. Lachèvre, Les Chansons Libertines De Claude De Chouvigny, op. cit., p. 26.

A son abord, la grand’ville esmue,
Hue
Beaufort dans la rue,
Et sur le blondin
L’on s’escrie : « Tire, tire !
C’est un Mazarin21.

18C’est la ville qui parle dans la bouche du poète. Et c’est au nom de cette proximité – toute fictionnelle – avec le peuple, que le baron de Blot délivre son « Remède universel à tous les maux de la France » (p. 30) – qui consiste à chasser Mazarin, voire le mutiler au passage.

  • 22 F. Assaf, art. cit., p. 841.
  • 23 Ibidem.
  • 24 M. Lecoutre, art. cit.

19Par-delà les ragots et le chahut, l’auteur semble prêter attention à ce que désire la population parisienne. Dans une chanson de 1649, il s’en prend au Parlement de Paris qui en tardant à ratifier la paix empêche « les envois de blé que les forces royales avaient accepté de laisser passer (100 muids par jour) pour le ravitaillement de la population22 ». F. Assaf ne voit là qu’un trait d’égocentrisme du chansonnier agacé par le retard de « la reprise de la vie de plaisirs qu’il aimait tant23 ». Or, les pratiques du « Carnaval » (p. 61) et « les Jeux et les Ris » qu’il évoque sont partagées par le peuple24. Le chansonnier fait entendre à plusieurs reprises la souffrance des parisiens comme lorsque l’on a « affamé le peuple rebelle » (p. 41) ou quand « La pauvre France / Est en souffrance » (p. 26). Bien entendu, il cherche à enrôler la foule dans son propre camp.

  • 25 Pierre Goubert, Mazarin, Paris, Fayard, 2005, p. 293.

20On ne peut néanmoins savoir si ces chansons ont circulé en-dehors du cercle de Gaston d’Orléans, comme celles de son ami Jacques Carpentier de Marigny. Si la mazarinade intitulée « La Custode de la Reine qui dit tout » eut un fort retentissement en 1649 et qu’une émeute fit libérer le libraire Claude Morlot qui avait fait imprimer le libelle, l’attribution de cet écrit au baron a été contestée par H. Carrier d’un côté et soutenue de l’autre par Pierre Goubert25. Cette manifestation populaire rend cependant compte de l’engouement pour l’écriture obscène dénonciatrice dont cette mazarinade était un archétype. L’intérêt du peuple n’est peut-être qu’un prétexte pour le poète, ce qui ne l’empêche pas d’y trouver matière à chanter la Fronde.

Déconstruire et construire : une chronique fragmentaire de la Fronde

21Face à l’évènement politique que constitue la Fronde, un double phénomène de construction est perceptible dans l’œuvre du baron de Blot. D’un côté il s’attache à déconstruire la figure de Mazarin tandis que, de l’autre, il élabore son propre ethos poétique. La représentation de soi se réalise alors par et contre une autre individualité, au sein d’un contexte historique passé au crible de l’obscénité.

Raconter la Fronde : un regard porté sur une époque

22Le baron de Blot propose une « chronique scandaleuse » de la Fronde au moyen d’une langue obscène pour dire l’obscénité politique. Son attention se porte alors sur les grands épisodes comme sur les petits faits, sans cacher son parti pris. Au-delà de sa personne, il a recours à une violence pamphlétaire qui répond à la violence du temps. En chroniqueur sporadique et scandaleux, il se complaît à exhiber les coulisses de son époque. C’est sous l’angle d’un témoignage littéraire que l’on aborde ici la poésie du baron de Blot en tant que commentaire du versant souvent obscène de l’actualité – en partie au sens où il chante ce qui devrait rester caché, hors de la scène – composé au fil de son humeur.

23Parmi les épisodes fameux de la Fronde qui l’ont inspiré, on trouve par exemple la fuite d’Anne d’Autriche hors de Paris en 1649, la prison des Princes en 1651, les tergiversations du Parlement en 1649 ou encore la destruction de l’échelle du Temple par les parlementaires. Mais, soucieux de ne pas sombrer dans une poésie narrative, le baron de Blot utilise des mètres variés et brefs, en particulier dans ses chansons les plus étendues. Le poète donne la parole à des personnes ou à des éléments, il partage l’énonciation poétique pour railler ou émettre une plainte. Il en est ainsi dans un couplet de 1649 où, à l’ouverture de chaque strophe, la parole est cédée à Anne d’Autriche, « Le Reyne a dit », pour commenter ensuite insolemment ses propos qu’il tourne en dérision.

  • 26 F. Lachèvre, Les Chansons Libertines De Claude De Chouvigny, op. cit., p. xxiv.

24Lachèvre estime que, parmi les nombreuses chansons sur divers personnages, « il n’y a pas un petit évènement de cour qui n’ait été l’objet de la satire souvent spirituelle, et toujours piquante de Blot26. » – au contraire des menées populaires – de manière allusive et parfois difficile à contextualiser. Le poète exhibe de potentielles alliances, rappelle des anecdotes privées, imagine les acteurs de la Fronde, tel Jean Coulon, dans leur intimité, se moque des mariages et de toutes les petites intrigues des parlementaires comme de la Cour royale. Certaines pièces cependant sont peut-être moins relatives à la Fronde tout en constituant une mine d’informations, à la manière des Historiettes de Tallemant des Réaux, mais en vers. Littérairement, ces racontars faits chansons présentent une collection de personnages plongés dans le théâtre social et politique du milieu du xviiᵉ siècle.

Le chant Mazarin, une entreprise de déconstruction

  • 27 Ibid.

25Le personnage principal de la chronique du baron n’en reste pas moins le Cardinal Mazarin dont le poste politique est contesté. La déconstruction de cette personnalité politique semble à première vue relever d’un contentieux personnel. Mazarin aurait dépêché un messager, le chevalier d’Aubeterre, pour apaiser la plume du baron en échange d’une pension27. Mais, frustré de son salaire, le poète trouve l’occasion de le railler :

  • 28 Ibid.

Chevalier, je bois à ton maistre
Et c’est par obligation ;
Car pour te le faire connaistre,
C’est qu’il m’a donné pension.
La chose ne fut point frivole ;
Il m’a bien tenu sa parole,
Car le Jean-foutre me dit bien :
« Cela ne tiendra lieu de rien28. »

26L’auteur paye donc le Ministre d’injures qui font résonner son oubli comme un manque de parole, s’appuyant sur les mots mêmes du Cardinal, « que cela [la pension] ne lui tiendrait lieu de rien », pour rendre son propos plus incisif encore. Toutefois, ce règlement de compte paraît anecdotique et l’origine de la haine du poète peut sans doute se lire dans la chanson de 1643, « Un mort causoit nostre réjouissance […] ». La seule raison valable de s’en prendre à Mazarin vient du fait qu’il remplace Richelieu, ce qui implique la poursuite d’une entreprise autoritaire.

  • 29 « Goutte. s. f. Fluxion acre & douloureuse qui tombe ordinairement sur les jointures » (Dictionnair (...)

27Le règlement de compte est somme toute anecdotique et ne s’entend que comme un prétexte pour transfigurer Mazarin en ennemi de la France. Il s’agit alors pour le baron de prendre l’ascendant sur le ministre en accumulant des griefs à son encontre : sa nationalité, ses rapports intimes avec la Reine, l’exercice d’une domination sur la famille royale, ses mensonges, ses détournements de fonds et la pléthore de pratiques sexuelles qui lui sont attribuées. Les accusations qui portent sur le couple de Mazarin et de la Reine constituent un motif de variation et de création pour le poète, même lorsqu’il se contredit. Tantôt il accuse le Cardinal de tous les maux, car « Si l’estranger en ordonne, / Tout ira pire que jamais » (p. 16), tantôt il rejette toute la culpabilité sur la Reine puisqu’il « pardonne à sa [celle de Mazarin] hayne » mais pas à « la putain de Reyne » (p. 19) qui a élevé le ministre. Le Cardinal est traité en fouteur invétéré, « Les c… de Mazarin, / Homme fin, / Ne travaillent pas en vain » (p. 16), tout autant qu’en impuissant lorsqu’il est incapable de satisfaire Anne d’Autriche à cause de son âge qui lui donne la « goutte29 ». L’ingratitude du Cardinal est aussi bien mise en avant que sa propension à voler le royaume. Un couplet de 1650 témoigne bien de ce sentiment d’usurpation du pouvoir chez Claude de Chouvigny : « Il est italien de nation, / Vous estes espagnole » (p. 18). Et un autre de 1651 laisse entendre une haine réciproque du côté italien puisque Mazarin ne serait qu’un « estranger / Qui se veut vanger » (p. 19). Alors même qu’il insiste sur les pratiques sodomites du Cardinal, « Le Cardinal est fort en peine / Comment il doit f… la Reyne, / N’ayant jamais f… de c… » (p. 21), il entretient la remise en question de la parenté de Louis XIV : « Dame Anne, bien apprise, / Pour vous faire, par son canal, / Fils aîné de l’Église, / Vous eut d’un Cardinal » (p. 22). Pour le baron de Blot, toute la famille royale est « soumise » au Cardinal : « Adieu la mère et le fils ! »

Un ethos d’opposant politique

28Au moyen de diverses figures, le chansonnier compose son rôle d’adversaire du Cardinal qu’il paraît difficile de limiter au cadre fictionnel, sans évacuer pour autant la part de construction politique de soi qu’il contient. Dès lors qu’il s’en prend à l’autorité en place, le poète prend la posture du contestataire, opposé au choix ministériel de la Reine. Il entend faire partir Mazarin lorsqu’il chante en 1650 l’opposition entre deux camps : « Les barricades / Et les frondades, / Vous feront bientost desnicher. » Il entend jouer un rôle dans la contestation, comme lorsqu’il propose à demi-sérieux une « trêve des plumes » dans un triolet puis relance la polémique en accusant les pratiques de dissimulation du Ministre.

29Tout en se distinguant des autres auteurs de Mazarinades par l’emploi de la poésie et la marque du caractère obscène, il prend aussi l’apparence d’un accusateur en avertissant ses auditeurs que « la gent Cardinale / Est une maudite cabale » (p. 23). Son désir de divulgation lui fait par exemple imaginer une galerie secrète pour que le couple interdit se retrouve plus aisément : « Dedans Poitiers la grand ville, / Galerie on fait bastir, / Fort commode et fort utile / Pour entrer et pour sortir » (p. 20). Il nous donne ainsi à voir les grands dans leur intimité et cette volonté de démasquer des vérités cachées trouve écho dans des libelles ayant pour titre « Preuve » ou « Relation ».

30Dans la même veine, le poète prend une position de surplomb en dégradant le Ministre, faisant de son nom un nom commun par antonomase, « Elle veut le Mazarin » (p. 21), en plus de le réifier en objet sexuel. Invoqué par son prénom, il le traite en héros burlesque, « Jules est rentré dedans Paris » (p. 22), en personnage qu’il maltraite à son gré dans la fiction. Cependant, cette prise de hauteur contraste avec une posture de fausse victime qu’il endosse parfois. Ainsi, il accuse les Mazarins de l’avoir calomnié, « Vous demandez d’où vient ma peine / Et ce qui m’a tant désolé : / C’est qu’on dit que j’ay mal parlé / Du c… et du c… de la Reyne. / Ils ont menty les Mazarins », dans une chanson de 1652 où il est sensé présenter des excuses à Gaston d’Orléans, au lieu de quoi il poursuit son effronterie.

  • 30 « Les Blot et les Marigny, beaux esprits, qui portaient la gaieté dans les tumultes de ces troubles (...)

31Enfin, c’est sous les traits d’un antagoniste agressif que le baron appelle les français à des manifestations de violence, « Qu’on me le chasse, qu’on me le fouille, / Et qu’on me luy coupe les c… » L’emploi d’un datif éthique fait du baron de Blot le témoin et le commanditaire de ce châtiment. Cette incitation à la haine et au crime aurait connu des précédents dans des placards publiés par Marigny et par lui-même selon Voltaire30. En 1652, une chanson invite le peuple à s’unir aux frondeurs et au poète, « Sortez, Paris, brave cohorte, / Hardiment, faites-nous escorte ».

32Au travers de son chant virulent contre Mazarin et d’une chronique dépareillée sur la Fronde, Claude de Chouvigny ne manque pas de démanteler la puissance du Cardinal et de s’élever à partir de cette dévaluation. Néanmoins, son statut de Frondeur est plus instable qu’il n’y paraît et dissimule sans doute une autre menée politique dont témoigne la réversibilité de son écriture.

Un libertinage politique pour une écriture de l’obscène

33La promotion d’une écriture libertine, mise à l’écart par la censure et condamnée par la loi, pourrait attester d’une double « action politique » du baron de Blot. L’obscénité servirait à fonder une expression poétique à partir d’un contexte politique précis. C’est une contestation généralisée que le poète fait entendre, nous laissant voir un lien entre un libertinage érudit et un libertinage de mœurs. L’objectif du baron semble avant tout de fronder avec les mots dans une perspective toujours politique, mais par-delà le creuset que peut constituer la Fronde, dans un désir de liberté d’expression. Le poète se construit alors en tant qu’auteur libertin sur les fondements d’une situation politique contestatrice.

Frondeur ou frondeur : le masque de la contestation

  • 31 Ibid., p. 605.

34En préambule, précisons que le baron de Blot s’en prenait déjà à Richelieu auparavant, sans pouvoir laisser autant libre cours à ces textes qu’à ceux contre Mazarin. Le vrai courage et la véritable prise de risque de l’auteur consistent peut-être à s’en être pris même aux Frondeurs, comme s’il désirait de la sorte conserver une forme d’objectivité. Dès la deuxième moitié du xixᵉ siècle, Édouard Fournier remarquait que le chansonnier « tiraillait à tort et à travers, même sur ses amis, sur ses patrons.31 » Il faut toutefois distinguer des catégories de Frondeurs. Les transfuges, tels que le duc de Beaufort, le comte d’Harcourt ou encore la duchesse de Chevreuse, confirment sa prise de parti pour la Fronde lorsqu’il les raille : « J’entends le Beaufort dedans son ire / Dire / « Je me veux desdire : / J’ayme Mazarin « ». La figure du Prince de Condé est plus problématique puisqu’il s’emporte contre celui-ci en rejetant dos-à-dos le Prince et le Cardinal :

  • 32 F. Lachèvre, Les Chansons Libertines De Claude De Chouvigny, op. cit., p. 39.

Je dis f… du Prince
Comme du Cardinal,
Puisque dans nos provinces
Ils nous font tant de mal !
Ces deux tyrans nous tourmentent
De différente façon32

35Tous ceux qui cherchent à poursuivre la guerre – mais aussi ceux qui voudraient une paix trop vite conclue et laisseraient le Ministre à son poste – entreprennent de ruiner les plaisirs de l’existence selon le poète.

36Une certaine forme de désolidarisation avec la Fronde se loge dans le discours du chansonnier, comme lorsqu’il fait de son ralliement un opportunisme :

  • 33 Ibid., p. 24.

Frondeurs, si vostre remonstrance
Peut faire chasser l’Éminence,
Je seray de vostre costé.
Mais si l’on n’en vouloit rien faire,
Où trouverez-vous seureté ?
Pensez-y bien, c’est vostre affaire33.

37Il semble alors se dissocier des dangers encourus par les frondeurs tout en apportant son soutien dans la chasse au Ministre, comme en témoigne l’opposition entre le pronom personnel « je » et le pronom possessif « vostre ». L’ethos du poète frondeur apparaît ainsi fuyant, à la poursuite du continuel rejet de l’autorité.

Un ethos d’opposant poétique

  • 34 Dominique Maingueneau, « Problèmes d’ethos », Pratiques, 2002, 113-114, p. 55-67.

38Plusieurs traits de l’esthétique provocatrice du baron de Blot convergent vers la dimension littéraire de son combat et la continuation d’un ethos hérité des premiers libertins de son siècle. La célébration posthume à laquelle le poète a eu droit fait apparaître le processus de validation d’une posture « à travers l’énonciation », comme l’indique Dominique Maingueneau34. Le discours provocateur et l’esprit à toute épreuve du chansonnier lui valurent plusieurs vers, dans la Muse historique de Jean Loret, que F. Lachèvre rapproche d’une oraison funèbre. Paul Scarron honore également sa mémoire dans ses Épîtres burlesques.

39En effet, Claude de Chouvigny se sert de l’écriture comme d’une arme pour détourner le fait politique au moyen du rire et de l’obscénité. De cette façon, il donne la parole à l’échelle du Temple, détruite par des parlementaires, dans l’une de ses chansons. Adoptant le ton de la complainte, « Les tristes accents de ma voix […] / C’est la pauvre eschelle du Temple » (p. 62), il raconte son retrait comme s’il s’agissait d’une bataille comique. Cette action se change en combat burlesque et ses acteurs, dévoyés, sont pris dans l’élan parodique : Camus devient « secrétaire », Fontrailles prend la « qualité d’intendant », Rouville celle de « sergent de bataille ». Ailleurs, il fait résonner l’homographie du verbe vivre et du terme obscène de vit :

  • 35 Je souligne.
  • 36 F. Lachèvre, Les Chansons Libertines De Claude De Chouvigny, op. cit., p. 21.

Je ne sçay qu’a fait cet homme
Pour les rendre si soumis,
S’il vit comme on vit35 à Rome,
Adieu la mère et le fils36 !

40Cette liaison qui fait entendre le mot interdit dénonce une politique pervertie par des préoccupations charnelles.

  • 37 Ibid., p. 125.

41Cependant, cette écriture lui sert également de matériau de construction. Force est de constater que le fait politique, ancré dans l’actualité, devient un objet de prédilection pour celui qui propose une poésie de l’instant et cédant à son humeur. Sans garantir la part d’improvisation de ces chansons, les manuscrits portent les indices d’une élaboration en groupe et de textes repris par l’assemblée. La pratique de l’impromptu corrobore l’idée d’une saisie immédiate des plaisirs : « Et je f… ce qui se présente » (p. 11). Cette manière de rimer avec spontanéité témoigne de plusieurs liens avec le « caprice » tel que Guillaume Peureux l’envisage37. L’esprit de satire du poète s’associe à ces exclamations poussées comme des sauts d’humeur sur ce qui survient quotidiennement : « Allez-vous faire f…, / Monsieur de Mazarin ! »

  • 38 Michel Jeanneret, Éros rebelle, Littérature et dissidence à l’âge classique, Paris, Seuil, 2003, p. (...)
  • 39 Ibid., p. 236.

42Ces liens avec la satire placent cette poésie dans le prolongement du chant des auteurs « satyriques » ayant « frayé la voie » par leurs recueils collectifs comme le dit Michel Jeanneret38. Comme d’autres auteurs, Claude de Chouvigny semble consacrer l’esprit du satyre dans « ses noces improbables avec la satire39 ». Tel un héritage de ces premiers libertins, le poète a recours aux points de suspension, conservant ce trait artificiel qui consistait moins à ne pas dire les mots obscènes qu’à pointer ostensiblement ce qu’il n’était pas honnête de dire. De plus, le caractère obsédant que pouvait avoir la religion chez les premiers libertins se retrouve chez le baron.

  • 40 « Guy Joli, secrétaire particulier du cardinal de Retz, a écrit dans ses Mémoires après avoir parlé (...)

43À travers la figure du baron de Blot, il nous semble que la contestation et l’élaboration d’une personnalité littéraire se nouent dans une entreprise de démolition des acteurs politiques. C’est avec un cynisme farouche que le chansonnier s’en prend aux garants de l’ordre et à ceux qui le menacent. Le caractère politique de cet auteur demeure dans l’irrésolution, tant en raison de la brièveté de sa production que de sa volonté à semer le doute. Mais c’est bien en regard des troubles de son époque qu’il émerge comme poète contestataire, libre de s’en prendre à quiconque grâce à la protection dont il jouit sans en faire grand cas en apparence. Dans les marges d’une expression publique et populaire, il se livre aux plaisirs d’une provocation qui paraît sans bornes et sans avenir. Pourtant, c’est peut-être dans la libération d’un discours pamphlétaire, initié par la Fronde, que le chansonnier imagine une extension du domaine littéraire où contestation et obscénité peuvent advenir. À l’image de Marigny, le baron de Blot a longtemps laissé, dans l’histoire littéraire, l’image d’un auteur frondeur opposé à Mazarin et à la Reine-Mère. Dans les années 1860, le manque de connaissances sur les Mazarinades conduit ceux qui s’y intéressent à penser que seuls ces deux chansonniers étaient célèbres en ce temps-là40, c’est dire la réputation frondeuse de Claude de Chouvigny. Celui-ci laisse pourtant entrevoir un rêve politique différent lorsqu’il porte son verre en l’honneur d’une ère nouvelle, pleine de plaisirs : « Jurons une Société / Exempte de toute contrainte » (p. 14).

44Dans la production contemporaine de chansons, nous pouvons aussi prêter l’oreille à une expression contestatrice. On y retrouve cette violence à l’égard du politique et ce besoin d’ancrage dans l’actualité. Mais, plus encore, on peut y entendre le jeu ambigu des interprètes qui s’incarnent avant tout dans une opposition au pouvoir et un refus de récupération idéologique.

Notes

1 Frédéric Lachèvre, Les Chansons Libertines De Claude De Chouvigny, Baron de Blot L’Église (1605-1655), [s. l.], The Michigan Historical Reprints, 1919.

2 Édouard Fournier, « Blot », Les poëtes français : recueil des chefs-d’œuvre de la poésie française depuis les origines jusqu’à nos jours, 1863, p. 604-607.

3 Frédéric Lachèvre, op. cit., p. 62.

4 Francis Assaf, « Obscénité ? Libertinage ? Liberté ? Les chansons de Claude de Chouvigny, baron de Blot-L’Église (1605 ?-1655) », Papers on French Seventeenth Century Literature (19), 1983, p. 838.

5 H. Carrier, Les Muses guerrières, op. cit., p. 185.

6 F. Lachèvre, Les Chansons Libertines De Claude De Chouvigny, op. cit., p. xiii.

7 Ibid., p. xx.

8 Alain Viala, Naissance de l’écrivain, Paris, Les éditions de Minuit, 1985, Chapitre 5, p. 178-179.

9 F. Lachèvre, Les Chansons Libertines De Claude De Chouvigny, op. cit., p. xv.

10 Les Menagiana, ouvrage de Gilles Ménage, publié en 1693, raconte l’épisode de la Ribaudon dans le supplément signé par Pierre Le Gouz (1640-1702).

11 F. Lachèvre, Les Chansons Libertines De Claude De Chouvigny, op. cit., p. xix.

12 Ibidem.

13 H. Carrier, La Presse de la Fronde (1648-1653) : Les Mazarinades Les Hommes du Livre, Paris, Droz, 1991, p. 12.

14 le : désigne ici Mazarin.

15 Ibid., p. xxiii.

16 G. Ferretti, « Chansons et lutte politique au temps de Richelieu », dans Durosoir Georgie, éd., Poésie, musique et société : l’air de cour en France au xviie siècle, Bruxelles, Mardaga, 2006, p. 53.

17 F. Lachèvre, Les Chansons Libertines De Claude De Chouvigny, op. cit., p. xviii.

18 Pascal Debailly, « L’éthos du poète satirique », Bulletin de l’Association d’étude sur l’humanisme, la réforme et la renaissance (57), 2003, p. 76.

19 F. Lachèvre, Les Chansons Libertines De Claude De Chouvigny, op. cit., p. 17.

20 F. Assaf, art. cit., p. 839.

21 F. Lachèvre, Les Chansons Libertines De Claude De Chouvigny, op. cit., p. 26.

22 F. Assaf, art. cit., p. 841.

23 Ibidem.

24 M. Lecoutre, art. cit.

25 Pierre Goubert, Mazarin, Paris, Fayard, 2005, p. 293.

26 F. Lachèvre, Les Chansons Libertines De Claude De Chouvigny, op. cit., p. xxiv.

27 Ibid.

28 Ibid.

29 « Goutte. s. f. Fluxion acre & douloureuse qui tombe ordinairement sur les jointures » (Dictionnaire de l’Académie française, 1re édition, 1694).

30 « Les Blot et les Marigny, beaux esprits, qui portaient la gaieté dans les tumultes de ces troubles, firent afficher dans Paris une répartition des cent cinquante mille livres ; tant pour qui couperait le nez au cardinal, tant pour une oreille, tant pour un œil, tant pour le faire eunuque. Ce ridicule fut tout l’effet de la proscription contre la personne du ministre » (Voltaire, Le Siècle de Louis XIV, [s. l.], Presses Électroniques de France, 2013, chap. IV.)

31 Ibid., p. 605.

32 F. Lachèvre, Les Chansons Libertines De Claude De Chouvigny, op. cit., p. 39.

33 Ibid., p. 24.

34 Dominique Maingueneau, « Problèmes d’ethos », Pratiques, 2002, 113-114, p. 55-67.

35 Je souligne.

36 F. Lachèvre, Les Chansons Libertines De Claude De Chouvigny, op. cit., p. 21.

37 Ibid., p. 125.

38 Michel Jeanneret, Éros rebelle, Littérature et dissidence à l’âge classique, Paris, Seuil, 2003, p. 157.

39 Ibid., p. 236.

40 « Guy Joli, secrétaire particulier du cardinal de Retz, a écrit dans ses Mémoires après avoir parlé de l’un des plus sérieux épisodes de la Fronde : « “On ne laissoit pourtant pas de se resjouir à Paris : il ne se passoit pas de jour qu’il ne se fît quelque chanson nouvelle contre le cardinal Mazarin, la plupart fort spirituelles et de la façon de M. de Marigny.” Celles qui n’étaient pas de Marigny, avaient pour auteur le coupletier dont nous allons vous parler, Blot, baron de Chouvigny [sic, le nom du poète a souvent été déformé par la critique littéraire]. », É. Fournier, « Blot », art. cit., p. 604.

Auteur

CELLF 16-18, Sorbonne-Université

Étudiant à l’ENS de Lyon à l’époque du colloque, agrégé de Lettres modernes et doctorant à Paris III - Sorbonne, élargissant ses recherches du xviie au premier xviiie siècle pour envisager des dynamiques et des trajectoires de la poésie libertine.
Dimitrialbanese@hotmail.fr

© Presses universitaires de Provence, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search