Version classiqueVersion mobile

La construction de la personne dans le fait historique

 | 
Nadine Kuperty-Tsur
, 
Jean-Raymond Fanlo
, 
Jérémie Foa

Expression individuelle et configuration politique

Du pétrarquisme à l’engagement politique

L’itinéraire de Guillaume des Autelz

Daniel Martin

Texte intégral

  • 1 Remonstrance au peuple Françoys de son devoir en ce temps, envers la maieste du Roy. A laquelle son (...)

1La Remonstrance au peuple Françoys1 s’ouvre sur ces vers :

  • 2 Éd. cit. fo Aij ro.

S’il m’avient de rechef, FRANCE, comme autrefois,
Que d’un vers lamentable, et d’une molle voix
Pourneant je te veuille assoudir les oreilles,
Chantant les passions, et douleurs nompareilles
D’un cœur bruslé d’Amour, qu’un jeune soucy poinct : Je suis content que lors tu ne m’escoutes point.
Si par une affectée, et douce mignardise
Flatant tes meurs, le vice en vertu je desguise :
Et traistre à ton honneur, je te veuille inviter
A ce que je te doy conseiller d’eviter :
Si apres un Timon par audace maline
Je mors le nom d’autruy d’une dent Theonine,
Envieux au travail des plus gentilz espritz :
Refuse moy l’honneur d’œillader mes escritz2.

  • 3 Amoureux repos de Guillaume des Autelz Gentilhomme Charrolois, Lyon, Jean Temporal, 1553.

2Après six années de silence relatif, Des Autelz revient à la poésie en 1559. Son recueil pétrarquiste, l’Amoureux Repos3, publié en 1553, n’a été suivi que de quelques pièces de contact ou d’éloge publiées dans des ouvrages de confrères, en particulier son cousin Pontus de Tyard. La Remonstrance constitue donc une renaissance poétique, et les vers d’ouverture soulignent une volonté de rupture du poète charolais avec sa pratique précédente : il ne veut plus être le poète pétrarquiste ni le polémiste impétueux qu’il a été depuis ses débuts, entre 1546 et 1553 ; il aspire désormais à être un poète qui s’adresse à la France et qui s’inscrit dans l’actualité et les débats politiques. Sommairement, on peut en effet distinguer deux grandes périodes dans l’activité littéraire de Des Autelz : la période 1546-1553, dominée par la poésie légère et pétrarquiste et par la polémique avec le grammairien Louis Meigret sur la question de l’orthographe ; la période 1559-1560, celle du poète engagé avec quatre ouvrages suscités par l’actualité politique. En apparence, rupture radicale d’une période à l’autre, en réalité, une certaine continuité : l’engagement des années 1559-1560 constitue dans une certaine mesure l’accomplissement par Des Autelz d’une entreprise de construction de sa personne littéraire qui affleure dans les ouvrages de la première période, ce qui ne fait que rendre plus énigmatique le caractère éphémère du retour de Des Autelz en littérature.

  • 4 Voir Hans Hartmann, Guillaume des Autels (1529-1581 ?). Ein Französischer Dichter und Humanist, Gen (...)

3Avec son recueil sans doute le plus abouti, L’Amoureux repos, Des Autelz prend congé de la pratique pétrarquiste, après trois recueils voués à chanter celle qu’il surnomme la Sainte, et qui fut probablement sa logeuse lors du séjour qu’il fit à Romans en 1549-15504. Dans la section des épigrammes sur laquelle se clôt l’Amoureux repos, un dizain intitulé « A Damoyselle Jane de la Bruyere sa femme » propose à l’épouse du poète un pacte destiné à assurer la félicité conjugale :

  • 5 Éd. cit. f° Kij r°.

Quand je me repais en un livre,
Ma seur, ne parle que tout beau :
Quand j’ay l’esprit des soings delivre, Ne me vien troubler le cerveau :
Si quelque mal survient nouveau,
Ne le me raconte jamais :
Quand j’ay parlé, ne t’entremetz
De te depiter au rebours :
Si tu me croys, je te prometz
Que je n’ecriray plus d’amours5.

  • 6 Le moys de May de Guilelme Deshaultelz de Montcenis en Bourgoigne, publié slnd et sans nom d’imprim (...)
  • 7 Ibid., f° 16v°.
  • 8 S’ensuyvent les Ruisseaux de Fontaine : Œuvre contenant Epitres, Elegies, Chants divers, Epigrammes (...)
  • 9 « Donq en lisant l’œuvre tant gracieux, / De cet amant, fol, et audacieux, / D’ardent despit mon co (...)

4On ne sait si Jeanne de La Bruyère a scrupuleusement observé les clauses du contrat proposé par son mari, mais, de toute évidence, ce dernier tient à marquer sa rupture avec la pratique pétrarquiste et la célébration de la Sainte. On pourrait penser qu’il aura donc fallu au poète privé de son sujet de prédilection six années pour se trouver une nouvelle voie, cette fois-ci dans le domaine politique. Nuançons. Assez tôt, en fait, Des Autelz manifeste un certain goût pour le débat d’intérêt public. Ainsi, si son petit recueil de jeunesse, Le moys de May6, publié entre 1547 et 1549, et donc composé alors qu’il a entre dix-sept et, au plus, dix-neuf ans, est caractérisé par la légèreté, l’espièglerie, les préoccupations amoureuses, la grivoiserie, il se termine néanmoins sur un poème élégiaque lié à l’actualité littéraire : une « Complaincte sur la mort de Clément Marot par Calliope muse qui se peult chanter sur Laissés la verde couleur faict par ledict Deshaultez » : poème de déploration sur la mort, survenue en 1544, du Valet de Chambre en exil de François Ier, et qui regrette que « La fureur tant embrasée / Du roy si bon si courtoys / N’a peult estre rapaisée7 ». À la même époque, le jeune Des Autelz brûle d’intervenir dans une querelle littéraire qui fait grand bruit, la « querelle des amyes ». Il vient alors d’entrer en contact avec Charles Fontaine, personnalité influente dans la vie littéraire lyonnaise, qui, avec sa Contr’amye de court, est un acteur de premier plan dans la querelle. Dans une épître qu’il adresse à Fontaine et que ce dernier publiera dans son recueil de 1555, Les Ruisseaulx de Fontaine8, Des Autelz propose à son correspondant de s’engager à ses côtés dans la querelle, notamment pour répondre à un poème qui constituait une sévère riposte à la Contr’amye de court, L’experience, ou L’Honneste Amant9 de Paul Angier. Las, la réponse de Fontaine, qui visiblement redoute l’ardeur polémique du jeune poète, brise son élan par ces vers pleins de sagesse :

  • 10 Ibid., p. 237.

Mais il convient estre en sa Muse sage,
Et ne se doit un Poëte avanser
En un tel cas sans long temps y penser,
Et sans conseil avec ses amys prendre
(Comme tu fais) avant que d’entreprendre10.

  • 11 Ibid., p. 228.
  • 12 « Où as tu veu (ma Muse) que cecy / Soit tant prophane, et des Muses indigne, / Veu qu’il n’y a rie (...)
  • 13 Replique de Guillaume des Autelz, aux furieuses defenses de Louis Meigret. Avec la Suite du Repos d (...)
  • 14 « Non pas que tant audacieusement je presume d’imiter ta perfection, qui seroit à la nature mesme i (...)

5Des Autelz ne sera donc pas l’acteur qu’il souhaitait être dans cette controverse. L’épître qu’il envoie à Charles Fontaine retient néanmoins notre attention par un autre aspect. Le jeune poète de dix-sept ans qui entreprend des études de droit à Valence, où il rédige son épître, ouvre son texte sur un débat entre lui et sa muse. À sa muse qui lui reproche de s’adonner à la lecture des livres de droit et de délaisser « La Poësie (hault et divin savoir)11 », le poète répond par un éloge des lois et du droit, affirmant qu’ils relèvent de l’art poétique, du patronage de Phébus12. Dès 1546, donc, Des Autelz a une vision large du champ poétique, qu’il confirmera en 1550 dans l’épître liminaire de sa Replique […] aux furieuses defenses de Louis Meigret13, adressée à son cousin « Monseigneur Monsieur de Saintantost, President au Parlement de Rouen », où il annonce la publication d’un ouvrage, en chantier, de jurisprudence en latin qui lui permettra de conquérir la renommée14.

  • 15 Traité touchant le commun usage de l’escriture francoise, faict par Loys Meigret Lyonnois, auquel e (...)
  • 16 Paris, Chrestien Wechel, 1550.
  • 17 « Il y ha environ deux ans, que moy estant à Valence à l’estude en Droit, Phelipes le Brun l’un de (...)
  • 18 Paris, Chrestien Wechel, 1551.

6La Replique […] aux furieuses defenses de Louis Meigret, parue en 1551 dans le volume qui comprend aussi la Suite du Repos de l’Autheur, soit le deuxième recueil pétrarquiste de Des Autelz après le Repos de plus grand travail (1550), constitue sa plus notable participation à un débat d’intérêt public, le débat sur l’orthographe. Louis Meigret était partisan d’une simplification du système orthographique du français qu’il a exposée dans son Traité touchant le commun usage de l’escriture francoise […] paru en 1542 puis 154515. En 1548 ou 1549 paraît l’ouvrage d’un certain Glaumalis du Vezelet intitulé De l’Antique escripture de la langue françoyse et de sa poesie, contre l’Orthographe des Maigrettistes. De cet ouvrage aujourd’hui perdu nous ne connaissons que les passages transcrits par Louis Meigret dans une réponse rageuse intitulée Defenses de Louis Meigret touchant son Orthographie Françoeze, contre les censures et calomnies de Glaumalis du Vezelet, et de ses adherans16. Glaumalis du Vezelet n’est autre que Guillaume des Autelz, qui s’est penché sur la question de l’orthographe à la demande, nous dit-il, de Philippe Le Brun, vice-recteur de l’Université de Valence, sans d’ailleurs avoir pensé à publier l’ouvrage, ce qui se serait fait à son insu17. Peu importe : le débat est devenu une querelle entre Meigret et Des Autelz, les Defenses de Louis Meigret, publiées en 1550, appelant la Replique de Guillaume des Autelz […] en 1551, puis, la même année, une Reponse de Louis Meigret a la dezesperée repliqe de Glaomalis de Vezelet, transformé en Gyllaome des Aotels18. Sans entrer dans le détail de l’argumentation des deux acteurs de la polémique, retenons simplement, chez Des Autelz, les indices d’une sorte de désir de s’inscrire dans le débat public. Ainsi, si son premier ouvrage sur l’orthographe, De l’Antique escripture de la langue françoyse et de sa poesie, contre l’Orthographe des Maigrettistes, a la forme d’un texte privé – une épître à Philippe Le Brun – on lit, par exemple, ceci dans un passage du texte de Des Autelz retranscrit par Meigret dans ses Defenses de Louis Meigret touchant son Orthographie Françoeze […] :

  • 19 Éd. cit. f° Cij v° - Ciij r°.

Quel abus seroit ce, si on ne les escrivoit [les lettres] encores qu’on ne les prononce pas ? Respondez bonnes gens vous vous oubliez icy. Respondez quel abus seroit si on ne les escrivoit ? vous mesmes qui estes hardiz oultre mesure ne l’osez faire. Pourquoy enseignez vous ceste doctrine d’escrire selon la prononciation ? Esperez vous que l’on croye a ce que vous dictes que vous mesmes ne vous y osez fier ? voyla Monsieur comment je parlerois voulentiers a eulx : mais j’aime mieux qu’un plus scavan que moy le fasse19.

  • 20 Ibid., f° Ciij r°. Compte tenu de la difficulté de reproduire le système orthographique de Meigret, (...)
  • 21 « Comme donc je recherchais en désassemblant, puis rassemblant en je ne sais quantes sortes les let (...)
  • 22 Ibid., f° Aiij r°.

7Meigret commente : « J’ai bien voulu réciter ce texte à celle fin qu’on ne me reprochât que j’avais passé en silence la grande véhémence de son éloquence : mêmement quand il est en colère, et étonné de peu de chose20 ». On retiendra surtout que le propos de Des Autelz révèle, en dépit de la clause de modestie qui l’assortit, le caractère sans doute un peu frustrant pour lui de ce dialogue épistolaire avec Philippe Lebrun sur la question de l’orthographe : Meigret ne s’y est pas trompé, le jeune Des Autelz se rêve en tribun, voire en bretteur, acteur d’un vrai débat public. Se pose par ailleurs la question de la publication du texte sous le pseudonyme de Glaumalis du Vézelet. Pour Meigret, le pseudonyme reste opaque, mais il décrypte quand même le prénom de l’auteur, Guillaume21. Assez malicieusement, Meigret laisse entendre qu’il en sait peut-être plus, mais que l’auteur, indigne de la signification de son prénom, n’a pas l’air très sûr de ses convictions et est prêt à en changer si des arguments convaincants lui sont opposés, avant de conclure « qu’une telle œuvre que la sienne ne requiert bien pour le moins l’âge de huit à neuf an22 ». À cela Des Autelz répond en inscrivant son nom en titre de l’œuvre, Replique de Guillaume des Autelz […], et en justifiant le choix de l’anonymat, qu’il avait fait pour le Repos de plus grand travail en 1550 :

  • 23 Des Autelz oublie ici que son nom figure en titre de son petit recueil de débutant, Le moys de May.
  • 24 Replique […], éd. cit., p. 11-12.

Saches Meigret, que j’estime si peu de mon erudition presente, et espere tant de la future, que je crains beaucoup mettant mon nom (que tu me contrains faire) en mes œuvres de maintenant23, obscurcir la lumiere que j’attens par mes labeurs du temps à venir. Voilà pourquoy en ce que jusques icy j’ay permis estre leu de moy, on ne void point mon nom au titre. Aussi n’est il temps, à mon avis, que je vole par la bouche des hommes, n’ayant encores atteint l’an vingtdeuzieme de mon aage24.

8L’auteur affiche donc son ambition de conquérir la gloire par ses écrits, et on voit ici ce qui est peut-être une caractéristique psychologique du poète charolais, toujours entre insatisfaction de ce qui a été produit et espoir de productions futures à la hauteur de ses ambitions, de ses rêves de gloire.

9Le débat public est, avec d’autres formes de pratique littéraire, un des moyens de conquérir la gloire dont rêve Des Autelz, comme il apparaît au sein même de ses recueils pétrarquistes. Ainsi, L’Amoureux repos, en 1553, comprend une section de Façons lyriques – terme générique choisi par Des Autelz pour désigner ses odes. Celles-ci, conformément à la vocation du genre lyrique, dépassent largement les préoccupations amoureuses. La section s’ouvre sur une première pièce « Au Roy », présentant un éloge de Henri II, suivie d’une façon lyrique « Aux troys Graces Françoyses, Catherine, Royne de France, Marguerite seur du Roy trescrestien, et Jane princesse de Navarre et duchesse de Vendôme ». La section se referme en célébrant un événement littéraire qui n’est pas sans implications politiques, avec la façon lyrique « De l’accord de Messieurs de Saingelais, et de Ronsard », soit la réconciliation de deux des poètes les plus prestigieux du moment et les mieux en cour. La polémique avec Meigret est également utilisée par Des Autelz pour élargir le débat : la Replique de Guillaume des Autelz ne s’en tient pas seulement à l’argumentaire sur l’orthographe : elle inclut un véritable art poétique qui permet à Des Autelz d’affirmer sa place aux côtés des défenseurs de la tradition poétique française dans le débat qui les oppose aux partisans de la révolution poétique prônée par Du Bellay dans La Deffence, et illustration de la Langue Françoyse.

  • 25 « C. Fonteine a la Sainte de l’Autheur », Repos de plus grand travail, Lyon, Jean de Tournes et Gui (...)
  • 26 « A M. Charles Fontaine, contre un envieux », ibid., p. 17.
  • 27 « A M. Sceve », ibid., p. 8 et p. 16.
  • 28 « A l’autheur des Erreurs amoureuses. Sonet », ibid., p. 9.
  • 29 « A Monsieur de Saingelais », ibid., p. 16.
  • 30 « A M. Denys Sauvage », ibid., p. 17.
  • 31 « A M. Jean de Vevre », ibid., p. 17.
  • 32 « A M. Antoine du Moulin Masconnois », ibid., p. 18.
  • 33 « A monsieur de Coras son precepteur et pere d’erudition », ibid., p. 28.

10Par ailleurs, les recueils de 1550, 1551 et 1553, soit le Repos de plus grand travail, La suite du repos de l’autheur, et l’Amoureux Repos, sont utilisés par Des Autelz pour construire l’image d’un poète dont la voix porte par l’entregent qu’il s’efforce d’afficher. Le Repos de plus grand travail, par exemple, s’ouvre sur un liminaire de Charles Fontaine25, et il contient un nombre important de pièces adressées à des personnalités en vue : Charles Fontaine26, bien sûr, mais aussi Maurice Scève27, Pontus de Tyard28, Mellin de Saint-Gelais29, Denis Sauvage30, le poète néo-latin Jean de Vesvre31, Antoine du Moulin32, ou encore son professeur de droit, Jean de Coras33. L’Amoureux repos de 1553 reprend cette stratégie et d’une certaine façon l’amplifie dans la mesure où l’entregent de Des Autelz y apparaît moins spécifiquement lyonnais : on retrouvera certes Tyard, Fontaine, mais on trouvera aussi Jodelle, Ronsard, Du Bellay : c’est donc aussi avec les grandes figures de la Pléiade que désormais Des Autelz dialogue.

11Les années 1550-1553 sont donc des années au cours desquelles, même si la pratique pétrarquiste semble prééminente dans l’activité littéraire de Des Autelz, on sent affleurer dans son œuvre d’une part un désir de s’inscrire dans les débats publics d’actualité, d’autre part un effort pour construire son image de poète ayant de l’entregent, dialoguant avec des interlocuteurs de poids, et à l’occasion capable de célébrer les plus grands du royaume. Cependant, en 1554, dans la façon lyrique qu’il fournit pour l’édition de L’Histoire d’Hérodian traduite par Jacques de Vintimille, édition préparée par Pontus de Tyard, Des Autelz, dans la dernière strophe, et après avoir fait un éloge de Vintimille et de son action au Parlement de Bourgogne, se livre à une confidence :

  • 34 L’Histoire d’Herodian, excellent historiographe, traitant de la vie des successeurs de Marc Aurele (...)

Et moy, helas, j’ay, trop peu caut,
Dédaigné mon estat fertile
De riche gaing et d’honneur haut,
Pour embracer un nom sterile,
Et pour attendre folement
Une vie hors de sentiment.
Un jour luira (paraventure)
Que cette incurieuse cure
Sous les ans plus discrets mourra :
Et la faute de ma jeunesse,
Par une frugale sagesse
Corriger alors se pourra34.

12Tout n’est pas clair dans cette confidence, mais manifestement elle témoigne d’une insatisfaction, d’un sentiment d’échec assumé lié à une faute qu’il faut corriger. En creux, le poète joue de l’opposition entre la carrière fructueuse et brillante de Vintimille, qu’il vient de célébrer, et la sienne. On pourra s’étonner d’un tel sentiment d’échec chez un poète et juriste qui n’a encore que vingt-quatre ou vingt-cinq ans lorsqu’il rédige cette façon lyrique. On pourra s’étonner aussi qu’il faille attendre 1559 pour voir Des Autelz faire son véritable retour sur la scène littéraire et dans le débat public où il aspire à briller.

  • 35 Remonstrance au peuple Françoys, de son devoir en ce temps, envers la maiesté du Roy. A laquelle so (...)

13Ce retour se fait d’abord avec la publication de la Remonstrance au peuple Françoys35. On l’a vu, le texte s’ouvre sur un exorde qui affirme la volonté de rompre avec les pratiques littéraires passées et qui esquisse la construction d’un ethos nouveau. Comme l’indique le titre, le poète a désormais pour interlocuteur un peuple, et comme l’indique le premier vers (« S’il m’avient de rechef, FRANCE, comme autrefois… »), une nation. D’emblée aussi, il esquisse son autoportrait en sage animé par le souci de la vertu, ce qui lui permet, dans les vers qui suivent, d’annoncer son propos – un rappel de la France à ses devoirs – et de le justifier en s’appuyant sur une haute conception de la dignité de la parole poétique :

  • 36 Ibid., p. 2.

Mais puis que maintenant pour ton seul bien je veille :
Et que ton seul devoir, FRANCE, je te conseille :
Je te pry, mon pays, de ne me debouter :
Mais, ô mon cher pays, je te pry m’escouter.
Ne te fay point acroyre estre cas peu honneste,
De prester ton oreille à la voix d’un Poëte :
Car les Poëtes sont favorisez des cieulx :
Et aux hommes çà bas sont truchements des Dieux.
Des Poëtes jadis l’antique sapience
Mist entre le public et privé difference,
Le prophane et sacré d’ensemble divisa,
Du mariage sainct premiere s’avisa,
La licence rompit des vagabondes nosses,
Assembla les citez, bastit les villes grosses,
Elle prophetisa, elle fist dans le boys
Dans la pierre, et l’airain graver les sainctes loix.
Le Thracien Orphée appaisa les courages
Par ses vers admirez, des hommes lors saulvages,
Il les fist hors des boys par son doux preschement
Ensemble tous d’accord vivre civilement36.

14En développant une conception de la parole poétique comme parole civilisatrice, au fondement de l’institution de la société civile, en assortissant cette conception d’une vision du poète comme interprète de la divinité, Des Autelz renoue avec la vision qu’il esquissait dans son épître de 1546 à Charles Fontaine lorsqu’il affirmait que le droit et les lois relèvent de l’influence apollinienne.

  • 37 Ibid., p. 6.

15Pourquoi cette Remonstrance ? Elle est écrite alors que sont engagées les négociations qui, entre la France et l’Espagne, vont conduire à la signature du Traité du Cateau-Cambrésis le 3 avril 1559. Le texte est écrit alors qu’on ne sait pas si les négociations vont aboutir à un traité de paix, et donc tout est possible. Les trois éloges qui suivent la Remonstrance, Eloge de la Paix, A Pierre de Ronsard, Eloge de la Trefve, A Joachim du Bellay, et Eloge de la Guerre, A Estienne Jodelle – ce dernier texte s’inscrivant dans la catégorie de l’éloge paradoxal – envisagent les trois dénouements possibles des négociations et sont en effet en dialogue avec des textes de Ronsard, Du Bellay et Jodelle, façon de marquer la volonté du poète d’occuper sa place dans les grand débats politiques où brillent trois grands poètes du temps. L’objet du texte est d’appeler le peuple français à accepter le traité qui résultera des négociations quels qu’en soient les termes. Pour cela il s’appuie sur un éloge de la monarchie, un éloge d’Henri II et des princes de France, un éloge de Charles de Guise, Cardinal de Lorraine, mais aussi un éloge de Philippe II, qualifié de roi « sage et doulx37 ». Le texte développe dans sa phase finale l’idée que la France doit accepter les sacrifices qui pourraient résulter du traité, idée étayée sur l’argument selon lequel la France se sacrifiant au profit de son roi ne fait que se sacrifier à son propre profit, la fin du texte jouant de l’identification entre le roi et le royaume, entre le roi et son peuple.

16Pourquoi cet appel à l’obéissance quelle que soit l’issue des négociations ? Parce que ces négociations étaient loin de faire l’unanimité, en raison des sacrifices, des concessions que devrait inévitablement faire la France, exsangue et en position de faiblesse, pour obtenir un traité de paix. Au premier rang de ces concessions, le renoncement à la présence en Italie, et sans doute la perte d’un certain nombre de territoires en litige, à commencer par la province dont est originaire Guillaume des Autelz, le Charolais. Par ailleurs, les enjeux d’une paix sont aussi religieux. L’hérésie huguenote progresse en France malgré toutes les dispositions prises par le pouvoir royal pour lui faire obstacle. Un traité permettrait de faire converger sur ce point les intérêts de la France et de l’Espagne, et ce point est certainement un de ceux qui expliquent le ralliement des Guise à l’idée d’un traité de paix auquel ils étaient au départ hostiles.

  • 38 La paix venue du ciel, dediée a Monseigneur l’evesque d’Arras. Avec, le tombeau de l’Empereur Charl (...)

17Le traité de Cateau-Cambrésis est donc signé les 2 et 3 avril 1559. Au cours de l’été 1559, avec un Privilège daté du 13 juillet, paraît l’ouvrage de Des Autelz qui s’inscrit dans la suite logique de la Remonstrance et des événements, La Paix venue du Ciel38. Il s’agit d’un poème de 530 alexandrins célébrant la Paix, donc le traité du Cateau-Cambrésis. Le poète y développe un récit allégorique des événements. La Justice, victime de l’ingratitude des hommes, est retournée au ciel, fuyant une Europe rongée par la guerre. Les Heures intercèdent alors auprès de Jupiter pour qu’il s’appuie sur les Princes vertueux à même de rétablir la Paix : le roi de France Henri et le roi d’Espagne Philippe. Jupiter demande à sa fille Paix de retourner sur terre, et charge Mercure de porter une sorte d’ordre de mission au cardinal de Lorraine, à Montmorency, à Saint-André et à Granvelle afin de mettre fin au lamentable état de l’Europe : il s’agit évidemment ici des principales figures engagées dans les négociations qui ont abouti au traité, les trois premiers au nom de Henri II, le quatrième au nom de Philippe II. La fin du poème évoque ces quatre personnages tirant ensemble le char de la Paix et lui permettant de triompher.

18Ce qui a considérablement changé dans ce poème qui semble représenter la suite logique de la Remonstrance, c’est que Des Autelz ne s’y adresse plus à la France. Le poème est dédié à l’évêque d’Arras, soit Antoine Perrenot de Granvelle qui, en 1550, avait succédé à son père, Nicolas Perrenot de Granvelle, dans la charge de secrétaire d’État auprès de Charles Quint. Et la deuxième partie du volume est bien un tombeau de Charles Quint, dédié à Philippe II, composé de douze sonnets. Autrement dit, la paix signée, Des Autelz se tourne du côté de l’Empire, et s’adresse à un de ses plus éminents serviteurs, Granvelle, dont il se dit le poète :

  • 39 Ibid., f° B1v° - B2r°.

Doncq’ d’ung œil gracieus (s’il te plaist) tu verras,
Saige et veillant pasteur de l’Eglise d’Arras,
Les Vers de Desautelz ton Poëte, qui chante
La PAIX par tes vertus au monde renaissante :
Et comment nous avions ung si grand bien perdu,
Et comment tu nous as ung si grand bien rendu
Remettant en repos l’universelle terre :
Et fermant de nouveau les portes de la guerre
A cent barres de fer : le bon pere Janus
A qui les temps passez et futurs sont cogneus,
Ayant ung double front qui çà et là regarde,
Est tousjours à l’entrée où ce fier monstre il garde,
Qui hors de sa prison, par l’ordre que tu mets,
(Veullent m’ouïr les Dieus) ne sortira jamais.
Ne pense avoir acquis onq’une gloire telle
(O unique heritier du bon sens de Granvelle)
D’avoir tousjours d’ung Roy l’affaire bien guydé :
Que d’avoir une fois à tout le monde aydé,
Or puis que ton honneur pique mon hardiesse
A cette heure je veus, mon Seigneur, en la presse
Des Poëtes Gauloys apparoistre, comme un
Accoutré d’un habit bien autre que commun :
A fin que racompter tu puisses à mon Prince,
Que de sa plus sterile, et moins riche Province,
S’il n’en peut retirer ung meilleur revenu,
Ung non mauvais Poëte au moins luy est venu,
Et qui (soit qu’en Latin ou Gauloys il escrive)
Peut faire que sa gloire immortellement vive.
Je m’en voys donc pour faire essay de ce grand faix
Porter jusques au ciel ton nom avec la paix39.

  • 40 Article 19 du Traité.
  • 41 Encomium Galliae belgicae. G. Altario Carolate authore, Anvers, Christophe Plantin, 1559.

19 Des Autelz exploite les conséquences du traité du Cateau-Cambrésis, qui restitue le Charolais40 à l’Empire, pour tenter sa chance auprès de Philippe II. En ce sens, le volume publié à Anvers, qui bénéficie de la caution de Granvelle, dont Des Autelz fait l’éloge appuyé, vaut démonstration de compétence de ce poète capable d’écrire en deux langues – la publication presque simultanée, chez Plantin, de son recueil néo-latin41 entre sans doute dans cette stratégie, comme aussi, naturellement, le Tombeau de l’Empereur qui occupe la deuxième partie du volume. Le recueil néo-latin s’attache pour sa part à construire une figure du poète qui a de l’entregent du côté de l’Empire : l’Encomium est dédié à Pierre et Nicolas Damant, le premier étant conseiller ecclésiastique au conseil provincial de Flandres, le second étant vicomte de Bruxelles et juriste réputé, tous deux, enfin, étant fils de Pierre Damant qui fut conseiller et maître d’hôtel de Charles Quint. Plusieurs poèmes évoquent en outre des personnalités éminentes de l’entourage de Charles Quint et Philippe II ou sont adressés à elles, comme François Richardot, homme de confiance de Granvelle qui avait prononcé en 1558 l’oraison funèbre de Charles Quint dont Des Autelz se souvient dans son Tombeau de l’Empereur.

20Ainsi, après la signature du traité, Guillaume des Autelz a fait, durant l’été 1559, un voyage en Belgique et aux Pays Bas, voyage qui avait quelque chose d’une campagne en vue d’obtenir une place auprès de Philippe II. Visiblement ce voyage a été un échec. Des Autelz revient donc en France, et l’actualité politique va lui donner l’occasion de faire entendre à nouveau sa voix.

  • 42 Harengue au peuple francois contre la rebellion par G. Desautelz Gentil-homme Charrolois Jurisconsu (...)
  • 43 « Pourquoy il fault esprouver les espritz, ains que se fier en leur doctrine : combien que nous n’a (...)

21Au lendemain de la Conjuration d’Amboise, Des Autelz publie une Harengue au peuple francois contre la rebellion42. En mars, la Conjuration, organisée par des gentilshommes huguenots en vue de soustraire le petit roi François II à l’influence des Guise, a échoué. François et Charles de Guise, dont l’influence ne cesse de grandir depuis la mort d’Henri II, sont par ailleurs la cible d’une campagne de dénigrement illustrée notamment par un violent pamphlet, l’Epistre envoiée au Tigre de la France, attribué à François Hotman. La Harengue de Des Autelz est à la fois une réaction aux événements d’Amboise et une réponse à la propagande visant les Guise, notamment l’Epistre envoiée au Tigre de la France. Cette fois-ci, Des Autelz propose un texte en prose, qui s’inscrit dans le prolongement de la Remonstrance : il s’ouvre sur un rappel des bienfaits de l’obéissance à la volonté royale qui a permis de préserver le royaume et sa prospérité. Puis, point par point, dans un exposé qui se veut très construit, il réfute les griefs des rebelles. Nous n’entrerons pas dans le détail de l’argumentation, pour insister sur l’effort de Des Autelz pour construire dans son discours un ethos de nature à accréditer sa parole et à lui donner force d’autorité. Ainsi, il prend soin de préciser qu’il ne souhaite pas discuter les opinions des rebelles, mais simplement examiner si ces opinions rendent légitime leur rébellion43. Corollaire de ceci, il se pose en prêcheur non de haine, mais d’harmonie :

  • 44 Ibid., f° 12v°.

Mais je ne suys pas icy venu, hommes Françoys, pour accuser personne, ains pour defendre et justifier ceulx qui sont accusez à tort. Je ne vien pour vous inciter à courroux : ains à douceur. Je ne pretens point de semer entre vous une hayne, une guerre, un desaccord : mais une amitié, une paix, une concorde44.

22Par ailleurs, la plupart du temps, Des Autelz s’adresse aux « hommes Françoys », à la collectivité nationale, indistinctement. Cependant, vers la fin de la Harengue, il pose la question de la façon dont il doit s’adresser aux séditieux :

  • 45 Ibid., f° 20r°.

Mais à vous autres qui estes ja noirciz (soit par fraude d’autruy, soit par vostre malice) de ceste tres-infame et vilaine tache : de quelz propos est ce que je doy user ? parleray-je doucement et courtoysement ? doucement à des traistres ? à des seditieux ? à des rebelles ? aux ennemys de leur patrie, et de leur Roy ? voire (je le puis dire veritablement) aux ennemys de Dieu ? qui seul esleve les Roys en leurs thrones, leur met le Sceptre en main, pour exercer Justice, et le glaive, pour rigoureusement punir tous les meschans et pernicieux citoyens, telz que vous estes. Il ne fauldroit à la verité, vous addresser aultres parolles, que les menasses de l’horrible peine que vostre sacrilege déloyauté merite. Et toutesfois je me confesse estre vaincu, non seulement par mon naturel éloigné de ceste vehemence : mais encores plus, par la bonté d’un Roy que nous avons si doulx et misericordieux. J’essayeray donc par toute voye qui me sera possible de vous delivrer de ceste rage, et vous remettre en vostre bon sens. A quoy si les raisons que j’ay deduites ne vous peuvent inciter : au moins la misere, les plaintes, et les larmes de vostre mere, vostre patrie, vous esmeuvent à pitié45.

23Autrement dit, Des Autelz, qui a refusé le discours de la haine, de la rigueur, de la répression, le fait résonner dans son texte, à la fois pour suggérer que l’attitude de ceux qui sont « noirciz […] de ceste tres-infame et vilaine tache » méritent un tel discours, et pour le rejeter au nom de la bienveillance royale : insidieusement, cela revient néanmoins à opposer le clan de la haine, les rebelles, au clan de la mansuétude, de la concorde, la monarchie.

24La fin du texte s’appuie sur une prosopopée de la Patrie qui s’adresse à ses enfants dévoyés pour déplorer leur ingratitude à son égard en vue d’appeler les rebelles à se soumettre à l’autorité royale, non sans rappeler, en recourant à des exemples historiques, le dénouement funeste auquel conduit toute rébellion.

  • 46 Édition des Œuvres de 1560, tome troisiesme, Les Poemes de P. de Ronsard, gentilhomme vandomoys, Pa (...)

25Avec ce nouvel appel au respect de la volonté et de l’autorité royale, nous avons affaire presque au dernier geste littéraire de Guillaume des Autelz. Après la Harengue, sa présence sur la scène littéraire se limitera à des pièces de contact publiées dans des œuvres de collègues, et aux quatre rééditions de la Mitistoire Barragouyne de Fanfreluche et Gaudichon, entre 1572 et 1578. Pourquoi ce silence, alors que Des Autelz meurt probablement vers 1580 ? Pourquoi ce silence, alors que ses interventions littéraires dans le domaine politique lui ont valu une prestigieuse reconnaissance, celle de Ronsard ? Ce dernier, en effet, publie en cette même année 1560, dans Le Cinqiesme Livre des Poemes, l’« Elegie a Guillaume Des Autelz gentilhomme Charrolois46 ». Le texte appelle Des Autelz à contribuer, par le livre, au combat contre les ennemis de la foi, et cet appel est assorti d’un bel éloge du poète charolais, dont les talents ne sont pas suffisamment employés :

  • 47 Cité d’après l’édition de Paul Laumonier, Ronsard, Œuvres complètes, t. X, Paris, Droz, 1939, p. 34 (...)

Des Autelz, que la loy, et que la rethoricque
Et la Muse cherist comme son filz unicque,
Je suis esmerveillé que les grandz de la Court
(Veu le temps orageux qui par l’Europe court)
Ne s’arment les costez d’hommes qui ont puissance
Comme toy de plaider leurs causes en la France,
Et revenger d’un art par toy renouvellé
Le sceptre que le peuple a par terre foulé47.

  • 48 Voir le poème « Ad Olivarum Magnium », éd. cit, . f° D4v° - E1r° : « Infœlix ego verto solum, patri (...)

26En somme, Ronsard relaie le grief d’ingratitude que Des Autelz formulait contre sa patrie dans l’Encomium Galliae Belgicae48. Reste qu’il ne répondra pas à l’appel de Ronsard. On peut multiplier les hypothèses sur ce silence : faute d’en avoir une vraiment convaincante, on attirera l’attention sur un détail de l’« Elegie a Guillaume Des Autelz gentilhomme Charrolois ». On lit ceci, au terme d’un développement sur l’ingratitude de la France envers ses propres enfants :

  • 49 Éd. cit., p. 358, v. 163-170.

Pour exemple te soit ce docte Des Autelz,
Qui à ton los a faict des livres immortels,
Qui poursuyvoit en court des long temps une affaire,
De bien peu de valleur, et ne la pouvoit faire
Sans ce bon Cardinal, qui rompant le sejour
Le renvoia content en l’espace d’un jour.
Voilà comme des tiens tu fais bien peu de conte,
Dont tu devrois au front toute rougir de honte49.

  • 50 Voir, dans Armand Bénet et J.-L. Bazin, Archives de l’Abbaye de Cluny. Inventaire général publié d’ (...)

27Le passage est quelque peu énigmatique, mais une hypothèse est possible. On comprend bien que Des Autelz briguait une forme de récompense, qui ne venait pas, et que finalement il a obtenu satisfaction grâce à un « bon cardinal » qui l’a « rendu content en l’espace d’un jour ». Il s’agit probablement du cardinal de Guise, qui a peut-être récompensé la façon dont Des Autelz a défendu les Guise en réponse notamment à l’Epistre envoiée au Tigre de la France. Ce qui a rendu Des Autelz content, c’est peut-être la promesse d’une charge importante, celle de juge-mage de l’abbaye de Cluny – rappelons que Charles de Lorraine est abbé de Cluny depuis 1549, et le restera jusqu’à sa mort en 1574 – qui sera officialisée sans doute en 156250.

28L’engagement politique des années 1559-1560 semble donc correspondre à une profonde aspiration de Des Autelz à s’inscrire dans le débat public, aspiration qui apparaît dès ses débuts littéraires, et qui semble devoir être l’aboutissement d’une construction de sa personne, d’un ethos, ceci assorti d’une haute conception des missions de la poésie. Cette construction est-elle achevée en 1560 ? Des Autelz s’est-il détourné de l’activité littéraire pour se vouer entièrement à sa charge de juge-mage de Cluny ? Son retour sur la scène littéraire s’est effectué alors qu’on n’en était qu’aux prémices des guerres de religion : celles-ci, dans les mois qui suivent, éclatent et font sombrer, pour longtemps, le royaume dans le chaos. Celui qui défendait l’obéissance à l’autorité royale, qui faisait de la paix une valeur centrale dans son argumentation, qui refusait la polémique et la stigmatisation des adversaires s’est-il alors senti de fait hors jeu et désavoué, dans ses aspirations, par la tournure des événements ?

Notes

1 Remonstrance au peuple Françoys de son devoir en ce temps, envers la maieste du Roy. A laquelle sont adioustez troys Eloges, De la paix, de la Trefve, et de la guerre, Paris, André Wechel, 1559.

2 Éd. cit. fo Aij ro.

3 Amoureux repos de Guillaume des Autelz Gentilhomme Charrolois, Lyon, Jean Temporal, 1553.

4 Voir Hans Hartmann, Guillaume des Autels (1529-1581 ?). Ein Französischer Dichter und Humanist, Genève, Slatkine Reprints (réimpression de l’édition de Zurich, 1907), 1969, p. 43-50, et Margaret L. M. Young, Guillaume des Autelz. A Study of his Life and Works, Genève, Droz, 1961, p. 54-55.

5 Éd. cit. f° Kij r°.

6 Le moys de May de Guilelme Deshaultelz de Montcenis en Bourgoigne, publié slnd et sans nom d’imprimeur, mais sans doute entre 1547 et 1549 à Lyon chez Olivier Arnoullet.

7 Ibid., f° 16v°.

8 S’ensuyvent les Ruisseaux de Fontaine : Œuvre contenant Epitres, Elegies, Chants divers, Epigrammes, Odes, et Estrenes pour cette presente année 1555. Par Charles Fontaine, Parisien. Plus y a un traité du passetemps des amis, avec un translat d’un livre d’Ovide, et de 28 Enigmes de Symposius, traduits par ledict Fontaine, Lyon, Thibauld Payan, 1555.

9 « Donq en lisant l’œuvre tant gracieux, / De cet amant, fol, et audacieux, / D’ardent despit mon courage s’allume, / Et par troys foys je mis es mains la plume, / Pour luy respondre à mon petit pouvoir, / Et envers toy faire le mien devoir. / Mais je pensay honneste, ou necessaire, / (Plus tost que d’estre en cela temeraire) / T’en advertir : ma basse Muse aussi / Me conseilloit qu’il falloit faire ainsi, / Quoy qu’elle fust d’ire esprinse, et ravie, / Et de respondre eust merveilleuse envie… », ibid., p. 231-232.

10 Ibid., p. 237.

11 Ibid., p. 228.

12 « Où as tu veu (ma Muse) que cecy / Soit tant prophane, et des Muses indigne, / Veu qu’il n’y a rien plus noble, et plus digne ? / Les Muses ont pour leur seigneur Phebus, / Et celuy là pour reformer l’abus / Des mal vivans, donna en belles tables / Au bon Solon noz loix tant equitables : / Puis qu’Apollo, vostre grand conducteur, / Est reclamé des saintes loix auteur, / Dira lon pas que la sainte pratique / Des loix, convient à nostre art poëtique ? / Dira lon pas estre nobles les loix, / Qui filles sont d’Empereurs, et de Roys ? / Dira lon pas sainte celle doctrine, / Qui fondée est sur parolle divine ? », ibid. p. 228-229.

13 Replique de Guillaume des Autelz, aux furieuses defenses de Louis Meigret. Avec la Suite du Repos de Lautheur, Lyon, Jean de Tournes et Guil. Gazeau, 1551.

14 « Non pas que tant audacieusement je presume d’imiter ta perfection, qui seroit à la nature mesme inimitable : quand de rechef elle voudroit faire un chef d’œuvre semblable : mais bien seulement de suivre l’ombre de ton moins : et comme les Poëtes, des grans personnages ont feint les uns estre Dieux, les autres Heroes, les autres demi Dieux : Ainsi je fusse au dernier reng de ceux, qui plus approcheroient de ta vertu, chose encores plus que suffisante, pour m’eslongner de ceste ignorance vulgaire : Voire me faire apparoitre au tresheureux nombre des excellens esprits, que nostre temps, s’il n’est ingrat, honorera reveremment, et la posterité, reconnoissant leurs benefices, sauvera du tenebreux sepulchre d’oubli : eslevant sus les eternelles colomnes de memoire au Phane de vertu leurs admirables colosses, pour les consacrer à l’immortalité. Or ha tousjours ce mien desir desiré de se montrer devant ta presence : Pour quoy faire, durans mes estudes en droit, j’entrepris et commençay à traitter en langue Latine, beaucoup plus familiere à mon estude que la Françoise, un nouveau argument en la Jurisprudence : lequel (aydant Dieu) je poursuivray à loisir : et quand je l’auray emancipé et mis hors ma puissance, il sortira portant au front, pour le garentir des langues detracteresses, le sacré nom de toy, qui celle vraye et non feinte philosophie as tant purement et incorruptiblement exercée au Senat et parlement Dijonnois, que je t’entens en nostre Bourgongne estre justement appellé la grande Lumiere de justice, voire le Pere de la patrie », ibid., p. 3-4.

15 Traité touchant le commun usage de l’escriture francoise, faict par Loys Meigret Lyonnois, auquel est debattu des faultes et abus en la vraye et ancienne puissance des letres, Paris, Denis Janot, 1542, et Paris, Jeanne de Marnef, 1545.

16 Paris, Chrestien Wechel, 1550.

17 « Il y ha environ deux ans, que moy estant à Valence à l’estude en Droit, Phelipes le Brun l’un de mes fideles amis lors Vice-recteur, me demanda mon advis, pour le conferer avec le sien, sus quelques points de nostre langue Françoise : pour sus lesquelz respondre je luy escrivis une brieve epistre, en laquelle il me fut assez, de declarer nuement mon opinion à celuy qui ne demandoit d’avantage : car (ainsi m’ayme Dieu) je ne pensois rien moins, que de voir ce qui est avenu : asavoir qu’elle tombast es mains des Imprimeurs : ce que je montrois bien en le priant de ne la laisser voir à autre que luy, ou à noz amis », Replique de Guillaume des Autelz […], éd. cit., p. 8-9.

18 Paris, Chrestien Wechel, 1551.

19 Éd. cit. f° Cij v° - Ciij r°.

20 Ibid., f° Ciij r°. Compte tenu de la difficulté de reproduire le système orthographique de Meigret, nous modernisons la transcription.

21 « Comme donc je recherchais en désassemblant, puis rassemblant en je ne sais quantes sortes les lettres de ce Glaumalis du Vezelet, j’ai trouvé selon le commun abus d’écrire, joint l’opinion qu’on peut tirer de l’œuvre, que quelque Guillaume y était caché », Ibid., fo Aij ro.

22 Ibid., f° Aiij r°.

23 Des Autelz oublie ici que son nom figure en titre de son petit recueil de débutant, Le moys de May.

24 Replique […], éd. cit., p. 11-12.

25 « C. Fonteine a la Sainte de l’Autheur », Repos de plus grand travail, Lyon, Jean de Tournes et Guil. Gazeau, 1550, p. 6.

26 « A M. Charles Fontaine, contre un envieux », ibid., p. 17.

27 « A M. Sceve », ibid., p. 8 et p. 16.

28 « A l’autheur des Erreurs amoureuses. Sonet », ibid., p. 9.

29 « A Monsieur de Saingelais », ibid., p. 16.

30 « A M. Denys Sauvage », ibid., p. 17.

31 « A M. Jean de Vevre », ibid., p. 17.

32 « A M. Antoine du Moulin Masconnois », ibid., p. 18.

33 « A monsieur de Coras son precepteur et pere d’erudition », ibid., p. 28.

34 L’Histoire d’Herodian, excellent historiographe, traitant de la vie des successeurs de Marc Aurele à l’Empire de Romme. Translatée de Greq en Françoys par Jaques des Contes de Vintemille, Rhodien, Lyon, Guillaume Roville, 1554, f° A4 r°.

35 Remonstrance au peuple Françoys, de son devoir en ce temps, envers la maiesté du Roy. A laquelle sont adioustez troys Eloges, De la paix, De la tresve, et De la guerre, Paris, André Wechel, 1559.

36 Ibid., p. 2.

37 Ibid., p. 6.

38 La paix venue du ciel, dediée a Monseigneur l’evesque d’Arras. Avec, le tombeau de l’Empereur Charles V. Cesar, tousjours Auguste : Dedié et presenté à la Majesté du ROY son fils. Par Guillaume Desautels, Gentilhomme Charroloys, Anvers, Christophe Plantin, 1559.

39 Ibid., f° B1v° - B2r°.

40 Article 19 du Traité.

41 Encomium Galliae belgicae. G. Altario Carolate authore, Anvers, Christophe Plantin, 1559.

42 Harengue au peuple francois contre la rebellion par G. Desautelz Gentil-homme Charrolois Jurisconsulte, Paris, Vincent Sertenas, 1560.

43 « Pourquoy il fault esprouver les espritz, ains que se fier en leur doctrine : combien que nous n’ayons pas à debatre leurs opinions : ains à enquerir seulement, si à cause d’icelles, ilz ont juste occasion de rebeller ». Éd. cit., f° 6 r°.

44 Ibid., f° 12v°.

45 Ibid., f° 20r°.

46 Édition des Œuvres de 1560, tome troisiesme, Les Poemes de P. de Ronsard, gentilhomme vandomoys, Paris, G. Buon, f° 215v°- 219v°.

47 Cité d’après l’édition de Paul Laumonier, Ronsard, Œuvres complètes, t. X, Paris, Droz, 1939, p. 348-349, vers 1-8.

48 Voir le poème « Ad Olivarum Magnium », éd. cit, . f° D4v° - E1r° : « Infœlix ego verto solum, patriamque novercam, / Haud matrem expertus, cum lachrimis fugio. / Sit tellus externa mihi magis æqua : meumque / Non aspernetur doctior ingenium ».

49 Éd. cit., p. 358, v. 163-170.

50 Voir, dans Armand Bénet et J.-L. Bazin, Archives de l’Abbaye de Cluny. Inventaire général publié d’après les manuscrits inédits des Archives départementales de Saône-et-Loire, 1re partie, Mâcon, Protat Frères, 1884, l’article 604 p. 83 : « Provisions de juge et lieutenant de Cluny donné par le cardinal de Loraine [sic], abbé dudit Cluny, en faveur de Guill. Deshautelz et Bartellemy Pascaud, avec les provisions de juge de Paroy pour Nicolas Saulnier, en 1562, cotté 188 ». Voir également Margaret L. M. Young, op. cit., p. 32-33.

Auteur

Aix Marseille Université, CIELAM, Aix-en-Provence, France

Maître de conférences à Aix-Marseille Univerité, membre du CIELAM, spécialiste de la littérature française de la Renaissance. Ses travaux portent sur les pratiques féminines d’écriture, sur la mise en recueil de la poésie, sur la narration brève, sur les milieux lyonnais. Il dirige actuellement la préparation d’une édition des œuvres complètes de Guillaume des Autelz.
Daniel.martin@univ-amu.fr

© Presses universitaires de Provence, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search