Version classiqueVersion mobile

La construction de la personne dans le fait historique

 | 
Nadine Kuperty-Tsur
, 
Jean-Raymond Fanlo
, 
Jérémie Foa

Expression individuelle et configuration politique

Discours sur la rébellion et reconstruction de l’image de l’auteur chez Pierre Matthieu

Mathilde Bernard

Texte intégral

  • 1 Pierre Matthieu, Histoire des derniers troubles de France. Soubs les regnes des Rois Tres-Chrestien (...)
  • 2 Pierre Matthieu, Histoire de France soubs les regnes de François Ier, Henry II, Charles IX, Henry I (...)
  • 3 Il écrit alors une Harangue aux consuls et peuple de Lyon. Du devoir et obeissance des subjects env (...)
  • 4 Pompe funebre des penitens de Lyon, en deploration du massacre faict à Bloys sur les illustres & ge (...)
  • 5 Guisiade, tragédie nouvelle, en laquelle au vray et sans passion est representé le massacre du duc (...)

1Pierre Matthieu est un historiographe de Henri IV, qui termine sa carrière brillamment en succédant à Du Haillan, en 1610, en tant qu’historiographe de France. Légitimiste il expose les guerres et explique la grandeur de Henri IV à travers son Histoire des derniers troubles de France1 (1600) et son Histoire de France sous les règnes de François Ier, Henri II, François II, Charles IX, Henri III et Henri IV2. Quelques années plus tôt pourtant, Pierre Matthieu ne semble pas du tout prédestiné à suivre une telle voie. Bon écrivain, plutôt talentueux même, avant de prendre le parti de Henri IV, en 15943, c’est un ardent défenseur de la Ligue. Il écrit du théâtre et de la poésie engagés, soutient les rebelles et devient vite ainsi un écrivain officiel de la Ligue. Le 16 juin 1589, c’est lui qui est chargé de prononcer l’éloge funèbre des Guises, publié sous le titre de Pompe funèbre des Penitens de Lyon4. Il est déjà connu en effet pour avoir rédigé peu de temps auparavant la Guisiade5, tragédie qui rapporte l’assassinat des Guises, et qui se révèle être un grand succès. Cinq ans plus tard, le climat politique a bien changé, et lorsqu’il rencontre le maréchal de Biron venu en juin 1594 négocier la reddition de Lyon, Pierre Matthieu se range aux côtés de Henri IV et accepte de rédiger l’Histoire des derniers troubles de France. Un an après, c’est lui qui organise l’entrée de Henri IV à Lyon. Il continue à écrire des ouvrages d’histoire jusqu’à sa mort en 1621, mais l’envol de sa carrière est interrompu par l’assassinat de son protecteur Henri IV .

  • 6 Celle-ci n’est probablement qu’apparente car, ainsi que l’écrit C. N. Smith, « pour un catholique c (...)

2Ainsi Pierre Matthieu est successivement le porte-parole des rebelles, de ceux qui ont dévié consciemment et volontairement de la ligne dictée par le pouvoir monarchique, et celui de l’ordre monarchique lui-même. Il est chargé d’expliquer comment ce pouvoir s’est instauré et a triomphé des perturbateurs. Nous verrons comment l’auteur aux deux visages et aux deux vies infléchit son discours sur la rébellion pour tenter de masquer son inconstance6 et de restaurer son image. L’étude des deux périodes qui ont façonné l’homme et l’auteur permettra de mettre en perspective la façon dont son discours sur la rébellion est au cœur de sa stratégie de réhabilitation et de reconstruction de son image. Cette dernière va de pair avec une évolution de la fonction même de l’auteur, qui passe de poète et dramaturge à historien.

Une trajectoire sinueuse

  • 7 Vashti. Premiere tragedie de Pierre Matthieu Docteur és droicts. En laquelle, outre les tristes eff (...)
  • 8 Ibid., p. 389-390.

3S’il existe un Pierre Matthieu d’avant 1594 et un Pierre Matthieu d’après 1594, on peut également distinguer la période qui précède décembre 1588 de celle qui la suit. L’épisode ligueur sera pour lui une parenthèse qu’il s’agira de réinterpréter, d’expliquer. Après l’assassinat des Guises, ce catholique zélé mais encore légitimiste devient farouchement opposé à Henri III. Il retranche donc, entre la première version de sa pièce Vashti écrite juste avant les assassinats de Blois et la seconde version qu’il rédige en 1589, l’éloge au roi dans lequel il évoque sa « vertu, treschrestienne pieté, magnanimité, clemence, incomparable Prudence, Justice, et valeur7 », pour rajouter un éloge au ligueur qu’est le duc de Nemours, gouverneur de Lyon, qu’il compare à Assuérus8.

  • 9 C. N. Smith parle de « transformation » (édition critique des Tablettes de la vie et de la mort de (...)
  • 10 Histoire de France soubs les regnes de François Ier, Henry II, Charles IX, Henry III, Henry IIII et (...)
  • 11 Ibid., f° 344 r°.
  • 12 Histoire des derniers troubles de France, op. cit., f° 77r°.

4Après 1594, le revirement est total9. Si dans sa relation de la Saint-Barthélemy dans l’Histoire de France, il s’en prend au roi et fait peser la responsabilité sur Charles IX et son conseil10, accusant le roi de mensonge envers Coligny qu’il aurait traîtreusement rassuré sur son sort, à quelques heures de son assassinat programmé11, il attaque un monarque que nul ne défend encore ouvertement et c’est surtout en anti-ligueur que se positionne le nouveau Pierre Matthieu. Il proclame la responsabilité du duc de Guise dans les Barricades, écrivant que « les Barricades sont de l’invention du Duc de Guise, et [que] sans sa presence le peuple ne se fust remué12 ». Le duc de Maine n’est pas épargné, la Ligue en général est montrée comme étant la cause du « naufrage » de la France :

  • 13 Ibid., f° 79r°.
  • 14 Ibid., f° 157r°.

Qui fait ceste guerre ? La Ligue. La cause donc de ces desordres vient de ceste pepiniere de nos miseres, de ceux qui regardent en terre ferme le naufrage de ceste navire Françoise13.
Les Seize sont impardonnables, envers la France, mais également envers Dieu, puisque pour allumer d’avantage les feux de la sedition, crioi[en]t publiquement aux armes, rendoi[en]t la parole de Dieu une trompette de sedition14.

5Le duc de Guise encore bénéficie malgré tout d’un certain régime de faveur en raison de sa valeur guerrière ; c’est un César, bien que ce soit un César qui, comme l’empereur romain, a dévié de son devoir, puisque, au lieu de servir son pays, il a causé sa ruine :

  • 15 Ibid., f° 157r° - 157v°.

Telle fut la fin du Duc de Guise, Prince sans mentir de valeur & de courage, la Ligue l’appeloit son Caesar, & faisoit de belles convenances entre l’un & l’autre. Quant à moy, osté le Christianisme, ie ne trouve point tant de parangon entre Camille & Themistocles, […] Charles le grand & Henry quatriesme à present regnant, (la merveille des Rois, & le Roy des merveilles) qu’il y en a entre les vies de Iulle Caesar & Henry de Lorraine, l’un cause la ruine de sa republique, l’autre des miseres de la France15.

6Henri III en revanche est plutôt un roi faible, mais un roi bon, qui a œuvré pour son pays, et a été trahi par la vermine,

  • 16 Ibid., f° 7r°.

Ce Prince fut blasmé d’aucuns, de n’avoir que trop tard sceu bien discerner ses amis d’avec ses ennemis, d’avoir esté nonchalant & par ce moyen, enhardy ses ennemis, pres & loin, dedans & dehors le Royaume, à beaucoup remuër. […] Il craignoit Dieu, & n’avoit autre volonté que d’avancer la Religion Catholique, reformer les abus & malversations de ses officiers, en toutes les charges de son Royaume, aymoit les lettres & advançoit les gens d’esprit16.

7Ce même Henri III, sous la plume du même Matthieu était, quelques années plus tôt, Henri de Valois, violeur des sanctions divines et humaines :

  • 17 N’en restant un seul : Henri III ne pouvant trouver dans la jurisprudence des Anciens un seul cas p (...)
  • 18 Pierre Matthieu, Pompe funebre des penitens de Lyon, op. cit., n. p.

Et n’en restant un seul17 pour servir d’excuse à Henry de Valois, qui ne dira que deschirant & violant toutes les sanctions divines & humaines, ayant faict meurtrir, massacrer, detrancher, & brusler les corps de Louys & Henry de Lorraine, ennemis conjurez des parricides qui ont faict mourir nos Roys, punisseurs tresrigoreux des traistres, peres de la patrie [, il] ne peut rien alleguer pour deffence de sa cruauté18.

8Il semble difficile de faire coïncider les deux Pierre Matthieu, d’offrir une image cohérente de l’auteur. Ce dernier doit-il s’excuser pour un moment d’égarement, accuser les Ligueurs de l’avoir abusé ? C’est par sa réflexion politique sur la nature de la rébellion et de la déviance que Pierre Matthieu semble tenter d’expliquer son passé sans pour autant faire amende honorable.

La juste guerre de Pierre Matthieu

9Son passé de ligueur serait ainsi la résultante d’une pensée sur le droit des souverains, une réflexion sur la raison d’État. Le roi selon Pierre Matthieu doit être soumis à des lois supérieures, ne peut décider de la vie et de la mort de ses sujets mais doit au contraire les protéger. Il est donc doublement coupable de la mort des Guises. Lors de leur éloge funèbre, Pierre Matthieu écrit :

  • 19 Oraison funebre de Pierre Matthieu, advocat à Lyon, sur le martyre des deux Freres, dans Pompe funè (...)

Henry second valeureux & guerrier, le Prince de Foy, laisse pour successeur Henry troisiesme qui en une heure a effacé le peu de bien qu’il a fait en sa vie. C’est luy qui les a tué [sic]. […] Il n’a pas failly comme une privee personne, & le ciel luy prepare un supplice particulier19.

10C’est justement parce qu’il est roi qu’il a doublement failli, non seulement comme une personne privée, mais au-delà, comme le dernier garant des personnes privées que sont ses sujets. Selon Pierre Matthieu, les individus sont alors en droit de se révolter contre un tel roi, voire de le tuer. Ces conclusions monarchomaques, nées sous des plumes protestantes après la Saint Barthélemy, furent reprises par les ligueurs :

  • 20 Ibid., p. 13.

Mourons plustost, mourons, Catholiques François, les armes en main, faisant teste à la tyrannie, à la desloyauté, à l’heresie, que de nous laisser hameçonner aux appas d’un Prince, qui sous ombre de tresve, d’estat, de reconciliation, d’alliances, d’accord, nous met le glaive sous la gorge20.

  • 21 Ibid., p. 14.

11La juste guerre est la guerre pour Dieu, et ce n’est pas au roi d’en juger. Du reste Henri III en est bien incapable, puisqu’il est guidé par ses plaisirs. Dans la logique de Pierre Matthieu, Henri III favorise l’hérésie et ne supporte pas les contradicteurs que sont les Guises ; c’est par simple irritation qu’il les a fait tuer, parce que « le sang le chatouilloit21 ». Mais surtout, on ne peut avoir foi dans le roi car le roi est impur, cause d’impureté et responsable de perversion, dans la mesure où il veut mélanger ce qui n’est pas miscible :

  • 22 Id.

Henry de Valois, pour avoir espousé la vraye Eglise & la foy Catholique, & cependant nourri l’heresie, secrette concubine de son ame, vouloit entretenir l’une & l’autre religion, le liquide avec le sec, le rond avec l’aigu, le froid avec le chaud, le dur avec le mol, le bas avec le haut22.

  • 23 Ibid., p. 18.
  • 24 Id.
  • 25 Id.
  • 26 Id.

12Son crime par conséquent est d’avoir heurté les lois de la nature. Il est grossi du fait qu’il est roi, amplifié parce que Henri III a cumulé les péchés de sacrilège (« tuer un prestre, c’est un sacrilège : tuer les hommes, c’est destruire les œuvres de Dieu23 »), de cruauté suprême et d’ingratitude en tuant des « serviteurs loyaux24 », de « parricide25 » en tuant ses cousins, de légicide en tuant « les Pairs de France, ainsi nommez ou parce qu’ils sont compagnons de Roy, ou parce qu’ils sont peres de la Republique26 », de « diable » enfin et de « nécromantien », puisqu’il les a brûlés, les privant de sépulture. Henri III est donc présenté comme le tyran parfait qu’il serait indigne de ne pas combattre. Le Pierre Matthieu ligueur ne se montre pas comme un rebelle, mais comme un opposant à la raison d’État, pour qui la loi – et surtout la loi divine – est au-dessus du roi :

  • 27 Ibid., p. 21.

Le Roy n’est que ministre & executeur de la Loy, & ne peut tirer l’espee que contre ceux qu’elle condamne : s’il fait autrement il n’est plus Roy, il est tyran : il n’est plus juge, il est brigand : il ne le faut plus nommer conservateur, ains violateur de la Loy27.

13Le Pierre Matthieu ligueur s’exprime dans des genres qui sont reconnus comme pouvant être engagés : l’éloge funéraire on l’a vu, mais aussi la poésie et le théâtre. Au duc de Guise est alors associé tout un champ lexical de la droiture tandis que le roi est sans cesse présenté comme louvoyant, faisant de son royaume un État à la dérive.

  • 28 Troisiesme edition de la Guisiade, tragedie nouvelle. En laquelle au vray, & sans passion, est repr (...)
  • 29 Ibid., p. 699-700.
  • 30 Ibid., p. 705.
  • 31 Ibid., p. 704.
  • 32 Ibid., p. 702.

14Dans la Guisiade, publiée en 1589, le duc de Guise ne va pas « par [des] sentier[s] oblique[s]28, il appelle les braves à le suivre où le « droict » le mène, le nocher à « [tenir] la barque de la foy », il évoque « l’ordre sacre-sainct de l’Église fidelle », qui « pour deffendre son droict contre l’erreur [l’appelle » (acte premier). Le roi en revanche, dans la scène 1 de l’acte second, où on le voit s’entretenir avec Catherine de Médicis est sermonné par sa mère qui lui reproche de « tenir inconstant en la bouche deux langues29 », de « chancelle[r] tousjours », « inconstant, incertain », de s’entourer de ces mignons, « Polypes inconstans30 », de ne devoir enfin qu’au duc de Guise de n’avoir pas vu sombrer son « Estat chancellant31 ». Le roi lui-même se dit « agité de tous vents32 ». Henri III est présenté comme une girouette, déviant sans cesse au gré des vents, tandis que le duc de Guise est seul capable de mener une barque à bon port dans la tempête.

  • 33 Ibid., p. 723.

15À cette opposition structurelle s’ajoutent des obsessions dans le discours ligueur, celle d’une déviance de la France vers le bas, la chute, l’enfer et vers l’anti-nature, le monstrueux. Épernon est l’image de cette déchéance, dans l’acte III scène 1 de La Guisiade, lui qui « trop degenere / De l’ayeule vertu33 », menaçant la civilisation avec lui. En 1591, Pierre Matthieu dédie au feu roi Henri III une description du politique de son temps :

  • 34 Description du Politique de nostre temps : dediée au feu Roy Henry III, Lyon, Jean Pillehotte, 1591 (...)

Ce nom de Politique estoit un nom d’honneur,
C’estoit le iuste nom du iuste gouverneur,
D’un prudent Magistrat, qui pour raison civile
Sçavoit bien policer les membres d’une ville,
Et qui sage & accord par accordans discordz
De Citoyens divers tiroit de bons accordz, […]
Auiourd’huy ce beau nom souillé de mille vices,
N’est plus qu’un nom d’horreur qui destruit les polices.
Un nom remply d’ordure, & qui est mesprisé
Pour le crime de ceux qui en ont abusé34.

  • 35 Cela dit, dans ses discours légitimistes, Pierre Matthieu qualifiera également Jacques Clément d’ap (...)
  • 36 Ibid., f° B3r°.

16Cette déchéance est comparée à une conversion, le paradigme religieux étant révélateur de l’obsession ligueuse35, et « souz le couvert d’un Catholique voile, / Le Politique ourdit sa desloiale toile » et « attendant que l’on se dise converty, / L’on tient comme à l’egal l’un & l’autre party36 ». Le politique est donc cet être fourbe, aux deux visages, fondamentalement impur. L’horreur du mélange transparaît encore dans ce discours et par opposition, Pierre Matthieu apparaît comme un garant de l’intégrité ; le champ lexical qui revient plus fréquemment dans son théâtre est celui du mélange contre-nature qui constitue l’action et l’être même du Politique. Ainsi Pierre Matthieu s’adresse- t-il aux Politiques :

  • 37 Ibid., f° B3v°.

Pensez vous d’un lien contraire à la nature
Assembler la chaleur avecques la froidure,
La poule & le renard, & faire vivre esgaux,
En amour & douceur les loups & les agneaux ?
Iesus-christ & Satan n’ont rien qui se ressemble37.

17Ces adversaires de la Ligue ont selon lui perdu toute valeur et sont prêts à tout, comme à introduire l’Islam en France :

  • 38 Id.

Aussi prests d’introduire au Royaume de France
Mahomet que Calvin, & avec l’Alcoran,
Faire au peuple François recevoir le Turban,
Telle est l’opinion du maistre Politique38.

18Pierre Matthieu pourtant, quelques années plus tard, en tant qu’historien, tient un tout autre discours dont la cohérence est assurée par la recherche d’une attitude sans équivoque. Il aurait changé pour n’être pas lui-même mélangé : la conversion n’est pas ici un processus. S’il retourne son discours ligueur en discours légitimiste, défenseur de l’autorité royale, envers et contre tout, il continue à se présenter comme un défenseur du droit et du bien du royaume. Henri IV s’est converti, est rentré dans le droit chemin, devient souverain légitime, et a posteriori le soutien de Henri III à son cousin en est justifié. Ce discours de défense trouve d’autres voies pour s’exprimer, plus officielles, moins propices à accueillir la diatribe, celles de l’historiographie.

Variations sur le droit du souverain et le droit des peuples

  • 39 Arlette Jouanna, Le Prince absolu. Apogée et déclin de l’imaginaire monarchique, Paris, Gallimard, (...)

19Pour le Pierre Matthieu historien, légitimiste, tous doivent se soumettre à l’autorité du roi, quoi qu’il fasse. Il fallait pour cela une foi dans la conversion du roi et une foi, pour reprendre le terme d’Arlette Jouanna, qui puisse être « temporelle ». Selon l’historienne, c’est sous le règne de Henri IV que s’est « solidement accréditée l’idée que le roi bénéficiait d’une élection divine39 ». Pierre Matthieu est l’incarnation de cette évolution qui, telle qu’il la présente, n’est qu’une constante marque d’adoration de Dieu.

20Voici comment il rapporte l’épisode des Barricades dans son Histoire des derniers troubles :

  • 40 Histoire des derniers troubles de France, op. cit., f° 77r°.

Les habitans se disposerent par les ruës à la deffence qui est naturelle à tous les animaux. […] Toute sedition, toute rebellion est mauvaise & pernicieuse ès Royaumes, encore qu’elle eust bonne & honneste cause. Comme le Prince doit couper chemin aux premiers mouvemens de ces esmotions, & esteindre les feux qui couvez en une maison particuliere doivent embrazer les Temples, les Palais, & les maisons publiques, aussi le peuple doit souffrir, doit endurer toutes les extremitez plutost que de se remuër contre son souverain, encores qu’il fust Tyran, cruel & inhumain. […] La tyrannie d’un seul est mauvaise, celle de plusieurs est pire mais la pire de tous est une puissance effrenee, une licence absoluë qui a secoüé le ioug aux loix40.

21Le roi dès lors a une puissance absolue pour Pierre Matthieu, au sens où jamais le sujet n’est en droit de s’y opposer. Les Parisiens des Barricades sont les rebelles – et non plus le souverain – car ils s’élèvent contre le roi. Ce sont eux qui ne sont plus maîtres de leurs passions et sont par conséquent comparés à des animaux ; il en va du même du prince qui les guide et qui sort de ses prérogatives. Le discours se retourne véritablement par rapport à celui du Pierre Matthieu ligueur puisque c’est ici le peuple esclave de ses passions effrénées qui devient le tyran véritable en prenant les armes contre son roi. Ce dernier, tête du corps de la nation, doit être maintenu en place coûte que coûte :

  • 41 Ibid., f° 77v°.

La vie de l’homme est l’union de l’ame & du corps, celle d’un Royaume est le commandement & l’obeissance : si l’un se separe de l’autre, que l’ame tyrannise le corps, & le corps ne vueille prendre la loy de l’ame, c’est-à-dire de la raison, c’est une mort. Quand le Prince commande iniustement, quand le suiect ne veut obeir, le Royaume se ruine, son temperament s’altere & se resoult en sa premiere matiere en perdant sa forme41.

22Concernant l’assassinat des Guises, Pierre Matthieu, rapporte les paroles de ceux qui ont incité le roi à le perpétrer, semblant maintenant y adhérer, ou du moins ne plus les contester. Les apologistes de Henri III arguent de la raison d’État, nécessaire pour venir à bout des hésitations royales et prétendent que le pape lui-même approuva cet acte du roi :

  • 42 Ibid., f° 144r°.

On dict à sa Maiesté que cy devant sa Saincteté […] avoit dit à Monsieur l’Evesque de Paris […] que le Roy estoit Roy, qu’il y alloit de l’Estat, que l’offence se rendoit irreconciliable42.

  • 43 Ibid., f° 144v°.

23Les grands ne peuvent s’opposer au roi, si ce n’est pour la religion, mais, selon le pape lui-même, l’épisode des barricades aurait été un tournant, montrant que la religion n’était en rien dans la rébellion43. Le roi, en tant que seigneur absolu, est quant à lui délié de promesses :

  • 44 Ibid., f° 145r°.

On dict au Roy que tout ainsi comme entre le serf & le Seigneur il n’y a point d’obligation, qu’il ne peut y avoir aussi de legitime promesse entre le suiet & le Prince44.

24Par conséquent, pour les catholiques légitimistes que suit désormais Pierre Matthieu, l’assassinat des Guises est une juste fureur de la part de Henri III, contraint de rétablir une autorité dont il avait trop longtemps souffert l’usure :

  • 45 Ibid., f° 155v° - 156r°.

Les Catholiques qui ne s’estoient iamais separez de l’ancienne fidelité de la France, ny du service du Roy, ne consideroient pas tant ce qui s’estoit passé à Blois, que la cause. Ils admiroient la longue patience du Roy, qui avoit mieux aymé laisser faire à ces Princes tout ce qu’ils vouloient pour quelques annees, que de les chastier pour une premiere, seconde, & troisiesme faute, & qu’en fin ceste longue patience c’estoit [sic] changee en une iuste fureur45.

25À deux moments de sa vie et à des intérêts distincts pour Pierre Matthieu correspondent par conséquent deux discours qui s’opposent. Mais pour construire une personne double sans rejeter son passé, Pierre Matthieu fait peau neuve en adoptant un nouveau genre. Le grand genre de l’histoire ne peut admettre que le discours légitimiste quand la rébellion s’exprimait par d’autres biais.

26Il reprend alors dans son discours certains des champs lexicaux employés dans son théâtre et sa poésie, en inversant les cibles auxquels ils s’appliquent. N’allant pas jusqu’à faire de Henri III ou de Charles IX des parangons de fermeté ou de droiture, il applique cette qualité aux sages du conseil de Charles IX lors de la Saint Barthélemy, aux craignant-Dieu, hardis et vrais :

Ceux [du conseil du roi] qui n’avoient en cela autre passion que de la crainte de Dieu, & de l’honneur de ceste Coronne la [l’exécution] reietterent, & dirent, Que cet acte estoit si execrable que la seule pensee leur donnoit de l’horreur, & qu’il n’y avoit esprit si cruel & brutal qui ne s’effroiast de voir une telle boucherie, non des coulpables qui estoient venus asseurez de la Clemence du Roy & de la foy publique,

  • 46 Histoire de France soubs les regnes de François Ier, op. cit., f° 344r°.

mais des innocens qui se trouveroient enveloppez en cet orage. Une parole poussee avec hardiesse & verité de l’ame d’un homme de bien, estourdit souvent les resolutions les plus iniques46.

27Il est alors un mot qui va toujours de pair avec l’idée de droiture, c’est celui de « vérité ». La vérité est l’affaire de l’historien, c’est celle-là que Pierre Matthieu dit suivre ; or le pire ennemi de la vérité en histoire est la passion. C’est elle qui devient l’obsession du Pierre Matthieu historien, la véritable opératrice de rébellion :

  • 47 Histoire des derniers troubles de France, op. cit., fI° 147r°.

Il n’y a rien qui offence tant la verité d’une histoire que la passion, qui donne au iugement tel pli qu’il luy plaist, le faict branler au mensonge, tant plus il se trouble pour chasser la verité. Il y a merveilleuse incertitude aux circonstances de ceste histoire, à laquelle chacun donne tel visage & telles couleur qui luy plaist, tourne comme on dit le plus beau de sa passion, & faict qu’entre tant de varietez le iugement ne peut rien saisir clairement47.

  • 48 Pierre Matthieu, Troisième édition de La Guisiade, dans Théâtre complet, op. cit., p. 686.
  • 49 Ibid., p. 748.
  • 50 Ibid., p. 762.

28On voit ici que son passé ne semble nullement le déranger et que Pierre Matthieu veut apparaître comme parfaitement maître de soi, appelant sans cesse à laisser ses passions de côté. Dans ses écrits antérieurs, il n’hésitait pas à qualifier Henri III de roi jaloux, furieux48, « serf de l’ambition et de la jalousie49 », « cruel50 » enfin, mais cette mise en avant de la passion néfaste n’était pas accompagnée d’un discours sur le devoir de droiture et de vérité sur la déviance que suscite la passion. La réflexion est plus aboutie dans l’écriture de l’histoire :

  • 51 Ibid., f° 1r° - 1v°.

Je ne suis pas estonné, si ceux qui discourent à perte de veuë, de nos miseres, s’esgarent tant souvent en des opinions obliques, puis que pour sortir d’un si grand Dedale, ils ne suyvent le droit fil de la verité, ains prennent la traverse de leurs passions, quittent le grand chemin, & s’approchent des precipices. Leurs escrits sont des nuees noires & epaisses, qui ne se crevent iamais sans quelque tonnerre de mesdisance, d’iniures & de calomnies : ce sont tableaux qui ne representent iamais que des pourtraits infames, & des monstres : se [sic] sont archives d’imperfections.
Et quand ils font ceste penible enqueste des autheurs de nos maux, ils reiettent tantost sur l’un & puis sur l’autre les crimes & les malheurs de ces divisions, & tousiours leur opinion est farcie des drogues de la haine, ou du zele qui les transporte. Telles gens qui comme Serpens se nourrissent tousiours de quelque chose pestilente, qui se plaisent plus aux Eclipses qu’aux rayons du Soleil, s’esiouyssent plus à raconter quelque acte execrable que la loüange des faicts & dicts memorables, ont suscité en ceste saison d’estranges mutineries, ont effarouché les peuples, ont armé les plus coüards au tocsin de leurs seditieux escrits, ont foulé soubs les pieds de la Majesté des Princes, la reverence des Magistrats, ont banny la modestie, & en sa place estably l’insolence, le mespris & la confusion51.

  • 52 Ibid., f° 156r° - 156v°.

29La passion est associée d’emblée aux opinions obliques, aux chemins de traverse, qui font sortir de la juste voie, le grand chemin, risquer un danger très grand (de tomber dans le précipice). Quittant cette métaphore filée de la déviance, Pierre Matthieu amorce une autre métaphore filée sur l’orage et la noirceur que l’on peut lui associer. Dévier du droit chemin qui mène à la justice, c’est produire d’épaisses nuées noires, être responsable des orages et des tempêtes qui dévient également le voyageur du droit chemin. Fuir la vérité, c’est fuir le soleil, chercher à le voiler et on peut ici retrouver en mode mineur l’idée d’une contre-nature des écrits séditieux. La passion est entièrement du côté de la Ligue, et plus particulièrement des Seize, tout spécialement visés, des Seize qui ont incité au « meurtre, au feu, à la vengeance », faisant de celui qui « contrefaisait le passionné » un exemple de vertu52. Ce n’est pas ici la langueur, la mollesse et l’indécision qui mènent à un mélange contre-nature, mais la passion qui est elle-même anti-naturelle ou plutôt assimilable à un dérèglement du corps, à une maladie :

  • 53 Histoire des derniers troubles de France, op. cit., f° 81r°.

Bref ce que la fievre continuë est en un corps, les Ligues le sont en un Royaume, le Prince qui les nourrit & entretient n’est moins odieux que le Medecin qui couve & nourrit la langueur du malade53.

30L’écriture de l’histoire, genre noble et idéalement neutre, convient à la restauration de l’image d’un Pierre Matthieu légitimiste puisque suivre le roi est suivre la juste et neutre voie dans une France censée être également restaurée. C’est le mélange qui est mauvais, le mélange et la dissimulation que le Pierre Matthieu ligueur reprochait aux Politiques et qu’il pouvait dénoncer en laissant libre cours à sa plume dans des genres moins contraints que celui de l’historiographie officielle. Au sein de cette dernière, il construit une image d’homme intègre, dont la pensée sur ce qu’est la droite ligne a changé, mais qui n’a jamais cessé d’être lui-même, tandis que d’autres acceptaient la cohabitation en eux-mêmes du pur et de l’impur. C’est à travers son discours sur la rébellion, sur ce qui est juste et injuste au nom de Dieu et des lois fondamentales qui émanent de Lui, que Pierre Matthieu, sans tenir un discours du « je », ne cesse de construire sa persona d’auteur légitime. Tout auteur sans doute le fait, mais l’enjeu pour ce ligueur repenti sans repentance était bien de faire tenir ensemble deux facettes si différentes. Sans doute a-t-il échoué en la matière, mais sa tentative manifeste l’importance que revêt la question de la pureté et de l’intégrité pour donner consistance à l’ethos de l’auteur et fonder ce dernier en légitimité comme historiographe.

Notes

1 Pierre Matthieu, Histoire des derniers troubles de France. Soubs les regnes des Rois Tres-Chrestiens Henry III . Roy de France & de Pologne ; & Henry IIII . Roy de France & de Navarre. Divisee en plusieurs livres. Contenant tout ce qui s’est passé durant les derniers troubles iusques à la Paix faite entre les Rois de France & d’Espagne. Avec un Recueil des Edicts et Articles accordez par le Roy Henry IIII pour la réünion de ses subiect. Seconde édition, reveuë & augmentee de l’Histoire des guerres entre les maisons de France & d’Espagne, 1600.

2 Pierre Matthieu, Histoire de France soubs les regnes de François Ier, Henry II, Charles IX, Henry III, Henry IIII et Louis XIII, Paris, veuve de Nicolas Buon, 1631.

3 Il écrit alors une Harangue aux consuls et peuple de Lyon. Du devoir et obeissance des subjects envers le Roy et du soing perpetuel de la Providence de Dieu sur ceste monarchie françoise, qu’il prononce le 23 décembre 1594 à Lyon. Comme son titre l’indique, dans ce discours, il se montre légitimiste, partisan de Henri IV .

4 Pompe funebre des penitens de Lyon, en deploration du massacre faict à Bloys sur les illustres & genereuses personnes de Louys & Henry de Lorraine. Avec l’oraison sur le mesme suiect, prononcee par M. Pierre Matthieu, Docteur és Droicts & Advocat à Lyon, Lyon, Iaques Roussin, 1589.

5 Guisiade, tragédie nouvelle, en laquelle au vray et sans passion est representé le massacre du duc de Guize, Toulouse, Jacques Colomiés, 1589.

6 Celle-ci n’est probablement qu’apparente car, ainsi que l’écrit C. N. Smith, « pour un catholique comme Matthieu, l’abjuration du Roi et sa réconciliation avec le Pape sont des facteurs essentiels, et s’il ne cesse dorénavant de prôner la piété du souverain, c’est parce qu’il croit fermement que seule une conversion sincère lui donne droit au trône » (édition critique des Tablettes de la vie et de la mort de Pierre Matthieu, Exeter, 1981, p. vii). Louis Lobbes pense quant à lui que « son antimachiavélisme l’a conduit à n’attribuer à Henri IV que d’infinies qualités, que d’infimes défauts » (Théâtre complet de Pierre Matthieu, Paris, Champion, 2007, p. 161). Arlette Jouanna écrit qu’il serait injuste d’affirmer que l’intérêt d’ordre et l’avidité personnelle furent les seuls mobiles du ralliement à Henri IV . La conversion du roi au catholicisme (juillet 1593), son sacre à Chartres (février 1594) et enfin l’absolution pontificale (septembre 1595) levèrent peu à peu les scrupules religieux des catholiques » (Le Devoir de révolte. La noblesse française et la gestation de l’État moderne, Paris, Fayard, p. 203). Ces arguments sont non seulement tout à fait recevables, mais correspondent en outre assez bien à l’attitude de Pierre Matthieu et à l’évolution de la pensée politique à la fin du xvie siècle. Mais en tant que transfuge, Pierre Matthieu doit retravailler son image et c’est cette entreprise qui fait l’objet de l’étude présente.

7 Vashti. Premiere tragedie de Pierre Matthieu Docteur és droicts. En laquelle, outre les tristes effects de l’orgueil & desobeissance, est monstree la louange d’une Monarchie bien ordonnee, l’office d’un bon Prince, pour heureusement commander, sa puissance, son ornement, son exercice, eloigné du luxe & dissolution, & la belle harmonie d’un mariage bien accordé. Avec un petit Abregé de l’histoire des Roys de Perse. Au serenissime Prince Monseigneur le Duc de Nemours & Genevois, Gouverneur de Lyon, Lyon, Benoist Rigaud, 1589 dans Théâtre complet, édition critique par Louis Lobbes, op. cit., p. 387.

8 Ibid., p. 389-390.

9 C. N. Smith parle de « transformation » (édition critique des Tablettes de la vie et de la mort de Pierre Matthieu, op. cit., p. vii).

10 Histoire de France soubs les regnes de François Ier, Henry II, Charles IX, Henry III, Henry IIII et Louis XIII, op. cit., livre I, f° 343r°.

11 Ibid., f° 344 r°.

12 Histoire des derniers troubles de France, op. cit., f° 77r°.

13 Ibid., f° 79r°.

14 Ibid., f° 157r°.

15 Ibid., f° 157r° - 157v°.

16 Ibid., f° 7r°.

17 N’en restant un seul : Henri III ne pouvant trouver dans la jurisprudence des Anciens un seul cas par lequel on pouvait priver un prince du droit de sépulture, à rapprocher du cas présent.

18 Pierre Matthieu, Pompe funebre des penitens de Lyon, op. cit., n. p.

19 Oraison funebre de Pierre Matthieu, advocat à Lyon, sur le martyre des deux Freres, dans Pompe funèbre, op. cit., p. 11-12.

20 Ibid., p. 13.

21 Ibid., p. 14.

22 Id.

23 Ibid., p. 18.

24 Id.

25 Id.

26 Id.

27 Ibid., p. 21.

28 Troisiesme edition de la Guisiade, tragedie nouvelle. En laquelle au vray, & sans passion, est representé le massacre du duc de Guise. Reveuë, augmentee, & dediee au très-Catholique, & tres-genereux Prince, Charles de Lorraine, protecteur & Lieutenant general de la Coronne pour le Roy tres-Chrestien, Charles X par la grace de Dieu Roy de France, Lyon, Iaques Roussin, 1589, dans Théâtre complet, op. cit., p. 693-696.

29 Ibid., p. 699-700.

30 Ibid., p. 705.

31 Ibid., p. 704.

32 Ibid., p. 702.

33 Ibid., p. 723.

34 Description du Politique de nostre temps : dediée au feu Roy Henry III, Lyon, Jean Pillehotte, 1591, fo B1ro. Marie-Luce Demonet dans « Quelques avatars du mot “politique” (xvie-xviie siècles) », Langage et société, 2005/3, no 113, p. 33-61, revient sur les origines du mot « politique » et ses différentes acceptions au cours des guerres de Religion. Jan Miernowski met en avant les hésitations lexicologiques attachées à ce mot et les connotations négatives qui lui ont été assignées au cours des guerres de Religion (« “Politique” comme injure dans les pamphlets au temps des guerres de Religion », De Michel de l’Hospital à l’Édit de Nantes, Politique et religion face aux Églises, Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise Pascal, 2002, p. 337-356.

35 Cela dit, dans ses discours légitimistes, Pierre Matthieu qualifiera également Jacques Clément d’apostat (Le Cinquiesme Livre, op. cit., dans Histoire des derniers troubles, op. cit., f° 6v°), sans doute incité à cela par le scandale tout particulier qu’est pour lui un moine tueur.

36 Ibid., f° B3r°.

37 Ibid., f° B3v°.

38 Id.

39 Arlette Jouanna, Le Prince absolu. Apogée et déclin de l’imaginaire monarchique, Paris, Gallimard, 2014, p. 19.

40 Histoire des derniers troubles de France, op. cit., f° 77r°.

41 Ibid., f° 77v°.

42 Ibid., f° 144r°.

43 Ibid., f° 144v°.

44 Ibid., f° 145r°.

45 Ibid., f° 155v° - 156r°.

46 Histoire de France soubs les regnes de François Ier, op. cit., f° 344r°.

47 Histoire des derniers troubles de France, op. cit., fI° 147r°.

48 Pierre Matthieu, Troisième édition de La Guisiade, dans Théâtre complet, op. cit., p. 686.

49 Ibid., p. 748.

50 Ibid., p. 762.

51 Ibid., f° 1r° - 1v°.

52 Ibid., f° 156r° - 156v°.

53 Histoire des derniers troubles de France, op. cit., f° 81r°.

Auteur

Paris X - Nanterre

Maître de conférences en littérature française à l’université de Paris X - Nanterre, CSLF. Elle travaille sur l’écriture de l’actualité aux xviᵉ et xviiᵉ siècles, notamment à travers les ouvrages des historiens et des mémorialistes témoins de leur temps et est l’auteure de Écrire la peur à l’époque des guerres de Religion. Une étude des historiens et mémorialistes contemporains des guerres civiles en France (1562-1598), Paris, Hermann, 2010.
Mbernard4@yahoo.fr

© Presses universitaires de Provence, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search