Version classiqueVersion mobile

La construction de la personne dans le fait historique

 | 
Nadine Kuperty-Tsur
, 
Jean-Raymond Fanlo
, 
Jérémie Foa

L’individu entre l’histoire et la politique

La double politisation des mémorialistes

Des actes à l’écriture ?

Bruno Morgant Tolaïni

Texte intégral

  • 1 À ce propos, voir l’article de Nadine Kuperty-Tsur, « La stratégie des préfaces dans les Mémoires d (...)
  • 2 Frédéric Briot considère le récit comme « une machine à méditer sur son passé et sur ses destins po (...)

1La disgrâce ou la retraite constituent le point commun à tous les Mémoires du second xvi siècle1. Ces hommes et ces femmes qui ont servi le pouvoir et ses intérêts, se trouvent alors soudainement exclus des décisions, de la cour, des armées, du pouvoir. Marguerite de Valois à Usson, Jacques Nompar de Caumont sur ses terres de La Force, Henri de Bouillon à Sedan : tous ont été démis des fonctions qui étaient les leurs durant leur carrière. Voilà ce que l’on pourrait qualifier d’élément déclenchant la prise de plume. Il s’agit alors dans un premier temps de se défendre des accusations qui ont participé à la chute du mémorialiste, mais également, au fil de la rédaction, de revivre les grandes étapes d’une carrière, le faste d’une cour dont on faisait partie, les batailles marquantes d’une époque troublée2.

  • 3 En dépit des nombreux engagements de vérité de la part des mémorialistes, les œuvres rédigées n’en (...)

2Ce récit, né d’une aigreur et souvent d’un sentiment d’injustice, nous renseigne sur la politisation de l’auteur. Bien entendu, il ne s’agit pas d’appréhender les faits relatés dans les Mémoires comme une vérité historique à laquelle on croirait sans douter3. L’habile rhétorique mise en place par Villeroy dans les premières lignes de son œuvre ne saurait nous convaincre de le croire sur parole :

  • 4 Nicolas de Neufville, seigneur de Villeroy, Mémoires d’Estat par Monsieur de Villeroy, conseiller d (...)

[…] Mais je les exhorte et prie de croire que je ne leur diray rien qui ne soit très-véritable, et que je ne vérifie et prouve par escrit ou autrement quand besoin sera. Mes actions ont esté publiques que, quand je voudrois les desguiser, c’est chose qui me seroit très-difficile4.

  • 5 Pour les définitions des termes « politique » et « politisation », voir Jean-Yves Dormagen et Danie (...)

3Ce récit permet toutefois d’apprécier la manière dont le mémorialiste s’implique dans la politique de son temps et développe les réflexions et les pratiques qui en relèvent5. La politisation de chacun d’entre eux apparaît alors comme double : les œuvres témoignent d’une pratique souvent solide des affaires de l’État, mais représentent également, à elles seules, une nouvelle forme de politisation, substituts à une vie publique qui n’est plus. Cette politisation dessine les contours de la personne du mémorialiste, bien qu’écarté du jeu politique, il ne cesse pour autant de se considérer comme un homo politicus et poursuit dans ses Mémoires le même type de réflexions qu’au temps de son activité politique. Il prouve ainsi à la fois ses aptitudes à l’analyse politique et leur pérennité en dépit de sa disgrâce. Dans l’image qu’il construit de lui, le commentaire politique, l’exercice du jugement critique sont bien les constantes de sa personnalité.

Une carrière politique au cœur du pouvoir

  • 6 Georges Gusdorf, Les Écritures du moi. Lignes de vie 1, Paris, France, O. Jacob, 1991, p. 260.

4Pour mesurer l’implication des mémorialistes dans la vie publique de leur temps, commençons par les écouter. Chacun ne manque pas de mettre explicitement en avant les fonctions qui furent les siennes dans la gestion et la bonne marche du royaume. Les Mémoires apparaissent alors comme un récit de carrière, où sont majorés les aspects publics, les fonctions exercées, les missions accomplies6. Une fois son œuvre théorisée dans les premières pages de son texte, Villeroy fait de sa première fonction et donc de son entrée en politique le point de départ du récit de sa vie :

  • 7 Nicolas de Neufville, seigneur de Villeroy, Mémoires d’Estat par Monsieur de Villeroy, conseiller d (...)

J’eus cet honneur […] d’estre pourveu, à l’aage de vingt-quatre ans, par le feu roy Charles, mon premier maistre, de l’office de secrétaire d’estat qu’exerçoit ledit feu sieur de L’Aubespine, par la résignation qu’il m’en fit à sa survivance, le vingt-cinquiesme jour du mois d’octobre 1567. Mes lettres furent scellées par feu M. de L’Hospital, chancelier de France7 […].

5Ce moment semble d’autant plus important que rien ne le précède. Rien de ce qui a pu lui arriver, jusqu’à ses vingt-quatre ans, ne s’avère donc digne d’intérêt pour la rédaction du récit de sa vie. Quelques lignes plus loin, il fait une liste des fonctions exercées au service du roi :

  • 8 Ibid., p. 112.

J’ay faict plusieurs autres voyages, affaires, traictez et négociations de très-grande importance, que j’estime n’estre de besoin de représenter, parce qu’il y auroit trop de choses à dire […], si ce n’estoit pour paroistre que j’ay servy Sa Majesté très-fidellement en toutes et en la meilleure partie d’icelles assez heureusement, grâces à Dieu8 […].

6Dans le même esprit, Marguerite de Valois ne manque pas de souligner, à chaque fois qu’elle le peut, le rôle politique qu’elle a joué pour le royaume :

  • 9 Marguerite de Valois, Mémoires et discours, Éliane Viennot, éd., Saint-Étienne, Publications de l’u (...)

Et voyant la belle occasion qui m’était offerte pour lui faire un bon service en son entreprise en Flandre, cette ville de Cambrai et cette citadelle en étant comme la clef, je ne la laissai pas perdre, et employai tout ce que Dieu m’avait donné d’esprit à rendre Monsieur d’Inchy affectionné à la France, et particulièrement à mon frère9.

  • 10 Éliane Viennot, « Les ambiguïtés identitaires du Je dans les Mémoires de Marguerite de Valois », da (...)
  • 11 Jean de Mergey, Mémoires du sieur Jean de Mergey, gentilhomme champenois, Paris, Foucault, coll. «  (...)

7Comme le précise Éliane Viennot, Marguerite de Valois se met facilement dans la position de partenaire politique de ses frères et de son époux et brigue une place sur l’échiquier politique européen10. Citons enfin Jean de Mergey qui fait également débuter le récit de sa vie par l’anecdote où il perd son javelot lors du siège du château de Renty ; il n’hésite pas à dire qu’il s’agit là de son « premier chef-d’œuvre à la guerre11 ».

  • 12 Nicolas de Brichanteau de Beauvais-Nangis, Mémoires du marquis de Beauvais-Nangis et Journal du pro (...)
  • 13 Yann Lagadec, « Prendre et/ou porter les armes entre les xiiie et xixe siècles, un facteur de polit (...)

8Bien entendu, la politisation des mémorialistes ne saurait se mesurer uniquement aux mentions – certes nombreuses – d’un rôle politique qui leur aurait été confié pour servir le roi. Dans une époque troublée par les guerres civiles, la prise d’armes apparaît elle aussi comme révélatrice d’une politisation du mémorialiste. En intégrant les combats qui rongent la France en cette seconde moitié du siècle, les nobles allaient au-delà du simple paiement de l’impôt du sang et choisissaient de défendre les intérêts de ce qu’ils nomment déjà les « partis12 ». La prise d’armes de ces élites urbaines devient alors éminemment politique, à la différence de la prise d’armes populaire, plus facilement qualifiée d’irraisonnée13. Chez le duc de La Force par exemple : les descriptions militaires sont très nombreuses, les périodes durant lesquelles le mémorialiste ne combat pas étant extrêmement réduites. Ainsi, dès 1589, alors que Henri IV lutte contre Mayenne pour porter la couronne de France, La Force se joint au roi et son œuvre relate l’un de ses premiers hauts faits, martelant par la même occasion son soutien au parti des huguenots. Chez le duc de Bouillon, la prise d’armes est explicitement liée au bien collectif. Il écrit :

  • 14 Henri de La Tour d’Auvergne, duc de Bouillon, Mémoires du duc de Bouillon, adressés à son fils le p (...)

Vous entendrez combien de peines et fascheries nous avons soutenues durant les guerres civiles qui se faisoient légitimement pour la maintenue de la liberté de nos consciences, et jouissance des édits et lois sur faites, qui estoient à toutes occasions enfreintes, et la persécution preste à commencer14.

  • 15 La contestation de l’autorité des souverains est très présente dans la société du temps, avec pour (...)
  • 16 Jacques Nompar de Caumont, duc de La Force, Mémoires authentiques de Jacques Nompar de Caumont, duc (...)
  • 17 Ibid.

9En outre, les récits d’opposition au pouvoir permettent de prendre la mesure de la politisation des mémorialistes15. Dans ces passages, nous pouvons entrevoir le désaccord politique qui existe entre le détenteur de l’autorité et le mémorialiste. Restons avec le duc de La Force qui évoque à de nombreuses reprises ses différends avec le roi. D’abord dans l’affaire du duc de Biron. Après avoir servi Henri IV, Charles de Gontaut-Biron, égaré par l’orgueil et l’ambition, n’hésite pas à entrer en relation avec l’Espagne et la Savoie dans un contexte de paix fragile avec ces deux États. Le procès pour crime de lèse-majesté est rondement mené par le chancelier Pomponne de Bellièvre, et la condamnation à mort est prononcée. Biron est décapité le 31 juillet 1602. La Force décide alors de quitter la cour, après s’être proposé comme caution de Biron, « usant des termes les plus exprès qu’il pût choisir pour émouvoir la clémence de sa majesté16 ». Dans ses Mémoires, en plus du récit de cette fuite qui marquait son mécontentement, la procédure qui a conduit le maréchal sur l’échafaud sont sévèrement critiquées : alors qu’aucun crime passible de mort n’a été trouvé à l’encontre du présumé traître, le roi envoie le chancelier en personne présider les séances qui condamne Biron, « par une subtilité de droit17 ». L’expression utilisée est ici explicite, et le mémorialiste n’adhère manifestement pas à l’accusation de crime de lèse-majesté.

10La politisation des mémorialistes est ainsi d’abord marquée par leurs actes. Exercer des fonctions au service du royaume, prendre les armes, s’opposer au pouvoir constituent autant d’actes qui donnent à leur vie un caractère politique, dans le second xviᵉ siècle. Ces femmes et ces hommes ont d’abord agi et marqué de cette manière leur implication politique. Quelques temps plus tard, ils ont rédigé leurs Mémoires ; la composition de ces textes permet de révéler une politisation plus réflexive, non pas née de l’action, mais du repli, à la lueur d’une bougie, une plume à la main.

L’écriture d’un raisonnement politique

  • 18 Christian Jouhaud, Dinah Ribard et Nicolas Schapira, Histoire, littérature, témoignage. Écrire les (...)
  • 19 Laurent Bourquin, « La fiscalité, facteur de politisation dans les Mémoires de Claude Haton », Revu (...)

11La subjectivité reprochée au genre a longtemps relégué les Mémoires au second rang des sources historiques. Cette écriture partiale s’avère pourtant fort utile pour le chercheur davantage en quête d’éléments constitutifs de la personne et de sa représentation que d’histoire événementielle. En rédigeant, les mémorialistes font état de leur degré d’implication dans la vie publique. Si écrire permet de se façonner une identité sociale, cela permet également de se façonner une identité politique18. Qu’il s’agisse des sujets abordés, des termes employés ou du rôle que le mémorialiste souhaite donner à son œuvre, tout laisse entrevoir une seconde politisation, née de l’écriture19.

  • 20 Myriam Barakat, Édition commentée des « Discours politiques et militaires » de François de la Noue (...)
  • 21 Henri de La Tour d’Auvergne, duc de Bouillon, Mémoires du duc de Bouillon, adressés à son fils le p (...)
  • 22 Nicolas de Neufville, seigneur de Villeroy, Mémoires d’Estat par Monsieur de Villeroy, conseiller d (...)

12Cela se manifeste d’abord en ce qui concerne la critique de la société du temps. L’opposition au pouvoir a pu être directe, voire frontale, comme nous l’avons déjà souligné, mais elle a également pu être plus personnelle, mûrie par le temps et destinée aux seuls feuillets des Mémoires. Certains n’ont par exemple pas hésité à dénoncer les agissements de la cour et le faste déployé par les derniers Valois, à l’instar de François de La Noue, qui y voit le déclin de la noblesse : « La Noblesse principalement s’y est apauvrie si fort, qu’elle ne peut plus s’entretenir pour le service de son Roy, comme elle a fait par le passé20 ». Le duc de Bouillon porte également un jugement très négatif sur l’éducation reçue par Charles IX, au moment de relater son arrivée à la cour : « Le roy Charles, d’un beau et excellent esprit, fut par sa nourriture conduit à divers vices, comme la cruauté et aux juremens21 ». Nicolas de Villeroy n’hésite pas non plus à malmener son époque, qualifiée de « misérable siècle, [où] le vice et la corruption règne partout22 ».

  • 23 Ibid., p. 105.
  • 24 Ibid., p. 128.
  • 25 Jacques-Auguste de Thou, Mémoires de Jacques-Auguste de Thou, depuis 1553 jusqu’en 1601, Paris, Fou (...)

13On retrouve également cette critique du pouvoir dans le récit de la disgrâce : tenter de démontrer que l’on a été un serviteur loyal qui n’a pas été reconnu à sa juste valeur revient à contester les décisions du roi, voire même à le défier. Villeroy se défend d’accusations de « légèreté, d’imprudence, mesmes d’infidélité23 » et prend le lecteur pour témoin. Il évoque également le moment où il reçoit sa lettre de disgrâce dans laquelle le roi le décharge de ses offices, après avoir, dans de nombreux passages, insisté sur sa fidélité envers la monarchie24. Quant à Jacques-Auguste de Thou, il écrit : « De Thou ne fut pas long-temps sans s’en apercevoir : cette amitié si vive dont il l’avoit honoré se refroidit. Aussi Paris ne fut pas plus tôt rentré sous l’obéissance du roi, que de Thou se retira pour toujours de la Cour25 […] ». Nous pourrions multiplier les exemples.

  • 26 Myriam Barakat, Édition commentée des « Discours politiques et militaires » de François de la Noue (...)
  • 27 Guillaume de Rochechouart, Mémoires de Guillaume de Rochechouart, Michaud et Poujoulat, Paris, « No (...)
  • 28 Michel de Castelnau, Mémoires de Michel de Castelnau, Michaud et Poujoulat, éd., Paris, « Nouvelle (...)
  • 29 Jacques-Auguste de Thou, Mémoires de Jacques-Auguste de Thou, depuis 1553 jusqu’en 1601, op. cit., (...)

14En outre, nombreux sont ceux qui, dans un récit de l’intime, n’hésitent pas à confier au papier leurs sentiments quant aux guerres civiles. François de La Noue compare ainsi la France à un arbre mort, dont les fruits seraient devenus « quasi sauvages26 ». Guillaume de Rochechouart renvoie dos à dos les religions et le gouvernement, et parle des : « […] Troubles et affaires qui estoient en ce royaume, tant du fait du gouvernement que de la religion, commençay à me retirer à ma maison pour regarder à mon petit ménage, bastir et edifier, comme ont fait les anciens27 ». Michel de Castelnau ne cache pas ses sentiments après la première guerre. Il dénonce une « source inépuisable de toutes meschancetez, de larcins, voleries, meurtres, incestes, adulteres, parricides et autres vices enormes que l’on pust imaginer28 ». Quant à Jacques-Auguste de Thou, il considère que l’attentat contre l’amiral de Coligny « fut un coup funeste pour l’État, et pour la sûreté et la tranquillité publique29 ».

15C’est bien entendu à propos de la paix que les mémorialistes se montrent les plus prolixes, manifestant de cette manière qu’ils n’adhèrent pas aux ravages provoqués par les combats. Quelques lignes plus loin, de Thou évoque encore, à propos du massacre de la Saint-Barthélemy :

  • 30 Ibid., p. 230. Et en latin « ut homini Gallo et quietis cupido, qui tantum religionis per uniuersam (...)

Qui pourra donc condamner un vrai François, ami du repos de sa patrie, qui, aux dépens de sa fortune, a toujours conseillé la paix, qui a détesté et déteste encore les conseils violens, qui s’est toujours persuadé que, pour faire cesser les mouvements de l’Europe qui ont si fort ébranlé la religion, il n’y a point de plus sûrs moyens que la paix, la douceur et la charité30 ?

16De la même manière, en ce qui concerne la cinquième guerre qui débuta en 1574, Achille Gamon ne manque pas de préciser que les habitants d’Annonay ont choisi de vivre en paix :

  • 31 Achille Gamon, Mémoires d’Achille Gamon, avocat et consul d’Annonai, Michaud et Poujoulat., Paris, (...)

Ces nouveaux troubles, qui annonçaient une nouvelle guerre dans le Vivarais, furent cause que les habitans d’Annonai prirent de nouvelles résolutions de vivre en paix sous les edits du Roi, s’unirent ensemble et promirent une fidélité mutuelle31.

  • 32 Jeanne d’Albret, Mémoires et poésies de Jeanne d’Albret, Paris, France, E. Paul, Huart et Guillemin (...)
  • 33 Laurent Bourquin, « Du sacré au profane : la politisation d’un prêtre pendant les guerres de religi (...)

17Et même lorsque la guerre apparaît inévitable, il semble important de rappeler que l’on y est théoriquement opposé, à l’instar de Jeanne d’Albret dont l’intention était « la paix du royaume32 », comme précisé dans son plaidoyer pour justifier la première prise d’arme protestante. Souligner les conséquences des guerres, la misère du peuple ou le développement de l’insécurité, atteste une réflexion politique poussée33. Il ne s’agit plus alors d’en appeler seulement à une éradication de l’hérésie mais plutôt de donner son avis et de faire entendre sa voix à propos du sort du royaume. Le mémorialiste, souvent reclus sur ses terres et alors qu’il n’a probablement plus rien à perdre, dispose alors d’une parole libérée et se laisse souvent aller à des réflexions politiques qui ne le concernent plus forcément directement.

  • 34 Charles de Valois, duc d’Angouleme, Mémoires du duc d’Angoulême, pour servir à l’histoire des règne (...)
  • 35 Henri de La Tour d’Auvergne, duc de Bouillon, Mémoires du duc de Bouillon, adressés à son fils le p (...)
  • 36 Laurent Bourquin, dir., Mémoires de Claude Haton (1553-1582). Édition intégrale, Paris, Éditions du (...)
  • 37 Janine Garrisson, Les Protestants au xvie siècle, Paris, France, Fayard, 1988, p. 52.

18Cette opinion politique, née dans le secret du cabinet, a pu être pleinement assumée par les mémorialistes. Certaines expressions, comme « Religion prétendue réformée34 », utilisée par le duc d’Angoulême, « superstition35 », utilisée par le duc de Bouillon ou encore « vraye religion36 », utilisée par Claude Haton sont évocatrices. Ce vocabulaire témoigne d’un engagement individuel profond37. En outre, François de La Noue par exemple a choisi d’intituler le récit de sa vie Discours Politiques et Militaires. Si l’homme n’évoque que très peu son entreprise d’écriture et ses intentions, en choisissant ce titre pour ses Mémoires il atteste d’une réflexion sur les affaires du royaume, à un moment où il est réduit à l’immobilité. Il n’hésite pas non plus à confier ses sentiments sur les guerres extérieures :

  • 38 Myriam Barakat, Édition commentée des « Discours politiques et militaires » de François de la Noue (...)

Pour la fin nous devons penser que la vraye grandeur ne consiste pas à acquérir beaucoup de païs : ains plutost à posséder beaucoup de vertu, qui est un pris que quand un Roy l’a désiré, poursuivy & obtenu, on le peut appeler Grand, & son Royaume aussi38.

  • 39 Bruno Tolaini, « Écrit de soi et combat politique. Les Mémoires de Jeanne d’Albret, reine de Navarr (...)

19Jeanne d’Albret n’a quant à elle rédigé ses Mémoires que dans un but politique : celui de justifier l’armement protestant à l’aube de la troisième Guerre39.

20Toutes ces femmes et tous ces hommes ont joué un rôle majeur dans la politique de leur temps. Chacun a participé aux décisions, à la gestion locale ou aux guerres civiles. Tous témoignent d’un double engagement. D’abord dans les faits : l’action est au cœur de la vie de ces personnages de l’Histoire. Qu’il s’agisse de négociations, de combats, d’exploits personnels, chacun évoque ce qui fait de lui un incontournable de son temps et atteste de son engagement politique.

  • 40 Jean Garapon, dir., Mémoires d’État et culture politique en France (xvie-xixe siècles), Nantes, Céc (...)
  • 41 À propos de la politique par l’écriture, voir Jean Boutier, Alain Dewerpe et Daniel Nordman, Un tou (...)

21L’écriture de Mémoires est quant à elle révélatrice d’une autre forme de politisation, plus réfléchie, plus poussée sur le sort du royaume, les affrontements et la gestion publique40. À n’en pas douter, l’écriture devient politique et elle est révélatrice d’une politisation du mémorialiste41. Le glissement de l’individuel vers le collectif n’en est que plus marqué.

Notes

1 À ce propos, voir l’article de Nadine Kuperty-Tsur, « La stratégie des préfaces dans les Mémoires du xvie siècle », dans Madeleine Bertaud et François-Xavier Cuche, éd., Le genre des mémoires, essai de définition, Paris, Klincksieck, 1995, p. 13-25. Voir également son ouvrage de référence sur le thème, Se Dire à la Renaissance : les Mémoires au xvie siècle, Paris, France, Vrin, 1997.

2 Frédéric Briot considère le récit comme « une machine à méditer sur son passé et sur ses destins possibles ». Voir Usage du monde, usage de soi : enquête sur les mémorialistes d’Ancien Régime, Paris, France, Seuil, 1994, p. 314.

3 En dépit des nombreux engagements de vérité de la part des mémorialistes, les œuvres rédigées n’en demeurent pas moins des égodocuments auquel l’historien contemporain ne peut faire aveuglément confiance. À propos d’Agrippa d’Aubigné par exemple, Gilbert Schrenck dit que « tout concourt à l’édification du mythe personnel et la statue n’est haussée sur son piédestal qu’au prix de l’amplification de certaines séquences narratives. » Voir « Agrippa d’Aubigné. Sa vie à ses enfants. Approches et mise en perspective. », Bulletin de l’Association d’étude sur l’Humanisme et la Renaissance, 1979, no 10, p. 9.

4 Nicolas de Neufville, seigneur de Villeroy, Mémoires d’Estat par Monsieur de Villeroy, conseiller d’État et secrétaire des commandemens des rois Charles IX, Henri III, Henri IV, et de Louys XIII, Michaud et Poujoulat, Paris, coll. « Nouvelle collection des Mémoires pour servir à l’Histoire de France, première série », no 11, 1838, p. 105. Nous respectons l’orthographe semi-modernisée de cette édition.

5 Pour les définitions des termes « politique » et « politisation », voir Jean-Yves Dormagen et Daniel Mouchard, Introduction à la sociologie politique, Bruxelles, De Boeck, 2008, p. 30. Voir également Jacques Lagroye, Bastien Francois et Frédéric Sawicki, Sociologie politique, Paris, France, Dalloz, 2002, p. 24.

6 Georges Gusdorf, Les Écritures du moi. Lignes de vie 1, Paris, France, O. Jacob, 1991, p. 260.

7 Nicolas de Neufville, seigneur de Villeroy, Mémoires d’Estat par Monsieur de Villeroy, conseiller d’État et secrétaire des commandemens des rois Charles IX, Henri III, Henri IV, et de Louys XIII, op. cit., p. 105.

8 Ibid., p. 112.

9 Marguerite de Valois, Mémoires et discours, Éliane Viennot, éd., Saint-Étienne, Publications de l’université de Saint-Étienne, 2004, p. 125.

10 Éliane Viennot, « Les ambiguïtés identitaires du Je dans les Mémoires de Marguerite de Valois », dans Madeleine Bertaud et François-Xavier Cuche, dir., Le genre des mémoires, essai de définition, Paris, Klincksieck, 1995, p. 73.

11 Jean de Mergey, Mémoires du sieur Jean de Mergey, gentilhomme champenois, Paris, Foucault, coll. « Collection complète des Mémoires relatifs à l’Histoire de France », no 34, 1823, p. 20.

12 Nicolas de Brichanteau de Beauvais-Nangis, Mémoires du marquis de Beauvais-Nangis et Journal du procès du marquis de La Boulaye, Paris, France, Renouard, 1862, p. 62.

13 Yann Lagadec, « Prendre et/ou porter les armes entre les xiiie et xixe siècles, un facteur de politisation ? Quelques perspectives », Annales de Bretagne et des pays de l’ouest, 2011, vol. 118, no 4, p. 7-20.

14 Henri de La Tour d’Auvergne, duc de Bouillon, Mémoires du duc de Bouillon, adressés à son fils le prince de Sedan, Michaud et Poujoulat, éd., Paris, « Nouvelle collection des Mémoires pour servir à l’Histoire de France, première série », no 11, 1838, p. 4.

15 La contestation de l’autorité des souverains est très présente dans la société du temps, avec pour point d’orgue l’assassinat de Henri III par Jacques Clément. Voir Nicolas Leroux, Guerres et paix de Religion, 1559-1598, Paris, Belin, 2014, p. 7.

16 Jacques Nompar de Caumont, duc de La Force, Mémoires authentiques de Jacques Nompar de Caumont, duc de La Force, Maréchal de France, et de ses deux fils, les marquis de Montpouillan et de Castelnaut, depuis la Saint-Barthélemy jusqu’à la Fronde ; pour faire suite à toutes les collections de Mémoires sur l’histoire de France, Marquis de la Grange, éd., Paris, Charpentier, 1843, vol. 1/4, p. 153.

17 Ibid.

18 Christian Jouhaud, Dinah Ribard et Nicolas Schapira, Histoire, littérature, témoignage. Écrire les malheurs du temps, Paris, Gallimard, 2009, p. 64.

19 Laurent Bourquin, « La fiscalité, facteur de politisation dans les Mémoires de Claude Haton », Revue d’histoire politique, 2010, vol. 3, no 6, p. 150-157.

20 Myriam Barakat, Édition commentée des « Discours politiques et militaires » de François de la Noue (1531-1591), thèse de doctorat sous la direction d’Évelyne Berriot-Salvadore, Montpellier, 2011, p. 256.

21 Henri de La Tour d’Auvergne, duc de Bouillon, Mémoires du duc de Bouillon, adressés à son fils le prince de Sedan, op. cit., p. 2. C’est là un lieu commun présent dans de nombreux Mémoires du temps.

22 Nicolas de Neufville, seigneur de Villeroy, Mémoires d’Estat par Monsieur de Villeroy, conseiller d’État et secrétaire des commandemens des rois Charles IX, Henri III, Henri IV, et de Louys XIII, op. cit., p. 132.

23 Ibid., p. 105.

24 Ibid., p. 128.

25 Jacques-Auguste de Thou, Mémoires de Jacques-Auguste de Thou, depuis 1553 jusqu’en 1601, Paris, Foucault, coll. « Collection des Mémoires relatifs à l’Histoire de France », no 38, 1823, p. 365.

26 Myriam Barakat, Édition commentée des « Discours politiques et militaires » de François de la Noue (1531-1591), op. cit., p. 246.

27 Guillaume de Rochechouart, Mémoires de Guillaume de Rochechouart, Michaud et Poujoulat, Paris, « Nouvelle collection des Mémoires pour servir à l’Histoire de France, première série », no 8, 1838, p. 604.

28 Michel de Castelnau, Mémoires de Michel de Castelnau, Michaud et Poujoulat, éd., Paris, « Nouvelle collection des Mémoires pour servir à l’Histoire de France, première série », no 9, 1838, p. 491.

29 Jacques-Auguste de Thou, Mémoires de Jacques-Auguste de Thou, depuis 1553 jusqu’en 1601, op. cit., p. 229. De Thou a rédigé ses Mémoires en latin, les intitulant Sa vie dont voici le texte original pour la citation en question : « 10. Paucis post diebus uulneratus Colinius et uulnus eius secutum uniuersae pacis uulnus, quo conuulsa tranquillitas et securitas publica. », dans La Vie de Jacques Auguste de Thou.(I. Aug. Thuani Vita), Introduction et établissement du texte, traduction et notes par Anne Teissier-Ensminger, Paris, Champion, 2007, p. 248.

30 Ibid., p. 230. Et en latin « ut homini Gallo et quietis cupido, qui tantum religionis per uniuersam Europam concussae motum caritate et mansuetudine tutius componi posse quam ui aut odiis semper existimauit, uitio uerti non debeat, si pacis consilia uel cum priuato dispendio constanter sit sectatus, et quae ab ea sunt aliena nunc etiam detestur. », ibid., p. 248.

31 Achille Gamon, Mémoires d’Achille Gamon, avocat et consul d’Annonai, Michaud et Poujoulat., Paris, « Nouvelle collection des Mémoires pour servir à l’Histoire de France, première série », no 8, 1838, p. 616.

32 Jeanne d’Albret, Mémoires et poésies de Jeanne d’Albret, Paris, France, E. Paul, Huart et Guillemin, 1893, p. 18.

33 Laurent Bourquin, « Du sacré au profane : la politisation d’un prêtre pendant les guerres de religion », Parlement[s], Revue d’histoire politique, 2010, no 3, p. 102.

34 Charles de Valois, duc d’Angouleme, Mémoires du duc d’Angoulême, pour servir à l’histoire des règnes de Henri III et de Henri IV, Michaud et Poujoulat, éd., Paris, « Nouvelle collection des Mémoires pour servir à l’Histoire de France, première série », n˚ 11, 1838, p. 69.

35 Henri de La Tour d’Auvergne, duc de Bouillon, Mémoires du duc de Bouillon, adressés à son fils le prince de Sedan, op. cit., p. 5.

36 Laurent Bourquin, dir., Mémoires de Claude Haton (1553-1582). Édition intégrale, Paris, Éditions du CTHS, coll. « Collection de documents inédits sur l’Histoire de France », 2001, vol. 4/4, p. 1578.

37 Janine Garrisson, Les Protestants au xvie siècle, Paris, France, Fayard, 1988, p. 52.

38 Myriam Barakat, Édition commentée des « Discours politiques et militaires » de François de la Noue (1531-1591), op. cit., p. 280.

39 Bruno Tolaini, « Écrit de soi et combat politique. Les Mémoires de Jeanne d’Albret, reine de Navarre », Revue Italienne d’Études Françaises. Littérature, langue, culture, 15 décembre 2015, no 5.

40 Jean Garapon, dir., Mémoires d’État et culture politique en France (xvie-xixe siècles), Nantes, Cécile Defaut, coll. « Connaître les Mémoires d’Ancien Régime », 2007, p. 9.

41 À propos de la politique par l’écriture, voir Jean Boutier, Alain Dewerpe et Daniel Nordman, Un tour de France royal. Le voyage de Charles IX (1564-1566), Paris, Aubier Montaigne, coll. « Collection historique », 1984, p. 226.

Auteur

EHESS

Issu d’un cursus universitaire à la fois en Histoire et en Lettres Modernes, il enseigne dans le secondaire et a soutenu sa thèse en 2018 sous la direction de Jean Boutier sur la dimension agissante de l’écriture de Mémoires des guerres de Religion.
Bruno.tolaini@ehess.fr

© Presses universitaires de Provence, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search