Version classiqueVersion mobile

La construction de la personne dans le fait historique

 | 
Nadine Kuperty-Tsur
, 
Jean-Raymond Fanlo
, 
Jérémie Foa

L’individu entre l’histoire et la politique

La mise en scène de soi dans les dépêches diplomatiques françaises des guerres de Religion

Matthieu Gellard

Texte intégral

  • 1 Matthieu Gellard, Une Reine épistolaire. Lettres et pouvoir au temps de Catherine de Médicis, Paris (...)
  • 2 Bien entendu, ce type de prise de parole politique n’est en rien une caractéristique des guerres de (...)

1Loin d’être seulement les outils techniques de la négociation diplomatique, les dépêches échangées par un souverain et ses représentants sont régulièrement utilisées par ces derniers pour mener auprès de leur maître une négociation personnelle1. Éloignés de lui et donc de la source de toute faveur, les ambassadeurs n’ont plus en effet en leur possession que ce seul moyen pour assurer leur position à la cour. Dans les lettres qu’ils envoient régulièrement à leur maître, au milieu des informations qu’ils ont pu glaner dans leur pays de résidence ou des comptes rendus d’audience, ils se ménagent donc un espace d’expression personnelle, d’ailleurs jamais formellement séparé. Tous ou presque s’y mettent en scène en serviteurs ruinés, de façon à obtenir le paiement des sommes qui leurs sont dues, ou en serviteurs vieillis et malades, de manière à appuyer leurs demandes de rappel. Certains s’emparent aussi de l’opportunité qui leur est offerte de communiquer assez librement avec leur maître pour développer leur vision des relations internationales ou des événements intérieurs français, au moment même où le pays est déchiré par les guerres civiles2 ; ils accèdent de ce point de vue à un droit de parole qu’ils n’auraient probablement jamais eu en restant à la cour.

2C’est à ces propos, en partie inattendus dans une correspondance officielle et qui viennent en doubler le contenu technique, voire le parasiter, que cette contribution s’intéresse. Après avoir traité les développements sur la ruine financière, il s’agira de s’interroger sur la vision que les représentants français ont de leur propre mission en rapport avec leurs demandes incessantes de rappel, avant d’étudier les prises de parole de ceux qui n’hésitent pas à insérer dans leurs dépêches de longs développements proprement politiques.

Le topos de l’ambassadeur ruiné

3Il semble que tous les ambassadeurs de la période se plaignent à un moment ou à un autre de la ruine qui les menace. Théoriquement, les ambassadeurs ordinaires disposent d’un traitement dédié qui va de 5 000 à 18 000 livres annuelles, en fonction des postes et des titres exacts (ambassadeur, résident, agent, etc.). Par ailleurs, ils continuent à toucher les revenus des différentes charges qui sont les leurs ou les pensions qui leur avaient été octroyées avant leur départ ou qui le leur sont pendant leur mission. Beaucoup sont par exemple gentilshommes de la chambre et touchent donc à ce titre 600 ou 1 200 livres annuelles. Les parlementaires ou les officiers peuvent quant à eux compter sur leurs gages et les ecclésiastiques sur les revenus de leur(s) bénéfice(s). Le problème pour les ambassadeurs, comme pour nombre des serviteurs du roi, n’est donc pas tant la faiblesse éventuelle de leurs revenus, mais le fait qu’ils ont énormément de mal à se faire effectivement payer leurs traitements, pensions ou gages, de même qu’à se faire rembourser les dépenses qu’ils engagent dans le cadre de leurs missions.

  • 3 Jean de Vivonne à Henri III, 31 janvier 1580, BN Ms Fr 16107, f° 28.
  • 4 Raymond de Fourquevaux à Catherine de Médicis, 4 décembre 1571, Célestin Douais, éd., Dépêches de M (...)
  • 5 Charles de Danzay à Henri III, 20 avril 1575, cité par Alfred Richard, Un Diplomate poitevin du xvi (...)

4Les représentants sont donc sans cesse amenés à demander à la cour de leur payer les sommes qui leur sont dues. De façon à se faire entendre, ils font ainsi référence à leur ruine et au dénuement dans lequel ils vivent. En 1580, l’ambassadeur à Madrid, Jean de Vivonne, baron de Saint-Gouard, écrit par exemple au roi : « je suis si ruyné, pauvre et necessiteulx qu’il n’est plus possible que je le susporte et endure […]. De bon cueur j’entrerays en une gallaire pour servir le rheme en la main, plutost que de demourer davantaige icy3 ». Son prédécesseur, Raymond de Beccarie de Pavie, baron de Fourquevaux, écrivait déjà en 1571 à la reine mère : « sans [la] liberalité [du roi], me voylà à l’hospital, ce que je m’asseure desplairoit à Votre Majesté4. » Quant à leur homologue à Copenhague, Charles de Quissarme, sr de Danzay, après de longues années en poste, il ne peut que constater tristement : « Je suis à présent plus pauvre que je n’étais le premier jour que je vins en Dannemark5 ».

5Ne recevant qu’irrégulièrement de l’argent de leur souverain, les ambassadeurs ordinaires sont contraints d’emprunter. Ce n’est évidemment qu’une solution temporaire qui leur permet tout juste de gagner du temps et qui peut s’avérer dangereuse si les sommes dues continuent à leur faire défaut : même si une part difficile à évaluer de celles-ci relèvent probablement de l’argument rhétorique, les représentants français se font ainsi l’écho des menaces d’emprisonnement pour dettes dont ils sont l’objet. Certains ambassadeurs sont en effet poursuivis par la justice du pays dans lequel ils résident. Jean de Vivonne, heureusement parti pour Lisbonne à la suite de Philippe II au moment de l’annexion du Portugal, apprend par exemple que ses créanciers madrilènes ont fait saisir ses biens :

  • 6 Jean de Vivonne à Henri III, 15 janvier 1582, BN Ms Fr 16108, f° 213 v°.

mesme que lon ma execute despuis que ie suis parti de Madrid iusques a mes [chevaux] et le reste du peu que ie y avoes laise que ie prandroes en pasianse si sela avoit sufi a paier mes debtes mais tan s’en fauld que ie ne atans moins si se n’est que enquore l’on metera arest a ma personne pour paier le surplus diselles6.

6En mars 1581, Charles de Danzay est quant à lui contraint par la justice danoise à ne pas quitter Copenhague avant d’avoir remboursé ses créanciers. En septembre 1582, il tente bien de suivre Frédéric II dans le Jutland, mais le premier trésorier du roi et le capitaine de la ville viennent l’en empêcher.

  • 7 Pierre de Ségusson à Henri III, 5 juin 1588, Albert Mousset, éd., Dépêches diplomatiques de M. de L (...)
  • 8 François de Noailles à Catherine de Médicis, 18 septembre 1574, Ernest Charriere, éd., Négociations (...)

7Ainsi, les difficultés financières des ambassadeurs les empêchent de mener à bien leur mission et érodent le crédit politique du roi de France. Bien entendu, les représentants français arguent des dommages que subit le service du roi lorsqu’ils manquent de moyens pour l’assurer. Pierre de Ségusson, sr de Longlée, dernier agent français de la période à Madrid, écrit ainsi que « faulte de moyens en ces charges icy faict trouver la porte fermée partout, et ne fault pas penser penetrer guieres advant sans donner ; ce qui me sert d’excuse, à mon tres grand regret, de ne pouvoir fere davantaige que je ne fais7. » Même chose à Constantinople quinze ans plus tôt : alors que les agents des autres princes européens arrivent semble-t-il avec mille cadeaux destinés dignitaires ottomans, l’ambassadeur français, François de Noailles, évêque de Dax, n’a quant lui n’a rien à présenter, alors même que selon lui l’argent fait tout dans la cour ottomane : « Nous […] n’avons rien à donner, et si nous promettons, nous ne tenons rien jusques à présent. Le bass[a] […] se rit de ce que nous voulons luy lier les mains et ne mettre riens dedans8. »

  • 9 Géraud Poumarède, Le Lys et le Croissant. Action politique, négociations diplomatiques et implantat (...)
  • 10 Arnaud Du Ferrier à Catherine de Médicis, 4 septembre 1579, BN Cinq Cents Colbert, n° 367, f° 709.
  • 11 A. Richard, Un diplomate poitevin du xvie siècle…, op. cit., p. 174-196.
  • 12 Michel de Castelnau à Henri III, 14 novembre 1584, citée par Gustave Hubault, L’Ambassade de Michel (...)

8Ainsi, à la fin de leur mission, les ambassadeurs résidents français réclament des sommes qui s’élèvent le plus souvent à plusieurs dizaines de milliers de livres : après à peine plus d’un an en poste à Constantinople, Jean Dolu dit avoir déjà avancé 15 000 livres9. Arnaud Du Ferrier écrit quant à lui que la monarchie lui doit plus de 40 000 livres « pour l’estat ordinaire de [sa] charge » à Venise depuis cinq ans10. À la mort de Charles de Danzay en 1582, le pouvoir royal lui doit plus de 60 000 livres11. Michel de Castelnau, sr de Mauvissière, ambassadeur à Londres de 1575 à 1582, parle quant à lui d’une somme supérieure à 100 000 livres12. Or, rien ne garantit que ces dépenses seront un jour remboursées. Jean de Vivonne, en poste à Rome après avoir résidé à Madrid pendant près de dix ans de 1572 à 1582, écrit ainsi au début de sa seconde résidence :

  • 13 Jean de Vivonne à Henri III, 12 juin 1584, BN Ms Fr 16045, f° 67r°, transcrite par Giovanni Anticon (...)

suppliant aussy tres humblement [Votre Majesté] de trouver bon je luy remecte devant les yeulx combien je suis ruiné et incommodé de la longue sceance que j’ay faicte en Espaigne pour son service et dont je suis retourné sy miserable que j’y ay consummé tous mes biens, n’ayant avec que cela peu estre droissé ou payé de ce qui m’est deub, encores qu’il luy ayt pleu plusieurs fois commander que j’en fusse satisfaict, de quoy je la supplie tres humblement comme estant chose tant raisonnable et pleine de justice et aussy de faire s’y bien prouvoir pour respect de la charge en laquelle il luy plaist se servir de moy, que je la puisse susister à la dignité de ses affaires, ce que je ne pourrois nullement faire sy ce n’est par le moyen de ses royalles liberalitez13.

  • 14 Il semble même que tous les ambassadeurs de l’époque moderne, quelle que soit la période et le prin (...)
  • 15 Philippe Hamon, « Négocier sous François Ier : Gilbert Bayard, l’homme de la “paix des dames” », da (...)

9Le manque chronique d’argent dont se plaignent les ambassadeurs n’est en rien caractéristique de l’époque des guerres de Religion14. Philippe Hamon souligne ainsi que déjà lors du règne de François Ier « les ambassadeurs permanents se lamentent dans chaque courrier sur leur manque de fonds, et ont le plus grand mal, de retour en France, à se faire rembourser de leurs avances15. » Le « crédit imposé » est en effet structurel dans l’Ancien Régime et constitue une des modalités caractéristiques du service du roi, dans la diplomatie et ailleurs.

  • 16 Sébastien de L’Aubespine au cardinal de Lorraine, août 1560, Louis Paris, éd., Négociations, lettre (...)

10Néanmoins, les guerres de Religion entrainent une désorganisation de l’appareil administratif, particulièrement sensible dans le domaine fiscal, et soustraient de l’impôt royal plusieurs provinces importantes. Les moyens financiers de la monarchie français en sont donc impactés, alors même qu’elle est en situation de banqueroute au sortir des guerres d’Italie, ce qui peut laisser penser que la pratique du « crédit imposé » est avivée entre 1562 et 1598. C’est d’ailleurs ce que soutient un diplomate d’expérience, Sébastien de L’Aubespine, évêque de Limoges, qui a rempli de nombreuses missions diplomatiques dès la fin du règne de François Ier et qui, lors de sa résidence auprès de Philippe II de 1559 à 1562, se plaint de devoir assumer seul le coût de son ambassade « sans que le roy n’ait donné ceste année ung seul escu, ce que jamais en charge ne m’est advenu16 ».

La mission diplomatique, une longue corvée ?

  • 17 Jean de Vivonne à Henri III, 5 septembre 1580, BN Ms Fr 16107, f° 345v°.
  • 18 François de Noailles à Simon Fizes, 10 juin 1572, E. Charriere, éd., Négociations de la France dans (...)

11Se décrivant comme réduits à la misère la plus extrême, les ambassadeurs demandent non seulement le remboursement des sommes engagées pour le service du roi et le paiement de leurs gages et traitements, mais également leur rappel en France. Le 5 septembre 1580, soit après déjà 8 années passées à Madrid, Jean de Vivonne écrit par exemple à Henri III : « a la veritte si au lieu d’avoir desire une honorable vieillesse par ma disgrace il me la fault passer pauvre et misérable je le sentiray moings en ma patrie, parmy les myens qu’estant constitué icy comme sur ung theatre à la veue de tout le monde17 ». François de Noailles, qui ne reste pourtant que quelques années à Constantinople, ne cesse lui aussi de se plaindre de sa « laborieuse charge » et d’être « esloigné de mon roy, en pays barbare, entouré à toute heure de peste et d’effroy, [où] je crains d’estre oublié, et qu’on face ainsi bon marché de mes paines comme j’ay faict de ma propre vie18 ».

12La formulation de certaines demandes de rappel laisse entrevoir la façon dont leurs auteurs envisagent leur mission à l’étranger. Le 17 octobre 1567, deux ans après être arrivé à Madrid et alors que commence la deuxième guerre de Religion, Raymond de Fourquevaux écrit ainsi à Catherine de Médicis :

  • 19 Raymond de Fourquevaux à Catherine de Médicis, 17 octobre 1567, C. Douais, Dépêches de M. de Fourqu (...)

Je me repute malheureux due quoi je ne suis en France pour vous y faire service ; car tout autre feroit mieulx ceste charge que moy ; et je scay bien que je vous servirois de plusieurs chozes par dela et mesmes pour la conservation de l’authorité et obeissance du Roy en Languedoc et pour y faire une levée de dix mil hommes pour vous aller servir ou ayder à vos ministres des autres provinces19.

  • 20 Idem, 26 juillet 1568, ibid., t. III, p. 96.
  • 21 Idem, 30 novembre 1571, ibid., t. II, p. 403.
  • 22 Idem, 3 février 1570, ibid., t. II, p. 194.
  • 23 Idem, 31 mai 1571, ibid., t. II, p. 350.

13À l’image de bon nombre d’autres représentants français, Raymond de Fourquevaux décrit dans d’autres dépêches sa mission à Madrid comme une « longue servitude20 », une « captivité21 » ou une « longue et costeuze corvée22 », à laquelle il déclare même préférer la mort23. Sa mission est une corvée à la fois parce que sa situation financière est difficile, parce que l’Espagne et les Espagnols lui sont odieux, mais surtout parce qu’il se sent mal utilisé à Madrid, alors même qu’il estime pouvoir être utile en France où il pourrait mettre au service de Charles IX ses compétences militaires dans le cadre de la deuxième puis de la troisième guerre de Religion. Plutôt qu’en Espagne, il préfèrerait donc se trouver dans sa province natale de Languedoc :

  • 24 Idem à Charles IX, 30 novembre 1567, ibid., t. I, p. 302.

Me voicy employé en lieu de sejour si à mon aize qu’il me faict merveilleux regret d’y estre si de loizir en ce temps que Votre personne est en armes et à la guerre ; et sortant de ceste ambassade, je n’ozeray bonnement me monstrer devant ceulx qui vous auront servy en si urgent necessité, ainsi m’iray cacher en une grotte tout honteux24.

14Raymond de Fourquevaux n’a évidemment rien d’une exception dans son appréhension des choses. Ainsi, ce sont presque les mêmes formules qu’on retrouve chez Jean de Vivonne, alors qu’il vient d’arriver à Rome mais que commencent en France les troubles de la Ligue :

  • 25 Jean de Vivonne à Henri III, 7 juin 1585, BN Ms Fr 16045, f° 64, transcrite par G. Anticona, Les Le (...)

Je desirrerois de tout mon cœur et l’en suplie tres humblement que vostre majesté me voullust rappeler d’icy affin que j’allasse servir des mains sans demeurer icy inutille et si elle le trouvoit bon et qu’il luy pleust me donner quelque moyen, je me ferois bien fort de luy mener jusques à trois cents bons chevaux avecque lesquels je m’asseure que je ne perdrois point temps25.

  • 26 Ellery Schalk, L’Épée et le Sang : une histoire du concept de noblesse, vers 1500-vers 1650, Seysse (...)
  • 27 Sur la carrière militaire de Raymond de Fourquevaux, voir Jean Barruol et Jean Brunon, Les Français (...)

15Si, comme l’a écrit Ellery Schalk, « pour être noble, il fallait se battre26 », il paraît logique que des ambassadeurs comme Raymond de Fourquevaux ou Jean de Vivonne, qui sont avant tout des soldats27 appréhendent de façon négative une mission qui leur paraît déroger aux idéaux de leur ordre. Être retenu loin des champs de bataille est un déshonneur pour des hommes qui n’y gagnent même pas quelque richesse mais qui au contraire se ruinent dans leur charge. Néanmoins, ce n’est pas tant la mission diplomatique elle-même que le moment où il doit la remplir qui peut créer le déshonneur pour l’ambassadeur soldat.

  • 28 Jean de Vivonne à Catherine de Médicis, 28 août 1581, BNMs Fr 16108, f° 127 ou François de Noailles (...)
  • 29 Alain Tallon, La France et le Concile de Trente, 1518-1563, Rome, École Française de Rome, 1997, p. (...)
  • 30 M. Gellard, Une Reine épistolaire…, op. cit., chapitre 4.

16Dès lors, l’acharnement avec lequel les représentants français demandent leur rappel est-il le signe que pour eux une ambassade n’est synonyme que d’« exil28 » et de ruine, et constitue un sort bien peu enviable ? Comme l’écrit bien Alain Tallon, « on ne doit pas toujours prendre au sérieux les lamentations qui remplissent les correspondances diplomatiques29 ». De fait, l’argent arrive parfois aux ambassadeurs. Ils sont en outre régulièrement récompensés pour leurs services. Ainsi, au moins 5 des 60 représentants permanents du roi de France se voient gratifiés d’un office dans la Maison du roi entre 1559 et 1589, soit au cours de leur mission, soit juste avant ou juste après, tandis que 5 sont faits chevaliers de l’ordre de Saint-Michel et 7 sont nommés conseillers au conseil privé ou au conseil d’État30. Bien entendu, une telle faveur, lorsqu’elle intervient juste avant la mission, peut autant être une récompense personnelle qu’un moyen de donner à l’homme qui a été choisi le lustre nécessaire à la mission qu’il va devoir remplir.

  • 31 Hillard von Thiessen a ainsi mis en lumière la multiplicité des objectifs (économiques, sociaux, fa (...)
  • 32 Louis-François Didier, éd., Lettres et Négociations de Claude de Mondoucet, résident de France aux (...)
  • 33 Pierre de Bourdeille, seigneur de Brantôme, Œuvres complètes, Ludovic Lalanne, éd., Paris, Renouard (...)
  • 34 François de Noailles à Villeroy, 22 avril 1578, BN Ms Fr 6908, f° 220.

17Par ailleurs, quoiqu’ils en disent, tous les ambassadeurs ne reviennent pas ruinés, loin s’en faut31. Ainsi, malgré ses nombreuses plaintes, Claude de Mondoucet, résident à Bruxelles de 1571 à 1578, s’y est probablement enrichi32. François de Noailles aurait lui aussi largement bénéficié de son séjour à Constantinople. C’est en tous les cas ce que prétend Brantôme, selon qui l’évêque de Dax, « remmena pour le moins, en des plus rares meubles et tapisseries, plus de cent mill’escus vaillant, dont la maison de son nepveu de Nouaille en est décorée et en reluit très fort aujourd’hui33 ». Quelques années après sa mission, François de Noailles prétend pourtant que ses nombreuses missions diplomatiques ont été un gouffre financier pour lui, sans qu’il n’en ait tiré le moindre avantage : « depuis vingt-deux ans que je suis evesque du plus pauvre evesché de France j’ai faict quatre ambassadez […] sans toutesfois avoir receu ne bien faict ne recompense de quelque nature que ce soit34. »

18Malgré leurs nombreuses plaintes quant à leur ruine financière et malgré leurs demandes incessantes de rappel, plusieurs ambassadeurs profitent d’ailleurs de leur résidence pour placer des membres de leur famille dans la diplomatie, preuve qu’il y a bien un intérêt pour les serviteurs du roi à y effectuer quelque mission. Un des ambassadeurs à Madrid, Jean Hébrard de Saint-Sulpice, qui s’y trouve de 1562 à 1565, utilise par exemple comme courrier un de ses cousins, Bertrand de Salignac, sr de La Mothe-Fénelon. Les allers-retours que celui-ci effectue entre la France et l’Espagne et les tâches qu’il remplit auprès de l’ambassadeur lui permettent d’acquérir une expérience qui facilite ensuite sa nomination comme résident à Londres en 1568. Néanmoins, le choix de ses courriers ou de ses secrétaires relève de la seule décision de l’ambassadeur et ces fonctions permettent essentiellement de former certains de leurs parents sans être un aboutissement en soi. D’autres ambassadeurs s’emploient quant à eux à faire nommer un frère, un neveu ou un cousin pour une mission, voire même pour leur succéder. Ainsi André de Hurault, sr de Maisse, qui est en poste à Venise de 1582 à 1588, utilise son neveu François de Hurault, sr du Vignay, comme courrier pour le former aux affaires. Il espère ainsi obtenir pour lui une mission en Savoie ; finalement, il parviendra à le faire nommer à sa suite à Venise, en 1588. Hélas, son neveu, pourtant tout jeune (il a 22 ans), meurt quelques mois après sa nomination et André Hurault retourne à Venise pour plusieurs années (jusqu’en 1596). De même, François de Noailles, qui se plaint tant de sa résidence à Constantinople, fait nommer à sa suite son jeune frère, Gilles, abbé de L’Isle.

Éloignement de la cour et nécessité d’affirmer sa fidélité

  • 35 Sur la proximité, la fidélité et l’expérience comme critères principaux de la monarchie française p (...)
  • 36 N. Le Roux, La Faveur du roi. Mignons et courtisans au temps des derniers Valois, vers 1547-vers 15 (...)
  • 37 A. Tallon, La France et le concile de Trente…, op. cit., p. 29.
  • 38 François de Noailles continue d’ailleurs en évoquant la situation espagnole : « Le roy d’Espaigne n (...)

19Outre les raisons qu’ils invoquent, si les résidents veulent rentrer c’est aussi parce qu’ils sont pris dans ce qu’il est possible d’appeler le paradoxe de l’ambassadeur. Leur nomination est due à la confiance que leur porte le souverain ou sa mère, à leur proximité avec eux et aux services qu’ils ont déjà rendus sur les champs de bataille, dans les négociations intérieures ou même déjà dans la diplomatie35. Or, cette faveur initiale a pour effet paradoxal de les éloigner durablement de la possibilité d’obtenir de nouvelles faveurs. En partant pour un pays étranger, ils quittent en effet la cour, c’est-à-dire de la source de toutes les grâces, dans un système où c’est bien « la présence à la cour [qui] donne accès à une économie restreinte des honneurs à laquelle ne peuvent prétendre les personnages hors de la vue du roi36 ». Dès lors, puisqu’être nommé à une ambassade c’est par définition être éloigné du roi, la faveur est en même temps défaveur, elle est autant témoignage de l’estime du souverain que risque de disparaître définitivement de l’attention de celui-ci : « dans un système politique où la faveur du souverain est tout, l’éloignement est perçu comme une disgrâce37 ». Ainsi, François de Noailles demande-t-il à un des secrétaires d’État, Simon Fizes, d’obtenir son rappel : « je vous supplie, tirez moy d’icy affin que j’aille solliciter toutes ces querelles, car la coustume de la cour est de ne rien faire que pour ceulx qui sont présens et importuns38. »

  • 39 Il faut cependant noter que les ambassadeurs auprès des Suisses, à Coire et à Soleure, effectuent d (...)
  • 40 Jean Hébrard de Saint-Sulpice au connétable Anne de Montmorency, 13 janvier 1564, Edmond Cabié, éd. (...)

20La nomination à une ambassade suppose une distance géographique importante entre l’heureux bénéficiaire et le roi. Bien entendu, d’autres missions, intérieures quant à elles, supposent aussi un éloignement de la cour, mais elles peuvent être moins longues ou autoriser des allers-retours à la cour, ce qui est exclu dans le cadre de la mission diplomatique, à la fois à cause de la distance et du fait de la nécessité d’assurer une représentation continue39. Ainsi, c’est en partie parce que l’éloignement entre le représentant et le souverain met en péril l’insertion du premier dans le jeu de la faveur que se crée un sentiment d’exil, même si celui-ci vient aussi du fait d’être loin d’une famille ou d’une province, là où des intérêts personnels doivent être défendus, en particulier dans le cadre des guerres civiles : plusieurs ambassadeurs se plaignent ainsi que leurs biens sont ravagés par les Protestants. Manifestation de la faveur royale, la nomination à une ambassade ne conserve donc qu’un temps sa puissance de satisfaction avant de devenir un poids comme l’écrit Jean Ébrard de Saint-Sulpice : « voyant que mon absence et les services que je fais ici, au lieu qu’ils me devraient servir […] pour avoir quelque bien, sont cause de me mettre en oubli, je supplie la reine me vouloir donner mon congé, pour voir si je pourrai avoir meilleure fortune présent qu’absent40 ».

  • 41 Stéphane Péquignot, « Les instructions aux ambassadeurs des rois d’Aragon (xiiie-xve siècles). Jalo (...)
  • 42 L’enjeu sera le même pour les administrateurs coloniaux : Thomas Wien, « Rex in fabula : travailler (...)

21L’éloignement inhérent à la mission diplomatique fait donc courir à l’ambassadeur le risque de l’oubli. Toutefois, un autre danger le guette, celui de la suspicion. L’éloignement génère une double inquiétude : l’inquiétude d’être trahie que peut ressentir la cour se retrouve en miroir dans l’inquiétude que l’ambassadeur peut avoir d’être suspecté, alors même que certains de ses adversaires sont potentiellement à pied d’œuvre à la cour pour le desservir. Point de faux ambassadeur ou de traître dans la diplomatie des derniers Valois, mais le souci premier du souverain est de s’assurer la fidélité de ses représentants et le respect par eux de ses directives : c’est tout l’objet des instructions qui inaugurent chaque mission et dans lesquelles la monarchie tente d’encadrer le plus efficacement possible la prise de parole et l’action des ambassadeurs41. Conscient de cet impératif vital pour la monarchie, les ambassadeurs s’efforcent en retour de lui renvoyer une image de parfaits serviteurs, fidèles et dévoués42. C’est donc aussi dans ce cadre d’analyse qu’il faut replacer les demandes de rappel qu’ils multiplient dans leurs dépêches. Celles-ci contribuent en effet à construire un discours de la fidélité au souverain. Demander sans cesser à être rappelé, noircir les conditions de leur séjour à l’étranger, dénoncer les ignominies des peuples auprès desquels ils séjournent, c’est, pour les ambassadeurs, montrer leur dévouement unique à la cause royale et rassurer par là même Catherine de Médicis et ses fils quant à leur allégeance. De même, les plaintes financières contribuent à construire ce discours de la fidélité et à lier irrémédiablement l’ambassadeur à la seule faveur royale. Il y a certes un jeu habituel de don contre-don dans ces demandes : le serviteur attend une juste rétribution de ses services. Mais demander et demander encore, se dire ruiné, sans secours autre que celui du souverain, c’est exprimer qu’on n’a d’espoir que dans la faveur du roi et témoigner de façon univoque de sa fidélité : un ambassadeur qui a sans cesse besoin d’argent est un ambassadeur qui n’en reçoit pas de mains compromettantes…

Une parole libérée

22Une partie importante des ambassadeurs se contente d’ajouter aux passages qui concernent les négociations en cours, quelques plaintes financières, demandes de rappel ou considérations personnelles sur leur santé ou leurs affaires. En revanche, plusieurs représentants utilisent davantage l’espace d’expression qu’ils trouvent dans leurs dépêches et construisent ces dernières comme le lieu d’un dialogue politique, profitant habilement de leur résidence et du lien épistolaire destiné à combler l’éloignement qu’elle suppose pour développer un certain nombre de réflexions ou de conseils sur la situation intérieure et sur les relations extérieures de la monarchie française.

  • 43 Fourquevaux à Charles IX, 13 novembre 1567, C. Douais, Dépêches de M. de Fourquevaux…, op. cit., t. (...)
  • 44 Michel de Montaigne, Essais, Paris, Garnier Flammarion, 1969, livre 1, p. 117

23Cette prise de parole peut être vue comme l’expression naturelle d’un devoir de conseil auquel serait astreint tout serviteur de la monarchie. C’est bien ce qu’écrit Raymond de Fourquevaux : « Il m’est advis toutesfois, Sire, que je fauldrois à mon debvoir ayant l’honneur d’estre en ceste charge, si je ne vous dizois mon opinion43 ». Montaigne formule d’ailleurs clairement ce devoir des conseils dont doivent s’acquitter les ambassadeurs : ceux-ci, écrit-il « n’executent pas simplement, mais forment aussi et dressent par leur conseil la volonté du maistre44 ».

  • 45 Jean Boutier, « Introduction », dans Jean Boutier, Sandro Landi et Olivier Rouchon, La Politique pa (...)

24Par le récit qu’ils font des événements, orienté par leur souci d’apparaître à leur avantage et de rassurer leur maître quant à leur fidélité et leur efficacité, mais aussi d’imposer leur lecture des événements et des négociations auxquels ils prennent part, les ambassadeurs manipulent – le terme devant être entendu de façon neutre – toujours les réalités qu’ils écrivent et décrivent. En d’autres termes, leurs comptes rendus sont des récits, avec tout ce que cela suppose, et il y a là un aspect que les historiens n’ont pas toujours bien pris en compte dans leur appréhension des correspondances politiques qui ont longtemps été seulement considérées comme des réservoirs neutres d’informations factuelles45.

  • 46 C’est en partie parce qu’elle comprend bien les motivations et les positions de Raymond de Fourquev (...)
  • 47 T. Wien, « Rex in fabula… », art. cit., p. 65.

25Lorsque les ambassadeurs prennent le parti d’exprimer clairement leurs positions et de transmettre des avis et des conseils, ils cherchent donc à peser sur les décisions de leur maître et à orienter la politique étrangère qu’il mène. Néanmoins, ils autorisent également la monarchie à mieux décrypter leurs dépêches et à repérer à quel moment ils jouent un jeu propre46 : à la cour d’être également attentive aux « ruses discursives47 » qu’emploient les ambassadeurs pour asseoir la légitimité de leur propos.

  • 48 Jean Cavenac à François II, 20 octobre 1559, E. Charriere, Négociations de la Frence dans le Levant (...)

26L’évêque de Dax, François de Noailles, fait partie de ces ambassadeurs qui assument explicitement des positions tranchées relativement à leur résidence. Envoyé dans l’empire ottoman en 1570, il a pour mission de relancer l’alliance turque aux lendemains de la paix de Saint-Germain, puisque celle-ci paraît à la monarchie devoir mettre définitivement fins aux guerres civiles et lui permettre de retrouver son rang sur la scène internationale. C’est un ambassadeur expérimenté puisqu’il a déjà rempli plusieurs missions extraordinaires et résidé à Londres sous Henri II, puis à Venise de 1557 à 1561. Il est de plus un partisan convaincu de l’alliance turque : alors que la signature du traité du Cateau-Cambrésis la remettait en cause et que l’ambassadeur résident à Constantinople, Jean Cavenac, sr de La Vigne, estimait qu’il fallait y mettre fin, François de Noailles, alors en poste à Venise, défendait déjà son intérêt48.

  • 49 En partie publié dans E. Charriere, Négociations de la France dans le Levant…, op. cit., t. II, p.  (...)
  • 50 G. Poumarède, « Justifier l’injustifiable. L’alliance turque au miroir de la chrétienté (xvie-xviie(...)

27Lorsqu’il est à Constantinople, il envoie d’ailleurs à Charles IX un mémoire récapitulant les différentes raisons de continuer l’alliance avec les Ottomans, alors même que le roi de France est pressé par le pape, Venise et les Espagnols, ainsi que par certains catholiques français, de rejoindre la Sainte Ligue qui vient de battre les Turcs à Lépante. Ce mémoire, intitulé « Discours de Monseigneur de Noailles évesque d’Acqs, ambassadeur pour le roy à la porte du grand seigneur, Selim II, touchant l’alliance avec le Turcq49 » développe trois arguments, largement inspirés de ceux utilisés par Jean de Monluc à Venise en 1542 sur le même sujet50 : le premier argument est religieux – le roi de France doit protéger les lieux saints – et le second économique – le roi de France doit veiller à la sécurité des échanges commerciaux en Méditerranée. Le troisième argument est anti-espagnol :

  • 51 « Discours de Monseigneur de Noailles évesque d’Acqs, ambassadeur pour le roy à la porte du grand s (...)

la troisième cause pour laquelle ceste intelligence a esté entretenue par voz prédécesseurs, et depuis quarante-six ans estrainte par les feus roys Françoys le grand et Henry, a esté pour contrepezer l’excessive grandeur de la maison d’Austriche51.

  • 52 Ibid., p. 256.

28Ces prises de position n’ont rien d’étonnant, c’est probablement en partie parce que François de Noailles est un farouche partisan de l’alliance avec le sultan que Charles IX l’a désigné. Néanmoins, l’évêque de Dax n’hésite pas à donner son avis sur des sujets plus éloignés de sa mission à Constantinople, mais qui sont d’une actualité toute aussi brûlante. Il est en effet un des proches conseillers de Catherine de Médicis et, à ce titre, il estime probablement devoir conseiller la reine mère et son fils, même à distance. Très hostile à l’Espagne, il ne manque pas de recommander à Charles IX de « contempler […] les remuemens qui s’apprestent chez vostre voysin en pareille action qu’il a faict aux vostres52 ». Toutefois, conscient de la faiblesse française, il incite le monarque à la plus grande prudence et l’invite à ne pas rompre ouvertement avec l’Espagne, au moins dans un premier temps. Il écrit ainsi au duc d’Anjou :

  • 53 François de Noailles au duc d’Anjou, 4 novembre 1571, ibid., p. 208 note.

s’il advient jamais que cete nation [l’Espagne] soit assaillie d’une armée commandée de vous, qu’il leur sera plus malaysé de soustenir les coups de lance des François que les fleiches des Turcs. Dieu par sa grâce nous le face bientost veoir, à si bonnes enseignes que le premier trophée qui vous en demeurera ce soit toute la Lombardie53.

29L’évêque de Dax estime en effet que les Espagnols sont largement responsables des troubles intérieurs français. Selon lui, Philippe II,

  • 54 Ibid., p. 256 note.

non plus que son père, n’a accoustumé de laisser perdre une seule occasion de vous mal faire quand elle s’est offerte, à quelque prix que ce soit, tesmoings les troubles de vostre royaume, qu’il a tellement entretenuz et favorisez que si la fin n’a esté telle qu’il s’attendoit, pour le moings en a-il eu son passe-temps dix ans entiers à vos despens54.

  • 55 C’est aussi un des axes politiques longtemps défendu par Coligny.
  • 56 Selon Alain Tallon, Arnaud Du Ferrier lui aussi « rêve de détourner à l’extérieur la fureur guerriè (...)

30L’évêque de Dax est très loin d’être le seul à rendre les Espagnols responsables de la gravité des troubles intérieurs qui secouent la monarchie française et à envisager de les détourner vers l’extérieur55. C’est par exemple le cas d’Arnaud Du Ferrier, longtemps ambassadeur à Venise56 (1564-1567 et 1570-1582) ou encore Raymond de Fourquevaux. La guerre contre Philippe II, soutient l’ambassadeur, serait le moyen de réconcilier Français mais aurait aussi l’avantage de rabattre les prétentions ibériques :

  • 57 Fourquevaux à Charles IX, 13 novembre 1567, C. Douais, Dépêches de M. de Fourquevaux…, op. cit., t. (...)

Sire, voz voisins sont assez advertis qu’il n’y a si chaulde sedition entre les François qui ne fut tantost appaizée pour defendre leur patrie contre l’Espaignol et le feroient contre tous autres qui essayeroient d’y entrer avec puissance au prejudice de votre couronne57.

  • 58 Bertrand Haan, L’Amitié entre princes. Une alliance franco-espagnole au temps des guerres de Religi (...)

31L’anti-hispanisme apparaît d’ailleurs comme un des traits les plus communément partagés par les ambassadeurs français et ce malgré la politique d’alliance franco-espagnole des années 156058. Là encore, au moment où un certain nombre de catholiques français se tournent vers Philippe II, il est possible d’estimer qu’affirmer des positions dures face aux Espagnols est un bon moyen pour les ambassadeurs, en particulier ceux qui résident à Madrid, de construire dans l’esprit du souverain la conviction qu’ils lui sont entièrement fidèles.

  • 59 Pour le détail de ces prises de position, voir M. Gellard, Une Reine épistolaire…, op. cit., chapit (...)

32Or, Fourquevaux affirme justement un certain nombre de positions qui le placent assez nettement en porte-à-faux par rapport à la politique de pacification de la reine mère et de son fils59. En 1567, il écrit ainsi que la voie de la conciliation ne mènera à rien :

  • 60 Raymond de Fourquevaux à Charles IX, 2 décembre 1567, C. Douais, Dépêches de M. de Fourquevaux…, op (...)

Il fault, Sire, que Votre Majesté desavoue sans desguizement lesd. opinastres et les tienne si subjectz et si pouvres qu’ilz ne puissent conspirer jamais plus contre votre couronne ; […] de sorte, Sire, que ceulx qui ont prins ou reprins les armes ceste seconde fois contre vous, ilz vous seront toute leur vie très mauvais subjectz et aultant de satans deschainez pour tenter de seduire les bons et vous fere de jour à autre des alarmes très dangereuzes, quelques soubzmission qu’ilz vous facent ; et si vous ne defendez les consistoires, les surveillantz, les contributions et semblables moyens de licentieuse liberté en votre Royaume, vous y nourrirez voz mortelz ennemys, qui quant qu’il tarde viendront à bout de leur intention à votre dommage, ce que Dieu ne veuille60.

33Ces positions de Raymond Fourquevaux sont évidemment difficiles à concilier avec la réalité de sa mission puisqu’il doit défendre auprès de Philippe II une politique de tolérance civile qu’il désapprouve. Il le fait d’ailleurs avec fidélité, tout en continuant de défendre les positions qui sont les siennes dans les dépêches qu’il adresse à la cour.

  • 61 La nécessité que l’ambassadeur sache parler et bien parler, sur laquelle les manuels du parfait amb (...)

34Aucune dépêche diplomatique n’est donc le compte-rendu factuel, purement administratif et neutre, d’une négociation. Toujours, les ambassadeurs s’emparent des lettres qu’ils écrivent61. Tous ne le font pas de la même façon, mais ils les utilisent systématiquement pour demander de l’argent et leur rappel. Souvent légitimes, ces demandes doivent aussi être interprétées comme une manière pour les ambassadeurs de réaffirmer leur fidélité au monarque. De même, nombreux sont ceux qui dénigrent, parfois violemment et dans un langage bien peu diplomatique, le souverain auprès duquel ils résident, ses conseillers ou le peuple qu’ils découvrent pendant leur mission ; là encore, il s’agit d’écarter de l’esprit du monarque le soupçon de la trahison. Par contre, plus rares sont ceux qui s’emparent véritablement de l’opportunité que représente l’entretien d’une correspondance régulière avec la cour pour développer leur propre vision politique des événements et envoyer des analyses personnelles, des conseils ou des plans d’action.

35La question se pose évidemment de savoir pourquoi certains ambassadeurs s’en tiennent à une écriture assez neutre tandis que d’autres n’hésitent pas à sortir du strict cadre de leur mission. Il est probable que des différences de tempérament, de culture, d’éducation ou de maîtrise de l’outil rhétorique peuvent expliquer ces différences de positionnement. On peut aussi supposer que les conceptions qu’ils se font du service du roi ne sont pas les mêmes, certains estimant visiblement qu’il est de leur devoir d’exprimer clairement leur vision des choses et de conseiller le roi sur l’action à mener, tandis que la retenue dont d’autres font preuve pouvant être considérée par eux comme un moyen de se construire une image de bon serviteur, discret et efficace. Enfin, on peut émettre l’hypothèse que les ambitions et les statuts sociaux diffèrent : peut-être les ambassadeurs les plus timides ou les plus techniques sont-ils aussi ceux qui ont le plus à gagner ou à perdre avec leur mission dont ils cherchent à faire un tremplin pour leur carrière, tandis que d’autres, en fin de carrière ou bénéficiant d’une position sociale plus assurée, n’investissent pas leur mission des mêmes espérances.

  • 62 M. Gellard, Une Reine épistolaire…, op. cit., chapitres 6 et 7.
  • 63 Voir l’article de Jérémie Foa dans ce volume, en référence à la notion de protagoniste chez Haïm Bu (...)

36Toujours est-il que cette dernière modalité de prise de parole tend à faire de l’ambassadeur qui l’effectue un acteur à part entière de la politique de son temps. Loin d’être le résultat de l’application sur le terrain de décisions prises de façon souveraine par le gouvernement central, dans une logique hiérarchique purement descendante, l’action internationale de la France durant les guerres de Religion dépend en grande partie des informations, des avis et des prises de position que les ambassadeurs relaient depuis la cour où ils résident62. La prise de décision politique ou diplomatique fait donc l’objet d’une co-construction de la part du gouvernement et de ses représentants, le premier dépendant des seconds pour s’orienter dans une nuée d’informations contradictoires, de rumeurs et de faux-semblants et établir ainsi sur les bases les plus solides possible (ou les moins instables) l’action extérieure de la France. Ceux des ambassadeurs qui s’approprient les dépêches qu’ils font parvenir à la cour pour y prodiguer avis et conseils sur les relations diplomatiques entre leur maître et le prince auprès duquel ils résident, ainsi que sur la politique intérieure à mener à l’égard des Huguenots ou des Ligueurs, qu’ils soient ou non plus conscients de l’importance du rôle qui leur est dévolu, cherchent donc à élargir plus encore ce rôle et à s’imposer comme des acteurs à part entière – des protagonistes peut-être63 – de l’action extérieure et intérieure de la monarchie française.

Notes

1 Matthieu Gellard, Une Reine épistolaire. Lettres et pouvoir au temps de Catherine de Médicis, Paris, Classiques Garnier, 2015, chapitres 4 et 5 ; Jean-Claude Waquet, « Introduction », dans Stefano Andretta, Stéphane Péquignot, Marie-Karine Schaub, Jean-Claude Waquet et Christian Windler, dir., Paroles de négociateurs. L’entretien dans la pratique diplomatique de la fin du Moyen Âge à la fin du xixe siècle, Rome, École française de Rome, 2010, p. 1-26.

2 Bien entendu, ce type de prise de parole politique n’est en rien une caractéristique des guerres de Religion et se retrouve à toutes les autres périodes : Loris Petris, « Entre implication et distanciation : pouvoir et écriture dans la correspondance du cardinal Jean Du Bellay », Seizième Siècle, n° 6, 2010, p. 165-184.

3 Jean de Vivonne à Henri III, 31 janvier 1580, BN Ms Fr 16107, f° 28.

4 Raymond de Fourquevaux à Catherine de Médicis, 4 décembre 1571, Célestin Douais, éd., Dépêches de M. de Fourquevaux, ambassadeur du roi Charles IX en Espagne, 1565-1572, Paris, E. Leroux, 1900, t. II, p. 406.

5 Charles de Danzay à Henri III, 20 avril 1575, cité par Alfred Richard, Un Diplomate poitevin du xviesiècle. Charles de Danzay, ambassadeur de France en Danemark, Poitiers, Blais et Roy, 1910, p. 176.

6 Jean de Vivonne à Henri III, 15 janvier 1582, BN Ms Fr 16108, f° 213 v°.

7 Pierre de Ségusson à Henri III, 5 juin 1588, Albert Mousset, éd., Dépêches diplomatiques de M. de Longlée, résident de France en Espagne (1582-1590), Paris, Plon, 1912, p. 380.

8 François de Noailles à Catherine de Médicis, 18 septembre 1574, Ernest Charriere, éd., Négociations de la France dans le Levant, ou Correspondances, mémoires et actes diplomatiques des ambassadeurs de France à Constantinople et des ambassadeurs, envoyés ou résidents à divers titres à Venise, Raguse, Rome, Malte et Jérusalem, en Turquie, Perse, Géorgie, Crimée, Syrie, Égypte, etc., et dans les États de Tunis, d’Alger et de Maroc, Paris, Imprimerie nationale, 1853, t. III, p. 572.

9 Géraud Poumarède, Le Lys et le Croissant. Action politique, négociations diplomatiques et implantation de la France dans l’Empire ottoman (xve-xviiie siècles), ouvrage original pour l’Habilitation à Diriger des Recherches sous la direction du Professeur Lucien Bély, Université de Paris-Sorbonne, 2008, t. II, p. 150.

10 Arnaud Du Ferrier à Catherine de Médicis, 4 septembre 1579, BN Cinq Cents Colbert, n° 367, f° 709.

11 A. Richard, Un diplomate poitevin du xvie siècle…, op. cit., p. 174-196.

12 Michel de Castelnau à Henri III, 14 novembre 1584, citée par Gustave Hubault, L’Ambassade de Michel de Castelnau en Angleterre (1575-1585), Saint-Cloud, impr. de Vve Belin, 1856, p. 101.

13 Jean de Vivonne à Henri III, 12 juin 1584, BN Ms Fr 16045, f° 67r°, transcrite par Giovanni Anticona, Les Lettres des ambassadeurs à Rome et autres agents. Tomes VII et VIII. 1584-1588, mémoire de Master 2 sous la direction Philippe Martin, Université Lumière - Lyon 2, 2015, t. I, p. 102.

14 Il semble même que tous les ambassadeurs de l’époque moderne, quelle que soit la période et le prince qu’ils servent, se lamentent sur l’état de leurs finances.

15 Philippe Hamon, « Négocier sous François Ier : Gilbert Bayard, l’homme de la “paix des dames” », dans Denis Clauzel, Charles Giry-Deloison et Christophe Leduc, dir., Arras et la diplomatie européenne, xv-xvie siècle. Actes du colloque d’Arras, Arras, Artois Presse Université, 1999, p. 244.

16 Sébastien de L’Aubespine au cardinal de Lorraine, août 1560, Louis Paris, éd., Négociations, lettres et pièces diverses relatives au règne de François II, tirées du portefeuille de Sébastien de L’Aubespine, évêque de Limoges, Paris, Imprimerie royale, 1841, p. 459.

17 Jean de Vivonne à Henri III, 5 septembre 1580, BN Ms Fr 16107, f° 345v°.

18 François de Noailles à Simon Fizes, 10 juin 1572, E. Charriere, éd., Négociations de la France dans le Levant…, op. cit., t. III, p. 276 note.

19 Raymond de Fourquevaux à Catherine de Médicis, 17 octobre 1567, C. Douais, Dépêches de M. de Fourquevaux…, op. cit., t. III, p. 61.

20 Idem, 26 juillet 1568, ibid., t. III, p. 96.

21 Idem, 30 novembre 1571, ibid., t. II, p. 403.

22 Idem, 3 février 1570, ibid., t. II, p. 194.

23 Idem, 31 mai 1571, ibid., t. II, p. 350.

24 Idem à Charles IX, 30 novembre 1567, ibid., t. I, p. 302.

25 Jean de Vivonne à Henri III, 7 juin 1585, BN Ms Fr 16045, f° 64, transcrite par G. Anticona, Les Lettres des ambassadeurs à Rome…, op. cit., t. I, p. 101. Quelques semaines avant, Vivonne écrivait déjà : « J’ay receu par cet ordinaire celle qui a pleu à vostre majesté m’escrire du 21e mars ensemble veu ce qu’elle a escript à Monseigneur le cardinal d’Est sur [les] occurrences de ce temps, ce qui m’a tant despleu que je prendrois la mort plus patiemment que ceste nouvelle, ce que je scay que feront comme moy [les] gents de bien, ses bons serviteurs et subjects et trouve estre de mon tres grand malheur de ne me trouver aupres d’elle en ceste occasion où je [la] penserois mieux servir que je ne feray icy, s’il luy plaisoit me rapeler, je prendrois à singulier honneur et faveur d’aller mourir pour son [royal] service en quelque part qu’il luy pleut m’employer en la profession que j’ay tousjours faicte. », idem, 22 avril 1585, BN Ms Fr 16045, f° 27v°, dans ibid., p. 88.

26 Ellery Schalk, L’Épée et le Sang : une histoire du concept de noblesse, vers 1500-vers 1650, Seyssel, Champ Vallon, 1996. p. 13. Voir aussi Michel Nassiet qui tempère certaines des conclusions d’Ellery Schalk, « Pedigree and Valor. Le problème de la représentation de la noblesse en France au xvie siècle », dans Marie Boisson, Michel Figeac et Josette Pontet, dir., La Noblesse de la fin du xvie au début du xxe siècle, un modèle social ?, Anglet, Atlantica, 2002, t. I, p. 251-269. Arlette Jouanna écrit quant à elle que « la vertu dominante du noble doit être la vaillance guerrière », Arlette Jouanna, « Recherches sur la notion d’honneur au xvie siècle », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 1968, no 4, p. 604. Voir aussi idem « La noblesse française et les valeurs guerrières au xvie siècle », dans Gabriel-André Pérouse, André Thierry et André Tournon, dir., L’Homme de guerre au xvie siècle. Actes du Colloque de l’Association Réforme, Humanisme et Renaissance, Saint-Étienne, Université de Saint-Étienne, 1992, p. 205-217.

27 Sur la carrière militaire de Raymond de Fourquevaux, voir Jean Barruol et Jean Brunon, Les Français en Italie sous Henri II, d’après les papiers du baron de Fourquevaux, homme de guerre et diplomate, ordonnateur général du roi de France en Italie, Marseille, R. et J. Brunon, 1952 ; Gladys Dickinson, éd., The Instructions sur le Faict de la Guerre of Raymond de Beccarie de Pavie, sieur de Fourquevaux, Londres, University of London, 1954 ; C. Douais, Dépêches de M. de Fourquevaux…, op. cit., t. I, introduction ; François de Fourquevaux, Les Vies de plusieurs grands capitaines français, recueillies par Mre F. de Pavie, baron de Forquevauls, Paris, Du Bray, 1643, p. 329-353 ; Michel François, « Raymond de Fourquevaux », Bibliothèque d’humanisme et de renaissance, 1954, t. 16, no 2, p. 218-221 ; M. Gellard, Le Métier d’ambassadeur pendant les guerres de Religion. Raymond de Fourquevaux, représentant de Charles IX à Madrid (1565-1572), Mémoire de maîtrise sous la direction de Denis Crouzet, Université Paris-Sorbonne, 2001. Sur la carrière militaire de Jean de Vivonne, voir Guy de Brémond D’Ars, Le Père de Mme de Rambouillet. Jean de Vivonne, sa vie et ses ambassades, près de Philippe II et à la cour de Rome, Paris, Plon, 1884.

28 Jean de Vivonne à Catherine de Médicis, 28 août 1581, BNMs Fr 16108, f° 127 ou François de Noailles à Charles IX, 21 septembre 1571, E. Charriere, éd., Négociations de la France dans le Levant…, op. cit., t. III, p. 180.

29 Alain Tallon, La France et le Concile de Trente, 1518-1563, Rome, École Française de Rome, 1997, p. 29.

30 M. Gellard, Une Reine épistolaire…, op. cit., chapitre 4.

31 Hillard von Thiessen a ainsi mis en lumière la multiplicité des objectifs (économiques, sociaux, familiaux, etc.) que doivent remplir les ambassadeurs au cours de leur mission, à côté de ceux, purement politiques, qui leur sont assignés par leur maître. Voir Hillard Von Thiessen, « Switching Roles in Negotiation : Levels of Diplomatic Communication between Pope Paul V Borghese (1605-1621) and the Ambassadors of Philip III », dans S. Andretta et alii, dir., Paroles de négociateurs…, op. cit., p. 151-172.

32 Louis-François Didier, éd., Lettres et Négociations de Claude de Mondoucet, résident de France aux Pays-Bas, 1571-1574, Paris, E. Leroux, 1892, t. II, « Introduction », p. xv-xvi.

33 Pierre de Bourdeille, seigneur de Brantôme, Œuvres complètes, Ludovic Lalanne, éd., Paris, Renouard, 1869, t. V, p. 68.

34 François de Noailles à Villeroy, 22 avril 1578, BN Ms Fr 6908, f° 220.

35 Sur la proximité, la fidélité et l’expérience comme critères principaux de la monarchie française pour choisir ses ambassadeurs, voir Jean-François Labourdette, « Le recrutement des ambassadeurs sous les derniers Valois », dans Lucien Bély, dir., L’Invention de la diplomatie (Moyen-Âge et temps modernes), Paris, PUF, 1998, p. 99-114 et M. Gellard, Une Reine épistolaire…, op. cit., chapitre 3.

36 N. Le Roux, La Faveur du roi. Mignons et courtisans au temps des derniers Valois, vers 1547-vers 1589, Seyssel, Champ Vallon, 2000, p. 354-355.

37 A. Tallon, La France et le concile de Trente…, op. cit., p. 29.

38 François de Noailles continue d’ailleurs en évoquant la situation espagnole : « Le roy d’Espaigne n’en faict pas ainsy car il ne donne poinct à ceulx qui demandent, mais envoye ses bienfaicts à ceulx qui sont loing de luy et ne les recherchent qu’en bien servant, qui est la plus belle vertu qu’il ayt, et sur laquelle est seullement fondée la prospérité de ses affaires. Je ne faus doubte que le roy n’en face ainsy quelque jour, mais, craignant qu’il soit tard pour moy, je désire de me revoir à ses pieds pour luy demander du pain comme les autres », François de Noailles à Simon Fizes, 10 juin 1572, E. Charriere, éd., Négociations de la France dans le Levant…, op. cit., III, p. 276-277, note.

39 Il faut cependant noter que les ambassadeurs auprès des Suisses, à Coire et à Soleure, effectuent de nombreux séjours en France, laissant derrière eux un intérimaire.

40 Jean Hébrard de Saint-Sulpice au connétable Anne de Montmorency, 13 janvier 1564, Edmond Cabié, éd., Ambassade en Espagne de Jean Ébrard, seigneur de Saint-Sulpice, de 1562 à 1565, et mission de ce diplomate dans le même pays en 1566, Albi, Imprimerie de Mougiès, 1903, p. 220.

41 Stéphane Péquignot, « Les instructions aux ambassadeurs des rois d’Aragon (xiiie-xve siècles). Jalons pour l’histoire de la fabrique d’une parole royale efficace », Cahiers d’études hispaniques médiévales, no 31, 2008, p. 17-43.

42 L’enjeu sera le même pour les administrateurs coloniaux : Thomas Wien, « Rex in fabula : travailler l’inquiétude dans la correspondance adressée aux autorités métropolitaines depuis le Canada (1700-1760) », Outre-mers, t. 96, no 362-363, 1er trimestre, p. 65-85.

43 Fourquevaux à Charles IX, 13 novembre 1567, C. Douais, Dépêches de M. de Fourquevaux…, op. cit., t. I, p. 285. Voir aussi la manière dont Jean de Vivonne légitime le conseil qu’il vient de donner à Henri III : « supliant tres humblement vostre majesté me pardonner si l’affection et fidelité que j’ay à son service me fait prendre la hardiesse de parler trop librement et sans qu’il me soit commandé. » Jean de Vivonne à Henri III, 16 juin 1585, BN Ms Fr 16045, f° 62r°, transcrite dans G. Anticona, Les Lettres des ambassadeurs à Rome…, op. cit., t. I, p. 108.

44 Michel de Montaigne, Essais, Paris, Garnier Flammarion, 1969, livre 1, p. 117

45 Jean Boutier, « Introduction », dans Jean Boutier, Sandro Landi et Olivier Rouchon, La Politique par correspondance. Les Usages politiques de la lettre en Italie, xive-xviiie siècle, Rennes, PUR, 2009, p. 7-19.

46 C’est en partie parce qu’elle comprend bien les motivations et les positions de Raymond de Fourquevaux, même si celles-ci sont en partie en désaccord avec les leurs, que Catherine de Médicis et Charles IX ne lui retire pas sa confiance. Voir plus loin et Bertrand Haan, « Fidélité au roi et défense de la religion catholique : le jeu ambigu de Fourquevaux, ambassadeur de Charles IX auprès de Philippe II », Mélanges de l’École française de Rome. Italie et Méditerranée, t. 118, 2006, no 2, p. 205-215.

47 T. Wien, « Rex in fabula… », art. cit., p. 65.

48 Jean Cavenac à François II, 20 octobre 1559, E. Charriere, Négociations de la Frence dans le Levant…, op. cit., t. II, p. 604. Voir G. Poumarède, Le Lys et le Croissant…, op. cit., t. II, p. 146-148.

49 En partie publié dans E. Charriere, Négociations de la France dans le Levant…, op. cit., t. II, p. 253-260, note.

50 G. Poumarède, « Justifier l’injustifiable. L’alliance turque au miroir de la chrétienté (xvie-xviie siècles) », Revue d’histoire diplomatique, 1997, a. 111, no 3, p. 217-246. Jean de Monluc réitère d’ailleurs ses avis au début des années 1570 : « Advis au roy Charles IX par le sieur de Monluc, ambassadeur en Constantinople, sur l’ancienne confédération du traffic entre les François et Soldans d’Égypte, reprins et continué par le Turc ; puis un advis de l’estat de Levant après la bataille de Lépante sur le Turc », BN Ms Fr. 17828, f° 282-295.

51 « Discours de Monseigneur de Noailles évesque d’Acqs, ambassadeur pour le roy à la porte du grand seigneur, Selim II, touchant l’alliance avec le Turcq », avril 1572, E. Charrière, Négociations de la France dans le Levant…, op. cit., t. III, p. 255 note.

52 Ibid., p. 256.

53 François de Noailles au duc d’Anjou, 4 novembre 1571, ibid., p. 208 note.

54 Ibid., p. 256 note.

55 C’est aussi un des axes politiques longtemps défendu par Coligny.

56 Selon Alain Tallon, Arnaud Du Ferrier lui aussi « rêve de détourner à l’extérieur la fureur guerrière qui déchire le royaume » grâce à un éventuel retour français en Italie. A. Tallon, « Diplomate et “politique” : Arnaud Du Ferrier », dans Thierry Wanegfellen, dir., De Michel de L’Hospital à l’édit de Nantes : politique et religion face aux Églises, Clermont-Ferrand, Presses de l’Université Blaise Pascal, 2002, p. 308.

57 Fourquevaux à Charles IX, 13 novembre 1567, C. Douais, Dépêches de M. de Fourquevaux…, op. cit., t. I, p. 285-286.

58 Bertrand Haan, L’Amitié entre princes. Une alliance franco-espagnole au temps des guerres de Religion (1560-1570), Paris, PUF, 2011.

59 Pour le détail de ces prises de position, voir M. Gellard, Une Reine épistolaire…, op. cit., chapitre 5 et Bertrand Haan, « Fidélité au roi et défense de la religion catholique… », art. cit.

60 Raymond de Fourquevaux à Charles IX, 2 décembre 1567, C. Douais, Dépêches de M. de Fourquevaux…, op. cit., t. I, p. 306-307.

61 La nécessité que l’ambassadeur sache parler et bien parler, sur laquelle les manuels du parfait ambassadeur insistent tant, se retourne donc en partie contre la monarchie puisque l’ambassadeur en fait une arme dans la négociation constante qu’il mène avec elle.

62 M. Gellard, Une Reine épistolaire…, op. cit., chapitres 6 et 7.

63 Voir l’article de Jérémie Foa dans ce volume, en référence à la notion de protagoniste chez Haïm Burstin.

Auteur

Aix Marseille Université

Maître de conférences en histoire moderne à l’ESPE de Paris, Sorbonne - Université, et membre du Centre Roland Mousnier, il a publié sa thèse de doctorat sous le titre Une reine épistolaire. Lettres et pouvoir au temps de Catherine de Médicis, Classiques Garnier, 2015, ainsi que plusieurs articles portant notamment sur la France des guerres de Religion, sur les relations internationales dans l’Europe de la Renaissance et sur l’épistolarité politique et les outils du travail politique.
Matthieu.gellard@gmail.com

© Presses universitaires de Provence, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search