Version classiqueVersion mobile

La construction de la personne dans le fait historique

 | 
Nadine Kuperty-Tsur
, 
Jean-Raymond Fanlo
, 
Jérémie Foa

Introduction

Nadine Kuperty-Tsur

Texte intégral

  • 1 Centre interdisciplinaire d’études des littératures d’Aix-Marseille (http://cielam.univ-amu.fr/).
  • 2 Temps, Espace, Langage, Europe méridionale, Université d’Aix-Marseille (http://telemme.mmsh.univ-ai (...)
  • 3 Formulation de Jean-Raymond Fanlo (CIELAM & Université Aix-Marseille).

1Ce volume rassemble les contributions de littéraires, d’historiens et de philosophes autour de la construction de la personne dans le fait historique et politique à l’époque moderne (xviᵉ-xviiiᵉ siècles). Il est le fruit d’un colloque du même nom qui s’est tenu les 25 & 26 mai 2016 sous les auspices et sur le site de l’IMéRA (Institut d’études avancées Aix-Marseille Université). Il marque la présence des Lettres, de l’Histoire et de la Philosophie au sein de l’Institut rassemblant dans ce cadre interdisciplinaire les membres de plusieurs laboratoires actifs au sein de l’Université d’Aix-Marseille (CIELAM1 et TELEMME2), des collègues de l’Université de la Sorbonne-nouvelle Paris 3 et de l’EHESS. Ce colloque a également rassemblé des chercheurs émérites ainsi que des doctorants participant ainsi à leur formation de chercheur et montrant que la recherche fait partie de la formation3.

2Il m’est ainsi donné l’occasion de remercier l’IMéRa pour son accueil durant la période de ma résidence (janvier à juin 2016) et de témoigner de la fécondité de la recherche lorsqu’elle bénéficie d’un soutien facilitant contacts et échanges. Que Pascale Hurtado et tous les membres de l’équipe de l’IMéRA soient ici remerciés pour leur dévouement qui a permis la tenue de ce colloque. Ce volume qui en est le souvenir n’aurait pas vu le jour sans l’accueil positif de Jean-Raymond Fanlo et de Jérémie Foa à ma proposition, je leur adresse mes remerciements pour cette amicale collaboration, tout comme pour leur aide précieuse à la lecture et à la correction des contributions, y compris de cette introduction. Leur érudition tout comme leur amitié ainsi que la bienveillance de Stéphane Lojkine, alors directeur du CIELAM, m’ont été précieuses.

3Les guerres de Religion, tout comme la période de la Fronde, ont suscité de nombreux témoignages chez leurs contemporains que la violence des événements ne pouvait laisser indifférents. Et ce, d’autant plus que les charges que certains d’entre eux exerçaient les mettaient au premier plan de l’action politique. Leurs écrits, notamment leurs Mémoires et leurs correspondances, montrent que la scène politique sollicite leur intervention d’une part, et d’autre part que cette intervention, relatée dans leurs récits rétrospectifs, façonne en retour l’image de la personne qu’ils lègueront à la postérité. À cette élaboration, la littérature politique ajoute la mythification ou l’exécration de personnages emblématiques, héros (Coligny, sous la plume de Hotman) ou tyrans (Henri III, Concini ou Mazarin). On observera le processus de construction traité par la personne elle-même, soucieuse de l’inscription de son image dans l’histoire ou son contraire, la volonté de destruction, mené le plus souvent par un tiers visant à dénoncer et à condamner une politique abusive.

  • 4 C’était la thèse prêtée un peu trop rapidement à Jacob Burckhardt, La civilisation de la Renaissanc (...)
  • 5 Michel Foucault, Histoire de la sexualité, 1, Le souci de soi, Paris, Gallimard, 1984.

4Avant de présenter les différentes contributions de ce volume, on essaiera de préciser les cadres historique et culturel au travers desquels se pense la personne dont il est ici question. La Renaissance n’a pas à proprement parler « découvert l’individu4 » mais elle a certainement été l’époque d’une rencontre propice entre la notion chrétienne de la personne avec la notion classique valorisant l’engagement de l’homme dans la vie de la cité. La dimension chrétienne de la personne est liée à la notion de conscience de soi, elle est sensiblement différente du « souci de soi » qu’évoque Foucault5 pour l’Antiquité et est cultivée des siècles durant par le biais de pratiques spécifiques comme la prière, la confession, le jeûne, les pélerinages, les processions, etc. Le christianisme enseigne l’égalité de la personne dans la prière, sans différences de classes, de sexes, distinctions que la grâce ne fait pas non plus. Cette conception religieuse de la personne conditionnera la façon dont celle-ci se représentera dans ses écrits, autant que les pratiques religieuses propre au christianisme : la sincérité du récit de soi emprunte à celle de la confession, la nécessité de laisser un témoignage personnel de son action et de son temps renvoie au devoir de conscience cultivé par l’éducation chrétienne. À cette dimension indéniablement religieuse de la notion de personne, s’ajoutent bien sûr les notions héritées à la fois du droit romain et du droit coutumier, définissant les droits de la personne comme l’explique Aude Bertrand-Merkovic, en soulignant son évolution :

  • 6 Aude Bertrand-Merkovic, La Notion de personne, Presses Universitaires d’Aix-Marseille, 2003, p. 261

À l’origine (en droit romain et sous l’ancien droit), la notion de personne est concrète, elle désigne l’individu. Elle va devenir de plus en plus abstraite, se dégager de l’individu concret, de la personne réelle qu’elle servait à désigner, jusqu’à acquérir une autonomie suffisante pour devenir une qualité que l’on peut considérer en elle-même, indépendemment de la personne concrète qui la reçoit6.

  • 7 Nadine Kuperty-Tsur, Se dire à la Renaissance et notamment le chapitre « Les composantes de la noti (...)
  • 8 Agrippa d’Aubigné, Sa Vie à ses Enfans, Gilbert Schrenck, éd. Paris, Nizet, 1984.

5 Au sortir du Moyen Âge, l’idéal religieux de la retraite spirituelle est concurrencé par celui de l’engagement et du service du Prince ou du Bien public qui anime la noblesse dès les xivᵉ et xvᵉ siècles. Au xviᵉ siècle, dans le sillage des guerres de Religion, apparait la notion de service de l’État, ou du Parti pour les huguenots proposant des formulations nouvelles de l’homme au monde qui le légitiment et le définissent tout à la fois7. En enrichissant son rayon d’action, la perception de sa personne se fait plus complexe parce que relevant de domaines de définition différents. Cette multiplication des champs d’action de la personne se répercute parfois dans la façon dont elle choisira de s’inscrire grammaticalement dans ses écrits, à l’instar d’Agrippa d’Aubigné qui se représente à la troisième personne lorsqu’il rédige sa Vie à ses enfans8, réalisant ainsi le passage de la personne concrète à celui du personnage littéraire dés lors qu’il se met en scène dans son autobiographie, tout comme César l’avait fait dans ses Commentaires. Cependant la majorité des mémorialistes ou encore Montaigne qui représenterait ici le pôle extrême de la subjectivité et de la construction de la personne dans l’écriture, se disent tous à la première personne.

6Mais la notion de personne naît aussi d’un croisement entre la diversité des voix personnelles que les textes d’époque font entendre et ce que notre xxie siècle, aux prismes des théories freudiennes et lacaniennes tout comme de la sociologie, nous en a appris. Notre regard sur ces textes pourrait passer pour anachronique s’il n’était pas soumis à au moins deux conditions :

  • La première, c’est de valider le questionnement freudien dès lors qu’il s’adresse à un noyau dur, occidental, traversant les époques et qui, en dépit de la distance temporelle crée le sentiment d’une compréhension d’ordre ontologique, mettant en jeu des paramètres que nous partageons encore avec ces femmes et ces hommes de la première modernité européenne. C’est flagrant notamment pour ce qui relève des passions et des émotions, comme par exemple l’expression du sentiment d’échec, de trahison ou du désespoir qui révèlent la personne. Il y a bien ici l’expression de vérités psychologiques que nous percevons presque en transparence et auxquelles on s’identifie aisément : celle du diplomate ruiné qui, après avoir mis sa fortune au service d’un pouvoir ingrat et sourd à ses demandes, n’a plus que ses Mémoires ou ses lettres pour se faire justice (Mathieu Gellard) ; la volonté de rendre des comptes pour avoir la conscience tranquille devant sa descendance et le sentiment de contrôle sur l’arbitraire de l’existence que cette activité comptable inspire (Isabelle Luciani), le dilemme du souverain face au choix politique (Marie-Madeleine Fragonard), etc.
  • La seconde condition tient à la distance historique et culturelle, et parfois générique, qui nous rappelle qu’en dépit de la proximité que nous pouvons ressentir, de la capacité de ces textes à nous émouvoir, ils ressortissent néanmoins d’une autre époque, qui dicte de rester attentif à la spécificité de leur discours et parvenir à les resituer dans l’éventail des autres discours contemporains, juridique, politique, théologique, on l’a vu, ou encore philosophique qui eux aussi impliquent une définition spécifique de la personne. Ainsi, ce qui peut nous sembler original, risque de relever d’une convention et ce qui au contraire semble conventionnel, peut s’avérer original pour l’époque. L’éternelle dissidence d’Aubigné refusant de reconnaître les acquis de Henri IV est singulière, tant dans sa dimension religieuse que politique, alors que l’attitude de de Thou, célébrant l’ordre retrouvé et le monarque qui en est l’auteur, s’inscrit dans la doxa de son temps (Jean-Raymond Fanlo).

7La première partie de ce volume est consacrée à la situation de l’individu entre histoire et politique et s’ouvre avec l’article de Jérémie Foa intitulé : « Se dire et se penser comme acteur de l’histoire dans la France des guerres de Religion », article qui définit le cadre à la fois historique et psychologique de notre problématique en s’interrogeant sur le rayon d’action de la personne (« Que peut la personne ? ») face à l’ampleur de l’événement. En dépit de leur sentiment d’impuissance, de nombreux individus ont néanmoins ressenti l’obligation de s’engager, la gravité de la situation à l’époque des guerres de Religion leur interdisant toute neutralité. Ce même engagement pousse aussi les hommes à prendre la plume et à dénoncer les méfaits et les abus dont ils prennent conscience entre la fin du seizième et le début du dix-septième siècle. À la notion d’engagement, il faut aussi ajouter l’impact de la pratique d’une charge, elle-même liée à la naissance d’une nouvelle conscience du rôle des hommes dans l’histoire. Elle va de pair avec la quasi-disparition du providentiel dans leurs écrits, indiquant que la conscience historique naît aussi d’une praxis, liée à une mobilisation active dont témoignent les écrits des serviteurs de l’État tout comme ceux de simples contemporains que les événements ont poussés à l’action.

  • 9 Élie Barnavi, Le parti de Dieu, étude sociale et politique des chefs de la ligue parisienne, 1585-1 (...)
  • 10 Denis Crouzet, Dieu en ses Royaumes. Une histoire des guerres de Religion, Seyssel, Champ Vallon, 2 (...)
  • 11 Dalia M. Leonardo, « “Cut off This Rotten Member” : The Rhetoric of Heresy, Sin, and Disease in the (...)
  • 12 Michel Dobry, Sociologie des crises politiques. La dynamique des mobilisations multisectorielles, P (...)
  • 13 Deceit & Dissimulation in Early Modern Europe, Myriam Eliav-Feldon & Tamar Herzig, dir., Basingstok (...)
  • 14 Erving Goffman, The Presentation of Self in Everyday life, New York, Anchor books, 1959.

8L’historiographie des guerres de Religion est un remarquable observatoire pour comprendre comment s’écrit l’histoire et à quels investissements idéologiques et/ou psychologiques, elle se prête. Les historiens, de l’école événementielle traditionnelle du xixᵉ siècle jusqu’à l’école des Annales, se sont attachés à établir les faits dans leur chronologie, en procédant à la lecture et au recoupement de quantités de sources différentes, les historiens inspirés du marxisme et bon nombre d’historiens-sociologues ont eu tendance à minimiser la dimension religieuse des guerres de Religion, pour y lire un affrontement des nouvelles élites contre les anciennes, une guerre des classes en quelque sorte9. Denis Crouzet dans les années 9010, redonne à la religion sa place en analysant ses représentations dans l’imaginaire et l’inconscient collectif de l’époque et en montrant notamment qu’à l’origine des massacres et des violences qui ont marqué cette époque, il n’y a pas seulement une dynamique sociale à l’œuvre mais aussi une peur eschatologique, une angoisse religieuse face à la colère de Dieu au cas où la communauté des croyants laisserait proliférer l’hérésie en son sein11. S’inscrivant dans le cadre du dynamisme et du renouveau que connaît l’historiographie des guerres de Religion en cette dernière décennie, Jérémie Foa propose ici une nouvelle piste qui consisterait en une histoire générationnelle des guerres de Religion. À la génération des jeunes nobles cherchant à se distinguer, les événements historiques de la décennie 1560 offrent des opportunités séduisantes. Reste à voir dans quelle mesure le débat d’idées religieuses et politiques de cette seconde moitié du xviᵉ siècle recouperait le fossé des générations. Quelles sont les conséquences des faits historiques sur la construction de la personne ? Ce que montre cette enquête, c’est que le « désordre du familier », symptomatique de la guerre civile, perturbe aussi les (re)présentations de soi. Posées à partir du contexte des guerres de Religion dont Jérémie Foa est spécialiste, ces questions ont déjà été agitées par d’autres historiens pour d’autres époques. Pour Michel Dobry, les logiques de crise, a fortiori celles des guerres civiles, « tendent à réduire l’identité à une dimension unique servant d’indice pratique dans les interactions12 » : les crises affectent la représentation de soi. Menacé, l’individu s’invente une autre identité : les témoignages des contemporains des guerres de Religion abondent en récits de dissimulations13 et les stratégies de survie inventées dans l’urgence ont des incidences sur le rapport à soi tout comme sur le rapport aux autres. De là, l’utilité des travaux du sociologue Erving Goffman14 sur la figure de l’escroc, pour penser les guerres de Religion et les guerres civiles en général. Tout individu né vers 1550 sait qu’il faut mentir pour survivre, douter de son entourage mais aussi dissimuler ses convictions politiques ou religieuses. Rassembler ces témoignages de la vie quotidienne permet de reconstituer la socialisation des personnes au temps des guerres de Religion et d’interroger les effets de cette socialisation singulière sur la construction des personnes. L’habitus qu’elles se forgent a-t-il une dimension universelle, le retrouve-t-on dans tous les conflits civils indépendamment de leur ampleur ?

9 Dans une perspective plus littéraire, Jean-Raymond Fanlo analyse « La notion de service chez Agrippa d’Aubigné et Jacques-Auguste de Thou », en proposant de lire les écrits de ces deux célèbres serviteurs comme un exercice spirituel visant à se dégager avec plus ou moins de succès, des tensions et des conflits de leur époque. Pour de Thou, écrire en latin signifiait prendre ses distances et témoigner du conflit religieux depuis le cabinet de l’humaniste, ce qui confère à son Histoire l’autorité d’une vision sereine où il se veut aussi objectif que possible. Bien qu’Aubigné se réclame de de Thou, son style de fer n’est pas celui de l’humaniste serein et réconcilié mais plutôt celui du soldat révolté qui, même la paix signée, continuera de sa plume son combat pour la Cause. À une époque où la majorité des anciens combattants ont rejoint Henri IV pour œuvrer à la reconstruction du royaume, sa posture de dissident s’exprime sur fond de crise aigüe, due au rejet du monarque. De Thou comme Aubigné tracent dans leurs Histoires et ce, dès le frontispice, un autoportrait qui, en dépit de de leurs serments d’impartialité, engage des valeurs politiques. Leur rapport à la monarchie est le reflet d’options personnelles : de Thou fait l’éloge de la monarchie qui parvient à restaurer l’ordre, exprimant ainsi son respect pour l’autorité politique du monarque, garante de la liberté de conscience et du respect de la loi. Le soutien qu’il lui apporte trace aussi son portrait de juriste et d’historien : dépassant l’esprit partisan, il défend une réconciliation autour d’un monarque inspirant la confiance.

10Aubigné au contraire, maintient l’histoire dans le conflit et s’oppose à toute rationalité pacificatrice. L’expérience du massacre lui a appris à ne pas faire confiance aux promesses de paix, ni à la loi, d’où la nécessité et la légitimité d’une « paix armée ». Il recentre l’histoire sur lui : en dépit de son intitulé, l’Histoire universelle s’inscrit dans la vie de l’historien, dans ses actes et ses batailles. Au détachement lettré et stoïque de de Thou débouchant sur un retour à l’ordre et à l’harmonie, d’Aubigné oppose l’engagement partisan et soldat, préférant la poudre aux fleurs de la rhétorique, il dit l’impossibilité de faire la paix tout comme celle de se résigner à la conversion du roi.

11S’interrogeant sur ce qui a pu contribuer à l’émergence d’une conscience personnelle permettant une inscription politique de soi, Marie-Madeleine Fragonard rappelle le rôle crucial du théâtre dans l’éducation du public. Dans son article, « Acteurs de théâtre, acteurs de l’histoire et analyse des choix personnels et politiques », elle interroge la mise en scène des personnages face à des situations historiques. Certes, la pensée religieuse joue un rôle dans la personnalisation par le biais de l’éducation à la responsabilité de la faute, par exemple, mais une étape est franchie quand on passe de la sphère privée à la sphère publique et politique, et que l’individu peut se penser comme acteur de l’histoire. Qu’est-ce que la conscience d’être « acteur », sinon savoir qu’il existe d’autres choix avec en conséquence, la capacité à imaginer les risques et les avantages de son propre choix pour soi et pour les autres ? En permettant de se projeter dans un personnage, le théâtre offre à la fois la possibilité de présence comme celle de mise à distance et permet de surmonter les difficultés qu’éprouve l’individu à s’exprimer à la première personne. M.-M. Fragonard montre que les dramaturges de l’époque des guerres de Religion s’éloignent à la fois du modèle religieux dans lequel Dieu est source et cause de tout mais aussi du théâtre antique, imputant tout à la fatalité ou aux passions. C’est précisément dans la distance prise avec ces modèles qu’émerge l’autonomie de l’homme dans la sphère de l’action et du jugement. On ne saurait trop souligner l’importance de ce moment culturel sur la nouvelle conscience de la situation de la personne au monde. Mettant en scène les décisions royales mais aussi les débats avec les conseillers, les pièces dramatiques donnent à voir la personnalisation de la pensée politique. L’analyse de certains monologues montre une personne se façonnant au gré de la complexité du choix politique, se mesurant au sentiment de culpabilité, à l’idée du destin et de la fatalité, débouchant sur la conscience du désastre et prenant ainsi mesure de son impuissance. Le prince est-il juste ? Est-il maître de ses décisions ? Voilà ce dont débat le théâtre. Il conserve au prince sa liberté d’arbitrage car même si les conseillers informent son action, le prince n’en demeure pas moins l’acteur de l’histoire. Qu’ils tuent ou qu’on les tue, l’image des rois comme des reines au miroir du théâtre est souvent négative. Qu’il s’agisse du théâtre comme miroir de l’histoire, ou bien de l’histoire comme miroir des rois, les deux genres font un procès implacable du pouvoir.

12Un même sentiment de drame mais personnel cette fois, se retrouve dans le corpus différent que propose Matthieu Gellard dans « La mise en scène de soi dans les dépêches diplomatiques françaises des guerres de Religion ». Il y analyse le point de vue particulier des ambassadeurs au service de l’état, révélant les conséquences personnelles peu glorieuses du service diplomatique à cette époque. La fréquence du topos de l’ambassadeur ruiné semble indiquer que la nomination à une ambassade représentait plutôt un exil qu’une faveur. Demandant le rappel, peignant sous un jour hostile l’entourage étranger, ces plaintes ont pour enjeu essentiel d’exprimer un dévouement unique au roi et construisent un discours de la fidélité, mettant en scène un ambassadeur incorruptible, dépendant de la seule faveur royale. En dépit des stratégies rhétoriques à l’œuvre, la liberté de parole du serviteur frustré s’exprime dans sa précarité, dans la liste des biens personnels engagés pour servir un état, ingrat et sourd à ses suppliques.

13De ce point de vue, le discours des diplomates rejoint sur bien des points celui des mémoires des serviteurs à la cour, que présente Bruno Tolaïni à partir de « La double politisation des mémorialistes : des actes à l’écriture ». Étudiant la représentation écrite de la prise de conscience politique, il note que les effets de perspective et de rétrospection qu’offre la transposition écrite d’une expérience vécue, permettent une meilleure maîtrise d’un passé qui n’a pas toujours fait la part belle au mémorialiste. Dans le feu de l’action et sous le coup du succès, les serviteurs de l’état naissent à la politique. Cependant, tant qu’ils agissent, ils n’en témoignent pas. Ce n’est que lors de la disgrâce, de retour sur leurs terres, qu’ils éprouvent autant le besoin de se justifier que celui de témoigner. Ils rédigent alors des récits de carrière, en y soignant leur image afin de mettre en valeur la permanence et l’acuité de leur capacité d’analyse et de leur jugement. Certes, dans le feu de l’action, ils ont manqué de répartie, n’ont eu qu’une vue partielle de la situation, écartés du pouvoir, ils réécrivent l’histoire et celle de leur contribution, se donnant a posteriori des facultés d’analyse et de jugement qui, en temps réel, leur ont fait défaut. L’image qu’ils construisent d’eux-mêmes se nourrit d’une immense frustration et cherche compensation dans une ultime redonne : celle que permet la réécriture de l’histoire à partir d’une tribune qu’ils créent de toutes pièces, tenant un discours qui prend, par rapport à l’histoire, connue par ailleurs, quelques libertés. Considérées comme autant d’entorses à l’histoire officielle, ces libertés en disent cependant long sur la naissance de l’individu à la conscience politique et historique et sur les enjeux que représente pour lui l’inscription de sa place dans l’histoire de la nation.

14La seconde partie du volume porte sur l’expression individuelle et la configuration politique à la Renaissance. Mathilde Bernard y traite de l’intéressante figure de Pierre Matthieu, d’abord porte-parole des rebelles, opposé au pouvoir monarchique, puis porte-parole de l’ordre monarchique lui-même et expliquant son triomphe. Ce Janus aux deux visages et aux deux vies, agence son discours sur la rébellion de façon à masquer la versatilité de ses positions afin de restaurer son image. Ainsi, de poète et dramaturge chantant la passion ligueuse, il devient historien au service de la légitimité monarchique. Sa réflexion politique sur la nature de la rébellion et de la déviance lui permet d’assumer son passé sans le renier. Dans sa période ligueuse, il ne se dit pas rebelle, mais opposé à la raison d’État et défenseur d’une loi civile et religieuse supérieure au roi. Il choisit pour s’exprimer des genres à même de dire l’engagement : l’éloge funèbre, la poésie et le théâtre. Quelques années plus tard, Pierre Matthieu, historien, tiendra un autre discours. S’il passe du discours ligueur au discours légitimant l’autorité royale, il ne cesse d’être, cependant, un défenseur du royaume. Après sa conversion, Henri IV, rentré dans le droit chemin, est dorénavant légitime et l’historiographie sert au mieux ce discours de légitimation, qui fonde du même coup l’ethos de l’auteur et légitime son rôle d’historien.

15L’analyse de Daniel Martin est aussi consacrée au parcours d’un poète, Guillaume des Autelz en l’occurrence, dans son rapport aux guerres de Religion : « Du pétrarquisme à l’engagement politique : l’itinéraire de Guillaume des Autelz ». Au début, le poète se fait le chantre de l’obéissance à l’autorité royale et confère à la paix une valeur centrale dans son argumentation, en refusant la polémique et la stigmatisation des adversaires. Mais au fur et à mesure que s’installent les guerres de Religion en France, ce discours pacifiste ne semble plus de mise. À une époque où chacun est sommé de prendre parti et de se mobiliser, Des Autelz ne change pas de camp comme Pierre Mathieu mais se retrouve au contraire, réduit au silence en dépit de la reconnaissance de ses œuvres, notamment par Ronsard.

16Joelle Zask retourne la question historienne que posait Jérémie Foa en tête du volume, (à savoir, que peut la personne, sous-entendu sur la politique ?) pour s’interroger au contraire sur ce que peut la politique pour la réalisation de soi. S’appuyant notamment sur les écrits de l’écrivain protestant Olivier de Serres (1600), rescapé des guerres de Religion et agronome avant la lettre, elle montre que pour lui, la construction de soi s’élabore dans le service rendu à l’autre, pris au sens large. Le service serait constitué par l’étude et la pratique de l’agriculture que de Serres érige en mission publique. À l’instar du serviteur de l’état, il se réalise lui-même, attribue un sens à son existence en cultivant la terre et en assurant un moyen de survie. Les conseils et les enseignements réunis dans ses écrits, retracent une trajectoire à la fois empirique et personnelle, Olivier de Serres y insiste sur l’expérience menée dans un esprit de liberté, en tant qu’elle construit un savoir et débouche sur une action fondamentale à la survie de l’humanité. En comparaison, sa contribution dénonce les méfaits des guerres de Religion, l’absurdité des conflits religieux ou territoriaux, la versatilité des dirigeants. Les réflexions d’Olivier de Serres décrivent une micro-politique qui répond aux besoins alimentaires et culturels de la personne. Menacer l’indépendance du paysan par l’impôt, accaparer ses terres, l’appauvrir, c’est nuire à son équilibre, l’atteindre dans sa personne, bref « saper les conditions mentales et culturelles du bien vivre ». À partir des écrits d’Olivier de Serres, Joëlle Zask montre l’élaboration d’une conscience de l’utilité de l’individu-agriculteur, se définissant dans le dialogue qu’il entretient avec sa terre, à son écoute. Dans un processus de culture et d’innutrition réciproques étonnant pour sa modernité, en résonance avec nos préoccupations écologiques contemporaines, il bonifie la terre tout comme la contribution qu’il apporte à la société le construit au sens où elle inscrit sa place et définit son utilité.

17Les trajectoires envisagées jusque-là ont été majoritairement masculines, le fait qu’hormis les reines et régentes, les femmes étaient exclues des charges officielles, pourrait faire penser, à tort, qu’elles n’avaient pas voix au chapitre politique et qu’il serait vain d’aller chercher dans leurs écrits les représentations d’une personne politique. Au moins trois mémoires féminins de la Renaissance donnent la preuve du contraire : les Mémoires de Jeanne d’Albret, ceux de Madame de Mornay et a fortiori les Mémoires de Marguerite de Valois. Loin d’être un témoin passif des guerres de Religion, Marguerite construit d’elle-même une image à dimension politique qui tient compte de son identité de femme. À la mort d’Henri II, figuré en père protecteur, Marguerite, terrifiée par sa mère, est appelée à se définir au sein de sa fratrie. Ses Mémoires font le relevé douloureux des brimades et vexations dont elle est victime mais à deux reprises ce discours fait place à une figuration plus optimiste. On note alors que ces deux occasions donnent à la reine la possibilité de développer une action autonome où elle peut déployer ses qualités diplomatiques. La première correspond à la confiance que lui témoigne Henri de Valois lorsqu’il lui confie la représentation de ses intérêts à la cour alors qu’il part coiffer la couronne de Pologne. En dépit de la brièveté de l’investiture, ce moment marque la naissance de Marguerite à la politique, la découverte du plaisir de l’action ainsi que la conscience d’acquérir une nouvelle identité, plus gratifiante. La seconde occasion se présente alors qu’elle persuade sa mère, Catherine de Médicis, de la laisser partir en ambassade pour convaincre les dirigeants des Pays Bas de se ranger sous la bannière de son frère François d’Alençon, afin de lutter contre la domination espagnole. L’espace du voyage donne à Marguerite une marge d’autonomie où elle fait montre de ses qualités diplomatiques. Mais l’offensive espagnole reprenant, Marguerite échange sa luxueuse litière de voyage contre un simple cheval pour regagner la France et sauver sa peau in extremis. Sa seule victoire aura été d’avoir échappé aux espagnols et aux protestants qui voulaient l’arrêter. Si le récit de Marguerite de Valois égraine les occasions manquées, elle parvient néanmoins à convaincre son lecteur qu’elle avait l’étoffe politique d’une grande reine, inscrivant moins sa place réelle dans l’histoire que celle, qu’en d’autres circonstances, elle aurait pu et voulu y tenir.

18À propos de femmes de rang plus modeste, Isabelle Luciani mène une minutieuse enquête sur « L’envers de l’écriture : l’appropriation féminine d’un livre de raison après la Révocation de l’Édit de Nantes (Nyons, fin xviiᵉ-début xviiiᵉ siècle). Rendre témoignage : l’appel de la conscience ». Le livre de raison qu’elle analyse a ceci de particulier qu’il mêle plusieurs écritures, et le premier enjeu, et non des moindres, consiste à identifier les différents scripteurs pour une période qui s’étend de 1626 à 1725. En recoupant des dossiers juridiques avec les noms qui apparaissent dans le livre de raison et la teneur du commentaire qui y est inscrit, Isabelle Luciani parvient à établir, à 400 ans de distance et en dépit de la complexité des affaires impliquées, l’identité des différentes mains qui tiennent le cahier. Son analyse se concentre sur la déclaration rédigée par Isabeau de Lus, nouvellement convertie qui reste en France après la révocation de l’édit de Nantes alors qu’elle a le chagrin de voir un de ses fils partir en exil à Genève à la suite de sa belle-mère Marguerite, avec ses enfants. La gestion de leurs biens et surtout des dettes contractées pour financer leur voyage fait l’objet de la déclaration d’Isabeau. Les comptes qu’elle rend sont révélateurs de sa personne au sens où ils lui sont dictés par sa conscience mais sa personne se révèle aussi au gré des multiples tracas et actions juridiques menées pour administrer au mieux les biens des exilés. Cette chronique juridique et comptable la décrit aux prises avec la loi, découvrant aussi comment s’en accommoder mais elle répond également à un devoir de conscience envers les siens et participe en ce sens d’une réalisation de soi, par l’écriture.

19En dépit de ses conséquences souvent tragiques, la politique prêtait aussi à rire, mais le rire peut s’avérer une arme redoutable, irrépressible, il défait des carrières et détruit des individus. Traitant de contestation mais en sortant du cadre strictement politique, Dimitri Albanese analyse l’écriture libertine voire obscène des écrits du baron de Blot : « Poésie et politique : l’obscénité frondeuse du baron de Blot (1605-1610) ». Proche de l’oncle du Roi, Blot soutient les dissidents qu’ils soient frondeurs ou auteurs de mazarinades mais son écriture libertine participe d’une contestation généralisée, s’opposant aux frondeurs eux-mêmes. De plus, par le biais de la dissidence politique médiatisée par l’érotisme et l’obscénité, le pamphlétaire se crée une personnalité littéraire. L’actualité de la Fronde sollicite le baron de Blot et lui fournit l’occasion de contester. En tant que libertin, il cherche à légitimer une écriture alternative à l’ordre moral, la contestation émanant de cette écriture exprime une opposition politique aussi bien que poétique. En chroniqueur scandaleux, il se plaît à exhiber les coulisses des personnalités de son époque, il se pose notamment en adversaire du Cardinal, avec la part de construction politique de soi que cela implique.

20À l’issue de ces parcours ancrés dans les xviᵉ et xviiᵉ siècles, une post-face en guise de clôture achève ce volume en adoptant un point de vue plus philosophique avec l’article de Stéphane Lojkine. Qui pouvait mieux convenir que Sénèque pour penser « les fondements de l’engagement politique » auxquels se réfère l’ensemble des communications réunies ici ? Explorant l’iconographie de Sénèque du xivᵉ au xviiiᵉ siècle, Stéphane Lojkine montre son étonnante plasticité selon qu’il est pris comme modèle de résistance au tyran ou au contraire comme modèle d’hypocrisie. Dans l’iconographie médiévale, Sénèque dispense une sagesse et renvoie à une figure d’énonciation mais non à un personnage historique. À l’aube de la Renaissance, il joue le rôle de l’intellectuel, conseiller écouté des grands. Informée par la redécouverte de Tacite, l’image de son suicide réapparaissant, Sénèque réincarne alors une dimension historique cautionnée par la découverte à Rome, à la fin du xviᵉ siècle, d’un prétendu buste antique le représentant, et dont les traits sont désormais assimilés à cette statue. Mais le caractère figé de la statue n’empêche cependant pas la diversité du rapport au philosophe : il sera vénéré du lecteur humaniste et libertin mais vilipendé par les moralistes anti-humanistes. Avec la diffusion et l’esthétisation par l’école italienne du thème de la mort de Sénèque, à la fin du xviiᵉ siècle, Stéphane Lojkine signale un phénomène de déport, la mort de Sénèque s’accompagne de la représentation de la douleur de Pauline, son épouse et des personnages présents. Au tournant des xviᵉ et xviiᵉ siècles, Sénèque cesse d’être la figure performative médiévale et l’emblème moral de la Renaissance, il acquiert une physionomie historique, renvoyant à une intériorité déchirée et une exigence éthique dictée par sa position. On voit s’exprimer la tension qui travaille la construction de la personne en général, et la représentation du serviteur de l’état en particulier : son inscription politique se manifeste dans la retraite, son destin public et son statut fonctionnel passent par la singularisation et l’expression d’une intériorité. Diderot signe le dernier avatar des représentations de Sénèque, en y voyant à la fois un intellectuel engagé et un héros politique.

  • 15 Charles Trinckhaus, « The problem of free will in the Renaissance and the Reformation », dans Journ (...)
  • 16 Paul Hazard, La Crise de la conscience euroépenne, Paris, Le Livre de Poche, (1935), 1994.
  • 17 André Chastel et Robert Klein, L’Europe de la Renaissance, l’âge de l’humanisme, Éd. des deux Monde (...)

21Dans son oraison sur la dignité de l’homme « De dignitate Homini », Jean Pic de La Mirandole assimilait la personne à un caméléon, capable de se mouvoir selon sa volonté sur l’échelle des créatures, au plus haut près des anges ou bien chutant plus bas que bêtes, selon qu’elle observe ou non les commandements religieux. Les humanistes de la Renaissance dans la mouvance de Marcile Ficin, prônent une culture de l’humain et célèbrent l’homo faber qui accomplit la création divine. Ces théories fournissent ainsi les justifications religieuse et philosophique d’une nouvelle attitude face au monde. L’action y est présentée comme une conduite tout aussi religieusement fondée que l’adoration. Partant, le nouvel accent placé sur l’action explique le changement d’éclairage en faveur du protagoniste. Il s’inscrit au monde par ses actes qui transforment et le monde, macrocosme, et l’homme, microcosme. Commentant la notion renaissante du « libre vouloir », C. Trinckhaus15 montre que l’essor du domaine public engendre un code de valeurs radicalement distinctes de celles qui régissent la sphère des activités religieuses. Ce nouveau code de valeurs est celui-là même qu’on retrouve à l’œuvre chez nos auteurs, il permet de transposer le récit personnel religieux dans le domaine public, et lui donne une légitimité qui se nourrit d’une nouvelle conscience de l’histoire. L’activité publique influe à son tour sur la perception de l’individu et implique de nouvelles modalités d’expression qui se réalisent dans les transformations que les auteurs font subir aux différents discours qu’ils mettent en œuvre. Ils sont, en effet, chacun soumis à des forces contraires : pour convaincre, l’histoire se personnalise tandis que le discours personnel, pour gagner en crédibilité, se fait historique. De plus, nos auteurs se glorifient de l’engagement dans la polis dans la première partie du xviᵉ siècle pour ensuite, à l’époque des guerres de Religion, s’investir au service de l’Église, du roi, de la monarchie et de l’État. Les valeurs de l’action qu’ils prônent confèrent au sujet un sentiment d’autonomie toujours croissant et responsable pour les xviie et xviiie siècles de ce que Paul Hazard avait appelé « la crise de la conscience européenne16 ». Ce déplacement du sacré au profane et du remarquable aux actes du quotidien est caractéristique des nouvelles tendances esthétiques et culturelles de la Renaissance. Il est responsable, entre autres, du succès des novelle (récits brefs) en littérature comme du développement important des écritures testimoniales et mémorielles. Les textes abordés ici sont symptomatiques de cette mutation et en portent les signes. Jusqu’au xve siècle, on montre souvent l’homme fatalement lié à la roue de Fortune. À la Renaissance, apparaît la notion de « virtus », qu’André Chastel définit comme « la capacité d’action efficace17 » permettant à l’homme de sauter de la roue avant qu’elle tourne, réalisant son pouvoir sur le destin. En ce sens, les écrits présentés ici expriment tous la conscience ou le désir de ce pouvoir, expression non dénuée de l’angoisse de sa responsabilité face à l’arbitraire de Fortune, mais donnant son sens à une existence.

  • 18 Cf. Essais d’égo histoires, Textes réunis et présentés par Pierre Nora, Paris, Gallimard, 1987.

22L’époque des guerres de Religion et de la Fronde secouée par une crise religieuse et politique d’une violence inouïe, voit fleurir les « égo-écritures18 » qui décrivent le parcours de nombreux « caméléons », pour reprendre la métaphore de l’humaniste italien. En dépit de leur diversité, elles témoignent d’une vision de l’homme qui diffère radicalement des récits de vie religieux ou historico-militaires du Moyen Âge, et l’action laïque et souvent civique l’emporte sur les considérations religieuses. Qu’il s’agisse du parcours littéraire du poète des Autelz que retrace Daniel Martin, de la création d’une personne littéraire et dissidente comme celle du Baron de Blot (Dimitri Albanese) ou d’une carrière politique (Foa, Fanlo, Kuperty, Gelard, Bernard), ou agricole (Zask) ou encore de simples témoignages d’un quotidien tourmenté (Luciani), ces récits composent l’image que leurs auteurs entendent laisser d’eux-mêmes mais témoignent d’une révélation de soi à l’épreuve des crises qui, en retour, exige une justification des actes, cette même justification dont débat le théâtre de cette époque (Fragonard).

23Ainsi ces personnes se sont construites dans le récit de leur passé et l’importance qu’elles accordent à cette construction est l’indice d’une nouvelle conscience d’une identité qui se décline au gré des expériences politiques, professionnelles ou intellectuelles. Cette conscience nouvelle explique que, malmenées par la diffamation – celle des pamphlets, par exemple –, ou tout simplement se sachant menacées par l’oubli, elles soient suffisamment soucieuses de leur image pour veiller à transmettre leur version de l’histoire, leur segment de vie. Conscients de la singularité de leur expérience, ces auteurs ont à cœur de la transmettre, réalisant souvent au fil de l’écriture l’impact des événements historiques sur leur personne, souvent mieux qu’ils ne l’avaient fait au feu de l’action (Tolaïni). Ils considèrent la sphère civique ou littéraire comme leur domaine de définition, élaborant ainsi les caractéristiques de la personne poétique, de la personne politique, de la personne altruiste, de la personne au théâtre, hommes ou femmes, mettant en évidence, à chaque fois, ses variantes comme ses contraintes spécifiques. Ces descriptions engagent bien sûr des intérêts, comme le montrent les discours apologétiques qui les émaillent, justifiant la façon dont les auteurs s’adressent à la postérité (Fanlo pour Aubigné et de Thou), envers la nation (les diplomates, les mémorialistes dans l’article de Gellard), envers ses descendants (Luciani). Si le souci apologétique structure la façon dont l’individu se représente dans ses écrits, on note par ailleurs, que la volonté d’inscrire sa personne dans l’histoire afin de la réhabiliter, débouche souvent sur l’élaboration d’une morale, présentée comme personnelle mais justifiée pour sa valeur universelle.

24L’identité sociale sous l’Ancien Régime se définit par la naissance et détermine souvent l’occupation. Ce conditionnement des métiers est caractéristique de la rigidité du système social médiéval et l’entretient, alors que de plus en plus, à la Renaissance, la réussite professionnelle permet la promotion sociale. Perçue comme un accomplissement unique et individuel, la carrière peut dès lors devenir objet de récit faisant la promotion des valeurs de la personne. L’achat de charges anoblissantes par la bourgeoisie signale cette volonté de promotion et les transformations sociales qu’elle entraîne comme l’incidence du métier sur la définition sociale, s’expriment par la floraison de témoignages individuels. La nouvelle valeur attribuée au métier et à l’expérience est également liée à l’idée de mérite et de promotion : elle ouvre un nouveau champ à la possibilité d’une existence individuelle et il deviendra de plus en plus légitime d’en retracer l’histoire, et de la considérer comme un savoir utile qu’on se doit de transmettre (Olivier de Serres).

25La notion de personne émergeant à la Renaissance est tributaire d’une conjoncture historique mêlant des composantes religieuses, sociales, politiques et intellectuelles spécifiques qu’illustrent bien les contributions réunies ici. La pratique religieuse encourage la conscience personnelle mais là où elle dresse des limites, comme par exemple celles de l’imitatio Christi et dicte une posture d’humilité, les institutions de la sphère politique, fondées sur la personne et reconnaissant à l’individu des droits et des pouvoirs prennent la relève, voire s’y substituent. Avec l’humanisme, la redécouverte des biographies gréco-romaines de Plutarque et de Suétone par exemple, les histoires de Thucydide et de Tacite, fourniront des modèles conceptuels et narratifs qui permettront de tenir un autre type de discours sur la personne que celui de la confession religieuse qui en avait, jusque-là, l’apanage. Si les personnes dont ce volume traite, savent évaluer l’impact des crises qui déchirèrent la société de leur temps sur leur identité, ils sont peut-être moins conscients de la force des modèles qui façonnèrent leur écriture ou en tout cas ne les déclinent que rarement, c’est à ces sources implicites, comme aux représentations changeantes de Sénèque, qu’il faut être attentif, afin de repérer un courant général dont chaque récit réalise une variante spécifique.

Notes

1 Centre interdisciplinaire d’études des littératures d’Aix-Marseille (http://cielam.univ-amu.fr/).

2 Temps, Espace, Langage, Europe méridionale, Université d’Aix-Marseille (http://telemme.mmsh.univ-aix.fr/).

3 Formulation de Jean-Raymond Fanlo (CIELAM & Université Aix-Marseille).

4 C’était la thèse prêtée un peu trop rapidement à Jacob Burckhardt, La civilisation de la Renaissance en Italie, en particulier t. I, § II : « Le développement de l’individu » (Paris, Le livre de Poche, 1958, p. 217-245), mais comme l’indique le titre du chapitre, il s’agit davantage de développement que de découverte.

5 Michel Foucault, Histoire de la sexualité, 1, Le souci de soi, Paris, Gallimard, 1984.

6 Aude Bertrand-Merkovic, La Notion de personne, Presses Universitaires d’Aix-Marseille, 2003, p. 261.

7 Nadine Kuperty-Tsur, Se dire à la Renaissance et notamment le chapitre « Les composantes de la notion de personne à la Renaissance », Paris, Vrin, 1997, p. 45-80.

8 Agrippa d’Aubigné, Sa Vie à ses Enfans, Gilbert Schrenck, éd. Paris, Nizet, 1984.

9 Élie Barnavi, Le parti de Dieu, étude sociale et politique des chefs de la ligue parisienne, 1585-1594, Bruxelles, Nauwelaerts, 1980.

10 Denis Crouzet, Dieu en ses Royaumes. Une histoire des guerres de Religion, Seyssel, Champ Vallon, 2008.

11 Dalia M. Leonardo, « “Cut off This Rotten Member” : The Rhetoric of Heresy, Sin, and Disease in the Ideology of the French Catholic League », The Catholic Historical Review, vol. 88, n° 2, april 2002, p. 247-262.

12 Michel Dobry, Sociologie des crises politiques. La dynamique des mobilisations multisectorielles, Paris, Presses de la FNSP, 1986, p. 150-153.

13 Deceit & Dissimulation in Early Modern Europe, Myriam Eliav-Feldon & Tamar Herzig, dir., Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2015.

14 Erving Goffman, The Presentation of Self in Everyday life, New York, Anchor books, 1959.

15 Charles Trinckhaus, « The problem of free will in the Renaissance and the Reformation », dans Journal of the History of Ideas, vol. 10, n° 1, janvier 1949, p. 51-62.

16 Paul Hazard, La Crise de la conscience euroépenne, Paris, Le Livre de Poche, (1935), 1994.

17 André Chastel et Robert Klein, L’Europe de la Renaissance, l’âge de l’humanisme, Éd. des deux Mondes, 1963.

18 Cf. Essais d’égo histoires, Textes réunis et présentés par Pierre Nora, Paris, Gallimard, 1987.

Auteur

Université de Tel Aviv, Israël

Professeur à l’Université de Tel Aviv, directrice du programme de culture française et membre du département d’Histoire générale, résidente IMéRA (2016) travaille sur le genre des Mémoires, l’écriture féminine, a publié Se Dire à la Renaissance, Paris, Vrin, 1997, a édité Écriture de soi & Argumentation, PUC, Caen, 2000, a publié l’édition critique des Mémoires de Madame de Mornay, Paris, Champion, 2010 ; a édité La Critique au tournant du siècle (Mélanges Ruth Amossy), Louvain, Herman, 2012 ; a édité avec Mathilde Bernard La Dissidence dans les genres d’Ancien Régime, Dossiers du Grihl, en ligne janvier 2013 et publié une soixantaine d’articles.
Kuperty@tauex.tau.ac.il

© Presses universitaires de Provence, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search