Version classiqueVersion mobile

Antijudaïsme et antisémitisme en Algérie coloniale

 | 
Geneviève Dermenjian

Conclusion

Une culture aimantée

Texte intégral

1Les pages qui précèdent cherchaient à montrer comment les Juifs d’Algérie furent contraints, pendant la période coloniale (1830-1962), de faire rapidement face à un antijudaïsme puis à un antisémitisme qui se manifestèrent d’abord avec les mêmes formes de mépris et de rejet qu’en Europe. S’étoffant progressivement, cette hostilité récurrente prit les formes concrètes de critiques, de défis, puis de crises et de troubles violents pendant lesquels étaient contestés le rôle et la place des Juifs, d’abord en tant que simples habitants de l’Algérie et de sujets français puis, entre 1890 et 1943 en tant que citoyens français et électeurs, avant que l’antisémitisme ne revienne jusqu’en 1962 dans les relations interpersonnelles. Cet antisémitisme complexe, évolutif, bien que répétitif sous de nombreux aspects, s’alimentait à de nombreuses racines historiques, économiques, politiques, religieuses, sociales et raciales et fut une idéologie de masse de la période coloniale. Un des aspects les plus originaux de cette idéologie et de ses prolongements concrets fut son volet culturel dont les premières manifestations remontent elles aussi à l’époque de la « conquête » du territoire.

  • 1 Pascal Ory, L’histoire culturelle, Paris, PUF, coll. « Que Sais-Je ? » 3e édition 2012, p. 11-13.
  • 2 Pierre-André Taguieff, dir., L’Antisémitisme de plume, 1940-1944, op. cit., p. 15.
  • 3 Commission de 1900, déposition Patrimonio, p. 280-281.
  • 4 Pierre-André Taguieff, dir., L’Antisémitisme de plume, 1940-1944, op. cit., p. 15 sq.
  • 5 Ibid.
  • 6 Emmanuel Sivan a mis en lumière les stéréotypes du Musulman dans la mentalité pied-noire et s’est i (...)

2Avec le temps, l’antisémitisme s’était forgé un ensemble de mots, de représentations, de supports, de comportements individuels et collectifs qui donnèrent naissance à un bain culturel1 et identitaire2 complexe considéré par de très nombreux Français non juifs et Européens comme naturel puisqu’il était entendu que l’antisémitisme était « l’air qu’on respire3 » quotidiennement, que l’on ait été sympathisant antijuif ou non. Ce bain contribuait à l’entretien et au renouvellement d’une conscience collective, il mobilisait les antijuifs, canalisait leur action et donnait sens au monde tel qu’ils le percevaient. Pris au sens large comme un « imaginaire culturel4 », qui ne décrivait pas forcément le réel mais l’anticipait parfois, l’antisémitisme constituait un « code culturel5 », c’est-à-dire un signe de reconnaissance et un mode de vie quotidien pour des Français d’origine, des néos naturalisés et des étrangers européens qui partageaient les mêmes certitudes concernant la politique, la société et l’économie ainsi que, de façon plus prosaïque, un même désir de pouvoir et de reconnaissance sociale. Les opinions et les comportements hostiles aux Juifs des Musulmans6 influencèrent également la formation et la continuité de cette culture, les antijuifs s’en emparèrent, les adaptèrent à leur propre système de pensée, à leurs propres intérêts.

  • 7 Cf. Marie-Anne Matard-Bonucci, ANTISÉmythes, L’image des juifs entre culture et politique (1848-193 (...)
  • 8 Gustave Le Bon (1841-1931) a présenté les façons de captiver, d’orienter et de canaliser l’action d (...)
  • 9 Voir Fabrice d’Almeida, Images et propagande, Paris, Casterman, 1995.
  • 10 « Un objet culturel est un objet actif, qui opère sur l’ensemble d’un groupe de manière visible, ma (...)
  • 11 Cf. Marie-Anne Matard-Bonucci, ANTISÉmythes, L’image des juifs entre culture et politique (1848-193 (...)

3Telle qu’elle s’enracinait en Algérie dans les milieux européens, cette culture était une construction intellectuelle et politique qui se formait, se modifiait et se complétait au fil des ans, le fond commun étant progressivement enrichi par les nouvelles séquences vécues d’antisémitisme. Elle puisait, ouvertement ou par le biais du non-dit, dans un système de références établies dans la population européenne parfois même avant l’arrivée en Algérie, et qui cimentait la cohésion du groupe : comportements, modes de raisonnement et vocabulaire, nombreux emprunts à l’antisémitisme métropolitain, concepts sur lesquels les antisémites construisaient leur identité personnelle et collective et donnaient sens à leur histoire… Les concepteurs et les relais7 de cette culture antijuive étaient nombreux : c’étaient les partis avec leurs réunions et leurs actions collectives, les journalistes et les écrivains, les artistes, les groupes et les individus attachés aux partis ou simplement à leurs idées et au moyen de les imposer aux foules8. Ils étaient à l’origine d’une réflexion évolutive sur le sens et le contenu de l’antisémitisme, sur les buts à atteindre et les moyens d’y parvenir. Tout ceci passait par des concepts, par un langage travaillé idéologiquement, par des slogans, des images9, des écrits, des gestes, en somme par des objets culturels10 qui travaillaient les antijuifs, les modelaient, les transformaient et suscitaient des pratiques et des comportements. Leur finalité était d’exposer publiquement cette idéologie, d’en populariser et actualiser les stéréotypes, d’attirer les électeurs, de susciter l’adhésion dans les organisations antisémites. Ces objets faisaient sens pour ceux qui les émettaient ou les recevaient, ils formaient réseau, se complétaient et se reprenaient les uns les autres et étaient essentiels pour la diffusion de l’idéologie et son influence sur les masses. La simplicité des propos et des situations, la répétition des thèmes développés, la concrétisation des idées dans le langage et les images favorisaient la mémorisation des idées, la construction continue et la solidification de cette culture antijuive11.

4La mouvance antijuive rendait compte de l’idéologie républicaine, de la mission civilisatrice, de la volonté des « Français » de défendre l’ordre colonial, de la question des « races » et même de la suprématie masculine. Autrement dit, elle rassemblait les phénomènes matériels et idéologiques qui caractérisaient non seulement le groupe antisémite mais aussi le cadre enveloppant de la culture coloniale dont elle était un des éléments constitutifs. Elle rendait compte également des relations intercommunautaires, par exemple en ce qui concernait l’évolution qui accompagnait l’attachement malgré tout des Juifs à la France, et l’accroissement chez les Musulmans de la volonté de peser sur leur destinée.

5Plus précisément, cet ensemble s’insérait dans un espace colonial où les liens avec la métropole occupaient une place considérable. D’abord par intérêt, puisque la présence de la France assurait la pérennité de l’expérience algérienne et finançait une grande partie des frais de la colonie. Ensuite parce que les antisémites de métropole jouaient à certaines périodes un rôle important auprès de leurs homologues d’Algérie avec lesquels ils échangeaient des idées et qu’ils finançaient. Les liens avec la mère patrie étaient magnifiés sur place par l’expression unanime d’un grand républicanisme et d’un grand patriotisme. Par glissements successifs, patriotisme et républicanisme exaltaient les hommes, les mâles, qui étaient les seuls à intervenir officiellement et légitimement à l’époque dans le cadre politique. De ce fait, les questions de genre revêtaient une grande importance et prenaient leur place dans le système de pensée et les moyens d’expression. La masculinité et la virilité étaient particulièrement mises en valeur politiquement et géraient dans le quotidien, non seulement les rapports hommes-femmes mais aussi les rapports entre les Français et les « autres » qu’étaient les Juifs et les Indigènes, ravalés à un rang masculin inférieur ; ils géraient en dernier lieu les rapports avec les Européens non naturalisés, eux aussi considérés d’un rang inférieur à celui des Français détenteurs du bulletin de vote.

  • 12 Jean-François Sirinelli, « Histoire culturelle et histoire politique, forcément reliées », dans Lau (...)
  • 13 Le mot « routine » est employé ici au sens employé par Judith Butler, dans un contexte totalement a (...)

6Les diverses formes de propagande et de sociabilité aboutirent chez les Européens à une grande cohésion doctrinale12, une forte solidarité et identité du groupe car les acteurs partageaient les mêmes émotions et adhéraient aux mêmes idées. Finalement, l’antisémitisme rassemblait et définissait politiquement et socialement son public et prenait quotidiennement forme dans ses façons d’être et de faire. La récurrence des thèmes culturels utilisés conduisait à une imprégnation mentale et à une certaine « routine13 » intellectuelle et comportementale qui subsistait entre les périodes de crise, ce qui fait que l’on ne discutait plus la pertinence d’une idéologie qu’on fréquentait en permanence. Cette routine créait un automatisme individuel et collectif qui confirmait et renforçait l’identité antijuive des personnes concernées.

7La presse antisémite était le lieu privilégié de la propagande. Elle naissait régulièrement de façon sporadique dès le dernier tiers du xixe siècle, même en dehors des périodes de crise ouverte, où elle se multipliait. Ces périodiques servaient un parti politique ou un individu à la recherche d’une victoire électorale, ils vivaient pendant peu de temps, généralement autour de quelques mois, voire un peu plus, et tiraient le plus souvent à peu d’exemplaires. Leur domaine d’intervention était réduit en général aux nouvelles locales et à l’argumentation antisémite, ce qui fait qu’ils offraient une anthologie des propositions et des stéréotypes antijuifs. Assez rapidement à court d’arguments nouveaux, ils reprirent pendant l’entre-deux-guerres les articles et les photographies de l’époque de la première crise antijuive pour compléter leur argumentation propre.

  • 14 Louis Bertrand, La Cina, Paris, éd. Ollendorff, 1901.

8L’antisémitisme ambiant se retrouvait chez les écrivains tels que Musette qui exaltait l’action des antijuifs et Charles Hagel qui fustigeait les Juifs. Dans son roman La Cina14 de 1901, Louis Bertrand décrivit de son côté avec un grand réalisme l’antisémitisme de ce « peuple neuf » ainsi que les émeutes de la crise antijuive des années 1895-1898. Plus largement, on rencontrait l’antisémitisme de façon prégnante dans la vie quotidienne aussi bien dans la publicité et sur les vêtements des antijuifs que sur les murs recouverts de phrases assassines, de menaces, de citations hostiles aux Juifs. Dans l’entre-deux-guerres des papillons antisémites furent de plus appliqués sur les magasins et les portes des maisons appartenant à des Juifs, et l’influence de la doctrine nazie se remarquait aux slogans et aux croix gammée peints un peu partout.

9Au niveau des relations humaines, l’antisémitisme prenait les formes quotidiennes du boycott des magasins juifs, de l’exclusion des Juifs des sociétés savantes, artistiques et sportives « françaises » ; dans la rue, Juifs (et Musulmans) devaient laisser la première place aux Européens. Enfin, pendant les périodes de troubles, les Juifs étaient sous le coup d’une interdiction tacite de circuler dans les rues, sous peine d’être menacés physiquement, poursuivis, durement molestés, par les antisémites. Car une foule considérable se déversait dans les rues à l’occasion des manifestations et des émeutes. Elle comprenait toutes les fractions de la population, Européens, Indigènes, hommes, femmes, enfants. Les femmes indigènes descendaient avec les hommes dans les rues au moment des émeutes pour profiter de tout ce qui était jeté dans les rues par les émeutiers qui vandalisaient les boutiques juives : vêtements, tissus, biens divers, etc. De leur côté, les Européennes, bien qu’en nombre beaucoup plus restreint que les Européens, jouaient un rôle politique important en ce qu’elles indiquaient que l’antisémitisme violent touchait bien toute la population. De façon plus quotidienne et conséquente, elles pouvaient faire triompher le boycott contre les Juifs en n’achetant rien dans leurs magasins, ainsi que les journaux antisémites les incitaient journellement à le faire.

10Quels furent les acquis des antijuifs au pouvoir ? Ils purent prendre des mesures contre les Juifs et les appliquer jusqu’à ce que les préfets, les gouverneurs généraux ou les décrets parisiens rétablissent l’ordre républicain. Ces mesures étaient en général limitées mais vexatoires et pesèrent en particulier sur les plus pauvres des Juifs : exclusion des aides municipales ou perte d’un petit emploi. À Sidi Bel Abbès des Juifs furent rayés des listes électorales dans l’entre-deux-guerres, alors qu’ils étaient Français parfois depuis trois générations.

11En dehors même des périodes de grande tension, l’antisémitisme se dénotait de façon quotidienne dans les rapports sociaux, les préséances à respecter, les non-dits, les réactions de l’administration et des forces de l’ordre. Car l’administration eut constamment un rôle ambigu du fait de la lenteur de ses interventions en faveur du respect des droits des Juifs, tandis que les forces de l’ordre, police et armée, firent souvent preuve de tolérance et même d’approbation envers les émeutiers. Cette « routine » antisémite prit un caractère éruptif beaucoup plus violent lors des deux grandes crises antijuives de la fin du xixe siècle et des années 1930. Précédées par un accroissement des tensions, par une situation économique difficile et par la présence d’hommes politiques à la recherche du pouvoir par tous les moyens, ces deux crises furent ponctuées par des manifestations, des émeutes et des voies de fait contre les individus et les biens. Des hommes politiques s’imposèrent à la faveur des événements que parfois ils suscitaient par leurs discours, des liens se créaient ou se renforçaient avec les antisémites de métropole qui fournissaient une aide morale et même souvent matérielle.

12En demandant la marginalisation et l’expulsion des Juifs, la révision de leurs fortunes, leur exclusion de la haute administration et, bien entendu le retrait du décret Crémieux, la propagande antisémite a devancé la politique de Vichy qui combla les vœux des antisémites d’Algérie en réduisant les Juifs au statut de minorité nationale dépouillée de la plupart de ses droits et avoirs. Avec l’approbation au moins tacite d’une partie de la population européenne, le décret Crémieux fut aboli, on décréta l’exclusion scolaire, l’aryanisation des biens, on procéda à des internements. Les Juifs, rentrés dans leurs droits après le 8 novembre 1942, ne réintégrèrent la nationalité française que le 23 octobre 1943, ce qui montrait que les interrogations concernant cette nationalité dépassaient le seul cadre algérien.

13Présent d’un bout à l’autre de la période française sous une forme répétitive et éruptive à certains moments et bien qu’il ait été loin de concerner l’ensemble de la population et qu’il ait connu des périodes de rémission, l’antijudaïsme-antisémitisme était une idéologie simple et tenace aux motivations diverses, qui permettait l’accès au pouvoir d’aventuriers, ou renforçait celui des hommes politiques établis ; une idéologie qui fournissait une explication à toutes les difficultés rencontrées et qui ne demandait qu’à s’extérioriser sous des formes violentes. Toutefois, tant que les garde-fous démocratiques subsistaient, le dernier mot finissait par revenir à l’ordre républicain.

  • 15 Pierre-André Taguieff, Une France antijuive ? Regards sur la nouvelle configuration judéophobe, Par (...)

14Plus d’un siècle après le début des événements présentés ici, l’actualité de l’antisémitisme reste vive en France15 et ailleurs. Depuis les années 1990, ce phénomène ne cesse de prendre de l’ampleur : Internet le globalise, l’actualité lui donne de nouvelles dimensions. On peut aussi remarquer que les vieux clichés antisémites sont toujours à l’ordre du jour tandis que les moyens d’expression concrète de l’idéologie antisémite restent en grande partie les mêmes qu’autrefois et donnent une impression de déjà-vu, qui rappelle la fermeture de l’idéologie sur elle-même. Les retrouver dans l’histoire avec cent ans de recul donne une clé d’accès et de compréhension à notre société contemporaine.

Notes

1 Pascal Ory, L’histoire culturelle, Paris, PUF, coll. « Que Sais-Je ? » 3e édition 2012, p. 11-13.

2 Pierre-André Taguieff, dir., L’Antisémitisme de plume, 1940-1944, op. cit., p. 15.

3 Commission de 1900, déposition Patrimonio, p. 280-281.

4 Pierre-André Taguieff, dir., L’Antisémitisme de plume, 1940-1944, op. cit., p. 15 sq.

5 Ibid.

6 Emmanuel Sivan a mis en lumière les stéréotypes du Musulman dans la mentalité pied-noire et s’est intéressé aux stéréotypes antisémites de cette mentalité. E. Sivan, « Colonialism and popular culture in Algeria », Journal of contemporary history, 1970, vol. 14, p. 21-62. « Stéréotypes antijuifs dans la mentalité pied-noire », Actes du colloque Les relations entre juifs et musulmans en Afrique du Nord, xixe-xxe siècle, Éditions du CNRS, 1980, Paris, p. 160-172. Pour le code culturel, voir Traverso, Enzo, L’antisémitisme comme code culturel, op. cit.

7 Cf. Marie-Anne Matard-Bonucci, ANTISÉmythes, L’image des juifs entre culture et politique (1848-1939), Nouveau monde éditions, 2005, introduction.

8 Gustave Le Bon (1841-1931) a présenté les façons de captiver, d’orienter et de canaliser l’action des foules. Cf. Gustave Le Bon, Psychologie des foules, Paris, Alcan, 1895. Georges Sorel (1847-1922) a montré comment on mobilise les individus en utilisant les grands mythes politiques : révolution, nation, grève générale. Cf. Mil neuf cent, revue d’histoire intellectuelle, no 32, « Sorel inconnu », 2014.

9 Voir Fabrice d’Almeida, Images et propagande, Paris, Casterman, 1995.

10 « Un objet culturel est un objet actif, qui opère sur l’ensemble d’un groupe de manière visible, mais la plupart du temps de manière invisible. Il a une fonction précise, reconnue (quand elle est connue) par l’ensemble d’un groupe ou par un groupe d’initiés. » Sont des objets culturels, des lieux de culte et de célébration diverses, des reliques, des personnages investis d’une fonction (prêtre, griot), etc. Françoise Sironi, http://www.ethnopsychiatrie.net/actu/ sudnord.htm

11 Cf. Marie-Anne Matard-Bonucci, ANTISÉmythes, L’image des juifs entre culture et politique (1848-1939), op. cit., p. 14-16.

12 Jean-François Sirinelli, « Histoire culturelle et histoire politique, forcément reliées », dans Laurent Martin et Sylvain Venayre, dir., L’histoire culturelle du contemporain, op. cit., p. 405-406.

13 Le mot « routine » est employé ici au sens employé par Judith Butler, dans un contexte totalement autre, de savoir-faire intériorisé, acquis par la pratique et l’expérience et qui laisse à chacun une part de libre arbitre. Séminaire « Genre et classes populaires » (2015-2016), https://gcp.hypotheses.org/1983

14 Louis Bertrand, La Cina, Paris, éd. Ollendorff, 1901.

15 Pierre-André Taguieff, Une France antijuive ? Regards sur la nouvelle configuration judéophobe, Paris, CNRS éditions, 2016.

© Presses universitaires de Provence, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search